Version classiqueVersion mobile

Lyon vu/e d’ailleurs (1245-1800)

 | 
Jean-Louis Gaulin
, 
Susanne Rau

Les relations entre les foires de Castille et les foires de Lyon au xvie siècle

Hilario Casado Alonso

Texte intégral

  • 1 Stephen R. Epstein, « Regional fairs, institutional innovation and economic growth in the late med (...)

1Au XVIe siècle le commerce international de l’argent ainsi que les opérations de virements à l’échelle mondiale se réalisait lors des paiements effectués dans certaines foires. Le système était né à l’époque médiévale, s’était perfectionné au XVe siècle et atteignit son apogée au siècle suivant. Il dépérit à la fin du XVIe siècle quand naquirent d’autres modalités de négociation commerciale et financière, telles que les bourses et les grandes banques internationales. Les principales foires de l’Europe moderne étaient celles d’Anvers, de Lyon, de Medina del Campo-Villalón-Medina de Rioseco, de Genève, de Leipzig, de Francfort, de Besançon et de Plaisance, qui, aux fonctions d’échange de marchandises, avaient ajouté celles de négociations de valeurs, de titres de dette publique et tout spécialement de lettres de change. Autour de celles-ci, comme l’ont étudié de nombreux auteurs, tournait une grande partie des finances européennes1.

1. Le développement économique de la Castille aux XVe et XVIe siècles et le rôle des foires de Medina del Campo

2Dès le début du XVe siècle, et plus particulièrement depuis 1425-1430, on observe dans toute la Vallée du Duero des symptômes évidents qui nous montrent qu’on est en train de sortir de la crise du bas Moyen-Âge. Ce redressement est général dans tous les territoires de la Couronne de Castille et de façon très claire dans la zone orientale de cette Vallée. Il y a plusieurs indicateurs des transformations lentes mais continues de l’économie castillane. Tout d’abord, l’inversion de tendances démographiques. On constate une augmentation évidente de la population. Bien qu’il soit très difficile de l’évaluer à cause du manque de sources statistiques rigoureuses, nous pouvons dire que l’ensemble de la Couronne de Castille passerait de 3,4 millions d’habitants approximativement en 1400 à 4 millions en 1480, 4,5 millions en 1530 et 6,5 millions en 1590. De ces chiffres, un quart correspondrait à la Vallée du Duero. Cette reprise démographique toucha autant la campagne que la ville ce qui entraîna le développement de beaucoup d’agglomérations moyennes. Ce sont elles qui formeront effectivement le réseau urbain de la Castille septentrionale.

3Au développement démographique vint s’ajouter, bien sûr, l’expansion agraire. À ce propos il nous faut signaler plusieurs faits coïncidents. Tout d’abord, le net accroissement du terroir cultivé, fruit des nouveaux défrichements et de l’assolement obligatoire à jachère biennale. Ensuite, l’expansion de nouvelles cultures, étant donné que la croissance agricole ne fut pas que céréalière, mais concerna aussi dans des zones précises de la Vallée du Duero le vignoble et certaines cultures industrielles comme la garance et le lin. Mais le plus spectaculaire fut, sans aucun doute, l’accroissement du cheptel. Le nombre d’animaux de labour et de viande augmenta, et plus encore celui des moutons mérinos qui pouvait osciller, en 1500, autour de 10,5 millions de têtes réparties dans toute la Castille. Un tiers de leur laine était exportée à l’extérieur.

4Mais un autre facteur vint s’ajouter à l’essor économique dans le monde rural : la diffusion d’activités proto-industrielles à la campagne. Ainsi, dans les régions des alentours de Ségovie, Avila, Tierra de Campos, et au nord de Palencia et Cameros, nous trouvons, dès la moitié du XVe siècle, une véritable prolifération d’activités de cuir, fer et surtout textiles. Quoique certaines d’entre elles fussent peu importantes, d’autres, comme celles de Ségovie, Avila ou Cuenca, se structurèrent sous des formes d’organisation plus complexes adoptant le système de commande à domicile, le Verlagssystem. De gros commerçants des villes, les mercaderes hacedores de paños, se chargeaient de gérer la production et de la vendre sur des marchés lointains.

  • 2 Francisco Comín, Mauro Hernández et Enrique Llopis éds., Historia económica de España, siglos X-XX (...)

5Mais si le panorama du monde rural castillan fut prospère jusqu’aux années 1570-1580, on peut en dire tout autant de celui des villes. Les XVe et XVIe siècles sont des époques de grand développement urbain pour les centres de la Castille septentrionale. Leur population croît et leurs surfaces augmentent. Leur réseau industriel se renouvelle, autant grâce à la survie d’activités manufacturières corporatives destinées à un public dont le pouvoir d’achat est de plus en plus grand, qu’au développement de l’artisanat rural lié aux commerçants des villes de Castille. Mais c’est dans le commerce et les finances que l’on observe le mieux le développement économique de la Vallée du Duero aux XVe et XVIe siècles. Pendant cette période, tout un réseau de commerce intérieur se consolide dans cette région, avec la présence de transporteurs, marchands et colporteurs dans toutes les villes et centres ruraux : essor dû en grande partie au développement économique général ainsi qu’à la prolifération des foires dans toutes les contrées2.

  • 3 Betsabé Caunedo del Potro, Mercaderes castellanos en el golfo de Vizcaya (1475-1492). Madrid, Univ (...)

6Et parallèlement, ce furent aussi les siècles de l’expansion du commerce international castillan3. On trouve des commerçants de Burgos, Valladolid, Ségovie, Soria, Medina del Campo, Castrojeriz, Cuéllar, etc. dans toutes les principales places européennes, spécialement dans celles de la façade atlantique. Ils exportent tout type de marchandises espagnoles mais aussi beaucoup d’autres, d’origine française, anglaise, flamande ou italienne. Il s’agissait pour partie de matières premières (laine, colorants, fer, vin, cuirs, etc.) mais aussi – quoique l’on dise habituellement – de produits manufacturés de diverses provenance et qualité.

7L’augmentation de la capacité exportatrice des habitants de la Vallée du Duero qui a aussi été provoquée par la prompte utilisation de ces négociants de méthodes et pratiques de gestion avancées, pour la plupart d’origine italienne ou flamande. L’implantation du système des compagnies, la comptabilité à partie double, l’assurance maritime, la correspondance commerciale, la lettre de change et le système multilatéral des changes en foires de Medina del Campo, autant de mécanismes qui donnèrent aux commerçants castillans des avantages comparatifs face à leurs concurrents.

  • 4 Fréderic Mauro, « Merchant communities, 1350-1750 », dans James D. Tracy dir., The Rise of Merchan (...)

