Version classiqueVersion mobile

Lyon vu/e d’ailleurs (1245-1800)

 | 
Jean-Louis Gaulin
, 
Susanne Rau

Préface

Jacques Rossiaud

Texte intégral

1Jean-Louis Gaulin et Susanne Rau ont eu l’heureuse idée de consacrer une session de la IXe conférence internationale d’histoire urbaine, tenue à Lyon du 27 au 30 août 2008 à « la ville vue d’ailleurs ». L’entreprise est chez nous plus souhaitable encore qu’en tout autre cité, car le campanilisme a été porté, entre Saône et Rhône, à un niveau rarement atteint ailleurs. Le lugduno-centrisme s’y est nourri de la tension permanente entre réalité – Lyon n’est dans le royaume de France qu’une ville seconde, malgré de temporaires phases de puissance bancaire et industrielle – et une historiographie sensible aux mythes qui ont toujours présenté la ville en ses étincelantes parures de capitale (des Gaules, de l’imprimerie, de l’autonomie urbaine, de la Résistance, de la gastronomie etc.) portant haut le regard, face à Paris, rivale et dominatrice.

2Ces excès d’autosatisfaction, les réactions irritées qu’ils ont entrainées expliquent les innombrables formules à l’emporte-pièce qui subliment ou condamnent la cité du confluent. Celle ci est tantôt « la plus belle ville de France », un « abrégé du monde », la « grande porte de l’univers », une « cité de plaisance », tantôt un « amoncellement de grisailles couvert d’un suaire humide, une ville de province très bavarde d’elle même et qui se prend pour le nombril de l’Europe ». Bref : la ville est soit un purgatoire (sur la route des Alpes ou du Midi), soit un vestibule annonçant la Méditerranée. La couleur locale est à Lyon soit grise et poisseuse, soit auréolée d’un azur éclatant et marial.

3Les concepteurs de la session ont posé, comme il était nécessaire, les préalables théoriques du travail en rappelant quelques principes de bonne méthode :

  1. qu’une métropole se produit, se fait et se défait, au fil plus ou moins robuste de ses relations avec l’extérieur ;
  2. que les formes relationnelles s’organisent selon divers modèles, soit hiérarchiques soit réticulaires, l’un n’excluant pas l’autre ;
  3. que ces faisceaux de relations sont toujours tissés de complémentarités et de concurrences, animés d’avancées ou de reculs, les mouvements d’un seul élément retentissant plus ou moins sur l’ensemble des centres concernés ;
  4. que, dans une large mesure le dynamisme ou bien l’inertie d’une métropole dépendent de ces variables qui indirectement modifient les regards que se portent les citadins éloignés les uns sur les autres, ainsi que sur leurs villes.

4Jean-Louis Gaulin et Susanne Rau insistent sur l’importance des regards étrangers, sur la nécessité de bien les comprendre et, pour cela, de choisir un spectre de sources très largement ouvert. D’autant que l’image, comme la réalité d’une ville se révèlent extrêmement complexes. Il y a la position et le site urbains, ou plutôt les sites qui se sont succédé sur le même substrat (cas évident à Lyon). Ce dernier ne change guère ; il constitue même une part essentielle de l’image urbaine qu’emportent les étrangers (Lyon, ville des fleuves, ville des collines). Ce socle est plus ou moins visible, plus ou moins densément occupé, orné, artialisé, par des monuments élevés à des époques diverses et qui sont de nature religieuse, civile, politique, hospitalière ; il est plus ou moins vibrant de créations artisanales et d’échanges humains. Ce complexe citadin constitue une seconde strate susceptible de nourrir, mais très inégalement selon les individus, l’imaginaire des visiteurs.

5Un dernier ensemble est fait d’écrits, d’histoires, de légendes, de vies de saints, de fragments d’histoires universelles, de chroniques ou de préambules de chartes, d’inscriptions gravées dans la pierre des monuments et des tombeaux. Ces témoignages tissent au fil du temps une histoire mythographique qui confère sa singularité, ou ses identités possibles à la ville, et la pourvoient en stéréotypes qui la dépeignent ou la caricaturent. Telle est, me semble-t-il la mosaïque de figures qui se présente au regard ou à la pensée du nouveau venu. Elle fait à la fois appel à l’expérience sensible, à la réception d’histoires, à la connaissance de notes très brèves contenues dans des guides tôt apparus et susceptibles d’orienter l’attention.

