Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Ouvriers de la région lyonnaise (1848-1914) - Volume 1

 | 
Yves Lequin

Chapitre II. L’essor de l’industrialisation régionale (1848 - 1914)

Texte intégral

1Ainsi, jusqu’au milieu du XIXe siècle, le mode régional d’industrialisation ne s’est qu’exceptionnellement traduit par la création de grandes unités de production et la concentration géographique de la maind’oeuvre. La sérénité retrouvée après les troubles économiques et les inquiétudes politiques des années 1845-1851 relance une expansion déjà bien amorcée et que soutient désormais la conjoncture générale. Elargie à partir de 1860 aux deux nouveaux départements savoyards, déjà foyer privilégié de la soierie, de l’extraction houillère et de la sidérurgie, la région lyonnaise va devenir le berceau de l’électro-chimie et de l’électrométallurgie et l’un des centres pionniers de la chimie, de l’automobile et de la construction électrique avec le XXe siècle naissant. Mais des années 1850 à la Première Guerre mondiale, l’évolution est loin d’être linéaire. Et avec elle, la demande de main-d’oeuvre oscille au gré des élans et des crises, des diversités de comportements sectoriels et des reconversions, des reclassements géographiques enfin : appel saccadé, de mutation en mutation, que suggère la variété même des activités.

2Or, le destin de la grande industrie, déjà si complexe, n’explique pas tout du rassemblement des masses ouvrières. Car l’extension du salariat industriel n’est pas le simple calque de l’industrialisation. Avec elle craquent les vieux cadres socio-professionnels ; en suscitant un nouveau type de division du travail, en spécialisant la main-d’oeuvre qu’elle recrute, naissent des marchés nouveaux de consommation à leur tour créateurs d’emplois. Ainsi, elle stimule indirectement des secteurs traditionnels, tels le vêtement et le bâtiment, avant de faire croître des activités tertiaires transformées dont les employés, sans oeuvrer toujours de leurs bras, sont bel et bien de la classe ouvrière par une commune condition salariale.

I – LA CONSOMMATION CHARBONNIÈRE, INDICE DE L’INDUSTRIALISATION

  • 1 Cf. Crouzet (F.), Un indice de la production industrielle française au XIXe siècle, Annales E.S.C. (...)
  • 2 Sur la méthode de la mesure par la consommation, voir Markovitch (J.-T.)., L’industrie française d (...)

3Le mouvement d’ensemble de la production industrielle régionale nous échappe encore sur le plan statistique. Car on ne dispose pas d’un indice global, même du produit physique, comme pour la France du XIXe siècle1. Son élaboration poserait d’ailleurs des problèmes délicats et différents, de sources et de pondérations, qu’il n’était pas de notre propos de résoudre ici. Sans doute n’y a-t-il pas parallélisme parfait entre production et emploi, surtout en période de progrès technique accéléré ; il n’en reste pas moins qu’ils sont liés dans le long terme. Et, dès lors, comment prendre la mesure de la demande de main-d’oeuvre par la grande industrie, démarche insuffisante mais nécessaire pour saisir l’évolution de l’emploi secondaire et tertiaire tout entier ? Il faut se résigner à une approche grossière de l’industrialisation par le biais d’indicateurs partiels ou indirects. Partiels, c’est-à-dire les livraisons de quelques produits de base, charbon, minerai de fer, fonte et acier ; indirects, soit la consommation des matières premières, comme la soie, quand c’est possible2. Plus que la logique, les lacunes de la documentation sérielle dictent les choix.

1. L’évolution des besoins charbonniers : la coupure des années 1880

  • 3 Pour l’utilisation de la consommation charbonnière comme indice-reflet de la croissance industriel (...)
  • 4 Nous renvoyons une fois pour toutes aux volumes quinquennaux, puis annuels de la Statistique de l’ (...)

4Le mouvement de la consommation du charbon constitue la seule possibilité d’approche synthétique. Car les besoins énergétiques constituent un dénominateur commun à toutes les branches de la grande industrie ; dans la seconde moitié du XIXe siècle, ils s’identifient à la demande de charbon. Sans doute, tous les secteurs n’en sont pas également dépendants, mais tous fondent, peu ou prou, leur croissance sur la houille3. Sa consommation reflète donc, en gros, les rythmes du développement industriel régional. Or, on peut la reconstituer avec précision, département par département, grâce à la Statistique de l’Industrie Minérale4.

5Le graphique no 3 reproduit l’évolution d’ensemble des années 1850 à 1914. La courbe correspond aux six départements de la région : on a laissé de côté Savoie et Haute-Savoie, dont on ne sait rien avant l’annexion de 1860 ; leur prise en compte ne se traduirait que par un léger décalage vers le haut sans grande signification. Bien sûr, ces tonnages englobent le chauffage domestique mais sa place restant à peu près constante, le mouvement d’ensemble n’est pas déformé.

6En gros donc, la consommation régionale augmente de 200 % entre 1851 et 1911, et de 104 % si l’on compare les moyennes décennales de 1851-1860 et de 1901-1910. Mais le mouvement de longue durée passe par trois phases très nettes : une forte progression jusqu’en 1880, une stagnation, puis une reprise, mais beaucoup plus modérée à partir de 1889.

Augmentation globale

Taux moyen annuel d’accroissement

1851-1880

+ 113,2 %

+ 2,6 %

1881-1888

stagnation

1889-1907

+ 11,5 %

+ 0,7 %

7En fait, le palier ascendant de 1851-1880 est lui-même complexe, et la croissance connaît un ralentissement à partir de 1871 : de 1851 à 1871, la consommation augmente de 92 %, mais de 10,5 % seulement de 1871 à 1880 ; et le taux moyen annuel tombe de 3,4 % à 1,4 %. Donc, au Second Empire correspond un accroissement rapide des besoins charbonniers ; lancé de loin, un rythme élevé (le plus fort, et de loin, de toute la période) ; bien que les moyennes mobiles masquent l’effondrement relatif de 1857-1858 (— 18,80 % en deux ans), et la gravité de ses séquelles : il faut attendre 1862 pour retrouver les tonnages de 1856. En aval, le mouvement ascendant déborde largement sur les années 1870, mais avec une vigueur bien moindre.

8Quant à la stagnation de la décennie 1880, elle dissimule en réalité, après plusieurs bons exercices, la forte contraction de 1884-1886, soit 21,25 % sur 1883, où les livraisons, il est vrai, avaient atteint un niveau record. Et si le mouvement s’oriente à nouveau à la hausse après 1889, celle-ci s’essouffle très vite : la croissance se traîne, comme si le ressort était brisé ; malgré des velléités de reprise à la veille de la guerre, la pente de la courbe tend très vite vers l’horizontale.

9Les moyennes décennales permettent d’affiner l’analyse en précisant les rythmes à l’intérieur des grandes phases :

Consommation annuelle moyenne (en tonnes)

 % d’augmentation sur la décennie précédente

1851-1860

1 879 500

1861-1870

2 608 700

+ 34,79

1871-1880

3 170 000

+ 21,51

1881-1890

2 992 000

- 5,60

1891-1900

3 744 700

+ 25,15

1901-1910

3 829 400

+ 2,25

10Elles confirment, sans plus, l’essor des premières décennies et sa décélération. Mais elles mettent mieux en évidence l’effondrement des années 1880, où il y a même une chute nette de la consommation en chiffres absolus, malgré une reprise assez rapide à compter de 1887 ; et encore bien plus la médiocrité de la première décennie du XXe siècle, où il y a quasiment stagnation par rapport aux années 1891-1900.

  • 5 Outre Crouzet (F.), art. cit., voir Léon (P). L’industrialisation en France en tant que facteur de (...)
  • 6 Cf. Crouzet (F.), art. cit., p. 86-88, qui révise l’image de la Belle Epoque, « ...moins brillante (...)

11La physionomie de la croissance et de ses rythmes qui se dessine, sur le long et le moyen terme, derrière la consommation de charbon, n’a rien de très original. Elle est à l’image de la France dessinée par d’autres sources et des méthodes plus complexes, et plus justes5. Mais il semble bien que le ralentissement de la fin du siècle soit plus accentué dans la région lyonnaise ; le développement industriel y marque nettement le pas à la veille de la première guerre mondiale6.

2. Reclassements géographiques

A. Vieux centres et pôles nouveaux

12Bien sûr, l’industrie régionale, c’est avant tout celle du Rhône et de la Loire. De 1851 à 1911, la consommation houillère y augmente respectivement de 200 % à 165 %. Signe déjà d’un élargissement géographique, puisque ce dernier pourcentage au moins est nettement inférieur à la moyenne régionale d’accroissement. Quant aux phases du mouvement de longue durée, elles sont différentes d’un département à l’autre :

13Ainsi, la hausse partie du premier XIXe siècle s’est poursuivie jusqu’en 1895 dans le Rhône. Elle s’y décompose en fait en trois mouvements d’allure inégale : très rapide jusqu’en 1869 (+ 115 % de 1851 à 1869), elle se ralentit plus tôt qu’ailleurs, dès les années 1870 (+ 13 % de 1870 à 1885), pour reprendre, avec plus de vigueur à compter de 1885 (+ 22 % de 1885 à 1895), mais sans retrouver les rythmes du Second Empire. Et la baisse des années 1880, plus médiocre qu’ailleurs (– 18 % en nombres absolus), plus étalée (de 1882 à 1886), est totalement gommée par les moyennes mobiles.

14La progression de la Loire est moins impressionnante dans les trois premières décennies (il est vrai qu’elle part de tonnages bien plus élevés) et c’est à partir de 1872 que le rythme se ralentit (+ 58 % de 1851 à 1872, + 15 % de 1872 à 1880, soit, par an, + 22 %, puis moins de + 2 %). Mais les années 1880 ouvrent une grave crise, forte et brutale (– 24,25 en deux ans, 1884-1885) ; et il faut attendre 1895-1900 pour retrouver le niveau moyen de 1880-1885. Cependant, à partir de 1888, il y a orientation à la hausse du mouvement de longue durée, modérément mais constamment, donc contraste avec le Rhône : la courbe s’y aplatit dès 1895 et s’affaisse avec le siècle nouveau ; à partir de 1899, la tendance à la baisse l’emporte et renverse le sens d’un mouvement pluridécennal. Pour l’heure, on ne peut que constater les divergences du comportement, sans les expliquer.

15L’analyse des moyennes décennales rhodanienne et forézienne n’apporte pas plus : mais leur comparaison avec celles des autres départements, y compris Savoie et Haute-Savoie est fort intéressante :

MOYENNES DÉCENNALES DE LA CONSOMMATION CHARBONNIÈRE, EN MILLIERS DE TONNES

MOYENNES DÉCENNALES DE LA CONSOMMATION CHARBONNIÈRE, EN MILLIERS DE TONNES
  • 7 9 ans, en fait, par suite du silence de la Statistique de l’Industrie Minérale en 1859.

Note 77

16Nombres qui représentent, d’une décennie à l’autre, un pourcentage d’augmentation ou de diminution encore plus significatif :

17De l’Ain, le département le moins industrialisé, il n’y a pas grand'chose à dire : les tonnages sont trop médiocres pour que leur évolution soit réellement significative ; elle est d’ailleurs à peu près calquée sur celle du Rhône. Beaucoup plus intéressantes sont l’Ardèche et la Drôme, entraînées dans les premières décennies, mais qui subissent plus profondément la crise des années 1880-1890 : ce qui est logique pour le travail de la soie, puisque l’on sait que c’est précisément ce qu’ont cherché en s’y installant les fabricants lyonnais. Dans la Drôme, s’il y a redressement après 1890, les nombres absolus de la dernière décennie ne parviennent pas à rattraper le niveau des années 1870. Et pour l’Ardèche, la dépression des années 1880 annonce une véritable décadence : à la veille de la guerre, la moyenne décennale est inférieure à celle de 1861-1870, à l’image d’un destin industriel foudroyé.

18Au contraire, le mouvement de l’Isère est, d’un bout à l’autre de la période, en progression, et subit une accélération après 1870, alors que, partout ailleurs, le rythme se ralentit ; le taux de progression reste élevé même dans les années 1880, et la décélération n’intervient, médiocrement, qu’après 1890. Savoie et Haute-Savoie ont le même destin, inégalement, et au début du XXe siècle connaissent les progrès les plus rapides de toute la région.

B. Un second souffle alpin

  • 8 On a rapporté, à l’intérieur de chaque décennie, la valeur en tonnes de l’année moyenne de consomm (...)

19L’image des consommations globales reste cependant grossière dans un espace qui connaît, à la fin du siècle surtout, des déplacements de population importants et contradictoires d’un département à l’autre. L’évolution du tonnage par habitant affine donc l’analyse ; bien loin d’en contredire les résultats, elle force le trait8 :

  • 9 Rappelons que la consommation française par tête d’habitant est, en tonnes : 1870 : 0,49 ; 1880 : (...)

CONSOMMATION DE CHARBON PAR HABITANT (EN TONNES)9

CONSOMMATION DE CHARBON PAR HABITANT (EN TONNES)        9
  • 10 La Loire en effet, qui avait gagné près de 50 000 habitants entre 1872 et 1881 n’en acquiert guère (...)

20Clair est le ralentissement de la croissance industrielle dans la Loire, à partir de 1871 ; et le paradoxal accroissement de 1881-1890 traduit en fait un palier dans l’augmentation de la population dû lui-même au marasme10. Pour le reste, les mouvements déjà mis en évidence se confirment ; perte de vitesse lyonnaise après 1900 ; effondrement ardéchois surtout, où la consommation par tête à la veille de la guerre est inférieure à ce qu’elle était à la fin du Second Empire : le cas est d’autant plus remarquable que depuis 1886, la population du département diminue régulièrement, plus vite à partir de 1896 ; il y a bien « désindustrialisation » d’un pays qui avait longtemps semblé terre bénie de la révolution industrielle. Les càs de l’Ain et de la Drôme apparaissent moins graves, et leur propre dépopulation nuance, corrige l’ampleur du recul tel qu’il apparaissait au travers des moyennes décennales en nombres absolus.

  • 11 Cf. Morsel (H.), art. cit., tableau no 2.

21Plus éclatant en paraît l’essor du Dauphiné et des deux Savoies. Le démarrage y est très lent, mais s’accélère au moment même où les pôles traditionnels de la croissance régionale s’essoufflent, à partir de la décennie 1870-1880. Dans les trois départements – et nulle part ailleurs – la consommation par tête d’habitant a été un progrès constant d’un bout à l’autre de la période. C’est là sans doute que la prise en compte de l’électricité hydraulique dans le bilan énergétique introduirait les plus fortes corrections : mais elles iraient dans le même sens11.

22Sans doute, à la veille de 1914 n’y a-t-il pas bouleversement total de la géographie, ni renversement de puissance dans l’industrialisation régionale. Rhône et Loire demeurent, de très loin, les principaux demandeurs de charbon :

PART DANS LA CONSOMMATION HOUILLÈRE RÉGIONALE :

PART DANS LA CONSOMMATION HOUILLÈRE RÉGIONALE :

23Mais leur part s’affaisse, en 50 ans, de 73,7 % à 69,8 % de l’ensemble : l’Ardèche s’effondre, la Drôme stagne ; au contraire, tous les autres pays à l’Est du Rhône progressent : le bloc alpin représente, au début du XXe siècle, moins du cinquième (18 %) ; mais, tel quel, il a gagné 7 points sur 1861-1870 (11 %), et les deux Savoies ont triplé leur pourcentage. Il y a bien un transfert du dynamisme vers l’Est, amorcé dans les années 1875-1895, en gros, et contemporain d’une cassure dans un rythme d’expansion jusque là très rapide des régions traditionnelles. C’est autour de ces années pivots que se joue le destin industriel de l’espace lyonnais ; comme celui de la France, plus encore peut-être, on le verra. Hypothèses méthodologiques pour l’heure, qui tracent l’ordre des matières et qu’il importe de vérifier, et surtout de préciser. Une analyse de détail, par secteurs, les transforme vite en certitudes.

II – DANS LA LANCÉE DU PREMIER XIXe SIÈCLE (1848 – VERS 1885)

24Car c’est bien la grande dépression des années 1880 – commencée ici bien avant, prolongée là bien après – qui introduit la véritable rupture dans le devenir industriel de la région lyonnaise tout entière ; pas de secteur qui y échappe, pas d’activité qui n’en sorte transformée. Mais jusqu’à la décennie 1870-1880, la croissance est générale, parfois très rapide, et sans rupture d’avec les voies tracées par le début du siècle, à quelques exceptions près, fort rares. C’est-à-dire selon deux modes radicalement différents de la mobilisation de la main-d’œuvre : d’un côté, concentration géographique relative et rassemblement, de l’autre, dispersion et du travail et des travailleurs. On sait que dans les deux cas cependant, c’est bien de grande industrie qu’il s’agit.

1. Les secteurs de rassemblement

25Il s’agit, à la fois, des domaines classiques de la « révolution industrielle », c’est-à-dire tout ce qui touche à l’extraction et à la métallurgie, pour l’essentiel du moins ; mais aussi de tous ceux où la complexité des techniques exige la concentration du matériel.

A. Charbon et fer : l’hégémonie forézienne

26Au milieu du XIXe siècle donc, la région lyonnaise est le siège du principal, et du plus dynamique complexe houiller et sidérurgique du pays. Son essor se poursuit, et même s’accélère après 1850, que permettent de saisir les courbes homogènes et suivies de la production et de la main-d’œuvre fournies par la Statistique de l’Industrie Minérale. Mais il eût été artificiel de regrouper tonnages ou ouvriers dans des séries globales pour une région où les centres demeurent malgré tout dispersés et ne suivent pas, au cours des décennies suivantes, la même voie. Il se trouve que la division géographique se calque sur la différence des destinées.

  • 12 Leseure (E.), Historique des Mines.... ouvr. cit., Gras (L.-J.), Histoire économique de la métallu (...)
  • 13 Pour le charbon notamment, les cadres géographiques de la S.I.M. manquent de rigueur : ici, ce son (...)

27C’est le développement du bassin de la Loire qui, toujours, domine le troisième quart du siècle, accentue les effets d’entraînement déjà repérés avant 1848, les étend à la région tout entière. La Statistique... est heureusement corroborée et complétée par des compilations d’érudits locaux compétents, comme Leseure, Ingénieur des Mines, ou liés aux milieux économiques, comme L.-J. Gras, Secrétaire Général de la Chambre de Commerce de Saint-Etienne12. Les séries foisonnent donc, moyennant quelques ajustements, réserve faite de quelques divergences mineures13.

  • 14 Cf. Gille (B.), La sidérurgie française..., ouvr. cit., p. 262 et suiv., sur la politique des gran (...)

28Le dynamisme forézien tient largement à l’impulsion de puissantes sociétés, sans cesse renforcées, et au recours permanent à l’innovation qu’elles pratiquent. L’histoire des firmes coïncide avec celle du renouvellement technique incessant, et plus d’une naît et grandit de l’exploitation d’un brevet, de l’introduction en France d’un procédé inédit de fabrication14.

  • 15 Cf. Guillaume (P.), La Compagnie des Mines de la Loire... ouvr. cit., p. 186 et suiv., et Gras (L. (...)
  • 16 Outre Gras (L.-J.), ouvr. cit., t. II, p. 746 et suiv., A.D.L., 81 M 14, Ingénieur mines Saint-Eti (...)
  • 17 La part des quatre Sociétés issues du Monopole diminue légèrement (51 %, mais 1 737 000 t) à cause (...)

29Sans doute le « Monopole » des houillères a-t-il dû renoncer dès 1854 ; les quatre firmes qui en sont issues demeurent néanmoins de belle taille, livrent 55 % de la production de bassin15. Elles héritent de son esprit d’entreprise et s’équipent pour répondre à l’accroissement de la demande, pour accélérer abattage et remontée. Dotées dès 1855 de lavoirs perfectionnés, les grandes Compagnies foréziennes multiplient par la suite fours à coke et unités d’agglomération des déchets16. A la fin du Second Empire, les six principales d’entre elles couvrent près des trois quarts de l’extraction17.

  • 18 Gras (L.-J.), Histoire... métallurgie..., ouvr. cit., p. 222 et suiv. ; Revue de l’industrie minér (...)

30Dans la sidérurgie18, la Compagnie des hauts fourneaux, forges et aciéries de la Marine et des Chemins de fer associe Petin-Gaudet aux Jackson, à partir de 1854. Elle achète en 1862 les installations givordines de la « Compagnie des hauts fourneaux, forges et aciéries du Rhône et du Gier », avant d’acquérir en 1866 les houillères de Fraisses et d’amodier celles de Roche-la-Molière. En 1855, elle applique le système de la « trempe » aux blindages et s’y assure une suprématie mondiale, livre les premières tôles d’acier pour chaudières et les premiers essieux de locomotives en acier fondu. Vers 1860, elle emploie 1 600 ouvriers à SaintChamond, 600 à Assailly, outre ceux de Rive-de-Gier, de ses hauts fourneaux corses de Tonga et de ses ateliers de Vierzon et de Persan. Après 1865, c’est à son exemple que le bassin tout entier s’oriente vers le maté riel de guerre et à l’imitation de Petin-Gaudet, qui s’était tourné dès les lendemains de 1848 vers les canons en fer, faisant breveter en 1849 le laminage sans soudure ; elle livre en 1865 ses premiers canons de gros calibre en acier, en 1866 des fusils en acier forgé. Et surtout, elle est l’une des premières en France à installer dès 1862, à Assailly, 3 convertisseurs Bessemer.

31Son équipement ne le cède alors qu’à celui de la « Compagnie des fonderies et forges de Terrenoire, La Voulte et Bessèges », née en 1859 : 6 Bessemer en 1869, outre 8 fours Martin, tous alimentés par ses hauts fourneaux ardéchois, à Lorette et à Terrenoire voués surtout aux fers ordinaires ; mais en 1872, elle moule les premiers aciers spéciaux au manganèse et au silicium. Dans la vallée du Gier, la « Société des fonderies et forges de l’Horme » développe ses hauts fourneaux, sur place et en Vivarais, ses forges de Saint-Julien-en-Jarez ; les frères Marrel disposent à partir de 1855 d’un marteau-pilon de 25 tonnes pour les pièces de grosse forge dans leur usine des Etaings, à Rive-de-Gier. A l’Ouest, dans la vallée de l’Ondaine, Félix Verdié et ses « Aciéries et forges de Firminy » (1854) jouent le même rôle pionnier que la Marine en bâtissant en 1866 les premiers fours Martin non expérimentaux ; il en ont 6 en 1869 ; « Claudinon et Cie » absorbe diverses petites entreprises entre 1852 et 1856, se spécialise dans les fers et les aciers laminés ; Jacob Holtzer – 500 ouvriers en 1860 – fabrique de l’acier moulé à Unieux et à Cotatay et produit régulièrement, à partir de 1877, des aciers au chrome. Enfin, après 1865, la « Compagnie des fonderies, forges et aciéries de Saint-Etienne » livre bandages d’acier et tôles de chaudière.

  • 19 Comité des Forges, ouvr. cit., p. 141-145, et 226-238 ; Gras (L.-J.), Histoires...métall (...)
  • 20 Revue de l’Industrie Minérale, 1944, art. cit., p. 205 et suiv. ; Léon (P.) La naissance (...)

32Quant au groupe rhodanien, intégré à la fois par sa proximité géographique et les liaisons financières, il continue à croître tout en gardant, largement, la priorité à la fonte. La « Société des hauts fourneaux et fonderies de Givors E. Prenat et Cie » (1853) monte 6 fours à coke, allume un troisième haut fourneau en 1870, et près d’elle s’organise, de 1861 à 1866, la « Compagnie de Fives-Lille »19. Sur la rive gauche, la société « Targe » de Givors en bâtit un à Chasse en 1856-1857, autour duquel naît, en 1873, la « Compagnie des Hauts fourneaux de Chasse ». Et près de Vienne, les « Fonderies et forges de Pont Evêque » qui succèdent à Frérejean se développent, après avoir renoncé à couler leur propre fonte ; au rythme des commandes ferroviaires, elles livrent rails, blindages et ponts métalliques, nonobstant quelques ralentissements conjoncturels20.

  • 21 Gille (B.), La sidérurgie française..., ouvr. cit., p. 284-285.
  • 22 Comité des forges, ouvr. cit., p. 116 et 145 et Revue de l’Industrie Minérale, 1944, art (...)
  • 23 Soit 34 900 sur 283 400 t.

33Ainsi, en 1869, – et en 1880 encore – cinq des compagnies régionales se classent parmi les quinze premières sociétés sidérurgiques françaises21. De 1860 à 1878, le nombre des hauts fourneaux au coke est passé de 8 à 13 – y compris le groupe rhodanien de la rive gauche ; en 1869, la Loire seule compte 16 fours Martin, sur les 24 en fonctionnement en France, et 19 sur 44 en 1878 ; et 7 convertisseurs, dont 2 à Givors22, livrent à eux seuls plus du tiers des produits finis français – des rails surtout – en acier Bessemer23.

  • 24 Sur la crise des houillères, notamment A.D.L., 10 M 31, police, 11,4 et 30.10.1849.
  • 25 A.D.L., 81 M.14, ingénieur Mines Rive-de-Gier, 26.12.1856 « ... on fabrique aussi peu que possible (...)
  • 26 A.D.L., 10 M 55, police Chambon-Feugerolles, 1.5,1859 et A.D.I., 52 MAO, bulletin du Maréchal de C (...)
  • 27 Sur les positions de la sidérurgie forézienne, et ses problèmes, à la veille des traités de 1860, (...)
  • 28 « ...les établissements métallurgiques...sont en pleine activité... », A.N., BB 30 379, proc. gal (...)
  • 29 A.N., F 1 C III, Loire, 6 ; le préfet note tout au plus, le 29.1.1865, que « la métallurgie subit (...)
  • 30 A.N., BB 30 379, proc. gal Lyon, 14.10.1869 et 21.1.1870 ; A.N., F 12 4511 B, Chambre Commerce Sai (...)
  • 31 A.N., BB 30 379, proc. gal Lyon, 7.10.1864 : « ...l’extraction de la houille a pris un développeme (...)
  • 32 Leseure (J.), ouvr. cit., p. 338-341, et A.N., C 3100 Comité houillères Loire,
  • 33 Soit 853 000 t en 1849, 881 200 en 1850, 831 400 en 1851, 939 200 en 1852 ; et 2 621 000 t en 1871 (...)

34Extraction charbonnière et production sidérurgique progressent sinon au même rythme du moins en étroite liaison (cf. graphiques nos 5, 7 et 8). La crise de 1848 a été, finalement, brève24 et dès 1849, il y a reprise généralisée. Pendant toute la décennie 1850-1860, la région semble avoir été handicapée par les hauts prix de ses houilles et de ses transports, gênée aussi par le décret du 15 octobre 1855 qui avait admis les fers étrangers en franchise. La crise de 1856 est fortement ressentie25, s’approfondit en 1857-1858 et déborde sur 1859. De 1857 à 1859, les coulées de fonte se sont effondrées de près de deux tiers, passant de 32 854 à 12 456 tonnes, et les fers marchands ont reculé de près du quart entre 1855 et 1859. Quant au malaise charbonnier, il se serait étalé jusqu’en 1860, malgré une reprise en 1859, après une brutale contraction en deux ans, de – 573 000 t, soit – 24 % (1856-1858)26. Les perspectives libre-échangistes qui s’amorcent alors suscitent de vives inquiétudes. Vaines27. Les traités agissent comme un puissant stimulant28 surtout sur l’acier, que le marasme de 1856 avait à peine touché (9 600 t contre 13 590 en 1855, et une reprise en forme d’expansion dès 1857, avec 15 120 t). C’est lui qui entraîne l’ensemble de la production forézienne, à vive allure à partir de 1860. Le mouvement de longue durée de la fonte (graphique no 7), à peu près stagnant de 1854 à 1859, progresse de 380 % jusqu’en 1879, à un rythme annuel supérieur à 8 %, à peu près égal à celui que l’acier soutient depuis 1851 ; les procédés Bessemer et Martin y entrent pour 55 % dès 1868, 60 % en 1869. Un léger ralentissement passe inaperçu entre 1863 et 186629 et le recul momentané de la fin 1869 à 1871 a des causes extérieures, bien sûr30. L’extraction charbonnière suit la demande, et ses progrès font l’admiration des observateurs ; au lendemain de la guerre franco-allemande et des troubles qui l’ont suivie, le bassin profite à plein de l’exceptionnelle conjoncture houillère internationale31. Comme la sidérurgie mais encore plus nettement, l’aire charbonnière s’étend vers Saint-Etienne et la vallée de l’Ondaine32 ; le groupe de Rive-de-Gier progresse en chiffres absolus jusqu’en 1861, à 686 000 t ; ce n’est cependant pas un record, puisqu’en 1846, année exceptionnelle il est vrai, il a livré 695 000 t. En fait, c’est une quasistagnation pendant la décennie 1850-1860, entre 580 000 et 650 000 tonnes. La progression du bassin reflète l’essor du groupe stéphanois, qui fait plus que tripler en 25 ans ; et sa part, qui était déjà de 58,5 % entre 1841 et 1850 s’enfle à 68,5 % pour 1851-1860, 80,6 % de 1861 à 1870 et 84,3 % entre 1870 et 1874 (cf. graphique no 5)33. Quant à la stagnation des fers, elle traduit, bien sûr, la mutation technique qui assure leur remplacement par l’acier.

  • 34 En nombres absolus, en tonnes :

35L’essor déborde largement, mais inégalement, au-delà du Second Empire. Si l’on prend l’année de production maximale, 1882 pour la fonte et l’acier, 1873 pour le charbon et 1872 pour les fers, la progression par rapport à 1850, premier exercice « normal » après la crise est respectivement de + 668 %, 2 367 %, 152 % et 140 % ; et entre 1850 et 1869, de + 338 %, 1 172 %, 90 % et 139 %34. Les moyennes décennales, en émoussant les nombres extrêmes, parlent d’elles-mêmes :

MOYENNES DÉCENNALES DE LA PRODUCTION EN TONNES

 

Charbon

Fonte

Fers

Acier

1841-1850

1 410 000

 

 

 

1851-1860

2 087 000

21 120

47 120

13 120

1861-1870

3 074 000

54 700

74 710

33 900

1871-1880

3 450 000

111 740

 

89 750

36Soit, entre 1871-1880, une augmentation sur 1851-1860 de 429 % pour la fonte et de 584 % pour l’acier, et de 104 % et 165 % sur 1851-1860 ; quant au charbon, l’extraction de 1861-1870, est supérieure de 117 % à celle de 1841-1850, et l’année moyenne 1871-1880 de 65 % sur celle de 1851-1860. En somme, une expansion rapide, tirée par les fabrications les plus modernes, assurée par la mise en place de moyens de production considérables, aux mains de sociétés intégrées de grande ampleur ; tous les traits, d’une « révolution industrielle », donc.

  • 35 A.D.L, 52 M 36, sous-préfet La Tour du Pin, 1.8.1858, et Léon (P.), ouvr. cit., t. II, p. 564-568. (...)

37Le complexe forézien et rhodanien rejette au second plan toutes les autres activités sidérurgiques et minières de la région ; sauf quand il les annexe pour appuyer son propre développement. Comme le gisement de fer de La Verpillière, en Bas-Dauphiné, exploité à outrance pour les besoins de Pont-Evêque, fondu en partie sur place dans deux hauts fourneaux ; l’extraction y progresse à un rythme rapide jusqu’à 21 600 t en 1860, puis recule très vite ; ses prix de revient trop élevés la font abandonner dès 1866. A Villebois, dans l’Ain, la production stagne, au travers d’une très grande irrégularité, atteint 21 000 tonnes, exceptionnellement en 1863, puis s’affaisse régulièrement pour disparaître au début des années 1880 (cf. graphique no 11)35.

  • 36 Pour l’ensemble du paragraphe, Cf. Reynier (E.), Mines, Métallurgie et Chemins de fer... ouvr. cit (...)
  • 37 S.I.M., 1847-1851. De 1847 à 1849, la production de fonte est respectivement de 21 548, (...)
  • 38 D’un coup, le minerai s’élève à 98 144 t. et la fonte à 32 712 t.
  • 39 La moitié seulement des hauts-fourneaux est à feu en 1858 ; cf. A.N., F. 1 C III, Ardèche, 8, préf (...)
  • 40 Soit 180 000 t sur 230 000 t vers 1864-1865 ; cf. Annuaire de l’Ardèche...pour 1868, p. 322.
  • 41 A.N. F. 1 C III, Ardèche, 8, préfet, 20.9.1858 ; Annuaire... pour 1861, p. 170, et Comité des Forg (...)

38D’une tout autre ampleur, d’un tout autre dynamisme est le centre du Vivarais36. Né du besoin de matières premières pour la sidérurgie forézienne, il partage son destin, pour le meilleur, et fonde son essor à la fois sur l’extraction et la fonte du minerai. Sans doute, la crise de 1848-1849 semble-t-elle assez profonde, et la reprise ne se fait guère avant 1851 ; de 1847 à 1849, le tonnage37 de minerai recule de plus de moitié, celui de la fonte de presque autant. Et le mouvement ne repart de l’avant qu’en 1852 ; mais aussitôt, il s’inscrit nettement à la hausse par rapport à 184638. Après un ralentissement marqué entre 1856 et 185839, celle-ci reprend, et le poids du minerai en 1860 triple par rapport à celui des années 1850 (cf. graphique no 13). 21 concessions sont alors en activité, pour la plupart autour de Privas : les mines de Veyras, de Saint-Priest et du Lac fournissent plus des trois quarts des livraisons ardéchoises40. Une partie est donc expédiée vers la Loire, Rive-de-Gier, et Pont-Evêque, Alès et Bessèges aussi, dans le Gard. Mais l’essentiel est traité dans les 14 hauts fourneaux qui coulent régulièrement vers 1858-1860 : 6 à La Voulte et 2 au Pouzin appartiennent aux Fonderies et Forges de Terrenoire, La Voulte et Bessèges, 5 au Pouzin, à la Compagnie de Lhorme ; 1 autre, à Soyons, à une petite société locale41.

  • 42 A.D. Ar. 217 M., Situations industrielles trimestrielles, 1861-1869.
  • 43 A.N. F. 1 C III, Ardèche, 8, préfet, 5.3.1866 : « ... il y a plusieurs hautsfourneaux éteints aux (...)
  • 44 Cf. Bozon (P.), Histoire du peuple vivarais..., ouvr. cit., p. 189-190.
  • 45 D’après la S.I.M., les tonnages sont en chiffres absolus :
  • 46 Reynier (E.), Mines, Métallurgie et Chemins de fer, ouvr. cit.

39Il n’y a pas d’installations nouvelles après 1860, mais la production reprend sa marche en avant. Les rapports préfectoraux ne tarissent pas sur la « prospérité », l’activité « soutenue », « très satisfaisante », « prometteuse »42, à peine marquée d’un léger ralentissement entre 1866 et 186843. En 1869, les 14 hauts fourneaux44 coulent 70 % de fonte de plus qu’en 1860, l’extraction a augmenté de 51 %. Et sur 1850, les tonnages respectifs de la fonte et du minerai s’inscrivent à + 831 % et + 379 %45. Les mines de fer semblent devoir tourner au pôle de développement et créer, sur place, un début de transformation du produit brut46.

  • 47 Sur l’évolution d’Allevard, cf. Léon (P.) La naissance de la grande industrie..., ouvr. cit., t. I (...)
  • 48 Comité des forges, ouvr. cit., p. 145-148.

40L’élan du Vivarais contraste avec le triste destin des centres du Dauphiné et de cette Savoie que l’annexion de 1860 a ouverte toute grande aux houilles et aux fers extérieurs. Là c’est, au mieux, la stagnation, plus souvent le déclin. Dans l’Isère, la concurrence des produits foréziens n’est pas nouvelle, et le malaise des aciéries durait depuis les années 1840. La seule usine à réagir – et à faire exception – relativement, c’est l’Allevard d’Eugène Charrière, qui développe sur place la production d’acier et se tourne vers les produits élaborés47. En 1852, on y installe une forge à l’anglaise, un laminoir ; on se lance en 1854 dans la fabrication des ressorts et dans celle des bandages de roues sans soudure selon une méthode originale. Le puddlage s’opère au charbon à partir de 1861, le haut fourneau est agrandi en 1864, et l’on aborde les blindages en acier. Enfin, en 1868, un four Martin-Siemens, qui restera longtemps le seul à l’est du Rhône atteste de l’attention aux techniques de pointe48. Au total, les coulées d’acier quintuplent de 1849 à 1869. La prospérité n’est cependant pas sans ombres : Allevard souffre, en Dauphiné même, de la concurrence des produits de Saint-Chamond, d’Imphy, et même de Grande-Bretagne, et de la baisse de ses prix de vente, 50 % entre 1860 et 1870. Quant à l’extraction du minerai, elle progresse jusqu’en 1860, subit une baisse assez forte ensuite, tombe à 4 800 t en 1862, pour remonter à 8 400 en 1869 ; mais ses prix de revient sont élevés, et les perspectives d’avenir semblent médiocres.

  • 49 Cf. Léon (P.). La naissance de la grande industrie, ouvr. cit., t. II, p. 564-566 ; le haut-fourne (...)
  • 50 S.I.M., 1847-1880, et Revue de l’industrie minérale, ouvr. cit., 1944, p. 144.
  • 51 Bozon (P.), L’industrie du Seuil de Rives, R.G.A., 1943, XXXI, p. 231 et suiv. ; Révollier, de Sai (...)

