Version classiqueVersion mobile

Lire au xviiie siècle

 | 
Claude Labrosse

Chapitre V. Les « Esprits » ou ouvrages d’extraits

Texte intégral

1Les ouvrages que nous examinons sous cette rubrique et dont les titres sont variables (l’Esprit de Julie, Les Pensées de J. J. Rousseau, Esprit, maximes et principes de J. J. R., Le véritable esprit de J. J. R.) ne proposent pas, comme les périodiques un copieux énoncé sur le roman de J. J. Le texte qu’ils présentent est un ensemble organisé de fragments empruntés à la Julie ou à l’ensemble de l’oeuvre de Rousseau. Ce sont des sortes de “morceaux choisis” qui proposent la réédition d’un ouvrage mis en pièces. On prélève dans le roman ou dans l'oeuvre entière certains passages que l’on réunit en chapitres sous des rubriques choisies. On juxtapose ces chapitres pour obtenir une sorte d’édition, corrigée et expurgée et une réduction du livre initial. L’ouvrage s’ouvre d’habitude sur un avertissement qui veut persuader le lecteur de l’utilité de ce genre d’entreprise. Il se ferme sur une table des rubriques. Ce genre de livre ne témoigne pas seulement d’un souci d'efficacité ou de commodité, il est le fruit d’un travail général de refaçon et de reconditionnement du texte. Le procédé n’est pas neuf. On a toujours voulu rassembler en “collections” les jugements des hommes éclairés ou “les pensées des grands écrivains” (JEN 01/06/1763). “Nous sommes redevables à cet ancien usage des Pensées de Platon, de Cicéron, de Sénèque, de Plutarque, de Saint Augustin, etc. qui ont été extraites de leurs écrits par des auteurs qui se sont eux-mêmes illustrés par d’excellents ouvrages” (ibid)..

2Ce genre de manipulations paraît généralement bien toléré par l’opinion. On les trouve commodes, utiles et même indispensables. Pour MT, le roman de Rousseau est “comme cet arbre planté dans le jardin des délices lequel enseignait le bien et le mal, le mieux serait de n'y point toucher de peur d’être aveuglé par de fausses lumières” (mai 1762). C’est donc une “vertueuse” entreprise que de tirer de l’ouvrage incriminé “les maximes sages, sublimes, héroïques qu’il contient” (ibid.), d’en recueillir tout le “philosophique” et d’en abandonner “tout ce qui pouvait alarmer la Religion, la pudeur, la vérité” (ibid.). AT saura gré à Formey “d’avoir séparé le bon grain d’avec l’ivraie qui se trouvait pêle-mêle dans les lettres des deux amants” (juin 1763). Al le félicitera d’avoir fait du “poison enchanteur” un “remède utile” et d’avoir “imité ces célèbres botanistes qui tirent des sucs salutaires des plantes les plus vénéneuses (18/10/1762).

3Il ne manquait pas de “chimistes” ou “d’herboristes” patentés pour entreprendre ces tâches salutaires. D’abord pasteur, puis professeur d’éloquence au Collège français de Berlin, membre enfin de l’Académie des Sciences et des Belles-Lettres, Jean Henry Samuel Formey (1711-1787), refaçonneur infatigable, patient réducteur de textes fait de ce travail de compilation une sorte de vocation. Il a tant d’amour pour la besogne et trouve l’ouvrage si nécessaire ou si avantageux qu’après avoir consciemment revu et corrigé les oeuvres de Rousseau (la Julie et Emile), il conçoit le projet d’une Encyclopédie réduite. Dans une longue lettre du 20 juillet 1760, il avait déjà pris la peine d’exposer à J. J. Rousseau ses certitudes en matière de doctrine, lui rappelant “qu’il faut des lois et un culte fondé sur des dogmes et des faits”, que “dès que l’Autel tombe, le foyer est en danger” et se proposant “d’opposer quelque digue au torrent”. On comprendra que l'Héloïse n’ait pu échapper à une surveillance aussi clairement motivée et qu’elle soit devenue sous ce regard orthodoxe un “ouvrage utile à la société et particulièrement à la jeunesse”. On pourra faire bien mieux encore. Sorti du séminaire de Castres, tuteur des enfants du Comte de Vergennes, émigré en Allemagne jusqu’en 1815, Antoine Sabatier (dit de Castres) dans son Véritable Esprit de J. J. R. ou choix d’observations, de maximes et de principes sur la morale, la religion, la politique et la littérature tiré des oeuvres de cet écrivain, propose, en 1804, un choix méthodique en 3 volumes “de tout ce que cet auteur a écrit de plus sain, de plus instructif en faveur de la religion, de la morale, du gouvernement monarchique et de plus saillant contre les incrédules, les novateurs et les démocrates”. Il entend montrer ainsi que “l’illustre citoyen de Genève, bien qu’on se soit servi de ses écrits pour renverser l’ancien ordre des choses est l’ennemi le plus déterminé des maximes qu’on a mises en avant pour anéantir les rangs et établir le républicanisme”. Il ne s’agit plus d’expurger un texte ou de fabriquer, à partir d’un roman, un manuel pour jeunes gens. Il faut aussi que le texte de J. J. serve de munition dans la bataille politique et idéologique.