8C’est dans ce contexte d’expansion commerciale et d’apprentissage des techniques de gestion d’entreprises que l’on doit situer, au XVe siècle, la création de colonies et nations mercantiles par des commerçants castillans dont la logique économique est claire. En se regroupant en corporations, ils essaient de résoudre certains problèmes du milieu commercial de cette époque, à savoir les asymmétries dans l’information, une communication encore faible et la possibilité d’interprétations multiples des faits. Ils risquaient en particulier d’interpréter différemment certaines données essentielles, telles la durée toujours très incertaine des voyages, les conditions dans lesquelles les marchandises arrivaient, les prix auquel elles devaient être vendues, le coût des frets de retour, les cours des monnaies, etc. Or, les commerçants d’une même nationalité, même s’ils n’étaient pas parents, évitaient quelques-uns de ces inconvénients, en s’organisant en colonies ou nations4.

  • 5 Betsabé Caunedo del Potro, Mercaderes castellanos ; Hilario Casado Alonso, « El comercio internaci (...)

9Nous pouvons considérer que depuis le début du XVe siècle, il existait dans de nombreux ports et villes commerciales d’Europe un nombre suffisamment élevé de personnes originaires de la couronne de Castille pour rendre nécessaire la création de consulats. Les colonies de marchands et marins étaient, par conséquent, stables et de plus en plus importantes, ce qui était logique dans le contexte d’un commerce international castillan en plein essor. À partir de cette date, nous assistons à un accroissement continu de ces communautés marchandes qui ne sont pas seulement plus importantes en termes d’effectifs, mais plus influentes dans le panorama économique international. Bruges, Anvers, Londres, Rouen, Nantes, Toulouse, Bordeaux, Lisbonne et Florence seront leurs principaux lieux d’établissement. Cette prospérité se prolonge jusqu’à la fin du XVIe siècle, époque où la chute du commerce international castillan, entre autres causes, entraîne l’effondrement, puis la disparition de ces colonies5 (voir carte ci-dessous).

Les Colonies commerciales castillanes en Europe (XVe-XVIe siècles)

  • 6 Hilario Casado Alonso, El triunfo de Mercurio. La presencia castellana en Europa (Siglos XV y XVI) (...)

10Dans ce contexte, la logique économique des marchands castillans cherche à maximiser l’efficacité commerciale, en particulier par la création d’institutions dotées de mécanismes de réputation destinées à encadrer les activités commerciales6. La naissance et le développement de colonies marchandes avec leurs multiples facettes d’organisation du négoce – tribunal commercial, cadres de solidarités – sont destinés à optimiser l’efficacité économique. En se regroupant en corporations, les marchands castillans appartenant à ces communautés essaient de résoudre certains problèmes du monde commercial de cette époque, caractérisé par des asymétries dans le domaine de l’information et des difficultés de communication.

  • 7 Douglas C. North, « Institutions, transaction cost, and the rise of merchants empires », dans Jame (...)

11Mais, en même temps, le fait que les marchands castillans aient pu disposer d’un système de correspondants commerciaux, entraîna la création d’institutions économiques dotées de mécanismes de réputation. La carence d’information et les nombreux autres problèmes commerciaux de cette époque remettaient gravement en cause la fiabilité des relations commerciales. D’où des abus, des fraudes, des querelles, des difficultés, etc. qui entraînaient en définitive une hausse du coût de chaque activité commerciale. C’est pourquoi, l’appartenance à une colonie ou nation, conférait à un marchand la réputation d’honnêteté dont il avait besoin pour mener à bien ses affaires. Les liens fondés dans ce cadre sur ces mécanismes de confiance permettaient ainsi de diminuer le coût des transactions, de bénéficier d’économies d’échelle et de diversifier les activités marchandes7.

  • 8 Hilario Casado Alonso, « Medina del Campo Fairs and The Integration of Castile into 15th to 16th C (...)

12C’est dans le cadre de ces réseaux de commerce, avec leurs différents noeuds, que nous devons placer les foires de Castille et leur rôle par rapport aux autres foires de change européennes et spécialement celles de Lyon. Toutefois, pour comprendre le phénomène, il est bon de signaler quelques traits des grandes foires de Castille8. Dans la vallée du Duero, il y avait, comme dans d’autres endroits d’Espagne, abondance de foires et de marchés. Leur nombre augmenta au XVe siècle du fait de nouvelles créations de la part du pouvoir monarchique et seigneurial. La croissance économique de la région pendant ce siècle – comparable seulement avec celle survenue en Andalousie – explique une telle augmentation. La plupart était de simples foires ou marchés agricoles et de bétail avec un rayon d’influence très limité. Mais, parmi cette multitude de foires et de marchés se distinguaient celles qui servaient non seulement à l’échange de produits à l’échelle régionale, mais aussi pour tout le territoire et pour l’étranger.

13Dès le début du XVe siècle, nous observons que ce rôle était tenu par les deux « Foires Générales » de la ville la plus importante et peuplée de la vallée du Duero, celles de Valladolid. Toutes les deux duraient 15 jours (à partir de 1452, 30 jours), pendant le Carême et en septembre et bénéficiaient de l’exemption de multiples impôts concédés par les monarques. À côté de celles de Valladolid apparaissent aussi celles de Medina del Campo, de Medina de Rioseco et de Villalón, toutes villes proches de Valladolid.

  • 9 Miguel Ángel Ladero Quesada, Las ferias de Castilla. Siglos XII a XV, Madrid, Comité Español de Ci (...)
  • 10 Cristóbal Espejo de Hinojosa et Julián Paz Espeso, Las antiguas ferias de Medina del Campo, Vallad (...)
  • 11 Julia Teresa Rodríguez de Diego, Las ferias de Villalón de Campos en el siglo XV (memoria de licen (...)

14Ce sont elles qui formeront le triangle des Grandes Foires castillanes du XVIe siècle9. Les premières furent créées grâce à leur seigneur D. Fernando de Antequera, au début du XVe siècle. Leur véritable apogée commença à partir de 1444 lorsqu’elles devinrent les Foires Générales du Royaume. Elles avaient lieu pendant deux périodes de l’année, en mai (trente jours après Pâques) et en octobre (1er octobre), et duraient 50 jours10. Les foires de Medina de Rioseco et de Villalón furent créées et consolidées par les seigneurs de ces villes en 1423 et 1474. Ces villes avaient elles-aussi deux périodes de foire : Rioseco, une foire de 20 jours à partir du lundi de Quasimodo – la foire de Pascuilla – et une autre de 30 jours, en août ; et Villalón, la grande foire du Carême – vitale pour le commerce du poisson dans toute l’Espagne intérieure – et celle de la saint Jean, de moindre importance11.

  • 12 Falled Hassan Abed Al-Hussein, Trade and Businness community in Old Castile : Medina del Campo 150 (...)

