Version classiqueVersion mobile

Lyon vu/e d’ailleurs (1245-1800)

 | 
Jean-Louis Gaulin
, 
Susanne Rau

Une voisine encombrante et nécessaire : Lyon vue du Dauphiné au xviiie siècle

René Favier

Texte intégral

  • 1 Bibliothèque nationale de France, Ms Fr 8473, fol. 74.
  • 2 René Favier, « L’intendant Fontanieu et le problème du développement urbain en Dauphiné (1724-1730 (...)
  • 3 Pour une mise en perspective plus large de ces questions, René Favier, Les villes du Dauphiné aux (...)

1Tout au long de son administration de la province de Dauphiné, de 1724 à 1740, l’intendant Fontanieu ne cessa de multiplier les plaintes contre la ville de Lyon et les contraintes que celle-ci faisait peser sur ses propres initiatives. Dès 1724, lorsque le contrôleur général Dodun engagea une politique déflationniste et poussa les intendants à faire baisser autoritairement les prix et les salaires, il répondait quelque peu découragé : « Je dois vous observer que ce seront moins mes soins que ce qui se passera à Lyon qui produira quelques diminutions sur les marchandises de la province ». En 1731, il interrogeait : « Le Dauphiné sera-t-il toujours malheureux parce qu’il est son voisin1 ? » Sans doute, Gaspard Fontanieu incarnait-il l’image de l’intendant autoritaire et centralisateur, soucieux de son autorité sur la province2, mais ses doléances renvoyaient bien à la tutelle économique que la cité rhodanienne imposait dans son espace régional et qui n’était pas toujours bien supportée. Cette tutelle s’exprimait tout à la fois dans le contrôle commercial et le contrôle financier de nombreuses entreprises dauphinoises3.

  • 4 Nouvelle Histoire du Dauphiné. Une province face à sa mémoire, René Favier dir., Grenoble, Glénat, (...)

2Pour les administrateurs et les hommes de loi, cette dépendance était d’autant plus insupportable que la province, forte des libertés qui lui avaient été accordées lors de son « transport » à la France en 1349, revendiquait un statut et des droits particuliers dans le royaume. Pour autant, son unité administrative devait composer avec des espaces démographiques, culturels et économiques éclatés. Quoique disposant d’une forte prééminence sur les autres villes du Dauphiné (au demeurant peu urbanisé), Grenoble n’exerçait qu’un contrôle imparfait sur la province qu’elle avait à administrer. A fortiori, le voisinage de l’Amsterdam de la France pesait-il sur l’ensemble de ces relations4.

1. Le contrôle commercial

  • 5 Richard Gascon, Grand commerce et vie urbaine à Lyon au XVIe siècle. Lyon et ses marchands (env. 1 (...)

3Depuis la fin du Moyen Âge, la puissance de ses foires avait de fait permis à Lyon d’imposer la tutelle de ses marchands sur tout le sud-est du royaume5. La douane de Lyon constituait sans doute la forme la plus achevée de cet impérialisme commercial. Créée en 1540 sur les étoffes de soie, d’or et d’argent entrant dans le royaume pour assurer à l’industrie lyonnaise un régime protecteur, elle avait été ensuite transformée en un instrument de fiscalité et généralisée à toutes les marchandises françaises ou étrangères destinées à Lyon.

4Initialement les marchandises (étoffes de soie, d’argent, d’or) étaient taxées à Lyon, mais avec la généralisation de la douane se multiplièrent les bureaux « obliques », dispersés dans les province, qui constituaient pour le roi un moyen de lutter contre la contrebande. Mais cette dispersion des bureaux était contraire aux intérêts du marché lyonnais, qui aspirait à voir toutes les marchandises transiter par la ville. Aussi la ville chercha-t-elle de manière répétée à limiter le nombre de ces bureaux « obliques » et à imposer que toutes les marchandises continuent à être taxées à Lyon.

5Ce jeu d’intérêts antagonistes fut source, tout au long du XVIIe siècle, de conflits répétés et de décisions contradictoires. Au lendemain de la Fronde, les lyonnais obtinrent même que ces bureaux soient supprimés pour, se plaignaient les Dauphinois, « obliger toutes choses à passer par Lyon afin que le commerce de cette ville fût plus grand ». Avec la restauration de l’autorité royale, les bureaux furent rétablis en 1662 « aux lieux où ils estoient ci-devant ou autres où ils seront jugés nécessaires pour la conservation des droits de nostre dicte douane de Lyon en ladicte province de Dauphiné ».

