Version classiqueVersion mobile

Lire au xviiie siècle

 | 
Claude Labrosse

Chapitre II. L’archive de lecture de La Nouvelle Héloïse

Texte intégral

1Selon R. Barthes (S/Z. p. 99), la lecture d’un texte engage un processus de dénomination qui, par connotation, fait subir aux phrases une suite de transformations sémantiques. Le lecteur se trouve ainsi absorbé dans une sorte de glissement métonymique dont l’expansion est le mouvement même du sens. Ce déplacement est comme le sillon d’une énonciation qui se forme dans les détours du texte et hors du site immédiat du livre. Le relief d’une parole nouvelle se réfléchit sur la trame du texte comme l’ombre d’un lecteur qui hante le texte, l’occupe de ses rêves et de ses veilles, en fait le lieu de ses fables et de ses croyances. Dès lors que, par la lecture, le texte est habité de voix nouvelles qu’il attend et qu’il appelle, dès lors que sa trace s’ouvre et qu’il semble se stéréographier, il suscite, en se lisant, d’autres traces. Archive lui-même, il peut devenir générateur d’une archive de lecture qui s’inscrit en d’autres textes selon les réflexes des sujets ou les régularités des institutions. Lorsqu’elle s’archive, la trace de lecture est un écart, un transfert ménagé entre un texte et ses énonciations constatées. Cet ensemble d’écarts ou ces modes de passage, formés en messages écrits, peuvent circuler, permettant les stratégies du sens. L’archive de lecture est complexe puisqu’elle réalise la conjonction d’un glissement de sens, d’un relief de parole, d’une stratégie de discours et d’une activité messagère. Ainsi peut se former, autour du texte, la diaspora d’une énonciation complexe, contradictoire et conflictuelle qui s’applique à le découper et à le déformer selon des procès qu’il nous faudra tenter de reconnaître. Ce processus archivai, en même temps qu’il distribue autour d’un texte des éclats de parole, des séries de réactions ou des formes d’énoncés, les énonce et les écrit en les rapportant à ce même texte par un ensemble de relais. Cette archive multiple semble à la fois regarder le texte et tourner autour de lui selon des régimes spécifiques, l’accueillant ou l’éclairant, le colorant ou le réfractant en de subtiles anamorphoses. Cette complexe configuration de lecture peut permettre de comprendre comment et pourquoi un texte devient lisible à une époque donnée de notre histoire culturelle.

2On peut ainsi concevoir, en théorie, l’existence d’une archive diverse qui, en se détachant du texte, forme la trace de sa lecture. Autour du texte lu et avec lui se forment des textes-archives qu’il induit et où quelque chose de la lecture de ce texte se forme en écriture. En tant que phénomène observable dans la trace de l’archive et dans les réseaux du langage, la lecture nous apparaîtra comme le jeu des rapports perceptibles entre le texte lu et l’ensemble des écrits où sont décelables les indices et les traces de sa lecture. Ces textes qui peuvent sembler seconds par rapport au texte même de l’oeuvre (TNH : texte de La Nouvelle Héloïse) nous les appellerons textes-énoncés de lecture (TEL) voulant dire par là qu’en ces écrits ou types d’écrits la lecture de l’oeuvre s’énonce en une archive. C’est dans l’interaction de ces textes, dans leurs différences et leur coprésence que peut être observée comme une même configuration complexe la lecture de La Nouvelle Héloïse. Ce qui lie ces deux types d’écrits (TNH et TEL), c’est le fait que passant de l’un à l’autre, le texte de l’oeuvre peut se trouver répété, célébré, classé, répertorié, mutilé ou occulté. La lecture peut alors se décrire comme la reconstitution d’un texte, comme son morcellement ou sa traduction. Elle se fait dans le double renvoi qui va de TNH à TEL et de TEL à TNH. C’est dans ce battement par lequel un texte en traduit un autre et aussi le parasite, le déporte, le met en scène et en perspective ou encore incise sa parole pour y placer des greffons choisis ou pour la travestir (la revêtir d’autres paroles que les siennes) que s’opère la lecture selon des processus qu’il nous faudra décrire en détails : le récit, la citation (le découpage), la reformulation, la réduction à un ensemble de maximes, l’appropriation imaginaire ou fantasmatique.