41En dehors, la fonte au bois piétine ; la construction du haut fourneau de Brignoud, près d’Allevard, en 1855, est un échec49 ; Rioupéroux est éteint de 1858 à 1869. Au total, des survivances, à l’écart du dynamisme industriel régional. Le nombre des aciéries diminue ou ne subsiste qu’au prix d’une étroite spécialisation : à Fourvoirie en Chartreuse, qui des tôles pour chaudières, s’oriente après 1858 vers les bandages de roues pour le matériel ferroviaire ; quelques fonderies à Voiron (1856) et Grenoble (1865) qui n’ont, pour l’heure, pas grande importance. Quant aux aciéries du seuil de Rives, elles sont en pleine décadence50 après 1860, malgré l’effort d’adaptation qu’y mènent les principales d’entre elles51.

  • 52 S.I.M., 1850-1875.

42L’extraction se modèle, pour les mêmes raisons, sur ce déclin. Le lignite de La Tour-du-Pin atteint un maximum en 1853, avec 29 200 t, puis décline très vite : de 18 000 t en 1855, il tombe au-dessous de 5 000 en 1858, se traîne de 1863 à 1869 entre 4 000 et 5 000, de 2 000 à 3 000 après 1870. Les gisements d’anthracite de l’Oisans ne sortent à aucun moment de leur médiocrité. Et le charbon de la Loire fait reculer La Mure dans sa propre aire de vente52.

  • 53 L’ouvrage essentiel est Barbier (V.), La Savoie industrielle, Genève-Bâle-Lyon, 1875, 2 vol., sur (...)
  • 54 Cf. Devant (Ch.) La mine d’Entrevernes, Annecy, 1941, p. 15 et suiv.
  • 55 Voir la description détaillée dans Barbier (V.), ouvr. cit., t. II, p. 103 et p. 191, et Revue de (...)

43Quant aux foyers savoyards, ils font bonne figure au moment de l’Annexion53. On tire alors 4 à 5 000 t par an d’anthracite en Maurienne, autour de Saint-Michel et de Modane ; du lignite près de Chambéry et surtout dans les Bauges du Nord, à Entrevernes, qui fournit ses 7 000 t à la métallurgie et à la Manufacture d’Annecy et Cran54. Sur des gisements de fer spathique, les trois hauts fourneaux de la Chaîne des Elurtières (Randens, Epierre, Argentine) livrent, en 6 à 7 mois, 2 500 t de fonte vers 1860. L’usine de Cran utilise depuis 1848 le gaz de son haut fourneau, créé en 1816, pour réchauffer des fours à puddler, et fournit vers 1860, avec 2 400 t de fers, le sixième de la production piémontaise55.

  • 56 A.N., BB 30 275, proc. gal Chambéry, 30.3.1864, qui souligne « ... l’impossibilité de lutter avec (...)
  • 57 La production annuelle moyenne de fonte pour la Savoie est, de 1860 à 1863, de 2 673 t., mais tomb (...)
  • 58 L’extraction passe de 6 800 t. dans les années 1860-1864 à 2 700 en 1865. Un redressement s’opère (...)
  • 59 On passe de 3 800 t. en 1860 à 9 000 t. en 1869 et 10 500 en 1870 ; il est impossible de suivre ap (...)

44L’Annexion avait suscité bien des illusions. En fait, elle coupe la Savoie de ses marchés traditionnels transalpins, met fin à la protection douanière dont les rois de Piémont avaient entouré sa sidérurgie ; les fers foréziens et anglais l’envahissent. Le déclin est très rapide en Maurienne ; on ne grille plus que 4 800 t de minerai en 1862, contre 7 200 en 1860 ; en 1867, un seul haut fourneau ne coule plus que 200 t et l’impossibilité d’appliquer le procédé Bessemer porte le coup de grâce56. Le minerai s’en va un temps vers Cran, qui assure sa survie en affinant des fontes britanniques, pour l’essentiel ; deux centres secondaires de fonderie, à Chambéry et à La Rochette, disparaissent entre 1866 et 1871. La production haut-savoyarde s’affaisse, celle de la Savoie tombe pratiquement à rien57. Le lignite d’Entrevernes décline avec Cran, s’effondre avec la Manufacture58. Seule résiste l’anthracite de Maurienne ; il progresse avec régularité, double presque en dix ans ; l’ouverture du tunnel du Mont-Cenis suscite de vifs espoirs dans le marché italien, et le bassin profite, au lendemain de la guerre, de la cherté des houilles françaises59 ; mais ses débouchés ne dépassent pas le cadre régional, et surtout, la houille savoyarde ne convient qu’à l’usage domestique ; les tonnages sont d’ailleurs d’une insigne médiocrité.

  • 60 Pour l’ensemble du paragraphe, cf. Laferrère (M.), ouvr. cit., p. 272 et suiv. p. 272, p. 282-288.
  • 61 A.N. BB 30 379, proc. gal Lyon, 10.7.1859, 5.4.1860, 10.10.1863 et 20.12.1868 ; A.N., F. 12 4532, (...)

45Enfin, constructions métallurgiques et mécaniques régionales apparaissent comme une simple annexe de la sidérurgie de la Loire, bien que leur géographie s’en distingue60. Car le matériel ferroviaire, qui entraîne toute la métallurgie différenciée et joue un rôle lourd d’avenir dans son implantation, s’installe dans l’agglomération lyonnaise pour l’essentiel, mais il a prospérité liée jusqu’aux années 1880 avec les aciéries et les hauts fourneaux foréziens. Avec eux, sa progression est un instant interrompue en 1858-1859, où une crise très violente est encore aggravée par la hargne des concurrences parisienne et strasbourgeoise pour l’équipement du P.L.M. ; en 1868, alors que le reste de l’économie lyonnaise se porte bien, mais après, il est vrai, une décennie de bonnes affaires61. Et ce n’est pas un hasard si la Compagnie des forges et aciéries de L’Horme rachète en 1877 les Chantiers de la Buire.

46Ceux-ci constituent le plus important des établissements lyonnais. Né à La Guillotière en 1849, il progresse très vite, à une production d’l million de francs en 1860, construit 700 wagons en moyenne par an de 1857 à 1867. Après lui viennent les Ateliers d’Oullins, dont les installations de grosse chaudronnerie et d’outillage passent en 1854 sous le contrôle de la Compagnie du Chemin de fer du Grand Central, c’est-à-dire Parent, Shaken et compagnie, eux-mêmes à l’origine de Fives-Lille qui est bientôt, on l’a vu, à Givors, avant d’être intégrés en 1861 au P.L.M. Quant à Seguin, de Perrache, il est dès 1854 rattaché aux chemins de fer du Rhône et de la Loire. Pas de grandes créations nouvelles donc, sauf J. Weitz qui commence à monter à La Mouche, en 1881, des véhicules pour voie étroite, mais un développement rapide des firmes nées dans la décennie 1840-1850, et qui fait, de la métallurgie différenciée, la seconde activité de la métropole lyonnaise grâce au dynamisme du matériel ferroviaire. Car les constructions navales, si elles progressent jusqu’en 1860, gardent des structures artisanales ; à partir de 1863, elles sont entraînées dans le déclin de la navigation rhodanienne que tue le chemin de fer ; et la grosse chaudronnerie, qui se spécialise dans les machines complexes de dimensions moyennes n’est qu’au début de son essor.

  • 62 A.N., F. 12 4476 E, préfet Rhône, 7.2.1865 ; à noter que le haut-fourneau de La Mulatière est défi (...)
  • 63 Cf. Blanc (P.), La draperie à Vienne..., p. 135 et suiv., et Léon (P.). La naissance de la grande (...)
  • 64 Perrin (M.) ouvr. cit., p. 222 et suiv. et Statistique de la France, 2e série, t. XIX, p. 296-297 (...)

47Aussi, à la fin du Second Empire, Lyon et sa banlieue n’avaient, outre Oullins, La Buire et la fabrique d’instruments de pesage Trayvou, née à La Mulatière en 1850, pas moins de 50 fonderies d’objets en métal, de 12 usines de constructions de machines et de 10 grosses chaudronneries62. En dehors, seul compte le centre de Vienne : la maison Jouffray y domine une quinzaine d’ateliers de constructions mécaniques, de fabriques de cardes, de fonderies comme celles des frères Gris et de Long et Compagnie, tous bien plus modestes63. Comme ceux du Forez, bien que les grandes usines intégrées s’annexent progressivement des ateliers d’ajustage ; en 1860, l’arrondissement de Saint-Etienne a 3 fabriques de machines à vapeur, 6 de chaudières, et 4 de mécanique, dont la production totale ne dépasse pas le million de francs, soit le quart des seuls Chantiers de la Buire64. Ailleurs, un peu partout, quelques dizaines de très médiocres établissements, et Joseph Vial, qui construit depuis 1855, à Rives, du matériel de papeterie, Diederich qui adjoint en 1868-1869 le montage des métiers à soie à son tissage de Bourgoin en sont à leurs tout débuts.

  • 65 Sur l’ensemble du paragraphe, cf. Pelletier (P.), ouvr. cit., p. 210-211 ; Gras (L.-J.), Histoire (...)

48Le destin des verreries enfin ressemble étrangement à celui du charbon et de la sidérurgie ; elles aussi se sont fixées à proximité des puits et partagent leur fortune jusqu’à l’horizon des années 1880 : mêmes ventes lointaines, même hardiesse des entreprises, même concentration géographique65. Ce qu’on appelle leur « monopole » (P. Hutter et Compagnie devenue en 1856 « Ch. Raabe et Cie ») est inspiré directement par la tentative avortée des houillères dont viennent d’ailleurs certains de ses dirigeants. Il rassemble 16 Compagnies et 37 fours, dont 7 à vitres et 22 à bouteilles, qui constituent l’essentiel de son potentiel de production. Rive-de-Gier est le cœur de sa puissance, avec 25 d’entre eux ; Givors en a 9, les autres se dispersent entre Vienne et Saint-Etienne. De 1858 à 1864, tous sont modernisés par l’adoption de générateurs à gaz, et les livraisons de bouteilles passent de 17 millions en 1854 à 25 en 1865 ; en 1867, le « monopole » adopte la forme d’une société anonyme.

  • 66 Dès le milieu du XIXe siècle, Rive-de-Gier a 28 fours, dont 15 à bouteilles. (A.D.L., 21 M-22, pol (...)
  • 67 A.N., F. 12 4476 E, préfet Rhône, 7.2.1865 ; A.D.R., 9 M. Situations industrielles, 1880-1881, et (...)

49Les sociétés dissidentes sont loin d’être négligeables telles J.-B. Neuvesel, qui reprend son indépendance en 1862 ; elles ont 14 fours à Rive-de-Gier même, dont 7 aux frères Richarme qui réorganisent leur usine en 1876-1877, inaugurent la fabrication continue et triplent leur productivité66. Givors est plus modeste, mais ne compte cependant pas moins de 9 établissements au milieu du siècle dont Neuvesel, la « Compagnie Générale » et Vallin et Cie, qui se lance en 1869 dans le verre à vitres67.

  • 68 Gras (L.-J.), ouvr. cit., p. 199.
  • 69 Id., p. 198 et Pelletier (P.), ouvr. cit., p. 217.

50Ainsi, la vallée du Gier relègue loin derrière elle les verreries stéphanoises et lyonnaises. A Saint-Etienne en effet se font et se défont un certain nombre d’établissements modestes, d’importance et de prospérité changeantes, dont se détachent Reynaud et la Veuve Saumont, séparée en 1860 de son frère Mesmer, de Lyon68, où la fabrication semble plus spécialisée, dans la gobeletterie notamment. Bien que secondaire, le centre lyonnais connaît une croissance réelle, même si elle est moins forte que celle de Rive-de-Gier : Dupuis dispose en 1867 de 2 fours à La Vitriolerie, et de 5 aux approches de 1880 ; avec lui, les usines les plus dynamiques sont les « Verreries de la gare », de Mesmer, et la cristallerie d’Oullins. Enfin, un peu à l’écart, le petit établissement forézien de Saint-Just-sur-Loire, né en 1826, là où le fleuve devient navigable, est repris par Pelletier et fils en 1865 ; ils le vouent aux verres de couleur, et ne tardent pas à y acquérir une certaine renommée69.

  • 70 L’enquête de 1873 est très incomplète, passe la Loire sous silence, dénombre 8 établissements dans (...)

51On ne dispose pas, hélas ! de séries de production qui donneraient la mesure exacte de l’essor ; mais il semble continu, tout juste ralenti quelques temps en 1867-1868, en 1871 et en 1873-187470. Et lui aussi participe de cet élan que le développement charbonnier du Forez imprime à toute une fraction des industries régionales.

B. Hors de l’emprise charbonnière, un jaillissement rapide et éclaté

  • 71 Blanc (P.), ouvr. cit., p. 10 et suiv. ; Urbal (D.), L’industrie drapière de Vienne...1911, p. 118 (...)

52Ainsi, sujétion charbonnière et influence forézienne entraînent quelques-uns des secteurs essentiels, tracent les lignes de leur destin, remanient leur géographie. Hors d’elles, rares sont les centres qui empruntent les voies semblables de la concentration dans l’espace et dans le mode d’organisation : sans liens étroits avec le reste de l’activité régionale, implantés là par la tradition (papeterie), ou les contraintes d’une matière première pondéreuse (chaux, ciments) ils ne participent pas moins à l’essor industriel que porte la conjoncture générale, et, souvent, d’une manière très forte. Parmi eux, la draperie viennoise71, qui se distingue ainsi des autres industries textiles.

  • 72 A.N., F. 1 C III, Isère, 7, sous-préfet Vienne, 2.3.1854 : « ... elle ne fabriquait autrefois que (...)

53Sa spécialité, le drap « Renaissance » est en effet une étoffe commune, qui se vend aux deux tiers sur le marché national pour la confection masculine de qualité courante. Or, les ventes sont vite stimulées par l’enrichissement de la masse paysanne sous le Second Empire, et par l’ouverture de la ligne P.L.M. qui permet les expéditions dans une aire élargie. Le dynamisme des industriels viennois, qui savent concentrer leur fabrication et diversifier leurs produits72, les bas prix de revient permettent ainsi de résister victorieusement aux lainages belges et britanniques après les traités des années 1860, qui agissent finalement comme un stimulant.

  • 73 Cf. Chatain (C.), ouvr. cit. p. 45 : les 90 000 pièces de 1852-1860 sont de 25 mètres chacune, et (...)
  • 74 Statistique de la France, 2e série, t. XIX, p. 294-297.
  • 75 A.D. I., 138 M 12, Situations industrielles, 1868-1869 ; les données de l’Enquête de 1873 sont tro (...)

54Aussi l’essor est-il très rapide, soutenu par les progrès de l’outillage : le nombre des métiers passe de 800 dans les années 1830 à 1 258 en 1857 et 3 600 en 1869. La production suit, à 130 000 pièces annuelles en moyenne entre 1852 et 1860 contre 90 000 de 1852 à 186073. Au moment de l’Enquête industrielle, autour des 200 tissages fonctionnent, à leur service, 8 ateliers d’effilochage des chiffons et 22 de foulons, 18 filatures et cardages qui doublent le nombre de leurs broches en vingt ans74. En 1869, la concentration fait baisser le nombre des établissements, mais il faut aussi y ajouter une demi-douzaine de teintureries75. Et les commandes militaires de 1870-1871 viennent relancer un élan qui se poursuit jusqu’en 1875.

  • 76 A.D.I. 138 M 10 à 14, Situations industrielles, 1856-1873 ; Statistique de la France, 2e série, t. (...)

55En Dauphiné et en Vivarais, la papeterie prend aussi son envol par la spécialisation, mais, au contraire de la draperie, dans les belles qualités : papier sans colle pour l’impression lithographique et le dessin, papier pour billets de banque, papier photo dont Blanchet-Kléber, à Rives, commence la fabrication dès 1850 et conserve le monopole en France pendant de longues années. Vers 1860, la région lyonnaise tout entière produit un peu plus de 12 450 tonnes ; l’Isère se taille la part la plus forte, avec 7 198 t, dont 3 064 dans les 9 établissements du seul arrondissement de Grenoble. C’est d’ailleurs en Graisivaudan que se multiplient les usines, à Domène en 1854, et surtout après 1860, à Pontcharra et à Lancey notamment en 1867-1869. Au total, le département compte alors 31 papeteries, dont 10 autour de La Tour du Pin qui livrent 1 743 t et 7 autour de Vienne, avec 1 850 t ; encore l’Enquête semble-telle incomplète, puisque les situations industrielles de 1861 n’en relèvent pas moins de 38. En 1873, il y en aurait 44, et la production a bondi à 10 565 t, de plus d’un tiers ; et l’on vient de 1 680 en 1838. Le groupe de l’Isère est alors le premier de France, avec près de 8 % des fabrications totales76.

  • 77 A.D. Ar. M 217 et 218, préfet Ardèche, 19.10.1867 et Situations industrielles, 1858-1868 ; Statist (...)

56La progression est la même en Vivarais, qui connaît de 1858 à 1868 au moins une activité soutenue, sans autres ralentissements que ceux imposés par la saison. En 1860, la production est de 2 520 t., dont 1 920 pour Annonay et 600 pour les deux usines de la région d’Aubenas ; elle est, à l’approche des années 1880, à 4 900 t., Annonay représentant 3 500 t. Donc, un doublement en vingt ans. En même temps se sont créées à côté ou dans la mouvance des vieilles dynasties papetières, de nouvelles usines : l’ensemble passe de 7 établissements en 1856-1860 à 9 en 1862, une dizaine vers 1869-1873, 15 à 17 en 188077.

  • 78 Statistique de la France, 2e série, t. XIX, p. 326-327 ; A.N., F. 12 4511 B, préfet Loir (...)
  • 79 A.N., F. 12 4499, Situations industrielles, Die, 1873-1887 ; Statistique de la France, 2e série, t (...)
  • 80 A.D.S, 33 M I (1), préfet Savoie, mai 1880 et Statistique de la France, 2'série, t. XIX, p. 608-60 (...)

57Les autres centres comptent moins, mais leur progrès est attesté un peu partout : rapide ici, dans la Loire, où l’usine de Villerest, près de Roanne, stagne jusqu’en 1860 (755 t), puis s’envole78 ; dans la Drôme où 6 usines livrent alors 931 t, contre 217 en 1843, pour s’élever à 1 498 en 187379. Plus modeste ailleurs, dans l’arrondissement de Belley, en Savoie, où Saint-Alban se distingue des 2 autres usines par son ampleur, et dans la banlieue d’Annecy ; mais ces médiocres établissements sont parfois promis à un bel avenir, et ne ternissent pas, loin de là, l’image d’ensemble80.

58Enfin, d’autres secteurs regroupés connaissent eux aussi un rapide essor, mais il n’est que l’amorce d’un avenir encore plus brillant. Soit que s’esquisse la mutation d’une activité traditionnelle, comme pour les cuirs ; soit qu’un changement de taille entraîne une transformation de qualité, dans la chapellerie de Chazelles, par exemple ; soit qu’une mutation technologique crée une branche totalement nouvelle, telle la fabrication des ciments hydrauliques.

  • 81 A.D. Ar. 217 M, préfet, 2.6.1857 ; Albigny (P.-d’) ouvr. cit. lre partie, p. 66-67 ; Joanne (A.), (...)
  • 82 A.N., F 12 4476 D, préfet Ardèche, 21 et 27.1.1858 ; la crise avait déjà été très fortement ressen (...)
  • 83 Statistique de la France, 2e série, t. XIX, p. 172-175 ; Léon (P.), La naissance de la g (...)

59Le destin des industries du cuir est d’ailleurs inégal. Sans doute, la mégisserie d’Annonay81 continue à progresser aux dépens des tanneries locales et régionales ; elle se spécialise dans l’article de luxe, les peaux de chevreaux pour la ganterie, dont elle partage le monopole national avec Millau, pénètre les marchés extérieurs et vend une partie de sa production aux Etats-Unis notamment ; vers 1874-1875, elle livre 8 millions de peaux par an, contre 6 980 000 en 1860. L’essor reste donc modéré, eu égard aux rythmes du développement régional, et on semble bien avoir atteint un sommet entre les années 1866-1870. De fait, après un allant réel dans la première décennie du Second Empire, la mégisserie souffre d’une baisse des marges bénéficiaires que provoque le renchérissement du prix des peaux brutes, et elle est très fortement secouée en 1857 et surtout de 1860 à 1862 par la baisse des achats américains82. Les ateliers sont nombreux, 80 environ pendant toute la période, et médiocres. A Romans, dans la Drôme, la physionomie d’une mégisserie vivace mais traditionnelle n’est guère différente, dans une douzaine d’établissements en 1860, que d’ailleurs l’Enquête ignore, et 17 en 1869. Mais un renouveau de l’agglomération de Bourg-de-Péage - Romans est en train de s’opérer avec la fabrication de la chaussure, à l’aube d’un développement prodigieux, fondé au départ sur la spécialisation dans la galoche ; 7 ateliers en 1867, outre 6 galocheries et 5 usines de sabots exportent déjà une partie de leurs produits et s’avancent hardiment dans la voie de la mécanisation, pour la couture du cuir notamment. Dans les Terres Froides, Izeaux subit la même transformation, mais se voue à l’article plus ordinaire des gros brodequins faits à la main pour la clientèle régionale dans 7 ou 8 petits établissements. Et, là aussi, les commandes militaires de 1870-1871 accentuent l’expansion83.

  • 84 A.D.L., 92 M 13, police, 27.4.1873 ; Aulagnier (C.), Notice sur la ville de Chazelles, 1895, p. 42 (...)
  • 85 Bien que le nombre des ateliers demeure stable : 42 en 1865, 45 en 1866 et 52 en 1872 pour une qui (...)
  • 86 Léon (P.), La naissance de la grande industrie,... ouvr. cit. t. II, p. 630-631.

60Quant à la chapellerie de Chazelles84, dans la Loire, elle accède à partir de 1850 au marché lyonnais, met en place une sorte de partage du travail en lui réservant le finissage. Les traités de 1860, les liaisons ferroviaires élargissent ses ventes, et, dans les années 1870, sa production est de 18 000 à 20 000 chapeaux par semaine, contre 4 000 à 5 000 en 1850 et un peu plus de 12 000 vers 186085 ; et on commence à faire sur place toutes les opérations de finissage. A partir de 1860, une fièvre semblable atteint Romans et surtout Bourg-de-Péage, qui compte en 1865 une vingtaine de fabriques ; l’artisan de l’essor est Mossant, inventeur du chapeau « souple » dans les années 1850, dont la renommée s’étend très rapidement ; le vaste établissement qu’il dirige comprend à la fois des installations de foulage, de « bâtissage » et de finition et entraîne l’ensemble à grande allure86.

  • 87 Statistique de la France, 2e série, t. XIX, p. 2-9, 42-47, 172-175, 290-297, 318-327, 56 (...)
  • 88 A.N., F. 1 C III, Ain, 6, sous-préfet Nantua, 31.3.1859.
  • 89 Trenard (G. et L.), Le Bas Bugey, 1951, p. 321.
  • 90 Léon (P.), La naissance de la grande industrie,... ouvr. cit. t. II, p. 629-630.
  • 91 En 1860, le seul arrondissement de Privas livre 562 250 hl de chaux, soit le tiers de la productio (...)
  • 92 A.D. Ar, 217 M et 218 M, Situations industrielles, 1858-1868 ; Notice sur les usines et chaux hydr (...)

61Enfin, l’apparition des ciments spéciaux transforme totalement la géographie de la chaufournerie, jusque là restée rurale, saisonnière et omniprésente ; elle ne disparaît d’ailleurs pas totalement : en 1860 encore, les fours dispersés sont au nombre de 210 dans toute la région, sans compter ceux qui sont utilisés pour le plâtre87 ; et parmi les centres d’extraction de la pierre de taille, certains sont de belles dimensions, dans le Jura du Sud, que stimule la construction de la voie ferrée LyonGenève88 et surtout Villebois-Montalieu qui colle à la construction lyonnaise, épanouie par les transformations qu’y accomplit le préfet Vaïsse. D’une tout autre ampleur, d’un tout autre avenir cependant sont les exploitations et les usines qui s’établissent dès les années 1850 pour fabriquer la chaux hydraulique : à Virieu-le-Grand, dans le sud de l’Ain, où le calcaire est transformé en ciments Portland89 ; autour de Grenoble surtout, où les premières entreprises sont venues en 1842 : comme Arnaud et Courrier à compter de 1850, Dumollard et Viallet qui livrent ciments prompts et lents, moulent des cuves de vastes dimensions, pour répondre aux commandes importantes de l’armée et des Ponts et Chaussées ; Vicat, installé près de Vif en 1857, et dont les 55 fours livrent 40 000 t par an90. En Ardèche enfin, à Viviers et à Cruas, où les Pavin de Lafarge implantent les bases d’une puissance qui deviendra formidable, au cœur d’une zone où les fours à chaux étaient particulièrement nombreux91. Eux-mêmes en ont 10 en 1845, 20 en 1852 et 34, tous à feu continu, en 1867, de 500 m3 de calcaire concassé par jour, ils tirent alors 90 000 t de chaux, contre 20 000 t en 1860 ; il est, dans toute la région, peu d’exemples d’un tel jaillissement, et la chaux hydraulique, dont la part grandit après 1863, traverse sans recul toutes les vicissitudes conjoncturelles dont sont accablées les qualités ordinaires92.

2. L’essor parallèle des industries dispersées

62L’essor des secteurs concentrés ne se fait pas aux dépens des industries qui ont choisi, largement, le système de l’entreprise. Bien au contraire, il y a parallélisme dans la marche en avant, selon des voies différentes, avec des chances inégales. Plus que tout autre, la Fabrique lyonnaise de soieries y enracine une réussite qui la hisse à une prospérité encore jamais atteinte.

A. L’apogée de la Fabrique traditionnelle de soieries

  • 93 Sur l’ensemble de la période, cf. Pariset (E.), Histoire de la Fabrique..., ouvr. cit. notamment p (...)

63Le malaise du milieu du siècle n’a pas marqué de rupture. Le grand mouvement d’expansion parti des années 1830 repart vite, de plus belle, très loin vers l’avant93.

64Le long lamento qui s’élève au travers de Pariset, son historiographe officiel, et met l’accent sur les dégâts de la guerre civile américaine dans les années 1860, la réduction des achats britanniques et les incertitudes de la mode, déjà, ne doit pas faire illusion.

65De fait, le mouvement annuel de la Condition des Soies (cf. graphique no 13) est haché de contractions fréquentes et vigoureuses : en 1851 ; en 1857, où elle atteint 28,3 % sur 1855 ; en 1861, de près de 16 % en 3 ans ; en 1866, où elle se creuse de 28,3 % ; en 1870 et en 1873. Et le mouvement de longue durée connaît une stagnation certaine entre 1860 et 1870.

  • 94 A.N., F. 1 C III, Rhône, 5, sous-préfet Villefranche, 13.10.1856.
  • 95 A.N., BB 30 378, proc. gal Grenoble, 23.12.1856.
  • 96 A.N., F. 1 C III, Ardèche, 8, préfet, 7.1.1857.
  • 97 A.N., BB 30 379, proc. gal Lyon, 3.11.1857.
  • 98 A.N., F. 1 C III, Isère, 7, préfet, 3.12.1857 et A.D.I., 52 M 35, sous-préfet La Tour-du-Pin, 3.10 (...)
  • 99 A.N., F. 1 C III, Isère, 7, préfet, 4.1.1858 et BB 30 378, proc. gal Grenoble, 10.12.1857.
  • 100 A.N., F. 1 C III, Ain, 6, sous-préfet Belley, 31.12.1857.
  • 101 A.N., BB 30 379, proc. gal Lyon, 14.1.1858.
  • 102 A.N., F. 12 4476 D, préfet Ardèche, 2 et 29.10.1857.
  • 103 A.D.I., 53 M 36, sous-préfet La Tour-du-Pin, 1.2 et 2.3.1858 et A.D.D., M. 1297, préfet Drôme, fév (...)

66Chaque crise est d’autant plus fortement ressentie qu’elle s’étale dans le temps pour atteindre successivement chacun des multiples secteurs de la Soierie, et dans l’espace, puisque la Fabrique s’est soumise toute une région. Ainsi en 1857 : la pulsation de la courbe annuelle traduit en réalité un marasme qui s’installe, de proche en proche, de l’automne 1856 jusqu’au printemps 1858. Dès octobre 185694, les commandes font défaut à Lyon : plus de travail, on démonte le tiers des métiers urbains ; en décembre ferment les usines à soie de la Drôme95 ; c’est le tour de l’Ardèche en janvier 185796. Printemps et été ne valent pas mieux : « ... le travail est plus suspendu dans nos fabriques... qu’il ne l’a été depuis dix années. Se relèvera-t-il97 ? et quand ? » En octobre, les deux-tiers des métiers chôment encore à Lyon, un tiers dans l’arrondissement de La Tour-du-Pin98. Puis, en décembre, le Dauphiné se rassure à Vienne, à Bourgoin, mais il s’alarme à Saint-Marcellin, où la crise s’aggrave99. Et rien ne va plus en Bugey100, en Forez ; dans les Monts du Lyonnais101, en Ardèche où les inondations accroissent les malheurs du temps : on y craint le pire pour l’hiver qui vient, on scrute la situation américaine, et la révolte des cipayes ne va-t-elle pas compromettre la récolte des soies bengalies102 ? Puis tout repart au début de 1858 : faut-il y croire ? on doute un moment ; en vain, la Drôme seule reste quelque temps à la traîne103.

  • 104 A.N., BB 30 379, proc. gal Lyon, 12.10.1859.
  • 105 A.N., F. 1 C III, Rhône, 5, préfet, 14.10.1859 et BB 30 379, proc. gal Lyon, 5.4.1860, 4.4. et 4.5 (...)
  • 106 A.N., BB 30 382, proc. gal Nîmes, 13.1.1866 et F. 1 C III, Ardèche, 8, préfet, 2.12.1856 et 4.1.18 (...)
  • 107 A.N., F. 12 4476 E, préfet Rhône, 19.11.1865 et BB 30 379, proc. gal Lyon, 6.10.1866.
  • 108 A.N., F. 1 C III, Isère, 7, préfet, 6.7.1866 et 7.5.1867, et B.B. 30 379, proc. gal, Grenoble, 29. (...)

67Exemple d’une crise, qu’on pourrait répéter : le schéma est toujours le même. Car la Fabrique, il n’est guère original de le souligner, a la fragilité des industries de luxe, une dépendance des marchés extérieurs exceptionnelle, donc une sensibilité accrue non seulement à la conjoncture générale économique, mais aussi à l’ambiance politique. D’où la profondeur du marasme en 1860104 amorcé par les bruits de bottes italiens à la fin de 1859, approfondi ensuite par les « désastreux effets » de la guerre américaine105. De même, en 1866, le malaise rampe de novembre 1865 à la fin de 1867, ferme tour à tour filatures et moulinages du Vivarais et de la Drôme – plus de la moitié106 –, arrête d’emblée 30 000 à 40 000 métiers107, puis 50 000 au moins en octobre 1866108. La crise économique générale est en cause, mais aussi le conflit austroprussien, l’Italie et l’Espagne fermées, les Etats-Unis mal remis, et il vient si peu de commandes anglaises.

  • 109 A.N., F. 12 4532, Chambre Commerce Lyon, 16.1 et 10.3.1871.

68Mais l’enthousiasme des préfets et des procureurs généraux – qui enregistrent les phénomènes de surface – est au moins aussi fréquent que leurs alarmes. Car la contrepartie des effondrements, ce sont des remontées impressionnantes. En définitive, c’est la croissance qui l’emporte derrière les contrastes au jour le jour. La sensibilité même de la Fabrique est la rançon de son succès sur les marchés mondiaux. Et, de fait, en 1870, les achats des neutres anglo-saxons soutiennent magnifiquement les fabrications d’étoffes de soie pure unie, c’est-à-dire de l’essentiel ; et, on l’admet, la crise n’a jamais tourné au désastre109.

  • 110 Cf. Pariset (E.), ouvr. cit. p. 365, 373 et suiv. ; Clerget (P.), Les industries de la soie en Fra (...)

69Car la Fabrique, à la fin du Second Empire, exporte à peu près 78 % de sa production. Son premier client est, de loin, la Grande-Bretagne que le traité de 1860 a largement ouverte ; elle absorbe surtout les belles qualités de soie pure unies, dont elle réexpédie d’ailleurs une partie. Les achats des Etats-Unis, le second grand débouché, fléchissent en 1860 bien sûr, mais aussi après la mise en place, en 1861 et 1864, de droits prohibitifs ; simple alerte, vite effacée par une très vive reprise, et à la veille de 1870, le handicap est largement surmonté. Au total, les pays anglo-saxons accueillent plus des trois-cinquièmes des ventes lyonnaises, et, en 1871, la Fabrique entre, en valeur, pour plus de la moitié de toutes les importations américaines en provenance de la France ; Bâle et Zurich, quant à eux, sont des centres de redistribution vers l’Allemagne méridionale et les pays du Danube ; le reste des pays germaniques, l’Italie, l’Espagne enfin sont des marchés secondaires, mais non négligeables110. Ainsi, la Fabrique s’impose à ses rivales suisse, cependant fort bien équipée, piémontaise et rhénane, malgré leurs progrès, particulièrement nets depuis 1860 ; et son succès sonne le glas des tissages britanniques, longtemps protégés, réduits à la consommation locale des étoffes communes.

  • 111 D’après Pariset (E.), ouvr. cit. note 2, la « charge » en noir peut augmenter le poids jusqu'à 400 (...)

70Pour répondre à cet appel d’horizons véritablement mondiaux, sans cesse élargis, la Fabrique révèle, malgré crises et plaintes, une réelle aptitude à s’adapter aux mutations de la demande et de l’ambiance économique. Elle sait imposer au goût, après 1860, ses belles étoffes pures unies, en noir notamment, en place des « façonnées » désormais rejetées, et qui avaient fait sa gloire. Privée des grèges françaises, quand les élevages de vers à soie sont ravagés par la flacherie et la pébrine, elle s’empresse vers les fils asiatiques. Contre la montée des prix de la matière première, elle fait « charger » la fibre par ses teinturiers, augmente ainsi le poids des étoffes, et elle aborde la fabrication de tissus moins coûteux, comme les « failles », à partir de fils « souples », donc moins onéreux. Enfin, elle relance et accélère l’essaimage des métiers111.

  • 112 Cf. chapitre I, note 149 et A.N., C. 3021, Enquête parlementaire..., réponse du Conseil d’hygiène (...)
  • 113 Pour reprendre une formule heureuse de Laferrère (M.), ouvr. cit., p. 164.

71On ne dispose malheureusement pas d’une statistique précise et régulière du nombre des métiers et de leur implantation. Mais il semble bien, d’après des comptages approximatifs, que l’ensemble double entre les années 1850 et 1872, passant de 60 000 à 120 000112. Seule la diaspora régionale profite de cet accroissement, la Fabrique continue d’étendre, pour satisfaire des marchés agrandis, les formes de l’Ancien Régime113, c’est-à-dire les métiers à bras des ateliers familiaux.

  • 114 35 215 d’après l’Enquête industrielle de 1860 (Statistique de la France, 2e série, t. XIX, p. XXI) (...)
  • 115 Pariset (E.), ouvr. cit., p. 398.

72La part de Lyon en effet tombe de la moitié de l’ensemble à un peu plus du quart, stagne autour de 35 000 métiers à partir de 1860, avec des variations infimes114, et sans qu’il y ait, semble-t-il, recul en chiffres absolus ; bien que Pariset s’arrête à 30 000 en 1872, ce qui laisserait supposer un léger recul sur 1856, de 5 000 donc, et hausse le nombre des métiers ruraux à 80 000115. Si le mouvement n’est pas facile à mesurer exactement, son sens et son ampleur n’en sont pas moins évidents, et plus que jamais la Fabrique accentue son rôle d’animation de l’expansion industrielle régionale.

  • 116 Cf. Léon (P.), La naissance de la grande industrie... t. II, p. 581-586 et p. 600 et suiv. ; Fohle (...)
  • 117 Laferrère (M.), ouvr. cit., p. 131.
  • 118 Jouanny (J.), ouvr. cit., p. 53 ; on ne peut guère tenir compte de l’Enquête de 1860 qui néglige l (...)
  • 119 Cf. A.D.I., 138 M 12, Situations industrielles, 1869 et les cartes de Jouanny (J.), ouvr. cit., p. (...)
  • 120 La crise de 1867 semble porter le coup de grâce au languissant coton du Dauphiné (cf A.D.I., 166 M (...)

73C’est vers l’Est que s’étale le plus fortement la tâche d’huile de l’essaimage ; la soie y profite du déclin des textiles traditionnels et, en même temps, l’accélère, parfois jusqu’à complète disparition. Dans l’Isère116, les fabricants lyonnais sont accueillis avec empressement ; et le département, de 3 600 métiers au milieu du siècle passe à 10 450 en 1862 et 14 200 en 1869, à la fois à domicile (2 000 puis 3 000 et 5 000) et en usines (1 600, puis 6 950 et 9 200)117 ; le Bas-Dauphiné y entre à lui seul pour 3 330 unités vers 1850, 9 500 en 1862 et 13 150 à la fin du Second Empire118, avec 80 établissements et 101 communes touchées, contre 85 en 1862 et une vingtaine en 1850119. Devant l’invasion, les toiles de chanvre reculent très vite : vers 1860, il n’y a que 5 tissages à Voiron, et en 1869, elles sont pratiquement liquidées, à l’exception de quelques métiers épars à la campagne ; quant au coton, seul résiste le centre de Bourgoin, 5 établissements en 1860, mais 2 seulement en 1869, outre l’impression sur étoffes, et 1 seule filature en 1877120 ; le nombre des métiers est tombé de 340 en 1848 à 269 en 1870-1871, et les broches à 13 064, contre 21 864 en 1860 ; Diederich se reconvertit d’ailleurs à la soie, en même temps que l’atelier de Vizille, en Graisivaudan, en 1868.

