Version classiqueVersion mobile

Naissance et métamorphose d’une banlieue ouvrière : Villeurbanne

 | 
Marc Bonneville

Première partie. De la commune rurale a la commune industrielle de banlieue : les premières formes urbaines 1880-1914

Chapitre I. Les modes de production et la nouvelle structure spatiale

Texte intégral

SECTION 1. La coexistence de plusieurs modes de production

1. LA SURVIVANCE DE MODES DE PRODUCTION PRÉ-INDUSTRIELS

1Les mutations qui interviennent après 1880, n’effacent pas complètement le caractère rural de la commune. Le territoire de Villeurbanne est encore consacré pour sa partie la plus importante, à l’agriculture en 1880. Ce n’est que le long des grands axes qui traversent la commune et qui sont encore souvent dénommés chemins de grandes communications ou routes (de Vaulx, de Crémieu...) que se groupent les activités artisanales, industrielles ou du commerce. Mais dès que l’on s’éloigne des quartiers des Maisons Neuves et des Charpennes d’où divergent les grands axes suivant une disposition en patte d’oie, les maisons sont le plus souvent des fermes ou d’anciennes fermes au milieu de terres labourables. L’abandon de la production agricole s’accélère à partir de 1880, et il est sûr que les agriculteurs sont déjà en minorité à cette date. Cependant l’emprise agricole reste considérable, même aux confins de Lyon. Le lotissement de la ferme de la Tête d’Or appartenant aux Hospices Civils de Lyon est en cours en 1880 sur près de 50 ha qui seront urbanisés en 10 ans et formeront la cité Tête d’Or, dénommée par la suite quartier du Tonkin. C’est en 1884 que la municipalité de Villeurbanne, accepte de suivre l’exemple des HCL en offrant les communaux municipaux situés entre la cité Tête d’Or et les terrains militaires de la Doua, aux candidats lotisseurs. Cette conversion de terrains consacrés jusqu’ici aux labours s’explique par la difficulté rencontrée pour trouver des fermiers à ces terres « communes » ce que révèle la baisse du nombre d’agriculteurs. Elle se justifie aussi comme au Tonkin, par la pression démographique et la demande de construction de nouveaux logements pour les populations ouvrières, ainsi que par la volonté de continuer le lotissement de la Tête d’Or et de prolonger la voirie esquissée sur les terrains lotis par les HCL. Néanmoins l’occupation des terrains agricoles ne connut pas un succès rapide, sans doute en raison de leur situation encore excentrée mais aussi à cause de la faible durée des baux consentis par la municipalité (15 ans au lieu de 25, 50 et 75 ans au Tonkin).

2Si les progrès de l’urbanisation sont rapides aux limites de Lyon dès 1880, ils n’empêchent pas l’agriculture de subsister encore longtemps, jusqu’au delà de 1945. C’est surtout dans la partie orientale de la commune, dans les quartiers de Château-Gaillard et des Büers que le caractère agricole s’est maintenu presque intact jusqu’en 1920. De fait, il s’agissait d’une plaine exondée à la suite de la construction des digues insubmersibles au milieu du XIXe siècle, destinées à prévenir les crues du Rhône au nord et à l’est. La construction du canal de Jonage en l900 vint compléter ces ouvrages et mettre hors d’eau les derniers « brotteaux ». Les structures agraires de la commune n’étaient donc pas homogènes en 1880 ; les meilleures terres destinées aux labours étaient exploitées par les fermiers de Cusset, Cyprian, Château-Gaillard, les Büers, Croix-Luizet. Tenues en pleine propriété ou en fermage elles constitueront un élément de stabilité et de résistance fade à l'urbanisation. En revanche, les terrains appartenant à. de grands propriétaires souvent lyonnais et généralement affermés céderont plus rapidement à la pression foncière des industriels ou des lotisseurs : le parc de Bonneterre, la Ferrandière après 1920, mais aussi la ferme Tête d’Or déjà citée, appartenant aux Hospices Civils de Lyon constituent autant d’illustrations de ce phénomène. Les terroirs récemment gagnés sur les inondations et souvent constitués en communaux municipaux ne sont généralement que des prés. Ceux qui bordent les rivières ne sont plus inondés depuis la construction des digues (1857-1859) : lorsqu’ils sont situés à proximité des limites de Lyon, ils sont englobés dans le tissu urbain qui se met en place. Ainsi le ruisseau des Abymes est comblé lors de l’établissement de la cité Tête d’Or et la vallée de la Rize sera le site de prédilection pour les usines des teinturiers. Les communaux situés en position excentrique, aux marges orientales de la commune, sont parfois constitués en réserves foncières qui subsisteront jusqu’aux années soixante : (le Champ de Course et la Caserne du Grand Camp à la Doua) ; ils sont parfois aussi affermés par la commune aux fermiers de la route de Vaulx et des Büers : c’est le cas des communaux du Grand Camp, de la ferme de Balmont et de celle du Marais au-delà de la digue, dans l’actuel quartier Saint-Jean. Ce système de l’affermage des communaux durera jusqu’en 1954, préservant d’intéressantes réserves foncières.

