Version classiqueVersion mobile

Lyon vu/e d’ailleurs (1245-1800)

 | 
Jean-Louis Gaulin
, 
Susanne Rau

L’installation d’une famille de marchands-banquiers florentins à Lyon au début du xvie siècle, les Salviati

Agnès Pallini-Martin

Texte intégral

1. Lyon, une ville italienne à la fin du XVe siècle ?

1.1. Une historiographie qui privilégie l’étude des Florentins au siècle suivant

  • 1 Voir les sources utilisées par Richard Gascon pour son étude sur Lyon et ses marchands, Richard Ga (...)

1Peu d’études portent sur les Italiens établis à Lyon à la fin XVe siècle. Ce manque s’explique principalement parce que les sources italiennes de la période sont souvent ignorées et sous-exploitées. En effet, pour appréhender le groupe des Italiens en France, seules les sources françaises sont utilisées. Richard Gascon notamment étudie les actes notariés, les comptes des droits d’entrée sur les marchandises et les vivres, les registres de recouvrement de la taille1. Ces ouvrages n’utilisent que très peu les documents de comptabilité des marchands-banquiers. Ceux-ci se révèlent être une source de grand intérêt car l’essentiel des opérations, notamment bancaires, est uniquement visible dans ces papiers privés. De plus, seuls ces livres de comptabilité permettent de dresser la carte des réseaux de marchands et de percevoir l’ampleur de leurs affaires.

  • 2 Michele Cassandro, Le fiere di Lione e gli uomini d’affari italiani nel Cinquecento, Florence, Bac (...)
  • 3 Roger Doucet « Le Grand Parti de Lyon au XVIe siècle », Revue Historique, CLXXI, p. 473-513 et CLX (...)
  • 4 Voir Gascon, Grand commerce, I, p. 55.

2C’est essentiellement pour le XVIe siècle que la présence italienne à Lyon est étudiée2. À cette période, les groupes se structurent, deviennent plus visibles dans la ville surtout avec la création du Grand Parti à partir des années 1540. À partir de la moitié du 16e siècle, les marchands italiens, suisses, allemands et aussi français se regroupent pour offrir à la monarchie française des fonds importants assortis de forts intérêts, en acceptant que ceux-ci soient immobilisés pour longue période3. Il n’existe pas pour la fin du XVe siècle de semblable regroupement de marchands-banquiers italiens, ce qui rend leur présence moins évidente. De plus, la première moitié du XVe siècle est marquée par la Guerre de Cent Ans qui paralyse les échanges, interdit le développement économique et qui réduit la fin du siècle à n’être que l’antichambre de la période de la pleine apogée économique du siècle suivant4.

  • 5 Gascon, Grand commerce, I, p. 50-51.

3Notre travail part de l’analyse de deux Grands Livres de marchands-banquiers florentins, Giuliano di Piero da Gagliano et Alamanno Salviati. Le premier, proche des Médicis, séjourne à Lyon de 1489 à 1509 ; le second, membre éminent de la grande famille Salviati, installe son activité dans la ville au début du 16e siècle. L’étude de ces sources permet d’explorer une période peu considérée de l’histoire lyonnaise et du rôle des Florentins dans la ville. Richard Gascon dans sa grande étude sur la ville, définit la fin du XVe siècle comme simple moment de la « naissance » de la future prospérité de la ville au XVIe siècle pour l’étude de laquelle l’historien dispose de trop peu de sources pour pouvoir en renouveler l’approche5. La fin du XVe siècle reste donc l’époque des débuts de la reconstruction de la France et de son développement économique et, pour l’histoire lyonnaise, elle marque la période troublée pendant laquelle les foires sont supprimées et la filiale des Médicis fait faillite. À l’inverse, les Grands Livres de Giuliano di Piero da Gagliano et d’Alamanno Salviati montrent combien ces Italiens sont bien insérés dans des réseaux de change européen et que leurs affaires sont d’une importance notable. Les opérations qu’ils font remettent donc en cause la vision traditionnelle d’une période qui serait marquée par un timide dynamisme économique et permettent de montrer la place de Lyon dans le royaume de France et en Occident.

1.2. Les Florentins à Lyon, une présence dès la fin du XVe siècle

  • 6 Pise, Scuola Normale Superiore, Archivio Salviati, Serie I, 437 (428), Alamanno ed Averardo Salvia (...)

4Au début du XVIe siècle, la famille florentine des Salviati, dirigée par Alamanno Salviati prévoit d’installer une filiale de sa banque à Lyon. En 1508, le premier Grand Livre A, d’Alamanno et Averardo Salviati e Compagnie di Banco di Lione est ouvert6. Alamanno Salviati aura juste le temps de voir la compagnie s’installer car il meurt en 1510. Ses héritiers continuent l’activité bancaire et restent présents dans la ville durant tout le siècle. Cette banque crée des réseaux européens de marchands, Lyon servant de place centrale des échanges entre la France, l’Italie, l’Allemagne, l’Espagne, l’Angleterre. Les filiales des Salviati dans ces pays structurent ces réseaux entre marchands et développent des activités de vente et d’achat de tissus, mais surtout des opérations bancaires. Quelques années auparavant, s’était installé à Lyon de 1487 à 1495 un autre marchand florentin, Giuliano di Piero da Gagliano. Ce marchand, lié aux Médicis, pourrait être un des précurseurs des Salviati à Lyon lorsqu’ils s’installent dans la ville. C’est le récit de ces deux installations de marchands et des aspects de leurs réseaux marchands que l’on se propose de présenter dans cet article.

1.3. L’installation florentine est liée à la création des foires de Lyon

  • 7 La série I de l’Archivio Salviati conserve les livres de commerce de la famille. Les documents con (...)
  • 8 Gascon, Grand commerce.

5Les sources étudiées sont les documents comptables et la correspondance qui sont conservées à la Scuola Normale di Pisa et aussi dans les archives florentines7. Ces documents permettent de dresser un tableau des réseaux de ces deux marchands au début du XVIe siècle ainsi que de s’interroger sur les raisons qui expliquent que des marchands bien implantés dans l’espace florentin s’installent à Lyon à partir de la fin du XVe siècle. L’historiographie s’est intéressée surtout au cas de Lyon au siècle suivant montrant que la ville est un centre européen du commerce, dans laquelle les Italiens jouent un rôle moteur car ils sont à l’origine de son développement commercial et bancaire8. Cependant, dès les années 1460, la ville de Lyon se développe en accueillant des foires et attire des marchands italiens et florentins en particulier. C’est dans ce contexte qu’il faut replacer le projet d’installation des Salviati et avant eux celui de Giuliano di Piero da Gagliano.

  • 9 Marc Brésard, Les foires de Lyon aux XVe et XVIe siècles, Paris, 1914 ; Bruno Caizzi, « Ginevra e (...)
  • 10 Raymond De Roover, Il banco Medici dalle origini al declino (1397-1494), Strumenti, La Nuova Itali (...)

6L’installation florentine à Lyon est liée à la création des foires de la ville. L’histoire des foires de Lyon débute en 1420 avec l’instauration par Charles VII de deux foires, puis d’une troisième en 14449. En 1462, Louis XI interdit à ses sujets et aux marchands étrangers fréquentant le royaume de se rendre à Genève et leur accorde à Lyon les mêmes avantages qu’ils avaient à Genève. Un an plus tard, le roi établi quatre foires qui durent quinze jours aux mêmes dates que celles de Genève qui sont « décriées ». Les foires de Lyon ont réussi à prendre la place de celles de Genève et c’est à partir de 1464 que le déclin des foires de Genève se confirme. Les filiales des banques italiennes se transfèrent graduellement à Lyon, la filiale de la banque des Médicis en tête, dès 146610.

  • 11 Richard Gascon, « Nationalisme économique et géographie des foires, la querelle des foires de Lyon (...)

