Version classiqueVersion mobile

Les Ouvriers de la région lyonnaise (1848-1914) - Volume 1

 | 
Yves Lequin

Chapitre V. La naissance et le métier

Texte intégral

1A travers les computs nécessaires, les ouvriers eux-mêmes sont restés jusque-là enfermés dans des nombres abstraits, élements sans saveur d’une vaste mathématique des mutations économiques, démographiques et sociales de la région lyonnaise. Il est temps de retrouver leur visage d’hommes, entre les contraintes qui déterminent leur destin et la manière dont ils le ressentent en essayant, déjà, de peser sur lui.

2La masse innombrable des registres d’état civil interdit un dépouillement intégral des actes de mariage dans toute la région et pendant près de trois quarts de siècle. A un sondage scientifique, on a préféré un choix raisonné, dans l’espace et dans le temps. La longueur de la période dicte la nécessité de deux coupes, l’une au milieu du XIXe siècle, l’autre à la veille de la Grande Guerre ; et, pour assurer la crédibilité statistique, sur un nombre d’années variable avec la population de chaque ville choisie.

3On a donc retenu, d’abord Lyon, métropole d’activités multiples autour de la dominante soyeuse ; ou, plus justement, l’agglomération qu’on a vu se constituer autour d’elle. Dès 1851 donc — comme en 1911 — on y a mis, outre la commune elle-même, celles de Caluire, de Villeurbanne, Saint-Fons, Vénissieux, Sainte-Foy, Oullins, La Mulatière, Pierre-Bénite, quels qu’aient pu être, entre temps, les changements de la géographie administrative.

  • 1 A.M. Lyon, Etat Civil, Mariages, Lyon, La Croix-Rousse, Vaise et La Guillotière, 1851 ; A.M. Véniss (...)

4Puis, une grande ville que la « révolution industrielle » a fait jaillir autour d’une tradition déjà ancienne : Saint-Etienne, donc, pour les années 1850-1851 et 1910-1911, y compris, avant même leur rattachement officiel, les communes suburbaines de Montaud, de Beaubrun, de Valbenoite et d’Outre-Furens. Et, trois villes moyennes, sur une décennie, de 1851 à 1860 et de 1902 à 1911 : Saint-Chamond, des passementiers, des mineurs et des métallurgistes ; Givors, des verreries et des hauts fourneaux ; Vienne, des drapiers, et de quelques autres aussi. Enfin, dans la banlieue lyonnaise, on a lancé quelques coupes décennales — dans les mêmes limites — pour des catégories d’ouvriers dont l’étroitesse de l’échantillon annuel laissait deviner l’originalité sans la dégager1.

  • 2 Bien sûr, les actes de mariages portent bien d’autres indications : âge des conjoints, signatures, (...)
  • 3 Et, en particulier, les listes nominatives des dénombrements de la population où l’indication du li (...)
  • 4 Cf. Chevalier (L.), La formation de la population parisienne au XIXe siècle, Paris 1949, p. 22 et s (...)
  • 5 A.D.R., Série R., non cotée, Registres matricules, 1889, recrutement de Lyon-Central, Lyon-Sud et L (...)

5Faut-il souligner l’exceptionnelle qualité des informations qu’apportent les actes de mariage ? Et leur variété, source de croisements multiples ? C’est, d’abord, l’indication souvent détaillée et du statut social, et de la profession du mari et de l’épouse ; mais aussi, quand ils ne sont pas morts, de leurs parents respectifs2. C’est surtout, la précision extrême du lieu de naissance — département et commune, exactement identifiée — de chacun des deux conjoints3 ; donc une sûreté que n’offre aucun autre document accessible de l’époque pour tracer mobilité et migrations, malgré les critiques qu’on a pu faire de leur utilisation en ce domaine4. D’autant que la continuité des méthodes de rédaction depuis le XVIIIe siècle au moins permet une éventuelle remontée dans le temps, et des comparaisons fructueuses, avec la France de l’Ancien Régime politique ou économique. A l’inverse, en aval, ce sont les « registres matricules » qui viennent préciser cette mobilité, au moins pendant deux décennies5.

  • 6 Sur les autres richesses des « registres matricules » du recrutement et leurs autres utilisations p (...)

6Pour eux, on a. retenu l’année 1889 : les jeunes ouvriers qui comparaissent devant le conseil de révision à la fin de la Grande Dépression sont ceux de la Belle Epoque ; aussi est-il peu probable que leur comportement soit très différent des mariés des années 1900. D’autre part, ils quittent, en théorie, la réserve active, au moment où la guerre éclate : ce qui vaut, aux survivants, un nouveau recensement, à 45 ans, pour une éventuelle mobilisation. La qualité du document s’en trouve accentuée, et en vingt-cinq ans, la gendarmerie6 a suivi avec vigilance, chacun de leurs déplacements.

7Ainsi, actes de mariage et registres du recrutement permettent de cerner les deux espaces croisés, géographique et socio-professionnel, où s’inscrivent, à trois quarts de siècle de distance, les destinées individuelles des ouvriers et des ouvrières à l’intérieur d’une commune condition sociale.

I. LES ANNÉES 1850 : LES VOIES D’UNE TRADITION ?

1. Le mariage : une marque de la condition ouvrière

  • 7 Il semble, en particulier, que l’épouse ne déclare pas toujours de profession quand elle exerce la (...)

8On ne se marie pas hors de sa condition, ou si peu. Le test d’intermariage est l’un des plus sûrs moyens de mesurer l’homogénéité d’un groupe social, voire de la définir. Les travailleurs manuels de la région lyonnaise n’échappent pas à la règle dès le milieu du XIXe siècle, comme le montre la répartition croisée du statut et de la profession de chaque conjoint dans les tableaux hors-textes nos 19 et 20. Les hommes ? en prenant femme, ils s’assurent d’abord un second salaire : rares sont les jeunes épouses à se dire « ménagères » ou « sans profession ». Mais Passez grande différence de comportement entre Givordines et Viennoises d’une part, Lyonnaises, Stéphanoises et Saint-Chamonaises de l’autre, que rien ne paraît justifier, laisse deviner des usages locaux qui interdisent des conclusions trop fermes7. Ceci dit, toutes les autres épouses sont des ouvrières, ou presque, puisque leur part ne descend pas au-dessous de 95 %, où que ce soit, que le jeune marié soit de la ville ou d’ailleurs.

9Que les ouvrières, de leur côté, aient quelque chance de trouver mari hors de l’usine ou de l’atelier tient à d’autres raisons, on s’en doute, qu’à une certaine ouverture sociale. Au total, d’ailleurs, elles n’échappent pas à la règle si l’on met au nombre des salariés les époux employés de bureau ou de commerce, qui se disent de bourgeoisie. Que quelques très jeunes lingères ou tisseuses épousent leur patron, qu’il y ait des cas d’ouvriers mariés à la tenancière de leur pension, une veuve, souvent, n’a qu’un intérêt anecdotique et ne change rien à l’affaire. L’endogamie sociale est quasi totale, et marque ainsi l’unité profonde de la condition ouvrière, au-delà des différences d’origines géographiques ou familiales, et des liens du métier ou du secteur.

2. Les horizons de la mobilité géographique

10Plus que de migration, il faut parler de mobilité ; la mesure, en effet, est fournie par la comparaison de la ville du mariage et le lieu de la naissance. Or, le jeune mari, la jeune épouse ont pu venir d’eux-mêmes, mais aussi avec leurs parents, à l’âge le plus tendre. La prise en compte du domicile des parents — toujours indiqué — aurait compliqué, sans grand profit, l’analyse ; on l’a donc écartée même quand l’un des jeunes conjoints le déclare comme lieu de résidence domicilié : le mariage, ici ou là, est le signe d’un passage récent, de liens professionnels ou familiaux avec la ville où il est célébré. D’autre part, la répartition socio-professionnelle des jeunes hommes n’est sans doute pas à l’image totale de la population de la ville tout entière, puisque la coutume de célébrer les épousailles à la résidence de la fiancée est bien connue : un certain nombre d’ouvriers doivent donc échapper au comptage, et sans doute est-ce, en partie, une explication aux différences assez nettes que l’on constate dans la mesure de la souche locale selon le sexe. Ces réserves faites, les ouvriers et les ouvrières des 5 villes retenues présentent des traits communs assez forts pour se valider les uns les autres.

A. Etrangers dans la ville ?

11Partout, le jeune ouvrier est, le plus souvent, un nouveau venu dans la ville où il se marie : c’est-à-dire que la souche locale, mesurée au nombre de ceux et de celles qui sont nés dans la ville des épousailles est fortement minoritaire ; comme en témoigne le tableau de la page suivante.

12Donc, en gros, 3 sur 5 des travailleurs manuels des usines et des ateliers sont des étrangers. Et 7 sur 10 des hommes, sauf à Saint-Etienne, où l’on en compte, tout de même, plus de 6. Cette submersion paraît logique : elle correspond à un schéma attendu ; incapables de répondre, par leur seul excédent naturel à l’appel de main-d’œuvre que crée l’industrialisation, les villes qu’elle transforme se gonflent d’immigrants. Et les ouvriers des débuts du Second Empire seraient bien les déracinés que l’on a souvent vus en eux. D’où viennent-ils ? Et, d’abord, à Lyon.

SOUCHE LOCALE ET SOUCHE EXTÉRIEURE DES OUVRIERS MARIÉS AU MILIEU DU XIXe SIÈCLE

SOUCHE LOCALE ET SOUCHE EXTÉRIEURE DES OUVRIERS MARIÉS AU MILIEU DU XIXe SIÈCLE

B. La France lyonnaise

a) La question du prolétariat flottant

  • 8 Cit. par Chatelain (A.), Les migrations contemporaines à Lyon, R.G.L., XXIV, 1949, p. 41-42.
  • 9 Linossier (F.) et Cajani (F.) Les mystères de Lyon, t. II, p. 24.
  • 10 Cit. par Chatelain (A.), cf. note 8.

13Dans la capitale de la Fabrique, tous les observateurs du temps sont frappés par l’importance de cette invasion extérieure, dont ils tiennent à marquer l’originalité. « Population flottante »... disent-ils, comme Plotton, médecin de l’Antiquaille, en 1847, et qui « ... a presque triplé... »8. Même à La Croix-Rousse, « ... il y a deux populations ; la première se compose d’ouvriers laborieux, honnêtes, ayant leur famille, leur maison, leur intérieur ; la seconde est cette population flottante d’étrangers venus en grande partie du Piémont, de la Savoie et de Suisse, espèce de bohême n’ayant ni feu ni lieu... »9. Et en 1876 encore, on déplorera que passent au travers du recensement les « ... personnes logées en garnis... qui sont excessivement nombreuses dans une grande ville comme Lyon »10. De fait, elles n’apparaissent dans aucun dénombrement, sauf en 1856 ; on y compte alors 11.067 hommes et 1 769 femmes, dont 5 079 et 1 125 à La Guillotière ; tout cela manque de précisions, et il semble que d’un arrondissement à l’autre, on n’ait pas eu les mêmes définitions.

  • 11 Cit. par Chatelain (A.), Les Migrations temporaires à Lyon, R.G.L., XXIV, 1949, p. 41-42.
  • 12 Guichonnet (P.), L’affaire des Voraces en Avril 1848..., Muzeo Nazionale del Risorgimente, 1945, Mi (...)
  • 13 Très fort à Lyon d’après un témoignage postérieur d’une vingtaine d’années : « Les unions irréguliè (...)

14Que cette présence soit fortement et depuis longtemps ressentie est une chose certaine, dans une ville qui est un carrefour d’ouvriers, et où le préfet notait, dès 1811, qu’il y avait « ... de tous les départements des compagnons ouvriers des divers arts et métiers qui viennent les exercer chez les maîtres établis dans la ville et qui arrivent, partent et se succèdent continuellement... »11. A La Croix-Rousse, la main-d’œuvre savoyarde occasionnelle représentait une importante minorité, et elle apparaît au travers de l’interprétation de l’affaire des Voraces et de l’expédition sur Chambéry en avril 1848 qu’en a donnée P. Guichonnet : ce fut sous l’effet de la crise de la Fabrique, au lendemain d’une campagne xénophobe, une expulsion des ouvriers étrangers travestie en croisade pour la Liberté ; or, ce sont 2 500 à 3 000 personnes qui ont pris la route du Haut Rhône sous la houlette des patriotes lyonnais12. Sans doute les chiffres qu’on avance ici et là — 10 000 Savoyards à Lyon pour P. Guichonnet, une population flottante de 90 000 personnes, affirme Plotton — sont-ils exagérés. Il n’en existe pas moins un monde du célibat ouvrier chez les jeunes arrivants, que leur présence soit temporaire, ou qu’ils n’aient pas encore pris femme — et il reste l’inconnue du concubinage13. « Cette population se compose de sujets jeunes pour la plupart et non mariés », remarque Plotton, et en 1857, « ... ces sujets, pour la plupart, sont dans la force de l’âge, et célibataires... »

  • 14 A.D.R., M. dénombrement 1851, Croix-Rousse, récapitulatif par âge.

15Un rapide sondage à la Croix-Rousse en 1851 montre la réalité, au moins partielle, du tableau : avant 20 ans, le mariage est tout à fait exceptionnel chez les filles comme chez les garçons ; la quasi-totalité des jeunes gens entre 20 et 24 ans n’a pas encore pris femme, et la très grande majorité des jeunes filles demeure célibataire ; mieux, c’est aussi le cas de près de la moitié des hommes entre 25 et 29 ans14.

  • 15 Chatelain (A.) art. cit. (Cf. note 8), R.G.L., XXIX, 1954, p. 92 et A.N. C. 3021 — qu’on songe à Le (...)

16Il n’en demeure pas moins vrai que la notion de « population flottante » dont usent les observateurs contemporains est fortement entachée d’ambiguïté ; autant que l’expression d’ouvriers « étrangers » par laquelle on désigne souvent, en fait, ceux qui ne sont pas nés dans la ville. Et la confusion est fréquente entre la classe ouvrière elle-même et les petits métiers d’un menu peuple bien particulier, comme ces « ... ramoneurs ou gens jouant de l’orgue, de la vielle, montrant la lanterne magique... » que le préfet ne savait pas en distinguer, en 1811. Les lunettes sont déformantes d’une idéologie diffuse qui voit dans la mobilité géographique un facteur de désordre et la source de tous les maux. Car, de règle, la dénonciation suit toute allusion à la population dite « flottante » : en 1857, après l’avoir évaluée à 120 000-130 000 personnes, on déplore que Lyon soit devenue « ... le refuge de tous les esprits inquiets ou mécontents de leur sort ; de tous ceux qui abandonnent la campagne pour demander à la ville des moyens d’existence moins pénibles ». Et en 1872, à l’autre bout de la chaîne, Chancel-Peillon, peigneur de soie à Tenay, en Albarine, répond aux enquêteurs parlementaires que « ... tous les ouvriers vicieux que nous renvoyons ou ceux que nous refusons pour cause vont à Lyon... » ; et de conclure « ... une grande partie des ouvriers des villes sont le rebut des campagnes... »15.

  • 16 Cf. Vovelle (M.), Le prolétariat flottant à Marseille sous la Révolution française, Annales de Démo (...)
  • 17 La remarque vaut pour le Paris du Ier Empire, aussi (Cf. Tulard (J.), L’immigration provinciale à P (...)

17L’expression de « population flottante » ne doit donc pas être prise à la lettre. Elle postule d’ailleurs la primauté de la migration rurale temporaire, et sous-entend une stabilité géographique de la population des campagnes qui ne correspond guère à la réalité. Une controverse récente a mis à nu l’impasse typologique d’une certaine géographie en proie à la manie classificatrice16. Dès 1811, d’ailleurs, le préfet avait remarqué que « du nombre considérable d’étrangers à la ville... » attirés par le travail manufacturier, « ... une bonne partie finit par y résider... »17. Enfin, le bon sens doit trancher : trouverait-on, dans les actes de mariages, tant de mentions de naissance hors de la ville s’il n’en était pas ainsi ? Simplement, la « population flottante » est un signe, la partie visible et inquiétante de la multiplication des arrivées ouvrières. Ceux qui restent viennent-ils d’ailleurs d’autres régions que ceux qui ne font que passer ?

b) La croissance et l’appel de main-d’œuvre

18Que l’essor industriel de la ville sous la Restauration et la Monarchie de Juillet ait renforcé l’attraction lyonnaise, l’analyse des mariages le montre avec plus de sûreté. Surtout si l’on compare ceux des seuls ouvriers à l’ensemble des unions consacrées dans la ville : en 1851, 2 703 à Lyon, dans les communes suburbaines et en banlieue. Pour les époux dont le lieu de naissance est connu avec certitude, la médiocrité de la souche lyonnaise traduit à quel point l’appel à l’extérieur a soutenu la croissance démographique globale de la ville pendant la première moitié du XIXe siècle et a entraîné un renouvellement profond de la population après les malheurs de l’époque révolutionnaire :

ORIGINE DES ÉPOUX LYONNAIS EN 1851

ORIGINE DES ÉPOUX LYONNAIS EN 1851
  • 18 Garden (M.), Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, p. 73-74, et, du même, L’attraction de Lyon à l (...)
  • 19 Cit. par Chatelain (A.), art. cit., supra, note no 8, R.G.L., XXIX, 1954, p. 92.
  • 20 A Marseille, plus de la moitié (52 %) des ouvriers qualifiés (523), mariés en 1846, sont originaire (...)

19En effet, à la fin de l’Ancien Régime, l’ampleur et la permanence des arrivées n’empêchaient pas que 45 % des jeunes mariés — 42,2 % des hommes, 47 % des épouses — soient nés à Lyon ou dans ses faubourgs18. Or, l’amoindrissement des départs de jeunes ouvriers lyonnais célibataires traduit déjà cette tension du marché du travail entraînée par les progrès économiques de la cité dans les décennies antérieures. Le surplus féminin chez les Lyonnais de souche — qui reflète, entre autres, cette émigration — n’a pas diminué, bien au contraire : il atteint 29 % contre 25 % en 1786-1788 ; et pour la classe ouvrière, il ne dépasse pas 20 % : plus qu’avant, ce sont les membres des professions libérales et commerciales, disons pour simplifier, de la bourgeoisie, qui sont partis. Cependant, moins encore qu’au XVIIIe siècle, la ville n’a pu trouver en elle les forces dont elle avait besoin. Et Plotton, après avoir noté que... « l’augmentation rapide (de la population) a porté principalement sur la classe industrielle... » affirme que « ... les ouvriers de toute espèce ont envahi nos murs... »19. De fait, 3 sur 4 de ceux qui se marient en 1851 sont venus d’ailleurs, on l’a vu. C’est beaucoup, semble-t-il, pour une grande ville ancienne, et on est loin de retrouver cette importance de l’immigration dans d’autres villes de taille comparable à la même époque20.

20On y vient travailler de toute la France, et d’ailleurs : les hommes surtout, plus familiers des voyages lointains, et dont la naissance s’éparpille dans 68 départements, contre 43 pour les ouvrières. Les cartes 40 et 41 inscrivent les frontières de l’attraction lyonnaise : c’est une France de l’Est et du Sud-Est que borne une ligne brisée de Luxembourg à Montpellier, par Limoges. Tous les départements à fournir plus de 1 % des immigrants y sont englobés (cartes 23 et 24) : 15 pour les hommes, 11 pour les femmes ; 6 seulement d’entre eux ont vu naître plus de 5 ouvriers et ouvrières sur 100 mariés de chaque sexe, avec des contingents d’ailleurs fort inégaux :

ORIGINE, PAR DÉPARTEMENTS, DES OUVRIERS MARIÉS A LYON EN 1851

ORIGINE, PAR DÉPARTEMENTS, DES OUVRIERS MARIÉS A LYON EN 1851

21Donc, plus d’1 ouvrier sur 2, près de 3 femmes sur 4 sont nés dans des régions proches, sans qu’il soit cependant possible de les enfermer dans un cercle régulier.

22La répartition, plus précise, par origines cantonales pour les départements voisins (cartes nos 31 et 32) suggère plutôt une manière de croissant qui se recourbe d’Ouest en Est, du nord du Beaujolais au chaînons du Jura méridional et dont la partie concave se creuse face au Nord. Plus que les cadres départementaux, les grands ensembles naturels et historiques qu’il couvre dessinent l’aire immédiate du réservoir lyonnais de main-d’œuvre, dans les massifs du Beaujolais et du Lyonnais que la rive droite du Rhône, en Bas-Dauphiné, dans le sud de la montagne jurassienne et l’avant-pays savoyard sur sa rive gauche :

ORIGINE, PAR ENSEMBLES NATURELS, DES OUVRIERS MARIÉS A LYON EN 1851

ORIGINE, PAR ENSEMBLES NATURELS, DES OUVRIERS MARIÉS A LYON EN 1851

23A l’intérieur de l’ensemble, la distance n’a qu’un rôle secondaire : les contingents les plus massifs ne sont pas ceux des cantons les plus proches. Aux portes mêmes de la ville, l’attraction ne joue pas en Dombes et dans la plaine de Bresse où l’exception de Montluel est celle d’un faubourg encore séparé ; vers le Sud, elle ne dépasse pas une quarantaine de kilomètres dans les pays du Rhône moyen, qu’ils soient du Vivarais — en Ardèche — ou du Dauphiné — dans la Drôme —. Largement, ce sont en effet les grands axes de la circulation qui drainent les hommes. On vient par la Saône, qui attire à elle le versant oriental du Beaujolais : le seul canton de Villefranche a vu naître à lui seul pas moins de 20 ouvriers et 17 ouvrières ; et à l’intérieur du massif, les vallées de l’Azergue et de ses affluents ordonnent les principaux noyaux des origines. Par le Rhône surtout : en aval, il aligne Saint-Genis-Laval et Givors — d’où sont venus 28 hommes et 14 femmes —, Vienne sur la rive gauche — où sont nés 12 ouvriers et 14 ouvrières — et, au-delà, les rares cantons vivarois ; en amont aussi. Car de l’Est, on descend vers Lyon en le longeant, ou par la vieille route de Piémont par les Alpes, le seuil de Voreppe et le Bas-Dauphiné : c’est elle qui vient se ficher en pleine ville en devenant la grande rue de La Guillotière. Les 3 cantons de La Verpillière, Bourgoin et La Tour du Pin ont envoyé en 1851, à eux seuls, 63 hommes — soit 5,2 % des ouvriers immigrés à se marier ! — et 61 femmes. Celles-ci empruntent cependant plus volontiers le fleuve, où les coches d’eau vont les chercher jusqu’à Yenne et même Seyssel : des cantons dauphinois de Morestel et Pont-de-Beauvoisin, de Belley en Bugey et du savoyard Saint-Genix-du-Guiers sont descendues pas moins de 95 ouvrières — donc 7,7 % de toutes les immigrées à convoler — et 57 hommes. Le recrutement de la main-d’œuvre lyonnaise n’est donc pas un simple appel au terroir environnant, même à proximité de la ville. Et plus remarquable encore est la part relativement forte des naissances plus lointaines.

24Leur implantation prolonge les grandes directions du recrutement régional. Au-delà des Préalpes, elle dessine en mince liseré. les grandes vallées intérieures de l’Arve, de la Tarentaise, de la Maurienne et le sillon du Graisivaudan et de la Mateysine vers les cols frontaliers et les Alpes du Sud. Le semis des origines cantonales s’éclaircit sans s’interrompre dans le sud du département du Jura, et, à l’Ouest, au travers des Monts du Charolais et du Brionnais, qui sont de Bourgogne et de Saône-et-Loire, aux approches de la plaine du Forez, sur le pourtour du Pilat et dans la dépression industrielle de l’Ondaine et du Gier.

25Et, au-delà, on vient le long des chemins qui mènent à la métropole lyonnaise. Deux grands axes sortent du commun. Le moins important suit la limite septentrionale du Massif Central, par les contreforts du Limousin, la Combraille et le Boischaut, traverse Limagne, Livradois et Monts du Forez pour rejoindre, à la hauteur de Roanne, la route venue de Paris par le Bourbonnais ; depuis Auzances et Felletin dans la Creuse, sa ligne court à travers le Puy-de-Dôme, l’Ailier et le nord de la Haute-Loire : une cinquantaine d’ouvriers, une soixantaine de femmes l’ont suivie.

26Beaucoup plus nette encore est la voie méridienne qui relie à Lyon les régions du Rhin et de la Moselle par la porte de Bourgogne et la Savoie. Lorrains et surtout Alsaciens ont entraîné dans leur marche Francs-Comtois et Bourguignons, dont les contingents s’épaississent au fur et à mesure que l’on descend vers le Sud. Avec les Allemands — les plus nombreux des étrangers, et ils viennent aussi par là —, ils sont près de 4 (3,9 %) pour cent ouvriers à se marier, et représentent 1 immigré sur 20 (5,3 %). Le Bas-Rhin a envoyé à lui seul plus de gens que la Drôme, et la vallée bourguignonne de la Saône, de Saint-Jean-de-Losne à La Chapelle-de-Guinchay, pas moins de 65 hommes et 73 femmes.

  • 21 On a anticipé d’une décennie en naturalisant les Savoyards.

27On retrouve les directions lotharingiennes dans l’origine des étrangers : sur 3 d’entre eux, il est 2 Suisses des cantons romands ou Italiens de Lombardie et du Piémont21. Leur contingent reste cependant médiocre, même s’il a doublé, relativement, depuis la fin du XVIIIe siècle : 1 ouvrier sur 25, 1 ouvrière sur 50. Du reste de la France enfin, il y a l’habituelle part du hasard, et de quelques départements industriels et urbains lointains : Nord et Pas-de-Calais, Paris et sa banlieue, l’estuaire de la Loire, le Midi rhodanien ; elle sort assez de l’insignifiance pour n’y pas être confondue, mais pas suffisamment pour compter.

  • 22 Cf. Lebeau (R.), La vie rurale dans le Jura..., p. 159.
  • 23 Cit. par Chatelain (A.), La formation de la population lyonnaise : apports savoyards au XVIIIe sièc (...)
  • 24 Letonnelier (G.), L’émigration des Savoyards..., R.G.A. 1919, p. 263-264 et Guichonnet (P.), art. c (...)
  • 25 Cf. Poitrineau (A.), Aspects de l’émigration temporaire et saisonnière en Auvergne à la fin du XVII (...)

28Le glissement des montagnards n’est pas une nouveauté. En Jura et en Revermont, les départs vers Lyon s’étaient multipliés dès la fin de l’Ancien Régime22. Et c’est en 1768 que l’intendant de Savoie déplorait que partent, des régions de Rumilly et de Frangy, « ... quantité de filles pour aller travailler aux fabriques de soie établies à Lyon... »23 ; au début du XIXe siècle, la ville s’est imposée comme la direction majeure d’une émigration qui, de tous temps, avait été un des traits distinctifs de la province ; ses 44 000 enfants — dont 10 000 à la Croix-Rousse — y auraient constitué la plus forte et la plus originale des colonies étrangères, mais ces nombres paraissent fortement outrés24. Dans les hautes terres du Massif Central, c’est sur la vieille habitude de la migration saisonnière que se greffe l’attraction lyonnaise : les aires d’origine des jeunes mariés limousins, auvergnats ou vellaves sont aussi celles d’où partaient chaque année pionniers et scieurs de long — en Forez, en Livradois, dans les Bois-Noirs — ou les maçons de Marche ou de Combraille. Or, ces départs sont attestés dès la fin du XVIIe siècle, hors de tout contexte de crise rurale ou de poussée démographique : les migrations auvergnates ne sont pas celles de la misère, et peuvent coexister avec de forts besoins locaux de main-d’œuvre25.

  • 26 Statistique de la France, 2e série, Territoire et population, t. 11, 1855, p. 97 et suiv. ; A.D. Sa (...)

29On a l’impression que ce modèle peut s’appliquer à l’ensemble des zones proches du recrutement lyonnais. Elles correspondent à des régions qui sont à la fois en plein essor démographique et industriel. Si l’arrondissement de Belley n’a gagné que 11,5 % d’habitants depuis 1801 et celui de Nantua, 5,6 %, l’avance a été de 37,1 % en « Savoie-Propre » et de 49,9 % dans l’arrondissement (futur) d’Annecy, entre 1801 et 1848. Elle a été du même ordre en Bas-Dauphiné, — où elle dépasse légèrement 41 % — ; et, à l’Ouest, dans les Monts du Lyonnais et du Beaujolais (64,4 % dans l’arrondissement de Villefranche !) : ils participent eux-mêmes de la poussée de longue durée qui affecte l’ensemble des hautes terres du plateau central et ne retombera pas avant les années 1880. A l’inverse, Vivarais et Drôme, cependant entraînés par le même double dynamisme que le Dauphiné, n’envoient presque personne ; pas plus que les Dombes, où économie et populations végètent avec la même médiocrité que dans le Jura Central, un des principaux réservoirs de la main-d’œuvre lyonnaise. Et la carte des densités rurales n’expliquerait rien non plus des origines géographiques26.

C. La ville ou l’industrie ?

30On ne dispose ni d’éléments de comparaison semblables, dans le temps, ni de témoignages directs pour les autres villes, dont la physionomie est un peu différente, d’ailleurs. La souche locale est partout supérieure à celle de Lyon ; et surtout à Saint-Etienne. Cependant, presque partout, il n’en reste pas moins que 3 sur 5 des nouveaux mariés, au moins, 7 sur 10 le plus souvent sont venus d’ailleurs, et la part des épouses étrangères à Givors, à Saint-Chamond, à Vienne n’est guère moindre. Aucune des aires de recrutement n’atteint l’ampleur géographique de l’attraction lyonnaise ; toutes n’en sont pas moins singulièrement larges, si on les mesure au nombre des départements d’origine :

Saint-Etienne
1850-1851

Saint-Chamond
1851-1860

Givors
1851-1860

Vienne
1851-1860

Ouvriers

48

34

46

58

Ouvrières

37

24

21

36

31La géographie des naissances est donc, comme à Lyon, plus ramassée pour les femmes, moins portées à la migration. Mais l’espace où se recrutent les ouvriers est sans relation directe avec la taille de la ville d’accueil : les Givordins d’adoption, cependant deux fois moins nombreux que les Stéphanois viennent, comme eux, d’un peu partout, et les naissances des Viennois s’éparpillent dans toute, la France ; tout en s’ordonnant, pour chaque ville, autour de quelques grands axes.

