Version classiqueVersion mobile

Voisins, voisines, voisinages

 | 
Marc Vacher

Documents

Texte intégral

Une mauvaise voisine

1Est comparu Antoine Coindre ouvrier en soie demeurant rue de la Vieille Monnaye père et légitime administrateur de la personne et des biens de François Coindre

2dépose qu’il occupe un appartement au troisième étage de la maison Gret rue de la Vieille Monnaye où est pareillement logée la dame veuve Carré, dévideuse de soie. Cette dernière est une femme au caractère acariâtre qui se plaît journellement à troubler le repos de ses voisins en leur criant toutes sortes d’injures. Sans doute des personnes moins pacifiques que le plaignant ont cherché à se venger en mettant à la porte de ladite dame veuve Carré de l’ordure ou en jetant des matières fécales. Celle ci ayant promis de se venger se mit en embuscade à sa porte en disant que le premier qui passerait elle l’assommerait. Le malheur a voulu que ce soit le fils du remontrant âgé d’environ huit ans, lequel descendait de son domicile. La dite dame Carré lui est alors tombé dessus, lui a porté un violent coup de bâton sur la tête de laquelle du sang sortit en abondance. Des voisins charitables ramenèrent l’enfant dans le domicile du suppliant où il est demeuré jusqu’à présent et où des chirurgiens l’ont visité. Les blessures qu’ils ont pu constater notamment sur la tête et à l’épaule sont très graves au point qu’ils désespèrent de ramener l’enfant à la vie.

3Archives départementales du Rhône, BP 3523, 18 juin 1788

Une source de conflit : l’usage des espaces communs de l’immeuble

4Est comparu Paul Pélis, négociant, domicilié rue Neuve, paroisse Saint Nizier qui nous a déclaré en se plaignant qu’il occupe un appartement au deuxième étage de la maison de Madame de Poizieux size rue Neuve dans laquelle il existe un grenier commun à tous les locataires à l’effet d’y faire leurs lessives. Le suppliant voulant user dudit grenier pour y étendre du linge chercha à s’en procurer les clés. On lui dit qu’elles étaient entre les mains des trois filles Colombon qui occupent deux chambres au quatrième étage de la même maison.

5Il se transporta dans le domicile de ces filles mais il les trouva dans le grenier commun qu’elles occupaient et où elles avaient un atelier de broderie ; il leur expliqua qu’il avait besoin du grenier pour y étendre sa lessive mais ces filles ne se contentèrent pas de lui refuser les clefs dudit grenier, elles vomirent contre lui une multitude d’injures, lui tombèrent dessus et l’accablèrent de coups de pied et de poing, lui sautèrent aux cheveux et c’est avec la plus grande peine que le suppliant est parvenu à se débarrasser des mains de ces quatre filles.

6Le suppliant aurait gardé le silence sur ce qu’il vient de rappeler, il se serait peut-être contenté de s’adresser au propriétaire mais au moment où le suppliant se retirait dans son domicile un nommé Jacques Figniel fils qui n’a d’autre domicile que celui des filles Colombon est venu vers le suppliant armé d’un bâton et lui a donné plusieurs coups dont quelques uns ont atteint son bras droit.

7Archives départementales du Rhône, BP 3537, 22 septembre 1790

8Est comparu Benoit Clavel marchand de bois sur le Rhône et sa femme, demeurant rue Mauricaud, paroisse Saint Nizier qui nous a dit en se plaignant qu’ils tiennent location d’un appartement dépendant de la maison du sieur Favet, rue Mauricaud, devant jouir avec tous les autres locataires d’une cour qui en dépend. Sur les observations qu’ils ont faites aujourd’hui au sieur Ricottieret à sa femme aussi locataire de ladite maison qu’ils n’avaient pas le droit de faire construire dans cette cour une écurie qui non seulement causait des incommodités mais encore exposait ses enfants à recevoir des coups de pied de chevaux, le sieur Ricottier et sa femme ne se sont pas seulement contenter de les injurier en leur disant F. maquereau et putain mais encore ils ont maltraité sa femme et l’ont battue au point qu’elle a le visage tout couvert de sang. Aussitôt portée dans son lit la suppliante appréhende pour ses jours surtout à cause de l’état de grossesse où elle se trouve.

9Archives départementales du Rhône, BP 3481, 27 juillet 1782

Injures et calomnies

10Est comparu Marie Auger, veuve de Claude Royer, demeurant rue de Treize cantons qui nous a déclaré qu’elle habite depuis 38 ans dans le quartier du Change ; qu’elle n’a jamais eu de difficultés avec qui que ce soit sinon depuis cinq ans avec une nommée Poupard venue demeurer vis à vis son domicile, laquelle ne cesse chaque jour de l’injurier en la traitant de Receleuse, de Voleuse et de Coquine et même de lui verser à la tombée de la nuit ou pendant la nuit contre sa porte des vases remplies de matières fécales ; avec lesquelles matières elle placarde la fermeture de son domicile.

