Version classiqueVersion mobile

Lyon vu/e d’ailleurs (1245-1800)

 | 
Jean-Louis Gaulin
, 
Susanne Rau

Lyon et l’Italie séricicole du xvie au xviiie siècle

Roberto Tolaini et Francesco Battistini

Note de l’auteur

Les paragraphes 1, 3, 5 et 6 ont été écrits par Roberto Tolaini ; les paragraphes 2 et 4 par Francesco Battistini.

Texte intégral

1. Une préface

  • 2 Ce passage est bien analysé par Carlo Poni, « Moda e innovazione : le strategie dei mercanti di set (...)

1À la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle le marché européen de la soie est dominé par les villes italiennes, aussi bien pour les tissus que pour les soies grèges et moulinées. Cette suprématie concerne les quantités, le goût et le style : les centres italiens imposent les types de tissu, dictent la façon de s’habiller et de se parer, et de décorer les habitations. Au début du XVIIIe siècle, la hiérarchie des espaces économiques a complétement changé : c’est Lyon qui est au sommet pour la qualité et la quantité et qui contrôle les mécanismes de la formation de la mode et du goût, tandis que les centres italiens reculent2.

  • 3 Des notes utiles à propos de la relation soie/pouvoir se trouvent dans Anne Marie Piuz, « La soie, (...)

2Cette contribution se propose d’expliquer quelles ont été les causes de ce changement structurel, en explorant les principaux éléments de la croissance lyonnaise et en mettant en évidence les réponses des villes italiennes. Quand on analyse le marché des tissus de soie pendant le Moyen Âge ou l’Ancien Régime, on doit souligner le fort sens symbolique que ce produit avait en termes de distinction sociale et de pouvoir économique et politique3. Il s’agit d’un produit de luxe, coûteux, qui avait d’importantes implications économiques, et qui générait des échanges commerciaux considérables. Ceux-ci étaient potentiellement dangereux pour l’équilibre de la balance commerciale et pour la stabilité monétaire du pays importateur, à cause de la sortie de précieuses espèces métalliques qu’ils provoquaient. Développer une industrie de la soie autonome – grâce au transfert du capital humain et de technologies depuis les centres originaires ou grâce à des tarifs de douane sélectifs ou encore en favorisant l’essor de l’élevage des vers à soie et de la culture du mûrier par des privilèges fiscaux – semble avoir été, dès le Moyen Âge, la réponse de plusieurs économies urbaines d’Italie aux nouvelles conditions socio-culturelles, économiques et fiscales. Ces choix ont été imités dans les siècles suivants par plusieurs états européens qui, observant la réalité des échanges économiques avec les catégories de la culture mercantiliste, prirent des initiatives pour réduire les importations italiennes. Le nombre de villes textiles capables de rivaliser avec les centres italiens, souvent à l’abri des politiques protectionnistes, se multiplie. La concurrence augmente, surtout celle de Lyon, et les villes italiennes perdent leur suprématie.

  • 4 Voir le paragraphe IV. Les spécialistes d’histoire du tissu soulignent eux aussi les capacités comp (...)
  • 5 Pour les linkages créés par le développement de l’élevage du vers à soie, de la filature et du moul (...)

3Cependant, l’histoire de l’industrie italienne de la soie au XVIIe et XVIIIe siècles ne peut pas être lue seulement en négatif. Si de nombreux centres perdent en dynamisme, d’autres découvrent des niches de marchés et conservent une importance considérable jusqu’à la fin du XVIIIe siècle4. En même temps, dans les campagnes et dans les petites villes de l’Italie du Centre et du Nord, la production de soie grège et moulinée augmente constamment, surtout pour l’exportation vers les nouveaux centres européens, et la structure de l’industrie de la soie change profondément. De nouveaux acteurs se développent grâce à l’élevage de vers à soie et à la culture du mûrier, des activités tournées vers le marché qui constituent jusqu’au au commencement du XXe siècle un des pivots de la rente agraire dans beaucoup de régions de la péninsule5.

  • 6 On emprunte cette définition à Giuseppe Chicco, La seta in Piemonte 1650-1800. Un sistema industria (...)

4Ce qui émerge est donc un tableau composite où la traditionnelle géographie urbaine de la soie se modifie avec l’essor de nouveaux protagonistes. Le cas le plus brillant concerne le Duché de Savoie, puis le Royaume de Sardaigne. Sans aucune tradition séricicole significative et avec une modeste production de soie grège, le Royaume de Savoie devient dès la fin du XVIIe siècle le principal producteur d’organsin d’Europe, la soie ouvrée indispensable pour les productions à la mode de la Grande fabrique lyonnaise. Autour de la production de soie de qualité, l’État de la Maison de Savoie réussit à construire un vrai « système industriel d’ancien régime », pour exploiter la croissance du marché international6.

5Après avoir exposé les caractères principaux de l’industrie italienne de la soie entre le XVIe siècle et la crise du XVIIe siècle, nous analyserons l’essor de Lyon et les réponses des villes italiennes aux changements du marché. Dans les derniers paragraphes, nous concentrerons l’attention sur le cas piémontais, essentiel pour comprendre certains éléments du développement lyonnais.

2. Les centres soyeux italiens entre le milieu du XVIe siècle et le début du XVIIe siècle : tissage urbain et élevage du vers à soie rural

  • 7 Pour Venise Luca Molà, The Silk Industry of Renaissance Venice : The Challenge of Innovation in a M (...)
  • 8 Francesco Battistini, « La tessitura serica italiana durante l’età moderna : dimensioni, specializz (...)

6Au début de la seconde moitié du XVIe siècle, le tissage de la soie est présent dans de nombreuses villes italiennes. À côté de cinq villes les plus anciennes et importantes (Gênes, Venise, Florence, Lucques et Bologne) il y a des nouveaux centres comme Milan et Naples et beaucoup de petites villes de l’Italie du Centre et du Nord. Le nombre de métiers a augmenté probablement de 10 000 unités entre le début (14 000) et le milieu (25 000) du XVIe siècle, avec un accroissement de 70 %. Au milieu du siècle le principal marché extérieur de tous les centres soyeux d’Italie est la France avec une cour royale très importante, une noblesse riche et des classes émergentes désireuses d’acheter des tissus de soie. Les marchés de Flandre, d’Angleterre et d’Allemagne sont également des débouchés importants et le Levant absorbe une remarquable quantité de soies italiennes, surtout des tissus vénitiens, bolonais et florentins7. Les essais pour installer une industrie autonome de la soie hors d’Italie n’ont pas complètement réussi, ni à Cologne, où l’on produisait des rubans, ni en France, malgré le soutien de la monarchie. En Flandre, renommée pour ses industries textiles, le nombre de métiers à soie battants est limité. L’unique industrie de la soie de dimensions comparables à celles des centres italiens est celle d’Espagne, avec une tradition très ancienne, répandue dans les villes de Valence, Tolède, Cordoue, Grenade, Séville et Malaga. On peut estimer qu’en 1550, il y avait en Espagne 5 000 métiers battants, soit environ 1/5 de ceux actifs en Italie8.

  • 9 Pour Lucques : Leonetto Ciucci, L’arte della seta in Lucca, Como, Arti Graf. E. Cavalleri, 1930, p. (...)
  • 10 Pour Modène : Basini, « Tra contado e città », p. 12, pour Mantoue : Aldo De Maddalena, « L’industr (...)

7Les types de tissus sont multiples. À Venise, on tisse des brocarts et des damas mais aussi des tissus simples. À Gênes prédomine des velours mais on produit aussi des damas et du satin. Lucques est célèbre pour les brocarts mais comme Florence elle produit beaucoup de tissus simples. Les voiles étaient la spécialité de Bologne, toutefois on fabriquait d’autres tissus, simples ou bien ouvrés. À Milan et à Naples, la situation est similaire9. Les principaux centres, mis à part quelque cas de spécialisation, produisent tous les genres de tissus, simples et ouvrés, pour satisfaire la demande des marchés italiens et internationaux, qui est désormais assez diversifiée. On peut reconnaître cette capacité aussi dans les centres mineurs, à condition qu’ils soient politiquement indépendants ou qu’ils aient des corporations des métiers de la soie fortes. On peut rappeler le cas de Modène, qui a commencé avec la production de velours et qui à partir du milieu du XVIe siècle se lance sur les « ermesini », « cendali » et taffetas ; ou celui de Parme, où on tisse des velours et d’autres tissus simples et ouvrés. Ou encore Sienne, Mantoue, Turin et Ferrare montrent une capacité identique à produire une ample variété de tissus. Pour ce qui concerne l’Italie du Sud on peut évoquer Catanzaro, Cava et Catane, qui produisent autant de tissus simples qu’ouvrés10.