  • 6 René Favier, « Les Assemblées du Dauphiné après la suspension des États en 1628 », Cahiers d’Histo (...)

6Mais, en décembre 1670, Lyon obtint de Colbert un arrêt qui remettait en vigueur l’ancienne réglementation. Prenant appui sur la douane de Lyon, les négociants lyonnais imposèrent en même temps que toutes les marchandises dauphinoises destinées à être exportées passent par Lyon pour s’y faire taxer. La réaction fut vive en Dauphiné, où les Grenoblois cherchèrent l’appui des Genevois. En mai 1673, avec l’autorisation du lieutenant général de la province, se tint à Grenoble une assemblée où étaient réunis les marchands de toutes les villes et gros bourgs de la province pour dénoncer les fermiers de la douane de Lyon et l’« espesse de dépendance et d’esclavage dezdits marchands à l’esgard de ceux de la ville de Lion ». Pour donner sans doute davantage de sens politique à cette réunion, les participants la qualifièrent d’« Assemblée des dix villes », telle l’assemblée qui avait perpétué un temps les libertés dauphinoises après la suspension des États en 16286. Des députations furent également envoyées à la cour pour défendre les libertés commerciales dauphinoises. Ce n’est qu’en 1682 qu’intervint finalement un compromis qui maintint les bureaux obliques (il y en avait 84 au début du XVIIIe siècle), mais imposa aux soies, draps d’or et argent, épiceries et drogueries étrangères d’être portés en droiture jusqu’à Lyon.

7L’application de la nouvelle réglementation n’alla pas sans incidents, mais les plaintes contre les commis lyonnais cessèrent peu à peu. Quoique désormais plus favorable aux marchands dauphinois, la réglementation n’en continua pas moins à rendre certaines relations plus difficiles et parfois plus onéreuses, en imposant pour certains trafics (en particulier avec la Suisse) une médiation lyonnaise que la géographie exigeait déjà pour toutes les relations avec le nord ou l’ouest du royaume.

8La réglementation douanière ne faisait que renforcer une tutelle de fait. Au XVIIe siècle comme au XVIIIe, il n’est sans doute pas un marchand de quelque importance qui ne se soit approvisionné en totalité ou en partie à Lyon. Mais cette prééminence n’était pas égale pour tous les types de négoce. Pour le commerce de l’épicerie, les marchands lyonnais favorisés par le régime douanier avaient dans toutes les villes du Bas-Dauphiné une abondante clientèle à laquelle ils fournissaient café, thé, citrons, oranges, poudres, savonnettes, etc. Avec Vienne, les liaisons étaient quotidiennes : « demain sans faute » écrivait l’épicier Jouglar à son fournisseur lyonnais. La possibilité qu’avaient les Dauphinois de s’approvisionner librement en Provence ou en Languedoc ne permettait cependant pas aux Lyonnais de contrôler la distribution dans toute la province, et tout le Haut-Dauphiné notamment leur échappait.

9Bien davantage que le commerce d’épicerie, c’est celui des étoffes fines, merceries, articles de mode, que contrôlaient véritablement les négociants lyonnais, au XVIIe comme au XVIIIe siècle. Au début du XVIIe siècle, c’est de Lyon que le lieutenant général de la province, Lesdiguières, faisait venir dentelles de Flandres et ratines de Beauvais. Au milieu du siècle, la société Perrin et Chabert (le grand fournisseur de l’aristocratie grenobloise) avait plus de 70 fournisseurs à Lyon, où ils allaient eux-mêmes régulièrement. Les archives des entreprises marchandes permettraient de multiplier les exemples. La majorité des dettes des négociants en textiles grenoblois étaient en faveur de confrères lyonnais. Au XVIIIe siècle, le développement de la route et des messageries royales permet aux marchands de mode de travailler en flux tendu. Dans la seconde moitié du siècle, Anne Durand faisait les deux tiers de ses achats à Lyon, où elle avait près d’une cinquantaine de fournisseurs. Toujours, les expéditions étaient faites en petite quantité (des factures d’une centaine de livres), mais régulièrement toutes les semaines, parfois deux fois par semaines, en fonction des jours et des horaires des messageries royales : « Je n’ay que cest deux pièces en fonds dans mon magasin. S’ils ne vous conviennent pas, renvoyé les moy de suitte. Je n’est pas trouvé votre échantillon. Ce sont des articles un peut rares. Je n’ay pas le temps d’anvoyer chez les demoiselles Bérard » lui écrivait ainsi le marchand lyonnais Martel. La situation n’était pas vraiment différente dans le reste de la province, que ce soit dans la vallée du Rhône ou le Haut-Dauphiné. « De Lyon viennent nos besoins de plaisir et de luxe, ce qui comprend les draps, soieries, les dorures, les argenteries, les bijoux » soulignait ainsi le subdélégué Delafond en 1784.

