Version classiqueVersion mobile

Lire au xviiie siècle

 | 
Claude Labrosse

Chapitre VI. Les textes polémiques

Texte intégral

1Le scénario polémique est compris dans un théâtre général de la réfutation, de la discussion et de la controverse où l'action implique les dogmes, les croyances, les institutions. La polémique peut donc être inscrite dans le discours théologique, dans la pensée et dans la pratique politiques et dans la littérature dans la mesure où ces domaines impliquent pour les sujets qui s’y engagent l’existence d’une norme. La polémique dramatise les conflits de normes, elle en développe spectaculairement les enjeux, au moyen des ressources de l’argumentation et à travers l’engagement et la violence verbale des acteurs du discours. Elle était au XVIIIe siècle un mode de pensées et un art d’écrire qui maintenaient aiguisées les armes de la rhétorique. Les enchaînements des controverses et leurs reprises en confrontant les interprétations et les opinions ne portaient guère atteinte à la communauté des styles mais ils provoquaient, dans une société relativement restreinte, une actualisation immédiate des discours. Voltaire contre Pompignan, contre Fréron ou contre Trublet, à coup de lettres et de poèmes ; nombreuses réponses et contre-réponses suscitées par les premiers discours de Rousseau puis par la Lettre à d’Alembert, guerre ouverte et poursuites après Emile et le Contrat Social ; bataille contre les “philosophes” et contre l'Encyclopédie : nul alors n’existait en littérature sans un peu de pugnacité. L’ensemble des écrits de J. J. se trouvera donc pris dans le réseau de la polémique.

2La Nouvelle Héloïse avait, dès sa parution, essuyé le feu de la polémique. On en a déjà vu les traces dans les correspondances et les périodiques (Grimm). Nous tiendrons essentiellement compte ici des textes ayant forme de pamphlets autonomes et des réactions qu’ils suscitent.

  • 1 La première lettre montre que J. J. écrit mal, la 2e propose un résumé satirique et comique du rom (...)

3Les Lettres sur la Nouvelle Héloïse ou Alosia de J. J. Rousseau, citoyen de Genève paraissent à Genève en février 1761, sans nom d’auteur, ni d’imprimeur. Ce pamphlet de 29 pages contient 4 lettres adressées à M. de Voltaire. La première est signée du Marquis de Ximènes. Le fait que l’on retrouve souvent dans la correspondance de Voltaire (février et mars 1761) des jugements semblables et des expressions parfois identiques à celles de ces lettres conduit à penser que le Marquis n’est probablement qu’un prête-nom. A ces quatre lettres1 répond une cinquième publiée elle aussi à Genève vers la mi-février. L’auteur anonyme y accuse l’auteur d’Aloïsia de “grossièreté” et “d’indécence”, de présenter une image du roman sans rapports avec le jugement de Voltaire et finit par tourner en ridicule “la nation française”. Les syndics de Genève s’émeuvent de ce petit scandale. Ils condamnent les deux brochures en se montrant plus sévères pour l’auteur de la 5e lettre que pour le pamphlet.

  • 2 Au moyen d’une suite de petits raccourcis ironiques formés en une litanie semblable aux prophéties (...)

4La prédiction tirée d’un vieux manuscrit sur la Nouvelle Héloïse, roman de J. J. Rousseau et attribuée à Charles Bordes est une brochure de 21 pages qui parait sans indication de lieu et de date et sans nom d’auteur ni d’imprimeur avant le premier mai 1761, date à laquelle son texte est repris par le Journal Encyclopédique (tome III, 3e partie, pp. 88-89). Ce texte2 eut un succès réel. En plus de sa publication en brochure et dans JEN on le trouve, dès 1761, en tête ou à la suite de la plupart des éditions contrefaites du roman. Il provoque des réactions immédiates, celle de Julie Von Bondeli (lettre du 30/04/1761) et la Contre-Prédiction de C. J. Panckoucke qu’imprime le JEN du Ier juin 1761. Traduite en anglais, elle est publiée à Londres avec succès sous le nom de Voltaire (A Prophecy, by M. de Voltaire) en juillet-août de la même année. Elle est reproduite en septembre dans le Gentleman’s magazine qui supprime les allusions trop personnelles. Le périodique de Burke, Annual Registrar, la reprend à son tour. Collé la relève en 1762. Arthur Young y fait allusion dans ses Letters concerning the present state of the french nation (1769). Ce texte reparaît 2 fois encore en 1783 : à la suite des Réflexions sur les Confessions de J. J. Rousseau de Servan et dans les Oeuvres diverses de M. Borde.