7La décennie 1484-1494 est celle de la crise des foires de Lyon. En 1484, les Etats Généraux réunis à Tours réclament la fermeture des foires de Lyon. Les représentants aux Etats-Généraux mettent en avant les avantages accordés aux marchands-banquiers italiens, accusent ceux-ci d’être responsables de la pénurie des espèces, d’importer des fausses monnaies et se plaignent de la domination économique et technique exercée par les grands marchands-banquiers italiens sur les petits marchands-banquiers français11.

  • 12 Brésard, Les foires de Lyon.

8Charles VIII donne gain de cause aux Etats-Généraux. Les foires sont supprimées en 1484 et abolies officiellement durant ces dix années par Charles VIII. Les foires sont transférées à Bourges mais la position géographique de cette ville, éloignée des routes commerciales, ne permet pas aux foires d’y prospérer. Elles sont rétablies officiellement à Lyon en 1494, mais, dans les faits, deux ont déjà été rétablies en 148912.

1.4. La nation florentine à Lyon, une implantation bien organisée

  • 13 Gino Masi, Statuti delle colonie fiorentine all’estero (secoli XV-XVI), Milan, Dott. A. Giuffrè ed (...)
  • 14 Masi, Statuti, p. 202 « di quelli di detta natione prima a Ginevra, ne l’anno MCCCCXLVI., a dì pri (...)
  • 15 Masi, Statuti, p. 195 « sopra le quali si è stato mostro e richordati molti errori seghuiti per ma (...)
  • 16 Masi, Statuti, p. 202, « Di poi a Lione fu loro conceduta la chapelle magiore et altri membri dell (...)
  • 17 Jacques Gadille, René Fédou, Henri Hours, Bernard de Vergille, Le Diocèse de Lyon, Paris, Editions (...)

9Les statuts de la nation florentine à Lyon sont de précieux témoignages de la présence florentine dans la ville et de la vitalité de ce groupe13. Pour la période de la fin du 15e siècle et du début du 16e siècle, nous disposons de deux textes. Le 7 février 1487, 28 Florentins signent les statuts de la nation. Temperano Temperani en est le consul, Luigi Martelli, Girolamo degli Alberti et Lutozzo di Piero Nasi sont respectivement vice-consul, conseiller, camerlingue de la nation. L’assemblée se tient dans la maison de la compagnie de Bernardo Nasi. La signature des statuts permet de réorganiser les anciens statuts qui étaient ceux de la colonie florentine de Genève de 1446 et qui ont été adoptés à Lyon le 4 janvier 146614. Les signataires s’engagent tout d’abord à les faire respecter par tous et à corriger les erreurs commises dans le passé concernant notamment l’entretien des édifices appartenant à la nation dont l’église de Notre-Dame de Confort15. En effet, depuis leur arrivée à Lyon, les Florentins ont reçu en concession cette église qui appartenait à l’ordre des Dominicains16. Ils y entreprennent d’importants travaux : « les marchands florentins, nombreux maintenant à fréquenter Lyon, veulent faire de Notre-Dame de Confort leur église et leur lieu de sépulture : à grands frais, ils refont la voûte de l’ancienne chapelle, dite « basse église », y plaçant les armes de leur « nation », dressent, dans la grande église ogivale, un jubé de marbre de tons différents, émaillé de colonnettes, élèvent à l’entrée du chœur deux colonnes de marbre blanc, ornent les murs d’armoiries familiales17 ». Les différentes parties exposent les obligations de chaque signataire envers la nation et surtout les obligations financières qui incombent à chacun visant à financer les travaux de l’église.

  • 18 Masi, Statuti, p. 196 « e restino in libertà ciaschuno in ssè di paghare al deto chonsolato quello (...)
  • 19 Richard A. Goldthwaite, Private wealth in Renaissance Florence : a study of four families, Princet (...)
  • 20 Michele Cassandro, Il libro giallo della compagnia fiorentina di Antonio della Casa e Simone Guada (...)

10L’accent est mis sur l’arrivée de nouveaux membres de la nation et son renouvellement qui semble important, attestant de la vitalité de la nation florentine à Lyon. Le souci des signataires de la nation est celui de pouvoir faire respecter les statuts par ces nouveaux venus sans provoquer de tensions ou de ressentiments et de les faire payer au même titre que les autres tout en appelant à la responsabilité individuelle18. La liste des signataires de ces statuts permet de mesurer combien la place lyonnaise est importante pour les marchands-banquiers florentins à la fin du XVe siècle. Les grandes familles de marchands-banquiers florentins sont présents dans la ville comme les Capponi, les Cavalcanti, Antonio della Casa, les Martelli, les Rucellai, la filiale des Médicis est représentée par Lorenzo Spinelli qui en est le directeur de 1486 à 1490 et aussi Giuliano di Piero da Gagliano dont nous avons étudié le livre de compte pour cette période19. Derrière ces 28 signataires ce sont aussi des compagnies qui apparaissent, les Médicis, la compagnie Capponi et Buondelmonti, celle de Bernardo de’Bernardi montrant que Lyon est une place dans laquelle les compagnies établissent des filiales. Ces statuts de 1487 attestent enfin du passage des Florentins de Genève à Lyon car on retrouve des compagnies présentes à Genève qui désormais se sont transférées à Lyon comme les Médicis ou la compagnie d’Antonio della Casa étudiée par Cassandro pour la période antérieure20.

  • 21 La graphie est celle du texte établi G. Masi.

Tableau 1. Signataires des statuts de 148721

Temperano Temperani
Luigi Martelli
Girolamo Alberti
Lutozzo Nasi
Lorenzo Spinegli en son nom et en tant que gouverneur de la banque des Médicis
Neri di Gino Chapponi au nom de sa compagnie Chapponi et Buondelmonti
Dionigi Nasi
Filippo Freschobaldi
Giovanni del Benino
Giuliano da Gagliano
Pescione Pescioni
Antonio della Chasa
Alesandro Jachopi
Giovanni Benci
Tommaso Ghuadangni

Andrea Chavalcanti en son nom et en tant que facteur de la compagnie de Bernardo
de’Bernardi
Antonio Vechieti
Giovanni Chorsellini
Lorenzo d’Antonio Chatani
Bernardo di Manetto Ruciellai
Chimento da Lamolle
Antonio Forestani
Bartolomeo de’Ruggieru da Soli
Piero di Nicholò Rucciellay
Bartolomeo Bartolini en son nom propre et au nom de ser Gianni
Giovamfrancesco Martelli
Héritiers de Francesco Peruzzi
Lodovicho Chavalcanti

  • 22 Gascon, Grand commerce, II, annexe III, p. 907.

11Le 30 octobre 1501 sont signés les nouveaux statuts de la nation florentine à Lyon par le consul et les conseillers Nicholo del Bene, Tommaso Guadagni et Giovanni Vechietti. Richard Gascon reproduit dans les annexes de son livre sur Lyon la liste des membres de la Nation à la date de 150222. Ces statuts du début du XVIe siècle sont intéressants à plus d’un titre. Divisé en 50 chapitres, le texte fixe avec précision les règles et les conditions de l’implantation des Florentins à Lyon et de leurs activités marchandes et de change mais aussi le fonctionnement de la nation, les rapports entre les membres de la nation et le roi et plus généralement tous les points qui permettent d’organiser, d’encadrer et de protéger le mieux possible les membres et les activités d’une communauté dans un pays étranger.

12C’est ainsi que les statuts précisent les modalités à respecter pour les fêtes des saints patrons et l’entretien de l’église de Notre-Dame de Confort. Mais plus encore, les conditions de l’exercice des activités des Florentins sont clairement établies et au travers de l’énoncé de ces conditions, c’est la réalité de l’action de ces hommes qui apparaît.