4L’entreprise de sélection n’est pas seulement le fait des pédagogues et des idéologues, elle intéresse aussi les éditeurs qui trouvent dans la formule du “choix méthodique” une façon commode de vendre des livres et de mettre à la disposition des lecteurs, tout en filtrant son énoncé, une oeuvre nombreuse, appréciée et discutée. Les Pensées de J. J. Rousseau, citoyen de Genève, Amsterdam (Paris), 1763 et l'Esprit, maximes et principes de J. J. Rousseau, Paris, Duchesne et aussi Neuchâtel 1764 qui réunissent des extraits de la Julie mais aussi de la Lettres à d’Alembert, d’Emile, de la Lettre sur la musique, et du Contrat social sont, semble-t-il, respectivement l’oeuvre de Prault et de Panckoucke, de La Porte et de Duchesne, et donnent lieu à plusieurs réimpressions.

5Ce type d’ouvrage est le fruit d’une méthode éditoriale qui fragmente lé texte, le réduit à ce qui est tenu pour utile et pour essentiel et le vulgarise en le soumettant à la grille d’un discours moral, didactique, idéologique. Le système éditorial fonctionne comme une immense machine à trier. Il sélectionne et les idéologies qui sont elles-mêmes de gigantesques tamis y trouvent leur compte. Dans ces livres, le choix est un compromis entre les nécessités imposées par les conditions matérielles de l’édition et la prégnance des discours et des doxas. On dira avec raison que toute édition revient au fond à ce problème permanent. Le propre des “esprits” est simplement de conférer à ce travail de tri une évidence particulière, marquée jusque dans l’organisation du livre. Ces ouvrages proclament leurs intentions dans leurs avertissements et extériorisent leur projet dans leurs tables de rubriques. Pour Formey, il s’agit de procurer un ouvrage où ne soit plus tenue la balance entre le vice et la vertu et qui n’ait plus de conséquences dangereuses sur les esprits jeunes et fragiles. Comme l’abeille, il a voulu extraire du livre “un miel exquis”. Tout, dans ce livre, doit selon lui être “remâché”. L’auteur de l’avertissement des Pensées veut mettre un frein à cet abus de la philosophie qui fait que chaque homme qui écrit et pense un peu fort se prétend précepteur du genre humain. Il faut “arracher des livres (de J. J.) ce qui a élevé le scandale et le cri public pour n’en garder que les précieuses maximes et la sagesse profonde” L’introduction préliminaire de Esprit, maximes et principes n’est pas si délibérément circonspecte. Tout en souhaitant que J. J. s’épargne de nouvelles disgrâces”, elle présente un ouvrage qui réponde à l’empressement du public et propose, en des textes utiles, le visage véritable de J. J. Rousseau.

