Version classiqueVersion mobile

Naissance et métamorphose d’une banlieue ouvrière : Villeurbanne

 | 
Marc Bonneville

Deuxième partie. De la banlieue ouvrière a l'urbanisme social : une production urbaine volontariste et originale (1918-1939)

Chapitre II. La nouvelle politique urbaine ou l’essai d’un urbanisme social

Texte intégral

SECTION 1. Le pouvoir municipal et la nouvelle formation sociale de la commune

1Le pouvoir municipal joue un rôle essentiel dans la production urbaine à Villeurbanne, entre les deux guerres. Ce que l’on veut analyser ici, ce sont précisément les raisons qui font qu’une telle politique est possible, et sur quels appuis elle repose.

2La commune grâce à son autonomie politique a pu mener une politique d’inspiration sociale, qui eut été inconcevable dans l’ensemble lyonnais où les pouvoirs de décision échappent aux couches les plus populaires.

3Cependant derrière l’étiquette « sociale » se cachent des réalités complexes et l’histoire politique communale a connu une succession de pouvoirs, s’appuyant sur des catégories sociales différentes sinon opposées.

4Sans vouloir rapporter en détail les péripéties de la vie politique locale, on retiendra quelques faits majeurs qui ne sont pas indépendants de l’évolution du contexte national économique et politique.

  • 1 Le Dr J. Grandclément fut maire de 1908 à 1922.

5La municipalité socialiste de tendance ouvrière du Dr J. Grandclément mise en place en 1908 ne survit pas à la montée du Bloc National et à l’effacement des socialistes1.

6Le Docteur Lazare Goujon élu en 1924 représente l’arrivée à la mairie des socialistes modérés, issus du courant radical socialiste plus ancien. Le scrutin de 1929 qui voit la réélection du Dr Goujon situe bien les rapports entre les forces politiques en présence dans la commune, après l’importance scission du Congrès de Tours.

1er tour de scrutin

• Parti socialiste — SFIO (liste du Dr. Lazare Goujon)

4 402 voix

• Parti Radical-socialiste (liste de M. Bressat)

1 880 voix

• Parti communiste — SFIC (liste Dr. J. Grandclément)

4 334 voix

• Parti de Concentration et Action Sociale (liste du Dr Gautheron)

1 783 voix

2e tour de scrutin

• Union des Gauches (liste du Dr. Lazare Goujon)

5 915 voix

• Parti Communiste (liste du Dr. J. Grandclément)

4 958 voix

• Parti de Concentration et Action Sociale (liste du Dr. Gautheron)

1 533 voix

7Ces résultats attestent de l’importance du vote socialiste à Villeurbanne se partageant entre un courant réformiste majoritaire et un courant révolutionnaire plus ouvrier. Ce face à face est une constante dans l’histoire communale que l’on retrouve jusqu’à nos jours, sous une forme transposée.

  • 2 Une décision du 21 novembre 1927 prise par le conseil municipal illustre cet état de fait. La muni (...)

8Ce qu’il faut analyser, c’est comment la formation sociale de l’époque dominée à 85 % par les ouvriers de l’industrie partage son vote entre les deux courants, pour soutenir le plus souvent le courant modéré. Il faut bien admettre que le succès du Dr L. Goujon provient de l’appui d’une partie importante des ouvriers et des travailleurs. Cependant une analyse plus fine pourrait être tentée, qui montrerait que la classe ouvrière est loin d’être homogène. Il est assez logique que le courant socialiste modéré bénéficie du soutien des employés ou des quelques éléments des classes moyennes sensibles au contenu humaniste du socialisme réformiste, ou à la personnalité du Dr L. Goujon (notons, à ce propos, le rôle des médecins dans la politique à Villeurbanne comme à Lyon !). Mais il est certain aussi que les ouvriers des ateliers ou de la petite industrie à structure encore proche de l’artisanat adhèrent volontiers aux idées du Dr Goujon. Par ailleurs, les ouvriers des grandes entreprises partagent leur appui. Certains sont sensibles à la politique municipale qui concourt à améliorer la condition ouvrière par le développement du logement ouvrier et en particulier par l’accession à la propriété, sous la forme des lotissements. Cependant, il est clair que c’est parmi les ouvriers qualifiés (car on a vu comment s’esquissait une hiérarchie ouvrière) qui bénéficient des réalisations municipales, que se recrutent les appuis du maire. Il n’est que d’examiner la liste des résidents des premières réalisations (HBM, Gratte-Ciel, lotissements) pour s’en rendre compte. A titre d’exemple, parmi les 240 adhérents des « cottages villeurbannais » les ouvriers qualifiés et spécialisés dominaient très largement2.

