Version classiqueVersion mobile

Naissance et métamorphose d’une banlieue ouvrière : Villeurbanne

 | 
Marc Bonneville

Première partie. De la commune rurale a la commune industrielle de banlieue : les premières formes urbaines 1880-1914

Chapitre II. La politique urbaine a ses débuts face à la production urbaine

Texte intégral

1Peut-on parler de politique urbaine avant 1914 ? Quels sont les pouvoirs du pouvoir municipal, puisque c’est surtout de lui qu’il s’agit ?

2Quelle maîtrise ou quelle conscience a-t-il de la poussée conjuguée de l’industrie et de l’urbanisation ?

SECTION 1. Le pouvoir municipal et ses fondements

3Entre l’élection de la municipalité d’une commune rurale de 8 000 habitants en 1880 et celle de 1914 administrant plus de 44 000 habitants, il va de soi que l’importance et la nature des problèmes municipaux ont beaucoup changé. Mais tout d’abord, quels sont les groupes sociaux que représente la municipalité à ces dates ?

4Dès 1880 à 1897 la municipalité représente aussi bien les agriculteurs, les employés, les ouvriers, les industriels, que les propriétaires fonciers, si l’on se fie à la composition du conseil municipal. L’élection du maire Frédéric Fays en 1897, illustre le glissement à gauche dû à l’augmentation des électeurs ouvriers. Mais malgré les prises de position politiques, surtout dans le registre de l’anticléricalisme et de la défense de l’emploi, la municipalité est encore sous l’influence des notables et des propriétaires fonciers. Les débats du conseil municipal révèlent les incessantes querelles entre les représentants de l’ancien bourg de Cusset près duquel se trouve la mairie et ceux des nouveaux quartiers ouvriers des Charpennes, de Croix-Luizet, de la Cité Lafayette.

5A l’occasion du choix d’un emplacement pour une nouvelle mairie, c’est l’affrontement entre nouveaux et anciens quartiers, mais aussi entre ancienne et nouvelle formation sociale, qu’il faut analyser.

6Les habitants des Charpennes et du Tonkin demandent que la nouvelle mairie soit située pour le moins au centre de la commune.

  • 1 « L’ancienne mairie » était installée au no 163 du cours Lafayette prolongé (cours Tolstoï).

7De fait, la mairie avait déjà été déplacée en 1828 après de vives Querelles, et construite place Dauphine ou du Plâtre (ancienne place de la Mairie)1, mais elle s’avérait déjà insuffisante et excentrée. Un projet, mis à l’étude sous la pression des quartiers occidentaux visait à construire le nouvel édifice au Parc de Bonneterre au centre de la commune. Devant les oppositions ou les manœuvres des tenants de l’ancien emplacement, et les pressions du préfet du Rhône qui redoutait que le projet de Bonneterre ne soit trop coûteux, le transfert fut ajourné puis abandonné, remplacé par la réfection et l’agrandissement de l’ancienne mairie.

8Cette décision suscita des pétitions des quartiers occidentaux réclamant la partition de la commune et leur rattachement à Lyon. Cette opposition au sein de la municipalité recouvre un conflit entre groupes sociaux et les habitants de l’ouest de la commune élisent en 1901 des représentants ouvriers qui protestent véhémentement contre la sous-représentation de leurs quartiers dans le conseil municipal.

9Une nouvelle répartition des sièges leur donne la mairie en 1903, et la municipalité sera de plus en plus « socialisante » avec E. Dunière, puis Jules Grandclément en 1908.

10Ces résultats illustrent la progression des nouvelles couches sociales installées avec la croissance industrielle.

SECTION 2. Le pouvoir municipal : quelle maîtrise de l’urbanisation ?

11La question pourrait être formulée autrement : de quels pouvoirs dispose la commune ?

12De très peu, non seulement parce qu’il n’existe pas encore de règlements ni d’outils d’intervention, mais aussi parce que Villeurbanne a du mal à s’affranchir de la tutelle de Lyon. Son urbanisation est avant tout celle d’une banlieue et les décisions ou les équipements qui la concernent sont très souvent le fait de la grande ville.

13De fait, Lyon n’a jamais renoncé à influencer sa voisine, (pas même de nos jours) et même a tenté jusqu’en 1906 d’annexer Villeurbanne. L’« impérialisme » lyonnais s’était déjà manifesté en 1852, lorsque furent annexées à Lyon les communes de la Croix-Rousse, la Guillotière, Vaise et que Villeurbanne, Vaulx, Bron et Vénissieux furent rattachées au département du Rhône.

