Version classiqueVersion mobile

Les Ouvriers de la région lyonnaise (1848-1914) - Volume 1

 | 
Yves Lequin

Conclusion

Texte intégral

  • 329 Cf. Crebouw (Y.), ouvr. cit., t. I, p. 13 et suiv., qui note que la médiocrité des migrations prof (...)
  • 330 Léon (P.), Points de vue sur le monde ouvrier dans la France du XVIIIe siècle, IIP Conférence inte (...)

1Très largement, le mouvement de la main-d'œuvre décalque celui de l’industrialisation régionale : il amplifie la crise des années 1880, quand fléchit la demande des grands secteurs d’activité et sa paresse traduit l’incessante reconversion des fabrications. Car, globalement, ses effectifs progressent avec régularité, mais sans grande force ; leur marche ignore les ruptures et les brusque sautes — sinon entre 1881 et 1886, et dans le sens inattendu d’un recul ! La migration professionnelle, toujours, géographique, longtemps, ne prend pas, sur le long terme, de tour dramatique, au sens original du mot. Sans doute l’explication tient-elle au niveau précocement atteint par un espace où l’industrie n’était pas une nouveauté au milieu du XIXe siècle, et qui vaudrait aussi, un peu moins fortement peut-être, pour l’ensemble de la France329. Le développement de la classe ouvrière n’est pas une irruption : pendant trois quarts de siècle, elle n’en finit pas d’émerger : depuis la fin de l’Ancien Régime ?330. La banalité de la remarque n’a-t-elle pas contribué à en faire oublier l’importance ?

  • 331 Et, ainsi, le comportement régional reproduit encore plus fortement ce qui s’était passé dans d’au (...)
  • 332 Cf. Armengaud (A.), La population française au XIXe siècle, p. 65-70.
  • 333 Sur le rôle de régénération des campagnes par l’essaimage textile, cf. Mathias (P.), The first ind (...)
  • 334 A noter le contre-sens fait sur le rôle des chantiers de chemin de fer, considérés en 1848 par un (...)
  • 335 Un certain type d’immigration étrangère périodique de spécialistes, semblable à celle de l’Ancien (...)

2Car pendant toute la seconde moitié du XIXe siècle et à la veille même de 1914, la demande industrielle n’a jamais été assez puissante pour provoquer la migration ; elle n’a fait que la guider. Fondamentalement, déplacements géographiques et changements de statuts socio-professionnel ont leurs racines premières en dehors d’elles : c’est l’agriculture qui mène le jeu. Jusqu’aux années 1880, sa prospérité retient la paysannerie et même augmente son poids : en bonne logique, si les tendances de l’économie régionale, sous le Second Empire et les premières années de la IIIe République s’étaient perpétuées, la classe ouvrière serait devenue un groupe social de plus en plus minoritaire malgré l’essor rapide de l’activité et de la main-d'œuvre industrielles ! Celles-ci ne puisent donc en aucune manière dans la libération des bras par l’agriculture331, dans la région du ver à soie et de la vigne encore moins qu’ailleurs, et où, à l’inverse d’autres terroirs français, la crise de la fin de la Monarchie de Juillet n’a aucunement marqué. la fin d’une époque332. L’essaimage de nombre d’industries dans les campagnes ne stoppe d’ailleurs pas les départs là où ils avaient commencé ; en revanche, il facilite — et révèle à la fois — une tendance à se glisser dans le complexe d’activités complémentaires d’une économie traditionnelle sans en altérer véritablement la nature333. Qui dit main-d'œuvre industrielle ne signifie pas forcément classe ouvrière ; le concept théorique de migration professionnelle ne s’applique pas à une réalité sans rupture ni choix : n’est-ce pas la clé des surprenantes disparités de niveau entre les computs des recensements — qui obligent à sauter le pas, et à se dire mineur, métallurgiste ou tisseur — et ceux de l’emploi ? L’industrie joue, à la fois à l’intérieur d’elle-même et avec les divers types d’activités agricoles, sur les décalages de la conjoncture courte et l’alternance des mortes-saisons ; elle fonde son essor sur l’usage périodique d’une main-d'œuvre circulante plus que sur le rassemblement d’une main-d'œuvre fixe334. La contraction des années 1880, le retour à la terre qui l’accompagne éclairent brusquement une capillarité économique discrète mais constante, et sans doute primordiale. Très largement, la « classe ouvrière » demeure un groupe social mal fixé, une masse instable de travailleurs partagés, de femmes et d’enfants sous-employés, de saisonniers étrangers335, où « l’armée de réserve industrielle » que dégage, selon une analyse classique, la marche d’une industrialisation contrastée a peut-être une place moins importante qu’un prolétariat flottant qui fleure l’Ancien Régime.