  • 121 A.N., F. 1 C III, Ain, 6, préfet, 14.7.1853 et sous-préfet de Nantua, 31.12.1858 : « ... chaque jo (...)
  • 122 A.N., BB. 30 379, proc. gal Lyon, 7.4.1859.
  • 123 A.N., F. 12 4476 E, préfet Ain, 14.1.1865 et Lebeau (R.), ouvr. cit., p. 453 et suiv.
  • 124 A.N. F. 12 4476 E, préfet Ain, 14.1.1865.
  • 125 A.N., F. 12 4479 A, préfet Ain, 17.7.1869 et 1.1.1875.

74Dans l’Ain, le préfet note dès 1853 la multiplication des métiers dans plusieurs chefs-lieux de canton autour de Nantua, et la satisfaction des autorités locales. Quelques années plus tard, la Fabrique s’annexe la main-d’œuvre abondante des communes montagnardes, et, en les éveillant à l’industrie, fixe ceux qui allaient chercher jusque là un complément dans le peignage saisonnier des chanvres en Bourgogne, en Franche-Comté, et même en Champagne121. Et en 1859, le procureur général entonne l’éloge de Claude-Joseph Bonnet, le précurseur122, et des soyeux lyonnais : « grâce à eux... les établissements dans lesquels on prépare la soie sont déjà nombreux dans les arrondissements de Nantua et de Belley... » et « ... l’Ain devient industriel » ; 35 communes seraient touchées en 1860, 38 dans la seule mouvance de Nantua, avec 14 usines et 2 500 métiers à domicile peut-être123, en 1864, outre 280 épars dans l’arrondissement de Trévoux, 1 tissage et 2 établissements mixtes (filatures et tissages) autour d’Ambérieu, 1 imprimerie de foulards et 2 impressions d’étoffes à Montluel124. A la veille de la guerre franco-allemande partout, « ... on manque d’ouvriers tisseurs... » et le mouvement s’étend toujours vers 1875125. Enfin, au-delà des frontières politiques, la Fabrique n’avait pas attendu que la Savoie devînt française pour l’investir.

  • 126 Pour l’ensemble de l’essaimage en Savoie et en Haute-Savoie, cf. Barbier (V.), ouvr. cit., t. II, (...)
  • 127 A.N., F. 1 C III, Haute-Savoie, 2, préfet, 3.4.1870 et ADHS, 15 M, Situations industrielles, 1861- (...)
  • 128 A.D.H.S., 15 M, Situation industrielle, 1874-1883 ; la draperie est aussi moribonde en Faucigny, a (...)
  • 129 A.N., BB 30 375, proc. gal Chambéry, 30.3.1864, 30.3.1865 et 30.3.1866 et F.l C III, Haute-Savoie, (...)
  • 130 A.D.S., 33M I/1, ingénieur mines Chambéry, 19.6.1867, 29.9.1871 et état anonyme, mai 1880.

75Dès le milieu du XIXe siècle, en effet, des tissages s’étaient établis à Faverges, dans la cluse d’Annecy, à Rumilly et aux environs de Chambéry. A la veille de l’Annexion, une nouvelle usine est créée à Fréterives, en 1857, et Gourd et Croizat de Lyon prennent le contrôle de Faverges qui compte plus de 500 métiers, un dévidage, des installations de teinture et apprêt ; le mouvement se précipite après 1860, de nouveaux centres surgissent près de Chambéry, à La Boisse en 1862 et à Cognin en 1869, en 1865, à Giez, qui compte une quarantaine de métiers dix ans plus tard, et surtout à Saint-Pierre d’Albigny, dans les bâtiments d’une ancienne fabrique de tulle de coton126. En outre, on compte 200 métiers à domicile autour de Faverges, et plusieurs centaines d’autres dans les cantons de Saint-Genis-du-Guiers, de Yenne et des Echelles, au contact de la zone dauphinoise127. Là aussi, la Fabrique profite du déclin de la laine autour de Rumilly, jadis centre important et qui ne compte plus en 1875 qu’une dizaine d’ateliers familiaux, 24 métiers et 400 broches, autant dire rien !128 ; mais, en Haute-Savoie, son expansion n’est pas au niveau de la décadence rapide du coton. En 1860 en effet, la Manufacture d’Annecy et Pont était sans doute l’une des plus grandes usines du royaume de Piémont, avec 12 800 broches, 423 métiers aux trois-quarts mécaniques, 4 machines et 77 tables à imprimer. Or, la famine du coton déclenche une crise terrible, des pertes financières considérables, et le regain d’activité que provoque, paradoxalement, le traité de commerce franco-italien de 1864 n’empêche pas la fermeture totale en avril 1865 ; la réouverture au début de 1866 se fait avec moins de la moitié de la main-d’œuvre de 1860129. Cependant, le travail de la soie reste limité à Annecy à 2 dévidages qui sont loin d’absorber les bras libérés. Quant au département de la Savoie, il compte vers 1880 une dizaine d’usines, dont 4 à Chambéry et dans les environs, et 2 à Pont-de-Beauvoisin, en dehors bien sûr des ateliers familiaux130.

  • 131 Statistique de la France, 2e série, t. XIX, p. 322-323 et 572-573.
  • 132 Delorme (N.), Mornant en Lyonnais, 1951, p. 51.
  • 133 A.N., C 3362, Enquête parlementaire... anonyme, s.d. (1872).
  • 134 Dumoulin, ouvr. cit., p. 248.

76On est beaucoup plus mal renseigné sur le mouvement d’essaimage dans les vieux centres de la Loire et du Rhône ; il se poursuit, s’accélère même, mais l’usine y étant l’exception, il échappe largement aux enquêtes : en 1860, avec 132 métiers dans l’arrondissement de Montbrison et 674 dans celui de Villefranche, on est loin du compte131 ; et il semble que le travail à domicile atteigne son apogée après 1870. A titre d’exemple, Mornant, sur le plateau lyonnais, a plus de 200 métiers en 1861, à lui seul, spécialisés dans les velours, et on y brode le tulle noir pendant l’hiver132 ; A Pontcharra-sur-Turdine, il y en a 500 à 600, et... « chaque famille travaille chez elle sur les métiers qui lui appartiennent... », en 1887133 ; et en 1861, il y en aurait déjà eu 8 000 à 10 000 dans un rayon de 20 km autour de Charlieu, à cheval sur les deux départements134.

  • 135 A.D. Ar, 217 M. Situations trimestrielles, 1858-1868.
  • 136 A.N., F. 12 4476 E, préfet Ardèche, 1.1.1865 et 1.1.1866 et Annuaire... de l’Ardèche, 1862, p. 85.
  • 137 A.N. id., préfet Drôme, 28.1.1865.

77Drôme et Ardèche enfin sont à mettre à part car, on le sait, filature et moulinage occupent l’essentiel des énergies. Mais elles sont elles-mêmes entamées par la vigueur du mouvement. En plein ralentissement des affaires, en juillet 1862, les tissages se multiplient dans l’arrondissement de Tournon, et l’imprimerie de foulards y échappe aux mauvaises passes de la conjoncture, semble promise à un très brillant avenir135. En 1865, on dénombre 12 établissements dans le Nord du Vivarais, autour d’Annonay, et la seule année 1866 en verrait naître 4 nouveaux136. Dans la Drôme, les tissages s’installent surtout dans l’arrondissement de Valence, à Bourg-de-Péage, à Romans et à Saint-Vallier, qui a 3 usines, tandis que Mirmande et Saint-Nazaire-en-Royans se spécialisent dans le velours et Saint-Jean-en-Royans dans le foulard ; soit, avec les ateliers d’impression de Bourg-lès-Valence, une douzaine d’établissements en 1865137.

  • 138 Statistique de la France, 3e série, t. III, 1873, p. 428-429.

78Pas de dénombrement précis des métiers donc, et celui qu’opèrent les préfets en 1873 est nettement insuffisant : on arrive à un total de 78 590 pour la région, très en deçà du niveau généralement admis ; il faudrait admettre un reliquat de 40 000, en Saône-et-Loire et en Haute-Loire, qui est invraisemblable138 ! Un comptage opéré en 1877 par la Chambre de Commerce semble beaucoup plus satisfaisant ; si l’on compare les deux documents, on obtient :

NOMBRE DE MÉTIERS (SOIE PURE ET MÉLANGES)

  • 139 D’après les Comptes rendus des travaux de la Chambre de Commerce de Lyon en 1877, p. 32, cit. par (...)

1873

1877139

Rhône

62 268 ( ?)

53 à 55 000

dont Lyon 

?

28 à 30 000

Isère

9 213

20 à 25 000?

Loire (et Saône-et-Loire ?) 

?

8 à 10 000

Ain

5 113

12 à 15 000

Ardèche

430

Drôme

344

8 à 10 000

Savoie

713

Haute-Savoie

509

Total

78 590

100 à 120 000

79Sans attacher trop d’importance à la valeur absolue de ces nombres, ils montrent la puissance de l’emprise régionale de la Fabrique, avec ses deux ailes de force à peu près égale, de part et d’autre de l’axe rhodanien.

80Enfin, la géographie de la filature et du moulinage ne change guère ; les deux activités se renforcent là où elles étaient implantées au milieu du siècle, au rythme d’une demande lyonnaise de plus en plus forte, stimulée par le rôle éminent de Lyon sur le marché international des soies.

  • 140 A.N., F. 1 C III, Ardèche, 8, préfet, 31.3 et 3.8.1858 ; id., Ardèche, II, préfet, 31.12.1858 et 3 (...)
  • 141 Barrat (E.), Note sur 1859, A.D. Ar, biblio, no 4788.
  • 142 A.D. Ar, 217 et 218 M, Situations industrielles, 1858-1868.
  • 143 Statistique de la France, 3e série, t. III, p. 428-429.
  • 144 A.D. Ar, 217 M, préfet, 13.10.1868.

81En Ardèche donc, la décennie 1850-1860 ouvre la période de la plus grande prospérité. Vers 1860, 350 à 370 usines fonctionnent en temps ordinaire, dont près de 300 dans l’arrondissement de Privas et une cinquantaine dans celui de Largentière140, et livrent au total 800 000 à 1 000 000 de t par an, soit plus de 45 % de la production française141. Elles disposent de 2 600 bassines et de 133 000 tavelles en 1867142, 4 164 et 136 400 en 1873, où le nombre des usines est passé à 514, dont 86 filatures et 395 moulinages, et 33 mixtes143. L’ouvraison augmente d’ailleurs plus vite que le tirage à partir de 1868, à cause de la baisse des élevages indigènes, et on signale dès ce moment-là l’introduction de grèges étrangères144.

  • 145 A.N., F. 1 C III, Drôme, 12, préfet, 2.12.1856 et sous-préfet Die, 25.3.1858 ; A.D.D., 48 M 10, so (...)
  • 146 A.D.D. 48 M. 10, sous-préfet Nyons, 13.11.1856 : elles permettent la bonne marche des moulinages a (...)
  • 147 Cf. Léon (P.), La naissance de la grande industrie... ouvr. cit., t. II, p. 593-595.
  • 148 Statistique de la France, 3e série, t. III, p. 428-429.
  • 149 A.N., F. 12 4476 E, préfet Drôme, 28.1.1865.
  • 150 Cf. A.D.I., 138 M.3, préfet 31.12.1872, qui parle de 70 415 tavelles en 1872 pour l’Isère ; id., 1 (...)
  • 151 A.N., F. 12 4476 E, préfet Ain, 14.1.1865 et 11.1.1866 et Statistique de la France, 3e série, t. I (...)
  • 152 A.D.S., 33 M 1/1, ingénieur Mines Chambéry, 29.9.1871.
  • 153 D’après l’Enquête de 1873, Statistique de la France, 3e série, t. III, le nombre de tavelles est d (...)

82De l’autre côté du Rhône, la Drôme partage le destin du Vivarais, moins vivement cependant. On y compte d’ordinaire 250 usines, dont 85 filatures et 165 moulinages vers 1856-1858, 92 dans l’arrondissement de Montélimar, 90 dans celui de Valence et 59 dans celui de Die145, et, déjà, il y aurait emploi de soies étrangères146. Là, c’est aux dépens de la laine que se fait l’expansion ; et le groupe drômois, de 22 tissages et plusieurs filatures en 1860 tombe à 13 avec 170 métiers, et tout juste 5 154 broches vers 1870-1872147 ; dans le même temps, le nombre des filatures et des moulinages de soie serait passé à 261, avec 3 784 bassins et 86 200 broches en 1873148, contre 250 en 1864149. Le reste s’éparpille dans l’Isère, où la progression est plus modérée, malgré de nouvelles implantations autour de Grenoble : 12 filatures et 38 moulinages en 1857, 11 et 25 seulement en 1869, mais 24 et 40 en 1873150 ; dans l’Ain, autour de Nantua et de Jujurieux, 8 usines en 1860, 13 en 1873, dont 1 à Ambérieu, 1 à Trévoux, et 1 près de Belley151 ; en Savoie, à Hermillon, en Maurienne, notamment, 4 ou 5 pendant l’ensemble de la période152 ; dans le Rhône enfin, 54 en 1873, mais de petite envergure semble-t-il, puisqu’ils ne rassemblent que 24 194 tavelles. Au total, si l’on en croit l’enquête préfectorale, Drôme et Ardèche s’imposent nettement, avec 222 620 tavelles, sans doute les trois-quarts de l’outillage régional du moulinage, et 7 948 bassines sur 9 311153.

  • 154 Soit, en nombres absolus (moyenne mobile 9 ans) : 1851, 2 190 800 kg ; 1879, 4 645 500. Les moyenn (...)
  • 155 Cf. Laferrère (M.), ouvr. cit., p. 122-123.

83Le mouvement de longue durée de la Condition des Soies (cf. graphique no 13) reflète cette expansion et de l’outillage et de la production. Au-delà des crises périodiques, il est donc résolument orienté à la hausse ; de 1851 à 1876, l’augmentation est de 112 °7o, et la moyenne quinquennale de 1871-1875 s’inscrit à 47,5 % au-dessus de celle de 1851-1855 ; même l’étale de 1861-1870 se situe à un niveau supérieur à 1851-1860, de 15 % et double de celui de 1841-1850154. Parallèlement, la consommation de soie pure passe, malgré le rôle des étoffes mélangées, de 2 200 000 kg en 1853 à 3 millions en 1875155.

  • 156 A.N., F. 12 4532, préfet Rhône, 29.8.1872 et 14.1.1873 ; à Lyon, au printemps 1873, un quart seule (...)

84Quand survient une brève récession à la fin de 1872, on démonte, comme d’habitude, les métiers ruraux, et l’orage passe sans grands dégâts156. Tout incite à l’espoir ; les achats américains s’enflent rapidement, la baisse du prix des grèges depuis 1872 laisse prévoir de beaux profits, car celui des étoffes monte toujours et la mode revient aux soies pures. Et 1876 est une année d’euphorie, d’activité fiévreuse : la Condition voit passer 5 821 000 kg, un tonnage jamais atteint, en progrès de près de 27 % sur 1875, de 45 % sur 1874 !

B. Les domaines régionaux de l’industrie dispersée

  • 157 Cf. la description des crises de la rubannerie stéphanoise et des nouveautés que présente sa march (...)

85L’essor de quelques autres secteurs essentiels de l’activité régionale passe par le renforcement d’une organisation semblable à celle de la Fabrique lyonnaise, cœur urbain et essaimage rural, concentration des moyens de direction et éparpillement de la fabrication. Rubannerie et armurerie stéphanoises, horlogerie et ganterie alpines y trouvent les mêmes réponses aux mêmes contraintes. Toutes sont des industries sinon de luxe, du moins étrangères à la première nécessité, et la politique libreéchangiste du gouvernement impérial les appuie fortement après 1860 dans la conquête de vastes débouchés extérieurs que leur réputation avait parfois investis depuis plusieurs décennies. Des liens plus étroits se créent ; une dépendance plus forte s’installe d’avec les pulsations du marché mondial pour des activités qui, par nature, les exagèrent, et restent soumises non seulement à la conjoncture économique, mais aussi politique, voire à une simple détérioration du climat psychologique. D’où l’allure de plus en plus heurtée de leur marche, dont la direction générale n’est pas toujours facile à saisir ; à l’image de la soierie lyonnaise donc157, mais beaucoup plus malaisée à cerner dans le silence des sources oublieuses des activités dispersées.

a) La mouvance stéphanoise

  • 158 A.N., BB 30 379, proc. gal Lyon, 22.5 et 20.8.1850 et A.D.L., 10 M. 28, police, 12.9.1848 et 92 M. (...)
  • 159 Gras (L.-J.), Histoire de la rubannerie... 1906, p. 603 ; Guitton (H.), ouvr. cit., p. 57 et Perri (...)

86La crise de 1848 a bien sûr été très vivement ressentie par la rubannerie, et se prolonge par une légère récession au printemps de 1850158. Mais la reprise est éclatante, et le régime nouveau ouvre une période très brillante jusqu’en 1856. 15 000 métiers battent alors dans l’arrondissement de Saint-Etienne, animés par 350 fabricants ; le chiffre d’affaires global augmente de 162 % de 1848 à 1856, de 37 millions de francs environ à 97 ; un tiers de la production s’en va vers les Etats-Unis, une bonne partie du reste vers la Grande-Bretagne159.

  • 160 Gras (L.-J.), ouvr. cit., p. 61 et suiv.
  • 161 Cf. A.N., F. 1 C III, Loire, 9, préfet, 17.2.1861. Voir aussi A.N., F 1 C III, Loire, 6, préfet, 2 (...)
  • 162 Statistique de la France, 2e série, t. XIX, p. 318-319 ; y compris les métiers à rubans (...)
  • 163 A.N., BB 30 379, proc. gal Lyon, 29.12.1862 ; 527 métiers à velours et 1760 à rubans ordinaires, s (...)
  • 164 Id., proc. gal Lyon, 30.12.1863 ; également, rapports du 6.7. et du 27.12.1861, et A.D.L., 10 M.56 (...)
  • 165 Id., 30.10.1866 et 28.3.1867 ; A.N., F. 1 C III, Loire, 9, préfet, 30.11.1866 et Merley (J.), Les (...)

87Aussi l’effondrement est-il très rapide dès que les commandes anglosaxonnes font défaut, en 1857 : les tonnages de la Condition des Soies (cf. graphique no 13) qui ont doublé depuis 1845 se contractent, d’un coup, de près de 28 %, retombent à 579 000 kg, et le chiffre d’affaires à 46 millions, de 30 %. Mouvement brutal donc, d’une force étrangère à la Fabrique lyonnaise du temps. Et il ouvre des, années difficiles : la mode se détourne durablement du ruban de soie ; les perspectives d’un traité de commerce avec l’Angleterre, forte cliente, sont vite assombries par les autres projets gouvernementaux qui ouvriraient la France aux produits de la vieille rivale bâloise ; on en vient à réclamer, à contrecourant, une protection douanière ; le prix des soies est de surcroît à la hausse, et la guerre civile américaine ferme dès 1860 les débouchés d’outre-atlantique160. Le chômage des métiers prend des proportions jamais atteintes : le tiers dès le début de 1857, les dix-neuf vingtièmes en novembre ! et les trois-quarts encore en janvier 1858. Crise de structures, note le procureur général de Lyon, d’inadaptation, alors que la concurrence étrangère progresse rapidement, et qui fait craindre pour l’existence même de la Fabrique incapable de secouer la routine161. L’Enquête de 1860, faite en plein marasme, ne dénombre que 4 462 métiers, mais, là aussi, elle ignore sans doute les ateliers familiaux162 ; il n’en reste pas moins qu’il y a eu recul important des moyens de production, puisqu’en 1862, on estime indirectement leur nombre à moins de 7 000, en état de marche163. De fait, 1861 et 1862 sont à nouveau des années difficiles : la Fabrique ne fournit du travail qu’à 3/10 de son équipement à la fin de 1861, et serait « plus que menacée » ; à un tiers seulement à la fin de 1862, et en décembre 1863, la note n’est guère plus optimiste : la fabrication des rubans ne parvient pas à se relever164. Les tonnages de la Condition connaissent de nouvelles chutes en 1861, à 531 000 t et, surtout, après un relèvement à 691 000 en 1862, plusieurs années de baisse régulière, jusqu’en 1866, à 455 000 t qui constitue le point le plus bas de la courbe ; à nouveau, le chômage atteint le tiers des métiers dans l’été, les deux-tiers en automne, puis le quart au début de 1867165.

  • 166 A.N., F. 12 4511 B, Chambre Commerce Saint-Etienne, s.d. (1871) et Gras (L.-J.), ouvr. cit., p. 62 (...)

88En fait, le plus gros du mal est passé. La Fabrique tente depuis 1860 de s’adapter à la situation nouvelle et entame une mécanisation qui, pour être relativement modérée, apparaît comme précoce et hardie dans le domaine des soieries ; elle touche 600 métiers vers 1860, 900 en 1870, plus d’un millier en 1872. En même temps, l’emploi du coton abaisse le prix de revient pour des rubans mélangés qui conviennent d’ailleurs mieux au goût de la clientèle. Le renouveau est très rapide en 1868, et si la guerre franco-allemande désarme à nouveau les métiers, provoque au plus fort des inquiétudes, pendant le siège de Paris, un effondrement des 4/5e de la production, ses effets sont très vite effacés par l’excellence de l’année 1872 : 18 000 métiers battent alors pour la Fabrique, en progrès donc sur les années 1850-1855 ; la Condition est à 748 000 kg, et monte régulièrement par la suite, jusqu’à 1 059 200 kg en 1875, soit une augmentation de 91 % sur 1868, année « normale »166.

89En somme, deux phases de progression rapide encadrent une dizaine d’années de recul absolu : la moyenne décennale de la Condition, de 1861 à 1870, est inférieure de 23 % à celle de 1851-1860, et le creux de la vague, en 1865, n’est pas loin du niveau de 1848, année de crise marquée. Le mouvement de longue durée le met bien en évidence, de 1857 à 1867, moins 23,8 %, après la rapide croissance de 36,8 % entre 1848 et 1856, à un rythme annuel de 4 % ; mais il marque encore mieux l’ampleur du redressement qui s’opère à partir de 1867, augmente les tonnages de 68,7 % jusqu’en 1879, soit + 4,5 % par an, supérieur même à l’élan des années 1850. Et, au total, il y a hausse de 72 % de 1848 à 1879, le chiffre d’affaires étant remonté à 95 millions de francs en 1873. Essor chaotique donc, encore plus fardé par les crises que celui de la Fabrique lyonnaise, moins régulier, mais réel.

  • 167 Arbogast (M.), L’industrie des armes à Saint-Etienne, 1937, p. 47-49.

90L’armurerie, elle aussi, s’avance masquée. Elle regroupe d’ailleurs deux types de fabrication, les armes de guerre et les armes de chasse, ou d’agrément, dont les rythmes sont tout à fait différents. Depuis la loi du 14 décembre 1810, l’Etat se réserve le monopole de la fabrication des premières, l’a étendu en 1834 à diverses armes offensives ; l’exécution des commandes de l’Etat est donc assurée par la Manufacture d’armes, à personnel civil, largement, et à direction militaire ; mais en cas de presse, elle fait appel à la sous-traitance des fabricants indépendants, d’ordinaire voués à la chasse167. D’où l’extrême complexité dans la marche de la production. Car si les fusils du commerce sont liés à la conjoncture générale, ceux de guerre obéissent à des lois plus complexes mêlant tension internationale, même extra-européenne, politique militaire des Etats (car l’étranger est un client fidèle) et renouvellement technique de l’armement. Et la première de ces causes au moins correspondant souvent à la détérioration du marché civil, la continuité du travail est assurée.

  • 168 Id., ouvr. cit. p.61 et suiv. et Gras (L.-J.), Historique de l’armurerie stéphanoise, 1905, p. 238 (...)
  • 169 A.N., BB 30 379, proc. gal Lyon, 1.7.1865.
  • 170 Gras (L.-J.), ouvr. cit., p. 243-245 et Arbogast (M.), ouvr. cit., p. 66 et suiv.

91Ainsi, quand la crise fait retomber en 1855-1856 la production des armes de chasse, prospère depuis 1852, le brusque gonflement des commandes turques et anglaises en fusils de guerre retourne aussitôt la tendance ; l’aggravation de la question d’Orient, la guerre de Crimée, les opérations britanniques aux Indes font de 1856 et 1857 d’excellents exercices. Les armuriers abandonnent massivement le travail traditionnel, et la demande est si abondante que la reprise générale de l’économie, en 1858-1859 où la chasse est au niveau de 1852 – une excellente année –, mais où les fabrications militaires baissent, apparaît comme une période de médiocrité168. Les années 1860 sont fastes, la production augmente très vite, tant pour l’armée que pour le commerce libre, auquel on livre 60 000 pièces en 1864, alors que les meilleurs chiffres de la décennie précédente dépassaient de peu les 40 000. On exporte alors massivement vers l’Italie, l’Egypte, la Grèce, la Russie même où les produits stéphanois battent en brèche leur vieille rivale de Liège. Et quand le marasme anticipe, dès juillet 1865, la crise générale, la détresse est de courte durée169 : le fusil à culasse bouleverse l’armement, et la France entreprend en grand son équipement en chassepots. La vieille Manufacture se gonfle de travail, mais n’y suffit pas ; avant de s’installer dans les vastes ateliers de la plaine du Treuil, elle doit faire appel aux fabricants privés, et même à des usines de grosse métallurgie, comme Petin-Gaudet, Bedel de Saint-Etienne, et, à partir de 1869, Holtzer, qui livrent des canons d’acier fondu. Si l’arme de chasse, qui se redresse en 1868-1869, s’effondre à nouveau en 1870, sa chute est, bien sûr, de peu d’importance au milieu des énormes commandes militaires ; le gouvernement de la Défense Nationale surtout réquisitionne les entreprises privées, et, outre la fabrication des armes neuves, on transforme plus de 180 000 fusils anciens en 1870-1871. Puis c’est au tour de l’arme de commerce de repartir en 1872, et de marcher allègrement, jusqu’en 1875, vers une production record170.

  • 171 A.D.L., 81 M.22, Directeur Manufacture armes, 12.7.1856.

92La vie de l’armurerie stéphanoise s’inscrit dans des structures immuables, malgré le rôle grandissant de la Manufacture d’armes qui est arsenal d’Etat, donc à part. La totalité du travail se fait toujours à la main, dans les ateliers familiaux du quartier de Villeboeuf, à Saint-Etienne, à Firminy, au Chambon-Feugerolles, dans les communes rurales du canton de Saint-Héand171 ; si mécaniques il y a – pour la rayure des canons, notamment, depuis les années 1850 –, elles sont rudimentaires, et tiennent plutôt de l’ingéniosité artisanale. C’est sur cette organisation que s’appuie l’essor très rapide des fabrications militaires, surtout après 1865. Quant à celui des armes de chasse, il est plus difficile à suivre, en l’absence de toute statistique régulière ; mais on possède les chiffres maxima et minima de la courbe ; les uns (42 000 en 1852, 60 000 en 1850 et en 1864, 62 000 en 1875) comme les autres (19 000 en 1848, 34 000 en 1863, 37 000 en 1871) traduisent bien une progression modérée, certes, mais certaine.

  • 172 Gras (L.-J.), Essai sur l’histoire de la quincaillerie... 1904, p. 116-146 ; Chomienne (C.), ouvr. (...)
  • 173 Cf. les prédictions pessimistes du Commissaire de police de Saint-Etienne, en 1848 (A.D.L., 10 M.2 (...)

93La prospérité de l’armurerie dans les années 1870 coïncide avec un renouveau de la quincaillerie, amorcé à partir de 1860172. L’application de la machine à vapeur au forgeage des boulons, l’apparition de nouveaux articles, faux, vis et limes, sauve une industrie qui déclinait régulièrement jusque là, face à la concurrence du Nord, dans la routine technique et l’apathie de fabricants ne sachant pas dépasser le rôle de simples commissionnaires173. Tandis que disparaît le fameux « eustache », que la serrurerie de Saint-Bonnet-le-Château s’amenuise, le renouvellement commence à porter ses fruits à La Ricamarie, au ChambonFeugerolles, à Firminy, à partir de 1865. Vers 1872-1873, la situation semble prospère, les mécaniques et les maisons de fabrique se multiplient ; car si le travail à la main recule très vite, la dispersion des ateliers reste de règle.

b) Toujours la main-d’œuvre des montagnes

  • 174 A.N., BB 30 378, proc. gal Grenoble, 9.1.1850.
  • 175 Id., 23.12.1856 et 10.12.1857.
  • 176 A.D.L, 138 M.10 et 12, Situations industrielles 1860 et 1876-1877.
  • 177 A.N., F. 1 CIII, Isère, 7, préfet, 2.5.1858 et A.D.L, 52 M.42, sous-préfet La Tour-du-Pin. 8.1.186 (...)
  • 178 Id. préfet, 4.6.1868 ; Léon (P.), La naissance de la grande industrie,...ouvr. cit., t. II, p. 628 (...)
  • 179 A.D.H.S., 15 M, Situations industrielles, 1874-1881.

94Alpes du Nord et Jura du Sud développent en même temps que la soierie des activités qui, pour être moins importantes que celles de la région stéphanoise, n’en éveillent pas moins des régions élargies à la vie industrielle. Autour de Grenoble, la ganterie semble même être passée largement au travers de la crise de 1848 l174, et le Second Empire est la grande époque de son essor. Mieux, la fabrication semble suivre avec peine une demande qui s’enfle rapidement, malgré les efforts des 65 maisons qui animent la diaspora régionale vers 1856-1857175. Le partage du travail demeure entre la ville, où l’on coupe, et la campagne où l’on coud : c’est-à-dire dans tout le Graisivaudan et une bonne partie du BasDauphiné ; en 1860, 27 communes sont touchées dans l’arrondissement de La Tour-du-Pin, en pleine zone du tissage de soie, et en 1876, outre la banlieue grenobloise, elle est signalée de façon massive à La Tour-duPin, à La Mure, au Touvet, à Saint-Geoire et même à Crémieu176. Si la crise de 1857-1858 est durement ressentie177, elle n’entrave pas la croissance de la production, fouettée par le traité franco-anglais de 1860 : le marché britannique absorberait à la fin du Second Empire les troisquarts des 900 000 à 1 000 000 de douzaines de gants que le groupe grenoblois livre par an ; on vient de 800 000 en 1862, de 600 000 à 700 000 avant le traité, de 320 000 en 1849. Ce sont des nombres qui se passent de commentaires, et la fougue de la ganterie laisse loin derrière elle la plupart des autres industries alpines178. On retrouve le même dynamisme, mais moins éclatant pour la chapellerie tôt venue à la mécanisation, entre 1852 et 1864, en Isère, mais dont on trouve aussi trace, à la campagne, en Haute-Savoie, dans le Genevois et le Val de Thônes179.

  • 180 A.D.H.S., 15 M, Situations industrielles, 1861-1863 et 1874-1876, particulièrement sous-préfet Bon (...)
  • 181 A.N., F. 1 CIII, Ain, 6, sous-préfet Nantua, 31.3.1859 ; A.N., 4479 A, Situations industrielles, 1 (...)

95Là, c’est l’horlogerie du Faucigny qui se répand dans les campagnes, autour de Cluses et de Scionzier, depuis 1848, où la création d’une école par le gouvernement piémontais avait entraîné la renaissance d’une tradition ancienne et déclinante au début du XIXe siècle. Dès 1851, douze communes étaient touchées, 24 se consacrent en 1863 à la fabrication soit des pignons, soit des roues ; parmi les plus importantes, Magland, Araches, Saint-Sigismond, Chatillon, Nancy, La Frasse, Sallanches, Mont-Saxonnex, Vougy, La Roche. On ne monte pas la montre, et toutes les pièces détachées s’en vont vers Genève180. Enfin, dans le Jura, après 1850, le travail de tournerie du bois déborde largement du Val d’Oyonnax vers la cluse de Nantua, commence à livrer des bobines à tissu, et surtout le peigne se développe très rapidement, dans les environs immédiats de la ville ; à la fin du Second Empire, la prospérité semble générale181.

C. L’enclave cotonnière du Beaujolais et du Roannais

  • 182 Les « situations industrielles » de la Loire et du Rhône notamment se bornent à de vagues allusion (...)

96En plein milieu de la zone soyeuse, le travail du coton se distingue des autres industries dispersées à la fois par son ampleur et par le caractère composite de sa production tournée aussi bien, selon la spécialité, vers les marchés extérieurs que vers la consommation nationale ; par une dépendance enfin pour la matière première qui lui confère une sensibilité tout aussi grande à la conjoncture générale, mais d’une nature tout à fait différente. Enfin, il n’est pas de secteur moins bien éclairé par les sources qui se bornent à l’allusion le plus souvent, à l’évaluation globale et fantaisiste, ou partielle182.

  • 183 Sur l’ensemble du paragraphe, Déchelette (Ch.) L’industrie cotonnière à Roanne, 1910, p. 40 et sui (...)

97Le groupe ne change guère dans son organisation183 il demeure cette nébuleuse déjà mise en place au milieu du XIXe siècle, mais se singularise par la multiplication des centres urbains d’animation, spécialisés dans telle ou telle étoffe, les tulles et les mousselines autour de Tarare, les articles communs de la consommation populaire autour de Thizy et de Villefranche, la cretonne et les vichys à Roanne et, à la fin de la période, les couvertures en noir et blanc de Cours. Pas de mutation, pas de transformation majeure des structures, malgré la violence de la crise que déclenche en 1860 la « famine du coton », malgré le marasme qui s’installe à partir de l’automne 1867 ; dans les deux cas joue le mécanisme de sauvegarde habituel : on démonte les métiers campagnards jusqu’à la reprise.

  • 184 Statistique de la France, 2e série, t. XIX, p. 326 et 327 et 568-571.
  • 185 Forrester (R.B.), The cotton industry in France, 1921, p. 5. Statistique de la France, 3e série, t (...)
  • 186 Cf supra, note 184 ; dans le tableau, la production est exprimée en métiers et en francs, les nomb (...)

98La seule nouveauté – mais elle était amorcée bien avant 1850 – est l’amenuisement progressif des filatures, dont on achète désormais les filés en Normandie. Il n’y a pas plus de 13 080 broches dans l’arrondissement de Roanne en 1860 et 28 018 dans tout le département, dans 9 établissements et 22 628 broches dans les 18 usines de celui de Villefranche ; soit un peu plus de 50 000 ensemble, moins du centième de l’équipement français184. Il est vrai que l’on est en pleine crise, et les chiffres de 1873 sont nettement supérieurs185. En regard, les progrès du tissage s’appuient sur les seuls métiers à bras, en ateliers ou à domicile. L’Enquête de 1860 est sans doute au-dessous de la vérité quand elle compte 55 tissages de vichys-cretonnes et 11 de mousseline à Roanne et dans ses environs, avec 42 autres dans le Rhône pour la seule mousseline et 86 pour les étoffes diverses. Si l’on rassemble cependant ses données, on obtient une idée de l’allure générale du groupe186. (Voir tableau page suiv.).

  • 187 A.N., F. 12 4532, id.
  • 188 Les chiffres de la Statistique de la France, 3e série, t. III, p. 420-421, pour 1873, sont tout au (...)

99Puisqu’on connaît la relation entre la quantité produite et le nombre des métiers pour Villefranche, on peut donc calculer celui-ci pour Roanne ; on arrive ainsi à un total de 10 000 dans les seules usines. Par ailleurs, on peut estimer à 2 le nombre d’ouvriers par métiers ;or, en 1871, le groupe compterait 47 000 tisseurs ruraux187 : on peut donc conclure à un nombre de 23 000 à 24 000 métiers éparpillés, au minimum ; c’est, bien sûr, un potentiel de production, car dans une bonne partie de Faire cotonnière, le travail est saisonnier, voire occasionnel. Si on retient, ensemble, le nombre de 35 000, on aurait donc une progression légèrement supérieure à 50 % sur les années 1835-1840188.

  • 189 A.N., BB 379, proc. al Lyon, 4.1.1859 et Déchelette (Ch.), ouvr. cit., p. 77 et suiv.

100Roanne et son groupe donc sont portés par la mode des cretonnes et leur monopole des vichys sur le marché national ; à la veille de 1860, « ... la fabrication des cotons n’a jamais été aussi prospère », et aux lendemains du marasme, la teinture prend une importance grandissante, fait appel aux nouveaux colorants tirés du charbon et passe le plus souvent dans la dépendance des tissages189. Autour de Tarare, l’essor de la mousseline est particulièrement rapide, et l’on exporte 40 à 50 % de la production : aussi le libre-échange est-il accueilli avec faveur, et les bas prix de revient locaux permettent de s’opposer victorieusement, en France même, aux étoffes alsaciennes, britanniques et surtout helvétiques.

  • 190 A.N., F. 12 4511 B, Chambre Commerce Roanne, 3.4.1871 et F. 12 4532 ; id., Tarare, 1.3.1871.

