Version classiqueVersion mobile

Naissance et métamorphose d’une banlieue ouvrière : Villeurbanne

 | 
Marc Bonneville

Deuxième partie. De la banlieue ouvrière a l'urbanisme social : une production urbaine volontariste et originale (1918-1939)

Chapitre I. L’évolution du mode de production

Texte intégral

1L’urbanisme social qui se développe après 1920 peut être considéré comme une tentative de réponse ou d’adaptation à l’industrialisation croissante de la commune.

SECTION 1. Le développement du mode de production industriel et sa diversification

2La croissance industrielle et celle de la production capitaliste commande bien davantage qu’avant 1914 toute la production urbaine locale. L’agriculture n’est alors plus qu’une survivance sur les marges de la commune et l’ensemble de la sphère de production est dominé par la production industrielle. A la concentration et au développement des branches déjà existantes, s’ajoute l’installation d’industries nouvelles. De fait si le secteur des petites industries reste toujours important et enregistre de nombreuses créations, certaines tendances esquissées avant 1914, s’accusent nettement :

  • Passage à la grande industrie avec la multiplication d’établissements de plus de 100 salariés et dépassant parfois mille salariés.
  • Concentration accrue des établissements dans les branches anciennes.
  • Apparition de branches nouvelles disposant de capitaux importants, sans rapport avec le contexte industriel local.
  • Renforcement de la division technique du travail, et de la hiérarchie salariale par le biais de la complexification des tâches.

3Parallèlement la part prise par les petits établissements et les ateliers se réduit et ils ne subsistent que dans les activités les moins rentables ou très spécialisées. A l’opposé, la complexification du secteur productif engendre des activités dites de service, non directement liées à la production et qui relèvent de l’administration, de la gestion, du commerce ou de la recherche. Mais ces fonctions tertiaires qui s’amplifient ou qui apparaissent, demeurent encore localisées dans le centre de Lyon, Villeurbanne étant affectée à la production industrielle, par le jeu de la division économique et sociale de l’espace.

4La seconde conséquence de la diffusion du mode de production industriel que l’on peut appeler capitaliste, c’est son extension au-delà de la sphère de production proprement dite à celle de la reproduction sociale. Cette influence est directe dans la mise en place d’une formation sociale largement dominée par le salariat ouvrier sensiblement plus important qu’avant 1914. Elle est évidente aussi, bien que sous une forme indirecte, dans la production des différents éléments de reproduction sociale relevant de l’initiative publique ou privée, qu’il s’agisse des équipements urbains ou des logements, des écoles, etc.

5Cet impact de l’industrie nous conduit à préciser les conditions de son développement entre 1918 et 1939. A l’expansion rapide jusqu’en 1929, succèdent les crises de 1929-1932 et de 1936.

6Cette évolution et ces événements influent très directement sur la croissance urbaine et de façon spectaculaire sur la politique municipale, si bien qu’il faut distinguer dans l’histoire industrielle les deux périodes.

1. L’ÉVOLUTION DES BRANCHES INDUSTRIELLES ANCIENNES

7C’est dans le cas des industries anciennes que l’on mesure le plus aisément les transformations structurelles intervenant après 1914.

8Les industries textiles et annexes connaissent une expansion soutenue jusqu’à la crise de 1929-1932 ; celle-ci affecte durement les entreprises de Villeurbanne surtout pour les tissages, les fabriques de tulles et de dentelles. Les teinturiers sont aussi affectés, mais réagissent au moyen de concentrations accrues. Cependant jusqu’en 1939, la production industrielle reste très ralentie dans ce secteur.

L’industrie des tulles et des dentelles

  • 1 Les fabriques de tulles villeurbannaises représentent alors environ la moitié du potentiel lyonnai (...)

9Elle demeure l’une des spécialités de la commune, et connaît jusqu’en 1930 un très vif essor. En 1936, on comptait 36 entreprises1 dans ce secteur soit deux fois plus qu’en 1909. On remarque en particulier que les maîtres tullistes (86) ont accru leurs effectifs aux Charpennes et à la Doua, par suite de la migration de tullistes venus des Brotteaux ou de créations. La structure artisanale en petits ateliers ou à domicile conserve de fortes positions dans le travail à façon, grâce à sa capacité d’adaptation. Mais l’installation d’usines à l’initiative des soyeux de la Croix-Rousse se poursuit. On a vu que dès avant 1914 ceux-ci avaient investi dans de grands établissements de plus de 100 salariés.

10Cependant l’importance prise par l’industrie du tulle à Villeurbanne ne doit pas faire illusion. Si le nombre des entreprises croît jusqu’en 1930, cela procède essentiellement des transferts, car au niveau de l’ensemble lyonnais cette industrie est en perte de vitesse depuis 1919 et elle va enregistrer des difficultés sévères. Au sommet de la hiérarchie les fabricants usiniers, Dognin (500 salariés), Kiemlé, Lafourcade, Billon, Jallade, Prylli, (plus de 100 salariés) connaissent leur apogée avant 1919 ; ensuite très affectés par les crises successives (1930-1932 et 1936), ils licencient massivement. Les grèves sont longues en 1936 chez Dognin où les salaires sont parmi les plus bas de Villeurbanne. Jallade disparaît, Kiemlé et Lafourcade transfèrent leurs fabrications dans le Bas Dauphiné (respectivement à Sardieu et la Ravinghouse). Seuls, les Ets Semanaz progressent rapidement. Les maîtres tullistes surmontent mieux les crises, malgré leurs effectifs importants. Perpétuant les traditions de la Fabrique Lyonnaise ils s’adaptent tant bien que mal à la conjoncture. La plupart sont des façonniers qui possèdent deux ou trois métiers et autant d’ouvriers ; mais certains en ont jusqu’à trente et deviennent à la fois usiniers et fabricants négociants, si bien qu’il est difficile d’établir un état précis de cette catégorie, à l’activité sans cesse fluctuante. Ils doivent faire face aux exigences des fabricants qui les font travailler et à celles des ouvriers en tulles groupés en un puissant syndicat. Constitués en coopérative, ils s’efforcent d’échapper à l’emprise des négociants, des fournisseurs de fils. Ils « s’en sortent » en congédiant leurs ouvriers et en acceptant des tarifs diminués. Ainsi en 1921, ils abaissent de 20 % les salaires accordés à leurs ouvriers en 1920, pour faire face au marasme. Mais si les 217 maîtres tullistes de Lyon Villeurbanne parviennent à se maintenir, il y a alors sur un total de 800 ouvriers tullistes, 500 chômeurs. Ainsi peut-on suivre le déclin de cette branche, qui ne laisse subsister que quelques grandes usines face aux artisans travaillant à leur compte après 1930.

L’industrie du tissage de soieries

11On dénombre 67 tisseurs à Villeurbanne alors que l’agglomération en compte environ 560 en 1929. Là encore il faut distinguer entre les tisseurs à domicile, relativement peu nombreux dans la commune et les usiniers, dont l’essor est au contraire considérable en raison de l’extension des maisons dont le siège demeure à la Croix-Rousse. Les effectifs employés sont très importants jusqu’en 1930 et donnent à Villeurbanne la majorité de ses emplois textiles : les principaux établissements sont Bertrand (380 salariés en 1930), Ballaz (180), Coudurier Fructus (160), Mantelier (160), Mathieu pour la passementerie (185), Denis (250), Genin (230), Boissier (400), et J.-B. Martin (330), Roche pour le velours. A côté de ces grands établissements, de très nombreux ateliers ont entre 50 et 100 salariés (Clerc-Renaud, Schwartzenbach, la Soie de Calais, Gessner, Pey, Carrel, Bergier, Bouillet, Bernheim, Veltexco...).

