Version classiqueVersion mobile

Lyon vu/e d’ailleurs (1245-1800)

 | 
Jean-Louis Gaulin
, 
Susanne Rau

‘Lyon, nom & marque civile. Qui sème aussi des bons livres l’usage’

Lyon dans le réseau éditorial européen (xve-xvie siècle)

Ilaria Andreoli

À mes années lyonnaises

Texte intégral

Je tiens à remercier tout particulièrement François Dupuigrenet Desroussilles à la relecture patiente et précise duquel la dernière version de cet article doit beaucoup.

1Dans un diptyque imaginaire de portraits de Lyon capitale de l’imprimerie européenne d’Ancien Régime l’image de gauche, la plus ancienne, un petit paysage sur fond d’Annonciation, pourrait être due à Martin Schongauer et représenter le Nord ; l’autre, d’un style désormais pleinement renaissant, aurait la complexité allégorique et les couleurs d’une toile vénitienne, et représenterait le Midi.

2À Lyon la typographie vint en effet du Nord, introduite par des proto-typographes allemands, mais très vite des imprimeurs locaux assurèrent leur relais et instaurèrent avec l’Italie un commerce intense de produits éditoriaux et d’incessants échanges d’imprimeurs, d’écrivains et de marchands, singulièrement avec Venise, l’autre capitale européenne de l’imprimerie. Grâce au rôle de Lyon comme carrefour du commerce du livre, les best-sellers des grandes librairies vénitiennes – telles les éditions illustrées de la Bible, des Métamorphoses d’Ovide ou du Roland furieux –, connurent une « saison française » et même, par le biais de réélaborations et traductions, textuelles et visuelles, opérées par les presses lyonnaises, atteignirent la Péninsule ibérique et le Nouveau Monde avant d’être réimportés dans la Péninsule en tant que modèles iconographiques du nouveau style maniériste international. Lyon trônait désormais, opulente et cosmopolite, entre ses deux collines et ses deux fleuves, comme elle apparait dans l’Épitome de la corographie d’Europe de Guillaume Guéroult, publié en 1553 par Balthazar Arnoullet.

Premières presses, premiers livres

  • 2 Lucien Febvre et Henri-Jean Martin, L’Apparition du livre, Paris, Albin Michel, 1958, chapitre VI, (...)
  • 3 Le dossier des débuts de l’imprimerie lyonnaise est, dans une très large mesure, à reprendre. Le dé (...)
  • 4 Expression des marchands italiens s’adressant aux notables lyonnais le 28 juillet 1544, Archives mu (...)
  • 5 Il était facile pour un nouvel arrivant de s’établir à Lyon, car c’était une ville de « travail lib (...)
  • 6 Claudin, Histoire, tome III, p. 523-524 ; Fau, Saksik, Smouts et Tisserand, « L’imprimerie à Lyon » (...)

3Après que Mayence, berceau de l’imprimerie, eut perdu sa suprématie au profit de Bamberg et Strasbourg, l’Italie dépassa l’Allemagne dès 1480 en nombre de titres imprimés2. En France neuf villes possédaient des ateliers d’imprimerie en 1480, quarante en 1500. La première presse fut introduite à Paris en 1470, à Lyon en 14733. Si à Paris l’ars artificialiter scribendi, importée d’Italie par quelques intellectuels désireux de sortir des querelles stériles qui agitaient l’Université, permit de renouveler le « stock » des textes d’étude, à Lyon où « la marchandise est la nourriture de tout le peuple4 » la renaissance des foires fut un puissant facteur d’attraction pour les typographes – d’autant plus que l’imprimerie échappait à l’impôt avant 14955. Ces imprimeurs étaient surtout d’origine germanique, même si la nouvelle industrie se développa dans un milieu très largement cosmopolite6. Comme dans les riches cités marchandes de l’Allemagne rhénane (Cologne, Strasbourg, Bâle) et surtout danubienne (Bamberg, Ulm, Augsbourg, ou Nuremberg), l’apparition de l’imprimé à Lyon fut davantage le fruit de l’esprit d’entreprise d’hommes d’affaires cherchant à s’appuyer sur le rôle de la ville comme place de négoce que des exigences culturelles d’une élite intellectuelle.

  • 7 James B. Wadsworth, Lyons 1473-1503 : the Beginnings of Cosmopolitanism, Cambridge, Mass., Medieval (...)

4Sans doute un milieu lettré lyonnais existait-il autour de l’archevêché, et la présence d’un chapitre puissant et d’établissements ecclésiastiques nombreux entraînait-il une forte demande de livres liturgiques comme la multiplication par l’imprimé de documents de tous ordres – placards et lettres d’indulgences en particulier. Mais ce petit monde vivait comme replié sur lui-même, face à la ville marchande. Les savants chanoines qui y donnaient le ton avaient le regard tourné vers Rome où ils exerçaient souvent des fonctions et où ils résidaient volontiers7. Ils pouvaient d’autant moins absorber une production de masse qu’ils étaient approvisionnés d’abondance, grâce aux foires de Lyon, en éditions religieuses bâloises, tout comme les médecins et les hommes de loi l’étaient en éditions juridiques ou scientifiques venues de Bologne ou de Venise.

  • 8 Claude Dalbanne, « Les Premiers Travaux d’imprimerie exécutés pour le chapitre saint Jean de Lyon » (...)

5Dans ces conditions, l’imprimerie lyonnaise dut son essor aux bourgeois de la ville. Grâce aux moulins à papier de l’Auvergne voisine, ceux-ci créèrent de toutes pièces une nouvelle industrie alimentée en textes par des religieux – bien plus proches d’eux que le haut clergé séculier – ainsi que par des jurisconsultes ou des médecins8. Ne disposant pas, contrairement à Paris, d’une université ou d’un parlement capables de stimuler une production de théologie, de droit, voire de textes classiques, les artisans lyonnais adoptèrent d’emblée une politique éditoriale originale qui fit rapidement de Lyon le deuxième centre d’édition de France : ouvrages de large diffusion en langue vulgaire, mais aussi manuels de commerce, traités didactiques (livres de mathématiques, rudimenta), parfois ouvrages plus spécialisés (traités de médecine ou de droit).

6Dès les origines les premiers « éditeurs » lyonnais entreprirent de dépasser les limites du marché local en utilisant les foires de Lyon et en établissant des relais commerciaux dans le sud et l’est de la France aussi bien qu’à Paris. Par le Languedoc et Toulouse la diffusion de leurs ouvrages touchait l’Espagne où les Lyonnais eurent bientôt leurs propres facteurs aux foires de Medina del Campo. Leur second mérite fut d’élargir leur clientèle à des catégories sociales de moyens modestes mais familiers de l’écrit (nobliaux campagnards, prédicateurs des couvents dominicains, franciscains ou augustins, chirurgiens, petit notaires et avocats particulièrement nombreux à Lyon), auxquels s’adjoignirent bientôt ces nouveaux venus à la lecture qu’étaient les riches marchands et négociants pour qui l’achat de livres constituait un signe d’élévation sociale.

  • 9 Une différence majeure toutefois : alors que la production en langue vulgaire des presses germaniqu (...)

7À nouveau public, textes nouveaux. Les premières éditions lyonnaises furent le fait d’un groupe de religieux dont les noms apparaissent en tant que « réviseurs » ou « translateurs » aux colophons d’un corpus de traductions françaises, accessibles aux non-doctes, de titres récemment parus avec succès à Augsbourg, Ulm ou Bâle dans leurs versions latine et allemande. Leur caractéristique commune était de proposer à l’édification des fidèles des exempla entrelardés de directives et de commentaires moraux, présentés de manière séduisante par l’adjonction quasi systématique de xylographies à partir de 1478. Ces ouvrages, constamment réédités jusque vers 1490-1495, étaient bien adaptés aux modes de pensée d’une frange de la population urbaine qui accédait au livre grâce à l’imprimé. À coup sûr le succès des impressions en haut-allemand de Heinrich Eggstein à Strasbourg, de Günter Zainer à Augsbourg, ou de Bernhard Richel à Bâle servit d’exemple aux Lyonnais, d’autant plus facilement que les premiers typographes installés à Lyon étaient, on l’a dit, d’origine nordique : germanique, ou, dans le cas de Guillaume Le Roy, flamande9.

8Dans la France méridionale, le français de ces premières éditions joua donc le rôle d’agent de vulgarisation relative (entre latin et dialecte) de textes puisés parmi le « stock » d’œuvres composées, remaniées ou traduites en français aux XIVe et XVe siècles dans l’entourage du roi ou dans les cours princières : romans d’aventures, romans historiques, chansons de geste mises en prose, traductions de nouvelles, histoires saintes romancées, poèmes allégoriques, traités scientifiques. Ces ouvrages produits dans les années 1475-85 par les libraires-imprimeurs lyonnais – et qui furent repris à Paris dix à quinze ans plus tard – se ressemblent par leur forme autant que par leur contenu : même format, mêmes caractères, même langue modernisée, même mise en texte (prologue, table des chapitres, texte divisé en épisodes assez courts précédés d’un titre servant en même temps de légende aux bois qui illustrent chacun des chapitres).

  • 10 Cette proportion atteignit 40 % à la fin du siècle, toujours au-dessus du pourcentage national de 3 (...)

9La moitié de ce qui s’imprima à Lyon entre 1473 et 1485 était en langue vulgaire10, même si les presses lyonnaises fournissaient aussi des textes en latin à une clientèle de professionnels locaux : textes juridiques ; traités de médecine ; recueils de sermons.

  • 11 Charles Perrat, « Barthélemy Buyer et les débuts de l’imprimerie à Lyon », Bibliothèque d’Humanisme (...)
  • 12 Actif à Lyon de 1473 à 1493, année de sa mort, « maistre Guillaume l’impresseur des livres » est or (...)
  • 13 Jacques de Voragine, La Légende dorée, éd. Jean Batailler, trad. Jean de Vognay, Lyon, [Guillaume L (...)
  • 14 Buyer, qui a lui-même une formation de juriste, envoie Le Roy en Italie pour réunir de la documenta (...)

10La carrière de Barthélemy Buyer est emblématique de ce premier développement de l’imprimerie lyonnaise11. Fils d’un riche bourgeois, en 1460 il étudiait le droit à Paris au moment où les premiers volumes imprimés arrivaient dans la capitale et où le monnayeur Nicolas Jenson était envoyé par Charles VII à Mayence en mission d’information à propos du nouvel art, si bien que les débuts de la typographie lyonnaise dérivent peut-être de conversations d’étudiants à Paris dans les années 1460. Guillaume Fichet et Jean Heynlin, les futurs premiers typographes parisiens, n’étaient-ils pas des camarades d’étude de Barthélemy ? De retour à Lyon, Buyer devint en tout cas un entrepreneur de grande envergure, avec des correspondants à Avignon, à Toulouse où il figure comme « stationnaire », à Paris où son « serviteur » Nicolas Guillebaud gérait ses affaires dont un important dépôt de livres, et jusqu’à Venise, à l’Espagne, à Bâle et aux Pays-Bas. Cette situation privilégiée amena vite d’autres libraires français et étrangers à lui confier la diffusion d’une partie de leur production. Si l’intérêt de Buyer pour l’édition relevait de l’investissement financier, il témoignait aussi sans doute d’un goût réel pour les lettres. Buyer finança l’installation du premier imprimeur de Lyon, le Liégeois Guillaume Le Roy, dans sa propre maison en 147312 et choisit lui-même les titres imprimés à l’aide d’un matériel lui appartenant : littérature de piété avec le Compendium breve d’Innocent III, premier volume imprimé à Lyon le 17 septembre 1473, et surtout textes sacrés en français – son édition de la Légende dorée, en 1476, fut même le premier livre imprimé en français – dus à l’équipe de religieux mentionnée plus haut13, romans de chevalerie, traités pratiques de médecine et de droit14.

Le livre en ville

  • 15 Richard Gascon, Grand commerce et vie urbaine, I, p. 446-447 ; Fau, Saksik, Smouts et Tisserand, «  (...)

11Au XVe siècle, Lyon était divisée entre la « partie du royaume », sur la rive droite de la Saône, avec le florissant quartier du Change, et la « partie de l’Empire », la Presqu’île, plus populaire, où se trouvait la plupart des imprimeurs et des gens du livre. La majeure partie des ateliers était située entre le pont du Rhône et celui de la Saône : une quinzaine de l’hôpital du pont du Rhône à Notre-Dame-de-Confort, autant rue Mercière, et dix environ près du Puits-Peloux15. De manière générale, on peut affirmer que les libraires habitaient la rue Mercière, surtout la partie septentrionale qui était le domaine du grand commerce. Les imprimeurs et les fondeurs de lettres étaient installés dans les quartiers plus pauvres, et d’un peuplement plus récent, qui s’étendaient dans les rues débouchant sur la rive est de la rue Mercière et dans la zone comprise entre la place de Confort et l’Hôtel-Dieu, comme la rue Raisin et la rue Chaunu. Les imprimeurs pauvres ne se trouvaient rue Mercière qu’en association ou en tant que locataires de libraires ou d’autres imprimeurs.

  • 16 Au début du XVIe siècle les regroupements d’imprimeurs correspondaient à une exigence de la police (...)
  • 17 Pour pouvoir conserver le matériel d’imprimerie et/ou l’atelier dont elles héritent, les veuves d’i (...)

12Liés par le voisinage, les hommes du livre échangeaient facilement informations et matériels, voire capitaux, d’un atelier à l’autre16. Les solidarités de voisinage et d’amitié se développaient bientôt en solidarités familiales. Mariages et remariages relevaient d’alliances entre membres de professions identiques ou complémentaires : imprimeurs, libraires, correcteurs17...

  • 18 L’épidémie stimula sans doute le lancement d’ouvrages médicaux, dont la commande royale du De Regim (...)
  • 19 AmL, CC 104.
  • 20 AmL CC 507 et 508.
  • 21 AmL CC 509 à 532.

13Si l’essor lyonnais se soutint pendant trente ans, ce ne fut pas sans crises dues aux pestes qui frappèrent la ville. La première eut lieu en 148118. Le chartreau de la taille de 1482 enregistre de nombreuses exemptions d’impôt pour cause de pauvreté et de disette, tandis que beaucoup s’exilaient pour ne pas allonger la longue liste des décès19. On mesure l’ampleur de la nouvelle épidémie de peste, en 1494, au registre des dépenses du Magistrat qui témoigne de l’importance des secours nécessaires pour maintenir l’ordre et protéger, autant que possible, la santé publique : là encore l’activité d’imprimerie connut une baisse sensible20. La troisième épidémie, en 1496-97, explique à nouveau le fort ralentissement de la production, d’autant plus que la Presqu’île, où résidaient majoritairement imprimeurs et libraires, était le secteur le plus touché. Les ordonnances sanitaires furent proclamées trop tard pour porter leurs fruits, tandis qu’une dramatique inondation emportait le pont du Rhône21.

  • 22 Le nombre d’éditions lyonnaises conservées est d’environ 1140.

14Sur l’ensemble du XVe siècle la production lyonnaise restait légèrement au-dessus de celle de Paris avec 195 titres contre 181, ce qui au total représentait presque 82 % des éditions françaises22. Notons qu’en Italie, Rome et Venise ne représentaient que 42 % de la production à côté d’une foule de petits centres, et qu’en Allemagne, Cologne, Strasbourg et Augsbourg ne réalisaient que 44 % de la production. Le primat partagé de Lyon et de Paris est donc un trait spécifiquement français. À Lyon, au tournant du siècle, de grands négociants tels que Giunta, Gueynard, Vincent, Portonari, Gabiano, rejoignirent le monde de la librairie. Avec Gryphe, de Tournes et Rouillé, ils allaient faire la prospérité des presses lyonnaises au XVIe siècle.