6Bref, le thème choisi est d’abord difficile. Il avait été naguère effleuré par Gilbert Gardes dans son Voyage de Lyon. Regards sur la ville (Horvath, Le Coteau, 1993), à tonalités littéraire et esthétisante, qui par ailleurs ménageait – outre les mentions des centaines de voyageurs passés par Lyon – une très large place aux voyages entrepris par les Lyonnais eux-mêmes à l’intérieur de leur propre ville. Le questionnement proposé suppose surtout de considérables travaux d’approche, ne s’insérant pas aisément dans l’économie des diverses recherches individuelles. On ne s’étonnera donc pas que les réponses ici apportées ne puissent couvrir toute l’étendue des possibles (je pense à des ailleurs qui ont plus de poids que d’autres, par exemple au Midi rhodanien, à Rouen qui entretenait de si intenses relations avec Lyon, à la Flandre bien entendu, sans même parler de Paris ou de Rome), que certaines soient parfois indirectes (privilégiant l’histoire économique, commerciale etc. de la région choisie sur la dialectique relationnelle) et que le champ chronologique ait été fort inégalement exploré (seules deux contributions sur dix ont pour cadre le Moyen âge). Mais ces quelques écueils, inévitables ne mettent pas en danger la navigation du lecteur. La majorité des contributions abordent sans détours et fort heureusement la problématique proposée.

7Commençons donc par les médiévistes faisant ici figures d’avant-gardes fort à distance du corps de bataille. Fabrice Delivré nous montre comment l’image dont s’est, des siècles durant glorifiée la métropole (Prima sedes Galliarum) a été forgée par les faussaires pseudo-isidoriens de Corbie, à partir de l’antique Notitia Galliarum, avant d’orner, plusieurs siècles plus tard, la titulature de l’archevêque Gébuin (1077-1082). Innovation heureuse vue de la Bourgogne impériale, mais nouveauté malencontreuse vue des métropoles de Rouen, de Tours, ou de Sens. On en déduira que le visage de Lyon peut posséder un profil plaisant, et une face difforme. Complexité des ailleurs…

8Stéphane Bruneau-Amphoux, à partir d’un corpus imposant et très homogène de chroniques à dominante italienne, s’est demandé quels pouvaient être les fruits de la conjonction entre la ville et le concile réuni en 1245. L’enquête est minutieuse, mais l’image de la ville ne semble pas magnifiée par la rencontre. C’est tout juste si les chroniqueurs s’y intéressent. Ils savent situer Lyon – sur le Rhône naturellement, comme le précisent tous les cartographes/cosmographes - en Gaule bien sûr, et en Bourgogne (la France ne viendra que plus tard), mais ils ne disent quasiment rien sur la ville, sinon qu’elle possède un locum eminentem (mais lequel ?). Ici l’ailleurs assène un mauvais coup à la ville : sans le pape, son image disparait, avec lui elle n’est qu’une seconde Rome. Seul le pontife importe, l’environnement ne compte pas.

9Autre mauvais coup de l’ailleurs, celui que porte Ilaria Andreoli dans son essai sur Lyon dans le réseau éditorial européen (XVe–XVIe siècles) ; elle nous apprend, au détour d’une note, que « le dossier des débuts de l’imprimerie lyonnaise est à reprendre ». La bibliographie annexée comporte pourtant les noms d’illustres auteurs et l’on eût aimé en cette hypothèse que la communication de madame Ilaria Andreoli fasse preuve d’une plus grande originalité. Mais les historiens lyonnais prendront bonne note de l’influence de la ville sur l’édition italienne et des relations croisées entretenues par la métropole (où la présence italienne est parfois très surévaluée) avec diverses villes péninsulaires dont Venise.

10La contribution d’Agnès Pallini-Martin, chronologiquement proche de la précédente, étudie l’installation et les activités de deux familles marchandes italiennes (les Salviati et les Gagliano), à l’aide de sources habituellement négligées : les grands livres qui permettent de reconstituer les réseaux des « ailleurs » bancaires, mais sans que ces « ailleurs » accordent beaucoup d’attention à la ville.

11L’étude d’Hilario Casado Alonso portant sur les relations entre les foires de Castille et les foires de Lyon au XVIe siècle, est un peu comparable dans la mesure où l’auteur accorde beaucoup de place au développement économique et urbain castillan, à la maîtrise acquise par les Lyonnais dans les marchés du livre et du papier de la péninsule ibérique. L’auteur reconnaît toutefois que les rapports directs avec Lyon étaient assez rares. Surtout en comparaison avec les liens financiers. On apprend en effet que, dans la seconde moitié du XVIe siècle – qui nous paraît à Lyon si désastreuse –, une grande partie des virements d’argent entre l’Espagne, le Portugal et le reste de l’Europe se faisait encore par l’intermédiaire de Lyon.

12Christoph Oliver Mayer, dans une courageuse entreprise, montre comment, dans l’univers des poètes – domaine par excellence de l’autoglorification lyonnaise – la place de la ville a pu se modifier en un temps assez bref, entre celui de Scève et ceux de Marot et de Du Bellay. Marot néglige la grandeur lyonnaise, stigmatise son orthodoxie vindicative, et suggère la fin prochaine de son influence (les fleuves vont vers Avignon, le passé, lui même se tourne vers Paris, la puissance et l’avenir). Mieux : cinq ans plus tard, Joachim Du Bellay dans sa Défense et illustration de la langue française ignore Lyon et ne nomme aucun de ses poètes. Son Sonnet à la ville insiste sur la puissance du lieu, mais ne dit rien de sa culture. Ronsard semble ne pas vouloir les connaître. Bref, l’oubli de Lyon ouvre grandes les voies de la Pléiade et fait qu’en moins de quinze ans l’image de Lyon aux yeux et à l’esprit des poètes forains s’est métamorphosée. Beau traitement du thème.