15La supériorité des Foires Générales de Medina del Campo, de Villalón et de Medina de Rioseco par rapport aux autres foires et marchés de Castille, ainsi que d’autres royaumes d’Espagne et même, du Portugal, fut stimulée par leur conversion en foires de change. C’est pour cela que quelques-unes d’entre elles (celles de mai et d’octobre de Medina del Campo, de Carême de Villalón et d’août de Rioseco) adaptèrent leurs calendriers et mécanismes de paiement à ceux en vigueur dans les foires de Brabant et, plus tard, de Lyon. De cette façon, les virements de lettres de change émises dans n’importe quelle d’entre elles pouvaient être touchés dans les foires postérieures ailleurs en Europe. Elles eurent un tel succès, qu’à partir du XVIe siècle, elles éclipsèrent toutes les autres places de change existant dans la Péninsule Ibérique, et arrivèrent à se placer, en même temps, parmi les foires les plus importantes d’Europe. Par conséquent, le fait de produire un grand volume de négoce d’argent et de crédits – l’arrivée des métaux précieux d’Amérique augmenta encore plus leur importance – permit d’accroître le nombre des échanges de marchandises et de services. En somme, l’un des piliers de l’économie espagnole de la fin du XVe siècle jusqu’au troisième quart du XVIe siècle se trouva, en grande partie, dans ces quatre grandes foires de change12. Cependant les plus importantes furent celles de Medina del Campo. Le montant de leurs activités commerciales, autant pour celle de mai que pour celle d’octobre, fut toujours supérieur aux deux autres.

  • 13 Juan de Padilla, « El Cartuxano », « Los doce triunfos de los doce Apóstoles », dans Cancionero ca (...)

16Ce sont toutes ces caractéristiques de l’économie castillane qui expliquent les fortes relations étbalies entre les marchands castillans et les foires de Lyon au XVIe siècle. Ces liens apparaissent même chez le poète Juan de Padilla « El Cartuxano » quand il trace, à la fin du XVe siècle, le portrait d’un marchand entreprenant typique, en disant13 :

  • 14 Je suis un grand pécheur,/ car j’ai voyagé continuellement de par le monde/ en passant du Huerto d (...)

Yo so, me dixo, muy grand pecador,
que fui por el mundo contino andando.
Del Huerto del Rey a la Llana pasando,
hice comienzo de mercadería ;
Y fue tan creciendo mi sabiduría
que en todos los bancos de Flandes cambiando,
hize muy llena la bolsa vacía,
Florencia, y Venecia la mucho más dina,
y Génova, con So la Rona León,
Sevilla, Valencia con el Villalón,
Mi trato sintieron, y más en Medina.
En Valladolid, a la Cuesta Platina
tienda tenía de muchos brocados ;
ganaba doblado por darles fiados
a cortesanos y gente condina,
y con el usura los logros mezclados14

  • 15 Richard Gascon, Grand commerce et vie urbaine au XVIe siècle. Lyon et ses marchands (environs de 1 (...)

17Pour écrire ce romance, Juan de Padilla prend l’exemple d’un commerçant de Burgos, ambitieux et usurier, qui, dans ses péripéties de voyages et d’apprentissage, fait un séjour à Lyon. Symbole de l’importance indubitable que ces foires avaient dans le contexte économique de l’Europe, aux yeux d’un contemporain15.

2. Les relations commerciales entre Lyon et l’Espagne par l’intermédiaire des foires de Castille

  • 16 Hilario Casado Alonso, « Relaciones comerciales y financieras entre mercaderes de Burgos y de Lucc (...)
  • 17 Henri Lapeyre, Une famille des marchands, Les Ruiz. Contribution à l’étude du commerce entre la Fr (...)

18Les rapports directs entre ces foires furent très rares, à l’exception du commerce de livres. Il y a des documents sur des envois de pastel, de soie et de certains produits de luxe à Lyon de la part de marchands de Burgos16. Les principaux protagonistes furent les Bernuy, les plus grands commerçants de pastel de Toulouse et des Açores dans toute l’Europe. Ceux-ci, très tôt, en 1494, négociaient avec Benito Bonvisi et Nicholas Michaeli à Londres. Ces mêmes entreprises, celle des Bonvisi et des Michaeli, continuèrent à recevoir à Lyon des envois de pastel toulousain, que la compagnie Bernuy négocia pendant toute la première moitié du XVIe siècle. Avec le pastel, l’autre produit échangé fut la soie, brute - en provenance de Murcie et Valence - ou transformée en tissus de velours de Tolède. Cette situation apparaît aussi dans la comptabilité du marchand Juan de Lerma des années 1541-1542, qui nous apprend que celui-ci envoya de la soie brute aux Bonvisi lyonnais par l’intermédiaire de Nantes. Il en est de même pour les affaires de Simón Ruiz qui, à partir de la décennie de 1560 jusqu’à sa mort en 1597, fit occasionnellement commerce de soie et de cochenille avec les Bonvisi17.

  • 18 Casado Alonso, El triunfo de Mercurio, p. 103-117.
  • 19 Hilario Casado Alonso, « Le commerce des ‘marchandises de Bretagne’ avec l’Espagne au XVIe siècle  (...)

19En résumé, le pastel et la soie furent les produits commercés entre la Castille et Lyon au XVIe siècle. Des relations plutôt faibles et occasionnelles, donc, si nous les comparons avec d’autres villes françaises du versant atlantique (Rouen, Nantes, Bordeaux, La Rochelle, Bayonne ou Toulouse), où les exportations de laine, épices, colorants, sucre, sel, argent, cuirs, fruits, chevaux et fer furent très importantes18. Tout aussi importante était la présence de tissus français, spécialement des toiles, dans les chargements qui gagnaient la Péninsule Ibérique à bord de vaisseaux espagnols, portugais, hollandais ou bretons19.

3. Le commerce de livres et papier à Medina del Campo de la part des Lyonnais

  • 20 Anastasio Rojo Vega, « El negocio del libro en Medina del Campo, siglos XVI y XVII », Investigacio (...)
  • 21 Cavaciocchi éd., Fiere e Mercati. Alberto Grohman, « Fairs as sites of economic and cultural excha (...)

20En plus de l’échange d’étoffes et de leur redistribution dans toute la Péninsule Ibérique et l’Amérique, Medina del Campo fut aussi le grand centre du commerce des livres et du papier dans l’Espagne du XVIe siècle20. De ce fait, ces foires n’eurent pas seulement une importance économique, mais aussi culturelle, car elles furent la voie de transmission des idées entre l’Europe et l’empire hispanique, rôle qui n’apparaît pas suffisamment souligné dans les études d’histoire des foires européennes21.

  • 22 Santiago Aguadé Nieto, « La llegada de la imprenta y el primer comercio del libro impreso », dans (...)

21Le développement du commerce de livres dans les foires de Medina del Campo commença dès le début de l’apparition de l’imprimerie. Ces foires devinrent dès la fin du XVe siècle le centre d’approvisionnement en livres des universités castillanes22. Néanmoins, les libraires installés dans la ville étaient encore peu nombreux, et surtout, le volume de leur vente était très réduit. La situation commença à changer à la fin de la décennie de 1520. En 1529, Guillermo de Millis s’installa à Medina comme commerçant de livres au nom de Vicencio de Millis de Lyon. L’année suivante, c’est l’Allemand Jean Roclin, habitant de Lyon, qui visita la ville et y laissa son serviteur Thomas Périer.

  • 23 Vicente Bécares Botas, La compañía de libreros de Salamanca (1530-1534), Salamanca, Seminario de E (...)