5On retrouve ainsi les traits généraux du dispositif polémique. Deux voix ou deux discours s’affrontent à propos d’une cible (le roman de J. J.). Détracteur et défenseur constituent un couple conflictuel. La réédition de ce texte confirme la présence des deux clans et la permanence de deux discours opposés.

6Qu’advient-il en cette conjoncture du texte de la Julie ? Quels faits et comportement de lecture la polémique fait-elle apparaître ?

7Si, à l’inverse du périodique, le texte polémique ne cherche pas à restituer véritablement l’ordre du récit, il lui faut bien cependant, pour viser sa cible, se référer à des éléments de la séquence narrative. On pourra donc retrouver, sous ces plumes acerbes, des scènes, des citations, des événements, des situations. Mais ces passages du texte seront indiqués isolément, prélevés et séparés, dessertis de la trame narrative. La polémique organise son mode de réduction :

Aloïsia, lettre I

NH, I, 25

elle (Julie) lui. (Saint-Preux) mande qu’elle cultive l’espérance et qu'elle voit flétrir tous les jours ; l’autre lui répond en renchérissant, que leurs âmes épuisées d’amour et de peine, se fondent et coulent comme l’eau.
Il peut être fort plaisant de voir couler une âme, mais pour l’eau, c’est d’ordinaire quand elle est épuisée qu’elle ne coule plus. Je m’en rapporte à vous. Cependant, Monsieur, ces deux âmes qui coulent ne peuvent suffire à leur félicité infinie. Nos deux amants qui coulaient ainsi se parlèrent à l’oreille, mais Julie trembla qu’on ne cherchât du mystère à cette chuchotterie.

Tout m’alarme et me décourage ; une langueur mortelle s’empare de mon âme ; sans sujet bien précis de pleurer, des pleurs involontaires s’échappent de mes yeux ; je ne lis pas dans l’avenir des maux inévitables, mais je cultivais l’espérance et la vois flétrir tous les jours. Que sert hélas d’arroser le feuillage quand l’arbre est coupé par le pied.
Ibid, I, 26
O amante aveuglée ! tu cherches un chimérique bonheur pour un temps où nous ne serons plus ; tu regardes un avenir éloigné et tu ne vois pas que nous nous consumons sans cesse et que nos âmes épuisées d’amour et de peine se fondent et coulent comme l’eau.
Ibid, I, 31
Ivre d’amour et de volupté (mon coeur) nage dans la tristesse ; je souffre et languis de douleur au sein de la félicité suprême.Ibid, I, 33
Je ne savais plus ce que je faisais et à ton arrivée je rougis si prodigieusement que ma cousine, qui veillait sur moi, fut contrainte d’avancer son visage et son éventail comme pour me parler à l’oreille.
Je tremblais que cela même fit un mauvais effet, et qu’on ne cherchât du mystère à cette chuchotterie...