12Le plus souvent, en particulier pour les sociétés les plus importantes, les usines de Villeurbanne ne constituent qu’un des établissements, souvent le plus moderne ou le plus important. Ainsi la maison Coudurier - Fructus - Descher, fabricant de soieries qui a débuté en 1896 dans son usine de la Croix-Rousse, a construit son unité la plus moderne pour le tissage des velours façonnés route de Crémieu à Villeurbanne. Mais elle possède en outre trois importants tissages à Wintzenheim (Alsace), à la Bâtie Montgascon (Isère) et à Fontaine au nord de Lyon. Ses services commerciaux sont représentés par cinq maisons implantées à Lyon, Paris, Londres, Bruxelles, New York, et elle emploie 400 cadres, employés ou collaborateurs. A partir de cet exemple assez représentatif de l’organisation des grandes sociétés on peut comprendre comment s’est établie cette activité usinière dans la commune, sous la forme de grands établissements ; elle y représente alors la principale des activités textiles.

  • 2 M. Laferrère déjà cité, p. 219-222.
  • 3 La crise de 1932-34 se manifeste par une baisse générale des salaires et l’augmentation de la prod (...)

13Mais cette branche reste vulnérable à la merci des variations de la conjoncture, travaillant sur des séries courtes. La crise de 1929-1931 est en fait aggravée par les transformations techniques qui s’imposent, avec l’adoption des fibres artificielles, principalement de la rayonne. Les procédés anciens sont abandonnés, les machines doivent être renouvelées et les fabricants qui s’étaient installés comme usiniers sont les premiers touchés, davantage que les façonniers à domicile qui s’adaptent beaucoup plus aisément2. Les mutations et l’adoption des métiers automatiques expliquent les fermetures d’usines très nombreuses après 19303.

14Le tissage trop spécialisé, peu concentré, à faibles capitaux, subit une évolution contrôlée en fait, depuis l’avènement de la viscose et de la rayonne, par les fabricants de fils et les mouliniers qui disposent de moyens techniques et financiers bien supérieurs. Aussi bien les fermetures sont nombreuses, de même que les concentrations, accompagnées de licenciements. Les affaires les moins touchées sont celles qui sont les plus diversifiées : Henri Bertrand qui possède plusieurs établissements et plusieurs spécialités ; J.-B. Martin créé en 1839 à Tarare, spécialisé dans le tissage du velours mais aussi dans la teinture industrielle et possèdent outre l’usine de Bonneterre des établissements à Tarare, Roanne, Lyon (La Vilette), Moirans, Voiron, etc.

  • 4 Elle employait 300 ouvriers en 1936.

15On peut aussi signaler comme exemple de cette évolution le cas de la seule usine de filature de soie de Villeurbanne. L’usine Villard installée en 1898 a connu une forte croissance jusqu’en 1917 et comptait 600 salariés à cette date. C’est alors qu’elle est absorbée par le groupe de la SA Filature de Schappe, première amorce de la concentration lyonnaise de l’industrie de la schappe, qui possède les établissements de St-Rambert en Bugey, Amplepuis, Pierre-Bénite etc. Jusqu’en 1930, l’usine semble prospère4. Puis elle est menacée par l’adoption des fibres artificielles ; la concentration et la restructuration du groupe se font en faveur des usines du Bugey et au détriment de Villeurbanne. Durement touchée par les grèves de 1936, elle ferme ses portes en mars 1937, la société de la Schappe SA refusant les augmentations de salaire et transférant alors les fabrications dans les usines où les salaires demeuraient inférieurs (Bugey, Amplepuis).

La branche des teintures et apprêts

16C’est ici que les transformations structurelles sont les plus profondes.

17Jusqu’en 1930, l’essor de la teinture ne se dément pas ; en 1936 on dénombre 35 teinturiers dont 8 sont très importants. Les petites et moyennes affaires relevant de la structure artisanale ont maintenu leurs activités. Le quartier des Charpennes a vu disparaître et naître un grand nombre d’ateliers ou de petites entreprises. Certaines atteignent une dimension industrielle bien que conservant le travail à façon, une structure artisanale et des productions très spécialisées : Bouillat, Chappart, Ribault, Clément, Laperrousaz, Billon, Poinat sont les plus importants des teinturiers qui travaillent au début de la route de Vaulx.

  • 5 En 1930 les effectifs de l’usine Gillet de Villeurbanne étaient de 2 200 salariés. Lors de la gran (...)

18Cette période est aussi favorable au développement des grands établissements installés avant 1914. Gillet et Vuillod Ancel agrandissent encore leurs installations ; ils représentent la grande industrie d’autant qu’ils possèdent d’autres établissements hors de Villeurbanne5. Seux et Charrel (grâce aux capitaux suisses), Picot, Pervilhac, Nombret-Gaillard, l’usine Gamma installée par le groupe Atuyer et Cie pour l’encollage des fils, viennent ensuite si l’on se réfère aux effectifs employés. A un degré inférieur la Teinturerie de la Rize, Durand, Maire, Delay, Vahé, Rhonat, complètent la panoplie des grandes usines de teinture (plus de 50 salariés).

  • 6 M. Laferrère déjà cité, p. 218.
  • 7 Les indications fournies par les rapports de police lors des grèves de 1936 oscillent entre 4 000 (...)

19La crise de 1930 touche aussi cette branche et il s’en suit une récession considérable. D’après M. Laferrère6 de 1929 à 1937 le chiffre d’affaires de la teinture à Lyon diminue de 75 %, le nombre d’établissements se réduit de 119 à 69, l’emploi de 16 800 à 6 450 personnes7.

Un secteur en crise dès 1931

20L’ensemble des activités « textiles » et de leurs annexes, sur lesquelles repose une large partie de l’emploi industriel, voit sa période de prospérité s’achever en 1930, et celle-ci ne reviendra jamais au même niveau. Quelles qu’en soient les causes (mécanisation, concurrences diverses, changement des goûts, des modes et des mœurs) on doit constater que les événements de 1929-32 et ceux de 1936-37 ont frappé beaucoup plus durement ce secteur fragile et ancien que les autres branches implantées dans la commune. Celles-ci, malgré quelque ralentissement, repartiront et se développeront, alors que les « textiles » demeureront en crise permanente. A travers la notion de crise il faut bien voir que c’est la nature même du système économique de la Fabrique Lyonnaise qui est remise en cause et du même coup les rapports sociaux sur lesquels elle vivait. D’où son importance pour l’évolution de la société locale à Villeurbanne.

21On constate ainsi, de 1932 à 1935, que c’est dans le secteur textile que les grèves sont les plus nombreuses : il s’agit généralement de s’opposer à ou de limiter les diminutions de salaires que les patrons imposent aux ouvriers (de — 10 % à — 22 %) pour lutter contre la concurrence. C’est le cas chez J.-B. Martin, Gillet, Seux et Charrel, Nombret Gaillard, Roche, Rhonat-Durand, Dognin. De même des grèves éclatent pour s’opposer à l’augmentation de la productivité, et refuser de conduire deux métiers au lieu d’un pour un salaire identique ou à peine supérieur, chez les fabricants. Les licenciements sont nombreux et les effectifs partout en baisse.

22Ainsi les usines de la Société Gillet connaissent-elles une grève très dure en 1935, lorsque la direction décide de diminuer les salaires de 12 % : Le mouvement touche toutes les usines du groupe (Villeurbanne, Serin, Vaise, Lacassagne, Gerland, Miribel, Izieux...). Les effectifs de l’usine de Villeurbanne qui avaient dépassé le seuil des 2 000 ouvriers avant 1930, chute à moins de 1 800.