2. LE DÉVELOPPEMENT DE L’INDUSTRIE (voir carte hors texte)

3Il faudrait plutôt parler d’irruption de l’industrie tant les changements sont brutaux entre 1880 et 1914, et il s’agit bien là du moteur de l’urbanisation accélérée de la commune. Mais là encore le phénomène industriel présente une certaine diversité et comporte toutes les nuances de l’artisanat à la grande industrie. L’arrivée de l’industrie procède d’un double mouvement : prolifération d’industries déjà présentes dans les 3e et 6e arrondissements lyonnais et qui occupent les Charpennes, la Cité Lafayette à cheval sur les deux communes ; mais aussi transfert d’industries lyonnaises pour qui le déplacement correspond à des exigences d’extension ou de mutations technologiques et structurelles. C’est ce double aspect que l’on retrouve dans les branches en forte expansion.

4Certaines se développent plus particulièrement à Villeurbanne pour des raisons qu’il faudra préciser : d’après le nombre de salariés, la fabrication des tulles et des dentelles vient probablement en tête en 1900, suivie par la teinture et l’apprêt. A ces deux branches majeures et complémentaires s’adjoignent aussi les tissages, les fabriques de velours et de soieries, ainsi que les filatures, bien que ces dernières industries, ne représenteront jamais qu’une partie mineure du potentiel lyonnais. Les deux premières industries citées figurent en revanche sinon comme des monopoles villeurbannais, du moins comme des spécialités incontestées, plus encore pour les tulles et dentelles que pour la teinture industrielle.

5Cette suprématie des branches du textile ne sera guère contestée avant 1920. L’essentiel des industries mécaniques et métallurgiques travaille avant 1914 pour les teintureries et les tullistes et leur reconversion ne se fera qu’après 1930. Les autres branches sont encore peu représentées à l’exception du travail du cuir et des peaux, et de l’imprimerie.

6L’origine de l’industrie textile et de la teinture est bien sûr en relation avec les transformations de la Fabrique lyonnaise. Celle-ci, après la prospérité du 1er Empire a connu une crise entre 1815 et 1848 due aux mutations technologiques autant qu’à la disparition des débouchés de la soierie.

7Sous le Second Empire et la Troisième République, la soierie a connu une prospérité certaine, en rapport avec le développement de l’Empire Colonial. Mais la fin du XIXe siècle est aussi l’époque des grandes mutations économiques et techniques de cette branche. Le transfert de nombreuses fabrications sur la rive gauche du Rhône jusqu’à Villeurbanne procède de ces mutations.

A. LE DÉVELOPPEMENT DE L’INDUSTRIE TEXTILE A VILLEURBANNE

8Celle-ci est surtout représentée par les branches dérivées du travail de la soie ou de ses substituts. Les ateliers et usines qui s’installent aux Charpennes ou à la Cité viennent le plus souvent de la Croix-Rousse, de Vaise ou des Brotteaux voisins. Ce transfert ne signifie pas dans bien des cas que les structures de production aient été modifiées. On désignera ici par industries traditionnelles, celles dont l’organisation du travail demeure caractérisée par le travail à façon. Ce procédé implique que les fabricants, les donneurs d’ordres ou marchands confient des travaux à façon à des tisseurs. Ceux-ci travaillent pour de petites séries et possèdent généralement leurs métiers mécaniques ou encore à bras, à domicile. C’est sous ce rapport caractéristique de la Fabrique Lyonnaise que se fait l’installation des artisans tisseurs à Villeurbanne. De fait, la spécialité des artisans des Charpennes est la fabrication des tulles et des dentelles peu à peu mécanisée. Son essor en rapport avec l’évolution de la mode provient aussi de la bonne adaptation des structures artisanales à une production très fluctuante et reposant sur un renouvellement constant des modèles. Une quarantaine de tullistes sont recensés aux Charpennes en 1896, généralement dénommés maître-tullistes, employant surtout une main-d’œuvre familiale ou quelques ouvriers, dans des locaux non spécialisés. Le travail à façon maintient la segmentation du travail, confié successivement à plusieurs spécialistes, et portant sur de petites séries. Mais il est aussi favorable aux donneurs d’ordres qui poussent les tisseurs à s’équiper de métiers mécaniques et à assumer les risques. Dès 1895, les premières concentrations de métiers en usine s’esquissent en milieu urbain, mais leur supériorité sur la fabrique artisanale n’est pas immédiate.

9Elles introduisent dans la profession la concentration des machines et des ouvriers, mais aussi une nouvelle organisation du travail à base de tâches répétitives, peu qualifiées et salariées. A ce titre l’implantation à Villeurbanne des grandes usines procède d’une tendance générale à se rapprocher de la main-d’œuvre disponible et peu exigeante (surtout dans le Bas-Dauphiné). L’implantation des usines fortement mécanisées à Villeurbanne illustre aussi la concentration des moyens de production suivant les nouveaux impératifs techniques.

10La plus ancienne est l’usine Johnson installée au cœur des Charpennes qui compte plus de 160 salariés et qui construit des machines textiles. D’autres tullistes s’installent le long du cours Zola ou rue Neuve : Lafourcade et Bacconnier, Kiemlé et Marcet, Jallade et Gendre, puis Dognin et Semanaz, tous provenant soit de la Croix-Rousse, soit des Brotteaux. Les tisseurs procèdent pareillement : Denis, Mathieu, Roche, Mantelier, Bernheim qui construisent les plus grandes usines, ont les mêmes origines.