6Le livre de Formey suit le cours du roman et y preleve des passages choisis. On croirait suivre le crayon d’un lecteur qui souligne les “bonnes phrases” et marque les pages essentielles. Du fait qu’ils s’intéressent à l’ensemble de l’oeuvre, les autres ouvrages s’y prennent tout autrement. Les passages prélevés sont réunis sous des rubriques. La terminologie de ces rubriques présente une série de termes généralement abstraits où l’on retrouve la religion, la morale (Dieu, Evangile, Conscience, Passions, Vice, Grandeur de l’homme...), la vie sociale (Coquetterie, Mendiant, Excès de vin, Campagne, Institutions sociales...), la philosophie, les connaissances et les arts (Etude du monde, Goût, Talent, Musique, Théâtre, etc.). Comme des sortes de tiroirs, ces termes généraux ouvrent chacun un espace dans lequel vont s’insérer des énoncés thématiquement proches. Ils organisent ainsi une sorte de classeur permanent qui opère sans qu’on puisse en percevoir les limites autrement qu’aux frontières matérielles du livre ou dans le fait qu’il reconduit souvent ses propres termes (synonymes). Ces mots sont les “étiquettes” ou les repères d’une doxa qui se développe et s’illustre dans les pages prélevées. Ils constituent l’index d’un discours général dont les propositions sont empruntées. Esprit, maximes et principes regroupe ses rubriques en chapitre : Religion, Morale, Politique, Littérature, Sciences et Arts. On retrouve ici, à la fois, les catégories bibliographiques utilisées dans les classements de l’époque (périodiques, bibliothèques), l'arbre général du savoir et une sorte de hiérarchie des productions de l’esprit et de l’expérience (de la théologie aux Belles-Lettres). Dans ces sortes de livres, la lecture réunit la mémoire et la doxa.

7Compte tenu de l’intention qui les anime, on comprend que ces ouvrages sélectionnent dans le roman les lettres chargées de maximes et de dissertations sur des thèmes moraux ou religieux et qu’ils en accusent le caractère didactique. S’intéressant aux maximes et à leur développement, ils restituent une fiction dépouillée de ses événements et de certaines de ses scènes. Ce processus de choix souligne, dans le roman, la présence d’un livre de maximes. Ce mode de lecture révèle dans la Julie une teneur doxale et une forme didactique inséparables de la fiction.

8C’est en examinant de plus près ce qu’il advient du texte lui-même lorsqu’on le prélève dans ces conditions que nous pourrons apprécier le type de lecture induit par ces ouvrages. Leurs façons de “choisir” et de citer le texte et de le modifier sont assez semblables. Nous observerons de plus près le travail de Formey qui s’occupe exclusivement de la Julie.

9Les modifications qu’il impose au texte du roman pour l’inscrire dans son recueil font disparaître l’énonciation spécifique de la fiction. La comparaison systématique du texte du roman avec les citations du recueil permet de mieux observer les phénomènes.

  • 1 Sont en italiques les transformations significatives.

ΝΗ, Ι, 2 (OC, 32)

FORMEY, p. 11

1)

Non, belle jeune fille vos attraits avaient ébloui mes yeux, jamais ils n’eussent égaré mon coeur, sans l’attrait plus puissant qui les anime. C’est cette union touchante d’une sensibilité si vive et d’une inaltérable douceur, c’est cette pitié si tendre à tous les maux d’autrui...

L’attrait le plus puissant de deux beaux yeux, c’est cette union touchante d’une vive sensibilité et d’une douceur inaltérable, c’est une pitié si tendre à tous les maux d’autrui...

2)

1,4 (ibid., 40)

Ibid (p. 2)

Tes désirs vaincus seront la source de ton bonheur, et les plaisirs dont tu jouiras seront dignes du ciel même.

Les désirs vaincus sont la source du vrai bonheur et ils font jouir de plaisirs dignes du ciel même.

10Il s’agit bien pour le recueil de priver le roman de sa source énonciative, de faire disparaître de son texte la relation entre les personnages (les lettres) et les modes d’interlocution qu’elle suppose. L’extrait ne peut pas admettre les “je”, les “tu”, les “vous” ni les noms propres, “belle Julie”, “vos attraits”, “tes désirs” deviennent “l’attrait... de deux beaux yeux”, “les désirs”.