  • 8 Archives départementales Série 10 M 1938.

23Mais le mouvement se poursuit, malgré le coup d’arrêt du Front Populaire. L’adoption des conventions collectives, de la semaine de 40 heures, les hausses de salaires entraînent de nombreuses fermetures : La Schappe SA refusant une augmentation des salaires de 20 % ferme l’usine de la route de Vaulx (300 emplois) ; Mantelier SA procède de même. Mais ce sont surtout les licenciements qui se multiplient : dans les usines de soie artificielle à Décines, Vaulx, St Maurice-de-Beynost, à la filature de la Ramie ainsi que dans la plupart des entreprises. Chez Gillet, la grève qui commence le 20 mai 1937 dure 50 jours. L’usine de Villeurbanne qui avait dû abaisser les horaires de 40 heures à 24 heures ne comptait plus alors que 1 450 salariés. La grève éclate lorsque la direction envisage d’autres licenciements 80), (et les usines de Villeurbanne et Serin sont occupées. La fermeture de l’usine villeurbannaise fut même envisagée et la production ne repartit qu’avec 150 ouvriers ; cet effectif n’était encore que de 526 en février 19388, et ne reviendra jamais plus à son niveau antérieur.

24On voit ainsi que dès 1931-1932, l’économie traditionnelle de la commune avait été sérieusement ébranlée et son importance était en déclin. Le mouvement concernait également les fabricants, les façonniers et les artisans à domicile. Ceux-ci bien que moins touchés par les conventions de 1936-38, ne purent survivre que grâce à des tarifs diminués, alors que le travail se raréfiait. La baisse de leurs effectifs, bien que plus difficile à saisir, est réelle à partir de 1931.

25Pour saisir la nature de la crise, il faut insister sur les bouleversements techniques et économiques dont les effets s’ajoutent à ceux de la crise. L’adoption de la rayonne contribue à l’industrialisation du moulinage et à l’édification de grands groupes industriels. Mais cette concentration s’impose aussi aux manipulateurs de tissus ou de fils de rayonne. La structure financière et technique beaucoup plus concentrée de la teinture permet aux grands établissements de s’intéresser à la production de fils. Dès 1904, on l’a vu, le groupe Gillet a produit des fils artificiels à Izieux, puis en 1911 à St-Chamond, Besançon, Guéret et La Voulte. En 1922 il crée avec la Société des Usines du Rhône la société Rhodiacéta qui produit la soie à acétate à Roussillon puis à Vaise. Ainsi voit-on comment les grands teinturiers ont pu diversifier leurs activités et assurer leur reconversion aux nouveaux produits. La puissance du groupe Gillet est telle qu’en 1945, il peut en s’associant avec le SABT de Thaon s’assurer une position dominante dans la France entière pour les traitements des fibres. Entre 1920 et 1935 la société Gillet assure sa domination en absorbant par ses filiales une vingtaine d’entreprises de teinture de la région lyonnaise (Grobon, du Closel et Blanc, Goetz et Gras, Montegu et Donati, etc.).

  • 9 Sur ce point voir A. Pinton : La soie artificielle à Lyon, in Revue des Etudes Rhodaniennes, 1930, (...)

26Cette évolution doit être rappelée afin de resituer la place des grands établissements industriels villeurbannais dans l’évolution générale de l’industrie lyonnaise. Les tisseurs, les tullistes et même les teinturiers (si l’on excepte Gillet) tombent sous la dépendance des grandes concentrations industrielles qui se forment autour des chimistes, des producteurs de fils artificiels et bientôt synthétiques. Ceux-ci installent de très grands établissements à Vaulx-en-Velin (la SA des Soies Artificielles), à Décines ou Beynost (la Société Lyonnaise de Soie Artificielle), à Neuville, Vénissieux, Vaise, Irigny, etc.9.

27Pour comprendre la portée des mutations qui interviennent alors, il est nécessaire de comparer le fonctionnement des nouvelles installations techniques à celui des usines traditionnelles. L’exemple de l’usine du groupe Gillet à Vaulx (SA des Soies Artificielles) nous paraît être caractéristique, d’autant qu’il se situe à la limite de Villeurbanne et même pour une partie sur cette commune. Les facteurs qui ont pu jouer pour décider cette installation peuvent être résumés ainsi :

  • La nécessité de disposer d’importantes superficies pour construire des locaux de grande dimension : ainsi en 1924 l’usine s’installe sur 75 hectares dont près de 20 ha seront compris dans l’enceinte de l’établissement.
  • La nécessité de s’écarter de l’agglomération en raison des nuisances liées à ce type d’activité polluante et dangereuse (Cf. hydrogène sulfureux).
  • La possibilité d’utiliser des quantités d’eau importantes (ou d’évacuer les eaux usées) à proximité du canal de Jonage, ou à partir de la nappe phréatique.
  • Ce même canal dérivant les eaux du Rhône avait été achevé en 1889 pour permettre la production d’électricité, dont l’usine avait besoin.

28L’usine achevée en 1925 représentait 10 ha de bâtiments industriels, soit 100 000 m2 de planchers disposés sur 3 niveaux. Elle avait une forme de parallélépipède très moderne pour l’époque, avec des toits en terrasse et de grandes baies vitrées. Elle était conçue comme un ensemble intégré et comportait deux ateliers de préparation, 3 filatures et des ateliers de dévidage, de moulinage, d’étirage, de flottage intégrés à chaque filature. Chaque atelier de préparation disposait d’ateliers de filature et des ateliers travaillant à l’aval ; chacune correspondait en fait à un produit particulier, donc à une filière et à un département technique particulier, réalisant une production de fils viscose (rayonne, fibranne) ayant ses caractéristiques spécifiques. Le procès de travail était segmenté selon une succession de transformations se déroulant horizontalement d’un atelier à l’autre.

  • 10 Informations extraites d’une étude réalisée par J. Bouvier et J.-P. Ducret en vue d’un mémoire de (...)

29En revanche la filature était faite verticalement sur des métiers assez hauts, à chassis vitrés coulissant de haut en bas. Chaque département disposait de 26 métiers de 200 filières chacun10. Chaque atelier occupait de 150 à 200 ouvriers travaillant suivant le système des quatre-huit ; les équipes se succédaient jour et nuit, afin de permettre le fonctionnement en feu continu. En raison de la mécanisation très avancée, la majorité des emplois étaient peu qualifiés, répétitifs et très pénibles. Au total on dénombrait plus de 3 000 salariés en 1927-1928, en majorité étrangers et très souvent renouvelés.

30De cet exemple, on retiendra que dès 1925 apparaissent des procédés techniques et des fabrications qui remettent en cause ceux en vigueur jusque-là, bouleversant les spécialités professionnelles anciennes et transformant la structure de l’emploi. Cependant les nouveaux procès de production et les nouveaux produits n’entraînent pas la disparition des plus anciens : il y a coexistence des façonniers et des « chimistes », maintien des artisans et apparition des OS. Mais ces contrastes s’accusent d’autant nettement que les nouvelles implantations industrielles se détachent du noyau urbain et recréent de véritables cités industrielles sur ses marges.

31Cependant, la majorité des établissements de Villeurbanne spécialisés dans des productions étroites restent encore marqués par le travail à façon, utilisant une main-d’œuvre qualifiée ou experte mais fonctionnant suivant des procédés hérités de la Fabrique Lyonnaise. Cela les distingue des grandes usines de Vaulx, Décines, St-Fons, etc. utilisant une main-d’œuvre étrangère sans qualification. La position de Villeurbanne dans l’évolution industrielle comme dans l’espace est à mi-chemin de l’atelier du canut et des usines de la soie artificielle installées en périphérie. Malgré la dimension de certains établissements et leur grand nombre, l’industrie à Villeurbanne reste celle des « façonniers » et cela apparaît aussi dans la société ouvrière de la commune, comme on le verra plus loin.