22Mais le grand saut qualitatif dans le commerce et l’importation de livres eut lieu en 1530. Le 7 janvier de cette année-là, un accord de compagnie fut signé entre 10 libraires de Salamanque et les marchands-libraires d’origine allemande installés à Lyon, Gaspar et Melchor Treschel et Lorenzo de Anticeno, ce dernier comme serviteur. Avec eux apparaît comme associé capitaliste Guido Herle (Ehrle), imprimeur allemand résidant à Lyon. C’est cette société qui s’appela la Grande Compagnie Lyonnaise, la Grande Compagnie, ou simplement la Compagnie. Elle avait pour but d’importer des livres de Lyon à Medina del Campo pour, à son tour, les distribuer sur le marché espagnol, spécialement à Salamanque, où la présence de 5.000 à 7.000 étudiants garantissait le succès de l’entreprise. Grâce à des procès que la Compagnie a dû soutenir nous savons que, de 1530 jusqu’à la foire de mai de 1533, on importa 536 balles de livres imprimés à Lyon, à Paris et en Allemagne. Leur inventaire montre que tous ces livres avaient été achetés dans différentes foires européennes et représentaient un total de 30.761 exemplaires, dont la valeur était estimée à 19.364 livres tournois, 16 sous et un denier, équivalants à 3.864.969 maravédis23. Ces quantités disent l’importance économique ainsi que culturelle de cette compagnie. Et elle confirment, en même temps, que les foires de Medina del Campo furent le grand centre redistributeur de livres de toute l’Espagne et de l’Amérique.

23La présence de cette Grande Compagnie marque le début de l’arrivée de beaucoup d’autres imprimeurs-libraires à Medina del Campo. Vers 1550, il y avait de grands marchands liés à Lyon et spécialisés dans l’importation de livres tels que Osandon, Giunta, Senneton, Rainaud, Rouillé, Tingui, Beraud, de Millis, Pesnot, Bonnefont, Duport, Baudin et Landry, ainsi que de Gaspar Treschel déjà cité. Certains de ces libraires se marièrent même avec des filles de libraires locaux afin de renforcer leurs affaires dans un commerce très concurrentiel, étant donné que l’on a recensé 141 libraires dans la Medina del Campo du XVIe siècle. Ces négociants, venant de Lyon et dans certains cas de Thiers, avaient organisé leur commerce de la manière suivante : les maisons centrales de France recevaient les commandes ou décidaient de l’envoi de lots déterminés de livres édités dans les principales imprimeries européennes. Elles travaillaient presque exclusivement dans ce que nous appelons aujourd’hui « livre international », spécialisé, professionnel et généralement cher. Les achats étaient effectués aux foires de Lyon et les chargements envoyés par voie maritime, généralement par Bilbao. Les livres bruts en rames reçus étaient stockés à Medina, d’où ils étaient distribués dans la Péninsule Ibérique. À la demande du client, on les reliait généralement à Salamanque. Ce qui arrivait habituellement avec les envois à destination de l’Amérique. Le résultat final de toutes ces opérations fut l’obtention de très grands bénéfices, car les marges commerciales augmentaient à chaque opération. Ainsi, nous pouvons dire que les Lyonnais eurent presqu’un monopole du livre dans l’Espagne du XVIe siècle. Il n’est donc pas étrange, en conséquence, que beaucoup d’écrivains espagnols eurent recours à leurs services pour éditer leurs œuvres en espagnol. C’étaient ces marchands qui décidaient le lieu d’imprimerie (Lyon, Paris, Bâle, Nuremberg) exclusivement en vertu du moindre coût, bien loin de questions culturelles ou linguistiques. Ce qui les intéressait, c’était le négoce de livres et non la bonne ou mauvaise qualité de ce qu’ils vendaient ou imprimaient, question qui échappe très souvent aux chercheurs de l’histoire de la littérature et de la culture.

  • 24 Vicente Bécares Botas et Alejandro Luis Iglesias, La librería de Benito Boyer (Medina del Campo, 1 (...)
  • 25 Anastasio Rojo Vega, Impresores, libreros y papeleros en Medina del Campo y Valladolid en el siglo (...)

24Le volume de livres que ces marchands-imprimeurs lyonnais négocièrent fut de telle envergure (avec les économies correspondantes d’échelle et de diversification) qu’aucun imprimeur national ne pût leur faire concurrence. Gaspar Treschel, au moment de sa mort en 1571, avait stocké environ 16.000 livres. Mais plus surprenant encore, c’est le cas du magasin de Benito (Benoît) Boyer. Ce commerçant, originaire de Lyon, s’installa à Medina del Campo en 1556 et parcourut pendant toute sa vie, aidé par des serviteurs successifs, toutes les foires européennes achetant des livres et établissant des compagnies avec d’autres marchands libraires. Il se maria avec la fille d’un libraire et imprimeur local, Mateo del Canto, et mourut en 1592. Son inventaire post-mortem montre que son catalogue englobait 1.740 titres différents, 1.130 étrangers (55,9 % français, 17,4 % flamands et 26,6 % vénitiens) et 610 espagnols. Mais le plus intéressant, du point de vue économique, c’est de voir qu’il avait 25.758 exemplaires stockés dont 19.879 imprimés à l’étranger et 5.879 en Espagne. Le catalogue indique des livres de tout type, bien que ceux de théologie, droit et arts, les best-sellers de l’époque prédominent. Il n’est donc pas étrange que les étudiants des universités de Salamanque et de Valladolid, les plus populeuses d’Espagne au XVIe siècle, s’approvisionnent à Medina del Campo24. Cependant, le commerce du livre commença à décliner à partir de 1600. Seul un grand commerce survécut à Medina, celui de Pedro (Pierre) Landry de Lyon, mais il ferma en 1610 pour s’installer à Madrid25. C’est un symbole de plus de la décadence des villes de la vallée du Duero au XVIIe siècle face à la puissance du centralisme madrilène.

  • 26 Lapeyre, Une famille, p. 563-565. Bartolomé Yun Casalilla, Sobre la transición al capitalismo en C (...)
  • 27 Jean-Philippe Priotti, Dynamiques d’une mondalisation. Réseaux commerciaux, villes et États dans l (...)

25Lié au commerce du livre dans les foires de Medina del Campo était lié à celui du papier. Dans ce secteur, les liens avec Lyon sont très faibles, étant donné que le rôle principal était tenu par les marchands de Thiers (Bornicart, Ossandon, Tolier, Bonnefont, Fedit et Nevrèze) installés en Castille depuis les années 152026. Parmi eux, on distingue François Nevrèze, qui fut le marchand français – installé à Medina de 1561 à 1599 – avec le plus grand trafic commercial en Espagne. Il se consacra à l’importation de papier, livres, mercerie, ciseaux, peignes à carder, étoffes et draps, arrivant même à exporter de la laine castillane. Pour toutes ces activités, il s’associa à la famille des Ruíz, de Nantes et de Medina del Campo, et avec celle des Del Barco de Bilbao, ayant pour cela recours au bon financement que lui donnaient les banquiers originaires de Lucques, à Lyon. Il parvint même à former en 1595 une compagnie avec Antonio Bonvisi et Pandolfo Cenami de Lyon pour commercer entre Séville et Nantes de cochenille, huile, laine et tissus de Rouen27.