3Avant d’interroger cette archive dans son détail donnons-nous une vue d’ensemble des TEL qui se forment autour de ce roman. Commençons par donner une liste simple des constituants de cette archive en les plaçant sous des rubriques qui indiquent soit un genre, soit un type de support, soit une fonction et que nous pourrons utiliser ultérieurement pour développer nos analyses de détail.

  1. Les correspondances privées (CP).

  2. Les ouvrages de morceaux choisis du type “Esprit” (ES).

  3. Les annonces, articles et extraits de périodiques (PR).

  4. Les textes polémiques et les réactions qu’ils suscitent (PO).

  5. Les préfaces (essentiellement la préface dialoguée) (PD).

  6. Les textes divers (mémoires, autobiographies, textes critiques, imitations, parodies...) (TD).

  7. Les indications de censure (CS).

  8. Les estampes (ET).

4Essayons de caractériser brièvement quelques-unes de ces archives.

5La correspondance nous procure des informations sur le comportement de lecture des sujets. Il revêt des aspects différents suivant qu’il apparaît dans les modalités parfois intimes de l’interlocution (cf. les lettres de Françoise Charlotte Constant de Rebecque) ou dans de longues épîtres dissertatives qui développent une réfutation et un discours sur le roman et la fiction (Pierre de la Roche). Il s’agit d’une archive très riche qui nous mène du biographique à l’autobiographique et de l’analyse du roman (Cahagne) à sa simulation (La Chapelle, Marie-Anne Alissan de la Tour de Franqueville), qui emprunte parfois les tours de l’éloquence et le rythme de la parole et se propose comme une succession discontinue et variable de relations, d’opinions, de confidences où la lecture de la Julie s’inscrit comme événement, comme récit ou comme aveu. Bien qu’assez souvent la lettre du correspondant puisse ressortir à une intention centrale : le développement d’un jugement ou d’une appréciation (Cahagne, d’Alembert), la critique des détracteurs du roman (J. Von Bondeli) ou même la tentative d’appropriation personnelle de la fable romanesque, la référence au texte du roman s’y trouve constamment fragmentée en bribes d’allusion fugitives, mêlées parfois à d’autres préoccupations et à d’autres thèmes. Le texte de correspondance reprend rarement celui du roman, il ne le cite presque jamais. Dans leur hétérogénéité, les lettres constituent une archive à la fois toujours ouverte et toujours incomplète.

6Les “Esprits” et ouvrages semblables se composent uniquement d’un choix d’extraits. Ils réalisent la mise en pièce du texte pour en tirer, par montage, un livre différent du livre initial. Le choix et la disposition des extraits correspondent à une intention morale ou à une visée idéologique visible dans l’énoncé des rubriques sous lesquelles se regroupent les extraits et parfois explicitée dans un avertissement.

7De l’annonce, à l’article et à l’extrait, le texte du périodique organise souvent sa cohérence autour de critères rhétoriques, poétiques ou moraux. Certains articles (MF, avril 1761, 2e partie) qui ne contiennent qu’un choix d’extrait ressemblent à de petits morceaux choisis bien qu’ils répondent à une intention et à une logique différente de celle des “Esprits”. Le périodique est un support qui permet (citations) de petites rééditions partielles du texte, mais qui peut aussi accepter les réactions originales et polémiques (JEN). Disposé en séries, organisé en fréquences, le périodique compose une entité archivale reconstituable aux limites relativement définies.

8Plus qu’un texte de réfutation logiquement et rhétoriquement organisé, le texte polémique (Aloïsa, Contre-prédiction), en mettant en cause le roman de J.J., s’en prend aussi à sa personne, poussant le jeu du pour et du contre et l’opposition du bon et du mauvais jusqu’au paroxysme de la diffamation et de l’insulte. Il suscite échos et répliques, créant le petit tourbillon d’une bataille d’opinion où le texte du roman se trouve emporté, déchiré, déformé. Ce texte incisif emprunte des supports divers (pamphlets, périodiques, annexes et appendices dans les rééditions du roman). Il tend à multiplier ses apparitions, il réduit le texte de l’oeuvre et vise à transformer sa lecture en scandale et en combat.