  • 1 Michel Laferrère : Lyon, ville industrielle, PUF 1960, pp. 186-188.

11Cependant, malgré la taille des affaires qui s’implantent avant 1914, on remarque qu’elles restent dominées par le travail à façon, et ne contrôlent généralement, ni le moulinage, ni la teinture, l’impression ou les apprêts. Certaines tentent cependant d’assurer ces différentes phases du procès de fabrication. Ainsi H. Bertrand construit en 1898 la grande usine du cours Zola pour regrouper les opérations successives du moulinage et du tissage. Encore faut-il remarquer avec Michel Laferrère1 que cette concentration ne représente en fait « que la réunion des artisans de la Croix-Rousse sous le même toit ».

12Plus souvent certains industriels tentent de contrôler les étapes de la fabrication en acquérant différentes usines chacune spécialisée dans une production : Atuyer-Bianchini-Férier, qui construit une usine d’encollage à Villeurbanne, Kiemlé et Marcet mais surtout les grandes entreprises, Gillet, J.-B. Martin, Renard, etc. puis H. Bertrand qui adopteront cette stratégie de dissémination géographique d’unités de production spécialisées et complémentaires. Elle permet de s’adapter avec souplesse à la conjoncture propre à chaque opération. Cependant ce n’est pas par hasard que les associations sont généralement le fait des teinturiers davantage que des tisseurs.

13A la veille de 1914 le secteur du textile à Villeurbanne est en cours de mutation. Les grandes concentrations ouvrières qui s’esquissent sont le fait des usiniers-tisseurs dont les effectifs dépassent souvent 200 ouvriers (Crochet impasse Lassalle, puis Mathieu, Chenevière et Denis rue Colin, Mantelier, Roche). C’est ce secteur qui réalise les progrès les plus nets, et qui vont encore s’amplifier.

  • 2 Lettre de M. Dognin du 27 juillet 1877 au Commissaire de l’Exposition Universelle de Paris de 1878 (...)

14En revanche la branche des tulles encore dominante, plafonne en 1914 en particulier après la grande grève des ouvriers tullistes de 1910. Elle présente de fait une structure extrêmement diversifiée. Ainsi les Ets Dognin constituent une très vieille affaire (fondée en 1805 à Lyon), d’importance régionale, occupant à Lyon et à Villeurbanne plusieurs centaines de salariés, et faisant travailler dans les campagnes parfois lointaines de 5 000 à 8 000 dentellières et brodeuses2. Mais c’est là une situation assez exceptionnelle, et la plupart des fabricants sont en fait des maîtres-tullistes. Cette catégorie comporte un éventail très large : entre l’ouvrier ayant acquis son premier métier « à la gagne », c’est-à-dire à crédit, travaillant seul ou en famille et les maîtres-tullistes ayant de trente à cinquante ouvriers, il existe de grandes différences. Certains esquissent de brillantes carrières (Jallade, Prylli, Kiemlé...) dans un monde où les réussites fulgurantes et les faillites se font au rythme des modes. Ces façonniers travaillant généralement pour des fabricants qui sont en fait des donneurs d’ordre, emploient des ouvriers en nombre croissant, ce que démontre l’importance de leur syndicat et de la grève de 1910. On retrouve là la structure traditionnelle de la Fabrique Lyonnaise : à côté des tullistes travaillent les dévideuses, les canetteuses, les raccomodeuses, mais aussi les apprêteurs, les teinturiers, les fabricants de métiers, les gareurs. Cette branche essentielle pour Villeurbanne demeure prospère voire opulente jusqu’en 1910 et même 1920, plus proche de la Fabrique que de l’usine.

15Ainsi le passage est-il déjà esquissé entre la société des maîtres et des compagnons d’une part et celle qui se développe à ses côtés d’autre part, faite de masses d’ouvriers et surtout d’ouvrières peu qualifiés travaillant en usine.

B. L’INSTALLATION DE L’INDUSTRIE DE LA TEINTURERIE ET DES GRANDS ÉTABLISSEMENTS

16C’est la teinturerie qui offre la meilleure illustration de l’avènement de la grande industrie et qui va représenter la branche dominante de la commune jusqu’en 1929. Là aussi cependant on a affaire à un développement fondé à la fois sur des structures artisanales et sur le mode de la grande industrie ; mais celle-ci domine très vite l’ensemble de la branche, et marque profondément la vie industrielle de Villeurbanne.

17La teinture des fils de soie qui représente une phase déterminante quant à la valeur du produit final, a longtemps fait figure d’activité liée à un tour de main ou à des recettes. Jusqu’en 1870 la production demeurait très artisanale, même avec l’intervention des chimistes, et les procédés très divers se prêtaient mal à la fabrication de grandes séries, car très longs à mettre en œuvre et mal assurés. Cependant dès 1860 les découvertes des chimistes et l’introduction de la teinture en pièce qui se substituera peu à peu à la teinture en flotte, assurent le développement de quelques grandes maisons. Si Gillet est installé sur la Saône à Serin depuis 1853, cette maison ouvre des usines à Saint-Chamond, puis Grésin (Savoie) et Lyon Vaise ce qui témoigne déjà d’une réelle importance.