101La guerre de 1870-1871 secoue rudement l’ensemble du groupe ; l’approvisionnement en filés est difficile, les ventes extérieures s’affaiblissent, et le marché français est pratiquement réduit à néant ; à tel point que Tarare envisage un instant la nécessité de droits protecteurs190. Mais le traité de Francfort est une aubaine, la perte de Mulhouse et des centres cotonniers alsaciens apparaît vite comme une seconde chance : pour Tarare, dont le dynamisme est relancé jusqu’en 1876 ; pour Roanne surtout, à la veille d’une grande prospérité, sur le point de devenir l’un des plus grands centres français de coton teints en fil.

102Ainsi, le troisième quart de siècle apparaît comme extrêmement bénéfique aux industries régionales, et à toutes ; le développement d’un secteur concentré, sur le charbon, autour de la sidérurgie, ne se fonde pas sur la liquidation des activités industrielles rurales de la tradition. Encore n’a-t-il été possible que de survoler l’évolution ; une histoire économique de la région reste à faire, qui montrerait le dynamisme financier, le rôle de la place lyonnaise, des entrepreneurs et des réseaux d’intérêts. Mais on peut parler de réussite régionale exceptionnelle, et nul doute qu’à la fin du Second Empire, ce que Marx appelle le « département externe de la Fabrique » soit sans doute plus avide de maind’oeuvre que ce qu’on nomme communément la « grande industrie ».

III – LA « GRANDE DÉPRESSION » (1876-1886) : UNE REMISE EN QUESTION

103Sclérose technique et illusion de fausse sécurité semblent Bien être la conséquence du succès, d’une certaine sûreté de soi réelle, même si on ne l’avoue pas. En fait, la réussite régionale masque une installation dans des conditions que l’on croit immuables, la prospérité dissimule les changements du monde extérieur ; et quand la conjoncture à long terme se retourne, ce qui était force – le travail manuel, la dispersion – devient faiblesse devant des concurrents mieux équipés, que leurs difficultés anciennes ont rendu plus sensibles aux transformations du marché et plus aptes au renouvellement technique. Les années 1876-1886 – sans que le cadre chronologique soit rigoureux – marquent bien la fin d’une époque ; et s’il y a rupture, c’est là qu’elle se marque, dans un XIXe siècle où la région n’avait connu que des crises conjoncturelles, sans effet profond sur les grandes options de ses industries.

104La chronologie de la crise est complexe, car celle-ci frappe par coups successifs. Mais d’emblée, elle s’impose par sa longueur, une bonne dizaine d’années où s’effondrent, avec les bases traditionnelles de la prospérité régionale, la production et l’emploi, où l’on se débat pour sortir du marasme, en aveugle, entre un impossible retour en arrière et des solutions nouvelles lentes à se dessiner. Rares sont les secteurs qui passent au travers ; les plus fortement frappés sont aussi les plus puissants. Et d’abord, la Fabrique de soieries.

1. L’effondrement de 1877 et ses séquelles : la Fabrique de soieries en péril191

  • 191 Sur l’ensemble de la crise, Pariset (E.), ouvr. cit., p. 383 et suiv., et Lequin (Y.), ouvr. cit.,(...)

105Comme à l’accoutumée, la crise éclate soudainement, à la fin de 1876, après une année exceptionnelle : on y est habitué, semble-t-il. Mais très vite, elle se distingue par sa force et surtout son étalement ; elle ouvre en effet une longue période de malaise, tout à fait nouvelle pour une industrie qui n’a connu jusque là que des pulsations à court terme.

  • 192 A.N., F. 12 4532, préfet Rhône, 28.1.1877 et A.D.R., M, Grèves antérieures à 1879, commissaire spé (...)
  • 193 A.N., F. 12 4532, préfet Rhône, 2.5. et 2.8.1877, 2.1. et 4.7.1878.

106En janvier 1877, donc, c’est l’effondrement, après quelques mois de baisse moins rapide, le « douloureux réveil » dit Pariset. Depuis l’été 1876, en effet, on achetait à n’importe quel prix des soies qu’une récolte désastreuse avait raréfiées, après plusieurs années (1872-1875) où la matière première avait été peu coûteuse. C’était donc parier sur le retour en force définitif des belles étoffes pures. Or, c’est le phénomène inverse qui se produit : on abandonne des tissus trop chers désormais, on les achète tout juste comme garnitures des lainages qui ont toutes les faveurs de la clientèle. Dans l’automne 1876, donc, ventes et commandes tombent à rien, alors que les magasins sont encombrés et que les fabricants sont engagés pour des sommes parfois très élevées. Aussi le ralentissement de la fabrication se fait-il sentir dès octobre et touche d’emblée les métiers urbains : la crise frappe donc – et c’est nouveau – directement au cœur de la Fabrique : la moitié des métiers stoppent, les entrées en teinture diminuent de 30 à 40 %192. En janvier, le chômage est aux deux tiers, et si l’on remonte quelques uns d’entre eux au printemps et dans l’été, il en reste au moins 25 % d’inactifs à la fin de l’année ; il faut attendre le second trimestre de 1878 pour que la situation redevienne à peu près normale à Lyon193.

  • 194 Id., F. 12 4499, Situations industrielles Drôme, 3e trimestre 1876 ; A.D.D., M.1298, sous-préfet D (...)
  • 195 A.D.I., 52 M 55, police, 25.12.1875 et 166 M.l, sous-préfet La Tour-du-Pin, 12.2. et 2.3.1877.
  • 196 A.N., F. 12 4536, préfet Savoie, 17.2.1880.

107Car la crise de l’essaimage, moins brutale, est tout aussi forte et plus longue. Les moulinages et les diverses activités de préparation du fil se sont plaints dès la fin de 1875, en Savoie, au printemps de 1876, dans la Drôme, où la crise lyonnaise ne fait qu’accélérer une détérioration déjà ancienne194. En Dauphiné, le tissage s’est ralenti dès la fin de 1875, les imprimeries d’étoffes de Jallieu languissent depuis janvier 1877, et l’aggravation générale du printemps n’est qu’une péripétie un peu plus douloureuse195. En aval, le marasme s’étale, et à la fin de 1879 encore on se plaint ici et là de l’insuffisance des commandes et du travail196. Le recul est donc si brusque et si fort qu’il a enfoncé ce qu’on pourrait appeler les défenses extérieures de la Fabrique, et que le mécanisme habituel d’amortissement s’est révélé insuffisant.

  • 197 Pariset (E.), ouvr. cit., p. 384-385.
  • 198 A.N., F. 12 4532, préfet Rhône, 24.4.1882 et Bouvier (J.), Le Krach de l'Union Générale, p. 235 et (...)
  • 199 A.N., F. 12 4662, préfet Rhône, 18.5.1883.
  • 200 Sur l’aggravation du malaise à compter de 1882-1883, A.N., F. 12 4532, Situations Industrielles Rh (...)

108La reprise ne se fait d’ailleurs pas vraiment, et la fabrication des étoffes de soie pure unies est irrémédiablement atteinte ; leurs exportations sont tombées de 204 à 99 millions de francs, leur production de 365 millions en 1876 à 149 en 1879197. Et dès l’été 1882, nouvelles alarmes : la Fabrique est la première des industries lyonnaises à ressentir les effets de la crise financière qui vient de foudroyer la place198. A la fin de l’année, le travail se ralentit nettement, puis le printemps de 1883 est sans entrain, et le malaise s’installe insidieusement199 s’approfondit au début de 1884 pour les étoffes unies ; il tourne à l’aigu dans l’été et en automne : en novembre, la Fabrique est aux 6/10e de son activité normale, le tiers des métiers est au chômage, à Lyon et dans les campagnes ; quant au travail de la teinturerie, il baisse de 30 à 40 %. L’horizon demeure bouché par l’encombrement persistant des marchés, la crise boursière américaine, le malaise commercial britannique, et voilà que le choléra fait son apparition à Paris ! Partout, c’est la même antienne sur le malheur des temps : en Bugey, en Vivarais, dans la Drôme, dans l’Isère où la moitié des métiers est démontée depuis l’automne 1884. Et quand s’achève l’exercice, la production des étoffes pures unies a connu une nouvelle baisse à 128 millions de francs200.

109En fait, la nouvelle crise n’a pas le caractère heurté habituel, car ce n’est qu’un épisode de ces temps difficiles où l’on vit au jour le jour depuis 1877-1878. Et la Condition des Soies a enregistré en 1877 sur 1876 une chute de 5 821 000 kg à 3 323 200 kg, d’une ampleur, jamais vue de 43 % ! D’elle, la Fabrique ne sortira plus tout à fait la même.

2. La fin de la puissance charbonnière et sidérurgique du Forez

A. La crise de la domination stéphanoise

  • 201 Ainsi, les prix de vente sont, sur le carreau de la mine, par moyenne quinquennale, en francs, à l (...)
  • 202 Perrin (M.), ouvr. cit., p. 92-96.
  • 203 Comité des forges, ouvr. cit., p. 12.
  • 204 Cf. les chiffres d’affaires et les bénéfices de Terrenoire, La Marine et Firminy, dans Gille (B.),(...)

110En Forez, la crise commence par le charbon. La progression du bassin en chiffres absolus cachait d’ailleurs, depuis la fin du Second Empire, une perte de vitesse relative : la production se développe en effet dans le cadre d’un rétrécissement géographique des débouchés, grignotés par les houilles belges, anglaises et bientôt celles du Nord de la France : les prix stéphanois sont élevés, de plus en plus, par rapport à la moyenne nationale qui retombe après la haute conjoncture des années 1872-1874201. La baisse de la navigation sur la Loire n’était pas compensée par l’ouverture de nouveaux tronçons ferroviaires, et le bassin commençait à souffrir de son éloignement des centres de consommation202. Et de 1860 à 1870, l’extraction a progressé à un rythme annuel de 3,5 %, tandis que la production nationale s’accélérait à 4,84 %, et celle du Pas-de-Calais, devenu le premier bassin français dans les années 1860, à 12,38 % ! En même temps, la part du bassin de la Loire était tombée de 35,5 % vers 1850 à 28,4 % en 1860 et 23,1 % en 1869, et la contraction du marché accroissait sa fragilité en accentuant sa sujétion à la clientèle locale, sidérurgique notamment203. Quant aux progrès continus du fer et de l’acier, ils n’empêchent pas, à partir de 1874, un amoindrissement du chiffre d’affaires des grandes sociétés régionales, qui reflète l’essoufflement du secteur dans le pays tout entier d’ailleurs204. Car, malgré les commandes de l’armée et le plan Freycinet, les ventes se ressentent de la concurrence étrangère et les bénéfices souffrent bientôt de l’avilissement des prix.

  • 205 A.N., F. 12 4532, Situations industrielles, Rhône, 23.5. et 1.8.1874, 22.6. et 28.7.1875, 10.2.187 (...)
  • 206 La production de fonte passe de 144 412 t en 1883 à 39 898 t en 1895 ; l’acier, de 132 530 t en 18 (...)
  • 207 Gras (L.-J.), Histoire des eaux..., ouvr. cit., p. 189 et suiv., p. 208 et suiv.

111C’est dans cette ambiance déjà défavorable que se produit la « révolution » du procédé Thomas, connu vers 1878-1879. Les « fers » sont les premiers touchés (cf. graphique no 8) ; le retournement du mouvement de longue durée s’est amorcé dès 1874, et sans qu’il y ait vraiment crise, les premières plaintes se font alors entendre à Givors, l’atonie du marché suscite les plus vives inquiétudes, aggravées en 1876 et 1877205. Le changement de sens pour la fonte ne s’esquisse qu’en 1879 dans la Loire, et en 1881 dans le Rhône, bien que 1880 et 1882 respectivement y soient des exercices records. Pour l’acier, le schéma est le même, mais à partir de 1880, et le ralentissement demeure modéré ; et le tonnage de 1882, 132 500 t de produits finis, constitue un sommet. Mais à partir de là, la baisse prend des allures d’effondrement : la fonte tombe de 72,3 % en 2 ans, et l’acier de 66 %, les fers de 56 % en 3 ans206. En même temps, la verrerie, autre débouché privilégié du charbon, est en pleine crise, depuis 1878-1879 : là aussi, le prix du combustible pèse lourdement sur les coûts de production, avec la médiocrité des liaisons, au moment où la demande se contracte, sous le double effet de la concurrence – elle vient de Carmaux et d’Allemagne – et de la crise du phylloxéra207.

  • 208 La S.I.M., 1886, p. 29, met en relief « la corrélation qui existe entre l’industrie houillère et l (...)
  • 209 S.I.M., 1884, p. 22. Dans le même temps, la baisse n’est que de 6,1 % pour la France tout entière, (...)

112Depuis 1874 d’ailleurs, le rythme de l’extraction s’était nettement ralenti, et tournait au malaise larvé à compter de 1878. Une brève rémission – de 1880 à 1883 – précède la crise aigüe208. Sans doute celle-ci s’inscrit-elle aussi dans le cadre du marasme général des houillères françaises, mais elle est bien plus grave dans la Loire qu’ailleurs, et les observations du temps le remarquent ; elle s’approfondit en 1885-1886 et, en 3 ans, la perte est de 810 000 t, soit plus de 22 %, sur des tonnages déjà diminués209.

  • 210 En mars 1882, le préfet de la Loire affirme : « ... la métallurgie est cette année en pleine prosp (...)
  • 211 Bouvier (J.), Le Krach de l'Union générale, 1878-1885, Paris, 1960, p. 251 et suiv., pour replacer (...)
  • 212 A.N., F. 12 4511 B, préfet Loire, 14.4. et 2.6.1883, 13.1 1.1884. A.D.L., 10 M.80, id., 24.3.1883 (...)

113La catastrophe est d’autant plus rudement ressentie qu’elle survient après l’excellent exercice de 1881-1882, qui avait suscité bien des illusions210, et que la crise financière qui secoue toute l’économie régionale semblait devoir épargner, à ses débuts, la grosse métallurgie211. Mais après 1883, il y a, selon la formule de J. Bouvier, « addition d’effets », et l’effondrement général des ventes et de la production entraîne fermetures d’usines et compression de personnel, dans la Loire comme dans les annexes givordines et lyonnaises212.

  • 213 A.N. F. 12 4511 B, Documents parlementaires, V, 1885, p. 2306 et 2313 et F. 12 4662, id., 7.5.1885 (...)
  • 214 A.N., F. 12 4662, préfet Loire, 7.5.1886 ; Gras (L.-J.), Histoire...de la métallurgie, ouvr. cit.,(...)
  • 215 Comité des forges, ouvr. cit., cartes h.t., p. 116.
  • 216 Cf. Cambon (V.), La France au travail, 1911, p. 143, à propos de la vallée du Gier : « ...Nombre d (...)

114A Givors donc, la baisse des commandes ferroviaires entraîne l’extinction de 3, puis de 4 hauts fourneaux sur 8 dans le printemps 1883, de 5 à la fin de 1884, de 6 en 1885, et Chasse ne se porte pas mieux ; de l’ensemble du groupe rhodanien, un seul est à feu au printemps 1886. Dans la banlieue lyonnaise, dans l’automne 1884, les ateliers d’Oullins produisent à 50 % de la normale, La Buire ne vaut guère mieux, l’arsenal lui-même est atteint, et la phase aigüe du marasme dure au moins 18 mois ; en janvier 1886 en effet, la situation est toujours aussi mauvaise213. Le creux de la vague est atteint en mars 1886, quand la Compagnie de Terrenoire ferme ses usines à L’Horme : elle déposera son bilan en 1889, sera liquidée en 1894. Les Aciéries de la Marine arrêtent leurs hauts fourneaux et leurs convertisseurs Bessemer, de Givors, en 1886, imitées par Harel et Compagnie214. L’ensemble du groupe, qui aurait compté 13 hauts fourneaux en 1878 (y compris Chasse) n’en a plus que 5 en 1889215. C’est bien la fin d’une époque, que traduit le démantèlement des moyens de la production traditionnelle, et qui marquera longtemps jusqu’au paysage216.

  • 217 A.D.R., M, Grèves 1886-1888, police, 1.2.1886, 2.12.1888 et 17.7.1889 et Gras (L.-J.), Notice sur (...)

115Dans la verrerie, le « trust » en difficulté dépuis 1879 se résigne à la liquidation en 1885, vend ses immeubles et ses fours à 3 nouvelles compagnies, « Hervier frères », la « Société anonyme des verreries de Rivede-Gier », et ce qui deviendra en 1892, après diverses péripéties, la « Société anonyme des verreries réunies de la Loire et du Rhône » et qui recueille l’essentiel du soufflage des bouteilles. A Givors, c’est le déclin général, qu’on ait été du « trust » ou non, et la Veuve Saumont, venue de Saint-Etienne, ferme en 1891 ; à Lyon, où l’écoulement est nul et le stock important au début de 1886, « Gout, Janvier et Compagnie », d’Oullins, disparaît en décembre 1888217.

B. Le marasme de la grosse métallurgie régionale et la liquidation du Vivarais

  • 218 A.N., F. 12 4482, préfet Ardèche, 12.6.1874.
  • 219 Soit, pour le minerai, de 231 880 t. à 123 500, et de 103 440 t à 53 920 pour la fonte ; cf. aussi (...)

116A l’extérieur, la crise forézienne entraîne son annexe ardéchoise, où la récession aboutit à la liquidation totale. En fait, mines et fonderies du Vivarais ne se sont pas vraiment remises du marasme des années 18701871218, et les cahots de la courbe annuelle (cf. graphique no 11) traduisent les incertitudes de la production, bien avant et le retournement de la conjoncture générale et la crise structurelle du bassin stéphanois, qui les transforment en déroute à compter de 1878-1879. Une très violente contraction fait tomber la production de minerai et de fonte de près de la moitié, en deux ans seulement !219.

  • 220 Cf. Joanne (A.), ouvr. cit., p. 45 et Bourdin (L.), ouvr. cit., p. 227.
  • 221 A.D. Ar, 15 M. 1855, préfet, 17.10.1894 et 141 M. l, maire Privas, 14.10.1894.
  • 222 D’après la S.I.M., 1850-1890, les moyennes annuelles sont, en tonnes :

117La concurrence lorraine et les difficultés d’extraction signent l’arrêt de mort du Vivarais sidérurgique, et la faillite de Terrenoire donne le coup de grâce : ses 6 hauts fourneaux de La Voulte – qui fournissent encore en 1880 plus de la moitié des coulées – s’éteignent en 1889 pour ne plus jamais se rallumer ; sa concession de Privas est abandonnée en 1890220. Veyras fermera à son tour en 1894221. Et des 9 hauts fourneaux encore en activité en 1878, il n’en subsiste que 5 en 1889. De 1885 à 1890, la production annuelle de minerai est inférieure de 59,4 % à la moyenne de 1880-1884, de 63 % à celle de la décennie 1871-1880 et de 68 % à 1861-1870 ; celle de fonte de respectivement 59 %, 58 % et 61 %222.

  • 223 A.N., F. 12 4536, préfet Haute-Savoie, 20.4.1886. A.D.H.S., 15 M. Situations industrielles, 1876-1 (...)
  • 224 Léon (P.), La naissance de la grande industrie, ouvr. cit., t. II, p. 823-824.

118Ce processus de liquidation s’étend largement, à l’occasion de la crise, aux centres secondaires de la sidérurgie régionale. En Savoie, notamment. A Cran, dans la banlieue d’Annecy, la détérioration est totale dès 1875 ; on incrimine tour à tour le manque de confiance, le taux trop élevé des tarifs ferroviaires. Rien n’y fait, et si l’aggravation n’est pas trop ressentie après 1882, c’est qu’elle a atteint un édifice déjà passablement délabré. En 1883, le gisement de lignite d’Entrevernes est abandonné ; les derniers gites ferrugineux de Saint-Georges-des-Hurtières cessent d’être exploités régulièrement après 1886223. Dans le Dauphiné alpin, les hauts fourneaux au bois sont morts depuis longtemps224.

  • 225 En l’absence du tonnage d’Allevard, la S.I.M. permet de suivre largement la marche du minerai de f (...)
  • 226 Léon (P.) art. cit. Cahiers d'Histoire, VIII, 1963, p. 12 et suiv. et p. 28 et suiv.
  • 227 S.I.M., 1870-1888. Les moyennes quinquennales de l’extraction sont, en tonnes : 1871-187 (...)

119Et surtout, à Allevard, dès les lendemains de 1870, l’effort réussi pour réduire les prix de revient est annihilé par la baisse des prix de vente et la pression d’une concurrence extérieure accrue. Dès 1874, c’est la crise ; amorcée en 1872-1873, elle se prolonge jusqu’en 1879, et l’on abandonne les mines de fer aux Schneider du Créusot, moyennant un contrat d’approvisionnement. Celui-ci fonctionne fort mal, et le développement rapide de l’extraction n’a pas grand effet sur la marche de l’usine225. Des temps meilleurs sont éphémères – de 1880 à 1883 –, où l’on commence la fabrication des aimants, promise à un bel avenir ; et 1884 ramène les années difficiles. Le haut-fourneau est éteint en 1886, la livraison des bandages de roue tombe à néant en 1888 et en 1889226. Quant au bassin charbonnier de La Mure, il stagne autour de 100 000 t, où l’a porté, à la suite de la haute conjoncture houillère, un bref élan, entre 1873 et 1876. L’arrivée du rail en 1883 le fait échapper un instant au marasme général : mais un spasme brusque en 1885 réduit l’extraction de plus d’un quart (– 26,9 %) et brise, jusqu’en 1888 au moins, toute velléité d’expansion227.

C. Une crise généralisée des structures ?

  • 228 A.D.H.S., 11 M. Grèves, 1872-1902, police, 8.9.1887 et 15 M. Situations industrielles, par trimest (...)
  • 229 A.N. F. 12 4499, Situations industrielles, Drôme, 1873-1887.

120Aucun autre secteur n’a subi aussi fortement les effets de la Grande Dépression, à l’exception des industries déjà déclinantes. Comme le coton savoyard : la Manufacture d’Annecy est, de 1877 à 1879, dans un marasme total, accru par les difficultés financières de ses propriétaires, les Laeuffer, et n’est plus que l’ombre d’elle-même228. Ou la draperie drômoise, qui se survit péniblement dans une médiocrité constante, dégénérant périodiquement en détresse229.

  • 230 A.N., F. 12 4532, préfet Rhône, 6.4 et 9.1.1886 ; A.D.R. 9 M. Situations industrielles, préfet, 14 (...)

121Trois spécialités, fondées sur le travail dispersé, semblent pourtant avoir partagé la crise de structures de la Fabrique lyonnaise. C’est d’abord le travail de la mousseline autour de Tarare : sa vogue s’affaiblit, et la concurrence suisse, toujours présente depuis le traité de commerce franco-helvétique, se fait plus pressante. Le marasme s’installe à partir de 1880, et le décret du 18 septembre 1883, qui introduit l’admission temporaire en franchise des filés, la tentative de lancer de nouvelles étoffes, comme la gaze et les tissus d’ameublement, n’en viennent pas à bout. En 1885, note-t-on, les souffrances sont réelles ; on met en cause l’insuffisance de l’outillage et, de fait, les métiers à bras sont le plus souvent démunis de travail, vont périclitant rapidement en 1886 ; c’est donc tout un type d’organisation qui semble irrémédiablement atteint230.

  • 231 A.N., F. 12 4511 B, Documents parlementaires, juin 1885, p. 2894.
  • 232 Gras (L.-J.), Histoire du commerce local, p. 637, et Histoire de la rubannerie, p. 639 et suiv.
  • 233 A.D.L., 93 M.53, préfet, 30.11.1882.
  • 234 Cf. note 231, id. p. 2893 et préfet Loire, 2.6.1883.

122Quant à la rubannerie stéphanoise, elle souffre à partir de 1875 du non renouvellement des traités de commerce et des droits mis à l’entrée des cotons et des schappes, et, surtout, de l’évolution de la mode vers la simplicité et la recherche du bon marché231. L’année 1877 est mauvaise, comme à Lyon, et les chiffres de la Condition des Soies (cf. graphique no 13) enregistrent une chute de 29 % sur 1875, de 1 096 400 kg à 777 541. Et de 1877 à 1884, la moyenne annuelle est de 839 000 kg contre 878 000 entre 1872 et 1876 ; ce n’est qu’en 1887 qu’on approche à nouveau le poids de 1876, car 1878 et 1879 sont détestables232, la situation est d’une extrême gravité en 1882, à tel point qu’on a les doutes les plus sérieux sur l’avenir même de la rubannerie233 ; là aussi, c’est la médiocre productivité du travail qui semble en cause ; le tiers d’ailleurs des métiers à bras est constamment au chômage234.

  • 235 A.N., F. 12 4511 B, Documents parlementaires, juin 1885, p. 2893 ; Gras (L.-J.), Histoire de l’arm (...)
  • 236 A Annonay, les soubresauts très forts de la conjoncture en 1883 notamment provoquent une stagnatio (...)
  • 237 La crise y est particulièrement forte en 1874-1875 et en 1882-1884 ; mais la reprise est tout auss (...)

123Enfin, le recul de l’armurerie est patent à partir de 1876 : la concurrence belge fait tomber la production de fusils de chasse à 39 000, puis à 33 000 en 1878 ; la crise repart en 1885, et le nombre se tient constamment autour de 35 000 jusqu’en 1890. Les exportations sont nulles, et les armes stéphanoises, trop chères, sont incapables de lutter ; sur le marché parisien, un fusil vaut 130 francs ; la même qualité, fabriquée à Liège, ne s’y vend pas plus de 85 francs ! La vieille rivale belge a désormais une production dix fois supérieure à celle de Saint-Etienne ; or, au début du siècle, il y avait égalité : on mesure le recul ! Et l’avenir n’est pas plus brillant. Car la loi du 14 août 1885 instaure bien la liberté totale de vente et de fabrication des armes de guerre si longtemps réclamée ; mais en réservant la production des modèles réglementaires à l’Etat, elle met fin à une collaboration traditionnelle avec la Fabrique. En 1886, d’ailleurs, on repousse ses offres pour le marché, considérable, du fusil Lebel, et il s’ensuit une perte que ne comble pas la transformation en armement dit de pacotille des vieux Chassepots. Le marché intérieur reste médiocre, rétréci par la baisse du revenu paysan, en pleine crise du phylloxéra ; en valeur, la production stéphanoise ne dépasse pas 4 millions, alors que les importations, en hausse constante, atteignent 1,8 million de francs235. Pour le reste, le marasme, bien qu’il soit particulièrement fort dans la mégisserie, à Annonay236, et dans l’industrie des chaussures de Romans237 ne semble pas dépasser les limites de la conjoncture générale, et le redressement sera partout très rapide.

124Ainsi, la dépression des années 1880 stoppe-t-elle brutalement la marche en avant des secteurs qui avaient tiré jusque là l’ensemble de l’industrialisation régionale. C’est l’organisation même d’un système qui avait fait la fortune de certains d’entre eux qui est en cause, celle de la Fabrique lyonnaise notamment. Mais les secteurs clés de la Révolution Industrielle sont eux-même atteints ; et la situation du pôle stéphanois est particulièrement grave, puisque touché doublement, dans ses activités traditionnelles, et dans sa puissance houillère et sidérurgique. Après avoir entraîné le déclin ou le rattachement des centres régionaux moins bien armés, le bassin de la Loire est à son tour dépassé, sur le terrain même où il avait brillé, par une France du Nord plus proche des grands marchés de consommation et surtout plus favorisée par l’évolution technologique. Là est le drame de la région tout entière : elle ne démérite pas, mais on fait mieux ailleurs, désormais. C’est donc au prix de la révision déchirante de traditions qui avaient longtemps appuyé leur domination que va se faire la reprise des activités industrielles.

IV. RECONVERSIONS ET REPRISE : UNE PERTE DE VITESSE ? (VERS 1886-1914)

125La crise des années 1880 ne liquide, malgré sa violence, que les secteurs déjà moribonds ; ceux qu’elle a atteints le plus fortement – les plus importants – entament donc une mutation radicale. Ils y réussissent inégalement, perdent en tout cas leur rôle d’entraînement régional au profit des secteurs nouveaux, dont l’apparition rapide prouve que l’esprit d’entreprise n’a pas déserté la région.

1. L’adaptation des industries textiles

126La baisse considérable du système de l’entreprise unifie le destin des industries textiles qui toutes, désormais, attendent leur renouveau de la mécanisation. Il s’en suit une redistribution géographique de leur implantation, mais celle-ci garde beaucoup du premier XIXe siècle.

A. La soierie lyonnaise : la fin de la Fabrique

127La reconstruction de la Fabrique après la crise de 1877 est une rupture avec une organisation et des choix séculaires. Les belles étoffes riches avaient fait sa renommée, on donne désormais la préférence aux « mélanges » et au tissu bon marché ; le travail à la main était garant de qualité, on attend le salut de la mécanisation.

128La crise a donc marqué la fin des étoffes de soie pure, façonnées ou unies, au profit, dès les années 1880, des mélanges de coton et de laine et des tissus dits « fantaisie », comme les crêpes, la gaze et les mousselines. On ne dispose de leur part qu’en valeur, donc d’une image atténuée de leurs progrès puisque les fibres employées sont toutes moins chères que le fil de soie ; telles quelles, cependant, elles s’imposent rapidement :

  • 238 Cf. Lequin (Y.), ouvr. cit., p. 145 et suiv.

PART EN POURCENTAGE DE LA PRODUCTION TOTALE DE LA FABRIQUE EN VALEUR238

Etoffes mélangées

Gazes, crêpes, mousseline

Ensemble

1874-1875

8,5

4,7

13,2

1880

46

6,9

52,9

1890

40

8,6

48,6

1900

42

20

62

  • 239 Garcin (S), La fabrique lyonnaise de soieries, 1900-1930, MM., Lyon, 1969, p. 48-51.

129Donc, au début du XXe siècle, les deux catégories entrent pour plus des trois-cinquièmes de la production totale, contre moins de 10 % dans le début des années 1870. Et l’on est frappé par l’aptitude de la Fabrique à se renouveler, puisque la mutation se fait dès les années 1880. Puis après 1900, les « crêpes » prennent le relais et entraînent à leur tour l’ensemble de la fabrication. En 1907, ils en constituent à eux seuls les deux-cinquièmes, le quart environ à la veille de la guerre. Comme jadis les façonnés, ce sont eux qui font la renommée de la Fabrique, qui a su capter à son profit quasi exclusif les faveurs que la mode leur accorde239.

130Légères, robustes, perpétuellement changeantes avec le goût de la clientèle, les nouvelles étoffes n’exigent pas les précautions nécessaires aux tissus d’antan. Leur développement s’appuie donc sur une mutation technique qui touche à la fois le tissage et la teinture.

  • 240 Morand (M.), La fabrique lyonnaise de soieries en 1889, Lyon, 1896, annexe M., et, id., art. cit.,(...)

131Le métier mécanique n’était pas inconnu dans la Fabrique d’avant 1876 ; mais il était l’exception. On ne dénombrait pas plus de 5 000 unités à la fin du Second Empire, 6 000 en 1873. Or, dès 1878, le mouvement prend son essor240 :

MÉTIERS AU SERVICE DE LA FABRIQUE LYONNAISE

MÉTIERS AU SERVICE DE LA FABRIQUE LYONNAISE
  • 241 D’après A.D.R., 9 M. Situations industrielles, 1883-1884, 2e trimestre 1884, on estime qu’un métie (...)
  • 242 Sans compter les métiers à peluches et à velours, soit 1780 en 1914.

Note241
Note242

  • 243 En 1883-1885, encore, certaines sources retiennent le nombre total de 110 000 – 120 000 (A.N., F. (...)
  • 244 Il serait intéressant de connaître le mouvement du profit des fabricants ; rien ne permet de l’app (...)

132Développement rapide, donc, en plein marasme, jusqu’en 1884-1885 : les métiers mécaniques quadruplent, sans qu’il y ait d’ailleurs en regard recul des métiers à bras, au moins les premières années243. Donc théoriquement, le potentiel de production augmente alors même que la demande stagne. En pratique, on sait que beaucoup alors sont inactifs ; y a-t-il eu transfert, par souci de rentabilité, vers les mécaniques ? Hypothèse qui rendrait compte de la lourdeur du malaise sur le tissage traditionnel244. Puis le mouvement se ralentit pour repartir de plus belle après 1890, s’accélérer avec le siècle nouveau, retomber à nouveau après 1905. Donc, au total, deux phases décisives, où il y a, à chaque fois, multiplication par 4 : 1875-1886 et 1890-1905. En 1914, la métamorphose est totale : le potentiel de la Fabrique est assuré à plus de 87 % par les mécaniques.

  • 245 Garcin (J.), ouvr. cit., p. 35 et suiv.

133Quant aux métiers à bras, ils reculent lentement, de près de la moitié entre 1880 et 1900, mais leur résistance est remarquable jusqu’au début du XXe siècle ; après 1905, c’est l’effondrement, de sans doute plus des deux tiers en dix ans. Ainsi, au total, le nombre des métiers plafonne, ce qui ne saurait surprendre, de 1875 à 1885, avant de s’affaisser progressivement, un peu plus rapidement avec le siècle nouveau, qui constitue aussi une césure pour le potentiel de production qui, après un déclin momentané dans les années 1880, se renforce pour atteindre sans doute son maximum autour de 1900-1904. L’année 1905 apparaît donc comme une date charnière, à l’intérieur d’un processus qu’elle précipite. Et, de fait, elle marque la fin d’une période de malaise créé par les progrès des concurrents étrangers et le début d’un nouvel effort d’adaptation245 ; pas totalement efficace, d’ailleurs, puisqu’il y aurait amoindrissement global de l’outillage à la veille de la guerre. Conclusions qui doivent rester prudentes cependant, parce qu’émises à partir de données incertaines, et dans l’hypothèse d’une productivité inerte.

  • 246 A.N. F. 12 4511 B, Documents parlementaires, juin 1885, p. 2309.

134La mécanisation se répand dans les cadres de l’essaimage. Car si les métiers à domicile disparaissent des foyers dauphinois et beaujolais, on cherche désormais, à la campagne, la force hydraulique : les nouvelles usines s’installent le long des rivières246.

  • 247 Pour l’ensemble de l’essaimage, Morand (M.), ouvr. cit., annexe M et art. cit., R.T.I.G.A., 1914, (...)
  • 248 Ainsi, le Bas-Dauphiné passe de 9 160 métiers à bras en 1869 à 12 211 en 1885, puis 15 377 en 1888 (...)

135C’est donc au Dauphiné, toujours, que le mouvement profite, très précocement247 : dès 1880, l’Isère compte 1 1 336 métiers mécaniques, soit les trois-cinquièmes de l’équipement régional. Dans un premier temps, cependant, il n’y a pas substitution : les métiers à bras continuent à se répandre jusqu’aux années 1890248. En 1888, il y aurait même eu recul temporaire des mécaniques : pas plus de 9 402, contre 14 200 métiers à bras dans le seul Bas-Dauphiné. Puis le rapport des forces bascule, très vite, en leur faveur : 12 438 en 1894, 15 315 en 1900, 17 935 en 1914, où ne subsistent plus que 2 628 métiers à bras, outre 823 consacrés au velours et 109 au tulle, contre 12 029 en 1900 encore : dans les cantons de La Tour-du-Pin (599), de Pont-de-Beauvoisin (462), de Saint-Geoire-en-Valdaine (341), de Virieu (313) surtout et, un peu à l’écart, de Meyzieux (349).

  • 249 Soit Bourgoin, Le Grand Lemps, La Tour-du-Pin, Pont-de-Beauvoisin, Rives, Saint-Etienne de Saint-G (...)
  • 250 Encore faudrait-il ajouter une vingtaine d’usines à tulle, à La Tour-du-Pin, La Bâtie-Montgascon e (...)

136La mécanisation s’étend dans la vieille allée soyeuse, mais restreinte entre Rhône et Isère, de part et d’autre du seuil de Rives, au nord du plateau de Chambarran et des Terres froides ; soit 17 cantons en 1888, une trentaine en 1914. Parmi les nouveaux venus, la poussée est particulièrement vigoureuse à Virieu (585 à la veille de la guerre) et à Morestel (695). L’essentiel est cependant concentré par 8 d’entre eux249 : en 1888 y battent 81 % des mécaniques de l’Isère (7610) et 31 % de la totalité de la Fabrique ; en 1914, leur part est de 74 et 33 % (13 318)250 : évolution qui atteste à la fois de leur propre essor, et de celui du département. De fait, en 25 ans, Voiron passe de 1 584 à 2 478, Bourgoin de 1 188 à 2 109, Rives de 1 659 à 2 069 ; à la veille de la guerre, Pont-deBeauvoisin dépasse les 1 600, Le Grand Lemps, La Tour-du-Pin et Saint-Etienne-de-Saint-Geoir les 1 200. A l’écart ne compte guère que Vizille, avec, en 1888, déjà 896 métiers et 1 082 en 1914. Il s’ensuit une contraction géographique de la soierie dauphinoise, qui touche moins de 140 communes contre 150 pour le seul tissage à bras une quinzaine d’années auparavant.

137Cette réduction s’inscrit dans le déclin relatif des autres départements montagnards de la rive gauche du Rhône. Les métiers à bras disparaissent dès 1900 de la Savoie et de la Haute-Savoie, sans qu’il y ait remplacement par les métiers mécaniques, dont le nombre stagne ;avec une légère tendance à la baisse :

  • 251 Cf. note 247.