9L’intérêt porté à la condition ouvrière n’est pas en cause, dans les préoccupations municipales, à preuve les nombreux soutiens votés pour les grévistes et les chômeurs. Mais les catégories sociales les plus défavorisées (manœuvres, ouvriers sans qualification, femmes, étrangers) qui ne profitent guère des initiatives municipales sont moins sensibles aux idées et aux réalisations humanistes qui sous-tendent les efforts du maire pour la promotion ouvrière (par le logement, l’hygiène, l’instruction etc.).

10C’est pourquoi, avec l’évolution du contexte national, le parti communiste emporte la mairie en 1935, malgré l’œuvre importante réalisée par le Dr L. Goujon. Le nouveau maire (C. Joly) s’appuie sur les seuls ouvriers qui se détournent des réformistes, alors que le nombre des chômeurs atteint près de 4 000 inscrits en 1936. Mais la brièveté de la gestion de la nouvelle municipalité, élue à une époque de crise, permet difficilement d’analyser la nouvelle politique urbaine. Elle doit parer au plus pressé, et en particulier supporter les charges laissées par l’équipe précédente, assumer l’héritage d’un urbanisme qu’elle n’a pas souhaité, tout en consacrant des crédits importants au soutien des chômeurs et des grévistes.

11Ainsi c’est à la municipalité L. Goujon que l’on doit l’essentiel des réalisations « sociales » qui font le renom et la fierté de la commune. Il reste à préciser dans quelles conditions le pouvoir municipal a pu décider et réaliser ses projets.

SECTION 2. Quel urbanisme ? Idéologie et pouvoir municipal

12Les réalisations municipales portent la marque des conceptions idéologiques municipales caractérisées par l’influence du socialisme réformiste, humaniste et laïque. Par rapport à la période antérieure à 1914, l’entre-deux guerres innove aussi par l’intervention croissante du pouvoir municipal dans des domaines considérés jusqu’ici comme privés : la production du logement, de la culture, la vie familiale et associative.

13Les conceptions idéologiques sont évidentes dans les préoccupations sociales partout mises en avant : appui aux chômeurs, aux coopératives ouvrières, aux sociétés mutualistes ; urbanisme « pour et par les ouvriers » etc.

  • 3 Sur la production des « normes » en matière de logement populaire, on pourra se référer à Guerrand (...)

14En fait, c’est pour le problème du logement que la sollicitude municipale est la plus manifeste et que son appui est décisif. Mais sans discuter l’aspect positif des projets réalisés, il faut bien considérer que l’idéologie municipale porte la marque des conceptions humanistes des socialistes modérés. Celles-ci reposent sur le postulat que la condition ouvrière peut-être améliorée par la transformation des conditions de logement, par l’accès à l’éducation et à la culture. Le logement souhaitable est celui qui correspond aux normes « convenables » d’hygiène et de confort et qui s’intègre dans un ensemble urbain harmonieux. De là, le développement des « Cités » « Jardins et Foyers » ou « Cité familiale », le « Domaine du Combattant », où la vie familiale doit s’épanouir et où la maison est construite souvent par le « propriétaire ». La Cité, lorsqu’elle est de conception ouvrière est aussi le lieu d’une vie associative : elle l’est lors de sa construction « collective », mais aussi après dans certains cas, lorsque survivent des associations ou des coopérations qui construisent des locaux communs ou gèrent des magasins3.

15Cette idéologie de la maison familiale base de la vie communale est fortement influencée par divers courants : courant mutuelliste lyonnais né à la Croix-Rousse chez les Canuts, où les coopératives sont nombreuses ; courant « social » d’origine chrétienne ou socialiste ; elle est aussi influencée par les initiatives du patronat « social » qui lance des « cités ». En tout cas, elle rencontre un grand succès dans les milieux ouvriers, d’origine souvent rurale. Les initiatives qui reprennent des conceptions du logement et des valeurs sociales imitées des classes sociales supérieures ou moyennes ont en fait un effet intégrateur et encouragent l’adhésion d’une partie des travailleurs au système politico-socio-économique.

16L’œuvre des Gratte-Ciel, dans un autre registre, aura des résultats comparables, en reprenant le style d’habitat bourgeois avec ses normes de confort souvent améliorées et avec une image architecturale nouvelle, l’ampleur architecturale étant destinée à souligner le succès obtenu dans la promotion ouvrière grâce au logement et donc aussi à la municipalité socialiste.