32Pour être complet il faut en outre signaler que les industries textiles se diversifient avec le développement de la confection et de la bonneterie. Il s’agit bien souvent de petits ateliers situés dans des locaux non spécialisés. Mais une certaine concentration se fait jour : Tissot, Mille, A. Lafon, Romieux font travailler des centaines d’ouvrières. Ce secteur est néanmoins dominé par les établissements Wyler cours E.-Zola et surtout par Guicher et Coste qui emploient plus de 1 000 salariés. Ce développement spectaculaire s’inscrit en fait dans le même registre que celui des autres activités textiles. Ces entreprises travaillent à façon sur des modèles sans cesse renouvelés. Le procès de production même industrialisé est encore très proche de celui de l’artisan : les femmes forment l’essentiel de la main-d’œuvre. Souvent très expertes elles sont généralement mal rémunérées.

33Le textile et ses branches annexes a fortement marqué l’industrie et la société ouvrière locale : les emplois peu qualifiés y dominent, souvent occupés par les femmes. La hiérarchie de l’emploi est peu ouverte, et les emplois les plus qualifiés sont souvent tenus par des maîtres teinturiers, tullistes ou tisseurs dont la qualification et la place dans l’entreprise restent encore imprégnées par les origines artisanales. Quelle que soit la taille des entreprises textiles, leurs employés restent profondément marqués par des rapports de production et des rapports sociaux caractéristiques du secteur textile.

2. LA DIVERSIFICATION DE L’INDUSTRIE

34La domination du textile à peine contestée jusqu’en 1914 est beaucoup moins nette en 1939, en raison des progrès des autres branches industrielles. Parmi celles-ci, il faut mettre en avant la place considérable prise par les industries mécaniques et la construction électrique, aux côtés d’autres spécialités moins importantes.

35On a vu que les premiers éléments de la diversification industrielle étaient apparus avant 1914. L’industrie chimique est née à partir des dérivés de la teinturerie : fabriques d’acides, de gaz ont précédé l’apparition des grandes usines qui se développent après 1918. Les fabriques de colorants et de vernis prennent une place importante avec les établissements Brunner aux Charpennes, Valentine, Gonnet, Reynaud, qui s’ajoutent aux usines de parfums (Descollonges) et celles produisant du savon.

36A côté de ces réussites d’origine locale, on a vu que dès le début du siècle s’était développée une importante industrie du caoutchouc : la Manufacture Lyonnaise de Caoutchouc, puis les Etablissements P. Lacollonge poursuivent leur extension après 1918 et se spécialisent dans la production des revêtements de sols. Les industries du cuir progressent aussi grâce à Lacourbat et surtout Bally qui emploie plus de mille salariés en 1936 (surtout des femmes).

37Ce qui est plus nouveau c’est la place prise par certaines spécialités locales, jusqu’ici développées sur un mode artisanal. L’imprimerie fournit un bon exemple du passage au stade industriel lorsque s’installe sur le cours Tolstoï ou à proximité les usines Ramboz (650 salariés en 1936) et Arnaud (400 salariés), La Rochette (papier).

38Les industries alimentaires (Confiserie Lamy, Grands Moulins de Villeurbanne, Pâtes Vinai, Leroudier), ou celle du verre pour la construction (Dellamonica) ou du bois (Vetter) près de la gare de la Ligne de l’Est, sont autant d’exemples qui soulignent la diversification de l’industrie à Villeurbanne. Il s’y ajoute après 1920 l’industrie du bâtiment lorsque la construction des logements ou des édifices connaît un vif essor.

39Mais cette branche est encore dominée par les procédés de fabrication artisanaux ; si parmi les nombreux artisans ou petites entreprises apparaissent bien quelques entreprises de taille supérieure (Cf. Les Etablissements Plazanet et Le Roc), ce n’est qu’après 1945 que Villeurbanne accueillera de grandes entreprises.

40Cependant la diversification industrielle est surtout le fait des industries mécaniques et métallurgiques qui progressent régulièrement après 1918 et de la construction électrique dont l’arrivée à Villeurbanne est accidentelle.

Les industries mécaniques et métallurgiques

41Les débuts de cette branche sont liés, à Villeurbanne, au développement des industries textiles auxquelles les premiers ateliers ont livré soit des machines textiles soit du matériel pour teinturiers. Johnson et Brugger fabriquent ainsi des machines pour les tullistes et les tisseurs. Clerc-Renaud, Béné, Giscard, Robatel pour ne citer que les principaux établissements, produisent des cuves et d’autres équipements pour la teinture.

42La période 1930-1936 semble bien être décisive pour ces entreprises et d’autres de moindre importance. La crise du textile et le freinage des investissements les placent dans une situation difficile. Johnson et Brugger disparaissent ; les autres cherchent à diversifier leurs fabrications non sans succès et seront à l’origine d’affaires de mécaniques de précision qui subsistent encore. L’exemple des établissements Béné et celui de l’usine Giscard reprise plus tard par AMTEC montrent bien cette évolution. D’autres resteront plus liés au textile (Clerc-Renaud, Lebocey...). Par ailleurs un grand nombre d’ateliers apparaissent après 1920 particulièrement aux Charpennes, au Tonkin et à la Cité, se consacrant à des fabrications très spécialisées : les cycles Gauthier, Schwartz Haumont, Lambert, Gaucherand, Mandier, présents avant 1914 prennent de l’importance parmi beaucoup d’autres.

43Peu à peu s’esquisse une spécialisation vers la mécanique de précision, qui ira croissant, et dont la machine-outil représente une des branches les plus dynamiques. Nombre d’affaires promises à une destinée prospère apparaissent alors : Brondel, Baële et Gangloff, Sclave, Ogier Boudoul, Paugaud-Collon, Chomienne, ECTCTI, Solyvent pour ne citer que les principales contribuent à hisser la mécanique aux premiers rangs des industries de la commune.

44Par ailleurs les fonderies de métaux non ferreux qui viennent souvent des Brotteaux ou qui sont des créations récentes se multiplient au Tonkin et aux Charpennes ainsi que les ateliers de traitement de métaux.

45Ce sont de petits établissements (Moulaire, la Fonderie villeurbannaise, Roux, Rivollier, Thiébaut, Mercier, Sclave, l’Emaillerie du Rhône) installés dans des locaux exigus. La chaudronnerie (Boccard, Lecrenier) qui est à ses débuts tient un rôle de plus en plus important. Le travail des métaux précieux ou non ferreux et le tréfilage sont représentés par la grande société Lyon-Alemand et les usines Bocuze puis Bouillet-Bourdelle. Cependant ce développement est encore marqué par les techniques de production artisanales (division technique du travail peu poussée, tâches peu fragmentées) et par l’absence de capitaux ou d’investissements importants. La hiérarchie ouvrière est moins écrasée que dans le textile car les emplois qualifiés y sont assez nombreux.

