Version classiqueVersion mobile

Voisins, voisines, voisinages

 | 
Marc Vacher

3e partie. Des voisins en conflit

Conclusion générale

Texte intégral

1Parvenu au terme de l’enquête, il convient de se reporter à la problématique et aux questions posées en introduction. Le projet central de cette étude était d’appréhender les modes de relation entre voisins avec, comme corollaire, l’ambition de comprendre la façon dont les Lyonnais vivaient, à la fin du xviiie siècle, l’opposition privé/public. Pour cela, il a fallu interroger les habitants de la cité sur leurs manières d’habiter, de vivre ensemble et de s’entraider afin de pouvoir identifier les formes, les cadres, les lieux, les moments et les modes de la sociabilité quotidienne. Ce faisant, on s’est appliqué à scruter les conduites individuelles et collectives, attentif aux pratiques qui témoignent d’une mutation des sensibilités et d’un progrès de l’intimité individuelle.

2Y est-on parvenu ? Ainsi posée, la question revient à s’interroger sur les résultats obtenus au cours de cette enquête. Si la sous-représentation des élites dans les archives judiciaires de la sénéchaussée criminelle ne permet pas toujours d’apprécier les normes de la vie sociale des couches supérieures – dont on sait par ailleurs qu’elles sont au cœur de ce lent processus de modification des attitudes qui se diffuse peu à peu en direction des strates inférieures – il reste loisible toutefois de dégager quelques-unes des spécificités socioculturelles de la société lyonnaise à la veille de la Révolution.

3En premier lieu, l’analyse des documents permet de conclure à l’existence d’attitudes et de comportements semblables aux humbles et aux puissants. Loin d’échafauder deux modèles culturels opposés, dominants et dominés adoptent de nombreuses pratiques communes qui témoignent d’une sensibilité encore proche.

  • 1 Roche Daniel, La France des Lumières, Paris, Fayard, 1993, p. 310.
  • 2 Garnot, Crime et justice aux xviie et xviiie siècles, op. cit., p. 105.

4L’usage de la force en est une, inhérente à une « culture de la violence » acquise dès l’enfance. Expression privilégiée de la jeunesse qui y voit l’occasion de prouver son courage et sa virilité, la violence règle à sa façon les nombreux conflits qui opposent les voisins1. Elle traduit également des conditions d’existence – matérielles, professionnelles, affectives – difficiles. Depuis l’injure jusqu’au meurtre en passant par les coups, les morsures et les griffures, l’agressivité procède par paliers. Ses retombées physiques, cependant, restent limitées car elle vise à rétablir par un « acte symbolique » un « équilibre rompu »2. Aussi la violence s’épanouit-elle surtout là où se côtoient et se rencontrent les voisins. Si, comme le montrent les documents d’archives, elle reste une pratique largement partagée par les habitants(es) de la cité, c’est parce qu’elle correspond à une véritable conception des rapports sociaux entre individus, classes d’âges ou groupes professionnels. En aucun cas, cependant, elle n’exclut d’autres types de comportements, plus fraternels et conciliants. L’historien, en effet, ne doit pas se laisser abuser par l’atmosphère de brutalité et de chicane qui se dégage des sources judiciaires. Non qu’elle soit une illusion ou un leurre. Mais, parce que, omniprésente dans les documents qui consignent surtout l’exceptionnel, elle masque une autre réalité : celle d’une société – particulièrement d’une communauté de voisins – pétrie de solidarité et d’esprit d’entraide. Cette réciprocité s’exprime à travers une foule de conduites et de gestes. Des plus banales – prendre momentanément soin d’un voisin en difficulté – aux plus compromettantes – soustraire un quidam à la justice ou s’impliquer dans une querelle conjugale –, ces pratiques témoignent d’une réelle cohésion. La solidarité collective se manifeste avec force quand il s’agit de régler « entre soi » les conflits de la communauté ou encore quand la fusion du groupe apparaît menacée. La collectivité s’arroge toujours le droit de surveiller les conduites individuelles et, en dépit de l’offensive conjuguée du pouvoir royal, de l’Église et de l’opinion éclairée, le contrôle social reste très vivace. Conformément aux vieilles coutumes, le charivari persiste dans une large frange de la population lyonnaise tandis que les solidarités de voisinage jouent à fond contre les gens sans aveu, les errants, les indésirables, les huissiers ou les maîtres gardes. Quant au mariage, à la naissance et à la mort, ils demeurent des événements partagés par le petit monde connu de la rue ou du quartier. De fait, dans une société fortement marquée par les usages communautaires, ces trois moments représentent des passages essentiels de la vie sociale.