14La poussée lyonnaise sur la rive gauche du Rhône repose la question de l’annexion qui est évoquée à la Chambre des Députés dès 1874, puis votée en 1888 mais annulée par le Sénat.

15En 1884, Lyon a déjà acheté 60 ha à sa voisine pour créer le Parc de la Tête d’Or. La pression des hommes politiques et des propriétaires lyonnais rencontre une farouche résistance de la part des Villeurbannais qui multiplient les délégations à Paris. Elle sert aussi, on l’a vu, de moyen de chantage pour les quartiers des Charpennes et du Tonkin. L’offensive lyonnaise paraît triompher lorsque le maire de l’époque, Victor Augagneur, obtient la nomination d’une commission parlementaire qui conclut à l’annexion, prévue le 1er janvier 1906. Le départ imprévu d’Augagneur nommé gouverneur à Madagascar sur sa demande, sauva in extremis Villeurbanne. Ces péripéties montrent bien quel fut le rapport de forces politiques entre les deux communes.

16Il est vrai que Villeurbanne ne peut alors faire autrement que de contribuer au développement lyonnais, en accueillant certains équipements : les fortifications, la grande Caserne de la Doua, l’hippodrome. On a vu à quelles activités était affecté l’espace villeurbannais : usines, ateliers, entrepôts, gare, résidences ouvrières qui font de la banlieue un espace dominé par la ville. Quelques exemples peuvent illustrer cette dépendance : la construction du canal et de l’usine électrique de Jonage en 1900 dont l’intérêt dépasse le cadre communal ; le développement du réseau de tramways, objet de litiges fréquents avec la compagnie fermière, pour l’ouverture de lignes et l’obtention de tarifs pratiqués à Lyon intra-muros ; ou bien le choix d’un nouvel emplacement pour le chemin de fer de Lyon à Genève et pour les gares des Brotteaux et de la Part-Dieu, décidé en 1902 malgré les récriminations des élus villeurbannais qui s’estiment isolés de Lyon « par une vraie barrière... répétition des voûtes de Perrache ». De la même façon le lotissement de la Cité Tête d’Or est fait à l’initiative des Hospices Civils de Lyon, sans intervention municipale.

17Il est donc difficile de reconnaître l’initiative communale dans la transformation en cours jusqu’en 1914. Il va sans dire que l’aide de l’Etat est inexistante et que ses représentants (en particulier le préfet) font souvent coïncider leurs décisions avec les intérêts lyonnais.

18La politique municipale est surtout centrée sur des préoccupations locales, bien terre à terre.

19Faible autonomie, divisions d’intérêt local sans prise sur les enjeux économiques ou politiques. Les questions de voierie et d’égouts viennent en tête (ne serait-ce que pour relever les sarcasmes lyonnais ou répondre aux pétitions des Tonkinois), avec les installations de becs de gaz et de fontaines. Mais les options socialisantes apparaissant et les ressources s’améliorant sans doute, la gestion communale fait preuve de davantage d’initiative et d’anticipation, devant l’urgence des besoins : les écoles qui s’ouvrent ou s’agrandissent dans tous les quartiers font l’objet d’une sollicitude constante (67 classes en 1904 avec plus de 4 000 élèves). En 1905 devant le refus lyonnais de poursuivre l’accueil des enfants villeurbannais au Lycée du Parc, la municipalité crée les premières classes secondaires.

20Les achats de terrains et les emprunts pour la réalisation de la nouvelle mairie, de l’Hôpital de Cusset ou des écoles sont les premiers actes d’importance, bien que la commune ne soit pas encore capable d’acheter la propriété de La Ferrandière des Sœurs du Sacré Cœur expulsées en 1907 (plus de 10 ha), qui reviendra à la famille Gillet. Les décisions sont donc caractéristiques d’une municipalité socialisante qui croit qu’il est de son devoir d’assurer la promotion des citoyens par la diffusion de l’instruction, de la salubrité publique et de l’hygiène.

21C’est déjà un élargissement considérable des attributions municipales mais les moyens d’intervention et de décision sont encore peu développés. Surtout ils ne s’appliquent pas encore aux activités considérées encore comme relevant du domaine privé tel le logement ou les activités économiques. Dès lors il n’est pas encore possible de parler de maîtrise de l’urbanisation ou de l’industrialisation.

SECTION 3. Quelle maîtrise de l’industrialisation ?

22Les convictions socialisantes qui se font jour au sein du Conseil municipal dès 1903, paraissent destinées à la vie politique nationale, bien plus qu’à l’exercice du pouvoir face aux réalités économiques et sociales de la commune. L’attitude des responsables qui mettent en avant leurs idées politiques mérite d’être étudiée face aux progrès de l’industrie et de la croissance urbaine qui l’accompagne.

