Version classiqueVersion mobile

Lyon vu/e d’ailleurs (1245-1800)

 | 
Jean-Louis Gaulin
, 
Susanne Rau

Poèmes à leur ami Lyon : de Clément Marot à Joachim Du Bellay

Christoph Oliver Mayer

Texte intégral

  • 1 Cf. Daniel Ménager, Introduction à la vie littéraire du XVIe siècle, Paris, Bordas, 1978 ; Monique (...)
  • 2 Pour les villes et leurs imaginaires cf. les éditions de SymCity 1 (2007) et 2 (2008), entre autres (...)

1Au XVIe siècle, la vague du pétrarquisme envahit à son tour la poésie française qui reste encore une poésie de circonstance1. Les sujets dominants des pétrarquistes sont : l’amour fictif d’un poète-amant, la louange d’une belle dame, la théorie de la poésie et leur contexte social. Bien que les lieux de séjour et le cadre historique y jouent un rôle de second rang, la grande tradition de la poésie de circonstance écrite pour des destinataires nobles à l’occasion d’un événement spécial continue d’influencer la plupart des témoignages poétiques. En outre les poètes produisent quantité de poésie où ils racontent leurs impressions de voyage. Souvent ces poèmes se présentent comme des lettres personnelles et réelles qui traitent entre autres des résidences fixes ou temporelles de leurs auteurs. Parfois les poètes en route, dans la compagnie d’un noble ou d’un ecclésiastique, profitent de l’occasion pour parler de ce qu’ils ont vécu, des étapes de leur voyage, de leurs connaissances. Mais pourquoi écrivent-ils si souvent à propos des villes ? Certainement pas seulement par hasard ou par simple éventualité biographique, mais aussi parce que les villes constituaient un sujet poétique traditionnel où on peut briller : chanter la beauté de la ville, chanter la vertu des citoyens, cela ressemble à chanter une belle dame2.

  • 3 On se rappelle la tradition de laudes civitatum, cf. Thomas Granier, « À rebours des “laudes civita (...)
  • 4 Cf. les études de Pierre Bourdieu et d’Alain Viala, entre autres Pierre Bourdieu, Les règles de l’a (...)

2À partir du XIVe siècle, il existe même un genre particulier de poèmes qui traitent des villes, soit en les louant soit en les vitupérant – un genre très populaire parmi les humanistes et aussi un genre très lucratif3. Ce genre est lucratif parce que les responsables des villes récompensent les éloges et aussi parce que les villes concurrentes encouragent la rédaction de protestations. Les villes servent de sujet et de décor à la poésie qui raconte des voyages ou des séjours éventuels ou bien imite la réalité effective. Mais il y a d’autres raisons : les villes d’origine, les lieux de résidence temporaire, les métropoles d’importance politique ou historique tiennent une place décisive en ce qui concerne la trajectoire de l’auteur et la consécration de son œuvre. En essayant de s’inscrire dans le champ littéraire4 chaque acteur doit tenir compte de son lieu social, de son origine, de sa naissance et aussi de sa demeure. Le cercle littéraire est significatif quant à la place d’un auteur dans le champ littéraire. En outre, l’identification d’un poète avec une certaine structure de pouvoir politique ou avec sa ville joue un grand rôle surtout au moment où il faut lutter contre les autres concurrents du champ littéraire, où il faut se placer en dedans ou hors du champ. Et vice versa : l’importance des villes varie selon les intentions poétiques de l’auteur. L’écrivain se laisse influencer par les traditions littéraires existantes. Sa vue personnelle n’étant qu’une facette du panorama de la ville, les grandes tendances conventionnelles s’y ajoutent. Il y a donc une signification symbolique des villes comme instrument d’inclusion ou exclusion dans le champ littéraire.

1. Le modèle lyonnais : Maurice Scève

  • 5 Claude Royon éd., Lyon, l’humaniste. Depuis toujours, ville de foi et de révoltes, Paris, Collectio (...)

3Dans la première moitié du XVIe siècle, Lyon importe comme capitale de la poésie pétrarquiste et dès avant l’apogée de l’École lyonnaise, la ville compte parmi les grands centres littéraires de la France5. À l’époque, le modèle italien qui passe les frontières à Lyon domine la hiérarchie et le canon littéraires en France. C’est à Lyon, le centre de la mode italienne et de grande importance littéraire, politique et économique, que cette vague italienne se transforme en poésie française. C’est pourquoi pour tous les poètes de la Renaissance française, soit ceux qui sont d’origine lyonnaise ou ceux qui y séjournent, soit ceux qui correspondent avec les lettrés lyonnais, Lyon est quasi omniprésente. Cette situation produira deux réactions diverses quant à la position de Lyon dans le champ littéraire. D’une part, on constate la simple louange d’une ville partout admirée pour sa culture, c’est-à-dire une référence tout à fait panégyrique. D’autre part, mais plus rarement, la situation concurrentielle provoque aussi une négation de la grandeur lyonnaise permettant aux poètes de réclamer des positions centrales dans le champ littéraire. Certes, il s’agit d’une négation normalement assez faible ou cachée puisque la position de Lyon – résidence royale, centre économique, foyer de l’imprimerie – ne légitime pas des reproches sans motifs ou trop directs. Les grands poètes de la Renaissance développent encore d’autres facettes : ils témoignent de la vue conventionnelle, produite au sein de Lyon et multipliée de l’extérieur, et ils stabilisent le cliché ou ils déconstruisent cette image un peu banale selon leur dessein, d’une façon artificielle qui fait de Lyon un sujet littéraire assez fructueux. La déconstruction du mythe lyonnais fonctionne en même temps comme diffusion et popularisation de l’image lyonnaise : chaque propos reflète l’importance avouée par ailleurs.

  • 6 Maurice Scève, Délie, François Charpentier éd., Paris, Gallimard, 1984.
  • 7 Verdun-L. Saulnier, Le Prince de la Renaissance lyonnaise, initiateur de la Pléiade, Maurice Scève, (...)
  • 8 Pierre Citti, Michel Détrie, Le champ littéraire, Paris, Vrin, 1992 ; Louis Bourgeois, Louise Labé (...)

4La Délie6 de Maurice Scève, parue en 1544 et écrite probablement dix années auparavant, est connue comme le premier canzoniere français. Suivant les traces de Pétrarque et la lyrique amoureuse, il réunit un grand nombre de poèmes qui traitent de la ville natale de son poète : Lyon. Scève7, qui séjourne souvent hors de sa ville natale, entre autres à Bologne, à Paris et à Avignon où il fait ses études, connaît Lyon comme véritable carrefour intellectuel. Scève fait partie de l’École lyonnaise qui réunit plusieurs poètes (entre autres Louise Labé, Pernette Du Guillet, Olivier de Magny). Le champ littéraire de la Renaissance française8 place les Lyonnais parmi les poètes les plus importants et dominants de la première moitié du siècle. La perception de la ville de Lyon se réalise avant tout par les poètes français : soit ceux de Lyon, soit ceux d’ailleurs. Cette réception souligne les différentes intentions socioculturelles et poétiques des auteurs qui traitent la ville comme sujet poétique. Lyon, vue d’ailleurs ou de l’extérieur, signifie toujours une prise de position vis-à-vis de l’École lyonnaise et chaque commentaire sur Lyon peut ainsi changer les hiérarchies du champ littéraire de la Renaissance française. Les poètes les plus renommés caractérisent l’image de leur ville de la même façon qu’ils s’identifient plus ou moins avec elle, et qu’ils forment une école ou profitent d’une collaboration en groupe.