8Entre les gémissements de Saint-Preux aux rochers de Meillerie et la rougeur de Julie lors d’une rencontre en société, il s’est passé bien des choses : le retour de Saint-Preux, la première union chamelle des amants, l’intensité des émotions et des réflexions morales qui l’accompagnent. L’auteur d'Aloïsia n’a cure de cette suite qui compose dans le roman, une première grande crise. Il ne suit pas les circonstances d’une intrigue, ne se soucie guère d’être fidèle au détail (c’est Claire et non Saint-Preux qui parle à l’oreille de Julie) encore moins s’intéresse-t-il à ce qui fait l’essentiel des lettres qui s’échangent : l’analyse des sentiments et l’évolution des états d’âme. Il ne lui faut pour parler de la Julie que quelques expressions qu’il distingue du texte et qu’il choisit et relie selon une toute autre logique que celle des événements du récit.

9La Prédiction procédera à un mode de réduction un peu différent. Chaque élément de la litanie “prophétique” reconstitue un épisode ou une situation qu’il recompose selon une logique péremptoire et sans aucune nuance pour animer, comme en une suite de sketches, un petit théâtre polémique :

p. 6

“Elle (Julie) lui (Saint-Preux) donnera la première un baiser sur la bouche, elle l’invitera à venir coucher avec elle, et elle y cou-couchera ; et elle deviendra grosse de métaphysique”.

p. 7/8

“Il recevra une pension du Milord et il ira à Paris, et il n’y fréquentera point les gens sensés et honnêtes, et il n’y verra que des filles et des petits-maîtres ; et il croira avoir vu Paris”.

10Au moyen d’une succession de propositions, chaque paragraphe, déploie, en réduction, une logique de l’absurde ou de l’erreur que l’énoncé polémique extrait de force du roman et qu’il souligne cruellement en l’énonçant comme un aphorisme biblique. Le récit et l’action se trouvent ainsi fragmentés et repris en une chaîne de micro-séquences juxtaposées qui ne sont reliées que par un “effet de liste” (litanie) et par un mode de refrain (imitation du style biblique, utilisation du futur, reprise de certains termes (et, cependant, teiller, teillera). Enfermant le texte de la Julie dans la prestigieuse enveloppe de la prophétie, il le décompose en une suite de cibles et fait mouche à chaque alinéa. Comme dans ces jeux où se défoulent ou se subliment les instincts agressifs, le texte s’organise en une succession de “cartons” offerts à l’application et à la jubilation d’un tireur. On peut comprendre le bonheur du polémiste, car, dans l’énoncé qu’il donne, le morceau d'Héloïse qu’il prélève (citation) ou reconstruit fait double emploi. Il constitue à la fois la cible et la flèche. Cette duplicité fait, sans doute, la spécificité de l’énonciation polémique. Elle atteint sa cible tout en la fabriquant, elle la touche en la constituant. Elle réalise ainsi une performance parfaite. L’acte de tirer crée à chaque coup et du même coup sa cible. La réduction et la fragmentation du texte, son remontage en petites scènes ou en épisodes raccourcis sont les opérations par lesquelles le polémiste, en écrivant organise un champ de tir imaginaire où il fait mouche à chaque coup et où chaque parcelle de texte répète et multiplie la cible pour le ravissement et pour l’exercice de sa manie.

11En refusant de restituer une suite du récit, ces textes font disparaître la courbure générale de la fiction et en déforment les événements.

12Il ne s’agit pas de restituer ou de découvrir dans le roman, la logique complexe d’un récit à plusieurs voix. Le texte polémique constitue une autre “suite”. Dans sa première lettre, l’auteur de l'Aloïsia s’efforce de relever, dans les deux premiers volumes de l’ouvrage, ce qu’il appelle ironiquement “des expressions sublimes”. Il forme sa séquence en reliant ces expressions sans se soucier de les rattacher à l’évolution des événements ou des personnages. Ses citations s’articulent en un montage qui fait défiler sous sa plume une suite de cibles juxtaposées.

Ah, c’est un tourment terrible ! lui dit son amant, garde tes baisers, ils sont trop âcres.

13Après l’âcreté de ces baisers, l’amant fait vingt lieues en trois jours ; mais chaque pas séparait son corps de son âme... (p. 6, cf. OC, II, pp. 65-66).