8Dans les centres textiles dominés politiquement, comme Pise, Vicence, Crémone, Pavie, Vérone, Brescia ou Bergame, où il y a souvent une industrie de la soie très ancienne, la production textile ne doit pas entrer en concurrence avec celle de la ville « dominante ». En général on produit des tissus simples de basse qualité, que l’on peut facilement distinguer de ceux de Venise (pour les villes de Vénétie), de Florence (pour Pise) et de Milan (pour Crémone et Pavie). L’espace pour un développement soutenu d’une industrie textile est très réduit, à cause de la présence dans la ville dominante d’une organisation corporative qui, jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, joue un rôle économique important.

  • 11 Pour Naples : Ragosta, Specializzazione produttiva, p. 344, pour Milan : Domenico Sella, L’economia (...)

9Entre la fin du XVIe et le début du XVIIIe siècle les centres textiles italiens sont environ au nombre de trente, avec Catane et Rome qui ont commencé une activité de production pendant les années quatre-vingts, et le nombre de métiers battants est environ de 24 000, à peu prés le même chiffre que quarante années en avant. Cependant, la hiérarchie de l’industrie de la soie a radicalement changé. Naples, où on compte peu près 5 500-6 000 métiers à soie en 1610, est devenue la nouvelle « capitale » avec une production de tissus très variée. Dans les mêmes années, environ 3 000 métiers fonctionnent à Milan, surtout dédies à la production de tissus « auroserici ». Gênes a un nombre de métiers identique, qui battent soit dans la ville soit dans les campagnes : mais cette quantité, en elle même très considérable, est loin des 8 000 métiers, actifs dans les années quatre-vingts du XVIe siècle, et ce fait témoigne des changements en cours dans l’industrie de la soie d’Italie. À Venise, les nombre de métiers oscille autour de 2 200 et 2 400 entre 1592 et 1602, tandis qu’à Lucques il y en a environ 2 000 en activité. Bologne et Florence ont un pareil nombre de métiers et 3 000 fonctionnent dans les autres centres textiles de l’Italie11. Naples et Milan, qui ont commencé à tisser des étoffes de soie seulement au XVe siècle, ont dépassé les cinq villes traditionnelles, en gagnant le sommet du classement.

10Le tissage ne fait pas exception au Verlagssystem qui règle presque toute l’industrie italienne de la soie. Jusqu’au début du XVe siècle les marchands-entrepreneurs contrôlent les plus importantes phases de la production des tissus de soie, en se procurant la soie grège, en la faisant mouliner, teindre et tisser par les différents groupes d’artisans urbains sous leur contrôle. Les marchands-entrepreneurs sont donc au centre du mécanisme productif des tissus de soie, qui se déroule presque entièrement dans l’espace urbain, suivant l’organisation de l’industrie à domicile.

11Au XVIe siècle le contrôle des marchands-entrepreneurs sur les tisseurs de soie se renforce. Ils ne peuvent pas produire et vendre pour leur compte comme ils faisaient normalement au XIIIe et XIVe siècles : ils peuvent seulement tisser pour le compte des marchands. Ce contrôle est évident dans les villes où il y a une seule « Arte della Seta », dans laquelle sont réunis les tisserands et les marchands ; il est aussi efficace dans les centres où les tisserands ont leur propre corporation, à cause de la soumission de droit de celle-ci à la corporation des marchands de soie. Le tisseur reçoit donc la soie moulinée, la tisse en utilisant son métier, suivant les indications du marchand et les règles de fabrication établies par la corporation, et perçoit une rémunération selon la variété et la quantité du tissu. L’organisation corporative prévoit, en général, que chaque tisseur ne peut pas travailler en même temps pour deux marchands ou plus mais elle empêche les marchands-entrepreneurs d’exercer le tissage avec des ouvriers sous leur direction. Dans quelques centres seulement, des maîtres tisserands possèdent un ou plusieurs métiers pour travailler pour leur compte, reste de l’ancien Kaufsystem du Moyen Âge.

12Au début du XVIe siècle, l’attention des gouvernements des États de l’Italie du Nord et du Centre pour développer la culture du mûrier dans les campagnes augmente considérablement, à cause de la demande croissante du marché international de la soie. L’accroissement des plantations de mûriers sert à réduire l’importation de soie grège du Levant et de l’Italie du Sud. La crise que traversent de nombreuses villes italiennes de la laine pousse les classes dirigeantes à stimuler l’essor d’une industrie alternative à celle de la laine. Toutes les phases de l’industrie de la soie sont, plus ou moins, défendues et soutenues par les autorités politiques.

13Pour ce qui concerne la culture de mûriers on peut affirmer qu’à la fin de l’Ancien Régime le bilan global de l’intervention de l’État est positif. Les mesures prises par les différents gouvernements, en même temps que les incitations du marché, contribuent à la rupture du traditionalisme que manifestent souvent les sociétés rurales envers les nouvelles cultures, d’autant plus que l’élevage du vers à soie est une activité orientée vers le marché et non pas liée à l’auto-consommation des familles rurales.

  • 12 Paolo Malanima, La fine del primato. Crisi e riconversione nell’Italia del Seicento, Milan, Bruno M (...)

14L’essor de l’industrie de la soie reçoit un coup d’arrêt au début du XVIIe siècle quand l’Italie, avec d’autres regions européennes, connaît une crise générale dont les caractères sont bien connus12. En premier lieu, à partir de la fin du XVIe siècle, l’industrie textile italienne, aussi bien de la soie que de la laine, devient moins compétitive à cause de la diminution de la productivité et de la croissance du coût du travail déterminée par l’essor des prix des denrées. En second lieu, le déséquilibre entre population et ressources alimentaires facilite la diffusion de la peste, qui provoque une chute démographique, surtout dans les villes. En troisième lieu, les bouleversements de la guerre de Trente ans frappent beaucoup de marchés d’exportation des centres italiens de la soie. Enfin, la concurrence des centres français, anglais et hollandais s’accroît. Tous ces éléments déterminent une contraction de la demande de tissus italiens.

  • 13 Pour approfondir Battistini, L’industria della seta.

15La crise, commencée dans les années vingt du XVIIe siècle, est attestée par les informations sur le nombre de métiers. À Milan, les métiers tombèrent à environ 600 en 1635, à Lucques à environ 1000 en 1621. Pour Venise, on sait que le nombre moyen de métiers en activité est de 1800 entre 1604 et 1620 et de moins de 1400 en 1621-1624. Il n’y a pas de donnés quantitatives précises pour Naples, mais il est certain que la crise fut très forte, avec la cessation de l’activité de quelques milliers de métiers. Les donnés pour Florence et Bologne ne sont pas plus nombreuses, mais on peut supposer, en considérant les développements ultérieurs, que les difficultés ont été moins lourdes qu’ailleurs. Il faut signaler que dans plusieurs villes (comme Modène, Mantoue, Reggio d’Émilie, Ferrare, Sienne et Côme) le tissage de la soie disparut presque complètement. On peut estimer que dans toute l’Italie, entre 1630 et 1650, il y a de 14 000 à 15 000 métiers actifs, soit une chûte d’environ 35 % par rapport aux années fastes de la fin du XVIe siècle13.

  • 14 Pour Venise : Richard T. Rapp, Industry and economic decline in Seventeenth-Century Venice, Cambrid (...)

16Les premiers signes de réponse à la crise sont visibles dans la seconde moitié du XVIIe siècle. À Venise, en 1680-1690, le nombre de métiers en activité monte à 1200. On peut constater une légere augmentation à Vicence aussi, qui exportait surtout des tissus ordinaires en Allemagne et Pologne, et à Reggio d’Émilie14. De plus, dans les domaines des Habsbourg de l’Italie du Nord-Est, de nouveaux centres de la soie naissent en exploitant les restrictions imposées par le gouvernement de Vienne aux importations de draps de soie. Dans les villes d’Ala, Gorizia et Gradisca le tissage peut donc se développer grâce à l’introduction d’une main d’œuvre spécialisée, provenant de centres textiles italiens en difficulté, de Gênes surtout, et à la disponibilité locale de soie grège et moulinée.

17Il n’y a pas de donnés quantitatives précises sur le mouvement du tissage à Florence et Bologne. Il paraît que dans la grande ville toscane le XVIIe siècle est en général une période de stabilité, grâce au progressif déplacement de la production vers les tissus simples (satin, taffetas et surtout « ermesini »). De même Bologne, spécialisée dans la production des voiles, ne ressent guère la conjoncture internationale.

