Version classiqueVersion mobile

Voisins, voisines, voisinages

 | 
Marc Vacher

3e partie. Des voisins en conflit

Chapitre 1. Les raisons d’en découdre

Texte intégral

1Dans l’opinion commune, le recours à la force se justifie non seulement pour assurer sa propre défense ou celle des siens mais aussi parce que la vie quotidienne s’apparente à une lutte de tous les instants. La violence constitue un moyen efficace qui permet de garantir sa place au sein de la communauté de voisinage. C’est pourquoi chacun la considère comme parfaitement légitime tant qu’elle n’est pas excessive. Au pire la regarde-t-on comme un simple dérapage, imputable à l’exaspération ou à la colère de la victime. Toute agression, toute mise en cause personnelle entraînent en effet – le plus normalement du monde – une contre-attaque destinée à protéger son honneur, son rang ou son intégrité physique. Au point parfois d’apparaître comme une riposte démesurée. Jean Denis Brun, emballeur à la douane, est injurié par l’un de ses voisins. Il raconte :

Il n’a pas été maître de se retenir par une pareille apostrophe et soit pour éviter les coups dont il était menacé soit en se défendant il a porté un coup de marteau sur le front du sieur Huguenot lequel a été ainsi forcé de se retirer.

  • 1 ADR, BP 3483, 7 novembre 1782.

2Bilan de l’altercation : un visage tuméfié, un doigt cassé et une dent en moins1.

3Tous ces excès cependant ne sont pas l’expression d’une violence aveugle et sans retenue. Ils s’inscrivent, au contraire, dans le cadre de codes ou de rites sociaux qu’il convient de mettre à jour et d’analyser. Dans ce chapitre sont évoqués les motifs de dissension entre voisins. Par commodité, ces derniers ont été regroupés en trois grandes catégories : la première intéresse toutes les disputes au cours desquelles on cherche à discréditer un voisin aux yeux de la collectivité, en le calomniant, en l’injuriant ou en faisant courir de vilains bruits à son encontre. La seconde rassemble les querelles à caractère financier ou économique, c’est-à-dire les rivalités qui opposent des travailleurs concurrents, des mauvais payeurs ou des individus soupçonnés de vol. La troisième catégorie, enfin, concerne les bagarres quotidiennes qu’engendrent les mauvaises conditions de logement, la promiscuité, le bruit, l’odeur, l’égoïsme ou l’appropriation abusive des emplacements collectifs. Ce chapitre – faut-il le préciser – ne prétend pas examiner sur un mode exhaustif l’ensemble des dissensions qui secouent le voisinage. L’entreprise est impossible et, quand bien même les procédures judiciaires l’autoriseraient, on n’échapperait pas au travers « anecdotique ». Il s’agit bien plutôt de dégager les lignes directrices, les idées-force de tous ces récits d’archives, de saisir la cohérence qui les anime afin de leur conférer du « sens ». Ainsi, mieux que l’énonciation d’une multitude de péripéties individuelles, l’étude des conflits entre voisins doit permettre de découvrir quelques-unes des règles qui régissent la vie de la communauté, quelques-unes de ses représentations et de ses manières de penser aussi.

I – LES QUERELLES D’HONNEUR

  • 2 Sur les différentes juridictions qui se partagent le droit de police à Lyon, voir dans l’introduct (...)
  • 3 Castan Yves, Honnêteté et relations sociales en Languedoc, op. cit., p. 111.
  • 4 Farge, La Vie fragile, op. cit., p. 29.
  • 5 Guignet Philippe, Vivre à Lille sous l’Ancien Régime, Paris, Perrin, coll. « Vivre sous l’Ancien R (...)

4Si l’on en croit les procédures judiciaires, celles, bien sûr, qui sont instruites par le tribunal royal de la sénéchaussée criminelle mais aussi celles qu’examinent, dans les limites territoriales de la ville, les justices ecclésiastiques d’Ainay et de Saint-Jean, la défense de l’honneur joue un rôle de tout premier plan2. Un comptage systématique des cas traités par ces trois juridictions montre en effet qu’entre 43 % et 55 % des conflits de voisinage ont pour origine des agissements, des gestes ou des propos diffamatoires (jugés comme tels, en tout cas, par l’accusateur) visant à discréditer un individu. L’importance du chiffre n’étonne guère. Il coïncide avec les observations faites dans les autres villes du royaume. À Toulouse, par exemple, 40 % des délits arbitrés par la Tournelle entre 1715 et 1789 concernent des calomnies ou des injures entre particuliers3. Dans la capitale, le peuple parisien manifeste une susceptibilité analogue et pourchasse sans faiblesse les mauvais propos4. À Lille, les attaques verbales représentent une bonne moitié des délits sanctionnés par l’autorité municipale5. Partout, l’honorabilité semble s’inscrire au cœur des relations sociales et des préoccupations individuelles. Comment comprendre cette vigilance du point d’honneur ? À quel modèle socioculturel renvoie-t-elle ? De quelle manière calomnie-t-on son voisin ? L’examen des archives criminelles permet en partie de répondre à ces interrogations.

1. « Dire et médire »

  • 6 Beccaria Cesare, Des délits et des peines, Paris, Flammarion, coll. « GF Flammarion », [1re édit. (...)

5Les élites intellectuelles modernes n’ont pas toujours su mesurer le juste poids de l’honneur dans la société populaire et certains ont regardé ce sentiment comme s’il était l’apanage des classes aisées. Beccaria, par exemple, penseur audacieux et clairvoyant par ailleurs, écrit : « le besoin de l’estime des autres est moins répandu dans la plèbe que chez ceux qui, étant d’un rang plus élevé, se regardent entre eux avec plus de défiance et de jalousie6. » Le nombre des poursuites engagées à la suite d’insinuations, d’injures ou de médisances contredit cette appréciation. Elle montre, au contraire, que le « monde du travail », le peuple et le petit peuple considèrent l’honneur comme une richesse essentielle qu’il faut sauvegarder à tout prix. À cet égard, l’examen du profil socioprofessionnel de ceux qui ont déposé plainte pour calomnie ou diffamation entre 1776 et 1790 est sans équivoque :

La répartition socioprofessionnelle des plaignants entamant une procédure pour calomnie ou diffamation (étude de 423 plaintes)

6La compréhension de ce graphique exige quelques remarques préalables : pour établir ces pourcentages, ont été comptabilisées les victimes effectives d’injures ou de diffamation, c’est-à-dire les hommes et les femmes personnellement calomniés par un quidam. Cette disposition vise à éliminer des calculs tous ceux qui ont porté plainte au nom d’une tierce personne, les époux, par exemple, qui saisissent les tribunaux pour défendre l’honneur de leur femme offensée. Ainsi, en cernant au plus près l’identité de la victime, il est possible de mieux saisir le phénomène de la médisance et, notamment, de repérer les procédés ou les « stratégies » mises en œuvre pour discréditer autrui. D’autre part, des différences sensibles affectent les multiples catégories professionnelles, certaines activités étant manifestement plus exposées que d’autres. Par souci de simplification, la classification adoptée ici reprend celle de Maurice Garden, déjà utilisée dans les chapitres précédents. Précisons seulement que sous la rubrique « professions féminines », ont été prises en compte uniquement les femmes qui déclarent exercer un métier en propre, mention qui existe dans 43 % des cas. 45 % de ces femmes sont mariées. Les autres, filles célibataires ou veuves, monopolisent un certain nombre de professions spécifiques, déjà évoquées. Pour plus de clarté, toutes ces activités ont été regroupées bien qu’elles divergent dans leur façon de s’exercer et qu’elles renvoient à des niveaux de fortune différents. Ce parti pris d’homogénéisation permet en effet une approche simplifiée des mécanismes de l’honneur. Il facilite du même coup la compréhension de son mode de fonctionnement.

7Les chiffres proposés dans le graphique ci-dessus reflètent un large éventail socioprofessionnel. Les diverses catégories de la société lyonnaise y figurent largement avec des différences sur lesquelles on reviendra. Seuls les milieux les plus aisés – les bourgeois et les nobles – restent assez peu représentés. Non pas, bien sûr, que la calomnie les épargne ou qu’ils s’y montrent insensibles. Seulement, la réparation de l’honneur perdu emprunte chez eux – sauf exception – d’autres voies que le recours traditionnel aux tribunaux. La justice, en effet, ne constitue-t-elle pas, à leurs yeux, un corps somme toute assez peu estimable parce qu’à destination trop populaire et, surtout, ne redoutent-ils pas le caractère public, et donc déshonorant, de tout procès ? Ces réticences, en tout cas, ne semblent guère affecter les autres catégories sociales puisqu’en cas de nécessité elles ne répugnent pas à entamer une procédure judiciaire pour retrouver l’estime de la collectivité. Si, comme l’on pouvait s’y attendre, les membres des professions reconnues et considérées de la ville (les négociants, les marchands, les travailleurs du secteur libéral, les artisans) saisissent assez régulièrement la justice, en revanche l’attitude des hommes exerçant un métier peu spécialisé (et peu rémunéré) ou celle des femmes salariées est plus surprenante. Ce recours aux tribunaux interpelle l’historien et exige de lui une explication approfondie.

  • 7 ADR, BP 3520, 23 mai 1788.

8Un premier élément de réponse peut être proposé en examinant la plainte déposée par André Durand, journalier, et par sa femme. Tous les deux, « victimes d’une affreuse calomnie », sont accusés de vol par un couple voisin, le sieur Mouton, chapelier, et son épouse. Cette diffamation pouvant leur être fatale, ils s’adressent à la sénéchaussée criminelle pour éviter que pareils propos ne s’accréditent dans l’esprit du public. Ils demandent au juge de tout faire pour que l’on « ne porte plus atteinte à leur honneur et à leur réputation que […] [les calomniateurs] savent plus chers que leur vie »7. Plus chers que leur vie… Cette expression mérite d’être soulignée car elle est bien autre chose qu’une formule creuse et stéréotypée, employée à dessein pour dramatiser l’événement. Elle témoigne plutôt d’un sentiment exacerbé de l’honneur qui se retrouve dans toutes les couches de la société lyonnaise. Cette équation : estime = honneur = vie, établie ici par les plaignants et, par conséquent, son contraire : calomnie = déshonneur = mort sociale reflètent l’ordre d’un monde dans lequel survivre n’est pas possible à celui qu’une mauvaise réputation entache.

  • 8 ADR, BP 3481, 16 juillet 1782.

Entre cinq et six heures de relevée, dépose Antoinette Benoît accoucheuse, elle entendit insulter la dame Pignon par une nommée Blandine qui la traita de garce, putain, maquerelle, coquine, bougresse. […] ladite dame Pignon fut si émue de cette scène qu’elle ressemblait à une femme morte8.

9Cette dimension volontiers morbide du discours est destinée à rappeler que chacun doit savoir garder la considération de la communauté s’il veut subsister. Défendre sa réputation et conserver l’estime collective, c’est en effet protéger son existence même. Cette règle d’or qui ordonne en grande partie les rapports sociaux explique la détermination des hommes et des femmes à combattre les racontars et les médisances qui les menacent si fréquemment dans le quartier.

  • 9 ADR, BP 3534, 15 janvier 1780.
  • 10 ADR, BP 3533, 10 novembre 1789.

10L’attention scrupuleuse que l’on prête ordinairement à la sauvegarde de son honneur trouve son origine dans la publicité qui entoure les conduites journalières et dans « l’externalisation des valeurs ». À Lyon, comme dans les autres villes françaises, chacun se meut sous le regard vigilant des autres et cette surveillance mutuelle constitue une norme, un principe clairement établi. L’absence de secret découle avant tout de la structure des logements, dont certains contemporains ont dépeint la pauvreté. Elle résulte d’une grande perméabilité de l’habitat qui laisse passer les rumeurs de la rue, les odeurs et les bruits du voisinage. C’est que les cloisons sont médiocres, les murs et les portes jamais vraiment étanches. De nombreux appartements sont séparés du domicile voisin par un simple galandage, ce qui interdit toute intimité véritable. Cette promiscuité forcée révèle au grand jour les attitudes et les comportements de chacun. Elle expose la vie privée des locataires et exhibe l’existence de tous ceux qui demeurent dans des bâtisses surpeuplées et vétustes. Ce n’est donc pas un hasard si les témoignages les plus explicites sur la prégnance du voisinage et sur l’impossible isolement des familles proviennent d’abord des milieux populaires. Dans sa déposition, Marie Manesson, une dévideuse de soie, raconte qu’elle « a souvent entendu parler à voix basse dans […] l’appartement qui joint le sien »9. Teneur de propos identique chez Anne Memie, l’épouse d’un maçon : elle « occupe un appartement séparé de celui du sieur Moreau par un briquetage en plâtre seulement. Elle a souvent entendu la nuit des injures contre la plaignante telles que Putain, combien de coups elle avait tiré »10.

11À cette irruption intempestive des murmures et de la parole, s’ajoute le regard insistant des voisins. Tout se voit, tout se devine à travers les fenêtres et l’indiscrétion n’est pas rare qui pénètre au coeur de la vie privée. Antoine Raviste, revendeur de meubles, entend des cris retentir vers sept heures du matin, dans un appartement qui est proche du sien.

  • 11 ADR, BP 3456, 6 mars 1779.

Il vit par quelque fenêtre ouverte du domicile de François Lait […] ce dernier qui frappait les plaignantes [une mère et sa fille] à grands coups de bâton ; alors il lui cria de cesser ses excès ce que ledit Lait fit effectivement parce qu’il le voyait et appelait du secours11.

  • 12 Dinges Martin, « Die Ehre als Thema des Stadtgeschichte. Eine Semantik im Übergang vom Ancien Regi (...)

12La distance qui sépare les résidents est souvent si faible qu’il est impossible d’échapper au tumulte et à l’agitation de l’immeuble. D’autant que la configuration des maisons lyonnaises et la recherche de la rentabilité optimale confinent les résidents dans un espace restreint. La présence d’autrui s’impose et envahit l’espace habité, se glissant même parfois à travers les interstices du bâti. Un face-à-face contraignant s’établit entre individus : s’y trouvent engagés les locataires de l’immeuble et ceux des propriétés voisines, assujettis les uns et les autres, par le jeu d’une interdépendance pesante, à une cohabitation rapprochée. Ce côtoiement forcé, on le comprend, restreint considérablement la liberté des particuliers. Il soumet les conduites individuelles et l’honorabilité de chacun à l’appréciation des membres de la maisonnée. De ce fait, il réclame une conduite exemplaire qui doit être reconnue comme telle par l’ensemble de la communauté de voisinage12.