17Le deuxième volet de la politique municipale, c’est l’action en faveur de l’éducation populaire susceptible de donner les éléments culturels et les valeurs devant contribuer à l’épanouissement de l’ouvrier et par là à la justice et la paix sociale. La municipalité apporte attention et crédits aux écoles, mais aussi aux œuvres post et para scolaires : bibliothèques, conférences culturelles ou pour les mères de famille, cours d’hygiène, colonies de vacances, sport, théâtre, fêtes, etc. Elle propose un idéal et des moyens, selon la tradition socialiste, aux enfants, aux familles et aux ouvriers. La réalisation d’un ensemble architectural lui paraît propre à développer la démocratie sociale et politique dans la Cité, et à réaliser ses conceptions sociales. On retrouve ici le thème souvent repris par les architectes et urbanistes « avancés » de l’époque : « changer la ville pour changer la vie », la matérialité produite devant révolutionner les pratiques sociales et à terme la société elle-même (il s’agit d’une forme assez courante de l’utopie fonctionnaliste, au service ici de l’idéologie sociale).

  • 4 BMO du 20 mai 1927.

18Le Docteur L. Goujon affirme4 en présentant le projet d’un Palais du Travail en 1927, que les ouvriers sont isolés et que « des organisations privées (politiques, économiques et surtout religieuses) tentent de tirer parti de la situation en profitant de créer des édifices où seront proposées des conceptions sociales qui sont celles des détenteurs de la fortune ».

  • 5 L’annonce du projet, sa conception et sa réalisation sont autant d’occasions de faire adhérer la p (...)

19Ainsi l’urbanisme municipal est-il clairement défini comme un moyen de lutte sociale et politique. Le maire poursuit : « La création d’un véritable temple laïque, centre d’activité intellectuelle artistique et morale, est indispensable au développement démocratique de la Cité ainsi qu’à l’éducation intégrale de la classe ouvrière, condition essentielle à l’amélioration de son sort. L’administration municipale vous propose de réaliser cette grande œuvre : un Palais du Travail, avec des locaux pour les mutualistes, les syndiqués, les coopérateurs, les philanthropes, les artistes, les sportifs, avec des salles de conférences et de cours, avec un cercle coopératif et une grande salle des fêtes dont l’absence est si souvent regrettée à Villeurbanne ». « Réservé aux travailleurs, élevé par leurs soins, illustrant par leur empressement leur foi laïque, supérieure à toute autre, parce que fondée sur une morale sans obligation, ni sanction ». On ne peut mieux caractériser ce que doit être un urbanisme « total ». Son rôle est de donner un lieu où se rassemblent les pouvoirs politiques, syndicaux, moraux, idéologiques. Les Gratte-Ciel sont appelés à asseoir le pouvoir des catégories sociales que représente la municipalité, que jusqu’ici l’absence de place marquée avec netteté dans l’espace et d’une forme caractéristique reconnaissable, n’a pas permis de représenter5.

SECTION 3. Quelle maîtrise de la production urbaine ?

  • 6 Lois Siegfried (1894), Strauss (1906), Ribot (1908), Bonnevay (1912).

20La doctrine municipale qui préside aux réalisations sociales, considère qu’une bonne gestion des affaires locales est à même d’améliorer notablement la condition des administrés. Cela suppose aussi que la commune dispose d’une autonomie et d’une capacité d’intervention certaines. De fait, quels que soient les mérites de l’équipe municipale, l’initiative communale a profité de l’intervention accrue de l’Etat dans le domaine de l’urbanisme et particulièrement du logement, symbolisé par l’application de la législation sur les HBM effective après 19186 et le vote de la loi Loucheur (1928).

21Malgré cela le dynamisme et l’imagination du Dr L. Goujon incarnent un progrès considérable dans la maîtrise des affaires communales. Les querelles avec Lyon et entre quartiers ayant été abandonnées, l’augmentation démographique et celle des ressources communales donnent à la commune des moyens d’agir beaucoup plus considérables. L’adhésion à l’idéologie socialiste est sans doute pour quelque chose dans les partis d’urbanisme que prend alors la municipalité. C’est aussi à la volonté d’être un modèle, à la fois exemplaire et démonstratif, que l’on doit l’originalité des œuvres municipales. La maîtrise se manifeste particulièrement dans la réalisation du Centre des Gratte-Ciel, et à un degré moindre dans le développement des lotissements encouragés ou directement pris en main par la mairie. Elle transparaît aussi dans le soutien apporté à l’Office Municipal de Villeurbanne créé en 1919, ainsi qu’aux diverses Sociétés de HBM.