13Une grande partie de ces statuts règle les modalités par lesquelles l’argent est géré au sein de la nation. Il s’agit des taxes dont doivent s’acquitter les marchands pour toute opération de commerce ou de change, mais aussi des amendes en cas de manquements aux obligations. Les Florentins de la nation lyonnaise doivent en effet entretenir l’église Notre-Dame de Confort et contribuer à son embellissement mais aussi payer des taxes sur leurs activités dans la ville. L’argent ainsi collecté est utilisé, sous le contrôle du camerlingue directement affecté à cela, pour l’église et la chapelle ou pour permettre la libération d’un des membres de la nation ou lever la saisie des marchandises.

  • 23 Masi, Statuti, p. 206, « ordiniamo che, qualunque della detta natione Fiorentina che traffica ou t (...)

14Le fonctionnement des taxes sur les activités marchandes permet d’appréhender la réalité de la vie marchande des Florentins et également les rapports entre les différentes nations florentines en Europe. En effet, les statuts dressent la liste de toutes les activités qui seront taxées et de leurs modalités dans la ville. Toute activité commerciale ou bancaire effectuée à Lyon, pendant les foires ou en dehors de ces dates, qu’elle soit pour le compte propre du marchand, en commission ou en compagnie, est taxée23. Pour toute somme d’argent qui transite à Lyon dans le compte d’un marchand-banquier florentin, celui-ci doit s’acquitter d’un huitième pour mille (0,125 ‰) de la transaction de change et d’un huitième pour cent (0,125 %) de la marchandise. Cette taxe était peu élevée par rapport aux taxes en vigueur à Rome ou à Bruges ce qui implique une disproportion dans les échanges entre ces différentes places. Pour y remédier, les opérations de change et de marchandises entre Florentins de Lyon, de Bruges et de Rome sont taxées selon le taux en vigueur dans ces deux dernières villes.

15Les statuts règlent aussi les rapports entre les membres de la nation et le reste de la population. La possibilité de rétribuer un avocat pour gérer des litiges concernant les marchandises qui peuvent être séquestrées ou bien pour régler des conflits avec les habitants permet d’entrevoir la fragilité de la situation des Florentins. Ceux-ci, bien que contribuant à la richesse de la ville et qu’étant en rapport avec les plus grands personnages du Royaume, restent des étrangers qui sont les premiers touchés en cas de crise.

  • 24 Masi, Statuti, un exemple parmi d’autres, « et di detto duodecimo farne creditore in su loro libro (...)

16Pour ces hommes, marchands-banquiers, la tenue des livres est importante et la nation fait du Grand Livre la référence pour régler les contentieux entre les différents membres de celle-ci ou bien pour attester du paiement des taxes et éventuellement des amendes, s’il y en a. De manière presque systématique, les chapitres des statuts se finissent en effet par la manière d’inscrire l’opération dans le livre de compte24.

2. L’installation des Florentins, des Médicis aux Salviati, de 1466 à 1508

2.1 En 1466, la filiale genevoise de la banque des Médicis s’installe à Lyon

  • 25 De Roover, Il banco, p. 422 et s.

17Le transfert de la filiale des Médicis de Genève à Lyon en 1466 est le premier signe du passage d’une ville à l’autre et entraîne le déclin de la place genevoise. Les Médicis peuvent se féliciter de cette nouvelle localisation car la filiale de Lyon connaît de très bons résultats jusqu’à la fin des années 147025. Leur activité est surtout bancaire, même s’ils s’occupent aussi de commerce, notamment de soies, car Lyon devient rapidement un marché important pour la soierie italienne. Durant la période de leur présence lyonnaise, ils ne possèderont pas de biens immobiliers mais louent une maison sur la rive droite de la Saône dans la rue de la Juiverie.

18À la fin des années 1470 et dans la décennie suivante, la filiale des Médicis de Lyon est confrontée à deux problèmes importants : la mauvaise gestion de la filiale tout d’abord et les difficultés rencontrées par Pierre de Médicis qui prend la suite de son père en 1492.

19Tout d’abord, le directeur de la filiale, Lionetto de Rossi est emprisonné en 1485 et 1487 pour fraudes. Laurent de Médicis envoie à Lyon Francesco Sassetti en 1486 avec pour mission de redresser les comptes. Ce dernier fonde avec Lorenzo Spinelli et Giovanni Tornabuoni une nouvelle compagnie. À la mort de Sassetti en 1490, c’est son fils Cosimo qui entre dans la filiale comme vice-directeur. Cette nouvelle direction dure jusqu’en 1494 date à laquelle les biens de la filiale sont saisis et les facteurs de la banque expulsés de la ville.

  • 26 Francesco Guicciardini, Histoire d’Italie, Paris, Robert Laffont, 1996, I, p. 47.

20Cette expulsion arrive au terme d’un épisode de tension entre le roi de France et Pierre de Médicis. En 1494, Pierre, qui dirige désormais la famille, refuse aux ambassadeurs de Charles VIII le passage des troupes du roi par le territoire florentin. En réaction, au mois de juin 1494, Charles VIII expulse tout le personnel de la banque de Pierre de Médicis présent à Lyon et leurs biens sont confisqués26. Les membres de la filiale se transfèrent à Chambéry.

  • 27 Guiccardini, Histoire d’Italie, I, p. 79-81.
  • 28 Luca Landucci, Diario fiorentino dal 1450 al 1516, Florence, Sansoni, 1995, p. 73 « el detto Piero (...)
  • 29 Ibid.

21Quelques mois plus tard, en novembre 1494, Pierre de Médicis conclut des accords avec le roi de France alors à la tête de ses troupes en Italie. Pierre accorde au roi de France des forteresses appartenant à la république florentine : celles de Sarzana, de Pietrasanta, de Sarzanello, de Pise et de Livourne. À peine ces accords sont-ils connus à Florence que le peuple prend les armes contre la famille des Médicis entraînant le départ précipité de Pierre et de ses frères Jean, le futur Léon X, et Julien le 9 novembre27. Les circonstances de ce départ ont été décrites par Luca Landucci qui témoigne de la violence de la scène : le peuple de la ville se réunit sur la place de la Seigneurie aux cris de « Popolo e libertà » et accuse Pierre de Médicis de l’avoir trahi lors ses rencontres avec le roi de France du début du mois et d’avoir outrepassé ses prérogatives en décidant seul, sans l’avis de ses concitoyens, de la reddition des forteresses de la République. Après avoir vainement tenté de rejoindre la place de Florence et de rallier leurs partisans, les Médicis doivent quitter la ville « et le dit Pierre partit vers la porte San Gallo28 ». Entre temps, une annonce est faite sur la place, et la tête du chef de la famille des Médicis est mise à prix pour 2 000 ducats29. Le 17 novembre, Charles VIII, à la tête de son armée, entre à Florence, les biens de la famille des Médicis sont saisis et des administrateurs sont nommés pour gérer les biens de la famille. Ces mesures entraînent la faillite de la banque et de ses filiales.

22À la fin de l’année 1494, la banque des Médicis n’existe plus officiellement et les clients ont bien des difficultés à rentrer dans leurs fonds à l’instar de Philippe de Commynes qui ne sera jamais payé. Pour autant, en France, les anciens dirigeants de la filiale lyonnaise avaient tenté de poursuivre l’activité. En accord avec les administrateurs des biens des Médicis, la filiale se reconstitue sous la direction de Lorenzo di Giovanni Tornabuoni, Cosimo Sassetti et Lorenzo Spinelli. Cependant, le manque de liquidités ne permet pas à la banque d’envisager des opérations d’envergure et la mort de Lorenzo di Giovanni Tornabuoni en 1497 porte le coup de grâce à la tentative.

2.2. Giuliano di Piero da Gagliano, un commis des Médicis ?

  • 30 Pise, Scuola Normale Superiore, Archivio Salviati, Grand Livre Gagliano A.
  • 31 Alison Brown met en lumière le rôle des deux frères Gagliano, Filippo et Giuliano, dans l’environn (...)
  • 32 Masi, Statuti, p. 199.
  • 33 En ce qui concerne la filiale romaine, il en est un des débiteurs et le recouvrement des dettes es (...)
  • 34 De Roover, Il banco, p. 448 et note 154.

