Version classiqueVersion mobile

Naissance et métamorphose d’une banlieue ouvrière : Villeurbanne

 | 
Marc Bonneville

Première partie. De la commune rurale a la commune industrielle de banlieue : les premières formes urbaines 1880-1914

Chapitre III. La production des formes et de la structure urbaine

Texte intégral

1Pour la période qui s’achève en 1914 les processus de production des formes urbaines et les diverses modalités ne sont pas encore très complexes. En ce domaine (comme dans celui de l’économie), la division des compétences et la spécialisation entre maîtres d’œuvre, décideurs, promoteurs ne sont qu’à peine esquissées.

SECTION 1. Le procès de production

2Les différentes modalités du procès de production des formes urbaines ont déjà largement été évoquées dans ce qui précède (Cf. paragraphe 2 du chapitre I, dans la description de la structure résultant de la Division Sociale de l’Espace). On a montré que la situation foncière était caractérisée par l’emprise agricole et par une structure de propriété assez variée : exploitations en faire valoir direct mais aussi en fermage, appartenant souvent alors, à des propriétaires lyonnais. C’est le cas aussi des « Clos » (Bonneterre, Marnas) ou des propriétés religieuses (Ferrandière, Franciscaines...) ; ou des propriétés des Hospices Civils de Lyon, ou des communaux municipaux. L’importance des possessions lyonnaises dans l’Ouest de la commune et leur proximité par rapport à Lyon sont sans doute à l’origine de l’urbanisation plus rapide de ce secteur. En revanche, l’Est de la commune, plus éloigné mais aussi dominé par le faire-valoir direct pratiqué souvent par de petits propriétaires locaux, résistera plus longtemps pour engendrer plus tard une structure urbaine beaucoup plus parcellisée.

3On dispose de très peu d’informations sur les transactions et sur les prix fonciers. Il apparaît avec certitude que les industriels, ou la commune lorsqu’elle construit des équipements, bénéficient de prix très avantageux par rapport à Lyon, surtout lorsqu’il s’agit de terres agricoles. Mais on retrouve là aussi des inégalités. A l’est de Villeurbanne la pression foncière est faible et ne concurrence pas encore l’usage agricole du sol, à tel point que les communaux trouvent parfois difficilement preneur pour l’affermage. A l’ouest les prix sont plus élevés à cause de la proximité de Lyon : aux Charpennes le parcellaire est très émietté et la densité assez forte. En outre, les propriétaires lyonnais ou les sociétés immobilières édifient des immeubles de rapport ou spéculent sur les hausses foncières : ainsi la Société Immobilière de Bonneterre a des prétentions élevées sur le terrain convoité par la commune pour y construire la nouvelle mairie, ce qui explique, en partie seulement, l’échec du projet. De même le département du Rhône puis la commune manqueront de ressources pour acquérir l’ancien domaine du Sacré-Cœur à la Ferrandière. Les grandes usines n’hésitent pas avant 1914 à s’éloigner des Charpennes pour acheter les terrains qui bordent la Rize et qui ne sont à l’abri des inondations que depuis quelques années, d’autant qu’ils sont, semble-t-il, moins onéreux. Les industriels ont en outre des ressources bien supérieures à celles de la mairie : Gillet peut acheter 13 ha à Bonneterre pour son usine et la propriété de la Ferrandière (10 ha) trop chère pour la commune. On ne peut ignorer non plus le rôle joué par les Hospices Civils de Lyon et dans une moindre mesure par la municipalité, aux Charpennes, à la Cité Tête d’Or et à la Doua. Les Hospices en particulier ont loué beaucoup de terrains pour 25, 50 ou 75 ans aux Charpennes, ce qui a éloigné les immeubles de rapport d’importance et les industriels désireux d’avoir des garanties quant à la durée de leur installation.

4Le statut foncier justifie la nature des immeubles construits sur des terrains loués : petites maisons, ateliers, entrepôts, petits immeubles. Les Hospices, tout en cherchant à retirer un rapport de leurs terrains désiraient surtout ne pas se dessaisir de leur patrimoine. Ainsi s’explique aussi le contenu de l’urbanisation au Tonkin (Cité Tête d’Or) entre 1880 et 1900, excluant les grands immeubles et l’industrie, et n’autorisant que les constructions légères des ouvriers. La commune faisait le même calcul en 1884 en proposant de lotir ses terrains pour une durée de 15 ans (sans trouver preneur), autour de la Cité Tête d’Or.