10Partout s’affirmait ainsi la prééminence de Lyon pour l’approvisionnement de la province en étoffes fines et articles de mercerie. Les particuliers eux-mêmes n’hésitaient pas, chaque fois qu’ils le pouvaient, à se fournir directement à Lyon. Pour des circonstances exceptionnelles, le déplacement à Lyon pouvait se justifier. À la veille de son mariage, le Crémolan Pierre-Philippe Candy s’y rendit pour y faire ses « emplettes qui tant en robe de soyes, indienne, mouchoirs et autres choses propres à ma femme m’ont coûté sept cent soixante deux livres, un sol, six deniers ». À défaut de se déplacer, d’autres envoyaient leurs mesures, et plus généralement avaient recours à un commerce de commission. Ces recours individuels aux entreprises lyonnaises étaient particulièrement fréquents pour les élites dauphinoises soucieuses de trouver des produits ou des services de qualité : ainsi pour des bouteilles en verre, les verreries dauphinoises ne produisant que du verre bleuâtre dans lequel « le vin ne se conserve pas bien » ; pour dégraisser ou teindre des étoffes (à la fin du XVIIIe siècle, des dégraisseurs lyonnais viennent s’établir quelques mois par an à Grenoble). De même, c’est auprès de pépiniéristes lyonnais que se fournissaient ordinairement les particuliers comme les collectivités dauphinoises, ainsi les villes de Grenoble et de Valence pour les allées publiques et les esplanades.

11Cette situation pouvait au demeurant mettre la province dans une réelle dépendance pour les denrées sensibles. En période de crise, les Dauphinois avaient ainsi le plus grand mal à faire venir des blés de Bourgogne. En 1789, Lyon établit sur eux un véritable embargo. Il en alla au demeurant de même pour ceux du bord de la province que les représentants de l’intendant allaient acheter « clandestinement… en détail et par petites parties » et faire embarquer de nuit à Saint-Fons, aux portes de Lyon mais en territoire dauphinois, « ce qui ne peut s’opérer sans précautions, sans inquiétude et sans perte de temps ». Ces mesures suscitèrent au demeurant de violentes protestations à Lyon et, sous la pression des autorités de la ville, le directeur général des finances engagea la Commission intermédiaire des États de Dauphiné à « ne pas trop appauvrir les pays dans lesquels la ville de Lyon peut trouver quelques ressources, et à se pourvoir à l’avenir à Marseille où il arrive journellement des grains ».

2. Le capital lyonnais et les entreprises dauphinoises

12Le capital lyonnais exerçait également une forte emprise sur l’industrie dauphinoise. Dès le milieu du XVIIe siècle, celle-ci s’étendait notamment sur la métallurgie provinciale. La société créée en 1657 entre les maîtres de forges du groupe de Rives et de Vienne était contrôlée par trois marchands lyonnais qui détenaient les deux tiers du capital initial. Si la Compagnie du Dauphiné formée en 1666 par Dalliez de la Tour à l’initiative de Colbert disposa d’une certaine autonomie par rapport à Lyon, celle-ci n’était que relative. Au début du XVIIIe siècle, les forges dauphinoises se trouvaient dans une situation semi-coloniale et devaient de se contenter de la fabrication d’aciers destinés à Thiers et à Saint-Etienne. « Les marchands de Lyon… tiraient tous les aciers du Dauphiné et, profitant du désordre, les revendaient autrement cher » écrivait l’intendant Fontanieu en 1730. Le ballon d’acier payé 23 livres aux fabricants de Rives était revendu immédiatement 27 à Saint-Etienne.