4. Les relations financières entre les Foires de Castille et les Foires de Lyon

  • 28 Gascon, Grand commerce. Françoise Bayard, « Les Bonvisi, marchands banquiers à Lyon, 1575-1629 », (...)

26À l’encontre de la faiblesse relative des relations commerciales entre l’Espagne et Lyon, mis à part l’importation de livres, on peut mettre en évidence l’énorme importance des liens financiers. La négociation de lettres de change entre les foires de mai et d’octobre de Medina del Campo, de Pascuilla et d’août de Medina de Rioseco et du Carême de Villalón, et les foires des Rois, de Pâques, d’août et de la Toussaint de Lyon fut la méthode employée par les marchands et financiers castillans pour transférer l’argent depuis la France et vers celle-ci28.

  • 29 Carlos Álvarez García, « Diego de Ordóñez, hombre de negocios y clérigo. Restos de su archivo priv (...)
  • 30 Hilario Casado Alonso, « La gestion d’une entreprise de commercialisation du pastel toulousain au (...)

27On peut suivre fidèlement le processus dans les multiples documents conservés, spécialement dans divers livres de comptabilité de quelques compagnies castillanes que l’on a conservés. Nous trouvons la première trace dans la négociation de neuf lettres de change avec la famille des Nasi dans les foires de Lyon de 1518 de la part du marchand d’Avila, Diego Ordoñez, qui était lié à la compagnie de Burgos des Bernuy29. Mais les liens entre les réseaux de commerce castillans et la ville financière de Lyon peuvent être observés plus clairement dans les comptes d’une société consacrée à la commercialisation internationale du pastel toulousain : la compagnie formée par Gonzalo Hernández de Palenzuela, Sancho Gallo, Pedro de Salcedo, Juan de Zornoza et Mosen Guillaume Tamisier. Celle-ci fut constituée le 1er mai 1527 avec un capital de 18.000 livres tournois, que les associés espagnols déposèrent en deux annualités aux foires de Pâques de Lyon. La compagnie mena de front cette activité avec le commerce de draps et de cuirs anglais importés par Bristol et avec celui du poivre à destination de Toulouse. Pour réaliser ces activités commerciales, les associés eurent recours à un mouvement d’argent complexe, comme l’exigeait le commerce, entre la Castille, l’Angleterre, les Pays-Bas et la France, qui s’effectuait par virement de lettres de change lors des foires de Medina del Campo/Villalón, Anvers et Lyon. Leurs correspondants étaient les nombreux marchands et financiers castillans installés aux Pays-Bas (Alonso de Salamanca, Juan de Castro, Francisco de Villegas, Lesmes de Astudillo, Francisco de Arbieto, García Gallo) et surtout, les Cenami, Panchati et Bonvisi de Lyon. Tous leur fournirent des crédits suffisants pour effectuer les différents paiements y compris, comme la comptabilité le reflète, le transfert de Lyon à Toulouse d’argent en espèces, que Martín del Castillo, un employé de la compagnie, transporta personnellement dans des sacs30.

écus

sous

1541

3.000

23,25

1542

13.838

32,50

1543

21.084

24,50

1544

4.760

1545

1546

5.000

1547

7.316

1548

7.294

1549

12.256

2,00

1550

14.875

11,25

89.425

3,50

Tableau 1. Négociation de lettres de change par Juan de Lerma avec les Bonvisi aux foires de Lyon Source : Archivo Diputación Provincial de Burgos, Consulado, livre 2

28Le rôle des foires de Lyon dans la négociation internationale de lettres de change et le rôle des banquiers originaires de Lucques qui résidaient dans cette ville, continuent les années suivantes. Les comptabilités du marchand Juan de Lerma de 1541 à 1550 et de la Grande compagnie des Bernuy de 1546 à 1550 révèlent comment, pour payer les achats de pastel à Toulouse, ainsi que pour le virement de l’argent obtenu des ventes de diverses marchandises en France, ils eurent recours aux services des Bonvisi et des Michaeli/Arnolfini. Le premier effectua, ces années-là, des virements de lettres pour une valeur de 89.425 écus et 3,5 sous (voir tableau 1), tandis que les seconds firent de virements de lettres pour une valeur de 275.942 écus, 21 sois et 6 deniers, équivalant à 123.525.085 maravédis (voir tableau 2). Nous sommes en présence de sommes d’argent très élevées, qui témoigne de l’importance que les foires de Lyon avaient pour les commerçants espagnols.

  • 31 Archivo Diputación Provincial de Burgos, Consulado, livres 7, 8, 9, 10, 11, 18, 20, 22, 24, 25, 27 (...)
  • 32 Archivo Diputación Provincial de Burgos, Consulado, livres 12 et 17.

29Le poids de Lyon dans le cadre commercial et financier castillan augmente au fur et à mesure que nous avançons dans la seconde moitié du XVIe siècle, tel qu’on l’observe dans les livres de comptes d’autres marchands de Burgos. Ainsi, dans les 24 livres de comptabilité conservés de la compagnie de García et Andrés de Salamanca (1548-1574), nous trouvons de nombreux comptes qui montrent comment ils réalisèrent, par l’intermédiaire des foires de Lyon, une partie importante des virements d’argent qu’ils firent pour leurs affaires à Rouen, Paris et Nantes31 (voir tableau 3 et planche I, fig. 2). Importance qui se répète dans le livre de la compagnie formée par Juan de Santo Domingo, Francisco de La Presa et Vítores Ruíz de 1552 à 1566 et dans celui de Pedro de Quintanadueñas de la Torre de 1571 à 157632. Tous eurent recours, parfois, aux foires et à la Bourse d’Anvers ou aux petits centres de commerce de Nantes, Séville, Lisbonne ou Burgos, mais la plupart de leurs transferts furent faits par virement de lettres de change entre les foires de Medina del Campo et celles de Lyon. Parfois, ces envois d’argent masquent des opérations de crédits, puisque l’on parle de changes, protêts et rechanges entre les foires de Castille et de Lyon. Dans tous les cas, leurs banquiers furent les banquiers de Lucques, installés à Lyon : les Bonvisi, Michaeli et Arnolfini.

Tableau 2. Négociation de lettres de change par Diego de Bernuy aux foires de Lyon
NOTA : v = écus s = sous d = deniers
Source : ADPB, Consulado, livres 4 et 5.

Compagnie des Michaeli (en maravédis)

Compagnie des Bonvisi (en maravédis)

1559

2.529.624

1560/61

316.065

1562

785.000

1563

2.374.020

1564

782.000

1566

1.046.729

Tableau 3. Negociation de lettres de change par la Compagnie des Salamanca aux foires de Lyon Source : voir note 31.

  • 33 Lapeyre, Une famille. Voir planche I, fig. 1.
  • 34 Ángel Laso Ballesteros éd., Inventario del Archivo de Simón Ruiz. Archivo Histórico Provincial, Va (...)