5Les documents d’archives donnent à voir d’autres aspects de cette culture traditionnelle, commune à une majorité de Lyonnais : les modes d’habiter, d’abord, marqués par l’absence de pièces spécialisées, la promiscuité, le manque de confort et la difficulté de s’isoler. Les façons d’occuper l’espace, ensuite, avec cette propension à s’étendre et à accaparer les endroits restés libres. Les valeurs de l’honneur et du « qu’en dira-ton » enfin, si fièrement défendues par les hommes et par les femmes. De sorte que la cité, en pleine expansion au xviiie siècle, est à la fois un pôle novateur où s’élabore un nouveau modèle policé défini par les Lumières et un conservatoire des traditions et des conduites séculaires. Ces dernières s’épanouissent dans certains lieux que les autorités ont du mal à contrôler : l’immeuble, la rue et le cabaret. Véritables bastions, rétifs aux innovations, ces espaces composent les bastions d’une « culture lyonnaise » qui reste attachée aux représentations traditionnelles.

  • 3 Duby, dir., Histoire de la France urbaine, op. cit., p. 180-198.

6Peut-on dire, cependant, de cette unité des comportements qu’elle caractérise l’ensemble de la société lyonnaise, les humbles comme les puissants ? Si oui, comment comprendre une telle unanimité des conduites et des sensibilités alors qu’elle s’est lézardée partout ailleurs3 ? Partant, faut-il conclure à un échec du projet des Lumières qui vise à la naissance d’un homme mesuré, raisonnable, civilisé, évoluant dans un espace assaini et pacifié ? Autant de questions difficiles auxquelles il est possible d’apporter quelques réponses.

  • 4 Sur cette question consulter Simon Claire, Le Regard des élites sur le peuple de Lyon au xviiie, u (...)
  • 5 Montandon Alain, Pour une histoire des traités de savoir-vivre en Europe, Clermont-Ferrand, Public (...)
  • 6 Sur le projet urbain et architectural des Lumières, consulter Rykwert Joseph, The First Moderns. T (...)

7L’historien, on l’a répété, reste tributaire des documents qu’il exploite. Si l’examen des sources judiciaires ne permet pas de conclure à un code de conduites qui séparerait radicalement les élites du reste de la population lyonnaise, on peut affirmer toutefois que la vision portée par les dominants sur les catégories populaires et artisanales est largement dépréciative4. Elle va de pair avec l’adoption d’attitudes raffinées, de « bonnes manières » diffusées à partir des ouvrages de civilité5. Un nouvel art de vivre voit le jour qui se traduit par la construction d’hôtels particuliers inspirés du modèle parisien et par une accentuation du découpage urbain. Celui-ci se double d’ailleurs d’une ségrégation verticale qui limite sensiblement la cohabitation entre classes sociales. Tous ces changements renvoient à un programme urbanistique ambitieux, pensé par l’intelligentsia urbaine, véhiculé par l’Académie des Sciences, Belles-lettres et Arts de Lyon (unifiée en 1758) et mis en application par les autorités consulaires6. Remodeler l’espace de la ville pour policer les mœurs, le contrôler et l’assainir, tels sont les principes qui guident l’action de la municipalité. Fidèle à ces objectifs, le Consulat se lance dans une série d’opérations : il prend des mesures d’alignement, crée de nouvelles places, déplace les cimetières, améliore l’éclairage des rues, construit les premiers trottoirs, décide la construction de nouveaux quartiers au nord, au sud et à l’est de la ville, exige l’uniformisation des façades de la place Bellecour, lutte contre la pollution urbaine, réorganise la fonction de commissaire de police, surveille les cabarets, interdit de se baigner nu ou encore interne les prostituées.

  • 7 Rioux, Sirinelli, dir., Histoire culturelle de la France, op. cit., T. III, p. 74-121. Sur le « mé (...)
  • 8 Perrot Michelle dans Ariès Philippe, Duby Georges, dir., Histoire de la vie privée, T. IV, De la R (...)