  • 27 Cf. Cartes hors texte nos 35 et 36, 39 et 41, 43 et 44, 47 et 48.
  • 28 Cf. Cartes hors texte nos 51 et 52, 55 et 56.
  • 29 Cf. Cartes hors texte, nos 59 et 60, 63 et 64.

32La France stéphanoise, et celle de Saint-Chamond27, ont la forme d’une manière d’équerre dont la ville d’arrivée serait le coin : là, la branche zonale, du Nord-Ouest au Sud-Est, du Limousin au Forez industriel, est plus courtaude et plus épaisse que la ligne méridienne étirée, du Sud-Ouest au Nord-Est, jusqu’aux régions rhénanes ; ici, le point de croisement s’empâte des gens du Bourbonnais, du Charolais et de la Bourgogne. A Givors, si la disposition d’ensemble est, en gros la même-28, l’ensemble s’arrondit, en s’étendant vers l’Est, des Dauphinois et des Savoyards et la ligne méridienne est moins oblique, que suivent Bourguignons et Champenois. Enfin, la France viennoise est plus complexe29 : les ouvrières prennent les mêmes voies que celle de Lyon, tout en venant, à l’Ouest, de moins loin ; quant aux hommes, ils sont pour la plupart d’entre Loire et Garonne, d’une zone en triangle épaissi aux abords de la ville, particulièrement sur la rive gauche du Rhône. Mais, pour dessiner ces cartes, il a fallu y intégrer nombre de départements dont l’apport unitaire est médiocre ; car beaucoup plus qu’à Lyon, la grande majorité des immigrants viennent de quelques-uns d’entre eux.

33Et si l’on met à part ceux qui en ont vu naître plus de 5 sur 100 la répartition est la suivante :

ORIGINES, PAR DÉPARTEMENTS, DES OUVRIERS NÉS A L’EXTÉRIEUR MARIÉS AU MILIEU DU XIXe SIÈCLE

ORIGINES, PAR DÉPARTEMENTS, DES OUVRIERS NÉS A L’EXTÉRIEUR MARIÉS AU MILIEU DU XIXe SIÈCLE
  • 30 C’est-à-dire pour St-Etienne : Rhône, Isère, Drôme, Saône-et-Loire, Allier, Ardèche et pour les hom (...)

Note 3030

34Aux trois quarts donc, les nouveaux Stéphanois viennent de la Loire elle-même, malgré la situation excentrique de l’agglomération, 1 sur 2, en gros, et de la Haute-Loire toute proche, pour 1 sur 4. Les cartes des origines cantonales immédiates tracent les limites, fort courtes, de l’attraction régionale, et les cartons par communes confirment une image classique — mais non lyonnaise — des cercles concentriques autour du point d’arrivée ; à nuancer, pourtant, si l’on regroupe les immigrants par ensembles naturels et économiques ; calculée sur leur nombre total, ceux-ci y participent pour la part qui suit :

ORIGINE, PAR ENSEMBLES GÉOGRAPHIQUES, DES OUVRIERS NÉS A L’EXTÉRIEUR, MARIÉS A SAINT-ÉTIENNE EN 1850-1851

ORIGINE, PAR ENSEMBLES GÉOGRAPHIQUES, DES OUVRIERS NÉS A L’EXTÉRIEUR, MARIÉS A SAINT-ÉTIENNE EN 1850-1851
  • 31 Cf. Supra, Livre I, Chap. I.

35Les ouvriers coulent donc vers la ville et ses ateliers, portés par deux grands courants. Le plus fort n’est pas celui qui fait déborder les Foréziens — depuis quelle génération ? — des vallées convergentes du Gier et de l’Ondaine c’est-à-dire du bassin industriel lui-même, avec son annexe du plateau de Saint-Bonnet-le-Château, où l’on forge et lime depuis longtemps31 : un sur trois arrivants, quasiment. Ils sont de Saint-Chamond et de Saint-Héand contigus, une quarantaine d’hommes de chaque, 25 et 44 femmes ; du Chambon-Feugerolles, à 49 et 70 ; de Rive-de-Gier (15 et 9), de Saint-Bonnet-le-Château (18 et 27), de Saint-Rambert-sur-Loire (44 et 41 !) ; et des communes extra-muros des 4 cantons stéphanois (25 et 21). Or, on sait que c’est à Saint-Etienne que les ouvriers indigènes sont, relativement, les plus nombreux : au total, donc 722 des 1 258 mariés sont nés dans le bassin lui-même, et 799 des 1 280 femmes : 3 sur 5, et plus (57,4 et 62,4 %).

  • 32 Merley (J.), La contribution de la Haute-Loire à la formation de la population stéphanoise au milie (...)

36Voilà qui remet au second plan les autres arrivées extérieures. Pourtant, les Vellaves sont plus nombreux que les Foréziens du bassin — 1 sur 4 —, qui descendent des hauts plateaux de l’Yssingelais. Voici les gros bataillons de Montfaucon, de Saint-Didier-la-Séauve, de Monistrol, d’Yssingeaux, avec, respectivement, 47, 40, 30 et 31 des maris, 30, 43, 31 et 28 des épousées : le cinquième de tous les ouvriers et de toutes les ouvrières venus travailler à Saint-Etienne. La coulée est ancienne, bien d’autres gens suivent la même route32 ; et elle laisse loin derrière elle les arrivées des Monts du Forez, du Lyonnais et même du Massif du Pilat, dont les contreforts dominent pourtant directement la ville.

37Au-delà de chacun des massifs proches, pourtant, les routes s’allongent en s’éclaircissant au fur et à mesure qu’on s’éloigne de Saint-Etienne. Ils ne sont que quelques dizaines, les Ardéchois du Haut Vivarais qui franchissent le Pilat (21 hommes, 2,8 % des immigrants, et 13 femmes, 1,8 %) ; les Vellaves du Bassin du Puy et des régions d’entre Loire et Allier (24 ouvriers, et 3,1 %, 25 femmes, et 3,5 %) ; les Auvergnats des Bois Noirs et du Livradois, une quinzaine, tout juste, de maris, et une trentaine d’ouvrières. Au Nord, au contraire, les Monts du Lyonnais font barrage, et la source se tarit très vite aux approches du Beaujolais ; de même il n’est à peu près pas de Foréziens de la plaine ; d’après Rive-de-Gier, on ne vient que rarement à Saint-Etienne ; et d’au-delà du Rhône, pour ainsi dire jamais.

38Pourtant, aux deux extrémités de l’équerre stéphanoise, le courant pour clairsemé qu’il soit, est continu. Limousins et Marchois traversent la Combraille et la Limagne, en assez grand nombre : 5 ouvriers immigrants sur 100 (38 hommes), presque autant de femmes (31, et 4,3 %), de la Creuse surtout, et des environs d’Aubusson. Et, par la porte de Bourgogne en un semis lâche mais visible, dans les cantons bourguignons de la Saône arrivent, bien groupés — une quinzaine — les Alsaciens et les Lorrains. Que l’on retrouve à Saint-Chamond.

39En simple trace, il est vrai, entre le fort noyau des Rhénans — une quinzaine d’hommes, aussi, une demi-douzaine de femmes — et la ville. Car, beaucoup plus qu’à Saint-Etienne, c’est autour d’elle que s’ordonne la carte des origines, proches et lointaines, à l’exception du mince filet méridien ; ce qui traduit, déjà, la faiblesse du nombre des départements de naissance, où la Loire même occupe une place plus importante qu’à Saint-Etienne, avec 3 arrivants sur 5. Et la répartition cantonale se résume à quelques très gros apports du voisinage immédiat, que confirme et précise le détail par communes : le chevauchement des cercles traduit l’étroitesse géographique du recrutement. Les autres départements viennent très loin derrière, la Haute-Loire, le Rhône ; avec, pourtant, un étonnant apport d’ouvriers et d’ouvrières du Puy-de-Dôme. Le regroupement par régions naturelles permet d’y voir plus clair :

ORIGINES, PAR ENSEMBLES GÉOGRAPHIQUES, DES OUVRIERS NÉS A L’EXTÉRIEUR, MARIÉS A SAINT-CHAMOND, 1851-1860

ORIGINES, PAR ENSEMBLES GÉOGRAPHIQUES, DES OUVRIERS NÉS A L’EXTÉRIEUR, MARIÉS A SAINT-CHAMOND, 1851-1860

40On retrouve, parmi les ouvriers de Saint-Chamond, l’habituel contingent des montagnards d’alentour : ici, ceux du Pilat sont relativement nombreux, et il en est arrivé une trentaine du seul canton de Saint-Genest-Malifaux ; les autres sont des Vellaves, ceux qui ne se sont pas arrêtés à Saint-Etienne, et des Auvergnats — des Auvergnates surtout — des Monts septentrionaux du Forez et du Livradois, qui ont traversé l’agglomération sans s’y laisser absorber. Mais, encore une fois, ils constituent un simple renfort aux ouvriers immigrants venus du bassin industriel lui-même.

41C’est-à-dire, pour l’essentiel — 2 sur 5 arrivants — de la vallée du Gier. Un marié sur 10, et plus d’1 épouse, ont vu le jour dans le seul canton de Rive-de-Gier, et dans celui de Saint-Chamond, hors du chef-lieu, près d’1 sur 3 ! C’est des communes les plus densément industrialisées que l’on vient les plus nombreux : à 50 ouvriers et 57 ouvrières, plus du dixième du total, de Saint-Julien-en-Jarez ; et d’Izieux (28 et 31), La Valla (20 et 17), Saint-Paul-en-Jarez (14 et 17), Saint-Martin-en-Coailleux (15 et 16), etc... Auxquels s’ajoutent les Foréziens de Saint-Etienne et de la vallée de l’Ondaine, autour d’1 sur 10 ; donc, avec les Saint-Chamonais de naissance, on parvient à des taux de 65,8 % (410 des 623 mariés de 1851 à 1860) et de 69,1 % (498 épouses sur 720) d’ouvriers et d’ouvrières qui, depuis la prime enfance, vivent dans le Forez des ateliers et des usines : plus de 7 sur 10, à un niveau encore supérieur à celui des époux stéphanois, malgré la moindre force de la souche locale.

42A Givors, au contraire, on paraît venir d’un peu partout ; comme à Lyon ; les hommes surtout. Il existe une France givordine, où une ligne brisée de Belfort au Bas-Rhône par la région rémoise, Limoges et les abords de Toulouse, enferme tout le Centre-Est, des plateaux du Limousin aux Alpes, de ceux de Bourgogne à la Montagne Noire et aux Cévennes et que traversent de part en part les deux habituelles directions cardinales. A tel point, qu’aucun département même proche, n’a de primauté absolue dans les origines ouvrières ; du Rhône, il vient 1 femme sur 4, 1 homme sur 5 ; de la Loire, guère plus d’un et d’une sur 10 ; et de l’Isère, par contre, pas loin d’1 ouvrier sur 3, et plus de 2 ouvrières sur 5 de ceux et de celles qui sont venus de l’extérieur. La situation de la ville, au point de rencontre des trois départements explique en partie le partage ; la géographie administrative est cependant insuffisante à rendre compte des cheminements, plus complexe qu’il n’y paraît dès qu’on pousse, comme d’habitude, l’analyse aux unités naturelles.

43Ainsi se trouve confirmée la multiplicité des Dauphinois parmi les ouvriers immigrants de Givors ; mais ce sont, en grande majorité, des Dauphinois du fleuve, nés dans les cantons riverains du Rhône. Et si on leur ajoute les gens du Lyonnais et les Vivarois de la rive droite, c’est la vallée elle-même qui apparaît comme l’axe essentiel de la mobilité, de part et d’autre de la ville, depuis l’agglomération lyonnaise en amont, et Tournon en aval. Si bien que s’y rencontrent trois grands groupes d’hommes, d’importance à peu près comparable : les gens du Rhône lui- même (28,8 %), ceux d’un arrière-pays immédiat, Foréziens et Lyonnais des rebords montagneux du Massif Central, où les ouvriers du bassin industriel stéphanois — encore eux — tiennent une forte place, et Bas Dauphinois des Terres Froides (36,3 %) ; ceux qui sont venus du reste de la France et de l’étranger (34,9 %) : le long du sillon rhodanien de la Saône, un peu déporté vers l’Ouest, sur la forte charpente de la Saône-Et-Loire et de la Côte-d’Or, depuis les plateaux champenois et la Porte de Bourgogne ; et par la route, partout visible, du Nord du Massif Central, depuis la Creuse, le Cantal et la Haute-Vienne. Les hommes, du moins : car les ouvrières sont, à 8 sur 10, originaires des pays du Rhône (40,3 %) et de leurs abords (39,5 %).

ORIGINES, PAR ENSEMBLES GÉOGRAPHIQUES, DES OUVRIERS NÉS A L’EXTÉRIEUR, MARIÉS A GIVORS, 1851-1860

ORIGINES, PAR ENSEMBLES GÉOGRAPHIQUES, DES OUVRIERS NÉS A L’EXTÉRIEUR, MARIÉS A GIVORS, 1851-1860

44Comme les Givordins et les Lyonnais, les ouvriers viennois se distinguent par la diversité de leur origine ; Trois départements seulement, pourtant, en ont vu naître plus de 5 sur 100 : l’Isère et, de très peu, le Rhône et la Drôme. Alors qu’au loin, d’autres soutiennent la comparaison avec l’Ain, l’Ardèche, la Loire, si proches et absents de l’attraction viennoise : le long de la route lotharingienne, depuis la Moselle et le Bas-Rhin, par la Haute-Saône et la Saône-et-Loire ; sur celle du Massif Central, plus ramifiée qu’ailleurs deux rameaux secondaires, l’un, au Nord, depuis les marches de Bretagne, par le Maine-et-Loire, les Deux-Sèvres, la Sarthe, le Cher, la Nièvre, tout le long de la Loire, l’autre, au sud, depuis l’Aveyron et la Haute-Garonne, viennent se greffer sur la branche maîtresse, au centre, partie des Charentes et de la Vendée, par le Cantal, la Creuse et la Haute-Vienne et fortement enflée dans le Puy-De-Dôme. Enfin les Savoyards et les Dauphinois de la chaîne alpine sont en nombre jamais égalé ailleurs, sauf à Lyon.

45Mais ces Français de loin, s’ils traduisent par leur présence le rayonnement de la ville, demeurent, à eux tous, minoritaires face à ceux qui sont venus de l’Isère elle-même, sans que paraisse jouer la position marginale de Vienne : près de 6 mariés sur 10 immigrants, plus de 7 épouses. En reprenant la répartition déjà repérée à Givors, on partage ainsi Faire d’attraction immédiate :

ORIGINES, PAR ENSEMBLES GÉOGRAPHIQUES, DES OUVRIERS NÉS A L’EXTÉRIEUR, MARIÉS A VIENNE, 1851-1860

ORIGINES, PAR ENSEMBLES GÉOGRAPHIQUES, DES OUVRIERS NÉS A L’EXTÉRIEUR, MARIÉS A VIENNE, 1851-1860

46Donc, on traverse rarement le Rhône pour venir travailler à Vienne : guère plus d’une fois sur dix ; et si l’on est né sur ses rives : parmi les ouvriers immigrants, il n’y a presque pas de Foréziens du Pilat et du bassin stéphanois ; les autres, comme à Givors, suivent le Rhône, d’amont en aval : depuis Lyon, dont la part est relativement forte, Condrieu, Givors, Pélussin, Serrières et, surtout, à partir des cantons de la rive gauche : 98 hommes, 77 femmes (13 % des nouveaux venus) sont de la banlieue viennoise, les communes rurales des quatre cantons qui se la partagent et, hors d’eux, le plus gros apport est celui de Roussillon.

47En fait, ces Rhodaniens « d’Empire » sont aussi l’avant-garde des Bas-Dauphinois, et les deux courants se recoupent. Ils sont nés très près, dans l’arrière-pays viennois, à 3 ouvriers sur 5, à plus de 7 si on les mêle à ceux et à celles du fleuve. D’une vingtaine de kilomètres, tout juste, voici les gens de Saint-Jean-de-Bournay, 86 hommes, 76 femmes, 12 et l3 % des arrivées ; tous les gros contingents s’inscrivent en un demi-cercle de 30 km de rayon dont Vienne serait le centre : de Beaurepaire (34 hommes, 47 femmes), La Côte-Saint-André (19 et 26), La Verpillière (15 et 12), Bourgoin (23 et 20), Roybon (15 et 24), où l’on croise l’attraction lyonnaise, avant que le semis ne se fasse plus clair à l’approche des Préalpes.

48Ainsi, dans chaque ville, à l’ancienneté de la vie industrielle correspondent de fortes minorités ouvrières bien implantées dans le milieu urbain depuis une génération au moins. Les autres ne viennent pas de n’importe où : la géographie des arrivées n’est pas la même à Lyon, à Saint-Etienne et ailleurs, ce qui paraît logique. Mais leur carte ne s’explique pas par la proximité ; ici et là, on peut venir travailler aux Fabriques ou aux forges de fort loin : mais selon des itinéraires précis ; on peut arriver, au contraire, des provinces voisines : mais de régions bien particulières, et pas forcément de celles qui touchent directement à la ville. Nulle part on ne recrute ses ouvriers dans le plat-pays d’alentour, et la carte de leurs origines ne s’enferme pas dans l’image classique des cercles concentriques ; ils ne sont pas, dans leur grande majorité, des ruraux de la campagne voisine ; pas plus qu’ils ne viennent de la terre.

3. Les contraintes de la classe et du métier

49C’est par la comparaison avec le métier et le statut social du père qu’on peut mesurer, grossièrement, si le déplacement géographique s’accompagne d’un changement de condition. A partir, il est vrai, d’un échantillon fort rétréci : par ignorance ou négligence quand le père est absent à la cérémonie, plus souvent parce qu’il est mort au moment des épousailles, on en ignore tout. Le nombre est donc réduit de moitié ; et il n’est pas certain que les conclusions n’en soient pas déformées, la mortalité étant sans doute plus précoce chez les plus déshérités ; mais les résultats sont tels qu’un gauchissement de cette nature renforce les conclusions.

A. Des fils d’ouvriers, le poids du métier

50On a donc réuni les statuts sociaux des pères en 3 grandes catégories. La première, celle des « ouvriers », correspond aux travailleurs manuels de l’industrie, de l’artisanat et des services ; la seconde, les « cultivateurs », rassemble ceux qui travaillent la terre, qu’ils en soient possesseurs ou non, à l’exception des journaliers, d’ailleurs fort rares ; la dernière enfin mêle au patronat les maîtres des métiers artisanaux, quand on peut expressément les distinguer, les membres des professions libérales, les négociants de tous ordres, les rentiers, les propriétaires urbains, les fonctionnaires et les employés du tertiaire supérieur. Le partage, pour chaque ville, est résumé, pour l’ensemble de la classe ouvrière, par les tableaux hors-texte nos 23 et 24.

51Parmi les ouvriers, donc, peu de fils de cultivateurs : 1 sur 3, en gros, et 1 sur 4 seulement à Saint-Etienne. Leur extrême rareté parmi les mariés natifs de la ville explique en partie cette médiocrité : l’ascendance paysanne est insignifiante chez les Lyonnais et les Stéphanois, un peu moins faible pour ceux des autres villes plus fortement enserrées et pénétrées par le terroir. Et, à l’inverse, parmi les immigrants, ce sont bien les fils de la terre qu’on retrouve les plus nombreux, pas à Givors pourtant ; à Saint-Etienne de justesse, et nulle part ils n’atteignent la moitié des arrivées. Il n’en va pas autrement des ouvrières : les filles de paysans ne sont jamais majoritaires parmi les nouvelles venues, et ne sont les plus nombreuses ni à Saint-Etienne, ni à Givors, ni à Vienne.

52Encore moins d’ouvriers ou d’ouvrières issus de la boutique, ou du bureau ; sauf à Lyon : un sur cinq, près d’une sur quatre, qu’ils soient originaires de la ville ou nés ailleurs. Des premiers, cela ne surprend guère ; notre tierce catégorie sociale est un fourre-tout et intègre sans doute pas mal de petites gens : qu’on se souvienne de cette façon de sans-culotterie si remarquable sur le plateau et les pentes de La Croix-Rousse, et où le salariat n’est pas la vraie barrière de la condition sociale. Mais des Dauphinois, des Bugistes, des Savoyards ? C’est sans doute la marque de l’attrait que peut exercer, indépendamment de son essor industriel, une métropole régionale sur des gens dont la recherche d’un travail ou d’un mieux être n’est pas la motivation première ; qu’on ne retrouve pas à Saint-Etienne ou ailleurs.

53Car, en fait, c’est l’hérédité sociale qui l’emporte : plus d’un ouvrier sur deux à se marier est né lui-même dans une famille ouvrière, quand ce n’est pas 2 sur 5, comme il en va normalement des épouses. Seuls les chiffres lyonnais sont un peu en retrait, pour cause. Là encore, fils et filles de travailleurs manuels de l’industrie ou de l’artisanat sont nombreux chez les immigrants, à plus de la moitié des hommes à Givors, aux deux cinquièmes des femmes un peu partout. Ils le sont presque tous — sauf à Lyon — parmi ceux et celles qui se marient dans la ville de leur naissance, les Stéphanois en particulier. Et, du père, on hérite aussi le savoir-faire.

54C’est auprès de lui que, la plupart du temps, on a appris le métier que l’on déclare entre vingt et trente ans. A l’intérieur de la forte souche ouvrière l’emporte l’hérédité professionnelle ; comme le montre le tableau qui suit :

L’HÉRÉDITÉ PROFESSIONNELLE DES OUVRIERS AU MILIEU DU XIXe SIÈCLE

L’HÉRÉDITÉ PROFESSIONNELLE DES OUVRIERS AU MILIEU DU XIXe SIÈCLE

55Un fils d’ouvrier sur 2 au moins, 3, ou plus, sur 5 exerce la même profession, ou travaille dans le même secteur industriel. Et qu’il soit Lyonnais, Stéphanois, Givordin, Saint-Chamonais, Viennois de naissance, ou qu’il soit venu d’ailleurs. Sans doute la stabilité géographique favorise-t-elle l’immobilisme professionnel, ce qui apparaît fort bien dans les différences de taux ; mais ceux-ci sont aussi élevés, quasiment, pour les immigrants : ce ne sont pas des manœuvres, prêts à n’importe quel emploi, mais pour une majorité des ouvriers déjà familiarisés avec le travail qui les attend, dotés d’une certaine qualification technique qu’ils apportent avec eux ; et qui, dans une large mesure, détermine leur avenir.

B. Les déterminismes d’une vie nouvelle

56Car, en aval, peut-on dire, les mêmes liens se tissent avec la famille dans laquelle on entre. La condition ouvrière des épouses des uns, des maris des autres montrait, à l’évidence, que le mariage n’était qu’exceptionnellement le moyen d’une promotion sociale, sans être, non plus l’occasion d’un déclassement. Le tableau hors texte no 27 résume le partage de la condition sociale des familles où entrent les jeunes ouvriers ; à quelques points près, avec quelques nuances ici ou là, il reproduit celui des origines paternelles. Et, à l’intérieur de l’alliance ouvrière, c’est aussi le métier qui, souvent, guide les choix : 1 ouvrier sur 3 à épouser une fille d’ouvrier, ou presque, prend femme, quelle que soit la profession de celle-ci dans le même milieu professionnel que lui ; puisque la part des beaux-pères occupés à un métier ou par un secteur identique est la suivante :

L’ALLIANCE DES MÉTIERS : OUVRIERS ET BEAUX-PÈRES A U MILIEU DU XIXe SIÈCLE

L’ALLIANCE DES MÉTIERS : OUVRIERS ET BEAUX-PÈRES A U MILIEU DU XIXe SIÈCLE

57On y a, cette fois-ci, distingué les pères des épouses nées dans la ville du mariage de ceux des immigrantes. Et les taux d’endogamie professionnelle sont nettement différents. Mais qu’une fois sur 4, et même 1 fois sur 3 à Givors, la naissance extérieure de la femme ne fasse rien à l’affaire montre à quel point est forte la solidarité du métier, au moins autant que l’établissement professionnel dans la ville où l’on vit, depuis quelques années ou depuis toujours.

58Des régions d’origine bien précises, une forte hérédité sociale et professionnelle, une endogamie technique tout aussi remarquable, tels sont les traits communs d’une classe ouvrière qui se définit fortement elle-même à travers le mariage et le choix du conjoint. Mais le tableau d’ensemble noie, en les mêlant, les comportements des groupes et le destin des individus. Tous et toutes n’empruntent pas les mêmes chemins ; ils ne viennent pas uniformément des mêmes familles et des mêmes métiers, n’y entrent pas avec la même fréquence.

4. Des groupes séparés ?

  • 33 Cf. aussi tableaux hors texte nos 29 à 33, pour l’ensemble des origines par catégories au milieu du (...)

59La naissance ? Le graphique no 31 la partage entre les ouvriers de la ville et les immigrants. Voici d’une part les passementiers, les drapiers, les armuriers, les verriers et les « canuts », tous fortement enracinés dans le terreau urbain ; les mineurs, les métallurgistes, les charpentiers et les maçons, oiseaux de passage un moment fixés, d’autre part ; encore que la simple distinction des indigènes et des nouveaux venus soit insuffisante, et qu’il faille aller voir d’où l’on vient33.

60La famille ? Les graphiques nos 33 et 34, en dispersant les origines sociales, retrouvent les mêmes clivages. Verriers, armuriers, mariniers ont vu le jour, à peu près toujours, près du four, de l’enclume ou du bateau ; et l’on y prend, sinon femme, beau-père, comme l’indique le graphique no 37, qui mesure la corrélation entre l’hérédité et l’endogamie professionnelle. Drapiers et rubanniers ne sortent pas non plus de l’atelier en se mariant, comme les « canuts » lyonnais où, pourtant, nombreux sont ceux à avoir encore de la terre à leurs souliers ; chez les maçons et les charpentiers, eux aussi plus que d’autres fils de paysan, les liens que crée le chantier finissent par l’emporter. A l’inverse, les métallurgistes s’écartent de la forge ou du haut-fourneau, cependant connus, souvent depuis l’enfance, comme les mineurs des puits à l’ombre desquels ils ont presque tous grandi.

61Les catégories ne se recoupent pas les unes les autres de façon parfaite. Cependant, à certains traits de ressemblance, l’analyse permet de distinguer quelques grands ensembles. Et, d’abord, celui des ouvriers occupés aux vieilles activités régionales, et liées à une spécialité locale.

A. Les vieux métiers industriels et la tradition technique

62Les armuriers de Saint-Etienne, les cloutiers de Saint-Chamond, les gens du fleuve — mariniers et charpentiers en bateaux — les verriers — à un moindre degré — de Givors ont en commun un très fort enracinement dans la ville où ils travaillent ; plus que tous les autres groupes d’ouvriers — ou presque —, ils y sont nés. Et ils demeurent donc entre eux ; plus encore qu’il ne semble, au vu de la part, même médiocre, des nouveaux venus.

  • 34 Cf. Supra, Livre I, et la carte établie par Schnetzler (J.) Un demi-siècle d’évolution démographiqu (...)
  • 35 Cf. Supra, Livre I, Chap. I.

63Soit 2 armuriers sur 5, 3 mariniers sur 10 et, tout de même 1 cloutier sur 2 : mais tous arrivent de très près. Des premiers, 1 sur 2 immigrants est né dans le bassin stéphanois, pas dans la vallée du Gier, mais dans celle de l’Ondaine où existe, au Chambon-Feugerolles, à St-Héand, une tradition de la petite quincaillerie, dans les cantons de Saint-Bonnet-le-Château et de Saint-Rambert, où l’on forge les pièces de serrurerie, où l’on façonne les lames de couteau34. Les autres sont nés sur les pentes du Pilat où l’armurerie à domicile est largement répandue. Il reste bien peu de place pour quelques Vellaves, 1 étranger — de la Ruhr ! — et de rares Français, dont l’un de Tulle et l’autre de Charleville. De même, aucun immigrant cloutier de l’extérieur : si l’on n’est Saint-Chamonais, on est Forézien du bassin, et, à peu près sûrement, des communes limitrophes où, aussi, on forge des clous. Et le fleuve est la clé, unique, du recrutement des mariniers givordins, entre la ville même et Serrières d’Ardèche, depuis les communes riveraines et batelières de Condrieu et de Loire, depuis celles de Saint-Alban et des Roches-de-Condrieu, sur l’autre rive35.

  • 36 Chez les cloutiers saint-chamonais, l’hérédité professionnelle est sans doute encore supérieure, ca (...)

64Si bien qu’au total, plus de 8 armuriers sur 10 (84,7 %) sont fils d’ouvriers, et 7 sur 10 de ceux-ci (70,4 %) ont hérité la pratique de leur père ; et chez les gens du fleuve, les parts respectives sont de plus de 6 sur 10 (65,5 %) et de plus de 3 sur 4 (76,9 %) à des niveaux équivalents à ceux des cloutiers (64,7 %) et (66,7 %)36. Mais, dans des métiers malgré tout en perte de vitesse, le mariage à l’intérieur du secteur est moins fréquent qu’ailleurs, de fort peu, à 1 fois sur 4 environ.