13C’est pour permettre aux entrepreneurs dauphinois d’échapper à cette tutelle que l’intendant encouragea en 1729 la création d’une compagnie regroupant les maîtres de forges du seuil de Rives pour contrôler la production de l’acier. Expression du dirigisme de l’intendant, cette compagnie fut violemment dénoncée par la Chambre de commerce de Lyon, qui mit en accusation un « traité odieux dans son principe » et se posa en défenseur de la liberté des maîtres de forges : « L’assujettissement, pour ne pas dire une espèce de tirannie où tomberont les pauvres ouvriers de Rives qui, ne pouvant travailler que pour les entrepreneurs, en seront bientôt maltraités, et ils ne pourront jamais proffiter d’aucunes circonstances favorables ». Ce à quoi l’intendant rétorquait : « On n’est point étonné de voir la ville de Lyon s’opposer à tous les établissements qui peuvent soutenir le commerce de Dauphiné. Cette ville jalouse s’est acquis par sa puissance une idée de supériorité sur tout ce qui l’environne, et ne peut souffrir l’indépendance que les provinces voisines cherchent à se procurer… Le Dauphiné sera-t-il toujours malheureux parce qu’il est son voisin ? » Bien qu’approuvée par arrêt du Conseil le 20 juin 1730, la société dauphinoise ne put résister longtemps à la pression lyonnaise. Dans les années qui suivirent, les marchands lyonnais continuèrent leur offensive au nom de la liberté du commerce, poussant les marchands de Rives « à réclamer contre le traité », puis faisant intervenir les Stéphanois et les couteliers de Thiers. Le 1er avril 1737, ils obtenaient gain de cause et la société était dissoute. La tentative d’autonomie provinciale, quoique soutenue par l’intendance, avait avorté devant la puissance financière du capital lyonnais.

14L’emprise financière n’était pas moindre dans le textile. Si les Lyonnais ne furent jamais très présents dans le secteur des toiles (hormis à Saint-Jean-de-Bournay), leur contrôle s’étendit très tôt sur les secteurs de la soie et de la laine. Ils drainaient ainsi la plus grande partie des soies grèges centralisées à Romans et à Montélimar, et contrôlaient financièrement la plus grande partie des entreprises de moulinage établies dans le faubourg de Pont-Évêque près de Vienne en 1687, à La Sône en 1705, à Romans, Montélimar et Saint-Vallier au milieu du XVIIIe siècle. Dans l’industrie drapière, l’offensive lyonnaise fut double. À Vienne, elle prit la forme d’un contrôle direct de la manufacture royale fondée en 1722, et dont les trois quarts de la production prenaient en 1788 la direction de la cité rhodanienne. Parallèlement, l’offensive visa les fabriques de la Valloire, du Diois et des Baronnies, que contrôlaient au début du XVIIIe siècle les marchands de Dieulefit, Crest et surtout Romans, où les étoffes recevaient leurs derniers apprêts. À partir de 1726, profitant de l’interruption des relations avec la Savoie et des difficultés financières qui en résultèrent pour les marchands dauphinois, les Lyonnais imposèrent la puissance de leur capital à la collecte des draps : « Toujours attentifs à usurper, ils se sont adressés directement aux fabricants ; profitant du moment d’impuissance de nos négociants, ils ont établi de nouvelles correspondances auxquelles la nécessité de vendre a engagé les fabricants de livrer » protestait à nouveau, mais en vain, l’intendant Fontanieu. Les marchands de Romans continuèrent, certes, à centraliser la production des centres secondaires, mais ils devaient souvent se contenter de n’être plus que des « grossiers en étoffes en blanc », tandis que tondeurs, friseurs et teinturiers, nombreux encore en 1730, étaient éliminés. Jadis maîtres du réseau de la commercialisation des laines, les marchands de Romans en étaient réduits à un simple rôle de relais dans un dispositif commercial commandé depuis Lyon.

