Version classiqueVersion mobile

Lyon vu/e d’ailleurs (1245-1800)

 | 
Jean-Louis Gaulin
, 
Susanne Rau

Commerce, formation et réseaux de compatriotes : la ville de Lyon vue par des marchands de l’Allemagne du Sud au xvie et au début du xviie siècle

Mark Häberlein
Traduction de Marc-Olivier Talabardon

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Korrespondenz der Augsburger Patrizierfamilie Endorfer 1620-1627. Briefe aus Italien und Frankreic (...)

1Dans une lettre datée du 6 octobre 1623, le marchand Daniel Herwart, établi à Lyon mais originaire de la ville impériale d’Augsbourg, informe Friedrich Endorfer père, patricien membre du conseil municipal de cette dernière, que son fils Friedrich est bien arrivé deux jours plus tôt, sain et sauf, en compagnie de Jeremias, le fils de Jeremias Österreicher. Il lui promet en outre de nourrir et d’habiller comme il convient le jeune Friedrich Endorfer ainsi que de le former dans son comptoir commercial, souhaitant que le jeune homme y fasse ainsi « un séjour rentable ». Enfin, Herwart remercie Endorfer du cadeau de celui-ci pour son épouse, et accuse réception de 100 ducats espagnols en liquide, soit 412,5 livres dont il crédite dès lors Endorfer1.

  • 2 Voir, pour plus de détails, l’introduction de Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds.

2Âgé de 19 ans, Friedrich Endorfer, que Daniel Herwart accueille ainsi chez lui en octobre 1623, a déjà suivi une formation de trois ans chez Stefano et Francesco Busdraghi à Lucques. Il restera à Lyon jusqu’en août 1627, soit près de quatre années. En 1626, son frère cadet Hans le rejoint et s’installe chez un autre marchand originaire de l’Allemagne du Sud, Hans Heinrich Grueber. Plus de cinquante lettres – la plupart rédigées par les frères eux-mêmes et quelques-unes par leurs patrons respectifs – documentent ces années de formation. Le fait que ces lettres existent encore est le fruit d’un étrange hasard. Friedrich Endorfer père, lequel occupait depuis 1611 à Augsbourg la charge de percepteur des impôts, détourna systématiquement de l’argent public, afin de financer le train de vie luxueux de sa famille, la dot de sa fille Regina et la formation de ses fils en Italie et en France. Lorsqu’en 1628 les autorités de la ville découvrirent ces détournements, elles confisquèrent, dans le but de mesurer l’ampleur de la fraude (soit près de 30 000 florins), tous les documents se trouvant dans le bureau d’Endorfer. C’est ainsi que de nombreux documents lui appartenant, dont la correspondance avec ses fils, prirent le chemin des Archives municipales2.

3Mais si les circonstances dans lesquelles ces lettres nous ont ainsi été transmises sont bien inhabituelles, leur sujet, quant à lui – à savoir la formation commerciale, à Lyon, des fils d’un patricien d’une ville impériale de l’Allemagne du Sud – ne l’est nullement. En effet, depuis la fin du XVe et le début du XVIe siècle, les relations commerciales entre les villes impériales de l’Allemagne du Sud et Lyon s’étaient considérablement intensifiées. De nombreux patriciens et marchands d’Augsbourg, de Nuremberg et d’Ulm avaient déjà envoyé leurs fils dans la métropole des bords de la Saône, afin que ceux-ci y apprennent le métier. Ce n’est qu’avec la guerre de Trente Ans, qui ravagea l’Allemagne du Sud vers 1630, que ces relations connurent un affaiblissement durable.

4Je me propose ici de décrire en trois étapes les activités et l’expérience des marchands originaires de l’Allemagne du Sud dans la ville de Lyon. En premier lieu, je donnerai un aperçu du développement de l’activité des sociétés commerciales de l’Allemagne du Sud dans cette ville, ainsi que de l’importance de cette dernière en tant que lieu de formation pour les fils de marchands au XVIe et au début du XVIIe siècle (2). Je décrirai ensuite, sur la base des lettres que Friedrich Endorfer fils a écrit depuis Lyon entre 1623 et 1627, l’expérience qu’il fit dans la famille de l’un des grands marchands allemands établis alors sur les bords de la Saône (3), ainsi que son intégration dans le réseau social de ses compatriotes (4).

2. La présence à Lyon de marchands originaires de l’Allemagne du Sud entre 1500 et 1630

  • 3 Marc Brésard, Les foires de Lyon aux XVe et XVIe siècles, Paris, Picard, 1914 ; Welthandelsbräuche (...)
  • 4 Wilhelm Köpf, Beiträge zur Geschichte der Messen von Lyon mit besonderer Berücksichtigung des Ante (...)
  • 5 Köpf, Beiträge, p. 87-88 ; Brésard, Les foires, p. 131-132 ; Pfeiffer, « Bemühungen », p. 410-411  (...)
  • 6 Köpf, Beiträge, p. 94-98, 101 ; Pfeiffer, « Bemühungen », p. 417-419.

5Ce sont principalement ses foires qui, dès la fin du XVe siècle, attirent vers Lyon un nombre sans cesse croissant de marchands de l’Allemagne du Sud. Systématiquement promues par les rois de France à partir de la seconde moitié du XVe siècle – jusqu’à surpasser, dès 1500, celles, pourtant si renommées, de Genève – les foires lyonnaises avaient lieu quatre fois par an : après l’Epiphanie, après Pâques, au mois d’août et après la Toussaint. Toutes les marchandises – à l’exception de la soie et des biens transportés par voie maritime – y étaient exemptes de droits de douane3. Des marchands venant des villes impériales d’Augsbourg, Nuremberg, Ulm, Memmingen et Strasbourg y vendaient surtout des textiles et de la quincaillerie, et y achetaient des tissus précieux, de la laine, des articles de cuir, ainsi que du safran et du pastel provenant du sud de la France, de l’Aragon ou de la Catalogne. Le commerce du safran et du pastel avait pour les marchands de l’Allemagne du Sud une importance toute particulière ; d’après Richard Gascon, le négoce du safran était même le seul domaine dans lequel les Allemands remettaient en question la suprématie commerciale sinon sans failles des Italiens sur les rives de la Saône4. Des privilèges octroyés aux marchands allemands par la couronne française – dont la première trace date de 1516, mais ils remontent vraisemblablement au XVe siècle – constituaient la base juridique de ce commerce. Ces privilèges garantissaient pour l’essentiel une exemption des produits des droits de douane pendant les 15 jours suivant la fin de chaque foire, une exemption du « droit de représailles » (responsabilité collective des marchands étrangers quant aux dettes contractées par un compatriote), ainsi que du « droit d’aubaine » (droit du roi de confisquer les biens d’un marchand étranger décédé en France5). Dans la mesure où ces privilèges devaient être confirmés par chaque nouveau roi, des envoyés plaidaient régulièrement la cause des villes de l’Allemagne du Sud auprès de la couronne française, afin d’obtenir un renouvellement de ceux-ci6.

  • 7 Mark Häberlein, « Handelsgesellschaften, Sozialbeziehungen und Kommunikationsnetze in Oberdeutschl (...)

6De grandes sociétés de commerce telles que Welser et Manlich d’Augsbourg ou Tucher et Imhoff de Nuremberg disposaient de comptoirs fixes dans les grands centres de négoce, les factoreries. Etablies dans des maisons achetées ou louées, celles-ci comprenaient les appartements des employés, ainsi que les bureaux et les entrepôts. Moyennant un salaire annuel fixe, le gérant ou facteur suivait les instructions de la direction de la firme, à laquelle il devait régulièrement soumettre un rapport d’activité. Il pouvait être associé à la firme, sans que ce fût une obligation. Dans les grands centres de négoce comme Lyon ou Anvers, le facteur pouvait compter sur le travail de toute une équipe de collaborateurs : comptables, secrétaires et commis7.

  • 8 Benedikt Greiff, « Tagebuch des Lucas Rem aus den Jahren 1494 – 1541. Ein Beitrag zur Handelsgesch (...)
  • 9 Studienbibliothek Dillingen, Welserfragmente 2, fol. 5b, 6a ; Mark Häberlein, « Die Welser-Vöhlin- (...)
  • 10 Karl ver Hees, « Oberdeutscher Handel nach Lyon am Anfang des 16. Jahrhunderts », Historisches Jah (...)
  • 11 Philippe Hamon, L’argent du roi. Les finances sous François Ier, Paris, Comité pour l’histoire éco (...)
  • 12 Cette étroite coopération fait actuellement l’objet d’une étude détaillée de Heinrich Lang (Bamber (...)

7La société Welser-Vöhlin, fondée en 1496 et dirigée par Anton Welser (d’Augsbourg) et son beau-frère Konrad Vöhlin (de Memmingen), était ainsi présente à Lyon avant 1500. Lorsqu’en 1498, après avoir suivi une formation à Venise, le jeune Lucas Rem, âgé de 17 ans, vint à Lyon, il y rencontra Narziss Lauginger, le facteur de Welser-Vöhlin, lequel l’engagea en tant que comptable et commis. Lors de ses voyages d’affaires ultérieurs – entre Augsbourg, la Suisse, le sud de la France et la Péninsule ibérique –, Rem passa régulièrement par Lyon, où Anton Welser fils, l’un des fils du directeur, était, en 1510, aux commandes du comptoir de la société Welser-Vöhlin8. En décembre 1514, le frère d’Anton fils, Hans Welser, et Narziss Lauginger présidaient aux destinées de la firme sur les bords de la Saône. De plus, les fils de plusieurs associés étaient employés dans la factorerie lyonnaise, dont les entrepôts abritaient alors du cuivre, de la dinanderie, de l’étain, des fourrures, de la cire, de l’huile et du pastel9. En 1515, parmi les marchands allemands, seuls les noms de Welser-Vöhlin et Leonhard Jungmann apparaissaient dans les registres des propriétés immobiliaires et des hypothèques de la ville de Lyon. Après la mort d’Anton Welser père en 1518, son fils et successeur Bartholomäus Welser poursuivit l’engagement de la société sur les bords de la Saône : lorsqu’en 1522/1523 les autorités lyonnaises imposèrent aux marchands étrangers une taxe douanière exceptionnelle, Bartholomäus Welser et sa société payèrent 36 livres tournois pour l’importation de 12 ballots de safran probablement acheté dans le sud de la France ou en Catalogne10. Sous la direction de Bartholomäus Welser, la société commerciale faisait également des affaires financières avec la couronne française : en 1521/1522, elle accorda ainsi, avec Claudio May de Berne et le Florentin Iacopo Salviati, un prêt de 40 000 livres à François Ier11. La filiale lyonnaise des Salviati et les Welser coopéraient d’ailleurs intensément depuis plusieurs décennies12.