13Tout comme l’apport fort original de Mark Häberlein (« la ville de Lyon vue par les marchands d’Allemagne du sud au XVIe et au début du XVIIe siècle ») qui se fonde sur la correspondance des fils de marchands de la Haute-Allemagne envoyés à Lyon afin d’y parfaire leur formation commerciale. Ils travaillent dans des firmes durablement établies, rendent compte à leurs parents de leur vie et de celles de leurs égaux ; ces jeunes sortent de temps à autre du computorium patronal, mais ne disent pratiquement rien de la ville ; ils fréquentent avant tout des compatriotes établis ou de passage, et frayent parfois avec des Italiens. Le cadre urbain comme la société locale leur semblent sans grand intérêt. Seul compte leur univers langagier et commercial connecté par l’écrit à leurs patries lointaines. On apprendra cependant que les relations avec les autochtones étaient loin d’être mauvaises puisque, durant l’hiver 1626, les jeunes Allemands firent découvrir aux Lyonnais les plaisirs de la luge. Bel et rare exemple de transfert culturel, note Mark Häberlein.

14Roberto Tolaini et Francesco Battistini ont eux choisi de nous présenter la complexe dialectique des relations entre Lyon et l’Italie séricicole du XVIe au XVIIIe siècle. La soie ! Sujet au cœur des autocélébrations de la ville qui, au début du XVIIIe siècle ravit la suprématie – dans tous les domaines du marché – aux Italiens, maîtres incontestés de cet Art jusqu’à la crise du début du XVIIe siècle.

15Or Lyon, restée jusqu’au milieu du XVIIe siècle un centre mineur du tissage, innove, sait varier les dessins, les motifs, sait prospérer des changements de mode qu’elle suscite, et former ses experts. Les réactions italiennes sont diverses, s’appuient dans le royaume de Sardaigne sur le mercantilisme de la monarchie. Les relations entre Lyon et Turin étant d’ailleurs à lire dans une constante perspective d’interdépendance.

16C’est le regard réprobateur d’une voisine que s’efforce de comprendre – et d’apaiser – René Favier (« Une voisine encombrante et nécessaire, Lyon vue du Dauphiné au XVIIIe siècle.) L’intendant Gaspard Fontanieu n’écrivait-il pas, dans un rapport de 1731 : « Le Dauphiné sera-t-il toujours malheureux parce qu’il est son voisin ? ». La tutelle économique et financière de Lyon se révèle en effet fort étroite ; la douane de Lyon est pesante et, en plusieurs domaines majeurs de l’activité commerciale (épicerie, étoffes fines, collecte des draps etc.), le contrôle par les hommes et les capitaux lyonnais est total. Il devient insupportable en matière de subsistances lors des années de crise (réalité multiséculaire). Mais les Dauphinois résistent, utilisent les places et les zones concurrentes de Lyon, le marché parisien, les foires de Beaucaire, les villes provençales (en premier lieu Marseille), le Piémont et la Suisse. Ces espaces commerciaux, patiemment élargis par les Dauphinois permettent à certaines de leurs industries (gants, coton, toiles peintes) de conserver une large part d’autonomie. Bref, le Dauphiné n’est pas contraint au seul face à face inégal déploré par l’intendant Fontanieu ; les « ailleurs » de Lyon comme ceux de la province sont si nombreux qu’ils rendent la relation supportable et les rencontres apaisées.

17Je terminerai ce panorama avec le regard enveloppant de Delphine Estier qui a eu le courage d’embrasser les « Paysages urbains de Lyon aux XVIe-XVIIe siècles (par) le coup d’œil des artistes forains et étrangers. L’auteur part de l’hypothèse selon laquelle « les étrangers construisent dans leur esprit des représentations urbaines bien différentes de celles des autochtones ». On admettra cette idée, mais en notant qu’elle est bien difficile à prouver, faute – pour la haute époque – de productions locales comparables à celles des artistes flamands, italiens ou hollandais. On retiendra également que, selon Delphine Estier, le choix des dessinateurs, principalement ceux du Nord, a le plus souvent procédé d’images préconstruites (les fleuves, la colline, l’Ile-Barbe etc.). Au XVIIe siècle par contre, les vues partielles l’emportent, de même que les scènes prises sur le vif. Au détriment des vues d’ensemble ; ce qui s’accorde bien à l’image affadie que les voyageurs et les védutistes semblent avoir de la ville. Les peintres néerlandais du XVIIe siècle ne s’intéressent pas aux aménagements récents (Hôtel de ville, Charité, place Bellecour). Telle est alors la mémoire extérieure dominante.

18Cette rapide présentation terminée, je félicite une fois encore les auteurs de cette initiative, et je souhaite enfin au présent recueil bon vent vers tous les ailleurs de Lyon, soit dans la ville, soit dans le monde (ce qui s’énonce également en latin).

© Presses universitaires de Lyon, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search