  • 15 Pour Florence : Malanima, La decadenza di un’economia cittadina, p. 308-316, pour Bologne : Poni, « (...)
  • 16 Pour Gênes : Gabriella Sivori, « Il tramonto dell’industria serica genovese », Rivista storica Ital (...)

18D’autres centres importants, au contraire, ne réussissent pas à se relever. La reprise du tissage milanais est insignifiante15. Gênes ne réussit pas à récupérer sa position, malgré l’ample ruralisation de l’appareil productif. Lucques, qui perd les marchés français et flamand, adresse ses tissus, surtout ouvrées, vers l’Europe Centrale et Orientale, avec un modeste succès. À Naples les marchands-entrepreneurs tentent de produire des tissus plus légers et moins coûteux en déplaçant les métiers en dehors de la ville, mais ils ne réussissent pas16.

3. Le succès lyonnais

  • 17 Piuz, « La soie, le luxe », p. 818-819.
  • 18 Pierre Cayez, « Le commerce français des soies et soieries (XVIIIe-XXe siècles) », dans La seta, p. (...)

19Dans le royaume de France le début d’une politique mercantiliste pour substituer les importations de tissus de la soie se manifeste entre la fin du XVIe et le commencement du XVIIe siècle, surtout pendant le règne de Henri IV17. Cependant, Lyon reste jusqu’au milieu du XVIIe siècle un centre mineur de tissage, par rapport aux centres italiens. En témoigne la présence dominante de négociants florentins, lucquois et génois dans le commerce lyonnais des soies et soieries à cette époque encore18.

  • 19 On renvoie au classique Charles W. Cole, Colbert and a Century of French Mercantilism, New York, Co (...)
  • 20 Poni, « Moda e innovazione », p. 51 qui cite Ernest Pariset, Histoire de la fabrique lyonnaise.
  • 21 « L’Italia e i centri serici italiani erano ancora il punto di referenza, il marchio che aggiungeva (...)

20Le développement du tissage de la soie à Lyon devient plus intense à la fin du siècle et la ville du Rhône monte rapidement dans la hiérarchie des centres soyeux. Dans les premières années du XVIIIe siècle elle atteint un succès de niveau européen, puisque ses produits à la mode sont recherchés par les consommateurs plus exigeants et beaucoup de marchands-entrepreneurs européens tentent à les imiter. Pour expliquer ce développement, les chercheurs soulignent l’importance de la politique mercantiliste adoptée par Colbert dès les années 1660, politique qui accroît les droits de douane sur les soieries pour pénaliser les produits italiens, et qui favorise le transfert du capital humain et des technologies, principalement italien, pour fabriquer les voiles de Bologne, les velours de Gênes ou les taffetas de Florence19. Globalement, les résultats sont remarquables si on en croit le contenu des lettres envoyées par le Prévôt des marchands de Lyon à Colbert en 1665, dans les quelles, comme le souligne Carlo Poni, apparaît le fait que la Fabrique lyonnaise égale déjà en qualité de nombreux produits italiens20. Cependant, les marchands-fabricants lyonnais doivent vaincre les perplexités d’un public de consommateurs accoutumé aux soieries d’importation, et pour vendre leurs produits, ils les font passer pour marchandises italiennes. Ceci témoigne que dans les années 1660-1670 encore l’« Italie et les centres italiens de la soie étaient encore le point de référence, la marque qui ajoutait une qualité en plus au tissu », quoique la puissance de la manufacture italienne de la soie fût en déclin21.

  • 22 « La differenziazione annuale del prodotto nel genere façonnés (stoffe operate), come un’arma strat (...)

21Mais entre la fin du XVIIe et le début du XVIIIe siècle, l’industrie lyonnaise abandonne l’imitation des variétés traditionnelles pour ouvrir une nouvelle voie caractérisée par une innovation continue dans les dessins et dans les motifs, qui change radicalement le marché européen du tissu. Les marchands-fabricants lyonnais, en collaboration avec les marchands parisiens qui suivent la vie de cours, se lancent vers ce que Poni a définie « la différenciation annuelle du produit façonnés comme une arme stratégique pour la conquête d’importantes part du marché international22 ». Les marchands-fabricants lyonnais visent à la satisfaction du désir de distinction sociale des élites dirigeantes, françaises et européennes, attirées par le goût de s’habiller chaque année à la mode pour faire marquer leur statut social. C’est un de plus importants changements structuraux du marché de la soie, qui accélère la consommation et l’obsolescence des soieries. Le contrôle de ce phénomène socio-économique permit aux marchands-fabricants lyonnais de s’installer au centre du marché où les profits sont plus élevés et de battre la concurrence des anciens centres italiens et des pôles européens émergents.

22En plus des choix mercantilistes et du fléchissement de l’industrie textile italienne déterminée par des raisons endogènes pour expliquer le succès lyonnais on doit donc considérer la capacité innovatrice de la main d’œuvre et des entrepreneurs. Plus précisément, les éléments qui frappaient les yeux des contemporains sont l’excellence des dessins et des motifs des soieries lyonnaises, dérivant du goût, de l’habileté, de la créativité des dessinateurs lyonnais : en 1761, un anonyme marchand-fabricant cité par Carlo Poni observe

  • 23 Poni, « Moda e innovazione », p. 32.

« Le goût a dû se perfectionner plus rapidement, se renouveler entièrement et varier toutes les fois que nous avons pu être imité… Que l’étranger nous copie encore cent ans, il ne formera pas de dessinateurs. C’est notre goût, c’est notre imagination qui lui manquent : l’imitation éteint l’un et ne donne pas l’autre23. »

23Eléments, donc, qui renvoient aux donnés culturels et sociaux, décisifs pour déterminer un avantage compétitif de longue durée.

  • 24 Poni, « Moda e innovazione », p. 45 et plus récemment Lesley E. Miller, « Representing Silk Design. (...)
  • 25 Pour ces changements Orsi Landini, « La seta », p. 386.
  • 26 Sur ces thèmes voir Rothstein, « Silk in the early modern period », et Orsi Landini, « La seta ».
  • 27 Sur l’importance des institutions on renvoie aux plus récentes théorisations de Avner Greif, qui va (...)

24D’où provenait la capacité de former des dessinateurs de génie ? Une description détaillée du curriculum d’un dessinateur lyonnais type se trouve dans Le dessinateur pour les fabriques d’étoffes d’or de Joubert de l’Hiberderie, publié en 1765, qui est le premier texte révélant les secrets d’une profession stratégique pour la Grande Fabrique. En synthèse, on devient dessinateur d’étoffes après beaucoup d’années d’apprentissage chez les peintres, en fréquentant les cabinets de gravures, les collections d’art, les manufactures des Gobelins, les théâtres, les palais de l’aristocratie et la cours ; enfin, on doit vivre dans un concentré de luxe, d’élégance, de goût pour le beau qui façonne la sensibilité des jeunes talents. Mais la particularité lyonnaise, encore une fois soulignée par Carlo Poni, est que ces dessinateurs d’étoffes sont « souvent marchands ou associés de marchands », et qu’ils ont donc une position socio-économique considérable, « un cas unique, qui ne trouve pas d’égal dans aucune ville de la soie24 ». La formation d’un tel groupe d’experts, d’un capital humain qui dans le temps a accumulé une connaissance tacite unique, est le produit de l’interaction entre les forces économiques, politiques et socio-culturelles. Les marchands-fabricants, soutenus par le pouvoir politique, développent une nouvelle gamme de tissus, introduisant de nouveaux motifs et de nouveaux dessins, et établissent une mode française en compétition avec la mode espagnole25. Après 1660, la mode espagnole est déclinante. Elle répond au goût de l’âge mur. Mais les jeunes nobles ou grands bourgeois sont plus attirés par la mode française, caractérisée par l’attention à l’asymétrie et à la clarté des dessins. La décoration florale est un sujet répété, mais il y a une forte innovation : le motif n’est plus stylisé mais est le fruit de la reproduction naturaliste de la réalité, étudiée directement ou observée sur les traités de botanique. Le foyer du renouvellement est la cour de Versailles, où le roi est le parangon de la mode. Le rôle des dessinateurs est fondamental et, renouvelé dans le temps, il permet à Lyon de dominer les principaux segments du marché jusqu’aux années quatre-vingt du siècle. Le changement continu de la mode, dans les vêtements, est un phénomène qui n’a pas de comparaison dans les siècles précédents car les nouveautés se succèdent presque chaque saison26. Ce n’est pas un hazard si on ouvre à Lyon en 1765 une École royale gratuite de dessins pour le progrès des arts et celui des manufactures de la Ville de Lyon : on formalise pour la première fois la profession de dessinateur d’étoffes, en fondant une institution clé pour la reproduction de la connaissance et du savoir nécessaires à la consolidation de l’industrie textile lyonnaise27.