8Que ce programme d’action ait connu des difficultés de réalisation et des résistances est une évidence que de nombreux exemples ont révélée au cours de cette enquête. Qu’il n’ait pas réussi à extirper les habitudes et les conduites anciennes, l’étude des rapports entre voisins le démontre aisément. Est-ce suffisant cependant pour trancher la société lyonnaise en deux blocs monolithiques, les élites et les masses, dépositaires d’une culture radicalement différente ? Aux unes l’urbanité et le contrôle de soi, aux autres la spontanéité, l’exubérance des corps et la violence des comportements. Les historiens contestent aujourd’hui cette vision manichéenne et insistent plutôt sur les échanges réciproques, les compromis, les appropriations socioculturels7. Pourquoi les catégories dominantes et les nobles d’extraction toute récente ne conserveraient-ils pas des anciennes pratiques certains usages ? Comment, de son côté, le monde du travail pourrait-il rester entièrement fermé aux exigences nouvelles de la civilité et du confort ? Les inventaires après décès permettent de mesurer les progrès de la civilisation des mœurs grâce aux listes d’objets de consommation courante dressées par les notaires. La présence dans les foyers d’ustensiles de cuisine, de verres ou de nappes traduit la pénétration des formes modernes de savoir-vivre. La multiplication des paravents, des couchages, des linges, des trumeaux, des miroirs, des pots de chambre confirme la diffusion des normes d’hygiène et atteste « la naissance de l’intimité ». Simplement, l’adoption de ces innovations ne suit pas partout le même rythme et connaît d’importants décalages selon les milieux sociaux. L’examen des relations entre voisins a montré combien les Lyonnais cherchaient à protéger leur existence personnelle et luttaient contre l’intrusion permanente de la collectivité. Mais un même homme peut très bien dénoncer le viol de son domicile, refuser de participer à un charivari, s’habiller à la mode, vivre dans un intérieur coquet, en un mot participer au modèle culturel des Lumières et faire le coup de poing au cabaret, courir les prostituées, occuper l’espace public, jeter ses ordures par la fenêtre. Autrement dit, ce qu’a montré cette étude, c’est qu’il n’existe pas de ligne de partage stricte entre un mode de vie « éclairé » et policé et des pratiques marquées par la violence, la saleté et la rudesse des mœurs. Des comportements coexistent, une culture « mixte » voit le jour car, en chaque voisin, résident plusieurs systèmes de représentation : l’un, traditionnel, remonte à des époques anciennes, le second, beaucoup plus récent, est centré sur les idéaux des Lumières. Certes, l’ordre communautaire tend à perdre de son efficacité devant l’afflux des migrants et des déracinés. La mobilité s’accroît en raison de la paupérisation des classes inférieures et les liens d’intérêt se font moins serrés. Le regard des voisins devient de plus en plus pesant et les contraintes du contrôle social marquent le pas devant l’instabilité grandissante d’un monde de moins en moins sédentaire. Mais, en même temps, les anciennes pratiques subsistent partout et l’intensité des relations de voisinage ne faiblit pas. À la fin de l’Ancien Régime, la réalité socioculturelle apparaît donc sous un jour particulièrement complexe. Entre permanences et mutations, elle donne à voir une société lyonnaise en pleine transformation, tiraillée par de nombreuses forces antagonistes. Après la période révolutionnaire, marquée par le développement de l’espace public et la politisation de la vie quotidienne, c’est au xixe siècle qu’il reviendra de proclamer le droit de l’individu, de garantir l’inviolabilité du domicile et de redéfinir les relations entre le collectif et l’individuel. En favorisant le retour sur soi et sur la famille au sein d’un espace domestique circonscrit avec précision, il parachèvera un mouvement séculaire, commencé à l’aube des temps modernes. Les résistances cependant seront tenaces et longtemps encore, dans les milieux populaires, la société des voisins s’érigera en tribunal de la réputation et établira un « code de bienséance de la maison et de la rue » auquel il faudra se conformer8. De fait, si la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen et le Code civil consacrent le développement de l’individualisme et de l’intimité, le chemin est encore long avant que l’individu juridique et abstrait devienne une réalité et que les anciennes sociabilités de voisinage déclinent tout à fait.

Notes

1 Roche Daniel, La France des Lumières, Paris, Fayard, 1993, p. 310.

2 Garnot, Crime et justice aux xviie et xviiie siècles, op. cit., p. 105.

3 Duby, dir., Histoire de la France urbaine, op. cit., p. 180-198.

4 Sur cette question consulter Simon Claire, Le Regard des élites sur le peuple de Lyon au xviiie, une analyse du discours, Mémoire de maîtrise sous la direction d’O. Zeller, Université Lumière-Lyon 2, Centre Pierre Léon, 1998, p. 18 et suivantes.

5 Montandon Alain, Pour une histoire des traités de savoir-vivre en Europe, Clermont-Ferrand, Publications de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Clermont-Ferrand, coll. « Littératures », 1994.

6 Sur le projet urbain et architectural des Lumières, consulter Rykwert Joseph, The First Moderns. The Architects of the eighteenth Century, Cambridge, MIT Press, 1980.

7 Rioux, Sirinelli, dir., Histoire culturelle de la France, op. cit., T. III, p. 74-121. Sur le « métissage culturel » entre l’aristocratie et la bourgeoisie, voir les remarques de Muchembled Robert, dans La Société policée. Politique et politesse en France du xvie au xxe siècle, Paris, Seuil, coll. « L’Univers historique », 1998, p. 200-206.

8 Perrot Michelle dans Ariès Philippe, Duby Georges, dir., Histoire de la vie privée, T. IV, De la Révolution à la Grande Guerre, Paris, Seuil, coll. « L’Univers historique », p. 177.

© Presses universitaires de Lyon, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search