5Mais c’est surtout Maurice Scève qui laisse les traces de Lyon dans la poésie pétrarquiste quand il éternise sa ville natale en intégrant dans son histoire d’amour pleine de philosophie de nombreux poèmes qui parlent de Lyon. Maurice Scève ne se contente pas d’imiter Pétrarque dont l’histoire d’amour se déroule à Avignon tandis que cette ville n’avait laissé que des traces très rares dans sa poésie. Pétrarque préférait généraliser sa poésie qui visait l’Italie tout en tirant son origine de l’enclave pontificale. Par contre, Scève peut annoncer fièrement que son amour de Délie ne naît pas loin de celui du poète initiateur de la poésie. Délie se présente comme une poésie « de Lyon ». Il insiste véritablement sur le lieu de son histoire d’amour qui est caractérisé en détail et situé en histoire en en géographie. Souvent, comme par exemple dans « Non, comme on dit… » (Délie, CCCXCI), il nous rappelle le grand passé de la ville, ses particularités géographiques et les mythes locaux. En corrigeant un grand mythe local, il prétend à une grande renommée pour Lyon :

  • 9 Scève, Délie, p. 269.

Non, comme on dit, par feu fatal fut arse
Cette Cité sur le Mont de Vénus
Mais la Déesse y mit la flambe éparse,
Pource que maints par elle étaient venus
A leur entente, et ingrats devenus,
Dont elle ardit avecques eux leur Ville.
Envers les siens ne sois donc incivile
Pour n’irriter et le fils et la mère.
Les Dieux hayant ingratitude vile,
Nous font sentir double vengeance amère9.

  • 10 Cf. Scève, Délie, poème CDXVII « Fleuve rongeant… ». Pétrarque est présenté comme « Toscan Apollon  (...)

6Le poète nous parle des quartiers de la ville en les cachant derrière des dénominations assez connues. Fourvière est présentée comme « le Mont de Vénus » (v. 2), la ville est déclarée création des dieux, toujours menacée par leur volonté arbitraire. Le feu qui détruisait Lyon est d’origine divine : « la Déesse y mit la flambe » (v. 3). Et le style grave, pas toujours présent dans les dizains de la Délie, nous montre son intention d’exprimer ses sentiments patriotiques, de parler de la grandeur lyonnaise et de prouver que Lyon, qui représente le siège de Vénus, vaut bien d’être lieu d’amour pétrarquiste. Le poète écrit aussi comme historien, annaliste et chroniqueur de sa ville, comme compatriote modèle qui incite les autres à être bon voisin et comme maître du dizain. En outre, dans d’autres poèmes de la Délie, le poète nous rappelle aussi que Pétrarque avait séjourné à Avignon notamment en construisant le mythe de Laure dont il prétend avoir trouvé le tombeau dans la ville où il étudia10. Les allusions à la ville ne sont pas omniprésentes mais leur chiffre surpasse le modèle de Pétrarque et des pétrarquistes italiens. Scève joue le rôle de mémorialiste de la ville et du champ littéraire en même temps.

  • 11 Maurice Scève, Œuvres poétiques complètes, Bertrand Guégan éd., Paris, Garnier, 1967, p. 165-187.
  • 12 Thomas M. Greene, « Scève’s Saulsaye : The Life and Death of Solitude », Studies in Philology 70, 1 (...)

7On ne trouve pas de telles allusions directes à leur ville natale dans la lyrique pétrarquiste de Louise Labé ou de Pernette Du Guillet qui se présente plutôt comme une poésie indépendante de son origine pragmatique externe. Même si leurs élégies et épîtres s’adressent à leurs compatriotes, on remarque le manque d’influence immédiate de Lyon comme ville chez ces poétesses. Tandis que les femmes poètes ne contribuent que indirectement à thématiser Lyon dans la littérature, Scève continue ce chemin dans d’autres œuvres lyriques. Dans son églogue de la vie solitaire, La Saulsaye11 (1547), le dialogue bucolique entre Antire et Philerme se déroule près de Lyon : « Forviere » est même la parole ultime de ce poème qui se situe ainsi en France actuelle. Parler de Lyon s’inscrit dans la tradition de l’École lyonnaise pas seulement pour louer une certaine poésie mais aussi comme marque d’identification et signe d’appartenance à un groupe. Et Scève résout un problème central d’esthétique de l’imitation : en intégrant Lyon dans sa poésie, il actualise ses modèles antiques d’une façon assez originale12.

2. L’adieu à Lyon : Clément Marot

  • 13 Cf. Gérard Defaux, Michel Simonin éds., Clément Marot, « Prince des poètes français » 1496-1996, Pa (...)

8Pour Clément Marot13, originaire de Cahors en Quercy, Lyon joue un rôle prépondérant et même existentiel plusieurs fois dans sa vie réelle. En 1535, il doit s’éloigner de la cour, il s’enfuit à Lyon et quitte le pays par force pour y revenir en 1536. Il tente de s’intégrer dans la ville dont le climat était de moins en moins favorable aux idées de la Réforme. Il y rencontre des amis, des collègues et surtout ses imprimeurs : Lyon est le lieu de la première édition de ses poésies en 1538. Et n’oublions pas l’homophonie de la ville et de son ami Lyon Jamet qu’il éternise dans sa célèbre Epistre à son amy Lyon (ca. 1526) en racontant la fable du petit rat et du lion. Mais mentionner Lyon ne veut jamais signifier une positivité absolue et totale : Marot est trop critique et non-conformiste pour répéter la louange de Scève, il assiste à des chicanes qui transparaissent dans ses poèmes.

  • 14 Gérard Defaux, « Clément Marot : poésie, autobiographie et roman », dans Writing the Renaissance. E (...)