11Les exemples surabondent d’un processus qui dépersonnalise la fiction, par la transposition des personnes, par suppression, adjonction de termes ou utilisation de chevilles (deux beaux yeux...). La fiction est dépouillée du procès d’épistolarité qui la constitue. Tout ce qui se détermine selon le jeu des rapports de parole disparaît ou devient indéterminé (cette pitié = une pitié). Et la figuration, dans l’interlocution, d’une proximité des sujets s’en trouve censurée (tes désirs = les désirs ; tu jouiras = ils font jouir de...). Le désir est privé de subjectivité. L’attrait amoureux est extrait du champ intensif de la parole pour être transféré dans un procès de discours où disparaissent les marques de l’Eros. Tout ce qui peut se faire et s’imaginer dans le champ d’une intersubjectivité (rapport Je/Tu) s’estompe au profit d’un discours de l’éthique (ton bonheur = le vrai bonheur) placé dans une durée permanente et atemporelle (seront = sont ; jouiras = font jouir...). Ce mode de prélèvement parvient à priver la fiction de ses ressorts spécifiques, en faisant disparaître toute énonciation désignée et toute figuration de rapports intersujectifs. Ce qui est éliminé, c’est la personne (Je/Tu) comme source de parole et de discours. On aura donc à faire à un énoncé en soi que personne ne profère, à un discours sans source ni origine avouées dont la pureté et la transparence sont dues à la suppression des actes de parole. Le discours serait ici cette partie du message romanesque qui semble subsister hors de toutes les marques de la parole. Il traduit des faits, des situations, des états qui semblent exister et aller d’eux-mêmes : un discours naturel sans énonciation apparente.

12Si le recueil de Formey récuse certains sujets, c’est pour en valoriser ou en introduire d’autres qui n’ont pas les attributs de la personne.

3)

NH, I, 45 ()C, 11, 126)

FORMEY

Je le crois par tempérament ce qu’il pense être par méthode et le vernis stoïque...

Bien des gens, sont par tempérament...

4)

I, 39

Ibid

Je sais combien tu hais cette volupté cruelle qui nous endurcit aux maux d’autrui.

Il y a une volupté cruelle qui endurcit aux maux d’autrui.

5)

NH, I, 12

Ibid

J’ai toujours cru que le bon n’était que le beau mis en action.

Le bon n’est que le beau mis en action...

6)

NH, I, 63

Ibid

Sais-tu ce qui résulte en moi de tant de mouvements opposés qui s’entredétruisent ? Une sorte de stupidité qui me rend l’âme presque insensible...

Dans les passions véhémentes et compliquées les mouvements opposés s’entredétruisent. Une sorte de stupidité rend l’âme presque insensible...

13Le processus consiste à faire entendre en lieu et place d’une énonciation personnelle, une affirmation générale, de contenu indiscutable, qui est donnée comme l’expression ou la constatation d’un ordre des choses : cela est, cela existe, il y a. Ces formules qui affirment l’existence d’une sorte d’état ontologique permanent peuvent n’être que sous-entendues. Le nouvel énoncé débute alors par l’annonce d’un thème général abstrait et indéterminé qui convoque indifféremment tous les sujets et les absorbe sans passer par la médiation d’une énonciation explicite. Par cette généralité et cette immédiateté, le thème accapare les sujets, il devient le seul sujet dans lequel tous les sujets viennent se retrouver. On voit éclore partout des sujets-thèmes impersonnels (Bien des gens, le véritable amour). Les modes du prélèvement, de la transposition et de la disposition en recueil constituent, en l’absence de sujets parlants, des objets de discours généraux et reconnus dont la table des rubriques est un des catalogues possibles. Extraits du roman, ces objets de discours sont annoncés, parfois même développés et illustrés. Ils sont assignés sous l’espèce de la définition. Il s’agit de recomposer une énonciation abstraite de ces objets, de reconnaître leur évidence. Ce qui, dans le roman, est placé dans la suite narrative devient un cas général, défini, répertorié et commenté, un type de situation abstraitement caractérisé. Le “cas”, dans son expression, ressortit à l’hypothèse d’une organisation sérielle qui ferait l’armature invariante des comportements et informe le discours éthique. Par le travail du “choix” et les manipulations de l’extrait on passe de la figuration d’un cas propre ou original à une casualité abstraite et générale qui s’appuie sur l’expression d’une définition ou d’un principe, efface la fiction et récuse l’énonciation personnelle. Certaines circonstances du roman, organisées comme des déclarations personnelles ou comme des interlocutions seront “rééditées” comme un tableau de définitions ou d’occurrences générales. Si cet ouvrage se fait aux dépens de la fiction, c’est qu’elle permet ce genre d’opération ; c’est que ceux qui parlent dans le roman sont eux-mêmes fictifs (personnages). L’interlocution, l’échange de lettres est la convention qui fonde la fiction. Le sujet qui parle est le procédé de la fiction et demeure ainsi manipulable. D’un effet de parole, les dispositifs les plus simples sauront toujours tirer des discours. Ces manipulations sont peut-être nécessaires pour que l’écriture appelle la lecture.