Lyon au Cinquecento « grande, mercantile et civile23 » : « Un grand million de dents noires24 »

  • 23 Bartolomeo Fontana, Itinerario o vero viaggio da Venetia a Roma, Venise, Agostino Bindoni, 1550, fo (...)
  • 24 Les caractères d’imprimerie comme « million de dents noires » sont chantés dans l’Ode sur l’Antiqui (...)
  • 25 En 1524 une crise due aux revers militaires et à la captivité du roi frappa les deux villes. À Baud (...)
  • 26 L’approvisionnement des presses lyonnaises devint un quasi monopole des papetiers d’Ambert, le papi (...)
  • 27 Imprimeurs et écrivains de Lyon au XVIe siècle, catalogue de l’exposition, Lyon, Musée de l’imprime (...)

15Au cours des trois premières décennies du XVIe siècle la production imprimée lyonnaise, assez bien mesurée grâce à la Bibliographie lyonnaise de Baudrier, suivit la même courbe, rapidement ascendante, que la production parisienne25. Lyon produisit durant cette période 2500 éditions dans les spécialités principales définies au XVe siècle : éditions populaires en français, textes juridiques et médicaux. Vers 1520 on ne recense pas moins de 80 imprimeurs à Lyon d’après les archives judiciaires et fiscales, ainsi que de nombreux fondeurs de caractères, fabricants d’encre ou marchands de papier26. Entre 1530 à 1540, la croissance continua avant de culminer entre 1540 et 1555. « L’art de l’imprimerie », déclaraient en 1540 les échevins de Lyon, « est le plus beau et le plus grand en cette ville qu’il soit en la chrétienté ». La rue Mercière et les rues avoisinantes abritaient alors entre 75 et 100 ateliers où les presses roulaient à longueur de journée. Dans les années 1550 le « grand million de dents noires » imprimait plusieurs centaines d’ouvrages par an et quelques 500 à 600 personnes vivaient de ce secteur d’activité27.

16Le livre lyonnais étendit encore ses marchés étrangers vers le Nord (Francfort, Anvers, Bâle, Genève) et le Midi (Venise, Florence, Pise, et toujours l’Espagne touchée par les foires de Lyon et de Medina del Campo) grâce à un réseau fluvial bien adapté à la distribution d’une marchandise lourde comme le papier. En France les livres n’étaient plus seulement expédiés vers Paris, Bordeaux ou Toulouse, mais vers Aix-en-Provence, Cahors, Saintes ou Nantes, et des libraires n’hésitaient pas à venir du Massif Central pour s’approvisionner aux foires de Lyon. Le marché lyonnais lui-même se développait sous les effets conjugués du mécénat, des efforts de l’élite laïque en faveur de l’éducation, de la présence d’Italiens – et de « Français italianisants », pour reprendre la formule d’Émile Picot – intéressés par les nouvelles formes de la littérature et de l’art, et de l’apparition de nouvelles sensibilités religieuses. Pour participer à ce développement, de grands libraires transalpins, les Giunta, les Gabiano, les Portonari, fondèrent à Lyon des comptoirs qui devinrent vite des entreprises indépendantes.

17Lyon ne dut pas seulement son éminente situation au nombre de ses imprimeurs mais à leur qualité, typographes et libraires prenant soin de ne livrer au public que des textes établis avec un soin minutieux par des éditeurs tels que François Rabelais, Etienne Dolet ou Michel Servet. En outre, la production lyonnaise, stimulée par l’immense brassage des foires, la curiosité des marchands enrichis et la protection de la cour, montrait une variété et une liberté de ton inconnues ailleurs. Si un Sébastien Gryphe se spécialisa assez vite dans les éditions classiques de très petit format en caractères italiques, la plupart des libraires de Lyon, à l’instar des de Tournes, de Guillaume Rouillé, des La Porte, des Giunta, des Frellon, de Thibaud Payen, des Arnoullet, ou des Honorat, éditaient aussi bien des poètes contemporains que des auteurs latins, français ou italiens, des bibles et des missels, des romans de chevalerie et des almanachs, des traités de médecine grecs ou arabes ou des botanistes lyonnais.

  • 28 Au même moment le protestantisme se répandait parmi les compagnons imprimeurs. V. Natalie Zemon Dav (...)

18À partir de 1539 apparurent pourtant les premiers signes d’une récession inscrite dans la crise générale de l’économie européenne, due à l’afflux des métaux précieux venus d’Amérique, qui multiplia les prix par quatre avant la fin du siècle. Dès lors les libraires exigèrent des imprimeurs qu’ils travaillent plus pour une rémunération inchangée, les contraignant à accélérer les cadences de travail et provoquant les grèves des compagnons imprimeurs qui commencèrent à Lyon en 1539 et s’étendirent à Paris en 1542. Le mouvement, très dur, impliqua un millier d’ouvriers et dura plusieurs années. Une deuxième grève éclata en 1571 et 1572 se généralisa à toute l’Europe28.

19Les troubles sociaux, les épidémies, l’attitude de plus en plus répressive de la couronne vis-à-vis de la Réforme qui contraignit les meilleurs des imprimeurs à quitter Lyon pour Genève ou les Provinces-Unies, toutes ces causes lézardèrent peu à peu la brillante façade de l’imprimerie lyonnaise. L’intense production de pamphlets et de pièces de circonstance ne put enrayer un déclin dont témoigne la chute du nombre des ateliers durant la deuxième moitié du siècle, de 420 à 190.

Marchands-libraires et maîtres imprimeurs

  • 29 La Grande Compagnie des Libraires est créée en 1520 et reconduite tous les six à dix ans. Les assoc (...)
  • 30 Les marchands et de riches artisans investissaient dans l’achat de terres et de maisons de campagne (...)

20Au XVIe siècle les chefs de file de l’industrie du livre étaient les grands marchands-libraires. Entre 1530 et 1560, six maisons dominaient la place : les Gabiano, originaires du Piémont ; les La Porte, qui avaient remonté le Rhône depuis Vienne en Dauphiné ; le Florentin Jacques Giunta et ses héritiers ; les Vincent et les Senneton, deux familles lyonnaises ; et Guillaume Rouillé, originaire de Touraine. Elles élargissaient leurs possibilités en associant leurs capitaux dans des compagnies de longue durée29. Il semble que le livre leur ait consenti un retour sur investissement considérable, du simple au double, favorisant leurs autres affaires dans l’immobilier, le textile, le vin ou la soie. On mesure leur fortune aux dots de leurs filles et à l’achat de leurs maisons de campagne30. Certains de ces libraires participaient d’ailleurs au gouvernement de la ville avec le reste de l’aristocratie marchande.

  • 31 La hausse du coût de la vie était d’autant plus sensible pour les maîtres que le salaire des compag (...)
  • 32 Les maîtres imprimeurs n’avaient pas comme les tisserands la possibilité de recourir à une main d’œ (...)

21Mais avant 1560 un cinquième des « ouvriers de la presse » à peine dépendaient directement des grands marchands-libraires. Les autres dépendaient de maîtres-imprimeurs qui travaillaient surtout à la commande. Si les marchands-libraires disposaient de ressources financières qui leur permettaient de faire face aux périodes creuses, les imprimeurs ne pouvaient laisser leurs presses inactives et devaient en toute saison répondre aux exigences de leurs ouvriers. S’ils refusaient de travailler aux prix fixés par les libraires, ils risquaient de voir ceux-ci s’adresser à leurs concurrents lyonnais ou étrangers – les imprimeurs de Genève en particulier. Le prix de la façon, et donc le gain des imprimeurs lyonnais, baissait irrésistiblement. À l’inverse les prix et les salaires continuaient de monter31, provoquant une dégradation des relations entre compagnons et maîtres imprimeurs32.

« Tant par son commerce que par ses hommes, ses femmes et son aspect, cette ville a un je ne sais quoi de la belle Italie…33 »

  • 33 Antonio de Beatis, Voyage du cardinal d’Aragon en Allemagne, Hollande, Belgique, France et Italie ( (...)

22Cette phrase est de Don Antonio de Beatis, chapelain du cardinal d’Aragon, en visite à Lyon en 1517. Matteo Bandello au premier livre des ses Nouvelles écrivait également :

  • 34 Matteo Bandello, Tutte le opere, publ. par Francesco Flora, 3e éd., Milan, Mondadori, 1952, I, p. 5 (...)

« Lyon, comme vous devez le savoir, est une des villes les plus marchandes d’Europe, et celle où l’on trouve couramment, que l’on sache, plus d’Italiens… qu’en aucun autre lieu hors d’Italie34. »

  • 35 Andrea Minucci, Descrizione di un viaggio fatto nel 1549 da Venezia a Parigi di Andrea Minucci arci (...)
  • 36 Aux yeux des Italiens Lyon, à l’image des ses maisons, est moins « belle » que « bonne », plus bour (...)

23Au milieu du siècle, un autre prélat, Andrea Minucci archevêque de Zara, s’émerveillait de rencontrer de nombreux habitants qui non seulement portaient des vêtements à l’italienne mais parlaient l’italien : « Il semble qu’on entre à l’improviste dans une ville d’Italie35 ». Banquiers et marchands répandirent les modes italiennes et, affichant leurs origines et leurs traditions, amènent à définir la ville comme « Lyon l’italienne », même si cet adjectif implique plus un esprit de la vie urbaine qu’une typologie monumentale. Rien de moins italien, en effet, que les demeures lyonnaises de la Renaissance36.

  • 37 Lucien Febvre, Le problème de l’incroyance au XVIe siècle : la religion de Rabelais, Paris, Albin M (...)
  • 38 Émile Picot, Les Italiens en France au XVIe siècle, 1918 (rééd. Rome, 1995) ; Jacqueline Boucher, P (...)
  • 39 Pour les ouvrages en italien v. Nicole Bingen, Philausone 1500-1660 : répertoire des ouvrages en la (...)

24Définie par Lucien Febvre comme un milieu « ouvert aux nouveautés, fort cosmopolite, actif, original, turbulent, – un aimant pour les gens de lettres, attirés de loin par cette flamme lyonnaise, illuminante et réchauffante : tous se cherchent, se découvrant, apprenant à s’aimer ou à se détester », la librairie lyonnaise voyait se côtoyer Français, Allemands, et des Italiens toujours plus nombreux37. Si leur nombre précis est difficile à évaluer, les documents nous fournissent des centaines de noms de papetiers, de fondeurs de caractères, d’ouvriers spécialisés ou d’apprentis, de transporteurs, de libraires et de financiers38. De notre point de vue l’essentiel est la présence de libraires et d’imprimeurs italiens dont la production comprenait aussi des éditions dans leur langue maternelle, ainsi que d’imprimeurs qui sans être italiens produisaient des livres en italien, ou écrits par des Italiens en traduction française ou dans leur version originale latine. Lyon fut ainsi pendant une grande partie du XVIe siècle un centre de rayonnement de la culture italienne hors de la Péninsule39.

  • 40 Sept libraires sont bien représentatifs de ce groupe : Jacques Sacon, Barthélemy Trot, Jacques Giun (...)
  • 41 Gascon, Grand commerce et vie urbaine, II, p. 395.

25Pour la plupart piémontais, puis florentins et toscans, les imprimeurs italiens actifs à Lyon offrent l’image d’un groupe soudé qui jouait de sa solidarité pour s’affirmer dans un milieu nouveau, même si par la suite les liens du groupe tendirent à se distendre tandis que les familles s’intégraient peu à peu dans la société lyonnaise par association ou mariage40. La production de ces imprimeurs atteignait le chiffre considérable de 50 titres environ par éditeur, avec des pointes à 200 ou 250 titres. Les domaines couverts étaient fort disparates : quelques classiques italiens, des classiques latins, quelques titres grecs (en version latine), des éditions humanistes, des textes de droit et de médecine, et souvent des textes religieux. Dans l’ensemble il s’agissait de personnages d’allure grave, voire sévère – « legitimis tramitibus calumniantium iniquitates expellere intendimus » indique une des devises de Vincenzo Portonari – qui produisaient essentiellement en latin. Leur poids économique peut être estimé grâce au registre fiscal de 1545 où les Italiens comptent parmi les libraires les plus fortement imposés. Sur 29 libraires, 8 étaient imposés pour plus de 100 livres, en tête desquels les Giunta, pour 800 livres, et Lussemburgo Gabiano, pour 60041.

  • 42 Archivio di Stato di Firenze, Mercanzia, 10831, c. 179r : cette association dura jusqu’en 1535. V. (...)

26La personnalité emblématique de ce groupe fut sans conteste celle de Giacomo Giunta (Jacques Giunta) neveu de Filippo, le fondateur de la maison d’édition florentine. Son oncle Lucantonio avait fondé la filière vénitienne de la firme, devenue peu à peu le quartier général des exilés florentins. C’est auprès de lui que Jacques fit ses premières armes et l’oncle vénitien le dota, en 1520, de 2000 florins pour exercer à Lyon et dans tout le royaume de France le commerce des livres imprimés42.

  • 43 À sa mort, en 1546, sa succession donna lieu à une longue série de transactions économiques complex (...)

27À Lyon, Jacques mit à profit l’expérience acquise à Venise pour produire lui aussi de coûteuses éditions théologiques et liturgiques in-quarto ou in-folio, enrichies de somptueuses xylographies dont les titres et les initiales sont souvent imprimés à l’encre rouge, puis des livres de droit et de médecine, moins richement illustrés. Son catalogue ne comprenait que des titres latins, et aucun auteur contemporain à l’exception de commentateurs du droit romain. Jacques Giunta faisait travailler plus de vingt imprimeurs différents et s’appuyait sur le réseau de la grande Compagnie des Libraires qu’il finit par diriger. La filiale lyonnaise était parfaitement insérée dans le réseau international de la firme Giunta implantée en Espagne (Medina de Campo, Burgos, Salamanque, Madrid et Saragosse), avec des dépôts à Francfort, Anvers, Paris, Lisbonne, et des agents à Turin, Gênes, Livourne, Florence, Brescia, Plaisance, Sienne, Pise, Lucques, Rome, Naples, Bologne, en Sicile et en Sardaigne. Sous la conduite de Jacques sa prospérité lui permit, en 1538, de prêter 50 000 livres tournois au cardinal de Tournon qui tentait de renflouer les finances royales en vue de la guerre contre l’Espagne43.

Le goût du toscan

  • 44 La fréquentation des universités par les fils de marchands lyonnais resta longtemps fort réduite et (...)
  • 45 Il s’agit des salons animés par Marie de Pierrevive, fille et femme de grands marchands italiens et (...)
  • 46 La cour séjourna à Lyon une vingtaine de fois. Tantôt le roi ne fit que passer, tantôt il demeura d (...)

28Les Italiens présents à Lyon étaient des hommes d’affaires et des marchands souvent en déplacement, des techniciens et des travailleurs manuels. Lyon ne pouvait donc pas être, ni dans les arts ni dans les lettres, un prolongement direct de la Renaissance italienne telle qu’on la conçoit ordinairement. Au début du nouveau siècle, la ville ne cherchait d’ailleurs toujours pas à développer une vie intellectuelle autonome : pas d’université, et un collège dont la création date seulement des années 153044. Certaines personnalités italiennes animèrent néanmoins des groupes informels tournés vers la vie spirituelle et les « honnêtes distractions45 » au cours de la période où la présence de la cour à Lyon, après 1523, fit de la ville l’un des centres les plus brillants de la pensée humaniste et de la culture française de la Renaissance46.

  • 47 Après la paix de Cateau-Cambrésis, les nombreux républicains florentins exilés à Lyon, durent accep (...)
  • 48 Dans l’édition lyonnaise du Décaméron publié par Guillaume Rouillé en 1555, l’épître dédicatoire de (...)
  • 49 Au début du XVIe siècle les entrées royales devinrent autant de manifestations de la nouvelle cultu (...)