30L’importance lyonnaise dans les affaires des commerçants castillans nous apparaît très clairement dans les documents du marchand et banquier de Medina del Campo, Simón Ruíz33. De cet homme d’affaires on a la chance d’avoir conservé 56.721 lettres, 21.065 lettres de change, 165 livres de comptabilité, plus de 19.000 documents commerciaux divers. Bien que leur inventaire soit encore en cours, on peut d’ores et dèjà estimer qu’environ 2.000 letttres furent expédiées de Lyon en Espagne de 1561 à 1596. Leurs rédacteurs furent Jerónimo Arnolfini, Bonaventura Michaeli, Giuseppe Francesco Arnolfini, Camillo, Giovanni, Ludovico et Cristoforo Balbani, mais surtout, les membres de la famille Bonvisi : Bernardino, Stefano, Antonio, Diego, Alessandro, Girolamo et Ludovic o Bened ett o Bonvisi. À ces lettres s’ajoutent celles que ces mêmes personnes, leurs parents et associés envoyèrent depuis d’autres villes d’Europe, comme Anvers, Bruxelles, Rouen, Venise, Lucques, Florence, Milan, Besançon ou Plaisance. Une telle masse documentaire, à laquelle il faut ajouter plus de 3.000 lettres de change et l’information contenue dans les livres de comptabilité, dans les rapports, dans les bilans, les listini des cotisations des foires, etc., fait de ces archives un magnifique observatoire pour étudier les relations établies entre l’Espagne et Lyon dans la seconde moitié du XVIe siècle34.

  • 35 Archivo Histórico Provincial de Valladolid, Simón Ruiz, Livres de comptabilité 51, 52, 53, 54, 55, (...)
  • 36 Hilario Casado Alonso, « Los flujos de información en las redes comerciales castellanas de los sig (...)

31Une si grande tâche échappe aux humbles objectifs de ce travail. J’ai étudié, quoique de façon incomplète, les relations financières qui apparaissent dans quelques livres de comptabilité, qui, malgré la complexité dérivée de l’analyse des comptes à partie double de l’époque, fournissent des conclusions déjà pertinentes35. D’une part, j’ai pu reconstruire les caractéristiques des flux d’argent et d’information, grâce aux virements de lettres de change et aux envois de lettres, que Simón Ruiz fit en relation des foires de Lyon de 1561 à 1594, ainsi qu’établir dans de nombreux cas les bénéfices et pertes qu’il eut dans ces opérations financières36. Ses bénéfices oscillèrent, selon les années, mais, dans l’ensemble, ils furent très avantageux pour le banquier castillan et on pourrait en dire de même pour les Bonvisi. Leurs profondes connaissances du fonctionnement des marchés financiers, ainsi que l’ample réseau d’agents et d’informateurs que tous deux avaient dans toute l’Europe, expliquent de tels bénéfices : ils purent spéculer sur les taux de change des différentes monnaies et la variation de leurs cours en fonction du temps et des places. À ces activités commerciales, Simón Ruíz ajouta, à plusieurs reprises, celle de l’exportation de l’or et de l’argent en espèces, à destination de la France et des Flandres, ce qu’il fit très souvent en association avec les Bonvisi. Il en est de même de quelques dépôts bancaires, qu’il ouvrit, à différents moments, dans cette compagnie lyonnaise, afin de disposer de liquidité d’une foire à l’autre ou de pouvoir faire quelques paiements. D’autre part, je constate que dans ces virements de lettres de change Simón Ruíz agissait non seulement pour gérer individuellement ses affaires mais aussi pour le compte d’autres marchands espagnols et portugais, qui, par l’intermédiaire de ce banquier, envoyaient et recevaient de l’argent.

  • 37 Archivo Diputación Provincial de Burgos, Consulado, livres 1 et 3.

32Cependant, l’axe de foires établi entre Medina del Campo et Lyon n’était pas seulement bidirectionnel. Lyon agissait aussi comme lien et point intermédiaire pour tous les virements d’argent entre la Castille et l’Italie, puisque les Bonvisi se chargeaient de transférer l’argent reçu à Lyon vers les villes de Venise, Florence ou Milan ou inversement. Phénomène qui n’était pas nouveau, car dès 1532 la banque de Bonvisi et Arnolfini de Lyon fut utilisée par les consuls de Castille à Florence pour virer leurs recettes depuis la ville toscane vers la métropole de Burgos37. L’importance des foires lyonnaises dans l’activité internationale des marchands espagnols se vérifie dans les foires de Besançon et de Plaisance et parfois aussi de Bayonne, Nantes et Rouen. C’est la façon dont Simón Ruíz transfert son argent et celui de ses clients vers ces villes. De même, la présence de la banque Bonvisi à Anvers et à Cologne explique que Simón Ruíz recourt à ses services pour le change et le rechange des lettres entre ces villes et Lyon.

33C’est pourquoi, nous pouvons affirmer que, pendant la seconde moitié du XVIe siècle, une grande partie des virements d’argent entre l’Espagne et le Portugal et le reste de l’Europe se fit par l’intermédiaire de Lyon. Seule furent comparable en volume les transactions d’argent entre l’Espagne et Anvers. Au vu des sommes d’argent indiquées dans les livres de comptabilité de toutes ces compagnies, je crois pouvoir affirmer qu’une grande partie du commerce international de l’argent en Europe et en Amérique à l’époque de Philippe II reposait sur les foires de Lyon, Anvers et Medina del Campo et, à moindre échelle, sur celles de Besançon et Plaisance. Les autres villes europées jouaient und rôle subsidiaire, tout au moins pour ce qui concerne les intérêts des financiers castillans et de la monarchie espagnole. Je crois, toutefois, que cette hypothèse peut se généraliser à l’ensemble des marchands et banquiers européens jusqu’au dernier quart du XVIe siècle. D’où l’importance de Lyon pour l’histoire économique de l’Espagne. Cependant, comme nous le savons bien, ce système international de paiements entre foires entra en crise à la fin du siècle, entraînant dans sa chute ces grands financiers dont je viens de parler.

Notes

1 Stephen R. Epstein, « Regional fairs, institutional innovation and economic growth in the late medieval Europe », Economic History Review, 47, 1994, p. 459-482 ; Idem, Freedom and Growth. The rise of states and markets in Europe, 1350-1750, London, Routledge, 2000, p. 73-88 ; Simonetta Cavaciocchi éd., Fiere e mercati nella integrazione delle economie europee. Secc. XIII – XVIII, Florence, Le Monnier, 2001. La pratica dello scambio : sistemi di fiere, mercanti e città in Europa (1400-1700), Paola Lanaro éd., Venise, Marsilio, 2003.

2 Francisco Comín, Mauro Hernández et Enrique Llopis éds., Historia económica de España, siglos X-XX, Barcelona, Crítica, 2002.

3 Betsabé Caunedo del Potro, Mercaderes castellanos en el golfo de Vizcaya (1475-1492). Madrid, Universidad Autónoma, 1983. Hilario Casado Alonso, « El Comercio internacional burgalés en los siglos XV y XVI », dans Actas del V Centenario del Consulado de Burgos, Burgos, Diputación Provincial de Burgos, 1994, vol. I. p. 175 – 247.