  • 28 La description de la machine, accompagnée de très belles planches, a été faite par Pietro Guerrini, (...)
  • 29 « [la macchinetta] è veramente ingeniosa ed utile ai mercanti perché diminuisce la spesa di tal lav (...)

25Le succès lyonnais n’est pas fondé exclusivement sur l’innovation de produit, mais aussi sur l’innovation des procédés, déterminée par des changements techniques qui influencent probablement la productivité du travail. En plus de la diffusion fondamentale du métier à la grande tire, introduit au début du XVIIe siècle par un tisserand d’origine milanaise, il est possible que le succès des étoffes à la mode ait été déterminé par la mécanisation de plusieurs phases du procédé de tissage, qui, en réduisant le coût du travail, permet une concurrence aussi sur le niveau du prix. C’est le cas, par exemple, d’un dévideur mécanique présent à Lyon dans les années quatre-vingt du XVIIe siècle, qui déplace les soies ouvrées teintes de l’écheveau aux rochets, utilisés dans les phases suivantes du tissage : dans cette opération une seule femme peut substituer quatre ouvrières28. Jugée « vraiment ingénieuse et utile aux marchands parce qu’elle réduit le coût de ce travail », cette innovation détermine un avantage compétitif si bien que « les prix de la drapperie sont en France plus bas que chez nous [à Florence] bien que la soie leur coûte plus qu’à nous29 ».

  • 30 Poni, « Moda e innovazione », p. 40-41.
  • 31 Dans le domaine de la soie on ne souligne pas suffisamment, comme Nathalie Rothstein enseigne, que (...)

26Le renouvellement continu de la mode modifie aussi la structure de la demande de soies moulinées (semi-ouvré). En se concentrant sur la production des étoffes façonnées qui passent rapidement de mode, il n’est plus nécessaire d’utiliser comme fils de chaîne des soies moulinées résistantes et durables. C’est un phénomène souligné par Carlo Poni, qui marque l’interdépendance entre la rapidité du changement de la mode, l’amincissement du fil de soie et la réduction du nombre des fils de chaîne dans les étoffes à la mode de la Fabrique30. Du point de vue d’un marchand-fabricant il est important de frapper le consommateur avec la légèreté, l’éclat, la nouveauté des dessins et pour cela on préfère des produits fins et uniformes qui ont des prix très élevés par unité de poids, mais qui contiennent une longueur de fil qui compense le coût plus élevé31. La conséquence en est la réduction du cycle de vie du tissu, en parfaite cohérence avec les stratégies de nouveauté sans fin des producteurs lyonnais.

  • 32 Francesco Battistini, « Origini e fortune di un’innovazione : la “bacinella alla piemontese” per la (...)
  • 33 Chicco, La seta in Piemonte, p. 28.
  • 34 Sur ces tendances Carlo Poni, « Misura contro misura : come il filo di seta divenne sottile e roton (...)

27Cependant, il faut être prudent et ne pas établir un lien déterministe entre le développement de la Grande Fabrique de Lyon et le changement de la demande de soies semi-ouvrées. Il est probable que l’amincissement du fil est commencé dès la fin du XVIe siècle, d’après les informations contenues dans les statuts des corporations de la soie de certains centres italiens32. Dès le milieu du XVIIe siècle on reconnait aisément une hiérarchie de qualité et de prix pour les soies grèges qui prime les soies surfines de Bologne, Reggio d’Émilie et de Mantoue33. Il est donc possible que les marchands-fabricants lyonnais ont utilisées les variétés de soies moulinées disponibles sur les marchés, considérées le plus appropriées à leurs besoins. Mais le rapide développement de la Grande Fabrique à la fin du siècle détermina une grande demande de ces produits semi-ouvrés, en élargissant l’usage d’un type de soies qui occupait jusqu’à cette époque une simple niche du marché. Cependant peu de régions séricicoles, pendant les dernières années du XVIIe siècle, réussirent à répondre à cette demande qui entraîne des technologies particulières de production : ce n’est qu’à Bologne, qui avait déjà une longue tradition, et dans le Duché de Savoie, dont l’industrie de la soie se développait presque en symbiose avec celle de Lyon que le fil de soie grège devint rond et fin34.

4. L’industrie italienne de la soie au XVIIIe siècle

28Toutes les industries de la soie européennes sont confrontées à la croissance de la manufacture lyonnaise, et doivent s’adapter aux nouvelles règles du marché international dictées par la ville française. Les centres italiens réagissent. Les donnés disponibles indiquent une croissance qui n’est pas négligeable (voir tableaux 1 et 2). Il n’est pas possible de donner une explication unique de cette croissance pendant le XVIIIe siècle car elle a des raisons différentes et des caractères spécifiques pour chaque ville. Dans certains cas la manufacture reste dans la ville, dans d’autres régions, au contraire, la manufacture se déplace dans les campagnes ou dans les petits centres de province.

  • 35 Pour les Marches : Giuliana Carreras, « L’industria serica a Fossombrone », Quaderni Storici delle (...)

29Un premier motif de croissance est la reprise des marchés intérieurs, après la crise du XVIIe siècle. On remarque l’apparition des centres qui, produisant surtout des étoffes à bon marché, s’orientent vers la consommation locale. C’est le cas, par exemple, de Vigevano, une petite ville entre Lombardie et Piémont où à la moitié du siècle sont actifs environ 1 000 métiers qui produisent des étoffes simples, des bas, des rubans mais aussi des tissus façonnés et des tapisseries. L’importance renouvelée du marché intérieur ou interrégional italien explique aussi, en grande partie, le développement du tissage de la soie turinois, avec 700 métiers dans les années 1720-1730 et plus d’un millier à partir de 1750. On doit, enfin, rappeler la croissance du tissage sicilien, qui en 1780 compte environ 3 000 métiers, dont 1 200-1 400 à Catane et le reste à Acireale, Messine et Palerme35.

  • 36 Andrea Leonardi, « Riflessi della politica economica teresiano-giuseppina sul setificio degli “Erbl (...)

30Pour quelques régions, un facteur de croissance est le protectionnisme de l’Empire des Habsbourg dans la seconde moitié du siècle pour soutenir la naissance de l’industrie textile36. Si ces limitations du commerce représentent un dommage pour des centres comme Lucques ou Venise, elles favorisent les manufactures de Gorizia et plus encore Milan et Côme. À Gorizia et Gradisca les métiers passent d’environ 200 en 1760 à 300 en 1770, pour arriver à 700 en 1789 et presque 1 000 dans les dernières années du siècle. À Ala, le nombre maximum de métiers est atteint en 1760, avec 300 unités. L’industrie textile milanaise aussi, arrêté au XVIIe siècle, enregistre dès la fin des années soixante-dix un essor très rapide qui fait atteindre le nombre d’environ 1 400 métiers actifs en 1785, nombre conservé jusqu’à la fin du siècle. Le développement du tissage de la soie à Côme est semblable à celui de Milan, en crise dans le siècle précédent, mais en rapide croissance à partir des années quatre-vingt, quand on atteint le nombre de 1 333 métiers en 1795. Le protectionnisme autrichien, au contraire, ne réussit pas à faire décoller l’industrie textile de Trieste qui, née dans les années trente, a un développement faible et déficitaire.

  • 37 Pour Gorizia Loredana Panariti, La seta nel Settecento Goriziano. Strategie pubbliche e iniziative (...)

31Au total, dans les dernières années du siècle au moins 4 000 métiers italiens (c’est à dire 1/6 du total) travaillent en grande partie pour satisfaire la demande de l’Empire des Habsbourg. Les étoffes envoyées de Côme en Autriche (50 % de la production locale) sont des tissus simples, tandis qu’à Milan dans les années quatre vingt-dix on produit, en parties égales, des voiles, des bas et des mouchoirs. Seulement 120 métiers sont destinés à la production d’étoffes façonnées, tandis que 450 produisent des tissus simples. Aussi à Gorizia les étoffes simples constituent environ 90 % de la production37.

  • 38 Pour Bologne : Poni, « Per la storia », p. 104 et 131, pour Florence : Luigi Dal Pane, Industria e (...)
  • 39 Pour Venise : Marcello Della Valentina, « Manifattura serica evasione fiscale e contrabbando a Vene (...)