  • 13 Hektor Ammann, « Oberdeutsche Kaufleute und die Anfänge der Reformation in Genf », Zeitschrift für (...)
  • 14 Westermann, « Zahlungseinstellung », p. 468, 471 ; Mark Häberlein, Brüder, Freunde und Betrüger. S (...)

8Entre-temps, de nouvelles sociétés commerciales originaires de l’Allemagne du Sud s’étaient établies sur les bords de la Saône. En 1515, Simon et Hans Manlich (d’Augsbourg) et Eberhard Zangmeister père (de Memmingen) obtinrent un saufconduit de la confédération suisse pour la route commerciale menant à Lyon. En 1522, Hans et Leonhard Zangmeister firent transporter de la futaine (un textile fait de lin et de coton) à Lyon où, sept ans plus tard, Hans Zangmeister était propriétaire d’une maison13. Vers le milieu du XVIe siècle, les Zangmeister achetaient à Lyon des fourrures et des épices. Lorsqu’en 1560 les frères Hans, Eberhard et Kaspar Zangmeister firent faillite, leurs entrepôts lyonnais abritaient de grandes quantités d’étoffes de lin et de coton en provenance de l’Allemagne du Sud, tandis que les entrepôts d’Augsbourg et de Memmingen abritaient des étoffes venant de Paris et de Carcassonne, du cuir venant du Puy, ainsi que de la soie et du fil provenant de Lyon. La firme avait alors des débiteurs à Lyon, Paris, Tours, Pontarlier, Orléans, Carcassonne et Albi14.

  • 15 Häberlein, Brüder, Freunde und Betrüger, p. 84-97 (voir notamment les sources et les indications b (...)

9À Augsbourg, la famille de marchands Weyer s’était quant à elle complètement spécialisée dans le commerce avec Lyon et la France. Depuis le milieu des années 1530, les Weyer représentaient à Lyon, en tant que commissionnaires, les intérêts de firmes augsbourgeoises comme celles des Fugger et des Baumgartner, dépourvues de comptoirs propres sur place. Ils recouvraient des créances, achetaient des marchandises, et réglaient aussi les problèmes financiers des étudiants allemands de Bourges. Mais les Weyer négociaient également pour leur propre compte : en 1552, ils achetèrent ainsi, pour 4 300 écus, cinq caisses de « vollons fins de gennes » chez un représentant de Giovanni Battista Grimaldi, et trois ans plus tard, c’est de la soie brute qu’ils vendirent à la firme augsbourgeoise de Hieronymus Kraffter. De plus, ils exportaient à Lyon de l’argent et du cuivre en provenance du Tyrol. Lorsqu’ils firent faillite en 1557, les frères Hans et David Weyer comptaient des clients et des partenaires à Villefranche, au Puy, à Valenc e, Crest, Avig non, Montp ell ier, C a r ca ssonne, Cordes, Tou louse et L i moges. Leurs relations avec les villes de Toulouse, Cordes et Saragosse, ainsi qu’avec les marchands d’épices lyonnais, indiquent que les Weyer étaient impliqués dans le commerce du safran. De même, leurs contacts avec les libraires lyonnais Macé Bonhomme et Louis Pesnot témoignent de leur implication dans le commerce de livres français. Enfin, en partenariat avec Stephan Loitz (de Stettin) et Georg Obrecht (de Strasbourg), les deux frères fondèrent en 1556 un consortium pour le commerce de céréales en provenance de France, lesquelles devaient être stockées à Lyon puis exportées à partir de Marseille15.

  • 16 Ammann, « Oberdeutsche Kaufleute », p. 171-185 ; Hermann Kellenbenz, « Nürnberger Safranhändler in (...)

10Parmi les firmes commerciales de Nuremberg actives à Lyon au XVIe siècle, celle des Tucher jouait un rôle particulièrement important. Hans (le neuvième du nom) Tucher était depuis 1479/1480 un habitué des foires lyonnaises, et la société qu’il dirigeait avec Anton (le deuxième du nom) Tucher y acheta, à la fin du XVe siècle, du safran. Dans les années 1520, le fils d’A nton Tucher Lienhard (le deuxième du nom) et son cousin Lorenz reprirent la direction de la société, et poursuivirent son implantation sur les bords de la Saône. Hieronymus (le quatrième du nom) Tucher, un fils de Lienhard, y représenta, entre 1517 et 1530, la firme familiale – comme en témoignent encore 46 lettres de celui-ci, adressées à son père et à son grand-père Anton. À Lyon, les Tucher achetaient surtout du safran, du pastel et des étoffes françaises, tandis qu’ils vendaient de la quincaillerie, des fourrures et de la cire en provenance de Nuremberg. Vers le milieu du XVIe siècle, six fils de Lienhard Tucher suivirent leur formation commerciale à Lyon, et deux d’entre eux, Christoph et Gabriel, visitèrent régulièrement, entre 1545 et 1551, les marchés de safran de la Catalogne et de l’Aragon. La présence de la société commerciale des Tucher à Lyon est avérée jusque dans les années 159016.

  • 17 Voir, pour chacun des cas : Häberlein, Brüder, Freunde und Betrüger, p. 84-85.
  • 18 Pfeiffer, « Privilegien », p. 158-159.
  • 19 Beer, « Verhältnis » ; Mathias Beer, « Migration, Kommunikation und Jugend. Studenten und Kaufmann (...)

11L’exemple de la famille Tucher est révélateur de l’importance de Lyon en tant que lieu de formation pour les fils de marchands de l’Allemagne du Sud. Longue est la liste des jeunes gens – notamment originaires d’Augsbourg – qui, depuis le début du XVIe siècle, avaient suivi une formation commerciale sur les bords de la Saône : ainsi en fut-il de Markus Pfister, entre 1509 et 1512, dont le père était un associé de la société Welser-Vöhlin. En 1539/1540, les Augsbourgeois Anton Hörmann, Christoph Ravensburger et Markus Rem – ce dernier chez le marchand Simon Nicolas – y commencèrent également leur apprentissage17. Lorsqu’en 1549 le roi Henri II assura de nouveau à la société Bartholomäus Welser la jouissance des privilèges accordés aux marchands allemands, il souligna non seulement l’importance croissante des relations commerciales de celle-ci avec la France et les prêts qu’elle avait consentis à la couronne, mais encore le fait que les Welser aient envoyé leurs fils en France pour qu’ils y fassent leur apprentissage18. La formation que les fils de patriciens et de marchands, après avoir fréquenté l’école de leur ville natale, donc âgés de 12 à 16 ans, commençaient ainsi à l’étranger, avait pour contenus essentiels la connaissance de la langue française, la maîtrise des techniques du négoce et de la comptabilité, ainsi que la culture de vertus sociales telles que le goût du labeur, l’autonomie et la capacité de jugement19.

  • 20 Richard Ehrenberg, Das Zeitalter der Fugger. Geldkapital und Creditverkehr im 16. Jahrhundert, Jen (...)

12Les marchands allemands déjà durablement établis à Lyon jouaient alors un rôle central, tant comme intermédiaires pour les firmes de l’Allemagne du Sud, que dans l’accueil des jeunes apprentis. Originaire de Nuremberg, Hans Kleeberger (Jean Cléberger) est à cet égard un exemple particulièrement marquant. Sa première épouse était l’une des filles de l’humaniste Willibald Pirckheimer, et sa présence à Lyon est avérée depuis le début des années 1520. En vertu de sa naturalisation, de l’achat de biens immobiliers, et de son second mariage avec la veuve d’un gros négociant français, Kleeberger s’intégra fort bien dans la société lyonnaise. Ainsi, c’est par son intermédiaire que des firmes de l’Allemagne du Sud accordèrent d’importants prêts à la couronne de France, et le soutien généreux qu’il apporta à l’aumône générale instituée en 1534 lui valut d’être surnommé « le bon allemand20 ».

  • 21 Voir l’analyse détaillée, les sources et les indications bibliographiques dans : Häberlein, Brüder (...)

13Après la mort de Kleeberger en 1546, plusieurs firmes de l’Allemagne du Sud poursuivirent cette politique d’émission d’emprunts au profit de la couronne française et accordèrent des prêts substantiels au roi Henri II, dans l’espoir de toucher des intérêts élevés. Au milieu des années 1550, Bartholomäus Welser et son beaufils Hans Paul Herwart, Sebastian Neidhart et son associé Hieronymus Sailer, les frères Hieronymus et David Zangmeister, Bernhard et Philipp Meuting, ainsi que Hans et David Weyer étaient les principaux créanciers originaires d’Augsbourg. Ces derniers prêtèrent aussi de grandes sommes d’argent au roi de France pour le compte de la société augsbourgeoise Haug-Langnauer-Linck. En 1557, la cessation des paiements de la part de la couronne provoqua ainsi la faillite des firmes Zangmeister, Meuting et Weyer21.