14(...). Quand le corps de l’amant a retrouvé son âme il écrit à sa maîtresse, que les lois les plus sévères ne peuvent leur imposer d’autre peine que le prix même de leur amour (pp. 6-7).

15L’idée que le corps retrouve l’âme ne correspond à aucun événement repérable dans la Julie, elle n’a de sens, dans la suite de la lettre polémique, que par rapport à la citation précédemment isolée. Ainsi est substituée à la suite des événements du récit une liaison interne inattendue et apparemment arbitraire entre des expressions choisies. On pourra, par ce moyen, reprendre les deux premiers tomes du roman en 6 pages. Un défilé accéléré de cibles remplace la lenteur calculée d’une suite de lettres. Ainsi passera-t-on prestement de “l’entrave à son coeur” aux “baisers âcres” puis au pas qui sépare le corps de l’âme, à l’espérance “cultivée” et “flétrie” et aux “âmes épuisées d’amour (qui) se fondent et coulent comme l’eau...”. Le langage du roman n’est plus qu’un jargon incompréhensible présenté en une sorte de “mélange” satirique. Il se trouve décomposé et récusé puisque ne sont reconnues ni son organisation en syntagme, ni ses associations symboliques, ni ses modes de proximité sémantiques. Le roman à ce compte n’a plus de langage. Il lui est interdit de faire sens. Il ne peut apparaître qu’absurde, dérisoire ou impossible.

16Les “baisers âcres”, les âmes qui coulent, les pas qui séparent l’âme du corps signalent cependant les événements fondamentaux et permanents du roman : la puissance et l’énigmatique violence de l’Eros, l’expérience de perte, cette sorte de constante hémorragie de la durée que contient le désir de la fusion des âmes, et ce “pas” séparateur qui anime toute sensation et toute relation, rapproche et éloigne les êtres et leurs états d’âme selon des lois invisibles et nécessaires qui composent, en cette fiction, une secrète chorégraphie du destin. De la naissance, de l’amour et de la mort, de ce qui fait l’armature symbolique de l’expérience humaine, le texte polémique ne veut rien entendre. Ce n’est pour lui que verbe creux et inadvertance d’expression. Organisant une sorte de surdité radicale, il refuse d’entendre les mots comme termes symboliques. L’âcreté ne sera donc pas explorée. L’adjectif (âcre) ne suggérera pas de vertigineuses implications mais sera isolé comme un vocable incongru. L’eau sera réduite à son hydraulicité foncière (“c’est d’ordinaire quand elle est épuisée qu’elle ne coule plus”). Quant au jeu des pas, il ne se comprend qu’en référence à une physique banale des corps insensibles (“comment ce corps et cette âme qui étaient séparées au premier pas, se séparent encore aux autres pas et se retrouvèrent ensuite au dernier pas”).

  • 3 NH, OC II, 93 “la roche est escarpée, l’eau est profonde, et je suis au désespoir. Fin de I, 26, c (...)

17En fixant délibérément l’attention sur le sens littéral des expressions choisies, le polémiste vide les faits et les événements de la fiction de leur sens pluriel. La fiction est réduite à des constatations triviales évidentes (mécanique des eaux et physique des corps). Tout travail de symbolisation et tout jeu de figure sont ainsi refusés au langage. Dépouillée de ses tropes, la fiction perd la parole. Car ne pas reconnaître, dans l'Héloïse, une thématique de l’eau, ne vouloir voir dans ce terme que les conditions physiques d’un écoulement, ne pas entrevoir derrière lui la goutte immense et opaque du lac, s’interdire l’accès à cette surface imaginaire sans fond autour de laquelle “se précipitent” les événements du roman, ne pas entendre les échos qui renvoient “l’eau profonde” de la première partie3 à l’eau calme ou agitée de la quatrième ou encore à celle, la même précisément, dans laquelle Julie se plonge pour sauver son enfant et approcher sa propre mort, ou même à celle – tout autre – des larmes qui se répandent dans la fiction et annoncent le livre, dès la page de titre, c’est priver le roman de la coulée symbolique qui ne cesse de l’irriguer. Dépouillé de ses symboles, le roman est un désert où la fiction n’est plus proférable. La polémique est une arme magique qui détruit le paysage symbolique de la fiction. Il n’en reste qu’un squelette dérisoire : un petit épouvantail inutile. La polémique révèle ainsi dans la lecture une mystérieuse pulsion de mort.