18Ainsi s’explique aussi la migration des premiers établissements localisés jusqu’en 1870-1880 sur la Saône ou sur le Rhône (Saint Clair), en direction des Brotteaux, de Montplaisir et plus particulièrement le long de la Rize à la Villette, et à la Cité, aux Charpennes, à Bonneterre dans la commune de Villeurbanne.

19Cette migration est souvent (mais pas toujours) accompagnée d’une mutation technologique et économique. Il est vrai que si les grandes usines qui s’installent sur la rive gauche recherchent les eaux de la Rize plus douces que celles des fleuves ou celle de la nappe phréatique de température constante, de nombreux ateliers émigrent aussi aux Charpennes ou à la Cité à la recherche de plus d’espace. Dès le départ les deux types d’entreprises coexistent.

20Les petits ateliers ont en effet trouvé place dans un tissu urbain ancien, et c’est ainsi qu’au début de la route de Vaulx (au no 15) cinq ou six ateliers se sont montés aux côtés d’affaires plus importantes. C’est qu’en fait le travail à façon, en petites séries s’est là aussi maintenu très longtemps ; la division des opérations très longues et complexes, la répartition des tâches en teinture, apprêt, impression, la tradition de la fabrique, concouraient au maintien de structures artisanales qui sont celles des façonniers. Ainsi s’expliquent leurs progrès : on recensait en 1896, 6 entreprises de teinture ou d’activités annexes, mais 28 en 1909 et 31 en 1913 de telle sorte que les effectifs employés dans la branche s’élevaient sans doute à plus de 3 000 emplois. La part des petits établissements demeure considérable et les créations sont fréquentes, bien que les disparitions ou absorptions le soient aussi. Si ce milieu est propice aux initiatives, si de petites affaires s’agrandissent, il faut pourtant considérer que l’établissement de la teinture industrielle à Villeurbanne est dans une très grande mesure le fait de grandes « maisons ».

  • 3 Sur ce point voir l’étude de Michel Laferrère déjà citée, pp. 192-193.

21Le déplacement à Villeurbanne se justifie par la recherche de l’espace et de l’eau nécessaire aux nouvelles usines. Mais ces dernières correspondent aussi aux investissements considérables des grandes entreprises : il s’agit généralement de substituer à la façon artisanale (teinture en flotte) la façon industrielle (teinture en pièce) demandant des équipements mécaniques et thermiques supérieurs, pour de plus grandes séries et un meilleur rendement en temps et en prix3.

22Ainsi les principales usines s’établissent-elles à distance pour ne pas épuiser la nappe phréatique ou le long de la Rize, adoptant une nouvelle organisation du travail, passant d’un plan vertical, au développement des fabrications sur un plan horizontal.

23Dès 1874 Renard et Villet installent à la Cité une grande usine dotée de laboratoires et d’ateliers de production chimique, et emploient 800 ouvriers. Bonnet avec 650 ouvriers, Ramel-Marnas s’installent route de Vaulx ; en 1890 Gillet monte à Villeurbanne les grandes usines de la rue Flachet et des Glacières pour la teinture en pièces et l’apprêt sur près de 8 ha, qui seront longtemps les plus importantes usines de la commune.

  • 4 M. Laferrère, p. 198, signale que Renard, Corron et Bunand, ont regroupé 9 maisons de teinture en (...)

24Ces installations sont le fait de sociétés puissantes possédant de nombreux établissements, d’autant que les capitaux extérieurs à la branche, ou étrangers (suisses, hollandais) apparaissent. Aussi les concentrations sont-elles nombreuses et vont dans le sens du renforcement des grandes sociétés. Ainsi Renard4 et Villet s’associent-ils en 1868 avec Vuillod pour donner naissance à Vuillod-Ancel et Cie regroupant les usines de la Cité et de Montplaisir.

  • 5 Sur ce point, voir l’ouvrage d’Yves Lequin : « Les ouvriers de la région lyonnaise (1848-1914) », (...)

25Bonnet, Ramel, Savigny, Giraud et Marnas regroupant 5 teintureries, route de Vaulx, forment une autre société importante qui sera absorbée à terme par la société Gillet. Ces concentrations donnent aux sociétés Gillet et Vuillod-Ancel une position dominante sur les activités de la teinture (en pièces mais aussi en flotte), de l’apprêt et de l’impression. A leurs côtés subsistent outre les petits ateliers, des maisons indépendantes parfois importantes et souvent très spécialisées : Picot Frères (rue de la Rize), Seux et Charrel (aux Charpennes), Rhonat et Durand, Nombret cours Tolstoï, occupent tous plus de 100 salariés. Cela démontre l’importance prise par la teinture à Villeurbanne de 1874 à 1914, mais aussi de la place prise par la grande industrie5.

26Les grandes sociétés de teinture se distinguent, on l’a dit, par l’ampleur de leurs investissements. Certaines sont anciennes et ont très tôt reçu le soutien de banques et de capitaux extérieurs (Renard, Seux et Charrel, Gillet) Bien que travaillant à façon, elles tentent très tôt d’asseoir leur position :

27— En accroissant leur emprise sur certaines fabrications (teintures en pièces) grâce aux absorptions, concentrations, à la recherche, aux brevets et aux investissements industriels, de telle sorte qu’elles se retrouvent en position de force vis-à-vis des producteurs de fils et des tisseurs.

