Version classiqueVersion mobile

Les Ouvriers de la région lyonnaise (1848-1914) - Volume 1

 | 
Yves Lequin

Conclusion

Texte intégral

1C’est à Lyon donc que la classe ouvrière a, depuis le milieu du XIXe siècle, connu les plus profondes transformations ; et celles-ci correspondent aux effets d’ordinaire attribués au développement de la grande industrie. Le nombre des travailleurs y a fortement progressé, et leur rassemblement se reflète dans l’essor de la population, longtemps calqué sur la prospérité de la Fabrique, affranchi d’elle dans les années 1880 en une avance régulière et sans doute accélérée au début du XXe siècle. L’usine a remplacé un peu partout l’atelier, et à la veille de 1914, Lyon n’est plus la ville de la soie que pour des esprits mal informés : par contre, elle est l’un des premiers centres français d’une construction automobile naissante, mais dont il est inutile de rappeler l’avenir, et la plus forte concentration des industries chimiques. Aux agents de l’état-civil, on commence à se dire, simplement, « ouvrier d’usine », quand on se proclamait, un quart de siècle auparavant, « teinturier », « tisseur » ou « ajusteur ». La vieille Croix-Rousse, au centre de la ville, a perdu ses activités et ses « canuts », la classe ouvrière a été rejetée au-delà du fleuve, dans cette Guillotière marginale mais triomphante, et, déjà, dans ces agglomérations lointaines et uniformes qui juxtaposent usines et habitations ouvrières aux marches méridionales ou dauphinoises de la banlieue. Tous les traits du prolétariat industriel nouveau sont là : la rapidité du gonflement, l’usine, les activités nouvelles, la ségrégation urbaine.

  • 106 Audiganne (A.), ouvr. cit., t. 1, p. 224.
  • 107 Vidal de la Blache (P.). Tableau de la géographie de la France..., t. 1 de Lavisse (E.), Histoire (...)

2Mais la force du rassemblement n’est pas nouvelle ; tous comptes faits, la population a progressé moins vite, relativement, entre 1851 et 1911 qu’au cours de la première moitié du XIXe siècle ; avant La Guillotière et Villeurbanne, La Croix-Rousse avait connu le brusque essor des banlieues industrielles. Et, au contraire de Paris, jamais depuis le décollage de la Fabrique, il n’y a eu cohabitation étroite de la classe ouvrière et des autres catégories sociales ; c’est sur leur partage géographique qu’Audiganne, en 1854, fondait sa description : au-delà des grandes divisions de la topographie, « ... il s’en rencontre d’autres qui semblent faire de chaque quartier autant de villes différentes ; on disait que chaque classe sociale est là parquée séparément comme les Juifs au Moyen Age... »106 ; et d’esquisser un tableau qu’on a retrouvé dans les structures socio-professionnelles des recensements. En 1908, Vidal de la Blache, après avoir noté que La Guillotière « .... s’y ajoute sans s’y incorporer... » résume la physionomie lyonnaise en une « ... agglutination de villes diverses qui se groupent aux bords de la Saône et du Rhône... »107. Simplement, l’extension géographique de l’agglomération et la mutation des activités industrielles déplacent les communes et les quartiers prolétariens.

  • 108 Linossier (F.) et Cajani (F.), ouvr. cit., t. 1, p. 52.

3Enfin, sans doute, Lyon n’est-il plus dans Lyon à l’aube du XXe siècle, La Croix-Rousse est une citadelle déchue, le « canut » est une figure du passé. Une autre classe ouvrière est née aux portes de la ville et, à l’intérieur de ses murs, de son propre développement ; mais dans le même temps une fraction d’elle-même s’est anéantie dans le salariat : les prophètes du XIXe avaient raison, mais ils n’avaient pas tout prévu. Hors du prolétariat, mais proche d’elle, l’employé est un élément essentiel de l’horizon social urbain : un petit bourgeois — bien que non possédant — ou un prolétaire en col blanc ? Au-delà des définitions théoriques — et rigoureuses, trop rigoureuses — la question est posée. Avant d’essayer d’en savoir plus, on songe à ce Paul Martin, personnage imaginaire de Linossier et Cajani, devenu commis de la Fabrique et qui « ... fils d’ouvrier en soierie, ouvrier lui-même jusqu’à l’âge de 18 ans, un jour avait quitté la banquette pour le comptoir... », et qui possédait « ... avec la conscience de sa position, cette ténacité qui rampe pour s’élever, qui s’humilie et se fait esclave pour être plus tard dominatrice et maîtresse... »108.

Notes

106 Audiganne (A.), ouvr. cit., t. 1, p. 224.

107 Vidal de la Blache (P.). Tableau de la géographie de la France..., t. 1 de Lavisse (E.), Histoire de France..., 3e éd., 1908, p. 252.

108 Linossier (F.) et Cajani (F.), ouvr. cit., t. 1, p. 52.

© Presses universitaires de Lyon, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search