23Or, c’est justement à cette date de 1494, que Giuliano di Piero da Gagliano, qui a ouvert son livre de compte lyonnais en 1489, commence réellement ses activités30. Ce marchand florentin installé à Lyon appartient à une famille de marchands-banquiers florentins proche des Médicis31. Il reste environ vingt ans à Lyon et signe les statuts de la colonie florentine en 148732. Son frère, Filippo da Gagliano, occupe des fonctions importantes dans la banque de la puissante famille florentine car il est le vice-directeur de la banque générale des Médicis à Florence de 1490 à 1494 quand Giovambattista Bracci en est le directeur. Filippo est également un associé de Laurent de Médicis dans une compagnie de laine à Florence. Giuliano possède lui-même un compte dans la filiale des Médicis à Rome dont le bilan daté de 1495 nous est parvenu33. Des membres de sa famille sont présents à Lyon dans la filiale ; De Roover, dans les pages consacrées à la filiale de Lyon, indique que deux neveux de Matteo di ser Giovanni da Gagliano travaillent dans la filiale et l’un de ces deux hommes occupe la fonction de caissier34. Giuliano est donc un proche des Médicis qui, de 1494 à 1495, exerce des activités bancaires et commerciales à Lyon en lien avec les Médicis.

  • 35 De Roover, Il banco, p. 576.
  • 36 Grand Livre Gagliano A, les comptes de Piero de Medici sont p. 8, 22, 35, 36, 47, 49 et le compte (...)

24Le développement de ses activités à Lyon se fait au moment même où la filiale de Lyon doit quitter la ville pour Chambéry et également durant la période pendant laquelle Pierre de Médicis est en exil35. En effet, s’il ouvre son Grand Livre en 1489, son activité débute réellement en 1494. L’étude de ses transactions bancaires et de ses activités marchandes et de la structure de son Grand Livre permet d’émettre l’hypothèse d’une reprise par Giuliano da Gagliano d’une partie des affaires de la grande maison florentine. Ses opérations les plus importantes sont faites essentiellement pour des marchands-banquiers proches des Médicis : Domenico Perini, Lanfredino Lanfredini et Bartolomeo Bartolini ou pour la famille elle-même. La famille a dix comptes dans la banque de Gagliano, six pour la famille Médicis et quatre pour les marchandises36. Ces comptes sont tous ouverts dans l’année 1494 et sont parfois soldés dans le livre suivant de Gagliano à son retour à Florence.

Tableau 2. Les comptes de la famille des Médicis dans le Grand Livre de Gagliano

Intitulés des comptes

Date d’ouverture et de fermeture des comptes dans le Grand Livre de Gagliano

Piero de Medici e compagnie battilori di Firenze per mio conto

Août 1494 - Septembre 1494
Septembre 1494 : solde reporté dans le livre B février 1495

Piero de Medici e compagnie battilori di Firenze per loro conto corrente

Décembre 1494 : solde reporté dans le livre B Février 1495

Piero de Medici e compagnie battilori di Firenze per loro conto aperto B

Décembre 1494 : solde reporté dans le livre B février 1495

Piero de Medici e compagnie battilori di Firenze per loro conto.

Février 1494 : solde reporté dans le livre B février 1495

Piero de Medici e compagnie battilori di Firenze per loro conto della ragione

Février 1494 - Mai 1495

Erede di Lorenzo di Medici e compagnie di corte di Roma

Septembre 1494 : solde reporté dans le livre B février 1495

Martore e altre pelle di ragione di Medici

Avril 1495 : solde reporté dans le livre B février 1495

Drappi d’oro e di seta di ragione di Piero di Medici

Avril 1495 - Septembre 1495

Oro e argento di ragione di Medici

Avril 1495 : solde reporté dans le livre B février 1495

Oro filato di ragione di Medici

Décembre 1494 : solde reporté dans le livre B février 1495

  • 37 Sapori, « Il bilancio », p. 218
  • 38 Sapori, « Il bilancio », Taddeo Gaddi : 96, pour Paolo Rucellai 91-92 et 252, pour Jean de la Grol (...)
  • 39 Sapori, « Il bilancio », p. 121 : « Giovanni cardinale di San Dionigi. Costui fu servito da nnoi d (...)
  • 40 De Roover, Il banco, p. 436 et 448. Pour Cosimo Sassetti voir Grand Livre Gagliano A, p. 64, pour (...)

25Giuliano da Gagliano en ouvrant des comptes aux Médicis leur permet de poursuivre leurs activités commerciales et bancaires. L’étude de ces comptes ouverts pour les Médicis révèle que par l’intermédiaire de Gagliano ce sont les proches des Médicis qui interviennent, comme Filippo da Gagliano ou Bartolomeo Bartolini. Gagliano a aussi dans sa banque des dépôts des membres de la filiale des Médicis à Lyon : Cosimo Sassetti, fils de Francesco, Antonio Mellini et Giuliano d’Agostino Biliotti et il ouvre des comptes à d’anciens clients de la filiale lyonnaise et aussi de la filiale romaine37. C’est ainsi le cas de Taddeo Gaddi, Paolo Rucellai, du cardinal de Saint-Denis et de Giovanni Tosinghi38. Tous sont des clients de Gagliano à partir de 1494. Dans le bilan de la filiale de Rome, le cardinal de Saint-Denis, Jean de la Grolaye de Villiers, apparaît trois fois : deux fois débiteur et une fois créditeur. Le cardinal de Saint-Denis est débiteur pour 2165 ducats, le correspondant à Paris des Médicis, Giovanni Tosinghi, en a reçu une partie39. C’est donc par l’intermédiaire de leur correspondant à Paris qu’une partie de la somme sera recouvrée40.

  • 41 Grand Livre Gagliano A, p. 92
  • 42 Sergio Tognetti, Da Figline a Firenze, Ascesa economica e politica della famiglia Serristori (seco (...)

26En décembre 1495, Pacolino Castenci, le voiturier de Gagliano reçoit la somme importante de 623 écus et 10 sous, le 20 décembre 1495, pour régler un voyage à Florence « per portagli a Firenze41 ». Ce voyage correspond sans doute à la préparation du voyage de retour de Giuliano di Piero da Gagliano à Florence, qui se fait cette même année. Au début de l’année suivante, Gagliano rentre à Florence après un an d’une activité bancaire et marchande très liée aux anciennes affaires de la filiale médicéenne. Les dernières années de son séjour lyonnais, Giuliano di Piero da Gagliano aurait poursuivit, de manière informelle, les affaires des Médicis. Lyon avait, dans le dispositif des Médicis, une place importante et une disparition complète de la place n’était pas envisageable pour la famille de Laurent et de ses héritiers. Il est probable que l’interdiction formulée par le roi de France ait pu être contournée par plusieurs marchands-banquiers florentins dont Giuliano di Piero da Gagliano ferait partie. Dans l’histoire des Médicis, il s’est produit un épisode similaire. Dans les années 1430, lors de l’exil forcé de Cosme de Médicis, Antonio Serristori à Florence gère les comptes de la famille Médicis en sous-main comme l’explique Tognetti dans son livre sur la famille des Serristori42.

2.3. Il banco d’Alamanno et Averardo Salviati

  • 43 Pierre Hurtubise a étudié la famille dans son installation à Rome et dans ses stratégies pour s’y (...)