29Si la nation florentine maintenait un lien, souvent politique, avec la mère-patrie47, tout ce qui comptait dans l’ordre de l’esprit aimait le toscan et le pratiquait avec plaisir. Dès leurs premières leçons de solfège les jeunes Lyonnaises se familiarisaient avec l’italien des sonnets et des madrigaux, et les dames françaises de la haute société, suivant le modèle donné par la noblesse de cour, le considéraient comme une langue d’initiation aux codes du comportement social et amoureux48. Lors de l’entrée de Henri II et Catherine de Médicis à Lyon ce n’est pas seulement parce que la reine était florentine que les échevins de Lyon firent jouer une comédie en toscan et exposèrent aux yeux du couple royal des devises italiennes à côté des latines, c’est parce que l’italien était en vogue, plus en vogue que jamais49.

  • 50 Sous François Ier et Henri II la langue italienne était considérée comme une langue royale et les I (...)
  • 51 V. Carlo Dionisotti, Geografia e storia della letteratura italiana, Turin, Einaudi, 1956 ; Amedeo Q (...)

30Au reste l’italien, langue d’usage des « nations » italiennes, était aussi la langue d’un petit peuple d’artisans et de commis fort nombreux en ville. Favorisée par quelques personnalités de premier plan, marchands et financiers qui pratiquaient parfois le mécénat, la culture italienne servait de signe de reconnaissance à la communauté italienne tout entière. Elle s’exprimait en premier lieu dans le culte des « trois couronnes d’Italie » : Dante, Pétrarque et Boccace, qui avaient illustré la langue toscane, et l’on doit interpréter dans ce contexte certains débats linguistiques ou stylistiques de ces années50. La diffusion du toscan en France eut lieu en parfaite concomitance avec l’affirmation de la littérature en vulgaire, c’est à dire en toscan, dans l’ensemble de la péninsule italique, grâce à des éditions produites et diffusées par de grandes firmes vénitiennes51.

L’axe Lyon-Venise

  • 52 Dubost, La France italienne, p. 37.
  • 53 Gascon, Grand commerce, I, p. 114-115.

31Venise occupait une place mineure dans le commerce global de Lyon, sans commune mesure avec celle de Florence, de Gênes ou de Lucques52. En revanche la Sérénissime, capitale de la librairie, avait des échanges très importants avec Lyon en matière de livres : en 1569 les seuls Giunta de Lyon reçurent de Venise vingt-quatre quintaux de livres53. Venise et Lyon avaient d’ailleurs connu, quant au livre, des histoires comparables, les deux villes étant des carrefours commerciaux où de grands libraires travaillaient d’abord pour l’exportation. Rien d’étonnant, dès lors, à ce que nombre d’imprimeurs et marchands libraires de l’âge d’or lyonnais aient été en rapports étroits avec leurs collègues vénitiens.

  • 54 Le voyage de Baldassarre Gabiano à Lyon eut sans doute lieu à l’instigation de son oncle Giovanni B (...)
  • 55 Texte publié dans A. A. Renouard, Annales de l’imprimerie des Alde, ou Histoire des trois Manuce et (...)

32L’affaire des contrefaçons lyonnaises d’Alde Manuce en atteste paradoxalement. On sait qu’Alde Manuce utilisa pour la première fois en 1501 les fameux caractères italiques de Francesco da Bologna pour imprimer sa célèbre édition de Virgile, puis nombre de classiques grecs et latins. Baldassarre Gabiano, et à sa suite plusieurs autres libraires lyonnais, en procurèrent des copies si parfaites qu’elles figuraient encore il y a peu dans des catalogues d’éditions aldines54. La position géographique de Lyon, suffisamment proche de Venise pour recevoir rapidement des exemplaires des nouvelles éditions d’Alde et les reproduire en dépit des privilèges concédés par le Sénat vénitien et par le pape, mais assez éloignée pour échapper à toute sanction, en faisait l’endroit idéal pour se livrer à ce type de trafic illicite. Dès 1503 Alde dénonça les imprimeurs lyonnais coupables d’avoir « copié » ses éditions de Virgile, Horace, Juvénal et Perse, Lucain, Catulle, Tibulle, Térence55. Cette pratique, qui d’après des recherches récentes visait à produire des éditions destinées au public italien, continua, au-delà du cas aldin, durant tout le XVIe siècle et se poursuivit au XVIIe siècle.

L’Italie vue d’ailleurs : les Lyonnais italianisants

  • 56 Sybille von Gültlingen, Bibliographie des livres imprimés à Lyon ; Nicole Bingen, Philausone 1500-1 (...)
  • 57 Franco Simone, « L’importance historique et littéraire des premières éditions lyonnaises de Dante, (...)

33On publia au XVIe siècle à Lyon 144 titres en italien, toutes éditions et émission confondues, contre moins de 50 à Paris56. Quasi inexistante jusqu’en 1545, à l’exception des contrefaçons aldines, l’édition en langue italienne connut son apogée entre 1550 et 156057. Elle n’était pas le fait de maîtres italiens mais d’un imprimeur allemand implanté à Lyon, Sébastien Gryphe, et de deux « Français italianisants », l’imprimeur Jean de Tournes et le grand libraire Guillaume Rouillé dont l’entreprise florissante était placée sous le signe de l’Écu de Venise.

  • 58 La naturalisation est enregistrée dans le Catalogue des actes de François Ier, VI, nos 20486, 20801 (...)
  • 59 Febvre, Le problème de l’incroyance, p. 33.

34Originaire de Reutlingen en Souabe, Sébastien Gryphe, prince des imprimeurs-libraires lyonnais, avait appris son métier auprès de son père et dans d’autres ateliers allemands, mais surtout à Venise. Dans son acte de naturalisation, obtenu à Lyon en 1532, il est indiqué qu’il avait exercé le métier de typographe en Allemagne et en Italie. Son savoir-faire technique, acquis sur les rives de la Lagune, lui valut d’être appelé à Lyon en 1515 par la Compagnie des libraires58. Le catalogue humaniste de Gryphe, tout à fait unique en Europe, tirait sa force d’un ensemble d’œuvres italiennes que leurs auteurs, ou leurs éditeurs scientifiques, choisirent de confier à un typographe dont ils appréciaient la maîtrise technique aussi bien que le réseau commercial, bien supérieur à celui de la plupart de ses collègues vénitiens. Pour limitée qu’elle soit, l’image de la culture italienne qu’offrent les éditions de Gryphe est représentative d’une res publica litterarum dont le latin était la langue commune, langue de l’érudition et de la science grâce à laquelle le public choisi de la boutique de Gryphe pouvait, « en feuilletant les nouveautés, connaître instantanément ce qui se pensait et s’écrivait de plus aigu, de plus neuf en France, aux Pays-Bas, en Allemagne et en Italie59 ». En outre la présence d’auteurs italiens au catalogue de Gryphe n’a pas qu’une importance quantitative. Bien des œuvres marquantes de l’humanisme et de la renaissance italienne connurent sous la marque au Griffon ailé des moments décisifs de leur fortune.

  • 60 Luigi Alamanni était un exilé florentin, à la fois poète et agent du roi chargé de consolider le ré (...)
  • 61 V. Ugo Rozzo, « La cultura italiana nelle edizioni lionesi di Sébastien Gryphe (1531-1541) », dans (...)
  • 62 Sur Lyon comme refuge religieux des dissidents italiens, Dubost, La France italienne, p. 56-57 ; He (...)
  • 63 Un des principaux representants de cette filière politique était Donato Giannotti dont Gryphe impri (...)

35Gryphe mit également sur le marché des œuvres contemporaines italiennes en langue originale ou en traduction. Il publia ainsi en 1532 la première édition des Opere toscane de Luigi Alamanni, un poète installé en France et lié à la cour mais dont l’oeuvre visait le public de la Péninsule où elle fut republiée l’année suivante60, confirmant la capacité de la place lyonnaise à entreprendre la publication de grands textes en langues modernes. La présence au catalogue de Gryphe d’une littérature religieuse italienne, liée plus ou moins directement à des courants réformateurs, amène à reconsidérer l’appartenance religieuse de l’imprimeur mais surtout signale une stratégie délibérée de la part des milieux italiens favorables à une réforme interne de l’Église61. La culture des exilés florentins, marqués à l’origine par le message de Savonarole, était veinée d’hétérodoxie et Lyon fut un temps le refuge des évangélistes italiens qui y trouvaient ateliers typographiques et libraires bienveillants, tout spécialement Gryphe62 qui imprima aussi certaines des œuvres phares du républicanisme florentin63.

  • 64 V. Rosanna Gorris Camos, « Traduction et illustration de la langue française. Les enjeux du Roland (...)
  • 65 Amedeo Quondam, « Nel giardino del Marcolini. Un editore veneziano tra Aretino e Doni », Giornale s (...)

36Par l’intermédiaire de Gryphe, Lyon se trouvait particulièrement liée à Ferrare. Les professeurs au studio de la ville faisaient imprimer à Lyon leurs ouvrages scientifiques, et surtout une sorte de réseau culturel lugduno-ferrarais s’établit sous les auspices de Renée de France – fille de Louis XII et épouse du futur duc Hercule II d’Este – et d’Hippolyte d’Este, frère cadet d’Hercule, chefs du parti français à Ferrare. Les « amys en vérité » de cette « sœur », ce « lys » transplanté et « malmarié » dans la « grans plaine » du Pô étaient unis à leurs éditeurs lyonnais par une communauté spirituelle64 étendue à Venise, ville refuge et demeure des ambassadeurs du roi de France. De Venise à Lyon, de Renée à Hippolyte, de Renée à Marguerite, un fil rouge menait des « jardins » de l’imprimerie vénitienne – celui de Marcolini en particulier, où travaillèrent l’Arétin, Antonio Brucioli, Ludovico Dolce et Sebastiano Serlio –, aux jardins secrets de Ferrare et, par Lyon, aux jardins de France65.

  • 66 « ...pratticar nella casa di S. Gryphio, e dal principio essere stato un di quelli compositori che (...)
  • 67 « [...] subito mi venne nella memoria haver’visto il Petrarcha stampato assai frustamente in piccio (...)

37Le témoignage de Jean de Tournes dans la préface de son Pétrarque de 1545 atteste que Gryphe était bien considéré par ses contemporains comme l’initiateur de la saison typographique italienne à Lyon. De Tournes y évoquait la période pendant laquelle il travaillait chez Gryphe à l’édition d’Alamanni66. Ce premier contact lui aurait donné l’idée de perfectionner sa connaissance du toscan et il aurait choisi pour cela une des contrefaçons lyonnaises du Pétrarque d’Alde Manuce – témoignage intéressant de la diffusion locale des Cose volgari parues à Lyon au début du siècle67.

  • 68 Il ne s’agit pas seulement d’éditions italiennes mais aussi de traductions de l’italien, entre autr (...)
  • 69 De Tournes publia trois éditions de Pétrarque (1545, 1547 et 1550) et une édition de Dante, en 1547 (...)

38À la suite de Gryphe, de Tournes lança dans les années quarante une politique éditoriale qui faisait une place de choix à la littérature italienne68. Pour établir les premières éditions lyonnaises de Dante et Pétrarque en italien il s’assura le service de « professionnels de la plume » italiens capables de revoir les textes qu’il reproduisait, de les traduire du latin ou du français, et de fournir des commentaires à des « produits éditoriaux » dont l’image devint la composante principale69. Mais à partir de la fin des années cinquante de Tournes abandonna ce secteur pour se cantonner aux textes religieux et de médecine, incapable qu’il était de faire face à la concurrence d’un autre français italianisant et même « vénitianisant », par ses pratiques commerciales comme par son flair éditorial : Guillaume Rouillé, qui, en quelques années, publia deux éditions de Pétrarque, le Courtisan de Castiglione, la Comédie de Dante, le Décaméron de Boccace et le Roland Furieux de l’Arioste, tout en produisant des traductions en français d’œuvres majeures dont celle des Asolani par Jean Martin.

39La carrière de Guillaume Rouillé fut décidément brillante. Frais émoulu de son apprentissage chez le libraire vénitien Giovanni Giolito et son fils Gabriele – la plus importante entreprise de librairie de Venise au milieu du XVIe siècle –, il épousa la fille d’un libraire italien installé à Lyon, Domenico Portonari qui avait succédé à son père Vincenzo, originaire, comme les Giolito, de Trino en Piémont. Grâce à la disponibilité de capitaux importants, et au réseau de relations vénitiennes de son beau-père, Guillaume releva bientôt l’affaire familiale. Se plaçant, en quelque sorte, sous l’invocation de l’Italie il donna comme enseigne à sa maison « l’Escu de Venise » et publia un catalogue marqué par une forte proportion de poésie non-classique, de livres d’emblèmes et d’ouvrages d’historiens et de voyageurs contemporains. 226 éditions sur 834, plus d’un tiers, étaient en langue vernaculaire (français, italien et espagnol), parmi lesquelles quelque 70 éditions et émissions en italien.

40Rouillé publia dès 1547, le Nouveau Testament en italien dans la version peu orthodoxe de Brucioli, prudemment mise sous la protection d’Hippolyte d’Este. Deux ans plus tard, il donnait en même temps que les versions française et latine une version italienne des Emblèmes d’Alciat. En 1549 encore il confirma à la fois ses liens avec les « nations » italiennes de Lyon et la qualité de ses ouvrages en donnant la Magnifica et triumphale entrata del christianissimo re di Francia, traduction de l’Entrée composée par Scève, Du Choul et Aneau et illustrée par Salomon. Le traducteur, qui signe « F. M. », prenait soin de préciser, dans sa dédicace à Francesco Dissino de Padoue, que « Guglielmo Rouillio libraro di Lyon é amator grande della Nation Italica ».

  • 70 « [...] di stampare tutti i più lodati et i più pregiati authori che in quella lingua scritto habbi (...)
  • 71 « La purità et dolcezza della lingua toscana pare che sia di presente [...] salita in tanto pregio (...)

41Pour l’édition du Decamerone de 1555, il sentit le besoin de rédiger une préface qui nous éclaire sur sa politique éditoriale et son projet culturel. Attiré par la suavité de la langue toscane, il aurait décidé de prouver son amour pour cette langue en imprimant les meilleurs de ses auteurs70. La préface de Rouillé révèle d’autant mieux la position de son auteur quand on la lit à la lumière d’un autre texte liminaire un peu plus tardif, la dédicace à Catherine de Médicis de la traduction par Gabriel Symeoni du Discorso sulla religione antica de’Romani, où les lecteurs italiens non toscanophones étaient clairement placés sur le même plan que les Francais, et le marché transalpin aussi recherché que celui de l’hexagone71. Sur ce marché étendu l’édition des classiques italiens représentait donc un enjeu majeur.

  • 72 « Voi mi sapesti già cosi bene, Signor mio osservandissimo, persuadere che io mi dovessi provare di (...)

42Afin de célébrer les trois couronnes de Toscane, Rouillé reprit sur nouveaux frais le projet de Jean de Tournes avec le concours de Lucantonio Ridolfi, personnage considérable issu d’une illustre famille florentine alliée aux Strozzi et à Catherine de Médicis, qui unissait les prestiges de la naissance et de la richesse à celui des lettres. Ridolfi procurait au libraire des textes soigneusement établis de Dante, Pétrarque et Boccace ainsi que ses propres annotations, commentaires ou index, composés dans sa jeunesse ou fruit des échanges savants qu’il entretenait avec ses compatriotes. Il joua aussi un rôle décisif dans la décision de publier ces éditions italiennes en petit format72. Surtout, il contribua de façon notable à leur financement.