65Faut-il aller plus loin, à la recherche d’une endogamie professionnelle parfaite, où père, époux et beau-père auraient le même métier ? Sur 23 mariages dont on connaît les trois termes dans la batellerie, 5 la réalisent ; soit à l’intérieur d’une même spécialité, entre gens de Givors et ceux du fleuve : tels François Chasson, batelier et fils d’un marinier de Givors, qui épouse à 23 ans, le 28 juillet 1858, Marguerite Riboiron, qui a le même âge et est fille de « patron sur le Rhône » ; ou Etienne Jathier, un charpentier en bateaux de St-Pierre-de-Bœuf, dans le canton de Pélussin, fils de marinier, uni le 30 octobre 1854, à Michèle Chavat, fille d’un charpentier en bateaux de Givors ; par ailleurs, dans plusieurs mariages apparaissent des portefaix et des crocheteurs, que l’on a mis au nombre des manœuvres, mais qui travaillent sur le port. Parmi les armuriers stéphanois, la proportion monte à près du tiers (10 sur 33), avec les mêmes croisements géographiques et professionnels : Jean-Baptiste Chometon, armurier stéphanois, fils d’armurier stéphanois prend pour femme, le 20 février 1850, à 20 ans, Anne Chapelon, qui en a deux de moins que lui, et est fille d’un tailleur de limes ; Jean-Baptiste Rebaud, un armurier lui aussi fils d’armurier, mais venu de La Tour-en-Jarez, se marie à 30 ans avec Jeanne-Marie Peyron, une lingère de 18 ans, dont le père forge des pièces de fusil, le 8 juin 1851 ; il peut même arriver que l’épouse y soit occupée, comme dans le cas d’Antoine Riocreux, et de Claudine Flachat, qui se marient le 3 mars 1851 : mari, épouse, père et beau-père sont tous les quatre aiguiseurs dans la coutellerie. Enfin, si l’échantillon est trop ténu (6 cas) pour être interprété chez les cloutiers de Saint-Chamond, on trouve plusieurs cas d’unions avec d’autres spécialistes du travail des métaux classés dans d’autres secteurs : J.-L. Chardon, 29 ans, venu de Saint-Julien-en-Jarez, épouse le 7 mai 1851 une fille de serrurier Saint-Chamonais de 25 ans, E. Herrard ; et c’est à celle d’un ouvrier aux forges de Saint-Julien, Ch. Granger, que s’unit, le 28 septembre 1853, P. Vannelle, cloutier et fils de « propriétaire — cloutier ».

66Au total, il reste peu de place pour d’autres alliances, comme le montrent les graphiques nos 41 et 43, qui partagent l’ensemble des belles-familles entre les différents secteurs d’emploi : en dehors du métier lui-même, il n’est pas de relations privilégiées avec d’autres catégories ouvrières pour les armuriers ni pour les gens du fleuve.

  • 37 Sur les villes de verrerie, au XIXe siècle, Cf. Pelletier (P.), Les verriers dans le Lyonnais et en (...)

67Il en va de même pour les verriers, bien qu’un certain nombre — médiocre — prennent fille de manœuvres ; en fait, ceux-ci sont souvent les non-spécialistes des verreries. Pourtant, la souche locale est nettement plus basse : il n’est parmi eux, pas plus de 2 Givordins sur 5 (42,4 %), et le recrutement régional n’intervient guère. Faux-semblant : des 51 verriers immigrants à se marier entre 1851 et 1860, 34 sont nés dans des villes de verrerie37, plus de 3 sur 5 ; dont 18 à Rive-de-Gier, le grand centre, tout proche, de soufflage de bouteilles, et 5 à Baccarat, les autres venant d’Oullins, La Mulatière, de Spoy, dans l’Aube, de Choisy-le-Roy, de St-Léger-des-Vignes, dans la Nièvre, du Creusot, de Blanzy et de Valence. En ajoutant les enfants du pays, 8 sur 10 des verriers (79,3 %) sont donc nés en pays de verrerie ; ce que confirme le faible échantillon lyonnais : 17 jeunes mariés en 1851, tous étrangers à la ville, mais nés là où l’on souffle et taille le verre, pour plus de la moitié d’entre eux, à Givors, au Creusot, autour de Lunéville et de Baccarat.

  • 38 Cf. Oger (Th.), La France par cantons... : le Rhône, 1866, p. 15.
  • 39 A.N., C. 3021, Enquête parlementaire... 1872, réponse Tronel, cristallier à Lyon.
  • 40 Audiganne (A.), Les populations ouvrières de la France... t. 11, p. 95 ; Abeille (E.) Histoire de G (...)

68« Lorsqu’un ouvrier quitte une maison, note-t-on quelques années plus tard... » il fait parfois une vingtaine de lieux pour trouver de l’ouvrage... », dans ces verreries »...assez éparpillées en France38 ; personnel « ... difficile à recruter pour les ouvriers spéciaux... », les verriers « ... sortent des anciennes cristalleries du Creusot et de Givors, avec des Lorrains qui viennent de Baccarat et de Saint-Louis... », notera, en 1872, Tronel, le patron de la cristallerie d’Oullins39. Le nomadisme de spécialistes des verriers apparaît en pleine lumière et confirme les observations du temps, prolongeant en plein XIXe siècle une politique déjà ancienne40.

  • 41 A.N., C. 3364, Enquête parlementaire... 1882, réponse d’un tailleur en cristaux de Lyon.

69« En quittant l’étude, mon père m’a fait travailler avec lui ; j’ai un fils âgé de 28 ans à qui j’ai appris le métier » : c’est la réponse d’un tailleur de cristaux à une question sur l’apprentissage, en 188241. Cas exemplaire, semble-t-il : la force de l’hérédité professionnelle n’a pas l’équivoque première du recrutement : on naît fils de verrier, de souffleur ou de tailleur de cristaux près de 7 fois sur 10) (44,8 %), que l’on soit de famille ouvrière (9 fois sur 10) à (86,3 %) ou pas. Et l’on épouse la fille de celui dont on partage le labeur devant les fournaises pas loin d’1 fois sur 2 (44,8 %) ; 1 fois sur 5 (9 cas sur 45), comme chez les armuriers, l’endogamie professionnelles est totale : par exemple dans celui de Joseph Bavour, un verrier de 23 ans, fils de verrier, marié le 18 avril 1853, avec Marie Beaujolin, 19 ans, fille de verrier, tous de Givors ; où se croisent, le 29 septembre 1855, J. Claude Perraton, ouvrier verrier de 23 ans venu de Blanzy, où son père exerce le même métier et Marie Gonin, 19 ans, arrivée, elle, des usines de Rive-de-gier, avec son père souffleur de bouteilles.

70Mais, à eux tous, armuriers, forgeurs, mariniers, charpentiers en bateaux et verriers représentent peu de monde. Métiers au total marginaux, peu représentatifs des comportements d’ensemble ? Pour le savoir, il faut en venir aux plus nombreux, qu’on retrouve partout, c’est-à-dire aux ouvriers et aux ouvrières du textile. Et d’abord, à ceux de la grande Fabrique de soierie.

B. Les unités partagées du textile

71A première vue, les « canuts » sont gens fort différents, tisseurs et teinturiers, ourdisseuses ou dévideuses. De tous, ils sont les plus nombreux à être étrangers à la ville ; et en aucun autre métier, en aucune autre ville on ne trouve parmi eux autant de fils de paysans.

72Sans doute la souche lyonnaise, pour les hommes comme pour les femmes, est-elle supérieure à la moyenne de la ville. L’apport extérieur n’est pas une nouveauté, et a commencé bien avant l’essor récent sous la Monarchie de Juillet. Dès le XVIIIe siècle, il était fixé à un niveau élevé, et relativement stable. La part des Lyonnais est d’ailleurs plus forte chez les mariés de 1851 que chez ceux de la fin de l’Ancien Régime. Et les cadres provinciaux du recrutement n’ont, globalement, pas beaucoup changé :

ORIGINE DES OUVRIERS DE LA FABRIQUE A LA FIN DE L’ANCIEN RÉGIME ET EN 1851.

ORIGINE DES OUVRIERS DE LA FABRIQUE A LA FIN DE L’ANCIEN RÉGIME ET EN 1851.
  • 42 C’est-à-dire en adjoignant au croissant lyonnais ses prolongements des Monts du Charolais et du Bri (...)

73Sans doute la part de l’extérieur s’est-elle légèrement renforcée, elle ne doit pas leurrer. Il ne vient à peu près pas d’ouvriers de l’étranger — 3 Italiens et 1 Suisse, 5 Piémontaises et 1 Genevoise. Quelques natifs des rivales déchues — des Nimois — ou d’autres villes du textile — Armentières, Reims, Cambrai, Hazebrouk — ne comptent pas ; pas plus que la vingtaine de personnes à avoir suivi les routes qui mènent à Lyon depuis la Creuse et les marches de l’Est ; au XVIIIe siècle d’ailleurs, Bourgogne et Franche-Comté fournissent déjà 2,6 % des apprentis. Et le reste est né dans les franges externes du grand croissant de l’attraction lyonnaise ; de cet espace sont arrivés plus des neuf-dixièmes des ouvriers de la Fabrique nés à l’extérieur — 89,6 % des hommes, 92,9 % des femmes42. Et, au total, Lyon même et les grandes provinces pourvoyeuses fournissent 86,3 % des tisseurs, 84,7 % des ourdisseuses et des dévideuses : le recul est insignifiant sur les dernières années du XVIIIe, où leur part s’élevait à 91,6 % des apprentis.

  • 43 Chez les hommes on en compte 156 à être nés dans des chefs-lieux de canton de la région, et 6 dans (...)
  • 44 Soit, en tout, 68 hommes et 129 femmes, dans les cantons de Belley (10 et 20), Morestel (5 et 14), (...)
  • 45 Dans les années 1860, Corbelin est la plus forte concentration de métiers en Bas Dauphiné, avec 500 (...)

74Les immigrants de la Fabrique sont, dans leur grande majorité, des ruraux, quel que soit leur sexe : à 71,2 % pour les hommes, à 71,3 % pour les femmes43. Et la carte des origines cantonales recouvre à peu près celle de l’essaimage des métiers à soierie (cf. cartes nos 8 et 9). Elle explique ainsi certains reclassements internes de l’aire de recrutement. Comme le recul du Lyonnais, la stabilité du Dauphiné et surtout la progression de la Savoie, qui correspondent aux nouvelles directions de l’initiative lyonnaise au milieu du XIXe siècle. Vers Lyon les gens du Beaujolais ou du plateau lyonnais, puis Dauphinois, Bugistes et Savoyards remontent la route des métiers. Et à l’Est du Rhône, les plus forts noyaux cantonaux correspondent aux plus fortes densité du tissage. Les 11 principaux d’entre eux, à cheval sur le Haut Rhône, ont vu naître à eux seuls 1 sur 5 des « canuts » immigrés à Lyon, 17,1 % des hommes, 22,8 % des femmes44. Les petites communes de Fitilieu et de Corbelin, dans le canton dauphinois de Pont-de-Beauvoisin, ont envoyé, à elles seules, respectivement 5 et 4 tisseurs, et chacune 2 dévideuses ; celle des Avenières, incluse dans Morestel, 4 mariés de chaque sexe : les unes et l’autre sont, autour des années 1860, des lieux privilégiés de l’essaimage45.

  • 46 Sur 489 « canuts » et ouvriers des industries annexes, 218 sont nés à Lyon et dans les communes de (...)
  • 47 C'est-à-dire 63 hommes sur 271 nés à l’extérieur, et 96 hommes sur 499.
  • 48 Soit 85,6 % des hommes et 80,2 % des femmes ; la part des naissances extérieures : 14,4 % et 19,8 % (...)

75Sans doute peut-on estimer qu’en allant précisement à la main-d’œuvre rurale, celle-ci a tari par la suite le mouvement migratoire. Or, la place des Monts du Lyonnais et du Beaujolais, où il est plus ancien, prouve le contraire. Et un sondage postérieur, dans les actes de mariage lyonnais de 1869, à la veille de l’apogée de la Fabrique traditionnelle et de son extension géographique maximale, va dans le même sens. Alors même que la souche lyonnaise s’est considérablement renforcée chez les hommes — à 44,6 % !46 et que la part des 4 grandes provinces a légèrement reculté, celle des 11 cantons rhodaniens demeure presque aussi forte chez les femmes (19,2 % des immigrées) et s’est fortement relevée chez les hommes (23,2 %)47. Enfin, Lyonnais de la ville et Lyonnais de la province, Bugistes, Savoyards et Dauphinois gardent la même prépondérance écrasante dans la main-d’œuvre de la Fabrique : sur 6 « canuts » ou teinturiers à se marier en 1869, il y a toujours 5 d’entre eux, sur 5 ourdisseuses ou dévideuses au moins 4 d’entre elles48.

  • 49 A.N., F 1 C III, Rhône 5, préfet, 30.4.1858 ; A.D.I. Bulletin du Maréchal de Castellane, 2.4.1858 ; (...)
  • 50 A.N., F 1 C III, Ain, 6, Sous-préfet Nantua, 31.12.1857.
  • 51 A.N., F 1 C III, Ain, 6, id. 31.12.1856 et 31.12.1858.

76Derrière l’apparente dispersion des origines géographiques, en partie due au grand nombre de cas, la Fabrique tire donc l’essentiel de sa main-d’œuvre extérieure des régions qui sont elles-mêmes occupées au tissage de la soierie. Et certaines spécialités professionnelles annexes s’éclairent aussi par le lieu de la naissance. Ainsi, sur 16 mariés qui se sont dits « passementiers » en 1851, 5 viennent de Saint-Etienne et de Saint-Chamond, et 10 sur 17 en 1869 ; et pour 14 « ovalistes », 9 sont natives des terres soyeuses du Vivarais et du Pilat en 1851, 26 sur 32 en 1869. C’est donc, largement, l’activité industrielle des communes d’origine qui dicte le choix du secteur et du métier lyonnais, même dans une branche qui, comme la Fabrique, ne nécessite pas une tradition technique trop complexe. La mobilité ne se fait d’ailleurs pas à sens unique : chaque crise lyonnaise relance les tisseurs sur le chemin du retour, au moins pour un temps49. En 1857, on se plaint, dans la région de Nantua, de la présence « ... d’un grand nombre d’ouvriers à la vérité originaires du pays, et qui en ont été chassés par la stagnation complète de l’industrie des soieries dans cette ville... (à) Martignat, Montréal, Bellignat, Oyonnax... les « canuts lyonnais », sans ouvrage, sont venus affluer... »50. Mais le roulement est habituel entre la région et Lyon ; et les relations, dans les deux sens, permanentes51. Et l’unité soyeuse est dans le va-et-vient incessant des hommes et des femmes.

  • 52 Cf. tableaux hors texte nos 32 et 33.

77Les noyaux extérieurs de la Fabrique, à Givors et à Vienne, ne disent pas autre chose. Sans doute sont-ils médiocres, et les tisseuses de soie y sont peu nombreuses parmi les nouvelles mariées, les hommes rarissimes mais Viennoises et Givordines ne sont pas différentes des Lyonnaises52. Pour le quart (23,8 % et 25,9 %) ; elle sont nées dans la ville. Presque toutes les autres arrivent des campagnes limitrophes : à Vienne même, ce carrefour, il n’en vient qu’l sur 10 de la France lointaine, au hasard ; à Givors aucune. Et, à l’exception de quelques Lyonnaises, elles sont nées aussi, dans la mouvance rurale de la Fabrique, toutes Bas-Dauphinoises, ici et là, des mêmes cantons de Saint-Jean-de-Bournay, de La Tour-du-Pin, de Bourgoin, de Beaurepaire, de La Côte-Saint-André et des communes rurales de la banlieue viennoise.

78Mais, malgré la faiblesse des distances, pas une seule Stéphanoise, pas une seule Saint-Chamonaise ; à Lyon, déjà, celles-ci, ceux-ci n’étaient pas nombreux, et très spécialisés. Car la coupure entre les deux Fabriques proches mais différentes paraît bien quasi totale.

  • 53 Cf. tableaux hors texte nos 30 et 31.

79A l’inverse des « canuts », les ouvriers et les ouvrières de la Fabrique de rubans, sont en majorité, des Stéphanois bon teint ; qu’ils soient passementiers ou teinturiers (à 51,6 %), qu’elles soient ourdisseuses ou tisseuses (à 55,5 %)53 : aucune autre industrie textile urbaine de la région ne puise aussi largement dans la ville où elle s’est développée. Et tous les autres — ou presque — plus d’1 sur 3 maris, au total (36,3 %), près de 2 épouses sur 5 (39,3 %) ont vu le jour dans Faire d’attraction immédiate de Saint-Etienne ; donc, très peu de Français d’ailleurs, 4 tisseurs et 2 ourdisseuses de Lyon, seulement, quelques étrangers. Aux neuf dixièmes les rubanniers (87,8 %), dans leur quasi totalité les tisseuses (94,8 %), sont des Foréziens auxquels se mêlent quelques Vellaves. Et il en est peu à avoir parcouru plus d’une quarantaine de kilomètres jusqu’à la ville.

80A St-Chamond, où le travail du ruban est dans la mouvance stéphanoise, on retrouve les mêmes grands traits ; même force de la souche locale, inégale : plus d’I tisseur sur 2 (53,5 %) est Saint-Chamonais, plus d’1 rubannière sur 3 (37 %) ; pour les autres, une seule étrangère, sur 489 ! Moins d’l épouse sur 10 (8 %) à venir de loin, à peu près pas de maris (2,4 %). Et trois Lyonnais.

  • 54 Cf. Supra, Livre I, p. 64 et Schnetzler (J.), art. cit.. Eludes foréziennes..., 1968, p. 167.

81Or, à Saint-Etienne comme à Saint-Chamond, la carte des naissances de la rubannerie ne se calque pourtant pas sur celle de l’attraction ouvrière immédiate. Sans doute y a-t-il l’habituel contingent de Vellaves ; mais bien moins fort que dans l’ensemble des travailleurs : à un sur dix rubanniers (9,5 %) ou rubannières (12,5 %), là, à 1 sur 20 ici (5,2 %) ; et, à Saint-Chamond, un nombre relativement important — 1 sur 10, 9,7 % d’Auvergnates du Livradois : peu de monde au total, en regard de ceux et de celles qui viennent du bassin industriel forézien lui-même et de ses annexes du Pilat, aux deux cinquièmes (40,1 %) et à plus du tiers (36,5 %), comme à Saint-Etienne où les deux vallées manufacturières, le plateau de St-Bonnet-le-Château et le Pilat ont vu naître le quart des passementiers (26,5 %) et des rubannières (23 %). Avec les Stéphanois de naissance, ce sont donc plus de 8 travailleurs de la Fabrique de rubans (83,5 %), près de 9 ouvrières sur 10 (86,9 %) qui soient nés à l’intérieur d’une zone restreinte où le travail de la soie, sous ses formes diverses, filature, ouvraison et tissage, est implanté depuis plusieurs décennies54.

  • 55 Et plus encore qu’il n’y paraît : les principales communes d’origine des Vellaves sont celles où s’ (...)

82Plus fortement encore qu’à Lyon, il semble donc qu’il y ait mobilité interne à un espace industriel spécialisé, où le partage ville — campagne n’a pas de sens : quelles que soient sa taille et la répartition de sa population, aucune commune des vallées du Gier, de l’Ondaine et du Furan n’est exempte d’ateliers ou d’usines. Et c’est le travail seul de la soie qui fait le partage55.

  • 56 En décembre 1863, c’est vers Vienne que se dirigent les ouvriers « ... privés de travail par suite (...)

83Le contraste en paraît plus éclatant d’avec les drapiers de Vienne. Parmi eux, quelques uns venus des autres centres lainiers de la région, de Chambéry, Montluel, Saint-Jean-de-Maurienne, une vingtaine ; de France, de Lodève, Sedan, Vervins, Hirson, à peu près autant ; de l’étranger même : de Pignerol en Piémont, une poignée ; et quelques Alsaciens de Mulhouse ; au total, pour finir, peu de monde56. Tous les autres français sont venus le long des routes vers Vienne, des campagnes, où sont nées 9 sur 10 des ouvrières (93,8 %) arrivées de loin, 3 sur 4 (74,5 %) des ouvriers. Ils s’y mêlent aux ruraux du Bas Dauphiné.

84Car l’aire du recrutement régional drapier se calque à peu près parfaitement sur les seules Terres froides de l’arrière-pays viennois. Un fileur, un cardeur, un foulonnier, un tisseur sur 3 à se marier (32,1 %) en est arrivé, une épinceteuse ou une tisseuse sur 2, ou presque (46,6 %). Et en somme, 8 sur 10 des travailleurs de la laine de Vienne 84,8 % des hommes, 78 % des femmes) sont des Bas-Dauphinois d’un demi-cercle d’une trentaine de kilomètres de rayon autour de la ville, puisqu’on y retrouve la forte souche locale de tous les textiles, majoritaire chez les drapiers (52,7 %), un peu moindre dans les métiers annexes féminins (31,4 %). Commes les canuts lyonnais et les passementiers foréziens, les drapiers viennois se recrutent dans une région bien délimitée, même si les caractères en paraissent un peu différents.

  • 57 Cf. graphiques hors texte nos 33 et 34.

85La ressemblance s’accentue avec l’origine sociale. Celle-ci n’a rien d'étonnant chez les rubanniers, presque tous sont venus de ville ou de campagnes rubannantes. A Saint-Etienne, 7 passementiers sur 10 (69,9 %), 3 ourdisseuses ou tisseuses sur 4 (75,8 %) sont fils et filles d’ouvriers et il n’en est guère plus d’un sur 10 parmi eux ou parmi elles à venir de la terre ou de la boutique57 ; de même à Saint-Chamond, où les enfants des paysans sont un peu plus nombreux (au quart, en moyenne) ; tous les autres ou presque — les trois-cinquièmes, pour 60,2 et 65.2 % — sont nés dans des familles ouvrières. Mais c’est à Vienne, où l’on sait pourtant l’importance des origines rurales que les plus forts pourcentages sont atteints, aux sept dixièmes (70,9 % chez les hommes, 66,9 % chez les femmes).

  • 58 Et dont Audiganne (ouvr. cit., t. II, p. 9) avait senti instinctivement l’importance ; cf. aussi A. (...)

86Sans doute faut-il tenir compte de l’importance de la souche locale dans l’ensemble, et qui peut gonfler la part des ouvriers. Il n’en reste pas moins vrai que l’hérédité sociale n’atteint une telle force dans aucun autre secteur58. Car en fait, elle recouvre une filiation professionnelle du même ordre que celle des armuriers et des verriers ; et qu’on retrouve chez les « canuts » lyonnais pourtant, plus souvent que les autres, fils de cultivateurs. Parmi les travailleurs du textile dont les pères sont ouvriers, la part des fils de tisseurs ou fileurs est, pour chaque catégorie :

« Canuts » Lyon

 : 64,1 %

Rubanniers St-Etienne

 : 64,4 %

Drapiers Vienne

 : 71,9 %

Rubanniers St-Chamond

 : 57,4 %

87Chez les mariés du crû, cette part est bien sûr beaucoup plus forte : de 10 canuts lyonnais nés dans une famille ouvrière sur les pentes de La Croix-Rousse, près de 9 ont vu le jour à côté du métier Jacquard (82,20 %) ; et pas loin de 7 rubanniers à Saint-Etienne (68 %), de 8 drapiers à Vienne (78,3 %). Mais elle atteint aussi des niveaux inattendus chez les travailleurs immigrants de, respectivement, 40, 52,6 et 60 %, qui s’expliquent, en partie, par l’arrivée du marié, tout enfant, avec ses parents : ce sont eux qui — combien de fois ? — sont entrés à l’atelier textile ; pas seulement à Lyon et à Saint-Etienne ; et il n’en reste pas moins une étonnante homogénéité professionnelle.

88Or, l’organisation du travail en petites unités familiales, dans des locaux qui sont, aussi, des logements où vivent côte à côte, chefs d’ateliers et ouvriers, où les travaux annexes exigent une forte main-d’œuvre féminine, favorise le mariage à l’intérieur du métier, beaucoup plus qu’ailleurs. Endogamie indirecte, comme on l’a mesurée, jusqu’ici, par la profession du beau-père ; et qui atteint :

56.3 % (canuts Lyon)

41,4 % (rubanniers St-Etienne)

47.3 % (drapiers Vienne)

51,6 % (rubanniers St-Chamond)

89D’où la place exceptionnelle que prennent, en un nuage serré, tous les métiers du textile dans le graphique hors texte no 37, qui relie hérédité et alliance professionnelle.

90Dont rend compte, bien sûr, la fréquence de l’endogamie directe, indiquée par la profession de l’épouse (ou du mari), pour les uns et les autres. En effet, la cérémonie consacre des liens noués, la plupart du temps, avec le compagnon ou la compagne du métier ou du rouet : 2 fois sur 5, au moins, 1 fois sur 2 le plus souvent, plus de 3 fois sur 4, parfois. Puisque le nombre relatif de cas est, pour les hommes à prendre épouse :

« Canuts » Lyon

 : 78,9 %

Rubanniers St-Etienne

 : 76,8 %

Drapiers Vienne et chez les femmes :

 : 37,1 %

Rubanniers St-Chamond

 : 60,9 %

ourdisseuses, dévideuses, Lyon

 : 56,8 %

passementiers St-Etienne

 : 48,2 %

fileuses, épinceteuses, Vienne

 : 53,5 %

Passementiers St-Chamond

 : 60,9 %

91Le creuset des ateliers est tel qu’il n’est pas rare — et plus que cela, même, assez fréquent — de rencontrer des familles dont tous les membres sont des travailleurs du textile.

  • 59 Soit, en clair, 11 cas d’endogamie à quatre termes semblables sur 181 parmi les drapiers de Vienne, (...)

92Parmi les drapiers de Vienne et les rubanniers de St-Chamond, quand l’on connaît le statut et la profession du mari, de la femme, du père et du beau-père, il est au moins 1 cas sur 20 (6,1 et 5,5, %) où tous sont des ouvriers de la laine et de la soie59. Seules se croisent les spécialités, ou les origines : ainsi Pierre Berthelet, tisseur de laine, est fils d’un tondeur de drap viennois, et il épouse le 16 juillet 1859, Marie Dupré, une épinceteuse de 21 ans, dont le père est, lui aussi, tisseur à Vienne ; Jean Gudin a 23 ans le 18 juin 1851 quand il prend pour femme Jeanne Buisson, 19 ans, « ouvrière en laine » et fille de « drapier » : lui-même est tondeur de draps, venu de Vimines, près de Chambéry, où son père continue à tisser la laine. Pour d’autres, à l’unité du secteur s’ajoutent celles de la naissance et de la spécialité : tels Pierre Villemagne, 30 ans, passementier, fils de passementier, tous deux de Saint-Chamond, et Marie-Françoise Chavanne, 19 ans, passementière et fille de passementiers, l’une et l’autre nés aussi dans la ville et qui se marient le 2 avril 1851 ; ou Pierre Bouchu, 23 ans, et Marie-Antoinette Léotard, 21 ans, drapier et drapière, fils et fille de drapiers, tous de Vienne, où l’union est célébrée le 24 juin 1852.

93Cas exceptionnels, malgré tout. Mais significatifs : car la fréquence fait plus que doubler pour les couples où 3 au moins des participants sont identifiés, mari, épouse et père, ou mari, épouse, beau-père. Avec les mêmes croisements. Ainsi, Jean-Baptiste Baty est venu de Culin, près de Saint-Jean-de-Bournay, avec son père teinturier en laine ; et ouvrier drapier, à 23 ans, le 8 novembre 1854, c’est une épinceteuse qu’il épouse, Louise Jacquin, d’un an plus âgée, et dont le père est mort. Pierre Granjon, à 19 ans, est passementier à Saint-Chamond, comme son père, quand il prend pour femme, le 30 juin 1852, Marie-Louise Peyrieux, une orpheline, elle aussi, ouvrière en soie. A l’inverse, c’est avec la fille du maître-rubannier, Marie Joubert, elle-même ourdisseuse, que se marie Joseph Ducoin, ouvrier passementier venu de la campagne où sa famille continue à travailler la terre, le 2 juin 1857 ; et celle d’un tondeur de draps de Vienne, Antoinette Perrin, épinceteuse de son état que se décide à choisir, sur le tard — il a 36 ans —, Henri Guerlioz, un fileur arrivé de la grande banlieue viennoise. Quant à Marie-Louise Frappat, elle est lingère, quand l’épouse, le 6 juillet 1853, à 19 ans, Jean-François Giroud : mais le promis est tisseur, fils de tisseur, et le père de la fiancée presseur de drap. Enfin, on peut deviner, à travers tel destin individuel, de surcroît, toute une mobilité géographique elle aussi guidée par le métier : Marie-Eulalie Oche est Viennoise, a 23 ans, elle demeure, sans travailler, au foyer de son père, tisseur ; mais Joseph Neyron, auquel elle s’unit le 17 février 1851 est ouvrier drapier ; et s’il est né à Dieulefit, ses parents, teinturiers, ont émigré à Pignerol, en Piémont, où l’on travaille aussi la laine.

94Destins qui demeurent minoritaires ? Moins sans doute qu’il ne paraît, puisqu’on a écarté tous les cas douteux quand on ne savait rien du père et du beau-père ; mais la plupart du temps, mère ou belle-mère veuves sont — au neuf-dixièmes — elles aussi occupées à tisser ou dévider ! Même sans elles, ils ne sont pourtant pas exceptionnels, à un taux supérieur à celui de tous les autres métiers, c’est-à-dire, entre 1 sur 6 et 1 sur 10, soit plus précisément :

même métier

drapiers Vienne

rubanniers St-Chamond

Mari, père, épouse

42 sur 297 cas connus
(14,2 %)

11 sur 84 cas connus
(13,1 %)

mari, épouse, beau-père

43 sur 275 cas connus
(15,6 %)

9 sur 87 cas connus
(10,3 %)

95Or, à Lyon, on dépasse largement le quart et on approche du tiers à Saint-Etienne :

même métier

rubanniers St-Etienne

Canuts Lyon

mari, père, épouse :

83 sur 251 cas connus
(33,1 %)

85 sur 298 cas connus
(28,5 %)

mari, épouse, beau-père :

88 sur 302 cas connus
(29,1 %)

90 sur 331 cas connus
(27,2 %)

96Ce ne sont pas des unions exceptionnelles que celles de Clément Vital, un passementier de 29 ans, venu de Saint-Chamond, où son père tisse toujours le ruban, et de Marie Fayard, une ourdisseuse stéphanoise, le 19 février 1851, de Paul Chambon, ouvrier en soie à la Croix-Rousse, comme son père et de Marie-Victoire Laque, une ourdisseuse qui a quitté la ferme familiale de Corbelin en Dauphiné, le 25 janvier 1851, ou celles de Pierre Audibert, un ouvrier en soie du Cours Morand, à La Guillotière, avec Marie Berthuin, une tisseuse dont le père est teinturier, tout à côté, rue de Sèze, le 21 janvier 1850 ; de Pierre Béal, un passementier arrivé du Livradois, avec Claire Maurice, fille de rubannier stéphanois et elle-même tisseuse de soie.

