Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Ouvriers de la région lyonnaise (1848-1914) - Volume 1

 | 
Yves Lequin

Conclusion

Texte intégral

  • 136 Il s’agit, bien sûr, de la « banque » du négociant, au sens où l’emploient Linossier (F.) et Cajan (...)

1En trois quarts de siècle, le destin de chaque ouvrier, de chaque ouvrière, s’inscrit dans les transformations de l’économie et de la société régionales. C’est-à-dire dans un ensemble complexe, à composants multiples où rien n’est tranché, dans une métamorphose lente où le passé ne s’abolit jamais tout à fait, où le futur ne se dégage qu’avec lenteur. Que la condition ouvrière y soit nettement séparée, très tôt, le test d’intermariage le montre à l’évidence dès le milieu du XIXe siècle. Mais chaque destinée individuelle ne s’y enferme pas et les liens demeurent, en ville surtout, avec ce qu’il faut bien nommer du terme peu rigoureux de « classes populaires », tout un monde de la boutique et de l’échoppe ; on a à peu près autant de chances d’y entrer en se mariant qu’on a eues d’y naître. Une cinquantaine d’années plus tard, c’est l’univers nouveau du bureau, déjà, et de la « banque »136, multiplié avec la diversification de l’activité économique que l’on côtoie assez pour s’allier à lui, et mille liens demeurent ou s’établissent avec ces employés qui ont pris la place des artisans et des petits commerçants dans l’échelle des hiérarchies. D’ailleurs, s’est-on jamais dit, se dit-on jamais « ouvrier » devant l’officier d’état-civil ? Il faut attendre les années 1900, pour que, seuls à le faire, les manœuvres des usines chimiques ne trouvent point pour parler d’eux-mêmes, d’autre terme que celui « d’ouvrier d’usine ». Et pour le plus grand nombre, la condition ouvrière ne s’inscrit pas dans le cadre d’une société bouleversée et prolétarisée par l’industrialisation.

  • 137 Comme on dit des ateliers familiaux de la draperie viennoise.

2Pourtant, elle est souvent migration professionnelle, donc rupture. Nombreux sont les fils et les filles de paysans, dès les années 1850, surtout dans les grandes villes, réduits aux tâches les plus difficiles y compris, à Lyon, les travaux subalternes de la Fabrique. Mais ils sont accompagnés par les enfants des artisans et des ouvriers ruraux ; les uns et les autres ne sont pas venus parce qu’ils ont été chassés d’une terre et d’une campagne qui, soudain, ne pouvaient plus les nourrir, et il n’est pas, parmi eux, beaucoup de gens des pays voisins de pauvreté, de la Dombes des étangs, de la plaine marécageuse du Forez. L’abondance en hommes et en richesses des pays d’origine, la distance ou l’éloignement ne font rien à l’affaire. Ils ne sont pas arrachés par des déséquilibres nouveaux nés de de l’essor industriel, mais portés par une tradition migratoire, le dégorgement régulier d’un plat-pays proche ou lointain, toujours trop plein. Campagnards du Lyonnais et du Beaujolais, Jurassiens, Bugistes et Savoyards viennent vers les ateliers lyonnais, comme y étaient venus leurs pères et leurs grands pères et c’est depuis plusieurs décennies que les Vellaves partent vers le bassin forézien, mais ne franchissent pas le modeste col de Terrenoire — entre Saint-Etienne et Saint-Chamond, quelque dizaines de mètres — pour se fondre dans l’agglomération stéphanoise ; que les Auvergnates, au contraire, la contournent pour rejoindre la vallée du Gier ; qu’hommes et femmes des Terres froides du Dauphiné se dirigent vers les « boutiques » de Vienne137 où le Rhône fait toujours si bien barrière, d’Ouest en Est, entre « Royaume » et « Empire » pour parler le langage de ses bateliers ; que Marchois et Limousins, faisant fi de la distance, cheminent Vers les villes de la région, comme d’autres, plus nombreux, partent pour Paris.

3Ainsi, nombre des ouvriers de Saint-Etienne, de Lyon ou d’ailleurs sont de ces montagnards qui, depuis plusieurs siècles, descendent vers la plaine dans cet échange complémentaire qui donne à la région lyonnaise des airs de marche méditerranéenne ; et avec d’autres, participent de la mobilité de ces « pays » de la France d’autrefois, parfaitement vivants en plein XIXe siècle, dont l’activité repose sur un équilibre des hommes et des choses où la migration, temporaire ou définitive, est depuis longtemps partie prenante.

4Les autres suivent les courants où s’échangent, depuis plus longtemps encore, les hommes et les marchandises, par la dépression septentrionale du Massif Central ; par cette longue dorsale lotharingienne, partout présente et que tracent la vallée de la Saône et la porte de Bourgogne, depuis la plaine du Rhin ; sur cette vieille route des Alpes et de l’Italie, à travers le seuil de Voreppe et le Dauphiné, qui draine vers Lyon, sans détourner les gens des Terres froides, toutes proches, de la tombée viennoise ; le long du Rhône, de la frontière suisse à Lyon et de part et d’autre de Vienne et de Givors ; par elles, on vient toujours de fort loin vers les vieilles métropoles gauloises. Pour les uns et les autres, peut-on parler de déracinement, eux qui retrouvent, autour des ateliers de la ville, des communautés provinciales fortement constituées et familières ?

  • 138 Sur l’attraction des tissages dauphinois et l’organisation du recrutement dans les Alpes et surtou (...)