18Mais pour le polémiste, la mise à mal de l’organisation symbolique n’est pas une recherche gratuite du chaos. Ce travail se fait au nom d’un ordre. Les phrases fautives, cruellement épinglées par l’auteur d'Aloïsia, sont toutes dénoncées comme de scandaleuses transgressions du goût, comme des dérogations à la logique élémentaire de l’emploi des termes. Le polémiste se donne pour défenseur de l’intégrité du code de la langue. Il est pour lui un impératif plus fort que le pouvoir symbolique des mots, c’est la correction des emplois et la rigueur des liaisons sémantiques. Cette frénésie de destruction de l’ordre symbolique procède d’une exigence scrupuleuse de grammaticalité.. Le polémiste, en l’occurrence, choisit la grammaire contre le symbole. Les glissements métaphoriques de la fiction lui semblent des facilités attentatoires à la pertinence, à la précision et à la clarté de la langue et du discours. Indépendamment de tout indice externe d’attribution, on peut reconnaître là un souci et un réflexe propres à Voltaire. Non que Voltaire soit pour autant incapable de symboliser. Il sait faire un conte mieux que personne. Mais il symbolise autrement. Non pas en concevant une intense imbrication d’éléments symboliques opposés qui se confondent au point de procurer ce vertigineux flottement du sens et des clairs-obscurs qui propagent l’émotion, mais en restant attentif aux structures essentielles de la langue et fidèle à une claire syntaxe de la pensée et à une permanente exactitude du style. Derrière la mise en cause d’un ordre ou la défense d’un autre ordre, la polémique nous découvre le choc de deux modes divergents de symbolisation, la mise en présence de deux écritures opposées. Sans doute, et plus qu’aucun, l’écrivain lit-il plume en main. Derrière la phrase de J. J. qu’il lit, Voltaire cherche, en filigrane, la trace de l’écriture dont il rêve et qu’il s’applique lui-même à réaliser. Radicalement différente, l’écriture de Jean-Jacque l’affecte et déclenche sous sa plume la décharge de l’humeur.

19Si l’on n’aperçoit pas le même enjeu dans la Prédiction, c’est, sans doute, parce que Ch. Bordes est plus un académicien qui écrit par fonction qu’un écrivain d’instinct ou de tempérament. Aussi s’occupe-t-il moins de défendre un ordre fondamental de la langue que d’extraire du roman de J. J. une suite de maximes ironiques. Entre l’académicien lyonnais et C. J. Panckoucke (Prédiction VS Contre-Prédiction) la polémique consiste à ne pas reconnaître, dans le même énoncé, les mêmes maximes ou bien à diverger dans leur présentation ou dans leurs évaluations.

(P) Prédiction

(CP) Contre-Prédiction

Et tout le livre sera moral, utile et honnête puisqu’il prouvera que les filles sont en droit de disposer de leur coeur, de leur main et de leurs faveurs sans consulter leurs parents et sans aucun égard à l’inégalité des conditions et que pourvu qu’elles parlent toujours de vertu il est inutile de la pratiquer.

Et tout le livre sera moral, utile et honnête puisqu’il prouvera que les pères ne sont point en droit de disposer du coeur de leurs filles, sans les consulter et que pour faire des mariages heureux on ne doit pas toujours avoir égard à l’égalité des conditions et que pourvu qu’on pratique la vertu, il est inutile d’en parler.