  • 336 Cf. Léon (P.), art. cit., IIIe Conférence mondiale d’Histoire économique..., p. 183, pour qui la v (...)

3Après 1886, derrière la marche toujours ascendante du nombre, c’est l’agriculture encore qui impose les grands traits du changement. Sans qu’il prenne un tour massif jusqu’en 1914, l’abandon des campagnes reflète la crise des spéculations traditionnelles : mais le paysan chassé choisit d’abord la condition citadine, et c’est à la ville qu’il devient, quand il ne peut faire autrement, un ouvrier d’industrie. Paradoxalement, à la libération des bras par l’agriculture correspond une moindre demande des grandes activités industrielles, alors même que les nouveaux secteurs ont de la peine à trouver ceux dont ils ont besoin dans les régions alpines que l’on déserte. Le déplacement géographique précède désormais la migration professionnelle ; par là, il rend obligatoire le choix, la rupture d’avec l’emploi polymorphe d’antan. Et dans les villes, les plus grandes surtout, où se fixe une classe ouvrière plus proche des définitions habituelles du prolétariat ; leur rôle n’est pas neuf : au XVIIIe déjà336. ; mais leur importance nouvelle, l’attraction prédatrice qui est désormais la leur le transforment ou l’accroissent.

  • 337 Cf. Fohlen (C.), Qu’est-ce que la Révolution industrielle ?, p. 202 et suiv., qui pose le problème (...)

4Si bien qu’au début du XXe siècle, la place des ouvriers étrangers a totalement changé de sens : confinés aux tâches les plus ingrates, ils annoncent cette condition de « soutiers de l’Europe » qui sera la leur au lendemain de la guerre et qui se développera largement dans les décennies suivantes. Mais en même temps, les industries alpines retrouvent — et pour longtemps — les avantages d’une main-d'œuvre mixte dont l’emploi était partout de règle avant 1880. Car derrière les grandes tendances que l’on a dégagées, l’histoire de cette longue émergence est un tableau en demi-teintes, où le neuf ne se substitue jamais à l’ancien, mais vient s’ajouter à lui. C’est par un processus cumulatif que s’est constituée la classe ouvrière régionale : malgré l’amoindrissement des rythmes, les grands secteurs régionaux ont souvent recruté autant d’hommes et de femmes au début du XXe siècle qu’avant 1880. Dès lors, in fine, les répartitions socio-professionnelles de 1911 construisent bien l’architecture d’une société industrielle encore mal dégagée en 1851 et en 1866, où la classe ouvrière tient un rôle et une place tout à fait différents, puisque le recul a été général des activités agricoles au profit du salariat industriel et commercial, et qu’urbanisation et concentration géographique se sont peu à peu substituées à la dispersion. Le tableau est trop clair, trop simple, et la justesse de la loi tendancielle n’est pas contradictoire d’une réalité plus complexe. La classe ouvrière des années 1900 est à la rencontre de trois courants : la survivance affirmée des vieux secteurs traditionnels, l’épanouissement de la « révolution industrielle », les activités tertiaires qu’a suscitées la sophistication précoce de l’économie régionale. Le mineur et le métallurgiste n’ont pas remplacé le tisseur et le gantier qu’ils doivent faire place au cheminot et au garçon de magasin. Pour modeler le visage de la classe ouvrière, les étapes successives du développement économique se télescopent, et le prolétariat industriel n’est pas encore dégagé qu’il commence à se fondre dans le salariat. En s’affirmant, bien loin de rassembler, il relance la dispersion337 ; et, encore une fois, c’est la grande ville, Lyon notamment, qui accentue le trait.