15D’autres exemples pourraient être donnés. Lorsqu’à la fin du XVIIIe siècle le développement routier favorisa la multiplication des entreprises de roulage (à Grenoble, Valence, Montélimar, Bourgoin, Vienne, Gap, etc.), le capital lyonnais une nouvelle fois imposa sa puissance. À Vienne, « plusieurs particuliers ont voulu se livrer à ce commerce, mais n’ont jamais pu soutenir la concurrence de Lyon ». À Grenoble, ce n’est qu’en association avec des Lyonnais que les entreprises dauphinoises purent développer leur activité. Dans le secteur de la boucherie, lui aussi en expansion au XVIIIe siècle, les Lyonnais emportèrent les principaux marchés dans les villes du Bas-Dauphiné dès le milieu du siècle, à Grenoble en 1773 et jusqu’à la fin de l’Ancien Régime.

16Nul autre secteur cependant que la banque ne saurait mieux exprimer la puissance lyonnaise : « Je suis à votre service pour recevoir tout l’argent que vous voudrès faire passer à Lyon, le placer, en prendre des lettres ou vous en fournir pour votre compte » écrivait le banquier lyonnais Louis Mounier à son correspondant Pierre-Daniel Pinet en octobre 1775. On ne saurait dire autrement la diversité des services qu’offrait, de manière sinon exclusive, du moins hégémonique, la place lyonnaise aux particuliers comme aux entreprises du Dauphiné. En l’absence de véritable concurrence, la prééminence était telle au début du XVIIIe siècle que les particuliers acceptaient, parfois de mauvais gré, de placer des capitaux à des taux très peu avantageux. En 1713-1714, la société Chalut-La Mure ne donnait pas plus de 4 % à Champiney de Grenoble, et encore moins à une cliente de Die qui leur en faisait grief : « J’ay ressu, Messieurs, la lettre que vous aves pris la penne de m’écrire par laquelle ie vois que vous estes dans le desain de garder la somme que vous me deves pour deux années à un pour sans. Ie crois que ses bien peu. Dans le dessein ou ie suis de vous lesser ses arréages pour lontamps,… ie crois que vous me donneres quelque chose de plus. » Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, cette prééminence lyonnaise tint naturellement aux paiements en foires, aux jeux d’écriture, aux virements de partie et aux compensations de créances effectuées avec les autres places. Peu ou prou, tous les négociants étaient contraints d’y avoir recours pour avoir des papiers régulièrement sur Paris ou sur les autres places. En outre, convergeaient aussi régulièrement vers Lyon des expéditions d’espèces effectuées par des particuliers ou des négociants quand le papier manquait. Les articles de luxe coûtaient cher, et la balance de la monnaie était négative pour le Dauphiné. Une partie des expéditions se faisait également en raison du change avantageux qui résultait de l’importance d’un marché lié à la fabrication des dorures.

17Négoce, entreprises industrielles, banque, les Lyonnais étaient effectivement omniprésents dans l’économie dauphinoise. Faut-il en conclure pour autant, comme l’intendant Fontanieu, le malheur dauphinois ? Du moins convient-il de marquer les limites de cette dépendance, qui n’était ni exclusive ni universelle.

3. Les limites de l’emprise lyonnaise

18Dominante dans les circuits de distribution, Lyon n’était tout d’abord nullement un recours exclusif ou obligé. Depuis au moins la fin du XVIe siècle, les marchands dauphinois étaient parvenus à nouer des relations directes avec d’autres places de commerce, essentiellement dans le quart sud-est du royaume et les pays frontaliers (régulières ou en contrebande), mais aussi quelquefois à Paris et dans l’ouest de la France.

19À l’échelle nationale, Paris et Rouen gagnèrent régulièrement en importance au XVIIIe siècle, pour la librairie d’une part, pour les articles de mode surtout. Dès le milieu du XVIIe siècle, les grandes maisons grenobloises avaient des fournisseurs nombreux à Paris. La maison Perrin, un des principaux fournisseurs de l’aristocratie grenobloise, y avait un correspondant permanent qui fut notamment chargé en 1669 d’aller à Saint-Germain pour « remarquer de quelle façon seront les habits de la Cour ». Toutes les grandes maisons grenobloises faisaient de même au XVIIIe siècle pour suivre les dernières évolutions d’une mode qui se faisait d’abord à Paris. À la fin du XVIIIe siècle, la mode parisienne tendait à l’emporter sur celle de Lyon. Du moins était-ce devenu un argument de publicité. En 1786, la dame Bosquet, établie place Grenette à Grenoble, expliquait ainsi dans son annonce dans les Affiches du Dauphiné que ses gazes, tabliers, fichus, rubans venus de Paris étaient « dans le plus nouveau goût et d’une qualité bien supérieure à celle de Lyon, tant pour la beauté que pour l’économie ». Parallèlement, dans les mêmes Affiches, se multipliaient des annonces relatives à des fournisseurs parisiens en articles de mode, en produits paramédicaux ou en cosmétique. Le développement des communications avait favorisé la formation du marché national et, pour les consommateurs dauphinois, Paris n’était plus un monde lointain.