28— En essayant de contrôler les industries d’amont, Atuyer-Bianchi et Férier, J.-B. Martin, Renard et surtout Gillet, s’intéressent à la production de fils. En 1904 Gillet monte une usine de soie artificielle à Izieux ; il fonde le Comptoir des Textiles Artificiels en 1911 et développe la fabrication de la viscose dans ses usines de Saint-Chamond, Givet, Besançon, La Voulte.

29Aussi dès avant 1914 la teinturerie industrielle est, de toutes les branches textiles, la plus évoluée, la plus concentrée ; son implantation à Villeurbanne représente bien celle de la grande industrie. Elle fournit les premières fortes concentrations ouvrières (800 ouvriers chez Renard, plus de 1 500 chez Gillet). Aux rapports entre maîtres-teinturiers et ouvriers qui subsistent encore aux Charpennes elle substitue une nouvelle division du travail et une hiérarchie jusqu’ici inconnue dans les rapports de production et les rapports sociaux. Son impact sur la constitution de la nouvelle formation sociale est donc important et particulièrement significatif du mode de production industriel.

  • 6 L’industrie de la Schappe utilise les déchets des cocons de vers à soie pour des fabrications en s (...)
  • 7 Le début du siècle est marqué par la diffusion des fibres artificielles et par une concentration t (...)

30Parmi les autres grands établissements relevant du textile, il faut encore citer la création de la filature de schappe Villard, en 1898. En effet, la plupart des usines de peignage et de filature de schappe6 ou de soie se trouvent alors concentrées en milieu rural dans quelques régions bien précises : le Bugey (Saint-Rambert, Tenay, Argis, le long de l’Albarine), les Vosges et l’Alsace (Sainte-Croix-aux-Mines, Bussang) ou près des lieux de production des matières premières (Gard, Ardèche, Drôme). Le Rhône n’a que très peu d’établissements (Pierre-Bénite, Amplepuis) mais est le siège de quelques grandes sociétés (Franc et Martelin, Warnery) et un centre d’échange important7. La création de l’usine Villard près de la route de Vaulx s’inscrit dans ce contexte, mais représente un cas assez exceptionnel d’implantation d’une filature dans une grande agglomération. Il s’agit en fait d’un transfert du Bugey (Artemare) à partir d’un petit atelier ; mais l’usine des Charpennes représente une unité beaucoup plus importante et très moderne. Cette affaire familiale prend rapidement de l’extension et emploie avant 1914 plusieurs centaines d’ouvriers qu’elle fait venir du Bugey et surtout d’Italie. Tout autour de l’usine se forme le quartier « de la filature » vivant presqu’exclusivement de cette présence, bel exemple d’élaboration d’une forme urbaine et d’une forme sociale par la grande industrie.

31Malgré la prédominance des branches liées au textile, certains éléments de diversification industrielle apparaissent plus tardivement, peu avant 1914. Les industries mécaniques et la petite métallurgie naissent pour répondre aux besoins des teinturiers ou des tullistes. Ce sont des établissements modestes qui fabriquent de l’outillage, des cuves et se localisent près des teinturiers et des tullistes aux Charpennes (Clerc-Renaud, Sombardier, Varignier et Clauzel, Canet, Giscard, Johnson).

32Beaucoup disparaîtront avec les teinturiers après 1940, mais certains ont su subsister en se reconvertissant (Cf. Murgue et Seigle).

33Les autres branches industrielles de quelque importance sont celle du cuir déjà ancienne, et la chimie.

34Le cuir était travaillé sur le bord de la Rize, depuis longtemps. Le tournant du siècle et peut-être la construction du canal de Jonage vont modifier l’aspect traditionnel de cette industrie. Bien que les tanneries Goiffon installées près de l’usine Gillet aient déménagé à Oullins en 1903, le travail des peaux se poursuivit à Villeurbanne dans les établissements Lacourbat-Claret et Camsat (chaussures). C’est en 1914 que Camsat fut racheté par la firme suisse Bally qui construisit la grande usine de Bonneterre (celle-ci employait 1 000 ouvriers en 1930). A proximité, cours Tolstoï, la Manufacture de Chaussures du Sud-Est et les Ets Leplant emploient respectivement 100 et 375 salariés.

  • 8 La fabrique de bougies appartenant à Charles Montaland constituait le premier grand établissement (...)

35L’industrie chimique elle aussi débute modestement, produisant les acides, les gaz et les produits nécessaires aux teinturiers ; une savonnerie, une parfumerie, des usines de vernis et de colorants viendront s’y ajouter8. Mais dès avant 1914 la Société Lyonnaise de Caoutchouc installait près de Bonneterre une usine, représentant la grande industrie chimique en cours de développement à Lyon.

36Ainsi à la veille de 1914, l’industrie à Villeurbanne apparaît comme le moteur de l’urbanisation. On a vu comment le mode de production industriel est déjà le fait de grands établissements bien que certaines branches soient encore partagées, ou bien dominées par des structures héritées de l’artisanat. Il reste à montrer comment cette évolution s’est marquée dans la production des formes urbaines qui se sont alors mises en place, et dans la structure qui en est résultée.

SECTION 2. La structuration sociale de l’espace urbain

37Il ne s’agit pas ici de décrire en détail les processus de production de la structure urbaine — ce que nous ferons plus tard — mais de montrer selon quels principes les rapports de production et les rapports sociaux en résultant ont été projetés sur l'espace communal.