11Mardi matin vers six heures la plaignante ouvrait sa boutique quand elle entendit ladite Poupard crier Voilà la chienne, Tu ne t’es pas levée plus tôt pour mener des pucelles aux comtes de Saint-Jean, Receleuse, qu’elle la fera pendre. Loin de réagir à ces outrages, la suppliante garda le silence, continuant à étaler ses marchandises au devant de sa porte. Alors la fille Poupard s’approcha d’elle en tenant une broche à feu de toute grandeur et lui lança un coup sur la tête que la suppliante détourna mais dont elle fut atteinte au bras gauche qui enfla aussitôt. Heureusement des voisins accoururent alertés par les cris de la plaignante et empêchèrent la fille Poupard de continuer ; laquelle cependant se répandit en injures et menaça la plaignante en lui disant qu’une autre fois autant de personnes n’accourraient pas pour la soutenir.

12Archives départementales du Rhône, BP 3510, 10 octobre 1786

13Est comparue Elisabeth Lacombe épouse en seconde noce d’Antoine Durand, maître et marchand chapelier demeurant Grande rue de l’Hôpital qui nous a dit et remontré qu’elle éprouve les scènes les plus scandaleuses et les plus infamantes de la part du nommé Chevalet et de sa femme domiciliés vis à vis la plaignante lesquels se répandent en public en propos les plus déshonorants. Ils n’ont pas cessé notamment le sieur Chevalet de la poursuivre dans les rues et de lui crier à haute voix qu’elle était une garce une putain qu’elle était la maquerelle et la putain de tous les juges qui la connaissaient pour la femme la plus infâme et pour être capable de tout. Hier passant sur le Pont de Pierre la comparante rencontra la femme dudit Chevalet aux environs de cinq heures du soir. Aussitôt cette dernière se répandit en invectives contre elle, lui disant notamment que les vêtements qu’elle avait sur le corps lui appartenait, que son garçon les avaient voler pour le payement de sa prostitution.

14La plaignante craignant les procès se serait contentée de porter ses plaintes verbalement soit par devant nous soit par devant Monsieur le Commandant si les susnommés fussent bornés à ces excès mais ils récidivent chaque jour et lui causent le plus grand désordre dans son ménage, son mari ayant oui parler de toutes les scènes que lui font ledit Chevalet et sa femme.

15Archives départementales du Rhône, BP 3482, 18 septembre 1782

16Est comparu Antoinette Desange, veuve de Jacques Sanquin, maîtresse passementière demeurant rue Mercière allée de Largue qui a sa sortie dans la grande rue de l’Hôpital et dans la grande rue Mercière, paroisse Saint-Nizier qui nous a dit et remontré en se plaignant qu’hier elle était dans son domicile vers dix heures du soir quand elle entendit plusieurs personnes assemblées dans une cour située au devant de la fenêtre de son appartement criant des sottises et disant qu’elle était une putain, qu’elle tenait un bordel et qu’elle menait la plus mauvaise vie.

17La suppliante se mit à la fenêtre pour voir si elle pouvait reconnaître les personnes qui lui prodiguaient ces injures. Elle perçut Gléton père, Escoffier menuisier et sa femme, Sauzeon compagnon balancier avec plusieurs autres personnes tous domiciliés dans l’immeuble qu’elle habite. Elle les invita à se retirer et de ne pas récidiver en leur assurant qu’elle s’en plaindrait et trouverait bien un moyen de les faire taire.

18La plaignante ne fut pas étonnée d’une scène aussi scandaleuse car Gléton père cherche à se venger de ce qu’elle remontrante n’a pas épousé son fils qu’il voulait lui donner en mariage. Il a cherché tous les moyens de nuire à la plaignante et engagé Sauzeon à tenir dans les cabarets les discours les plus atroces contre sa réputation. Malgré se invitations elle ne put engager cette troupe effrénée à se retirer. Ils ont formé un complot abominable contre elle, lui jetant des pierres dont l’une est retombée contre le sieur Sauzeon et le blessa. Ils ont envoyé cherché la garde qui a arraché la suppliante de son domicile et la conduite au corps de garde.

19En supposant même que la suppliante ait jeté des pierres dans la cour qu’on lui avait lancées, elle n’a fait qu’user d’une défense naturelle contre ceux qui venaient l’injurier dans son domicile.