138En 1914, les principaux centres font piètre figure à côté des cantons dauphinois ; l’essentiel des mécaniques est d’ailleurs implanté dans leur prolongement : à Pont-de-Beauvoisin (423) et à la Motte-Servolex (258) ; à l’écart ne se distinguent guère que Saint-Pierre-d’Albigny (230) et Faverges, tombé à 300. L’évolution est identique dans le Jura du Sud, pourtant plus largement pénétré par le travail à domicile : le nombre des métiers à bras passe de 2 435 à 568 en 15 ans, dans 43 communes seulement, contre 57, dont une trentaine autour de Nantua, sans substitution ; la mécanisation demeure médiocre dans le département, 378 métiers en 1880, 820 en 1888, mais 655 seulement en 1894, avant de remonter à 1 215 en 1900, pour stagner à 1 153 en 1914. Dont 393 dans le canton de Poncin – à Jujurieux, en fait – 254 à Montluel, et pas plus de 162 à Nantua251.

139A l’ouest du Rhône, la mécanisation semble plus tardive et, surtout, la résistance du tissage à bras est forte, et persistante :

  • 252 Le nombre est mis pour mémoire, car il comprend les métiers de Villeurbanne, qu’il est difficile d (...)

Note252

  • 253 Soit Charlieu, La Pacaudière, Belmont, Le Perreux et Saint-Symphorien (cf. Dumoulin (M.), ouvr. ci (...)

140Là, rien de réellement décisif ne se fait avant les années 1900, la progression des campagnes du Rhône est médiocre d’ailleurs, de 65 % à peine jusqu’en 1914, malgré la mise en place de groupes puissants à Charlieu (340 métiers mécaniques en 1888, 1 076 en 1914), à Tarare (de 78 à 769), secondairement à Feurs (500 en 1914), à L’Arbresle (327), à Amplepuis (398) et à Saint-Laurent-de-Chamousset (308). Surtout, ce qui frappe, c’est la prédominance, toujours, du tissage à bras, même à la veille de la guerre, tant sur le versant forézien que sur le versant rhodanien des Monts du Lyonnais et du Beaujolais. Il est amoindri, sans doute, si on compare avec la place qu’il tenait en 1877, et le déclin se précipite depuis 1900, liquide près des deux-tiers des métiers à bras en un peu plus d’une décennie. Mais il l’emporte encore nettement même à Charlieu (2 731 !), à Feurs (1 133), et aussi à Saint-Symphorien de Lay (533), à Belmont (875), à Néronde (524), et pour les 5 principaux cantons du Roannais, 4 173 contre 6 à 7 000 en 1889253 Le recul du tissage à bras se traduit donc là, comme dans le Jura méridional, par une contraction de l’aire soyeuse : 80 communes dans la Loire et 110 dans le Rhône en 1900, 61 et 93 respectivement en 1914.

141La majorité des métiers mécaniques de la Loire s’installent en fait au Sud-Est du département, à Bourg-Argental qui en a déjà 2 011 en 1888, et 2 429 en 1914, à Pélussin, passé de 282 à 1 450, et même à Saint-Etienne, qui en a monté 540. Ces cantons participent d’un groupe à cheval sur le Massif du Pilat, et qui englobe le Nord de l’Ardèche, Annonay, où l’équipement a presque quintuplé, de 268 à 1 038, et à Satillieu (52, puis 294). L’ensemble, avec Le Chambon-Feugerolles (400), Saint-Chamond (407), et Rive-de-Gier est fort en 1914 de 6 708 métiers (3 151 en 1888), soit 11,5 % de l’équipement global de la Fabrique.

142Plus au Sud, la mécanisation gagne en Vivarais, et dans la Drôme toute proche, sur le domaine habituel du moulinage : dans les arrondissements de Privas et même de Largentière, autour de Valence. Dans les deux départements, l’essor est très rapide :

143Dans la Drôme, c’est aussi le Nord qui concentre l’essentiel des métiers, à Saint-Jean-en-Royans (502 en 1914), Saillans (240), SaintDonat (174), Crest (200). Progression limitée, mais intéressante, puisqu’elle se fait dans des zones relativement épargnées par l’essaimage traditionnel.

  • 254 A.D.R., 9 M., Situations industrielles, Chambre Commerce Lyon, 7.9.1883 et « Exposé de la situatio (...)
  • 255 Soit Saint-Clair, Caluire, Villeurbanne, Les Charpennes ; cf. Morand (M.), art. cit., R.T.I.G.A., (...)
  • 256 Lyon en 1906, ouvr. cit., t. II, p. 316.
  • 257 Morand (M.), art. cit., R.T.I.G.A., p. 325-326.

144Pendant ce temps, le tissage continue à abandonner Lyon. La désertion s’amplifie dès les lendemains de 1877 : en 1882, il n’y a plus, selon une enquête de la Chambre de Commerce, que 25 000 à 27 000 métiers intra-muros, dans 8 000 ateliers, et sans doute pas plus de 16 000 à 17 000 en état de marche. En 1889, leur nombre avoisine 16 000 ; il y a donc chute précoce – à l’inverse de ce qui se passe à la campagne –, à moins de la moitié du potentiel de production pendant les années 1855-1875254. Un dénombrement minutieux de 1900 n’en trouve plus que 10 429 pour Lyon et les communes suburbaines255, et en 1905, pour la ville seule, on hésite entre 6 000 et 7 000, outre 1 400 métiers à tulle ; donc, 8 500 au grand maximum256. A la veille de la guerre, il n’en reste plus que 6 831, dont 5 364 dans les limites communales, et le reste à Villeurbanne surtout, soit moins de 10 % des métiers au service de la Fabrique, contre le quart encore en 1876257.

  • 258 Id., p. 322 et 325.
  • 259 A.N., F. 12 4511 B, Documents parlementaires, juin 1885, p. 2312 ; A.D.R., M., Grèves, 1900-1904, (...)
  • 260 A.N., F. 12 4511 B. Documents parlementaires, juin 1885, p. 2311 ; Lequin (Y.), ouvr. cit., p. 142 (...)

145La baisse s’explique par la décadence rapide des métiers à bras, avec celle des belles étoffes de soie pure, sans qu’il y ait relais par la mécanisation : 16 000 en 1889 – c’est-à-dire la quasi totalité –, 8 637 en 1900 ; ils restent alors concentrés, pour l’essentiel, dans les vieux quartiers de la Fabrique (cf. carte no 11), sur les pentes de La Croix-Rousse (1 687) et sur le plateau (6 017). En 1914, l’effectif est squelettique, de 2 955 unités258 ! Il y a donc baisse de près des trois-quarts en une décennie, de plus des 4/5e en 25 ans. En regard, les métiers mécaniques progressent avec une extrême lenteur : 560 en 1885 ; 840 en 1888, pour l’ensemble Lyon-Villeurbanne ; 1 782 en 1900 ; 2 645 en 1903, dont 883 à La Croix-Rousse ; 2 738 en 1914259. Parmi eux, 1 323 battent à domicile ; piètre résultat d’un vain effort pour sauver la canuserie d’autrefois par l’installation de moteurs à gaz, puis électriques, dans les petits ateliers familiaux. Une société de crédit pour la transformation, née en 1882, n’a pas de succès ; pas plus que la Société pour le développement du tissage à Lyon, de 1892, et qui fusionne avec la Caisse de prêts aux tisseurs. Et l’offre d’abaissement des tarifs que fait en 1899 la Société des forces motrices du Rhône ne rencontre pas d’écho260. La vieille Fabrique est bien morte, n’occupe plus à Lyon qu’une place secondaire et, symboliquement, délaisse les collines qui avaient fait sa renommée, pour renaître à leur pied, dans les plaines de la rive gauche, naguère marches d’Empire, aujourd’hui annexées à la ville.

  • 261 Pour l’ensemble du paragraphe sur la teinture, Pariset (E.), ouvr. cit., p. 389 et suiv. Lequin (Y (...)

146En effet, la seconde grande mutation technique est celle de la teinture et de l’apprêt261. Comme pour le tissage, on s’y applique à réduire les coûts et à coller aux fluctuations de la conjoncture dans le long et le court terme, pour répondre aux nouvelles conditions du marché et gommer les effets d’une mode capricieuse. La grande nouveauté, donc, c’est la teinture des pièces après tissage, réservée jusque là aux seuls foulards, et qui se substitue désormais à la teinture avant tissage, en flottes, longtemps de règle. Les étoffes sont donc fabriquées en « écru », avec des grèges : on fait ainsi l’économie de l’ouvraison que nécessitait la fragilité du fil teint à l’avance. Puis, des rouleaux de cuivre impriment à l’infini par couleurs successives, les pièces illimitées qui sortent des métiers mécaniques. Ainsi sont abaissés, à la fois, les frais de matière première et les coûts de fabrication.

147Pour y parvenir, la Fabrique fournit donc un gros effort d’outillage, et dès 1890, on estime qu’elle y a investi autant que dans la mécanisation du tissage. Enfin, les pièces en écru peuvent être stockées en cas de mévente, puis imprimées au fur et à mesure, au gré et au goût de la demande. Les coloristes lyonnais appliquent d’ailleurs au dessin et aux teintes le même esprit de création qu’ils mettaient autrefois au service des façonnés. L’apprêt joue un rôle semblable ; il améliore l’aspect des tissus mécaniques et, surtout, il peut transformer l’aspect des étoffes que la mode délaisse ; ainsi en 1882, un simple gaufrage permet d’écouler les énormes stocks de satin tramé coton dont la clientèle s’était soudain détournée.

148La « teinture en pièces » suit donc l’essor des étoffes nouvelles. Dès 1879, l’ampleur de son succès frappe les observateurs, alors même qu’un décret, du 6 septembre, lui offre des perspectives élargies en admettant en franchise les « mélanges » de soie en transit pour teinture ou apprêt. Son développement se mesure à la part des grèges qui entrent à la Condition : 35,2 % en 1875, près de 52 % en 1880, 64 % en 1890, 70 % en 1900 ! En valeur, les « teints en pièce » sautent de 36 millions de francs en 1876 à une moyenne annuelle de 140 à 150 millions entre 1890 et 1900 ; et ils profitent du recours croissant aux soies de qualité médiocre, comme les « tussah », ou des déchets, comme la schappe. Les possibilités sont illimitées, avec la multiplication et l’incessant renouvellement des « fantaisies », les pongées, les satins, les serges, etc... A partir de 1900, on applique même le procédé aux étoffes de soie pure, telles les mousselines et les crêpes, dont on sait le succès ; et vers 1910, les « teints en pièce » égalent à peu près en valeur la teinture en flottes, pour une part d’un tiers seulement une dizaine d’années auparavant.

149Or, c’est à Lyon que s’installent, ou se développent, les ateliers de teinture et d’apprêt. Vastes établissents dotés d’un appareillage moderne, ils façonnent le nouveau visage du coeur de la Fabrique, aux mains de puissantes sociétés que dominent les Gillet, les Vuillod-Ancel, les Montessuy. Un premier mouvement de concentration s’accomplit dans les années 1890, quand les menace l’offensive protectionniste des fabricants et des mouliniers ; Bonnet fils, associé depuis 1885 avec trois autres firmes, s’installe en 1892 aux Charpennes ; Gillet et fils ajoute, à ses établissements de Vaise et du quai de Serin, deux nouvelles usines à Villeurbanne dans les années 1890. Et en 1898, les Gillet et Vuillod-Ancel accaparent à eux seuls le tiers de la production lyonnaise.

  • 262 A.D.R., M. Grèves 1881-1891, police, 17.6.1890 et id. 1909, préfet, s.d. ; un état de 1903 dénombr (...)

150Une crise violente, en 1900-1904, la limitation des admissions temporarires en 1905, les exigences des fabricants entraînent la liquidation progressive des petits ateliers semi-artisanaux des Brotteaux et de SaintClair, restés attachés à la teinture en flottes et impuissants à suivre l’évolution technique. En 1906, on compte dans l’agglomération 96 usines d’apprêt, 6 d’impression et 18 de teinture en pièces, et malgré l’augmentation de la production, le nombre des firmes ne bouge pas, tend même à baisser, de 44 en 1890 à 42 en 1909262. A Vaise, et surtout sur la rive gauche du Rhône, aux Brotteaux, à Villeurbanne, ils tiennent la première place dans les activités lyonnaises de la soierie, ravie depuis longtemps au tissage.

  • 263 La moyenne mobile de 1886 (9 ans) s’inscrit à 4 867 000 kg ; celle de 1909 à 7 741 000 kg ; quant (...)
  • 264 Pariset (E.), ouvr. cit., p. 392 et suiv.
  • 265 Cf. Lequin (Y.), ouvr. cit., p. 114 et suiv.
  • 266 De 1877 à 1885, le kg de soie pure unie baisse de 97 à 73 francs (il vient de 170 en 1868 !), celu (...)

151Le mouvement de longue durée de la Condition des soies hésite jusqu’en 1886, puis repart à la hausse jusqu’à la veille de 1914 (cf. graphique no 13), à un rythme annuel légèrement supérieur à 2 % ; au total, la progression est de 59 %, et la moyenne décennale de 1901-1910 est supérieure de 17 % à celle de 1891-1900 et de 49 % à celle de 1881-1890263. Progrès qui ne se fait pas sans difficultés nouvelles : pour les tissus de grande consommation qui sont désormais la majorité, Kréfeld et Zurich sont des concurrents beaucoup plus redoutables qu’autrefois, puisque la consommation est « ... devenue insensible à l’élégance et à la finesse des tissus »264, leurs étoffes pénètrent en masse sur les marchés anglo-saxons où Lyon a perdu son hégémonie d’antan. Le débouché américain d’ailleurs se rétrécit, malgré une baisse des droits à l’entrée en 1883, car les tissages nationaux connaissent un essor rapide. Et la généralisation du protectionnisme empêche la conquête d’une clientèle nouvelle, en même temps que la suprématie lyonnaise comme marché mondial des soies et centre de transit des « asiatiques » s’affaisse lentement au profit de Milan265. Enfin, la baisse régulière des prix contribue à l’amenuisement des profits266.

  • 267 C’est-à-dire dé 5 879 000 kg en 1889 à 4 407 000 kg en 1890.
  • 268 A.N., F. 7 12 530, police Ambérieu, 21.4.1905 et F. 7 12 767, police Ain, 9 et 15.3, 9.1.1904 ; A. (...)
  • 269 Garcin (S.), ouvr. cit., p. 32 et suiv.

152La réorganisation de la Fabrique semble du moins avoir réussi à atténuer la dureté des crises périodiques ; la courbe du mouvement annuel apparaît nettement moins saccadée, sauf en 1890, où la Condition recule de 25 %267. Le retournement de la conjoncture mondiale après 1895 ne les fait cependant pas disparaître, et dans les dernières années du siècle, la guerre des Boers entraîne un ralentissement des commandes anglaises. La concurrence ne désarme pas, bien au contraire, et la Fabrique se traîne jusqu’en 1905 ; en 1903 même, un instant, il faut démonter tous les métiers à bras, instaurer un tour de chômage pour les mécaniques ; et en 1904, plusieurs fabricants importants sont réduits à déposer leur bilan ; en même temps, la plupart des industries annexes sont en plein marasme268. On a vu que les difficultés donnent un nouvel élan aux transformations, et la marche en avant reprend à partir de 1905, un instant ralentie par une légère récession en 1907 et en 1911, mais favorisée par la baisse du prix des grèges qu’entraîne l’explosion des magnaneries japonaises et, semble-t-il, après 1908, le retour de la mode vers les soieries. A la veille de la guerre enfin, la soie artificielle, mise au point depuis 1889, fait une timide apparition, dans le tissage des mélanges269.

153Quant à la diaspora des industries préparatoires du fil, elle ne subit pas de bouleversement, à l’exception du recul de la filature, victime de la décadence séricicole, au profit du moulinage. Une spécialité se distingue cependant, c’est la préparation des déchets de soie, la schappe.

  • 270 A.N., F 1 C III, Ain, 6, préfet, 1.12.1865 ; F. 12 4476 E, id., 11.1.1866 et F. 12 4477, id., 20.1 (...)
  • 271 A.N., F. 12 4479 A, préfet Ain, 2.10.1873, 8.4 et 8.7.1872.
  • 272 Statistique générale des grèves.... 1899, p. 481 et suiv.
  • 273 A.N., F. 7 12 530, police, 21.4.1905 et A.D.A., M. 259, police, 19.1.1904.
  • 274 Cf. Garcin (S.), ouvr. cit., p. 40, qui dans l’ignorance des chiffres de la production, calcule la (...)

154Les tissus bon marché, les mélanges, en font en effet une consommation grandissante. Ce n’est pas une nouveauté, loin de là, et depuis 1860 environ, on l’employait au tissage des velours. Les principaux ateliers s’étaient développés, malgré une légère récession en 1865-1866, en Bugey, dans la vallée de l’Albarine, à Saint-Rambert, Tenay et Argis, avec une tendance précoce à l’intégration270. Dès la crise de 1873, des importations massives sont faites, et elles augmentent après 1876 ; elles entraînent un essor très rapide des ateliers secondaires, à Lyon, à Amplepuis, à Artemare (Ain), mais surtout du groupe de l’Albarine, où les grandes sociétés à capitaux lyonnais, comme la « Société anonyme des filatures des schappes », ou bâlois, telle la « Société industrielle pour la schappe », absorbent les petites entreprises. En 1882, l’ensemble dispose de 38 700 broches, soit 48 % du potentiel français271. Ce n’est qu’un début, et en 1899, l’Albarine, après deux décennies d’une prospérité continue qui tranche avec les tracas du tissage, livre à elle seule plus de la moitié de la production mondiale, les trois-quarts de celle de la France272. Le nombre des broches a sans doute triplé, et une partie du fil est expédiée vers les régions cotonnières de l’Est et du Nord. Par la suite, il semble que l’expansion se ralentisse, après une période de difficultés en 1904-1905273 ; le groupe n’en reste pas moins à la veille de la guerre un des tout premiers complexes textiles de la région274.

  • 275 Laferrère (M.), ouvr. cit., p. 201 et suiv.

155Filature et moulinage ordinaires font pâle figure à côté des progrès de la schappe. Leur marasme se prolonge au-delà des années 1890 malgré la protection douanière des soies ouvrées mise en place en 1888 et en 1892, où sont créées des primes à la filature. Il leur faut lutter pied à pied contre la concurrence des usines de la plaine du Po, où Milan supplante peu à peu Lyon comme centre régulateur du marché international275.

  • 276 Trénard (G. et L.), ouvr. cit., p. 317.
  • 277 A.D.H.S., 33 M 1/3, préfet, s.d. (1894) : il ne reste que deux petits établissements en Maurienne, (...)
  • 278 Les moulinages y demeurent nombreux (99 vers 1910), mais sont très médiocres, principalement à Fir (...)
  • 279 Ministère du Commerce, Evaluation de la production... I, p. 198 : il y a 14 filatures se (...)
  • 280 Cf. Joanne (A.), ouvr. cit., p. 44 ; Le Bassin du Rhône, no 8, 5.1911, p. 44 et Reynier (E.), L’or (...)

156Les branches adventices du puissant groupe que Lyon avait mis en place se dessèchent l’une après l’autre : en Bugey, où le « tirage » décline avec le tissage et surtout l’arrachage des mûriers276 ; en Savoie, où ne fonctionnent plus à la fin du XIXe siècle que quelques établissements résiduels277 ; dans la Loire, où leur nombre (80 encore en 1894, à la fois sur les pentes du Pilat et dans le bassin houiller) diminue régulièrement ; et la situation n’est guère brillante au début du XXe siècle278. La Drôme elle-même s’affaiblit279. Seule l’Ardèche conserve son dynamisme, moyennant quelques transformations280.

  • 281 Sur un total, pour la France entière, de 226 filatures et 590 moulinages en 1906, d’après Beauquis (...)
  • 282 A.D. Ar., 141 M 1, préfet, 12.9.1898 et M. 478, gendarmerie, 18.4.1902.
  • 283 Ministère du Commerce..., Evaluation de la production I, p. 50 ; d’après la S.I.M., la f (...)

157En effet, avec le recul du ver à soie, la petite filature y disparaît dès 1885. Mais le moulinage reste brillant, et, de plus en plus, travaille les grèges étrangères, italiennes ou asiatiques, grâce à une mécanisation puissante et rapide de ses moyens, de leur concentration aussi ; et si les filatures tombent de 95 en 1885 à une quarantaine à la veille de la guerre, le nombre des moulinages reste longtemps constant autour de 380, jusqu’aux années 1900281, sa baisse, par la suite, n’étant pas signe d’une décadence. Dans l’espace, on retrouve cependant cette contraction qu’on avait déjà notée pour le tissage ; mais les lignes directrices de la géographie ne connaissent pas d’autre mutation que le renforcement des pôles les plus puissants : autour de Privas, qui compte 31 usines en 1898, à Coux, Freyssenet, Lyas et Saint-Priest, notamment, et d’Aubenas-Vals, avec 80 moulinages et 2 filatures en 1902, dont 31 dans l’agglomération même, le reste se partageant entre Saint-Privat, Ucel, Asperjoc et Antraigues282. Dans les années 1910, l’Ardèche demeure, de loin, le premier département français pour le moulinage, avec 46 % (1 300 000 kg par an) de la production nationale, et le Rhône moyen, avec la Drôme, y entre pour plus des trois-cinquièmes (65 %)283.

B. Les difficultés persistantes de la rubannerie stéphanoise

  • 284 Sur les difficultés permanentes de la rubannerie stéphanoise, A.N., F. 7 12767, Commiss. spéc. Sai (...)

158Les problèmes sont les mêmes que ceux de la Fabrique lyonnaise, mais le redressement et l’adaptation tardent à venir, et la courbe annuelle de la Condition des Soies de Saint-Etienne (cf. graphique no 13) demeure violemment contrastée, secouée de soubresauts violents, avec des chutes considérables en 1890, en 1893, en 1900 et en 1903 : reflets décalés d’un long malaise, qui tourne à l’aigre, notamment, de l’automne 1893 jusqu’à l’été 1894, avant de rechuter dans l’hiver 1895, puis de s’installer dans la médiocrité pour toute l’année 1896. En juillet 1903, la chute de la fabrication arrête 60 % des métiers à rubans, 80 % de ceux à velours, y compris dans les campagnes, et en 1908, 70 à 75 % de l’ensemble284.

  • 285 Clerc (G.) Passementiers stéphanois en 1912, p. 115-116.
  • 286 Cf. Enquête sur l’état de l’industrie textile, 1904, Chambre des Députés, Rapports, no 1922, t. II (...)

159Depuis 1890, on a bien tenté de développer ce que les passementiers nomment la « camelote » des rubans mélangés et bon marché. Mais les Etats-Unis restent verrouillés par des droits de 50 % ad valorem, et la Grande-Bretagne, premier client de la Fabrique, est envahie par les rubans de Bâle ; pire, la France elle-même devient, à partir de 1907, le second marché des produits helvétiques !285 Ce n’est qu’à partir de 1895 que s’amorce la mécanisation, donc tardivement. Mais elle est très rapide, facilitée par les conditions techniques : il suffit de transformer la marche du vieux métier de bois en lui adjoignant un moteur. L’aménagement du Lignon, à compter de 1892-1893 permet la fourniture d’électricité sur place, par la Compagnie électrique de la Loire, qui consent des tarifs bon marché, à forfait. De 19 en 1894, elle fait battre 856 métiers en 1896, 2 706 en 1898, 5 369 en 1899, 8 734 en 1902, 10 235 en 1903 ; par la suite, le mouvement se ralentit, et l’on est autour de 11 500 vers 1910286 (cf. graphique no 17).

  • 287 A noter qu’en 1904 encore, on estime le total des métiers stéphanois à 30 000 (réponses à l’Enquêt (...)

160Tels quels, ils dessinent l’aire de la Fabrique à la veille de la guerre : Saint-Etienne même et sa banlieue en concentrent près de la moitié (45 %, soit 5 214), avec la Haute-Loire proche (4 170, dans les cantons de Monistrol et de Saint-Didier-la-Seauve). Le reste se partage entre le bassin houiller (762 autour du Chambon-Feugerolles) et les contreforts méridionaux des Monts du Forez (534 à Saint-Rambert et 616 à SaintHéand). Outre Saint-Etienne, les communes les mieux équipées sont Saint-Genest-Lerpt (731), Sainte-Sigolène (1 435), Saint-Just-Malmont (976) et Saint-Didier-la-Seauve (865) (cf. carte no 15). Au total les deux-tiers des 17 000 à 18 000 métiers au service de la rubannerie, dont 3 000 seulement à bras, qui représentent un potentiel de production de 20 000 à 21 000 unités-métiers, très inférieur aux 30 000 que l’on s’accorde à attribuer, bon an mal an, au XIXe siècle. La rubannerie stéphanoise a donc été mise à mal par la persistance de son malaise, et sort amoindrie au début du XXe siècle287.

  • 288 Les moyennes décennales de la Condition sont de : 1881-1890, 988 600 kg ; 1891-1900, 1 132 800 et (...)

161On s’explique dès lors les hésitations du mouvement de longue durée de la Condition des Soies ; ici, pas de montée régulière, comme à Lyon, après 1890, mais 3 phases antagonistes ; une progression de 40 % entre 1881 et 1892, soit à un rythme annuel légèrement supérieur à 3 %, ne doit pas faire illusion ; elle reflète surtout la vigueur de la reprise de 1884 à 1889 (+ 305 %) ; puis reflux de 10,6 % entre 1892 et 1904 – marquée, on l’a vu, par le recours massif et pressé à l’électrification ; retour à la hausse de 1904 à 1909, de + 3,25 % par an, 17,5 % au total. Et la moyenne décennale de 1901-1910 stagne pratiquement au niveau de celle de 1891-1900, ne se hausse qu’à 14,5 % au-dessus des années 1881-1890. Le langage têtu des chiffres vaut mieux que toutes les lamentations288.

  • 289 A.D.L. 10 M 102, police, avril 1894, et Clerc (G.), ouvr. cit., p. 36-37.
  • 290 A.D.L., 10 M 102, id., et 92 M 49, préfet, 10.1.1893, Gras (L.-J.), Histoire de la rubannerie.... (...)

162Seuls font exception teinture et apprêt des rubans, dont l’importance grandit, comme partout : les deux opérations représentent, à la veille de la guerre, 25 à 50 % des coûts de fabrication, selon les qualités, et se concentrent à Saint-Etienne, dans une vingtaine d’usines en 1893, et presque autant pour le seul apprêt en 1912. Dès 1900, les dix firmes les plus importantes constituent un cartel et procèdent au renouvellement rapide de leur matériel289. Leur prospérité est partagée par la fabrication des tresses et des lacets, une spécialité longtemps secondaire, autour de Saint-Chamond : ses progrès sont constants depuis 1870, hors de quelques ralentissements conjoncturels ; la concentration y est précoce, de 25 firmes dans les années 1860 à 14 seulement en 1898, où une dizaine d’entre elles fusionnent dans la « Société anonyme des manufactures de tresses et de lacets ». L’atelier de famille a disparu dès 1870-1872 ; une quarantaine d’usines sont au travail à la fin du XIXe siècle, à Lorette, à Doizieu, à La Valla, à Saint-Paul-en-Jarez et exportent environ le quart de leur production290.

C. La laine et le coton

163Draperie viennoise et coton du Lyonnais et du Beaujolais ont en commun leur dépendance du marché intérieur, à l’inverse des différentes productions du tissage de soie, et ont souffert, à partir de 1875-1880, de la baisse du revenu paysan ; quand reviennent des temps meilleurs, ils se heurtent sur le territoire national, à la concurrence des draps et des cotonnades étrangers, malgré les droits protecteurs. Leurs solutions sont celles de la soierie ; seules diffèrent la chronologie des mutations et l’inégalité des réussites.

  • 291 Les premiers métiers mécaniques dataient en fait de 1860, mais étaient demeurés longtemps à titre (...)
  • 292 D’après Urbal (d’), ouvr. cit., p. 119 et Chatain (C.), ouvr. cit., p. 45.

164A Vienne, donc, le marasme est sensible dès 1876, mais la reprise est rapide, en 1881, et la mécanisation s’étale sur toute la période, selon un rythme assez régulier. Le nombre des métiers qu’elle fait battre, une centaine en 1869, 200 en 1876, passe à 600 en 1890, 1 100 en 1900, 1 550 environ vers 1910-1914 ; quant au tissage à bras – 3 600 unités en 1869, 2 300 en 1876 – il disparaît avec le siècle nouveau291. Malgré les plaintes contre la concurrence étrangère, qui font souhaiter l’élévation des droits protecteurs en 1904 et la liquidation des ventes à l’extérieur, la production reprend une marche en avant très rapide ; après être tombée, en tonnage, à 1 470 000 kg en 1879 (soit un recul de 25 % sur 1866-1869), elle progresse à 2 350 000 kg en 1890 (+ 60 % sur 1879), puis à 3 348 000 kg en 1900 et 4 730 000 kg en 1910 et fait donc plus que doubler en deux décennies292. Le centre viennois conserve donc, à la veille de la guerre, toute sa vitalité.

  • 293 A.N., F. 7 12767, police, 28.6.1901 et 18.1.1903 ; A.D.L., 10 M 115, police, 12.2.1897 et 10 M 116 (...)

165Le destin du groupe cotonnier est plus complexe, et extrêmement inégal. Autour de Roanne, il semble avoir échappé aux difficultés des années 1880, marquées au contraire par un dynamisme très vif, provoqué il est vrai par des circonstances exceptionnelles, on l’a vu. D’emblée, il fonde son essor sur la mécanisation (cf. graphique no 18), constamment développée jusqu’en 1910. Dès 1877 en effet, il dispose de 4 000 métiers mécaniques, contre 1 165 en 1875 et 1 665 en 1876 ; en 1884, il est à 4 684, en 1889 à 8 778, à près de 10 000 en 1894, 12 500 en 1904, 13 000 en 1908. La crise à contre-temps qui éclate à partir de 1896, le malaise permanent qui s’installe au début du XXe siècle, et fait de 1896-1897 et de 1901-1903 des années de détresse aiguë accentuent bien sûr le mouvement. Et le nombre des métiers à bras tombe à 2 000 environ vers 1908, contre 2 650 dans les seules usines, sans les ateliers familiaux, en 1889. Mais, au total, l’équipement reste assez stable, en unités du moins : de 10 928 en 1889 à 11 220 en 1904293.

  • 294 D’après une évaluation de l’Inspection du Travail, cit., par Chambre des Députés, Rapports..., ouv (...)
  • 295 Dumoulin (M.), ouvr. cit., p. 260-261 ; à noter aussi le développement du linge éponge à Saint-Sym (...)

166Et le malaise reste diffus, malgré le renouvellement des étoffes, avec l’apparition de tissus aux couleurs voyantes, des « fantaisies » dont Roanne continue à dominer le marché français. Comme pour la soierie, teinture et apprêt acquièrent un rôle éminent, en même temps que se rétrécit l’aire du tissage. Tout concourt à augmenter le rôle de Roanne au détriment de sa mouvance rurale : en 1904, la ville concentre les trois-quarts des métiers mécaniques (8 261)294 contre moins de la moitié en 1889 (3 800), où les 4 000 à 4 500 autres se dispersent à Belmont, Ecoche, Jarnosse, Cuinzier, La Gresle, Sevelinges, Le Cergne et Coutouvre notamment ; elle y ajoute, avec sa banlieue, une trentaine d’usines de teinture, outre ses 22 tissages ; très ouvertes à l’innovation technologique et aux formes modernes d’organisation, la plupart des firmes se groupent en 1900 en une « Société anonyme des apprêts et impressions de Roanne » et une « Société des teintureries roannaises réunies » qui jouissent d’une situation de quasi monopole ; enfin, un certain nombre d’industries annexes s’implantent en couronne autour d’elles, l’impression à Régny, le blanchiment au Coteau295.

  • 296 Cf. Velu (M.-H.), Villefranche en Beaujolais..., 1938, p. 49-52 et 56-57.

167Sur le versant oriental des Monts du Beaujolais, un peu à l’extérieur, c’est Villefranche qui semble jouer un rôle analogue : dans les années 1890, on y compte une quinzaine d’usines de teinture et de blanchiment des écrus, que transforment bientôt l’emploi des couleurs chimiques et l’outillage le plus moderne ; là aussi, les principales d’entre elles ont un cartel de vente depuis 1889, dépassent les horizons régionaux, travaillent pour les cotonniers alsaciens. En 1898, le secteur est unifié par la « Société Anonyme des Blanchiments, Teintures et Impressions » qui absorbe les plus importantes d’entre elles, dispose de 12 usines, et liquide en 1913 les derniers dissidents. En même temps, la filature connaît une nouvelle jeunesse par la concentration des trois firmes les plus dynamiques en 1890 : l’équipement est mécanisé aussitôt, et la fabrication de ouate hydrophile, depuis 1886, se développe très rapidement296.

  • 297 Forrester (R.-B.), ouvr. cit., p. 6, qui retient, en 1909, 21 000 métiers mécaniques, en tout, sur (...)
  • 298 Bien qu’il y ait, à la veille de 1914, un essai d’imitation de la rubannerie stéphanoise pour répa (...)

168A l’intérieur du massif, la situation semble beaucoup plus difficile, bien qu’on sache peu de choses précises sur son évolution. Le tissage des couvertures à Cours semble stagner, sans oscillation notable. Et, dans l’ensemble, la mécanisation y paraît beaucoup moins rapide que dans la Loire, à l’exception du secteur de Thizy entraîné par le dynamisme roannais ; à la veille de la guerre, il n’y aurait que 8 000 à 9 000 métiers mécaniques sur le territoire du Rhône, et peut-être, encore, 18 000 métiers à bras ; le Beaujolais apparaîtrait ainsi comme une zone d’archaïsme particulièrement fort, puisque la France tout entière n’en compterait pas plus de 27 000, autour de Tarare et d’Amplepuis, malgré la multiplication des petites usines le long de la Trambouze et du Rheins297. Au total, le groupe Rhône-Loire compterait en 1909-1912, environ 40 000 métiers, et marquerait une progression par rapport aux années 1880, démentant ainsi tout ce qu’on sait de son destin ; et, en fait, il semble qu’on doive faire les plus vives réserves sur le nombre des métiers à main, dont la plupart existent toujours mais ont cessé de battre298.

169Ainsi, la résistance à la dépression est inégale, et les capacités de renouvellement ne suffisent pas à donner dans tous les secteurs du textile, un second souffle. Si la Fabrique lyonnaise et la draperie viennoise y réussissent, le coton piétine à Roanne au début du XXe siècle et a perdu sa vigueur en Beaujolais, la rubannerie stéphanoise se débat dans un marasme persistant. Quel qu’ait été leur effort, d’ailleurs, tous ont payé leur survie d’un rétrécissement de leur espace géographique et, malgré la reprise très vive de certains d’entre eux, ils n’ont pas retrouvé le dynamisme d’antan. Plus que tout autre, ils sont les éléments d’un ralentissement de l’expansion régionale, peut-être parce qu’ils en avaient été longtemps le moteur le plus puissant.

D. Pour les cuirs et d’autres, un nouveau siècle inquiet

170Un certain nombre de secteurs, assez disparates, ont un destin semblable à celui du coton roannais : assez curieusement, le retour d’une conjoncture dynamique à partir des années 1895 ouvre pour eux l’ère des difficultés. Car, comme le textile, ils n’ont pas su comprendre les alertes des années 1880, tenues pour simples accidents, et pas su voir, parce que forts de leur renommée, les mutations technologiques et les aptitudes nouvelles d’une concurrence étrangère longtemps mineure.

  • 299 Sur la ganterie, cf. Cote (L.), L’industrie gantière à Grenoble, p. 49 et suiv., et surtout Le Nes (...)

171L’exemple le plus éclatant est celui de la ganterie grenobloise299. Elle a le succès, longtemps, et les atouts de la Fabrique lyonnaise : la même clientèle privilégiée, la même importance des marchés extérieurs ; à partir des années 1880, on retrouve la diffusion vers des couches nouvelles qui recherchent le bon marché, et la concurrence de produits de remplacement, le fil et le tissu, à partir de 1896-1897. Longtemps médiocres, les ganteries belges et allemandes comprennent le changement, adoptent la peau d’agneau qu’ils savent rendre aussi belle que celle de chevreau, mais beaucoup moins chère, et pénètrent ainsi sur les marchés anglosaxons ; au moment même où s’y développe une importante ganterie nationale à l’abri des droits protecteurs, et où de nouveaux producteurs apparaissent, comme l’Italie.

  • 300 A.D.I., 52 M 87, préfet, 9.2.1909 ; Ministère du Commerce..., Evaluation de la production..., ouvr (...)

172A Grenoble, longtemps, on ne saisit pas l’importance de cette évolution, et quand les ventes se ralentissent dans les années 1895, on continue à produire et à stocker dans l’attente des jours meilleurs. La baisse des exportations américaines est cependant significative : de 7,8 millions de francs en 1895, les ventes grenobloises tombent à 4,28 millions en 1902 ; le reste est à l’avenant, et la production baisse, en 7 ans, de la moitié : de 1,5 million de douzaines, soit 45 millions de francs, à 800 000, valant tout juste 22 millions. Crise profonde, après une période de progression continue, puisqu’on vient d’1 million de douzaines en 1870-1880 ; elle détermine un sursaut qui concentre la fabrication – en dix ans, le nombre des fabriques tombe de 95 à 66 – et la mécanise, avec la généralisation notamment de la machine à coudre après 1902. Le succès demeure médiocre, et la production stagne en fait jusqu’à la guerre ; en 1906, on tient le recul pour certain, et un sursaut à 1,8 million de douzaines en 1907 s’effondre en crise très violente en 1908-1909. A la veille de la guerre (1910-1912), on ne décolle pas de 800 000, pour 24 millions de francs, le protectionnisme ne désarme nulle part, et le développement des gants de tissus commence à inquiéter300.

  • 301 Cf. Ministère du Commerce..., Evaluation de la production..., ouvr. cit., t. I, p. 57 ; Reynier (E (...)