38On a déjà présenté la structure ancienne de la commune : à l’est le village initial de Cusset ayant conservé son aspect rural ; à l’ouest aux limites de Lyon, des quartiers récents développés en continuité avec les extensions lyonnaises sur la rive gauche du Rhône : les Charpennes faisant suite aux Brotteaux et d’où partent la route de Vaulx et la rue Neuve des Charpennes ; la Cité Lafayette (autrefois Cité Napoléon) construite sous le Second Empire (le long du cours Lafayette sur le territoire lyonnais et débordant sur Villeurbanne), destinée à accueillir en symbiose les industries et les résidences ouvrières. C’est d’ici que partent le chemin Saint-Antoine qui conduit à Cusset et le cours Lafayette prolongé qui rejoint la route de Crémieu. Le quartier des Maisons Neuves est aussi construit aux limites de Lyon au départ des routes de Crémieu et de Genas. Ces grands axes sont bordés d’immeubles ; ils assurent la continuité entre les faubourgs ouvriers de l’est faits de petites maisons et le bourg de Cusset beaucoup moins peuplé.

39L’irruption du nouveau mode de production industriel s’il doit être saisi dans l’ensemble de l’agglomération lyonnaise, marque bien davantage les paysages situés aux marges de la ville. Au centre en effet, la nouvelle division sociale de l’espace se traduit par le déplacement des nouvelles couches sociales ouvrières anciennes ou nouvelles vers la périphérie, mais il s’agit d’une réaffectation sans bouleversement du cadre immobilier sauf dans le cas de la rénovation du centre de prestige (Cf. la rue Impériale, les Cordeliers).

40A la périphérie on assiste d’abord à la destruction des activités agricoles. L’inscription dans l’espace du nouveau mode de production se traduit ainsi par une occupation d’espace accrue nécessaire aux implantations industrielles nouvelles et à la reproduction de la force de travail attirée par les usines, transférée de Lyon ou recrutée dans les campagnes voisines.

41La localisation des formes urbaines liées à l’industrie à Villeurbanne trouve sa justification à travers la hiérarchie qui s’instaure dans le complexe lyonnais et que les problèmes fonciers ne peuvent seuls expliquer :

  • Au centre, au besoin rénové, les quartiers de prestige concentrent les fonctions nobles, les services, de direction, de vente, de décision, mais aussi les classes aisées (Cf. les justifications à la rénovation de la rue Impériale par le préfet Vaïsse9.) Dans les autres arrondissements lyonnais, les classes moyennes, les ouvriers des industries traditionnelles, se mêlent aux ateliers, dans le tissu urbain ancien.
  • A la périphérie, les nouvelles formes d’urbanisation nées de la grande industrie et de ses contraintes constituent le front de l’urbanisation. A Villeurbanne se retrouvent ces deux derniers types de structures urbaines.

1. LE MAINTIEN D’UNE STRUCTURE SPATIALE NON SÉGRÉGÉE : LES CHARPENNES

  • 10 Pour l’étude de la nouvelle formation sociale locale, à la veille de 1914, on peut se reporter à l (...)

42Les quartiers situés au limites de Lyon, quoique pas très anciens, constituent de bons exemples de ce que l’on pourrait appeler des faubourgs ouvriers. Que ce soit aux Charpennes ou à la Cité Lafayette, les ateliers de la petite industrie ou des artisans, les résidences surtout ouvrières mais parfois aussi bourgeoises cohabitent souvent dans les mêmes rues ou les mêmes immeubles10. Aux Charpennes les anciennes maisons rurales et les chemins ruraux constituent des héritages encore visibles qui ont été assimilés dans la nouvelle structure urbaine. Si cette dernière n’a finalement pas été bouleversée par l’arrivée de l’industrie, c’est sans doute que les établissements qui s’y sont installés restent de dimension modeste ou moyenne.

43On a vu que les tullistes y étaient nombreux, mais seule l’usine Johnson est vraiment importante en 1900. De même les teinturiers des Charpennes n’ont pas la dimension de la société Gillet. L’installation aux Charpennes n’est donc pas le fait de branches industrielles très concentrées (tulles, dentelles) ou, dans le cas de la teinture, ne concerne pas les grands établissements.

44Cela n’empêche pas les Charpennes d’être un quartier très spécialisé dans ces deux branches, mais comme l’étaient les quartiers antérieurs à la révolution industrielle, où les artisans se regroupaient par affinités ou par corporations, ou par le jeu de l’apprentissage familial.

45Ainsi le quartier des tullistes correspond-t-il très exactement à quelques rues des Charpennes. Entre la route de Vaulx, la grande rue des Charpennes (aujourd’hui rue F.-de-Préssensé) et la rue des Tullistes (à présent rue Descartes) travaille et vit la plus importante concentration de maîtres tullistes. Dans l’impasse Métrai ce ne sont que des ateliers où les mêmes noms de famille reviennent trois ou quatre fois. La fabrication des métiers, leur réparation, la teinture et l’apprêt qui s’y adjoignent, complètent cet important complexe où l’on travaille de longues journées mais où toutes les familles sont apparentées ou solidaires. Il y a là aussi le syndicat des maîtres tullistes, leur café et lieu de réunion ; il y a celui des ouvriers tullistes, le siège de leur syndicat et de leur journal (L’Ouvrier Tulliste), au café Voile. De l’autre côté du cours E. Zola, entre les confins des Brotteaux et la rue des Belles Femmes (devenue rue H.-Kahn), et plus particulièrement dans la rue Magenta dénommée « à la Colonie » en raison du nombre des tullistes, existe une seconde importante concentration.