9Le poète sait exploiter l’histoire de sa vie dans sa poésie comme personne d’autre et il faut lire la biographie de Marot comme un roman poétique14. La fuite de Marot, conséquence de son hérésie – on le soupçonne « d’avoir mangé le lard en carême » – le mène finalement, après l’Affaire des Placards en 1535 à Lyon qui devient une halte centrale sur son chemin éternel. Lyon signifie pour lui le permis de passer la frontière et de préparer son refuge en Italie chez Renée de France qui l’accueillera à la cour de Ferrare. Arriver à Lyon pour la première fois dans ce contexte est donc synonyme de la dernière étape de la persécution ecclésiastique et de la première étape de la liberté. Au contraire, son deuxième séjour à Lyon date de son retour en France après seulement quelques mois passés en Italie, surtout à Venise où la nostalgie ne manque de s’annoncer. Marot obtient la permission de retourner dans son pays natal et Lyon semble devenir la première étape d’un voyage tout heureux. Globalement, Lyon doit jouer un rôle décisif dans la Suite de l’Adolescence Clémentine qui rassemble les événements de sa vie d’adulte. C’est donc à Lyon qu’il attend le permis de continuer son voyage, qu’il espère le rappel à la Cour et qu’il abjure la religion prétendue réformée ou plutôt l’hérésie de l’évangélisme : parler en poésie de ces événements permet de présenter la ville en tant que lieu. Reste à savoir quel sentiment prédominera : le bonheur du retour ou le doute de la défaite. La réaction de Marot, qui est toujours critique et engagée, ne se limite pas à ses expressions de sentiment individualiste peut-être soulagé et serein après un tel voyage mouvementé. Certes, le poète esquisse pour nous la ville réelle qu’il connaît déjà assez bien, mais en même temps, il utilise ce décor plutôt artificiel pour remplir le poème de contenus innovateurs, de satire mordante et de prise de position culturelle. Il donne une réponse poétique et se réfère à la tradition lyrique française en innovant en poésie et en refusant de glorifier la ville de façon traditionnelle et attendue. Clément Marot écrit en contrecarrant l’image de Lyon établie entre autres par Scève.

  • 15 Claude A. Mayer, Clément Marot, Paris, Nizet, 1972 ; Michael A. Screech, Marot évangélique, Genf, D (...)
  • 16 En 1815, Henry Simon intègre Marot dans un dialogue avec Rabelais dans sa comédie vaudeville La Soi (...)

10Le poète Marot n’est pas un inconnu quand il regagne Lyon en 153615. En tant que valet de chambre de François Ier, il avait déjà séjourné à Lyon en compagnie de la cour trois ans avant, il avait rencontré Rabelais à cette occasion et il avait visité le tombeau de Laure à Avignon ce qui probablement l’avait encouragé à traduire quelques sonnets de Pétrarque en français, les premiers sonnets publiés en France. Son Adolescence clémentine a été republiée aussi à Lyon en 1533, année où il accompagnait la cour à Lyon. En 1535, il quitte la France pour Ferrare, où il ne peut pas résider longtemps et dont il fuit les intrigues. Il poursuit donc son voyage vers la république de Venise pour y séjourner jusqu’à la fin d’octobre. Puis Marot retourne à Lyon, probablement par Genève, pour abjurer au cours d’une cérémonie présidée par le cardinal de Tournon au sein de la cathédrale Saint-Jean de Lyon. Marot y reste quelques semaines tout en essayant de quitter Lyon pour Paris dès que possible. Il reviendra deux ans plus tard pour y rencontrer ses amis et collègues Rabelais et Dolet et aussi pour contacter ses imprimeurs (Gryphe, Constantin, Charles Fontaine) qui éditeraient ses œuvres après sa mort, peu d’années après sa nouvelle fuite en Suisse et en Italie, c’est-à-dire à Genève et en Savoie. Son dernier adieu en France en 1544 le mène à Lyon encore une fois où, selon les légendes littéraires, il célébra une dernière fois le charme des dames lyonnaises – un dernier poème plutôt satirique qui néanmoins éternise ce rapport Marot-Lyon dans l’histoire de la littérature française16.

  • 17 Ce n’est pas le lieu de développer la question de la langue, cf. Lyon et l’illustration de la langu (...)

11Mais revenons à Clément Marot en 1536 dont nous disposons de deux poèmes qui racontent son séjour à Lyon. Ecrits probablement quelques mois après son départ en 1537 et, par conséquent, non écrits à Lyon même « Les Adieux de Marot à la ville de Lyon » et « A Monseigneur le Cardinal de Tournon, estant à Lyon » nous montrent un Marot typique, plein de verve satirique et mordante, mais caché derrière une subtilité technique ; un Marot qui détruit l’image toute positive de la ville de Lyon et qui prépare clandestinement la fin de la dominance poétique de Lyon17. Dans son Epitre A Monseigneur le Cardinal de Tournon, estant à Lyon, une forme littéraire qui signifie le contraire d’une lettre réelle et qui rappelle les Héroïdes d’Ovide, Marot imagine d’écrire sur la route de Ferrare à Lyon pour informer le Cardinal François de Tournon, gouverneur des Lyonnais, de la bonté royale permettant son retour définitif en France. En imitant aussi les Tristia d’Ovide, il glorifie son pays natal et souligne son orthodoxie confessionnelle et politique. Le gracieux Lyon est présenté comme le port de la joie et le poète s’adresse au Cardinal pour le remercier en tant que représentant de la France politique et catholique. Inspiré par le ton joyeux du poème, Lyon est louée comme l’entrée au paradis terrestre : le poète parle de « l’air amoureux de la noble cité », il honore la Saône fructueuse et le Rhône impétueux comme les deux grands fleuves immortels. Il choisit les éléments géographiques les plus marquants, somme toute assez ordinaire, et il accentue leur importance historique comme rempart effectif contre les ennemis à l’époque de Charlemagne. L’entrée du poète dans Lyon semble se manifester dans des conditions toutes positives. Il répète les conventions littéraires qui célèbrent la cité fameuse et de « hault pris » et qui dessinent un véritable locus amœnus. Pourtant, il faut interpréter Marot comme poète évangélique et vue sous cette optique l’orthodoxie du poète nous semble déshonnête et exagérée. En comparaison de ses autres poèmes, ce texte paraît trop conventionnel. Marot ne fait que cacher son attitude critique derrière un écrit qui se présente à première vue comme simple, obligatoire et sans engagement. Si l’on confronte ce poème avec ces autres pièces de circonstance, la ligne biographique et la concentration sur les aspects de la vie d’un poète hors du commun sont toujours présentes, mais la louange des autres et même d’une ville et de sa géographie n’est pas du tout typique pour le poète qui normalement combine ses panégyriques avec des adresses ironiques ou amusantes. Même une lettre de référence et un geste de remerciement signalent plutôt autre chose : l’ironie.

12Au contraire de l’épître mentionnée, les Adieux de Marot, publiés en 1544, nous présentent un peu plus ouvertement et de nouveau un poète qui cherche à détruire cette image toute positive pour esquisser sa triste réalité :

Adieu, Lyon, qui ne mors point,
Lyon plus doulx que cent pucelles,
Synon quant l’ennemy te poingt :
Alors ta fureur point ne celles.
Adieu aussy à toutes celles
Qui embellissent ton séjour.
Adieu, faces cleres & belles,
Adieu vous dy, comme le jour.