46Ces branches sont donc en retrait par rapport aux grandes entreprises textiles, en ce sens qu’elles conservent souvent une organisation plus traditionnelle ; assez curieusement les grandes usines de mécanique qui introduisent les techniques du travail à la chaîne et de la spécialisation des tâches ne se développent pas à Villeurbanne. Dans cette commune deux importants établissements se sont pourtant installés après 1914 : ce sont les Ateliers de Construction Schwartz Haumont et la Compagnie d'Applications Mécaniques qui disposent de très importants locaux sur le cours E.-Zola. Mais la première disparaît avant 1936, faisant place au Stadium Municipal et la seconde après 1930, remplacée par les Gratte-Ciel. Après la disparition de ces deux grande usines, il ne reste à Villeurbanne que des entreprises petites ou moyennes d’origine locale, travaillant pour des fabrications très spécialisées ou en sous-traitance. Il faudra attendre 1950-1952 pour les voir prendre de l’ampleur ou pour enregistrer d’importantes implantations. Malgré tout, le nombre d’emplois du secteur métallurgie-mécanique est important à Villeurbanne en 1939 et plus encore celui des salariés de cette branche résidant dans la commune tout en travaillant dans les entreprises lyonnaises. La population ouvrière de la commune est en 1939 fortement marquée par le développement des petites et moyennes entreprises qui font appel à une main-d’œuvre qualifiée, surtout masculine et où les rapports sociaux sont bien différents de ceux que connaissent alors les différents secteurs du textile.

La construction électrique

47Elle représente le second élément majeur de la diversification industrielle à Villeurbanne.

48— Face à la domination des grands établissements textiles, l’arrivée des grandes usines de construction électrique représente une innovation considérable pour Villeurbanne. Dès avant 1900 les industries électriques avaient connu un développement rapide avec la diffusion de l’électrification. Pour l’agglomération lyonnaise et plus spécialement pour Villeurbanne, l’édification de l’usine électrique sur le canal de Jonage aux marges de la commune en 1899 est à l’origine du développement de l’industrie de la construction électrique. Dès 1897 apparaît la Société Française des Câbles électriques à Gerland destinée à produire les fils nécessaires au transport de l’électricité dans l’agglomération mais aussi en provenance des Alpes. De nombreux constructeurs de machines électriques naissent à Lyon de 1894 à 1914. A Villeurbanne, c’est au début du siècle que s’implantent des fournisseurs de pièces : une fabrique de porcelaine, mais surtout l’EBENOID (matières plastiques) et Fibre et Mica dont l’installation à Bel Air procède de la décongestion des fabrications de la CEM jusqu’ici groupées à la Buire (Lyon 3e). En 1919 également est créée rue du 4 Août le Fil Dynamo alors que l’usine Bocuze (rue Flachet) mettant à profit son expérience du tissage des soieries et des dorures, se lançait dans le tréfilage de métaux convenant aux usages électriques. La fabrication de moteurs (Prat, Sovel, Somer, Grandvuinet, puis Gervais Schindler), la réparation (Rep-Elec, Lamel) se développent comme autant d’activités complémentaires autour de ces grosses sociétés. En 1919 ceux-ci sont au nombre de 4 (la CGE, la CEM, SW et la Société Grammont).

  • 11 Pour une étude plus complète de l’installation de l’industrie de la construction électrique à Lyon (...)

49Les trois premiers représentent des firmes nationales déjà très concentrées et n’ayant à Lyon qu’une partie de leurs établissements11. C’est en 1916 que les Ateliers de Constructions Electriques de Delle sont transférés à Villeurbanne. Si cette arrivée a un rapport certain avec les événements de 1914-1918, la localisation dans l’agglomération lyonnaise n’est pas due au hasard. Créée en 1912 à Belfort, la Société des Ateliers de Delle était en 1916 contrôlée pour partie déjà par la Compagnie Générale d’Electricité (CGE), laquelle venait d’absorber l’usine que possédait à Gerland la Société Française des Câbles Electriques. L’installation des Ateliers de Delle à Villeurbanne ne relève donc pas d’une démarche fortuite mais d’une stratégie précise. L’usine qui s’installe dans le quartier du Bon Coin le long de la Ligne de l’Est occupera 7 ha et ses effectifs (plus de mille salariés) ne cesseront de croître. Cette usine est complétée par l’arrivée d’autres établissements de la même branche qui vont donner au quartier le Bon Coin — Cyprian une véritable vocation « électrique ». Il faut citer en premier lieu un second établissement de la CGE, plus modeste, la Compagnie Générale d’Entreprises Electriques (CGEE). Le groupe de la CEM s’était fixé tout près dès 1905, avec l’usine Fibre et Mica. D’autres fabricants de pièces ou de moteurs sont venus s’ajouter au complexe ou l’ont précédé : l’Ebenoïd, Sovel, Gervais Schindler, Roux Combaluzier.

50Dans le cas de Delle, il est possible de parler de grande industrie, la CGE étant une affaire nationale aux établissements répartis dans la France entière et qui détient une position dominante dans le secteur électrique. Branche en expansion, disposant de capitaux et d’investissements considérables, elle met en œuvre des fabrications complexes. Cependant l’usine Delle de Villeurbanne qui construit de l’appareillage électrique associe des équipements très divers (porcelainerie, forge, ateliers de plastiques, de montage, d’essai, bureaux d’étude, etc.) de telle sorte qu’il s’agit d’une usine complexe et intégrée, donc moins spécialisée. Les emplois sont beaucoup plus diversifiés que ceux du secteur textile par exemple : les ingénieurs, techniciens, dessinateurs, les ouvriers qualifiés représentent une part notable des salariés. Cette structure moins écrasée, est à l’origine du développement d’une hiérarchie professionnelle beaucoup plus ouverte. En ce sens, l’essor des industries électriques (et particulièrement celles relevant des grands établissements) a contribué de façon décisive à la diversification de la société villeurbannaise issue de l’industrialisation.

3. LE DÉVELOPPEMENT DES ACTIVITÉS DE « SERVICE »

51C’est aussi ce qui caractérise l’évolution du mode de production entre 1918 et 1939. La structure de l’emploi se diversifie avec l’apparition de professions non directement liées à la production, en particulier celle des employés. Ce phénomène reste beaucoup moins important à Villeurbanne qu’à Lyon qui concentre les « services », mais il devient notable après 1918.

52Les industries locales ont des employés occupés à des tâches de gestion, de commerce ou d’entretien ou de service et leur nombre paraît s’accroître jusqu’en 1939 avec l’apparition de qualifications plus précises : comptables, dessinateurs, secrétaires, dactylos etc. Ce sont surtout les grandes entreprises qui possèdent des services commerciaux ou d’étude importants qui fournissent ces emplois (Cf. Delle, CGEE, CEM, la Société des Forces Motrices du Rhône, mais aussi Gillet, Martin, Pervilhac...) et celles où les qualifications sont les plus poussées. En revanche les petites entreprises ont très peu d’« employés ».

53Les transports qui connaissent une forte croissance sont parmi les plus gros pourvoyeurs de la catégorie des employés. A Villeurbanne, le Chemin de Fer de la Ligne de l’Est (et la gare du même nom) fournit surtout des emplois de type productif peu différents de ceux des usines : ajusteurs, menuisiers, tourneurs, mais aussi des employés. Les transports urbains (OTL) qui possèdent un dépôt et des ateliers aux Charpennes, recrutent beaucoup à Villeurbanne : des électriciens, terrassiers, ajusteurs, poseurs, laveurs et beaucoup d’employés ou wattmans (400 à 500 salariés).

54Par ailleurs le secteur artisanal et du commerce compte un nombre d’actifs en rapport avec la population communale. Mais certains services progressent, tels les garages, les coiffeurs ou les employés salariés des cinémas et des grands magasins généralement situés à Lyon. A partir de 1922, les employés progressent rapidement avec l’extension des services municipaux : les employés ou ouvriers de la voierie, et d’entretien, mais aussi le personnel occupé dans les bureaux ou dans les écoles. En revanche, les employés des services de l’Etat restent peu nombreux, en raison de l’absence d’implantation dans la commune. Même les postiers sont peu nombreux alors que la Compagnie du Gaz installée au Bon Coin compte davantage d’ouvriers que d’employés.