46De même, le début de la route de Vaulx est aux mains des teinturiers. Au no 15, une usine fut occupée par l’association des entreprises Bonnet-Ramel-Savigny-Giraud-Marnas jusqu’en 1900, remplacées ensuite par Bouillat ; mais autour de cet établissement important bien qu’exigu, un essaim d’inventeurs, artistes ou artisans s’est toujours maintenu. En 1909, 5 teinturiers ou apprêteurs y travaillent, dont certains fonderont dans la commune des établissements plus importants. A leurs côtés, une dizaine d’artisans tullistes, un atelier de gaz comprimé utilisé pour la teinture, et l’usine de mécanique Clerc-Renaud produisent du matériel pour teinturiers. Toutes ces activités complémentaires sont domiciliées au no 15 dans un seul immeuble augmenté de multiples dépendances et appentis. Au cours des années des noms nouveaux apparaissent, mais là subsiste encore le creuset de l’industrie de la teinture sur étoffe d’où partirent beaucoup d’inventions et d’entreprises plus importantes.

47Les locaux industriels souvent vétustes n’ont pas toujours été conçus pour l’industrie ou pour une activité précise, ce qui justifie leur capacité à s’adapter aux nombreuses mutations. Cette absence de spécialisation des immeubles se retrouve aussi dans l’absence de ségrégation face aux autres fonctions, en particulier celle du logement. Les maîtres tullistes ou teinturiers, les ouvriers, habitent souvent dans l’immeuble où ils travaillent. Pour les tullistes le logement est quelquefois le lieu de travail ; cette confusion entre la vie domestique et la vie professionnelle est directement héritée de la vie urbaine pré-industrielle.

48La petite industrie n’a donc pas suscité de production urbaine hiérarchisée et ségrégée et n’a pas produit de logements pour les ouvriers. Ceux-ci se sont logés dans les anciennes maisons existantes, ou appartenant à des rentiers. Puis les maisons construites par les tullistes ou les ouvriers sont aussi apparues. Le lotissement du Tonkin témoigne de l’importance de la construction ouvrière réalisée à l’initiative des Hospices Civils de Lyon, mais sans intervention des industriels.

49Cette pérennité des formes urbaines industrielles ou résidentielles traditionnelles qui se reproduisent aux côtés des nouvelles formes issues de la grande industrie, montre que plusieurs modes de production peuvent subsister en même temps pour produire des formes différentes au même instant. Ceci est une constante de l’histoire urbaine, bien représentée à Villeurbanne. Mais il reste que l’un des modes de production est dominant et l’autre dominé. Le premier finit par s’imposer avec ses formes propres, tout en laissant subsister le second dont il peut avoir besoin ou tirer profit. Il est clair par exemple, que les petits artisans tullistes ou teinturiers font des travaux qui n’intéressent pas les industriels ; que d’autre part, le parc immobilier ancien permet d’éluder le problème du logement des salariés et de sa prise en charge par l’entreprise.

2. L’APPARITION D’UNE STRUCTURE URBAINE PRODUITE PAR LA GRANDE INDUSTRIE (cf. carte hors texte)

50Les implantations industrielles les plus importantes produisent dès 1840 des formes et des structures urbaines spécifiques sans rapport avec le tissu urbain ancien.

51Les usines qui occupent souvent plusieurs hectares sont construites en plein champ et répondent à des exigences techniques précises, propres à la nouvelle organisation du travail. Cela correspond à la spécialisation accrue des activités pour les branches industrielles les plus concentrées, pour lesquelles l’accumulation est rapide. Les espaces occupés à Villeurbanne ont une place précise dans la production des plus grandes affaires : ils accueillent les fabrications et les entrepôts là où l’on peut trouver l’eau, l’espace et les travailleurs, alors que les activités de direction, de représentation demeurent au centre de Lyon, pour les grands teinturiers, les tisseurs, les filateurs.

52La spécialisation pour les usines qui se créent, est aussi une spécialisation de l’espace occupé puisque l’industrie est séparée des autres activités urbaines. La ségrégation de l’espace est ensuite complétée lorsque se mettent en place autour de l’usine les résidences des ouvriers de l’usine, nécessaires à la reproduction de la force de travail. L’urbanisation qui procède de la grande industrie met en place des formes ségrégées et spécialisées par rapport à l’ancien tissu urbain. C'est dans l'espace séparant les Charpennes de Cusset que la nouvelle structure urbaine se rapproche le plus du modèle que l’on vient de décrire.

53Dès 1886 les grandes usines suscitent, directement ou non, des « cités ouvrières » à Lyon et Villeurbanne, parfois contiguës à l’usine et souvent réduites à des dortoirs. C’est le cas de la Cité Renard et de celle de la Joncière sur l’actuelle rue du 4 Août où l’on retrouve les ouvriers des principales usines voisines (Gillet, Nombret, Bertrand,...). Mais dès 1893 la société Gillet (par l’intermédiaire de la SA des Logements Economiques fondée en 1886 par le patronat social — Mangini, Aynard et Joseph Gillet — et précédant la création des HBM) construit à proximité de son usine les sept immeubles collectifs de la rue Koechlin logeant près de 400 personnes, réservés aux travailleurs des usines voisines et des établissements Gillet.

