Version classiqueVersion mobile

Naissance et métamorphose d’une banlieue ouvrière : Villeurbanne

 | 
Marc Bonneville

Première partie. De la commune rurale a la commune industrielle de banlieue : les premières formes urbaines 1880-1914

Chapitre IV. Formes et structures spatiales produites

Texte intégral

1On a déjà donné les grandes lignes des processus de production des formes et de la structure urbaine.

2On traitera ici des formes produites dans la double acceptation du terme, à savoir comme morphologie (description, emprise, localisation) et comme structure/contenu, par rapport au mode de production dominant.

SECTION 1. Les formes liées à l’industrie

3— Dans le cas de la grande industrie, il s’agit de locaux industriels nouveaux caractérisés par une forte emprise au sol répondant aux exigences techniques (rassemblement des différentes opérations, mais aussi augmentation des tâches, spécialisation qui exige d’étendre les fabrications et les usines horizontalement, augmentation du nombre de machines, facilités d’accès). Les bâtiments sont importants (Gillet 10 ha), mais ne seront complétés parfois qu’ultérieurement (Gillet, Villard, Bertrand, Pervilhac...). Ils délimitent souvent un bloc entier entre quatre rues et ont parfois leurs propres voies de desserte (ainsi la rue de la Filature de l’usine Villard). Ils correspondent aussi à une nouvelle architecture industrielle : sheds, mais aussi cheminées imposantes, bâtiments parfois d’un étage ou davantage dans certains cas exceptionnels (Bertrand, mais surtout Bally dont les fabrications sont différentes car l’industrie de la chaussure est beaucoup moins mécanisée).

4On a insisté sur le fait que les usines récentes étaient souvent isolées dans des zones non urbanisées. Dès 1900 cependant, des regroupements s’esquissent le long de la Rize et de la voie de chemin de fer de l’Est, où se forment des quartiers industriels spécialisés. Les résidences n’y seront jamais en grand nombre alors qu’à Bonneterre, ou sur les grands axes (4 août, Zola, Tolstoï, F. de Pressensé, route de Vaulx) les usines seront rapidement cernées par les habitations.

5— On a vu que les quartiers industriels anciens des Charpennes ou de la Cité Lafayette, avaient conservé leur structure non ségrégée. Les formes industrielles y étaient et sont restées traditionnelles : ateliers exigus, souvent vétustes, donnant directement dans la rue, sans alignement, avec de nombreuses annexes faites de matériaux composites. Certaines industries s’accommodent de locaux non spécialisés, comme dans le cas des tullistes. Ces formes sont révélatrices des différences entre branches industrielles ou au sein d’une même branche. Elles correspondent aux diverses structures des procès industriels, des concentrations financières et ou à celles de l’emploi plus ou moins développées, hiérarchisées. Il est sûr que si les usines et les industries les moins importantes et les moins évoluées s’accomodent de locaux encore peu élaborés ou peu spécialisés, il en va différemment avec la grande industrie.

6De fait, les localisations des différentes formes les unes par rapport aux autres ne peuvent s’expliquer sans référence avec la nouvelle division sociale de l’espace, venant se superposer à la structure urbaine héritée des modes de production plus anciens.