27Quelques années plus tard, une autre grande famille florentine décide d’ouvrir une banque à Lyon, les Salviati. En 1508, Alamanno et Averardo Salviati prévoient d’installer une filiale de leur banque à Lyon. Les Salviati sont une famille ancienne à Florence et leur puissance et leurs activités sont bien connues dans leur ville, à Rome et à Lyon. Alamanno Salviati, qui est le beau-père de Francesco Guicciardini, assume des fonctions politiques à Florence : il fut ambassadeur et mène les négociations à Pise lors du conflit entre les deux villes. Membre de l’une des plus importantes familles florentines, à la tête d’une grande fortune, il est chef des oligarques et s’oppose à ce titre à Piero Soderini quand celui-ci devient gonfalonier à vie en 1502. Cette opposition est tellement forte qu’elle incite Francesco Guicciardini à ne rendre publiques ses fiançailles avec la fille d’Alamanno qu’un an après qu’elles aient eu lieu. À Rome, leur implantation est liée à l’accession sur le trône pontifical de Léon X en 1513. Jacopo Salviati (1461-1533), le cousin d’Alamanno est, par son mariage avec Lucrezia de Médicis, le beau-frère du nouveau pape et le père des cardinaux Giovanni et Bernardo. Par la suite, il devient le secrétaire de Clément VII. L’ancrage de la famille à Rome doit beaucoup à l’action de Jacopo Salviati qui obtient du pape en décembre 1514 la trésorerie de Romagne et la ferme du sel pour tout l’Etat pontifical. Les revenus qu’il tire de ces deux charges sont à la base de sa fortune et de son implantation à Rome. L’étude de ses livres de comptes menée par Hurtubise révèle qu’il conserve les deux fermes jusqu’en 1531 et en tire 15000 ducats de profits net par an. Tous ses clients et ses associés, y compris ceux de Lyon, en tirent des bénéfices43.

  • 44 Doucet, « Le Grand Parti », p. 489-491. Orlandi, Le Grand Parti, p. 23.
  • 45 Florence, Biblioteca nazionale, Lettre de Lanfredino Lanfredini, II, V, 21, folio 195.
  • 46 Francesco Guiccardini, Ricordi, Diari, Memorie, Pordenone, Edizione Studio Tesi, 1991, p. 89-92, v (...)

28En 1555, date de la création du Grand Parti, deux banques Salviati sont attestées à Lyon : la banque d’Averardo Salviati et compagnie et celle de Pierre Salviati. La première est, dans la deuxième moitié du siècle, une des banques les plus importantes sur la place française et participe activement au Grand Parti fournissant plus de 600 000 livres tournois à la structure de prêt voulue par Henri II44. Pierre Salviati à la tête d’une banque plus modeste que celle d’Averardo est aussi dans les participants au Grand Parti. L’ascension lyonnaise de la famille débute par l’ouverture en 1508 du banco d’Alamanno et d’Averardo Salviati. Deux ans plus tard, en janvier 1510, alors qu’il est à Pise en qualité de commissaire des Florentins auprès de leur armée pour la reconquête de la ville, le beau-père de Guicciardini tombe malade et reste alité pendant deux mois. Cette maladie le retarde dans la poursuite de ses affaires ainsi qu’il s’en plaint dans une lettre adressée à Lanfredino Lanfredini45. Le 24 mars 1510, Alamanno Salviati, âgé de 49 ans, meurt de maladie. Son gendre dresse de lui dans ses mémoires le portrait d’un grand homme, juste, intelligent et qui était « sans comparaison le premier citoyen de la ville » et il insiste sur la noblesse de sa famille et sa richesse due en grande partie à son activité marchande46.

  • 47 Pour la liste des Italiens présents à Lyon à la fin du XVIe siècle, Gascon, Grand commerce, II, p. (...)

29L’étude du Grand Livre de la compagnie d’Alamanno et Averardo Salviati daté de 1508-1509, soit l’année de l’installation lyonnaise, permet de mieux cerner les contours de leurs activités dans la ville et de connaître les marchands-banquiers avec lesquels ils travaillent. Quand les Salviati s’installent à Lyon, ils activent à leur tour un réseau de connaissances proche des Médicis comme les marchands-banquiers Lanfredino Lanfredini et aussi Giuliano di Piero da Gagliano qui s’est transféré à Florence. La liste des compagnies marchandes dont le nom et les marques sont reproduits dans les Ricordanze révèle une géographie des affaires de la compagnie. Les compagnies les plus importantes en nombre sont celles des Italiens de Florence, Lucques et Rome. Sans surprise, les grandes familles florentines des affaires comme les Serristori, Capponi, Delpugliese, Ginori sont en contact avec les Salviati. Des représentants de certaines d’entre elles participèrent à la réunion de 1502 où s’élaborèrent les nouveaux statuts de la nation florentine. Dans le groupe des Lucquois, quelques familles sont encore attestées dans la deuxième moitié du siècle comme les Guinigi ou les Balbani47. Cette liste des compagnies marchandes montre aussi que les affaires des Salviati s’étendent dans d’autres villes en Italie et en Europe dans les centres de grands commerces : Londres, Bruges, Valence, Barcelone.

  • 48 Pise, Scuola Normale Superiore, Archivio Salviati, Serie I, 438 (429), Alamanno ed Averardo Salvia (...)

Tableau 3. Correspondants d’Alamanno et Averardo Salviati par lieux répertoriés en 1508-1509 dans les Ricordanze48

BARCELONA
Corene Antonio
BOLOGNIA
Dagliotto Lorenzo e fratello e Lodovico Dalogliano
Desausy Erchole e compagnie
BRUGGIA
Balbani Biagio e Giantili
Frescobaldi Girolamo
Gualdarotti Antonio e Filippo
Moronelli Nicolo e compagnie
Palarnoni Antonio
FIRENZE
Capponi Francesco
Delchiaro Mariotto
Dapanzano Lucha e compagnie
Del Nero Nicolo
Del Pugliese Francesco
Dini Agostini e compagnie setaioli
Di Bardi Agniolo e compagnie
Di Miranda Sandro
Di Paratas Marcho
Di Rossi Bernardino
Gagliano Giuliano di Piero
Ghaddi Taddeo
Ginori Bernardo e compagnie
Ginori Carlo
Giungi Domenico e compagnie
Gualdarotti Antonio e Filipppo e compagnie
Guicciardini Luigi e compagnie
Fazi Bonifatio e compagnie
Lanfredini Lanfredino
Salviati Alamanno e Jacopo
Serristori Antonio e compagnie
Soderini Tomaso e Giovambattista e compagnie
Spinola Charllo Giorgio
Strozzi Matteo e compagnie
Tornaquinci Benedetto e compagnie
Zanobi del maestro Luca
ROMA
Billi Salvatore
Borcarini Pierfrancesco di Salvestro e compagnie
Champini Giovanni e compagnie
Chigi erede di Mariano e compagnie
Del Bene Nicolo e Piero e compagnie
Dellacasa Pandolfo e compagnie
Gaddi Taddeo dagniolo
Ghinori Stefano
Lomellini Francesco e Battista e compagnie
Pandolfini Giovanni
Sauli Vincenzo e Bastiano
Tornaquinci Benedetto e compagnie
SIENA
Bichi Alessandro e compagnie
Erede di Mariano Chigi e Andrea Balanti
Della Grazia Mino
Venturi Antonio e compagnie
SIRACHOSA
Della Cavalleria Dionis
Della Cavalleria Piero

LONDRA
Bardi da Migiotto e Barnabeo e compagnie
Guinigi Francesco di Francesco e compagnie
Frescobaldi Girolamo e compagnie
Portinari Guido
LUCCA
Balbani Biado
Bartolomeo abitante a Marsilia
Bernardini Salvestro
Bernardo Thomaso
Burllamachi Michele e compagnie
Buonvisi Benedetto Ventura Micholi e compagnie
Gigli Giovanni Pascolo (écrit aussi Giovanpaolo)
Ghinigi Giovanni e compagnie
Ramani Patris di Martino
MILANO
Daddi Rhinaldo e frateggli
Da Roma Francesco
Salvestro di Dino
MODENA
Velluti Andrea
MONPOLIERI
Bottecara Piero Giovanni e compagnie
Falchoni Falchone e Guglielmo Morosa
Frescobaldi Girolamo
Mani Luigi
NAPOLI
Dagniolo Erede di Bernardo e compagnie
Davanzati Francesco
Ginori Bartolomeo
NUREMBERGO
Belzeri Antonio e Currado Felini e compagnie
PALERMO
Menorci erede di Piero e Giovambattita
menecerini e compagnie
VALENZA
Barzi Cesare
Bolcharini Batista e compagnie
Canivani Andrea
Sensif Luigi e compagnie
VINEGIA
Alessandro di Francia
Alessandro di Francesco
Corboli erede di Piero
Danarlli Alfonso
Di Besalu Raffaello
Lani Giovanni
Rini Matteo

30L’installation dans la ville de Lyon pour cette famille respectée et puissante de marchands florentins apparaît comme une étape obligatoire pour toute activité bancaire et marchande d’envergure. La permanence de la banque tout au long du XVIe siècle et le développement des affaires menées par les héritiers d’Alamanno en témoignent.