20À une échelle différente, le recours aux places commerciales régionales n’était pas marginal. S’il est difficile d’apprécier concrètement l’importance des foires de Beaucaire, beaucoup de négociants dauphinois les fréquentaient. Mais c’était davantage pour y vendre les toiles provinciales que pour y effectuer des achats, qui, le plus souvent, se faisaient en outre directement, voire au comptant, et ne donnaient lieu ni à une correspondance, ni à une facture. Leur importance, de même que celle des places provençales, ne paraît avoir véritablement compté que pour les poissons et les articles d’épicerie. Ce commerce était le plus souvent passif, et c’étaient les marchands provençaux qui venaient en Dauphiné vendre leur marchandise, parfois même « de maison en maison », ce qui suscitait à Grenoble des plaintes acerbes des droguistes, épiciers et confiseurs. À la fin du siècle, les autorités de la ville passèrent même un marché régulier avec des marchands d’Aix pour fournir la ville en marée fraîche.

21Les places étrangères comptaient sans doute davantage pour le commerce dauphinois. Toutes les familles marchandes du Haut-Dauphiné avaient au XVIIIe siècle des contacts étroits avec Turin et le Piémont, mais l’étude reste encore à faire. Les places suisses pour leur part jouèrent un rôle de plus en plus diversifié. Au XVIIe siècle, elles ne figuraient que comme des fournisseurs secondaires pour les drapiers et merciers grenoblois, loin derrière Lyon et même Paris. Seul le commerce du livre comptait véritablement avec Genève. Le rapport s’inversa au XVIIIe siècle. Tandis que le commerce du livre protestant s’étiolait, les cités suisses jouèrent un rôle nouveau dans le commerce de la mercerie et des toiles de coton, en contrebande d’abord, mais surtout après l’arrêt de 1759 qui assura la liberté d’importation de ces marchandises. Dès octobre de la même année, des marchands genevois constituaient une société avec neuf marchands de Pont-de-Beauvoisin, l’un des points d’entrée autorisés. Les marchands de mode grenoblois prirent l’habitude de s’adresser à Genève ou Neuchâtel. Les plus importants négociants établirent des relations avec les grandes maisons de Genève (Plantamour et Cie, Pourtalès), Zürich et Saint-Gall (Zollikofer, les frères Rietman).

22Le développement de ces relations avec la Suisse, comme également avec Rouen et Paris, porte témoignage d’une dilatation des zones d’achat des négociants dauphinois (et particulièrement grenoblois), qui cherchaient, chaque fois que cela leur était possible, à établir des liens commerciaux directs avec les zones de fabrication et à éviter les intermédiaires. En 1777, les Grenoblois Allemand et Bérard rompirent ainsi une association établie avec le Lyonnais Archinard pour la commercialisation des cotonnades : « Les sieurs Allemand et Bérard y perdaient considérablement. Ils virent qu’il leur était beaucoup plus avantageux de les tirer directement des fabriques d’Elbeuf, Sedan, Rouen, Amiens, etc. Ils ne crurent pas devoir faire à l’intérêt du sieur Archinard le sacrifice de leur propre fortune ». Cette diversification valait également pour le financement de l’activité industrielle dauphinoise et la commercialisation de sa production.