43Ainsi Rouillé, qui maîtrisait parfaitement l’italien et disposait d’imprimeurs compétents (dont de Tournes) dotés d’un matériel typographique remarquable, introduisit-il sur le marché un produit nouveau : des éditions des classiques italiens en format compact, élégamment illustrées, et pourvues d’un apparat critique dont les textes liminaires vantaient la qualité. Ce renouvellement des formes de présentation des textes italiens, de ceux de Pétrarque en particulier, fut couronné de succès.

44Tôt imitées en Italie où elles furent souvent contrefaites, les éditions de Pétrarque procurées par Rouillé ne jouèrent pas seulement un rôle majeur dans l’histoire du pétrarquisme français mais dans celle de la connaissance de Pétrarque en Italie même. Ses petit volumes in-16, très maniables, faciles à transporter, étaient enrichies d’un index alphabétique des vers établi par Lucantonio Ridolfi, un texte qui fut repris à Venise par Giolito puis, à de nombreuses reprises, par Nicolò Bevilacqua, témoignage éloquent des relations tour à tour concurrentielles et complémentaires qui s’étaient établies entre les libraires vénitiens et lyonnais. Dans la longue série des éditions de Pétrarque celle de Rouillé garda assez de séduction pour être encore proposée en plein époque romantique. Si, au XVIe siècle, Pétrarque était « en amour le vray maistre », il était aussi considéré comme un maître d’italien. Les éditions toscanes de Lyon, utilisées comme des manuels de langue, permettaient un apprentissage complet de la langue allant de la compréhension à la parole, puis à l’écriture en prose (à l’imitation de Boccace) pour aboutir à l’écriture poétique dont Pétrarque offrait le modèle.

45Mais Rouillé ne se borna pas aux auteurs du Trecento, ni aux seuls auteurs toscans. Son catalogue italien, et le canon littéraire qu’il défendait, était beaucoup plus étendu. Dès 1550 il publia le Cortegiano et, après 1556 et le succès de la traduction française de l’œuvre, six éditions du Roland furieux reproduisant le texte de Ruscelli paru peu avant chez son maître et collègue Giolito. Nous verrons sous peu que Rouillé proposa une « version lyonnaise » des bois vénitiens qui ornaient l’Arioste de Giolito, accompagnés d’une traduction en castillan, véritable équivalent visuel du poème pour les très nombreux lecteurs du poème dans la Péninsule ibérique.

  • 73 « Ardisco dire che le stampe di Lyone potranno da qui innanzi quasiche stare al paragone nella ling (...)

46Aujourd’hui, les éditions toscanes de Rouillé sont plus nombreuses dans les collections italiennes qu’en France, ce qui nous confirme que le libraire lyonnais, loin d’éviter la concurrence italienne, entendait lui faire pièce y compris en en reproduisant les traits les plus séduisants comme les illustrations. À propos du Decamerone de 1555, Jean-Baptiste Du Four, secrétaire de l’archevêque et banquier en cour de Rome, louait dans une épître adressée à Rigal de Saint Marsal la qualité des impressions italiennes de Lyon pouvaient rivaliser avec celles de Venise, Florence et Rome73.

47Alors que la production italienne de Paris était destinée à la cour, celle de Rouillé était diffusée sur un marché global comprenant la Péninsule, marché extrêmement concurrentiel où il était essentiel de maintenir l’apparence de la nouveauté. Voilà pourquoi Rouillé rafraîchissait régulièrement ses éditions invendues des auteurs italiens en en actualisant les pages de titre. Pour le marché international Rouillé produisait parfois simultanément des éditions multilingues du même texte en français et en italien, voire en latin et même espagnol, tels les Emblèmes d’Alciat ou son propre Promptuaire des médailles dont il dédia l’édition italienne à Catherine de Médicis.

Échanges d’images, images d’échanges entre Lyon et l’Italie

48Les éditions illustrées de Lyon ont toujours joui, particulièrement en Italie, d’une haute réputation qui ne le cédait qu’à celles de Venise. Entre les deux capitales de l’imprimerie, la circulation des modèles iconographiques, très dense dès l’époque des incunables, attirait dans son orbite des images d’origine nordique et, de l’Allemagne du Sud à l’Espagne en passant par la France méridionale et le nord de l’Italie, diffusait jusqu’au Nouveau Monde un art international à l’intention d’un public pratiquant des types de lecture comparables.

49Ainsi, si dans une bible imprimée en 1512 pour le libraire Étienne Gueynard par Jean Moylin, Gueynard apparaissait aux pieds de la Vierge en une très belle composition considérée comme l’un des chefs-d’œuvre de Guillaume Le Roy II (fils du proto-typographe qui avait travaillé pour Barthélemy Buyer), la réimpression de l’ouvrage, en 1516, plaçait en tête de la Genèse une planche, divisée en six compartiments, qui s’inspirait directement d’une composition du même type publiée en 1490 dans une bible italienne imprimée à Venise pour Lucantonio Giunta et reproduite en 1498 dans une bible latine donnée, également à Venise, par Bevilacqua. Lucantonio Giunta lui-même eut recours aux presses lyonnaises, tout comme le grand libraire nurembergeois Anton Koberger qui commanda à plusieurs reprises des bibles à l’imprimeur Sacon et lui prêta pour l’occasion des bois gravés par un élève de Dürer, Hans Sprinkelé : la Nativité qui précède le Nouveau Testament – face à une vignette montrant saint Jérôme écrivant –, elle même inspirée de la bible de Bevilacqua, tout comme des vignettes de style bâlois très finement taillées que les Lyonnais essayèrent longtemps de reproduire.

  • 74 Pour l’édition Marcolini, v. Ruth Mortimer, Harvard College Library, Department of Printing and Gra (...)

50De la même facon les classiques italiens – les « trois couronnes » comme le Roland furieux – firent l’objet d’échanges d’images entre Venise et Lyon. Déjà la petite édition italienne in-12 de Dante publiée par Rouillé en 1551 reprenait certaines des xylographies de l’édition vénitienne de Marcolini en 1544, tout comme les éditions de Pétrarque de de Tournes et Rouillé reproduisaient le double portrait du poète et de Laure apparu dans celles de Giolito, mais l’illustration du Décaméron fut marquée par une série d’effets-miroirs particulièrement intéressants74. Dans l’édition Giolito de 1552 les illustrations, pour la première fois, encadraient le texte entier et ne représentaient plus seulement des épisodes tirés des nouvelles. Sans doute parce que la facon dont y étaient représentés les bosquets et les clairières où se promènent les narrateurs correspondait bien à la célébration de la vie rurale à laquelle invitait la riante campagne lyonnaise, ses xylographies furent imitées par l’illustrateur des minuscules éditions in-12 de Rouillé, celle de 1555 qui, on s’en souvient, était imprimée en « begli e piccoli caratteri » – même si ses figures sont plus impressionistes et animées – et celle de 1558 dont le caractère précieux était souligné par de beaux encadrements ovales.

  • 75 À propos de l’illustration de l’Orlando furioso, v. ma bibliographie Le livre illustré italien de l (...)

51Nouveau classique de la littérature italienne le Roland furieux, dont Venise fut pendant tout le seizième siècle le centre de diffusion privilégié, se conformait aux mises en page des Métamorphoses, modèle du grand poème illustré, et du Décaméron, modèle du livre d’aventure75. Traduit en français et publié en 1543, des copies des xylographies de l’édition vénitienne donnée par Giolito en 1542 y ornaient les éditions qu’en donna Rouillé à partir de la traduction en castillan de 1550 et formèrent l’imaginaire visuel du poème de l’Arioste dans la Péninsule ibérique. Le roman fut ensuite publié à Lyon dans sa langue originale en 1556, chez Sébastien Honorati, en deux éditions successives, in-8 et in-4, et par Rouillé in-16, ornées de 46 bois en tête de chaque chant, copiant à nouveau, en tailles différentes, ceux des nombreuses éditions de Giolito.

  • 76 Pour la série biblique, v. Georges Duplessis, « Essai bibliographique sur les différentes éditions (...)

52En sens inverse citons la manière dont les deux grandes suites d’Holbein, les Figures de la Bible et les Simulacres de la mort, parvinrent à Venise par l’intermédiaire de Giolito, pour la première, et pour la seconde d’un imprimeur lyonnais installé à Venise, Vincent Vaugris (Vincenzo Valgrisi) qui procura des éditions illustrées du Décaméron et du Roland furieux qui imposèrent en Italie le style maniériste international venu de Fontainebleau par l’intermédiaire de Lyon76.

53Mais ce sont les éditions des Métamorphoses d’Ovide au début du XVIe siècle qui offrent sans doute l’exemple le plus significatif des relations croisées entre Lyon et Venise quant à l’illustration du livre. En 1510, Étienne Gueynard imprima à Lyon une édition des Métamorphoses d’Ovide ornée de quinze gravures sur bois (très exactement quatorze dont une, la première, est répétée), placées en tête de chaque livre et attribuées à Guillaume II Le Roy qui ne fit pas œuvre originale mais démarqua les xylographies ornant la traduction italienne des Métamorphoses imprimée à Venise en 1497 par Giovanni Rosso Vercellese, à nouveau pour le compte de Lucantonio Giunta. Cette suite de 1497, reproduite à Venise en 1501, 1508, 1509 et 1517, connut une fortune parallèle en France à partir de la version Le Roy. En 1512 Jacques Ier Huguetan les fit copier pour son édition d’Ovide, et les employa à nouveau dans la réédition de 1518. En 1518 encore, en Italie cette fois Niccolò Gorgonzola ne reproduisit pas directement les illustrations vénitiennes mais la suite lyonnaise. L’année suivante Jean Crespin la reprit dans une nouvelle édition des Métamorphoses imprimée pour le compte de Guillaume Boulée. Une dernière version des ces mêmes vignettes apparut en 1532 dans le Grand Olympe des histoires poëtiques, imprimé par Romain Morin en 1532, un épais volume de mythologie abondamment illustré de gravures sur bois parmi lesquelles nous retrouvons les quinze vignettes de Le Roy, il est vrai dans un plus petit format et avec quelques modifications de détails.

54Entre Lyon et Paris, cette fois, l’échange d’images concerne ces textes « paraemblématiques » qu’étaient les bestiaires, certaines vulgarisations illustrées de la Bible, et surtout de nouvelles versions illustrées des Métamorphoses. Longtemps partagée entre Denis Janot, à Paris, et, à Lyon, Macé Bonhomme, Balthazar Arnoullet, Guillaume Rouillé et Jean de Tournes, cette production moralisante et didactique devint un monopole lyonnais après la mort de Janot en 1544. La première édition de ce genre à sortir des presses lyonnaises (celles de Macé Bonhomme, en 1556), fut les Trois premiers livres de la Métamorphose d’Ovide avec 57 vignettes à encadrements sans doute dues à Pierre Eskrich, et son chef-d’œuvre les Métamorphoses d’Ovide figurées en huitains français, publiés en 1557 par Jean de Tournes. Ce précieux in-octavo est orné de 168 vignettes - réalisées en vue d’une traduction complète des Métamorphoses par Clément Marot qui ne vit jamais le jour à cause de la mort du traducteur. Dans de splendides encadrements décorés d’entrelacs, cariatides et figures grotesques, ces vignettes sont peuplées de petites figures sveltes et dynamiques au milieu de paysages idylliques. De Tournes réutilisa les bois la même année dans une version néerlandaise de l’ouvrage, et en 1559 dans une traduction en vers toscans par Gabriele Symeoni, selon la logique du retour maximum sur investissement.

  • 77 V. à ce sujet Majoliques européennes : reflets de l’estampe lyonnaise, XVIe-XVIIe siècles : actes d (...)

55Lyon, grand centre d’impression, était aussi un lieu de production de majoliques où le goût pour l’art des faïenciers était fort répandu77. Le cardinal de Tournon, archevêque de Lyon à partir de 1551, n’avait-il pas commandé le fameux traité de Cipriano Piccolpasso Li Tre Libri dell’Arte de Vasaio durant son séjour à Castel Durante fin 1556-début 1557 ? Les artisans italiens, prenant systématiquement pour modèles iconographiques les vignettes des livres illustrés lyonnais, leur donnaient comme une seconde vie en une circulation européenne d’images échangées non plus seulement entre livres italiens et lyonnais, comme nous venons de le voir, mais entre livres et arts décoratifs. En un fascinant phénomène d’allers et retours entre la France et l’Italie les premiers modèles iconographiques apparus à Venise à la fin du XVe siècle pour illustrer les éditions vernaculaires des grands textes (la Bible, les Métamorphoses d’Ovide, les Décades de Tite-Live) étaient passés en Allemagne (Dürer, Hans Sebald Beham, Holbein le Jeune) pour s’épanouir à Lyon (de Tournes, Rouillé) puis revenir en Italie avec la majolique. Loin de s’arrêter à l’Italie cette utilisation de modèles iconographiques lyonnais venus du livre se retrouve en Flandre, en Espagne et au Portugal, partout ou l’on tentait de retrouver grâce à la majolique la splendide polychromie des livres enluminés, perdue avec le « chromoclasme » (le mot est de Michel Pastoureau) de l’imprimé illustré de xylographies en noir et blanc. Des phénomènes analogues s’observent dans les domaines de l’émail ou de l’ébénisterie.

Lyon en Espagne

  • 78 Dans les royaumes d’Espagne l’imprimerie apparut en 1472 et fut soutenue par les Rois Catholiques q (...)
  • 79 La plupart des libraires espagnols étaient réticents devant le commerce international et préféraien (...)
  • 80 La crise du milieu du XVIe siècle dont furent victimes les imprimeries barcelonaises est par exempl (...)
  • 81 V. Christian Péligry, « Les éditeurs lyonnais et le marché espagnol aux XVIe et XVIIe siècles », da (...)

56L’Italie ne représenta pas le seul « ailleurs » de Lyon. En Espagne la faiblesse de l’imprimerie au Siècle d’or créait un appel d’air dont les grandes maisons étrangères profitèrent pour s’implanter durablement dans la Péninsule78. Les presses espagnoles, peu compétitives face aux fortes industries typographiques du reste de l’Europe, s’étaient vues peu à peu confinées au marché local79. Au début du XVIe siècle le manque de ressources financières et techniques, ainsi que la pénurie de papier80 tenait l’industrie espagnole du livre en dehors du marché international. Les libraires lyonnais surent en profiter pour s’imposer durablement en Espagne où ils étaient présents depuis la fin du XVe siècle81.

  • 82 V. les nombreux travaux de Gérard Morisse régulièrement publiés dans la Revue française d’Histoire (...)
  • 83 Les Giunta, toujours omniprésents, étaient établis à Salamanque, Burgos, Saragosse et à Madrid, où (...)
  • 84 Pierre Landri, issu d’une famille consulaire de Lyon, alla diriger vers 1565 un comptoir à Medina, (...)
  • 85 Aux XVIe et XVIIe siècles la France à elle seule publia 39,77 % de la production européenne d’ouvra (...)