  • 22 Ehrenberg, Zeitalter der Fugger, t. 2, p. 105-107, 162, 164, 169 ; Gaston Zeller, « Deux capitalis (...)
  • 23 Pfeiffer, « Bemühungen », p. 420-421.

14Depuis 1555, les deux marchands-banquiers strasbourgeois Georg Obrecht et Israel Minckel jouaient un rôle central d’intermédiaires entre les consortiums de l’Allemagne du Sud et la couronne française, comparable à celui qu’avait joué Hans Kleeberger jusqu’à sa mort. Ce rôle de bailleurs de fonds auprès de la couronne leur valut notamment d’obtenir de celle-ci un monopole sur l’importation de l’alun, ainsi que la ferme de la gabelle du sel22. Entre 1560 et 1580, des firmes d’Augsbourg et de Nuremberg prêtèrent de nouveau à la couronne d’importantes sommes d’argent ; en 1579, celle-ci leur devait ainsi presque 2,9 millions de livres tournois23.

  • 24 Pfeiffer, « Bemühungen », p. 411 ; Heinrich Lutz, Conrad Peutinger. Beiträge zu einer politischen (...)
  • 25 Lutz, Peutinger, p. 287-288 ; Pfeiffer, « Bemühungen », p. 412-416 ; Pfeiffer, « Privilegien », p. (...)
  • 26 Häberlein, Brüder, Freunde und Betrüger, p. 129-130 ; Nicklas, « Bücher, Handel, Krieg », p. 372-3 (...)

15La cessation des paiements de la couronne en 1557, ainsi que la faillite de plusieurs firmes augsbourgeoises qu’elle causa, montrent clairement que le commerce avec Lyon, si lucratif qu’il pût être, n’était pas sans risques pour les marchands de l’Allemagne du Sud. Déjà dans la première moitié du XVIe siècle, les guerres entre la France et les Habsbourg troublèrent régulièrement ces relations commerciales. Ainsi, en 1519, la Ligue souabe essaya d’interdire aux marchands d’Augsbourg les opérations de change avec Lyon, sous peine de représailles contre biens et personnes. À partir de 1534, l’empereur Charles Quint tenta de détourner le commerce des marchands allemands vers la ville de Besançon, dont il promouvait les foires. En 1552, il fit également interdire les opérations de change avec Lyon, mesure qui pour l’essentiel resta toutefois lettre morte24. Mais la couronne française imposa aussi des limitations aux relations commerciales germano-lyonnaises. En 1527, le roi François Ier retira aux marchands de l’Allemagne du Sud le sauf-conduit dont ils bénéficiaient jusqu’alors, et fit emprisonner Hans Welser, parce que celui-ci avait transféré de Lyon vers Allemagne les opérations de change avec l’Espagne. En 1542, après la reprise de la guerre contre Charles Quint, François Ier exigea des marchands allemands l’accord d’un prêt obligatoire de 50 000 écus, et n’accorda plus de privilèges relatifs aux foires qu’aux seules firmes n’entretenant aucune relation commerciale avec les Habsbourg. En 1546, le roi exigea de nouveau un prêt élevé de la part des marchands de l’Allemagne du Sud25. Afin de poursuivre le mieux possible leurs affaires pendant ces temps de guerre, de nombreux négociants allemands, tels que Hans Kleeberger et Philipp Meuting, devinrent citoyens de villes suisses, profitant ainsi du statut de neutralité de la Confédération26.

  • 27 Gascon, Grand commerce, p. 477-535.
  • 28 Zeller, « Deux capitalistes », p. 11-12 ; Meylan, « Un financier », p. 214, 217 ; Pfeiffer, « Bemü (...)
  • 29 Gascon, Grand commerce, p. 359-60, 908-913.

16À partir de 1562, les guerres de religion en France troublèrent aussi sensiblement les relations commerciales avec Lyon27, d’autant plus que la grande majorité des familles de marchands originaires d’Augsbourg, de Nuremberg, d’Ulm et de Strasbourg était devenue protestante. Un grand nombre d’entre elles quittèrent ainsi les bords de la Saône. Georg Obrecht, par exemple, lequel avait mis de grosses sommes d’argent à la disposition des Huguenots et exercé la fonction de conseiller de ville, dut en 1568 s’enfuir à Genève, alors qu’à Lyon ses biens étaient confisqués. En outre, des difficultés conjoncturelles, telles que l’inflation, de nouvelles taxes douanières ou l’imposition de prêts obligatoires, pesaient également sur les relations commerciales franco-allemandes28. Parmi les 183 étrangers, la plupart banquiers ou marchands, qui, en 1571, étaient durablement établis à Lyon et y payaient des impôts, se trouvaient seulement 22 ressortissants de la « nation » allemande, contre 154 Italiens, ainsi les Welser d’Augsbourg et les Tucher ou les Imhoff de Nuremberg29.

  • 30 Karl ver Hees, « Die oberdeutschen Kaufleute in Lyon im letzten Viertel des 16. Jahrhunderts », Vi (...)
  • 31 Pfeiffer, « Privilegien », p. 176, 189-190 ; Gascon, Grand commerce, p. 913, 916-917 ; Pfeiffer, « (...)
  • 32 Ver Hees, « Kaufleute », p. 239 ; Pfeiffer, « Privilegien », p. 152-154, 166-167, 171, 174 ; Pfeif (...)

17Bien que pendant les guerres de religion Lyon perdît à leurs yeux de son importance en tant que carrefour commercial, nombreux restèrent toutefois les marchands de l’Allemagne du Sud qui, à la fin du XVIe et au début du XVIIe siècle, continuaient à fréquenter ses foires. Etabli en 1579 par le consulat de la ville, un registre des visiteurs allemands des foires jouissant des privilèges accordés par le roi fait état de 73 personnes et firmes, dont 35 d’Augsbourg, 24 de Nuremberg, six d’Ulm, six de Strasbourg, une de Cologne et une de Constance30. Même dans ces temps difficiles, un petit groupe de marchands allemands durablement établis à Lyon continuait à jouer un rôle d’intermédiaire et d’accueil pour leurs compatriotes. Oswald Seng, travaillant dans les années 1570 pour la société commerciale augsbourgeoise de Melchior Manlich, Matthäus Spon, originaire d’Ulm, ainsi que l’Augsbourgeois Hans Grueber avaient reçu, dans le dernier tiers du XVIe siècle, les pleins pouvoirs de nombreuses firmes de l’Allemagne du Sud, dont ils défendaient ainsi les intérêts auprès de la couronne française31. Parmi les marchands de Nuremberg, Hans Bosch et ses héritiers, ainsi que leurs partenaires Förenberger, jouèrent un rôle central pendant plusieurs générations. Ils exportaient vers l’Allemagne de la soierie lyonnaise, exerçaient la fonction de bailleurs de fonds auprès de la couronne de France, et possédaient aussi une filiale à Paris. Entre 1621 et 1624, la firme commerciale « Hans Bosch (✝) héritiers, Hans Förenberger & Dietrich Sembler » faisait état, auprès de la banque de changes et de dépôts de la ville de Nuremberg (Banco publico), d’un chiffre d’affaires se situant entre 123 000 et 160 000 florins32.

  • 33 Hans Herwarth von Bittenfeld, « Die Brüder Bartholomäus und Johann Heinrich Herwarth » Zeitschrift (...)

18C’est vers la fin du XVIe siècle que Daniel Herwart (1574-1630), le futur patron de Friedrich Endorfer fils, s’installa à Lyon. Herwart était le fils d’un patricien protestant d’Augsbourg, certes considéré mais pas particulièrement aisé ; c’est probablement lors de ses années de formation qu’il avait découvert l’activité commerciale de la ville de Lyon. En 1599 – soit un an après l’édit de Nantes, lequel reconnaissait les droits des protestants en France –, Herwart épousa l’une des filles du marchand Hans Erndlin, de Rottweil. Les registres fiscaux d’Augsbourg révèlent qu’il resta citoyen de la ville jusque dans les années 1620. Ce n’est qu’après la mort de sa première épouse et son second mariage, en 1622, avec une femme issue de la famille Sève de Genève, que sa relation avec son pays natal semble peu à peu décroître. Dans les années 1620, Herwart fut probablement le marchand allemand le plus important sur les bords de la Saône ; après 1630, ses fils Bartholomäus (Barthélemy) et Hans Heinrich étendirent encore la sphère d’activités de la firme. Ces derniers furent les bailleurs de fonds du chef de mercenaires Bernhard von Sachsen-Weimar, et ils accordèrent des prêts importants à la couronne de France. Barthélemy Herwart était le principal banquier du cardinal Mazarin et exerça, entre 1657 et 1666, la fonction de contrôleur général des finances33.

  • 34 Dulong, Mazarin, p. 150.

19Alors que la carrière publique des Herwart a déjà fait l’objet d’études détaillées, on ne sait presque rien de leur ascension économique à Lyon. Selon Claude Dulong, le meilleur spécialiste en la matière, « nous ne savons rien de la carrière de Barthélemy et de Jean-Henry Herwart, jusqu’à l’année 1632, en laquelle leur présence est signalée à Francfort-sur-le-Main34 ». De ce point de vue, le simple fait que Friedrich Endorfer fils passa quatre années dans la maison de Daniel Herwart constitue pour l’historien une double aubaine : les lettres d’Endorfer ne livrent pas seulement des informations sur l’expérience et le contexte social d’un marchand allemand établi à Lyon,– elles mettent aussi en lumière la vie privée et les affaires de Herwart dans les années 1620.

3. Friedrich Endorfer fils chez Daniel Herwart

  • 35 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettres nos 19 (Lyon, 17 décembre 1623), 50 (Ly (...)
  • 36 Schwanke, « Briefe aus Lucca und Lyon », p. 268-269.