20Les antagonistes utilisent le même matériel de mots mais leur lecture reconstruit, dans le texte, des maximes différentes (consulter leurs parents/consulter leur coeur ; les filles sont en droit/Les pères ne sont point en droit). L’enjeu n’est plus la pertinence des termes de la langue, mais la traduction des maximes du roman. Cette traduction retrouve la forme et la logique du précepte mais elle ne lit pas la maxime par le même bout. L’on est du côté du père ou du côté de la fille, on insiste sur la concupiscence ou sur la félicité conjugale. Il suffit d’inverser la place des verbes pour changer le sens de la maxime.

21La petite guerre du sens développe une stratégie d’oppositions qui opère ici sur le terrain des maximes, c’est la formulation de la doxa qui est mise en cause. Prise dans les effets de la polémique, la lecture n’est pas seulement une mise en scène d’humeurs irréductibles, elle révèle aussi ses rapports avec trois types de faits essentiels :

  1. La texture symbolique du langage.
  2. La grammaire essentielle de la langue.
  3. La teneur (toujours sentie comme menacée) de la doxa.

22Cette guerre ne se suffit pas des idées ou des maximes, elle veut aussi atteindre l’identité (la personne) et l’image du corps de l’adversaire. Cette tentative est surtout sensible dans Aloïsia.

23Au moyen de déplacements subtils, le polémiste sait mettre le corps de J. J. dans sa propre fiction. Au début de la 2e lettre, après avoir fait allusion aux aventures d’Héloïse et Abélard et rappelé leur réputation et l’immortalité de leurs lettres, il ajoute :

Elles (les lettres d’Abélard et d’Héloïse) ont été traduites en vers et en prose dans toutes les langues. J. J. s’est mis à inventer cette ancienne histoire sous d’autres noms. Mais fâché qu’un homme aussi bien fait et d’une figure aussi agréable qu’on nous peint Abélard, ait perdu dans le cours de ses amours le principal mérite de sa figure, il a retranché de son roman cette particularité de l’histoire : et comme il est aussi grand, aussi noblement fait qu’Abélard ; comme il est ainsi que lui, l’objet des soupirs de toutes les Dames de Paris, il s’est fait le héros de son Roman. Ce sont les aventures et les opinions de J. J. qu’on lit dans La Nouvelle Héloïse.

24J. J. a voulu imiter l’histoire des amants médiévaux, mais il a retranché de l’aventure l’épisode de la castration. Il est le héros de son livre et veut bien ressembler à ce prestigieux Abélard à l’exception d’une “particularité” sur laquelle l’auteur de la lettre ne cesse d’insister. Aloïsia nous fait passer du corps mutilé au corps mondain et fétichisé de J. J. Au corps coupé semble répondre l’histoire tronquée. Ce qui fut fait au corps d’Abélard, J. J. le fait à son histoire pour garder l’avantage d’un corps intègre. Un lien d’omission et de substitution, incertain et ambigu s’établit entre l’image du corps d’Abélard, l’image du corps de J. J. et l’énoncé de la fiction. La fiction est associée à une manipulation imaginaire du corps dont on aperçoit mal ici le processus. Il semble que s’y retrouvent deux scénarios différents et qui paraissent solidaires sans que soit comprise leur articulation : une “figure agréable” qui a perdu son “principal mérite” ; une manière d’occulter cette perte (rôle de la fiction) pour être l’objet des soupirs féminins. Il reste que, pour l’auteur d’Aloïsia, J. J. s’est fait héros de roman pour une affaire de corps dont il suggère la teneur organique. Sa fiction est une manipulation occulte qui tient essentiellement à une partie de son corps et non pas à un sublime travail de l’esprit. Le lecteur polémiste met, dans le texte qu’il lit, le corps de son adversaire. Il lit pour piéger ce corps dans une logique sommaire. Il réduit l’oeuvre de fiction à des modalités corporelles qu’il simplifie arbitrairement.