13La curiosité que les uns témoignent envers les autres compose une réalité attestée dans de nombreuses procédures. Elle est d’ailleurs considérée comme une attitude parfaitement légitime que les déposants revendiquent sans chercher à la dissimuler lorsqu’ils comparaissent devant le tribunal. Rares sont les témoins qui se désintéressent d’un événement en train de se dérouler sous leurs yeux ou qui s’esquivent, sinon par prudence. Ou alors, quand les déposants affirment ne rien connaître des faits ou ne pas avoir vu, c’est, le plus souvent, parce qu’ils refusent de s’engager en faveur d’une des parties en conflit. De façon générale cependant, autrui ne laisse pas indifférent. Qu’il suscite l’inquiétude ou l’interrogation, il mobilise l’attention et sollicite le sens de l’observation, que les Lyonnais ont fort développé. Benoît Renaud raconte :

  • 13 ADR, BP 3520, 23 février 1788.

Il passait dans la rue Saint Dominique au devant de la boutique du sieur Morel cabaretier où il vit beaucoup de monde assemblé. La curiosité l’ayant fait pénétrer plus avant dans le cabaret, il vit l’huissier Ducret tenant une balle de boucher […] et vit s’échapper deux hommes dont l’un avait une veste grise, une culotte noire, un chapeau rond et était armé d’un bâton13.

14La volonté de savoir, voire l’indiscrétion la plus criante, ne désigne aucune catégorie sociale particulière : toutes les classes partagent sans vergogne la même inclination. Bien que le sans-gêne du voisinage heurte parfois certaines sensibilités et suscite de vives résistances sur lesquelles on reviendra plus loin, il serait artificiel de vouloir rechercher une curiosité différentielle chez les Lyonnais à la fin de l’Ancien Régime. En témoignent les innombrables récits des déposants, issus des milieux professionnels les plus divers : Françoise Perrine Catalan, fille domestique

  • 14 ADR, BP 3479, 25 mars 1782.

était occupée à balayer la chambre de sa maîtresse lorsque le nommé Delcan vint dans ladite chambre de laquelle il l’en fit sortir […] elle qui dépose s’en étant retirée et ayant examiné au travers de la serrure ce que pouvait faire ledit Delcan dans la chambre, elle vit qu’il ouvrit un placard14.

15À l’autre extrémité de l’échelle sociale, voici Magdeleine Bourret, femme d’un négociant aisé :

  • 15 ADR, BP 3436, 17 février 1777.

Elle déposante a vu très souvent depuis environ six mois le sieur Durand chez la dame Jousserandot et quelques fois cette dernière déjeuner dans la chambre du sieur Durand ; que notamment il y a environ quinze jours […] la dame Jousserandot y déjeuna, […] la déposante ayant vu dans ladite chambre par la serrure une tranche de pâté froid et une bouteille de vin blanc15.

  • 16 Cf. première partie, chapitre 2.

16La disposition des logements, les structures de l’habitat et la curiosité coutumière entraînent une connaissance approfondie des habitudes d’autrui. Chacun est informé des vertus et des travers du voisin puisque rien, ou presque, ne peut rester durablement caché. Les autorités, d’ailleurs, le savent bien qui interrogent le voisinage pour démêler une enquête, recueillir les bruits, s’enquérir des mœurs, des habitudes ou du train de vie des habitants de l’immeuble. Ces renseignements que l’on accumule sur les autres tiennent, pour une grande part aussi, à la relative stabilité des habitants, à celle notamment des artisans et des couches supérieures de la société lyonnaise16. Difficile, en effet, dans un environnement à la sociabilité resserrée, de méconnaître ses voisins lorsqu’ils sont installés depuis plusieurs décennies. D’autre part, dans un espace ouvert sur la rue et sur le quartier, les informations circulent d’autant plus facilement que l’honnêteté du comportement, en principe, se laisse regarder. Se dérober à la vue du voisinage ou se calfeutrer renferme en général quelque intention secrète qu’on cherche à dissimuler à la communauté. Tout se passe comme si l’attention scrupuleuse que l’on porte à autrui et dont, en retour, on sait aussi être l’objet, conférait l’autorisation de parler des autres. Dans les procédures judiciaires, les témoins exposent volontiers la vie de leurs voisins, soulignant la bonne moralité des uns, le manquement aux règles communautaires des autres. Jean Petit, bourgeois et propriétaire, demeure rue Mercière.

  • 17 ADR, BP 3520, 10 février 1788.

Il a eu l’occasion de loger pendant plusieurs mois la dénommée Level brodeuse sur laquelle il a les plus forts soupçons. Elle reçoit des personnes suspectes aux heures les plus indues de la nuit […] a de nombreuses altercations, insulte régulièrement et scandalise tout le voisinage par sa mauvaise conduite17.

  • 18 Farge, Vivre dans la rue, op. cit., p. 92.
  • 19 ADR, BP 3459, 12 novembre 1779.
  • 20 Voir première partie, chapitre 1.

17Parce qu’il est soumis à l’appréciation publique et qu’il se donne à voir, l’honneur est fragile, sans cesse menacé dans son intégrité. « La transparence obligée des liens sociaux », pour reprendre l’expression d’Arlette Farge et l’absence d’intimité véritable imposent une lisibilité des conduites et des sentiments qui doit affirmer la probité sociale18. Attention, sinon, aux médisances ! Le voisinage perçoit et décode aisément le comportement de ses membres comme l’attestent les formules de nombreux déposants. Ainsi lit-on couramment : « un(e) tel (le) passe généralement dans tout le quartier pour… », « le voisinage le (la) connaît comme… », « on sait généralement dans l’immeuble que… » « tous les voisins ressentent les funestes effets de… » « les locataires ont remarqué que… ». Ces expressions, bien que stéréotypées, dénotent une grande finesse d’observation. Elles témoignent aussi d’une certaine habilité à interpréter les signes et à les charger de sens. Convoqué dans un procès qui oppose un maître ferblantier violent et l’un de ses apprentis, le sieur Deville déclare ne rien ignorer des procédés brutaux de l’accusé et bien connaître son goût excessif pour la boisson. Plusieurs fois, en effet, il l’a vu tituber en montant les escaliers de la maison, l’a entendu insulter son apprenti, lequel, a-t-il constaté, porte des traces de coups sur le visage19. Fréquents aussi sont les témoignages qui racontent les péripéties amoureuses des habitants du quartier. Les affinités des uns, les rendez-vous galants des autres, les jeux de l’amour et de la séduction, rien n’échappe au coup d’oeil des voisins. Notoire, cette perspicacité est redoutée parce qu’elle oblige à vivre en conformité avec les valeurs de la communauté toute puissante. Ceux que la maisonnée ou la collectivité ne reconnaissent pas comme honorables sont tenus à l’écart. C’est pourquoi, en dernier recours, lorsque la calomnie menace de marginaliser un particulier, celui-ci, pour rétablir la vérité et recouvrer l’estime publique, sollicite l’intervention des citoyens « honnêtes » – c’est-à-dire influents – du quartier. Sa bonne conduite est officialisée par un acte notarié. Cette attestation – ou certificat de notoriété – est contresignée par les riverains respectables et confirme l’honnêteté des mœurs du calomnié. Elle énumère les éléments favorables qui permettent de l’authentifier comme « bon voisin » en insistant, principalement, sur sa tranquillité, sa tempérance et la régularité de son comportement20. Le cas échéant, l’ancienneté de son installation dans le quartier est rappelée, question de le distinguer du petit peuple instable et méprisé. Réhabilitée, la victime peut alors réintégrer sa place au sein de la communauté des habitants.

18Puisque chacun doit savoir se faire reconnaître et gagner la considération des autres, la vulnérabilité des individus est grande, d’autant que la calomnie se propage rapidement et s’installe durablement dans l’esprit du voisinage. Conserver l’estime du quartier est essentiel si l’on veut garder son logement, son emploi et sa place dans le réseau des solidarités journalières. Les êtres les plus fragiles restent bien entendu ceux dont l’impécuniosité et la dépendance économique composent le quotidien. Claudine Metra, fille lingère, raconte ainsi qu’après avoir été diffamée par une voisine, elle fut suspectée par son entourage d’être une voleuse. Sa vie en a été bouleversée.

  • 21 ADR, BP 3455, 8 mai 1779.

La suppliante a perdu sa réputation ; tous ses voisins et autres personnes ont eu sur son compte les plus forts soupçons, le propriétaire de la maison qu’elle habite a fait saisir ses effets21.

  • 22 ADR, BP 3524, 1er août 1788.
  • 23 ADR, BP 3537, 5 novembre 1790.

19Pour éviter toute allégation mensongère, une véritable chasse aux « murmures » s’opère, à laquelle le quartier peut s’associer quand l’un des siens a été injustement atteint dans sa réputation. Le voisinage manifeste avec véhémence sa réprobation comme l’expérimente à ses dépens l’épouse du sieur Pascal : soupçonnée d’avoir colporté quelques ragots désavantageux à l’encontre d’un maître tailleur, domicilié dans sa rue, « elle fut huée et suivie par la populace jusque chez elle […]. Une femme […] voisine l’a même menacée dans son appartement, lui a jeté des pierres et a menacé de mettre le feu22. » On ne joue pas, en effet, avec la réputation d’autrui et procéder autrement est jugé criminel. Comme l’explique un charcutier, vendeur sur les places et les marchés, l’outrage qu’il a subi en étant traité de « coquin » et de « foutu scélérat » constitue « un tort irréparable » puisqu’on s’est attaqué « à sa probité, son honneur et son crédit qui forment toute sa fortune »23.

  • 24 Farge Arlette, La Vie fragile, op. cit., p. 27-28.
  • 25 Sur l’importance et le rôle que jouèrent les rumeurs dans la civilisation d’Ancien régime, voir De (...)
  • 26 Sur ce thème, consulter Farge Arlette, Revel Jacques, Logiques de la foule. L’affaire des enlèveme (...)

20L’honneur, c’est vrai, compose souvent la seule richesse d’un homme ou d’un ménage. Face à l’arrogance des possédants, jouir de l’estime des autres, c’est se distinguer, par sa valeur personnelle, du vulgaire et échapper ainsi à la vile populace24. Pour débusquer et intercepter les méchantes rumeurs, tous les sens sont mis à contribution. La tâche est rude car l’espace est saturé de sous-entendus et de racontars. Dans une société où l’oralité est encore largement dominante, la parole est souveraine. Parfois mensongère, souvent excessive, elle constitue le mode principal de communication comme l’attestent les dépositions judiciaires : plus du tiers des témoins, en effet, rapportent des faits auxquels ils n’ont pas participé eux-mêmes mais dont ils ont entendu parler. Leurs informations proviennent d’un riverain ou d’un interlocuteur quelconque dont le déposant tait le plus souvent le nom. « Il a ouï dire […] mais n’a rien vu par lui-même » reste une des formules les plus usitées dans les procédures. Certes, en procédant de la sorte, c’est-à-dire en niant sa présence sur les lieux au moment du litige, il est possible que le témoin veuille conserver une prudente neutralité ou qu’il refuse de se compromettre avec la justice par solidarité avec certains membres de la communauté. Il n’empêche que l’importance du bouche à oreille et le rôle qu’il joue dans la circulation des informations ne sauraient être contestés. Au fil des procédures, se profile un monde du ouï-dire où les nouvelles entendues çà et là se propagent à toute allure. Les propos s’échappent des logements et se répandent rapidement. Le bruit public s’insinue et grossit, s’enflant parfois au point d’alerter les autorités. La rumeur, en effet, n’est pas rare qui débouche sur la sédition ou l’émotion populaire25. C’est pourquoi le contrôle des paroles compose une des tâches majeures des gardiens de l’ordre26.

2. Les injures verbales

  • 27 Sur la calomnie à Lyon, voir Jauffret Marion, 1712-1762 : cinquante de diffamation à Lyon et dans (...)
  • 28 Furetière, T. II, op. cit., s. v. Injure.

2190 % des calomnies se présentent sous la forme d’injures verbales27. Selon Furetière, ces mauvais propos cherchent à « … offenser quelqu’un en lui reprochant quelque défaut, ou quelque vice vrai, ou faux ». Il ajoute aussitôt qu’il « n’y a que les petites gens qui se disent des injures »28. Cette dernière remarque est excessive. Elle ne résiste pas à l’examen des archives. La calomnie et l’insulte, on l’a vu, regardent la population lyonnaise toute entière et l’ensemble des couches sociales s’y trouve confronté. Si différence il y a, elle se situe autre part, notamment dans l’inégale répartition des offenses entre les hommes et les femmes. Ainsi, en interrogeant les procédures criminelles et en repérant systématiquement le profil des personnes calomniées, un déséquilibre manifeste s’établit entre les deux sexes.

Le sexe des personnes calomniées (étude de 423 plaintes)

22Les hommes sont les premières victimes des insinuations et des propos diffamatoires, sans doute parce que leurs activités quotidiennes les exposent davantage. Pour autant, les femmes ne sont pas à l’abri des mauvaises langues et subissent, elles aussi, de nombreuses offenses. On notera que cette distribution qui majore la part des hommes se retrouve sous une forme presque inchangée lorsque, à l’inverse, on observe le profil des calomniateurs : là encore les personnes de sexe masculin arrivent largement en tête des médisants.

Le sexe des calomniateurs (étude de 423 plaintes)

23Si l’on observe à présent le sexe de ceux qui s’affrontent et cherchent à se disqualifier, on obtient le partage suivant :

La répartition socioprofessionnelle des plaignants entamant une procédure pour calomnie ou diffamation (étude de 423 plaintes)

  • 29 ADR, BP 3445, 14 janvier 1778.