23Les progrès de l’industrie et de la démographie sont considérés, sans aucun doute, comme des événements heureux et souhaités, susceptibles d’apporter la prospérité à la commune et à ses administrés. Le conseil municipal où siègent les représentants des industriels, des notables, puis des ouvriers, souhaite avant tout conserver ou attirer les emplois et éviter le chômage. Il n’hésite pas à prendre la défense sinon des patrons, du moins de certaines branches industrielles : ainsi en 1897 il envoie une pétition au gouvernement pour dénoncer le traité Franco-Suisse de 1895 qui favorise l’entrée des soies étrangères en France, ruinant l’industrie de la soierie en France et provoquant un important chômage chez les tisseurs lyonnais.

24Très vite pourtant, les ouvriers de la commune reçoivent le soutien de la municipalité : dès 1899, celle-ci vote des crédits pour les ouvriers en grève ; elle accorde des subventions aux représentants syndicaux pour se rendre à leurs congrès (par exemple en 1901 pour le Congrès des tullistes à Calais). Malgré les initiatives sociales qui vont croissant, l’installation de l’industrie est un phénomène qui paraît échapper au contrôle municipal. La maîtrise communale ne se manifeste que par les autorisations pour qu’un minimum d’harmonie soit trouvé avec la voierie et les alignements existants, ou par le biais des demandes d’autorisation de création d’usines à fortes nuisances. Cependant les refus sont rares et concernent davantage la forme que le fond. Les conséquences, recettes ou coûts prévisibles d’équipement pour les zones industrielles et surtout résidentielles ne sont pas vues clairement, bien qu’elles ressortissent ensuite au budget communal (Cf. écoles, voierie...).

25Par ailleurs, les industriels et les résidents ont souvent à leurs charges les dépenses qu’ils induisent : ainsi la construction des égouts est affermée à une société lyonnaise qui traite directement avec les industriels. La participation communale ne croît que progressivement. Par manque de moyens, par « libéralisme » aussi, l’urbanisation est largement laissée aux industriels, aux propriétaires fonciers, aux ouvriers. On a vu comment s’édifiaient les nouveaux quartiers (Cf. les cités Renard, Gillet ou Garcin) et que l’Etat sous toutes ces formes (y compris la municipalité) n'intervenait que très peu dans ces processus, ne prenant à sa charge qu’un minimum d’infrastructures.

SECTION 4. Production urbaine et idéologie urbaine

26La politique « gestionnaire » municipale est en fait conforme à l’image que les responsables ont de la ville (à moins que ce ne soit l’inverse). On veut signifier par là que l’industrialisation et l’urbanisation sont pour eux « normalement » liées, celle-là étant première. Leurs progrès sont jugés positifs par rapport à l’ancienne structure rurale mais aussi par rapport à Lyon qui est enviée et jalousée. Le désir, de s’affirmer en tant que ville, de soutenir la comparaison quant aux rues, aux écoles, voire aux édifices, est dans tous les discours officiels. Ainsi est proposée la construction de la mairie, ou celle de l’hôpital, l’accueil du Tribunal de justice de paix. Croître, embellir, nettoyer, aligner, promouvoir un ordre urbain, est justifié comme une volonté de progrès urbain, c’est-à-dire politique et social, pour lequel les citoyens doivent éprouver de la fierté. Ce thème se retrouvera, amplifié, après 1920.

27En fait, les images et les témoignages non officiels donnent à penser que Villeurbanne a largement conservé un paysage et des comportements villageois. Les Charpennes malgré la présence de l’industrie en fournissent un bon exemple. Le lotissement nouveau de la Cité Tête d’Or ou celui plus ancien de la Cité Lafayette ont certes un plan en damier, éloigné de la trame villageoise, mais le modèle de maison le plus courant est celui de la petite construction particulière avec jardin. Les activités n’y sont pas ségrégées et le Tonkin restera jusqu’à la fin, un village. Seules les « cités » pourraient faire croire à d’autres structures : mais il n’en est rien, même dans les immeubles Gillet et encore moins à la Cité Garcin où se recréent les communautés italiennes. Ainsi malgré l’importance de la ville, en attendant l’engagement des industriels, ou de l’Etat dans la construction des logements et les progrès de l’idéologie hygiéniste corrélative, les structures et l’idéologie urbaine à Villeurbanne restent très liées à l'origine locale et rurale de la population ainsi qu’à ses comportements spécifiques.

Notes

1 « L’ancienne mairie » était installée au no 163 du cours Lafayette prolongé (cours Tolstoï).

© Presses universitaires de Lyon, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search