32Un autre élément pour expliquer la tenue de l’industrie textile italienne dérive de sa capacité à s’insérer et à se maintenir dans des niches particulières du marché international. C’est le cas bien connu des velours génois ou des voiles noirs de Bologne, utilisés dans beaucoup de pays européens en signe de deuil et dont l’achat n’est pas soumis aux changements de la mode. Les donnés relatives au tissage bolonais indiquent que le nombre de métiers à voile était de 2 500 pour l’année 1727, quantité probablement stable dans les années suivantes. Même Florence occupe des espaces de marché avec ses tissus simples noirs. Le nombre de métiers en activité à la fin des années soixante est un peu plus élevé qu’à Bologne et ils sont destinés en général à la production de satin, taffetas et « ermesini ». La production de ruban connaît un grand développement à Padoue, où il semble que les métiers de ce genre aient été quelque millier. Un autre cas intéressant d’adaptation au marché est celui de Vicence, qui produit surtout des tissus simples, et en moindre partie des façonnés vendus en Allemagne mais aussi au Portugal, en Espagne, en Angleterre et en Flandre. Les 400 métiers actifs dans la ville de la République de Venise en 1711 deviennent 1 100 en 1783 et plus de 1 200 en 179338. Dans les dernières années du siècle la manufacture de la soie de Vicence dépasse donc celle de Venise, la ville dominante, qui décline pendant la deuxième moitié du siècle. En effet, les 2 000 métiers actifs à Venise en 1730 sont presque réduits de moitié en 1761 (1 117) et sont toujours inférieurs à 1 000 unités pendant tout le reste du siècle, à cause de la diminution des achats dans les marchés de l’Empire ottoman et des colonies. Des situations similaires sont celle de Lucques, qui, comme Venise, a continué à produire des étoffes façonnées – surtout des damas – de Naples et de Catanzaro39.

33À la fin du XVIIIe siècle, avec un maximum dans les années soixante-dix, l’industrie textile italienne de la soie compte probablement 24 000 métiers pour tous les types de tissu, façonné, simple, bas, ruban : un nombre qui est donc comparable à celui des années de la suprématie, entre la fin du XVIe et le début du XVIIe siècle. La production d’étoffes, quoiqu’en majorité simples, est assez différenciée et le nombre de villes soyeuses a augmenté par rapport au passé. La quantité de soies moulinées transformées en tissu est montée à environ 850 tonnes annuelles contre environ 600-650 tonnes à la fin du XVIe siècle.

5. Le Royaume de Sardaigne ou le succès du mercantilisme

  • 40 Chicco, « Il ruolo del Piemonte », p. 361.
  • 41 Sur ce point on renvoie au travail ample et informé de Chicco, La seta in Piemonte.
  • 42 Sur les aspects autoritaires de ce processus, en cohérence avec l’esprit militariste de l’action de (...)

34Dans la première moitié du XVIIe siècle, le Piémont ne figure pas parmi les pôles forts de l’industrie italienne de la soie. L’unique centre remarquable est Racconigi où il y a des ateliers de tissage et une production de soie grège soignée mais encore très limitée en quantité. Et pourtant, la Maison de Savoie, dès les années soixante, oriente sa politique économique vers le « nobil genere ». Charles Emmanuel II, devenu roi en 1661, dans le contexte d’une action politique visant à renforcer la faible autorité de l’État, planifie des initiatives pour développer l’industrie de la soie, « avec la participation de gens pratiques et experts dans cet art […] des principales villes italiennes40 ». Un de principaux acteurs est le ministre Giovambattista Truchi qui conçoit un plan pour modifier les caractéristiques de la production des soies semi-ouvrées, visant les segments « fins » du marché, où se fixe l’attention des marchands fabricants lyonnais, que l’on peut résumer en deux points. Le premier point vise à diffuser dans toutes les filatures de soie du Piémont des règles, des pratiques et des technologies spécifiques pour produire des soies fines et uniformes. Le second point est l’introduction et la diffusion du moulin à soie à la bolonaise, un des systèmes mécaniques parmi les plus complexes de l’Ancien régime, au moyen duquel il est possible d’obtenir, en utilisant précisément des soies uniformes et fines, des produits semi-ouvrés fins mais en même temps très résistants et avec de nombreux points de torsion, les fameux organsins à la bolonaise, qui représentent le produit de pointe du marché de la soie41. L’action de l’État se révèle décisive pour favoriser l’introduction des compétences et des technologies nécessaires pour atteindre les deux objectifs et, surtout, pour former une riche main d’œuvre en large partie féminine et rurale, capable d’élever dans les années suivantes le niveau moyen de la qualité des soies piémontaises. L’instrument principal de cette politique est la visite des filatures par des techniciens et des experts de l’art de la soie chaque année entre juin et septembre. Pendant ces visites les techniciens ont le devoir d’apprendre aux ouvrières les pratiques appropriées, et si les entrepreneurs ou les directeurs d’établissement ne respectent pas les règles établies par le gouvernement au moyen des « Lettere patenti » les techniciens doivent infliger des peines pécuniaires42.

  • 43 Sur la formation du capital humain au moyen du système corporatif voir Giacomina Caligaris, « Proce (...)

35Le processus de formation du capital humain est rapide, ample et fondamental pour le développement du système industriel piémontais de la soie, et il a des conséquences durables pour la reproduction d’un savoir tacite et spécialisé, encore en usage au milieu du XIXe siècle43. La quantité de soie de haute qualité croit remarquablement ainsi que le nombre des moulins à soie. Un exemple emblématique : le principal centre de moulinage piémontais, Racconigi, dépasse au début du XVIIIe la production d’une ville de grande tradition soyeuse comme Bologne. Les organsins piémontais seront pendant tout le siècle la soie semi-ouvrée de plus haute qualité disponible sur le marché dont l’offre sera un monopole piémontais, et ils ne seront pas concurrencés par d’autres soies semi-ouvrées avant de nombreuses années. Ce bien de haute qualité, dont le prix est constamment supérieur à celui des autres organsins, est demandé par tous les centres textiles européens.

  • 44 Les donnés sur la valeur de l’exportation piémontaise sont dans Chicco, La seta in Piemonte, p. 235 (...)

36Cette spécificité, c’est-à-dire un ensemble de finesse, d’uniformité, de précision dans les points de torsion, de propreté, est très appréciée à Lyon. Les marchands-fabricants recherchent dès la fin du XVIIe siècle cet organsin avec détermination. Les liaisons commerciales traditionnelles entre le Duché de Savoie et le Royaume de France sont renforcées par le développement remarquable du commerce des organsins (voir tableau 4). Pour tout le XVIIIe siècle une part variant de 70 et 80 % de toutes les exportations du Royaume de Sardaigne est constituée par la soie, c’est-à-dire presque complètement par des organsins : au moins 60 % des organsins exportés sont utilisés à Lyon et probablement plus de la moitié de la soie importée à Lyon vient du Piémont44. On peut affirmer que le succès des soieries lyonnaises à la mode, et donc l’essor de la Grande Fabrique, est largement fondé sur la qualité des organsins piémontais.

  • 45 Plus en général sur la fonction politique de la soie voir Chicco, La seta in Piemonte, p. 100 et su (...)

37L’importance stratégique des organsins piémontais pour le destin de Lyon, surtout dans les années cruciales du début du XVIIIe siècle, est attestée par les pressions que la business community lyonnaise exerça pendant la phase la plus intense du conflit franco-piémontais durant la guerre de succession espagnole pour permettre la reprise des exportations bloquées par la monarchie bourbonienne afin d’étouffer l’économie piémontaise. À la fin de l’année 1706, le directeur de la Chambre de Commerce de Lyon, tandis que le combat fait rage à Turin, exprime toute sa satisfaction pour la réouverture des relations commerciales entre les deux États qui permettaient d’approvisionner de nouveau la Fabrique en soies piémontaises et d’en éviter l’exportation vers Londres Spitalfields45.

6. Lyon – Turin : une relation de dépendance ?

  • 46 Roberto Tolaini, « Un rapporto di dipendenza ? L’evoluzione delle relazioni “seriche” Lione-Torino (...)
  • 47 Voir Chicco, La seta in Piemonte, p. 217 et suivantes. Une récente étude sur le milieu des banquier (...)
  • 48 Chicco, La seta in Piemonte, p. 28 et suivantes.
  • 49 Voir Roberto Tolaini, « Istituzioni, mercato, fiducia. Le misure della seta nell’Ottocento », Quade (...)