SECTION 2. Le logement comme forme urbaine produite

7La production des formes urbaines que sont les différents types de résidences renvoie elle aussi, à la nouvelle division sociale de l’espace. Villeurbanne devient à n’en pas douter une banlieue ouvrière. Elle s’oppose au Centre Lyonnais où, avec les activités de prestige, de direction, de service ou de commerce, cohabitent les classes moyennes ou aisées que l’on trouve très peu représentées à Villeurbanne. Les ouvriers logent en effet à proximité des usines et cette « solidarité » rend compte de la ségrégation qui s’instaure pour l’ensemble de l’agglomération urbaine. Mais les formes produites restent très diverses et cela pour des raisons qu’il faut préciser : nombreux sont les immeubles ou les quartiers hérités d’époques plus anciennes et qui, bien que recevant une affectation nouvelle en rapport avec l’évolution du mode de production (nouvelle place dans la Division Sociale de l’Espace) continuent à fonctionner comme auparavant. Ceci est aussi vrai pour l’industrie ou d’autres activités. Les formes ou les activités « héritées » et dominées par les pouvoirs nouveaux perdureront encore longtemps à Villeurbanne (Cf. Les Charpennes). Les maisons rurales (au besoin réaménagées en garnis), les maisons individuelles le long des axes dont certaines se construisent encore, les immeubles collectifs des Charpennes, demeurent en place, souvent occupés par des résidents non-ouvriers : agriculteurs, jardiniers, cafetiers, commerçants, employés divers, rentiers et pour les petites maisons par des professions libérales ou supérieures.

8Les formes d’urbanisation vraiment nouvelles n’échappent pas à cette diversité, ce que peuvent illustrer quelques exemples.

9— Le lotissement de la Cité Tête d’Or (ou du Tonkin) s’est fait dans des conditions particulières excluant toute construction importante et pérenne ; mais du coup, elle a réservé les terrains aux ouvriers et gens modestes attirés par le faible loyer du sol consenti à ceux qui voulaient bien bâtir et s’engager à démolir à la fin du bail. Les maisons sans étage ou avec un étage prédominent. Construites souvent par leurs occupants, avec des matériaux précaires ou en pisé, elles ont permis aux ouvriers ou aux travailleurs du bâtiment non seulement de « se mettre chez eux » mais aussi, compte tenu de leurs faibles ressources, de construire à leur convenance. Ce qui prévaut, c’est la petite maison avec jardinet ou cour, potager, et tonnelle. Les jeux de boules, les cafés ont proliféré, ainsi que les ateliers. Il s’agit là d’une structure villageoise et de maisons reflétant des origines rurales. Or les occupants s’ils appartiennent à toutes les professions sont en majorité des ouvriers, des petites usines des Charpennes mais aussi de grandes usines (Gillet, Bertrand, Bally...).

10Ainsi le modèle de logement adopté par les ouvriers, à leur initiative, reste-t-il traditionnel, mais aussi très ouvert à toutes les catégories de travailleurs.

11— Le quartier des Poulettes ou de la Filature à l’extrémité de la route de Vaulx donne une image différente et plus composite des nouvelles formes d’urbanisation, aussi bien pour la morphologie que pour le contenu. On a évoqué plus haut (§ 2 du Chap. I) les conditions dans lesquelles le quartier s’était mis en place à partir de l’installation de l’usine Villard en 1898. On y retrouve juxtaposées plusieurs formes. Les fermes ou maisons rurales aménagées pour de petits logements et des petites maisons construites par des ouvriers ou par des propriétaires fonciers dans le style de celles du Tonkin. Dès 1900 deux propriétaires de la route de Vaulx (1 médecin et 1 professeur) construisent une cité ouvrière destinée aux ouvriers des usines (surtout ceux de chez Villard). Il s’agit de bâtiments à 1 étage, aveugles du côté de la rue, composés de logements d’une ou deux pièces sans confort, alignés comme des cellules. En 1901, 37 ménages y sont logés. Ce sont des familles françaises, dont beaucoup d’origine rurale (Bas Dauphiné surtout) composées parfois de 8 et même 10 personnes. Il y a parmi eux 3 ménages d’Italiens. Sur 152 personnes on compte 99 actifs (car les enfants travaillent à partir de 14 ans). 72 sont employés dans les branches du textile et de la teinture dont la majorité (44) à l’usine Villard et les autres chez les teinturiers (Pervilhac ou Marnas aux Charpennes), ou les fabriques de tulles essentiellement. Dans les maisons individuelles voisines logent les contremaîtres, ingénieurs, surveillants de l’usine Villard.