Adieu, cité de grant valeur
Et citoyens que j’ayme bien.
Dieu vous doint la fortune & l’heur
Meilleur que n’a esté le myen.
J’ay de vous receu tant de bien,
Tant d’honneur, & tant de bonté,
Que voulentiers diroys combien,
Mais il ne peult estre compté.

Adieu, les vieillardz bien heureux,
Plus ne faisans l’amour aux dames :
Toutesfoys tousjours amoureux
De vertu qui repaist voz âmes :
Pour fuir reproches, & blasmes.
De Composer ay entrepris
Des Epitaphes sur voz lames,
Si je ne suis le premier pris.

Adieu, enfants plains de savoir,
Dont mort l’homme ne desherite :
Si bien souvent me vinstes veoir,
Cela ne vient de mon merite.
Grant mercy, ma Muse petite,
C’est par vous, & n’en suis marry.
Pour belle femme l’on visite
A tous les coups ung laid mary.

Adieu la Saulne, & son mignon,
Le Rhosne, qui court de vistesse,
Tu t’en vas droict en Avignon :
Vers Paris je prens mon adresse.
Je diroys : Adieu, ma maistresse,
Mais le cas viendroit mieulx à point
Si je disoys : Adieu jeunesse,
Car la barbe grise me poingt.

Va Lyon, que Dieu te gouverne :
Assez longtemps s’est esbatu
Le petit chien en ta caverne,
Que devant toy on a batu.
Finablement, pour sa vertu,
Adieu des foys ung million

  • 18 Clément Marot, « Les adieux de Marot à la ville de Lyon » (Epitre XX), Œuvres poétiques, Gérard Def (...)

A Turnus, de rouge vestu,
Gouverneur de grand Lyon18.

13En citant au début les conventions littéraires, Marot présente Lyon comme ville « qui ne mors point », une ville douce, qui combat contre tous les ennemis, mais dont les dames sont les plus jolies de toutes. Lyon semble être un paradis terrestre, la patrie de la bonté, protégée par Dieu et aussi pleine de verve poétique. En proposant ces avantages, il renouvelle la concurrence lyrique entre Lyon et Paris présente dans tous les poèmes qui traitent des villes de province et de leurs relations avec la capitale. Marot, pas du tout lyonnais et plutôt favorable à Paris, semble se positionner en faveur de Lyon, de cette cité immortelle de grande valeur et de ces habitants fortunés. Evidemment, le poète remercie pour toutes les faveurs dont il pouvait profiter, l’hospitalité et la générosité sont surtout soulignées. En esquissant un tableau lyonnais de vieillards vertueux, de bourgeois dignes de ses épitaphes, d’enfants pleins de savoir, de poètes intellectuels qui l’accueillaient gentiment, le grand Lyon apparaît comme une métropole sans problèmes au milieu d’un siècle de désordre.

  • 19 Jacques Berchtold, Des rats et des ratières : anamorphoses d’un champ métaphorique de Saint Augusti (...)

14Marot ajoute de nouveau la louange des fleuves, mais il profite de ce cliché pour changer de direction de façon plutôt immédiate. La comparaison, voire le contraste, entre la Saône et le Rhône qui se dirigent ensemble vers Avignon et le poète qui s’oriente vers Paris, introduit un ton tout divers dans ce poème. Dès le début, l’opposition entre le destin triste du poète assez modeste et Lyon fortunée semble trop grande. Le poète ne cesse d’exagérer la beauté de Lyon en superlatifs et signale qu’il ne s’agit pas vraiment de son opinion personnelle. La comparaison du poète avec un « laid mary » loue les Lyonnais pour leur science en réduisant les mérites de l’écrivain et en détruisant la hiérarchie esthétique. Chaque strophe augmente ainsi l’impression d’une démonstration d’une ville insignifiante en ce qui concerne les intentions d’un véritable poète. Marot ne cherche pas à changer son style plutôt grand rhétoriqueur qu’il avait déjà laissé derrière lui avec son Epistre à son amy Lyon19. Dans sa louange de Lyon, les jeux de phonétiques sont de nouveau très nombreux. Les allitérations sont innombrables : <m> dans les vers 28-32 dans « mon merite », « mercy, ma Muse », « marry », aussi présent dans le fréquent « amour », <d> souvent à cause des multiples « Adieu », « doulx », « Dieu », « doint », « De », « Dont ». Les anaphores sont d’autres figures de rhétorique assez simples : neuf fois, il commence ses lignes avec « Adieu », également présent deux autres fois dans le texte ; « Si » se retrouve quatre fois. Par exemple quand le poète dit « Toutesfoys tousjours amoureux » (V. 19) il exprime l’ennui causé par Lyon. Le caractère répétitif de la figure étymologique ne permet aucune autre interprétation que la langueur et la fatigue.

  • 20 On n’oublie pas la fréquence des adieux dans l’œuvre de Marot, cf. l’épître « Adieu aux dames de la (...)

15L’attaque évidente de Lyon commence au milieu du poème quand le poète cesse de vouvoyer les habitants de Lyon, traités jusqu’à ce moment respectueusement, et qu’il se dirige vers un seul citoyen qu’il tutoie. Il dit « tu » aux fleuves et exprime ainsi sa familiarité avec Lyon. Toutefois dans la dernière strophe, quand il évoque l’abjuration, cette adresse ne s’effectue plus sous des conditions positives. Et Marot se distancie à la fin du poème de la ville et sa gentillesse en nommant le gouverneur symbole d’orthodoxie rigide et de sévérité politique. Les aspects négatifs sont donc concentrés aux aspects de la confession et de la foi. « Être plus douce que cent pucelles » comporte déjà des références bibliques. La prépondérance des a-dieux et le grand nombre des anaphores et allitérations ajoutent la révérence itérative à Dieu et au sujet religieux en général. En se souvenant de l’abjuration, Marot joint à son remerciement l’idée de la grandeur et de la vertu de Lyon tandis que lui-même reste le petit chien sans valeur – une métaphore typique de Marot qui aime se vêtir en petite clochette (Au Reverendissime Cardinal de Lorraine), en petit rat (Épistre à son amy Lyon), en petit berger (Églogue au Roi sous les noms de Pan et de Robin). Tout ce qu’il avait dit se montre maintenant, à la fin du poème, sous le signe hyperbolique, ironique et satirique. La dernière strophe nous révèle finalement et ouvertement sa véritable intention. Il avait été « battu à coups de verges » à Lyon et il ne peut ni ne veut oublier ce qu’on avait fait avec lui, ce qu’il avait dû supporter. En utilisant un de ses jeux de mot le plus connu, celui du lion et d’un petit animal qui caractérise l’Epître à son ami Lyon, Marot et sa cachette derrière le petit chien se lit clairement comme critique existentielle. Le contraste entre le grand Lyon et le petit chien, le Lyon qui en réalité mord vraiment, qui est plein de péchés contre l’humanité, qui jouit de la brutalité contre un petit homme vertueux et innocent, nous présente une autre facette de Lyon plutôt négative. Et si l’on tient compte du fait que ce petit poète est véritablement beaucoup estimé parmi ses collègues, même par ceux de Lyon, Marot laisse apparaître sa position dans le champ littéraire. Tout ce qu’il dit est attentivement entendu et lu par les autres poètes et s’il prétend que l’un d’entre eux se dirige vers la capitale tandis que les fleuves tournent le dos au centre français, il met l’accent sur la capitale littéraire pour souligner où est le centre littéraire français. Pour un tel poète, il doit être beaucoup plus triste de plaindre la perte de sa jeunesse que de dire son adieu à Lyon20. Le poème de Marot thématise de cette façon la hiérarchie sociale : le grand Lyon ne compte pas autant pour Marot qui se moque plutôt de la ville et qui formule un adieu à jamais en mettant un terme à l’influence et à la portée de Lyon, du moins en ce qui concerne le champ littéraire.