54La prise en charge directe par les industriels de la reproduction de la force de travail est significative du nouveau mode de production ; ce procédé va se développer par la suite, même après la création des HBM. Elle est le fait des industries les plus puissantes, mais aussi d'autres établissements qui se regroupent.

55Un autre exemple peut illustrer la part prise par l’industrie dans la production urbaine : celui de l’usine Villard qui s’installe en 1898 et qui peut être tenue comme responsable de l’urbanisation du quartier qui l’entoure.

56Jusqu’à l’installation des usines Villard et Pervilhac, on trouvait le long de la route de Vaulx au milieu des champs outre des agriculteurs quelques ouvriers (apprêteurs, tisseurs, tullistes) employés aux Charpennes mais pas d’ouvriers de filature.

57Mais en 1901, la plupart des ouvriers travaillent chez Villard et sont logés à proximité ; on en trouve dans les anciennes fermes, rue des Poulettes, dans les quelques maisons de la rue des Sauveteurs, du Chemin-du-Grand-Camp ou de la Doua.

58En 15 ans, le quartier des Poulettes s’édifie ou se transforme par Villard et pour Villard, tout le long de la route de Vaulx. De petites maisons ouvrières s’ajoutent aux fermes et sont souvent construites par les nombreuses familles italienne. Certains propriétaires aménagent des fermes en garnis, où s’entassent des jeunes italiennes ou italiens célibataires, tous employés chez Villard : ainsi rue de la Petite-Doua, rue Léon-Fabre. Dès 1900 une cité ouvrière est construite par un propriétaire pour les familles ouvrières travaillant chez Villard.

59Le processus décrit ici illustre bien la genèse d’un quartier par l’arrivée d’une seule usine. L’effet est indirect puisque la filature n’a pas pris en charge, sinon le recrutement de la main-d’œuvre qu’elle a fait venir du moins le logement des ouvriers. Celui-ci s’est fait à l’initiative des ouvriers occupant ou construisant de petites maisons souvent précaires.

60Il s’est fait aussi à l’initiative des propriétaires fonciers du quartier tirant partie de l’arrivée de l’usine Villard. La filature ne prendra en charge le logement des ouvriers qu’après 1917.

  • 11 Sur les processus de production de la structure urbaine autour des activités industrielles, il exi (...)

61On mesure, à travers ces quelques exemples11, le rôle joué par l’industrie dans le processus d’urbanisation dès le début du siècle, ainsi que le caractère original des formes ou des structures produites que l’on peut encore observer aujourd’hui à Villeurbanne.

Notes

1 Michel Laferrère : Lyon, ville industrielle, PUF 1960, pp. 186-188.

2 Lettre de M. Dognin du 27 juillet 1877 au Commissaire de l’Exposition Universelle de Paris de 1878. Archives du Musée des Tissus de Lyon.

3 Sur ce point voir l’étude de Michel Laferrère déjà citée, pp. 192-193.

4 M. Laferrère, p. 198, signale que Renard, Corron et Bunand, ont regroupé 9 maisons de teinture en flotte de 1893 à 1901.

5 Sur ce point, voir l’ouvrage d’Yves Lequin : « Les ouvriers de la région lyonnaise (1848-1914) », PUL, 1977, 2 vol. En particulier pp. 192-193 vol. I.

6 L’industrie de la Schappe utilise les déchets des cocons de vers à soie pour des fabrications en soie de qualité inférieure.

7 Le début du siècle est marqué par la diffusion des fibres artificielles et par une concentration technique et financière accrue. Ainsi les principales affaires françaises, à l’initiative des sociétés lyonnaises (Franc et Martelin) et troyennes (Hoppenot) sont regroupées dans la SA Filature de Schappe ou dans la Société Industrielle de Schappe (usines à Tenay, Argis et en Suisse) installée à Bâle et à capitaux suisses.

8 La fabrique de bougies appartenant à Charles Montaland constituait le premier grand établissement chimique de la commune. Installée sur le cours Lafayette prolongé (actuel cours Tolstoï) à Bonneterre, l'usine fut détruite en 1888 par un incendie.

9 Cf. Bruston A. : « La “régénération” de Lyon », 1853-1865, Espaces et sociétés no 15, 1976.

10 Pour l’étude de la nouvelle formation sociale locale, à la veille de 1914, on peut se reporter à l’ouvrage de Y. Lequin (PUL 1977), déjà cité, chapitre IV.

11 Sur les processus de production de la structure urbaine autour des activités industrielles, il existe de nombreux exemples. Pour s’en tenir aux études concernant la région, on peut se référer aux quartiers industriels de St-Etienne décrits par D. Mellet : « L’espace de l’armurerie », UER Sc. Econ., Université de St-Etienne, 1976, et par A. Vant et Boureille « Essai sur la production de l’espace stéphanois au XIXe siècle » in Espace et sociétés, 1977, no 20-21.

© Presses universitaires de Lyon, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search