  • 2 Ainsi : “L’amour sensuel ne peut...”
    “Il n’est pas si facile qu’on pense de...”
    “Où chercher la sain (...)

14L’énoncé des extraits proposés par les “Esprits” retrouve l’efficacité du principe grâce à un mode d’expression parfois proverbial. Il utilise des formules initiales génératrices d’énoncés généraux. Soit qu’il les trouve dans le texte du roman2 marquant pour ainsi dire au préalable l’endroit où peut commencer le prélèvement recherché comme si le texte de la fiction était complice de son propre découpage, soit qu’il utilise lui-même, en d’autres occurrences des formules initiales appropriées (Il y a des gens qui...). La nécessité de la formule et de la reformulation retrouve la logique des séquences canoniques (sujet/verbe/complément). L’expression du rapport entre le sujet, l’événement narré et le procès de narration sont évacués au profit de l’expression d’une maxime raisonnée et développée.

15Elle amène à ressertir le texte du roman dans la simplicité d’une syntaxe générale du “cas”. Ainsi :

Un instant d’égarement m’a perdues pour jamais, je suis tombée dans l’abîme d’ignominie dont une fille ne revient point. (NH I, 30).
L’esprit s’orne ; la raison s’éclaire, l’âme se fortifie : que manque-t-il à notre bonheur ? (NH, I, 9, p. 52).

Un instant d’égarement suffit pour perdre à jamais. Lorsqu'une fille tombe dans l’abîme de l’ignominie, elle n’en revient point...
FORMEY, p. 19.
Quand l’esprit s’orne, la raison s’éclaire, l’âme se fortifie, le coeur jouit. Que pourrait-il manquer au bonheur ?
(Ibid, p. 3).

16Par l’utilisation de “quand” et de “lorsque”, le texte, tel qu’il est repris par Formey, introduit dans l’énoncé un lien logique nouveau. Où était l’évocation d’une suite d’actions proposées dans la juxtaposition de propositions semblables (l’esprit s’orne, la raison s’éclaire) on voit apparaître le lien de la cause préalable à l’effet probable (quand l’esprit s’orne, la raison s’éclaire). C’est, avec la définition, une des logiques de la maxime. Ces simples outils servent à inscrire dans la généralité du “cas” la série illimitée et permanente des occurrences, ils servent aussi à poser le cas comme le lien d’une cause et d’un effet. Considérée sous ce mode, l’expression de maximes, telle que l’élaborent les “esprits” dans l’évidence de leur énoncé tend à faire percevoir un triple phénomène :

  1. Le contenu abstrait d’une action.
  2. La scène de ses effectuations dans une sorte de temporalité fondamentale non orientée (où le présent n’est pas le point de jonction du passé avec le futur).
  3. La solidité, la clarté et la simplicité de sa constitution (cause/effet).

17Ces énoncés sont attentifs à 3 types de rapports :

  1. Celui qui lie le sujet au prédicat.
  2. Celui qui lie le fait général à ses occurrences (extension du cas).
  3. Celui qui lie la cause à l’effet (organisation du cas).