31De fait, un aperçu de quelques réseaux de ces deux marchands permet de confirmer l’importance de la place de Lyon dans les activités marchandes et bancaires de ces années charnières entre la fin du XVe et le début du XVIe siècle.

3. Lyon au cœur de réseaux européens animés par des marchands florentins

32Nous avons choisi de présenter deux groupes de marchands qui apparaissent dans les livres de comptes de Gagliano et de Salviati : les Français « politiques », c’est-à-dire proches du roi et le groupe des marchands allemands.

3.1. Les réseaux français de Giuliano di Piero da Gagliano

33Parmi les marchands de Tours présents dans le Grand Livre, les plus connus et ceux qui effectuent les plus grosses opérations sont sans aucun doute les membres de la famille Briçonnet et des Beaune. Gagliano travaille avec trois membres de ces deux familles. Il s’agit de deux frères de Guillaume Briçonnet : Pierre Briçonnet et André et de son beau-frère, Jacques de Beaune. Guillaume Briçonnet fait le lien entre tous ces personnages mais n’a pas de compte dans le Grand Livre.

  • 49 Les généraux des finances, au nombre de quatre sous Charles VII, sont chargés des opérations de co (...)
  • 50 Il est responsable de l’argenterie, magasin organisé pour assurer la fourniture de l’Hôtel Royal e (...)
  • 51 Bernard Chevalier, « Guillaume Briçonnet et les financiers tourangeaux au service de la reine Anne (...)

34Tous les trois ont des fonctions importantes auprès de l’administration royale : Pierre Briçonnet est général des finances du Languedoc49. André Briçonnet est argentier du roi50. Enfin, Jacques de Beaune, le beau-frère du cardinal, est le trésorier de la reine. Il est d’abord marchand, et entre au service du roi en devenant argentier du futur Charles VIII, puis trésorier et receveur général de la reine Anne de Bretagne en 1491. Jacques de Beaune et Guillaume Briçonnet jouissent de la confiance de la reine durant toute la vie de celle-ci. Lors de la mort accidentelle de Charles VIII en 1498, c’est Jacques de Beaune qui se charge de mettre en sécurité dans sa propre maison de Tours tous les biens de la reine avant leur transfert à Nantes et c’est Guillaume Briçonnet qui est appelé auprès de la reine, en qualité d’ami de la reine et du défunt roi51. En 1495, Jacques de Beaune devient général des finances du Languedoc à la suite de Pierre Briçonnet.

  • 52 Grand Livre Gagliano A, p. 29 pour le compte de Jacques de Beaune, 55 pour Arnaldo Briçonnet et 7 (...)
  • 53 Lucien Febvre, « Idée d’une recherche d’histoire comparée : le cas Briçonnet » dans Au cœur religi (...)

35Dans le Grand Livre de Giuliano da Gagliano, il y a trois comptes ouverts à ces personnages : Jacques de Beaune et André Briçonnet ont chacun le leur, celui de Pierre Briçonnet est ouvert à son nom et à celui de Jacques de Beaune52. Ces comptes sont tenus en écus et les sommes sont très importantes, surtout pour le compte de Pierre Briçonnet, dont le montant s’élève à plus de 7000 écus. Mais derrière ces trois hommes, apparaît Guillaume Briçonnet53.

36Guillaume Briçonnet est un des fils de Jean l’aîné, le premier maire de Tours en 1462 et c’est lui qui développe la fortune de la famille. Il débute sa carrière dans « la boutique de l’argenterie » et le commerce sous le règne de Louis XI. Il entretient le réseau matrimonial avec la famille des Beaune en épousant Raoulette, sœur de Jacques de Beaune. Il est au service du roi dès 1482 en tant que « secrétaire signant en finance » puis devient général des finances en Languedoc de Charles VIII en 1483 et a la confiance de la reine Anne de Bretagne et du roi. À la mort de sa femme, il devient évêque de Saint-Malo puis cardinal en 1495. Il place rapidement les membres de sa famille au service du roi. Ainsi Pierre Briçonnet, son frère, est général des finances du Languedoc à sa suite de 1494 à 1495. C’est Jacques de Beaune qui le remplace alors dans cette fonction en 1495.

  • 54 Francesco Guicciardini, Storie fiorentine dal 1378 al 1509, R. Palmarocchi éd., Bari, Laterza, 193 (...)
  • 55 Francesco Vettori, Scritti storici e politici, E. Niccolini éd., Bari, Laterza, 1972, p. 25-29.

37Le personnage de Guillaume Briçonnet est connu et controversé en Italie car on lui reproche, en autres choses, d’avoir forcé le pape à lui accorder le chapeau de cardinal pendant les campagnes d’Italie. Les chroniques italiennes sur Briçonnet sont très dures sur le personnage. Guicciardini, auteur des Storie Fiorentine dal 1378 al 1509, reste mesuré dans ses propos mais constate que le pape Alexandre VI ne pouvait se défendre face aux volontés du roi de France et laisse entendre qu’il a fait Briçonnet cardinal contre sa volonté54. Un autre chroniqueur italien, Francesco Vettori est lui, beaucoup plus violent. Il accuse Guillaume Briçonnet d’avoir empoisonné le premier mari de sa femme et ses fils pour pouvoir l’épouser une fois devenue veuve. Une fois marié, devenu un marchand respecté qui fréquente les foires de Lyon, il aurait avec l’accord de sa femme, prostitué sa belle-fille auprès de Charles VIII. Désirant ensuite devenir homme d’Eglise, il empoisonne sa femme et encourage le roi de France à envahir l’Italie pour favoriser ses intérêts. Une fois en Italie, il contraint le pape à le faire cardinal. Ses relations avec Charles VIII se dégradant, il serait responsable de la mort du roi en l’empoisonnant avec le concours de sa belle-fille. Vettori conclut son portrait de Guillaume Briçonnet en décrivant son mode de vie à Rome : il ne fait que manger et boire, ne dit jamais les offices et concentre en sa personne tous les vices de la terre55.

  • 56 Cités dans M. Cassandro, « Banca e commercio fiorentino alle fiere di Ginevra nel secolo XV », Rev (...)
  • 57 Bernard Chevalier, « Le financement de la première guerre d’Italie », dans L’impôt au Moyen Âge. L (...)

38C’est donc ce personnage controversé et quelques membres de sa famille qui sont présents à Lyon à la fin du XVe siècle. La présence des deux familles à Lyon est déjà attestée au moment de l’installation des quatre foires. Jean Briçonnet et Jean de Beaune, c’est à dire les pères de Guillaume Briçonnet et Jacques de Beaune, sont inscrits comme marchands de Tours présents à Lyon entre 1463 et 146456. Mais surtout les Briçonnet et les Beaune arrivent à Lyon avec le roi de France en mars 1494 pour préparer la guerre d’Italie et en assurer le financement. La ville est une étape obligée pour le roi et ses financiers qui préparent l’expédition en Italie57. Si les Génois ont été vraisemblablement plus sollicités que les Florentins pour assurer ces fonds, la présence de membres du réseau Briçonnet dans le Grand Livre de Giuliano di Piero da Gagliano montre que les Florentins n’ont pas tous été écartés des relations bancaires.