20Lorsqu’en 1623 Friedrich Endorfer, alors âgé de 19 ans, arriva chez Daniel Herwart, celui-ci vivait à Lyon depuis déjà près d’un quart de siècle. Sa fille Helena était en âge de se marier ; ses fils Bartholomäus et Hans Heinrich avaient respectivement 16 et 14 ans. Dans son comptoir, Herwart employait deux compatriotes : le comptable Paulus Schmid et le commis Mathäus Haid, originaire de Francfort-sur-le-Main. À la différence des autres membres de la famille et du comptoir, la seconde épouse de Daniel Herwart ne parlait pas l’allemand mais exclusivement le français. Le fait que celle-ci mît deux enfants au monde pendant le séjour d’Endorfer indique qu’elle était sensiblement plus jeune que son époux, probablement à peine plus âgée que les premiers enfants de ce dernier35. Les lettres d’Endorfer révèlent d’ailleurs que cette situation était une source de conflits. L’acheminement, entre Lyon et Augsbourg, des envois de tous genres (correspondance, argent, marchandises) était assuré par l’« Ordinari-Post » jouissant d’un privilège impérial, par les messagers de Saint-Gall, ainsi que par des firmes augsbourgeoises. Souvent, Friedrich Endorfer père envoyait de l’argent à ses fils par l’intermédiaire soit de la firme « Christoph Stenglin & fils », soit de la veuve Anna Regina Völter, l’une des sœurs de Daniel Herwart36.

  • 37 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettres nos 17 (Lyon, 5 novembre 1623), 18 (Lyo (...)
  • 38 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettres nos 24 (Lyon, 6 octobre 1624), 26 (Lyon (...)
  • 39 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettre no 29 (Lyon, 21 septembre 1625).

21Le commerce du safran constituait la branche la plus importante du négoce allemand à Lyon. La correspondance d’Endorfer montre qu’il s’agissait là aussi de l’activité principale de Daniel Herwart. Dans ses lettres de la fin de l’année 1623, Friedrich Endorfer rapporte ainsi que Herwart avait fait livrer à ses partenaires de Nuremberg, Tucher et Gammersfelder, de grandes quantités de safran provenant de La Rochefoucauld. En outre, des livraisons plus importantes, en provenance de la Provence, de l’Auvergne, du Quercy et de l’Albigeois, devaient encore avoir lieu37. Bien que durant l’automne 1624 une récolte diminuée de moitié par rapport à l’année précédente fût attendue, de grandes quantités de safran remplirent toutefois à Noël les entrepôts de Herwart et durent être livrées sans délai38. En 1625, malgré un été sec, on s’attendait à une récolte meilleure et à des cours plus avantageux qu’en 1624. Mais dans des lettres envoyées depuis La Rochefoucauld aux marchands de safran lyonnais, il est question d’une sécheresse vraiment extrême, et les correspondants de Herwart à Saragosse et à Madrid ne voyaient pas seulement un problème dans le manque d’eau, mais aussi dans les tensions politiques entre la France et l’Espagne, et ne savaient s’il fallait faire transiter le safran espagnol par Gênes ou par la France. De plus, le safran se vendait mal sur le marché de Nuremberg39.

  • 40 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettres nos 30 (Lyon, 30 novembre 1625), 54 (Ly (...)
  • 41 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettres nos 17 (Lyon, 5 novembre 1623), 30 (Lyo (...)
  • 42 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettre no 48 (Lyon, 29 novembre 1626).

22Les foires et la saison du commerce du safran constituaient les moments forts de l’activité du comptoir, et les apprentis eux-mêmes devaient alors redoubler de travail : dans ses lettres, Friedrich Endorfer se plaint à plusieurs reprises du fait qu’il devait rédiger des factures et des missives jusque tard dans la nuit40. Mais même en dehors de ces moments forts, le fils de patricien était très impliqué dans l’ensemble des activités du comptoir : il se vit ainsi confier la caisse peu après son arrivée à Lyon, et dut remplacer le comptable Paul Schmid, lorsque celui-ci fut malade41. Dans une lettre de novembre 1626, Endorfer rapporte que Herwart venait de lui confier « l’achat et la vente de nombreuses marchandises42 ».

  • 43 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettres nos 18 (Lyon, 19 novembre 1623), 19 (Ly (...)
  • 44 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettre no 30 (Lyon, 30 novembre 1625). Peter Ju (...)
  • 45 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettre no 54 (Lyon, 4 avril 1627).

23Mais si le négoce de Herwart était bien centré sur l’exportation traditionnelle de safran espagnol et français vers l’Allemagne, en particulier vers Nuremberg, les lettres de son apprenti révèlent qu’il s’efforçait aussi d’étendre son champ d’activités. En novembre 1623, Endorfer fils rapporte ainsi que des marchands arméniens, venus à Lyon par la ville portuaire de Toulon, avaient entreposé de grandes quantités de soie et de rhubarbe (importée d’Asie et très prisée comme plante médicinale au XVIIe siècle) chez Herwart, dans le but de les vendre par le biais du comptoir de celui-ci. Les Arméniens ne parlaient pas un mot de français mais disposaient d’un interprète anglais43. Deux années plus tard, Daniel Herwart participait luimême au négoce méditerranéen : à la fin de 1625, il envoya, pour le compte du marchand hambourgeois Peter Juncker, du pastel pour une valeur de 11 000 écus à Marseille, lequel devait être ensuite exporté par voie maritime vers l’Orient44. Au printemps 1627, Endorfer rapporte qu’il devait rédiger un grand nombre de lettres à l’adresse des nombreux « amis » d’affaires (amici) que Herwart avait à Venise, et dont il était le commissionnaire à Lyon pour la vente de camelot en provenance du Levant. D’après Endorfer, les activités commerciales de son patron croissaient « de jour en jour45 ».

  • 46 Johann Michael von Welser, Die Welser, Nuremberg, Selbstverlag der Welserischen Familienstiftung, (...)
  • 47 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettres nos 31 (Lyon, 28 décembre 1625), 50 (Ly (...)
  • 48 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettres nos 57 (Lyon, 16 mai 1627), 61 (Lyon, 2 (...)
  • 49 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettres nos 61 (Lyon, 27 juin 1627), 68 (Lyon, (...)

24En raison de son excellente réputation à Lyon, ainsi que de ses relations étroites avec Augsbourg et Nuremberg, Daniel Herwart était manifestement très sollicité, en tant que patron et employeur, par les patriciens et marchands de l’Allemagne du Sud soucieux de placer leurs fils. En 1622, le patricien augsbourgeois Hans Welser (1594-1633) avait déjà servi chez Herwart46, et Friedrich Endorfer commença sa formation chez ce dernier en compagnie de Jeremias Österreicher, le fils du marchand augsbourgeois du même nom. Lorsqu’en décembre 1625, Friedrich demanda à Herwart s’il pouvait accueillir aussi son frère Hans comme apprenti, celui-ci refusa, parce qu’il avait déjà promis au négociant en gros Mang Dilherr, de Nuremberg, d’accueillir son fils. Même le marchand augsbourgeois Jeremias Jakob Stenglin, pourtant l’un des partenaires principaux de Herwart, vit sa demande repoussée47. En 1627, le fils de Dilherr ainsi qu’Anton Manlich, le fils d’un marchand d’Augsbourg, commencèrent leur formation chez Herwart ; Manlich épousera plus tard l’une des filles de ce dernier48. D’après Endorfer, Herwart devait tenir compte de l’importance de ses partenaires commerciaux dans le choix de ses apprentis, même s’il s’agissait avant tout pour lui d’embaucher des jeunes gens travailleurs, qui de plus le payaient pour être logés et nourris49.

  • 50 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettres nos 19 (Lyon, 17 décembre 1623), 31 (Ly (...)
  • 51 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettre no 26 (Lyon, 29 décembre 1624).
  • 52 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettres nos 32 (Lyon, 5 avril 1626), 39 (Paris, (...)
  • 53 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettres nos 41 (Lyon, 23 août 1626), 43 (Lyon, (...)

25Parmi les membres de la famille Herwart, c’est d’abord la fille Helena qui attira l’attention du jeune Friedrich. En décembre 1623, il la décrit comme « belle, vertueuse et femme d’intérieur », et il gagna rapidement sa confiance. Ce n’est d’ailleurs pas sans regret qu’il rapporte que le mariage de celle-ci avec Hans Caspar Zollikhofer, de Saint-Gall (dont le frère était marié avec la sœur d’Helena), était déjà arrangé50. Dans des lettres ultérieures, il est également question des fils de Herwart, Bartholomäus et Hans Heinrich. Le jugement d’Endorfer est alors bien plus négatif. En décembre 1624, il affirme que ces derniers – alors âgés de 17 et 15 ans – n’étaient bons qu’aux tâches de copiste et qu’ils passaient sinon la plupart de la journée bien au chaud dans la cuisine51. Durant l’été 1626, Friedrich entreprit un voyage à travers la France et l’Angleterre en compagnie de Bartholomäus Herwart et de trois nobles de Silésie52. À son retour, alors que le mariage d’Helena avait entre temps eu lieu, Endorfer rapporte que beaucoup de choses avaient changé dans la famille Herwart. Selon lui, les deux fils, surtout Hans Heinrich, se comportaient de manière « incorrecte », menant les domestiques à la baguette, jouant de mauvais tours aux apprentis et se moquant de leur belle-mère. De plus, la relation entre Helena, fraîchement mariée, et cette dernière était elle aussi de plus en plus conflictuelle. Pourtant, toujours à en croire le jeune Endorfer, Daniel Herwart, au lieu de rétablir l’ordre dans sa famille, se comportait lui-même de manière « étrange » et « revêche ». Friedrich dit même craindre que Hans Heinrich ne devînt « un vrai diable » si son père continuait ainsi à le laisser faire ce qu’il voulait53.