24Le graphique montre que la situation la plus fréquente voit se diffamer des personnes de même sexe : les hommes et les femmes, le plus souvent, incriminent leur confrère et leur consoeur, ce schéma étant transgressé dans un tiers des cas seulement. Peut-être faut-il y voir les effets d’une certaine retenue, voire d’une « distance » entre les hommes et les femmes ? Quoi qu’il en soit, quand calomnie il y a, elle suscite toujours une réaction indignée car le propos est grave. À ces attaques, d’ailleurs, il serait juste d’ajouter les invectives, les imprécations et les outrages en tout genre qui visent aussi à déstabiliser l’adversaire en jetant sur lui le discrédit de la communauté. Si l’on dresse un catalogue des différentes injures proférées, on constate qu’il s’ordonne autour de trois registres principaux : le premier met en doute l’intégrité des moeurs et des coutumes sexuelles ; le second conteste l’honnêteté et la probité morale ; le dernier, enfin, rabaisse la victime ou la dévalorise en cherchant à lui ôter tout prestige social. Bien entendu, cette classification, trop systématique, revêt un caractère un peu artificiel : la répartition de certaines injures est difficile à opérer car nombreuses sont celles qui jouent sur plusieurs registres à la fois. Ainsi, lorsque le nommé Berthier traite son voisin cordonnier de « foutu savetier », il récuse non seulement la vertu de sa victime, mais encore il décrie son statut social, en identifiant la profession qu’il exerce à celle, méprisée, de savetier29. Néanmoins, malgré ces objections, un essai de classement peut être tenté. Il se présente de la façon suivante :

25Essai de classification des offenses verbales

Offenses à connotation sexuelle ou renvoyant à un dérèglement supposé des mœurs

Bougre – Bougresse – Chienne – Cornard – Coureuse – Cul pourri – Débauché(e) – Garce – Gueux(se) – Jean foutre – Foutu(e) – Libertin – Polluée – Putain – Putassier – Racoleuse – Salope – Tripoteur(se) – Vérolé – Vieux pourri

Injures mettant en doute l’honnêteté ou la probité morale d’un individu

Accapareur – Assassin – Bandit – Banni(e) – Banqueroutier – Boucanier – Brigand(ière) – Canaille – Cartouche – Charlatan – Contrebandier – Coquin(e) – Criminel(le) – Drôle(sse) – Échappé(e) des galères – Échappé(e) de potence – Effrontée – Empoisonneur(se) – Escroc – Faux poids – Faussaire – Fausses mesures – Faux témoin – Filou – Fourbe – Fripon – Galopin – Hypocrite – Infanticide – Larron – Malicieuse – Malin – Maquereau(elle) – Mouchard – Prévaricateur – Receleur – Renégat – Scélérat – Souffleuse d’enfants – Suborneur – Traître – Trompeuse – Vilaine – Voleur(se)

Injures dépréciatives

Babillard(e) – Borgne – Bossu(e) – Braillard(e) – Carpière – Chapeau rond – Charogne – Croque-mort – Écorcheur de chats – Écorcheur de chiens – Errant – Guenillon – Guenon – Habit de Nanquin – Homme de corde – Ivrogne – Malheureux(se) – Mâtin(e) – Mendiant(e) – Misérable – Nez de bécasse – Nez de perroquet – Parien – Pédant – Pied poudreux – Recruteur – Reste de pendu – Sale – Savetier – Sorcière – Saoûlot – Traîne-boulet – Truie – Vagabond – Valet d’écurie – Vieux garçon

  • 30 Castan, Honnêteté et relations sociales en Languedoc (1715-1780), op. cit., p. 41-43.

26La richesse du vocabulaire outrageant montre que l’offense verbale est bien autre chose qu’une formule toute faite ou qu’une parole blessante, prononcée à la légère. Elle est une injure qui cherche à atteindre sa victime aux endroits où elle est le plus sensible. C’est pourquoi elle s’articule autour de trois domaines qui composent l’essentiel de l’existence, c’est-à-dire les domaines sexuel, économique et social. Il est intéressant de noter que l’injure reprend, en les inversant, les vertus et les valeurs communément admises. Les manquements à la mesure et à la continence contredisent la morale sexuelle ou conjugale, la transgression des normes de l’honnêteté et de la franchise débouchent sur la misère économique et la déchéance, l’entorse aux règles de la bienséance, de la tempérance et de la conformité sociale engendre le vice, les difformités physiques et le mépris des autres. L’injure agit comme un repoussoir. Elle est une façon de rejeter sur autrui ce que l’on redoute peut-être le plus pour soi-même30.

27Ce faisant, en accablant son adversaire, on espère toujours réaffirmer sa valeur propre et faire valoir une honorabilité que l’on dénie à son adversaire. D’où une certaine surenchère verbale entraînant de violentes réactions :

  • 31 ADR, BP 3455, 20 juin 1779.

Voyant passer la plaignante, raconte Bernardine Richard, épouse d’un maître vinaigrier […] la fille Matre cria voilà la putain de Saint Vincent qui passe. Cette dernière ouit les propos […] la traita de garce et de salope, fit les cornes à la fille Matre qui sortit de la boutique et lui sauta au visage31.

28Quand l’honneur est en jeu, la riposte est toujours immédiate. Il y va en effet de sa crédibilité.

29Si l’on examine les injures proférées le plus fréquemment, en distinguant celles qui sont adressées aux hommes et celles que l’on destine aux femmes, deux répertoires bien distincts s’établissent.

Injures adressées aux hommes

Occurences en %

Injures adressées aux femmes

Occurences en %

Voleur

27 %

Putain

27 %

Coquin

19 %

Garce

12 %

Gueux

13 %

Coquine

11 %

Fripon

6 %

Voleuse

9 %

Polisson

3 %

Gueuse

9 %

Banqueroutier

3 %

Salope

6 %

Canaille

3 %

Maquerelle

5 %

Scélérat

2 %

Bougresse

3 %

Autres injures

23 %

Autres injures

18 %

Le vocabulaire de l’injure (étude de 1182 injures)

30Cette classification est instructive. En effet, puisque les injures renvoient toujours à un système de représentation, s’esquissent ici, au-delà des paroles ordurières, le rôle et la place que la société assigne traditionnellement aux individus des deux sexes.

a) Les injures adressées aux femmes

  • 32 Furetière, op. cit., T. II, s. v. Honnesteté.

31Les femmes se voient principalement attaquées dans leur conduite sexuelle. « Putain » et « Garce » sont les deux insultes que l’on rencontre le plus communément dans les plaintes et dépositions (respectivement 27 % et 12 % des occurrences), suivies de « Gueuse », « Salope », « Bougresse ». « Voleuse » ne survient qu’à la quatrième place dans l’ordre de fréquence des injures, reléguant ainsi la fonction économique de la femme au second plan. Une telle distribution est édifiante. Le déshonneur féminin s’identifie à la gourmandise sexuelle, à la vertu défaillante et à son aboutissement monstrueux, la prostitution. À l’inverse, l’honneur essentiel réside dans une sage tempérance, les épouses devant se réserver à leur mari. « L’honnêteté des femmes, écrit Furetière, c’est la chasteté, la modestie, la pudeur, la retenue32. » C’est pourquoi, en mettant en doute ces vertus cardinales, la calomnie atteint le sexe féminin là où il est le plus vulnérable : des propos diffamatoires peuvent en effet induire le soupçon dans l’esprit du voisinage et, par là-même, menacer gravement le pacte conjugal. Les mères de famille sont d’autant plus inquiètes que, par delà ces attaques personnelles, ce sont tous les membres du foyer qui sont visés. Non seulement la crédibilité du couple risque d’être ébranlée mais l’avenir des enfants est dangereusement hypothéqué. Quelques plaintes reflètent une sourde inquiétude quant au devenir de sa progéniture après qu’une odieuse calomnie ait entaché l’honneur d’une épouse. Sa femme, raconte Jean-Baptiste Richard est victime d’attaques répétées de la part d’une voisine :

Ils ont été étonnés, explique-t-il, d’entendre crier la femme Durand que l’épouse du plaignant était une putain une coureuse une femme débauchée qui entretenait un commerce de libertinage avec son beau frère et se livrait au premier venu. Une telle diffamation tend à nuire à son commerce et empêche ses enfants de trouver des établissements.

  • 33 ADR, BP 3523, 23 mai 1788.

32C’est pourquoi le plaignant demande au lieutenant-criminel une punition exemplaire, à la hauteur du préjudice subi33.

33Pour éviter toute allégation mensongère, les femmes sont contraintes d’embrasser un mode de vie d’une grande transparence. Elles doivent non seulement adopter une ligne de conduite pleine de tempérance et de régularité, mais encore il leur faut savoir rester prudentes pour ne pas prêter le flanc aux attaques. Le prix que l’on attache à sa réputation, la nécessité de conserver, à tout prix, l’estime du voisinage sont en effet des motifs trop sérieux pour risquer de se compromettre. La mesure, la retenue, la décence, composent autant de qualités essentielles qui définissent les « honnêtes femmes ». Les mères de famille le savent bien. Les veuves et les filles célibataires aussi, qui sont astreintes aux mêmes règles de l’honorabilité, de façon impérative. Les veuves doivent conserver une moralité irréprochable et faire preuve de discrétion, notamment dans les relations qu’elles entretiennent avec les hommes. À défaut, une mauvaise renommée leur interdira de se remarier et débouchera sur une perte de crédit, préjudiciable à leur survie économique.

  • 34 ADR, BP 3477, 3 janvier 1782.

Aujourd’hui, rapporte la veuve Labourier marchande épicière, les mariés Lapierre lui ont dit qu’elle était une putain qu’elle avait une vie déréglée […]. Ces insultes sont les plus attentatoires à la réputation de la plaignante. Elle craint que ces propos portent un très grand préjudice dans l’esprit de ceux avec lesquels elle fait du commerce34.

34Chez les jeunes filles, les choses se présentent différemment. Il leur faut avant tout résister aux sollicitations des galants et préserver leur virginité. Elles risqueraient, sinon, de compromettre leur établissement futur.

b) Les injures adressées aux hommes

  • 35 Brissot, op. cit., T. II, p. 117.
  • 36 ADR, BP 3464, 10 mai 1780.

35Côté masculin, si l’on se reporte de nouveau au tableau ci-dessus, on constate que les injures lancées à la tête des hommes diffèrent beaucoup de celles qui sont adressées aux femmes. « Voleur » est le terme qui arrive largement en tête (27 % des occurrences) suivi de « Coquin », « Gueux », « Fripon ». Au total, près des trois quarts des injures ont une résonance marchande ou économique, reprenant, en les inversant, les vertus traditionnelles que chacun est en droit d’attendre d’un travailleur « honnête », en particulier d’un artisan, d’un boutiquier ou d’un commerçant. Le quart restant a une connotation sexuelle (« Polisson ») ou encore reflète une image dégradée de l’individu (« Vagabond », « Croque-mort »). Toutes ces insultes, calquées sur les structures du quotidien, renvoient, semble-t-il, aux rôles et aux fonctions traditionnellement assignés aux hommes dans l’ancienne société : l’adulte établi, le père de famille, doit en principe assurer la nourriture, le logement et l’éducation de sa progéniture. Certes, la réalité est plus complexe puisqu’une majorité de Lyonnaises travaille et contribue aussi à l’entretien du foyer domestique. Il n’empêche que la figure dominante du père, véhiculée par la tradition populaire, est avant tout celle de l’homme laborieux. Dans les classes artisanales, d’ailleurs, le travail n’est-il pas d’abord enseigné par l’exemple paternel ? L’apprentissage par « ouï dire et voir faire » ne s’effectue-t-il pas dans l’atelier, au contact des maîtres et des compagnons ? L’opposition des rôles féminins et masculins, intériorisée dès la prime enfance, confère aux hommes une position éminemment dominante dans le domaine « économique ». C’est pourquoi leur présence est massivement attestée partout où circule et s’échange l’argent : sur les marchés, au cabaret, autour des ateliers. La place de premier plan dévolue aux personnes de sexe masculin dans le commerce, le contrôle ou la production des marchandises imposent une honnêteté sans faille, une probité incontestée puisque, à défaut, l’exercice de leur profession deviendrait impossible. Cette nécessité est encore renforcée par la configuration socioprofessionnelle de la société lyonnaise, qui concentre en son sein un très grand nombre d’artisans, de négociants et de marchands dont la réussite dépend avant tout de la confiance du public. À Lyon, cité commerçante où souffle « l’esprit de commerce », faire faillite c’est, peut-être plus qu’ailleurs, plonger dans le déshonneur et l’infamie. Brissot dans ses Mémoires le confirme lorsqu’il écrit : « Dans l’hôtel de ville on expose les portraits des échevins mais quand ils font banqueroute on les retourne, et il y a un grand nombre de retournés35. » Enfin, la concurrence acharnée que se livrent les travailleurs achève d’imposer aux hommes une ligne de conduite fondée sur une grande intégrité morale. Toute suspicion, tout reproche de malversation ou de pratique frauduleuse sont vécus comme un outrage intolérable, capable de ruiner une famille entière si l’on n’y met pas rapidement un terme. D’où la prudence des diffamateurs, qui nient souvent, auprès du tribunal, avoir employé certaines injures car ils en connaissent trop bien les effets destructeurs. Ainsi Antoinette Guillaumet, brodeuse. Cette jeune femme est poursuivie par un marchand de blé pour médisances et calomnies sur la voie publique. Convoquée par la sénéchaussée criminelle pour s’expliquer, elle se défend en racontant qu’elle « a été insultée la première. Elle convient cependant avoir traité le plaignant de polisson et de coquin mais pas de voleur »36. N’est-ce pas reconnaître explicitement qu’il existe une véritable hiérarchie dans les insultes ? Qu’attaquer un homme sur le terrain de l’honnêteté en mettant en doute son respect des règles ou son intégrité est beaucoup plus grave que de dénigrer ses mœurs ? C’est que la défiance du public peut se révéler dramatique, surtout lorsque l’on vit du négoce.

  • 37 ADR, BP 3526, 27 octobre 1788.

La bonne foi est la base du commerce, écrit un marchand diffamé, attaquer un négociant en ce point c’est ruiner son crédit et renverser de fond en comble son commerce37.

36L’inquiétude que suscitent les médisances est d’autant plus grande que la position sociale de la victime est fragile. Dans un marché qui reste encore limité, artisans et journaliers redoublent de vigilance pour protéger au mieux leurs affaires :

  • 38 D. R., BP 3480, 25 juin 1782.

Dimanche en plein public, raconte Laurent Day maître horloger, la femme Hardouin se livra à une scène scandaleuse sans motif […]. Elle le traita de fripon, de coquin de voleur. Cette scène s’est passée en public en plein midi et assembla un concours de monde ; pour éviter une plus grande scène le suppliant fut forcé d’abandonner sa boutique dans laquelle il ne peut reparaître38.

37Parfois, les calomnies s’insinuent dans l’esprit du public, le murmure s’enfle et se transforme en rumeur. Les bruits les plus extravagants courent aux dépens des commerçants et boutiquiers du quartier.

  • 39 ADR, BP 3510, 26 octobre 1786.

Un bruit s’est répandu dans le quartier, explique un boulanger de la rue Mercière, disant que des pains empoisonnés étaient distribués […] un soupçon pèse sur lui et la confiance du public lui a été retiré. Depuis il a cessé de vendre son pain […] depuis on entend qu’il y a un boulanger rue Mercière qui fabrique des petits pains avec du poison39.

3. Les autres formes d’injures

  • 40 ADR, BP 3466, 28 juillet 1780.
  • 41 ADR, BP 3473, 29 août 1781.
  • 42 ADR, BP 3462, 1 février 1780.