173Quant à la mégisserie d’Annonay, elle est entraînée dans le déclin de sa cliente grenobloise, après avoir été fortement secouée par la dépression des années 1880. A la veille de la guerre, il ne reste qu’une vingtaine de fabriques qui livrent, bon an mal an, 600 000 à 700 000 douzaines de peaux par an, à peu près le niveau de 1870-1875301.

  • 302 Cf. Bassieux (F.), L’industrie de la chaussure en France, 1908, p. 192 et suiv. et surtout Bellon (...)

174Le schéma est semblable à Romans-Bourg-de-Péage pour l’industrie des chaussures. Malgré un ralentissement marqué en 1874-1875 et 1882-1884, l’essor a été rapide jusqu’en 1893 ; en moins de 10 ans (1885-1893), le nombre des ateliers passe de 15 à 29, outre les industries de sous-traitance, surtout au profit de Romans qui est alors le premier centre français de la chaussure. La crise éclate, terrible, en 1894, 6 maisons liquident entre septembre 1894 et mars 1895, 9 autres déposent leur bilan en 1898-1899. Les exportations sont d’ailleurs en baisse régulière depuis 1886, et à l’intérieur du pays, la concurrence vient de Nancy, de Limoges, de Fougères. Là aussi, la mécanisation prend la relève après 1902, de proche en proche, dans les opérations multiples de la fabrication, le finissage d’abord, puis la couture et le découpage. Une reprise s’esquisse, mais on n’exporte plus, la galoche – un élément traditionnel de la prospérité locale – tend à disparaître, et la crise réapparaît en 1907 puis, une nouvelle fois, à la veille de la guerre, sous l’impact de la concurrence américaine302.

  • 303 A.D.H.S., 11 M., grèves, 1904-1906, sous-préfet Bonneville, s.d. (1906) et 1907-1909, préfet, 23.2 (...)

175Enfin, l’horlogerie du Faucigny. Là, c’est le débouché genevois qui faisait la prospérité ; laiton et cuivre suisse entrent en franchise depuis la création de la « zone » en 1860, et la convention franco-helvétique de 1893 exonère à l’importation des produits des ateliers créés depuis l’Annexion. La mécanisation est précoce, antérieure à la crise ; dans les années 1890, de puissantes dynasties patronales sorties de l’école de Cluses, comme les Carpano, équipent l’Arve dès 1893, le Giffre, à Marignier, en 1898, avec l’appui des banquiers locaux, comme Abre, de Bonneville, et le tour automatique se généralise dans les ateliers familiaux. On ne prend pas garde à l’essor encore plus rapide des fabriques suisses, et à partir de 1898, c’est l’effondrement, très rapide, et le début d’une longue récession qui va s’aggravant jusqu’à la guerre : tout y concourt, chute de la demande, avilissement des prix et, à partir de 1908, la perte quasi totale du marché genevois qui tourne désormais lui-même pignons et roues qu’il avait longtemps achetés en Faucigny. Et vers 1914, une dizaine de communes seulement compteraient dans l’usinage des pièces d’horlogerie, contre 23 au moment de l’apogée, à la fin des années 1890303.

176En somme, on retrouve, pour toute une série de centres et de secteurs dispersés qui avaient souvent été des éléments importants du dynamisme industriel original, et aussi de son originalité, le même désenchantement, les mêmes difficultés à l’aurore du siècle nouveau. Pour beaucoup, c’est un irrémédiable déclin qui s’amorce ; pour d’autres, la reconversion a réussi, mais la survie se fait au prix du sacrifice d’une suprématie ou d’ambitions traditionnelles. Quoi qu’il en soit, tous cèdent le rôle moteur qu’ils avaient eu au XIXe siècle.

2. De nouvelles directions

177La relance de l’industrialisation régionale vient d’horizons multiples, à la fois par la reconversion totale de certains secteurs – dans la métallurgie lourde forézienne par exemple –, par la promotion de spécialités longtemps secondaires – constructions mécaniques, chimie –, enfin par la seconde révolution énergétique qu’annonce l’électricité.

A. En Forez, l’âge d’un autre acier

  • 304 S.I.M., 1871-1913. La moyenne annuelle de production par décennie est de : 1871-1880, 3  (...)
  • 305 Cf. S.I.M., 1901, p. 7 ; et Comité des forges, ouvr. cit., p. 9-13.
  • 306 Leseure (J.), ouvr. cit., p. 337-343.
  • 307 D’après la S.I.M., 1891-1910. Par moyenne décennale, les prix sur le carreau de la mine sont les s (...)

178La fin du marasme houiller s’amorce dans la Loire dès 1887 ; l’extraction repart avec, à la fois, la dureté de l’hiver et la reconquête du Midi méditerranéen que permet le bas prix momentané du charbon. Les stocks s’amenuisent pendant l’année 1888, et à compter de 1890, la courbe du mouvement de longue durée repart à la hausse (cf. graphique no 5), mais très modérément, pour stagner à la veille de la guerre. Et, de fait, de 1901 à 1910, la moyenne annuelle ne l’emporte que de 12 % sur 1881-1890, de 6,9 % sur 1871-1880304. Il y a donc bien reprise sans qu’il y ait essor, et la part du bassin continue à reculer dans la production nationale, de 18,5 % en 1880 à 12 % en 1900 et à 9,8 % en 1910. De 1881 à 1901, l’extraction n’y progresse que de 7 %, contre 59 % pour les gîtes du Tarn et de l’Aveyron et 108 % pour le Nord - Pas-de-Calais ! Seul de toutes les houillères françaises, il reste étale de 1880 à 1890, et après une décennie de lents progrès (+ 1,15 % par an de 1890 à 1900), il est encore le seul à régresser, légèrement mais nettement, au début du XXe siècle (– 0,70 % par an de 1900 à 1910)305. Son apathie traduit le recul accentué de la circonscription de Rive-de-Gier, qui ne tire plus en 1899 que 9,6 % de l’ensemble (367 600 t), la moitié des années 1860, contre 16 % encore vers 1880 (538 300 t), et que ne compense pas la médiocre avance des champs stéphanois306. Surtout, il souffre, de plus en plus, du taux élevé de ses prix de revient, supérieurs de 21 % au niveau national de 1891 à 1900, et de 23 % de 1901 à 1910307.

  • 308 Sur le bassin de La Mure, outre la S.I.M., Angelier (Ch.), Le bassin houiller de La Mure, R.G.A., (...)
  • 309 Les moyennes décennales sont à, selon la S.I.M., 1880-1910, 119 570 t (1881-1890) ; 185 000 t (189 (...)
  • 310 Le tonnage maximum est atteint en 1900, avec près de 62 800 t, après une progression rapide depuis (...)

179A l’intérieur même de la région, le centre forézien recule par rapport aux autres gîtes, même modestes, qui lui disputent l’approvisionnement local, sur un espace élargi. Dans les Alpes, notamment, l’anthracite de La Mure308 reprend une marche en avant rapide à partir de 1886-1887, s’équipe en 1895 d’un atelier de criblage au Villaret, inaugure le remblayage automatique à partir de 1906. En 1911, la « Compagnie des mines de La Mure », qui regroupait depuis 1863 les principaux concessionnaires de La Motte d’Aveillans et du Peychagnard se mue en société anonyme, avec un capital rapidement accru. Et, en 30 ans, l’extraction triple, de 108 900 t en 1885 à 335 300 t en 1913 ; la moyenne décennale de 1901-1910 l’emporte de 56 % sur celle de 1891-1900, de 142 % sur 1881-1890309. Quant au mouvement de longue durée, il progresse de 189 % en 28 ans (1881-1909), à un rythme régulier et rapide de 3,9 % (cf. graphique no 19). Et en Ardèche même, les vieux – et médiocres – gisements de Prades et de Nieigles font mieux que résister, entraînés par les besoins nouveaux des cimenteries du Teil : dans les années 1890, ils triplent, largement, leur production de 1870-1880, conservent en partie leur avance au début du XXe siècle, malgré un léger recul310.

  • 311 S.I.M., 1880-1913 ; pour l’ensemble du paragraphe sur la métallurgie de la Loire, cf Gra (...)

180Le comportement de la fonte est encore plus clair : la baisse de la production fait fi des cadres chronologiques de la conjoncture générale pour se prolonger jusqu’en 1905, à un rythme très fort jusqu’en 1889 (près de 10 % par an), plus lent et proche de l’étale par la suite (– 0,7 % par an) (cf. graphique no 7). Puis la progression reprend, plus lente, à partir de 1906. A la veille de la guerre, les coulées représentent un peu plus du tiers des années 1875-1882311.

  • 312 A.N., F. 7, 12 764, police, 5.6.1908 et Comité des Forges, ouvr. cit., p. 116, carte h.t.
  • 313 Par an les moyennes décennales sont, en tonnes :
  • 314 Comité des Forges, ouvr. cit., tableau h.t., p. 232 et art. cit., Revue de l’industrie m (...)

181En Ardèche, c’est la liquidation totale. Un seul haut fourneau – à la « Nouvelle Société des usines de L’Horme et de La Buire » – mène une vie difficile jusqu’à la guerre, s’éteint même un moment en 1908-1910312. La production (cf. graphique no 11) continue à décliner, avec régularité, jusqu’en 1894-1895 ; une reprise assez vive s’essouffle dès 1898-1900 ; puis, à travers de violentes saccades (1904-1905, 1908-1909), où s’inscrit un apparent redressement en 1912-1913, la courbe de longue durée continue à descendre rapidement. De 1901 à 1910, l’extraction de minerai est, par an, inférieure de 52 % au tonnage de la décennie précédente, et la production de fonte l’est de 56 % ; sur 1881-1890, la chute se creuse respectivement à 80 % et 83 %313. Ainsi, en moins d’un demi-siècle, la sidérurgie vivaroise est née, a grandi, a disparu ; avec quelques décennies d’avance sur les autres centres du Massif Central, l’Ardèche connaît au début du XXe siècle les chevalements silencieux et les murs aveugles des industries mortes. A l’image des hauts fourneaux de la Loire, il n’en reste que 6 à feu dans le groupe forézien en 1900, 5 en 1913 : 1 à Firminy, 2 à Givors, 2 à Chasse314. Mais là, leur disparition est le signe du renouveau.

182Les « fers », pas plus que la fonte, ne se relèvent, et leur effondrement est rapide jusqu’en 1889 (– 53,8 %, soit – 5,5 % par an depuis 1873), accéléré à partir de 1896 (– 6,2 % par an, et, au total, – 54 %) jusqu’en 1909, après un léger ralentissement dans les années 1889-1896 (cf. graphique no 8). Image, en négatif, des nouveaux choix de la Loire, qui fonde sa mutation sur l’innovation technologique, encore, et sur l’élaboration grandissante de ces produits. L’ignorer serait se leurrer sur le sens de la production de l’acier, dont la courbe se distingue pourtant par sa vigueur.

183En effet, elle se redresse dès 1887, et le mouvement de longue durée s’oriente durablement à la hausse en 1890 (cf. croquis no 7). Elle seule connaît jusqu’à la guerre un progrès régulier, même si le taux annuel d’accroissement (+ 2,6 %) reste faible et si les tonnages de 1880-1882 ne sont jamais rejoints. Mais les poids sont trompeurs : ils dissimulent un bouleversement total dans la nature des fabrications. Les grandes sociétés foréziennes ont su voir, en effet, les raisons profondes de la crise régionale, et son irréversibilité. Elles renoncent donc à lutter contre les fontes et les aciers lorrains, et fortes de leur habileté technique et de leur renommée, elles achètent désormais gueuses et lingots pour les transformer en produits hautement spécialisés, pièces de moulage et de grosse forge, aciers fins et spéciaux, ferro-alliages, etc., dont la gamme s’élargit sans cesse avec la demande.

  • 315 Devenue, en 1903, les « Aciéries de la Marine et d’Homécourt ».
  • 316 A.N., F. 7, 12 531, police, 24.4.1906 ; Abeille (E.), ouvr. cit., p. 296 et suiv. ; Un centenaire. (...)

184La Loire connaît donc une nouvelle mutation de l’outillage. La « Marine »315, sous l’impulsion de Montgolfier, fournit un effort impressionnant : elle se dote en 1892 de presses à forger de 4 000 t, en 1898 d’un train réversible à blindages qui est le plus puissant de l’époque ; ses bureaux d’études mettent au point de nouveaux types de tourelles de marine vendues dans le monde entier ; à la veille de la guerre, elle abandonne sa participation aux hauts fourneaux de Givors pour construire une nouvelle fonderie et une forge à Saint-Chamond. A l’autre bout du bassin, Jacob Holtzer dispose depuis 1882 d’un train de blindage de 200 CV, développe ses fabrications d’acier au chrome, profite au début du XXe siècle des besoins croissants d’acier fin au creuset dont il a le quasi-monopole. Les « Aciéries et forges de Firminy » abandonnent les rails en 1883 au profit des canons et des projectiles, s’équipent un peu avant la guerre du premier train reversible à l’électricité. Les Marrel de Rive-de-Gier ont un marteau-pilon de 100 t à partir de 1884, renouvellent leur matériel jusqu’en 1898, montent dans les années 1900 une presse de 6 000 t. A Givors, Prénat développe au même moment ses moulages de deuxième fusion, ne garde donc que deux hauts fourneaux, et est en 1913 au début d’un vaste plan de réorganisation ; Fives-Lille s’est mis lui aussi aux tourelles blindées, et s’agrandit en 1911 dans les anciens ateliers de la « Marine »316.

  • 317 A.D.L., 10 M. 102, préfet, 30.8.1894 et 10 M. 107, police Rive-de-Gier, 25.2.1895.
  • 318 A.D.L. 10 M. 133, police, 18.1.1903 et 92 M. 92, 4.1.1900.
  • 319 A.N., F. 7. 12 765, préfet Loire, 29.9.1909 et A.D.L., 14 M. 8, id. (s.d.).

185La transformation ne s’est pas faite sans à-coups, bien qu’elle ait été grandement facilitée par la loi du 14 août 1885 qui autorisait, on l’a vu, l’exportation du matériel de guerre. A partir de 1894 donc, la diminution momentanée des commandes militaires et maritimes ouvre deux exercices difficiles, un recul de la production, des renvois de personnel317. On retrouve le même fléchissement et des plaintes semblables du début de 1900 à 1903, à Saint-Chamond, au Chambon-Feugerolles, et la situation des aciéries de la Marine aurait été un moment critique318 ; en 1909 enfin à Rive-de-Gier, surtout, et où l’acier fléchit de plus de 10 % sur 1907319.

  • 320 Cf. supra, note 314.
  • 321 Art. cit., Revue de l’Industrie minérale, 1944, p. 78-84 : la Loire vend pour 63 million (...)
  • 322 S.I.M., 1913, p. 192-199 : la production des bandages de roues représente 25 640 t sur 6 (...)
  • 323 Comités des forges, ouvr. cit., p. 307.

186Cependant, à la veille de la guerre, la métamorphose est chose accomplie et réussie ; et en place des hauts-fourneaux, 43 fours Martin s’alignent de Rive-de-Gier à Unieux320. Au début du nouveau siècle, la Loire est le premier département français pour la production sidérurgique en valeur, et elle a encore renforcé sa suprématie pour les moulages d’acier de grande taille et la grosse forge321. En poids même, elle arrive en tête, en 1913, pour les bandages de roue et les plaques de blindage, avec respectivement 37 et 58 % des livraisons322. L’attention reste forte à l’innovation, ouvre des voies nouvelles : en 1912, Chasse joue un rôle pionnier dans la récupération des benzols ; et, surtout, en 1913, sur 21 fours électriques fonctionnant en France, 3 sont foréziens, 1 à Saint-Chamond et 2 autres, de belle dimension (10 000 kg de capacité) à Unieux323. Mais en ce domaine, initiative et dynamisme ne sont pas foréziens.

B. L’émancipation des industries mécaniques et chimiques

187Les choix de la sidérurgie forézienne entraînent dans leur sillage secteurs et aires qui, peu ou prou, vivaient dans sa dépendance ; leur évolution va dans le même sens de la spécialisation, et la marche de bon nombre d’entre elles est si novatrice qu’elles s’émancipent, à l’aube d’un avenir brillant.

  • 324 Sur l’ensemble de la verrerie, A.N., F. 7 12531, police Givors, 24.4.1906 ; Gras (L.-J.), Histoire (...)

188La verrerie n’est pas le secteur le plus brillant. Mais elle aussi prend un visage nouveau, et, à la fois, partage et échappe au destin du charbon qui l’avait fixée. Spécialisation et proximité des gros clients, les grandes villes surtout, tracent les voies de la mutation ; et l’itinéraire de la Veuve Saumont, qui reprend en 1889 l’usine d’Oullins, après un crochet à Saint-Etienne et à Givors est exemplaire324.

189En effet, la reprise se fait après 1890, avec celle du charbon. Mais, malgré leur renouveau, ni Givors, ni Rive-de-Gier ne retrouvent leur place d’avant 1880. Un effort – tardif – de mécanisation qui fait adopter en 1900 le soufflage mécanique, en 1907 le chargement automatique des fours ne permet pas aux sept établissements ripagériens, où domine Richarme, de recouvrer le vaste espace de vente d’autrefois, et dans la région même, ils se heurtent aux bouteilles belges. A Givors, Neuvecel inaugure la fabrication de verre à vitre en absorbant, en 1907, Vallin et Cie.

  • 325 A.N., id., police Oullins, 24.4.1906 ; A.D.R., M., grèves 1886-1888, police, 2.2.1886 et 11.1887 ; (...)
  • 326 Ministère du Commerce, Evaluation de la production, ouvr. cit., t. I, p. 328-329 et p. 5 (...)

190Pour le reste, la dispersion s’accentue. Les verreries stéphanoises, toujours modestes, trouvent un second souffle avec la gobeletterie, comme La Ricamarie, Saint-Just, Andrézieux. Au contraire, près du marché lyonnais, les usines de La Mulatière et d’Oullins se renforcent, livrent à la veille de la guerre 17 % de la gobeletterie française. Et, surtout, l’envers de la décadence ripagérienne, c’est la prospérité de Veauche, née en 1883 près des eaux de Saint-Galmier, jusque-là approvisionnées par le « trust ». Un établissement modèle y bâtit d’emblée le plus grand four à bassin connu, capable de sortir 50 000 bouteilles par jour ! L’expansion est rapide, soutenue, semble faire fi de la conjoncture ; de nouveaux fours sont allumés en 1887, en 1900, en 1910. Et un nouvel établissement, plus modeste mais aussi prospère commence à souffler, en 1893, à Saint-Galmier même, bonbonnes et flacons de couleur325. Eclaté, plus spécialisé, le groupe forézien retrouve son dynamisme à la veille de la guerre, arrive tout de suite après le Nord dans la production des bouteilles (22 %), et au tout premier rang pour le verre à vitre (75 %)326.

  • 327 Cf. Fisch (R.), Les industries chimiques de la région lyonnaise, 1923, p. 82 et suiv., et Laferrèr (...)

191Les industries chimiques lyonnaises étaient nées, on l’a vu, dans l’ombre de la Fabrique. L’emploi grandissant de la « charge » et de la teinture à partir des années 1860 ne leur avait cependant guère profité, et les Lyonnais avaient échoué à mettre en place une chimie locale des colorants. Symbolique – et lourd de conséquences – avait été l’échec de la « fuschine », une pourpre mise au point par Verguin, et dont le brevet avait été cédé en monopole aux frères Renaud, en 1863 ; mal gérées, leurs usines de Pierre-Bénite puis de Vaise avaient dû fermer leurs portes en 1869. Pour le reste, on s’était heurté aux puissantes firmes allemandes, à la qualité de leurs produits ; à partir de 1882, elles viennent même s’installer sur place, pour tourner les tarifs douaniers, à Saint-Fons, et à Neuville pour la Badische Anilin. Parmi les sociétés locales, seule émerge la « Société des produits chimiques pour la teinture Gillet et fils » – et de quelle manière ! – qui, très vite, sait se tourner vers d’autres domaines ; pour le reste, le marasme des années 1880 liquide une fabrication locale déjà mal en point327.

  • 328 A.D.R., 9 M. Situations industrielles, 3e trimestre 1884 cf aussi A.N., F. 12 4532, id., 1874-1886 (...)

192Au contraire, il semble quasiment épargner les autres secteurs de la chimie lyonnaise, se traduit par un simple ralentissement au plus fort de la crise qui atteint la place au lendemain du krach de l’Union Générale ; et tout au plus note-t-on à la fin de 1884 et en 1885, un bref et léger malaise, tardif et partiel... « la crise n’a pas fait sentir encore tous ses effets sur l’industrie spéciale des produits chimiques... »328, et, surtout, la production des acides sulfurique et chlorhydrique semble finalement passer au travers.

  • 329 A.D.R., 9 M, Situations industrielles, 1881 et 1888-1892 et Fisch (R.), ouvr. cit., p. 82 et suiv.
  • 330 S.I.M., 1847-1913. Les moyennes décennales égalent : 1851-1860, 9 700 t ; 1861-1870, 64  (...)

193Or, c’est, depuis les années 1860, un des piliers de l’industrie lyonnaise, sous la direction des Perret, à Saint-Fons, approvisionnés en pyrites par leurs mines de Chessy, puis de Sain-Bel, ils font de leur usine la première de France, renommée pour la pureté de ces acides. Lyon devient ainsi la capitale de ce « pain de l’industrie chimique » qu’est le vitriol, et l’absorption par Saint-Gobain en 1872 relance la fabrication par l’adoption de nouveaux procédés de grillage qui abaissent de moitié les prix de revient. La crise mord donc peu sur Saint-Fons ; dès 1887, on y note la force de la reprise, et en 1892, que « ... la tendance générale qui se manifestait depuis quelques années n’a fait que s’accentuer... » De fait, en 5 ans, l’acide chlorhydrique a augmenté de 25 %, l’acide sulfurique de 12 %329. Et l’extraction des pyrites permet de mesurer, en gros, la marche de l’usine (cf. graphique no 21) : après un décollage impressionnant, entre 1860 et 1865, la progression est rapide et régulière jusqu’au début du XXe siècle, où le maximum est atteint, en 1903, avec 320 400 t. La moyenne décennale de 1891-1900 est supérieure de 71 % à celle de 1881-1890, de 169 % à 1871-1880 et de 317 % à 1861-1870 ; et le mouvement de longue durée, constamment à la hausse au XIXe siècle, augmente de 204 % entre 1877 et 1900, à un rythme annuel de 5 %330.

194Quant aux Coignet, ils ont fait de Lyon le premier centre français, aussi, pour les ostéo-colles et les gélatines, dont ils exportent une bonne partie après avoir été un instant atteints par le monopole d’Etat sur les allumettes (1872), dont ils s’étaient faits une spécialité. Un peu à l’écart, à Givors, Mitai et Cie, né en 1867, est réorganisé en 1896, prend un nouveau départ pour les colles fortes et les ostéo-engrais.

  • 331 Outre Fisch (R.), ouvr. cit., p. 14 et suiv., p. 75 et suiv., et Laferrère (M.), ouvr. cit., p. 47 (...)

195En fait, à partir de 1895, les industries chimiques lyonnaises prennent des directions nouvelles, vers une spécialisation grandissante, sans que les secteurs de base en soient profondément diminués. Les Gillet se lancent dans la fabrication des sulfates de cuivre, les « verdets », très demandés depuis la crise du phylloxéra. Comme Saint-Gobain, qui livre dès 1888-1892 des anticryptogamiques et des superphosphates : on résiste ainsi à la baisse relative de la demande d’acide sulfurique, et à partir de 1905, une nouvelle étape est franchie dans l’usine de Pierre-Bénite avec le phénol et surtout les produits pharmaceutiques de la « Société des usines chimiques du Rhône ». Quant à la « Société des produits chimiques Coignet », elle fusionne en 1912, à Saint-Fons, avec trois usines locales pour résister à la concurrence canadienne et allemande, dans le domaine des engrais notamment331.

  • 332 Outre Laferrère (M.), ouvr. cit., p. 462 et suiv., Lyon en 1906, ouvr. cit., t. II, p. 381-383 et (...)

196Enfin, avec les Lumière, c’est une branche tout à fait nouvelle qui apparaît. Partie d’un petit atelier artisanal à Montplaisir, en 1882, la « Société anonyme Lumière et fils » (1892) fusionne en 1902 avec la « Société des pellicules fines », inaugure en France la fabrication du support cellulosique de la photographie, et s’appuie sur une papeterie intégrée à Charavines, dans l’Isère. Grâce à elle, le Rhône est, de très loin, le premier département français en 1910-1911 pour la production de plaques (70 000 par jour) et de papier photographiques (7 000 mètres), avec un perfectionnement incessant des méthodes et un génie inventif qu’il n’est pas besoin de décrire332.

  • 333 Dominjon-Bombard (B.), Essai monographique sur Oyonnax, 1935, p. 40 et suiv., et Lebeau (R.), ouvr (...)

197Ainsi, à la veille de 1914, les industries chimiques font déjà de Lyon le premier centre français, de loin, avec à la fois solidité des fabrications traditionnelles et multiplication rapide des spécialités. Il faut ajouter que les initiatives lyonnaises débordent déjà de la ville : en 1904, la « Société anonyme de la soie artificielle... » d’Izieux, aux mains des Gillet, commence à produire. Et, dans le Jura, à Oyonnax, l’emploi du celluloïd provoque un véritable boom dans le peigne, depuis les années 1890 ; il s’accélère à partir de 1902 par la préparation sur place de la matière première, par « L’Oyonnaxienne », créée par divers utilisateurs locaux, et en trente ans, le nombre d’ateliers triple, ou presque333.

198Le processus est un peu plus complexe pour la métallurgie différenciée mais l’évolution va dans le même sens : à Saint-Etienne, les traditionnelles fabrications dispersées s’intégrent, par la mécanisation, à l’ensemble du secteur ; à Lyon, les constructions mécaniques décrochent de la dépendance forézienne et sidérurgique ; dans les deux villes, et désormais ailleurs, la production se tourne hardiment vers les spécialités de pointe.

  • 334 Les nombres d'armes soumises au « banc d’épreuve » reflètent la marche de la production : 1891, 42 (...)
  • 335 Sur la « quincaillerie », A.D.L., 92 M. 26, maire Saint-Etienne, 22.5.1889 et gendarmerie 1.6.1889 (...)

199A Saint-Etienne, donc, et autour, la mécanisation gagne progressivement, à partir de 1890, toutes les opérations de l’armurerie, le tournage des canons, puis le dégrossissage d’un nombre grandissant de pièces. La production reprend en 1892 pour les fusils de commerce, de 54 000 à 63 000 par an entre 1893 et 1900, jusqu’aux records de 1901 (70 000) et surtout de 1902 (100 000, un chiffre jamais atteint). La Fabrique profite des droits protecteurs qui interdisent, depuis 1892, le marché français aux armes belges et britanniques, et de l’abaissement de son prix de revient. Le XXe siècle ne renverse pas la tendance, et après une crise courte, mais vive (moins de 70 000 unités) en 1905, on va vers un nouveau sommet, en 1908 (107 000) ; les années d’avant-guerre sont moins animées, 1911 surtout, mais 1914 s’annonce sous de très heureux auspices. Au total, à partir des chiffres – épisodiques – dont on dispose, on peut estimer que de 1900 à 1914, les livraisons l’emportent en moyenne de 40 % sur celles des années 1890-1900334. La quincaillerie, de son côté, trouve un nouvel élan dans la forge de pièces nouvelles : sans doute, la serrurerie ne disparaît pas de Saint-Bonnet-le-Château ; mais couteaux et clous sont liquidés, remplacés par la boulonnerie et le travail des limes dans la vallée de l’Ondaine, la ferronnerie pour le bâtiment autour de Rive-de-Gier et de Saint-Martin-la-Plaine335.

  • 336 Gras (L.-J.), Histoire de la métallurgie.... ouvr. cit., p. 427 et suiv. et Chambon (V.), ouvr. ci (...)

200Assez curieusement, il y a transformation incomplète des structures : le travail dispersé ne disparaît pas de l’armurerie, bien qu’il n’y ait plus de fabrication manuelle après 1900-1902 ; et si la boulonnerie se fait, au Chambon-Feugerolles, en usines, les tailleurs de limes restent éparpillés en ateliers familiaux. Il semble même que la sous-traitance se développe avec des fabrications nouvelles et riches d’avenir, comme le cycle, dont Saint-Etienne va devenir la capitale. Les premières bicyclettes sortent en 1890, chez J.-B. Gauthier et fils, et dès 1891, 5 maisons spécialisées se sont créées ; le développement est très rapide jusqu’à la fin du siècle, où l’on compte déjà une trentaine de fabricants. Et l’installation de la puissante « Manufacture française » d’armes et cycles fondée par Mimard et Blachon incarne cette mutation de la petite métallurgie, multiplie à l’infini ses fabrications336.

  • 337 A.N., F. 7 12 531, police, 24.4.1906 et A.D.R., 9 M. Situations industrielles, 1888-1892 ; Laferrè (...)

201A Lyon, les années 1890 ouvrent un nouveau cycle des constructions mécaniques, après les temps du matériel ferroviaire et de la grosse chaudronnerie. Celle-ci, qui a dominé pendant une trentaine d’années, depuis 1860, décline lentement ; malgré un succès relatif dans le montage d’excavatrices à grande puissance, en liaison avec les mécaniciens, et une tentative, plus vaine, de reconversion dans les conduites forcées et les gazomètres. A partir de 1900-1905, le mouvement s’accélère, et de l’ancienne métallurgie lyonnaise ne subsistent guère que les rares maisons qui se sont spécialisées dans les charpentes métalliques, comme Dérobert et Cie (1900) et Hostein (1909). Quant au matériel ferroviaire, il conserve une place importante, bien que La Buire ait été irrémédiablement atteinte après 1880 par la baisse générale des commandes. Les ateliers P.L.M. d’Oullins s’agrandissent en 1888, avec un nouvel établissement à Yzeron, et avec plus de 27 ha, ils constituent une des plus vastes usines de la région dans les années 1890, se renforcent encore au début du XXe siècle ; mais ils ne se consacrent plus guère qu’à l’entretien du matériel337.

202Les nouvelles directions ne s’imposent pas d’emblée, et après 1880, La Buire ne parvient pas à retrouver un souffle nouveau en montant du matériel de travaux publics et des machines à filer et à tisser. Mais après la reconstitution, en 1895, de la « Société nouvelle des Etablissements de L’Horme et de La Buire », elle reprend la fabrication des wagons et, surtout, se lance dans celle des motrices de tramways électriques. Par là, elle résume ce qui va transformer les industries mécaniques régionales.

  • 338 Lyon en 1906, ouvr. cit., t. II ; p. 513 et suiv. ; Laferrère (M.), ouvr. cit., p. 361 e (...)

203Rôle pionnier d’abord dans les nouveaux moyens de transport et, surtout, l’automobile. Le premier véhicule lyonnais date de 1883, des mains du mécanicien Gabert, le deuxième de 1887. Mais, dans les années 1890, elle se dégage mal de l’industrie du cycle, ignore longtemps le moteur à essence ; La Buire, notamment, livre une série de tricycles à vapeur, jusqu’en 1895 ; et c’est sur une bicyclette, que Rochet applique en 1892 un moteur à pétrole, avant de sortir, en 1893, sa première voiture. Il reste le mieux placé sur le marché local – Rochet et Schneider – au début du XXe siècle, malgré la multiplication des fabricants, comme Teste et Moret, à Vaise ; et le département spécialisé de La Buire, né en 1900, et d’où sort en 1905 la « Société anonyme des automobiles de La Buire ». A Saint-Etienne, la Manufacture se lance à son tour en 1901. Mais, très vite, la première place est prise par Marius Berliet qui sort son premier véhicule en 1896, dans un modeste atelier des Brotteaux ; en 1903, l’ancien artisan s’installe dans les 10 000 m2 de l’usine de Montplaisir, dont la surface triple jusqu’en 1914. Son succès tient à ses hardiesses techniques, qui lui font adopter très tôt les machines-outils les plus perfectionnées, à la confiance qu’il a su inspirer aux capitaux locaux, à une extraordinaire pré-science du destin de l’automobile, dont il devine la vulgarisation future dès les années 1907-1910 ; on sait l’ampleur que prendra son aventure338.

  • 339 Lyon en 1906, id., p. 489 et suiv., et Laferrère (M.), id., p. 312-318 ; art. cit.. Revu (...)

204La seconde direction, c’est le matériel électrique, dans une aire beaucoup plus vaste. A Lyon, la première demande apparaît en 1892, quand la Société des forces motrices du Rhône entreprend la construction de l’usine de Jonage. Elle fait appel à une compagnie de Neuchâtel, en Suisse, qui installe à Gerland, en 1896, une filiale française, les « Câbles de Lyon ». La Buire – toujours elle – avait un atelier de matériel électrique depuis 1890 ; il s’émancipe en 1898, et s’associe avec la Société électrique Alioth, de Bâle. Ce sont là les premiers éléments d’une industrie nouvelle, où une dizaine d’usines apparaissent – dont Visseaux – entre 1893 et 1901 –, et livrent, avec Alioth-La Buire, transformateurs, génératrices et moteurs électriques. Une crise assez rude interrompt l’élan autour de 1905, puis il repart, très rapide. La mutation joue un rôle d’entraînement pour les usines plus anciennes, les fonderies surtout, qui livrent cuivre et bronze, comme Seguin, ou de reconversion (la vieille fabrique d’aiguilles de Vaise se mue en tréfilerie et en câblerie métallique) Falcot frères, Trayvou à La Mulatière. A la veille de la guerre, enfin, les moyens lyonnais se renforcent par l’intervention des grandes sociétés nationales : la Compagnie électro-mécanique absorbe en 1911 Alioth-La Buire, et la Compagnie générale d’électricité devient majoritaire aux Câbles de Lyon339.

  • 340 Gras (L.-J.) Histoire de la rubannerie... ouvr. cit., p. 365 et suiv., et Histoire de la métallurg (...)

205La nouvelle orientation ne se limite pas à l’agglomération lyonnaise. A Givors, Fives-Lille a ouvert un atelier de matériel électrique dès 1893, et Prénat développe à partir de 1900 ses installations d’ajustage. A Saint-Etienne, la Société des ateliers de la Chaléassière participe à l’aménagement hydraulique du Lignon, puis construit les moteurs électriques dont s’équipe la passementerie ; tout comme Balas et Couffinhal (1891), qui fabrique des dynamos et domine la cinquantaine d’usines stéphanoises de constructions mécaniques au début du XXe siècle340.

  • 341 Cambon (V.), ouvr. cit., p. 162 et Laferrère (M.), ouvr. cit., p. 318 et suiv.
  • 342 Laferrère (M.), ouvr. cit., p. 304 et 318 ; Cambon (V.), ouvr. cit., p. 162. Bien sûr, un peu part (...)

206Surtout, le mouvement se développe vers l’Est, et notamment à Pont-de-Chéruy, où il contribue à la naissance d’un nouveau complexe industriel. A partir d’une ancienne tréfilerie de métaux non-ferreux, Alexandre Grammont monte une usine de bobinage de cuivre, de fils télégraphiques et notamment de câbles sous-marins qui, dans les années 1890, sont immergés dans le monde entier, avant de s’étendre à Charvieu341. Vers 1910, la « S.A. Grammont » est spécialisée dans toutes les applications du fil métallique et du caoutchouc industriel dans les machines électriques, et prend un nouvel élan à la veille de 1914. Enfin, dans l’Isère des montagnes et du Graisivaudan, autour de Grenoble, Bouchayer et Viallet, Joya, Neyret et Brenier, à Domène Morel, après s’être fait un nom dans le matériel de papeterie et les machines textiles prennent une tout autre dimension en équipant les grandes usines électriques des Alpes342.

C. Les industries électrotechniques des Alpes

  • 343 Cf Ministère du Commerce, Evaluation de la production... ouvr. cit., t. I, p. 294 et Barrai (P.) o (...)

207Car c’est là que se prépare l’avenir, que point réellement une seconde révolution industrielle. Dans un premier temps, c’est donc aux papeteries que l’électricité a profité, amorçant la « revanche de la montagne » sur cette « victoire de la plaine » qui avait marqué le Dauphiné industriel jusqu’en 1870, accélérant une allure dont le sens ne s’était jamais démenti ; et en 1912, 57 établissements fondent leur prospérité sur la pâte de bois et livrent 70 800 t de papier dans l’année : un tonnage sextuple de celui de 1873 !343.

  • 344 Pour l’ensemble du paragraphe, cf Morsel (H.), article cité, Colloque... sur l'industrialisation.. (...)

208Mais surtout, l’application de l’électricité bouleverse le destin d’une grosse métallurgie alpine qui se mourait344. Les techniques nouvelles sont nées sur place ; des sociétés puissantes, construites autour de l’exploitation des brevets, attirent très vite, par leurs succès même, l’épargne régionale, puis, très tôt, les capitaux extérieurs, suisses, lyonnais, parisiens. Le procédé de la haute chute, les difficultés à transporter sans pertes l’énergie électrique imposent l’implantation au pied des abrupts, dans le Sillon alpin et dans les grandes vallées intérieures, Tarentaise, Maurienne, Romanche et haute-cluse de l’Arve. Enfin, le contenu même de la production est bouleversé : une électrochimie l’accompagne presque toujours, et le procédé de l’électrolyse lui enlève son caractère de sidérurgie, au sens étymologique du mot, pour l’ouvrir à des métaux nouveaux comme l’aluminium.

  • 345 La fabrication des carbures de calcium est à l’origine de la synthèse de l’ammoniaque et des engra (...)