57En relations étroites avec leurs homologues de Medina del Campo, Salamanque, Barcelone, Saragosse, Valence et, dans une moindre mesure avec ceux de Madrid, Alcalá de Henares, Valladolid, Pampelune, Séville ou Malaga82, les Lyonnais expédiaient leurs balles de livres vers l’Espagne par trois itinéraires principaux. Une route maritime descendait le Rhône jusqu’à Marseille où les marchandises étaient embarquées à destination de Barcelone, Valence ou Séville ; une autre route maritime suivait le cours de la Loire jusqu’à Nantes et permettait ensuite de gagner les ports ibériques ; une route terrestre menait à Limoges puis se ramifiait en deux branches, l’une allant vers La Rochelle l’autre vers l’Espagne via Bordeaux et Bayonne. La route terrestre semble avoir été particulièrement fréquentée après le traité de Cateau-Cambrésis (1559) et le retour de la paix. Pareille circulation de balles de livres supposait l’existence d’un dense réseau commercial. Tout au long du XVIe siècle les grands libraires lyonnais envoyaient fréquemment un membre de leur famille en Espagne fonder une succursale de la maison-mère ou régler de façon ponctuelle un problème financier83. Ces facteurs séjournaient parfois très longtemps dans la Péninsule où certains finissaient par se marier et faire souche. Malgré l’hostilité des libraires espagnols, qui les considéraient comme de dangereux concurrents, ils surent atteindre un public d’ecclésiastiques, de juristes, d’administrateurs, et des universitaires de Valladolid, Alcalá ou Salamanque, si séduits par la qualité des impressions et des textes produits à Lyon qu’ils confiaient aux presses lyonnaises l’impression de leurs œuvres84. Ces échanges furent bénéfiques aux deux parties, Lyon devenant une plaque tournante de la diffusion internationale de la culture espagnole en France et dans le reste de l’Europe aux XVIe et XVIIe siècles85.

  • 86 Vincent et Gaspard Portonari, ses parents proches, s’installèrent à Salamanque où ils devinrent ses (...)
  • 87 Les six éditions en castillan ne représentent qu’une petite partie des éditions d’auteurs espagnols (...)
  • 88 Los Emblemas des Alciato. Traducidos en rhimas Españolas. Añadidos de figuras y de nuevos Emblemas (...)
  • 89 « Considerando (amigos lectores) de quantos libros ansi impressos como por imprimir por falta de la (...)
  • 90 « … con proposito de que aqui adelante, no solamente libros latinos y griegos como hasta aqui emos (...)
  • 91 « Y dado caso que yo non alcance tan por el cabo la pulicia de esta lengua (por ser estranjero) com (...)

58Bien qu’il ait peu fréquenté lui-même la Péninsule ibérique Guillaume Rouillé joua un rôle clef dans le commerce du livre espagnol. De nombreux actes notariés témoignent d’échanges constants entre ce grand entrepreneur, ses facteurs et ses partenaires86. Rouillé publia aussi des livres en espagnol, comme il le faisait en italien87. Les six ouvrages qu’il mit au jour étaient des traductions de textes latins, italiens ou français. Contrairement à d’autres libraires lyonnais du XVIe siècle à qui l’on doit des publications de classiques espagnols en langue vulgaire comme La Célestine, Rouillé recherchait avant tout la rentabilité en publiant des ouvrages d’intérêt actuel mais de vente sûre. S’il livra en 1549 la première édition lyonnaise en castillan d’un des « best-sellers » du siècle, les Emblèmes d’Alciat, ce n’était certes pas par goût du risque88. Dans l’avis au lecteur Rouillé indiquait qu’il avait voulu combler une sorte de vide commercial dans la Péninsule89 et proclamait sans ambages son intention de procurer des éditions espagnoles90. Pour s’assurer de la correction des textes qu’il envisageait de publier il s’adjoignit une équipe de correcteurs – sans doute des Espagnols résidant à Lyon91

  • 92 Orlando furioso dirigido al principe Don Philipo nuestro señor, traduzido en Romance Castellaño por (...)
  • 93 Les amis espagnols des éditeurs les aidèrent dans la correction des épreuves et rédigèrent des comm (...)

59En association avec Macé Bonhomme Rouillé donna en 1550 la célèbre traduction de du Roland furieux due à Jerónimo Jiménez de Urrea, première version castillane de l’Arioste92. Les deux associés, qui déclaraient se lancer dans l’opération à cause de « la carestia y falta que ay destos libros en estos Reynos », avaient été encouragés par leurs amis espagnols à diffuser un texte qui devait exercer une grande influence sur les lettres castillanes93.

  • 94 Orlando furioso de M. Ludovico Ariosto dirigido al Principe Don Philippe N. S. traduzido en romance (...)

60La nouvelle édition du poème de l’Arioste que Rouillé produisit en 1556, toujours en association avec Bonhomme, était augmentée d’une sorte de manuel de grammaire et de phonétique castillanes ainsi que d’un vocabulaire espagnol. Leur auteur, Alfonso de Ulloa, était un Espagnol installé à Venise où il avait donné de nombreuses traductions en italien d’écrivains espagnols et portugais. En 1553 Gabriel Giolito lui avait confié la rédaction de gloses et d’une introduction au vocabulaire espagnol qu’il avait ajouté à sa reprise de la traduction d’Urrea94. Rouillé reprit purement et simplement ce texte dans son édition de 1556, destinée non seulement au marché espagnol mais aux nombreux Espagnols qui se trouvaient alors en Italie, dans le Piémont, en Lombardie, à Venise, à Rome et dans le royaume de Naples.

  • 95 Promtuario de todos los mas insignes varones que ha avido desde el principio del mundo, en deux par (...)
  • 96 Ainsi apparaît « Philippe rey d’España, hijo de don Carlos Emperador » et l’adresse à Henri II, roi (...)

61Après avoir partagé en 1551 avec Bonhomme l’édition d’un livre d’heures en castillan Rouillé attendit dix ans pour s’engager dans une nouvelle entreprise en langue espagnole. En 1561 il publia la version en castillan de son propre Promptuaire des médailles de plus renommées personnes qui ont été depuis le commencement du monde : avec une brieve description de leurs vies et faicts, recueillie des bons auteurs, un in-quarto abondamment illustré de 884 portraits en médaillon95. Dans l’édition espagnole on trouve quelques figures supplémentaires, ajoutées par souci de mise à jour et pour être agréable au public ibérique, ainsi que de petites altérations dues au traducteur espagnol96.

  • 97 v. Mortimer, French, I, ns. 249-250 p. 302-303.
  • 98 « […] Y si assi el ho hiziere, darnos ha espuelas para que adelante le comuniqueremos y demos parte (...)

62Toujours en 1561, Rouillé publia le Diàlogo de las Empresas militares y amorosas compuesto en lengua italiana por el Illustre y reverendissimo Señor Paulo Jovio obispo de Nucera. […] Todo nuevamente traduzido en Romance Castellano por Alfonso de Ulloa, suivi des Empresas Heroicas y Morales des Señor Gabriel Symeon dont il donnait aussi une édition française après les avoir publiés en italien deux ans auparavant97. Ces textes étaient remarquables par l’abondance des figures « telles… qu’elles représentent à l’œil la substance de chascune devise » : 102 vignettes gravées sur bois entourées d’un encadrement pour le premier ouvrage, 34 pour le second. Rouillé était conscient de la supériorité technique lyonnaise en ce domaine, et le manifeste dans une adresse « al benevolo lector » où il expliquait ne pas avoir lésiné sur les frais d’illustrations : « en ellas [las figuras] pospuse toda costa, para no dexar de hazello al gusto moi u suyo ». En fait, ayant déjà fait tailler ces bois pour ses éditions française et italienne il était tout prêt à les reprendre lorsqu’il eut connaissance de la traduction espagnole d’Alfonso de Ulloa grâce à une édition de Giolito. Dans le même avis au lecteur apparait l’idée d’un « retard culturel » de l’Espagne susceptible d’être exploité commercialement98.

  • 99 Discours sur la castramentation et discipline militaire des Romaines, suivi de Des bains et exercit (...)
  • 100 « Y suplico a V. M. entienda de mi que de ver los provechos y curiosos libros de que gozan en su le (...)

63Rouillé publia sa dernière édition en langue espagnole en 1579 : Los discursos de la religion, castrametacion, asiento del Campo, Baños y exercicios de los Antiguos Romanos y Griegos, de Guillaume Du Choul, traduction d’un ouvrage français qu’il avait publié pour la première fois en 1556-155799. Le traducteur, Maître Balthasar Pérez del Castillo, chanoine de la cathédrale de Lyon, indique qu’il s’est livré à ce travail pour que les hommes de sa nation ne soient pas défavorisés par rapport aux Italiens et aux Français100.

Lyon « seconde Genève »

  • 101 En 1542, par exemple, Jean Frellon publia une édition des Simulachres et Histoires Faces de la Mort (...)

64La Réforme fit de Genève, éternelle rivale de Lyon, l’héritière de certaines forces vives du monde du livre lyonnais. À Lyon la Réforme avait trouvé des conditions propices : ni Parlement, ni Sorbonne pour y poursuivre l’hérésie, une officialité désarmée, un archevêque, le cardinal de Tournon, dont la vigilance ne pouvait s’exercer que par intermittence, absorbé qu’il était par ses charges politiques, et un commerce qui ouvrait la ville à tous les mouvements de la pensée. Le rôle des libraires et des ouvriers du livre dans les débuts de la Réforme, est significatif. Le chapitre de la cathédrale se plaignait en 1557 de ce que « des livres pernicieulx, scandaleux et hérétiques s’impriment en grand nombre en ceste ville ». Les ouvrages protestants publiés à Lyon avant 1561 circulaient plus facilement que ceux de Genève car il ne s’agissait pas d’ouvrages théologiques ou polémiques mais de Bibles et de Nouveaux Testaments en français et en italien, de livres de dévotion et de manuels religieux aux titres innocents101.

  • 102 Le jeu des parentés et la solidarité des grands intérêts permettraient à quelques-uns des réfugiés (...)

65Avec les guerres civiles, après 1562, la librairie lyonnaise se lança dans la littérature militante. Une véritable explosion d’ouvrages polémiques caractérisa la brève domination protestante et surtout les années de tolérance, entre 1563 et 1567, durant lesquelles catholiques et réformés s’affrontèrent par le livre. La réaction catholique mit fin à ce petit âge d’or de la librairie. Les nombreux libraires séduits par la Réforme, et parmi eux certains des plus puissants, ne devaient plus jamais être en sûreté à Lyon et l’émigration vers Genève, toute proche, leur apparut comme la seule voie de salut. Dès avant les guerres, Genève avait reçu de nombreux exilés français qui, surtout à partir de 1551, y avait contribué grandement au développement de l’art typographique. Parmi les immigrants venus de toutes les villes d’imprimerie du Royaume beaucoup étaient déjà lyonnais. Mais ce premier exode n’était rien en comparaison de celui de l’automne et de l’hiver 1567-68. Exilés volontaires ou proscrits, un grand nombre de libraires protestants quittèrent la ville. Quelques-uns finirent par revenir, mais d’autres s’établirent définitivement à Genève, privant la librairie et l’imprimerie lyonnaises d’hommes et de capitaux et favorisant de nouveau l’ancienne et redoutable rivale de Lyon102.

66Durant la deuxième moitié du XVIe siècle l’ouverture sur l’extérieur de la ville rhodanienne fut aussi favorable à l’essor de la Contre-réforme catholique qu’elle l’avait été à celui de la réforme calviniste. Les liens de la ville avec l’Italie et l’Espagne catholiques se resserrèrent. Jamais Lyon n’y expédia autant de balles de toiles, autant de papier d’Auvergne, et autant de livres, tandis que le rôle des Méridionaux s’accroissait à Lyon même, au détriment des Allemands et des Flamands. Pourtant le monde du livre y entrait dans une phase de long déclin, un automne qui aurait pu inspirer une toile allégorique du type de celles que nous avons imaginées au début de cet article. Le déplacement de l’axe de l’économie européenne de la Méditerranée vers le nord-ouest du continent frappa de plein fouet une ville qui avait tiré sa fortune des trafics méditerranéens et se trouva enveloppée dans la crise générale des villes italiennes. Pour plusieurs siècles, Lyon perdit sa suprématie dans la « semaison des bons livres » au profit de Paris.

Notes

2 Lucien Febvre et Henri-Jean Martin, L’Apparition du livre, Paris, Albin Michel, 1958, chapitre VI, p. 256-281.

3 Le dossier des débuts de l’imprimerie lyonnaise est, dans une très large mesure, à reprendre. Le dépouillement des sources d’archives (Archives Municipales, essentiellement les séries CC, Chartreaux et Nommées et la sous-série 8ii, fonds d’Albanne, mais aussi minutier des notaires, tout incomplet qu’il soit) est encore très imparfait. Pour les sources secondaires, v. Aimé Vingtrinier, Histoire de l’imprimerie à Lyon de l’origine jusqu’à nos jours, Lyon, Adrien Stork, 1894 ; Natalis Rondot, Les graveurs sur bois et les imprimeurs à Lyon au XVe siècle, Lyon, Mougin-Rusand, 1896 ; Anatole Claudin, Histoire de l’imprimerie en France au XVe et au XVIe siècle, Paris, Imprimerie nationale, 1900-1914, III et IV, p. 493-524 ; Lucien Romier, « Lyon et le cosmopolitisme au début de la Renaissance française », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, XI/1, 1949, p. 28-42 ; Henri Baudrier, Bibliographie lyonnaise. Recherche sur les imprimeurs, libraires, relieurs et fondeurs de lettres de Lyon au XVIe siècle, Paris, de Nobele, 1964-1965, I, tables ; Henri-Jean Martin, Le siècle d’or de l’imprimerie lyonnaise, Lyon, Éditions du Chêne, 1970 ; Jeanne-Marie Dureau, « Les premiers ateliers français » et Dominique Coq, « Les incunables : textes anciens, textes nouveaux », dans Histoire de l’édition française, Roger Chartier et Henri-Jean Martin éds., I : Le livre conquérant, Paris, Fayard-Le Cercle de la Librairie, 1989, p. 163-176 et 177-194 ; Guy Parguez, Catalogues régionaux des incunables des bibliothèques publiques de France, XI : Bibliothèques de la région Rhône-Alpes, I : Ain, Ardèche, Loire, Rhône, Paris, Aux amateurs de livres, 1991 ; The Illustrated incunabula short-title catalogue, London, Primary Source Media - The British Library, 1998 (ci après I.S.T.C.) ; Guillaume Fau, Sarah Saksik, Marie Smouts et Sylvie Tisserand, « L’imprimerie à Lyon au XVe siècle : un état des lieux », Revue française d’histoire du livre, nos 118-121, 2003, p. 190-275 ; Sheza Moledina et Dominique Varry, « Bibliographie de l’histoire du livre imprimé à Lyon. Choix de travaux parus depuis 1970 », dans Histoire et civilisation du livre, II, 2006, p. 259-277.

4 Expression des marchands italiens s’adressant aux notables lyonnais le 28 juillet 1544, Archives municipales de Lyon (ci-après AmL) BB 61f. 367.

5 Il était facile pour un nouvel arrivant de s’établir à Lyon, car c’était une ville de « travail libre » et la municipalité défendait jalousement son indépendance. V. Claudin, Histoire, tome III, p. 482 ; Nathalie Zemon Davis, « Le milieu social de Corneille de la Haye (Lyon 1533-1575) », Revue de l’Art, 7, 1980, p. 21-28.

6 Claudin, Histoire, tome III, p. 523-524 ; Fau, Saksik, Smouts et Tisserand, « L’imprimerie à Lyon », p. 197. Claudin décompte, sur 53 imprimeurs (50 ateliers dont 10 anonymes), 23 individus originaires de pays germaniques, 5 d’Italie, 1 d’Espagne et 20 de France, parmi lesquels 8 Lyonnais seulement. Le nouveau recensement que permet l’I.S.T.C. donne un total de 160 imprimeurs. La prosopographie des premiers imprimeurs lyonnais met en évidence l’ampleur de la circulation des caractères et du matériel typographique en général. L’importation des types témoigne alors non seulement de la forte implantation dans la ville d’imprimeurs étrangers, mais aussi de la densité des échanges entre la métropole lyonnaise et la péninsule et le nord de l’Europe. V. Joël Lefebvre, « Imprimeurs lyonnais et imprimeurs bâlois à la fin du XVe siècle » dans Imprimerie commerce et littérature, actes du Vème congrès de la société française de littérature comparée (Lyon, 1962), Annales de l’Université de Lyon, IIIe série, 39, 1965, p. 23-29 ; Fau, Saksik, Smouts et Tisserand, « L’imprimerie à Lyon », p. 195 et n. 74-75, p. 230-233 et n. 128, p. 248-249.