38Dans une société où le mode de communication est essentiellement oral, il est intéressant de noter que l’injure utilise d’autres supports que la parole. C’est ainsi que les jeux de mains et de bouche, les mimiques, les postures peuvent prolonger les mauvais propos, que l’offenseur désigne la victime du doigt, qu’il la menace des poings ou qu’il l’humilie d’une autre façon encore. Toute une gestuelle accentue le côté infamant de l’insulte, ce qu’illustrent parfois les documents d’archives. Benoîte Gotelle, l’épouse d’un affaneur, note dans sa plainte que son voisin l’a copieusement « insultée et lui a montré son cul »40. Aimé Perrier, maître charcutier, témoigne qu’il « a vu très souvent et presque journellement la femme Chatoux insulter la femme du plaignant, la montrant même du doigt quand elle se met à ses fenêtres »41. La veuve Courtet vocifère des « atrocités en […] faisant l’écorne »42. Tous ces gestes, et d’autres encore, peuvent s’accomplir sans le soutien du verbe, se suffire à eux-mêmes et constituer ainsi une injure à part entière. Léonard Laurent, dessinateur, convoqué pour avoir giflé un négociant, se justifie en ces termes :

  • 43 ADR, BP 3482, 3 octobre 1782.

Sortant de son domicile et passant auprès du plaignant ce dernier le regarda avec dédain et fit un éclat de rire moqueur […] trois semaines avant la plainte, le plaignant ayant traversé la cour de la maison où demeure le répondant il l’insulta également d’un rire moqueur43.

39L’affectation de certains gestes, leur mise en scène volontairement provocatrice ne laissent évidemment aucun doute sur l’intention de l’auteur. Il reste que les sources sont trop pauvres en détails pour qu’on puisse apprécier véritablement les mouvements et les manifestations du corps dont l’expressivité, pourtant, est certaine.

  • 44 Mercier, op. cit., p. 204.
  • 45 Cf. la lettre du Président Dugas à son ami M. de Saints-Fonds reproduite dans Poidebard, op. cit.,(...)

40Une façon particulière de médire semble jouir de la faveur des Lyonnais : la chanson diffamatoire. On connaissait déjà l’inclination des Parisiens, chez qui, selon Mercier, « tout est matière à chanson »44. À Lyon, on chansonne volontiers aussi tel personnage en vue, ce dont les contemporains attestent largement45. Très répandues, ces pratiques ne visent pas seulement le cercle restreint des privilégiés et des bourgeois. Elles concernent toutes les catégories sociales sans distinction et, du plus riche au plus humble, chacun redoute l’effet dévastateur de ces méchantes chansonnettes qu’on fredonne sur un air à la mode. Elles sont d’ailleurs nommément mises en cause par 3 % de ceux qui portent plainte pour injures ou calomnies. Le sieur Journillon, notaire, expose au tribunal :

  • 46 ADR, BP 3454, 12 mars 1779.

Le déposant a entendu plusieurs fois une jeune femme chanter une chanson sur les degrés de la maison appelant le sieur Perret [le plaignant] nez de perroquet, nez de bécasse […] qu’il avait l’air d’un charlatan. Le déposant a souvent invité cette jeune femme à se contenir et à cesser ses injures46.

41Cette manière de procéder vise à déconsidérer la victime en la couvrant de ridicule. La moquerie et la dérision sont insupportables comme sont insupportables toutes les tentatives cherchant à dénigrer un individu en présence d’hommes ou de femmes du quartier. Apparemment anodin, le fredonnement de chansons peut vite tourner à l’aigre. Jean Garmier, maître forgeur, et sa femme, le savent bien. Tous les deux sont victimes de la jalousie des voisins, lesquels entonnent, tous les soirs, d’abominables couplets :

ils se sont avisés de chansonner la dame Garnier et dans leurs chansons ils mêlaient les plus grandes invectives, les plus affreuses injures et occasionnaient le plus grand scandale.

  • 47 ADR, BP 3484, 1er juillet 1782.

42Qualifiées de « sottises » par les plaignants, deux de ces rengaines sont versées au dossier : stigmatisant sur le mode humoristique, l’inconduite sexuelle de l’épouse, elles donnent à cette affaire l’apparence d’un charivari47. Ainsi, ressentie par les uns comme une attaque inqualifiable, considérée par les autres comme un moyen de condamnation et de censure efficace, la chanson sait faire éclater le scandale. À sa manière, elle rythme aussi la vie du quartier.

435 % environ des calomnies procèdent par voie écrite. Le plus souvent, il s’agit de lettres anonymes, parvenues aux victimes par la Petite Poste ou glissées à la sauvette sous les portes. En général, ces missives sont rendues publiques par les intéressés eux-mêmes, question de couper court aux rumeurs et de mieux pouvoir se disculper :

  • 48 ADR, BP 3483, 16 décembre 1782.

Lundi dernier, dépose un marchand farinier, entre dix et onze heures du matin, étant dans un cabaret […] avec le sieur Vachon maître boulanger, ce dernier fit lecture d’une lettre incisive adressée au plaignant par la veuve Coquard laquelle lettre incisive contenait des invectives graves. Après cette lecture le déposant et le sieur Vachon se rendirent chez la veuve Coquard […] lui demandèrent s’il était vrai qu’elle avait fait écrire cette lettre qu’elle en convint et répéta les faits injurieux48.

  • 49 ADR, BP 3465, 30 juin 1780.
  • 50 ADR, BP 3454, 12 mars 1779.

44Des calomniateurs plus argentés n’hésitent pas à faire imprimer des pamphlets ou des libelles et à les divulguer dans différents endroits du quartier. Jérôme Trenet, maître et marchand tireur d’or, se plaint d’être insulté dans un mémoire diffusé sous cape par un artisan49. Un maître chirurgien, le sieur Perret, accuse un de ses voisins, le sieur Dutrech, d’avoir fait « imprimer anonymement un libel qu’il a répandu et fait répandre dans tous les cafés, chez tous les confrères du suppliant et dans son quartier ». La brochure en question est jointe aux autres pièces du procès. Elle expose, sur un mode humoristique et cinglant, les griefs du détracteur qui signe du nom de Panurge50.

  • 51 ADR, BP 3462, 31 mars 1780.
  • 52 ADR, BP 3469, 16 janvier 1781.

45La calomnie peut encore adopter d’autres formes, plus originales, telles que le graffiti, gribouillé à la va-vite et exposé au regard de tous : Philibert Delormas, étudiant en droit, poursuit en justice « des quidams [qui] ont écrit sur une pierre d’ardoise dans le café du sieur Guiffrey Delormas, le Gallopin, le Saoulot et le filloux »51. Jean Zanety, compagnon plâtrier, dénonce l’animosité d’un marchand de plâtre qui « a écrit une fois en présence de plusieurs personnes que celui qui a fait les corniches en plâtre du cabaret Savoy est un âne et âne mourra »52.

  • 53 ADR, BP 3480, 17 juillet 1782.
  • 54 ADR, BP 3481, 19 juillet 1782.

46Enfin, pour achever ce tableau des pratiques diffamatoires écrites, il faut évoquer les très nombreux placards, affiches, pancartes ou écriteaux, écrits maladroitement et fixés à la hâte sur les portes des appartements ou à l’entrée de l’immeuble. Un domestique et son employeur – il s’agit d’une cabaretière – sont ainsi dénoncés et calomniés par un couple de marchands qui sont allés « jusqu’à afficher un écriteau sur la porte du cabaret contenant les mots Concubinage, Mendiant Insolent si tu branles tu iras en galères avec les autres »53. Un notaire réputé, le sieur Dussurgey, s’indigne de l’effet destructeur que causent sur l’opinion publique les affichettes manuscrites, répandues à proximité de son domicile et lui imputant de coupables prévarications54. Insérés parfois dans les procédures judiciaires, quelques-uns de ces placards diffamatoires sont parvenus jusqu’à nous. Consignés souvent de manière phonétique, offerts à la lecture du voisinage, ils portent à la connaissance de la collectivité les querelles de ménage, les transgressions des locataires ou colportent les racontars. Si ces dénonciations restent de facture maladroite, elles montrent cependant le rôle joué par l’écriture dans la société lyonnaise, y compris comme mode de production des injures. Bien que le canal principal de l’information soit oral, le recours à l’écrit – même mal maîtrisé – témoigne de pratiques populaires qui se côtoient et s’interpénètrent. Une culture spécifique en émerge qui mélange subtilement des modes de communication différents dont les archives reflètent quelques-uns des aspects.

  • 55 Du Rousseau de la Combe, op. cit., s. v. Injures.
  • 56 Furetière, op. cit., T. II, s. v. Injure.

47La calomnie, on l’a vu, suscite l’indignation. Celle de la victime, bien sûr, mais aussi celle de la communauté, lorsque le scandale engendré par les médisances prend des proportions excessives. Dans un premier temps, ceux qui ont en charge l’ordre public – le capitaine du quartier, le commissaire, le lieutenant de police, le lieutenant-criminel de la sénéchaussée ou l’un de ses adjoints – adressent un simple avertissement au coupable, en lui interdisant de récidiver sous peine de sanction. Toutefois, quand la mise en garde ne produit pas l’effet escompté ou encore lorsque l’offense est trop grave, la victime peut saisir les juges. Pour mener à bien leur action, ceux-ci disposent d’ordonnances, de recueils de lois et de règlements établis par les juristes. Certes, l’ordonnance de 1270 qui prévoyait déjà des amendes en cas d’injures n’est plus de mise. En revanche, les écrits jurisprudentiels fournissent aux juges un certain nombre d’éléments sur lesquels ils peuvent s’appuyer. Du Rousseau de la Combe explique ainsi que « pour simples injures verbales, on ne peut décréter de prise de corps ». Ou encore que « les héritiers du défunt décédé durant l’instance doivent donner acte à l’injurié qu’ils le tiennent pour homme de bien et d’honneur » et payer les frais de la procédure55. Dans son Dictionnaire, Furetière précise qu’il « est défendu d’informer pour injures légères, ou verbales, si elles ne sont atroces et dites à des gens de condition », soulignant ainsi que la justice, réticente à sanctionner les injures des classes populaires, est avant tout soucieuse de l’honneur des Grands56. Toutes ces dispositions sont reprises par les juges lyonnais, qui les complètent en cas de nécessité. Le plus souvent, un individu reconnu coupable de calomnie doit admettre en présence de plusieurs témoins (quatre, six, parfois plus) l’honorabilité et la probité de la victime. D’autre part, les frais de justice, auxquels s’ajoutent parfois des dommages et intérêts, sont toujours à la charge du coupable. Dans les cas les plus graves de diffamation, l’offensé peut obtenir une réparation écrite qui se présente sous la forme d’un correctif, imprimé en plusieurs exemplaires et affiché en différents endroits, selon les voeux de l’intéressé. La réparation publique de l’offense s’inscrit dans la logique d’un monde où les comportements et les valeurs sont très fortement externalisés : soucieuses de réhabiliter la victime dans son honneur, les autorités judiciaires exigent des coupables qu’ils reconnaissent leurs torts. En reniant publiquement les injures qu’ils ont proférées, les condamnés, désormais, sont tenus par leur propre parole. Pour plus de sûreté, cette rétractation est consignée par écrit. Si l’on espère, de la sorte, éviter toute nouvelle incartade, c’est qu’une récidive serait considérée comme une dénégation de la parole donnée. Une telle attitude flétrirait infailliblement l’honneur de leurs auteurs.

II – LES QUERELLES DE NATURE FINANCIÈRE OU « ÉCONOMIQUE »

48Si la société lyonnaise place l’honneur au coeur des préoccupations quotidiennes, les querelles de nature financière ou « économiques », en revanche, sont de moindre importance : 18 % des litiges entre voisins seulement concernent des conflits d’intérêt, des rivalités de commerce, des vols avec ou sans effraction, des dettes ou des défauts de paiement. C’est, somme toute, peu de choses, sans commune mesure en tout cas avec le torrent d’insinuations contenu dans les archives criminelles qui laisserait supposer une délinquance beaucoup plus importante. Cette distorsion entre une malhonnêteté prétendue parce que redoutée et une malhonnêteté avérée témoigne à l’évidence de la grande précarité des populations : la lutte pour la survie engendre une émotivité populaire exacerbée où se mêlent inquiétudes et soupçons. L’obsession du vol et des agissements déloyaux engendre un climat lourd de sous-entendus qui menace à chaque instant le fragile équilibre de la maisonnée. Entre voisins, la suspicion est grande, et le peu que l’on possède est jalousement gardé. Par delà les attaques et les soupçons qui relèvent de la calomnie ordinaire et qui rythment la vie des immeubles lyonnais, qu’en est-il, au juste, de la malhonnêteté entre voisins ? Quel visage la friponnerie et la « carambouille » revêtent-elles véritablement ? De quels types de larcins les membres de la communauté se rendent-ils coupables ? À ces questions, les procédures judiciaires offrent quelques éléments de réponse.

1. Les principaux motifs des plaintes

49Les plaintes à caractère financier ou « économique » se répartissent de la façon suivante :

La répartition socioprofessionnelle des plaignants entamant une procédure pour calomnie ou diffamation (étude de 423 plaintes)

50Trois motifs principaux provoquent la saisie des tribunaux : le vol et l’escroquerie, les dettes et les défauts de paiement, la concurrence déloyale – ou « détournement de pratiques » – et les rivalités de commerce. D’importance sensiblement égale, ces querelles génèrent une grande agressivité entre voisins. Révélatrices de situations matérielles souvent précaires, elles sont aussi la marque d’une dépendance économique implacable. Pour rendre compte au mieux de ces conflits d’intérêt, un examen détaillé s’impose. Il doit permettre de dépeindre, dans leur diversité, ces dissensions et d’apprécier l’incidence qu’elles ont sur la collectivité.

51Si le vol et l’escroquerie cristallisent les peurs et la défiance de la communauté, il s’agit pourtant d’agissements qui restent rares entre voisins. De fait, à l’origine de 35 % des plaintes à caractère financier ou « économique », ils ne représentent que 6 % de l’ensemble des plaintes prises en compte dans cette enquête. On peut, d’ailleurs, préciser davantage : 60 % des plaintes pour vol opposent des individus domiciliés dans la même rue ou le même quartier. Les 40 % restants sont des voisins « immédiats » qui demeurent au sein du même immeuble. Si l’on s’en remet, donc, aux sources judiciaires, sur le front du larcin et de la cambriole, la cohabitation entre habitants du quartier, et plus encore entre membres de la maisonnée, se présente sous un jour plutôt favorable. Est-ce à dire qu’une vertu scrupuleuse règne entre voisins ? Évidemment non. De nombreux chapardages n’ont sans doute entraîné aucune action en justice, les intéressés préférant un règlement à l’amiable, en dehors de l’arbitrage, toujours redouté, des tribunaux. Si l’on s’en tient aux documents, deux types d’informations peuvent être dégagés : le profil des prévenus d’une part, celui des victimes d’autre part. Autant d’indications importantes qu’il convient d’examiner.