5La structure foncière aux limites de Lyon et l’emprise des Hospices expliquent donc en partie la rareté des implantations industrielles importantes dans le secteur occidental autour des Charpennes.

SECTION 2. Les producteurs des formes urbaines

6Qui sont les « promoteurs » ou les maîtres d’œuvre des constructions qui se mettent en place ?

7En ce domaine règne le plus grand libéralisme, en ce sens que les initiatives privées sont les seules qui existent. Le rôle de l'Etat est nul, que ce soit pour la production d’une réglementation ou l’attribution d’aides financières.

8— Celui de la municipalité s’accroît toutefois : le libéralisme caractérisant le mode de production de la fin du XIXe siècle laissait encore à la charge des initiatives privées les investissements destinés à la reproduction de la force de travail.

9Dès 1880 la commune prend à son compte certains équipements et l’intervention publique ira croissant ; on citera bien sûr la voirie (achats fonciers, entretien, équipement pour l’eau, l’éclairage), l’hôpital, la bibliothèque, les écoles qui sont à la charge de la commune tant pour les locaux que pour le salaire des maîtres et leur logement.

10— Par ailleurs le rôle des Hospices Civils s’apparente à celui d’un organisme aménageur qui procède à l’aménagement de tout un quartier : élaboration d’un plan d’urbanisme concernant 50 ha, avec certaines contraintes quant à la construction, en plus de celles tenant au statut foncier ; concession à des intermédiaires chargés de promouvoir le lotissement. En l’occurrence, les Hospices agiront comme bien d’autres propriétaires rentiers, mais ils laissent aux preneurs le soin de construire eux-mêmes leurs bâtiments dont ils ne possèderont que les murs, et seulement pour la durée du bail. Ce qui se passe au Tonkin se retrouve dans bien d’autres quartiers de statut foncier différent : les ouvriers, artisans, qui sont en majorité (et parmi eux beaucoup de maçons et d’italiens) construisent leurs maisons de leurs mains. Ils sont à la fois promoteurs, producteurs et consommateurs, ce qui est caractéristique de l’ancien mode de production villageois et aussi de l’indigence des travailleurs.

11Ce procès de construction persiste dans de nombreux quartiers, mais il n’est pas possible là où la pression foncière est plus forte. La construction d’immeubles de rapport si elle existe déjà avant 1880 aux Charpennes ou sur les grands axes, se développe pour profiter de la pénurie en logements qu’entraîne l’industrialisation.

12Compte tenu de la modicité des revenus ouvriers les propriétaires construisent des « cités » ou arrangent les immeubles en garnis (Cf. Cité Garcin), et jouent un rôle non négligeable dans la production des nouvelles formes urbaines. En outre les immeubles bourgeois progressent sur les grands axes (Lafayette, Zola).

13Afin de retenir la main-d’œuvre et d’assurer son logement au moindre coût, les industriels, on l’a vu, n’hésitent pas à construire directement des Cités (Cité Renard, Cité de la Joncière) ou à esquisser une véritable politique du logement.

14Jusqu’en 1914, il s’agit encore d’une politique d’urgence qui n’a rien de systématique et qui laisse les ouvriers trouver seuls à se loger dans la plupart des cas (Cf. l’usine Villard). Mais le patronat lyonnais qui avait fondé dès 1886 la SA des Logements Economiques, loge plusieurs milliers d’ouvriers et construit 7 immeubles avant 1900 près de l’usine Gillet à Villeurbanne. En 1913 est créée la Fondation Gillet qui vise à loger les seuls ouvriers de chez Gillet et que l’on verra intervenir à Villeurbanne (c’est elle qui se rend acquéreur du parc de la Ferrandière qu’elle destine à des lotissements).

15On mesure ainsi le rôle direct ou indirect de l’industrie dans l’apparition de nouvelles formes et structures d’urbanisation, alors que l’Etat ou la commune n’interviennent alors qu’assez peu dans cette production, sinon au niveau des équipements.

© Presses universitaires de Lyon, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search