38Ces éléments invitent à la prudence quand on interprète le développement des relations commerciales entre Lyon et Turin, centre névralgique de tout le marché de la soie du Royaume de Sardaigne, avec la catégorie conceptuelle centre/périphérie, en soutenant qu’il y eut une relation durable de dépendance entre Turin qui offrait des soies semi-ouvrées et Lyon qui demandait et qui utilisait ces produits et de plus en finançait la production46. La présence d’un remarquable flux de financement pourrait avoir déterminé une dépendance si les producteurs et les marchands piémontais n’avaient pas eu la possibilité de contrôler le prix auquel les commissionnaires lyonnais vendaient leur organsins à Lyon ; si les marchands piémontais avaient été obligés de vendre leur marchandise aux prix établis par les commissionnaires lyonnais en contrepartie du financement consenti par ces derniers ; enfin, si à cause du financement les marchands piémontais avaient perdus leurs droits de propriété sur la marchandise. Un coup d’œil à la correspondance commercial ou bien aux nombreux rapports disponibles montre que cette dernière condition n’est pas habituelle sur le marché. En réalité le marché de la soie en Piémont est sans doute hiérarchisé mais il est dominé par un nombre réduit de banquiers-marchands qui, de Turin, contrôlent directement ou indirectement les filatures et les moulins à soie dans les provinces du Royaume et traitent les marchands soyeux lyonnais sur un pied d’égalité47. Ce groupe recherche des financements à l’étranger (car le coût de l’argent en Piémont est plus élevé) en profitant de sa situation de monopole de l’offre d’organsins de qualité pour recevoir des avances en bonne monnaie métallique. Au moyen d’un ample réseau de correspondants, les banquiers-marchands connaissent le mouvement des différentes composantes du marché international (prix, quantité, qualité…) et se forment de manière autonome une vision des échanges. Ils ont ainsi la possibilité de comprendre si les marchands lyonnais se conduisent correctement ou de manière opportuniste. En plus, puisque la soie est une des marchandises stratégiques du Royaume de Sardaigne, ils sont en position de force pour défendre leurs intérêts face aux autorités de l’État. Et si au milieu du XVIIIe siècle ils ne réussissent pas à obtenir que le Roi empêche les marchands étrangers d’exercer des activités de production de soie en Piémont, toutefois les banquiers-marchands sensibilisent le gouvernement à propos de la nécessité de réserver aux sujets de l’état une position prééminente. C’est ainsi qu’en 1751 le souverain décide de prohiber l’exportation de soie grège pour garantir que toute la soie soit tordue dans les grands moulins à soie hydrauliques, contrôlés par les banquiers-marchands turinois48. Un signal ultérieur de la capacité de ce groupe à participer activement aux échanges, même en imposant des règles qui entrent dans la pratique et dans le langage commercial de la soie, concerne la réalisation d’un premier système de conditionnement de la soie. Ce système devait évaluer le poids net au moyen d’un degré physiologique d’humidité, fixé à Turin en 1724, et d’un instrument qui rend plus rapide et efficace la mesure du titre de fil de soie49. Ce sont des initiatives qui, à des niveaux différents, visent à introduire des conventions pour faciliter le « classement au mérite » des organsins piémontais sur les places internationales, et qui rendent donc plus claire la hiérarchie des prix des soies semi-ouvrées.

  • 50 Voir Caligaris, « Processi di qualificazione ». Un parcours semblable à celui du grand-duché de Tos (...)

39En réalité, les relations entre Lyon et Turin dans le domaine de la soie sont à lire dans une perspective d’interdépendance, dont les avantages comparés sont bâtis par l’action commune de l’État et des organisations économiques. Une interdépendance qui n’exclut pas le renforcement des secteurs initialement faibles de la filière. Il est à souligner, par exemple, que pendant le XVIIIe siècle, en même temps que la remarquable croissance de la production et de l’exportation des organsins, on assiste en Piémont à la consolidation du tissage. Il s’agit d’un phénomène étendu d’ailleurs aux autres régions de l’Italie, qui, peut-être, ne doit plus être simplement considéré comme un résidu d’un passé prestigieux, mais plutôt comme le fruit d’une adaptation laborieuse à l’évolution des marchés internationaux, interrégionaux et locaux, dans le contexte d’organisations corporatives qui montrent une certaine souplesse, un renforcement qui permet de réduire les importations de soie depuis Lyon50.

40Face aux changements radicaux du marché international, largement influencé par les politiques mercantilistes des États absolus et devenu très complexe à cause du plein développement des mécanismes de la mode et de la diversification des styles de consommation, les réponses des régions séricicoles italiennes sont variées et composites. Il y a certainement des cas de faillite – par exemple dans de nombreuses villes d’Italie du Sud, incapables de développer une industrie autonome du moulinage – mais globalement l’industrie connaît, par rapport aux autres secteurs manufacturiers, des changements positifs, très prononcés dans la filature et dans le moulinage, plus contenus dans le tissage. Les estimations disponibles témoignent que la valeur ajoutée globale de toutes les sections de la filière (élevage du vers à soie, culture du mûrier, filature, moulinage, teinture, tissage), en lires constantes 1911, à la fin du XVIIIe siècle est plus élevée de 30 % par rapport à celle du début du XVIIe siècle, quand le goût italien régnait souverain (voir tableau 3).

41Bien sûr, il faudrait comparer ces estimations avec les estimations totales du marché européen ou plus partiellement avec celles du Royaume de France pour leur donner un poids convenable. Mais dans ces conditions de fractionnement et de subordination politiques, de politique économique, qui présentent rarement des caractères d’autonomie – c’est le cas du Royaume de Sardaigne –, et de perte d’hégémonie culturelle, les espaces pour mieux faire étaient vraiment réduits.

1570-1590

1600-1610

1620-1650

Turin

Quelques dizaines

Quelques dizaines

Quelques centaines

Reste du Piémont

Quelques dizaines

Quelques dizaines

Quelques dizaines

Milan

ca. 2000-2500

3000 (1606)

600 (1635)

Reste Lombardie

 ?

environ 300

- (1630)

Mantoue

537 (1585)

environ 200

135 (1627)

Venise

2300 (1592)

2400 (1602)

1375 (media 1621-1624)

Reste Venise

ca. 300

-

-

Bologne

ca. 2500 (1587)

ca. 2500

ca. 2500

Reste Emilie

ca. 1500

-

ca. 500

Gênes et riviera

8000 (1582)

3000 (1608)

4000 (1630)

Florence

ca. 2000

ca. 2000

2200 (1663)

Lucques

3000

2000

1000 (1621)

Reste Toscane

Quelques centaines

Quelques centaines

Quelques dizaines

Naples

ca. 2500 (1578)

ca. 6000 (1608)

ca. 2000 (1635)

Reste Midi

ca. 1000

 ?

Quelques centaines

Total

ca. 25-26.000

ca. 23-24.000

ca. 15.000

Tableau 1. Estimation du nombre des métiers à soie en activité en Italie entre 1570/90 et 1620/50 Battistini, L’industria della seta in Italia, p. 186.

Tableau 2.Nombre et type des métiers à soie en activité en Italie à la fin du XVIIIe siècle Battistini, L’industria della seta in Italia, p. 199.

Tableau 3. Valeur ajoutée de l’industrie italienne de la soie, 1600-1790 (millions de lires prix constants 1911)
Francesco Battistini, « Seta ed economia in Italia. Il prodotto 1500-1930 », Rivista di Storia Economica, 3, dicembre 2007, p. 314.

Tableau 4. Exportation d’organsin du Piémont 1727-1791 (millier de livres) Chicco, La seta in Piemonte, p. 244.

Notes

2 Ce passage est bien analysé par Carlo Poni, « Moda e innovazione : le strategie dei mercanti di seta di Lione nel secolo XVIII », dans La seta in Europa secc. XIII-XX, Simonetta Cavaciocchi éd., Istituto internazionale di storia economica « F. Datini », Prato, Florence, Le Monnier, 1993, p. 22 et suivants. L’importance de la soie dans les économies urbaines entre Moyen Âge et XVIIe siècle est étudiée dans La seta in Italia dal Medioevo al Seicento. Dal baco al drappo, Luca Molà, Reinhold C. Mueller et Claudio Zanier éds., Venise, Marsilio, 2000.

3 Des notes utiles à propos de la relation soie/pouvoir se trouvent dans Anne Marie Piuz, « La soie, le luxe et le pouvoir dans les doctrines françaises (XVIe-XVIIIe siècles) », dans La seta, Cavaciocchi éd. ; voir aussi Adam Manikovski, « Il secolo della seta. Conseguenze del boom della seta nel Seicento per le trasformazioni sociali e politiche in Europa », dans La seta, Cavaciocchi éd., particulièrement les pages 847 et suivantes.