9Les imitations et les parodies (Osaureus, Lettres d’un citoyen de Genève) tout en travestissant et pervertissant le texte de la Julie cherchent à exploiter, pour leur compte, les comportements et stéréotypes de lecture qu’il a créés. Les imitations ne sont pas des rééditions du texte imité. Elles le tournent en dérision ou bien le miment en le réduisant à de grossiers procédés mais elles essaient d’usurper la place de ces rééditions. Ce sont au fond des productions de nature plus éditoriales que proprement littéraires qui se placent dans le sillage d’un autre texte et parviennent parfois à bénéficier provisoirement de l’événement qu’il a produit et des réactions et des modes de lecture qu’il stimule ou qu’il institue.

10Les estampes sont, elles aussi, bien que de manière différente et plus matérielle, liées à l’appareil éditorial du livre. Leur sélection peut s’apparenter à certains modes de reprise et de réduction de la fable du roman. Stéréotypables, reproductibles et rééditables, elles doivent s’agencer à la fois au texte et au livre, réactivant les plus anciens modes de la lecture et constituant de ce fait une archive originale et fondamentale.

11Si l’on se réfère à la Correspondance complète de Rousseau, éditée par R. A. Leigh, les lettres où il est question de la Julie se disposent chronologiquement selon les pourcentages suivants :

1756 : 5 lettres (De Leyre, Mme d’Epinay)
1757 : 11,19 % de la correspondance de l’année
1758 : 7,69 % de la correspondance de l’année
1759 : 3,71 % de la correspondance de l’année
1760 : 12,00 % de la correspondance de l’année
1761 : 44,44 % de la correspondance de l’année
1762 : 2,50 % de la correspondance de l’année
1763 : 2,83 % de la correspondance de l’année
1764 : 3,27 % de la correspondance de l’année

12La lecture de la Julie se trace dans la correspondance de plusieurs façons :

131) Dans la période qui précède l’achèvement du manuscrit (1756-1758) et l’établissement des premières copies, elle indique l’existence de ce qu’on pourrait appeler une prélecture du roman. Le texte n’est pas achevé, l’on n’est pas sûr que les correspondants de J. J. Rousseau aient eu accès à ses feuillets et cependant la fiction, sous forme d’allusions relativement claires, circule entre Jean-Jacques et quelques-uns de ses familiers (Alexandre De Leyre notamment). On ne peut pas dire qu’on en lit le texte, mais l’on peut penser que, dans le proche entourage de Rousseau, la lecture de l’ouvrage se forme en une attente où la fiction peut nourrir la correspondance.

142) C’est sur 1761, année de la publication du roman, que se concentrent, très spectaculairement, les réactions des correspondants. La coupe suivante analyse cette concentration en regroupant mensuellement le nombre de lettres consacrées à la Julie.

15On voit que c’est en février et en mars, juste après l’arrivée des premières éditions de l’ouvrage, que les correspondants se manifestent le plus ; et c’est précisément entre le 15 février et le 15 mars que la densité des lettres atteint son sommet (4 lettres datées du 15/02, 6 du 16, 4 du 18, 4 du 19, 5 du 21 et encore 7 du 10/03 et 4 du 15/03). C’est durant cette période aussi qu’arrivent les plis des lecteurs anony mes. Remarquons que depuis novembre 1760, la correspondance de Rousseau a tendance à se concentrer sur La Nouvelle Héloïse. Cela tient, à notre avis, à deux causes d’ordre différent. Il y a d’abord le fait que la plupart des correspondants habituels de Jean-Jacques connaissaient l’existence du roman, en attendaient la publication avec empressement et que les accidents et les délais qui, au dernier moment, en retardent l’édition (initialement prévue pour novembre 1760) les poussent à souligner cette impatience. Mais cela tient aussi à ce mode particulier de communication qu’est la correspondance. Comme la conversation elle est un moyen de propager les nouvelles officieuses et de faire connaître les événements intimes. Rien mieux que la lettre, sinon même la conversation n’est propre à parler d’un texte qui n’a pas encore connu la consécration officielle de l’édition. C’est dans la correspondance que ceux qui ont eu accès au manuscrit ou qui disposent de copies (Duclos, Malesherbes, Sophie d’Houdetot) peuvent en deviser. La correspondance crée une archive de lecture qui anticipe l’édition du livre. Elle recueille la parole et les discours constitués à partir des états non encore édités du texte.