  • 21 Marot, p. 129.
  • 22 Michel Clément, « Marot politique dans L’Adolescence Clémentine et dans La Suite », dans La générat (...)
  • 23 Christoph Oliver Mayer, « Zur Aktualität von Clément Marot oder Marot als Feldforscher », dans Zur (...)

16Ce qui est grand chez Marot représente souvent l’orthodoxie niée. Changer le rapport entre le chien et « Lion » comme il le suggère dans l’Epître à son amy Lyon signifierait dans ce contexte battre Lyon. Le contraste entre le grand Lyon et le petit chien montre un Lyon qui ne mord point et un chien qui est battu. Tandis que la bonté de la cité est innombrable, les coups sont à compter ! Le cardinal est un symbole de la persécution des idées nouvelles tel qu’il est présenté dans la référence au Roi dans « A Monseigneur le Cardinal de Tournon21 » et comme le suggère le rappel au séjour manqué de François Ier à Lyon avant l’arrivée de Marot. « Grâce à Dieu » Marot avait « attainct le gracieux Lion » où il avait fait la connaissance du cardinal, ami, mécène et noble. En s’adressant au cardinal, le poète n’oublie pas ses vœux pour les Lyonnais, la Saône et le Rhône. Ce qu’il avait déjà écrit de Venise en 1536 à son ami Lyon Jamet22 vaut d’autant plus dans le poème qu’il adresse directement à la ville de Lyon : « Puis que sçais le rebellion, Je ne t’en mande rien, Lyon » (XVIII Epistre à Lyon Jamet, M.D.xxxvi par Clément Marot, p. 124). La ville de Lyon reste le centre de l’orthodoxie et quant aux idées nouvelles, il vaut mieux se taire. Par contre, en vérité, dans ce poème, Marot s’adresse à Paris, comme il le dit dans ses Adieux de Marot : la phrase « Vers Paris je prens mon adresse » (v. 36) transporte aussi l’opinion centrale de Marot convaincu que seul le roi, seul le centre culturel de France compte comme partenaire et référence23. Un poète comme Clément Marot ne se contente pas d’être révéré en province et, maintenant, il ose prendre le chemin vers le centre du champ littéraire français qui se situe sans aucune discussion à Paris. Au fond, il ne voulait jamais rimer à Lyon, car seuls les blâmes et les reproches avaient inspiré ses œuvres qui se présentent ainsi comme des poèmes de circonstance assez banals chantant la mort des citoyens. Et cette banalité s’exprime aussi par le choix de rimes qui se répètent dans chaque strophe. Dans la première et la cinquième strophe « point » ou dans la quatrième strophe « marry » sont de simples répétitions et aussi d’un style bas ; le mot final : « Lyon » n’est pas du tout surprenant ; plus souvent les mots de rimes sont même identiques : Marot n’investit pas grande chose dans sa louange pour Lyon.

3. Le silence : Joachim Du Bellay

  • 24 Pour ne nommer que les travaux d’Henri Chamard du milieu du XXe siècle cf. Yvonne Bellenger, La Plé (...)

17Quand en 1544 Scève publie sa Délie, écrite probablement plusieurs années plus tôt, Marot avait déjà ouvert un autre chemin de la poésie. Le poème de Marot en huitains reflète une poésie démodée pour privilégier les formes qui ne sont plus à la mode. L’adieu aux maîtresses de Lyon est aussi un adieu à une jeunesse poétique qui rappelle les Grands Rhétoriqueurs. Tandis que Marot n’a pas de contacts personnels avec les jeunes successeurs et novateurs et que ses œuvres tardent à être publiées, Maurice Scève et Olivier de Magny, charnières entre l’Ecole lyonnaise et la Pléiade, composent le jeune groupe poétique autour de Jean Dorat qui présentera un chemin divers de la poésie française24. En 1553, Maurice Scève rencontre Joachim Du Bellay en Italie et retrouve quelqu’un qui partage ses opinions politiques favorables au nouveau règne du roi Henri II. Ayant été le poète officiel à l’occasion de l’entrée de Henri II à Lyon, Scève soutient les changements envisagés et soulignés par Du Bellay dans sa conception poétique. L’autre lyonnais, Olivier de Magny, secrétaire de Salel, reste l’ami intime de Joachim Du Bellay à Rome et garantit le lien entre Lyon et le disciple du Collège de Coqueret. Ils soutiennent les mêmes idéals politiques, représentent très tôt l’élite de la poésie française et se réunissent en colonie française en Italie.

  • 25 Reinhard Krüger, « Das ‚Altern der Moderne’ und das Problem avantgardistischer Kanonbildungen am Be (...)
  • 26 Joachim Du Bellay, Deffence et illustration de la langue françoise, Henri Chamard éd., Paris, Didie (...)
  • 27 Du Bellay, Deffence, p. 260.
  • 28 Bien sûr l’influence lyonnaise reste présente aussi dans l’œuvre de Du Bellay, surtout dans l’Olive (...)