Notes

329 Cf. Crebouw (Y.), ouvr. cit., t. I, p. 13 et suiv., qui note que la médiocrité des migrations professionnelles dans la France du XIXe a été telle qu’elle n’a attiré à aucun moment l’attention des pouvoirs publics et rejette les vraies mutations, avec la brutalité qui les accompagne, au lendemain de la Première Guerre Mondiale.

330 Léon (P.), Points de vue sur le monde ouvrier dans la France du XVIIIe siècle, IIP Conférence internationale d’Histoire économique. Munich, 1965, p. 181-185.

331 Et, ainsi, le comportement régional reproduit encore plus fortement ce qui s’était passé dans d’autres pays où l’industrialisation avait été plus brutale ; cf Crouzet (F.), Agriculture et révolution industrielle, Cahiers d'Histoire, t. XII, 1967, 1 et 2, p. 72, qui reprend les travaux britanniques de J.D. Chambers et E.L. Jones pour mettre en doute le rôle de libération de main-d'œuvre par les enclosures ; et, pour la France, les remarques de J. Marczewski, Le produit physique de l’économie française de 1789 à 1913..., in Cahiers de l’I.S.E.A., AF 4, p. 52 et suiv. : à aucun moment la population agricole n’a été chassée de ses terres ; et après 1880 même, la politique protectionniste de Méline a fortement réduit les effets de la baisse des prix ; affirmation qu’il faut tout de même nuancer pour la région lyonnaise.

332 Cf. Armengaud (A.), La population française au XIXe siècle, p. 65-70.

333 Sur le rôle de régénération des campagnes par l’essaimage textile, cf. Mathias (P.), The first industrial nation..., p. 60-61 ; en 1865, le sous-préfet de La Tour du Pin notait que la « ...multiplication des métiers à tisser la soie (avait) répandu l’aisance dans les campagnes... » ; de façon fort significative, il plaçait la remarque dans la rubrique « extinction de la mendicité » de son rapport (A.D.L, 52 M 45, Sous-préfet La Tour-du-Pin, 30.11.1865).

334 A noter le contre-sens fait sur le rôle des chantiers de chemin de fer, considérés en 1848 par un disciple de Le Play comme un puissant facteur de déracinement (et par Lefranc, G., Histoire du travail et des travailleurs, p. 267).

335 Un certain type d’immigration étrangère périodique de spécialistes, semblable à celle de l’Ancien Régime, survit donc dans la région bien au-delà de 1851, au contraire du reste de la France (cf. Armengaud, A., ouvr. cit., p. 93) ; tout comme une certaine mixité du travail caractéristique, ailleurs, de la première moitié du siècle ; cf. Markovitch, J., L’industrie française de 1789 à 1964, Cahiers de l’I.S.E.A., A.F.7, p. 74-75, qui conclut à l’émergence d’une classe ouvrière française au sens moderne du terme seulement sous le Second Empire mais la définit alors par une conscience collective et une tradition prolétarienne déjà formées : donc, par des critères tout à fait légitimes, mais qui n’ont rien d’économique.

336 Cf. Léon (P.), art. cit., IIIe Conférence mondiale d’Histoire économique..., p. 183, pour qui la ville apparaît comme « ... le véritable centre de formation du prolétariat en puissance... ».

337 Cf. Fohlen (C.), Qu’est-ce que la Révolution industrielle ?, p. 202 et suiv., qui pose le problème de l’unité de la classe ouvrière alors que la mécanisation multiplie les catégories et que le partage des tâches élargit leur éventail.

© Presses universitaires de Lyon, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search