209L’électrochimie précède d’ailleurs souvent l’électro-métallurgie. Dès 1885, on entame en effet la production de carbure de calcium et de carborundum – un abrasif – à Notre-Dame-de-Briançon, près de Moûtiers, en Tarentaise ; la « Société électrochimique » fabrique des chlorates à partir de 1894 à Prémont-sur-Arc, en Maurienne, la Société « L’Arve » à Chedde, en Haute-Savoie et la « Société d’électrométallurgie française » à Froges, en Isère345. La préparation de l’aluminium par électrolyse, que Héroult avait fait breveter en 1886 est mise en application aux usines de La Praz et de La Saussaz, de la « Calypso » et des Plans, en Maurienne, en même temps qu’à Chedde, au cours des premières années du siècle.

210Les hautes températures obtenues grâce à l’électricité conviennent particulièrement bien à la fabrication des ferro-alliages et des aciers spéciaux, dont la demande s’enfle. L’usine du Giffre, en Haute-Savoie, se voue notamment aux ferros au chrome. Et, surtout, la première coulée d’acier brut au four électrique est réalisée en octobre 1900, par Héroult ; à peu près en même temps, un four semblable commence à fonctionner à Livet, en Isère. Bientôt, la technique est adoptée par Paul Girod dans ses usines savoyardes de Venthon en 1903, et en 1906 d’Ugine, sur la voie ferrée d’Annecy à Albertville, déjà renommée, depuis 1901, pour ses alliages rares, et qui ne tarde pas à prendre, et de loin, la première place.

  • 346 Cf. Léon (P.), art. cit., Cahiers d'Histoire, VIII, 1963, p. 23 et suiv., p. 142-151. L’extraction (...)

211Quant à Allevard346, c’est une nouvelle jeunesse que lui apporte l’électricité, à partir des années 1896-1897, et le premier four est construit dès 1904. Jusque-là, son effort d’adaptation, constant, avait porté surtout sur les moyens classiques, le haut fourneau agrandi de 9 à 25 t par divers aménagements entre 1878 et le début du XXe siècle, un deuxième four Martin mis en place, avec trois trains de laminoirs, en 1891. Puis, après 1900, la vocation nouvelle s’affirme, et une politique d’emprunts obligataires permet la transformation de l’outillage. Tandis qu’un des fours Martin est reconstruit en 1901, une centrale est bâtie à Champ-Sapey en 1901-1902, une autre plus puissante entre 1906 et 1909. Vers 1910, Allevard dispose, outre 2 fours électriques (3 en 1913), de 8 fours à ferro et de 8 à aciers spéciaux au cobalt, au tungstène ; et à la veille de la guerre, on électrifie les trains de laminoirs et les presses hydrauliques pour la forge des aimants.

  • 347 Cf. A.D.S., 33 M I/3, sous-préfet Moûtiers, 31.10.1884, et 33 M VI/2, sous-préfet Albertville, 18. (...)
  • 348 A.N., F 7, 12 734, police Moûtiers, 29.8.1902 et 1908.

212L’électrotechnique fait accéder à la vie industrielle les arrondissements intérieurs des Alpes, jusque-là voués aux activités artisanales et extractives mourantes, toujours médiocres, autour de Moûtiers et d’Albertville347. Mais avec une certaine irrégularité, car la marche de la production demeure, souvent, plus forte que celle de la demande pour des industries où l’innovation est quasiment structurelle, pour reprendre une expression d’Henri Morsel. De novembre 1901 à août 1902, l’importance des stocks d’acétylène oblige à fermer l’usine de carbure de calcium de Notre-Dame-de-Briançon, et en 1907-1908, c’est au tour de celle des Plans de s’arrêter, à cause de la mévente persistante de l’aluminium348.

  • 349 S.I.M., 1892-1913.
  • 350 Comité des forges, ouvr. cit., p. 307.
  • 351 En 1910, la papeterie absorbe 6,3 %, l'électrochimie 12,7 % et la métallurgie 44,4 % de l’électric (...)

213Les accidents de parcours n’entravent pas une progression très rapide, au total. Ainsi, pour l’aluminium, Savoie et Haute-Savoie dépassent les 1 000 t avec le siècle nouveau, puis triplent de 1901 à 1906 (3 176 t) une première fois, et à nouveau de 1907 à 1913 (9 583 t) (cf. graphique no 21)349. Les Alpes jouent, avec encore plus de force, le rôle jadis tenu par la Loire. A la veille de la guerre y fonctionnent 14 des 21 fours électriques français ; 7 dans l’Isère où les 3 d’Allevard ont une capacité de 13 000 kg, et 7 en Savoie, où Ugine seul en concentre 6, de 33 500 kg350. Elles livrent respectivement 85 % (métal fondu), 80,5 % (demi-produits) et 60,6 % (produits finis) de la production nationale d’acier électrique, 70 % de celle d’aluminium dans 7 usines spécialisées, dont 6 en Savoie351.

  • 352 Cf. Reynier (H.), L'organisation syndicale... ouvr. cit., p. 5 et Bozon (P.), Histoire du peuple.. (...)

214Ainsi repart le dynamisme régional. Il en est bien d’autres signes, dans des domaines sans histoire parce que prospères, soit que leur essor se poursuive sans tenir compte de la conjoncture, soit que s’amorce la renaissance d’un secteur en perte de vitesse ou la naissance d’une activité nouvelle sur son déclin. Ainsi, à Annonay, où un retour en force de la tannerie, avec 3 grandes usines, atteint presque, en 1910-1912, le chiffre d’affaires d’une mégisserie languissante (20 millions de francs), ou à Romans ; en Faucigny même, où apparaît le décolletage, à Scionzier, qui remplacera l’horlogerie. A Chazelles-sur-Lyon, la chapellerie continue, toujours, exporte les 3/5 de sa production, se lance dans l’article de paille ; à Annonay, la papeterie, aussi prospère que celle du Dauphiné ; un peu partout, les industries alimentaires qui se hissent au niveau de l’usine. Et les carrières, partout, en Haute-Savoie, à Meillerie, à Morzine, en Ardèche autour de Chomérac, en Isère, où Montalieu et son groupe passent sous le contrôle des cimentiers (Vicat) en 1909352.

  • 353 Ministère du Commerce, Evaluation de la production.... ouvr. cit., t. I, p. 289 et Blanc (...)
  • 354 Ministère du Commerce, id.. p. 47 ; Bourdin (L.), ouvr. cit., p. 234 et suiv. ; Chaux hy (...)

215Avec les chaux et les ciments, on retrouve les rythmes, ou presque, de l’électro-métallurgie, autour de Grenoble, qui en livre en 1910-1912 respectivement 240 000 et 116 000 t353, et surtout autour du Teil, en Vivarais. En 1887, la Société J. et A. Pavin de Lafarge se constitue en société anonyme, absorbe divers établissements secondaires. Et l’extraction s’accélère, 325 000 t en 1890, 400 000 t en 1900, 600 000 en 1910, 800 000 à la veille de la guerre ; de quatre usines, à Mélas, Cruas, au Teil, et surtout à Viviers, sortent 159 200 t de ciment et 433 000 t de chaux hydraulique ! Avec deux petites fabriques secondaires, le groupe représente la plus forte concentration industrielle de l’Ardèche354.

  • 355 Le Bassin du Rhône, 1/1911, p. 113.
  • 356 Cf. Braudel (F.), La Méditerranée au temps de Philippe II, 2e éd., 1966, t. I, p. 25-26.

216Or, en même temps, pas très loin, de l’autre côté du Rhône, dans la Drôme, à Lus-la-Croix-Haute, on continue à exploiter la glace naturelle l’hiver, à la stocker pour l’expédier l’été vers Marseille, Nice, l’Algérie même, pour quelques francs par jour et la soupe chaude à midi355. Activité négligeable, avec bien d’autres, si elle ne reflétait avec, par-delà les siècles, d’étranges résonances de Méditerranée braudélienne356, la complexité et les contrastes de l’évolution régionale.

Notes

1 Cf. Crouzet (F.), Un indice de la production industrielle française au XIXe siècle, Annales E.S.C., janvier-février 1970, p. 56-99.

2 Sur la méthode de la mesure par la consommation, voir Markovitch (J.-T.)., L’industrie française de 1789 à 1964, Sources et Méthodes, Cahiers de l’I.S.E.A., A.F.4, p. 86 et suivantes.

3 Pour l’utilisation de la consommation charbonnière comme indice-reflet de la croissance industrielle, cf. Cameron (R.), Profit, croissance et stagnation en France au XIXe siècle, Economie appliquée, X, 1957, p. 428-429, et surtout Wrigley (E.-A.), Industrial growth and population change, Cambridge, 1962, p. 7-8 et p. 58, qui se place dans la perspective d’une recherche proche de la nôtre. Sa valeur, bien sûr s’altère au début du XXe siècle, avec l’apparition de l’hydro-électricité.

4 Nous renvoyons une fois pour toutes aux volumes quinquennaux, puis annuels de la Statistique de l’Industrie Minérale (cf. bibliographie en abrégé S.I.M.). d’où sont tirés également tout ce qui concerne la production et les effectifs des industries extractives et sidérurgiques dans la suite du chapitre.

5 Outre Crouzet (F.), art. cit., voir Léon (P). L’industrialisation en France en tant que facteur de croissance économique, du début du XVIIIe siècle à nos jours, Première Conférence internationale d’Histoire économique, Stockholm, 1960, p. 163-204, qui marque bien la rupture des années 1875-1885 et le renversement de la tendance de longue durée derrière la progression en chiffres absolus (p. 185 notamment), et LévyLeboyer (M.), Les processus d’industrialisation : le cas de l’Angleterre et de la France, Revue Historique, t. 486, 1968, p. 281 et suite, tableau p. 282 et surtout les graphiques, p. 284.

6 Cf. Crouzet (F.), art. cit., p. 86-88, qui révise l’image de la Belle Epoque, « ...moins brillante qu’on ne le pense en général ». Il est à noter aussi que dans la région alpine, le rythme de croissance de l’hydro-électrictié (qui devrait logiquement connaître les taux élevés des secteurs de pointe) fléchit à partir de 1904 ; et, jusqu’à la guerre, il y a tendance à l’essoufflement (d’après Morsel (H.), Les industries électrotechniques dans les Alpes françaises du Nord, Colloque International du C.N.R.S., L’industrialisation en Europe au XIXe siècle, typologie et cartographie, Lyon, octobre 1970.

7 9 ans, en fait, par suite du silence de la Statistique de l’Industrie Minérale en 1859.

8 On a rapporté, à l’intérieur de chaque décennie, la valeur en tonnes de l’année moyenne de consommation à la population constatée pour l’année médiane, qui correspond à un dénombrement général (1856, 1866, 1876, 1886, 1896, 1906).

9 Rappelons que la consommation française par tête d’habitant est, en tonnes : 1870 : 0,49 ; 1880 : 0,76 ; 1890 : 0,94 ; 1900 : 1, 23 ; 1910 : 1,40 ; 1913 : 1,53 ; d’après Comité des Forges, ouvr. cité, p. 40 et Cameron (R.), art. cit., p. 428-429.

10 La Loire en effet, qui avait gagné près de 50 000 habitants entre 1872 et 1881 n’en acquiert guère plus de 16 000 pendant la décennie suivante. Sur les mouvements de population, voir infra, chapitre IV.

11 Cf. Morsel (H.), art. cit., tableau no 2.

12 Leseure (E.), Historique des Mines.... ouvr. cit., Gras (L.-J.), Histoire économique de la métallurgie, ouvr. cit., et Histoire économique générale des mines..., ouvr. cit., t. II. Il faut y ajouter, pour l’ensemble du paragraphe, Comité des Forges, La Sidérurgie française, 1864-1914, Paris, 1920 et Historique de la sidérurgie du Centre et du Midi de la France, Revue de l’industrie minérale, 1944, p. 17-46, 73-96, et 121-162.

13 Pour le charbon notamment, les cadres géographiques de la S.I.M. manquent de rigueur : ici, ce sont les seuls arrondissements minéralogiques de Saint-Etienne et de Rivede-Gier ; là, le département qui inclut les petits gîtes du Roannais ; ailleurs, le « bassin de la Loire », qui englobe Sainte-Foy-l’Argentière, dans le Rhône, et, à partir de 1873-1874, les houillères dauphinoises de Communay. La qualité des séries explique au moins autant les choix que la logique : la production est prise dans le cadre du « bassin » ; l’insignifiance des centres secondaires (presque toujours moins de 10 000 t par an dans le « Roannais », 1 % du total vers 1850, moins de 2 % au début du XXe siècle pour les autres) faisant coïncider en pratique les trois aires. Mais les effectifs sont décomptés, par force, dans le département : c’était le seul moyen de dresser des séries longues. Dans les produits sidérurgiques, l’acier pose des problèmes analogues : car si jusqu’en 1872, la S.I.M. distingue par mode de fabrication (creuset, cémentation, Bessemer, Siemens-Martin...), elle classe ensuite surtout par la nature du produit fini (rails, tôles,...) ; quelques ajustements sont donc nécessaires. Quant à la fonte, on a pris le produit de première fusion, c’est-à-dire la fonte brute pour affinage, plus les moulages directs dont la part diminue d’ailleurs très vite. Pour la fonte, on a'regroupé les tonnages de la Loire et du Rhône, c’est-à-dire en fait Givors ; il faudrait logiquement y ajouter ceux de Chasse, et des abords viennois, mais on ne peut les extraire des séries de l’Isère. A noter qu’il s’agit toujours, dans les livraisons d’acier du poids des produits finis, celui des lingots bruts n’apparaissent que très épisodiquement.

14 Cf. Gille (B.), La sidérurgie française..., ouvr. cit., p. 262 et suiv., sur la politique des grandes compagnies et leurs investissements.

15 Cf. Guillaume (P.), La Compagnie des Mines de la Loire... ouvr. cit., p. 186 et suiv., et Gras (L.-J.), Histoire des mines..., ouvr. cit., t. II, p. 729-731. Il s’agit de la Société des Mines de la Loire, de la Société des Houillères de Saint-Etienne, de la Compagnie de Montrambert et de la Béraudière et de la Société des Houillères de Rive-de-Gier : soit 1 287 000 tonnes en 1855, sur 2 320 000 t.

16 Outre Gras (L.-J.), ouvr. cit., t. II, p. 746 et suiv., A.D.L., 81 M 14, Ingénieur mines Saint-Etienne, 26.12. 1856.

17 La part des quatre Sociétés issues du Monopole diminue légèrement (51 %, mais 1 737 000 t) à cause du déclin de Rive-de-Gier, mais avec la Compagnie de Roche-laMolière et Firminy et la Société des Mines de Beaubrun, elles livrent 73, 5 % du total, 2 504 000 t. sur 3 402 000 en 1868.

18 Gras (L.-J.), Histoire... métallurgie..., ouvr. cit., p. 222 et suiv. ; Revue de l’industrie minérale, art. cit., p. 33-34 et 42-44 ; Gille (B.), La sidérurgie..., ouvr. cit., p. 71-73 et 174-175 ; Silly (J.-B.). La concentration dans l’industrie sidérurgique en France sous le Second Empire, Revue d’Histoire de la Sidérurgie, III, 1962, 1, p. 19-47 et Girault (B.), La sidérurgie française de 1860 à 1880, id., VI, 1965, 4, p. 210-211, 227-229 et 238-239.

19 Comité des Forges, ouvr. cit., p. 141-145, et 226-238 ; Gras (L.-J.), Histoires...métallurgie, ouvr. cit., p. 205 et suiv. ; Chomienne (C.), Histoire de Rive-de-Gier..., p. 297-298 ; Un centenaire..., Etablissements E. Prenat... ouvr. cit., p. 9-11, et Vaganay (H.), art. cit., E.R. 1929, p. 52 et suiv.

20 Revue de l’Industrie Minérale, 1944, art. cit., p. 205 et suiv. ; Léon (P.) La naissance de la grande industrie... ouvr. cit., t. II, p. 612-619 et Blanc (P.), La draperie de Vienne, ouvr. cit., p. 135 et suiv. Cf. aussi A.N., F 1 CIII, Isère, 7, sous-préfet, 27-6-1854 et id., 10, 27.2.1855 : les fonderies prennent « des développements considérables..., ne peuvent suffire aux nombreuses commandes qu’elles reçoivent de toutes parts... », et A.N., BB 30 378, proc.gal Grenoble. 23.12.1866 note : « ... (elles acquièrent) chaque jour des développements nouveaux... (à cause de I’) immense impulsion donnée aux construction de voies ferrées... ».

21 Gille (B.), La sidérurgie française..., ouvr. cit., p. 284-285.

22 Comité des forges, ouvr. cit., p. 116 et 145 et Revue de l’Industrie Minérale, 1944, art. cit., p. 39-40. On dénombrerait, en 1869, 8 fours Martin à Terrenoire, 6 à Firminy, 2 à Saint-Etienne ; en 1879, 6 à Terrenoire, 3 à Saint-Chamond, 7 à Firminy, 1 à Saint-Etienne, 1 à Lorette et 1 à Rive-de-Gier, outre 2 convertisseurs Bessemer à Terrenoire, 2 à Assailly, 2 à Givors et 1 à Saint-Etienne.

23 Soit 34 900 sur 283 400 t.

24 Sur la crise des houillères, notamment A.D.L., 10 M 31, police, 11,4 et 30.10.1849.

25 A.D.L., 81 M.14, ingénieur Mines Rive-de-Gier, 26.12.1856 « ... on fabrique aussi peu que possible, en raison du bas-prix des fers et de la rareté des commandes. A.N., F 1 C.III, Loire, 6, préfet, 5.6.1858 : « ... sur 32 hauts fourneaux... 18 sont éteints... L’établissement de Terrenoire lui-même a réduit le puddlage dans une forte proportion... », et en juillet, la consommation de charbon par la sidérurgie est au tiers de la normale. A.N., BB 30 379, proc. gal. Lyon, 7.4.1859 « ...les usines métallurgiques sont gravement atteintes... », et le 27.12.1859 seulement, « ...les grandes usines ont repris leurs travaux... » et « ...les commandes de la marine, les besoins de l’intérieur... ont rendu l’activité aux mines de houille... ».

26 A.D.L., 10 M 55, police Chambon-Feugerolles, 1.5,1859 et A.D.I., 52 MAO, bulletin du Maréchal de Castellane, 18.6.1860 : « ...les puits continuent d’être en souffrance. L’écoulement est difficile... ».

27 Sur les positions de la sidérurgie forézienne, et ses problèmes, à la veille des traités de 1860, Revue de l’Industrie Minérale, 1944, art. cit., p. 35 ; Silly (J.-B.), La sidérurgie française et le traité de 1860, Revue d’histoire de la sidérurgie, IV, 1963-1, p. 12-13, et Griault (B), art. cit., id., p. 203-206. Et le 5 avril 1860, le procureur général de Lyon rapporte « ... quant aux métallurgistes... la plupart tombent dans le découragement (A.N., B.B. 30 379).

28 « ...les établissements métallurgiques...sont en pleine activité... », A.N., BB 30 379, proc. gal Lyon, 29.12.1862.

29 A.N., F 1 C III, Loire, 6 ; le préfet note tout au plus, le 29.1.1865, que « la métallurgie subit les effets de la concurrence... ».

30 A.N., BB 30 379, proc. gal Lyon, 14.10.1869 et 21.1.1870 ; A.N., F 12 4511 B, Chambre Commerce Saint-Etienne, s.d., (début 1870), et A.D.L., 92 M 13. gendarmerie Saint-Chamond, 19.9.1872.

31 A.N., BB 30 379, proc. gal Lyon, 7.10.1864 : « ...l’extraction de la houille a pris un développement considérable... », et le 12.10.1864 ; « ... (elle) poursuit sa marche progressive dans les 23 concessions... les bras suffisent à peine au travail... », S.I.M., 1873-1875, p. 11.

32 Leseure (J.), ouvr. cit., p. 338-341, et A.N., C 3100 Comité houillères Loire,

33 Soit 853 000 t en 1849, 881 200 en 1850, 831 400 en 1851, 939 200 en 1852 ; et 2 621 000 t en 1871, 2 965 200 en 1872, 3 330 000 t en 1873 et 3 073 900 en 1874. La moyenne décennale est : 1841-1850, 818 000 t ; 1851-1860, 1 328 600 t et 1861-1870, 2 426 000 t ; par an, de 1870 à 1874, 2 944 00 t.

34 En nombres absolus, en tonnes :

Charbon

Fonte

Fer

Acier

1850

1 579 000

19 240

38 130

5 366

1869

3 110 000

84 330

90 150

68 336


et 1873, charbon : 3 979 000 ; 1882, fonte : 147 880 et acier : 132 530.

35 A.D.L, 52 M 36, sous-préfet La Tour du Pin, 1.8.1858, et Léon (P.), ouvr. cit., t. II, p. 564-568. L’extraction du minerai ne disparaît cependant pas totalement par la suite à La Verpillière : on la signale en 1872 (A.D.L, 162 M.3, sous-préfet La Tour-du-Pin, 17.12.1872) et en 1912, où l’on tire 8 400 t dans 2 concessions (Ministère du Commerce, Evaluation de la production... 1917, t. II, p. 289 ; à Villebois, les moyennes décennales sont 10 380 t entre 1851-1860 ; 10 227 et 4 907 pour 1871-1880).

36 Pour l’ensemble du paragraphe, Cf. Reynier (E.), Mines, Métallurgie et Chemins de fer... ouvr. cit.

37 S.I.M., 1847-1851. De 1847 à 1849, la production de fonte est respectivement de 21 548, 13 731 et 11 179 t., et celle de minerai, tombe de 92 100 à 41 205 t. : sur la crise, cf. Reynier (E.) La 2e République dans l’Ardèche, ouvr. cit., p. 24.

38 D’un coup, le minerai s’élève à 98 144 t. et la fonte à 32 712 t.

39 La moitié seulement des hauts-fourneaux est à feu en 1858 ; cf. A.N., F. 1 C III, Ardèche, 8, préfet, 20.9 et 2.11.1858.

40 Soit 180 000 t sur 230 000 t vers 1864-1865 ; cf. Annuaire de l’Ardèche...pour 1868, p. 322.

41 A.N. F. 1 C III, Ardèche, 8, préfet, 20.9.1858 ; Annuaire... pour 1861, p. 170, et Comité des Forges, ouvr. cit., p. 278-279.

42 A.D. Ar. 217 M., Situations industrielles trimestrielles, 1861-1869.

43 A.N. F. 1 C III, Ardèche, 8, préfet, 5.3.1866 : « ... il y a plusieurs hautsfourneaux éteints aux usines métallurgiques de La Voulte et du Pouzin. L’extraction du minerai de fer est moins active. Tous les bras sont néanmoins occupés... », 4-1 et 6-9.1866.

44 Cf. Bozon (P.), Histoire du peuple vivarais..., ouvr. cit., p. 189-190.

45 D’après la S.I.M., les tonnages sont en chiffres absolus :

1850

1860

1869

Minerai de fer

54 310

172 450

260 210

Fonte

11 460

62 800

106 750

46 Reynier (E.), Mines, Métallurgie et Chemins de fer, ouvr. cit.

47 Sur l’évolution d’Allevard, cf. Léon (P.) La naissance de la grande industrie..., ouvr. cit., t. II, p. 564-568 et p. 620-621. Du même auteur, Deux siècles d’activité minière et métallurgique en Dauphiné : l’usine d’Allevard, 1675-1870, R.G.A., XXXVI, 1948, p. 249 et suiv. et Crises et adaptations de la métallurgie alpine : l’usine d’Allevard, 1869-1914, Cahiers d’Histoire, VIII, 1963, notamment p. 6, 12.

48 Comité des forges, ouvr. cit., p. 145-148.

49 Cf. Léon (P.). La naissance de la grande industrie, ouvr. cit., t. II, p. 564-566 ; le haut-fourneau de Brignoud ne s’éteindra pourtant qu’en 1900 ! (Veyret-Verner (G.), ouvr. cit., p. 69).

50 S.I.M., 1847-1880, et Revue de l’industrie minérale, ouvr. cit., 1944, p. 144.

51 Bozon (P.), L’industrie du Seuil de Rives, R.G.A., 1943, XXXI, p. 231 et suiv. ; Révollier, de Saint-Etienne, y installe notamment une fabrique de faulx en 1865.

52 S.I.M., 1850-1875.

53 L’ouvrage essentiel est Barbier (V.), La Savoie industrielle, Genève-Bâle-Lyon, 1875, 2 vol., sur la sidérurgie et les mines, cf notamment t. II p. 93 et suiv., p. 160-173. p. 191 et suiv., voir aussi Lovie (J.). La Savoie dans la vie française, 1860-1875, 1963, p. 179 et suiv.

54 Cf. Devant (Ch.) La mine d’Entrevernes, Annecy, 1941, p. 15 et suiv.

55 Voir la description détaillée dans Barbier (V.), ouvr. cit., t. II, p. 103 et p. 191, et Revue de l’industrie minérale, 1944, art. cit., p. 35.

56 A.N., BB 30 275, proc. gal Chambéry, 30.3.1864, qui souligne « ... l’impossibilité de lutter avec l’Angleterre », et que pour changer un outillage insuffisant « ... il faudrait des ressources considérables » ; le 31.12.1866, parlant des hauts fourneaux : « ... on s’attend à les voir succomber les uns après les autres... ».

57 La production annuelle moyenne de fonte pour la Savoie est, de 1860 à 1863, de 2 673 t., mais tombe à moins de 1400 dès 1864. Les tonnages sont ensuite très irréguliers, mais après une remontée à 1 000 t. en 1869, la moyenne 1871-1872 est de 675 t. En Haute-Savoie, pendant toute la décennie 1860-1870, on dépasse rarement les 200 t., et pour les fers, la moyenne annuelle passe de 1 064 t. pour 1861-1865 à 680 t. pour 1866-1870 (au bois et au charbon) ; en Savoie, de 380 t. dans les années 1860, elle tombe à peu près à néant vers 1870 ; cf. S.I.M., 1860-1872.

58 L’extraction passe de 6 800 t. dans les années 1860-1864 à 2 700 en 1865. Un redressement s’opère à partir de 1867, et on oscille pendant 10 ans entre 4 000 et 5 500 t ; le déclin reprend, irrémédiable, en 1878, et très rapide. S.I.M., 1860-1882 et Devant (Ch.), ouvr. cit., p. 15.

59 On passe de 3 800 t. en 1860 à 9 000 t. en 1869 et 10 500 en 1870 ; il est impossible de suivre après 1873 la marche exacte de la production, car la S.I.M. inclut dans le bassin des gîtes des Hautes-Alpes.

60 Pour l’ensemble du paragraphe, cf. Laferrère (M.), ouvr. cit., p. 272 et suiv. p. 272, p. 282-288.

61 A.N. BB 30 379, proc. gal Lyon, 10.7.1859, 5.4.1860, 10.10.1863 et 20.12.1868 ; A.N., F. 12 4532, Chambre Commerce Lyon, mars 1871 et A.D.I., 52 M.39, bulletin du Maréchal de Castellane, 13.8.1858 et 10.4.1859.

62 A.N., F. 12 4476 E, préfet Rhône, 7.2.1865 ; à noter que le haut-fourneau de La Mulatière est définitivement éteint après 1861.

63 Cf. Blanc (P.), La draperie à Vienne..., p. 135 et suiv., et Léon (P.). La naissance de la grande industrie... ouvr. cit., t. II, p. 623-624.

64 Perrin (M.) ouvr. cit., p. 222 et suiv. et Statistique de la France, 2e série, t. XIX, p. 296-297 et 320-321.

65 Sur l’ensemble du paragraphe, cf. Pelletier (P.), ouvr. cit., p. 210-211 ; Gras (L.-J.), Histoire de la verrererie..., ouvr. cit., p. 189 et suiv., Abeille (A.), ouvr. cit. p. 284 et Chomienne (C.), ouvr. cit., p. 271.

66 Dès le milieu du XIXe siècle, Rive-de-Gier a 28 fours, dont 15 à bouteilles. (A.D.L., 21 M-22, police, 15.2.1869), en 1870, on en dénombre 24 pour le « trust » et pour les compagnies indépendantes (A.N., F. 12 454 B, Chambre Commerce Saint-Etienne, s.d. (1870) ; cf. aussi Gras (L.-J.), ouvr. cit. p. 195.

67 A.N., F. 12 4476 E, préfet Rhône, 7.2.1865 ; A.D.R., 9 M. Situations industrielles, 1880-1881, et Oger (T.), ouvr. cit. Rhône, t. III, p. 41.

68 Gras (L.-J.), ouvr. cit., p. 199.

69 Id., p. 198 et Pelletier (P.), ouvr. cit., p. 217.

70 L’enquête de 1873 est très incomplète, passe la Loire sous silence, dénombre 8 établissements dans le Rhône. En 1860, on n’a pris en considération que les usines les plus importantes ; les chiffres permettent cependant de dégager le rôle de l’arrondissement de Saint-Etienne, qui livre à lui seul plus de 39 millions de bouteilles par an, et 1 427 000 m2 de verre, pour plus de 7 millions de francs ; l’ensemble Lyon-Givors s’inscrit pour 6 millions de bouteilles, et 1 289 000 de francs ; le reste (2 500 000 et 417 000 francs) se disperse autour de Vienne et de Montbrison ; cf. Statistique de la France, 2e série, t. XIX, p. 296-297, 322-325, et 570-571.

71 Blanc (P.), ouvr. cit., p. 10 et suiv. ; Urbal (D.), L’industrie drapière de Vienne...1911, p. 118-119, et 123 et suiv. ; Chatain (C.), L’industrie drapière viennoise, 1925, p. 54 et suiv. ; Léon (P.), La naissance de la grande industrie, ouvr. cit., t. II, p. 625-627 et 653-654 ; Fohlen (C.), ouvr. cit., p. 184-186.

72 A.N., F. 1 C III, Isère, 7, sous-préfet Vienne, 2.3.1854 : « ... elle ne fabriquait autrefois que des draps d’hiver... aujourd’hui, grâce à l’intelligence de quelques jeunes négociants, elle produit des articles d’été... ».

73 Cf. Chatain (C.), ouvr. cit. p. 45 : les 90 000 pièces de 1852-1860 sont de 25 mètres chacune, et pèsent 1 350 000 kg ; les 130 000 de 1866-1869, 1 950 000 kg ; et en valeur, la production annuelle moyenne se hausse de 14 à 20 millions de francs.

74 Statistique de la France, 2e série, t. XIX, p. 294-297.

75 A.D. I., 138 M 12, Situations industrielles, 1868-1869 ; les données de l’Enquête de 1873 sont trop étranges pour être retenues.

76 A.D.I. 138 M 10 à 14, Situations industrielles, 1856-1873 ; Statistique de la France, 2e série, t. XIX, p. 288-299 ; id. 3e série, t. III, 1873, p. 408-409 ; Léon (P.), La naissance de la grande industrie..., ouvr. cit., p. 2, p. 603 et suiv., p. 665-666.

77 A.D. Ar. M 217 et 218, préfet Ardèche, 19.10.1867 et Situations industrielles, 1858-1868 ; Statistique de la France, 2e série, t. XIX, p. 43-47 ; Annuaire de l'Ardèche... pour 1862, p. 85 ; Albigny (P.-d’), Les industries dans le département de l’Ardèche, Ie partie 1875, p. 30-31 ; Joanne (A.), Géographie du département de l’Ardèche, 1881, p. 45-46 ; et Reynier (E.), L’évolution industrielle en Vivarais depuis un demi-siècle, E.R., VI, 1930, p. 328 et suiv.

78 Statistique de la France, 2e série, t. XIX, p. 326-327 ; A.N., F. 12 4511 B, préfet Loire, 5.5.1881 et Dumoulin (M.) En pays roannais... ouvr. cit., p. 250-251.

79 A.N., F. 12 4499, Situations industrielles, Die, 1873-1887 ; Statistique de la France, 2e série, t. XIX, p. 172-177 ; Léon (P.), La naissance de la grande industrie...ouvr. cit., t. II, p. 666.

80 A.D.S, 33 M I (1), préfet Savoie, mai 1880 et Statistique de la France, 2'série, t. XIX, p. 608-609 et 612-614.

81 A.D. Ar. 217 M, préfet, 2.6.1857 ; Albigny (P.-d’) ouvr. cit. lre partie, p. 66-67 ; Joanne (A.), ouvr. cit., p. 46 et Bozon (P.), Histoire du peuple,...ouvr. cit., p. 188 ; Statistique de la France, 2e série, t. XIX, p. 42-47.

82 A.N., F 12 4476 D, préfet Ardèche, 21 et 27.1.1858 ; la crise avait déjà été très fortement ressentie en 1848-1850 et ses séquelles s’étaient fait sentir jusqu’en 1854 (cf. Reynier (E.), La Seconde République...ouvr. cit., p. 24.

83 Statistique de la France, 2e série, t. XIX, p. 172-175 ; Léon (P.), La naissance de la grande industrie, ouvr. cit. t. 2, p. 632 et suiv. ; Bellon (M.A.), Les ouvriers de Romans et de Bourg de Péage (1870-1914), D.E.S. Lyon, 1966, p. 6 à 9.

84 A.D.L., 92 M 13, police, 27.4.1873 ; Aulagnier (C.), Notice sur la ville de Chazelles, 1895, p. 42-43 ; Bourne (H.), Histoire de la ville et de la commanderie de Chazelles,...1912, p. 512-513, et Perrin (M.), ouvr. cit., p. 322.

85 Bien que le nombre des ateliers demeure stable : 42 en 1865, 45 en 1866 et 52 en 1872 pour une quinzaine de fabricants (A.N., F. 12 4476 B, préfet Loire, 20.1.1865 et 13.7.1866, et F. 12 5511 B, id., 11.5.1872.

86 Léon (P.), La naissance de la grande industrie,... ouvr. cit. t. II, p. 630-631.

87 Statistique de la France, 2e série, t. XIX, p. 2-9, 42-47, 172-175, 290-297, 318-327, 569-575, 606-613 et 613-617. La production totale de la région est de 1 710 000 hectolitres de chaux ; l’Ardèche vient largement en tête, avec près de 640 000 hl, suive par l’Isère (516 700).

88 A.N., F. 1 C III, Ain, 6, sous-préfet Nantua, 31.3.1859.

89 Trenard (G. et L.), Le Bas Bugey, 1951, p. 321.

90 Léon (P.), La naissance de la grande industrie,... ouvr. cit. t. II, p. 629-630.

91 En 1860, le seul arrondissement de Privas livre 562 250 hl de chaux, soit le tiers de la production régionale (Statistique de la France, 2e série, t. XIX, p. 42-43.)

92 A.D. Ar, 217 M et 218 M, Situations industrielles, 1858-1868 ; Notice sur les usines et chaux hydrauliques Lafarge du Teil, 1867, p. 4 et 5 ; Bourdin (L.), Le Vivarais... 1898, p. 324 et suiv. ; Chaux hydrauliques et ciments Portland de Lafarge et du Teil, 1900, p. 15-16 ; Reynier (E.), art. cit., E.R., t. VI, 1930, p. 328 et suiv. Serret (G.), Chaux et ciments de Lafarge, monographie sociale, 1938, p. 13.

93 Sur l’ensemble de la période, cf. Pariset (E.), Histoire de la Fabrique..., ouvr. cit. notamment p. 373-379, et Boisson (J.) ouvr. cit., p. 57 et suiv.

94 A.N., F. 1 C III, Rhône, 5, sous-préfet Villefranche, 13.10.1856.

95 A.N., BB 30 378, proc. gal Grenoble, 23.12.1856.

96 A.N., F. 1 C III, Ardèche, 8, préfet, 7.1.1857.

97 A.N., BB 30 379, proc. gal Lyon, 3.11.1857.

98 A.N., F. 1 C III, Isère, 7, préfet, 3.12.1857 et A.D.I., 52 M 35, sous-préfet La Tour-du-Pin, 3.10.1857.

99 A.N., F. 1 C III, Isère, 7, préfet, 4.1.1858 et BB 30 378, proc. gal Grenoble, 10.12.1857.

100 A.N., F. 1 C III, Ain, 6, sous-préfet Belley, 31.12.1857.

101 A.N., BB 30 379, proc. gal Lyon, 14.1.1858.

102 A.N., F. 12 4476 D, préfet Ardèche, 2 et 29.10.1857.

103 A.D.I., 53 M 36, sous-préfet La Tour-du-Pin, 1.2 et 2.3.1858 et A.D.D., M. 1297, préfet Drôme, février 1858.

104 A.N., BB 30 379, proc. gal Lyon, 12.10.1859.

105 A.N., F. 1 C III, Rhône, 5, préfet, 14.10.1859 et BB 30 379, proc. gal Lyon, 5.4.1860, 4.4. et 4.5.1861. Sur l’ensemble de la crise, Pariset (E.), ouvr. cit., p. 376 et suiv.

106 A.N., BB 30 382, proc. gal Nîmes, 13.1.1866 et F. 1 C III, Ardèche, 8, préfet, 2.12.1856 et 4.1.1866 ; A.D. Ar, 217 M, préfet, 8.1.1866.

107 A.N., F. 12 4476 E, préfet Rhône, 19.11.1865 et BB 30 379, proc. gal Lyon, 6.10.1866.

108 A.N., F. 1 C III, Isère, 7, préfet, 6.7.1866 et 7.5.1867, et B.B. 30 379, proc. gal, Grenoble, 29.3.1865.

109 A.N., F. 12 4532, Chambre Commerce Lyon, 16.1 et 10.3.1871.

110 Cf. Pariset (E.), ouvr. cit. p. 365, 373 et suiv. ; Clerget (P.), Les industries de la soie en France, 1925, p. 14 et suiv. et Lequin (Y.), Aspects économiques des industries lyonnaises de la soie (1870-1900), D.E.S., Lyon 1958, p. 68-85. Sous le Second Empire en 20 ans, la moyenne annuelle des exportations lyonnaises passe de 120 à 330 millions de francs (1868-1874, exercice moyen).