18Néanmoins, déjà en 1549, avant sa mission politique qui le menait à Rome, Joachim Du Bellay avait effacé la prédominance de l’École lyonnaise dans le manifeste Deffence et Illustration de la langue francoyse en éliminant complètement les Lyonnais dans son chapitre sur la tradition littéraire française et ses prédécesseurs25. Suivant une stratégie typique pour toute nouvelle génération, Du Bellay déclare l’indifférence vis-à-vis de toute forme de critique26. En s’intégrant dans les attaques contre l’influence italienne et en optant pour la grandeur de la culture française, Du Bellay efface tout ce qui est trop provincial, trop régional, trop local : « Je ne conterai tant de grosses rivières, tant de belles forêts, tant de villes, non moins opulentes que fortes, et pourvues de toutes munitions de guerre27 ». Il ne s’intéresse pas aux aspects extérieurs ; il ne tient pas compte de tout ce qui n’est pas d’importance nationale. Une poésie qui proclame louer une ville de province ne peut pas être intégrée dans le canon littéraire de Du Bellay. Ou vice versa : une ville qui ne présente rien d’autre que des rivières, de la belle nature ou des fortifications est considérée comme insignifiante. Aucun des Lyonnais n’est nommé personnellement dans la Deffence, ni positivement ni négativement. Aucune fois il ne cite Lyon ou les centres locaux de la culture. Il s’agit de revaloriser ou mieux d’illustrer la langue française en s’imaginant une littérature toute nouvelle capable de rivaliser avec l’italien et le latin28. Cette poésie est élaborée par la Pléiade dont le programme sert à légitimer le changement des modes littéraires du temps. Les Lyonnais continuent à représenter une seule vague littéraire, celle du pétrarquisme qui va être surpassée par Du Bellay lui-même qui publie le poème A une Dame (1553/8), une sorte de manifeste anti-pétrarquiste intitulé Contre les pétrarquistes dans son recueil Divers Jeux Rustiques.

19Même si nous n’avons aucun document de Du Bellay qui explique précisément son attitude envers les Lyonnais, l’absence de déclarations et le fait qu’il évite toute querelle littéraire ne signifient que le chemin de la Pléiade vers la domination du champ littéraire. Le silence règne et les poètes de la Pléiade s’abstiennent du principe de se louer (ou de se déprécier) comme on l’attendait des poètes de la Renaissance, du moins de ceux de la génération Marot, lui-même acteur et objet de nombreuses querelles. Pierre de Ronsard semble ignorer les Lyonnais dont il ne parle jamais, même s’il avait publié la plupart de ses Discours contre les protestants à Lyon. Être roi des poètes signifiait ainsi s’abstenir de la concurrence dans le champ littéraire. Comme poète des rois on satirise contre les courtisans, contre les hérétiques et contre les autres artistes favoris du roi. Dès l’entrée dans le champ littéraire, la lutte est déjà décidée : la Pléiade démarre en mettant en scène une entrée d’avant-garde. Les concurrents sont niés, ils doivent se soumettre et ils ne réagissent pas parce qu’ils ne peuvent pas contrer l’intention de défendre la langue française et de légitimer la nation. En s’attachant à la politique royale, à un roi assez jeune et nouveau, toutes les autres voix sont forcées au silence, entre autres celles des Lyonnais.

  • 29 Yvonne Bellenger éd., Du Bellay et ses sonnets romains, Paris, Champion, 1994 ; Josiane Rieu, éd, D (...)
  • 30 Je ne partage pas l’interprétation de Jerry C. Nash, « Mont côtoyant le fleuve et la cité : Scève, (...)

20Pourtant il existe un poème de Du Bellay qui parle d’un séjour lyonnais. Dans les Regrets qui, situés autour du séjour à Rome, chantent la bonté de la France et le sentiment de la nostalgie, le poète nous parle aussi de son retour en France qui le mène à Lyon29. Ce n’est pas par dessein qu’il loge à Lyon et ainsi il ne réserve qu’un seul sonnet à la ville. En quittant Rome et en retournant en France, le poète ne peut pas ignorer Lyon : par simple casualité géographique et aussi par son importance culturelle historique. Le chemin de l’Italie en France connaît les grandes étapes de la translatio imperii et studii. La Pléiade envisage Paris et le centre de la France ; Lyon reste un des moments historiques qui doivent contribuer à atteindre le grand but national. Bien sûr, démodé et trop particulier, au contraire des idées de Du Bellay, Scève reste l’adresse conventionnelle. Quand même, le poète ne doit ni ne veut attaquer son cher collègue Scève ; il reste plutôt courtois, ne change pas son attitude tout en déclarant l’insignifiance de Lyon30. L’enthousiasme de Du Bellay, assez rare en général, s’exprimerait en d’autres termes, comme par exemple dans le poème « France, mère des arts » (Regrets IX) où il se plaint de l’absence de sa patrie qui pour lui est le centre culturel, militaire et juridique de l’Europe et a remplacé l’Italie dans cette fonction.

21Le poème sur Lyon commence par les lignes « Scève je me trouvai » et s’adresse directement au représentant littéraire de Lyon. Du Bellay s’imagine un poète sur les traces d’Enée revenant des enfers pour illustrer son retour de Rome et l’arrivée en France. Entrer dans Lyon, c’est comme entrer dans l’Élysée. Par conséquent, Du Bellay ne fait que louanger Lyon et sa géographie, son étroite longueur et la Saône ; il parle de l’économie lyonnaise et de ses artisans et constate la multi-culturalité lyonnaise et ses peuples tous divers. Quant au commerce, Lyon égalise Londres, Anvers et Venise : car Lyon n’est pas moindre en fait de marchandise, compte tant de banquiers, d’imprimeurs, d’armuriers. Tant que Lyon représente une part très importante de la France, c’est-à-dire sa force économique, Du Bellay fête tout ce qu’il mentionne quant au succès commercial. Mais comme il s’adresse à un poète renommé, on attend d’entendre aussi autre chose, à savoir la louange de la poésie lyonnaise, déjà présente dans l’adresse à Scève. De manière indirecte, assez faible et sans accent particulier, la culture semble jouer un rôle secondaire. L’admiration de la part de Du Bellay pour la force des ponts, pour le nombre des maisons et les métairies nous rappelle ce qui nous manque : un mot positif sur la culture lyonnaise. Et tout ce que Marot avait mentionné dans son poème, les jeunes filles, les vieillards, les savants, semble absent dans ce Lyon de Du Bellay :

  • 31 Joachim Du Bellay, Regrets, S. de Sacy éd., Paris, Gallimard, 1967, p. 159-160.

Joachim Du Bellay « Les Regrets31 » (137)

Scève, je me trouvai comme le fils d’Anchise
Entrant dans l’Elysée et sortant des enfers,
Quand après tant de monts de neige tous couverts
Je vis ce beau Lyon, Lyon que tant je prise.

Son étroite longueur, que la Saône divise,
Nourrit mille artisans et peuples tous divers :
Et n’en déplaise à Londre, à Venise et Anvers,
Car Lyon n’est pas moindre en fait de marchandise.

Je m’étonnai d’y voir passer tant de courriers,
D’y voir tant de banquiers, d’imprimeurs, d’ armuriers,
Plus dru que l’on ne voit les fleurs par les prairies.

Mais je m’étonnai plus de la force des ponts
Dessus lesquels on passe, allant delà les monts,
Tant de belles maisons et tant de métairies.

  • 32 D. J. Hartley, Patriotism in the work of Joachim Du Bellay. A study of the relationship between the (...)

