Version classiqueVersion mobile

Naissance et métamorphose d’une banlieue ouvrière : Villeurbanne

 | 
Marc Bonneville

Première partie. De la commune rurale a la commune industrielle de banlieue : les premières formes urbaines 1880-1914

Chapitre V. Premier bilan de la production urbaine avant 1914

Texte intégral

1Au terme de cette première étape de l’analyse, on pourrait être tenté de chiffrer ou à tout le moins d’évaluer l’impact de l’urbanisation sur l’occupation de l’espace communal. Cette entreprise serait difficile, sauf à se contenter d’une cartographie pas trop précise, du fait du manque de données chiffrées pour l’ensemble des constructions ou des équipements nouveaux. On se reportera donc aux cartes représentant les états successifs de l’urbanisation.

2Nous ne pensons pas cependant que l’inventaire des emprises au sol constitue un objectif prioritaire ; il nous a paru bien plus essentiel de mettre en évidence les processus de production des formes urbaines et leurs déterminants, si l’on veut avancer dans la compréhension de ce qu’est ou a été le ressort de la « consommation » des sols dans la ville.

3Certaines descriptions ou énumérations ont pu paraître longues ou trop détaillées, mais elles nous ont semblé indispensables pour cerner les réalités de l’urbanisation propres à Villeurbanne. Il reste cependant à dépasser la richesse de la description et de l’anecdotique afin d’interpréter la production urbaine antérieure à 1914 et d’en dégager les caractères spécifiques (par rapport aux périodes antérieures et postérieures).

4— Une première constatation réside dans l’importance des formes d’urbanisation héritées des périodes antérieures pré-industrielles. Leur prise en compte (et celle des modalités de leur production historiquement déterminée) nous paraît justifier l’approche historique et diachronique développée ici. Elle doit servir à préciser les conditions de leur adaptation aux nouveaux modes de production dominants.

5— Le second point important pour la période 1880-1914, c’est la diversité des modes de production qui fonctionnent encore simultanément. Ceci peut être interprété en termes de modes dominants et dominés. Mais cela ne peut tenir lieu d’explication de leurs rôles respectifs.

6— Il en résulte une diversité encore plus grande des formes d’urbanisation même parmi celles qui se mettent en place, et beaucoup ne relèvent en rien du nouveau mode de production industriel.

7Les faits démontrent clairement que l’on ne peut se référer pour expliquer l’urbanisation du début du XXe siècle à une théorie simpliste et mécaniste qui verrait dans la production des formes urbaines une reproduction de la structure née dans le procès de travail. La division sociale de l’espace est loin d’être complète, pas plus que n’ont été encore engendrées des formes urbaines modulées par la division sociale du travail.

8Malgré ce qu’a d’essentiel et de novateur l’irruption de la grande industrie à Villeurbanne, c’est l’aspect incomplet et partiel de son impact sur la production urbaine qui nous paraît caractériser la période antérieure à 1914.

9La première raison est sans doute que le mode de production industriel capitaliste ne recouvre pas l’ensemble des activités de production ; on l’a montré, même au sein des branches les plus évoluées (teinture), ou des autres (tulles, dentelles, tissage, mécanique...) et c’est encore plus manifeste pour les professions non salariées, (artisans, commerçants, services, professions libérales, agriculteurs...) qui ne seront concernées qu’avec l’extension des nouveaux rapports de consommation.

  • 1 Sur ce point cf. la pertinente analyse de Jacques Ion dans « Production et pratiques sociales de l (...)

10Cependant même dans le cas de la grande industrie, on a vu que les formes urbaines du logement n’étaient encore qu’exceptionnellement différentes des formes traditionnelles, comme si les nouveaux rapports de production étaient sans effets sur la production des logements. On peut voir dans cette absence d’influence une incapacité du capitalisme industriel à investir non seulement l’ensemble de la sphère de production, mais aussi l’ensemble de la vie sociale1. Cette insuffisance explique la survivance de formes industrielles ou résidentielles traditionnelles qui, dominées par le mode de production capitaliste, assurent son développement au moindre coût. De même, et nous reprenons ici l’analyse de Jacques Ion, « le capitalisme n’a pas encore engendré ses propres moyens de domination, parce que les rapports économiques de production qui la fondent, n’ont pas encore investi l’ensemble de la vie sociale ».

11C’est ainsi que les cités ouvrières suscitées par les industriels, indirectement ou non (cités Garcin, Renard, de la Joncière) ou les premiers Logements Economiques promus par Gillet, sont encore peu de choses à côté du grand nombre de logements relevant des modes de production et des formes urbaines traditionnelles.

12C’est le cas pour les tullistes auxquels l’organisation du travail à domicile conserve un type de résidence et de vie sociale particulier. C’est aussi le cas des nombreux travailleurs d’origine locale, qui sont propriétaires de biens patrimoniaux. Les maisons de rapport anciennes ou nouvelles, louées aux ouvriers, bien qu’introduisant un rapport marchand avec les propriétaires, en tirant profit de la croissance industrielle, ne sont pas spécifiques des nouveaux rapports de production. On a vu aussi que de très nombreux ouvriers avaient entrepris de construire eux-mêmes leur logement (au Tonkin ou ailleurs), conservant par là un système d’auto-production.

13Tous ces exemples illustrent que l’articulation établie entre les deux types de production — le nouveau et le traditionnel — n’a pas encore de correspondant en ce qui concerne la production du logement. L’ensemble des fonctions qui participent à la reproduction de la force de travail et des rapports sociaux, échappent encore, pour l’essentiel au nouveau mode de production (et parfois même aux rapports marchands).

14Ceci ne signifie pas que l’on sous-estime la capacité de ce dernier à engendrer une production sociale issue de la division sociale du travail, modulée par le rôle de la hiérarchie et du salaire. Dans la nouvelle formation sociale qui s’instaure, la structure économique possède un rôle déterminant. Mais jusqu’en 1914 ce rôle ne s’étend guère à la production des formes urbaines autres qu’industrielles. Plus que dans les formes, c’est dans la structure des nouveaux quartiers, commandée davantage par l’activité productive que par la fonction résidentielle, que ses effets sont les plus évidents (voir surtout les quartiers périphériques nouveaux).

  • 2 On pense notamment à la Cité Garcin où la communauté italienne organisée autour de la paroisse a c (...)

15Mais même s’il s’agit de structures ou de formes spécifiques organisées autour des usines, la vie sociale de quartier et le mode d’habiter restent généralement tout à fait traditionnels. Les cités et les garnis, où l’entassement et la concentration paraissent extrêmes, entretiennent souvent une vie communautaire intense2.

16Ainsi décrite et analysée, la production urbaine à Villeurbanne avant 1914 paraît être en conformité avec « l’héritage » ancien de la commune, avec sa place dans la géographie lyonnaise, mais aussi avec le stade d’évolution des rapports de production de l’époque.

Notes

1 Sur ce point cf. la pertinente analyse de Jacques Ion dans « Production et pratiques sociales de l’espace du logement », Cresal, juin 1975, à laquelle nous empruntons plusieurs remarques.

2 On pense notamment à la Cité Garcin où la communauté italienne organisée autour de la paroisse a conservé ses traditions, ses rites et ses fêtes jusqu'à nos jours.

© Presses universitaires de Lyon, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search