  • 54 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettre no 50 (Lyon, 27 décembre 1626).
  • 55 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettres nos 57 (Lyon, 16 mai 1627), 58 (Lyon, 3 (...)
  • 56 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettre no 60 (Lyon, 13 juin 1627).

26De plus, dans une lettre de décembre 1626, Endorfer rapporte que de nombreuses personnes s’étonnaient du fait que son patron n’envoyât pas ses fils en Allemagne, afin d’y approfondir leur connaissance de la langue et d’y découvrir les pratiques commerciales allemandes54. Certes, l’année suivante, Herwart essaya bien d’envoyer son fils Hans Heinrich à Augsbourg, mais il fut difficile de lui trouver un patron55. Durant l’été 1627, l’arrivée de l’un des fils du beau-frère genevois de Daniel Herwart, Sève, donna lieu à de nouveaux conflits : Bartholomäus et Hans Heinrich soupçonnèrent en effet leur belle-mère d’avoir fait venir celui-ci afin qu’il lui traduisît toutes les conversations tenues à la maison en langue allemande56.

  • 57 Concernant cet idéal patriarcal, voir : Stephen Ozment, When Fathers Ruled : Family Life in Reform (...)

27Les observations détaillées de Friedrich Endorfer relatives aux relations et conflits entre les membres de la famille Herwart sont doublement révélatrices. D’une part, elles décrivent une situation familiale fort problématique : deux fils en passe de devenir adultes vivant sous le même toit que leur jeune belle-mère et ses deux petits enfants, ainsi que leur sœur mariée, constellation difficile encore compliquée par les différences culturelles entre la belle-mère et les enfants de son époux. D’autre part, les commentaires d’Endorfer reflètent aussi son propre idéal d’un ordre familial patriarcal, dans lequel le père, en tant que chef de famille, garantit la paix et le respect mutuel. De manière générale, les lettres que les fils de patriciens et de marchands écrivaient ainsi à leurs pères depuis l’étranger témoignent combien ceux-ci incarnaient à leurs yeux les valeurs d’autorité et de respect : un père laissant à ses fils trop de liberté et ne leur inculquant pas le sens de l’ordre et du respect contredisait manifestement l’idéal patriarcal des élites urbaines de l’Empire à cette époque57.

4. Le réseau lyonnais des Allemands du Sud

  • 58 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettres nos 28 (Lyon, 24 août 1625), 30 (Lyon, (...)
  • 59 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettres nos 25 (Lyon, 15 décembre 1624), 26 (Ly (...)
  • 60 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettres nos 19 (Lyon, 17 décembre 1623), 29 (Ly (...)
  • 61 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettres nos 60 (Lyon, 13 juin 1627), 61 (Lyon, (...)
  • 62 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettre no 48 (Lyon, 29 novembre 1626).
  • 63 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettres nos 64-65 (Lyon, 25 juillet 1627).

28La correspondance de Friedrich Endorfer fils montre que celui-ci fréquentait avant tout des compatriotes, même en dehors de la famille des Herwart. Dans ses lettres, il mentionne souvent des marchands allemands établis sur les bords de la Saône, avec lesquels il entretenait des contacts réguliers – ainsi Hans Heinrich Grueber, le patron de son frère Hans, et sa famille, Hieronymus Fischer58, Hans Erndlin, le beau-frère de Herwart59, Hans Martin Hertner, le représentant de la société Imhoff de Nuremberg60, ainsi que l’Augsbourgeois Caspar Hieber61. Il y est aussi souvent question de marchands, voyageurs et étudiants venant d’Augsbourg ou de Nuremberg, de passage ou séjournant à Lyon. Lorsqu’à la fin de l’année 1626 Christoph Zobel, le fils d’un marchand d’Augsbourg, arrive à Lyon après un voyage en Angleterre et en Hollande et y cherche un emploi, Friedrich Endorfer l’invita à l’auberge en compagnie de trois autres Allemands62. De même, durant l’été 1627, Caspar Hieber invita les deux frères Endorfer ainsi que plusieurs autres Allemands du Sud à une fête, pendant laquelle les Allemands, s’ils burent bien du vin français, restèrent manifestement entre eux63.

  • 64 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettre no 24 (Lyon, 6 octobre 1624).
  • 65 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettres nos 48 (Lyon, 29 novembre 1626), 54 (Ly (...)
  • 66 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettres nos 30 (Lyon, 30 novembre 1625), 31 (Ly (...)
  • 67 Voir : Schwanke, « Briefe aus Lucca und Lyon », p. 263-267.

29L’expérience lyonnaise d’autres fils de patriciens et de marchands allemands occupe une place importante dans la correspondance d’Endorfer. Il raconte par exemple à son père que le « jeune Böcklin », fils d’un marchand d’Augsbourg, fut grièvement blessé lors d’une altercation nocturne avec des soldats64 ; que l’étudiant Wolfgang Leonhard Welser, sur la route le menant de Genève à Paris, souffrait manifestement de mélancolie65 ; ou encore que le fils du marchand augsbourgeois Andreas Scheler lui avait demandé de l’argent et en avait même volé dans la caisse de son patron, afin de pouvoir payer ses dettes. Plutôt que de lui prêter de l’argent, Endorfer informa d’ailleurs son patron Hieronymus Fischer, ce qui lui valut « l’inimitié » de Scheler66. Ces exemples montrent que la correspondance entre fils et pères était aussi un moyen efficace de contrôle social. Les apprentis allemands séjournant dans des villes telles que Lyon se mouvaient en effet à l’intérieur d’un peer group de compatriotes et de collègues du même âge, à la fois réseau de contacts, d’entraide et de surveillance réciproque, le moindre faux-pas pouvant toujours être rapporté à la maison. Même s’ils vivaient à Lyon pendant des années, les fils de patriciens et marchands de l’Allemagne du Sud restaient donc pour l’essentiel cantonnés dans le monde familier de leurs compatriotes67.

  • 68 Voir l’étude détaillée : Häberlein, Brüder, Freunde und Betrüger.
  • 69 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettre no 58 (Lyon, 30 mai 1627).

30Une lettre d’Endorfer écrite durant l’été 1627 révèle combien la solidarité des compatriotes et en particulier de la famille était considérée comme une véritable obligation morale – en des temps où l’organisation du grand commerce dépendait essentiellement des relations personnelles68. La sœur de Daniel Herwart, Anna Regina Völter, et son cousin Hans Heinrich Welser pressaient alors Herwart d’accueillir chez lui, à Lyon, son neveu Emanuel Völter ; mais malgré leur insistance, Herwart hésitait, faisant valoir qu’il avait déjà eu beaucoup de peine avec le frère aîné de celui-ci. Selon Endorfer, cela montre que Herwart se souciait peu de ses parents augsbourgeois. Il ne se serait d’ailleurs en rien occupé de son neveu Andreas Welser, à tel point que ses tuteurs durent, par l’intermédiaire du marchand Andreas Scheler, « recommander » celui-ci au marchand lyonnais Hieronymus Fischer, lequel lui trouva finalement une place d’apprentissage à Montpellier69.

  • 70 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettre no 18 (Lyon, 19 novembre 1623).
  • 71 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettre no 50 (Lyon, 27 décembre 1626) ; Schwank (...)
  • 72 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettres nos 63 (Lyon, 11 juillet 1627), 64 (Lyo (...)
  • 73 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettre no 18 (Lyon, 19 novembre 1623).
  • 74 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettres nos 52 (Lyon, 7 mars 1627), 54 (Lyon, 4 (...)
  • 75 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettres nos 18 (Lyon, 19 novembre 1623), 19 (Ly (...)

31En comparaison avec son intégration au sein du réseau des Allemands du Sud, rares étaient les contacts de Friedrich Endorfer avec les ressortissants d’autres nationalités. Ainsi, indépendamment de l’épouse de Herwart, il semble que son entourage proprement français, du moins dans les premiers temps de son séjour à Lyon, se soit limité à son seul professeur de langue70. Lorsqu’à la suite de chutes de neige inhabituellement fortes, de jeunes Suisses et Allemands se mirent à faire de la luge, les autochtones trouvèrent cela tout d’abord « bizaroïde », mais, toujours selon Endorfer, les fils du gouverneur se joignirent finalement à eux avec enthousiasme – ce qui constitue un exemple rare au XVIIe siècle de transfert culturel de l’Allemagne vers la France71. Le fait qu’il devint parrain du fils d’un conseiller nommé Silvecane en juillet 1627 indique qu’Endorfer entretenait aussi une relation étroite avec une famille autochtone72. Mais il semble que ses contacts avec la communauté italienne de Lucques aient été plus nombreux : Endorfer, qui venait de passer trois années à Lucques, avait à Lyon la possibilité de converser avec de nombreux Italiens et d’entretenir par là-même sa connaissance de la langue italienne73. Il mentionne ainsi ses contacts avec des ressortissants de la communauté de Lucques présente à Lyon, tels que les Cittadella, Giusti, Burlamachi, Bonvisi et Balbani74 ; de plus, Endorfer continuait de correspondre avec ses anciens patrons Francesco et Stefano Busdraghi, ainsi qu’avec leur commis Bernardo Alessi. Enfin, lorsqu’il quitta Lyon pour retourner à Augsbourg en 1627, il passa par Lucques75.

  • 76 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettre no 52 (Lyon, 7 mars 1627).
  • 77 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettre no 58 (Lyon, 30 mai 1627).
  • 78 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettre no 63 (Lyon, 11 juillet 1627).
  • 79 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettre no 64 (Lyon, 25 juillet 1627).