22L’entrée dans l’Elysée effectuée par Enée, le fils d’Anchise, répète l’histoire de la translatio du Troie en France et renforce l’idée de remplacer la domination italienne par celle de la France. Venant de l’enfer, Lyon semble vraiment « beau » et tout le monde serait heureux d’avoir quitté la région infernale. Mais c’est un soulagement très relatif. L’économie, la géographie et la présence des étrangers ne sont pas les motifs les plus chers au poète qui dans la Deffence et illustration de la langue françoyse avait banni ces éléments32. Le poète est heureux et satisfait quand il peut quitter les enfers, mais chaque ville serait un soulagement pour ce voyageur. Lyon représente la France et plus précisément la frontière de la France qui signifie aussi la fin de la montagne, de la neige et de la froideur et donc le commencement d’un paysage plus agréable pour chaque voyageur.

  • 33 Cf. Malcolm Quainton, « Les Regrets. Une poétique de parade », dans Du Bellay. Actes du colloque in (...)

23Tout ce qui est déclaré insignifiant dans la Deffence est présent à Lyon : les fortifications, les fleuves, la nature. Et les villes de référence sont très étranges, voire négatives : l’image de Londres, de Venise et d’Anvers n’est pas totalement avantageuse. Venise est le symbole de l’immoralité, au moins pour un poète comme Marot. Londres est le concurrent de Paris depuis la guerre de cent ans et le reste durant les querelles autour de Marie Stuart. Anvers est un centre commercial très innovateur qui rivalise avec la France. Quand Lyon « n’est pas moindre en fait de marchandise », il faut s’imaginer qu’il y a des domaines où Lyon est vraiment dominée par une de ces villes. Aucun compliment ! Bien sûr, Venise, Anvers et Londres sont aussi des capitales artistiques et jouent un rôle essentiel dans le marché des arts européen. En outre, Lyon n’étant pas Paris, l’absence de roi et le défaut d’histoire ne permettent pas de louer la ville selon les prémisses de la Deffence. À ce point n’oublions pas que le poète Du Bellay aime parader, incitant ses interlocuteurs et ses lecteurs à réagir. Dans cette perspective, le poème doit aussi contribuer à entrer en dialogue direct avec Maurice Scève. Il s’agit d’un jeu de rivalité plein de plaisanteries et d’attaques même si s’il s’agit parfois d’une simple justification de l’occasion poétique33. L’autre ami lyonnais, Olivier de Magny, avait été plusieurs fois destinataire de poèmes dans les Regrets, presque dès le début du livre. Le sonnet XII utilise la référence à Magny pour définir le style de la lyrique : « Je ne chante, Magny, je pleure mes ennuis ». Du Bellay anticipe l’ébahissement du collègue vis-à-vis de sa capacité à profiter poétiquement de ses regrets. L’étonnement étant si grand, Magny ne semble pas être le grand poète qui sache exprimer lyriquement ses propres expériences. Comme il était un des meilleurs amis de Du Bellay, les références à Magny sont nombreuses, même si « Cependant que Magny » et « Magny, je ne puis voir un prodigue d’honneur » sont plutôt des expressions des sentiments de Du Bellay où Magny sert seulement de prétexte pour exprimer ses propres idées.

  • 34 Christoph Oliver Mayer, « Das rinascimentale Lyon aus Sicht der Literaten : Überlegungen zu Stadt u (...)

24Quand on se rappelle Maurice Scève et ses louanges de sa ville natale et si l’on compare ses poèmes quasiment dédiés à la ville de Lyon avec ceux de Joachim Du Bellay, le contraste nous frappe encore plus. Dans la Délie, le cycle lyrique de Scève, on compte plus de vingt poèmes qui se réfèrent explicitement et principalement aux beautés de sa ville natale34. « Je vois en moi être ce Mont Fourvière » écrit-il en fixant son histoire d’amour à Lyon. Il célèbre les grands fleuves et « le Mont qui la Gaule découvre », il rappelle l’origine mythologique et l’histoire romaine de Lyon. En réduisant la couleur locale à la géographie, Du Bellay lui dérobe son importance lyrique tandis que Scève construit toute sa poésie sur sa ville. Pour Scève, Lyon est plutôt un foyer intellectuel, surtout parce que c’est la mythologie qui nous explique son origine. Lyon date du feu divin puisque les dieux la brûlent pour punir l’immoralité originaire de la ville. En se concentrant sur l’histoire de la ville, Scève se distingue de la Pléiade, particulièrement parce que Du Bellay avec son Olive aussi bien que Pontus de Tyard (qui vécut même à Lyon) avec ses Erreurs Amoureuses ne répètent pas la tendance lyonnaise-gauloise dans leur lyrique : les poètes de la Pléiade ne veulent que s’orienter vers l’Antiquité et les Italiens pour renouveler leur poésie. Scève avait traduit Jean de Flores, il avait écrit des blasons, tout ce que les poètes de la Pléiade ne pratiquaient plus. Ils séjournent à Lyon, ils correspondent avec Scève ou Guillaume des Autels, grâce à Pontus de Tyard, ils savent tout ce qui se passe dans la ville, mais Lyon n’a plus de place dans leur conception poétique et politique qui privilégie le choix en faveur de la capitale de la France, la centralisation en faveur de Paris et l’orientation d’une imitation des modes antiques et italiennes qui leur garantit une place centrale dans le champ littéraire. De cette façon, l’oubli de Lyon ouvre le chemin pour la génération de la Pléiade qui introduit tant d’innovations dans la poésie française. Le principe de faire disparaître les concurrents implique la négation des prédécesseurs, l’effacement des traditions littéraires en France. Et Lyon se combine avec cette tradition à nier.

Notes

1 Cf. Daniel Ménager, Introduction à la vie littéraire du XVIe siècle, Paris, Bordas, 1978 ; Monique Ornato, Nicole Pons éds., Pratiques de la culture écrite en France au XVe siècle, Turnhout, Brepols, 1995.

2 Pour les villes et leurs imaginaires cf. les éditions de SymCity 1 (2007) et 2 (2008), entre autres l’introduction au projet de recherche par Gerhard Fouquet, « Europäische Städte », dans SymCity, 1, 2007, http://www.uni-kiel.de/symcity/ausgaben/01_2007/data/SymCity_1_07_Fouquet.pdf, 10.11.2008, p. 2-3.

3 On se rappelle la tradition de laudes civitatum, cf. Thomas Granier, « À rebours des “laudes civitatum” : les ‘Versus Romae’ et les discours sur la ville dans l’Italie du haut Moyen Âge », dans Le médiéviste devant ses sources, Claude Carozzi éd., Aix en Provence, Schieffer, 2004, p. 131-154.

4 Cf. les études de Pierre Bourdieu et d’Alain Viala, entre autres Pierre Bourdieu, Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992 ; Alain Viala, Naissance de l’écrivain. Sociologie de la littérature à l’âge classique, Paris, Minuit, 1985 ; Christoph Oliver Mayer, Pierre de Ronsard und die Herausbildung des « premier champ littéraire », Herne, Schäfer, 2001.