2. La sociologie des voleurs et des escrocs

52La sociologie des prévenus suspectés de vol et d’escroquerie se présente de la façon suivante :

Journaliers

Artisans

Professions libérales

Négociants Marchands

Femmes célibataires et veuves

35 %

39 %

6 %

6 %

12 %

Étude de 116 cas

53Celle des victimes ainsi :

Étude de 116 cas

  • 57 ADR, BP 3459, 6 novembre 1779.
  • 58 ADR, BP 3516, 23 mars 1787.
  • 59 ADR, BP 3494, 2 juillet 1784
  • 60 Gutton, La Société et les pauvres, op. cit., p. 40.

54Ces pourcentages permettent d’ébaucher les contours d’une délinquance qui se déploie uniquement, rappelons-le, entre voisins. La physionomie des prévenus est sans surprise : il s’agit le plus souvent d’individus au statut professionnel mal défini, issus des classes populaires ou artisanales. Antoine Savoye, voleur de mouchoirs, est né dans le Vivarais. Il travaille comme marinier sur le Rhône et sur la Saône57. Claude Ducret est ouvrier dans une manufacture de chapellerie. Il a été surpris en possession « d’une mauvaise chemise de nuit et d’un mauvais bas de fil » dérobés dans le domicile d’un voisin58. Antoine Galland et son complice Jacques Ribe, dit Trois oreilles, exercent comme scieurs de bois quand ils chapardent du linge dans un grenier59. Les exemples sont nombreux et montrent que la pauvreté est à l’origine de la quasi-totalité des gestes délictueux. Le pourcentage élevé des femmes, veuves ou filles célibataires, dénoncées comme voleuses (elles représentent près de 13 % du corpus) conforte, d’ailleurs, cette idée. Ces catégories, en effet, composent souvent les niveaux les plus humbles de la société. Jean-Pierre Gutton, en examinant la liste des citoyens passifs de la ville en 1791, l’a bien montré60. Hier comme aujourd’hui, indigence rime donc avec délinquance. L’interrogatoire de quelques prévenues le montre sans ambiguïté. Françoise Combet, veuve et ouvrière en étoffes de soie, est interpellée après avoir subtilisé un coupon de mouchoirs chez une marchande de mode :

  • 61 ADR, BP 3533, 26 novembre 1789.

Elle a quatre enfants qui depuis longtemps manquent de pain […]. Passant au bas du Pont de Pierre pour aller chercher de l’ouvrage chez un marchand elle vit un coupon de mouchoirs au pied de la fermeture d’une boutique, le ramassa et continua son chemin avec ledit mouchoir à la main […] elle sentit bien alors qu’elle avait fait une faute en ne donnant pas les mouchoirs qu’elle avait trouvés à ceux qui étaient près de là61.

  • 62 ADR, BP 3534, 13 février 1790.
  • 63 ADR, BP 3436, 6 février 1777.

55Si la silhouette des accusés accuse nettement la pauvreté et les difficultés à survivre, celle des victimes apparaît beaucoup plus nuancée. Les bourgeois et les nobles, commençons par eux, ne paraissent guère affectés par les filouteries qui se commettent entre voisins : 2 % seulement des plaintes émanent de ces catégories-ci, moins, sans doute, à cause de leur faiblesse numérique que parce qu’une certaine distance sociale joue en leur faveur. S’attaquer aux biens d’un puissant voisin, en effet, est toujours jugé risqué. Tout au plus quelques vols s’opèrent-ils à la dérobée, à la faveur d’une porte ouverte ou mal verrouillée. Beaucoup plus vulnérables en revanche apparaissent les autres catégories de la population : à eux seuls, les artisans, les négociants et les marchands représentent 60 % des victimes. Chez eux, c’est moins l’aisance – parfois toute relative d’ailleurs – que l’activité professionnelle qui suscite la convoitise du voisinage. Détenteurs de fournitures, de vivres et de produits variés, ils se situent en effet au coeur du système marchand. Tantôt fabricants, tantôt vendeurs, tantôt les deux à la fois, ils disposent et gèrent parfois des stocks importants. Il peut être tentant pour un individu de pénétrer à l’intérieur d’une boutique, et d’y soustraire quelque article, à l’instar de Marièle Brun, une brodeuse en soie qui s’introduit chez un bijoutier pour lui dérober « une montre à boete en or placée à un clou sur la cheminée »62. Ces vols, sauf exception, ne sont pas prémédités. Ils se commettent à l’improviste, lorsqu’une occasion se présente ou qu’un concours de circonstances les rend possibles. On peut d’ailleurs s’interroger sur les chances de réussite de telles opérations quand on sait qu’elles s’accomplissent à visage découvert et, qui plus est, dans son quartier de résidence. Si les artisans et les marchands constituent des cibles de choix pour les cambrioleurs, les veuves et les femmes célibataires ne sont pas oubliées. Composant près du quart des victimes, elles constituent, c’est vrai, des proies faciles. Leur impécuniosité ne suffit pas à dissuader les voisins les moins scrupuleux que l’usage de la force ne rebute pas toujours : pour faire main basse sur la garde-robe de la veuve Gaillard, le nommé Girard n’hésite pas à saisir sa victime « aux cheveux […] à la maltraiter cruellement en lui donnant des coups de poings sur la tête et à la frapper à l’aide d’une chaise »63. Chaque vol, bien entendu, ne s’opère pas de façon aussi violente. Les voies de fait entre voisins, en cas de larcin, sont même rares puisqu’un quart des plaintes, seulement, fait mention de brutalités. Cependant, quand coups et blessures il y a, les veuves et les filles célibataires sont concernées au premier chef : ensemble, elles composent 43 % des plaignants, victimes de mauvais traitements. La fragilité physique constitue un handicap de taille dont les malfaiteurs, semble-t-il, savent cyniquement tirer parti.

3. Les plaintes pour dettes et pour rivalités de commerce

Le profil sociologique des débiteurs (étude de 78 plaintes)

56Les difficultés entre voisins qui ont pour origine ou un défaut de paiement composent, avec 31 % des occurrences, un second motif de plaintes. Ces dettes, de poids très variable, sont aussi de nature bien différente. Il peut s’agir d’un emprunt effectué auprès d’un voisin compatissant, d’une avance octroyée par un commerçant du quartier, d’un arriéré résultant d’un amour immodéré du jeu ou de la boisson ou encore d’une promesse souscrite dans le cadre d’une transaction commerciale. Dans 40 % des cas, notons-le, il s’agit d’échéances locatives qui n’ont pas été honorées par les occupants d’un logement. Toutes plaintes confondues, l’examen du profil des débiteurs souligne souvent la détresse économique des catégories professionnelles non qualifiées. Il montre aussi – et l’information n’est pas mince – que l’endettement, loin d’être l’apanage des plus nécessiteux, est une situation largement partagée par les autres membres de la collectivité.

  • 64 ADR, BP 3459, 15 octobre 1779.
  • 65 ADR, BP 3472, 6 juin 1781.
  • 66 ADR, BP 3473, 27 août 1781.

57Si ces plaintes regardent, de façon inégale c’est vrai, toutes les catégories socioprofessionnelles – nobles et bourgeois exclus – c’est, semble-t-il, parce qu’elles renvoient à un mode de vie spécifique, à une une réalité socioculturelle solidement ancrée. La consommation à crédit, le payement différé ou la pratique du troc sont, en effet, des procédés familiers dont témoignent les archives. François Cadi, charpentier, s’approvisionne en vin chez un cabaretier pour lequel, en contrepartie, il fabrique « quelques ouvrages et notamment une couchette »64. Denis Lombard, maître vinaigrier, dépanne une voisine désargentée en lui fournissant plusieurs livres d’huile65. De tels cas ne sont pas isolés. Ils montrent que les boutiquiers et les commerçants font facilement crédit à leurs voisins (par nécessité ?). On mise naturellement, sur la bonne foi du débiteur tout en espérant un remboursement rapide. Comme les engagements sont le plus souvent oraux, certains, incapables d’honorer leur dû, cherchent à désavouer leurs dettes, au grand dam des créanciers qui jouent parfois sur le registre de l’honneur en rappelant le mépris auquel s’expose celui ou celle qui ne respecte pas la parole donnée. Les sommes dues, pourtant, sont souvent dérisoires mais l’argent liquide est trop rare pour autoriser la moindre libéralité. D’où certaines attitudes qui peuvent surprendre comme celle de ce voiturier qui agresse violemment un notaire du quartier pour un arriéré de 15 sols contracté six ans auparavant66.

58Quand les débiteurs font la sourde oreille, plutôt que de saisir les tribunaux, beaucoup cherchent à se faire justice eux-mêmes. La pratique la plus courante consiste à se « dédommager » en s’emparant – par la force si nécessaire – d’un bien appartenant au débiteur.

  • 67 ADR, BP 3479, 4 mars 1782.

La dame Carteron, déplore un maître ferblantier, se rendit dans la boutique du plaignant qui était absent et y enleva une caffetière en fer blanc battu sous le prétexte que le plaignant lui devait de l’argent […] disant que c’était ainsi qu’il fallait se payer d’un coquin67.

  • 68 ADR, BP 3515, 21 mai 1787.

59L’épouse d’un aubergiste du quartier Saint-Georges est assaillie par sa voisine. « Elle lui a volé son panier de provisions en lui reprochant de lui devoir de l’argent68. » Dans cette quête pour récupérer son dû, on notera que les femmes sont en première ligne dans plus de la moitié des cas. Si la participation féminine à l’économie familiale est une chose bien attestée, se dessine ici le rôle complémentaire de l’épouse, chargée de recouvrer les créances du ménage. Cette tâche, d’ailleurs, concerne tout particulièrement les femmes d’artisans ou de boutiquiers, lesquelles secondent fréquemment leur mari dans l’exercice du métier. Non sans danger, parfois :

  • 69 ADR, 11G 301, 13 mars 1776.

Son épouse, raconte un fabricant de peignes, est allée chez les mariés Poulet qui demeurent même rue de la Barre […] pour leur demander une somme de 200 L. qu’ils leur avaient prêter il y a près de deux ans […]. Elle a essuyé mille injures […] a reçu des coups de bâton sur les reins et sur la tête et sans le secours des voisins elle aurait sans doute expiré sous les coups69.

60Si prêter de l’argent est toujours risqué, le récupérer peut se révéler plus périlleux encore.

61En cas de besoin pressant d’argent, lorsque les avances consenties par les commerçants ne suffisent plus, il n’est pas rare de recourir aux services des prêteurs sur gages. Théoriquement, cette activité est illégale et les autorités pourchassent ceux qui s’y livrent. Elle s’exerce souvent, pourtant, au vu et au su de tout le quartier, suscitant parfois la rancune des personnes qui ont été flouées.

  • 70 ADR, BP 3477, 8 janvier 1782.

Il a eu besoin d’argent il y a six mois, explique un marchand de charbon, […] il en a emprunté à la femme Carteron […]. En nantissement il lui a donné plusieurs effets et lorsqu’il a voulu les retirer et rembourser cette somme de 192 livres, elle a exigé 16 Louis d’or au lieu de 8 qu’elle avait prêtés70.

62Si chacun connaît la mauvaise réputation de ces usuriers, force est cependant de s’adresser à eux en l’absence de relations personnelles permettant d’emprunter à meilleur compte. Invariablement, ces spécialistes du prêt sur gages exigent du débiteur une promesse ou une reconnaissance de dettes. Le manuscrit faisant foi, il arrive qu’un emprunteur indélicat ou incapable de rembourser cherche à subtiliser cette pièce à conviction. En faisant disparaître de la sorte toute trace écrite, on compromet le remboursement de la dette. La victime, alors, n’a d’autre solution que de recourir à la justice pour faire valoir son bon droit. Le recouvrement de sa créance en dépend.

  • 71 C’est tous les six mois, rappelons-le, à la Saint-Jean Baptiste et à Noël qu’échoient traditionnel (...)

6340 % des plaintes pour dettes sont déposées à la suite d’échéances locatives impayées ou de déménagements furtifs. Dans les litiges de ce type se trouvent impliqués des propriétaires, des locataires principaux, des locataires, parfois des sous-locataires. Les uns – les créanciers – composent les plaignants. Les autres – les débiteurs – constituent les prévenus. Les premiers et les seconds sont engagés dans des situations conflictuelles d’autant plus difficiles à supporter qu’ils partagent aussi le même horizon géographique. De fait, si le propriétaire ne loge dans son immeuble que dans 35 % des cas environ, en revanche, locataires principaux et locataires résident toujours sous le même toit. Ce voisinage obligé engendre des querelles où l’on voit se dresser le bailleur chargé d’encaisser les montants du loyer et les mauvais payeurs71. C’est que, souvent, ces derniers manquent d’exactitude pour régler leur location. La cherté des logements, conséquence de l’entassement des hommes, multiplie le nombre de ménages qui, le moment venu, sont incapables de faire face aux échéances. Propriétaires ou locataires principaux saisissent alors les tribunaux pour faire valoir leurs droits et poursuivre les débiteurs. Le profil de ceux-ci derniers accuse fortement les traits de la précarité et de la pauvreté, ainsi que le montre le graphique ci-dessous.

Étude de 47 plaintes

  • 72 Du Rousseau de la Combe, op. cit., s. v. Bail.

64Comme la fuite inopinée des locataires reste, pour le propriétaire et le locataire principal le risque majeur, plusieurs dispositions existent qui visent à contraindre le preneur. Par souci de stabilité, les baux sont établis pour six ou neuf ans, rarement moins, et le locataire doit avertir de son départ trois mois à l’avance. La pratique de la sous-location, d’autre part, est dûment réglementée et certains contrats de location l’interdisent. Enfin, la loi prévoit qu’en cas de non-paiement du loyer, la justice peut ordonner la saisie des effets du débiteur à hauteur des sommes exigibles72. Cette saisie, nommée saisie gagerie, donne lieu à des commentaires et à des interprétations souvent contradictoires de la part des hommes de loi : Du Rousseau de la Combe accorde ce droit au principal locataire et à tout usufruitier, Brodeau le limite au propriétaire ou aux seuls contractants ayant établi un acte par-devant notaire. Tous les deux, en revanche, reconnaissent la nécessité d’un titre établi en bonne et due forme, lequel sera précédé d’un commandement ou d’une sommation à payer. À Lyon, la décision de saisie ressortit au lieutenant de la sénéchaussée criminelle ou aux officiers municipaux qui travaillent sous les ordres du lieutenant général de police. En aucun cas le créancier ne peut recouvrer son dû par la force. Dans la réalité, on le devine, propriétaires et locataires principaux ne suivent pas toujours les préceptes de la justice et usent de méthodes beaucoup plus expéditives. En témoigne la plainte de Josèphe Vivian, une dévideuse en soie, redevable d’un terme de loyer auprès du locataire principal :

  • 73 ADR, BP 3471, 23 mai 1781.