97De même, deux fois plus souvent qu’à Vienne et à Saint-Etienne, mari et épouse, père et beau-père sont de la Fabrique. Ils sont une vingtaine (21 sur 161 cas où l’on connaît les 4 professions, soit 13 %) à suivre à Saint-Etienne, l’exemple de Pierre Boutarel, un passementier de 22 ans, Vellave de l’Yssingelais d’où il est arrivé avec son père, rubannier à Montaud, et d’Antoinette Cœur, ourdisseuse dans la même commune, elle aussi fille de passementier, le 8 mai 1850. Comme à Lyon (22 sur 196, donc 11,2 %) celui de François Charvet, tisseur d’étoffe venu travailler rue de la Citadelle, sur le plateau de La Croix-Rousse, depuis la commune voisine de Saint-Rambert-1’Ile-Barbe, où son père est « fabricant d’étoffes », comme celui de sa fiancée, Anthelmette Barrou, ourdisseuse à Villeurbanne, le 5 juillet 1851.

98Et, pas plus que pour les verriers de Givors ou les armuriers de Saint-Etienne, il n’est place pour d’autres alliances chez les « canuts » lyonnais, les drapiers viennois, les rubanniers stéphanois, comme le montrent les graphiques hors texte nos 39, 41 et 45. Le mariage boucle le métier sur lui-même, le coupe des autres ouvriers de la ville. Et, au contraire, la très forte endogamie, qu’on n’ose appeler professionnelle, des manœuvres, à Lyon, à Givors, à Vienne, va dans le même sens : elle aussi révèle l’importance de la barrière entre les ouvriers spécialisés des industries urbaines, et les autres. Et qu’on retrouve, en fait, autour de chaque catégorie ouvrière.

C. Les autres ouvriers : la trace des migrations professionnelles et l’ouverture du métier

99L’endogamie professionnelle paraît pourtant plus atténuée, si l’on en croit sa traduction graphique, parmi les autres groupes ; avec des nuances, des mineurs, où elle demeure forte, aux métallurgistes, noyés dans l’ensemble de la classe ouvrière. Chez tous, le mariage est aussi l’alliance avec d’autres métiers, dans une commune condition ouvrière : comme le montrent les graphiques nos 39, 41, 43 et 45. Peu de cas remarquables, où mari, père et beau-père manient les mêmes outils ou s’affairent à la même machine. A Lyon, on n’en a relevé que 5 : tel charron de la rue St-Hélène, le 4 février 1851 ; un serrurier bressan, quelques jours plus tard, un menuisier en mai, un mécanicien arrivé du Nord en septembre, et un marinier en octobre. Dans les autres villes, quelques exemples erratiques apparaissent comme des cas d’espèce : un maçon, un tuilier, deux mineurs à Saint-Etienne, deux tailleurs de pierre à Saint-Chamond, un charpentier et un chapelier à Givors, un menuisier et un maçon à Vienne ; ils mettent d’autant mieux en relief l’exogamie du plus grand nombre qui ne signifie pas, forcément, l’hétérogénéité des autres groupes professionnels.

  • 60 Cf. graphique hors texte no 31.
  • 61 Cf. graphique hors texte no 33.
  • 62 Cf. graphique hors texte no 37.

100Les métiers liés aux besoins de la ville, d’abord, les ouvriers du vêtement et du bâtiment. Car les autres n’ont d’importance numérique qu’à Lyon ; typographes et ébénistes entre autres, sont le plus souvent nés sur place60, et la plupart des immigrants viennent des autres villes de la région. Maçons et charpentiers, tailleurs et cordonniers au contraire viennent d’un peu partout, et ont en Commun une origine paysanne importante, encore que, parmi les premiers, les fils d’ouvriers soient assez nombreux, à un niveau plus élevé que la moyenne, dans chacune des cinq villes61. A l’intérieur de la souche ouvrière, la majorité d’entre eux ont appris à bâtir et à assembler, à couper et à coudre auprès de leur père : l’hérédité professionnelle est forte pour tous, et même très élevée chez les gens du bâtiment. De même, ceux-ci rencontrent assez souvent leur future épouse auprès d’un compagnon de chantier, alors que l’idylle naît plus rarement dans l’échoppe. Ceci valant pour les seuls hommes62.

  • 63 Cf. graphique hors texte no 34.
  • 64 Cf. tableau hors texte no 29.
  • 65 Parmi les autres villes notables de la région, Pont-de-Beauvoisin, Chambéry, Voiron, Vienne, Belley (...)

101Car nombreuses sont aussi, parmi les mariées, les ouvrières du vêtement : leur physionomie est tout à fait particulière, et vaut surtout pour les différences d’avec les travailleuses du textile. Ce sont, presque à égalité, des filles de paysans et d’ouvriers, et celles de petits négociants ou d’employés y sont exceptionnellement nombreuses ; la couture est, plus que tout autre, un emploi occasionnel ou d’attente, dans les familles citadines notamment63. Ainsi, à Lyon, 4 sur 10 lingères, couturières ou tailleuses (40,9 %) sont de la ville même : c’est beaucoup si l’on compare aux tisseuses ; et il en vient à peu près autant du croissant de recrutement régional (38,6 %) : c’est peu64. En fait, 3 sur 4 des immigrantes françaises (232 sur 309) sont nées dans les villes ou de gros bourgs ; et parmi celles là on retrouve à peu près toutes celles qui comptent dans le voisinage, particulièrement Chalon-sur-Saône, Bourg, Tournus, Mâcon, et Villefranche, et ailleurs, Paris, Dijon, Nîmes, Aurillac, Thiers, Nancy, d’où arrivent les plus gros contingents, Colmar, Metz, Besançon, Orléans, Bourges, La Rochelle, Auxerre, Montpellier, Rouen, etc.65. Il en va de même à Saint-Chamond, à Givors et à Vienne, où une ouvrière du vêtement sur 2, ou presque, est née dans la ville ; et à Saint-Etienne, où l’on n’en compte qu’une sur 3, 2 immigrantes sur 5 viennent des villes, souvent lointaines.

  • 66 Le vêtement est, avec le petit commerce, le seul secteur où l’élément étranger ait, à Lyon, quelque (...)

102La clé vaut aussi pour les tailleurs et les cordonniers : la moitié des immigrants lyonnais arrivent de Vienne, Saint-Etienne, Grenoble, Marseille, Metz, Avignon, Agen, Montpellier, Chalon, Paris, pour ne citer que les plus gros apports, et des autres villes, petites ou moyennes, avec la grande majorité d’ailleurs, des typographes, des ébénistes, des selliers, des ouvriers en voiture, etc. Et d’au-delà des frontières : l’ouvrier étranger, dans les années 1850, ce n’est pas le plâtrier italien, mais le tailleur suisse ou le cordonnier allemand66. Il y a là une mobilité interurbaine originale et dont les raisons sont évidentes.

  • 67 Cf. graphique hors texte no 31.
  • 68 Dont l’originalité est d’autant plus frappante que le recrutement spécifique des autres catégories (...)

103Mais qui ne guide pas les ouvriers du bâtiment, bien au contraire. L’origine paysanne de la majorité d’entre eux, laissait déjà deviner la médiocrité de la souche locale, partout des plus basses : 7 à 9 sur 10 des maçons, des menuisiers, des cimentiers, des serruriers sont étrangers aux villes qu’ils construisent ; et 6 à 8 sur 10 des immigrants arrivent de la campagne67 : D’un peu partout semble-t-il, des montagnes d’alentour, de la France lointaine ; sauf les maçons68.

  • 69 Cf. la description de la route lyonnaise par Martin Nadaud, cit. par Chatelain (A.), art. cit. R.G. (...)

104A Lyon, ils sont 27 à se marier en 1851 : 22 sont arrivés des plateaux occidentaux du Massif Central, entre l’est de la Creuse, l’ouest du Puy-De-Dôme et la Haute-Vienne, des cantons de Felletin et d’Auzances notamment. La tradition est donc plus vivante que jamais qui lance, depuis deux siècles, une partie des maçons creusois sur la route de Lyon, où l’on parvient en 4 à 5 jours, par des étapes de 75 à 80 kms, à Noirétable, Feurs, Saint-Foy-l’Argentière et Yzèron69. Le chemin est depuis longtemps connu, et le contingent repéré, mais la situation de quasi monopole est frappante ; il y aurait 6 000 maçons « creusois » dans la ville en 1857 et un sondage dans les mariages de la banlieue entre 1851 et 1860 le confirme : 4 sur 5 des 43 maçons mariés (79,6 %) viennent de la même région, de Royère notamment et surtout du canton auvergnat de Pontaumur, où la petite commune de Villosanges a envoyé 5 ouvriers à elle seule.

105On retrouve les mêmes à Saint-Etienne, et ailleurs : là, ils sont 9 sur 12, dont 4 du canton creusois de Bellegarde en Marche, et les autres d’Aubusson, du Crocq, de Pontaumur. A Givors on en compte 19 sur 25, des Creusois, encore : une douzaine, d’Auzances, de Boussac, de Bourganeuf et du Crocq ; mais aussi des Marchois de Pontaumur (4), et des Limousins d’Eymoutiers, en Haute-Vienne. A Saint-Chamond, l’échantillon est infime, mais on retrouve leur trace, et, à Vienne, ils sont 18 parmi les 23 étrangers à la ville, avec une majorité de Marchois, une douzaine, dont 10 du seul canton de Pontaumur — et 4, encore, de Villosanges —, les autres venant de la Creuse et de la Haute-Vienne. Avec eux, d’ailleurs, ils entraînent au passage tailleurs de pierre, charpentiers, et un certain nombre d’autres spécialistes du bâtiment.

  • 70 On a mis au nombre des « métallurgistes » tous les ouvriers des métaux non employés aux industries (...)
  • 71 Cf. graphique no 31.

106Et voilà que s’inscrit, après les verriers et les maçons, une troisième trace de la migration lointaine spécialisée avec les métallurgistes70. Ils sont rarement du crû71 : 1 fois sur 5 à Givors (19 %), à Saint-Chamond (20,1 %), 1 fois sur 4 à Saint-Etienne (26 %) et à Vienne (28,2 %), en gros. Pour les autres, le bassin métallurgique de la Loire fournit une part à peu près égale, forte à Saint-Etienne même (25,4 %), et surtout parmi les ouvriers des grandes forges et des usines sidérugiques de Saint-Chamond (37,3 %), avec un fort contingent de Ripagériens, plus ténue à Givors (12,4 %). Les autres sont des montagnes ou des campagnes d’alentour, mais aussi, à un niveau inhabituel (1 sur 5 en moyenne) de la France lointaine ; de celle des fers et de la fonte.

  • 72 Il n’est d’ailleurs pas certain qu’on ait identifié toutes les localités métallurgiques corresponda (...)

107Moins à Saint-Etienne, où l’on compte quelques spécialistes venus des régions sidérurgiques de Moselle du Doubs et de la Nièvre, qu’ailleurs. Voici, surtout, les Creusotins, partout les plus nombreux ; mais mêlés à Saint-Chamond, aux puddleurs et aux taillandiers venus des centres dispersés de l’Isère et du Gard ; à Givors, aux gens de La Voulte, de Cosne, de Lunéville, de Lens ; et, à Vienne (où les Foréziens sont peu nombreux, malgré la proximité), avec les fondeurs des hauts fourneaux de Saint-Chamond, de La Voulte et de Liège, des puddleurs de Seraing, des mouleurs et des forgeurs de Fourchambault, de Charleville, de Pont-Sainte-Maxence et de Douai, des mécaniciens de Cherbourg, de La Ciotat et de Nevers72.

  • 73 Cf. Gibert (A.), La porte de Bourgogne, p. 505-509.
  • 74 Sur l’appel aux spécialistes des hauts-fourneaux, un peu plus tard, à La Voulte, cf. A.N., F. 1 C I (...)

108A Lyon, c’est la date de 1851 qui masque ce type de migration. Plus que dans tout autre secteur, les métallurgistes semblent venir de partout : 2 migrants sur 3 sont nés hors de la zone d’attraction immédiate, et les origines s’éparpillent en 55 cantons dont 53 n’ont envoyé qu’l seul individu. Le partage est à peu près égal entre villes et campagnes, et quelques rares noms de localités métallurgiques, comme Tarascon-sur-Ariège, Aspet, certaines communes du Nord et du Bassin stéphanois suggèrent des cheminements semblables à ceux des verriers, mais avant le grand essor lyonnais du secteur et l’implantation des usines les plus puissantes. Un sondage vertical (de 1851 à 1860 toujours) à Oullins et Sainte-Foy (cf. carte no 67), où vivent les ouvriers des ateliers du P.L.M., donne une toute autre image : presque la moitié (43,5 % au moins) des nouveaux mariés de la métallurgie est venue de régions elles-mêmes vouées au travail du fer, qu’il y soit une tradition rurale ou une implantation récente et dynamique. Parmi les lieux d’origine, on retrouve ainsi tous les centres dispersés du Dauphiné des martinets, des taillanderies et de la clouterie, ceux de l’Ondaine et du Gier, Vienne et Givors et, plus loin, le Nivernais, Villefranche-de-Rouergue, Dieuze en Moselle et Blandouet en Mayenne, entre autres. Surtout, deux noyaux régionaux ont fourni des contingents massifs : la porte de Bourgogne, où forges et hauts fourneaux travaillent depuis longtemps le minerai pisolithique du crû, a vu naître près d’1 métallurgiste oullinois sur 10, autour de Mulhouse et dans les districts charbonniers de Ronchamp et de Champagney73. Sa part pâlit pourtant, encore une fois, devant l’arrivée massive des ouvriers du Creusot et de ses prolongements immédiats de Mesvres et de Montcenis, du Gueugnon des forges et de l’Epinac du charbon. Et l’on retrouve donc, pour ces nouvelles usines métallurgiques, l’appel aux spécialistes, proches ou éloignés, qui a déjà été noté ailleurs74.

  • 75 Cf. graphiques hors texte nos 39, 41 43 et 45.

109Mais qui n’entraîne pas la fermeture d’un métier en plein essor. Les fils d’ouvriers sont, à Lyon, à Saint-Chamond, à Givors, à Vienne, relativement peu nombreux parmi eux (cf. graphique no 33) et, à Oullins, on n’en compte qu’l sur 2 (49,4 %) : partout à un niveau très inférieur à celui des ouvriers du textile. De même, l’hérédité professionnelle est inférieure à la moyenne, sauf à Lyon (cf. graphique no 37) et n’atteint pas le quart (23,2 %) aux ateliers du P.L.M., et on ne se marie jamais plus d’une fois sur 3 (à Saint-Chamond) plus souvent 1 sur 4 (à Givors) ; et même 1 sur 10 (à Lyon, à Vienne) avec la fille d’un métallurgiste, à l’intérieur de l’alliance ouvrière ; de même à Oullins, 1 sur 4 seulement épouse la fille d’un compagnon d’atelier (21,3 %). En se mêlant à toutes les autres catégories ouvrières, ils annoncent une classe où les solidarités sociales l’emportent sur celles du métier75.

  • 76 L’hérédité professionnelle est plus difficile à évaluer, puisqu’elle atteint, à Saint-Etienne, 81 % (...)
  • 77 Et l’enquête de 1848 y fait écho : à Saint-Etienne, les délégués des mineurs se plaignent de l’affl (...)
  • 78 Cet appel aux gens de la campagne, on le retrouve à Carmaux (Cf. Trempe (R.), Les mineurs de Carmau (...)

110Comme les mineurs qui n’entrent qu’une fois sur 3 dans une famille de mineurs, et qui ne sont, guère plus d’une fois sur 2 fils d’ouvriers ; donc, aussi souvent fils de paysans (cf. graphique no 33)76. Pas de gens des autres bassins parmi eux : à Saint-Chamond, un Franc-Comtois de Champagney, à Saint-Etienne, un Beaujolais de Ste Foy l’Argentière, un Creusotin ; et peu de gens du bassin, en tout cas moins que chez d’autres. La souche locale n’est pas au tiers (cf. croquis no 29), à 31,9 % et 29,6 %. A Saint-Chamond, où l’exploitation est plus ancienne, on ne compte qu’l mineur originaire des autres puits du bassin, sur 4 à se marier, et 1 sur 3 vient directement de la campagne. A Saint-Etienne les ruraux constituent la moitié de l’effectif total, puisque la vallée du Gier en envoie moins d’1 sur 5. Et ce sont les besoins de l’extraction houillère qui expliquent, largement, le courant vellave : au total, 1 mineur sur 3 est descendu des plateaux de l’Yssingelais. La mine est le seul secteur où le plat-pays réponde directement à l’appel de main-d’œuvre, dans les années 185077. Le processus est bien connu qui abandone les tâches les plus pénibles, et partant, les moins rémunérées aux nouveaux venus à la ville et à l’industrie78. Par là, les mineurs ont un air de famille certain avec les manœuvres.

  • 79 Sous le vocable « manœuvrés » on a notamment regroupé, journaliers (urbains), hommes de peine, affa (...)

111Sous le vocable manœuvres, on a regroupé tous ceux qui ne déclaraient pas un métier ou un emploi précis79. Ils présentent, étrangement, tous les caractères d’un groupe fermé ; à Lyon, du moins, où l’échantillon est assez fort pour qu’on en puisse tirer quelque conclusion : hérédité « technique » et alliance y sont supérieures à la moyenne ; mais l’une et l’autre s’expliquent, on l’a vu, plus par la fermeture des spécialités que par une cohésion propre.

112De fait, ce sont, 8 fois sur 10 au moins (cf. graphique no 31) des étrangers à la ville, et il n’en va pas autrement des femmes sans qualification particulière. Un sur deux au moins des « affaneurs » ou des hommes de peine ou des journalières est fils ou fille de paysans, donc de la campagne : le taux des origines rurales, à l’exclusion même des bourgs et des chefs-lieux de cantons dépasse les neuf dixièmes pour les hommes et les femmes, à Lyon, à Vienne, et ailleurs, ne descend jamais au-dessous des quatre-cinquièmes, à l’intérieur d’une fourchette qui va de 80 à 96,1 %.

  • 80 Faut-il ajouter qu’on retrouverait, dans d’autres villes, de la région ou d’ailleurs, ce qu’on a dé (...)

113Et l’on vient, partout, du plus près, des montagnes voisines, ou le long des chemins qui mènent à la ville : parfois à la suite des métallurgistes, des maçon ou des tisseurs. La carte des origines n’a rien d’original et reproduit la zone d’attraction immédiate de chacun des centres industriels ; avec, à Lyon, une superposition à peu près parfaite à celles des « canuts » immigrants : l’éclatement de la Fabrique n’empêche donc pas que, pour un certain nombre, le déplacement ne soit aussi déracinement économique et psychologique. Mais, pour l’heure, la nuance est mince aux couleurs de l’ensemble et ne s’applique qu’à une faible minorité. Le « manœuvre » est exceptionnel dans un monde ouvrier où le métier est tout80.

II A LA VEILLE DE LA GUERRE : LES LIMITES D’UNE MUTATION

114Un demi-siècle plus tard, c’est dans une économie régionale bouleversée par la Grande Dépression, dans le cadre d’une industrie profondément transformée que s’inscrivent les destins individuels. La crise des campagnes, la reconversion des vieilles activités semi-artisanales, la substitution de l’usine à l’atelier, le relai de fabrications totalement nouvelles, tout concourt à tracer de nouveaux chemins, à dessiner de nouvelles liaisons, en remplaçant le métier par l’emploi, et à faire émerger cette condition de classe qui s’annonçait dans le déracinement géographique et social des manœuvres. D’emblée la carte des migrations paraît l’annoncer.

1. Les reclassements de la mobilité géographique

A. Des ruraux chassés ?

a) L’effacement du croissant lyonnais

  • 81 Cf. cartes nos 27 à 30.

115Au début du XXe siècle, donc, l’attraction lyonnaise paraît s’être élargie, si on la mesure au nombre des départements d’origine, nettement plus élevé qu’en 1851 : 72 pour les ouvriers, 62 pour leurs épouses. Certains d’entre eux, pourtant éloignés, tels la Creuse, la Corrèze et la Seine, tiennent une place qui n’est pas négligeable ; et la route s’est animée qui mène à Lyon depuis les plateaux occidentaux du Massif Central81.

116Mais la grande direction lotharingienne s’est estompée ; et l’éparpillement des lieux de naissance ne doit pas faire illusion : l’apport se réduit à l’unité pour 14 départements chez les hommes, pour 20 chez les femmes. La ligne brisée qui déterminait l’attraction lyonnaise lointaine en 1851 est encore plus rarement transgressée en 1911 et sans doute faudrait-il replier légèrement ses deux branches vers l’Est. De même la présence étrangère est médiocre : sauf pour la main-d’œuvre féminine, sa part est demeurée quasiment étale ; la seule nouveauté y est la prépondérance affirmée — aux 3/4 — des Italiens : des voisins. Si bien qu’au total, et hormis le noyau parisien, elle accentue l’impression de rétrécissement réel d’une aire de recrutement lointain qui se ramasse sur elle-même pour s’arrondir autour de la région lyonnaise.

117La zone d’attraction immédiate des départements voisins, qu’ils soient limitrophes ou non, a fait de même. La part des 6 principaux d’entre eux — ceux qui avaient fourni plus de 5 % des immigrés en 1851 — s’est affaiblie, surtout chez les femmes ; de plus, elle masque des reclassements internes significatifs : ils se calquent sur l’effacement des directions traditionnelles, encore épanouies au milieu du XIXe siècle, et que traduit le recul du Rhône, de l’Isère et de la Savoie dans les origines masculines, des mêmes et de l’Ain dans celles des ouvrières ; ainsi que le résume le tableau de la page suivante, dressé pour les principaux départements voisins.

  • 82 Cf. cartes nos 33 et 34.
  • 83 La baisse absolue de la population est généralisée depuis 1866 dans les hautes terres du Massif Cen (...)

118L’avance de l’Ardèche proche, et qui ne comptait pas en 1851, va dans le même sens. Là aussi, les vieux cheminements n’ont plus la place d’antan ; l’appel aux campagnes environnantes est devenu général. Et les cartes des origines cantonales82 diluent le « croissant lyonnais » des années 1850 dans l’éparpillement régional des lieux de naissance, où la densité des départs correspond moins à la tradition migratoire qu’à la médiocrité des distances. De fait, ses principaux points d’ancrage se sont effondrés : les Monts du Beaujolais et du Lyonnais, le Bas-Dauphiné, le Bugey et l’avant-pays savoyard n’envoient plus guère qu’l ouvrier sur 5 (20,9 % pour chacun des deux sexes). En revanche, on vient de plus en plus souvent du Vivarais et des pays du Rhône moyen de la plaine du Forez et de la dépression industrielle de Saint-Etienne, de l’arrondissement vellave d’Yssingeaux, des Monts du Chalonnais et de l’Autunois, des plaines de la Bresse et de la Dombes ; et, semble-t-il à nouveau, de plus en plus, des pays de la rive droite, donc du Massif Central et de ses annexes : à l’Est, on n’a toujours pas dépassé — ou si peu — la cluse de Voreppe, et l’on bute sur les Préalpes83.

ORIGINE, PAR DÉPARTEMENTS, DES OUVRIERS MARIÉS A LYON EN 1911

ORIGINE, PAR DÉPARTEMENTS, DES OUVRIERS MARIÉS A LYON EN 1911

b) Les arrivées du plat-pays

119L’impression première d’élargissement des horizons géographiques est tout, aussi forte à Saint-Etienne et à Vienne. Mais à Givors et à Saint-Chamond, la contraction est, d’entrée, évidente ; puisque le nombre des départements d’origine est, désormais :

Saint-Etienne 1910-1911

Saint-Chamond 1902-1911

Givors 1902-1911

Vienne 1902-1911

Ouvriers

55

34

36

46

Ouvrières

40

23

27

27

  • 84 Cf. cartes nos 37 et 38 — A noter que les cartes dressées par Perrin (M.), St-Etienne et sa région (...)
  • 85 Cf. cartes nos 45 et 46.

120En fait, partout la géographie des migrations s’est transformée dans le même sens qu’à Lyon. Ainsi à Saint-Etienne84, l’équerre des naissances masculines est devenue longue barre méridienne, très fortement renflée à sa base en une masse arrondie d’environ 200 km de rayon autour de la ville, des pays de la Loire et de la Saône moyenne aux rivages languedociens de la Méditerranée, des plateaux occidentaux du Massif Central à la frontière italienne. A l’inverse, la branche bourguignonne et alsacienne est devenue filiforme. La carte des naissances féminines reproduit le même arrondi, avec moins d’ampleur, jusqu’à une centaine de kilomètres de la ville, aux quatres directions cardinales. A Saint-Chamond, peu de retouches à apporter85 : on retrouve la contraction des arrivées d’ouvrières ; le courant méridien qui portait les ouvriers part maintenant de la Porte de Bourgogne, et si la branche zonale s’est allongée depuis le Périgord et le Quercy, l’apport méridional se réduit à une mince bande le long du Bas-Rhône.

  • 86 Cf. cartes nos 53 et 54.
  • 87 Cf. cartes nos 61 et 62.

121A Givors aussi, les cheminements lotharingiens sont coupés court, et l’aire se resserre, en s’équilibrant dans toutes les directions, de l’Auvergne à la Savoie, du Sud de la Bourgogne aux portes du Languedoc86. Comme à Vienne87 : si l’attraction rhodanienne s’allonge désormais depuis la Provence et le Languedoc du fleuve, elle ne part plus, sur la Saône, que de la région chalonnaise ; si l’apport limousin et auvergnat a conservé et même légèrement renforcé sa présence, c’en est fini des arrivées éparpillées de la France de l’Ouest ; quant aux ouvrières, comme partout, elles dessinent ce cercle immédiat, ici de 120 à 150 km de rayon, qui tend à devenir de règle et trace désormais, mieux que toute autre figure, la géographie du recrutement.

122De fait, plus nombreux sont désormais les départements limitrophes à avoir envoyé au moins 5 immigrants ou immigrantes sur 100 ; la part de la France lointaine est partout en léger recul chez les hommes, en progrès chez les femmes, si le nombre des étrangers a partout augmenté. Trois observations qui vont dans le même sens d’un éparpillement des naissances, d’un recul des migrations spécifiques, et qui se traduisent, dans chaque ville, par la contraction des réservoirs départementaux privilégiés des années 1850, Loire et Haute-Loire à Saint-Etienne, Loire à Saint-Chamond, Isère à Givors et à Vienne ; comme le traduit le tableau de la page précédente.

ORIGINES, PAR DÉPARTEMENTS, DES OUVRIERS NÉS A L’EXTÉRIEUR, MARIÉS AU DÉBUT DU XXe SIÈCLE

ORIGINES, PAR DÉPARTEMENTS, DES OUVRIERS NÉS A L’EXTÉRIEUR, MARIÉS AU DÉBUT DU XXe SIÈCLE
  • 88 C’est-à-dire, pour St-Etienne, Saône-et-Loire, Allier, Rhône, Isère, Drôme, Puy-de-Dôme, et, pour l (...)

Note 8888

  • 89 Cf. cartes nos 40 et 42.

123A Saint-Etienne, donc, beaucoup moins de Vellaves des plateaux yssingelais qu’au milieu du XIXe siècle, relativement : 1 sur 6 immigrants au lieu d’1 sur 489. Les contingents de Montfaucon, de St-Didier-la-Séauve, de Monistrol et d’Yssingeaux ont fondu : avec, à eux tous, 87 hommes et 32 femmes, ils ne correspondent plus qu’au dixième et au vingtième des arrivées d’ouvriers et d’ouvrières. Plus rares sont aussi les montagnards du Pilat et du plateau de Saint-Bonnet-le-Château, ceux des monts du Forez et du Lyonnais. A tel point que la part totale des réservoirs traditionnels recule de près du cinquième pour les hommes. Comme le montre le partage des origines par ensemble géoéconomiques :

ORIGINES, PAR ENSEMBLES GÉOGRAPHIQUES, DES OUVRIERS NÉS A L'EXTÉRIEUR, MARIÉS A SAINT-ÉTIENNE, 1910-1911

ORIGINES, PAR ENSEMBLES GÉOGRAPHIQUES, DES OUVRIERS NÉS A L'EXTÉRIEUR, MARIÉS A SAINT-ÉTIENNE, 1910-1911
  • 90 Cf. cartes nos 49 et 50.

124Ils sont remplacés par les Foréziens90, de la plaine, dont la place a triplé, et surtout par les Ardéchois du Haut-Vivarais, deux fois plus nombreux (5,4 % au lieu de 2,7 % des époux immigrants) que dans les années 1850, même si les uns et les autres demeurent un peu noyés dans l’ensemble. Et si la Haute-Loire conserve une si forte place, malgré tout, elle le doit aux Vellaves des hautes vallées de la Loire et de l’Ailier, du plateau qui les sépare, du bassin du Puy surtout, qui n’ont pas, avec Saint-Etienne, les liens privilégiés des échanges traditionnels. On les retrouve à Saint-Chamond, avec ceux des plateaux de l’Yssingelais, plus nombreux qu’une soixantaine d’années auparavant ; ils franchissent, désormais, le col de Terrenoire, depuis Saint-Etienne. Avec là aussi, les gens du Haut-Vivarais — des femmes surtout — et de la plaine du Forez, des Monts du Lyonnais aussi : alors que diminuent la part du Pilat et des monts du Forez et du Livradois, de plus de la moitié en ce qui concerne les ouvrières : dans les ateliers saint-chamonais, les Vivaroises commencent à prendre la place des Auvergnates :

ORIGINES, PAR ENSEMBLES GÉOGRAPHIQUES, DES OUVRIERS NÉS A L’EXTÉRIEUR, MARIÉS A SAINT-CHAMOND, 1902-1911

ORIGINES, PAR ENSEMBLES GÉOGRAPHIQUES, DES OUVRIERS NÉS A L’EXTÉRIEUR, MARIÉS A SAINT-CHAMOND, 1902-1911
  • 91 Cf. cartes nos 57 et 58.