3.2. Les réseaux commerciaux et financiers autour des Salviati : le groupe des Allemands

  • 58 Pise, Scuola Normale Superiore, Archivio Salviati, 437 (428) ; 438 (429).

39Le Grand Livre et les Ricordanze de la compagnie donnent la liste des compagnies clientes de la banque58. Le banco Salviati a des liens avec les grandes banques italiennes : florentines en tête mais aussi romaines, siennoises, lucquoises, napolitaines. Les Salviati sont également bien implantés dans l’espace français, espagnol, anglais et allemand. C’est ce dernier groupe que nous avons choisi d’étudier car il montre que Lyon est une place qui fait le lien entre le sud de l’Europe et l’espace britannique ouverte aussi vers l’Est. Ces marchands allemands sont d’autant plus intéressants qu’ils se rattachent de grandes familles de marchands déjà bien implantées à Lyon depuis la fin du XVe siècle et qui seront très actives au siècle suivant : les Vöhlin et les Welser. Encore une fois, la place de Lyon montre toute son attractivité pour les marchands-banquiers européens et cela dès le XVe siècle.

  • 59 Dans le Grand Livre de Giuliano di Piero da Gagliano trois comptes sont ouverts au nom de Giovanni (...)

40Dès 1494, Giuliano di Piero da Gagliano a ouvert un compte au nom de Giovanni Felini (Johann Vöhlin) qui possède une compagnie de 1480 à 149659. À partir de cette date, c’est la compagnie Welser-Vöhlin qui prend la suite. Autour des Salviati s’organisent des réseaux de marchands allemands notamment avec la ville de Nuremberg. La présence de ces marchands est attestée pendant tout le XVIe siècle. Il s’agit d’Antonio Belzer (Anton Welser) et Currado Felini (Konrad Vöhlin qui est le fils de Johan Vöhlin), de Bastiano Inchuri (Imhof), de Guasparre et Giovanni Fischer (Guaspard et Johan Fisher) et de Martin Tocheri (Martin Tucher). Les Salviati ont des liens très forts avec la compagnie Welser-Vöhlin et passent un contrat entre les Allemands et Lanfredino Lanfredini, florentin établi à Lyon depuis la fin du siècle précédent et les Naldini de Toulouse. Les opérations entre les Salviati et les Welser-Vöhlin sont pour la plupart des opérations de change et d’achat et de vente de marchandises pour des sommes importantes. Dans cet aspect de l’activité des Salviati, Lyon est au centre d’un réseau d’affaires bancaires et marchandes animé par des Florentins et des Allemands dont le champ d’action couvre une bonne partie de l’Ouest européen.

41Giuliano di Piero da Gagliano et Alamanno et Averardo Salviati dont nous étudions le Grand Livre sont deux marchands-banquiers d’envergure différente. La compagnie d’Alamanno et Averardo Salviati est celle d’une famille de riches marchands déjà bien implantés à Florence et qui étendent leurs réseaux à Lyon manifestement dans une logique de développement de leurs affaires au niveau européen, notamment allemand. La banque de Giuliano da Gagliano s’inscrit dans un autre contexte, celui des difficultés des Médicis tant à Florence qu’à Lyon. Dans les deux cas, s’interroger sur leur installation à Lyon et leurs affaires pendant leur période lyonnaise à travers leurs livres de comptes, permet de dégager l’importance de la ville aux yeux des marchands-banquiers florentins et sa place dans le commerce européen dès la fin du XVe siècle.

Notes

1 Voir les sources utilisées par Richard Gascon pour son étude sur Lyon et ses marchands, Richard Gascon, Grand commerce et vie urbaine au XVIe siècle, Lyon et ses marchands, Paris, S.E.V.P.E.N., 1971, I, p. 9-14.

2 Michele Cassandro, Le fiere di Lione e gli uomini d’affari italiani nel Cinquecento, Florence, Baccini & Chiappi, 1979, p. 160-161. Cassandro s’attache surtout à décrire la présence des Italiens au XVIe siècle à Lyon, il relève la présence de compagnies florentines à Lyon au siècle précédent mais sans proposer d’analyse d’ensemble.

3 Roger Doucet « Le Grand Parti de Lyon au XVIe siècle », Revue Historique, CLXXI, p. 473-513 et CLXXII, p. 1-14 ; Angela Orlandi, Le Grand Parti. Fiorentini a Lione e il debito pubblico francese nel XVI secolo, Florence, Leo S. Olschki, 2002.

4 Voir Gascon, Grand commerce, I, p. 55.

5 Gascon, Grand commerce, I, p. 50-51.

6 Pise, Scuola Normale Superiore, Archivio Salviati, Serie I, 437 (428), Alamanno ed Averardo Salviati, Debitori e creditori segnato A, 1508-1509 ; Serie IV, 2 (2), Giuliano da Gagliano, Debitori e creditori segnato A, 1489-1495. (= Grand Livre Gagliano A dans la suite du texte).

7 La série I de l’Archivio Salviati conserve les livres de commerce de la famille. Les documents concernant l’activité lyonnaise de la famille sont de natures différentes : des grands livres, des livres de Ricordanze, des livres de foires, on trouve également des correspondances. Les sources conservées pour la période lyonnaise couvrent la période de 1508 à 1584. Des correspondances et des documents financiers sont conservés à Florence. Une lettre montre notamment les liens commerciaux passés entre les Salviati de Lyon, Lanfredino Lanfredini, Domenico Naldini de Florence et les Welser et les Vöhlin d’Augsburg (Florence, Biblioteca Nazionale, Lettere di Lanfredino Lanfredini II, V, 13).

8 Gascon, Grand commerce.

9 Marc Brésard, Les foires de Lyon aux XVe et XVIe siècles, Paris, 1914 ; Bruno Caizzi, « Ginevra e Lione : un episodio di guerra fredda economia nel 15 secolo », Cambio. Rivista mensile di cultura (Lugano), 2, 1953/6, p. 39-46.

10 Raymond De Roover, Il banco Medici dalle origini al declino (1397-1494), Strumenti, La Nuova Italia, 1970, p. 417 et s.

11 Richard Gascon, « Nationalisme économique et géographie des foires, la querelle des foires de Lyon (1484-1494) », Cahiers d’Histoire, 1956, p. 253-287.

12 Brésard, Les foires de Lyon.

13 Gino Masi, Statuti delle colonie fiorentine all’estero (secoli XV-XVI), Milan, Dott. A. Giuffrè editore, 1941.

14 Masi, Statuti, p. 202 « di quelli di detta natione prima a Ginevra, ne l’anno MCCCCXLVI., a dì primo di gennaio, et di poi a Lione a dì. IIII. di gennaio MCCCCLXVI., fu dato forma et ordine al fine sopradetto ».

15 Masi, Statuti, p. 195 « sopra le quali si è stato mostro e richordati molti errori seghuiti per manchamento di nonn avere osservato, per i tempi passati, i capitoli del chonsolato ».

16 Masi, Statuti, p. 202, « Di poi a Lione fu loro conceduta la chapelle magiore et altri membri della chiesa de’frati di sancto Domenicho, detta di Nostra Donna di Conforto ».

17 Jacques Gadille, René Fédou, Henri Hours, Bernard de Vergille, Le Diocèse de Lyon, Paris, Editions Beauchesne, 1983 (Histoire des diocèses de France, 16), p. 86 et 109, l’église a été crée en 1235.

18 Masi, Statuti, p. 196 « e restino in libertà ciaschuno in ssè di paghare al deto chonsolato quello che lla loro choscienza giudicherà debbino paghare et nonn altra cosa ».

19 Richard A. Goldthwaite, Private wealth in Renaissance Florence : a study of four families, Princeton University Press, 1968.

20 Michele Cassandro, Il libro giallo della compagnia fiorentina di Antonio della Casa e Simone Guadagni, 1453-1454, Istituto internationale storia economica « F. Datini », Prato, 1976.