20Qu’il vous plaise Monsieur lui donner acte des sa plainte qu’elle rend par devant vous des injures énoncés ci-dessus, d’en faire informer circonstances et dépendance à l’effet de quoi commission sera délivrée par votre greffier pour faire assigner des témoins et statuer sur ce qu’il appartiendra de faire.

21Archives départementales du Rhône, BP 3454, 22 février 1779

La violence faite aux femmes

22Est comparue Antoinette Lançain épouse Viro, marchande de meubles demeurant rue palais grillet paroisse Saint Nizier laquelle nous a dit et remontré qu’hier vers huit heures de relevée la suppliante était dans sa boutique à parler à l’enfant de l’un de ses voisins qui était sur le seuil de sa porte lorsque le sieur Vincent, corroyeur domicilié même rue passa devant ladite boutique, s’y arrêta pour plaisanter la suppliante sur ce qu’elle badinait avec cet enfant, lui demandant si elle l’aimait bien, si elle s’en était bien servie. Ces plaisanteries déplurent à la plaignante qui l’invita à passer son chemin. Aussitôt ledit Vincent se mit à injurier la suppliante, la traita de bougresse de salope de G… de P… ce qui fit qu’elle le prit par le bras pour le faire passer de devant sa boutique. Il suivit ensuite la plaignante chez elle, la maltraita à coups de poing, lui donna un soufflet, la prit par les cheveux et l’aurait traînée sur les carreaux si des voisins ne fussent aussitôt accourus pour l’arracher des bras de cet homme furieux.

23Archives départementales du Rhône, BP 3475, 19 octobre 1781

Le voisinage solidaire

24Ce jourd’hui vers onze heures Étienne Thomas mesureur de blé rue Ferrandière est venu à notre hôtel prévenir que son voisin Claude Mondésert marchand de vin et cabaretier demeurant même rue Ferrandière, maison appartenant au chapitre Saint-Nizier, manquait à sa femme depuis environ huit à neuf heures de matin de ce jour. Comme ledit Mondésert était attaqué depuis quelques jours d’une maladie qui lui donnait un violent frisson, le déposant, sa femme ainsi que différents particuliers voisins en ont fait la recherche à la suite de laquelle ils ont eu le malheur de découvrir que Claude Mondésert sans doute dans un accès violent de fièvre chaude s’était précipité dans le puits situé dans la cour de ladite maison. Nous nous sommes rendus au domicile dudit Mondésert rue Ferrandière au rez de chaussée dans un cabaret prenant son entrée sur ladite rue et nous y avons trouvé quantité de personnes assemblées soit en iceluy soit au devant dudit cabaret, notamment Elisabeth Rivat femme dudit Mondésert laquelle nous a répété en pleurant amèrement les propos du sieur Thomas. Lagrange maître maçon et son fils sont descendus dans le puits et ont extrait ledit cadavre dudit Montdésert ainsi qu’il a été reconnu par quantité de particuliers notamment par ledit Tomas et les nommés Antoine Gaillard, sergent du quartier, Bruyère passementier et Antoine Vigier, tous voisins du défunt lesquels nous auraient assuré qu’ils ne connaissaient aucune mauvaise affaire au dit Mondésert lequel vivait de grande intimité avec Elisabeth Rivat sa femme et qu’il était bien douloureux pour elle que la maladie subite et violente de son mari lui ait occasionné un spectacle aussi affreux.

25Archives départementales du Rhône, BP 3477, 23 janvier 1782

26Colombe Maigre, épouse de Claude Charvet, tondeuse d’étoffes de soie, demeurant rue de la Vieille, âgée de trente quatre ans dépose qu’à la fin du mois de mars dernier et le dimanche de la semaine sainte, environ sur une heure de relevée, elle vit deux particuliers, inconnus d’elle déposantes, lesquels entrèrent dans la maison qu’elle habite et en sortir un quart d’heure après portant l’un un gros paquet sur sa tête, l’autre un petit paquet sous sa veste, que la déposante conçut sur le champ des soupçons et s’étant rendue à son domicile, elle s’aperçut que les malfaiteurs avaient fracturé la porte d’une armoire, que sur le champ étant descendue dans la rue, elle cria qu’on venait de la voler ce qui fit que son mari ainsi que plusieurs autres voisins se mirent aussitôt à la poursuite des voleurs qui furent arrêter dans l’appartement d’un ouvrier en soie dont elle ignore le nom. Après avoir été déshabillés et fouillés en présence de nombreuses personnes, lesdits malfaiteurs furent transférés au corps de garde du Change.

27Archives départementales du Rhône, BP 3485, 2 avril 1783

© Presses universitaires de Lyon, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search