55Villeurbanne compte certainement en 1936, un important déficit d’employés et une sur-représentation ouvrière par rapport à Lyon, ce qui s’explique par la division sociale de l’espace lyonnais. Le tertiaire « supérieur » (direction, recherche, finances, gestion) est encore plus indigent, par le nombre d’emplois offerts dans la commune ou par le nombre de salariés de ce secteur y résidant.

SECTION 2. Une nouvelle formation sociale

1. L’ÉVOLUTION DES STRUCTURES DE PRODUCTION ET DE L’EMPLOI

56La présentation des activités industrielles et de leur évolution entre 1918 et 1939, a montré l’importance des transformations intervenues à Villeurbanne.

57La plus apparente réside dans l’accroissement du nombre des entreprises et des salariés, celle-ci étant d’ailleurs plus difficile à estimer.

58La croissance démographique de la commune portant la population, de 43 000 résidents en 1914 à 83 000 en 1939 est une indication qui permet d’évaluer très grossièrement ces progrès. L’emploi industriel pourrait avoir doublé lui aussi, avoisinant le chiffre de 30 000 emplois en 1939.

59Par ailleurs le nombre des grandes entreprises s’est considérablement accru, soit par suite de la croissance d’affaires déjà anciennes, soit en raison de l’implantation des grandes usines ou des ateliers plus modestes. Le tableau ci-joint donne la mesure de ces progrès pour les entreprises de plus de 100 salariés entre 1914 et 1930, (cette date représentant le niveau le plus élevé pour l’emploi industriel entre les deux guerres).

Tableau II-1. Entreprises selon les effectifs de salariés

100 à 200 salariés

200 à 500 salariés

Plus de 500 salariés

Total

1914

22

10

3

35

1930

45

32

8

85

60La modification des structures de production ou celle de l’emploi ne tiennent pas seulement à l’augmentation du nombre des entreprises ou des salariés. La part prise par les grands établissements est certainement pour quelque chose dans l’évolution structurelle de l’emploi dans la commune. On a vu qu’elle avait imposé au niveau des procès de fabrication les grandes séries et le travail fragmenté et dissocié. Elle est aussi responsable de la diffusion des concentrations d’ouvriers peu qualifiés occupés à des tâches répétitives, désintégrées. Ces formes d’industrialisation tranchent nettement avec celles qui relèvent encore du mode artisanal : tullistes ou tisseurs à domicile, ateliers de teinture, etc. Ceux-ci conservent encore une importance qu’il ne faudrait pas sous-estimer d’autant que la multiplication des ateliers de mécanique, d’outillage, des fonderies, etc. vient renforcer ce secteur de la production. Les rapports professionnels relevant de ce type, dominent encore dans les vieux quartiers.

61L’opposition entre grande et petite industrie ne nous paraît pas être la plus judicieuse et on pourrait lui substituer avantageusement celle qui distingue les nouvelles branches industrielles des plus anciennes. Encore ce clivage n’a-t-il rien de rigoureux comme on va tenter de le montrer.

62Les branches anciennes, principalement celles du textiles et de ses annexes, auxquelles on peut adjoindre l’industrie de la confection et du cuir nous paraissent à l’origine d’une structure professionnelle particulière qui a longtemps dominé la vie ouvrière à Villeurbanne.

63On a montré comment ce secteur avait conservé des structures industrielles anciennes, héritées de la Fabrique ; les grandes usines souvent crées avant 1914, comme les artisans tullistes ou tisseurs continuent d’être des façonniers spécialisés dans des fabrications particulières, correspondant à une profession très spécialisée (tulliste, teinturier, apprêteur, moireur, tisseur...).

64Dans les grandes usines, les artisans deviennent chefs de fabrication, les maîtres contremaîtres, alors que les procès de fabrication ne sont que peu modifiés.

65Par ailleurs, l’augmentation de la taille des établissements continue à multiplier le nombre des emplois peu qualifiés, répétitifs, surtout dans le tissage, lorsque progresse la mécanisation. Les difficultés de la branche, la baisse du taux de profit ne permettent pas à ces entreprises de servir des salaires élevés et elles ne se maintiennent qu’en faisant appel à une main-d’œuvre féminine ou étrangère.

66L’insécurité propre au caractère façonnier du travail, la baisse du taux de profit, le manque de capitaux dû en partie à une faible accumulation, font que ces entreprises comptent davantage sur l’habileté manuelle des ouvriers que sur les investissements en machines pour s’adapter aux variations de la demande. Tout cela justifie le maintien d’une hiérarchie professionnelle peu ouverte, encore imprégnée des rapports sociaux hérités de l’artisanat textile et de la fabrique, souvent teintés de paternalisme, même dans le cas des plus grands établissements.

67Cette société ouvrière faite de « bons ouvriers » est caractéristique de Villeurbanne ; elle s’étend aux petites et moyennes entreprises de la mécanique. Cette dernière reproduit pour partie les mêmes rapports sociaux, alors que sa place dans la production est souvent celle de la sous-traitance, ce qui n’est pas sans rappeler le travail à façon.

68Le maintien d’une société ouvrière marquée par le textile est bien une survivance, si l’on analyse comment s’installent à Vaulx ou Décines les grandes usines de soie artificielle entre 1920 et 1930 : le procès de production automatisé qui les caractérise suscite de grandes concentrations d’emplois sans qualification, généralement occupés par des étrangers, sans rapport avec les anciens « métiers » de la Fabrique.

69En opposition avec le maintien de ces structures traditionnelles, certaines entreprises (les plus importantes) des branches nouvelles ont considérablement modifié la structure professionnelle dans la commune. Certes, la mécanique ou la métallurgie par exemple, demeurent marquées par leurs origines artisanales. Mais certains emplois « polyvalents » apparaissent, communs à plusieurs branches, qui rendent possibles la mobilité professionnelle et les échanges entre branches. C’est là un aspect de la généralisation d’une nouvelle organisation du travail : la diversification des tâches, leur complexification (sur lesquelles repose la segmentation du procès de production dans les grandes usines) engendrent alors une division technique et professionnelle accrue et par là une ouverture beaucoup plus large de la hiérarchie professionnelle et sociale.

70Ainsi apparaissent des emplois non liés à la production (ingénieurs, cadres, techniciens, dessinateurs, etc.). La fabrication elle-même engendre une hiérarchie complexe. Une nomenclature plus variée des emplois qualifiés (mais souvent non spécifique d’un type de fabrication) apparaît : les ajusteurs, tourneurs, mécaniciens, électriciens, règleurs, modeleurs, monteurs, etc. se retrouvent dans des industries très diverses.

71Ces transformations qui apparaissent dans les grandes usines, sont adoptées ensuite dans les petites entreprises. On remarquera qu’il s’agit de branches en expansion technique et économique dont les productions et les techniques ne cessent de se diversifier.

72Les salariés des nouvelles branches, bénéficient d’une hiérarchie salariale plus ouverte, mieux définie, et permettant des échanges professionnels. Ainsi dans les usines de construction électrique, les rapports qui s’instaurent entre salariés et direction sont-ils moins marqués par le paternalisme souvent de mise dans le secteur textile (ainsi n’y aura-t-il pas chez Delle, de politique du logement des ouvriers). En un mot, les rapports sociaux dans l’entreprise se modifient très sensiblement.

73Cependant, quelles que soient ces innovations, le maintien de secteurs textiles traditionnels et le développement de la mécanique, de la métallurgie par le biais surtout d’entreprises petites et moyennes, reposent essentiellement sur l’existence d’une main-d’œuvre qualifiée. Même à l’usine Delle, on a montré que la fabrication conservait son caractère intégré, qualifié, sans que l’on ait adopté le travail automatisé. En ce sens la société ouvrière villeurbannaise s'est enrichie et revalorisée par l’apport de nouvelles compétences et elle est indiscutablement plus diversifiée qu’elle ne l’était en 1914. Elle s’oppose à celle des banlieues de l’Est lyonnais, qui apparaît avec les concentrations d’ouvriers sans qualifications, formées essentiellement d’immigrés.