32Certes, Friedrich Endorfer soulignait souvent ses progrès en matière de langue et utilisait dans ses lettres de nombreux mots et expressions français. Mais rien n’indique qu’il se soit vraiment plongé dans la vie culturelle française. Jamais il ne décrit la ville ou la vie urbaine de Lyon. Les mascarades du carnaval ne sont que brièvement évoquées76. Ses récits – brefs – ne concernent que quelques événements spectaculaires, tels que l’entrée dans l’ordre des Jésuites d’un jeune Zurichois riche et calviniste77, ou bien l’exécution des membres d’une bande ayant pillé plusieurs maisons et extorqué des céréales à Saint-Etienne78. Des crimes spectaculaires et les intrigues des Jésuites étaient les thèmes récurrents des nombreux tracts alors en circulation dans l’Allemagne, et Friedrich Endorfer en tirait principalement des leçons morales. Ainsi en est-il d’un événement de juillet 1627 : dans une lettre, Endorfer raconte qu’un jeune Hollandais, arrivé de Paris cinq semaines plus tôt, avait été pendu la veille sur le pont de la Saône puis brûlé, parce qu’il y avait détruit un crucifix en pierre. Et quoiqu’il fût malade mental, à ce que l’on disait, on voulut faire ainsi un exemple, car il était avant tout un Calviniste. Toujours d’après Endorfer, bien que la famille de la victime vécût à Cologne, les Allemands de Lyon se seraient bien gardé d’intervenir en sa faveur, de peur de susciter la colère du « bas peuple ». Pour Endorfer, la « populace » de Lyon est « méchante », « très soupçonneuse » et si hostile à l’égard des Calvinistes, que les Protestants allemands craignaient d’être accusés d’avoir fomenté ce délit79.

  • 80 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettres nos 21 (Lyon, 2 juin 1624), 68 (Lyon, 2 (...)
  • 81 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettre no 70 (Lyon, 5 septembre 1627).
  • 82 Voir : Valentin Groebner, « Die Kleider des Körpers des Kaufmanns. Zum ‘Trachtenbuch’ eines Augsbu (...)

33Dans un domaine toutefois, Endorfer montrait un certain intérêt pour la culture française : à plusieurs reprises, il se justifie dans ses lettres de s’être livré à d’importantes dépenses en matière d’habillement – ainsi, durant l’été 1627, juste avant de quitter Lyon, il dépense plusieurs milliers de livres pour se constituer une « réserve » de vêtements d’été, d’hiver et de voyage80. Après son départ, Daniel Herwart envoya la facture à son père, non sans regretter que Friedrich se fût ainsi livré à des dépenses si exorbitantes81. Ce « luxe vestimentaire » est triplement révélateur. Il montre d’abord que l’économie et la modestie qu’Endorfer affirmait souvent pratiquer ne reflétaient pas tellement son style de vie réel, mais bien plutôt son souci de témoigner de sa conformité à l’idéal de l’époque en matière d’éducation. Ce luxe confirme ensuite l’importance, avérée par d’autres sources de la même époque, de la tenue vestimentaire en tant que symbole de statut social et moyen de self-fashioning parmi les élites des villes impériales allemandes82. Enfin, cela montre clairement aussi à quel point ces élites appréciaient la mode française en ce début du XVIIe siècle.

5. Conclusion

  • 83 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettre no 25 (15 décembre 1624) ; voir : Beer, (...)

34Dans la correspondance du fils de patricien augsbourgeois Friedrich Endorfer fils, c’est pour ainsi dire une ville allemande au cœur de Lyon qui semble se dessiner : celui-ci vivait dans la famille d’un marchand allemand, fréquentait principalement des compatriotes et montrait dans ses lettres plus d’intérêt pour la vie de sa ville natale que pour celle de sa ville d’accueil. Cela tient essentiellement à la nature spécifique de la source ici considérée : les lettres que les fils de patriciens et marchands allemands séjournant à l’étranger écrivaient à leurs pères et tuteurs à Augsbourg ou Nuremberg avaient avant tout une fonction éducative. Leurs rédacteurs devaient non seulement s’exercer à écrire, mais aussi rendre des comptes quant à leurs faits et gestes et montrer qu’ils respectaient les normes et remplissaient les attentes de leurs lecteurs et destinataires. C’est pourquoi ils ne cessaient d’assurer, de manière souvent stéréotypée, qu’ils faisaient de grands progrès dans leur formation, qu’ils étaient travailleurs, économes et modestes, qu’ils ne fréquentaient ni femmes légères, ni mauvaises gens, et même qu’ils ne buvaient du vin que dilué avec de l’eau83. Autrement dit, ces fils n’écrivaient de l’étranger que ce que leurs pères restés dans leurs villes natales voulaient bien lire.

  • 84 Voir : Franz Mauelshagen, « Netzwerke des Nachrichtenaustauschs. Für einen Paradigmenwechsel in de (...)

35En outre, il faut aussi tenir compte du fait que, lorsque Friedrich Endorfer fils arriva à Lyon, les relations entre cette ville et Augsbourg avaient déjà une tradition de plus d’un siècle. Les patriciens et marchands d’Augsbourg et de Nuremberg étaient bien informés sur ce qui se passait dans les grands centres de négoce tels que Venise, Anvers et Lyon, du fait de leurs propres séjours dans ces villes, de leur correspondance avec des commis et partenaires commerciaux, ou encore par le biais de récits de voyage oraux ou des « gazettes » manuscrite ou imprimée84. Par conséquent, comparés à des marchands ou voyageurs expérimentés, ainsi qu’à des journalistes professionnels, les apprentis expatriés ne représentaient en fait qu’une source secondaire d’informations concernant les villes de l’étranger. La valeur de la correspondance de Friedrich Endorfer fils se situe donc sur un autre plan. Celle-ci témoigne d’abord de la vitalité intacte des relations entre Lyon et les villes impériales de l’Allemagne du Sud jusque dans les premières années de la guerre des Trente Ans ; elle est aussi une précieuse source d’informations quant à la vie privée et aux affaires du plus gros marchand originaire de l’Allemagne du Sud établi à Lyon au début du XVIIe siècle ; enfin, elle confirme la grande importance des réseaux de compatriotes pour les allemands originaires d’Augsbourg et de Nuremberg séjournant à l’étranger.

Notes

1 Korrespondenz der Augsburger Patrizierfamilie Endorfer 1620-1627. Briefe aus Italien und Frankreich im Zeitalter des Dreißigjährigen Krieges, Mark Häberlein, Hans-Jörg Künast et Irmgard Schwanke éds., Augsbourg, Wissner, 2010, lettre no 16 (Lyon, 6 octobre 1623). Les originaux se trouvent aux Archives municipales d’Augsbourg (Stadtgericht, Schuld-, Klag-, Appellationssachen, Teil 2, Karton IV). Voir aussi à propos de cette correspondance : Irmgard Schwanke, « Briefe aus Lucca und Lyon nach Augsburg. Kaufmannsausbildung und Kulturtransfer im 17. Jahrhundert », dans Grenzüberschreitende Familienbeziehungen. Akteure und Medien des Kulturtransfers in der Frühen Neuzeit, Dorothea Nolde et Claudia Opitz éds., Cologne, Weimar, Vienne, Böhlau, 2008, p. 253-271.

2 Voir, pour plus de détails, l’introduction de Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds.

3 Marc Brésard, Les foires de Lyon aux XVe et XVIe siècles, Paris, Picard, 1914 ; Welthandelsbräuche (1480-1530), Karl-Otto Müller éd., Stuttgart et Berlin, Deutsche Verlags-Anstalt, 1934, p. 71, 142, 274 ; Das Medersche Handelsbuch und die Welserschen Nachträge. Handelsbräuche des 16. Jahrhunderts, Hermann Kellenbenz éd., Wiesbaden, Steiner, 1974, p. 48-49, 227 ; Gerhard Pfeiffer, « Die Bemühungen der oberdeutschen Kaufleute um die Privilegierung ihres Handels in Lyon », dans Beiträge zur Wirtschaftsgeschichte Nürnbergs, Stadtarchiv Nürnberg éd., t. 1, Nuremberg, Selbstverlag des Stadtrats, 1967, p. 407-455, 408-410.

4 Wilhelm Köpf, Beiträge zur Geschichte der Messen von Lyon mit besonderer Berücksichtigung des Anteils der oberdeutschen Städte im 16. Jahrhundert, Ulm, Reiser, 1910, p. 69, 71, 86 ; Richard Gascon, Grand commerce et vie urbaine au XVIe siècle. Lyon et ses marchands (environs de 1520 – environs de 1580), Paris, Mouton, 1971, p. 121-122, 231.

5 Köpf, Beiträge, p. 87-88 ; Brésard, Les foires, p. 131-132 ; Pfeiffer, « Bemühungen », p. 410-411 ; Gerhard Pfeiffer, « Die Privilegien der französischen Könige für die oberdeutschen Kaufleute in Lyon », Mitteilungen des Vereins für die Geschichte der Stadt Nürnberg, 53, 1965, p. 150-194, 155-157.

6 Köpf, Beiträge, p. 94-98, 101 ; Pfeiffer, « Bemühungen », p. 417-419.

7 Mark Häberlein, « Handelsgesellschaften, Sozialbeziehungen und Kommunikationsnetze in Oberdeutschland zwischen dem ausgehenden 15. und der Mitte des 16. Jahrhunderts », dans Kommunikation und Region, Carl A. Hoffmann et Rolf Kießling éds., Constance, UVK, 2001, p. 305-326 ; Markus A. Denzel et Mark Häberlein, « Faktorei », dans Enzyklopädie der Neuzeit, Friedrich Jaeger dir., t. 3, Stuttgart, Metzler, 2006, p. 277-281.

8 Benedikt Greiff, « Tagebuch des Lucas Rem aus den Jahren 1494 – 1541. Ein Beitrag zur Handelsgeschichte der Stadt Augsburg », 26. Jahresbericht des historischen Kreisvereins im Regierungsbezirke von Schwaben und Neuburg für das Jahr 1860, 1861, p. 6-7, 11-12, 15 ; Pierre Jeannin, Les marchands du XVIe siècle, Paris, Ed. du Seuil, 1957, p. 118.