12En 1906 la cité agrandie loge 53 ménages soit 243 personnes. On y dénombre 115 actifs dont 77 sont employés à la filature, ce qui en fait une véritable cité Villard. Toutes les familles ont 1 actif, chez Villard certaines en ont jusqu’à 5. D’autre part, le nombre des Italiens augmente pour atteindre le total de 21 familles.

13En 1911, sur 61 ménages de la cité 34 sont italiens et la plupart des actifs sont toujours employés à la filature.

  • 1 L’absence d’intervention de l’employeur pour le logement des ouvriers du moins avant 1920 est asse (...)

14La progression du logement ouvrier ne se circonscrit pas à la seule cité Garcin puisque la majorité des logements anciens ou nouveaux, situés dans les rues qui s’ouvrent, sont occupés par les ouvriers de la filature. A partir de 1901 les familles d’Italiens affluent du Piémont, de la Vallée d’Aoste et précisément de quelques villages dont les noms reviennent le plus souvent. Cet afflux fait penser qu’il s’agit d’un recrutement organisé (l’emploi de la main-d’œuvre italienne, féminine surtout, est une tradition ancienne dans l’industrie de la filature en France). En 1906 on trouve des garnis dans la rue de Petite Doua, rue des Sauveteurs, occupés par des célibataires (filles ou hommes), ce qui peut faire croire que c’est une main-d’œuvre qui retourne en Italie. Mais dès cette date la majorité des immigrants viennent en famille et feront souche dans le quartier. Les familles transalpines sont de plus en plus nombreuses route de Vaulx, rue des Poulettes, tout autour de Villard, avant de coloniser la Cité Garcin. Ce phénomène d’implantation massive est assez exceptionnel à Villeurbanne avant 1914. L’urbanisation du quartier par la grande industrie est donc responsable de formes très diverses, dont certaines sont tout à fait nouvelles. La Cité Garcin par sa concentration ouvrière et italienne au service d’un employeur dominant, préfigure les grandes « cités » ouvrières qui se développent plus tard à Vaulx, Décines ou Saint-Fons1.

15Mais le reste du quartier reproduit des formes plus traditionnelles même si le nombre des garnis, la densité ouvrière immigrée ne peuvent s’expliquer sans la domination de la filature.

16Les autres cités (Renard, La Joncière) annoncent aussi les grandes concentrations ouvrières d’après 1918. On y retrouve des ouvriers des grands établissements regroupés, mais beaucoup moins d’étrangers. Les 7 immeubles de la rue Koechlin, bordant l’usine Gillet en diffèrent profondément. Les « Logements Economiques » disposent d’un confort appréciable pour l’époque. Construits sur 4 niveaux ils forment le premier ensemble de logements sociaux important abritant près de 380 personnes. Si la majorité des actifs sont employés chez Gillet on y retrouve nombre d’ouvriers d’autres entreprises (Bertrand, Nombret, Claret, Seux, Picot, Bally...). Mais aucun étranger n’y figure ; et les ouvriers qualifiés (apprêteurs, teinturiers, coloristes...) y sont en majorité, ce qui pourrait signifier que ces logements furent d’abord attribués aux « meilleurs » des ouvriers, davantage qu’aux plus nécessiteux (Cf. l’absence de familles nombreuses).

Notes

1 L’absence d’intervention de l’employeur pour le logement des ouvriers du moins avant 1920 est assez surprenante, quand on connaît les traditions « sociales » des grandes usines de filature du Bugey. A St-Rambert-Tenay, Argis, les industriels ont très tôt construit des cités ouvrières, pour la main-d’œuvre locale d’origine surtout rurale. Peut-être l’implantation Villard à Villeurbanne s’explique-t-elle par le souci de se rapprocher d’une masse de main-d’œuvre importante et par celui de ne pas avoir à supporter une politique de logement ouvrier.

© Presses universitaires de Lyon, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search