Le 14 mai […] le locataire principal se rendit avec six soldats du corps de garde des Cordeliers chez la plaignante, se saisit de la clé de sa chambre et dit Voilà une créature qu’il faut mener en prison et chasser d’ici. Il la fouilla et lui trouva 11 L. qu’il prit, la fit garder à vue fit chercher la nommée Prudhomme revendeuse de gages et malgré les cris et les pleurs de la plaignante il vendit à cette revendeuse une garde robe bois noyer, le lit de la plaignante […] et jeta tous les autres effets par les degrés ainsi que ses nippes, la chassa de son domicile, ferma la porte de sorte qu’elle se trouva sur le pavé à neuf heures du soir sans savoir où pouvoir se retirer73.

65En cas de difficulté financière, la crainte de voir disparaître ses gages – le plus souvent des effets ou des meubles – incite souvent le locataire à prendre les devants et à déménager « à la cloche de bois ».

  • 74 ADR, BP 3511, 22 décembre 1786.

Il a loué à Jean Marie Dubost marchand épicier, se lamente un locataire principal, un magasin et des appartements […]. Le sieur Dubost vient d’enlever tous ses meubles effets titres marchandises […] tout ce qui formait le gage de la créance du plaignant74.

66Ces départs précipités, les documents le montrent bien, demeurent une des préoccupations majeures des loueurs. Néanmoins, dans le cadre de cette étude qui n’envisage que les conflits entre membres du voisinage, le rapprochement de fait entre bailleur et preneur fausse quelque peu la réalité. De fait, en ignorant volontairement les plaignants domicilés à l’extérieur de la communauté de voisinage, il interdit d’évaluer avec exactitude l’importance d’un phénomène – celui des déménagements furtifs – à l’évidence très répandu dans la société lyonnaise.

67La coexistence, au sein du quartier, d’une foule de boutiquiers, d’artisans, de revendeurs en tout genre, d’affaneurs ou de colporteurs engendre, entre membres des catégories marchandes, de nombreuses jalousies de commerce : celles-ci représentent 25 % des conflits de nature financière ou « économique » qui surgissent entre voisins, soit sensiblement le même pourcentage que les querelles pour vol ou les différends pour dettes. La faiblesse du pouvoir d’achat de certains habitants de la cité ainsi que le poids numérique de l’artisanat traditionnel restreignent en effet la capacité du marché lyonnais et multiplient les rivalités entre commerçants. Les plaintes pour concurrence déloyale, pour pratiques marchandes irrégulières ou pour détournement de clientèle se succèdent et impliquent des individus issus d’horizons bien différents.

Le profil des plaignants, victimes d’irrégularités de commerce, de concurrence déloyale ou de détournements de pratiques (étude de 54 cas)

68En raison de l’imprécision des termes et de l’ambiguïté des fonctions, certains plaignants sont parfois difficiles à ranger dans une catégorie professionnelle. Néanmoins, qu’il s’agisse des marchands, des artisans, des revendeurs ou des affaneurs, tous, à des degrés divers, sont au coeur de transactions commerciales. Les uns tentent de vendre leurs marchandises, les autres proposent leur savoir-faire, quelques-uns monnayent leur force de travail pour transporter des colis ou décharger les bateaux. Le graphique ci-dessus montre la vulnérabilité de quelques professions – les affaneurs, les colporteurs, les petits revendeurs notamment – soumises plus que les autres aux aléas économiques. Quand le client devient rare, on se le dispute, on se l’arrache quitte, parfois, à échanger des coups. À cet exercice-là, les membres des activités les moins spécialisées remportent incontestablement la palme : crocheteurs, affaneurs et autres portefaix ont le geste rapide et la main lourde. Malgré les règlements de police qui assignent à chacun une place sur un port ou à la douane, les rixes sont quotidiennes, la concurrence permanente. Benoit Mulatier, crocheteur sur le port de Serin, explique ainsi

  • 75 ADR, BP 3454, 2 février 1779.

[qu’il] était […] occupé à charger sur sa voiture quatre pièces de vin pour le compte de Claude Belugeon marchand cabaretier lorsqu’il a été assailli par les nommés Rivière et Besson, voituriers sur le même port de Serin qui l’ont frappé […] et lui ont donné des coups sur la tête75.

  • 76 ADR, BP 3454, 4 novembre 1779.
  • 77 ADR, BP 3514, 7 avril 1787.

69Le monde hétéroclite des revendeurs en détail, les fruitiers, les herbagers, les vendeurs de poissons, de charbon, les revendeurs de gages et de haillons composent une autre catégorie tout aussi fragile. Leur pauvreté les rapproche davantage du menu peuple des journaliers que de l’univers des marchands. Dans ce type d’activités, les femmes jouent souvent un rôle de premier plan, qu’elles vendent sur les marchés, en boutique, au coin des rues ou sur les ports de la ville. Là encore, la concurrence est rude et le marchandage la règle de base. Ces techniques de vente sont à l’origine de nombreuses altercations, d’autant que certains n’hésitent pas à utiliser des méthodes contraires aux règles du commerce en se rendant coupables d’un véritable « détournement de pratiques » : une marchande de poisson attire, par exemple, un acheteur chez elle en le prenant « par le bras et en lui proposant un meilleur marché »76. Un vendeur de charbon sur la Saône empêche quiconque de s’approvisionner chez son concurrent en criant : « N’achetez pas ce charbon il ne vaut rien » avant de retirer la planche qui relie l’embarcation au quai77.

70Autre source de conflits : l’arrivée dans le quartier d’un nouveau commerçant. Si elle suscite toujours la méfiance du voisinage, elle peut vite se transformer en jalousie et occasionner la haine des autres commerçants qui se livrent à un négoce similaire. Menaces, coups bas, calomnies, tout est bon pour dissuader d’éventuels acheteurs et mettre l’indésirable en quarantaine. Une plainte déposée par François Nicolas Maubet, un marchand herboriste installé depuis peu rue Saint-Jean, illustre bien ce climat de tensions qui règne entre boutiquiers concurrents :

  • 78 ADR, BP 3482, 23 septembre 1782.

[…] il est venu demeurer depuis la Saint Jean Baptiste dernière […] et a établi un magasin de botanique vis à vis la demeure des mariés Legras […]. La femme Legras, jalouse, n’a cessé de l’injurier ainsi que d’exciter beaucoup de monde à en faire autant aux fins d’engager […] le plaignant à quitter la place […]. Elle cherche continuellement à éloigner ceux qui se présentent pour acheter des marchandises chez lui en leur disant que le plaignant est un pourri qu’il a une plaie à la jambe et qu’il la frotte avec ses fromages78.

71Cette rivalité marchande, naturellement, se vérifie aussi chez les artisans, du moins chez ceux qui associent à leur fonction de fabricant la fonction de vendeur. Elle se retrouve semblablement dans toutes les activités qui nécessitent une clientèle régulière pour pouvoir prospérer. Les nombreux empiétements qui s’opèrent entre métiers, en dépit d’innombrables règlements et des statuts corporatifs, attisent encore les différends. Un perruquier expose en ces termes le motif de sa plainte :

  • 79 ADR, BP 3524, 10 juillet 1788.

Il s’est installé comme perruquier depuis plusieurs années mais le sieur Depouilly chirurgien qui demeure dans le voisinage […] est jaloux de son commerce […] il est venu dans la boutique du suppliant prendre ses pratiques par le bras et les emmener chez lui […] pourtant le sieur Depouilly n’a pas le droit de peigner et le plaignant l’a dénoncé aux Maîtres gardes de la communauté des maîtres perruquiers79.

72Dans un monde où les théories libérales gagnent du terrain – en dépit des échecs d’un Turgot qui cherche à ouvrir le marché aux lois économiques de l’offre et de la demande – s’exprime ici le désarroi d’un petit peuple s’arc-boutant sur des réglementations de plus en plus désuètes. Qu’une période de chômage prolongée surgisse ou qu’une hausse imprévue des prix fasse son apparition, le nombre des chalands, aussitôt, diminue. La misère, alors, réapparaît et les conduites se durcissent. En découle une concurrence décuplée et une agressivité encore renforcée.

III – LA COHABITATION DIFFICILE

73La vétusté des constructions, l’entassement de la population, la promiscuité et l’insalubrité engendrent une manière de vivre à l’origine de nombreux conflits. 12 % des discordes entre voisins résultent en effet des conditions matérielles de l’existence, en particulier des structures de l’habitat : ce sont toutes les dissensions liées à la négligence, au sans-gêne ou aux « incivilités » des locataires. Ce sont également les querelles suscitées par l’entretien ou l’utilisation des emplacements communs à tout l’immeuble. Ce sont enfin les difficultés nées d’une cohabitation étroite ou occasionnées par les odeurs pestilentielles. Autant de sujets de disputes qui composent l’histoire des chamailleries quotidiennes et que racontent les procédures judiciaires, les procès-verbaux ou les contraventions dressées par la police municipale.

1. Les conflits liés à l’occupation de l’espace

  • 80 ADR, BP 3455, 17 mai 1779.
  • 81 ADR, BP 3459, 29 octobre 1779.
  • 82 ADR, BP 3459, 18 octobre 1779.

74Une fois sur deux, c’est le manque de place qui rend la cohabitation entre voisins difficile. L’étroitesse des habitations et des lieux, en effet, est telle qu’elle nécessite souvent des arrangements entre propriétaires, locataires ou sous-locataires. Des accords verbaux sont passés qui visent à s’accommoder de la petitesse des logements. Honoré Barat, un cabaretier, sous-loue une boutique au sieur Cadix lequel « lui permet le passage pour aller aux latrines »80. Antoine Broet, se rend dans son appartement en passant par la chambre où demeure la demoiselle Fournier81. Marie Cœur entrepose la garde robe de sa voisine « dans sa chambre avec faculté d’y chercher et d’y fermer ce qu’elle a besoin »82. Toutes ces dispositions, en multipliant les intrusions du voisinage, menacent sérieusement l’intimité des ménages. À cet égard, les occupants du rez-de-chaussée sont sans doute les plus mal lotis puisqu’ils sont en principe tenus de « souffrir le passage » des locataires qui veulent encaver leurs marchandises. On comprend sans difficulté que l’exercice de ces servitudes soit la source de difficultés quasi quotidiennes dont certaines, parfois, dégénèrent.

  • 83 ADR, BP 3453, 25 janvier 1779 et AML, FF 047, 20 juillet 1776.

75Le confinement des lieux, la rareté des espaces incitent aussi les habitants de l’immeuble à accaparer les emplacements restés libres. Quelques-uns n’hésitent pas à entreposer en dehors de leur domicile quantité d’objets et de matériaux, sans se préoccuper le moins du monde des autres locataires. Malgré les ordonnances municipales, la surveillance des commissaires de police ou des locataires principaux, nombreux sont ceux qui s’étalent sans vergogne, à l’exemple de Simon Fourquoy, aubergiste à l’île Perrache, qui entrepose ses tonneaux de vin dans la cour de l’immeuble ou du sieur Saint Cire, maquignon, entassant son fumier devant chez lui83. On ne compte pas non plus les cabanons ou autres baraquements bricolés, construits en toute illégalité par des individus installés à l’étroit dans leur logement ou leur boutique.

  • 84 AML, FF 047, 7 décembre 1776.

Nous […] commissaires, expose un procès-verbal de police, […] savoir faisons que […] le nommé Carteron tonnelier demeurant rue Ferrandière […] fait depuis longtemps des entrepots dans la cour […] de ses ustensiles et a construit une échoppe qui ôte le jour du domicile du nommé Rolin84.

76Ces attitudes sont courantes. Elles témoignent à la fois de l’étriquement de l’habitat et du souci de gagner de la place en s’appropriant les emplacements communs. Elles révèlent aussi une façon particulière de prendre possession de l’espace qui se retrouve, du reste, à la même époque, dans les autres villes françaises.

77Dans les quartiers populaires, les lieux collectifs à l’usage des locataires, c’est-à-dire le grenier, le puits, les latrines, la buanderie ou la lavanderie, suscitent de fréquents litiges. Accessibles, en principe, à tous, sauf clauses particulières, ils sont en fait l’objet d’un véritable enjeu, chacun s’efforçant de les accaparer ou d’en contrôler l’accès. La gestion de ces espaces, pourtant, relève de la responsabilité du principal locataire. Détenteur des clés, il cherche à maîtriser le flux des utilisateurs. Son action cependant ne suffit pas toujours à empêcher les contestations et les scènes entre voisins. L’usage du grenier, notamment, est source de conflits. Il oppose fréquemment les locataires entre eux, d’aucuns détournant à leur profit exclusif ces lieux affectés traditionnellement au séchage du linge.

  • 85 ADR, BP 3459, 13 octobre 1779.

Il existe dans cette maison, explique une plaignante, un grenier commun à tous les locataires et le sieur Trabaud en fait un usage abusif : il entrepose des fers blancs, y fait ses peintures en huile avec différentes drogues […]. Comme il met ses peintures indifféremment sur les tables et ailleurs dans le grenier, les locataires sont infectés et le linge qui s’y trouve est toujours taché85.

78Combien sont-ils à s’approprier, faute de place, cet espace et à travailler au milieu des lessives qui sèchent ? On ne saurait le dire mais les procédures judiciaires montrent que ces pratiques sont loin d’être marginales. Paul Pélis, négociant, occupe un appartement au second étage de la maison de Poizieux, rue Neuve. Il raconte :

  • 86 ADR, BP 3537, 22 septembre 1790.

Voulant user du grenier commun pour y étendre du linge il chercha à s’en procurer les clés. On lui dit qu’elles étaient entre les mains des trois filles Colombon qui occupent deux chambres au quatrième étage de cette maison. Il se transporta chez elles mais il les trouva au grenier commun qu’elles occupaient et où elles avaient installé un travail de broderie86.