125A Givors, où le département du Rhône accentue son avance aux dépens de l’Isère, les immigrants venus de la Loire se multiplient, et ceux de l’Ardèche, encore eux, constituent environ 10 % de l’apport extérieur91. La vallée guide pourtant toujours les déplacements, semble-t-il ; il arrive désormais des pays immédiats du Rhône près d’1 homme sur 3 à venir ; mais seulement 1 femme sur 4, beaucoup moins qu’au milieu du XXe siècle et, surtout de la rive droite : le déséquilibre est bien plus marqué et relativement, les Dauphinois du fleuve et de l’arrière-pays sont trois fois moins nombreux, et les Dauphinoises quatre fois. Curieuse constatation : le fleuve est-il devenu barrière ? En fait, c’est un faux semblant : car la vallée, telle qu’on l’avait, justement, définie dans les années 1850 intègre et masque la progression de l’arête orientale du Massif Central des Monts du Lyonnais au Vivarais. Comme il ressort au tableau de la page suivante qui reprend le même partage.

126L’attraction givordine, au-delà, mord sur des régions qui longtemps, ne fournissaient pas grand monde. Les Vellaves (4,1 % des hommes et 3,1 % des femmes), des Bourguignons et des gens du Charolais (4,1 et 3,6 % aussi), des Bressans et des Jurassiens forment des contingents qui, pour être minces isolément, finissent par représenter pas mal de monde et attestent, eux aussi, de la rupture, ou du moins du dessèchement relatif des migrations traditionnelles. Enfin, parmi les maris givordins, les Italiens — un sur 10 mariés — tiennent une place tout à fait exceptionnelle.

  • 92 Cf. cartes nos 65 et 66.

127Les ouvriers viennois, enfin92. Ceux qui arrivent d’ailleurs ne sont plus, en majorité, des Dauphinois de l’Isère : leur part est tombée au tiers, au lieu des trois-cinquièmes. Et la stagnation de la Drôme ne permet pas de combler le retard. A l’inverse, le fleuve est plus souvent franchi d’Ouest en Est : ainsi s’explique l’avance du Rhône et de la Loire, qui reflète, là aussi, la multiplication des gens du Lyonnais et du Vivarais ; puisque la géographie des origines est devenue la suivante :

ORIGINES, PAR ENSEMBLES GÉOGRAPHIQUES, DES OUVRIERS NÉS A L’EXTÉRIEUR, MARIÉS A GIVORS, 1902-1911

ORIGINES, PAR ENSEMBLES GÉOGRAPHIQUES, DES OUVRIERS NÉS A L’EXTÉRIEUR, MARIÉS A GIVORS, 1902-1911

ORIGINES, PAR ENSEMBLES GÉOGRAPHIQUES, DES OUVRIERS NÉS A L’EXTÉRIEUR, MARIÉS A VIENNE, 1902-1911

ORIGINES, PAR ENSEMBLES GÉOGRAPHIQUES, DES OUVRIERS NÉS A L’EXTÉRIEUR, MARIÉS A VIENNE, 1902-1911

128Comme à Givors, le renforcement des hommes et des femmes de la vallée s’explique par les progrès de la rive droite et de ses massifs : la coulée montagnarde, très médiocre longtemps (1,3 % des immigrants, 3,2 % des épouses) a sextuplé, depuis le Pilat, la Haute Ardèche, le plateau lyonnais ; à 8,5 % et 12,4 %, au dixième donc, alors qu’elle reculait partout ailleurs. Mais, elle ne signifie pas établissement d’une nouvelle complémentarité de type ancien : elle se gonfle avec la mise en branle générale des gens des campagnes qui arrondit les aires de recrutement et explique, de l’autre côté, l’arrivée renforcée des Savoyards et des Dauphinois des Alpes.

129Ainsi, à Vienne comme à Lyon, à Givors comme à Saint-Etienne et à Saint-Chamond, les grandes directions se sont estompées, noyées par l’apport concentrique des campagnes. L’image se précise de l’appel au plat-pays d’alentour, et nombre d’ouvriers ne sont-ils pas ces ruraux chassés par la crise agricole, dont on sait la gravité multiforme dans une région de productions très variées, plus fortement touchée que les grandes plaines à céréales ? C’est oublier que la dépression des années 1880 touche aussi, les autres activités, et que le partage villes-campagnes ne correspond guère dans cette France du Sud-Est, à l’alternative agriculture ou industrie, ouvriers et paysans ; et, ce n’est pas seulement les travailleurs de la terre qu’elle a mis en marche.

B. La ville et l’industrie, toujours :

130Mieux : il a fallu une analyse très fine pour sentir la présence affirmée des nouveaux venus ; jamais, elle ne se traduit par un bouleversement statistique, elle n’apparaît qu’à travers des différences de pourcentages souvent bien ténues. Et, si l’on revient aux tableaux qui, à Saint-Etienne, à Saint-Chamond, à Givors et à Vienne inscrivent la répartition nouvelle des origines, l’importance des régions industrielles s’affirme, en pleine lumière, bien plus forte qu’un demi-siècle auparavant.

131A Vienne comme à Givors, c’est aussi l’ampleur de cette mobilité qui explique la multiplication des Rhodaniens du « Royaume ». Là, les plus forts contingents cantonaux sont, avec ceux des communes rurales de la banlieue viennoise, fortement industrialisées, ceux d’Annonay, de Saint-Etienne, de Givors et surtout de Lyon ; ici, les trois-quarts des ouvriers venus de l’immédiate rive droite — 73 hommes sur 103, 31 femmes sur 38 — sont, en fait, nés sur la bande étroite qui va du confluent de la Saône à celui du Gier, où les usines se multiplient, grande banlieue méridionale de Lyon où s’implantent les industries nouvelles. Enfin, dans les deux villes, les ouvriers originaires du bassin stéphanois sont plus nombreux que dans les années 1850 ; à Vienne, leur part a triple.

132Sans que la crue soit aussi forte, le Forez ouvrier voit aller vers Saint-Chamond et Saint-Etienne autant de monde qu’avant ; simplement, la géographie interne de sa mobilité s’est modifiée avec ses propres reclassements. A Saint-Chamond, donc, 1 sur 2 des immigrants y est né, à un niveau inchangé. Ceux de la vallée du Gier sont toujours les plus nombreux — situation oblige — : les plus gros contingents demeurent ceux de St-Julien-en-Jarez (450 hommes et 16 femmes), d’Izieux (40 et 16), de Saint-Martin-en-Coailleux (19 et 9), des communes industrielles de la périphérie, supérieurs à ceux des cantons de Rive-de-Gier (44 et 20), du Chambon-Feugerolles (11 et 9) et de Saint-Héand (20 et 4) ; mais l’agglomération stéphanoise elle-même l’emporte sur tous avec 81 ouvriers et 30 ouvrières. Et l’on retrouve toutes les localités manufacturières des deux vallées, particulièrement La Valla, Saint-Paul-en-Jarez, Grand-Croix, Terrenoire, Saint-Jean-Bonnefonds et Sorbiers. Il faut y ajouter les Givordins et les Lyonnais : 3 sur 5 des ouvriers venus du Rhône ; comme, parmi les plus rares originaires de Saône-et-Loire, 5 sur 6 sont nés dans le bassin du Creusot.

133Parmi les ouvriers stéphanois aussi, ceux du bassin sont un peu plus nombreux qu’en 1850 — 1851, si l’on ne fait plus entrer en ligne de compte les gens venus du plateau de Saint-Bonnet-le-Château, où l’activité industrielle d’autrefois est devenue médiocre et dont la rétention s’explique par le recul général de l’apport montagnard de la tradition. Et ce ne sont pas les cantons en perte de vitesse de la vallée du Gier, tels Saint-Chamond (d’où sont venus 33 hommes et 18 femmes) et Rive-de-Gier (22 et 16) qui fournissent le plus grand nombre, mais ceux du noyau central, du Furan, Saint-Héand (44 et 37), les communes extra-muros des cantons stéphanois (57 et 34) et la vallée de l’Ondaine, en pleine expansion, puisque 81 ouvriers et 53 ouvrières viennent des cantons maintenant séparés du Chambon-Feugerolles et de Firminy. Plus que jamais, le déplacement s’inscrit dans une mobilité qui n’est pas migration à sens unique et à laquelle participent, aussi, les Lyonnais de la périphérie, les Givordins et les Creusotins, déjà présents à Saint-Chamond. Et qu’on peut cerner, à Lyon, par l’utilisation massive des registres du recrutement.

134Car à Lyon comme ailleurs, malgré la dilution des mouvements traditionnels, la distance n’explique pas tout. La carte même des origines cantonales, en ordonnant géographiquement les origines, masque les vrais clivages de la ville et de la campagne.

135Or les noyaux des cantons ruraux sont pour la plupart médiocres ; à l’exception de ceux de Crémieu, de Meyzieu, de Limonest : la proximité seule explique leur force. De loin, l’emportent — paradoxe apparent — les naissances de cantons urbains : c’est de Saint-Etienne, dont les 4 cantons s’identifient à la ville, qu’est venu le plus nombreux des contingents, 26 hommes et 16 femmes ; mais tout de suite après viennent Grenoble (18 et 7), Vienne (14 et 10), Tarare (12 et 3), Villefranche (13 et 8), etc. et, pour les seules ouvrières, Roanne (18) et Thizy (11) ; c’est-à-dire pratiquement toutes les villes de la région. En revanche ont disparu la plupart des grands cantons de départs traditionnels du Bas-Dauphiné, à l’exception de Morestel où 19 ouvriers et 18 ouvrières ont vu le jour. Ce qui amène à poser la question des mécanismes de la mobilité : au lieu de l’arrivée directe à Lyon des habitants des campagnes, le moteur n’est-il pas le départ vers la métropole de ceux des villes petites et moyennes devant l’afflux rural massif dans leurs communes d’origine ? Ce mouvement en chaîne, à l’image des boules que lance, l’une par l’autre, le jeu de billard, est vraisemblable. Mais ce qui importe ici, c’est de mettre en évidence l’importance d’un apport urbain dans les migrations ouvrières vers Lyon ; ce relais est d’ailleurs sans doute plus important qu’il ne paraît à la seule analyse des lieux de naissance des jeunes mariés. Comme le suggère la lecture des registres matricules de 1889, qui mettent des visages et des destins individuels sous le sec langage des chiffres.

136Ainsi, François Caillat, cultivateur de Denicé, en est parti à 29 ans dans la commune voisine de Régnié, puis à 30, pour Villefranche, le chef-lieu de canton, et n’est devenu lyonnais qu’à 42 ans, après quelques mois en Algérie. Pierre Gonachon était, à 20 ans, ouvrier cordonnier à Saint-Igny-de-Vers, dans le canton de Monsols, où il était né : à 26 ans il a gagné Thizy, et n’est arrivé à Villeurbanne qu’à 45 ans, à la veille de la guerre. Antoine Méasson, de Chamelet dans le canton du Bois-d’Oingt, est venu dès l’âge de 24 ans mais après deux années passées à Alais. Le Dauphinois Hippolyte Rigaudin était garçon meunier à Saint-Antoine, près de Saint-Marcellin, dans l’Isère : c’est pour Bourg-de-Péage qu’il quitte, à 25 ans, sa commune natale, bourlingue entre 27 et 32 dans les Terres Froides, se fixe un moment au Teil, en Ardèche, et se retrouve à Villeurbanne à 34 ans ; il repartira. Louis Miribel enfin, est un cultivateur de Chalon, près de Beaurepaire : de 23 à 45 ans, il va-et-vient entre. Vienne et les communes voisines ; en 1914, il s’installe à Caluire ; il y restera.

137Cette étape — simple ou multipliée —, 1 sur 5 (ou presque) l’a connue des conscrits de 1889 venus à Lyon des Monts du Beaujolais et du Lyonnais et du Bas-Dauphiné dans le quart de siècle qui a suivi : soit 98 sur 538, et 17,5 %. Une dizaine d’entre eux avaient même tenté, d’abord, l’aventure parisienne ; en outre, une trentaine d’autres sont passés par la couronne de la banlieue rurale immédiate ; et si l’on prend en compte ceux qui avaient, dans un premier temps, laissé un terroir pour un autre, il n’est plus que 2 sur 3, 65,3 % à avoir sauté directement le pas.

138Les Hauts Savoyards arrivent de plus loin et Lyon n’a jamais été pour eux qu’un point de chute parmi d’autres. De 1889 à 1914, ils sont 111 à y venir, de l’avant pays et des massifs intérieurs. Or, 1 sur 2 (46,9 %) a fait le détour, et 1 sur 3 (33,3 %) par une ville : dans la province même, rarement ; à Paris, parfois ; à Genève, souvent, la grande métropole étrangère et voisine qui en a vu passer 1 sur 5 (17,1 %) à elle seule. Comme cet Emile Crétallaz, cultivateur de Saint-Didier, près de Douvaine, sur le Léman ; il y vit de 20 à 27 ans, avant de rallier Lyon ; ou Pierre Garin, forgeron d’Entrevernes, dans les Bauges, qui se rapproche progressivement de Genève entre 25 et 28 ans, y demeure une année, vient à Lyon, retourne en Suisse, et fera deux nouveaux séjours à La Guillotière coupés d’incursions dans le Massif Central avant d’y prendre définitivement ses quartiers à 41 ans ; ou Claude Laplace, Genevois entre 28 et 33 ans, Parisien de 34 à 36, Lyonnais ensuite.

139Sans doute, on l’a dit, les mariés de 1911 ne sont-ils pas les conscrits de 1889, et rien ne dit que les ruraux du début du XXe siècle aient connu le même relais urbain ; il est tout aussi difficile d’affirmer le contraire, et le fait demeure : l’arrivée directe du terroir est loin d’être la règle ; l’entrée dans Lyon est souvent postérieure au déracinement.

  • 93 Ardouin-Dumazet, Voyages en France, ouvr. cit., 2e édit., p. 67.

140Voilà qui nuance, considérablement, déjà, la notation d’Ardoin Dumazet pour qui « ...depuis 40 ans, un flot continu de Savoyards, de Dauphinois, de Vivarois, de Forèziens, d’Auvergnats, de Charolais, de Maconnais, de Bressans, de Bugeysiens, de Suisses et d’Italiens se porte sur Lyon, noyant les autochtones dans leur masse sans cesse croissante... »93. D’autant plus qu’à travers les mariages, c’est, aussi, le renforcement relatif de la souche locale qui se fait jour : il y a désormais 1 Lyonnais pour 3 ouvriers (ou presque), au lieu d’1 sur 4, et 2 Lyonnaises sur 5 femmes, là où l’on en comptait moins d’1 sur 3 en 1851. Et le fait vaut partout, même si la majorité des ouvriers est toujours étrangère à la ville ; sauf à Saint-Chamond ; comme le résume le partage, pour chacune d’entre elles, des mariés du crû et de ceux qui sont venus de l’extérieur :

SOUCHE LOCALE ET SOUCHE EXTÉRIEURE DES OUVRIERS MARIÉS A U DÉBUT DU XXe SIÈCLE

SOUCHE LOCALE ET SOUCHE EXTÉRIEURE DES OUVRIERS MARIÉS A U DÉBUT DU XXe SIÈCLE

141Un ouvrier stéphanois sur deux (au lieu de 2 sur 5 dans les années 1850), 2 sur 5 à Givors et à Vienne (contre 1 sur 3), est donc né dans la ville où il se marie. Le cas de Saint-Chamond, seul, fait exception, puisqu’il y a recul de près de 5 points au total, particulièrement sensible chez les hommes : en démantelant les usines, avant que la reconversion ne se nourrisse d’un sang totalement neuf ? C’est probable ; mais on sait la place des communes environnantes, et c’est finalement 2 ouvriers sur 5 (42,6 %, soit 346 sur 813 mariés), et 1 ouvrière sur 2 (50 %, 181 sur 360) qui ont vu le jour dans la ville et sa couronne. Voilà qui limite singulièrement l’exception. De même, à Saint-Etienne, les divisions administratives peuvent paraître arbitraires ; et c’est de fait, trois hommes sur cinq (57,6 % ; 1026 sur 1080 mariés) et trois ouvrières sur quatre (74,1 % pour 1240) qui soient de l’immédiate mouvance industrielle.

  • 94 Au total, on a dénombré 1 406 ouvriers chez les conscrits lyonnais, mais on a éliminé tous les cas (...)

142Ceci malgré une turbulence géographique considérable des populations ouvrières, qui pose, aussi, la question des départs, impossible à appréhender à travers les seuls actes de mariage ; mais qu’on peut éclairer, à Lyon, par les registres matricules, toujours. On y connaît avec certitude, pendant les vingt-cinq années qui suivent 1889, le destin de 1187 ouvriers présentés cette année-là devant les Conseils de Révision de l’agglomération94. Or, deux sur cinq (42 %) ont à coup sûr quitté la ville, à des âges divers, après leur retour du service militaire, avant 1914 ; et la tendance à partir est quasiment aussi forte chez les Lyonnais de naissance (40,7 %) que chez les ouvriers venus d’ailleurs, seuls, à l’âge du travail, ou amené par leurs parents (44,9 %). Le mouvement est encore plus complexe qu’il n’y paraît, puisque un partant sur trois (36,2 %) est revenu par la suite à Lyon ! Il s’inscrit en faux contre l’idée d’une stabilité géographique plus forte des travailleurs à la fin du XIXe siècle, dans le cadre d’une grande ville au moins ; il révèle qu’elle n’est pas seulement point d’arrivée, mais aussi passage ou départ, que le noyau des natifs, même renforcé, est lui-même traversé de mouvements multiples et contradictoires qui l’ouvrent largement sur l’extérieur.

  • 95 Cf. Supra, Chap. 2.

143L’augmentation de la souche locale en est donc plus remarquable, puisque, moins que jamais, on ne peut parler de submersion. Effet indirect d’une relative stagnation démographique des villes industrielles régionales, qu’on a si fortement notée en son temps95 ? L’explication est courte : elle ne vaut pas pour Lyon, dont la croissance dépasse 25 % en vingt années, alors que Saint-Chamond, qui a gagné, dans le même temps, 59 habitants (+ 0,4 %) ! est le seul centre à voir reculer sa souche indigène ! Retenons pour ce qui nous occupe, que le déracinement, déjà limité dans les années 1850, est encore moins fréquent et que, à la turbulence nouvelle des populations régionales correspond, contrairement à ce qu’on pouvait attendre, un enracinement approfondi de la classe ouvrière, et un paradoxal amoindrissement de l’apport rural.

2. Les nouvelles frontières de l’espace socio-professionnel :

A. Pères et fils

  • 96 Cf. tableau hors texte no 25, à comparer avec le no 23.
  • 97 Cf. tableau hors texte no 26.

144Il s’en suit, tout naturellement, un recul très vif de la souche paysanne, partout. Parmi les ouvriers lyonnais à se marier en 1911, il n’en est plus qu’l sur 4 à venir de la terre, au lieu d’1 sur 3 ; chez ceux de Givors, Saint-Chamond, de Vienne, sur une décennie, environ 1 sur 5, contre 1 sur 3, à égalité avec les stéphanois, où l’on en comptait 1 sur 496. Les épouses sont encore moins nombreuses à être nées à la ferme : 1 sur 5 Lyon (contre 1 sur 3 en 1851), moins que cela ailleurs, et même moins d’1 sur 10 à Givors et à Saint-Etienne97. La crise agricole n’est pas synonyme de transfert massif de main-d’œuvre vers les industries urbaines et, finalement, il y a moins de déracinés professionnels que dans les années 1850, où l’on avait été frappé de leur petit nombre relatif.

145Pas plus de déclassés, non plus, ou si peu : on vient un peu plus souvent de la boutique à Givors et à Vienne, mais parmi les Lyonnais comme chez les Saint-Chamonais et les Stéphanois, tout aussi rarement — autour d’une fois sur 10. A Lyon, les fils de commerçants demeurent plus nombreux qu’ailleurs, toujours, à 1 sur 5 : la différence d’avec 1851 se compte en dixièmes de point. Donc, au total, pas plus qu’au milieu du XIXe siècle, la classe ouvrière ne paraît s’inscrire dans une société en crise, secouée par la prolétarisation de ses petits possédants.

146Le renforcement du recrutement interne s’inscrit de lui-même à travers ce qui vient d’être dit. Désormais, même à Lyon, il y a parmi les travailleurs de l’industrie, de l’artisanat et des services, plus de fils d’ouvriers que de toute autre catégorie sociale. Plus d’1 sur 2, donc, dans la métropole régionale, au lieu de 2 sur 5 ; et, dans les autres villes, pas loin de 7 sur 10, là où l’on en comptait, avec assez d’irrégularité de 1 sur 2 à 3 sur 5. Or, cette progression de l’hérédité sociale n’est due qu’en partie aux ouvriers de la ville : à Saint-Etienne, à Vienne même, elle est étale depuis le milieu du XIXe siècle. C’est parmi les nouveaux arrivants que sont, de plus en plus nombreux, les fils d’ouvriers : près de la moitié, à Lyon, contre 1 sur 3, 3 sur 5 dans les autres villes où ils n’étaient que 2 sur 5, ou 1 sur 2, exceptionnellement, à Givors. Voilà qui confirme ce qu’avaient laissé à penser certaines des directions de la migration géographique. La remarque vaut aussi pour les femmes, avec plus de netteté encore : 6 sur 10 à Lyon (au lieu d’un peu plus de 4), 7 à 8 à Saint-Etienne et ailleurs (au lieu de 6, au plus) ont vu le jour dans l’atelier ou près de l’usine, et, pour elles aussi, avec beaucoup plus de force c’est parmi les immigrantes qu’elles se sont multipliées.

147Mais être fils d’ouvrier ne signifie plus aussi souvent qu’on adopte le métier de son père : au renforcement de l’hérédité sociale correspond une baisse très nette, et générale, de l’hérédité professionnelle ; comme le résume, pour chaque ville, le tableau qui suit.

148Partout, la barre s’est affaissée de 4 à 15 points, et il n’est que les fils d’ouvriers viennois et saint-chamonais pour avoir appris, ou gardé plus d’une fois sur 2, le métier de leur père.

149L’abandon est particulièrement ample parmi ceux qui n’ont jamais quitté la ville, ou du moins s’y trouvent au moment de leur mariage ; la chute atteint 20 points à Lyon, 24 à Saint-Etienne, le tiers, donc : signe d’une adaptation — forcée — à la reconversion des industries locales ? Sans doute. Mais, au contraire, elle est beaucoup plus médiocre parmi les nouveaux venus ; on se retrouve à la croisée de la mobilité géographique et de la mobilité professionnelle, et à la large place des villes industrielles dans l’apport extérieur : on conserve son métier, on demeure dans la même industrie, si possible en allant vers Lyon, vers Saint-Etienne, vers Vienne ; et l’on y apporte son savoir-faire : le départ n’est-il pas le seul moyen d’en conserver l’usage ? Partout, la différence d’allure est nette, même à Saint-Chamond, où les évolutions sont moins fortement marquées.

L’HÉRÉDITÉ PROFESSIONNELLE DES OUVRIERS MARIÉS A U DÉBUT DU XXe SIÈCLE

L’HÉRÉDITÉ PROFESSIONNELLE DES OUVRIERS MARIÉS A U DÉBUT DU XXe SIÈCLE

B. Le choix d’un conjoint : le sens d’un élargissement

150Pour les mêmes raisons, on a plus de chance de se marier à l’intérieur du métier quand on épouse une fille d’ouvrier étrangère à la ville, qu’elle soit venue seule ou avec lui. Plus exactement, le recul de l’endogamie professionnelle est moins fort qu’il ne l’est quand on prend une épouse du crû. A Lyon, du moins, où les taux s’effondrent de moitié, à 1 fois sur 4 seulement, au lieu d’1 sur 2, et où, au total, l’alliance du métier recule du tiers, à guère plus du cinquième des mariages où mari et beau-père sont des travailleurs manuels de l’industrie ou des services. Si, une nouvelle fois, le recul est médiocre — mais présent — à Saint-Chamond, à peine sensible à Vienne, il est net à Saint-Etienne et à Givors. Comme le montre le partage de l’alliance ouvrière, calculé avec les mêmes mesures qu’au milieu du XIXe siècle dans le tableau qui suit.

151A chaque étape de la vie, au moment du choix du métier, de celui de l’épouse, la contrainte professionnelle s’est faite moins forte, et la classe ouvrière s’est progressivement ouverte à l’intérieur d’elle-même en brisant, un peu plus, la barrière des professions et des secteurs. Mais pas à l’extérieur.

  • 98 Cf. tableau hors texte no 28.

152En effet, dans le même temps, l’endogamie sociale s’est renforcée98. Qu’on se marie beaucoup moins souvent avec des filles d’agriculteurs est parfaitement logique, puisque la terre fournit relativement moins de bras. Mais ce n’est pas au profit d’une quelconque entrée en bourgeoisie, pas plus qu’au milieu du XIXe siècle, bien au contraire. Sauf à Lyon, où, près d’une fois sur 4, on y prend femme ; c’est une illusion : notre tierce catégorie rassemble désormais plus d’employés que de notaires ou de propriétaires ; on demeure dans le monde du salariat, élargi par le développement des services.

L’ALLIANCE DES MÉTIERS : OUVRIERS ET BEAUX-PÈRES AU DÉBUT DU XXe SIÈCLE

L’ALLIANCE DES MÉTIERS : OUVRIERS ET BEAUX-PÈRES AU DÉBUT DU XXe SIÈCLE
  • 99 Ainsi, en 1851, à Lyon, l’échantillon compte 67 cas d’épouses qui ne soient ni ouvrières, ni cultiv (...)

153Ce que confirme l’endogamie directe dont on a vu qu’elle marquait, avec tant de netteté, les limites de la classe ouvrière. Le test d’intermariage conserve toute sa validité, et ses résultats ont la même force, même si la multiplication des épouses sans profession brouille un peu plus les cartes, comme le résume le tableau hors-texte no 21. Effet d’une amélioration générale de la condition ouvrière, qui diminue l’emploi féminin puisque le second salaire n’est plus nécessaire ? C’est vraisemblable, mais l’exception viennoise interdit des conclusions trop fermes, encore plus que dans les années 1850. Pour le reste, le bouclage est toujours aussi parfait et, à Saint-Chamond, à Givors, à Vienne, c’est plus de 9 fois sur 10 une ouvrière qu’on épouse : les taux sont très voisins de ceux du milieu du XIXe siècle. Tout comme ceux qui traduisent la rencontre de l’époux, un peu moindres, on le sait, et réunis dans le tableau no 22. Et le partage, dans le tableau no 22, entre époux « ouvriers » et « employés » pour les femmes rend compte, après coup, du recul de l’endogamie sociale directe des hommes à Lyon et à Saint-Etienne, qui ne paraissent pas marcher du même pas : ce qui la diminue, c’est la multiplication des demoiselles de magasins, voire déjà, des dactylos, qui les mettrait hors de la condition ouvrière ?99

154Il n’en reste pas moins que dans une grande ville, la coupure est moins nette d’avec ce qu’il faut bien appeler « les classes moyennes ». Alors qu’ailleurs, on s’oriente vers le bouclage de la classe ouvrière sur elle-même : 3 fois sur 4, quand on est ouvrier à Givors, ou à Saint-Etienne, on se marie avec une fille d’ouvrier et, à Saint-Chamond ou à Vienne, presqu’aussi souvent. Le travail industriel tend à devenir la totalité de l’espace social où l’on s’engage. Tout, à travers le mariage, marque le renforcement d’une classe, de plus en plus séparée, et où les vieilles professions tendent à se dissoudre.

155Le renforcement de la souche ouvrière ? Il se traduit dans les graphiques nos 35 et 36, par un déplacement général vers le haut. La prédominance de la condition sociale vers le métier ? Par une dispersion plus large sur le graphique no 38, qui lie hérédité et endogamie professionnelles. L’ouverture des professions ? Par l’amenuisement de la ligne oblique, dans les graphiques nos 40, 42, 44 et 46 et l’émiettement de l’alliance ouvrière qui aboutit, à Lyon et à Saint-Etienne, où les activités sont plus diverses, à un véritable éparpillement. Mais, en même temps, ils montrent que le nouvel alliage est loin, ici et là, chez les uns ou chez les autres, d’être totalement fondu.

3. Une classe ouvrière, des professions

  • 100 Cf. graphiques hors texte nos 32, 35, 36 ; no 38 et tableaux hors texte, nos 34 à 38.

156Plus qu’au milieu du XIXe siècle, pourtant, naissance et famille, en croisant leurs multiples liaisons, amènent à distinguer trois grandes catégories100. D’eux d’entre elles sont, de manière antagoniste, fortement individualisées. D’une part, tisseurs et teinturiers lyonnais, rubanniers et drapiers sont, hommes ou femmes, fortement enracinés dans la ville où ils se marient, plus souvent que d’autre nés dans une famille ouvrière dont on a pris le métier, plus portés au mariage endoprofessionnel ; verriers et mineurs en sont fort proches, bien que leurs origines géographiques soient plus éparpillées. D’autre part, les journalières et les travailleurs des services urbains ou non, cheminots, traminots, ouvriers du gaz, les tailleurs et les cordonniers, sont, en majorité, étrangers au pays ; parmi eux, l’origine ouvrière est rare, et il est tout-à-fait exceptionnel que l’on adopte le métier du père ou que l’on prenne femme à l’intérieur de la Compagnie. Entre les deux, les métallurgistes, dont les taux avoisinent la moyenne, en toutes circonstances, bien qu’ils soient moins nombreux à venir désormais de l’extérieur ; les manœuvres, les maçons, les charpentiers, les spécialistes des métiers urbains qui, à l’inverse, sont plus rarement des citadins. Pour être net, ou à peu près, le clivage ne recouvre pas tout à fait ceux de l’usine ou de l’atelier, du savoir technologique et du manque de qualification, de la tradition et du renouvellement : confusion qui correspond à des courants contradictoires, entre le passé mal liquidé et un avenir tout juste annoncé, et, finalement, impose un ordre d’exposé qui ne diffère guère de celui des années 1850.