9 Studienbibliothek Dillingen, Welserfragmente 2, fol. 5b, 6a ; Mark Häberlein, « Die Welser-Vöhlin-Gesellschaft. Fernhandel, Familienbeziehungen und sozialer Status an der Wende vom Mittelalter zur Neuzeit », dans Geld und Glaube. Leben in evangelischen Reichsstädten. Katalog zur Ausstellung im Antonierhaus, Memmingen 12. Mai bis 4. Oktober 1998, Wolfgang Jahn et al. éds, Augsbourg, Haus der Bayerischen Geschichte, 1998, p. 17-37.

10 Karl ver Hees, « Oberdeutscher Handel nach Lyon am Anfang des 16. Jahrhunderts », Historisches Jahrbuch, 55, 1935, p. 75-80, 77, 80 ; Gascon, Grand commerce, p. 229-30.

11 Philippe Hamon, L’argent du roi. Les finances sous François Ier, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de France, 1994, p. 141, 155.

12 Cette étroite coopération fait actuellement l’objet d’une étude détaillée de Heinrich Lang (Bamberg) sur la base des documents se trouvant dans l’Archivio Salviati (Scuola Normale Superiore, Pisa).

13 Hektor Ammann, « Oberdeutsche Kaufleute und die Anfänge der Reformation in Genf », Zeitschrift für Württembergische Landesgeschichte, 13, 1954, p. 150-193, 186-189 ; ver Hees, « Oberdeutscher Handel », p. 77, 79 ; Ascan Westermann, « Die Zahlungseinstellung der Handelsgesellschaft der Gebrüder Zangmeister zu Memmingen 1560 », Vierteljahrschrift für Socialund Wirtschaftsgeschichte, 6, 1908, p. 460-516, 464-465 ; Raimund Eirich, Memmingens Wirtschaft und Patriziat von 1347-1551. Eine wirtschafts - und sozialgeschichtliche Untersuchung über das Memminger Patriziat während der Zunftverfasssung, Weißenhorn, Konrad, 1971, p. 135-136.

14 Westermann, « Zahlungseinstellung », p. 468, 471 ; Mark Häberlein, Brüder, Freunde und Betrüger. Soziale Beziehungen, Normen und Konflikte in der oberdeutschen Kaufmannschaft um die Mitte des 16. Jahrhunderts, Berlin, Akademie Verlag, 1998, p. 83-84.

15 Häberlein, Brüder, Freunde und Betrüger, p. 84-97 (voir notamment les sources et les indications bibliographiques).

16 Ammann, « Oberdeutsche Kaufleute », p. 171-185 ; Hermann Kellenbenz, « Nürnberger Safranhändler in Spanien », dans Fremde Kaufleute auf der Iberischen Halbinsel, Hermann Kellenbenz éd., Cologne et Vienne, Böhlau, 1970, p. 197-225 ; Michael Diefenbacher, « Die Tucherisch Compagnia. Ein Nürnberger Handelshaus um 1500 », dans Wirtschaft – Gesellschaft – Städte. Festschrift für Bernhard Kirchgässner zum 75. Geburtstag, Hans-Peter Becht et Jörg Schadt éds., Ubstadt-Weiher, Verlag Regionalkultur, 1998, p. 79-94, 84, 88-89. Concernant la formation des membres de la famille Tucher à Lyon, voir : Mathias Beer, « Das Verhältnis zwischen Eltern und ihren jugendlichen Kindern im spätmittelalterlichen Nürnberg. Kaufmännische Ausbildung im Spiegel privater Korrespondenzen », Mitteilungen des Vereins für die Geschichte der Stadt Nürnberg, 77, 1990, p. 91-153, et le catalogue d’exposition Tucherbriefe. Eine Nürnberger Patrizierfamilie im 16. Jahrhundert, Nürnberg, Museum für Kommunikation, 2008, p. 21-22, 25-26, 29-33, 69-75.

17 Voir, pour chacun des cas : Häberlein, Brüder, Freunde und Betrüger, p. 84-85.

18 Pfeiffer, « Privilegien », p. 158-159.

19 Beer, « Verhältnis » ; Mathias Beer, « Migration, Kommunikation und Jugend. Studenten und Kaufmannslehrlinge der Frühen Neuzeit in ihren Briefen », Archiv für Kulturgeschichte, 88, 2006, p. 355-387.

20 Richard Ehrenberg, Das Zeitalter der Fugger. Geldkapital und Creditverkehr im 16. Jahrhundert, Jena 1896, t. 2, p. 87-90 ; Eugène Vial, « Jean Cléberger », Revue d’histoire de Lyon 11, 1912, p. 81-102, 273-308 ; et 12, 1913, p. 146-154, 241-250, 364-386 ; Natalie Zemon Davis, Society and Culture in Early Modern France, London, 1975, p. 35, 57, 281 (n. 76) ; Pfeiffer, « Bemühungen », p. 413-416 ; Häberlein, Brüder, Freunde und Betrüger, p. 121-122 ; Thomas Nicklas, « Bücher, Handel, Krieg. Die Stadt Lyon als Forum europäischer Kontakte im 16. Jahrhundert », dans Grenzüberschreitungen. Die Außenbeziehungen Schwabens in Mittelalter und Neuzeit, Wolfgang Wüst, Georg Kreuzer et David Petry éds., Augsbourg, Wissner, 2008, p. 367-378, 372-373.

21 Voir l’analyse détaillée, les sources et les indications bibliographiques dans : Häberlein, Brüder, Freunde und Betrüger, p. 122-147.

22 Ehrenberg, Zeitalter der Fugger, t. 2, p. 105-107, 162, 164, 169 ; Gaston Zeller, « Deux capitalistes strasbourgeois du XVIe siècle », dans Études d’histoire moderne et contemporaine, 1, 1947, p. 5-14 ; Roger Doucet, « Le Grand Parti de Lyon au XVIe siècle », Revue historique, 171, 1933, p. 473-513, et 172, 1933, p. 1-41 ; Henri Meylan, « Un financier protestant à Lyon, ami de Calvin et de Bèze, Georges Obrecht (1500-1569) », Bulletin philologique et historique (jusqu’à 1610), 1964, p. 213-220 ; François-Joseph Fuchs, « Heurs et malheurs d’un marchand-banquier strasbourgeois du XVIe siècle : Israel Minckel (vers 1522-1569), bailleur de fonds du Roi de France et des Huguenots », Revue d’histoire et de philosophie religieuses, 54, 1974, p. 115-127 ; Pfeiffer, « Privilegien », p. 160 ; Häberlein, Brüder, Freunde und Betrüger, p. 147-152.

23 Pfeiffer, « Bemühungen », p. 420-421.

24 Pfeiffer, « Bemühungen », p. 411 ; Heinrich Lutz, Conrad Peutinger. Beiträge zu einer politischen Biographie, Augsbourg, Die Brigg, 1958, p. 155-156, 334-335 ; Hermann Kellenbenz, « Karl V. und die Messen in Lyon », dans Gesammelte Aufsätze zur Kulturgeschichte Spaniens, Johannes Vincke éd., t. 14, Münster, Aschendorff, 1959, p. 194-202 ; Häberlein, Brüder, Freunde und Betrüger, p. 81.

25 Lutz, Peutinger, p. 287-288 ; Pfeiffer, « Bemühungen », p. 412-416 ; Pfeiffer, « Privilegien », p. 156 ; Gascon, Grand commerce, p. 553.

26 Häberlein, Brüder, Freunde und Betrüger, p. 129-130 ; Nicklas, « Bücher, Handel, Krieg », p. 372-373.

27 Gascon, Grand commerce, p. 477-535.

28 Zeller, « Deux capitalistes », p. 11-12 ; Meylan, « Un financier », p. 214, 217 ; Pfeiffer, « Bemühungen », p. 422-425 ; Gascon, Grand commerce, p. 476, 480, 488-489, 509-510, 517, 519.

29 Gascon, Grand commerce, p. 359-60, 908-913.

30 Karl ver Hees, « Die oberdeutschen Kaufleute in Lyon im letzten Viertel des 16. Jahrhunderts », Vierteljahrschrift für Sozial-und Wirtschaftsgeschichte, 27, 1934, p. 235-244 ; Gascon, Grand commerce, p. 916 ; Nicklas, « Bücher, Handel, Krieg », p. 371.

31 Pfeiffer, « Privilegien », p. 176, 189-190 ; Gascon, Grand commerce, p. 913, 916-917 ; Pfeiffer, « Bemühungen », p. 427 ; Gerhard Seibold, Die Manlich. Geschichte einer Augsburger Kaufmannsfamilie, Sigmaringen, Thorbecke, 1995, p. 139-140, 148-149 ; Augsburger Eliten des 16. Jahrhunderts. Prosopographie wirtschaftlicher und politischer Führungsgruppen, Wolfgang Reinhard éd., Berlin, Akademie Verlag, 1996, registre p. 1052 (Gruber), 1138 (Seng), 1140 (Spon).

32 Ver Hees, « Kaufleute », p. 239 ; Pfeiffer, « Privilegien », p. 152-154, 166-167, 171, 174 ; Pfeiffer, « Bemühungen », p. 420-421, 429, 433-434 ; Gascon, Grand commerce, p. 913, 916 ; Lambert F. Peters, Der Handel Nürnbergs am Anfang des Dreißigjährigen Krieges. Strukturkomponenten, Unternehmen und Unternehmer. Eine quantitative Analyse, Stuttgart, Steiner, 1994, p. 233-236.