4 Fréderic Mauro, « Merchant communities, 1350-1750 », dans James D. Tracy dir., The Rise of Merchant Empires. Long-distance trade in the early modern world, 1350-1750, Cambridge, Cambridge University Press, 1990, p. 255-286. Jacques Bottin et Donatella Calabi dir., Les étrangers dans la ville. Minorités et espace urbain du bas Moyen Âge à l’époque moderne, Paris, EHESS, 1999. William. D. Rubenstein, « Entrepeneurial Minorities : A Typology », dans Mark Casson et Andrew Godley éds., Cultural Factors in Economic Growth, Berlin, Springer, 2000. p. 111-124. Peer Schmidt, « Les minorités religieuses européennes face à l’espace atlantique à l’époque moderne », dans Horst Pietschmann dir., Atlantic History. History of the Atlantic System, 1580-1830. Göttingen, Vandenhoeck and Ruprecht, 2002, p. 83-96. Antony Molho et Diogo Ramada Curto dir., « Réseaux marchands », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2003, 3, p. 567-672.

5 Betsabé Caunedo del Potro, Mercaderes castellanos ; Hilario Casado Alonso, « El comercio internacional castellano en tiempos de Isabel la Católica », dans Luis Ribot, Julio Valdeón et Elena Maza coords., Isabel la Católica y su época. Valladolid, Instituto Universitario de Historia Simancas, 2007. Vol. 1, p. 651-682. Hilario Casado Alonso, « Las redes de comercio castellanas en Europa (Siglos XV y XV) », dans Hilario Casado Alonso et Antonio García-Baquero éds., Comercio y hombres de negocios en Castilla y Europa en tiempos de Isabel la Católica, Madrid, Sociedad Estatal de Conmemoraciones Culturales, 2007, p. 275-304.

6 Hilario Casado Alonso, El triunfo de Mercurio. La presencia castellana en Europa (Siglos XV y XVI), Burgos, Cajacírculo, 2003. Hilario Casado Alonso, « Las colonias de mercaderes castellanos en Europa en los siglos XV y XVI », dans Hilario Casado Alonso éd., Castilla y Europa. Comercio y mercaderes en los siglos XIV, XV y XVI, Burgos, Diputación Provincial, 1995, p. 15-56.

7 Douglas C. North, « Institutions, transaction cost, and the rise of merchants empires », dans James D. Tracy dir., The Political Economy, p. 22-40. Giorgio Doria, « Conoscenza del mercato e sistema informativo : il Know-how dei mercanti-finanzieri genovesi nei secoli XVI e XVII », dans Aldo de Maddalena et Hermann Kellenbenz dir., La repubblica internazionale del denaro tra XV e XVII secolo. Bologne, il Mulino, 1986, p. 57-121. James M. Murray, Bruges, cradle of capitalism, 1280-1390, Cambridge, Cambridge University Press, 2005. Avner Greif, Institutions and the Path to the Modern Economy. Lessons from Medieval Trade, Cambridge, Cambridge University Press, 2006.

8 Hilario Casado Alonso, « Medina del Campo Fairs and The Integration of Castile into 15th to 16th Century European Economy », dans Simonetta Cavaciocchi éd., Fiere e Mercati nella Integrazione, p. 495– 517.

9 Miguel Ángel Ladero Quesada, Las ferias de Castilla. Siglos XII a XV, Madrid, Comité Español de Ciencias Históricas, 1994. Adeline Rucquoi, Valladolid en la Edad Media, Valladolid, Junta de Castilla y León, 1987, vol. II, p. 397-403. María Isabel del Val Valdivieso, « Valladolid y las villas de su entorno en el tránsito de la Edad Media a la Moderna », dans Valladolid. Historia de una ciudad. Valladolid, Ayuntamiento, 1999, vol. I. p. 217-242.

10 Cristóbal Espejo de Hinojosa et Julián Paz Espeso, Las antiguas ferias de Medina del Campo, Valladolid, 1912. Comercio, Mercado y Economía en tiempos de la Reina Isabel. Catálogo de la exposición del V Centenario de la muerte de Isabel la Católica, Medina del Campo, Museo de las Ferias, 2004.

11 Julia Teresa Rodríguez de Diego, Las ferias de Villalón de Campos en el siglo XV (memoria de licenciatura inédita), Universidad de Valladolid, 1985. Isabel Beceiro Pita, El Condado de Benavente en el siglo XV. Benavente, Ayuntamiento, 1998, p. 272– 279. Pascual Martínez Sopena, El Estado señorial de Medina de Ríoseco bajo el almirante Alfonso Enríquez (1389– 1430), Valladolid, Universidad, 1977, p. 153-157.

12 Falled Hassan Abed Al-Hussein, Trade and Businness community in Old Castile : Medina del Campo 1500 – 1575, East Anglia, 1982 (Edition espagnole dans Eufemio Lorenzo Sanz coord., Historia de Medina del Campo y su tierra, Valladolid, Diputación Provincial, 1968, Vol, II. p. 5-266). Felipe Ruiz Martín, « La banca en España hasta 1782 », dans El Banco de España. Una historia económica, Madrid, Banco de España, 1970, p. 1-196. Hilario Casado Alonso, « Comercio, crédito y finanzas públicas en Castilla en tiempos de los Reyes Católicos, dans Antonio Miguel Bernal, éd., Dinero, moneda y crédito en la monarquía hispánica, Madrid, Marcial Pons - Ediciones de Historia, 2000, p. 135-156. Felipe Ruiz Martín, « Orígenes del capitalismo en Castilla », dans El tratado de Tordesillas y su época, Valladolid, Sociedad V Centenario del Tratado de Tordesillas, 1995, vol. I, p. 177-196.

13 Juan de Padilla, « El Cartuxano », « Los doce triunfos de los doce Apóstoles », dans Cancionero castellano del siglo XV, Madrid, Casa Editorial Bailly Bailliere, 1912, (NBAE, 19) vol. I, p. 324.

14 Je suis un grand pécheur,/ car j’ai voyagé continuellement de par le monde/ en passant du Huerto del Rey à la Llana (Burgos)/ j’ai commencé mes affaires/et j’ai tant augmenté mon savoir/ que j’ai changé dans toutes les banques de Flandres/remplissant ma bourse vide,/Florence, Venise la plus digne,/ Gênes avec Lyon sur le Rhône,/Séville, Valence et Villalón/ on sentit mon commerce surtout à Medina,/ dans la Cuesta Platina de Valladolid/ j’eus une boutique de tissus brochés/ et je gagnais le double, car je vendais à crédit/aux courtisans et gens semblables/augmentant les bénéfices avec usure.

15 Richard Gascon, Grand commerce et vie urbaine au XVIe siècle. Lyon et ses marchands (environs de 1520 – environs de 1580), Paris, SEVPEN, 1971. Michele Cassandro, Le fiere di Lione e gli uomini d’affari italiani nel Cinquecento, Florence, Baccini & Chiappi, 1979.