22Cette introduction dans un domaine jusqu’ici considéré comme privé constitue une innovation par rapport à la période antérieure à 1914, mais il en va de même dans bien des villes. Ce qui est plus original c’est l’engagement de la commune, qui se fait, au besoin, promoteur (Cf. les lotissements) ou crée une société immobilière, la SVU (Société Villeurbannaise d’Urbanisme) destinée à aménager et construire le nouveau centre (y compris les logements).

  • 7 Voir BMO mars 1926, p. 93. La loi du 14 mars 1919 faisait obligation aux villes de se doter de pla (...)

23La maîtrise de la production urbaine est due, on l’a dit, à l’augmentation des ressources financières de la commune. Elle est due aussi à la mise en place d’une législation (et de crédits) par l’Etat, que la municipalité s’efforce d’utiliser dans le plus grand nombre de cas, l’expliquant avec force détails à ses administrés pour les convaincre de son intérêt (Cf. Les Bulletins Municipaux). Mais il n’est pas abusif de parler d’une véritable politique municipale qui pour la première fois se donne un projet cohérent et ambitieux, et les moyens de la mener à bien. Dès 1926, la mairie publie le premier plan d’urbanisme7 de Villeurbanne où sont exposés les projets d’aménagement et d’extension, et en particulier ceux du Centre commentés par le maire. En 1931, la création de la SVU, société dont on a dit qu’elle avait pour mission d’aménager le nouveau centre préfigure ce que seront les futures Sociétés d’Economie Mixte. L’initiative municipale bénéficie aussi des possibilités accrues d’utiliser les crédits immobiliers d’origine publique ou privée. Elle y recourt très largement en sollicitant des prêts de la Caisse des Dépôts et Consignation, de la Caisse Nationale de Garantie, de celle des ouvriers mineurs. Elle fait preuve d’imagination (d’imprudence diront ses héritiers) en lançant un emprunt obligatoire de 50 millions de francs par l’intermédiaire de la banque Morin-Pons, pour réaliser l’ensemble des Gratte-Ciel.

24Il y a là manifestement, un progrès considérable de l’initiative et du pouvoir municipal dans la maîtrise de la production urbaine, qui se solde par des réussites certaines.

SECTION 4. Initiative municipale et production urbaine

25Davantage que de maîtrise, nous préférons parler d’initiative, puisque les projets municipaux ne sont possibles que grâce aux concours de l’Etat ou privés, et dans un contexte économique favorable jusqu’en 1931. Le bilan final ne sera pas positif en tous points, puisque l’opération des Gratte-Ciel laissera à la municipalité Joly élue en 1935, un déficit et des charges considérables que la crise économique ne peut seule expliquer. Quelque soit le jugement que l’on puisse porter sur la forme et la gestion des réalisations du Dr L. Goujon, il est nécessaire de saisir comment cette politique s’inscrit par rapport à l’ensemble de la production urbaine.

26Les réalisations des premières HBM ou celles des lotissements bénéficiant des subventions de l’Etat, s’insèrent dans la nouvelle politique du logement décidée au niveau national qui consiste à prendre en charge le logement ouvrier ou à l’aider. Cela représente un transfert économique, puisque la reproduction de la force de travail qui incombait aux entreprises, soit directement par la construction de logements, soit indirectement à travers la part du salaire consacrée au logement est assurée pour partie par l’Etat. Au niveau communal cela signifie que les entreprises n’ont plus à construire de cités ou de logements ouvriers (même si elles apportent une faible cotisation) et qu’elles bénéficient indirectement de l’aide de l’Etat pour le logement de leurs travailleurs, L’ampleur du problème du logement demeure telle, que certains patrons devront néanmoins poursuivre la construction d’immeubles pour leurs salariés.

27Ainsi analysée, la politique municipale en matière de logement est en conformité avec l’évolution du mode de production qui laisse à l’Etat le soin d’assurer les coûts de reproduction sociale. La prise en charge par la commune des équipements divers (voirie, réseaux, écoles, loisirs, etc.) qui va croissant, représente une autre forme de transfert.

28On pourrait par ailleurs relever que la maîtrise des opérations d’urbanisme n’a pas été parfaite, compte tenu du recours à des fonds privés ou du déficit final. Il nous paraît plus important d’apprécier la maîtrise de la politique urbaine municipale en comparant les objectifs affichés au départ et la portée effective des réalisations.

29Les projets imaginés, et particulièrement ceux du centre caractéristiques des conceptions politiques et idéologiques du pouvoir communal, sont d’ailleurs le plus souvent acceptés par les administrés, en l’absence d’autres visions de l’urbanisme. L’urbanisme municipal repose sur la conviction que l’amélioration du logement et l’accès à la culture sont de nature à résoudre les problèmes de la condition ouvrière. Les discours officiels éducatifs et moralisateurs explicitent clairement cette fonction d’intégration dévolue à l’urbanisme et à la politique municipale.