7 James B. Wadsworth, Lyons 1473-1503 : the Beginnings of Cosmopolitanism, Cambridge, Mass., Medieval Academy of America, 1962 ; René Fédou, « Imprimerie et culture : la vie intellectuelle à Lyon avant l’apparition du Livre », Cinq études lyonnaises, Genève-Paris, Droz, 1966, p. 9-25.

8 Claude Dalbanne, « Les Premiers Travaux d’imprimerie exécutés pour le chapitre saint Jean de Lyon », Gutenberg Jahrbuch, 1937, p. 85 ; Henri Hours et Claude Dalbanne « Deux placards imprimés à Lyon en 1489 » Gutenberg Jahrbuch, 1954, p. 137-142.

9 Une différence majeure toutefois : alors que la production en langue vulgaire des presses germaniques présente divers dialectes haut-allemands, alémanique, souabe, ou francique, ce qui atteste assez que son public était local, il n’en va pas de même à Lyon qui publie en français et non en franco-provençal alors même que le Lyon de la Renaissance avait un caractère polyglotte qui frappait les étrangers. V. Coq, « Les incunables », p. 181 ; Gabriel-André Pérouse, « Langue quotidienne et langue littéraire à Lyon, au XVIe siècle », dans Lyon et l’illustration de la langue française à la Renaissance, Gérard Defaux dir., Lyon, ENS Éditions, 2003, p. 169-181 ; Caroline Fargeix, Les é lites lyonnaises du XVe siècle au miroir de leur langage : pratiques et représentations culturelles des conseillers de Lyon, d’après les registres de délibérations consulaires, Paris, De Boccard, 2007.

10 Cette proportion atteignit 40 % à la fin du siècle, toujours au-dessus du pourcentage national de 30 %.

11 Charles Perrat, « Barthélemy Buyer et les débuts de l’imprimerie à Lyon », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, X, 1935, p. 103-121, p. 349-387 ; Martin, Le siècle d’or ; Febvre et Martin, L’Apparition du livre, p. 177-190 ; Coq, « Les incunables », p. 179-180 ; Dictionnaire encyclopédique du livre, I (lettres A-D), Paris, Cercle de la Librairie, 2002, p. 407 ; Fau, Saksik, Smouts et Tisserand, « L’imprimerie à Lyon », n. 29, p. 215-217.

12 Actif à Lyon de 1473 à 1493, année de sa mort, « maistre Guillaume l’impresseur des livres » est originaire de Liège. Après le sac de cette ville par Charles le Téméraire en 1468 il aurait séjourné à Cologne, puis à Bâle et à Beromünster. Si on admet qu’il est le « Guillelmus Gallus » signalé à Venise en 1477, Le Roy aurait fait un séjour dans l’atelier de Wendelin de Spire, proto-typographe de la Sérénissime. Il quitta Buyer en 1481. Son domaine privilégié resta l’édition illustrée en langue française. Fau, Saksik, Smouts et Tisserand, « L’imprimerie à Lyon », n. 87, p. 236-238.

13 Jacques de Voragine, La Légende dorée, éd. Jean Batailler, trad. Jean de Vognay, Lyon, [Guillaume Le Roy, pour] Barthélemy Buyer, 18 IV1476.

14 Buyer, qui a lui-même une formation de juriste, envoie Le Roy en Italie pour réunir de la documentation sur le droit romain et publie, également en 1478, le Corpus juris civilis commenté par Bartole, en huit volumes. Il fait venir de Venise, à cette occasion, des fontes de gothique ronde reprenant le modèle de l’écriture bolonaise.

15 Richard Gascon, Grand commerce et vie urbaine, I, p. 446-447 ; Fau, Saksik, Smouts et Tisserand, « L’imprimerie à Lyon », p. 198-200.

16 Au début du XVIe siècle les regroupements d’imprimeurs correspondaient à une exigence de la police qui les obligeait à tous habiter le même quartier, pour pouvoir mieux les surveiller. V. Anne Zander, « La rue Mercière à Lyon, histoire urbaine et sociale du XVe siècle à nos jours », dans Travaux de l’Institut d’histoire de l’art de Lyon, Lyon, 1993, p. 91-128.

17 Pour pouvoir conserver le matériel d’imprimerie et/ou l’atelier dont elles héritent, les veuves d’imprimeurs se remarient souvent avec d’autres imprimeurs. V. Natalie Zemon Davis, « Women in the arts mécaniques in Sixteenth-century Lyon », dans Hommes et sociétés, mélanges offerts à Richard Gascon, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1980, p. 139-167 ; Roméo Arbour, Dictionnaire des femmes libraires en France (1470-1870), Genève, Droz, 2003 ; Fau, Saksik, Smouts et Tisserand, « L’imprimerie à Lyon », p. 200-201.

18 L’épidémie stimula sans doute le lancement d’ouvrages médicaux, dont la commande royale du De Regimine Salernitarum d’Arnauld de Villeneuve, traduit en français d’après une édition de Louvain.

19 AmL, CC 104.

20 AmL CC 507 et 508.

21 AmL CC 509 à 532.

22 Le nombre d’éditions lyonnaises conservées est d’environ 1140.

23 Bartolomeo Fontana, Itinerario o vero viaggio da Venetia a Roma, Venise, Agostino Bindoni, 1550, fol. 18v.

24 Les caractères d’imprimerie comme « million de dents noires » sont chantés dans l’Ode sur l’Antiquité et excellence de la ville de Lyon de Charles Fontaine (1537).

25 En 1524 une crise due aux revers militaires et à la captivité du roi frappa les deux villes. À Baudrier il faut maintenant ajouter Sybille von Gültlingen, Bibliographie des livres imprimés à Lyon au seizième siècle, Baden Baden & Bouxwiller, Koerner, 1993-2006 (Bibliotheca Bibliographica Aureliana, 160).

26 L’approvisionnement des presses lyonnaises devint un quasi monopole des papetiers d’Ambert, le papier florentin disparaissant pratiquement après 1522.

27 Imprimeurs et écrivains de Lyon au XVIe siècle, catalogue de l’exposition, Lyon, Musée de l’imprimerie, 23 Septembre-31 Octobre 1981 ; Natalie Zemon Davis, « Le monde de l’imprimerie humaniste : Lyon » dans Histoire de l’édition française, I : Le livre conquérant, Roger Chartier et Henri-Jean Martin éds., Paris, Fayard-Le Cercle de la Librairie, 1989, p. 255-277. Lyon entre 1499 et 1549 aurait totalisé 420 ateliers typographiques sans compter les libraires, les fondeurs de caractères, les apprentis ou les compagnons typographes. Il faudrait y rattacher les relieurs et les papetiers de la région (Ambert et Beaujolais).

28 Au même moment le protestantisme se répandait parmi les compagnons imprimeurs. V. Natalie Zemon Davis, « Strikes and Salvation at Lyon », dans Society and culture in early modern France, Natalie Zemon Davis éd., Stanford, Calif., Stanford University Press, 1975, p. 1-16.

29 La Grande Compagnie des Libraires est créée en 1520 et reconduite tous les six à dix ans. Les associés, même s’ils peuvent former d’autres associations, se sont tous engagés à ne publier à leur compte aucun des ouvrages édités par la Compagnie. Jeanne-Marie Dureau-La Peyssonie, « Recherches sur les grandes compagnies de libraires lyonnais au XVIe siècle », dans Nouvelles Études Lyonnaises, Genève, Droz, 1969, p. 5-63

30 Les marchands et de riches artisans investissaient dans l’achat de terres et de maisons de campagne aux environs de la ville, v. Gascon, Grand commerce, II, p. 813-870.

31 La hausse du coût de la vie était d’autant plus sensible pour les maîtres que le salaire des compagnons était en partie un salaire-nourriture. V. Natalie Zemon Davis, Les cultures du peuple : savoirs, rituels et résistances au XVIe siècle, Paris, Aubier-Montaigne, 1980, notamment, p. 308-365 et « A Trade Union in Sixteenth-Century France », The Economic History Review, Second series, XIX, 1, 1996, p. 48-69.

32 Les maîtres imprimeurs n’avaient pas comme les tisserands la possibilité de recourir à une main d’œuvre rurale.

33 Antonio de Beatis, Voyage du cardinal d’Aragon en Allemagne, Hollande, Belgique, France et Italie (1517-1518), trad. par M. Havard de la Montagne, Paris, 1913, p. 207.

34 Matteo Bandello, Tutte le opere, publ. par Francesco Flora, 3e éd., Milan, Mondadori, 1952, I, p. 593.

35 Andrea Minucci, Descrizione di un viaggio fatto nel 1549 da Venezia a Parigi di Andrea Minucci arcivescovo di Zara, publ. par Jacopo Bernardi, Miscellanea di storia italiana, Turin, 1861, I, p. 85.

36 Aux yeux des Italiens Lyon, à l’image des ses maisons, est moins « belle » que « bonne », plus bourgeoise que noble. C’est, pour les transalpins, le grand défaut des villes de France, pays où la noblesse reste presque exclusivement rurale. Henri Hours, « Renaissance et influence italienne », Monuments historiques, 157, 1988, p. 9-11 ; Marc Smith, « Lyon vu par les voyageurs italiens au XVIe siècle », dans Beaujeu et sa région, Union des Sociétés Historiques du Rhône, 1990, p. 85-98 ; Giuseppe Iacono et Salvatore Ennio Furone, Les marchands banquiers florentins et l’architecture à Lyon au XVIe siècle, Paris, Publisud, 1999, p. 107-108. Le stéréotype de l’aspect « italien » de Lyon persiste aujourd’hui. Pendant les années où j’y ai vécu ses habitants soulignaient inlassablement l’aspect « Renaissance italienne » du Vieux Lyon, à mes yeux typiquement gothique.

37 Lucien Febvre, Le problème de l’incroyance au XVIe siècle : la religion de Rabelais, Paris, Albin Michel, 1942, p. 33.

38 Émile Picot, Les Italiens en France au XVIe siècle, 1918 (rééd. Rome, 1995) ; Jacqueline Boucher, Présence italienne à Lyon à la Renaissance. Du milieu du XVe à la fin du XVIe siècle, Lyon, LUGD, 1994, à compléter, par ead., « Les Italiens à Lyon » Passer les monts. Français en Italie, l’Italie en France (1494-1525). Actes du colloque (Paris-Reims, 1995), Jean Balsamo éd., Paris-Fiesole, Champion-Cadmo, 1998, p. 39-46 ; Jean-François Dubost, La France italienne. XVIe-XVIIe siècles, Paris, Aubier, 1997. Pour les imprimeurs et libraires, v. Enea Balmas, « Librai italiani a Lione », dans Il Rinascimento a Lione, actes du colloque international (Macerata, 1985), Antonio Possenti et Giulia Mastrangelo éds., Rome, Edizioni dell’Ateneo, 1988, I, p. 63-82 ; Jacqueline Boucher, Présence italienne à Lyon, p. 57-66 ; Simone Albonico, « Librai italiani a Lione 1540-1560 », Nuova Rivista di Letteratura italiana, III, 1, 2000, p. 203-217.

39 Pour les ouvrages en italien v. Nicole Bingen, Philausone 1500-1660 : répertoire des ouvrages en langue italienne publiés dans les pays de langue française de 1500 à 1660, Genève, Droz, 1994 ; ead., Le maître italien (1510-1660). Bibliographie des ouvrages d’enseignement de la langue italienne destinés au public de langue française, suivie d’un répertoire des ouvrages bilingues imprimés dans les pays de langue française, Bruxelles, Van Balberghe, 1987.

40 Sept libraires sont bien représentatifs de ce groupe : Jacques Sacon, Barthélemy Trot, Jacques Giunta, les frères Barthazar et Luxembourg Gabiano, Vincent et Dominique Portonari, Philippe Tinghi et Sébastien et Barthélemy Honorat, actifs entre 1496 (Sacon) et 1589 (Honorati). Sacon, Trot, les Gabiano et les Portonari étaient originaires du Piémont, les Giunta de Florence, Tinghi et Honorati de Toscane.

41 Gascon, Grand commerce et vie urbaine, II, p. 395.

42 Archivio di Stato di Firenze, Mercanzia, 10831, c. 179r : cette association dura jusqu’en 1535. V. William Pettas, « The Giunti and the book trade in Lyon », dans Libri, tipografi, biblioteche. Ricerche storiche dedicate a Luigi Balsamo, Florence, Olschki, 1977, I, p. 169-192.

43 À sa mort, en 1546, sa succession donna lieu à une longue série de transactions économiques complexes qui se poursuivirent pendant des années. Les héritiers de sa firme restèrent actifs sur le marché jusqu’en 1572.

44 La fréquentation des universités par les fils de marchands lyonnais resta longtemps fort réduite et les mentions de livres - même de piété - dans les testaments de marchands sont très rares.

45 Il s’agit des salons animés par Marie de Pierrevive, fille et femme de grands marchands italiens et amie personnelle de Catherine de Médicis, dans son hôtel qu’on appelle aujourd’hui de Gadagne, ou dans son château du Perron, et du Sodalitium lyonnais des années 1530 – la mythique Académie de Fourvière – qui comptait parmi ses membres Maurice et Guillaume Scève et les trois frères Vauzelles, dont l’« italianisant » Jean, prêtre, poète, traducteur de l’Arétin, dont il était le correspondant, mécène, amateur d’art, et l’antiquaire Guillaume Du Choul. V. Richard Cooper, « Humanistes et antiquaires à Lyon », dans Il Rinascimento a Lione, actes du colloque (Macerata, 1985), Antonio Possenti et Giulia Mastrangelo éds., Rome, Edizioni dell’Ateneo, 1988, p. 159-174 ; id., « L’antiquaire Guillaume Du Choul et son cercle lyonnais » et Myra Dickman Orth, « Lyon et Roma à l’antique. Les illustrations des Antiquités romaines de Guillaume Du Choul », Lyon et l’illustration, p. 261-286 et 287-308.

46 La cour séjourna à Lyon une vingtaine de fois. Tantôt le roi ne fit que passer, tantôt il demeura de longs mois, comme en 1501 et 1536. Parfois, en son absence, la régente et la Cour s’installaient dans l’attente de son retour : en 1515-1516, et surtout en 1524-1526, au moment de la désastreuse campagne de Pavie. L’Humanisme lyonnais au XVIe siècle, actes du colloque (mai 1972), Presses Universitaires de Grenoble, 1974 ; Il Rinascimento a Lione, actes du colloque (Macerata, 1985), Antonio Possenti et Giulia Mastrangelo éds., Rome, Edizioni dell’Ateneo, 1988 ; Intellectual Life in Renaissance Lyon, actes du colloque (Cambridge-Lyon, 1991), Philip Ford et Giulia Jondorf éds., Cambridge University Press, 1993 ; Louis Bourgeois, Quand la cour de France vivait à Lyon, Lyon, Fayard, 1980.

47 Après la paix de Cateau-Cambrésis, les nombreux républicains florentins exilés à Lyon, durent accepter l’institution du principat. Les « fuoriusciti » décidèrent alors de s’intégrer dans la noblesse française. V. Dubost, La France italienne, p. 53-56.

48 Dans l’édition lyonnaise du Décaméron publié par Guillaume Rouillé en 1555, l’épître dédicatoire de Jean-Baptiste Du Four célébrait l’italien parlé par une dame en vue du patriciat lyonnais, Marguerite de Bourg. Rapportant une conversation qu’il aurait eue avec Rouillé, Du Four encourageait le libraire à publier des textes en italien pour répondre à l’intérêt de la noblesse « sendo hoggi la nobiltà franzese molto della thoscana lingua studiosa », afin de plaire aux dames de la cour « che non solo se ne dilettano, ma ne hanno perfetta cognizione ».