4 Voir le paragraphe IV. Les spécialistes d’histoire du tissu soulignent eux aussi les capacités compétitives des centres italiens voir Roberta Orsi Landini, « La seta », dans Carlo M. Belfanti et Fabio Giusberti éds., La moda, Turin, Einaudi, 2003, Storia d’Italia, Annali 19.

5 Pour les linkages créés par le développement de l’élevage du vers à soie, de la filature et du moulinage les pages de Luciano Cafagna dans l’introduction à Dualismo e sviluppo economico, Venise, Marsilio, 1989, sont toujours utiles.

6 On emprunte cette définition à Giuseppe Chicco, La seta in Piemonte 1650-1800. Un sistema industriale d’ancien régime, Milan, Franco Angeli, 1995.

7 Pour Venise Luca Molà, The Silk Industry of Renaissance Venice : The Challenge of Innovation in a Mercantilist Economy, Ph. D dissertation, Baltimore, Johns Hopkins University, 1996, pour Modène Gian Luigi Basini, « Tra contado e città. Lanieri e setaioli a Modena nei secoli XVI e XVII », Rivista di Storia dell’agricoltura, 13, 1973, p. 10, pour Florence Marco Spallanzani, « Tessuti di seta fiorentini per il mercato di Norimberga (1520) », dans Studi in memoria di Giovanni Cassandro, Rome, Ministero per i beni culturali e ambientali, 1991. Pour un tableau plus ample Francesco Battistini, L’industria della seta in Italia nell’età moderna, Bologne, il Mulino, 2003.

8 Francesco Battistini, « La tessitura serica italiana durante l’età moderna : dimensioni, specializzazione produttiva, mercati », dans La seta in Italia, Molà, Mueller et Zanier éds., p. 348.

9 Pour Lucques : Leonetto Ciucci, L’arte della seta in Lucca, Como, Arti Graf. E. Cavalleri, 1930, p. 30, pour Florence : Paolo Malanima, La decadenza di un’economia cittadina : l’industria di Firenze nei secoli XVI-XVIII, Bologne, il Mulino, 1982, p. 308-316 pour Bologne : Carlo Poni, « Per la storia del distretto industriale serico di Bologna (secoli XVI-XIX) », Quaderni Storici, 73, 1990, p. 98 et suivantes, pour Naples Rosalba Ragosta, « Specializzazione produttiva a Napoli nei secoli XVI e XVII », dans La seta, Cavaciocchi éd., p. 340-344.

10 Pour Modène : Basini, « Tra contado e città », p. 12, pour Mantoue : Aldo De Maddalena, « L’industria tessile a Mantova », dans Studi in onore di A. Fanfani, Milan, Giuffrè, 1962, p. 643, pour Sienne : Luciano Banchi, L’arte della seta in Siena nei secoli XV e XVI, Sienne, tip. Sordomuti di L. Lazzeri, 1881, p. XIII.

11 Pour Naples : Ragosta, Specializzazione produttiva, p. 344, pour Milan : Domenico Sella, L’economia lombarda durante la dominazione spagnola, Bologne, il Mulino, 1979, p. 151 ss., pour Gênes : Paola Massa, « Conseguenze socioeconomiche dei mutamenti di struttura nella tessitura serica ligure (secoli XVI-XIX) », dans Studi in memoria di M. Abrate, Turin, Università degli studi, 1986, p. 617, pour Milan : Domenico Sella, Commerci e industrie a Venezia nel secolo XVII, Venise-Rome, Istituto per la collaborazione culturale, 1961, p. 125, pour Lucques : Salvatore Ciriacono, « Silk manufacturing in France and Italy in the XVII century : two models compared », The Journal of european economic history, 10, 1981, p. 188.

12 Paolo Malanima, La fine del primato. Crisi e riconversione nell’Italia del Seicento, Milan, Bruno Mondadori, 1998.

13 Pour approfondir Battistini, L’industria della seta.

14 Pour Venise : Richard T. Rapp, Industry and economic decline in Seventeenth-Century Venice, Cambridge-London, Harvard University Press, 1976, pp. 41-47, pour Vicence : Luca Molà, The silk industry, p. 262, Bruno Caizzi, Industria e commercio della Repubblica veneta nel XVIII secolo, Milan, Banca Commerciale Italiana, 1965, p. 109 et aussi Francesco Vianello, Seta fine e panni grossi. Manifatture e commerci nel Vicentino, 1570-1700, Milan, Angeli, 2004.

15 Pour Florence : Malanima, La decadenza di un’economia cittadina, p. 308-316, pour Bologne : Poni, « Per la storia del distretto industriale serico di Bologna », pour Milan : Angelo Moioli, « Il mutato ruolo delle corporazioni nella riorganizzazione dell’economia milanese del XVII secolo », dans Corporazioni e gruppi professionali nell’Italia moderna, Alberto Guenzi, Paola Massa, Angelo Moioli éds., Milan, Angeli, 1999, p. 48-49, Sella, L’economia lombarda, et Mario Romani, « L’economia milanese nel ‘700 », dans Aspetti e problemi di storia economica lombarda nel secolo XVIII e XIX. Scritti riediti in memoria, Milan, Vita e pensiero, 1977, p. 139, pour Côme : Sella, L’economia lombarda, p. 151, pour Naples : Ragosta, « Specializzazione produttiva », p. 351-54.

16 Pour Gênes : Gabriella Sivori, « Il tramonto dell’industria serica genovese », Rivista storica Italiana, 84, 1972, pour Lucques : Guido Canali, Mercanti lucchesi alle fiere di Bolzano nei secoli XVII e XVIII, Florence, S. T. E. T., 1948, p. 3-5 et 13-14 et Ciriacono, « Silk manufacturing », p. 188, pour Naples : Ragosta, « Specializzazione produttiva », p. 344-345.

17 Piuz, « La soie, le luxe », p. 818-819.

18 Pierre Cayez, « Le commerce français des soies et soieries (XVIIIe-XXe siècles) », dans La seta, p. 597.

19 On renvoie au classique Charles W. Cole, Colbert and a Century of French Mercantilism, New York, Columbia U. P., 1930, et à Jean Peyrot, « L’ouverture de la soierie lyonnaise sur les marchés internationaux à la fine du XVIIe siècle », dans Le négoce international XIIIe-XXe siècles, François Crouzet éd., Paris, 1989 et au plus récent Nathalie Rothstein, « Silk in the early modern period (1500-1780) », dans The Cambridge History of Western Textiles, vol. I, David Jenkins éd., Cambridge, Cambridge U.P., 2003, p. 540 et suivantes.

20 Poni, « Moda e innovazione », p. 51 qui cite Ernest Pariset, Histoire de la fabrique lyonnaise.

21 « L’Italia e i centri serici italiani erano ancora il punto di referenza, il marchio che aggiungeva una qualità in più al tessuto », Poni, « Moda e innovazione », p. 51.

22 « La differenziazione annuale del prodotto nel genere façonnés (stoffe operate), come un’arma strategica per la conquista di importanti fette del mercato internazionale », Poni, « Moda e innovazione », p. 22.

23 Poni, « Moda e innovazione », p. 32.

24 Poni, « Moda e innovazione », p. 45 et plus récemment Lesley E. Miller, « Representing Silk Design. Nicolas Joubert de l’Hiberderie and Le dessinateur pour les étoffes d’or, d’argent et de soie (Paris 1765) », Journal of Design History, 17, 2004, p. 29-53.

25 Pour ces changements Orsi Landini, « La seta », p. 386.

26 Sur ces thèmes voir Rothstein, « Silk in the early modern period », et Orsi Landini, « La seta ».

27 Sur l’importance des institutions on renvoie aux plus récentes théorisations de Avner Greif, qui va au-delà des modèles fonctionnalistes et structuralistes, Institutions and the Path to the Modern Economy. Lessons from Medieval Trade, Cambridge, CUP, 2006.

28 La description de la machine, accompagnée de très belles planches, a été faite par Pietro Guerrini, technicien et dessinateur florentin, envoyé par le Grand-duc de Toscane Cosimo III Medici en voyage en Europe pour documenter les développements technologiques les plus intéressants, Il viaggio in Europa di Pietro Guerrini (1682-1686), Francesco Martelli, éd., Florence, Olschki, 2005, p. 439 et planche 124.

29 « [la macchinetta] è veramente ingeniosa ed utile ai mercanti perché diminuisce la spesa di tal lavoro, e però i prezzi della drapperia sono in Francia più agevoli che appresso di noi, con tutto che le sete gli costino più che a noi », Réponse du secrétaire du Grand-duc Apollonio Bassetti à Pietro Guerrini, ibidem.

