Version classiqueVersion mobile

Naissance et métamorphose d’une banlieue ouvrière : Villeurbanne

 | 
Marc Bonneville

Introduction

Texte intégral

1Cette étude est un essai visant à rendre compte de l’apparition et de la formation de ce qu’on appelle couramment une ville, et à saisir sa nature complexe. Villeurbanne constitue en fait un cas quelque peu particulier, puisqu’il s’agit d’une entité incluse dans un ensemble métropolitain. On ne saurait donc l’étudier sans la replacer dans ce cadre qui lui donne son sens ; mais elle détient cependant une certaine spécificité, conservée ou renforcée par le maintien de l’autonomie administrative de la Commune.

2De part sa position géographique, cet espace a vu se succéder plusieurs procès d’urbanisation, aisément repérables si l’on veut bien considérer la ville actuelle comme le résultat d’une évolution historique. D’abord commune de banlieue en position marginale jusqu’en 1934, puis centre secondaire émergeant d’un tissu de banlieues jusqu’ici indifférencié, elle connaît depuis les années 70 une intégration progressive au Centre lyonnais. L’extension de ce dernier autour de la Part-Dieu sur la Rive Gauche du Rhône enveloppe peu à peu le centre villeurbannais, cette union étant soutenue par quelques grandes opérations (Tonkin, métro).

3L’étude qui suit ne comporte pas seulement l’exposé ou la description des faits relevant de l’urbanisation de Villeurbanne. Si elle est organisée comme une réflexion sur la nature du phénomène urbain à Villeurbanne, elle propose aussi une perspective et des hypothèses originales qui lui donnent sa cohérence, et que l’on s’est efforcé d’éprouver à travers l'analyse des faits. Ce travail doit être vu comme une étude de géographie urbaine. Il s’efforce de saisir simultanément les deux composantes qui font la ville, à savoir la société locale dans ses expressions et ses déterminations multiples, et la matérialité de la ville, c’est-à-dire ses caractéristiques architecturales, physiques, de densité, de localisation, etc.

4Ces deux aspects sont abordés ensemble comme le résultat d’une « production » sociale, qui produit ou reproduit à la fois, mais selon des modalités particulières, la société et le cadre urbain. Le caractère géographique de cette présentation réside dans l’essai d’appréhender les formes diverses que prend cette articulation. Si cela constitue l’essentiel de notre objet, la démarche retenue nous a obligé également à ne pas traiter de la consommation d’espace et de l’apparition des formes d’urbanisation en soi, sans les référer à l’ensemble de la production sociale en particulier telle qu’elle se manifeste à l’intérieur du système urbain. De là le retournement nécessaire de la problématique et la modification de la terminologie employée, substituant à la notion de consommation celle de « production d’espace ». Parallèlement on ne pouvait se contenter de dresser un tableau de la société locale puis chercher à élucider ses rapports « écologiques » avec le tissu urbain. Au contraire on a tenté d’établir la nature et les modalités de La formation des rapports sociaux, en explicitant les grandes lignes de cette production, ce qui justifie les développements historiques assez longs consacrés aux faits économiques, sociaux, politiques.

5De là aussi l’importance accordée aux processus de production du cadre bâti, à leurs caractéristiques ou logiques sociales particulières, fondamentales pour la connaissance du tissu urbain.

6Le cadre théorique ainsi défini doit être complété par quelques propositions qui nous semblent essentielles ; successivement doivent être envisagées :

  • L’analyse de la matérialité de la ville dans les relations qu’elle entretient avec les rapports sociaux, ce qui exclut toute démarche tendant à faire du cadre de la ville un objet d’étude en soi, mais revient à considérer la matérialité comme étant elle-même un élément essentiel des rapports sociaux1.
  • L’introduction du concept de la double-forme2 qui est en fait l’application de la proposition précédente. Toute forme urbaine contient en elle-même deux formes :
    • La forme phénoménale caractérisée par son aspect morphologique et matériel,
    • La forme telle qu’elle s’articule à la structure du système urbain, à la division sociale de l’espace, aux rapports sociaux, en manifestant par là son essence.
  • 3 Ibid. p. 82 (D. Mellet).

7Ces deux aspects sont indissociables : ils sont produits et fonctionnent ensemble. Toute forme urbaine représente donc un rapport social qui revêt la forme d’un rapport physique entre les objets3.

  • 4 Ibid. p. 77-80 (D. Mellet).

8On soulignera que cette tentative tend à concilier deux types de démarches ayant chacune de graves insuffisances4 :

  • L’analyse du seul aspect morphologique de la consommation de sol par l’urbanisation, selon un mode descriptif souvent privilégié dans les travaux géographiques.
  • L’analyse sociologique, marxiste ou non, qui fait de la matérialité une simple projection de la structure sociale, interprétable à partir de la connaissance de la combinaison des divers déterminants sociaux ou économiques, supprimant de la sorte toute spécificité à la structure spatiale.
  • 5 M. Castells et F. Godard : Monopolville, Mouton, 1974, p. 192-193.