163) Si, bien avant la fin de l’année 1761 et plus encore dans les années qui suivent, la trace de la lecture de la Julie s’estompe dans la correspondance, cela tient, pour une part, à la fongibilité générale qui caractérise le texte romanesque (cf. le comportement des périodiques) et à ce fait complémentaire que les échanges épistolaires constituent, dans l’ancienne société, une forme de traduction de l’actualité. Mais cela tient aussi à ce que, dès la fin de 1761 précisément, et surtout dès le printemps de 1762, une nouvelle et double actualité va envahir la correspondance : Emile et le Contrat Social. Dès lors et très souvent, dans les lettres des lecteurs, la trace de la lecture de la Julie perd son autonomie ; elle se trouve mêlée aux réactions et aux polémiques que suscitent les nouveaux ouvrages de Rousseau. On comprend dès lors que la chronologie de l’archive de lecture de La Nouvelle Héloïse puisse s’inscrire dans de plus vastes diacronies, qu’avant le massif de réactions suscité par la Julie, il y a celui que provoquent les discours, puis la lettre à d’Alembert et que, plus encore après, les plumes des correspondants se délient et s’enflamment à propos d’Emile et des ouvrages qui suivent. Dès lors il s’agirait moins, comme nous tenons à le faire ici, d’analyser les lectures spécifiques d’une oeuvre isolée mais de considérer la manière dont les lectures successives des oeuvres d’un auteur parviennent à créer un régime de compréhension et des réflexes de perception liés à l’ensemble de sa production.

17Dans l’immense volume des lettres, l’archive de lecture de la Julie ne se propose à l’état relativement pur que dans les quelques dix-huit mois de correspondance qui vont de novembre 1760 à avril 1762. Mais ce petit ensemble auquel on pourrait rattacher les petites plages des 4 années précédentes nous paraît, en dépit de sa brièveté, et dès lors qu’on l’observe depuis d’autres niveaux de la diachronie, constituer une sorte de moment majeur et privilégié. Il nous semble se situer au centre de plusieurs cercles comme le point intermédiaire où se compose et se transforme la vaste expérience culturelle qui unit Jean-Jacques et ses lecteurs. En effet, entre l’époque où Jean-Jacques n’a pas encore écrit (et dont il parle dans ses Confessions comme d’une époque heureuse) et celle tardive et finale où il affirme ne vouloir écrire que pour lui (Les Rêveries) s’érige le massif essentiel de ses oeuvres, des discours aux Confessions et aux Dialogues. Au coeur de ce massif, entre l’époque des discours, des énoncés argumentés, des constructions et des polémiques éloquentes et l’inauguration d’un mode de confidence jusque-là inconnu, se situe, avec La Nouvelle Héloïse et Emile le moment de la fiction, passager mais fondamental par l’importance et la densité des deux ouvrages qu’il produit. Les 18 mois de correspondance dont nous parlons sont eux-mêmes placés dans l’intervalle qui sépare et joint ces deux oeuvres de fiction jumelles et différentes. Entre la lecture des discours qui ne cessent d’enflammer les esprits et l’écoute d’une parole dont l’expérience de solitude constitue peu à peu la différence et le relief, le moment de la lecture des fictions apparaît comme un instant privilégié de la chronologie dans la mesure où il signale un élément fondamental et un moment nécessaire dans la structure évolutive d’une expérience.