49 Au début du XVIe siècle les entrées royales devinrent autant de manifestations de la nouvelle culture en provenance d’Italie. L’entrée de Henri II et de son épouse, les 23 et 24 septembre 1548, représenta l’apogée de la ville. Le livret en fut publié par Rouillé en 1549. Le texte est très probablement dû à Maurice Scève aidé par Barthélemy Aneau, et les quinze planches à Bernard Salomon, « étoile » de l’illustration du livre lyonnais entre 1540 et 1560. V. Maurice Scève, The Entry of Henri II into Lyon : September 1548, a facsimile with an introduction by Richard Cooper, Tempe (Ariz.), Medieval & Renaissance Texts & Studies, 1997 ; Luisa Capodieci « Sic itur ad astra. Narration, figures célestes et platonisme dans les entrées d’Henri II (Reims 1547, Lyon 1548, Paris 1549, Rouen 1550) », dans French Royal Entries in the Sixteenth Century : Event, Image, Text, Nicolas Russell et Hélène Visentin éds., Presses de l’Université de Toronto, The Center for Reformation and Renaissance Studies, Essays and Studies 11, 2007, p. 73-109. Sur Bernard Salomon, v. maintenant Peter Sharrat, Bernard Salomon : illustrateur lyonnais, Genève, Droz, 2005.

50 Sous François Ier et Henri II la langue italienne était considérée comme une langue royale et les Italiens, en l’illustrant, contribuaient à illustrer la couronne de France. V. Jean Balsamo, « L’italianisme lyonnais et l’illustration de la langue française », dans Lyon et l’illustration de la langue française à la Renaissance, Gérard Defaux dir., avec la collaboration de Bernard Colombat, ENS Éditions, 2003, p. 211-229 ; id., Rencontres des Muses. Italianisme et anti-italianisme dans les lettres françaises de la fin du XVIe siècle, Genève, Slatkine, 1992.

51 V. Carlo Dionisotti, Geografia e storia della letteratura italiana, Turin, Einaudi, 1956 ; Amedeo Quondam « La letteratura in tipografia », Letteratura italiana, Alberto Asor Rosa dir., Turin, Einaudi, 1983, II, p. 555-686 ; Brian Richardson, Print culture in Renaissance Italy. The editor and the vernacular text 1470-1600, Cambridge, Cambridge University Press, 1994. Il est donc tout naturel que le premier écrivain s’exprimant en vulgaire italien à avoir eu une audience significative en France et particulièrement à Lyon, l’Arétin, ait représenté la nouvelle dimension non-humaniste de la littérature. Jean de Vauzelles traduisit ses oeuvres religieuses L’Umanità e la Passione di Cristo en 1539, chez Trechsel, puis les Sette Salmi et Il Genesi chez Gryphe, en 1540 et 1542. V. Picot, Les Français italianisants, p. 117-159 ; Elsa Kammarer, Trois livres de l’humanité de Jésus Christ, extraits de la traduction de Jean de Vauzelles 1539, Paris, Édition Rue d’Ulm, 2004.

52 Dubost, La France italienne, p. 37.

53 Gascon, Grand commerce, I, p. 114-115.

54 Le voyage de Baldassarre Gabiano à Lyon eut sans doute lieu à l’instigation de son oncle Giovanni Bartolomeo, libraire à Venise, qui suivait avec attention l’activité d’Alde Manuce. Lorsque Baldassarre arriva à Lyon en 1497 il avait pour tâche d’y représenter la compagnie d’Ivry, fondée à Venise entre les Gabiano et les Aliprando. Vivant à Venise, bien introduit dans les métiers du livre, Giovanni Bartolomeo put facilement lui envoyer un matériel typographique copié sur celui d’Aldo pour contrefaire les éditions aldines. Les contrefaçons de Gabiano sont médiocres sur le plan textuel mais très soignées typographiquement. V. David J. Shaw, « The Lyons Counterfeit of Aldus’s italic type : a new chronology », dans The Italian Book. 1465-1800, Denis V. Reidy dir., Londres, The British Library, 1993, p. 117-133 ; William Kemp, « Counterfeit Aldines and Italic-Letter Editions printed in Lyons 1502-1510 : Early Diffusion in Italy and France », Papers of the bibliographical Society of Canada / Cahiers de la Société bibliographique du Canada, 35, 1, 1997, p. 75-100.

55 Texte publié dans A. A. Renouard, Annales de l’imprimerie des Alde, ou Histoire des trois Manuce et de leurs éditions, Paris, Renouard, 1834, p. 301 et p. 321-323. Reproduction de l’original dans Aldo Manuzio tipografo 1494-1515, Luciana Bigliazzi éd., Florence, Octavo-F. Cantini, 1994, p. 115-116.

56 Sybille von Gültlingen, Bibliographie des livres imprimés à Lyon ; Nicole Bingen, Philausone 1500-1660 et Le Maître italien.

57 Franco Simone, « L’importance historique et littéraire des premières éditions lyonnaises de Dante, Petrarque et Boccace », dans Imprimerie, Commerce et Littérature, p. 31-43 ; id., « La presenza di Dante, Petrarca e Boccaccio nel primo umanesimo lionese », dans Umanesimo, Rinascimento, Barocco in Francia, Milan, Mursia, 1968, p. 59-74.

58 La naturalisation est enregistrée dans le Catalogue des actes de François Ier, VI, nos 20486, 20801. V. maintenant Quid novi ? Sébastien Gryphe, à l’occasion du 450e anniversaire de sa mort, actes du colloque (Lyon-Villeurbanne, 2006), Raphaëlle Mouren dir., Villeurbanne, Presses de l’ENSSIB, 2008.

59 Febvre, Le problème de l’incroyance, p. 33.

60 Luigi Alamanni était un exilé florentin, à la fois poète et agent du roi chargé de consolider le réseau des partisans de la cour de France dans la Péninsule. La publication des ses Opere, sous la protection du roi, peut apparaître comme une première manifestation d’un pétrarquisme royal auquel le poète donnait une formulation encomiastique. V. Les poètes français de la Renaissance et Pétrarque, Jean Balsamo éd., Genève, Droz, 2004.

61 V. Ugo Rozzo, « La cultura italiana nelle edizioni lionesi di Sébastien Gryphe (1531-1541) », dans Du Pô à la Garonne, actes du colloque (Agen, 1986), Agen, Centre Matteo Bandello, p. 13-47, republié La Bibliofilia, 90, 1988, p. 161-195 ; id., « Sébastien Gryphe editore di umanisti ed eretici italiani (1524-1542) » dans Quid novi ?, p. 113-152.

62 Sur Lyon comme refuge religieux des dissidents italiens, Dubost, La France italienne, p. 56-57 ; Henri Meylan, « Bèze et les italiens de Lyon », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, XIV, 1952, p. 235-249 ; John A. Tedeschi, « L’oeuvre littéraire de la réforme italienne », dans Le livre dans l’Europe de la Renaissance, actes du colloque (Tours, 1985), Pierre Aquilon, Henri-Jean Martin, François Dupuigrenet Desroussilles éds., Paris, Promodis, 1988, p. 404-433. Sur l’italianisme du cardinal de Tournon, Michel François, Le cardinal François de Tournon, homme d’État, diplomate, mécène et humaniste (1489-1562), Paris, De Boccard, 1962, p. 498, 508 et 516. Sur Brucioli, v. maintenant Antonio Brucioli. Humanisme et Évangélisme entre Réforme et contre-Réforme, actes du colloque (Tours, 2005), Élise Boillet dir., Paris, Champion, 2008 ; en particulier Chiara Lastraioli, « Brucioli sconosciuto : de certaines traductions françaises des Dialogi et d’un manuscrit inconnu », p. 148-173 ; Andrea Del Col, « Il Nuovo Testamento tradotto da Massimo Teofilo e altre opere stampate a Lione nel 1551 », Critica storica, XV, 1978, p. 642-675 ; Paul Grendler, Critics of the Italian World 1530-1560. Anton Francesco Doni, Nicolo Franco & Ortensio Lando, Madison, University of Wisconsin Press, 1969 ; Silvana Seidel Menchi, « Chi fu Ortensio Lando ? », Rivista storica italiana, CVI, 1994, p. 501-564.

63 Un des principaux representants de cette filière politique était Donato Giannotti dont Gryphe imprima en 1570 La republica di Vinegia, ovvero il Libro della Republica de’Viniziani, oeuvre depuis longtemps célèbre. En revanche Lyon fournit la première édition d’une autre oeuvre majeure du républicanisme florentin, Le historie della città di Firenze de Iacopo Nardi.

64 V. Rosanna Gorris Camos, « Traduction et illustration de la langue française. Les enjeux du Roland furieux lyonnais de 1543 » dans Lyon et l’illustration p. 231-260, 234-235, 251. Sur les éditions des Ferrarais chez Gryphe, v. Rozzo, La cultura italiana, p. 161-167 et passim.

65 Amedeo Quondam, « Nel giardino del Marcolini. Un editore veneziano tra Aretino e Doni », Giornale storico della letteratura italiana, XCVII, 1980, p. 75-126 ; Sylvie Deswarte-Rosa, « Introduction générale » et Marie-Cécile van Hasselt, « L’imprimeur Francesco Marcolini », dans Sebastiano Serlio à Lyon. Architecture et imprimerie, Sylvie Deswarte-Rosa dir., Paris, Picard, 2008, p. 45-46 et 83-86 avec bibliographie.

66 « ...pratticar nella casa di S. Gryphio, e dal principio essere stato un di quelli compositori che s’aiutorno a comporre in su la stampa le divine opere di Messer Luigi Alamanni […] la qual cosa mi mosse non solamente ad aprezar, ma anora ad amar e a compiacermi molto in questa lingua toscana, di modo qu’alhora dissegnai di continuar in questo volgare […] », Il Petrarca, In Lione per Giovan di Tournes, 1545, « A non men virtuoso che dotto M. Mauritio Scæva, Giovan di Tournes, suo affettionatisimo S. », p. 3. Cette lettre est publiée intégralement par Émile Picot, Les Français italianisants, I, p. 166-170. V. Picot, Les Français italianisants, I, p. 161-182 ; Alfred Cartier, Bibliographie des éditions des de Tournes imprimeurs lyonnais, Genève, Slatkine reprints 1970 (1re éd., Paris, 1936-1937, 2 vol.) et Michel Jourde, « Comment Jean de Tournes (n’)est (pas) devenu un imprimeur humaniste » dans Passeurs de textes. Imprimeurs et libraires à l’âge de l’Humanisme, actes du colloque (Paris, 2009), à paraître.

67 « [...] subito mi venne nella memoria haver’visto il Petrarcha stampato assai frustamente in picciol volume, cosa, certo, che m’e parsa non men iniuriosa al Poëta, che fastidiosa a i lettori. Però mi son mosso in su questo, a exercitarmi in questa lingua da nostri hoggi tanto estimata, massimamente nella corte del nostro gran Syre » Ibidem. De Tournes semble inviter son lecteur à suivre son exemple et à utiliser un Pétrarque pour apprendre l’italien. V. Nicole Bingen, « Les éditions lyonnaises de Pétrarque dues à Jean de Tournes et à Guillaume Rouillé », dans Les poètes français de la Renaissance et Pétrarque, Jean Balsamo éd., Genève, Droz, 2004, p. 139-155.

68 Il ne s’agit pas seulement d’éditions italiennes mais aussi de traductions de l’italien, entre autres l’Arcadie de Sannazaro en 1544, réédition de la traduction parue à Paris chez Vascosan la même année, le Traicté du Benefice de Christ en 1545 et le texte en version française et italienne de l’Extraordinario libro de Sebastiano Serlio. L’architecte bolonais, négligé à Fontainebleau, décida de se transférer à Lyon entre 1545 et 1550 pour y publier ses traités. V. maintenant Sebastiano Serlio à Lyon. Architecture et imprimerie, Sylvie Deswarte-Rosa dir., Paris, Picard, 2008.

69 De Tournes publia trois éditions de Pétrarque (1545, 1547 et 1550) et une édition de Dante, en 1547. En 1550 Paolo Pinzio collaborait à son catalogue italien ; de 1554 à 1556 le florentin Damiano Maraffilui succéda et fournit le texte des Figure del Vecchio Testamento (1554), et en 1558-1559 un autre florentin à Lyon religionis causa, Gabriel Symeoni.

70 « [...] di stampare tutti i più lodati et i più pregiati authori che in quella lingua scritto habbiano, accioché mandandogli in luce il più che mi sarà possibile corretti, in un tempo medesimo alla mia affezione soddisfacendo, possa giovare anchora a coloro i quali della lingua Thoscana sono et amatori et apparatori. Et fra questi molti senza dubbio ne ha oggi la Francia, a’ quali più che ad altri intendo io di arrecare et commodità et giovamento : essendo certissimo che essi non meno degli altri italiani questa lingua sapere disiderano, et compiutamente apparare la potranno ; percioché, quanto ai Thoscani, io tengo per fermo (come da’ migliori é stato et creduto et scritto) che se vorranno alcuno studio impiegarci, et non in quella del popolaresco uso fermarsi senza mai più innanzi trapassare, più agevolmente et per più corta via che alcun altro potranno alla cima della perfezione d’essa pervenire. Anzi credo io che in ciò fare molto miglior modo che i nostri Franzesi che gl’altri Italiani, et più agevolezza, ci troveranno : perciò che essendo essi in una lingua alla Thoscana et differente et assai lontana nati, non potranno la loro con questa mescolare, ma pura, sì come ella è, da buoni libri apprendendola, vaga e gentile la saperanno poi et ragionare et scrivere »

71 « La purità et dolcezza della lingua toscana pare che sia di presente [...] salita in tanto pregio che, doppo la greca et la latina, i Toscani medesimi studiandola s’ingegnano ogni giorno di renderla più bella ; i letterati stranieri l’ammirano et, come hanno fatto l’Ariosto, il Bembo et il Sannazaro, ne i loro scritti cercano d’imitarla ».

72 « Voi mi sapesti già cosi bene, Signor mio osservandissimo, persuadere che io mi dovessi provare di stampare libri in vulgare Italiano [...] dapoi che mi confortasti a seguitare l’impressa, rimostrandomi come havevo magior commodità par cio fare che non hanno molti altri impressori, si per intendere io (havendo passati molt’anni mia gioventu nel paese d’Italia) la detta lingua a forse meglio che la mia propria, come per havere caratteri begli & à cio molto a proposito, cose da farmi con molta più facilita condurre le mie impressioni a pieno contentamento de i lettori, che à gl’altri di quella mancanti : & essendo voi quella persona che per le qualità vostre mi potete comandare et del giudicio de quale tengo molto conto, deliberai prouare di mettere a essecutione tal vostro consiglio[...] [e]mi sono ingegnato colla piccolezza della lettera (la quale credo che troverete conveniente al volume) ridurlo in minor forma, che m’é stato possibile, si come anco m’ingegnero di fare [...] il Dante e l’altre cose da voi promessemi ».

73 « Ardisco dire che le stampe di Lyone potranno da qui innanzi quasiche stare al paragone nella lingua toscana a quelle di Venetia, di Fiorentia et di Roma ».

74 Pour l’édition Marcolini, v. Ruth Mortimer, Harvard College Library, Department of Printing and Graphic Arts, Catalogue of Books and Manuscripts, Part II : Italian 16th Century Books, Cambridge, Belknap Press, 1974, I, n. 146, p. 207-211 et n. 147, p. 211-212 ; pour l’édition Rouillé, v. Baudrier, Bibliographie, IX, p. 186-187 ; pour le Pétrarque Giolito, v. Mortimer, Italian, II n. 375, p. 543 ; pour ceux de de Tournes et Rouillé, v. Baudrier, Bibliographie, IX, p. 175-176 et Mortimer, Harvard College Library, Department of Printing and Graphic Arts, Catalogue of Books and Manuscripts, Part I : French 16th Century Books, II, n. 427-429, p. 535-538 ; pour le Décaméron Giolito, v. Mortimer, Italian, I, n. 72, p. 100-101 et pour les deux éditions de Rouillé, v. Baudrier, Bibliographie IX, p. 248-249.