2. LA MODIFICATION DE LA FORMATION SOCIALE VILLEURBANNAISE

74Les changements intervenus dans la production entre 1914 et 1939, ont considérablement modifié la formation sociale villeurbannaise. La domination du mode de production industriel sur la commune s’est accrue et l’on peut affirmer qu’en 1939, 80 % des actifs environ sont employés par l’industrie. Mais cette domination de l’emploi industriel sur la vie activé n'empêche pas l’apparition d’une certaine hiérarchie sociale. La division technique du travail qui s’étend, se trouve reproduite assez fidèlement dans la vie sociale. Dès lors, il n’est guère étonnant que les ouvriers de l’industrie représentent à eux seuls près de 75 % des actifs. Les catégories sociales moyennes et supérieures, celle des employés pourtant en augmentation, sont sous-représentées par rapport à Lyon, par suite de la division sociale de l’espace.

  • 12 J.-L. Pinol : Espace social et espace politique d’une grande ville, Lyon à l’époque du Front Popul (...)

75L’analyse des listes électorales de 193612 confirme cette situation, encore qu’il y ait une sous-estimation manifeste de l’importance des ouvriers, puisque les étrangers en sont exclus ; or ils représentent en 1931 16,8 % de la population communale et 15,38 % en 1936 d’après les recensements démographiques. Ce sont essentiellement des ouvriers. J.-L. Pinol indique les résultats suivants pour les différents bureaux de vote, en distinguant 4 grandes catégories sociales.

  • 13 J.-L. Pinol p. 122.

76On constate ainsi que partout, sauf aux Gratte-Ciel récemment habités, la prédominance ouvrière est très large, variant de 57,6 % à 76,3 % des actifs. Si l’on prend en compte les étrangers il faut considérer que la population se compose de 65 à 85 % d’ouvriers selon les quartiers (Gratte-Ciel exceptés). L’étude de J.-L. Pinol confirme aussi l’évolution de l’emploi ouvrier que l’on devinait, c’est-à-dire la diminution relative de l’emploi des branches traditionnelles (textiles, teinture et apprêt, cuir...) qui sont les plus atteintes par les crises de 1930-1938. Cependant si Villeurbanne demeure encore sur-représentée pour ces branches, elle le devient aussi pour le bâtiment et de plus en plus pour les métiers de la mécanique, de la métallurgie, des constructions électriques. C’est dans ces branches qu’apparaissent de nouvelles catégories technico-hiérarchiques, celles des ouvriers qualifiés qui se distinguent des manœuvres ou des emplois peu qualifiés du textile. J.-L. Pinol13 signale que la rive gauche (Lyon 3e, 6e, 7e et Villeurbanne) regroupe 61 % des métiers de la mécanique (mécaniciens, ajusteurs, fraiseurs, tourneurs...). La répartition est identique pour la chaudronnerie, les constructions électriques.

Tableau II-2. Les catégories socio-professionnelles par bureaux de vote à Villeurbanne en 1936 (d’après J.-L. Pinol)

Bureaux de voie

% des agriculteur

% des classes dirigeantes (cadres sup. prof, libérales)

% des classes moyennes

% des classes des travailleurs manuels

1. Gratte-Ciel

0,0

5,3

48.9

45.7

2. Cusset Est

0,8

4.2

31,0

63,8

3. Maisons-Neuves

0,0

4,7

32,4

62,8

4. Cité

0,6

6,1

34,0

59,1

5. Charpennes Sud

0,7

2,8

30,0

66,4

6. Charpennes Nord

1.3

3,9

27,8

66,8

7. Tonkin

0,6

2,0

25,6

71,5

8. La Doua

0,6

3,3

26,6

69,3

9. Croix-Luizet-Buers

2.9

0,9

30,3

65,6

10. Flachet-Bonneterre

2.4

4,8

30,6

62,1

11. Le Bon-Coin

0,8

2,4

39,2

57,6

12. Les Brosses-Bel-Air

0.0

0

32,5

67,5

13. Cusset Ouest

1.5

1,5

28,4

68,4

14. Château-Gaillard

0,7

0,0

22,8

76

  • 14 Sources Archives départementales, 1935, Série 10 M.

77Cette diversification de la classe ouvrière ne se retrouve pas dans les secteurs industriels traditionnels. Ainsi dans les usines de tissage de Villeurbanne les plus importantes (Roche, Mantelier, Kiemlé, Brochier...) la structure de l’emploi reste très écrasée. Dans telle usine de 190 salariés14 (dont 150 ouvrières) on compte :

  • — 85 tisseurs payés 2,30 F de l’heure (salaire moyen)
  • — 15 dévideuses payées 2,30 F de l’heure (salaire moyen)
  • — 25 ourdisseuses payées 2,30 F de l’heure (salaire moyen)
  • — 30 manœuvres payés 2,10 F de l’heure (salaire moyen)
  • — 4 mécaniciens payés 3,65 F de l’heure (salaire moyen)
  • — 10 gareurs payés 4,20 F de l’heure (salaire moyen)
  • — 20 employés (mensualités)

78(bureaux, maîtrise)

79Ainsi 82 % du personnel salarié est considéré comme peu qualifié et payé à un tarif bas.

  • 15 Sources Archives départementales, 1935, Série 10 M.

80Dans la teinture la structure de l’emploi est aussi écrasée et les salaires ne sont pas plus hauts, comme le montre l’exemple des établissements Nombret-Gaillard15 (250 employés).

81— 210 manœuvres, divers (135 hommes — 75 femmes) : salaires hommes : 3,22 F à 3,75 F de l’heure, femmes : 2,00 F à 2,50 F de l’heure ;

82— 5 apprêteurs : 3,60 F de l’heure ;

83— 5 coloristes : 4,50 F à 5,00 F de l’heure ;

84— 30 employés (maîtrise, personnel du bureau, direction, gardiennage) : mensuels.

85Les Ets Seux et Charrel ont la même structure (200 ouvriers teinturiers et 100 apprêteurs sur 350 salariés et des salaires un peu supérieurs). Les Ets Gillet, en 1935, connaissent une répartition semblable (86 % d’ouvriers ou manœuvres teinturiers et apprêteurs sur un effectif de 1875 salariés) mais détiennent les plus bas salaires de cette branche (2 F à 3,50 F de l’heure) et donc aussi de l’ensemble du secteur industriel.

86Les autres branches connaissent des salaires nettement supérieurs en particulier pour celles où domine l’emploi masculin pour les ouvriers : de 5,70 F à 6,75 F de l’heure dans le bâtiment, de 4,50 F à 6,00 F de l’heure dans la métallurgie. Par ailleurs la hiérarchie de l’emploi y est moins écrasée : outre les ouvriers qualifiés, apparaissent plus nombreux les agents de maîtrise, les techniciens, les comptables etc. surtout dans les grandes entreprises. J.-L. Pinol a pu établir qu’à Villeurbanne résidaient 12,7 % des dessinateurs de l’agglomération lyonnaise, attestant d’une diversification importante de la formation sociale locale. Ces transformations sont perceptibles dans tous les quartiers ; à titre d’exemple, on a relevé les professions mentionnées sur la liste du recensement démographique pour la route de Vaulx, en 1926, puis en 1936 (soit 1 420 et 1 562 habitants). On y remarque en premier lieu le nombre important d’étrangers (surtout italiens) qui atteint 17 %. Si l’on s’intéresse aux professions, en 1926, les actifs occupés dans la teinture, textile et annexe, représentaient 58 % de l’emploi, la métallurgie et la mécanique 24 %, ce qui montre que dès 1926, il restait une réelle diversification.