79Cette propension à l’accaparement, au débordement et à la monopolisation n’est jamais que le reflet d’une nécessaire adaptation, propre à toute collectivité surpeuplée. De nouvelles dispositions réglementaires et, surtout, un aménagement des logements seront indispensables avant que ne s’esquisse un autre mode d’occupation de l’espace habité. Pour l’heure, dans les demeures populaires pour le moins, la confusion entre les domaines privé et public reste toujours la règle.

2. Nuisances et insalubrité

  • 87 Sur cette question, consulter Dias Olivier, L’Hygiène urbaine à Lyon au xviiie siècle, Mémoire de (...)
  • 88 AML, DD 23, ordonnances du 22 avril 1682 et du 8 mars 1732.
  • 89 AML, FF 039, ordonnance du 21 mars 1721.
  • 90 Voir par exemple l’ordonnance du 1er février 1759, AML, FF 039.
  • 91 AML, FF 050, ordonnance du 26 juillet 1776.
  • 92 Lire à ce propos les remarques de Berthelet de Barbot Petrus-Maria, dans sa Topographie médicale d (...)
  • 93 Corbin Alain, Le Miasme et la Jonquille, Paris, op. cit., plus particulièrement les deux premières (...)
  • 94 Young, op. cit., p. 382.
  • 95 Sur ce thème et sur la politique de santé publique menée à l’échelon du royaume au xviiie siècle, (...)

805 % environ des conflits qui éclatent entre voisins ont pour origine les nuisances ou la pollution provoquée par un locataire. On connaît bien, grâce aux témoignages des contemporains, aux anecdotes ou aux réclamations des riverains la gravité de cette pollution domestique et collective, la saleté voire la puanteur de certaines rues lyonnaises87. Pour limiter les mauvaises odeurs et améliorer la salubrité publique, le Consulat, d’ailleurs, prend un certain nombre de mesures tout au long du xviiie siècle. Il interdit d’entreposer ou de décharger du fumier à l’intérieur de la ville, circonscrit des emplacements réservés à la vente du poisson ou du fromage88. Par souci de salubrité, tous les locataires sont tenus de nettoyer les latrines communes de l’immeuble89. La fermeture des cimetières anciens est décidée. Devant la prolifération des chiens abandonnés, les autorités lancent des opérations d’empoisonnement de grande envergure90. L’activité des bouchers est surveillée, l’élevage des porcs défendu91. Le pavage des rues se poursuit et le balayage de la chaussée – dévolu aux boutiquiers et aux riverains du rez-de-chaussée – est sans cesse rappelé par les ordonnances municipales. À l’intérieur des immeubles, on l’a vu, les locataires participent à tour de rôle aux nombreux travaux d’entretien et de nettoyage des espaces collectifs. L’entrepôt d’immondices est prohibé, le jet d’ordures aussi… On pourrait multiplier les exemples. La réitération de ces règlements montre qu’à l’évidence leur application laisse à désirer. À Lyon comme ailleurs, la crasse et la puanteur urbaines continuent à sévir92, ce que dénoncent vivement médecins et philosophes93. Arthur Young, au cours de son périple français est frappé par les émanations pestilentielles des cités françaises qu’il traverse, Rouen, Bordeaux et surtout Clermont-Ferrand où, raconte-t-il, « il y a beaucoup de rues qui, pour la noirceur, la saleté et les mauvaises odeurs, ne peuvent être comparées qu’à d’étroits canaux, percés dans un sombre fumier94. » Louis-Sébastien Mercier, dans la description qu’il fait de Paris, rend compte en plusieurs endroits de la saleté de la capitale. L’hygiénisme et les discours sur la nécessité de purifier l’espace public, pourtant, sont à la mode95. À Lyon, pour combattre les effluves nauséabonds, le Consulat s’efforce de mener une politique sanitaire visant, en premier lieu, à refouler hors de la ville les ordures et les déjections humaines : en 1769, Jean Étienne Laboré obtient le monopole pour la vidange des fosses d’aisance. Il lui est demandé de recueillir la matière dans des tonneaux fermés, de l’enlever au petit matin et de l’entreposer dans des lieux réservés, à savoir le pré des Repenties sur la rive gauche du Rhône. Dans le même temps, les latrines des maisons font l’objet d’une surveillance accrue. Les autorités n’hésitent pas à dépêcher sur place des experts pour surveiller l’étanchéité des sacs quand ils avoisinent le puits commun de l’immeuble. L’intérêt nouveau qu’on porte à la qualité de l’eau se manifeste d’ailleurs par l’édification de nouvelles fontaines et par la construction de machines hydrauliques. Il se traduit encore par l’attention que lui témoignent désormais les élites intellectuelles. Ainsi, en 1775, l’Académie des Sciences, des Lettres et des Arts de Lyon met-elle au concours l’étude de l’approvisionnement en eau potable de la cité en proposant le sujet suivant :

  • 96 AML, BB 344.

Quels sont les moyens les plus propres et les moins dispendieux de procurer à la ville de Lyon la meilleure eau, et d’en distribuer en quantité suffisante dans tous ses quartiers96 ?

81Enfin, le dernier volet de la politique sanitaire de la municipalité porte sur la ventilation et l’aération des rues. Face à l’épouvantable stagnation et à la fermentation de l’ordure, stigmatisées avec effroi par le discours savant, la circulation de l’air est partout saluée comme le seul mode de purification véritablement efficace. C’est pourquoi le Consulat multiplie les mesures d’alignement et ordonne la destruction de nombreux îlots insalubres où stagne l’air vicié.

  • 97 « Soufflot et l’architecture des Lumières », Actes du colloque du CNRS du 18 au 22 juin 1980, Lyon (...)
  • 98 Garden, op. cit., p. 14.
  • 99 Mikaïloff Nathalie, Les Manières de propreté du Moyen Âge à nos jours, Paris, Maloine, coll. « Le (...)

82L’architecture des Lumières s’inspire également très largement des théories aéristes : la forme du bâtiment doit, désormais, faciliter les courants d’air frais. D’où la multiplication de dômes et de coupoles dont l’objet est d’aspirer la mauvaise odeur. À cet égard les travaux de Soufflot à l’Hôtel-Dieu font figure de modèle97. L’urbanisme lyonnais intègre ces idées neuves. Les voies de circulation sont élargies. Les portes et les croisées des nouvelles constructions s’agrandissent, les tours et les escaliers en colimaçon, réputés malodorants, cessent d’être construits. Pour autant, l’ampleur des transformations urbanistiques ne doit pas être surestimée98. L’incidence du discours éclairé non plus99. Les efforts sanitaires des autorités se révèlent sans véritable efficacité à en croire les procédures judiciaires et les procès-verbaux de police. Les matières fécales continuent à s’entasser sur la chaussée ou dans les cours d’immeubles et à alimenter en engrais les cultivateurs des faubourgs qui viennent les dérober. Le sans-gêne des uns, le laxisme des autres, l’insuffisance des commodités collectives ou privées soumettent les gens du commun à un environnement odorant. Le rapport à la matière et à l’ordure se traduit par des conduites et des gestes généralement admis, bien que peu délicats.

  • 100 AML, FF 048, 14 février 1777.

Nombre de personnes, explique un commissaire de police, se sont plaint à nous de ce que le sieur Morel jetait souvent par ses fenêtres de l’eau sale et des vases de nuit remplis de matières fécales sur la voie publique […]. Étant monté dans le domicile du sieur Morel […] lequel est convenu d’avoir jeté […] des gobelets remplis d’eau et quelques fois de mare de café, qu’il ne valait pas la peine de parler de ces misères100.

83Les vieilles habitudes sont difficiles à perdre d’autant qu’en l’absence d’équipements adaptés tous les moyens sont bons pour évacuer ses ordures.

  • 101 AML, FF 047, 20 mars 1776.

La demoiselle Roze, rapporte le commissaire Martin, […] demeure au premier étage de la maison Raymond. Elle […] a dit qu’elle jetait l’eau avec laquelle elle avait lavé ses assiettes n’ayant point d’évier qu’elle y était forcée […]. La demoiselle Cornet […] au deuxième étage […] a répondu oui je jette et j’y suis forcée n’ayant point d’évier qu’on m’en fasse un et je ne jetterai plus mais jusque là je jetterai toujours101.

  • 102 AML, FF 048, 8 juin 1776.
  • 103 ADR, BP 3472, 26 juin 1781.
  • 104 ADR, BP 3510, 3 août 1786.

84On remarque ici ce que l’on a déjà constaté ailleurs, à savoir une façon quasi « libertaire » d’occuper et de disposer de l’espace habité. De tels exemples sont loin d’être isolés. Le nommé Augustin, maître fabricant en soie montée des Capucins, entrepose sur la galerie du premier étage un vase rempli d’excréments « parce qu’il faut monter au quatrième étage de ladite maison pour aller aux lieux »102. Le domestique de Monsieur Villermoz vide le bain de son maître à partir du balcon de ses appartements103. Pour renouveler la garniture de son lit, Antoine Bouvard, messager rue Poulaillerie, jette sa vieille paillasse dans la cour de la maison104. Ces quelques exemples, glanés au hasard des archives, montrent que les actions et les gestes polluants sont largement répandus dans la société lyonnaise, ce que confirme le profil sociologique des pollueurs poursuivis par les tribunaux.

Le profil des « pollueurs » (étude de 59 cas)

  • 105 Corbin, Le Miasme et la Jonquille, op. cit., p. 11-101.

85Si, comme le montre le graphique, jeter ses balayures et ses résidus domestiques demeure une pratique commune, certains groupes sociaux cependant nuisent davantage à l’environnement que les autres : ce sont les domestiques et les employés de maisons, les femmes célibataires, les artisans. Ces derniers sont nombreux à salir la chaussée, souiller l’eau du puits ou polluer l’atmosphère dans l’exercice de leur profession : les ciergers fondent le suif, les tanneurs détrempent leurs peaux dans des cuves, les teinturiers manient les colorants, les corroyeurs travaillent le cuir. De toutes les activités, celle des tripiers et des bouchers est sans doute la plus incommodante. En dépit des ordonnances et de la surveillance policière, certains d’entre eux éparpillent tripes et déchets sanguinolents aux quatre vents. D’où les réactions ou les réclamations véhémentes des riverains incommodés. C’est que, malgré le laisser-aller et les négligences coupables, il existe un seuil au-delà duquel l’odeur, les liquides nauséabonds, les vapeurs ou la fumée cessent d’être supportables. Il serait intéressant bien sûr pour l’historien de la société de pouvoir définir les limites du tolérable et de l’intolérable. D’autant que le xviiie siècle est une période de révolution olfactive et que l’indulgence vis-à-vis de la puanteur cède peu à peu du terrain105. Qu’en est-il pour Lyon ? Existe-t-il des signes tangibles qui permettraient de conclure à un abaissement du seuil de tolérance ? Si oui, quelles classes sociales cela concerne-t-il ? Toutes indifféremment ou bien les seules élites urbaines ? Autant de questions auxquelles il est impossible de répondre de façon satisfaisante. Les archives judiciaires et municipales, en effet, ne sont pas ici d’un grand secours. Le recensement de toutes les plaintes, procès-verbaux ou enquêtes policières, pour la période 1776-1790, n’enregistre aucune évolution significative et les plaignants proviennent toujours de l’ensemble des couches de la société. À peine présentent-ils un profil quelque peu populaire.

86Si la tolérance à la puanteur est difficile à mesurer, en revanche les raisons invoquées par les riverains en colère qui veulent la combattre sont explicites et instructives : davantage que l’inconfort olfactif ou que le rudoiement des organes sensoriels, c’est avant tout la croyance commune au pouvoir putréfiant et altérant des odeurs fécales qui incite les particuliers à recourir aux autorités.

  • 106 AML, FF 050, 26 juillet 1776.

Sur les sept heures et demi du soir, explique un commissaire, seraient venus à nous trois particuliers demeurant rue Pierre Scize se plaindre disant que le sieur Arnaud marchand amidonier […] leur voisin, nourrissait des cochons qui causaient une infection terrible dans le voisinage et que la mauvaise odeur faisait changer la couleur de la soie des étoffes qu’ils fabriquaient106.

87Courantes aussi, les fumées et les vapeurs malodorantes suscitent une inquiétude similaire. De nombreuses activités, on le sait, sont à l’origine d’émanations polluantes : les ateliers des chaudronniers, des forgerons, des foulons, des teinturiers ou des chapeliers sont équipés de chaudières et de fours, alimentés par un mauvais charbon de pierre. La présence incommodante de ces métiers engendre polémiques et récriminations. Là encore, c’est la volonté de préserver la qualité des marchandises et l’éclat des tissus qui mobilise les énergies plutôt que de strictes considérations d’hygiène ou de bien-être. Dans une requête adressée au Consulat, plusieurs propriétaires dénoncent en ces termes les méfaits des ateliers de chapellerie :

  • 107 AML, HH 32, non daté.

[…] [les propriétaires] louent les dites maisons à des ouvriers fabricants en étoffes de soie d’or et d’argent qui ont tous déclaré […] ne pouvoir occuper lesdites maisons à cause que plusieurs chapeliers demeurant dans la même rue se servent […] dans leurs fourneaux de charbon de pierre […] lesquels charbons, enlevés par les gaynes des cheminées […] sont jetés au moyen des vents dans les chambres occupées par lesdits ouvriers en étoffes de soie […] et sur tous leurs ouvrages […]. Non seulement leurs étoffes mais encore leurs outils sont entièrement endommagés car ces sortes de mouches étant sur des étoffes fines ou autrement font une tâche noire (…) qu’il n’est pas possible d’enlever107.

  • 108 Cf. première partie, chapitre 1.

88La fréquence de ces pollutions, la persistance des odeurs pestilentielles tendent considérablement les rapports entre voisins. Des démarches collectives ne sont pas rares et réunissent de temps à autre les locataires d’un immeuble, excédés par le manque de civisme d’un particulier. La mauvaise humeur du voisinage, son animosité et son ressentiment s’expriment encore lorsqu’un résident désinvolte refuse de s’acquitter des tâches communautaires d’entretien. Une telle attitude est fréquente et les archives municipales s’en font souvent l’écho. Les règlements de police, pourtant, sont stricts et rappellent régulièrement qu’à tour de rôle, selon un ordre prescrit par le principal locataire, chaque ménage doit contribuer au nettoyage et à l’entretien des parties communes de la maison. En cas d’infraction à la loi, des amendes collectives sont prévues, imputables à tous108. L’effet dissuasif de cette dernière disposition est évidemment difficile à mesurer. On notera cependant que les travaux collectifs d’entretien sont à l’origine de nombreux conflits et qu’ils divisent fréquemment les locataires. La négligence des uns, le sans-gêne ou la malveillance des autres suscitent des échauffourées dont témoignent les procédures judiciaires.