5Et ce sont eux qui se font rares au début du XXe siècle, quand les cheminement à longue distance se sont desséchés, quand la crise multiforme des campagnes a remplacé les grands courants provinciaux par mille filets coulant de partout que détournent, d’ailleurs, en partie, d’autres aires de la région favorisées par le déplacement vers l’Est du dynamisme industriel : le retournement du mouvement zonal, de la rive droite vers la rive gauche est caractéristique138. Déracinés, les Vivarois, les gens du Pilat, de la plaine du Forez ? Sans doute, mais ils sont fort peu nombreux et, surtout, ce sont les habitants des villes moyennes et des bourgs qu’ils poussent vers les usines, vers Lyon et vers Saint-Etienne : la mobilité s’inscrit dans le réseau urbain de la région, et d’ailleurs, et le dépaysement n’est pas aussi grand que pourrait le laisser croire une lecture cavalière de la carte des naissances. Etrangers dans la ville, ces ouvriers ne sont pas forcément étrangers à la ville et à l’usine.

  • 139 Le trait n’est pas spécialement lyonnais ; sur Lyon même et Nancy, au début du XXe siècle, cf. les (...)

6Par là, ils ne sont guère différents des autres. Car c’est de la classe ouvrières et des usines que viennent à la veille de la guerre, la majorité des travailleurs de la grande industrie, qu’elle soit totalement nouvelle, comme la chimie, qu’elle soit sortie d’une transformation des activités traditionnelles, tels la métallurgie, le tissage transformé de la soie et de la laine, la verrerie, l’extraction houillère. Plus encore que dans les années 1850, on vient des régions industrielles proches ou lointaines, en suivant les chemins de son métier : comme toujours, de verrerie en verrerie, de fonderie en fonderie, en remontant l’essaimage des métiers ; plus souvent qu’avant, d’une usine métallurgique, d’une fosse houillère à une autre. Une mobilité qui se calque sur la géographie du secteur, à courte ou longue distance s’est développée en gagnant des groupes longtemps épargnés ; si les tisseurs lyonnais, au contraire, y échappent, c’est parce que la Fabrique s’épanouit ailleurs, et l’étonnante vitalité de la route limousine des maçons, qui mêlait migration montagnarde et spécialisation technique, a, elle aussi, survécu. Plus que jamais l’usine fait partie de l’univers familier, d’autant plus que, aussi largement, la classe ouvrière s’est nourrie d’elle-même, et sur place, par l’adaptation et le bourgeonnement des métiers urbains, rompus depuis plusieurs décennies au moins aux contraintes du travail artisanal et industriel. Les prolétaires des grandes usines du XXe siècle viennent en majeure partie de là, eux qui appartiennent, depuis une génération au moins, à la classe ouvrière, laissant aux nouveaux venus les emplois des services, comme si l’usine était moins répulsive à ceux qui en ont, déjà, une certaine expérience139. L’univers ouvrier n’est pas l’image en creux des malheurs du plat-pays, et, par un paradoxe apparent, déracinement et migration professionnelle sont le lot du moins grand nombre.

7La nouveauté est ailleurs, dans ce creuset qui fond peu à peu, à partir des métiers séparés, une classe ouvrière. L’univers quotidien n’est plus réduit à l’atelier, où s’étaient constituées en leur temps, ces étonnantes monades du tissage. On s’échappe désormais de la profession paternelle, en prenant emploi, puis femme ; et le mouvement a d’autant plus de force que, plus souvent, on a vu le jour dans une famille ouvrière. L’ouvrier de 1850, c’est le « canut » lyonnais, le rubannier ou l’armurier stéphanois dont toute l’existence se déroule près du métier, ou de l’enclume, le verrier givordin qui n’a eu que rarement, sur place ou ailleurs, d’autre horizon que la fournaise. Celui de 1914, c’est le métallurgiste, de partout, le mineur stéphanois ou saint-chamonais, le maçon nomade, le cheminot déjà, ou le manœuvre de la chimie, moins étroitement confiné aux murs de l’usine ou du dépôt. Mais, c’est aussi le teinturier ou l’apprêteur lyonnais, qui a gardé quelque chose du canut, ou le drapier viennois, qui n’a pas totalement rompu avec le monde de l’ancien compagnon « en boutique ». Dès lors, faut-il retenir la baisse générale de l’hérédité et de l’endogamie professionnelles, ou la force qu’elles conservent ici et là ? L’éparpillement des origines, ou la multiplication des itinéraires spécifiques ? C’est poser la question des soldarités essentielles et, déjà, quitter chaque ouvrier, chaque ouvrière pour le domaine des consciences collectives.

Notes

136 Il s’agit, bien sûr, de la « banque » du négociant, au sens où l’emploient Linossier (F.) et Cajani (F.), ouvr. cit., t. 1, p. 52.

137 Comme on dit des ateliers familiaux de la draperie viennoise.

138 Sur l’attraction des tissages dauphinois et l’organisation du recrutement dans les Alpes et surtout en Vivarais, Cf. A.D.I., 166 M 3, préfet, 9.1.1895 ; Jouanny (J.), ouvr. cit. ; p. 54 et Chatelain (A.), Les usines-internats et les migrations féminines dans la région lyonnaise, Revue d’histoire économique et sociale, XLVIII, 3, 1970, p. 373 et suiv.

139 Le trait n’est pas spécialement lyonnais ; sur Lyon même et Nancy, au début du XXe siècle, cf. les remarques d’A. Cholley, sur l’Auxerre des années 1950, celles de Bettelheim (Ch.), in Friedmann (G.) Villes et campagnes, p. 153 et suiv.

© Presses universitaires de Lyon, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site