Version classiqueVersion mobile

Naissance et métamorphose d’une banlieue ouvrière : Villeurbanne

 | 
Marc Bonneville

Deuxième partie. De la banlieue ouvrière a l'urbanisme social : une production urbaine volontariste et originale (1918-1939)

De la banlieue ouvrière a l’urbanisme social : Une production urbaine volontariste et originale (1918-1939)

Texte intégral

1Si la période de l’entre-deux-guerres est capitale dans l’histoire de l’urbanisation de la commune, c’est à la fois par l’ampleur de la production des logements (27,6 % du parc immobilier en place en 1975) et surtout par celle du centre monumental des Gratte-ciel qui consacre le changement du statut de Villeurbanne dans l’agglomération.

2Il nous a paru nécessaire d’évoquer dans un premier temps les transformations intervenues dans le mode de production, afin de mesurer comment les formes d’urbanisation sont alors progressivement dominées par les exigences de la production. Cette domination s’exprime aussi bien à travers le développement des logements sociaux soutenus par l’Etat ou la commune, que par celui du logement patronal. Elle n’exclut pas cependant l’apparition d’une autonomie croissante de la sphère résidentielle, le logement étant produit selon des procès de plus en plus diversifiés et suscitant le développement de pratiques spécifiques (Cf. surtout les cités jardins). Cependant sur ce point le cas de Villeurbanne n’est pas original ; ce qui l’est davantage, c’est l’importance prise par l’initiative municipale dans l’urbanisation, dont les Gratte-ciel ne fournissent que l’exemple le plus spectaculaire.

3De là les questions sur lesquelles on tentera de réfléchir :

  • Comment la production urbaine de cette période peut-elle être analysée vis-à-vis des rapports sociaux de production en vigueur dans la commune ?
  • Comment justifier le caractère si particulier de l’urbanisation de Villeurbanne : quelle est la nature du rapport social que l’on peut lire à travers les Gratte-ciel et l’ensemble de la matérialité produite ?
  • Quelle est la capacité d’autonomie du pouvoir municipal à promouvoir une matérialité particulière et comment son projet urbanistique s’articule-t-il aux rapports sociaux ? (en contradiction, en dysfonctionnement ou en harmonie ?).
  • Par rapport à l’hypothèse de notre recherche le nouveau centre est-il une forme aberrante ou une déviation ?

4Si l’on insiste quelque peu sur ce point, c’est que si Villeurbanne représente incontestablement un cas exceptionnel dans l’urbanisme de 1919-1939, il nous paraît également intéressant quant à la capacité d’autonomie de la production de la matérialité urbaine.

© Presses universitaires de Lyon, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search