A. Le visage renouvelé du passé

a) Les géographies étanches du tissage

  • 101 La répartition des origines, pour les non-Lyonnais, est désormais la suivante (sur 128 hommes et 24 (...)

157La Fabrique lyonnaise transformée va toujours puiser dans les campagnes, directement, une partie de ces ouvriers. Sur 125 jeunes Français étrangers à la ville à se marier en 1911, il n’est qu’une dizaine de citadins, et tout juste une quarantaine à être nés dans un bourg : guère plus d’1 sur 3, c’est-à-dire fort peu. Mais la géographie du recrutement a perdu toute originalité : la filière de la migration soyeuse s’est estompée, et si la part des 4 provinces traditionnelles demeure importante — 32,6 % des hommes, 32,4 % des femmes —, elle n’en a pas moins reculé. Cet effacement est particulièrement net dans la douzaine de cantons du Rhône supérieur, d’où l’on partait depuis toujours, ou presque, vers Lyon et la Fabrique : il n’en vient plus qu’un homme sur 10, encore moins de femmes ; Belley, Pont-de-Beauvoisin, Yenne, Aix, Saint-Genis-du-Guiers et leurs communes environnantes sont totalement rayées de la carte des naissances. A l’inverse, les Ardéchois sont plus nombreux : mais on les trouve partout, on l’a vu, et dans tous les secteurs, on le verra ; chassés par la crise séricicole, ils ne paraissent pas particulièrement attirés vers Lyon, et par un travail voisin de celui qu’ils ont dû abandonner chez eux101.

158Ce qui ne signifie pas la fin de la migration intra-soyeuse, si l’on retourne, avec les conscrits de 1889, aux régions d’origine habituelle. En Dauphiné, d’abord : dans les arrondissements de Vienne, de La Tour-du-Pin et de Saint-Marcellin, une centaine de conscrits s’étaient déclarés tisseurs de soierie ; après le service militaire, 48 d’entre eux — presque 1 sur 2 — ont quitté le pays. Or, un seul s’est éloigné, vers Bourges. tous les autres sont demeurés dans l’aire de la Fabrique essaimée. Mais ils n’ont été que 22 à aller à Lyon — moins de la moitié —, 18 à y demeurer constamment pendant le quart de siècle suivant ; et 4 autres y sont passés, à un moment ou à un autre : tel ce Pierre Sermanaz, originaire de La Bâtie-Montgascon, dans le canton de Pont-de-Beauvoisin, qui travaille à Villeurbanne entre 26 et 28 ans, revient chez lui à deux reprises dans les années qui suivent, après être passé, entre 36 et 41 ans, à Charvieu, près de Pont-de-Chéruy, puis, de 44 à 45, aux Avenières, dans la région de Morestel, avant de s’installer à Lyon à la veille de la guerre. Lui-même, on le voit, a surtout nomadisé dans le Dauphiné de la mouvance soyeuse ; comme tous les autres, la majorité, à l’exemple de Benoit Roulet, né à Merlas, dans le canton de Saint-Geoire, qu’il n’a pas quitté à 20 ans ; trois années plus tard, il gagne Vizille, puis à 36 ans, Pressins, près de Pont-de-Beauvoisin, avant de s’établir, la quarantaine venue, à Voiron, où le trouve la guerre. Simplement, les directions migratoires prennent de nouveaux tracés avec les changements du dynamisme industriel, et Lyon n’est plus le point d’aboutissement obligé des tisseurs de soie.

  • 102 C’est-à-dire pour l’ensemble des arrondissements de Roanne, de Villefranche et de Lyon — hors l’agg (...)

159Il en va de même dans les Monts du Lyonnais et du Beaujolais102 où le partage entre soie et coton montre, en plus, l’étanchéité des aires du textile. Dans les cantons soyeux, 69 conscrits se sont dits tisseurs, et une trentaine d’entre eux s’en vont dans les années qui suivent : mais une dizaine seulement vers Lyon, directement ou non ; les autres parcourent, leur vie durant, les campagnes du Lyonnais de la soierie ou le Dauphiné. A l’inverse pour 101 des 324 tisseurs à avoir quitté les cantons cotonniers du Beaujolais et du Roannais, 5 seulement se sont dirigés directement vers Lyon, une douzaine à l’extérieur de la région ; tous les autres, 7 sur 10, sont restés dans la zone cotonnière, partis pour Cours, Thizy, Tarare ou Roanne. Et ce n’est que beaucoup plus tard, après y avoir bourlingué une quinzaine d’années, que 17 d’entre eux finissent, à un moment ou à un autre, par se retrouver à Lyon ou simplement y passer.

160Et, de fait, si l’on revient aux mariages des années 1900 on retrouve le réservoir des campagnes soyeuses parmi les tisseuses des usines mécaniques de Vienne et de Givors, alors que le recrutement régional est plus mince, que l’apport lointain s’est enrichi notamment d’ouvrières italiennes. Chez elles, la tombée est directe des zones séricicoles en crise du Vivarais, où la main-d’œuvre était, d’ailleurs, essentiellement féminine : les Ardéchoises et les Foréziennes du Pilat remplacent les Dauphinoises, largement, à peu près au tiers du contingent total.

161Parmi les passementiers et les rubannières de Saint-Etienne, de même, fort peu d’étrangers, toujours : c’est-à-dire d’ouvriers d’une France lointaine qui commence à trente kilomètres de la ville et de Lyonnais ou de Lyonnaises : 2 tisseuses ! Neuf sur dix des travailleurs immigrants du ruban, hommes ou femmes, sont des Foréziens, comme au milieu du XIXe siècle, (89,2 et 91,6 %). Plus fortement, même : les Vellaves se font plus rares, (1 sur trente, une sur 20), avec les montagnards de la couronne d’alentour. Et si la part du bassin paraît en recul, c’est à cause du tarissement partiel du plateau de Saint-Bonnet-le-Château, qu’on y avait mis. Comme à Saint-Chamond, qui reproduit à quelques nuances près, le modèle stéphanois et où, à l’instar de Vienne et Givors, Vivaroises et anciennes moulinières du Pilat se multiplient en place, ici, des Auvergnates du Livradois.

  • 103 A noter qu’en 1888-1889, sur 203 familles italiennes employées à la draperie de Vienne, 77 venaient (...)

162Chez les drapiers, enfin, la géographie du recrutement extra-muros reproduit, en partie, les mutations de l’aire ouvrière d’attraction. Les Dauphinois et les Dauphinoises des Terres Froides sont, au total, deux fois moins nombreux que dans les années 1850, un tisseur ou un teinturier sur 6, une épinceteuse ou une cardeuse sur 4. Mais, on verra pourquoi, ils n’ont pas été remplacés par les nouveaux Savoyards, les Ardèchois, les Forèziens, plus rares dans les métiers de la laine, relativement, que dans l’ensemble des ouvriers et des ouvrières à se marier ; comme demeure médiocre l’apport des autres villes ou régions drapantes : la présence d’un certain nombre de gens d’Embrun, de Sedan, de Troyes, de Crest, de Dieulefit et surtout, d’un étonnant groupe de Mauriennais du canton de Saint-Jean ne fait qu’attester de liaisons anciennes qui ne paraissent pas s’être gonflées103. A Vienne, comme ailleurs, un certain immobilisme du champ migratoire met en valeur la véritable originalité des ouvriers du textile en ce début du XXe siècle, l’importance du recrutement sur place.

163Parmi toutes les catégories ouvrières, celle du textile est en effet la plus fortement enracinée dans la ville, comme le montre le graphique no 30. Plus que tout autre, la progression de la souche locale est très forte, par rapport aux années 1850. Viennois de naissance, près de 3 drapiers sur 5, désormais (57 %), une épinceteuse ou une tisseuse sur 2, ou presque (48,1 %). Lyonnais, 1 « tisseur de soierie » sur 2, ou presque (45,3 %), 2 dévideuses sur 5 (64,9 %) et pas loin de 7 rubannières sur 10 (68,9 %). Et les nouveaux venus ? En fait, pas très différents : des citadins, aux trois quarts à Saint-Etienne, des villes rubannantes du bassin forézien, comme à Vienne et aussi, largement, à Lyon.

  • 104 Cf. tableaux no 40, où la forte sédentarité des passementiers de la région stéphanoise est mise en (...)

164Des ouvriers immobiles aussi, dans la mobilité générale : des passementiers de 20 ans en 1889, 3 sur 4 n’ont pas bougé de Saint-Etienne dans les 25 années qui ont suivi ; et des 45 à partir sur les 171 dont on connaisse avec précision le destin, 13 sont demeurés Foréziens du ruban ; 16 autres ont gagné la mouvance lyonnaise ; et des 16 partis à l’aventure, l’un d’eux, le veloutier Pierre Fréconnet est allé à Paterson, la capitale de la soierie américaine ; de même, dans l’ensemble des cantons de Saint-Chamond, du Chambon-Feugerolles, et de Saint-Héand, où 16 seulement sur 44 ont quitté la commune de leurs 20 ans : 14, pour Saint-Etienne104.

165A Lyon, il n’est plus de « canuts » ou si peu. Mais teinturiers, apprêteurs, tisseurs à la mécanique sont les héritiers directs d’une activité locale longtemps dominante. Sans qu’on ait quantifié par des comptages précis, les exemples sont multiples — majoritaires même, semble-t-il — de jeunes gens descendus de la Croix-Rousse vers les ateliers de la rive gauche, où ils prennent femme. Le Lyon ouvrier d’autrefois est aussi un centre répulsif qui disperse les siens dans toute l’agglomération ; la Fabrique rénovée est un des canaux privilégiés qui les éparpille tout en les maintenant à l’intérieur de la ville. Déjà les conscrits « canuts » de 1889 ne ressentaient guère l’appel du large : en 25 ans, il n’en était parti guère plus d’1 sur 3 (cf. tableau no 29) ; il est peu de secteurs lyonnais où la sédentarité soit si forte. Et l’existence des tisseurs proprement dits s’est déroulée, toute entière, à quelques exceptions près, dans le cadre confiné des pentes de la Croix-Rousse : le plus nomade d’entre eux est un certain Antoine Vivier, il a déménagé six fois de 1889 à 1900, avant de mourir prématurément à 31 ans ; or, de la rue Imbert-Colomès à la rue de l’Alma, de la Grande Côte à la rue de Belfort, tous ses déplacements se sont inscrits dans un rayon de 500 mètres !

b) L’héritage de l’atelier

  • 105 Cf. graphiques hors texte nos 35, 36 et 38.

166Cette fermeture des Fabriques du textile sur elles-mêmes et, aussi, les unes aux autres, explique la force de l’hérédité sociale et professionnelle. A Lyon, apprêteurs et teinturiers sont bien les fils des « canuts » d’hier : plus souvent qu’en 1851 — plus de 3 fois sur 5 (64,4 %) — ils sont nés dans une famille ouvrière, et l’origine paysanne est tombée plus bas que dans aucun autre secteur, au dixième (11,6 %) : le renversement est saisissant, après un demi-siècle ; 7 sur 10 tisseuses ou dévideuses (68,6 %) ont la même ascendance, si le nombre des filles de la campagne demeure un peu plus élevé (20,2 %). Et, 1 fois sur 2 (49,3 %), cette famille ouvrière est elle-même de la Fabrique105.

167A Vienne, plus de 4 drapiers sur 5 (80,6 %) et 3 tisseuses sur 4 (74,2 %) ; à Saint-Etienne, autant de passementiers (84,1 %) et près de 9 rubannières sur 10 (88,6 %), sont fils et filles d’ouvriers. Et pour les hommes, l’hérédité professionnelle est encore bien plus contraignante qu’à Lyon où la transformation de la tradition textile a été plus radicale : 3 passementiers stéphanois, 3 drapiers viennois sur 5 à être nés dans une famille ouvrière ont aussi hérité du métier paternel (59,5 % et 59,8 %).

168Et, une fois sur trois, pour les premiers (36,4 %), une sur deux, à Vienne (48,1 %), on prend pour femme une fille de rubannier et de drapier ; à Lyon, bien qu’étant supérieur à la moyenne, le taux d’endogamie professionnelle ouvrière est plus faible, au quart (24,2 %) : la multiplicité des secteurs d’activité élargit le choix, comme la dominante lainière le restreint pour les ouvriers viennois. Il n’en reste pas moins que les mariages où mari et épouse, père et beau-père — ou trois d’entre eux plus souvent — soient employés au tissage ne sont pas plus rares que dans les années 1850.

  • 106 En clair, par rapport au nombre de cas connus : père, mari, épouse, beau-père : 12 cas sur 107 (11, (...)

169Ainsi, parmi les drapiers viennois : sur 107 unions où l’on connaisse les 4 professions, 12 se font dans l’unité totale du métier, donc deux fois plus souvent qu’au milieu du XIXe siècle (11,2 %). De même, les cas où mari, épouse et père, ou beau-père, sont tous occupés au travail de la laine, sont plus fréquents, à un sur 5 environ (19,4 et 20,4 %)106. Voici, parmi eux, ce fileur viennois de 21 ans, fils d’un tisseur de la ville, qui épouse une jeune tisseuse d’origine italienne ; d’un an sa cadette, venue en compagnie de son père, un cardeur, le 4 Novembre 1909 ; cet autre est apprêteur, de la ville lui aussi, où son père est foulonnier : le 31 décembre 1909, à 26 ans, c’est une tisseuse venue du Dauphiné voisin qu’il prend pour femme, après d’ailleurs, en avoir eu un enfant. C’est à la fille d’un foulonnier, arrivé de Saint-Jean-de-Bournay, elle-même, tisseuse, que s’unit, le 17 mai 1902, ce cardeur de la ville.

170Mais, à Saint-Etienne, c’est aussi ce passementier qui, sur le tard — il a 41 ans — stéphanois, fils de passementier stéphanois, épouse une jeune orpheline, elle aussi occupée au tissage le 29 avril 1911 ; à Villeurbanne, le 25 février de la même année, ce tulliste lyonnais, fils d’apprêteur, qui prend pour femme une raccommodeuse de tulle un peu mûre, arrivée de Crémieu ; l’épouse de cet autre, à Caluire, le 20 mai, est une couturière du crû : mais son père est imprimeur sur étoffes, comme son mari, comme son beau-père, venus ensemble d’Alsace ; et seule l’origine — la famille du mari est lyonnaise, celle de l’épouse bugiste — introduit quelque variété dans cette noce qui se présente le 25 novembre devant le maire du 1er arrondissement lyonnais : tout le monde travaille à la guimperie.

  • 107 La part de l’endogamie multiple, pour les ouvriers de la soie est, selon les mêmes critères que pou (...)

171Cas d’espèce, pour les Lyonnais ? Pas encore, même s’ils sont devenus plus rares : 1 fois sur 5, malgré tout, (17,1 %) la Fabrique réunit père, mari et épouse. Et, pour les passementiers stéphanois, aussi fréquents qu’en 1850-1851 : une fois sur trois, ou presque, c’est auprès du métier, dont on hérite, que l’on trouve femme (32,6 %) ou dans l’atelier où l’on est venu qu’on rencontre épouse et beau-père (27,5 %)107.

  • 108 Qui signifient, pour les mineurs, une progression infime de la souche locale sur les années 1850, e (...)

172Verriers et mineurs ne paraissent pourtant pas présenter, de prime abord, beaucoup de traits communs avec les ouvriers du textile, puisque, à Givors, à Saint-Chamond et à Saint-Etienne, il n’en est qu’l sur 3 à être né dans la ville du mariage, à des taux très voisins, inférieurs (sauf à Saint-Chamond) à la moyenne108. Mais, pour les uns et les autres, l’écartèlement des origines ne signifie pas dispersion de la naissance.

c) La mine et les mineurs

173A Saint-Etienne, l’apport montagnard a perdu de sa force : les Auvergnats du Livradois et des Bois-Noirs, les Vivarois sont à égalité avec les Vellaves de l’Yssingelais, mais, à eux tous, ils sont deux fois moins nombreux qu’en 1850-1851 (Cf. tableaux no 30 et 35).

  • 109 Sur 35 mineurs mariés et nés au dehors à Saint-Chamond, de 1902 à 1911, il n’en est que 2 à venir d (...)

174Au profit, donc, des ouvriers venus du reste de la France, dont la place a fait plus que doubler : pour près d’1 sur 3, au moins, ils viennent des grandes houillères du pourtour du Massif Central, de Montceau-les-Mines de Sainte Florine, de Decazeville, d’Alais surtout, de Graissesac et de La Machine et, aussi, de la région de Ronchamp, de Lavaveix, dans la Creuse, des petits gîtes métallifères ardéchois de Veyras, de Banne et de Jaujac. Comme la part des Foréziens du bassin stéphanois a légèrement augmenté, c’est, au total, un peu plus de 3 mineurs sur 5 qui soient originaires d’un pays de mines. Ce qui modère, sans l’effacer, leur image habituelle de campagnards, encore exacte dans les années 1850. D’autant plus qu’il en va de même à Saint-Chamond, où l’échantillon est fort réduit : ils sont une bonne quarantaine, sur 53 mariés, à être nés à l’ombre des puits ; donc, 4 sur 5, et seul l’étiolement de l’extraction explique la rareté des arrivées depuis d’autres bassins109.

175Rien d’étonnant, dès lors, à ce que les fils de paysans soient deux fois moins nombreux parmi eux qu’au milieu du XIXe siècle : 1 sur 5, seulement, à des niveaux très proches ici (20 %) et là (21,6 %). Aux trois quarts, ils viennent eux-mêmes de la classe ouvrière (à 76,5 et 76,7 %) et, le plus souvent, sont descendus au puits en compagnie de lers pères : 7 fois sur 10, quand ils sont fils d’ouvriers, à Saint-Etienne, plus d’une sur 2 à Saint-Chamond. Et 1 sur 2 d’entre eux, là, se marie avec la fille de son compagnon de taille, ici, un sur trois. A l’exception des ouvriers du textile, c’est chez les mineurs que l’on rencontre la plus forte cohésion professionnelle à l’occasion du mariage : sur 48 unions où l’on sache le métier de l’épouse, de son père et de son beau-père, 16 consacrent une homogénéité parfaite du métier, à Saint-Etienne ; ce mineur, fils de mineur qui, venu de La Talaudière — une commune limitrophe — épouse, le 21 octobre 1911, une couturière dont le père est piqueur à Roche-la-Molière constitue à sa manière une exception : dans tous les autres cas, les deux familles qui s’unissent sont, de surcroît, exclusivement stéphanoises !

  • 110 Cf. tableau hors texte no 40.

176Car on bouge peu, ou l’on ne va pas loin110. Des conscrits stéphanois de 1889, il n’était parti de la ville qu’l mineur sur 4 ; soit, en tout une trentaine : pour une quinzaine, ils sont restés dans les vallées du Gier et de l’Ondaine, et la destination des autres n’a rien de remarquable, si l’on excepte la Ruhr, pour l’un d’eux. Des autres puits du bassin, ils n’ont pas été plus nombreux à s’en aller — 44 sur 169 —, à plus de 3 sur 4, pour y demeurer, ailleurs, et des 12 autres, 2 se sont dirigés vers Brassac, et vers Communay, en pays viennois.

d) La verrerie et les verriers

  • 111 Cf. tableau hors texte no 41.
  • 112 Cf. cartes hors texte nos 72 et 73.

177Or, dans le même temps, les verriers n’ont pas tenu en place : des 22 conscrits givordins de 1889, 3 sur 4 ont quitté la ville dans les années suivantes111. La médiocrité de l’échantillon rendrait la constatation aléatoire, si l’on ne trouvait pas, à quelques dixièmes de points près, la même mobilité parmi ceux du bassin stéphanois, alors qu’elle est moins forte dans la banlieue lyonnaise. Or, le départ, pour eux, n’est qu’exceptionnellement simple : il est presque toujours, le début d’une vie nomade. Par exemple112, pour Antoine Pouilloux, recensé à 20 ans, à Rive-de-Gier, originaire de Lorette : à 27 ans il s’en est allé pour Masnières, près de Cambrai, y reste jusqu’à 29, avant de gagner Denain, puis à 32, Hirson, pour se rapprocher à la veille de la guerre, à Chalon-Sur-Saône, avant de revenir au pays ; ou pour Jean Faussurier, venu avec son père de L’Abergement-Sainte-Colombe, dans la banlieue chalonnaise : c’est à 26 ans, lui aussi, qu’il a quitté Rive-de-Gier pour Carmaux ; jusqu’à 45 ans il revient trois fois au pays, ou tout près, à Veauche, en travaillant, entre temps, à Marseille, à La Mulatière et en Espagne, à Gijon. Or, chacune des étapes de leur vie correspond à une ville de verrerie ; et leurs itinéraires sont exemplaires.

178On a pu en reconstituer 38, pour des verriers partis de Saint-Etienne, de Givors et de Rive-de-Gier : à eux tous, ils ont fait 105 étapes pendant les vingt-cinq années où on les a suivis ; ce sont, en nombre de fois :

ITINÉRAIRES DES VERRIERS - 1889-1914

Villes d’étapes

Saint-Etienne
(6 verriers)

Rive-de-Gier
(16 verriers)

Givors
(16 verriers)

Lyon et banlieue

7

1

1

Rive-de-Gier, Saint-Etienne, Veauche, La Ricamarie

5

11

11

Epinac, Chagny, Châlon-sur-Saône

3

2

Carmaux, Albi, Decazeville

9

4

Montluçon, Sainte-Florine, Brassac

3

Namur, Saint-Maxent, Masnières, Denain, Hirson

2

7

1

Marseille, Le Bouquet-d’Orb, Pont-de-Vivaux.

5

3

Gijon (Espagne)

4

3

Gênes (Italie)

1

2

3

Tourouvre (Orne), Reims, La Bégude (Ardèche), Moutiers (Savoie)

1

1

2

Ensemble étapes villes de verrerie

19

42

31

Total des étapes

26

42

37

  • 113 Sur les déplacements, identiques, des verreries de Carmaux, Cf. Scott (J.-W.), art. cit., Le Mouvem (...)

179Le tableau parle de lui-même : on se déplace à travers le réseau des villes de verreries, françaises ou étrangères, à tous les horizons ; et encore ne les a-t-on sans doute pas toutes identifiées113.

  • 114 A.D.L., 92 M 53, pièce 155 « état nominatif des ouvriers syndiqués de la verrerie Richarme », s.d. (...)

180De la naissance au mariage, les routes ne changent point. Comme le prouve, d’abord, un document tout-à-fait exceptionnel : la liste nominative, avec le lieu d’origine, de 761 des 1091 ouvriers de la verrerie Richarme, à Rive-de-Gier, dans les années 1880114. Si l’on écarte les Italiens, dont l’exact lieu de naissance n’est jamais indiqué et qui, presque tous (149 sur 174), sont des manœuvres, « porteurs » ou « gamins », 3 sur 4 (77,1 %) des Français sont originaires d’une ville de verrerie ; 1 sur 2 de Rive-de-Gier même et des communes limitrophes ; parmi les autres, une trentaine de Givordins, et autant de Stéphanois, une quinzaine de Lyonnais ou d’Oullinois, une vingtaine de gens de Valence, dans la Drôme, où une usine vient d’éteindre ses fours ; isolés ou à plusieurs, d’autres de Montchanin et d’Epinac, en Saône et Loire, de Dingy-Saint-Clair en Haute-Savoie, de Montluçon, de Sainte-Florine et d’Alais, et aussi d’Aubin et de Masnières, dans le Nord, de Malbouhans et de Pontieux, au pied des Vosges. Si l’on restreint la liste aux seuls spécialistes — « verriers souffleurs » et « grands garçons », 321 personnes en tout — l’origine verrière monte à plus de 4 sur 5 (265, donc 82,6 %), et la souche ripagérienne à 3 sur 5 (59,2 %).

  • 115 Cf. carte hors texte no 71.

181Voilà qui rejoint le partage des mariés une vingtaine d’années plus tard — en validant la méthode. A Givors en effet, un Italien pour 5 entre 1902 et 1911 ; et, pour 64 Français qui restent, 29 Givordins et une douzaine de Rive-de-Gier, de La Mulatière, de Sainte Florine, de Sainte-Galmier et de Montluçon ; si l’aire géographique du recrutement s’est restreinte, 4 sur 5 des verriers français (79,7 %) viennent des villes où l’on souffle les bouteilles ou étale le verre à vitre. Un sondage décennal dans la banlieue méridionale de Lyon le confirme, où la souche locale est aussi au tiers (36,5 %). Quelques noms — Boussières, Givors, Souvigny, Rive-de-Gier — le laissaient deviner dans les mariages lyonnais de la seule année 1911 : c’est des verreries que viennent les verriers. C’est-à-dire de la toute proche dépression du Gier, surtout ; de la région d’Epinac, en Saône-et-Loire, aussi, et de cette Porte de Bourgogne qui avait déjà vu partir, au XVIIIe siècle les familles de souffleurs venus allumer les premiers fours de la région ; de Fains en Lorraine et de Vierzon du Cher, de Blangy en Normandie et de Dingy-Saint-Clair qui, avec d’autres lieux, tracent la carte de l’activité ou de la tradition verrières ; jusqu’aux Italiens qui sont de Murano115.

182Mais, à l’inverse des mineurs, les verriers sont largement ouverts aux autres métiers ; pourtant, plus encore qu’eux, ils se recrutent à l’intérieur de la classe ouvrière, de façon quasi exclusive : aux neuf dixièmes à Givors (90,7 %), au-delà encore à Oullins et à La Mulatière (91,4 %). Mais, parmi ceux-ci, il n’en est pas, ici, 2 sur 5 à être fils de verrier (38,9 %) et, là, guère plus d’1 sur 4 (27,5 %) ; il est vrai que beaucoup d’autres — presqu’autant — sont enfants de manœuvres : mais il n’est pas sûr que ceux-ci soient ceux que l’évolution technique multiplie autour des fours. De même, on se marie rarement — à Givors, ils correspondent au plus bas taux d’endogamie professionnelle — avec la fille d’un compagnon de travail, guère plus d’une fois sur 3 (32,6 %), bien plus rarement encore dans la banlieue lyonnaise, 1 sur 6, (16,7 %). Et des unions comme celles de ce verrier oullinois venu de Montferrand, dans le Doubs, où son père est tailleur de cristaux, avec la fille d’un verrier, arrivée de Rive-de-Gier, le 6 juillet 1907 ; de cet autre qui épouse le 4 août 1906, une polisseuse de verre arrivée, avec son père lui aussi verrier, de Souvigny, dans l’Ailier, sont exceptionnels ; on n’en a pas compté plus d’une demi-douzaine sur la centaine de cas où l’on soit renseigné ou sur le père, ou sur le beau-père. Par là, les verriers, malgré la spécifité de leur mobilité géographique, entrent dans le monde des ouvriers de la grande industrie nouvelle qui mêle naissances et métiers.

B. Dans le réseau des villes

  • 116 Pour l’ensemble des 5 villes ou agglomérations, de 1902 à 1911, le nombre des mariages où mari, pèr (...)

183De fait, chez les métallurgistes, les maçons et les charpentiers ou autres gens du bâtiment, chez les ouvriers du meuble, de la voiture, et autres spécialistes des métiers urbains, de telles rencontres ne se produisent, en moyenne, qu’une fois sur 20116. Même si l’on devine des liaisons plus complexes, au-delà des secteurs séparés de l’activité industrielle : dans le cas de ce mécanicien venu de Jujurieux, dans l’Ain, mais qui est fils de serrurier, et épouse le 12 août 1911, à Villeurbanne, une couturière, qui, elle aussi, est fille de serrurier ; ou de ce père, tréfileur d’acier, qui marie son fils cheminot, dans le 5e arrondissement de Lyon, le 20 mai 1911 : c’est le beau-père qui est mécanicien ; de cet ébéniste, encore, fils d’ébéniste de Saint-Martin-en-Coailleux, et qui s’unit, le 18 janvier 1905, à une fille de menuisier ; à l’intérieur de la métallurgie, enfin, de ce chaudronnier, venu de Combraille à Saint-Etienne, avec son père, forgeur, et qui y prend femme le 14 janvier 1911, dans la famille d’un armurier. Or, dans tous les cas, le lien est un certain métier, une certaine aptitude à travailler le bois ou le fer, commune à des gens que l’on a séparés entre le bâtiment, la métallurgie et les métiers urbains. Mais la retouche, pour révélatrice qu’elle soit, ne peut-être que minime.

  • 117 Cf. graphique hors texte no 38.

184Car ajusteurs et mécaniciens, mouleurs et tréfileurs, maçons et charpentiers, ébénistes ou charrons se marient rarement à l’intérieur du métier117. Leur taux d’endogamie professionnelle est toujours inférieur à la moyenne, presque partout : il n’est qu’un métallurgiste sur 5, au plus, pour prendre femme aurpès d’un compagnon d’usine, et les armuriers stéphanois rentrent dans le rang : un sur 10 seulement d’entre eux épouse la fille d’un armurier. Dans le bâtiment, la part va de 1 sur 9 à 1 sur 20, et la pratique est tout à fait exceptionnelle pour les ouvriers du meuble, du livre, etc. Toutefois, à Lyon, elle est, pour les ouvriers du bâtiment comme pour ceux des constructions mécaniques, nettement plus fréquente : autour d’1 fois sur 4 (28,6 % et 26,6 %) ; et les Saint-Chamonais ont un comportement tout à fait aberrant, au sens statistique du terme, puisqu’une fois sur trois pour les premiers (35,9 %), deux sur 5 pour les autres (42,8 %), on se marie dans son milieu professionnel.

  • 118 Cf. graphique hors texte no 35.