30Mais on verra que les réalisations en matière de logement ne s’adressent pas également à toutes les catégories de travailleurs. Ceux qui peuvent s’établir dans les HBM et plus encore aux Gratte-Ciel ou devenir propriétaire dans les lotissements représentent déjà une « aristocratie ouvrière ». Ce sont ceux-là aussi, ouvriers, employés ou cadres moyens qui sont les plus sensibles aux réalisations du nouveau centre, qui va dans le sens de leur désir d’intégration. Car en fait, la conception urbanistique municipale bien qu’ayant des aspirations sociales, représente aussi un essai de reproduction d’un centre traditionnel, malgré ses innovations.

31La fréquentation des équipements (loisirs, théâtre, sport) n’est le fait que des catégories sociales les plus sensibilisées au patrimoine « culturel » jusqu’ici inaccessible aux travailleurs. Il en va de même des conférences éducatives ou cours du soir dont les sujets relèvent généralement de la culture universitaire. Aussi bien, le Centre des Gratte-Ciel après 1934 n’est vraiment pratiqué, habité ou apprécié que par une catégorie de travailleurs, celle qui, suivant l’espoir de ses promoteurs, a adhéré à l’idéal urbain proposé. En revanche une catégorie importante de la population est alors incapable de se reconnaître dans les réalisations municipales. Ce partage entre catégories sociales, et à l’intérieur même de celle des ouvriers, est révélateur de la hiérarchie qui s’est mise en place dans la formation sociale communale. La conception et la production urbaine de la municipalité correspondent ainsi à l’état de la division sociale du moment.

32En 1935, la municipalité communiste qui accède à la mairie, ne peut renier en bloc l’œuvre réalisée. Mais elle marque bien qu’il faut installer le peuple dans les nouveaux locaux, et pratiquer une démocratie authentique ; des assemblées populaires y sont réunies, précédant les conseils municipaux et une université populaire se substitue aux anciennes conférences. Tout ceci montre que la réalisation du centre urbain n’était pas de nature à satisfaire les aspirations de l’ensemble de la population. De là, les jugements mitigés et les réserves, sur la maîtrise d’une opération, annoncée comme un projet social et démocratique ; de là surtout son « dysfonctionnement » ou son échec jusqu’aux années cinquante.

Notes

1 Le Dr J. Grandclément fut maire de 1908 à 1922.

2 Une décision du 21 novembre 1927 prise par le conseil municipal illustre cet état de fait. La municipalité redoute alors de ne pas disposer d’un nombre de locataires correspondant aux logements disponibles dans les premiers HBM. Les logements sont en effet réservés aux familles de 3 enfants au moins, pour lesquels le loyer d’un F4 est jugé trop élevé (2 000 F). Ceci montre bien que les réalisations même sociales, n’étaient accessibles qu’à une certaine catégorie de travailleurs. La municipalité apportant une preuve supplémentaire de sa sollicitude pour les ouvriers, propose d’allouer une allocation de 100 F par enfant de moins de 13 ans.

3 Sur la production des « normes » en matière de logement populaire, on pourra se référer à Guerrand (R.H.) : Les origines du logement social en France, Paris 1967, ainsi qu’à Murard L. et Zylberman : Le petit travailleur infatigable, Recherches, 1976.

4 BMO du 20 mai 1927.

5 L’annonce du projet, sa conception et sa réalisation sont autant d’occasions de faire adhérer la population à l’idéal urbanistique et politique de la municipalité. Ainsi un concours est lancé dans toutes les écoles demandant aux élèves soit de concevoir et dessiner le futur Palais du Travail, soit d’imaginer une rédaction sur une visite faite au nouvel édifice. Les meilleurs travaux sont primés et publiés dans le Bulletin Municipal. L’un d’entre eux s’achève ainsi : « On peut comparer ce Palais à une école où nos pères fraterniseront bientôt ».

6 Lois Siegfried (1894), Strauss (1906), Ribot (1908), Bonnevay (1912).

7 Voir BMO mars 1926, p. 93. La loi du 14 mars 1919 faisait obligation aux villes de se doter de plans d’extension et d’aménagement, dans un délai de 3 ans, prolongé encore de 3 années supplémentaires par la loi du 5 décembre 1923. Villeurbanne fut parmi les premières villes à se doter de tels documents.

© Presses universitaires de Lyon, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search