75 À propos de l’illustration de l’Orlando furioso, v. ma bibliographie Le livre illustré italien de la renaissance sur la page http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/rdl/bibliographie/illustre.

76 Pour la série biblique, v. Georges Duplessis, « Essai bibliographique sur les différentes éditions des Icones Veteris Testamenti d’Holbein », Mémoires de la Société nationale des antiquaires de France, Vème série, 4, 1883, p. 45-64 ; Philip Hofer, « Holbein Old Testament woodcuts », The New Colophon, I, 2, 1948, p. 161-174 ; Mortimer, French, I, ns 276-283, p. 340-349 ; Manfred Kästner, Die Icones Hans Holbein des Jüngerer. Ein Beitrag zum Graphischen Werk des Künstlers und zur Bibelillustration. Ende des 15. und in der ersten Hälfte des 16. Jahrhunderts, Heidelberg, Esprint Druckerei und Verlag, 1985 ; Erika Michael, « Some Sixteenth-Century Venetian Bible Woodcuts inspired by Holbein’s Icones », Print Quarterly, VII, 3, 1990, p. 238-247 ; ead., « The Iconographic History of Hans Holbein the Younger’s Icones and their reception in the Later Sixteenth Century », Harvard Library Bulletin, 3, 1992, p. 28-47 ; Oskar Bätschmann-Pascal Griener, Hans Holbein, Paris, Gallimard, p. 60-63 ; Angela Nuovo et Christian Coppens, I Giolito e la stampa nell’Italia del XVI secolo, Genève, Droz, 2005, p. 226-230 ; pour les Simulachres de la Mort, v. Natalie Zemon Davis, « Holbein’s Pictures of Death and the Reformation at Lyons », Studies in Renaissance III, 1956, p. 97-130 ; Mortimer, French, I, ns 284-291, p. 350-358 ; id., Italian, I, n. 236, p. 337, et Ilaria Andreoli « La danse de la mort d’Holbein entre Lyon et Venise », à paraître dans les actes du colloque Aspects Lyonnais du voyage du livre (Villeurbanne, 2002), Raphaële Mouren éd. À propos des éditions du Décaméron et du Roland Furieux de Vincenzo Valgrisi, v. Mortimer, Italian, I, n. 29, p. 36-37 et n. 73, p. 101-102. À Vincenzo Valgrisi et à l’illustration du livre entre Venise et Lyon à la moitié du XVIe siècle j’ai consacré ma thèse de doctorat, Ex officina erasmiana. Vincenzo Valgrisi e l’illustrazione del libro tra Venezia e Lione alla metà del ‘500, Università Ca’ Foscari, Venise-Université Lumière Lyon 2, sous la direction de Mme Sylvie Deswarte-Rosa et Augusto Gentili (2006), Venise, Istituto veneto di Scienze, Letere ed Arti, à paraître.

77 V. à ce sujet Majoliques européennes : reflets de l’estampe lyonnaise, XVIe-XVIIe siècles : actes des journées d’études, Rome - Lyon (1996-1997), Dijon, Faton, 2003.

78 Dans les royaumes d’Espagne l’imprimerie apparut en 1472 et fut soutenue par les Rois Catholiques qui accordèrent des privilèges fiscaux aux imprimeurs et aux libraires. Avec l’édit de Tolède de 1480, les monarques exonérèrent des charges ordinaires l’importation de bons livres de l’étranger « au profit universel de tous et pour l’ennoblissement de nos royaumes » (Novíssima Recompilación de las Leyes de España, Ley I, Título XV, Libro VIII).

79 La plupart des libraires espagnols étaient réticents devant le commerce international et préféraient investir dans la rente.

80 La crise du milieu du XVIe siècle dont furent victimes les imprimeries barcelonaises est par exemple à rattacher au fait que les libraires de cette ville passèrent certaines de leurs commandes à des imprimeries lyonnaises. V. Jaime Moll, « Para el studio de la edición española del Siglo de Oro », dans Livres et libraires en Espagne et au Portugal (XVIe-XXe siècles), Actes du colloque international (Bordeaux, 1986), Paris, 1989, p. 15-25.

81 V. Christian Péligry, « Les éditeurs lyonnais et le marché espagnol aux XVIe et XVIIe siècles », dans Livre et lecture en Espagne et en France sous l’Ancien Régime, Paris, 1981, p. 85-93. Tout cela conduisit en 1610 à un édit interdisant de publier à l’extérieur des Royaumes d’Espagne (Novíssima Recompilación de las Leyes de España, Ley 7, Título XVI, Libro VIII).

82 V. les nombreux travaux de Gérard Morisse régulièrement publiés dans la Revue française d’Histoire du Livre et Anastasio Rojo Vega, « Influence des libraires et des imprimeurs lyonnais sur les professions libérales espagnoles du Siècle d’Or » dans les actes du colloque Passeurs de textes. Imprimeurs et libraires à l’âge de l’Humanisme (Paris, 2009) à paraître.

83 Les Giunta, toujours omniprésents, étaient établis à Salamanque, Burgos, Saragosse et à Madrid, où Julio devint le premier directeur de l’imprimerie royale pendant la première moitié du XVIIe siècle. V. William Pettas, The Giunti and the Book Trade in Lyon et Consolacion Morales Barrero, La imprenta Real de Madrid, Madrid, Ayuntamiento de Madrid-Instituto de Estudios Madrileños, 1976, p. 6 et suivantes. Les Portonari se déplaçaient sans cesse entre Saragosse, Salamanque, Medina del Campo et Lyon. À Medina de Campo, d’où les livres étrangers étaient redistribués à travers toute la Péninsule, des libraires de grande envergure tels Guillaume Millis, représentant de Vincent Millis de Lyon (1529-30), Thomas Périer ou Jean Reuchlin, « libraire allemand résident à Lyon » commencent après 1540 à installer des magasins permanents. Le grand essor des libraires de Medina se produisit à partir de 1560 avec Benito Boyer, Pierre Landri, Gaspar Trechsel ou Ambroise Duport, tous nés ou formés à Lyon et ayant gardé des liens étroits avec elle.

84 Pierre Landri, issu d’une famille consulaire de Lyon, alla diriger vers 1565 un comptoir à Medina, où il fit de brillantes affaires. Revenu à Lyon après un séjour de plus de vingt ans en Espagne, il s’était créé d’utiles relations parmi les lettrés espagnols qui lui confièrent souvent la publication de leurs œuvres. V. Baudrier, Bibliographie V, p. 294 et suivantes ; Cristóbal Pérez Pastor, La imprenta en Medina del Campo, Pedro Cátedra éd., Salamanque, Junta de Castilla y León, Consejería de Cultura y Turismo, 1992 ; Péligry, « Les éditeurs lyonnais », p. 87.

85 Aux XVIe et XVIIe siècles la France à elle seule publia 39,77 % de la production européenne d’ouvrages espagnols, plus que le reste de l’Europe (38,14 %) et l’Espagne elle-même (21,07). Au cours du pic de production entre 1575 et 1625 la seule part de Lyon représentait 18,37 %, le reste de la France 20,40 %. V. Marie-Ange Etayo-Piñol, Lyon, plaque tournante de la culture espagnole en France à l’époque moderne, dans La transmission du savoir dans l’Europe des XVIe et XVIIe siècles, actes du colloque (Nancy, 1997), Paris, Champion, 2000, p. 451-468.

86 Vincent et Gaspard Portonari, ses parents proches, s’installèrent à Salamanque où ils devinrent ses facteurs. Tout au long de sa carrière il conclut des contrats d’association avec des libraires espagnols pour la vente d’éditions partagées. Deux actes du 10 septembre 1579 signalés par Baudrier (Bibliographie V, p. 385 et suivante, IX, p. 85-86), révèlent ainsi son association avec Jérôme de Millis, libraire de Medina de Campo, qui se reconnaît débiteur de 5.537 écus d’or.

87 Les six éditions en castillan ne représentent qu’une petite partie des éditions d’auteurs espagnols ou portugais publiées par Rouillé. On lui doit 70 éditions d’auteurs hispaniques ; ses héritiers en publièrent 7 entre 1589 et 1591. Ce total de 77 éditions place ainsi la maison Rouillé en tête de toute la production hispanique réalisée à Lyon au XVIe siècle (316 éditions). V. Noël Salomon, « Les éditions en langue espagnole d’un libraire lyonnais du XVIe siècle : Guillaume Rouillé », dans Imprimerie, Commerce et Littérature, p. 61-73.

88 Los Emblemas des Alciato. Traducidos en rhimas Españolas. Añadidos de figuras y de nuevos Emblemas en la thercera parte de la obra. En Lyon, por Gulielmo Rovillio, 1549.

89 « Considerando (amigos lectores) de quantos libros ansi impressos como por imprimir por falta de las impressiones aya falta en lor Reynos de España, vi quanto servicio os podia hazer en embiaros libros estampados no solamente de impression galana, pero aun de correcion muy escogida. » Il s’adressa pour la traduction à Bernardino Daza Pinciano, un jeune latiniste et helléniste, venu à Lyon pour y achever ses études de Droit.

90 « … con proposito de que aqui adelante, no solamente libros latinos y griegos como hasta aqui emos echo, mas aun Espagñoles ; seremos de vuestro servicio tan curiosos que con cualquier trabajo o perdida que d’ello recreçiere lo ternemos por bien empleado »

91 « Y dado caso que yo non alcance tan por el cabo la pulicia de esta lengua (por ser estranjero) como era necessario para tan difficultoso negoçio pero con mi trabajo y diligencia juntamente con la de aquellos que en la correction de los tales libros entienderer pienso con el favor de Nuestro Señor, que podré supplir lo que por no ser natural me faltare »

92 Orlando furioso dirigido al principe Don Philipo nuestro señor, traduzido en Romance Castellaño por don Ieronymo de Urrea. An se añadido breves moralidades arto necessarias a la declaracion de las cantos, y la tabla es muy mas aumentada. En Lyon en casa de Guliellmo Roville, 1550. Imprimise en casa de Mathias Bonhomme. Son auteur, à qui l’on doit d’autres traductions fameuses ainsi que des œuvres originales, la publia d’abord à Anvers en 1549 chez Martin Nucio.

93 Les amis espagnols des éditeurs les aidèrent dans la correction des épreuves et rédigèrent des commentaires moraux ajoutés à chaque chant ainsi que des index :
« A se allegado a esto las rogarias de nuestros amigos y señores Españoles y otras naciones, las quales emos querido obedecer por paracernos justas, como por la aiuda que nos andado en la correcion del libro, añadiendo a cada canto Morales argumentos y una tabla muy copiosa, como podres ver en lo leiendo »

94 Orlando furioso de M. Ludovico Ariosto dirigido al Principe Don Philippe N. S. traduzido en romance castellano por el S. Hieronimo de Urrea, y nuevamente impresso y con diligentia corregido e adornado de varias figuras e con nuevos argomentos y alegorias en cado uno delos cantos muy utiles, et con la misma cosas, que està enel Thoscano idioma, Impresso en Venecia por Gabriel Giolito de Ferrariis y sus hermanos, 1553.

95 Promtuario de todos los mas insignes varones que ha avido desde el principio del mundo, en deux parties. Rouillé conçut le projet de vulgariser en castillan son ouvrage dès 1553, quand il parut en latin, français et italien. En effet le 18 juin de la même année un privilège de dix ans, lui fut accordé pour faire imprimer « … tant en langue latine, française, italienne que Espaignole, tant de fois et en tel nombre que bon luy semblera de Promptuarium iconum… ». Par la suite ces éditions furent plusieurs fois « actualisées » avec de légères retouches ou additions. Sur cet ouvrage, v. Jean Dubu, « Le « Promptuaire des médailles » de Guillaume Rouillé », dans Il Rinascimento a Lione, I, p. 185-216 et Ilaria Andreoli, « La storia in soldoni : il Promptuaire des médailles di Guillaume Rouillé » dans Storia per parole e per immagini, I, actes du colloque (Cividale del Friuli, 2003), Mino Gabriele et Ugo Rozzo éds., Udine, Forum, 2006, p. 235-266.

96 Ainsi apparaît « Philippe rey d’España, hijo de don Carlos Emperador » et l’adresse à Henri II, roi de France, est remplacée par un écrit du traducteur dédié « al muy alto y muy poderoso señor don Carlos por la gracia de Dios Principe de las Españas e nuestro señor ». Dans la partie concernant les modernes – depuis les guerres d’Italie – à propos du siège de Metz par Charles Quint, opération qui s’acheva sur un échec, l’édition latine révèle une optique française : elle signale la force impressionnante dont disposait Charles Quint et, conjointement, exalte le courage des combattants français, facteur décisif de la victoire. L’édition espagnole escamote la valeur des Français (« virtus Gallorum ») et la remplace par l’hostilité de la Fortune : « pero fue a Carlos contraria la fortuna ».

97 v. Mortimer, French, I, ns. 249-250 p. 302-303.

98 « […] Y si assi el ho hiziere, darnos ha espuelas para que adelante le comuniqueremos y demos parte de cosas mas arduas y de mas importancia : de las quales gonza quasi todas las otras naciones (o por lo menos la mayor parte dellas) salvo la suya Española ».

99 Discours sur la castramentation et discipline militaire des Romaines, suivi de Des bains et exercitations grecques et romaines. De la religion des anciens Romains. Ce livre en deux parties avec 37 figures et une planche pour la première et six figures pour la seconde fut lui aussi l’un des succès de libraire de Rouillé, si l’on en juge par le nombre de rééditions, dont celles de la transposition en italien par Gabriel Symeoni dès 1569, v. Mortimer, French, I, ns. 180-181 p. 222-223.

100 « Y suplico a V. M. entienda de mi que de ver los provechos y curiosos libros de que gozan en su lengua las naciones Italiana y Francesa, no me inclino tanto a componer obras de nuevo, como a dar aquellas trasladadas en nuestro romance castellano, para que todos los de mi nacion tambien lo gozen… »

101 En 1542, par exemple, Jean Frellon publia une édition des Simulachres et Histoires Faces de la Mort, dans laquelle les bois gravés d’Holbein sont suivis d’un traité du pasteur luthérien Urbain Rhégius. L’ouvrage fur réédité huit fois, en français, en latin et en italien ; v. note 76.

102 Le jeu des parentés et la solidarité des grands intérêts permettraient à quelques-uns des réfugiés les plus notables de continuer à gérer leurs affaires lyonnaises comme s’il s’agissait de simples succursales. Ainsi, malgré les édits, les grands libraires lyonnais faisaient imprimer leurs livres à Genève, en fraude, sous l’adresse de Lyon. Ce trafic continua, en dépit de toutes les interdictions, parce qu’il était profitable à de nombreux libraires lyonnais. En définitive, il lésait surtout les imprimeurs qui ne cessèrent de réclamer l’observation des ordonnances royales. Ces pratiques atténuèrent le déclin global de la librairie lyonnaise, mais celle-ci reposait désormais sur une base plus fragile qu’au temps où elle était soutenue par la prospérité de l’imprimerie locale. V. le paragraphe « L’axe Lyon-Genève » du chapitre de Francis Higman, « Le domaine francais », dans La réforme et le livre, Jean-François Gilmont éd., Paris, Les éditions du Cerf, 1990, p. 116-117.

© Presses universitaires de Lyon, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search