5 Claude Royon éd., Lyon, l’humaniste. Depuis toujours, ville de foi et de révoltes, Paris, Collections Mémoires, 2004.

6 Maurice Scève, Délie, François Charpentier éd., Paris, Gallimard, 1984.

7 Verdun-L. Saulnier, Le Prince de la Renaissance lyonnaise, initiateur de la Pléiade, Maurice Scève, italianisant, humaniste et poète, Paris, Klincksieck, 1948/49 ; James Helgeson, Harmonie divine et subjectivité poétique chez Maurice Scève, Genève, Droz, 2001.

8 Pierre Citti, Michel Détrie, Le champ littéraire, Paris, Vrin, 1992 ; Louis Bourgeois, Louise Labé (1523-1566) et les poètes lyonnais de son temps, Lyon, Éd. lyonnaises d’art et d’histoire, 1994.

9 Scève, Délie, p. 269.

10 Cf. Scève, Délie, poème CDXVII « Fleuve rongeant… ». Pétrarque est présenté comme « Toscan Apollon ».

11 Maurice Scève, Œuvres poétiques complètes, Bertrand Guégan éd., Paris, Garnier, 1967, p. 165-187.

12 Thomas M. Greene, « Scève’s Saulsaye : The Life and Death of Solitude », Studies in Philology 70, 1973, p. 123-140.

13 Cf. Gérard Defaux, Michel Simonin éds., Clément Marot, « Prince des poètes français » 1496-1996, Paris, Honoré Champion, 1997.

14 Gérard Defaux, « Clément Marot : poésie, autobiographie et roman », dans Writing the Renaissance. Essays on Sixteenth-Century French Literature in Honor of Floyd Gray, Raymond C. La Charité éd., Lexington, French Forum Publications, 1992, p. 79-91.

15 Claude A. Mayer, Clément Marot, Paris, Nizet, 1972 ; Michael A. Screech, Marot évangélique, Genf, Droz, 1967 ; Frank Lestringant, Clément Marot. De l’Adolescence à l’Enfer, Padova 1998. Les détails biographiques s’orientent plus ou moins de ces trois volumes mentionnés.

16 En 1815, Henry Simon intègre Marot dans un dialogue avec Rabelais dans sa comédie vaudeville La Soirée anglaise ou le Mariage à la course.

17 Ce n’est pas le lieu de développer la question de la langue, cf. Lyon et l’illustration de la langue française à la Renaissance, Gérard Defaux, Bernard Colombin éds., Lyon, ENS Editions, 2003.

18 Clément Marot, « Les adieux de Marot à la ville de Lyon » (Epitre XX), Œuvres poétiques, Gérard Defaux éd., Paris, Bordas, 1993, p. 131-132.

19 Jacques Berchtold, Des rats et des ratières : anamorphoses d’un champ métaphorique de Saint Augustin à Jean Racine, Genève, Droz, 1992.

20 On n’oublie pas la fréquence des adieux dans l’œuvre de Marot, cf. l’épître « Adieu aux dames de la Cour », l’épigramme « Adieu amours » ou le rondeau « Adieu le temps ». Aussi remarquable la présence des adieux dans « Epistre du Coq en l’Asne, envoyée à Lyon Jamet de Sansay en Poictou » ou les références « à Dieu » dans beaucoup d’autres poèmes.

21 Marot, p. 129.

22 Michel Clément, « Marot politique dans L’Adolescence Clémentine et dans La Suite », dans La génération Marot. Poètes français et néolatins (1515-1550), Gérard Defaux éd., Paris, Champion, 1997, p. 155-167.

23 Christoph Oliver Mayer, « Zur Aktualität von Clément Marot oder Marot als Feldforscher », dans Zur Aktualität von Mittelalter und Renaissance in der Romania, Lidia Becker éd., München, Meidenbauer, 2008, p. 259-280.

24 Pour ne nommer que les travaux d’Henri Chamard du milieu du XXe siècle cf. Yvonne Bellenger, La Pléiade. La Poésie en France autour de Ronsard, Paris, PUF, 1988 et Barbara Vinken, Du Bellay und Petrarca. Das Rom der Renaissance, Tübingen, Niemeyer, 2001.

25 Reinhard Krüger, « Das ‚Altern der Moderne’ und das Problem avantgardistischer Kanonbildungen am Beispiel Du Bellays La deffence et illustration de la langue françoyse », dans Literarische Kanonbildung in der Romania, Gerhard Berger et Hans-Jürgen Lüsebrink éd. s, Rheinfelden, Schäuble, 1987, p. 33-54 ; François Paré, « Du Bellay et l’institution littéraire au XVIe siècle », dans Studi francesi, 35, 1991, p. 469-473.

26 Joachim Du Bellay, Deffence et illustration de la langue françoise, Henri Chamard éd., Paris, Didier, 1970, p. 257-258. Pour l’approche théorique cf. Pierre Bourdieu, « Le champ littéraire. Préalables critiques et principes de méthode », Lendemains, 36, 1984, p. 5-20.

27 Du Bellay, Deffence, p. 260.

28 Bien sûr l’influence lyonnaise reste présente aussi dans l’œuvre de Du Bellay, surtout dans l’Olive, cf. Jo Ann Della Neva, « Du Bellay : Reader of Scève, Reader of Petrarch », Romanic Review, 79, 1988, p. 401-411.

29 Yvonne Bellenger éd., Du Bellay et ses sonnets romains, Paris, Champion, 1994 ; Josiane Rieu, éd, Du Bellay. Antiquité et nouveaux mondes dans les recueils romains, Actes du colloque de Nice (17-18 février 1995), Nice, Université de Nice-Sophia Antipolis, 1995.

30 Je ne partage pas l’interprétation de Jerry C. Nash, « Mont côtoyant le fleuve et la cité : Scève, Lyons and Love », The French Review, 69, 1996, p. 943-954 qui l’interprète comme un pur hommage.

31 Joachim Du Bellay, Regrets, S. de Sacy éd., Paris, Gallimard, 1967, p. 159-160.

32 D. J. Hartley, Patriotism in the work of Joachim Du Bellay. A study of the relationship between the poet and France, Lewiston 1993.

33 Cf. Malcolm Quainton, « Les Regrets. Une poétique de parade », dans Du Bellay. Actes du colloque international d’Angers (26-29 mai 1989), Georges Cesbron éd., Angers, Presses de l’Université d’Angers, 1990, I, p. 249-257.

34 Christoph Oliver Mayer, « Das rinascimentale Lyon aus Sicht der Literaten : Überlegungen zu Stadt und Literatur », dans Stadt und Land in Mittelalter und Renaissance in der Romania, Rembert Eufe/Sabine Heinemann éds., Munich, Martin Meidenbauer, 2010, sous presse.

Auteur

Docteur en langues romanes, enseignant-chercheur en langues romanes à l’Université de Dresde en Allemagne
courriel : Christoph. Mayer@mailbox.tu-dresden.de

© Presses universitaires de Lyon, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search