23Malgré la puissance des capitaux lyonnais et leur investissement dans plusieurs secteurs de l’industrie dauphinoise, celle-ci conserva en effet un large espace d’autonomie. D’une part, les négociants dauphinois conservèrent le contrôle de plusieurs secteurs de production : ainsi pour l’industrie toilière, notamment dans le Voironnais, qui n’échappa jamais au pouvoir d’un réseau de négociants grenoblois tous plus ou moins apparentés ou associés (les Carny, Réal, Dideron, Berlioz, Berthelon, etc.) et dominés finalement par les Perier. Dans l’industrie du gant, l’autonomie des négociants grenoblois finit également par l’emporter au cours du XVIIIe siècle. Déjà au milieu du siècle précédent, Nicolas expédiait directement à Paris chez Simon Rome et Pic. Mais la relation était d’abord fondée sur la communauté d’origine des uns et des autres, le village de La Grave dans le Haut-Dauphiné. Si les marchands lyonnais semblent encore avoir commercialisé une grande partie des gants dauphinois au début du XVIIIe siècle, d’autres avaient aussi à Paris des acheteurs réguliers (Adam, Pelletier, Batard) ou à défaut un dépôt ou « bureau particulier », « quand ils n’ont pas de marchands à qui ils envoyent en droiture leur marchandise après un marché fait. Ce bureau est régi par un concierge ou directeur, auquel les gantiers-parfumeurs s’adressent quand ils veulent acheter des gants, et c’est avec luy qu’on convient des prix ». Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, les marchands gantiers grenoblois avaient définitivement gagné leur indépendance. Au Lyonnais Carret qui lui demandait des gants pour vendre en Angleterre, Claude Bovier répondait affirmativement, mais sous la réserve importante de dissimuler leur origine pour ne pas enfreindre la garantie d’exclusivité qu’il avait donnée à ses acheteurs britanniques : « condition importante : je ne m’engage à vous les fournir que sous la condition que je ne mettrai point mon nom ou ma marque sur les paquets et qu’ils ne seront point connus pour être de ma fabrique, parce que je me suis engagé avec une maison de Londres de lui fournir tout ce que je ferois fabriquer de cette qualité, et qu’outre l’intérest de la vente, j’en ai un autre bien fort qui est que je serai païé d’une somme qui m’est due dans ce païs que sous la condition que je ne vendrai à qui que ce soit qu’à elle les gants extra fins ». Dans la dernière décennie de l’Ancien Régime, son successeur Gaspard Bovier avait pour sa part une clientèle totalement internationale, qui allait de Saint-Pétersbourg à Philadelphie et de Naples en Suède. Les deux tiers de sa production étaient expédiés hors de France (18 % pour l’Empire, 16 % pour l’Angleterre).

24Cet élargissement des espaces commerciaux valait pour beaucoup d’autres marchands dauphinois. Les entrepreneurs des manufactures de coton de Valence et de Crest commercialisaient leur production dans les provinces voisines de Provence et Languedoc, mais aussi en Bourgogne et en Normandie. Dans l’industrie de la soie, la situation des Dauphinois n’était pas faite que de dépendance à l’égard de la Manufacture lyonnaise. Depuis Gap, c’est en pleine indépendance que travaillait Pierre-Daniel Pinet. De même, les Lyonnais ne contrôlaient pas toute la draperie du groupe romanais et des Baronnies. Genève, avec laquelle de nombreux marchands étaient unis par des solidarités confessionnelles, resta tout au long du XVIIIe siècle un débouché pour les draps en blanc fabriqués à Dieulefit. Certains marchands de Romans qui ne se résignaient pas à n’être que des « grossiers en blanc » continuèrent aussi, malgré les difficultés rencontrées, à assurer directement la commercialisation d’une partie de la production des étoffes. On ajoutera enfin, pour en terminer avec les activités industrielles, que l’appel au capital lyonnais n’était pas toujours une nécessité impérieuse pour le développement des entreprises. D’abord, parce que pour certaines d’entre elles, au moins dans une phase initiale, le capital accumulé pouvait suffire. Il en alla ainsi dans tout le secteur des travaux publics, où les entreprises lyonnaises ne furent jamais présentes. De même, la manufacture de Claude Perier à Vizille reposa-t-elle lors de sa création en 1777 sur des fonds dauphinois, essentiellement grenoblois, mais aussi voironnais et gapençais. Les 500 000 livres du capital de la nouvelle société créée le 16 décembre 1783 avaient la même origine. À défaut, d’autres liens pouvaient être tissés avec des entrepreneurs provençaux ou des capitaux parisiens. Mais ce sont les capitaux suisses qui, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, concurrencèrent le plus fortement ceux de Lyon. Il en fut ainsi pour tout le secteur des toiles peintes, jusqu’aux portes mêmes de la cité rhodanienne avec Jacques Jaque à Vienne, Haas et Parbe à Saint-Symphorien d’Ozon, Landry à Villeurbanne, et surtout Pourtalès à Bourgoin. Plus loin, à Vizille, ce sont les Fazy qui apportèrent à l’entreprise de Perier leurs capitaux et leur compétence technique, assurant le véritable développement de l’entreprise.