16 Hilario Casado Alonso, « Relaciones comerciales y financieras entre mercaderes de Burgos y de Lucca durante la primera mitad del siglo XVI en Lyon », dans Rita Mazzei et Tommaso Fanfani éds., Lucca e l’Europa degli affari (secoli XV-XVII). Atti del convegno internazionale di studi, Lucca, 1-2 dicembre 1989, Lucca, María Pacini Fazzi editore, 1990, p. 109-120. Hilario Casado Alonso, « Finance et Commerce International au milieu du XVIe siècle : La Compagnie des Bernuy », Annales du Midi, 195, 1991, p. 323-343. Hilario Casado Alonso, « Le rôle des marchands castillans dans la commercialisation internationale du pastel toulousain (XVe et XVIe siècles) », dans Dominique Cardon, Hansjürgen E. Müllerott, Bouchra Bemjelloun, Francis Brumont et Michel Delmas éds., Woad, Indigo and others Natural Dyes : Past, Present and Future, Arnstadt, Thüringer Chronik-Verlag, 1998, p. 65-70.

17 Henri Lapeyre, Une famille des marchands, Les Ruiz. Contribution à l’étude du commerce entre la France et l’Espagne au temps de Philippe II, Paris, Armand Colin, 1955 (Edition espagnole, Valladolid, 2008).

18 Casado Alonso, El triunfo de Mercurio, p. 103-117.

19 Hilario Casado Alonso, « Le commerce des ‘marchandises de Bretagne’ avec l’Espagne au XVIe siècle », dans Annie Antoine éd., Les activités textiles dans l’Ouest XVIe – XIXe siècles. Numéro spécial de Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 107, no 2, 2000, p. 29-50. Jean-Philippe Priotti, Bilbao et ses marchands au XVIe siècle, Lille, Presses universitaires du Septentrion, 2004.

20 Anastasio Rojo Vega, « El negocio del libro en Medina del Campo, siglos XVI y XVII », Investigaciones Históricas, 7, 1987, p. 17-26. Anastasio Rojo Vega, « Comercio e industria del libro en el Noroeste peninsular », dans El libro antiguo español, 2, 1992, p. 425-430. Anastasio Rojo Vega, « Libros y bibliotecas en Valladolid (1530-1660) », Les Livres des Espagnols à l’Époque Moderne, Bulletin Hispanique, 99, 1, 1997, p. 193-210. Anastasio Rojo Vega, « Medina del Campo, centro de importación de libros en el siglo XVI », dans Lazarillo. Vida picaresca en el siglo XVI. Valladolid, Diputación Provincial, 2001, p. 47-53.

21 Cavaciocchi éd., Fiere e Mercati. Alberto Grohman, « Fairs as sites of economic and cultural exchange », dans Donatella Calabi et Stephen Turk Christensen, Cultural Exchange in Early Modern Europe, vol. II, Cities and Cultural Exchange in Europe, 1400-1700, Cambridge, Cambridge University Press, 2007, p. 207-226. Sur l’édition française, voir Roger Chartier et Henri Jean Martin éds., Histoire de l’édition française, Vol. 1, Le livre conquérant : du Moyen âge au milieu du XVIIe siecle, Paris, Promodis, 1982. Henri Jean Martin éd., La naissance du livre moderne (XIVe-XVIIe siècles) : mise en page et mise en texte du livre française, Paris, Editions du Cercle de la Librairie, 2000. Pierre Aquilon et Henri Jean Martin, Le livre dans l’Europe de la Renaissance : Actes du XXVIIIe Colloque International d’Etudes Humanistes, Paris, Editions du Cercle de la Librairie, 1998.

22 Santiago Aguadé Nieto, « La llegada de la imprenta y el primer comercio del libro impreso », dans Comercio, mercado y economía, p. 161-178.

23 Vicente Bécares Botas, La compañía de libreros de Salamanca (1530-1534), Salamanca, Seminario de Estudios Medievales y Renacentistas, 2003.

24 Vicente Bécares Botas et Alejandro Luis Iglesias, La librería de Benito Boyer (Medina del Campo, 1592), Salamanca, Junta de Castilla y León, 1992.

25 Anastasio Rojo Vega, Impresores, libreros y papeleros en Medina del Campo y Valladolid en el siglo XVII, Salamanca, Junta de Castilla y León, 1994.

26 Lapeyre, Une famille, p. 563-565. Bartolomé Yun Casalilla, Sobre la transición al capitalismo en Castilla. Economía y sociedad en Tierra de Campos (1500-1830), Salamanca, Junta de Castilla y León, 1987, p. 225.

27 Jean-Philippe Priotti, Dynamiques d’une mondalisation. Réseaux commerciaux, villes et États dans l’Atlantique franco-hispano-américain (1550-1600), Mémoire d’habilitation, Université de Toulouse II-Le Mirail, 2007, p. 147-153.

28 Gascon, Grand commerce. Françoise Bayard, « Les Bonvisi, marchands banquiers à Lyon, 1575-1629 », Annales ESC, 1971, p. 1234-1269.

29 Carlos Álvarez García, « Diego de Ordóñez, hombre de negocios y clérigo. Restos de su archivo privado (1497-1520) », Revista Española de Financiación y Contabilidad, XVII, 1988, 5, p. 31-114.

30 Hilario Casado Alonso, « La gestion d’une entreprise de commercialisation du pastel toulousain au début du XVIe siècle », dans Francis Brumont éd., Le commerce du pastel, de la laine et des draps, XIVe – XVIe siècles. Numéro spécial de Annales du Midi. Revue de la France méridionale, 236, 2001, p. 457-479.

31 Archivo Diputación Provincial de Burgos, Consulado, livres 7, 8, 9, 10, 11, 18, 20, 22, 24, 25, 27, 29, 31, 32, 34, 36, 38, 108, 109, 110, 111 et 769.

32 Archivo Diputación Provincial de Burgos, Consulado, livres 12 et 17.

33 Lapeyre, Une famille. Voir planche I, fig. 1.

34 Ángel Laso Ballesteros éd., Inventario del Archivo de Simón Ruiz. Archivo Histórico Provincial, Valladolid, Junta de Castilla y León, 2008.

35 Archivo Histórico Provincial de Valladolid, Simón Ruiz, Livres de comptabilité 51, 52, 53, 54, 55, 62, 63, 74 et 75.

36 Hilario Casado Alonso, « Los flujos de información en las redes comerciales castellanas de los siglos XV y XVI », Investigaciones de Historia Económica, 10, 2008, p. 35-68. Hilario Casado Alonso, « La circulation de l’information dans les réseaux de commerce espagnols aux XVe et XVIe siècles », Cahiers du Centre de Recherches Historiques. Numéro spécial Circulations et frontières. Autour du 101e anniversaire de Fernand Braudel, 42, 2008, p. 225-251.

37 Archivo Diputación Provincial de Burgos, Consulado, livres 1 et 3.

Table des illustrations

Légende Les Colonies commerciales castillanes en Europe (XVe-XVIe siècles)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13221/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende Tableau 2. Négociation de lettres de change par Diego de Bernuy aux foires de LyonNOTA : v = écus s = sous d = deniersSource : ADPB, Consulado, livres 4 et 5.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13221/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 205k

© Presses universitaires de Lyon, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search