30 Poni, « Moda e innovazione », p. 40-41.

31 Dans le domaine de la soie on ne souligne pas suffisamment, comme Nathalie Rothstein enseigne, que le yardage est plus important que le poids. Les historiens, surtout économistes, devraient prêter plus d’attention à la longueur qu’à la quantité, quand ils font des calculs pour définir la productivité du travail.

32 Francesco Battistini, « Origini e fortune di un’innovazione : la “bacinella alla piemontese” per la trattura della seta (sec. XIV-XVIII) », Nuova rivista storica, 81, 1997. Sur le Piémont : Giuseppe Chicco, « Il ruolo del Piemonte nell’industria serica italiana del Seicento », dans La seta in Italia, p. 357.

33 Chicco, La seta in Piemonte, p. 28.

34 Sur ces tendances Carlo Poni, « Misura contro misura : come il filo di seta divenne sottile e rotondo », Quaderni storici, 47, 1981, p. 396-401.

35 Pour les Marches : Giuliana Carreras, « L’industria serica a Fossombrone », Quaderni Storici delle Marche, 1, 1966, p. 131-32, Pour la Romagne : Cesarina Casanova, « A proposito di un’impresa di Marco Fantuzzi. Alcune notizie sull’attività serica in Romagna nel Settecento », Studi Romagnoli, 35, 1984, p. 302-305, pour Bologne et son terriroire Poni, « Per la storia », p. 146, pour la Lombardie au début du siècle : Luigi Trezzi, Ristabilire e restaurare restaurare il mercimonio. Pubblici poteri e attività manifatturiere a Milano negli anni di Carlo VI, Milan, Franco Angeli, 1986, p. 38, et pour la fin du siècle : Archivio di Stato di Milano, Commercio. Serifici, 233, pour Vigevano : Bruno Caizzi, Storia dell’industria italiana dal XVIII secolo ai giorni nostri, Turin, UTET, 1965, p. 68 et Sella, L’economia lombarda, p. 208, pour la Sicilie : Simona Laudani, La Sicilia della seta Economia, società e politica, Catanzaro, Meridiana libri, 1996, p. 166.

36 Andrea Leonardi, « Riflessi della politica economica teresiano-giuseppina sul setificio degli “Erblaender” austriaci », dans Il Trentino tra Sacro Romano Impero e Antichi Stati italiani, Cesare Mozzarelli éd., Bologne, il Mulino, 1983, p. 126-132.

37 Pour Gorizia Loredana Panariti, La seta nel Settecento Goriziano. Strategie pubbliche e iniziative private, Milan, Angeli, 1996, p. 135 et Tommaso Fanfani, Economia e società nei domini ereditari della monarchia asburgica, Milan, Giuffrè, 1979, pour Ala : Ivana Pastori Bassetto, Crescita e declino di un’area di frontiera. Sete e mercanti ad Ala nel XVII e XVIII secolo, Milan, F. Angeli, 1986, p. 116, pour Milan : Romani, « L’economia milanese », p. 139, 167, 195 et Archivio di Stato di Milano, Commercio. Serifici, 233. Pour Côme : Bruno Caizzi, Vicende storiche della tessitura serica comasca, Como, Casa Ed. Noseda, 1952, p. 73-75 et Dante Severin, Storia dell’industria serica comasca, Como, Tipografia « La provincia di Como », 1960, p. 27-34.

38 Pour Bologne : Poni, « Per la storia », p. 104 et 131, pour Florence : Luigi Dal Pane, Industria e commercio nel Granducato di Toscana nell’età del Risorgimento, Bologne, Patron, 1971-73, p. 113-15, pour Padoue : Gustavo Castelbolognesi, Un episodio nella storia economica della nostra comunità (Gli ebrei di Padova e l’industria della seta tra il 1779 e il 1803), Padoue, Tipografia del Seminario, 1927 et Caizzi, Industria e commercio, p. 45, pour Vicence : Bernardo Morsolin, Del setificio in Vicenza nei secoli XIV, XV, XVI e XVII. Notizie storiche, Vicence, Coop. Artigiana di garanzia della Provincia di Vicenza, 1984 (réimp. de l’édition 1863-64-65, p. 66).

39 Pour Venise : Marcello Della Valentina, « Manifattura serica evasione fiscale e contrabbando a Venezia nel Settecento », Annali dell’Istituto storico italo-germanico in Trento, XXIV, Bologne, il Mulino, 1998, p. 65-69 et Caizzi, Storia dell’industria, p. 78-80, pour Lucques : G. Simonini, « L’arte della seta a Lucca negli ultimi cinquant’anni della Repubblica aristocratica », Rassegna Storica Toscana, 3, 1957, p. 11.

40 Chicco, « Il ruolo del Piemonte », p. 361.

41 Sur ce point on renvoie au travail ample et informé de Chicco, La seta in Piemonte.

42 Sur les aspects autoritaires de ce processus, en cohérence avec l’esprit militariste de l’action de la dynastie de la maison de Savoie, voir les observations de Chicco, « Il ruolo del Piemonte », p. 360.

43 Sur la formation du capital humain au moyen du système corporatif voir Giacomina Caligaris, « Processi di qualificazione e de - qualificazione del lavoro a Torino nell’età dell’assolutismo accentratore », dans http://web.econ.unito.it/caligaris/index_files/relazionelavsise.pdf. La longue durée des compétences techniques de la main d’œuvre piémontaise est documentée dans Roberto Tolaini, « They understand the division of labour as well as we do. Il setificio italiano osservato dalla Gran Bretagna », Annali della Fondazione Luigi Einaudi, 28, 1994, p. 468-542.

44 Les donnés sur la valeur de l’exportation piémontaise sont dans Chicco, La seta in Piemonte, p. 235 et suivante ; sur l’importation des soies piémontaises à Lyon sont disponibles données précises pour les années 1780 : au moins 65,6 % du total des soies importées viennent du Piémont voir Cayez, « Le commerce français », p. 599.

45 Plus en général sur la fonction politique de la soie voir Chicco, La seta in Piemonte, p. 100 et suivantes ; sur l’épisode de la guerre de succession espagnole Pierre Leon, « Economie et diplomatie : les relations commerciales delphino-piémontaises au début du XVIIIe siècle (1700-1730) », Cahiers d’histoire, 3, 1960 et Chicco, La seta in Piemonte, p. 106-107.

46 Roberto Tolaini, « Un rapporto di dipendenza ? L’evoluzione delle relazioni “seriche” Lione-Torino tra Seicento e Ottocento », Società e storia, 98, 2002, pp. 725-759.

47 Voir Chicco, La seta in Piemonte, p. 217 et suivantes. Une récente étude sur le milieu des banquiers-marchands, qui montre un parcours d’ascension sociale est celle de Giorgio Monestarolo, Negozianti e imprenditori nel Piemonte d’antico regime : la cultura economica di Ignazio Donaudi delle Mallere (1744-1795), Florence, Olschki, 2006.

48 Chicco, La seta in Piemonte, p. 28 et suivantes.

49 Voir Roberto Tolaini, « Istituzioni, mercato, fiducia. Le misure della seta nell’Ottocento », Quaderni storici, 96, 1997, et aussi Roberto Tolaini, « Progrès technique et perfectionnement des systèmes d’évaluation de la qualité dans l’industrie de la soie. Le titre au XIXe siècle », Cahiers de Métrologie, 14-15, 1996-97.

50 Voir Caligaris, « Processi di qualificazione ». Un parcours semblable à celui du grand-duché de Toscane étudié par Orsi Landini, « La seta », qui souligne le rôle central joué par la cour des Lorraine.

Table des illustrations

Légende Tableau 2.Nombre et type des métiers à soie en activité en Italie à la fin du XVIIIe siècle Battistini, L’industria della seta in Italia, p. 199.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13254/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Tableau 3. Valeur ajoutée de l’industrie italienne de la soie, 1600-1790 (millions de lires prix constants 1911)Francesco Battistini, « Seta ed economia in Italia. Il prodotto 1500-1930 », Rivista di Storia Economica, 3, dicembre 2007, p. 314.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13254/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Tableau 4. Exportation d’organsin du Piémont 1727-1791 (millier de livres) Chicco, La seta in Piemonte, p. 244.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13254/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 90k

Auteurs

Docteur en histoire, chargé de cours à l’Université de Gênes en Italie
courriel : robtolai@fastwebnet.it

Docteur en histoire économique, enseignant en Lycée à Carrare en Italie
courriel : mimosa1@interfree.it

© Presses universitaires de Lyon, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search