25En fait, malgré la proximité de Lyon, le capitalisme dauphinois ne manquait pas de dynamisme, et l’activité économique provinciale n’était en aucune façon entièrement dépendante de sa puissante voisine. Bien au contraire, la proximité de Lyon constituait pour de nombreux entrepreneurs une occasion de profit ou de promotion. Si on se rappelle que Charles Carrière a dénombré à Marseille quatre-vingt-quatre négociants originaires du Dauphiné au XVIIIe siècle, on ne doutera pas qu’ils devaient être beaucoup plus nombreux encore à Lyon. Seul un inventaire biographique permettrait naturellement de répondre, mais le réseau constitué par le Gapençais Pierre-Daniel Pinet en donne une illustration. L’un de ses banquiers, Mounier, était son neveu ; un autre, Sainte-Guitte, était comme lui originaire de Veynes et le fils du juge du lieu qui avait émancipé Pinet de la tutelle paternelle. Ses liens étaient surtout particulièrement étroits avec la société Sain Costart, où il avait lui-même une place dominante. Le 26 septembre 1776, il y plaçait son fils cadet Antoine, engageait 20 000 livres dans la société (le quart du capital total) et promettait au nom de son fils de fournir au plus tard dans les six premiers mois de la société un compte fixe de 30 000 livres. Lorsque son troisième fils Daniel entra à son tour dans la société en 1783, elle prit le nom de Sain Costart et Pinet, puis Sain Costart et Pinet frères. Pierre-Daniel était alors le principal bailleur de fonds de cette entreprise, qui associait la banque au commerce de la soie. Les deux frères possédaient 13 des 21 parts d’un capital de 60 000 livres, non compris les 50 000 livres de compte avancées par leur père. En 1788, c’était son quatrième fils Jean qu’il établissait à Lyon en commanditant la fondation d’une manufacture de bas de soie au capital de 30 000 livres et de 20 000 livres de compte courant.

  • 7 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, Paris, Les Belles Lettres, 1970, p. 44.

26Si l’intendant Fontanieu, dans ses visées régulatrices, voyait en Lyon une menace constante pour la prospérité provinciale, la réalité était moins sombre. « Sans doute », écrivait Maurice Garden, « est-il possible de considérer dès le XVIIIe siècle une région Rhône-Alpes dont Lyon serait la capitale ? Mais alors c’est d’une capitale bien impotente qu’il s’agit7 ». De fait, au cours du XVIIIe siècle, le capitalisme dauphinois ne manqua pas de garder à son égard une autonomie notable, et de nombreux négociants dauphinois savaient au contraire tirer profit de la proximité de l’Amsterdam de la France pour y tisser des liens nombreux, donner de l’extension à leurs affaires et s’y établir quelquefois.

Notes

1 Bibliothèque nationale de France, Ms Fr 8473, fol. 74.

2 René Favier, « L’intendant Fontanieu et le problème du développement urbain en Dauphiné (1724-1730) », dans Villes et campagnes, XVe-XXe siècle, Lyon, PUL, 1977, p. 175-185.

3 Pour une mise en perspective plus large de ces questions, René Favier, Les villes du Dauphiné aux XVIIe et XVIIIe siècles, Grenoble, PUG, 1993. On renverra à cet ouvrage pour toutes les références nécessaires.

4 Nouvelle Histoire du Dauphiné. Une province face à sa mémoire, René Favier dir., Grenoble, Glénat, 2007, 256 p.

5 Richard Gascon, Grand commerce et vie urbaine à Lyon au XVIe siècle. Lyon et ses marchands (env. 1520 – env. 1580), Paris, EHESS, 1971, 2 vol.

6 René Favier, « Les Assemblées du Dauphiné après la suspension des États en 1628 », Cahiers d’Histoire, t. XXIV, 1979, p. 59-69.

7 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, Paris, Les Belles Lettres, 1970, p. 44.

© Presses universitaires de Lyon, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search