21 La graphie est celle du texte établi G. Masi.

22 Gascon, Grand commerce, II, annexe III, p. 907.

23 Masi, Statuti, p. 206, « ordiniamo che, qualunque della detta natione Fiorentina che traffica ou trafficherà in merchantia o cambi, tanto in fiera quanto fuori fiera, sia per sè proprio, o sia per altri, per modo di compagnia o di commessione, tanto di nostrali quanto di strani, debbano di qualunque somma di danaria lui commessa per rimesse, o tratte di chambi, o per qualque modo si sia, ritenere, pel detto diritto del consolato di sancto Giovanni, et chome a esse apartenente, uno ottavo per mille de’cambi, et delle merchantie uno ottavo per cento ».

24 Masi, Statuti, un exemple parmi d’autres, « et di detto duodecimo farne creditore in su loro libro il detto consolato » p. 208

25 De Roover, Il banco, p. 422 et s.

26 Francesco Guicciardini, Histoire d’Italie, Paris, Robert Laffont, 1996, I, p. 47.

27 Guiccardini, Histoire d’Italie, I, p. 79-81.

28 Luca Landucci, Diario fiorentino dal 1450 al 1516, Florence, Sansoni, 1995, p. 73 « el detto Piero si partì e andò verso la Porta San Gallo ».

29 Ibid.

30 Pise, Scuola Normale Superiore, Archivio Salviati, Grand Livre Gagliano A.

31 Alison Brown met en lumière le rôle des deux frères Gagliano, Filippo et Giuliano, dans l’environnement florentin et dans l’entourage de Laurent de Médicis. Cependant, il n’existe pas d’études sur la famille. Alison Brown, « Lorenzo’s new men and their mores », Renaissance Studies, 16, 2002, p. 122-123 (et notes 35-40), 134-137 (notes 78-88) ; idem, « Insiders and Outsiders : the changing boundaries of exile », dans Society and Individual in Renaissance Florence, William Connell éd., Berkeley, 2002, p. 358-359

32 Masi, Statuti, p. 199.

33 En ce qui concerne la filiale romaine, il en est un des débiteurs et le recouvrement des dettes est considéré comme étant certain « Giuliano da Ghagliano di Lione. Sono buoni danari d. 261 » Armando Sapori, Il « bilancio » della filiale di Roma del Banco Medici del 1495, dans Scritti di storia economica, Florence, Leo S. Olschki editore, 1975, c. 24 v.

34 De Roover, Il banco, p. 448 et note 154.

35 De Roover, Il banco, p. 576.

36 Grand Livre Gagliano A, les comptes de Piero de Medici sont p. 8, 22, 35, 36, 47, 49 et le compte des « erede de Lorenzo de Medici e compagnie di Roma per loro conto » est p. 18.

37 Sapori, « Il bilancio », p. 218

38 Sapori, « Il bilancio », Taddeo Gaddi : 96, pour Paolo Rucellai 91-92 et 252, pour Jean de la Grolaye de Villiers p. 45, 121 et 149, pour Giovanni Tosinghi p. 121 et 127.

39 Sapori, « Il bilancio », p. 121 : « Giovanni cardinale di San Dionigi. Costui fu servito da nnoi di magior somma e rediammo che Giovanni Tosinghi di Parigi n’habbi in mano una parte d’argenti, et crediamo saranno buoni danari. »

40 De Roover, Il banco, p. 436 et 448. Pour Cosimo Sassetti voir Grand Livre Gagliano A, p. 64, pour Antonio Mellini voir Grand Livre Gagliano A, pp. 34, 50 et 79, pour Giuliano d’Agostino Biliotti, voir Grand Livre Gagliano A, pp. 65 et 71.

41 Grand Livre Gagliano A, p. 92

42 Sergio Tognetti, Da Figline a Firenze, Ascesa economica e politica della famiglia Serristori (secoli XIV-XVI), Florence, opus libri, 2003, p. 75-77.

43 Pierre Hurtubise a étudié la famille dans son installation à Rome et dans ses stratégies pour s’y intégrer. Pierre Hurtubise, Une famille-témoin, les Salviati, Città del Vaticano, Biblioteca apostolica vaticana, 1985. Pierre Hurtubise, « L’implantation d’une famille florentine à la cour de Rome au début du XVIe : les Salviati », dans Roma Capitale (1447-1527), Atti del IV Convegno di studio del Centro studi sulla civiltà del tardo Medioevo, San Miniato, 27-31 ottobre 1992, S. Gensini éd., Pise, Pacini, 1994, p. 253-271.

44 Doucet, « Le Grand Parti », p. 489-491. Orlandi, Le Grand Parti, p. 23.

45 Florence, Biblioteca nazionale, Lettre de Lanfredino Lanfredini, II, V, 21, folio 195.

46 Francesco Guiccardini, Ricordi, Diari, Memorie, Pordenone, Edizione Studio Tesi, 1991, p. 89-92, voir aussi son Histoire d’Italie, p. 595, note 2.

47 Pour la liste des Italiens présents à Lyon à la fin du XVIe siècle, Gascon, Grand commerce, II, p. 908 et s.

48 Pise, Scuola Normale Superiore, Archivio Salviati, Serie I, 438 (429), Alamanno ed Averardo Salviati, Libro di ricordi, f. 156B-161B.

49 Les généraux des finances, au nombre de quatre sous Charles VII, sont chargés des opérations de comptabilité et de centralisation pour les impôts extraordinaires. Ils centralisent les recettes, préparent les budgets.

50 Il est responsable de l’argenterie, magasin organisé pour assurer la fourniture de l’Hôtel Royal en meubles, de vêtements et de pièces d’orfèvrerie et aussi pour les conserver.

51 Bernard Chevalier, « Guillaume Briçonnet et les financiers tourangeaux au service de la reine Anne de Bretagne », dans C. Laurent, B. Merdrignac et D. Pichot éds., Monde de l’Ouest et villes du monde. Regards sur les sociétés médiévales, Mélanges en l’honneur d’A. Chedeville, Rennes, Presses Universitaires de Bretagne, 1998, p. 339-347.

52 Grand Livre Gagliano A, p. 29 pour le compte de Jacques de Beaune, 55 pour Arnaldo Briçonnet et 7 pour le compte Pierre Briçonnet et Jacques de Beaune et extraits de comptes 3, 4, 5.

53 Lucien Febvre, « Idée d’une recherche d’histoire comparée : le cas Briçonnet » dans Au cœur religieux du XVIe siècle, Paris, Editions Jean Touzot, 1968, p. 145-161.

54 Francesco Guicciardini, Storie fiorentine dal 1378 al 1509, R. Palmarocchi éd., Bari, Laterza, 1931, p. 113 : « ed avendo fatto creare cardinale el vescovo di San Malò ».

55 Francesco Vettori, Scritti storici e politici, E. Niccolini éd., Bari, Laterza, 1972, p. 25-29.

56 Cités dans M. Cassandro, « Banca e commercio fiorentino alle fiere di Ginevra nel secolo XV », Revue d’histoire suisse, 1976, p. 610 ; Florence, Archivio dello Spedale degli Innocenti, Fondo Estranei, 486.

57 Bernard Chevalier, « Le financement de la première guerre d’Italie », dans L’impôt au Moyen Âge. L’impôt public et le prélèvement seigneurial, fin XIIe-début XIVe, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2002, p. 46 et s.

58 Pise, Scuola Normale Superiore, Archivio Salviati, 437 (428) ; 438 (429).

59 Dans le Grand Livre de Giuliano di Piero da Gagliano trois comptes sont ouverts au nom de Giovanni Felini. Ces comptes enregistrent des opérations bancaires.

Auteur

Agrégée d’histoire, doctorante à l’EHESS
courriel : agnes.pallinimartin@live.fr

© Presses universitaires de Lyon, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search