  • 16 Ceux-ci ne sont que très rarement présents dans les lotissements HLM, communaux ou ceux constitués (...)

87Cependant, l’emploi dans le textile restait très bien représenté dans ce quartier des Charpennes, avec les tullistes, mais surtout les grandes entreprises (Gillet, Guicher, Bertrand, Bouillat, Pervilhac, Villard, Johnson, Dognin, Denis, etc.).16

88En 1936, la part du « textile et industrie annexes » s’était abaissée à 38 % (certaines entreprises se sont effacées ou ont disparu : Villard, Bouillat, Denis...) mais elle demeurait importante. Le secteur mécanique et métallurgie était passé à 29,4 % de l’emploi. Aux côtés de ces deux branches les autres industries, les services, l’artisanat, le commerce, etc., avaient progressé modestement.

89Par ailleurs le développement d’une société déjà hiérarchisée mais néanmoins « écrasée » vers le bas est attesté par deux séries de faits :

  1. Le développement des cités ouvrières « d’urgence » ou précaires sans commune mesure avec celles existant avant 1914 et où vivent des effectifs très importants d’ouvriers peu qualifiés, souvent logés en « célibataires » mais à plusieurs dans des garnis. On reviendra sur ce phénomène car ces « foyers » sont nombreux à Villeurbanne : cités Garcin, rue de la Joncière, rue du Progrès etc. Cependant ces concentrations restent bien inférieures à celles qui se mettent en place dans les communes plus éloignées.
  2. La croissance du prolétariat ouvrier est aussi attestée par l’augmentation considérable du nombre des étrangers : leur présence était restée limitée à certains quartiers jusqu’en 1914 (Cf. Croix-Luizet). Après 1918 leur nombre s’accroît très rapidement : on en dénombre 12 507 en 1936 pour la seule commune de Villeurbanne peuplée de 78 500 habitants (soit 16 %). Encore faut-il mentionner que certains ont déjà été naturalisés et que les Africains du Nord sont considérés comme Français.

90Les Italiens venus les premiers demeurent les plus nombreux, mais de plus en plus ils viennent du Mezzogiorno et de la campagne romaine, plus que du Piémont. Ils sont très nombreux à Croix-Luizet, aux Poulettes et au Tonkin ; ils viennent en famille et s’assimilent assez vite.

91Les Espagnols sont en net progrès ; on en trouve de fortes concentrations près des grandes usines textiles, par exemple rue de la Joncière (une centaine d’individus en 1926) ou cours E.-Zola. En 1931, dans l’impasse Château-Gaillard on en recense 223 dans une cité provisoire, presque tous employés chez Gillet ; ils forment aussi un lotissement homogène aux Buers (37 ménages dans le lotissement Teillon).

  • 17 En 1931, à Vaulx, la Cité de la soie reproduisant la hiérarchie dans l’entreprise regroupe 3 110 p (...)
  • 18 J. Perret : Vaulx-en-Velin, in Revue des Etudes Rhodaniennes 1937, p. 30.

92De fait l’arrivée des masses ouvrières suit les impératifs de la production. Les usines de soie artificielle ont systématiquement organisé l’arrivée des étrangers ; si à Décines on fit venir des Arméniens, à Vaulx les nationalités furent beaucoup plus variées17. Le recrutement, fait en période de relative « prospérité » industrielle, ne tentait guère les Français que les directions ne cherchaient pas vraiment à attirer. Selon J. Perret18 « cette main-d’œuvre hétéroclite est soumise à une discipline sévère : le travail dure jours et nuits au moyen de trois équipes de huit heures. Un système rigoureux de contrôle élimine ceux dont le rendement est insuffisant... Le travail étant malsain pour des salaires primitivement assez médiocres, il était presque impossible de décider à s’embaucher des Français ». La construction des cités d’entreprises s’explique ainsi par la volonté de conserver la main-d’œuvre étrangère, de la contrôler, et de compenser le bas niveau des salaires.

***

93Le recours aux étrangers, surtout dans les grandes usines textiles, montre bien que l’esquisse d’une hiérarchisation ouvrière repose sur une très large base d’emplois peu qualifiés, particulièrement dans les branches traditionnelles. Dominée par le phénomène ouvrier plus encore qu’en 1914, la nouvelle formation sociale n’en présente pas moins une certaine diversité qui renvoie à celles des branches et des caractéristiques de la production dans la commune.

Notes

1 Les fabriques de tulles villeurbannaises représentent alors environ la moitié du potentiel lyonnais. Mais les maîtres tullistes y sont beaucoup plus concentrés (86 sur un effectif recensé de 108 pour Lyon-Villeurbanne).

2 M. Laferrère déjà cité, p. 219-222.

3 La crise de 1932-34 se manifeste par une baisse générale des salaires et l’augmentation de la productivité : ainsi les tisseurs doivent-ils conduire deux métiers au lieu d’un pour un salaire qui n’est augmenté que de 35 %, dans les Ets JB Martin de Lyon et Tarare.

4 Elle employait 300 ouvriers en 1936.

5 En 1930 les effectifs de l’usine Gillet de Villeurbanne étaient de 2 200 salariés. Lors de la grande grève de 1935 déclenchée pour s’opposer aux diminutions de salaire, l’usine comptait 1 875 salariés. Seux et Charrel en avaient 350, Nombret-Gaillard 250, etc.

6 M. Laferrère déjà cité, p. 218.

7 Les indications fournies par les rapports de police lors des grèves de 1936 oscillent entre 4 000 et 16 000 (!) teinturiers dans la commune. Le chiffre réel doit se situer autour de 6 500.

8 Archives départementales Série 10 M 1938.

9 Sur ce point voir A. Pinton : La soie artificielle à Lyon, in Revue des Etudes Rhodaniennes, 1930, pp. 230-250.

10 Informations extraites d’une étude réalisée par J. Bouvier et J.-P. Ducret en vue d’un mémoire de DEA, sous notre direction.

11 Pour une étude plus complète de l’installation de l’industrie de la construction électrique à Lyon, on trouvera de nombreux détails dans l’ouvrage de Michel Laferrère (déjà cité).

12 J.-L. Pinol : Espace social et espace politique d’une grande ville, Lyon à l’époque du Front Populaire, thèse de 3e cycle, Université Lyon II (à soutenir en 1978).

13 J.-L. Pinol p. 122.

14 Sources Archives départementales, 1935, Série 10 M.

15 Sources Archives départementales, 1935, Série 10 M.

16 Ceux-ci ne sont que très rarement présents dans les lotissements HLM, communaux ou ceux constitués en associations. Ils se regroupent dans des lotissements sauvages, ou exclusivement étrangers, en particulier espagnols.

17 En 1931, à Vaulx, la Cité de la soie reproduisant la hiérarchie dans l’entreprise regroupe 3 110 personnes dont 89 % sont étrangers (surtout italiens, espagnols, russes, polonais, mais aussi hongrois, yougoslaves, mongols, albanais, etc.). 93 % des actifs étaient employés par l’usine de Soie Artificielle. Parmie eux 88 % étaient manœuvres ou ouvriers, 8 % d’ouvriers d’entretien ou chauffeurs ; 3,20 % appartenaient au personnel d’encadrement ou de direction de l’usine (d’après le recensement de 1931).

18 J. Perret : Vaulx-en-Velin, in Revue des Etudes Rhodaniennes 1937, p. 30.

© Presses universitaires de Lyon, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search