185Comme on y retrouve, parmi les fils d’ouvriers, une tendance plus forte qu’ailleurs à reprendre le métier du père, chez les métallurgistes au moins : près de 3 fois sur 5. Ailleurs, les niveaux sont forts variés et les armuriers demeurent, à près de 7 sur 10 (68,4 %) fils d’armuriers, comme ils sont, trois fois sur 4, nés dans une famille ouvrière. Mais à Lyon, à Saint-Etienne, à Givors, à Vienne, la migration sociale est tout aussi médiocre : de plus des deux tiers aux trois quarts, ou presque les nouveaux spécialistes multipliés du cycle, de l’automobile et de la fabrication de machines viennent de la classe ouvrière elle-même, dans une fourchette qui va de 64,4 % à 72,6 % ; parmi les autres, d’ailleurs, à Lyon et à Givors, plus de fils d’artisans ou de petits commerçants que de paysans118 Une cinquantaine d’années après ses débuts régionaux, la métallurgie tend d’ailleurs, comme jadis le textile, à se replier sur elle-même et à y puiser une partie de ses forces : parmi les ouvriers eux-mêmes issus de la classe ouvrière, près d’1 fois sur 2 à Vienne, 2 sur 5 à Lyon et à Givors, plus d’une sur 3 à Saint-Etienne, l’ajusteur est fils d’ajusteur ou de mécanicien, ou d’ébarbeur ou de puddleur, les spécialités se mêlant en tous sens. Tendance logique d’un secteur en cours de mûrissement, mais dont les larges horizons géographiques expliquent l’ouverture.

186En effet les métallurgistes ne sont pas originaires, loin de là, ou d’un étroit territoire spécialisé, ou des seules régions où l’on travaille, à quelque stade que ce soit, fers et aciers. Sans que ce type de migration intra-professionnelle soit absent : mais il s’intègre dans une plus large mobilité.

  • 119 Cf. graphique hors texte no 32.
  • 120 Cf. tableau hors texte no 39.
  • 121 Cf. cartes hors texte nos 74 à 76.

187A Lyon, d’abord, où l’enracinement local s’est affirmé depuis 1851 : 2 sont Lyonnais sur 5 à se marier en 1911, c’est-à-dire autant que de teinturiers et d’apprêteurs ; de fait, le travail des fers n’y est pas une nouveauté119. Des immigrants, la géographie des origines ne se distingue pas de celle de la classe ouvrière prise dans son ensemble ; ils viennent à la fois des vieilles zones d’attraction et des pays du Rhône moyen, et, pour la plupart d’entre eux, de la campagne : sur 292 Français étrangers à l’agglomération, 6 sur 10 (178, donc 61 %) sont nés dans de petites communes rurales : la majorité, donc. Mais pas la totalité, et là s’arrête la ressemblance d’avec la Fabrique : car, à de rares exceptions près, tous les autres — donc, près de 2 sur 5 — sont d’origine urbaine ; et leur turbulence contraste avec l’immobilisme des ouvriers de la soie : près d’1 sur 2 des conscrits de 1889 a quitté Lyon dans la suite, et plus de 4 sur 5 de ceux qui y avaient vu le jour120 pour Saint-Etienne (8) et ses satellites (6), Le Creusot (4), etc. ; ailleurs Paris (5), Roubaix, Belfort, Marseille, Clermont-Ferrand, Nancy, Nîmes, Dijon, etc. C’étaient là, précisément, avec quelques autres, les destinations des conscrits de 1889, dont tous les déplacements s’inscrivent au travers du réseau urbain français et même étranger : tels ceux du mouleur en fonte Etienne Saley, né à Chalon-sur-Saône et recensé à Lyon, revenu à Villeurbanne après un véritable tour de France ; ou de Jean Malquit, un mécanicien du crû, qui finira à Montluçon ; ou de Charles Amédée Boulut, qui partage sa vie de travail entre Lyon, Saint-Etienne et Paris. Car la capitale exerce une attraction privilégiée : parmi les Lyonnais de naissance, 14 des 38 métallurgistes partis après 1889 sans esprit de retour s’y sont installés ; et 7 des 22 qui sont revenus y ont travaillé à un moment ou à un autre, comme ce Jean Vanel, un tourneur sur métaux qui, entre 26 et 45 ans, a fait trois allers-retours entre les deux villes, coupés de séjours alternatifs de 3 à 5 ans121.

  • 122 Cf. carte no 68, Il faut noter, toutefois, que parmi les ruraux, quatre des Ardéchois viennent de l (...)

188Une coupe complémentaire verticale — 1902-1911 — dans la banlieue méridionale des grandes usines grossit et précise le trait : la souche locale (39,7 %, soit 109 sur 274 cas) apparaît même légèrement plus importante, comme l’origine urbaine : 50 % des Français immigrés, soit 84 sur 169 sont nés dans des chefs-lieux de canton ; parmi ceux-ci, les régions métallurgiques tiennent une place qui reste de choix : forte pour la dépression stéphanoise (13 fois repérée), moindre pour Le Creusot (5 fois) et les centres dispersés de Bessèges, Montluçon, Saint-Quentin, Bourges, etc. ; mais, au total, leur part — si éclatante en 1851-1860 — a régressé au profit, tout simplement, des villes, quelles qu’elles soient122. Fortement ancrés dans l’agglomération lyonnaise, les horizons des métallurgistes la dépassent nettement vers l’ensemble des villes françaises et étrangères qui tracent le réseau migratoire, en aval ou en amont, de métiers où la mobilité est quasiment la règle.

189Les autres villes métallurgiques renvoient l’image lyonnaise, plus ou moins fidèlement. C’est-à-dire un recrutement local plus fort qu’au milieu du XIXe siècle, pour la moitié à Saint-Etienne (48,5 %) et à Givors (49,4 %), les deux cinquièmes à Vienne (40,1 %), et le quart seulement à Saint-Chamond qui fait, là aussi, cavalier seul (25,7 %). Et des origines extérieures mêlées, sans originalité géographique autre que la présence des régions métallurgiques et des villes.

190Des premières, on retrouve, à avoir envoyé plusieurs ouvriers, Commentry, La Machine, Imphy, Le Creusot, Lavaveix, Thiers et, à un moindre degré, Alais et Bessèges, Tarbes, Audincourt et ses environs, Cran-Gévrier, et Argentine, en Savoie, où l’on a lontemps coulé la fonte au bois, parmi les lieux de naissance des mariés stéphanois. Et, le bassin creusotin, partout ailleurs ; avec, en plus des gens des usines de la Nièvre, de Decazeville, de la Meuse et du seuil de Bourgogne à Saint-Chamond ; d’Alais, de la Grand-Combe, de Blanzy, de Chalon-sur-Saône et de Montluçon à Vienne, de Rives, de Chasse, de Vizille, de Mâcon et, surtout des environs de La Voulte et de Privas, où les hauts-fourneaux sont en train de s’éteindre, à Givors où, sur 86 ouvriers venus d’ailleurs, 35 sont nés dans des régions de travail traditionnel ou nouveau des métaux, si l’on y comprend la banlieue méridionale de Lyon et le bassin forézien.

191Car celui-ci tient, à Saint-Etienne et à Saint-Chamond, un rôle exceptionnel qu’explique, bien sûr, la contiguïté : 1 sur 5 là (18,1 %) et 2 ici (40,9 %) renforcent singulièrement le rôle des régions de métallurgie. Et, à Vienne, aussi, on compte aussi une quinzaine de Ripagériens, de Givordins, de Chambonnaires et de gens des communes d’alentour, donc près d’1 marié sur 10. Beaucoup plus qu’à Lyon, malgré la place des métallurgies lointaines, on s’oriente vers un recrutement régional et endo-géographique qui demeure quasi exclusif pour les armuriers ; et qui infléchit, aussi, les voies de la mobilité.

  • 123 Cf. tableau hors texte no 40. A remarquer la plus forte sédentarité des armuriers : il n’en est par (...)

192Comme les métallurgistes lyonnais, ceux de Saint-Chamond, de Saint-Etienne et de Givors, se déplacent plus que d’autres. En 1889, dans l’ensemble des cantons de l’arrondissement de Saint-Etienne, on avait dénombré, parmi eux, 350 conscrits : au total, 146 sont partis de la commune de recensement entre 1890 et 1914, donc 2 sur 5 (41,7 %)123. Or, une cinquantaine sont restés dans le bassin stéphanois, plus d’un parti sur 3, donc. Ce qui diminue d’autant les autres directions, par ailleurs semblables à celles des métallurgistes lyonnais.

193De la centaine d’autres, une quarantaine sont partis vers la grande ville, Lyon — pour 29 d’entre eux — et Paris — pour une quinzaine. Tous les autres inscrivent un quart de siècle de mobilité géographique dans le réseau croisé des villes moyennes, dans la région ou au dehors, et des centres métallurgiques. De Saint-Etienne, on va vers Brest, Marseille, Chatellerault, Sin-le-Noble, Tarbes, Commentry et sa région, Montbard ; des autres cantons du bassin, vers Vizille, Valence, Toulon, Mâcon, Persan-Beaumont et les villes du Nord ; ou l’on y passe à un moment ou à un autre ; quand on ne va pas, comme ces deux ajusteurs ripagériens, chercher fortune aux Asturies ou en Ukraine ! Les quelques conscrits viennois et givordins ne retouchent rien à la carte des migrations de métallurgistes.

  • 124 Cf. cartes hors texte nos 77 et 78.

194Voici, encore une fois exemplaires, le destin de ce François Frappat, un forgeur de Saint-Martin-de-Coailleux, recensé à Saint-Chamond, qui, entre 20 et 45 ans, fait cinq voyages aller et retour vers les arsenaux de Brest et de Lorient ; celui de Jean Levitte, un ajusteur venu du Creusot à Saint-Etienne à 20 ans, où il travaille pendant 7 années, à l’atelier de réparations de machines du P.L.M., avant de gagner Abbeville puis, à 29 ans, Montbard en Côte-d’Or, pour s’embaucher à Paris la trentaine venue : la guerre le trouve aux usines Renault de Billancourt ; celui, enfin, de David Antonini, forgeur et Stéphanois ; entre 20 et 43 ans, il part à trois reprises, revenant chaque fois au pays : de 21 à 26, il passe par Givors, Lyon et Marseille, avant de travailler quelques années à la Manufacture d’armes ; de 30 à 31 ans, il va à Pamiers à nouveau, qu’il quitte, à l’approche de la quarantaine, pour mourir à Firminy, en 1912124.

  • 125 L’origine ouvrière est effectivement beaucoup plus forte dans les villes où la faiblesse de l’expan (...)

195Or, à l’inverse, maçons et charpentiers, plâtriers peintres et serruriers viennent de n’importe où, et d’abord des campagnes : à Lyon, sur 216 ouvriers français du bâtiment venus d’ailleurs, il n’en est guère plus d’1 sur 3 (80, soit 37 %) à être né dans des chefs-lieux de canton, également partagés en gros bourgs et en villes dignes de ce nom. Origine rurale qui se retrouve, partout avec plus de force encore, aux environs de 3 sur 4, entre 71,4 % à Givors et 78,8 % à Vienne, sans compter les Italiens qui commencent à se multiplier chez les plâtriers-peintres. Il reste peu de place pour les ouvriers du crû, et, plus que jamais, ceux qui bâtissent les villes sont venus d’ailleurs, d’une fois sur trois à une sur 4. Ainsi s’explique la force relative des origines paysannes parmi ceux de Lyon ou de Saint-Etienne : 2 maçons et menuisiers sur 5 environ viennent de la terre ; c’est relativement peu, mais beaucoup plus que la moyenne125.

196La force de l’hérédité professionnelle est d’autant plus étonnante, très supérieure à celle des métallurgistes : à Lyon, à Vienne, plus d’1 sur 2 fils d’ouvriers a appris le métier auprès de son père, (53,4 et 56 %), et l’a conservé ; et s’il n’en est qu’un peu plus d’1 sur 3 à Givors dans ce cas (37,5 %), on n’est pas loin de la moitié à Saint-Chamond (46,4 %) et à plus des deux cinquièmes à Saint-Etienne (62,1 %). On retrouve donc, chez ces campagnards, cet apport d’un savoir familial si net au milieu du XIXe siècle ; et le recrutement des maçons montre, à l’envie, que l’on n’est pas encore sorti d’une certaine tradition.

  • 126 Quelques années auparavant, le préfet avait signalé l’importance des gens de la Creuse et de la Cor (...)

197Car, pour eux, rien n’a changé et, plus que jamais, ils viennent des plateaux occidentaux du Massif Central, des départements de la Creuse, de la Haute-Vienne, de la Corrèze, de l’est du Puy-de-Dôme. A Lyon, en 1911 en effet, 2 sur 3 d’entre eux (43 sur 65) y ont vu le jour : dont 8 dans le seul canton limousin d’Eymoutiers, et, en Creuse, 7 dans celui de Bourganeuf, 6 à Royère et autant à Gentioux. C’est leur marche qui rend compte de la permanence de cette route de la Combraille et du Bourbonnais, avec ceux et celles qu’ils entraînent126. Des noms que l’on retrouve, plus ou moins fréquemment, ici et là : à Saint-Etienne, Marchois et Limousins sont relativement aussi nombreux, à un pour 4 arrivants, de tous les métiers du bâtiment, de l’arrondissement d’Aubusson surtout, avec des Corréziens et des Cantaliens. A Saint-Chamond, c’est aussi d’Eymoutiers, en Haute-Vienne, qu’il en arrive une dizaine, à égalité avec les Creusois ; et s’ils sont moins nombreux à Vienne — une douzaine — on retrouve parmi les lieux de naissance Le Crocq, Royère et Eymoutiers.

  • 127 Cf. tableau hors texte no 39.
  • 128 Parmi les conscrits lyonnais de 1889, sur 18 charrons ou bourreliers à partir, 9 s’en vont, à un mo (...)
  • 129 Cf. cartes hors texte nos 79 à 82.

198Et, de là, ils repartent vers les villes de la région, ou du reste de la France. C’est parmi eux, et, d’une manière générale, tous ceux qui exercent un métier spécialisé, que la mobilité des conscrits lyonnais de 1889 a été la plus forte : il est parti autant de maçons et de menuisiers que de métallurgistes, et beaucoup plus de charrons, de bourreliers, d’ébénistes et de typographes127. Il en va de même des Stéphanois, bien que la minceur de l’effectif, pour chaque catégorie, incite à la prudence. Les destinations ? Au gré de l’embauche, c’est-à-dire des chantiers et des ateliers des villes. Plus que les mécaniciens ou les mouleurs, encore, c’est à travers le réseau urbain français (et étranger) qu’ils se sont déplacés, et, plus que d’autres, vers Paris128. Ainsi, parmi les ouvriers lyonnais à 20 ans, Joseph Perrier, un graveur lithographe, va travailler dans la capitale à 5 reprises en un quart de siècle, tandis que le typographe niçois Edmond Paquet se partage entre les villes de la région et de la Suisse romande. Mais le serrurier Régis Barjollet coupe ses 3 séjours lyonnais — deux fois 1 an et 9 ans entre 1891 et 1908 — de pérégrinations bressanes et helvétiques ; le maçons creusois Léon Lebaille, natif de Saint-Pardoux Lavaur, quitte Lyon à 31 ans, y revient à 32, repart à 41 et s’y retrouve à 45, à la veille de la guerre. Cas limites enfin que ceux de Pierre Farges, un maçon creusois lui aussi, recensé à La Guillotière, et présent en 1914 après un périple de 13 étapes dans les villes du Midi, de l’ébéniste Pierre Zahin qui ne fait pas moins de 12 voyages en Allemagne, en Suisse et en Autriche entre 1894 et 1909, tous coupés de retours périodiques dans sa ville natale, du tonnelier stéphanois Pierre Renodier : en 25 ans, il se déplace une vingtaine de fois, sans jamais revenir à Saint-Etienne pour se fixer, en 1914, à Villeurbanne ; après être passé, entre temps, trois fois par Genève, par Vienne et par Marseille et, au cours d’une vie errante dans la France du Sud-Est, avoir poussé vers Alger et vers Paris !129

C. Manœuvres et cheminots : le creuset d’une nouvelle classe ouvrière

  • 130 Et, notamment, pas d’endogamie multiple ; entre Lyon et les autres villes, on n’en a dénombré aucun (...)

199Enfin voici, fort semblables, les manœuvres et les ouvriers des nouveaux services, cheminots, traminots ; et ceux des grandes usines chimiques de la banlieue méridionale de Lyon, retrouvés par une coupe décennale de 1902 à 1911. Entre eux, pas de liaisons privilégiées, si l’on peut dire130. Ce sont eux, les paysans nouveaux venus à la ville, dont ils ne bougent guère ; ils ne s’intègrent pas dans une certaine mobilité des métiers et des professions, pour tracer cette nouvelle migration simple, depuis le plat-pays, de la terre vers les usines : celle qu’on s’attendait à trouver, dès le milieu du XIXe siècle, avec l’industrialisation précoce de la région.

  • 131 Cf. graphiques hors texte nos 33 et 34, 35 et 36, 38, 40 et 42.

200Des fils de paysans, donc ; pas majoritaires pourtant parmi les manœuvres, mais bien plus nombreux qu’il n’est de règle : 2 sur 5 à Lyon, plus d’1 sur 3 à Vienne, plus d’1 sur 4 ailleurs. Des filles, aussi : aux deux tiers à Lyon, à plus de la moitié à Saint-Etienne, seules villes où les journalières soient assez nombreuses pour qu’on les puisse valablement compter131. Et, pour les hommes, une hérédité «professionnelle » variable, en général proche de la moyenne — sauf à Givors, où elle monte aux trois quarts, à 30 points au-dessus ! — mais qui n’est que transmission, statistiquement logique, d’une médiocrité technologique ; comme la force relative de l’endogamie, du tiers chez les Lyonnais — aux trois cinquièmes ches les Givordins. Les ouvriers de la chimie, à Vénissieux et à Saint-Fons ? Près d’1 fois sur 2, on épouse la fille du compagnon d’usine si l’on est, (mais on ne l’est pas souvent) fils d’ouvrier — 2 fois sur 5 —.

201Par contre, hérédité et endogamie professionnelles sont inexistantes — ou si faibles ! — chez les ouvriers des services : on a peu de chances de rencontrer sa future femme à la « Compagnie », comme on dit, pas plus d’1 sur 6, et encore, à condition d’épouser la fille d’un ouvrier. Comme il est rare, si l’on est né dans une famille ouvrière que ce soit dans celle d’un cheminot : 1 fois sur 3 à Lyon, 1 sur 5 à Saint-Etienne et, même à Givors, où il existe depuis fort longtemps d’importantes installations ferroviaires, pas plus de 2 sur 5 ; partout, en tout cas, beaucoup moins souvent que dans n’importe quel autre secteur d’activité. En fait, beaucoup plus encore que les manœuvres, les cheminots, et les autres viennent, directement de la terre ; c’est chez eux qu’à Lyon comme ailleurs, la souche paysanne est la plus forte, du tiers — ou presque — à Vienne et à Saint-Etienne, de la moitié, pour les Givordins et les Lyonnais ; et, aussi, que les fils de négociants et de commerçants sont les plus nombreux, de plus d’un à trois sur dix.

  • 132 Cf. cartes hors texte nos 68 à 71.
  • 133 Sur le recrutement rural et régional, dans le même temps, des usines électrochimiques, et métallurg (...)

202La souche locale est ténue, n’atteint jamais le quart, où que ce soit. Pour les uns et les autres donc, la campagne joue à plein son rôle de réservoir humain. Ainsi, à Lyon, sans doute, un tiers environ des manœuvres et des cheminots ont vu le jour dans des chefs-lieux de canton : 43 des 151 journaliers et terrassiers, crocheteurs et voituriers venus du reste de la France, 50 des 154 postiers cheminots ou traminots ; mais l’origine proprement urbaine est rare, à l’exception de quelques cochers et domestiques. Là encore, une coupe verticale chez les cheminots de la banlieue sud entre 1902 et 1911 corrobore ce rôle du plat-pays. La barre de la souche lyonnaise ne se relève qu’à 17,1 % (18 sur 105 mariages) ; hors une quinzaine d’hommes venus de loin, les lieux de naissance se dispersent sans ordre apparent autour de la ville en s’éclaircissant au fur et à mesure qu’on s’en éloigne132. Pour les ouvriers des grandes usines de Saint-Fons, de Vénissieux, de Pierre-Bénite et d’Oullins aussi, la part des Lyonnais est étroite — à moins du tiers (31,1 %) — soit 52 sur 167 mariés, à un peu plus seulement aux tanneries de La Mulatière (à 38,3 %), pour 28 sur 73133. Presque tous les autres arrivent du plat-pays et du plus immédiat : 2 sur 3 des immigrants de la chimie sont originaires du Bas-Dauphiné et des plaines de la rive gauche, et 9 sur 10 d’entre eux, de communes rurales, (105 sur 115) ; c’est des Monts du Mâconnais, du Lyonnais et du Vivarais que l’on descend, de l’autre côté du fleuve, pour travailler le cuir ; quelques gens d’Annonay ou de la Haute-Vienne sont trop peu nombreux pour constituer un courant migratoire original. Il suffit de comparer les cartes de leurs origines avec celles des métallurgistes et des verriers pour en saisir, d’emblée, toute la nouveauté.

203Le trait n’est pas neuf pour ceux qui n’ont à louer que des bras sans savoir-faire ; on l’avait déjà noté en 1851, et il s’intègre dans une très longue durée. Ce sont les déclassés d’un peu partout qui échouent à la ville ; la preuve est dans la multiplicité des origines, sans qu’on puisse déterminer, chez les hommes du moins, la prédominance de telle ou telle région. Et l’on y reste, la plupart du temps ; l’absence de métier ne prédispose pas, contrairement à ce qu’on pourrait croire, à la mobilité géographique. De toutes les catégories ouvrières, le manœuvre est parmi les plus fixes : 28 seulement des 80 conscrits de 1889 ont quitté l’agglomération donc moins d’1 sur 3 (32,5 %) : la migration du journalier d’industrie n’a donc rien à voir avec l’errance d’un manouvrier d’Ancien régime. Chez les femmes ce sont, d’évidence, celles des nouvelles régions d’immigration que l’on retrouve les plus nombreuses : près du tiers des Ardéchoises et des filles de la Drôme venues à Lyon (32 sur 100) et plus d’1 Auvergnate ou d’1 Vellave sur 3 (36 sur 101).

  • 134 Sur 157 Français de la catégorie, il en est 47 des Monts du Lyonnais et du Beaujolais, du Bas-Dauph (...)
  • 135 Boissieu (de), Une pépinière d’émigration vers les villes..., Société d'Economie politique de Lyon, (...)

204Le recrutement rural des cheminots est, a priori, plus surprenant. D’autant plus que les vieilles aires d’attraction de la Fabrique — Monts du Lyonnais et du Beaujolais, Bas-Dauphiné, avant-pays savoyard — y tiennent une place qu’elles n’ont pas dans les autres secteurs134. En fait, l’administration ou l’entreprise para-publique, la grande société de chemin de fer — la « Compagnie » —, est gage d’une sécurité qu’offrait autrefois le statut de domesticité — et il n’est d’ailleurs pas exclu que celui-ci soit masqué pour certains ouvriers classés parmi les manœuvres. Un observateur contemporain de la Côtière orientale du Jura note que beaucoup de gens des cantons du Bugey et de la Bresse partent... « sans raison légitime... », c’est-à-dire sans y être obligés par une quelconque crise de l’économie et de la société rurales ; et qu’au désir d’hier d’entrer « ... dans les grandes maisons... », comme cocher ou valet de chambre, s’est substitué la volonté « ... d’émarger au budget... ». Et l’on part, ajoute-t-il, « ... avec l’idée de retour ; bien peu reviennent... » : à cause d’une relative réussite ?135 Ne subsiste-t-il pas trace, en même temps qu’un exode rural évident et sans doute dominant, d’une émigration campagnarde traditionnelle, qui ne fuit pas une détérioration mais espère une promotion urbaine, où le secteur tertiaire public a remplacé le tissage de la soie ?

205Et à Saint-Etienne, à Givors ou à Vienne, rien ne vient retoucher le tableau lyonnais : manœuvres et cheminots s’inscrivent parfaitement dans la nouvelle géographie de l’attraction immédiate, fortement ancrée sur le môle du Vivarais.

Notes

1 A.M. Lyon, Etat Civil, Mariages, Lyon, La Croix-Rousse, Vaise et La Guillotière, 1851 ; A.M. Vénissieux, Oullins, Ste-Foy, id. 1851-1860 ; A.M. Caluire et Villeurbanne, id. 1851. A.M. Givors, Etat Civil, Mariages, 1851-1860 ; A.M. St-Chamond et Vienne, id. A.M. Saint-Etienne, id. 1850-1851, Saint-Etienne, Beaubrun, Valbenoite, Outre-Furens. Pour les années 1902-1911, les actes de mariage ont été dépouillés aux Greffes des Palais de Justice de Lyon, Vienne et Saint-Etienne, grâce à l’autorisation bienveillante des procureurs auprès des tribunaux de grande instance de ces villes, que nous remercions ici. Nous ne reviendrons pas en cours de chapitre, sur cette référence aux sources de l’Etat Civil.

2 Bien sûr, les actes de mariages portent bien d’autres indications : âge des conjoints, signatures, qualités des témoins, légitimations éventuelles, attitude des parents susceptibles d’un grand nombre de tris croisés et de conclusions sur lesquelles nous nous réservons de revenir ailleurs.

3 Et, en particulier, les listes nominatives des dénombrements de la population où l’indication du lieu de naissance est toujours vague et que les multiples homonymies des communes françaises rendent peu sûre ; quelques dépouillements par sondages en ont surtout montré les limites, et on a renoncé à en utiliser les résultats.

4 Cf. Chevalier (L.), La formation de la population parisienne au XIXe siècle, Paris 1949, p. 22 et suiv. et sa critique des méthodes de Bertillon qui porte d’ailleurs surtout sur l’utilisation des actes de décès ; plus récemment, et avec moins de réserves, Gille (B.), La formation du prolétariat dans l’industrie sidérurgique française, Revue d’histoire de la sidérurgie, IV, 1963, p. 250-251 et Lachiver (M.), La population de Meulan du XVIIe au XIXe siècle, Paris, 1971, p. 91 et p. 107 ; sur une utilisation semblable des actes de mariage, Myska (M.), Traits sociologiques de la formation du personnel des usines de Vitkovice, Revue d’Histoire de la Sidérurgie, IV, 1963, p. 228 et suiv.

5 A.D.R., Série R., non cotée, Registres matricules, 1889, recrutement de Lyon-Central, Lyon-Sud et Lyon-Nord, 12 registres qui couvrent l’ensemble du département et une fraction de la Loire ; A.D.L., id. recrutement de Saint-Etienne, 5 registres, de Montbrison (cantons de St-Héand et du Chambon-Feugerolles), de Roanne ; A.D.I., id. Vienne (2 registres), Bourgoin (3 registres) et Grenoble (cantons de Vif, Vizille, La Mure, Allevard, Domène et Grenoble) ; A.D.H.S. id., recrutement d’Annecy, 5 registres. Comme pour les actes d’Etat civil, il ne sera pas revenu sur ces références.

6 Sur les autres richesses des « registres matricules » du recrutement et leurs autres utilisations possibles, tout a été dit et nous y renvoyons, dans Le Roy Ladurie (E.) et coll., « Le conscrit et l’ordinateur » — Projet de recherches sur les archives militaires du XIXe siècle français, Studi Storici, X, 2, avril-juin 1969 ; et, du même, cf. aussi « Etude sur un contingent militaire (1868) », Annales de Démographie historique, 1971, p. 311-337.

7 Il semble, en particulier, que l’épouse ne déclare pas toujours de profession quand elle exerce la même que le futur mari : cas très fréquent, on s’en doute, dans les ateliers familiaux du textile.

8 Cit. par Chatelain (A.), Les migrations contemporaines à Lyon, R.G.L., XXIV, 1949, p. 41-42.

9 Linossier (F.) et Cajani (F.) Les mystères de Lyon, t. II, p. 24.

10 Cit. par Chatelain (A.), cf. note 8.

11 Cit. par Chatelain (A.), Les Migrations temporaires à Lyon, R.G.L., XXIV, 1949, p. 41-42.

12 Guichonnet (P.), L’affaire des Voraces en Avril 1848..., Muzeo Nazionale del Risorgimente, 1945, Miscalleana del Centenario, I, no 4.

13 Très fort à Lyon d’après un témoignage postérieur d’une vingtaine d’années : « Les unions irrégulières sont très nombreuses... et chaque année... la Société de Saint-François-Régis fait contracter 700 mariages... » (A.N.C. 3021, Enquête parlementaire... 1872 Chambre Commerce Lyon ; le nombre, qui n’est pas justifié, semble fort élevé.)

14 A.D.R., M. dénombrement 1851, Croix-Rousse, récapitulatif par âge.

15 Chatelain (A.) art. cit. (Cf. note 8), R.G.L., XXIX, 1954, p. 92 et A.N. C. 3021 — qu’on songe à Le Play, aussi : « ... les ouvriers nomades venant isolément et à toutes les époques de l’année sont, au contraire, presque toujours chassés de leur pays par leurs vices et leurs méfaits... » (Les ouvriers européens, t. VI, p. 488). L’idée vient de loin : après la Grande Rebeyne, Paradis n’affirmait-il pas, en 1573, dans ses « Mémoires de l’Histoire de Lyon », « qu’entre ces petits artisans et basse populace, il n’y avait quasiment point de Lyonnais, mais sont venus de diverses contrées... » (cit. par Gascon R., Immigration et croissance au XVIe siècle : l’exemple de Lyon (1529-1563), Annales E.S.C., 1970, no 4, p. 988-1001. A la peur des « classes dangereuses » s’ajoute bientôt, sous le Second Empire, celle de la propagation des idées subversives (Cf. A.D.L., 10 M 51, préfet Loire 22.11.1853 et A.N., F 1 C 111, Drôme 8, préfet, 14.1.1857).

16 Cf. Vovelle (M.), Le prolétariat flottant à Marseille sous la Révolution française, Annales de Démographie Historique, 1968, p. 111-138, et le débat avec A. Chatelain, id. 1970, p. 426-437.