9Ainsi M. Castells présente-t-il la ville comme un système urbain et comme « une unité de reproduction collective de la force de travail qui intègre et structure par rapport à cet objectif l’ensemble des éléments économiques, politiques et idéologiques qui composent la structure sociale... » « Un système urbain est l’ensemble d’articulations sociales qui composent une unité de reproduction collective de la force de travail5 » et plus loin, il recense les éléments définissant le système urbain, à savoir les éléments consommation, production, échange, symbolique, gestion.

  • 6 Approche théorique de l’ATP, Mellet, p. 84.

10Une telle approche nous paraît oublier que la ville n’est pas seulement un système, mais qu’elle est aussi une matérialité produite et fonctionnant, physique et durable. Notre point de vue est donc de réintroduire l’analyse matérielle des formes et de la structure urbaine pour mesurer « en quoi elle manifeste les rapports sociaux et plus spécifiquement les rapports productifs et la division du travail »6.

11A partir de l’exemple de Villeurbanne, nous nous proposons d’étudier concrètement par quels processus est produite la matérialité urbaine ; l’hypothèse sous-jacente que l’on veut vérifier, est qu’il s’agit d’une production particulière (celle du BTP) dont on pense qu’elle est à même de développer sa propre logique et ses pratiques particulières, voire autonomes, et pas forcément en parfaite adéquation avec les autres sphères de production, ou avec les exigences de la production des rapports sociaux. Quels sont les manifestations et le degré de cette autonomie, par rapport aux formes d’urbanisation produites et à leur fonctionnement ?

12A cette première question, le cas de Villeurbanne suggère d’en ajouter une autre. La production du centre monumental des gratte-ciel en 1934, unique en France à cette époque, l’importance des réalisations ultérieures soutenues par le pouvoir municipal, posent le problème de la nature de ce pouvoir municipal, vis-à-vis des rapports sociaux existant dans la commune et au sein de l’agglomération lyonnaise. Sur ce point l’analyse de l’impact de l’autonomie communale sur la production de l’espace revêt un intérêt particulier à Villeurbanne. Cela revient encore une fois à élucider les rapports existants entre matérialité et structure sociale.

  • 7 Rapport théorique de l’ATP, 1977, P. Dockès, p. 7.
  • 8 Cette affirmation rarement écrite, est en fait contenue implicitement dans nombre de travaux.

13Si l’on avance l’hypothèse qu’il n’est pas possible de produire une matérialité radicalement déviante des rapports sociaux7 (ce qui reste à vérifier dans les faits), il nous paraît aussi important de démontrer que la connaissance de ces mêmes rapports sociaux n’a jamais permis de prévoir la production d’une matérialité urbaine8.

14A travers l’analyse des procès de production du bâti ou à partir de celle de l’action du pouvoir local à Villeurbanne, il s’agit pour nous d’apprécier la nature et le fonctionnement de logiques propres dont on croit qu’elles ont une influence sur les formes d’urbanisation.

  • 9 Il faudra d’ailleurs choisir entre ces termes et ce qu’ils signifient.
  • 10 Cf. M. Castells, déjà cité.

15On pourra penser que ces idées vont à l’encontre de l’hypothèse centrale de notre recherche. De fait, il s’agit de compléter une explication générale et formelle en termes d’adéquation matérialité/rapports sociaux qui ne se retrouve pas toujours dans l’analyse des faits. Nombreuses sont les formes qui paraissent ainsi être élaborées sinon en contradiction9, du moins en décalage ou sans rapport évident avec les rapports de production. A preuve les multiples dysfonctionnements ou goulots d’étranglements10 que l’on s’efforcera de repérer dans le fonctionnement du système et de la matérialité urbaine à Villeurbanne.

16Notre projet au départ était d’analyser la production de la matérialité urbaine dans ses séquences historiques successives, en évoquant parallèlement à grands traits les rapports de production contemporains, afin de situer correctement cette production (de là l’importance des développements traitant de l’ensemble des activités productives, de l’état de la formation sociale locale).

17En sus de ce recadrage qui nous semblait nécessaire, nous avions pensé étudier aussi la politique urbaine et ses agents, puisque les initiatives du pouvoir local avaient joué un rôle considérable dans la production urbaine. Sans renoncer à cette analyse, nous l’avons finalement réduite aux éléments se rapportant directement à la production de la matérialité urbaine car il est clair qu’à partir de ce point précis il n’était pas concevable d’entreprendre l’étude de l’ensemble de la politique urbaine.

Notes

1 Cf. Approche théorique de l’ATP, Juillet 1977, Introduction de P. Dockès, p. 8.

2 Ibid. p. 14. Cette formulation est empruntée à Dominique Mellet.

3 Ibid. p. 82 (D. Mellet).

4 Ibid. p. 77-80 (D. Mellet).

5 M. Castells et F. Godard : Monopolville, Mouton, 1974, p. 192-193.

6 Approche théorique de l’ATP, Mellet, p. 84.

7 Rapport théorique de l’ATP, 1977, P. Dockès, p. 7.

8 Cette affirmation rarement écrite, est en fait contenue implicitement dans nombre de travaux.

9 Il faudra d’ailleurs choisir entre ces termes et ce qu’ils signifient.

10 Cf. M. Castells, déjà cité.

© Presses universitaires de Lyon, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search