18Les “Esprits” parviennent à priver la fiction de ses personnages et de ses multiples voix pour la réduire à la seule voix d’un discours impersonnel général. Comme les périodiques, ces types d’ouvrage procurent une lecture en instituant, pour leur énonciation, une troisième personne impersonnelle. Dans les journaux la troisième personne reste narrative. Dans les “Esprits”, elle recouvrira des entités morales générales ou des cas (les êtres sensibles, l’amitié, la Vertu, une jeune fille...). Le périodique restitue la situation des personnages de façon impersonnelle. Les “Esprits” effacent les personnages pour laisser apparaître dans le texte les thèmes abstraits d’un discours. Si les auteurs d’“Esprits” peuvent modifier à loisir la parole du texte, c’est parce que la fiction permet l’opération. Puisque pour s’imposer comme telle, la fiction, dans le roman par lettres, peut faire disparaître fauteur et le déguiser en éditeur pour faire de son livre un agencement d’énonciations fictives, on pourra, au moyen d’un autre mode d’agencement (organisation d’un choix d’extraits) venir placer dans la place laissée vide un “auteur général” sans nom précis (Panckoucke/Prault ; La Porte/Duchesne...) qui continue à jouer un rôle d’éditeur. Où disparaît le nom propre de l'auteur vient se loger l’auteur abstrait de la doxa ; car si personne n’invente la doxa, elle ne saurait en revanche, à moins de n’être plus elle-même, manquer d’éditeurs. Et le roman ne serait plus épistolaire s’il n’était produit et reçu comme une collection éditée de lettres. Dès lors que les personnages qui sont, dans la fiction, les auteurs présumés du texte, sont récusés en tant que tels, le roman peut se trouver intégré sans obstacle à l’expression de la doxa. On passe ainsi d’un texte d'auteur (ou d’auteurs supposés) à un texte qui n’aurait que des éditeurs. Ce phénomène rappelle que l’édition ne concerne pas seulement le procès de production et de reproduction matérielle du texte mais qu'elle constitue aussi une configuration et une stratégie de lecture qui touche à production et à l’occultation de l’énonciation. Lire consiste ici semble-t-il à déplacer et à remplacer un mode d’énonciation. La lecture est un jeu dans l’énonciation, elle y crée du vide et de la substitution, elle rappelle qu’une énonciation n’est jamais proprement achevée, qu’elle est toujours en train de changer, qu’elle invite à la simulation et à la manipulation.

19Cette transformation de l’énonciation permet le concassage et la parcellisation du texte. Il se découpe en feuillets regroupés sous l’égide des rubriques. Le texte du roman et l’oeuvre de J. J. sont, à la fois, effeuillés et refeuilletés selon les axes de la doxa. Les rubriques sont un praticable de deux façons : elles assurent ce feuilletage et elles sont aussi, dans le livre, le module qui permet le repérage commode et la circulation de l’énoncé de la doxa. Elles contribuent à extraire de l’oeuvre des formulations et à restituer un formulaire. Elles font apparaître, dans le texte, un réservoir d’autorités et d’exemples détachables. Elles assurent sa rentabilité morale et idéologique.

20Ce qu’elles classent ainsi n’est pas nouveau. “Les pensées judicieuses, les plus justes et les plus lumineuses sont (...) usées parce que ce sont celles qui ont été répétées le plus souvent ; on les lit dans les Anciens, on le retrouve dans les auteurs modernes ; eh ! comment ne les y retrouverait-on pas” écrit précisément le Journal Encyclopédique à propos des Pensées de J. J. Rousseau (01/06/1763). Les rubriques participent de cette grande reprise des pensées essentielles et utiles, elles font apparaître les traces et les nervures à la fois générales et floues d’un autre type de paradigme. Non plus celui qui renvoie du lit de l’amour au lit de la mort ou fait passer du faux rêve de Julie au vrai songe de Saint-Preux et compose le fond informulé de la fiction. Mais celui qui met en écho et reformule incessamment les propositions d’un même discours qui se maintient et se reclasse en signifiés généraux (Vertu, Passion, Amour, Amitié, Suicide, Dévotion...) et dont les thèmes ont été l’objet de traités nombreux ou même de bibliothèques entières. Les mêmes objets, sinon les mêmes passages peuvent parfois figurer dans les deux modes de paradigme. La campagne peut être un topos poétique que la perspective de la fiction relie à la mythologie de l’âge d’or, elle peut aussi prendre sa place dans le discours, dans la mesure, où elle peut être comprise, avec la montagne, comme une méthode morale. L’objet des fantasmes et des mythes peut contenir et découvrir un objet “théorique” qui réactive le discours. La lecture romanesque assemble et sépare ces deux paradigmes. Ses stratégies s’inspirent du fonctionnement conjoint de deux grands classeurs complexes, de deux tables permanentes et de deux collections autonomes : une mémoire générale des situations, des lieux et des expériences imaginaires et un discours doxal que les “Esprits” révèlent au moyen d’une mnémotechnique de l’éthique.

Notes

1 Sont en italiques les transformations significatives.

2 Ainsi : “L’amour sensuel ne peut...”
“Il n’est pas si facile qu’on pense de...”
“Où chercher la saine raison sinon...”

© Presses universitaires de Lyon, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search