18Par delà les combats philosophiques et les engagements éthiques, et en préparant la venue d’une nouvelle écriture, le moment de la Julie place les lecteurs dans le champ des émotions de moeurs où les secrètes expériences du corps sont confrontées à de fondamentales lois morales. Mêlant la passion sexuelle à une méditation permanente sur les ordres constitutifs de la vie humaine et sociale : amour, amitié, famille, religion, assise morale des sociétés, la fable et le discours de la Julie, en passionnant l’éthique tendent à enraciner la trace de lecture dans le cours de l’existence des lecteurs. Leur besoin de correspondre fait en somme partie de leur lecture. On ne lira donc pas tout à fait l'Héloïse comme on a lu les discours ou comme on lira les Confessions. Aussi la lecture nourrit-elle et développe-t-elle l’activité épistolaire. Si l’on se réfère à la grande édition de R. A. Leigh, on remarque en effet que l’ensemble annuel des lettres, limité à 300 pour 1760, passe à plus de 400 en 1761 pour s’élever à près de 800 en 1762 (niveau encore conservé en 1764 : 733 lettres). Lorsqu’on sait que près de la moitié des lettres de 1761 ont trait à la Julie et qu’une grande partie de celles de 1762 auront rapport à Emile, on peut avoir une idée du lien qui, à cette époque, continue à unir l’acte de lire et l’acte de correspondre, même si fondamentalement (et c’est ce qui apparaîtra dans la suite de l’étude) cette solidarité n’a plus tout à fait la même teneur que dans les correspondances savantes. Mais ce serait une autre entreprise que de prendre le temps de considérer, dans la lecture des oeuvres de Jean-Jacques et à travers le temps, la succession de ces processus et leurs mutuelles interactions.

19Envisagé depuis d’autres promontoires de la diachronie, la chronologie semble donc signaler ici un ensemble de faits qui touchent à la façon dont l’expérience littéraire (écriture et lecture) concerte et feuillette l’ensemble des grands modes d’énoncés et les lie à la fois aux pratiques, au désir et au destin des hommes comme aux spécificités historiques d’une civilisation.

20Dans les périodiques, les articles de comptes rendus et d’extraits se développent dès février 1761, mais surtout en mars et en avril (MF et AL). Remarquons aussi que dès le mois de mai, ce type d’énoncé tend à disparaître des périodiques au profit de l’annonce, du compte rendu ou parfois de la publication de pamphlets ou d’ouvrages satiriques ou parodiques sur La Nouvelle Héloïse (Prédiction de Ch. Bordes et Contre-prédiction de C. J. Panckoucke (JEN), articles sur Osaureus (AC, MF, OL), l’élève de La Nouvelle Héloïse (MF). Après avoir produit sur le texte de la Julie, son énoncé classique (annonce, article, extrait), le périodique devient le lieu où se multiplient la trace et la présence d’autres TEL.

21Pour les textes fort divers qui n’appartiennent pas aux deux catégories qui précèdent leur disposition chronologique semble pouvoir s’établir ainsi : les premiers textes (anonymes qui paraissent sur La Nouvelle Héloïse (février-mars 1761) sont des pamphlets polémiques et satiriques (l'Aloïsia de Voltaire-Ximénès et la Prédiction de Ch. Bordes) bientôt suivis de l'Osaureus de Cailleau. Puis viendront de courts ouvrages de discussion ou de réfutation comme les lettres de M. L à M. D. sur La Nouvelle Héloïse en même temps que le roman de Jean-Jacques s’inscrira comme un exemple supplémentaire ou un cas particulier pour nourrir la vieille querelle sur le rôle et l’utilité du roman (Irailh, Lettre sur les romans ; à Mme la Marquise d’Ayvelles, etc.). Plus tard, vers les années 1762-1764, et tandis que la Julie suscitera encore des parodies et des imitations (Le Nouvel Abailard de Thorel de Campigneulles) et commencera à être intégrée dans la grande discussion sur la pensée et l’oeuvre de J. J. Rousseau, l’on verra paraître de ces petits ouvrages de morceaux choisis, commodes et semble-t-il appréciés qui rééditent les bonnes pages de la Julie (cf. L’Esprit de la Nouvelle Héloïse de S. Formey) ou même en intègrent les plus édifiants passages au florilège de ses réflexions et de ses maximes (Les Pensées de J. J. Rousseau de Prault et Panckoucke ; Esprit, maximes et principes de J. J. Rousseau de l’Abbé de la Porte). Une fois donnée la grande édition Duchesne de 1764 qui reproduit elle-même quelques éléments du dossier de lecture et notamment suivant les éditions, la Prédiction de Bordes ou la Contre-prédiction de Panckoucke, La Nouvelle Héloïse continuera d’être, avec l’oeuvre et la personne de J. J., largement discutée, critiquée, défendue et célébrée (la Dixmerie, A. Young, Palissot, Sabatier de Castres, Brissot, Sade, Mme de Staël...). Elle pourra être utilisée comme cible ou comme référent dans une réfutation des idées de J. J. (Helvétius) et l’on essaiera d’en produire l’évaluation générale et de lui donner sa place dans l’ensemble de notre production littéraire.