33 Hans Herwarth von Bittenfeld, « Die Brüder Bartholomäus und Johann Heinrich Herwarth » Zeitschrift des Historischen Vereins für Schwaben und Neuburg, 1, 1874, p. 183-206 ; Guillaume Depping, « Un Banquier Protestant en France au XVIIe siècle : Barthélemy Herwarth, controleur général des finances (1607– 1676) », Revue historique, X, 1879, p. 63-80, et XI, 1879, p. 285-338 ; Claude Badalo-Dulong, Banquier du Roi. Barthélemy Hervart, 1606– 1676, Paris, Ségur, 1951 ; Robert Mandrou, « Bartholomäus Herwarth (1607– 1676) », Neue Deutsche Biographie, t. 8, Berlin, Duncker & Humblot, 1969, p. 721 ; Claude Dulong, Mazarin et l’argent. Banquiers et prête-noms, Paris, École des Chartes, 2002 ; Reinhard Hildebrandt, « Commercium – Confessio – Conubium. Augsburger Kaufleute in europäischen Städten 1560 – 1650 » dans Stadt und Land in der Geschichte Ostschwabens, Rolf Kießling ed., Augsbourg, Wissner, 2005, p. 9-28, 12-13, 17-18 ; Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., introduction.

34 Dulong, Mazarin, p. 150.

35 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettres nos 19 (Lyon, 17 décembre 1623), 50 (Lyon, 27 décembre 1626) ; Schwanke, « Briefe aus Lucca und Lyon », p. 257, 261.

36 Schwanke, « Briefe aus Lucca und Lyon », p. 268-269.

37 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettres nos 17 (Lyon, 5 novembre 1623), 18 (Lyon, 19 novembre 1623), 19 (Lyon, 17 décembre 1623).

38 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettres nos 24 (Lyon, 6 octobre 1624), 26 (Lyon, 29 décembre 1624).

39 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettre no 29 (Lyon, 21 septembre 1625).

40 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettres nos 30 (Lyon, 30 novembre 1625), 54 (Lyon, 4 avril 1627).

41 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettres nos 17 (Lyon, 5 novembre 1623), 30 (Lyon, 30 novembre 1625), 41 (Lyon, 23 août 1626), 44 (Lyon, 6 septembre 1626), 45 (Lyon, 20 septembre 1626), 46 (Lyon, 4 octobre 1626).

42 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettre no 48 (Lyon, 29 novembre 1626).

43 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettres nos 18 (Lyon, 19 novembre 1623), 19 (Lyon, 17 décembre 1623) ; Schwanke, « Briefe aus Lucca und Lyon », p. 257.

44 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettre no 30 (Lyon, 30 novembre 1625). Peter Juncker, en fait originaire de Cologne, comptait au début du XVIIe siècle parmi les plus importants négociants de Hambourg présents sur le marché méditerranéen. Voir : Hermann Kellenbenz, Unternehmerkräfte im Hamburger Portugal - und Spanienhandel 1590 – 1625, Hamburg, Verlag der Hamburgischen Bücherei, 1954, p. 33, 48, 59, 98, 163, 193, 213-14, 224, 313.

45 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettre no 54 (Lyon, 4 avril 1627).

46 Johann Michael von Welser, Die Welser, Nuremberg, Selbstverlag der Welserischen Familienstiftung, 1917, t. 1, p. 617-619.

47 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettres nos 31 (Lyon, 28 décembre 1625), 50 (Lyon, 27 décembre 1626) ; Schwanke, « Briefe aus Lucca und Lyon », p. 262. Concernant la firme Dilherr de Nuremberg, voir : Peters, Handel Nürnbergs, p. 248-55, 497, 512, 562, 592.

48 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettres nos 57 (Lyon, 16 mai 1627), 61 (Lyon, 27 juin 1627). Pour Manlich, voir : Seibold, Die Manlich, p. 184-86.

49 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettres nos 61 (Lyon, 27 juin 1627), 68 (Lyon, 22 août 1627).

50 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettres nos 19 (Lyon, 17 décembre 1623), 31 (Lyon, 28 décembre 1625), 32 (Lyon, 5 avril 1626).

51 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettre no 26 (Lyon, 29 décembre 1624).

52 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettres nos 32 (Lyon, 5 avril 1626), 39 (Paris, 31 juillet 1626).

53 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettres nos 41 (Lyon, 23 août 1626), 43 (Lyon, 6 septembre 1626), 48 (Lyon, 29 novembre 1626).

54 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettre no 50 (Lyon, 27 décembre 1626).

55 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettres nos 57 (Lyon, 16 mai 1627), 58 (Lyon, 30 mai 1627), 60 (Lyon, 13 juin 1627), 64 (25 juillet 1627), 68 (Lyon, 22 août 1627).

56 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettre no 60 (Lyon, 13 juin 1627).

57 Concernant cet idéal patriarcal, voir : Stephen Ozment, When Fathers Ruled : Family Life in Reformation Germany, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1983 ; Paul Münch, Lebensformen in der Frühen Neuzeit, Francfort-sur-le-Main, Berlin, Propyläen, 1992, p. 197-202 ; Häberlein, Brüder, Freunde und Betrüger, p. 347-348, 361, 366, 369, 371, 373.

58 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettres nos 28 (Lyon, 24 août 1625), 30 (Lyon, 30 novembre 1625), 50 (Lyon, 27 décembre 1626), 57 (Lyon, 16 mai 1627).

59 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettres nos 25 (Lyon, 15 décembre 1624), 26 (Lyon, 29 décembre 1624).

60 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettres nos 19 (Lyon, 17 décembre 1623), 29 (Lyon, 21 septembre 1625).

61 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettres nos 60 (Lyon, 13 juin 1627), 61 (Lyon, 27 juin 1627), 63 (Lyon, 11 juillet 1627), 64-65 (Lyon, 25 juillet 1627).

62 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettre no 48 (Lyon, 29 novembre 1626).

63 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettres nos 64-65 (Lyon, 25 juillet 1627).

64 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettre no 24 (Lyon, 6 octobre 1624).

65 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettres nos 48 (Lyon, 29 novembre 1626), 54 (Lyon, 4 avril 1627).

66 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettres nos 30 (Lyon, 30 novembre 1625), 31 (Lyon, 28 décembre 1625).

67 Voir : Schwanke, « Briefe aus Lucca und Lyon », p. 263-267.

68 Voir l’étude détaillée : Häberlein, Brüder, Freunde und Betrüger.

69 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettre no 58 (Lyon, 30 mai 1627).

70 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettre no 18 (Lyon, 19 novembre 1623).

71 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettre no 50 (Lyon, 27 décembre 1626) ; Schwanke, « Briefe aus Lucca und Lyon », p. 265-266.

72 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettres nos 63 (Lyon, 11 juillet 1627), 64 (Lyon, 25 juillet 1627).

73 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettre no 18 (Lyon, 19 novembre 1623).

74 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettres nos 52 (Lyon, 7 mars 1627), 54 (Lyon, 4 avril 1627).

75 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettres nos 18 (Lyon, 19 novembre 1623), 19 (Lyon, 17 décembre 1623), 58 (Lyon, 30 mai 1627), 59 (Lyon, 23 mai 1627), 61 (Lyon, 27 juin 1627).

76 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettre no 52 (Lyon, 7 mars 1627).

77 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettre no 58 (Lyon, 30 mai 1627).

78 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettre no 63 (Lyon, 11 juillet 1627).

79 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettre no 64 (Lyon, 25 juillet 1627).

80 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettres nos 21 (Lyon, 2 juin 1624), 68 (Lyon, 22 août 1627), 69 (31 août 1627).

81 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettre no 70 (Lyon, 5 septembre 1627).

82 Voir : Valentin Groebner, « Die Kleider des Körpers des Kaufmanns. Zum ‘Trachtenbuch’ eines Augsburger Bürgers im 16. Jahrhundert », Zeitschrift für Historische Forschung, 25, 1998, p. 323-358 ; Gabriele Mentges, « Fashion, Time and the Consumption of a Renaissance Man in Germany : The Costume Book of Matthäus Schwarz of Augsburg, 1498-1564 », dans Material Strategies. Dress and Gender in Historical Perspective, Barbara Burman et Carole Turbin éds., Oxford, Blackwell, 2003, p. 12-32.

83 Korrespondenz, Häberlein, Künast et Schwanke éds., lettre no 25 (15 décembre 1624) ; voir : Beer, « Verhältnis », p. 126-135 ; Christian Kuhn, Generation als Grundbegriff einer historischen Geschichtskultur : Die Nürnberger Tucher im langen 16. Jahrhundert, Diss. phil., Universität Bamberg 2007.

84 Voir : Franz Mauelshagen, « Netzwerke des Nachrichtenaustauschs. Für einen Paradigmenwechsel in der Erforschung der ‘neuen Zeitungen’ », dans Kommunikation und Medien in der Frühen Neuzeit, Johannes Burkhardt et Christine Werkstetter éds., Munich, Oldenbourg, 2005, p. 409-425 ; Mario Infelise, « From merchant’s letters to handwritten political avvisi : notes on the origins of public information », dans Cultural Exchange in Early Modern Europe. Vol. III : Correspondence and Cultural Exchange in Europe, 1400-1700, Francisco Bethencourt et Florike Egmond, éds., Cambridge, Cambridge University Press, 2007, p. 33-52 ; Zsuzsa Barbarics et Renate Pieper, « Handwritten newsletters as a means of communication in early modern Europe », dans Cultural Exchange Vol. III, Bethencourt et Egmond éds., p. 53-79.

Auteur

Professeur d’histoire moderne à l’Université de Bamberg en Allemagne
courriel : Mark.Haeberlein@uni-bamberg.de

Marc-Olivier Talabardon (Traducteur)

© Presses universitaires de Lyon, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search