17 La remarque vaut pour le Paris du Ier Empire, aussi (Cf. Tulard (J.), L’immigration provinciale à Paris sous le Premier Empire, Cahiers d'Histoire, XVI, 1971, p. 426).

18 Garden (M.), Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, p. 73-74, et, du même, L’attraction de Lyon à la fin de l’Ancien Régime, Annales de Démographie historique, 1970, p. 205 et suiv.

19 Cit. par Chatelain (A.), art. cit., supra, note no 8, R.G.L., XXIX, 1954, p. 92.

20 A Marseille, plus de la moitié (52 %) des ouvriers qualifiés (523), mariés en 1846, sont originaires de la ville ; chez les manœuvres, où la part des nouveaux arrivants est toujours largement majoritaire, le niveau de la souche indigène (26 %) est presqu’égal à la moyenne lyonnaise (26,9 %) (d’après Sewell Jr, W.-H., La classe ouvrière de Marseille sous la Seconde République, Le Mouvement Social, no 76, 1971, p. 42-43). Et, à Bordeaux, en 1853, la souche urbaine est de 35,7 % dans le « peuple », de 45,46 % chez les « artisans » et de 30,87 % chez les « manœuvres », pour une moyenne de 36,03 %, d’après Guillaume (P.), La population de Bordeaux au XIXe siècle, 1973, p. 277.

21 On a anticipé d’une décennie en naturalisant les Savoyards.

22 Cf. Lebeau (R.), La vie rurale dans le Jura..., p. 159.

23 Cit. par Chatelain (A.), La formation de la population lyonnaise : apports savoyards au XVIIIe siècle, R.G.L. XXVI, 1951, p. 345.

24 Letonnelier (G.), L’émigration des Savoyards..., R.G.A. 1919, p. 263-264 et Guichonnet (P.), art. cit., Muzeo Nazionale del Risorgimento... ; pour La Croix-Rousse, nos propres calculs ont découvert 1 926 « Savoisiens » en 1851 (A.M. Lyon, dénombrement de 1851, toutes nominations, la Croix-Rousse).

25 Cf. Poitrineau (A.), Aspects de l’émigration temporaire et saisonnière en Auvergne à la fin du XVIIIsiècle et au début du XIXe, R.H.M.C., IX, janvier-mars 1962, p. 5 et suiv. ; Fel (A.), Les hautes terres du Massif Central, p. 142 et suiv., p. 151 et p. 169, entre autres, qui estime, lui aussi, que la distinction entre émigration temporaire et départs définitifs n’est pas aussi tranchée qu’on a pu le croire.

26 Statistique de la France, 2e série, Territoire et population, t. 11, 1855, p. 97 et suiv. ; A.D. Savoie, Fonds Sarde, Censimento della populazione..., 1848 et Rousseau (R.), La population de la Savoie jusqu’en 1861, p. 180 et suiv.

27 Cf. Cartes hors texte nos 35 et 36, 39 et 41, 43 et 44, 47 et 48.

28 Cf. Cartes hors texte nos 51 et 52, 55 et 56.

29 Cf. Cartes hors texte, nos 59 et 60, 63 et 64.

30 C’est-à-dire pour St-Etienne : Rhône, Isère, Drôme, Saône-et-Loire, Allier, Ardèche et pour les hommes : Puy-de-Dôme ; pour St-Chamond : Rhône, Isère, Drôme, Ardèche, Saône-et-Loire et Allier ; pour Givors : Drôme, Ain et Ardèche ; pour Vienne : Loire, Ain, Ardèche et Savoie.

31 Cf. Supra, Livre I, Chap. I.

32 Merley (J.), La contribution de la Haute-Loire à la formation de la population stéphanoise au milieu du XIXe siècle, Cahiers de la Haute-Loire, 1966, p. 165 et suiv.

33 Cf. aussi tableaux hors texte nos 29 à 33, pour l’ensemble des origines par catégories au milieu du XIXe siècle.

34 Cf. Supra, Livre I, et la carte établie par Schnetzler (J.) Un demi-siècle d’évolution démographique dans la région de Saint-Etienne, (1820-1876), Etudes Foréziennes, 1, Mélanges, 1968, p. 167.

35 Cf. Supra, Livre I, Chap. I.

36 Chez les cloutiers saint-chamonais, l’hérédité professionnelle est sans doute encore supérieure, car beaucoup de parents sont, en même temps, cultivateurs ou exercent un autre métier artisanal ; la difficulté à trancher se retrouve chez les passementiers, et même chez les métallurgistes des forges et des hauts fourneaux.

37 Sur les villes de verrerie, au XIXe siècle, Cf. Pelletier (P.), Les verriers dans le Lyonnais et en Forez, 1887, p. 277 et suiv.

38 Cf. Oger (Th.), La France par cantons... : le Rhône, 1866, p. 15.

39 A.N., C. 3021, Enquête parlementaire... 1872, réponse Tronel, cristallier à Lyon.

40 Audiganne (A.), Les populations ouvrières de la France... t. 11, p. 95 ; Abeille (E.) Histoire de Givors..., p. 162 ; et surtout, Garden (M.), Les verriers de Givors au XVIIIe siècle, Hommage à Marcel Reinhardt, 1973, p. 290 et suiv. qui retrouve déjà les mêmes directions migratoires ; le noyau givordin s’est constitué, entre 1750 et 1790, par les arrivées successives de famille alsaciennes et franc-comtoises, les ouvriers suivant les maîtres ; Cf. aussi Scott (J.-W.), Les verriers de Carmaux (1856-1895) Le Mouvement social, no 76, 1971, p. 71 et suiv.

41 A.N., C. 3364, Enquête parlementaire... 1882, réponse d’un tailleur en cristaux de Lyon.

42 C’est-à-dire en adjoignant au croissant lyonnais ses prolongements des Monts du Charolais et du Brionnais, de la vallée immédiate de la Saône, des Massifs du Pilat, du Forez, du Velay, du Livradois, de la région stéphanoise, de la Dombes et du Nord de la Drôme et de l’Ardèche, dont aucun ne compte vraiment à lui seul. C’est-à-dire, en tout, 356 hommes sur 397 nés hors de Lyon, et 524 femmes sur 564.

43 Chez les hommes on en compte 156 à être nés dans des chefs-lieux de canton de la région, et 6 dans d’autres villes ; chez les femmes 101 et 13. Bien sûr le critère est arbitraire ; mais il en fallait un, qui a le mérite de la simplicité et de l’universalité.

44 Soit, en tout, 68 hommes et 129 femmes, dans les cantons de Belley (10 et 20), Morestel (5 et 14), Pont-de-Beauvoisin du Dauphiné (13 et 9) et de Savoie (4 et 4), Saint-Genix-du-Guiers (4 et 17), Lhuis (3 et 8), Yenne (4 et 7), Champagne-en-Valromey (2 et 10), Aix-les-Bains (3 et 8), et le long de l’allée soyeuse qui va de Lyon au seuil de Voreppe, Bourgoin (9 et 15) et La Tour-du-Pin (11 et 17).

45 Dans les années 1860, Corbelin est la plus forte concentration de métiers en Bas Dauphiné, avec 500 unités, et Fitilieu en a 230 (Cf. Jouanny (J.) Le tissage de la soie en Bas Dauphiné, p. 53).

46 Sur 489 « canuts » et ouvriers des industries annexes, 218 sont nés à Lyon et dans les communes de banlieue, et 276 femmes sur les 756 ouvrières mariées en 1869 ; la part lyonnaise est donc, chez celles-ci de 34,7 % un peu inférieure à celle de 1851. La disparité d’un sexe à l’autre traduit l’appel grandissant à la main-d’œuvre féminine qui a été relevé par ailleurs.

47 C'est-à-dire 63 hommes sur 271 nés à l’extérieur, et 96 hommes sur 499.

48 Soit 85,6 % des hommes et 80,2 % des femmes ; la part des naissances extérieures : 14,4 % et 19,8 % du total des mariés de la Fabrique.

49 A.N., F 1 C III, Rhône 5, préfet, 30.4.1858 ; A.D.I. Bulletin du Maréchal de Castellane, 2.4.1858 ; Cf. aussi Laferrère (M.), Lyon ville industrielle..., p. 184, note 207.

50 A.N., F 1 C III, Ain, 6, Sous-préfet Nantua, 31.12.1857.

51 A.N., F 1 C III, Ain, 6, id. 31.12.1856 et 31.12.1858.

52 Cf. tableaux hors texte nos 32 et 33.

53 Cf. tableaux hors texte nos 30 et 31.

54 Cf. Supra, Livre I, p. 64 et Schnetzler (J.), art. cit.. Eludes foréziennes..., 1968, p. 167.

55 Et plus encore qu’il n’y paraît : les principales communes d’origine des Vellaves sont celles où s’annonce l’essaimage des métiers à ruban, et sans doute y a-t-il sans qu’on en trouve trace, un mouvement à la lyonnaise, où se croisent hommes et machines. Sur la pénétration de la passementerie en Yssingelais au milieu du XIXe siècle, Cf. Merley (J.), L’industrie en Haute-Loire, de la fin de la Monarchie de Juillet au début de la IIIe République, Lyon, 1972, p. 170 et suiv.

56 En décembre 1863, c’est vers Vienne que se dirigent les ouvriers « ... privés de travail par suite du chômage d’une fabrique de drap... » de Crest : on retrouve le lien entre le secteur d’emploi et les directions migratoires. (A.D.D., 1298 M, Sous-préfet Nyons, décembre 1863).

57 Cf. graphiques hors texte nos 33 et 34.

58 Et dont Audiganne (ouvr. cit., t. II, p. 9) avait senti instinctivement l’importance ; cf. aussi A.N., C. 3364, Enquête parlementaire... 1882, réponse de la Chambre syndicale des tisseurs de Lyon.

59 Soit, en clair, 11 cas d’endogamie à quatre termes semblables sur 181 parmi les drapiers de Vienne, et 3 sur 55 chez les rubanniers de St-Chamond.

60 Cf. graphique hors texte no 31.

61 Cf. graphique hors texte no 33.

62 Cf. graphique hors texte no 37.

63 Cf. graphique hors texte no 34.

64 Cf. tableau hors texte no 29.

65 Parmi les autres villes notables de la région, Pont-de-Beauvoisin, Chambéry, Voiron, Vienne, Belley, Nantua, Roanne, Paray-le-Monial, Rive-de-Gier ont vu naître aussi au moins 3 couturières et tailleuses.

66 Le vêtement est, avec le petit commerce, le seul secteur où l’élément étranger ait, à Lyon, quelque importance ; sur les Italiens du bâtiment, un peu plus tard, cf. A.N. BB 30379, Proc, gal Lyon, 28.6.1866.

67 Cf. graphique hors texte no 31.

68 Dont l’originalité est d’autant plus frappante que le recrutement spécifique des autres catégories paraît s’être dilué : si les tailleurs de pierre lyonnais viennent presque tous des Mts d’Or, où l’on extraie la pierre, et de Villebois ou Montalieu sur le Haut-Rhône, l’origine montagnarde et forestière des charpentiers de l’Ancien Régime a cessé d’être exclusive.

69 Cf. la description de la route lyonnaise par Martin Nadaud, cit. par Chatelain (A.), art. cit. R.G.L., 1954, p. 94 et suiv. ; et parmi une littérature innombrable, l’article récent de Corbin (A.), Migrations temporaires et société rurale au XIXe siècle : le cas du Limousin, Revue historique, oct.-déc. 1971, p. 297-298.

70 On a mis au nombre des « métallurgistes » tous les ouvriers des métaux non employés aux industries locales traditionnelles (armurerie, quincaillerie, etc.) et désignés par plusieurs dizaines de vocables sauf celui de métallurgiste.

71 Cf. graphique no 31.

72 Il n’est d’ailleurs pas certain qu’on ait identifié toutes les localités métallurgiques correspondant aux lieux de naissance ; pour la France du XVIIIe siècle, cf. Gille (B.), Les forges françaises en 1772..., et aussi, Vial (J.), L’industrialisation de la Sidérurgie française... ; pour une partie de la région, Léon (P.), La naissance de la grande industrie en Dauphiné..., t. I, p. 34 et t. II, p. 624.

73 Cf. Gibert (A.), La porte de Bourgogne, p. 505-509.

74 Sur l’appel aux spécialistes des hauts-fourneaux, un peu plus tard, à La Voulte, cf. A.N., F. 1 C III, Ardèche, 11, préfet, 31.12.1858. Pour d’autres régions, sur les modes de recrutement des centres sidérurgiques, Gille (B.), art. cit., Revue d'Histoire de la Sidérurgie, IV, 1963, 4, p. 248-249, et Vial (J.), ouvr. cit., t. 1, p. 147 et p. 337-339 ; et Caulier-Mathy (C.), La composition d’un prolétariat industriel : le cas de l’usine Cockerill », Revue d’Histoire de la Sidérurgie, IV, 1963, 4, p. 213-219.

75 Cf. graphiques hors texte nos 39, 41 43 et 45.

76 L’hérédité professionnelle est plus difficile à évaluer, puisqu’elle atteint, à Saint-Etienne, 81 % pour les fils d’ouvriers et 21 % seulement à Saint-Chamond.

77 Et l’enquête de 1848 y fait écho : à Saint-Etienne, les délégués des mineurs se plaignent de l’afflux des ruraux, dont la maladresse multiplie les accidents, les accusent d’abandonner leurs champs incultes pour « ... venir concurrencer nos bras... », demandent des mesures en faveur de l’agriculture qui permettraient de les y renvoyer ! (A.N. C. 956, Enquête sur le travail... 1848, Loire, réponse des mineurs de Saint-Etienne).

78 Cet appel aux gens de la campagne, on le retrouve à Carmaux (Cf. Trempe (R.), Les mineurs de Carmaux..., t. I, p. 189 et suiv.), mais pas, au même moment dans le Pas-De-Calais, où la majorité des mineurs dans les nouvelles fosses arrivent du bassin houiller du Nord : c’est donc pour retrouver la migration professionnelle des spécialistes (Fortin (A.), L’évolution démographique du département du Pas-de-Calais durant le Second Empire, Revue du Nord, 1967, p. 355 et suiv.).

79 Sous le vocable « manœuvrés » on a notamment regroupé, journaliers (urbains), hommes de peine, affaneurs, crocheteurs, charretiers, voituriers, etc... et toute la domesticité masculine et féminine.

80 Faut-il ajouter qu’on retrouverait, dans d’autres villes, de la région ou d’ailleurs, ce qu’on a dégagé pour Lyon, Saint-Etienne, etc... ; la migration entre centres spécialisés est signalée à Annonay, à plusieurs reprises : en 1857-1858, en 1864, c’est vers Chaumont, Grenoble et Paris, où l'on travaille les peaux, que se dirigent les mégissiers en chômage (A.N., F. I, C III, Ardèche, 8, sous-préfet Tournon, 1.10.1858 et A.D., Ar. 15 M 40, id. 14.3.1864) ; en 1872, c’est à Genève que partent les horlogers du Faucigny (A.D.H.S. 15 M, Sit. ind. 1872-1874, Mairie Cluses, 10.5.1872) ; et vers 1860, Audiganne note qu’à Paris, où la passementerie « a pris un si grand développement... on n’occupe guère que des ouvriers stéphanois... », « ... une véritable colonie forézienne... qui conserve intactes ses mœurs originales... :
Audiganne (A.), ouvr. cit. 2e éd., t. II, p. 104) ; dans le même temps, les ouvriers en châles de Lyon, mécontents de leurs conditions de travail s’en vont vers Amiens (A.N., B.B 18 - 1587, proc. gal Lyon, 2.11.1858). Rappelons, enfin, l’origine littorale quasi exclusive des charpentiers, des perceurs et des calfats de l’arsenal de Toulon sous la Monarchie de Juillet (Agulhon (M.), Une ville ouvrière au temps du socialisme utopique : Toulon de 1815 à 1848... p. 96 et suiv.).

81 Cf. cartes nos 27 à 30.

82 Cf. cartes nos 33 et 34.

83 La baisse absolue de la population est généralisée depuis 1866 dans les hautes terres du Massif Central (Fel (A.)), ouvr. cit., p. 169). En 1913, A. Kleinclausz estime à 80 000 le nombre de Savoyards, Bressans, Bugistes et Dauphinois installés à Lyon, et à 60 000 celui des natifs du Massif Central, y compris ses régions les plus proches (Lyon et la région lyonnaise, p. 153).

84 Cf. cartes nos 37 et 38 — A noter que les cartes dressées par Perrin (M.), St-Etienne et sa région économique..., p. 374-377, à partir des listes nominatives du recensement de 1911 pour l’ensemble de la population stéphanoise n’ont pas d’autre allure que celles de la naissance des mariés ouvriers.

85 Cf. cartes nos 45 et 46.

86 Cf. cartes nos 53 et 54.

87 Cf. cartes nos 61 et 62.

88 C’est-à-dire, pour St-Etienne, Saône-et-Loire, Allier, Rhône, Isère, Drôme, Puy-de-Dôme, et, pour les seules ouvrières, Ardèche ; pour St-Chamond, Saône-et-Loire, Allier, Isère, Drôme, Ardèche et Puy-de-Dôme en ce qui concerne les hommes ; pour Givors, Drôme, Ain et Saône-et-Loire ; à Vienne, l’Ain, pour tous, l’Ardèche et la Savoie pour les ouvriers seuls.

89 Cf. cartes nos 40 et 42.

90 Cf. cartes nos 49 et 50.

91 Cf. cartes nos 57 et 58.

92 Cf. cartes nos 65 et 66.

93 Ardouin-Dumazet, Voyages en France, ouvr. cit., 2e édit., p. 67.

94 Au total, on a dénombré 1 406 ouvriers chez les conscrits lyonnais, mais on a éliminé tous les cas suspects où la trace a été manifestement perdue pendant la durée de la réserve ; le déchet est d’ailleurs, en lui-même, un signe de mobilité.

95 Cf. Supra, Chap. 2.

96 Cf. tableau hors texte no 25, à comparer avec le no 23.

97 Cf. tableau hors texte no 26.

98 Cf. tableau hors texte no 28.

99 Ainsi, en 1851, à Lyon, l’échantillon compte 67 cas d’épouses qui ne soient ni ouvrières, ni cultivatrices : parmi elles, 17 filles de magasin, seulement ; or, en 1911, celles-ci sont 298 sur un total de 358. Il reste 60 filles de commerçants ou de propriétaires, contre 44 : c’est-à-dire à peu près la même (et insignifiante) proportion : 3,6 % au lieu de 2,4 %.

100 Cf. graphiques hors texte nos 32, 35, 36 ; no 38 et tableaux hors texte, nos 34 à 38.

101 La répartition des origines, pour les non-Lyonnais, est désormais la suivante (sur 128 hommes et 246 femmes) :

Image 10000000000002B8000000ADCEF2B956.jpg

102 C’est-à-dire pour l’ensemble des arrondissements de Roanne, de Villefranche et de Lyon — hors l’agglomération.

103 A noter qu’en 1888-1889, sur 203 familles italiennes employées à la draperie de Vienne, 77 venaient de la province de Turin et 36 de celle de Verceil, du piedmont biellese où battent de nombreux métiers à tisser la laine (Cf. Faidutti-Rudolph, A.M., L’Immigration italienne dans le Sud-Est de la France.... t. I, p. 337).

104 Cf. tableaux no 40, où la forte sédentarité des passementiers de la région stéphanoise est mise en lumière par la mobilité des autres catégories et no 41, où la trop faible ampleur de l’échantillon viennois interdit toute conclusion un peu ferme.

105 Cf. graphiques hors texte nos 35, 36 et 38.

106 En clair, par rapport au nombre de cas connus : père, mari, épouse, beau-père : 12 cas sur 107 (11,2 %) ; père, mari, épouse : 33 sur 170 (19,4 %) ; mari, épouse, beau-père, 39 sur 191 (20,4 %).

107 La part de l’endogamie multiple, pour les ouvriers de la soie est, selon les mêmes critères que pour les drapiers :

Image 1000000000000249000000BCCAEDB7AF.jpg

108 Qui signifient, pour les mineurs, une progression infime de la souche locale sur les années 1850, et, pour les verriers de Givors, un très vif recul.

109 Sur 35 mineurs mariés et nés au dehors à Saint-Chamond, de 1902 à 1911, il n’en est que 2 à venir d’un centre d’extraction : l’I des mines de pyrites de Sain-Bel, l’autre des carrières de Bourg-d’Oisans. De même, à Carmaux, à la fin du XIXe siècle, les rares mineurs venus de l’extérieur arrivent des autres bassins du Massif Central, cf. Trempé (R.), ouvr. cit., t. I, p. 202-206 ; sur ces échanges, Cf. Perrin (M.), ouvr. cil., p. 373, et, d’une manière plus générale, Beaujeu-Garnier (J.), Rapport sur « Charbon et population », Actes du colloque Charbon et sciences humaines, p. 301.

110 Cf. tableau hors texte no 40.

111 Cf. tableau hors texte no 41.

112 Cf. cartes hors texte nos 72 et 73.

113 Sur les déplacements, identiques, des verreries de Carmaux, Cf. Scott (J.-W.), art. cit., Le Mouvement Social, nos 76, juil.-sept. 1971, p. 70-72.

114 A.D.L., 92 M 53, pièce 155 « état nominatif des ouvriers syndiqués de la verrerie Richarme », s.d. (1885).

115 Cf. carte hors texte no 71.

116 Pour l’ensemble des 5 villes ou agglomérations, de 1902 à 1911, le nombre des mariages où mari, père et beau-père font le même métier est de 34 sur 550 cas où l’époux est métallurgiste, et où l’on connaît la profession des trois (6,18 %) ; 11 sur 211 dans le bâtiment (5,2 %) et 3 sur 79 parmi les ouvriers des métiers urbains spécialisés (3,8 %).

117 Cf. graphique hors texte no 38.

118 Cf. graphique hors texte no 35.

119 Cf. graphique hors texte no 32.

120 Cf. tableau hors texte no 39.

121 Cf. cartes hors texte nos 74 à 76.

122 Cf. carte no 68, Il faut noter, toutefois, que parmi les ruraux, quatre des Ardéchois viennent de la région de La Voulte et autant de Savoyards de Saint-Georges-des-Hurtières et de La Rochette, dont le destin sidérurgique a été (inégalement) brillant.

123 Cf. tableau hors texte no 40. A remarquer la plus forte sédentarité des armuriers : il n’en est parti que 56 sur les 165 recensés dans le bassin dont 1 sur 3 (33,9 %), correspondant avec l’étroitesse régionale de leur recrutement. Sur les départs et les échanges avec les usines d’automobiles, les arsenaux, les chantiers navals, Lyon et Paris, cf. Perrin (M.), ouvr. cit. p. 373.

124 Cf. cartes hors texte nos 77 et 78.

125 L’origine ouvrière est effectivement beaucoup plus forte dans les villes où la faiblesse de l’expansion démographique attire moins d’ouvriers du bâtiment (Givors : 71 %, Vienne : 74,6 %, Saint-Chamond : 76,5 %) que dans les agglomérations stéphanoises (59,3 %) et lyonnaise (61 %).

126 Quelques années auparavant, le préfet avait signalé l’importance des gens de la Creuse et de la Corrèze (« ... pour la plupart... »), parmi les ouvriers briquetiers, « ... presque tous célibataires... ». (A.D.R., M., Grèves 1897, préfet Rhône, 26.4.1897). Il est certain que le bâtiment, de par son caractère saisonnier, est l’un des métiers où l’analyse des seuls mariages apporte la plus forte déformation ; mais les conclusions n’en sont que renforcées. D’après le dénombrement de 1911, il y a près de 8 000 originaires de la Creuse et de la Haute-Vienne dans le département du Rhône, sans compter les enfants nés sur place de parents limousins et creusois. Selon J.B. Perchaud, Géographie de la Haute-Vienne,... 1917, p. 79, cit. par Chatelain (A.), art. cit., R.G.L., 1954, p. 96-97, Lyon « ... se trouvait pour tous les émigrants la ville par excellence. Dans cette préférence persistante, il faut voir une preuve de l’influence très ancienne de Lyon sur une bonne moitié de la France ; cette grande cité avait un rayonnement intense ; c’était vraiment une seconde capitale que Paris n’a détrônée que peu à peu... Aujourd’hui, Lyon a conservé une clientèle invariablement fidèle : on la trouve sur les collines du plateau de Gentioux, vers Beaumont, Nedde, Peyrat-le-Château, Eymoutiers... »

127 Cf. tableau hors texte no 39.

128 Parmi les conscrits lyonnais de 1889, sur 18 charrons ou bourreliers à partir, 9 s’en vont, à un moment ou à un autre, vers Paris ; et 13 des 28 typographes.

129 Cf. cartes hors texte nos 79 à 82.

130 Et, notamment, pas d’endogamie multiple ; entre Lyon et les autres villes, on n’en a dénombré aucun chez les manœuvres, pour cause ; sauf à Givors, où 22 d’entre eux sur 52 — plus d’1 sur 3 — sont à la fois fils et gendres de manœuvres, mais on sait que sous le terme se retrouvent, en fait, un grand nombre d’aides sans qualification des hauts fourneaux et des verreries. Parmi les cheminots, traminots, etc., on n’a relevé que 3 cas sur les 105 mariages où l’on sache ce qu’étaient père, mari et beau-père.

131 Cf. graphiques hors texte nos 33 et 34, 35 et 36, 38, 40 et 42.

132 Cf. cartes hors texte nos 68 à 71.

133 Sur le recrutement rural et régional, dans le même temps, des usines électrochimiques, et métallurgiques des Alpes, cf. A.D.S., 33 M. II/5, s/préfet Moûtiers, 10.2.1911 et préfet Savoie, 15.5.1911.

134 Sur 157 Français de la catégorie, il en est 47 des Monts du Lyonnais et du Beaujolais, du Bas-Dauphiné et de l’avant-pays savoyard, contre 37 des Alpes internes des rives du Rhône moyen et de la Bresse ; particulièrement remarquable est la place de l’arrondissement rural de Lyon : sur 66 originaires, 12 sont des employés du PLM et des PTT qui constituent le second de leurs secteurs d’emploi (après la métallurgie).

135 Boissieu (de), Une pépinière d’émigration vers les villes..., Société d'Economie politique de Lyon, C.R. travaux, 1903-1904, p. 175-179.

Table des illustrations

Titre SOUCHE LOCALE ET SOUCHE EXTÉRIEURE DES OUVRIERS MARIÉS AU MILIEU DU XIXe SIÈCLE
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/12647/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre ORIGINE DES ÉPOUX LYONNAIS EN 1851
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/12647/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre ORIGINE, PAR DÉPARTEMENTS, DES OUVRIERS MARIÉS A LYON EN 1851
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/12647/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre ORIGINE, PAR ENSEMBLES NATURELS, DES OUVRIERS MARIÉS A LYON EN 1851
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/12647/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre ORIGINES, PAR DÉPARTEMENTS, DES OUVRIERS NÉS A L’EXTÉRIEUR MARIÉS AU MILIEU DU XIXe SIÈCLE
Légende Note 3030
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/12647/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre ORIGINE, PAR ENSEMBLES GÉOGRAPHIQUES, DES OUVRIERS NÉS A L’EXTÉRIEUR, MARIÉS A SAINT-ÉTIENNE EN 1850-1851
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/12647/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre ORIGINES, PAR ENSEMBLES GÉOGRAPHIQUES, DES OUVRIERS NÉS A L’EXTÉRIEUR, MARIÉS A SAINT-CHAMOND, 1851-1860
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/12647/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre ORIGINES, PAR ENSEMBLES GÉOGRAPHIQUES, DES OUVRIERS NÉS A L’EXTÉRIEUR, MARIÉS A GIVORS, 1851-1860
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/12647/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre ORIGINES, PAR ENSEMBLES GÉOGRAPHIQUES, DES OUVRIERS NÉS A L’EXTÉRIEUR, MARIÉS A VIENNE, 1851-1860
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/12647/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre L’HÉRÉDITÉ PROFESSIONNELLE DES OUVRIERS AU MILIEU DU XIXe SIÈCLE
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/12647/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre L’ALLIANCE DES MÉTIERS : OUVRIERS ET BEAUX-PÈRES A U MILIEU DU XIXe SIÈCLE
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/12647/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre ORIGINE DES OUVRIERS DE LA FABRIQUE A LA FIN DE L’ANCIEN RÉGIME ET EN 1851.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/12647/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre ORIGINE, PAR DÉPARTEMENTS, DES OUVRIERS MARIÉS A LYON EN 1911
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/12647/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre ORIGINES, PAR DÉPARTEMENTS, DES OUVRIERS NÉS A L’EXTÉRIEUR, MARIÉS AU DÉBUT DU XXe SIÈCLE
Légende Note 8888
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/12647/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre ORIGINES, PAR ENSEMBLES GÉOGRAPHIQUES, DES OUVRIERS NÉS A L'EXTÉRIEUR, MARIÉS A SAINT-ÉTIENNE, 1910-1911
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/12647/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre ORIGINES, PAR ENSEMBLES GÉOGRAPHIQUES, DES OUVRIERS NÉS A L’EXTÉRIEUR, MARIÉS A SAINT-CHAMOND, 1902-1911
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/12647/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre ORIGINES, PAR ENSEMBLES GÉOGRAPHIQUES, DES OUVRIERS NÉS A L’EXTÉRIEUR, MARIÉS A GIVORS, 1902-1911
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/12647/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre ORIGINES, PAR ENSEMBLES GÉOGRAPHIQUES, DES OUVRIERS NÉS A L’EXTÉRIEUR, MARIÉS A VIENNE, 1902-1911
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/12647/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre SOUCHE LOCALE ET SOUCHE EXTÉRIEURE DES OUVRIERS MARIÉS A U DÉBUT DU XXe SIÈCLE
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/12647/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre L’HÉRÉDITÉ PROFESSIONNELLE DES OUVRIERS MARIÉS A U DÉBUT DU XXe SIÈCLE
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/12647/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre L’ALLIANCE DES MÉTIERS : OUVRIERS ET BEAUX-PÈRES AU DÉBUT DU XXe SIÈCLE
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/12647/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 136k

© Presses universitaires de Lyon, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search