Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Ouvriers de la région lyonnaise (1848-1914) - Volume 1

 | 
Yves Lequin

Conclusion

Texte intégral

  • 357 Cambon (V.), ouvr. cit., p. 119.

1En 1911, un observateur note : « ... on reconnaît que peu de pays présentent une synthèse de toutes les productions aussi complète que la région lyonnaise ; surtout si on y comprend le Forez et le Dauphiné... L’industrie n’y opère pas sans doute par grandes masses, mais elle y fabrique un peu de tout, et peut-être bien est-ce la cause de sa prospérité... »357.

2... Et aussi des difficultés à débrouiller les fils de son évolution, dans un exposé long, et qu’on avait cru pouvoir éviter. Mais, sans l’examen minutieux, pas à pas, des élans, des retours, des hésitations de l’industrialisation régionale, aurait-il été possible de comprendre, sans généralisation hâtive ni extrapolation douteuse, le développement saccadé, inégal de la classe ouvrière, tant dans ses effectifs globaux que dans sa répartition sectorielle ou géographique ! C’eût été en tout cas, pour expliquer les comportements, s’enfermer dans la conjoncture à court terme et se condamner à ne rien voir des pesanteurs et des continuités qui se dissimulent — et pas seulement dans le domaine des mentalités collectives — dans les méandres d’un processus d’industrialisation tortueux.

3Sans doute, ses grandes phases se calquent-elles sur celles de l’évolution nationale. La marche de la consommation charbonnière l’avait laissé deviner, l’étude de détail le confirme : la coupure des années 1876-1885 est bien décisive, et notamment pour les grands secteurs qui tirent la croissance. Avant elle, c’est un développement rapide et à peu près général ; à partir des années 1890, les transformations des marchés imposent une reconversion qui conditionne le redémarrage, avant que le XXe siècle n’implante des techniques totalement nouvelles. Mais celles-ci manquent encore d’ampleur, et il semble bien qu’il y ait perte relative de vitesse dans les années qui précèdent la guerre ; toutes les courbes — ou presque — dénotent le même essoufflement ; on sait ce qu’il est advenu de la part du charbon, ou de l’acier, dans la production nationale, et les soieries n’ont plus dans les exportations françaises la place qu’elles avaient au milieu du XIXe siècle. Première conclusion, dont il faudra examiner les effets sur le recrutement de la main-d’œuvre.

4Cependant, l’originalité du comportement régional est profonde à plusieurs titres. C’est, d’abord, jusque dans les années 1880, le développement parallèle et simultané des nouvelles industries lourdes et des secteurs dispersés, textiles notamment, dans la lancée du premier XIXe siècle ; l’unité est claire de la période 1815-1820 jusqu’en 1875-1885. On continue d’occuper cette place des produits de « qualité », largement exportés vers les grands marchés européens et même mondiaux qu’a laissée au continent, et plus particulièrement à la France, la « révolution industrielle » britannique ; qu’il s’agisse des soieries, des gants et des papiers de luxe, des mousselines de coton, etc..., toutes fondées sur l’abondance et l’habileté technique de la main-d’oeuvre. Et ce type d’industrie continue à s’étendre, au moins aussi vite que l’extraction et la grosse métallurgie, dont l’émergence appartient plutôt à la période antérieure, à la Monarchie de Juillet, autour de Saint-Etienne notamment. Puis se produit, après 1880, un étrange chassé-croisé : tandis que l’on s’oriente en Forez vers les spécialisations de haute qualité, textiles, cuirs, d’autres tendent de répondre à ce qu’on nomme, faute de mieux, la « démocratisation » de la clientèle, par un avilissement de la production où la mécanisation joue un rôle fondamental. Plus qu’ailleurs peutêtre, la machine remplace l’homme parce que celui-ci était particulièrement nombreux. Dès lors, on peut esquisser un modèle du recrutement, qui serait rapide, jusqu’aux années 1880 et suivi d’une contraction très forte de la demande à la fin du XIXe siècle et à la veille de la guerre, avec toutes les conséquences qu’elle impliquerait en d’autres domaines. Simple esquisse de travail, logique, mais qui reste à vérifier, que cette brutalité de mutation pour une région confrontée, tardivement, de par ses spécialités, aux problèmes de la révolution mécanique.

5Une seconde série de remarques risque pourtant d’en nuancer les effets ; elles tiennent à l’extraordinaire stabilité des aires géographiques sinon sectorielles ; une carte industrielle globale en 1914 ne serait guère différente d’un tableau de 1850, à quelques nuances près. Pas de mutations brusques, en effet, ou si peu : on l’a vu, celle du Forez est antérieure ; et l’élan qui emporte les vallées alpines est tardif, aux marches de la région, au début seulement d’un avenir brillant ; il empiète d’ailleurs largement sur des régions traditionnelles. Seul fait exception le Vivarais sidérurgique, entre un décollage et un effondrement également rapides. Partout ailleurs, au-delà de la violence des crises conjoncturelles, les changements se font progressivement, sans qu’il y ait rupture. Pour parler plus clair, il est exceptionnel qu’une industrie apparaisse ex nihilo, encore plus qu’elle soit liquidée sans renaître dans une autre ; mieux, il lui arrive — qu’on songe à la soierie, au coton, à la ganterie, à la quincaillerie — de pousser dans le terreau des activités agricoles, dans le cadre d’une économie rurale qui n’en est pas diminuée.

6Ainsi, on peut parler de « cycles » industriels — non pas au sens conjoncturel où on l’entend couramment — mais comme on distingue, dans l’économie de certains pays d’Amérique latine, des « cycles » du café, du sucre, du caoutchouc, etc... On a reconnu, pour le premier XIXe siècle, ces phénomènes de substitution, le tissage de soie qui s’installait là où l’on faisait la toile, les chapeaux ; plus intéressante est la pérennité du phénomène. Dans le Jura du Sud, à la fin du siècle, le peigne et les objets de celluloïd récupèrent, sur place, la main-d’oeuvre que libère la décadence de la tournerie et même de la soierie ; en Lyonnais et Beaujolais, la frontière est mouvante, dans un sens ou dans l’autre, entre la soie et le coton ; à Annonay, la mégisserie cède à nouveau la place à la tannerie qu’elle avait supplantée ; à Romans, c’est la chaussure et la chapellerie qui la remplacent ; à l’intérieur même du vaste et uniforme secteur soyeux, le tissage mécanique gagne, au début du XXe siècle, dans le Nord de la Drôme et de l’Ardèche, là où le « tirage » des cocons tend à disparaître ; autour de Saint-Etienne, les pièces détachées de bicyclettes, les boulons et les limes prennent la place exacte de la serrurerie et de la coutellerie d’hier ; il n’est pas jusqu’aux vieilles carrières de pierre de taille qui s’intègrent sans heurt dans la nouvelle fabrication des chaux et des ciments. Enfin, un certain nombre de secteurs font fi de la conjoncture à long terme, et poursuivent, on l’a vu, un essor régulier pendant presque toute la période.

7Donc, pas de phénomène massif de mutation tranchée. Sur un fond général qui participe aux grands rythmes de l’économie nationale, l’industrialisation de la région lyonnaise à la fin du XIXe reste fidèle à cette image éclatée dans l’espace qui était déjà la sienne, et s’adapte aux changements du marché par le perpétuel jaillissement d’industriesgigognes. Dans ce cadre, l’évolution de la main-d’oeuvre suit des voies bien particulières.

Notes

357 Cambon (V.), ouvr. cit., p. 119.

© Presses universitaires de Lyon, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site