25Le rapport entre le corps sexué et les modes de la fiction est fondamental chez J. J. Rousseau et l’on pourrait dire que la Julie est, d’une certaine façon, l’exploration de ces rapports. L’instinct du polémiste le pousse vers ce centre nerveux de la fiction, il le touche de son scalpel et pressent de quel type de symptômes procède le roman. Mais il réduit ces symptômes à l’organe (le sexe) et oublie la fonction symbolique (la sexualité). En cette occurrence encore il trivialise et désymbolise. Il ramène les indices fondamentaux de la fiction à une logique grossière ou à l’anecdote. Il va au coeur de la parole du livre mais il la retourne et en procure une profération perverse. Comme s’il lui était insupportable qu’elle s’effectuât ainsi et comme si elle lui révélait un malaise propre dont il ne peut souffrir qu’on parle. Par une sorte de transcription instinctivement calculée, il déporte le texte en un autre idiome. On ne fera pas grief à la polémique de vouloir modifier radicalement la parole du texte. Au moins a-t-elle le courage de ses opinions. Elle rappelle, dans son excès, que l’on prononce toujours un texte autrement.

26En tant qu’elle affecte la lecture d’un texte, la polémique peut donc apparaître comme une rhétorique à la fois délirante et “délisante”. On voit aussi qu’en visant les écarts de langue, les incertitudes de style et les logiques paradoxales, elle désigne les régions essentielles de la fiction, devine son fond énigmatique, ses façons inavouées et inédites de construire le sens et qu’elle utilise cette intuition pour donner du texte une sorte de radiographie négative, contrarier sa logique et proprement changer sa “face”. La lecture polémique se distingue fondamentalement de la lecture identifiante. Cette dernière tend à projeter, dans l’acte de la représentation, les traits et les processus de l’identité, elle fixe le lecteur (son corps, ses relations et son environnement) dans le jeu de la représentation. Dans la lecture polémique l’appropriation de la représentation à l’expérience propre du lecteur est interdite. En ses lieux et place va apparaître l’identité et le corps de l’auteur en tant que cibles. Le lecteur s’en prendra à la fois au corps de la fiction et aux traits de l’auteur et il ne détruira si bien la parole de la fiction que parce qu’elle est l’image du corps de quelqu’un ou parce qu’elle peut en être pour lui l’accès ou l’enveloppe. D’où ce fait que, du point de vue polémique, les personnages soient, d’une autre façon que dans la lecture identifiante, assimilés à l’auteur. Il y a d’un côté un corps à faire naître et de l’autre un corps à faire mourir. D’une part une visée narcissique : l’appropriation d’un corps imaginaire dans l’écriture, de l’autre un besoin de destruction d’un corps insupportable non moins imaginaire. L’identification trouve, au-delà des mots, des traits de représentation imaginaires et au-delà des corps réels, des corps fantasmés. La polémique voudrait, pour sa part, ne s’en tenir qu’à la trace exacte du texte, à son écriture, mot à mot, comme elle s’efforce de s’en tenir à des corps réels concrets (corps précis de la langue, corps physique de l’eau, organes du corps). Ces deux désirs opposés composent la dialectique de la lecture.

Notes

1 La première lettre montre que J. J. écrit mal, la 2e propose un résumé satirique et comique du roman, la 3e s’en prend au jugement de Rousseau sur les moeurs parisiennes et sur la noblesse, la 4e rapporte un événement fictif où l’on voit J. J. poursuivi et battu à coups d’archet par les violons de l’orchestre de l’Opéra.

2 Au moyen d’une suite de petits raccourcis ironiques formés en une litanie semblable aux prophéties de l’Ancien Testament, il présente à la fois J. J. R., sa carrière et le contenu de son roman.

3 NH, OC II, 93 “la roche est escarpée, l’eau est profonde, et je suis au désespoir. Fin de I, 26, c’est-à-dire à peine une page après : “nos âmes (...) se fondent et coulent comme l’eau”.

© Presses universitaires de Lyon, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search