  • 109 ADR, BP 3516, 2 juillet 1787.

Hier vers onze heures du matin, narre la veuve Fayolle garde-malade, sa fille balayait l’allée de la maison […] commune avec la veuve Matrat, coupeuse de poils de chapeaux et la veuve Liermet […] [sa fille] conduisait avec son balai les balayures dans le ruisseau de l’allée. La veuve Matrat qui était sur la porte de son appartement donnant sur l’allée l’insulta lui disant qu’elle devait conduire ces balayures jusqu’au ruisseau de la Côte des armélites […] puis elle se précipita sur elle la saisit par les cheveux appela quatre de ses ouvrières […] la battirent et lui donnèrent un coup de balai […]. La fille Fayolle cria violemment […] plusieurs personnes accoururent et la tirèrent des mains de ces cinq femmes acharnées109.

89Esclandres quotidiennes, disputes entre femmes en charge du décrassage de l’immeuble, il existe trop d’exemples pour pouvoir les citer tous.

  • 110 Sur l’histoire et l’évolution du paysage sonore consulter Gutton, Bruits et sons dans notre histoi (...)
  • 111 À Paris, l'appareil policier est tout aussi inefficace, cf. Farge, Vivre dans la rue, op. cit., p. (...)

90Le recours à la justice pour cause de pollution sonore reste exceptionnel : moins de 3 % des procédures sont engagées pour protester contre la conduite ou la présence tapageuse d’un membre du voisinage. Est-ce à dire que les populations sont insensibles au bruit ? Évidemment non110. Seulement n’apparaissent dans les archives judiciaires que les différends les plus graves, ceux qui ont débouché sur des voies de fait ou des injures graves. Tous les autres, c’est-à-dire l’immense majorité, restent inconnus. De ce fait, il est difficile d’étudier la question du bruit autrement que de manière superficielle, plus difficile encore d’envisager le degré de tolérance (ou d’intolérance) que les Lyonnais manifestent à son égard. Quelques dispositions réglementaires, pourtant, montrent que le Consulat se préoccupe de la tranquillité de ses concitoyens : les débits de boissons sont assujettis à des heures de fermeture strictes, l’allée des maisons aussi. Ceci par mesure de sécurité, bien sûr, mais aussi pour permettre à chaque locataire de pouvoir dormir paisiblement. Les jours fériés et le dimanche, plus particulièrement pendant le service religieux, toute activité est suspendue, la vente interdite, le bruit prohibé. Les récalcitrants sont pourchassés par les commissaires de police et mis à l’amende. L’efficacité policière, cependant, est sujette à caution. À Lyon comme ailleurs, les règlements ont peu de prise sur la réalité111. La liberté des gestes et des corps, la volubilité, la faconde des particuliers emplissent l’espace de clameurs ou de cris. Les ateliers de fabrication et les manufactures retentissent du bruit des outils.

Les forgerons, les maréchaux, les serruriers, les armuriers […] sont répandus indifféremment dans tous les quartiers les plus fréquentés et les plus beaux de la ville où ils font d’ailleurs un bruit fort incommode avec le marteau et la lime sans que néanmoins leurs voisins s’avisent de se plaindre,

  • 112 AML, HH 32, non daté.
  • 113 ADR, BP 3537, 3 novembre 1790.

91explique un mémoire non daté, adressé aux Prévôts des marchands112. À la fin du siècle cependant, le désir de tranquillité se fait plus fort. Certains locataires principaux interdisent l’accès de leur immeuble aux individus qui exercent une activité professionnelle bruyante. Le non-respect de ces clauses peut déboucher sur des plaintes, à l’exemple de celle engagée par le sieur Enay où le remontrant reproche à deux de ses locataires de perturber le repos de la maison après qu’ils ont installé dans leur appartement « quinze à seize ouvriers qui travaillent sans cesse à couper et à battre les métaux propres à la fabrication des boutons »113. Une protestation de ce type est précieuse car révélatrice de l’intense activité qui règne dans les immeubles lyonnais du centre ville. L’espace propre au travail n’a pas encore été inventé : les activités professionnelles restent à proximité des foyers d’habitation ou se confondent avec eux, ce que rejette, d’une certaine façon, le plaignant ci-dessus. Dans la plupart des cas néanmoins, lorsque rivalité il y a entre voisins pour des motifs relatifs au bruit, l’exercice du métier n’est pas remis en cause. Aucune plainte, par exemple, n’a été relevée visant un artisan en soie sous prétexte que ses métiers auraient battu trop longtemps ou trop fort. On dénonce, en revanche, le chahut occasionné par les allées et venues nocturnes des locataires ou des jeunes filles célibataires, toujours suspectées « d’immoralité ». Pour une population qui travaille dur pendant la journée, il est rare, en effet, de se mettre au lit à des « heures indues » La cherté du chauffage et de l’éclairage n’incitent pas à veiller non plus. C’est pourquoi le bruit ou le tapage nocturne sont l’apanage des hommes et des femmes de « mauvaise vie ». Ils déclenchent régulièrement reproches et colère de la maisonnée.

Notes

1 ADR, BP 3483, 7 novembre 1782.

2 Sur les différentes juridictions qui se partagent le droit de police à Lyon, voir dans l’introduction générale la note 2 p. 6.

3 Castan Yves, Honnêteté et relations sociales en Languedoc, op. cit., p. 111.

4 Farge, La Vie fragile, op. cit., p. 29.

5 Guignet Philippe, Vivre à Lille sous l’Ancien Régime, Paris, Perrin, coll. « Vivre sous l’Ancien Régime », 1999, p. 323.

6 Beccaria Cesare, Des délits et des peines, Paris, Flammarion, coll. « GF Flammarion », [1re édit. 1766 traduction par l’abbé Morellet] 1991, p. 84.

7 ADR, BP 3520, 23 mai 1788.

8 ADR, BP 3481, 16 juillet 1782.

9 ADR, BP 3534, 15 janvier 1780.

10 ADR, BP 3533, 10 novembre 1789.

11 ADR, BP 3456, 6 mars 1779.

12 Dinges Martin, « Die Ehre als Thema des Stadtgeschichte. Eine Semantik im Übergang vom Ancien Regime zur Moderne », vol. 16, Zeitschrift für historische Forschung, 1999, p. 409-440.

13 ADR, BP 3520, 23 février 1788.

14 ADR, BP 3479, 25 mars 1782.

15 ADR, BP 3436, 17 février 1777.

16 Cf. première partie, chapitre 2.

17 ADR, BP 3520, 10 février 1788.

18 Farge, Vivre dans la rue, op. cit., p. 92.

19 ADR, BP 3459, 12 novembre 1779.

20 Voir première partie, chapitre 1.

21 ADR, BP 3455, 8 mai 1779.

22 ADR, BP 3524, 1er août 1788.

23 ADR, BP 3537, 5 novembre 1790.

24 Farge Arlette, La Vie fragile, op. cit., p. 27-28.

25 Sur l’importance et le rôle que jouèrent les rumeurs dans la civilisation d’Ancien régime, voir Delumeau Jean, La Peur en Occident ( xive-xviiie siècles), Paris, Fayard, coll. « Pluriel », 1978, p. 225-237.

26 Sur ce thème, consulter Farge Arlette, Revel Jacques, Logiques de la foule. L’affaire des enlèvements d’enfants, Paris 1750, Paris, Hachette, coll. « Textes du xxe siècle », 1988.

27 Sur la calomnie à Lyon, voir Jauffret Marion, 1712-1762 : cinquante de diffamation à Lyon et dans le Lyonnais, Mémoire de maîtrise sur la direction de F. Bayard, Université Lumière-Lyon 2, Centre Pierre Léon, 1995.

28 Furetière, T. II, op. cit., s. v. Injure.

29 ADR, BP 3445, 14 janvier 1778.

30 Castan, Honnêteté et relations sociales en Languedoc (1715-1780), op. cit., p. 41-43.

31 ADR, BP 3455, 20 juin 1779.

32 Furetière, op. cit., T. II, s. v. Honnesteté.

33 ADR, BP 3523, 23 mai 1788.

34 ADR, BP 3477, 3 janvier 1782.

35 Brissot, op. cit., T. II, p. 117.

36 ADR, BP 3464, 10 mai 1780.

37 ADR, BP 3526, 27 octobre 1788.

38 D. R., BP 3480, 25 juin 1782.

39 ADR, BP 3510, 26 octobre 1786.

40 ADR, BP 3466, 28 juillet 1780.

41 ADR, BP 3473, 29 août 1781.

42 ADR, BP 3462, 1 février 1780.

43 ADR, BP 3482, 3 octobre 1782.

44 Mercier, op. cit., p. 204.

45 Cf. la lettre du Président Dugas à son ami M. de Saints-Fonds reproduite dans Poidebard, op. cit., p. 133.

46 ADR, BP 3454, 12 mars 1779.

47 ADR, BP 3484, 1er juillet 1782.

48 ADR, BP 3483, 16 décembre 1782.

49 ADR, BP 3465, 30 juin 1780.

50 ADR, BP 3454, 12 mars 1779.

51 ADR, BP 3462, 31 mars 1780.

52 ADR, BP 3469, 16 janvier 1781.

53 ADR, BP 3480, 17 juillet 1782.

54 ADR, BP 3481, 19 juillet 1782.

55 Du Rousseau de la Combe, op. cit., s. v. Injures.

56 Furetière, op. cit., T. II, s. v. Injure.

57 ADR, BP 3459, 6 novembre 1779.

58 ADR, BP 3516, 23 mars 1787.

59 ADR, BP 3494, 2 juillet 1784

60 Gutton, La Société et les pauvres, op. cit., p. 40.

61 ADR, BP 3533, 26 novembre 1789.

62 ADR, BP 3534, 13 février 1790.

63 ADR, BP 3436, 6 février 1777.

64 ADR, BP 3459, 15 octobre 1779.

65 ADR, BP 3472, 6 juin 1781.

66 ADR, BP 3473, 27 août 1781.

67 ADR, BP 3479, 4 mars 1782.

68 ADR, BP 3515, 21 mai 1787.

69 ADR, 11G 301, 13 mars 1776.

70 ADR, BP 3477, 8 janvier 1782.

71 C’est tous les six mois, rappelons-le, à la Saint-Jean Baptiste et à Noël qu’échoient traditionnellement les loyers.

72 Du Rousseau de la Combe, op. cit., s. v. Bail.

73 ADR, BP 3471, 23 mai 1781.

74 ADR, BP 3511, 22 décembre 1786.

75 ADR, BP 3454, 2 février 1779.

76 ADR, BP 3454, 4 novembre 1779.

77 ADR, BP 3514, 7 avril 1787.

78 ADR, BP 3482, 23 septembre 1782.

79 ADR, BP 3524, 10 juillet 1788.

80 ADR, BP 3455, 17 mai 1779.

81 ADR, BP 3459, 29 octobre 1779.

82 ADR, BP 3459, 18 octobre 1779.

83 ADR, BP 3453, 25 janvier 1779 et AML, FF 047, 20 juillet 1776.

84 AML, FF 047, 7 décembre 1776.

85 ADR, BP 3459, 13 octobre 1779.

86 ADR, BP 3537, 22 septembre 1790.

87 Sur cette question, consulter Dias Olivier, L’Hygiène urbaine à Lyon au xviiie siècle, Mémoire de maîtrise sous la direction d’O. Zeller, Université Lumière-Lyon 2, Centre Pierre Léon, 1996.

88 AML, DD 23, ordonnances du 22 avril 1682 et du 8 mars 1732.

89 AML, FF 039, ordonnance du 21 mars 1721.

90 Voir par exemple l’ordonnance du 1er février 1759, AML, FF 039.

91 AML, FF 050, ordonnance du 26 juillet 1776.

92 Lire à ce propos les remarques de Berthelet de Barbot Petrus-Maria, dans sa Topographie médicale de Lyon et de son territoire, Lyon, 1773, p. 9-11.

93 Corbin Alain, Le Miasme et la Jonquille, Paris, op. cit., plus particulièrement les deux premières parties p. 11-159.

94 Young, op. cit., p. 382.

95 Sur ce thème et sur la politique de santé publique menée à l’échelon du royaume au xviiie siècle, voir Favre Robert, La Mort au siècle des Lumières, Lyon, PUL, 1978, pages, p. 244-271.

96 AML, BB 344.

97 « Soufflot et l’architecture des Lumières », Actes du colloque du CNRS du 18 au 22 juin 1980, Lyon, Publications de l’Université Lumières-Lyon 2, 1980.

98 Garden, op. cit., p. 14.

99 Mikaïloff Nathalie, Les Manières de propreté du Moyen Âge à nos jours, Paris, Maloine, coll. « Le vécu et le vivant », 1990.

100 AML, FF 048, 14 février 1777.

101 AML, FF 047, 20 mars 1776.

102 AML, FF 048, 8 juin 1776.

103 ADR, BP 3472, 26 juin 1781.

104 ADR, BP 3510, 3 août 1786.

105 Corbin, Le Miasme et la Jonquille, op. cit., p. 11-101.

106 AML, FF 050, 26 juillet 1776.

107 AML, HH 32, non daté.

108 Cf. première partie, chapitre 1.

109 ADR, BP 3516, 2 juillet 1787.

110 Sur l’histoire et l’évolution du paysage sonore consulter Gutton, Bruits et sons dans notre histoire, op. cit., p. 61-104.

111 À Paris, l'appareil policier est tout aussi inefficace, cf. Farge, Vivre dans la rue, op. cit., p. 193 et suivantes.

112 AML, HH 32, non daté.

113 ADR, BP 3537, 3 novembre 1790.

Table des illustrations

Légende La répartition socioprofessionnelle des plaignants entamant une procédure pour calomnie ou diffamation (étude de 423 plaintes)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/12744/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Le sexe des personnes calomniées (étude de 423 plaintes)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/12744/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende Le sexe des calomniateurs (étude de 423 plaintes)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/12744/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende La répartition socioprofessionnelle des plaignants entamant une procédure pour calomnie ou diffamation (étude de 423 plaintes)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/12744/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende La répartition socioprofessionnelle des plaignants entamant une procédure pour calomnie ou diffamation (étude de 423 plaintes)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/12744/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Étude de 116 cas
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/12744/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Le profil sociologique des débiteurs (étude de 78 plaintes)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/12744/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Étude de 47 plaintes
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/12744/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Le profil des plaignants, victimes d’irrégularités de commerce, de concurrence déloyale ou de détournements de pratiques (étude de 54 cas)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/12744/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Le profil des « pollueurs » (étude de 59 cas)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/12744/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 81k

© Presses universitaires de Lyon, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search