22La mise en ordre chronologique de cette archive de lecture fait apparaître plusieurs phases et plusieurs phénomènes.

23Il existe d’abord une étape de prélecture et de lecture non-livresque ou de lecture par la voix qui, dans des groupes restreints, correspond à la fois à une structure d’attente et à une habitude sociale et culturelle qui se prolonge bien après la publication du livre. C’est le moment où la fiction est encore à l’état de projet et où le texte n’est encore qu’à l’état de manuscrit, de feuilles et de copies. La conjonction de la voix et du support non-livresque retrouve les modes archaïques de la lecture en même temps que, dans l’échange des lettres, les allusions à la fiction, trament les modes de l’interlocution et de la communication (A. Deleyre/J. J. Rousseau).

24Après la parution du livre, le texte se constitue en événement soudain et pluriel. L’acte d’édition, en officialisant le texte, et en concrétisant son apparence, l’introduit à de nouveaux modes de socialisation et de communication, stimule sa lecture et en diversifie les modes. La lecture se déclare en un vaste supplément de traces nouvelles, gonflant la correspondance, suscitant l’émulation des périodiques et les premières polémiques. L’intensité du phénomène se concentre sur trois mois, en un double apax qui solidarise chronologiquement deux modes d’archives différents.

25C’est sur ce massif de TEL : archive nombreuse et concentrée, riche d’opérations de lecture complexes que portera surtout notre analyse.

26Cette fièvre passée, la lecture du roman de Jean-Jacques commence à s’organiser comme un débat ou à s’intégrer aux controverses en cours. Apparaissent donc des TEL critiques, valorisateurs ou réfutateurs qui veulent prouver, argumenter et convaincre et circonscrivent le texte du roman dans une thématique générale : contenu moral du livre, valeur de la fiction, légitimité et utilité du roman, etc. Ces nouveaux textes de lecture s’opposent ou se reprennent créant et multipliant une sorte de TEL au 2e degré, comme si, en ces types de textes, la lecture tout en mettant le texte à l’épreuve, revenait sur elle-même pour s’essayer et se chercher des formes propres ou canoniques.

27Cette étape contribue à instaurer un phénomène plus général (déjà sensible, il est vrai, dans certains énoncés de périodiques et de correspondance) que l’on pourrait appeler l’institutionnalisation de la lecture. Le texte tend alors à devenir une sorte de monument et de référent culturel exemplaire, connu, répertorié que l’on réédite et que l’on résume en précis ou “Esprits”, qui sert d’appui, de témoignage, de preuve ou de matériau dans diverses opérations de signification. Indiquons cependant que ce processus d’institutionnalisation où paraît l’efficacité des discours et la façon dont ils transforment, dans leurs réseaux, les sujets en fonctions, est toujours doublé de son antidote (cf. correspondances et mémoires) : une lecture privée et individuelle, enthousiaste, lyrique ou vitupérante. La coprésence continue de cette double archive place la lecture de la Julie à la lisière où s’opposent et se joignent les écritures instituées et l’émergence ou la résurgence des paroles propres, au carrefour où s’échangent un modèle archaïque et de nouveaux réflexes de lecture et où voisinent des lectures signées et des lectures anonymes. Plus peut-être que tout autre texte à cette époque, La Nouvelle Héloïse, lorsqu’elle se lit, se trouve concurremment et conjointement prise dans les doubles phénomènes de la voix et de l’imprimé, de la parole et du discours, parvenant à la fois à faire écouter l’écriture et à vocaliser les discours. Cette position ambiguë et mitoyenne fait que le public peut prendre la parole et que quelque chose du texte lu cherchera à se promulguer en propos écrits où se trouveront mêlées l’authenticité de la parole propre et la légitimité des opinions déclarées.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1289/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1289/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 118k

© Presses universitaires de Lyon, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search