111 D’après Pariset (E.), ouvr. cit. note 2, la « charge » en noir peut augmenter le poids jusqu'à 400 % : on mesure le bénéfice ainsi obtenu. Quant au fil « souple », il est obtenu par un « décreusage » – c’est-à-dire le netttoyage du « grès » qui rend le fil brut inapte au tissage – incomplet ; la soie ne perd alors que 15 % de son poids, au lieu de 25 %.

112 Cf. chapitre I, note 149 et A.N., C. 3021, Enquête parlementaire..., réponse du Conseil d’hygiène de Lyon, 1872. Beauquis (A.), ouvr. cit., p. 245, ne justifie en aucune façon les 75 000 métiers qu’il dénombre en 1850, et le chiffre semble exagéré. En 1865, on est à 100 000, environ (A.N., F. 12 4476 E, préfet Rhône, 7.2.1865), et en 1872, l’effectif des métiers est donc triple de celui de 1833, d’après l’enquête de Gasparin ; cf. Morand (M.), Statistique des métiers de tissage de soieries au service de la Fabrique lyonnaise, R.T.I.G.A., 1914, p. 317.

113 Pour reprendre une formule heureuse de Laferrère (M.), ouvr. cit., p. 164.

114 35 215 d’après l’Enquête industrielle de 1860 (Statistique de la France, 2e série, t. XIX, p. XXI) et selon divers comptages de la Chambre de Commerce évoqués par Boisson (J.), ouvr. cit. p. 63, 34 567 en 1850, 35 000 en 1865, 35 216 en 1870-1871. Arrivent à des chiffres voisins, en 1854, A.N., F. 1 CIII, Rhône, sous-préfet Villefranche, 9.5.1854 (37 609, « en temps ordinaire ») et Audiganne (A.), ouvr. cit., t. I, p. 224-229 ; Chambet Guide descriptif... de la ville de Lyon, 11e éd., 1860, s’arrête à 30 000.

115 Pariset (E.), ouvr. cit., p. 398.

116 Cf. Léon (P.), La naissance de la grande industrie... t. II, p. 581-586 et p. 600 et suiv. ; Fohlen (C.), ouvr. cit., p. 184-185 et 392, pour l’ensemble du paragraphe.

117 Laferrère (M.), ouvr. cit., p. 131.

118 Jouanny (J.), ouvr. cit., p. 53 ; on ne peut guère tenir compte de l’Enquête de 1860 qui néglige les métiers à domicile et n’arrive qu’à un total de 2 280 (Statistique de la France, 2e série, t. XIX ; p. 288-299), alors que le seul arrondissement de La Tour du Pin en ferait battre 6 000 « en temps ordinaire » (A.D.I., 52 M 42, préfet, 10.10.1860) ; à noter que le Bas-Dauphiné posséderait déjà 3 000 métiers mécaniques à la fin du Second Empire.

119 Cf. A.D.I., 138 M 12, Situations industrielles, 1869 et les cartes de Jouanny (J.), ouvr. cit., p. 47-49 et Léon (P.), La naissance de la grande industrie..., ouvr. cit., t. II, p. 599 et 601.

120 La crise de 1867 semble porter le coup de grâce au languissant coton du Dauphiné (cf A.D.I., 166 M 1, police, 7.1.1868, et Fohlen (C.), ouvr. cit., p. 392 ; cf. aussi A.D.I., 138 M 12, Situation industrielle 1869 et Statistique de la France,2e série, t. XIX, p. 292-293, et Veyret-Verner (G.) ouvr. cit., p. 93-98.

121 A.N., F. 1 C III, Ain, 6, préfet, 14.7.1853 et sous-préfet de Nantua, 31.12.1858 : « ... chaque jour de nouveaux métiers s’organisent... ».

122 A.N., BB. 30 379, proc. gal Lyon, 7.4.1859.

123 A.N., F. 12 4476 E, préfet Ain, 14.1.1865 et Lebeau (R.), ouvr. cit., p. 453 et suiv.

124 A.N. F. 12 4476 E, préfet Ain, 14.1.1865.

125 A.N., F. 12 4479 A, préfet Ain, 17.7.1869 et 1.1.1875.

126 Pour l’ensemble de l’essaimage en Savoie et en Haute-Savoie, cf. Barbier (V.), ouvr. cit., t. II, p. 61 et suiv. et p. 263 et suiv.

127 A.N., F. 1 C III, Haute-Savoie, 2, préfet, 3.4.1870 et ADHS, 15 M, Situations industrielles, 1861-1868 et 1875-1880.

128 A.D.H.S., 15 M, Situation industrielle, 1874-1883 ; la draperie est aussi moribonde en Faucigny, autour de Sallanches.

129 A.N., BB 30 375, proc. gal Chambéry, 30.3.1864, 30.3.1865 et 30.3.1866 et F.l C III, Haute-Savoie, 1, préfet, 1.2.1865. A.D.H.S., 6 M, affaires politiques 1860-1862, police, 15.3.1862 ; 15 M, Industrie et Commerce, 1861-1878, préfet, 8.2.1865 et maire Annecy, novembre 1865 ; A.D.I., 52 M.10, bulletin du Maréchal de Castellane, 18.3.1862, et Annuaire... de la Haute-Savoie pour 1861, p. 226-227.

130 A.D.S., 33M I/1, ingénieur mines Chambéry, 19.6.1867, 29.9.1871 et état anonyme, mai 1880.

131 Statistique de la France, 2e série, t. XIX, p. 322-323 et 572-573.

132 Delorme (N.), Mornant en Lyonnais, 1951, p. 51.

133 A.N., C 3362, Enquête parlementaire... anonyme, s.d. (1872).

134 Dumoulin, ouvr. cit., p. 248.

135 A.D. Ar, 217 M. Situations trimestrielles, 1858-1868.

136 A.N., F. 12 4476 E, préfet Ardèche, 1.1.1865 et 1.1.1866 et Annuaire... de l’Ardèche, 1862, p. 85.

137 A.N. id., préfet Drôme, 28.1.1865.

138 Statistique de la France, 3e série, t. III, 1873, p. 428-429.

139 D’après les Comptes rendus des travaux de la Chambre de Commerce de Lyon en 1877, p. 32, cit. par Lequin (Y.), ouvr. cit., p. 139.

140 A.N., F. 1 C III, Ardèche, 8, préfet, 31.3 et 3.8.1858 ; id., Ardèche, II, préfet, 31.12.1858 et 31.1.1859 ; A.N., F. 12 4476 D, préfet, 2.10.1857.

141 Barrat (E.), Note sur 1859, A.D. Ar, biblio, no 4788.

142 A.D. Ar, 217 et 218 M, Situations industrielles, 1858-1868.

143 Statistique de la France, 3e série, t. III, p. 428-429.

144 A.D. Ar, 217 M, préfet, 13.10.1868.

145 A.N., F. 1 C III, Drôme, 12, préfet, 2.12.1856 et sous-préfet Die, 25.3.1858 ; A.D.D., 48 M 10, sous-préfet Montélimar, 20.11.1856.

146 A.D.D. 48 M. 10, sous-préfet Nyons, 13.11.1856 : elles permettent la bonne marche des moulinages alors même que les filatures sont au repos.

147 Cf. Léon (P.), La naissance de la grande industrie... ouvr. cit., t. II, p. 593-595.

148 Statistique de la France, 3e série, t. III, p. 428-429.

149 A.N., F. 12 4476 E, préfet Drôme, 28.1.1865.

150 Cf. A.D.I., 138 M.3, préfet 31.12.1872, qui parle de 70 415 tavelles en 1872 pour l’Isère ; id., 162 M.3, préfet, 12.3.1857 ; la statistique de la France, 2e série, t. XIX, p. 288-299, ne relève que 69 établissements en 1860 ; enfin, Léon (P.), La naissance de la grande industrie, ouvr. cit., t. II, p. 593.

151 A.N., F. 12 4476 E, préfet Ain, 14.1.1865 et 11.1.1866 et Statistique de la France, 3e série, t. III, p. 428-431.

152 A.D.S., 33 M 1/1, ingénieur Mines Chambéry, 29.9.1871.

153 D’après l’Enquête de 1873, Statistique de la France, 3e série, t. III, le nombre de tavelles est de 3 804 pour l’Ain, 136 400 pour l’Ardèche, 86 220 pour la Drôme, 24 194 pour le Rhône et 1 099 en Savoie, et celui de bassines de filature, respectivement 120, 4 164, 3 784, 986, 39 et 218, pour, ensemble, 13, 514, 261, 64, 54 et 5 établissements, (p. 430-431).

154 Soit, en nombres absolus (moyenne mobile 9 ans) : 1851, 2 190 800 kg ; 1879, 4 645 500. Les moyennes quinquennales sont de : 1851-1855, 2 489 000 ; 1871-1875, 3 652 000 ; et, par décennies, 1841-1850 : 1 504 000, 1851-1860 : 2 641 500, 1861-1870 : 3 031 000, 1871-1880 : 4 075 000.

155 Cf. Laferrère (M.), ouvr. cit., p. 122-123.

156 A.N., F. 12 4532, préfet Rhône, 29.8.1872 et 14.1.1873 ; à Lyon, au printemps 1873, un quart seulement des métiers est inoccupé, contre plus de la moitié dans le Sud du Jura (A.N., F. 12 4652, préfet Rhône, 12.7.1873 et F. 12 4479 A, préfet Ain, 8.4.1873 et 5.1.1874.

157 Cf. la description des crises de la rubannerie stéphanoise et des nouveautés que présente sa marche dans Guitton (H.), L’industrie des rubans de soie en France, 1928, p. 56 et suiv. ; elle rejoint celle qu’on a donnée des crises de la Fabrique lyonnaise, et vaut pour toutes les industries dispersées.

158 A.N., BB 30 379, proc. gal Lyon, 22.5 et 20.8.1850 et A.D.L., 10 M. 28, police, 12.9.1848 et 92 M.7, 27.8.1849.

159 Gras (L.-J.), Histoire de la rubannerie... 1906, p. 603 ; Guitton (H.), ouvr. cit., p. 57 et Perrin (M.), ouvr. cit., p. 289.

160 Gras (L.-J.), ouvr. cit., p. 61 et suiv.

161 Cf. A.N., F. 1 C III, Loire, 9, préfet, 17.2.1861. Voir aussi A.N., F 1 C III, Loire, 6, préfet, 21.10.1857 et 5.6.1858 ; F. 12 4476 D, préfet Loire, 30.3.1858 ; BB 30 379, proc. gal Lyon, 27.12.1858 et 7.4.1859 ; A.D.L. 81 M.22, maire Saint-Etienne, 28.1.1857.

162 Statistique de la France, 2e série, t. XIX, p. 318-319 ; y compris les métiers à rubans mélangés de coton.

163 A.N., BB 30 379, proc. gal Lyon, 29.12.1862 ; 527 métiers à velours et 1760 à rubans ordinaires, soit 2287, sont au travail, soit le tiers du total.

164 Id., proc. gal Lyon, 30.12.1863 ; également, rapports du 6.7. et du 27.12.1861, et A.D.L., 10 M.56, police Chambon Feugerolles, 1.1.1860 et 10 M.58, 12 1862.

165 Id., 30.10.1866 et 28.3.1867 ; A.N., F. 1 C III, Loire, 9, préfet, 30.11.1866 et Merley (J.), Les élections de 1869 dans le département de la Loire, Cahiers d’Histoire VI, 1961, p. 63.

166 A.N., F. 12 4511 B, Chambre Commerce Saint-Etienne, s.d. (1871) et Gras (L.-J.), ouvr. cit., p. 627-628.

167 Arbogast (M.), L’industrie des armes à Saint-Etienne, 1937, p. 47-49.

168 Id., ouvr. cit. p.61 et suiv. et Gras (L.-J.), Historique de l’armurerie stéphanoise, 1905, p. 238-240.

169 A.N., BB 30 379, proc. gal Lyon, 1.7.1865.

170 Gras (L.-J.), ouvr. cit., p. 243-245 et Arbogast (M.), ouvr. cit., p. 66 et suiv.

171 A.D.L., 81 M.22, Directeur Manufacture armes, 12.7.1856.

172 Gras (L.-J.), Essai sur l’histoire de la quincaillerie... 1904, p. 116-146 ; Chomienne (C.), ouvr. cit., 1912, p. 285-288 ; Perrin (M.), ouvr. cit., p. 224-225.

173 Cf. les prédictions pessimistes du Commissaire de police de Saint-Etienne, en 1848 (A.D.L., 10 M.28, 12.9.1848) « ... cette branche d’industrie perd tous les jours de son importance... ».

174 A.N., BB 30 378, proc. gal Grenoble, 9.1.1850.

175 Id., 23.12.1856 et 10.12.1857.

176 A.D.L, 138 M.10 et 12, Situations industrielles 1860 et 1876-1877.

177 A.N., F. 1 CIII, Isère, 7, préfet, 2.5.1858 et A.D.L, 52 M.42, sous-préfet La Tour-du-Pin. 8.1.1860.

178 Id. préfet, 4.6.1868 ; Léon (P.), La naissance de la grande industrie,...ouvr. cit., t. II, p. 628-629 ; 666-667 et 1815 ; Veyret-Verner (C.), ouvr. cit., p. 110-112.

179 A.D.H.S., 15 M, Situations industrielles, 1874-1881.

180 A.D.H.S., 15 M, Situations industrielles, 1861-1863 et 1874-1876, particulièrement sous-préfet Bonneville, 17.7.1861 et 25.11.1876 ; Industriel savoisien, 27.10.1855 et Barbier (V.), ouvr. cit., t. II, p. 350 et suiv. ; le mouvement semble même devoir gagner un instant le Val de Thônes, où une école s'installe en 1882.

181 A.N., F. 1 CIII, Ain, 6, sous-préfet Nantua, 31.3.1859 ; A.N., 4479 A, Situations industrielles, 1869-1871, et Lebeau (R.), ouvr. cit., p. 462, 467 et suiv.

182 Les « situations industrielles » de la Loire et du Rhône notamment se bornent à de vagues allusions qualitatives, et la Chambre de Commerce de Tarare n’a gardé, depuis sa fusion avec celle de Lyon, que fort peu de choses, sans grand intérêt.

183 Sur l’ensemble du paragraphe, Déchelette (Ch.) L’industrie cotonnière à Roanne, 1910, p. 40 et suiv. ; Dumoulin (M.), ouvr. cit., p. 245-255 ; Fohlen (C.), ouvr. cit., p. 190-191 ; Albout (C.), Démographie et industrialisation d’une région rurale, le canton de Tarare de la fin du XVIIIe siècle à nos jours, MM. Lyon, 1970, p. 36 et suiv.

184 Statistique de la France, 2e série, t. XIX, p. 326 et 327 et 568-571.

185 Forrester (R.B.), The cotton industry in France, 1921, p. 5. Statistique de la France, 3e série, t. III, p. 420-421 : 182 000 broches pour la Loire, 42 786 pour le Rhône, 4 917 000 pour la France ; mais on ignore d’où sortent ces chiffres ; d’autant plus qu’en 1871, il n’y aurait pas plus de 3 000 broches à Roanne, d’après un état de la Chambre de Commerce ! (A.N., F. 12 4511 B, 3.3.1871).

186 Cf supra, note 184 ; dans le tableau, la production est exprimée en métiers et en francs, les nombres calculés sont en italiques... A noter qu’en 1871, dans la seule circonscription de la Chambre de Commerce de Tarare, la production atteindrait 51 millions de francs, autour de la ville, de Thizy et d’Amplepuis (A.N., F. 12 4532, Chambre de Commerce Tarare, 1.3.1871).

187 A.N., F. 12 4532, id.

188 Les chiffres de la Statistique de la France, 3e série, t. III, p. 420-421, pour 1873, sont tout aussi étonnants pour les métiers que pour les broches : il y aurait 8 230 mécaniques autour de Roanne, ce qui est parfaitement invraisemblable, et 2 000 à bras ; pour le Rhône, 381 et 5 702.

189 A.N., BB 379, proc. al Lyon, 4.1.1859 et Déchelette (Ch.), ouvr. cit., p. 77 et suiv.

190 A.N., F. 12 4511 B, Chambre Commerce Roanne, 3.4.1871 et F. 12 4532 ; id., Tarare, 1.3.1871.

191 Sur l’ensemble de la crise, Pariset (E.), ouvr. cit., p. 383 et suiv., et Lequin (Y.), ouvr. cit., p. 177 et suiv.

192 A.N., F. 12 4532, préfet Rhône, 28.1.1877 et A.D.R., M, Grèves antérieures à 1879, commissaire spécial Lyon, 22.10.1876.

193 A.N., F. 12 4532, préfet Rhône, 2.5. et 2.8.1877, 2.1. et 4.7.1878.

194 Id., F. 12 4499, Situations industrielles Drôme, 3e trimestre 1876 ; A.D.D., M.1298, sous-préfet Die, mars 1876 et A.D.H.S., 15 M, Situations industrielles, 1875-1879.

195 A.D.I., 52 M 55, police, 25.12.1875 et 166 M.l, sous-préfet La Tour-du-Pin, 12.2. et 2.3.1877.

196 A.N., F. 12 4536, préfet Savoie, 17.2.1880.

197 Pariset (E.), ouvr. cit., p. 384-385.

198 A.N., F. 12 4532, préfet Rhône, 24.4.1882 et Bouvier (J.), Le Krach de l'Union Générale, p. 235 et suiv.

199 A.N., F. 12 4662, préfet Rhône, 18.5.1883.

200 Sur l’aggravation du malaise à compter de 1882-1883, A.N., F. 12 4532, Situations Industrielles Rhône, 1882-1886 ; F. 12 4479 A et 4882, id., Ain, 1882-1885 ; F. 12 4499, id., Drôme, 1883-1887 et F. 12 4882, id. Ardèche, 1883-1885 ; F. 12 4662, préfet Rhône, 18.5.1883 et F. 12 4511 B. Documents parlementaires, juin 1885, p. 2306-2308 ; F. 12 4532, préfet Rhône, s.d. (3e trimestre 1884), et F. 12 4509, préfet Isère, 25.10.1884. Pariset (E.), ouvr. cit., p. 394 et Lequin (Y.), ouvr. cit., p. 190 et suiv.

201 Ainsi, les prix de vente sont, sur le carreau de la mine, par moyenne quinquennale, en francs, à la tonne (S.I.M., volume du Centenaire, 1934 et Comité des forges, ouvr. cit., p. 8) :

1866-1870

1871-1875

1876-1880

Loire

11,63

15,98

15,86

France

11,79

14,98

13,70

202 Perrin (M.), ouvr. cit., p. 92-96.

203 Comité des forges, ouvr. cit., p. 12.

204 Cf. les chiffres d’affaires et les bénéfices de Terrenoire, La Marine et Firminy, dans Gille (B.), La sidérurgie française..., ouvr. cit., p. 273-278.

205 A.N., F. 12 4532, Situations industrielles, Rhône, 23.5. et 1.8.1874, 22.6. et 28.7.1875, 10.2.1876 et fin 1877 : « ... la stagnation des affaires s’est encore accrue... les ateliers travaillent au jour le jour... ».

206 La production de fonte passe de 144 412 t en 1883 à 39 898 t en 1895 ; l’acier, de 132 530 t en 1882 à 45 361 en 1886 et les fers, dans le même temps, de 84 200 à 37 000 t.

207 Gras (L.-J.), Histoire des eaux..., ouvr. cit., p. 189 et suiv., p. 208 et suiv.

208 La S.I.M., 1886, p. 29, met en relief « la corrélation qui existe entre l’industrie houillère et les autres industries du bassin (et en particulier l’industrie métallurgique) qui traversent elles-mêmes une période difficile... » et qui « ... explique la diminution considérable que subit l’extraction de la houille depuis l’année 1884 ». Sur les prémisses de la crise, A.D.L., 10 M 75, Commissaire spécial Saint-Etienne, 12.5.1874 ; 92 M 14, police Firminy, 17 et 22.7.1874 et 92 M 15, préfet Loire, s.d. (juillet 1878), qui analyse la situation : « l’industrie houillère est en souffrance dans le département..., les Compagnies ont résisté autant qu’elles ont pu... mais elle ont perdu une partie de leurs débouchés, les prix de vente ont considérablement baissé..., la production dépasse nettement la consommation et produit des stocks de charbon qui augmentent chaque jour... »

209 S.I.M., 1884, p. 22. Dans le même temps, la baisse n’est que de 6,1 % pour la France tout entière, 10,2 % dans le Nord, 4,8 % dans le Gard, 3 % dans la Saône-et-Loire et 2 % dans le Pas-de-Calais. S.I.M., 1885, p. 25 : « ... les houillères... du bassin de Saint-Etienne se trouvent dans une situation de plus en plus difficile... ; S.I.M., 1886, p. 29 : « ... la production continue à décroître..., il faut remonter à 25 ans en arrière pour trouver une production si faible que celle de 1886 ». Sur l’ensemble de la crise, cf. Gras (L.-J.), Histoire économique... des mines..., ouvr. cit., p. 778 et suiv.

210 En mars 1882, le préfet de la Loire affirme : « ... la métallurgie est cette année en pleine prospérité, les commandes sont importantes... » (A.D.L., 92 M.12, 27.3.1882) et cherche à se rassurer au début de 1883 : « ... la crise financière qui est venue surprendre la place de Lyon n’a pas atteint les industries principales... » (A.N., F. 12 4532, 26.1.1883).

211 Bouvier (J.), Le Krach de l'Union générale, 1878-1885, Paris, 1960, p. 251 et suiv., pour replacer dans le cadre de la crise financière régionale.

212 A.N., F. 12 4511 B, préfet Loire, 14.4. et 2.6.1883, 13.1 1.1884. A.D.L., 10 M.80, id., 24.3.1883 et 10 M.82, police, 24.6.1884.

213 A.N. F. 12 4511 B, Documents parlementaires, V, 1885, p. 2306 et 2313 et F. 12 4662, id., 7.5.1885. A.D.R., 9 M, Situations industrielles, 1883-1884 et 1888-1892.

214 A.N., F. 12 4662, préfet Loire, 7.5.1886 ; Gras (L.-J.), Histoire...de la métallurgie, ouvr. cit., p. 318 et Abeille (E.), ouvr. cit., p. 284 et 297-298.

215 Comité des forges, ouvr. cit., cartes h.t., p. 116.

216 Cf. Cambon (V.), La France au travail, 1911, p. 143, à propos de la vallée du Gier : « ...Nombre d’usines métallurgiques en ruines désolent ce paysage au travers desquels surgissent, de loin en loin, quelques vigoureux survivants de la prospérité de jadis... ».

217 A.D.R., M, Grèves 1886-1888, police, 1.2.1886, 2.12.1888 et 17.7.1889 et Gras (L.-J.), Notice sur les eaux... ouvr. cit., p. 208 et suiv.

218 A.N., F. 12 4482, préfet Ardèche, 12.6.1874.

219 Soit, pour le minerai, de 231 880 t. à 123 500, et de 103 440 t à 53 920 pour la fonte ; cf. aussi A.N., F. 12 4654, Ministère de l’Agriculture et du Commerce, 15.1 1.1878.

220 Cf. Joanne (A.), ouvr. cit., p. 45 et Bourdin (L.), ouvr. cit., p. 227.

221 A.D. Ar, 15 M. 1855, préfet, 17.10.1894 et 141 M. l, maire Privas, 14.10.1894.

222 D’après la S.I.M., 1850-1890, les moyennes annuelles sont, en tonnes :

Minerai de fer

Fonte

1861-1870

229 500

92 570

1871-1880

200 410

86 310

1881-1890

181 830

96 940

1891-1900

73 658

35 780

223 A.N., F. 12 4536, préfet Haute-Savoie, 20.4.1886. A.D.H.S., 15 M. Situations industrielles, 1876-1881.

224 Léon (P.), La naissance de la grande industrie, ouvr. cit., t. II, p. 823-824.

225 En l’absence du tonnage d’Allevard, la S.I.M. permet de suivre largement la marche du minerai de fer du département, qui ne doit pas beaucoup s’en différencier (cf. graphique no 10). Le rachat par les Schneider entraîne un relèvement très rapide, et la production tombée à 4 539 t en 1874 se hausse à 52 520 t en 1880, pour rester supérieure à 35 000 pendant une quinzaine d’années, avant de s’effondrer à nouveau après 1895.

226 Léon (P.) art. cit. Cahiers d'Histoire, VIII, 1963, p. 12 et suiv. et p. 28 et suiv.

227 S.I.M., 1870-1888. Les moyennes quinquennales de l’extraction sont, en tonnes : 1871-1875, 96 750 ; 1876-1880, 100 680 ; 1881-1885, 134 700 et 1886-1890, 124 400. En 1883 donc, la production monte soudain à 119 200 t puis à 144 620 en 1884, contre 102 110 en 1882 ; mais en 1885, elle s’effondre à 108 900 t., et les tonnages de 1884 ne sont atteints à nouveau et dépassés qu’en 1891.

228 A.D.H.S., 11 M. Grèves, 1872-1902, police, 8.9.1887 et 15 M. Situations industrielles, par trimestre (1876-1881) et par mois (1877-1879) où reviennent, lancinantes, les plaintes sur la nullité des ventes et l’encombrement des magasins.

229 A.N. F. 12 4499, Situations industrielles, Drôme, 1873-1887.

230 A.N., F. 12 4532, préfet Rhône, 6.4 et 9.1.1886 ; A.D.R. 9 M. Situations industrielles, préfet, 14.1.1886 et Albout (C.), ouvr. cit., p. 36 et suiv.

231 A.N., F. 12 4511 B, Documents parlementaires, juin 1885, p. 2894.

232 Gras (L.-J.), Histoire du commerce local, p. 637, et Histoire de la rubannerie, p. 639 et suiv.

233 A.D.L., 93 M.53, préfet, 30.11.1882.

234 Cf. note 231, id. p. 2893 et préfet Loire, 2.6.1883.

235 A.N., F. 12 4511 B, Documents parlementaires, juin 1885, p. 2893 ; Gras (L.-J.), Histoire de l’armurerie,... ouvr. cit. p. 248 et Arbogast (M.), ouvr. cit., p. 75 et suiv., p. 81 et suiv.

236 A Annonay, les soubresauts très forts de la conjoncture en 1883 notamment provoquent une stagnation de la production sur le moyen terme, autour de 8 millions de peaux par an, d’une valeur de 25 à 30 millions de francs ; mais c’est seulement après 1890, quand vont se dérober les marchés anglo-saxons, que la crise dégénérera (A.N. F. 12 4882, Situations industrielles, 1882-1885. Cf. A.D. Ar, 15 M.53, sous-préfet Tournon, 24.2.1894, et 15 M.55, id., 10.10. 1894 ; Jouanny (A.) ouvr. cit, p. 46.

237 La crise y est particulièrement forte en 1874-1875 et en 1882-1884 ; mais la reprise est tout aussi rapide, dès 1885 (cf. Bellon, ouvr. cit., p. 6 à 9).

238 Cf. Lequin (Y.), ouvr. cit., p. 145 et suiv.

239 Garcin (S), La fabrique lyonnaise de soieries, 1900-1930, MM., Lyon, 1969, p. 48-51.

240 Morand (M.), La fabrique lyonnaise de soieries en 1889, Lyon, 1896, annexe M., et, id., art. cit., R.T.I.G.A., 1914, p. 311-328 ; Lyon en 1906, t. II, p. 207 et 316, et Lapierre (J.) et Leroudier (E.), Historique de la fabrique lyonnaise de soieries, 1923, p. 120. Outre A.D.R., 9 M., Situations industrielles, 1888-1892, Exposé de la Situation industrielle et commerciale de la ville de Lyon, s.d. (fin 1889) et les rapports annuels de la Chambre de Commerce utilisés par Lequin (Y.), ouvr. cit., p. 134 et suiv.

241 D’après A.D.R., 9 M. Situations industrielles, 1883-1884, 2e trimestre 1884, on estime qu’un métier mécanique a une production triple de celle d’un métier à bras ; on a donc appliqué cette relation pour calculer le potentiel de la Fabrique, après addition des métiers à bras, exprimé en « unités-métiers ». A noter que Jouanny (J.), ouvr, cit., p. 59, estime que le nouvel outillage fournit 15 à 20 mètres par jour, au lieu de 4 ou 5 ; il faudrait donc quadrupler, mais l’évolution chronologique aurait la même physionomie.

242 Sans compter les métiers à peluches et à velours, soit 1780 en 1914.

243 En 1883-1885, encore, certaines sources retiennent le nombre total de 110 000 – 120 000 (A.N., F. 12 4511 B, Documents Parlementaires, juin 1885, p. 2307 et A.D.R., 9 M, Situations industrielles, Chambre Commerce Lyon, 7.9.1883).

244 Il serait intéressant de connaître le mouvement du profit des fabricants ; rien ne permet de l’approcher, et les archives des maisons de soierie semblent faire partie du mystère lyonnais.

245 Garcin (J.), ouvr. cit., p. 35 et suiv.

246 A.N. F. 12 4511 B, Documents parlementaires, juin 1885, p. 2309.

247 Pour l’ensemble de l’essaimage, Morand (M.), ouvr. cit., annexe M et art. cit., R.T.I.G.A., 1914, p. 320-326. Sur le Dauphiné, Jouanny (J.), ouvr. cit., p. 43-57 et suiv., 63-65 et Bozon (P.), L’industrie du seuil de Rives, R.G.A., XXXI, 1943, p. 294 et suiv ; sur le Lyonnais, Pelosse (V.), ouvr. cit., p. 7-8. A noter que les chiffres de Jouanny peuvent varier d’un tableau à l’autre.

248 Ainsi, le Bas-Dauphiné passe de 9 160 métiers à bras en 1869 à 12 211 en 1885, puis 15 377 en 1888 ; en même temps, la tâche d’huile continue de s’étendre, puisque le nombre des communes soyeuses augmente de 80 à 102.

249 Soit Bourgoin, Le Grand Lemps, La Tour-du-Pin, Pont-de-Beauvoisin, Rives, Saint-Etienne de Saint-Geoir, Saint-Geoire, Tullins et Voiron.

250 Encore faudrait-il ajouter une vingtaine d’usines à tulle, à La Tour-du-Pin, La Bâtie-Montgascon et Saint-Clair-de-la-Tour (A.D.I., 52 M.87, sous-préfet La Tour-du-Pin, mai 1909).

251 Cf. note 247.

252 Le nombre est mis pour mémoire, car il comprend les métiers de Villeurbanne, qu’il est difficile de mettre dans l’essaimage.

253 Soit Charlieu, La Pacaudière, Belmont, Le Perreux et Saint-Symphorien (cf. Dumoulin (M.), ouvr. cit., p. 261-262) ; dans le Rhône, outre les chefs-lieux de cantons cités, le tissage à bras continue à jouer un rôle important à Chambost, Brullioles, Brussieux, Larajasse, Thurins, Saint-Forgeux, Saint-Loup, Dareizé, Saint-Vérand, Pontcharra, La Ville, Mardore, Pont-Trambouze, Chamelet, Thel, Ranchal, Grandris, Cublize, SaintJust-d’Avray et Sourcieu, Vernaison, Rontalon, spécialisés dans les velours (cf. Pelosse (V.), ouvr. cit., p. 8) ; l’aire soyeuse traditionnelle se prolonge fortement en Saône-et-Loire, à La Clayette, Chauffailles et Semur-en-Brionnais (cf. carte no 9).

254 A.D.R., 9 M., Situations industrielles, Chambre Commerce Lyon, 7.9.1883 et « Exposé de la situation industrielle et commerciale de la ville de Lyon », s.d. (1889).

255 Soit Saint-Clair, Caluire, Villeurbanne, Les Charpennes ; cf. Morand (M.), art. cit., R.T.I.G.A., p. 321 et Pelosse (V.), ouvr. cit., p. 7 et 18.

256 Lyon en 1906, ouvr. cit., t. II, p. 316.

257 Morand (M.), art. cit., R.T.I.G.A., p. 325-326.

258 Id., p. 322 et 325.

259 A.N., F. 12 4511 B, Documents parlementaires, juin 1885, p. 2312 ; A.D.R., M., Grèves, 1900-1904, préfet Rhône, 20.12.1903 et « Note sur la situation de la Fabrique », s.d. (fin 1904), outre Morand (M.), ouvr. cit., Annexe M, Beauquis (A.), ouvr. cit., p. 329 et Laferrère (M.), ouvr. cit. p. 184 et p. 207-209.

260 A.N., F. 12 4511 B. Documents parlementaires, juin 1885, p. 2311 ; Lequin (Y.), ouvr. cit., p. 142 ; Laferrère (M.), ouvr. cit., p. 184, note 209.

261 Pour l’ensemble du paragraphe sur la teinture, Pariset (E.), ouvr. cit., p. 389 et suiv. Lequin (Y.), ouvr. cit., p. 147-158. Laferrère (M.), ouvr. cit., p. 191, 198 et suiv., et Garcin (S.), ouvr. cit., p. 22 et suiv. ; voir aussi Rondot (N.), Essai sur le commerce de la soie en France, 1883, p. 91 et suiv.

262 A.D.R., M. Grèves 1881-1891, police, 17.6.1890 et id. 1909, préfet, s.d. ; un état de 1903 dénombre 71 usines de teinture et d’apprêt (id., 1901-1904, police, s.d.) ; voir aussi Lyon en 1906, ouvr. cit., t. II, p. 350.

263 La moyenne mobile de 1886 (9 ans) s’inscrit à 4 867 000 kg ; celle de 1909 à 7 741 000 kg ; quant aux moyennes décennales, elles s’élèvent, par an, à : 1881-1890, 4 915 000 kg ; 1891-1900 : 6 262 000 kg ; 1901-1910, 7 326 000 kg.

264 Pariset (E.), ouvr. cit., p. 392 et suiv.

265 Cf. Lequin (Y.), ouvr. cit., p. 114 et suiv.

266 De 1877 à 1885, le kg de soie pure unie baisse de 97 à 73 francs (il vient de 170 en 1868 !), celui de « mélange » uni de 56 à 37 francs (cf Pariset (E.), ouvr. cit., p. 393.

267 C’est-à-dire dé 5 879 000 kg en 1889 à 4 407 000 kg en 1890.

268 A.N., F. 7 12 530, police Ambérieu, 21.4.1905 et F. 7 12 767, police Ain, 9 et 15.3, 9.1.1904 ; A.D.A., M. 259, police, 19.1.1904 ; A.D.I., 166 M. 7, préfet Isère, s.d. (1903) ; Garcin (S.), ouvr. cit., p. 32 et suiv.

269 Garcin (S.), ouvr. cit., p. 32 et suiv.

270 A.N., F 1 C III, Ain, 6, préfet, 1.12.1865 ; F. 12 4476 E, id., 11.1.1866 et F. 12 4477, id., 20.10.1866. Lebeau (R.), ouvr. cit., p. 457 et suiv., et Laferrère (M.), ouvr. cit., p. 208 et suiv.

271 A.N., F. 12 4479 A, préfet Ain, 2.10.1873, 8.4 et 8.7.1872.

272 Statistique générale des grèves.... 1899, p. 481 et suiv.

273 A.N., F. 7 12 530, police, 21.4.1905 et A.D.A., M. 259, police, 19.1.1904.

274 Cf. Garcin (S.), ouvr. cit., p. 40, qui dans l’ignorance des chiffres de la production, calcule la consommation française de schappe, dont on peut admettre qu’elle reflète fidèlement l’activité du groupe : 2 400 000 kg en 1900, 3 200 000 kg en 1905, 3 400 000 kg en 1909, mais seulement 3 000 000 kg en 1913.

275 Laferrère (M.), ouvr. cit., p. 201 et suiv.

276 Trénard (G. et L.), ouvr. cit., p. 317.

277 A.D.H.S., 33 M 1/3, préfet, s.d. (1894) : il ne reste que deux petits établissements en Maurienne, à Hermillon et à La Chambre.

278 Les moulinages y demeurent nombreux (99 vers 1910), mais sont très médiocres, principalement à Firminy, Le Chambon-Feugerolles, Saint-Genest-Malifaux, Jonzieux, Marlhes, Colombier, Véranne, Maclas, Malleval, Pélussin, Chavanay, Pavezin, SainteCroix, Rive-de-Gier, Saint-Genis-Terrenoire, Lorette, Saint-Paul et Saint-Julien-en-Jarret, Doizieu et Saint-Chamond ; cf. A.D.L., 10 M 102, police, 4. 1894 ; Ministère du Commerce..., Evaluation de la production..., I, 1917, p. 328 et Gras (L.-J.), Histoire de la rubannerie,... ouvr. cit., p. 664.

279 Ministère du Commerce, Evaluation de la production... I, p. 198 : il y a 14 filatures seulement en 1910-1912 et 173 moulinages.

280 Cf. Joanne (A.), ouvr. cit., p. 44 ; Le Bassin du Rhône, no 8, 5.1911, p. 44 et Reynier (E.), L’organisation syndicale.... ouvr. cit., p. 11.

281 Sur un total, pour la France entière, de 226 filatures et 590 moulinages en 1906, d’après Beauquis (A.), ouvr. cit., p. 91 ; pour cerner l’ampleur du secteur ardéchois, il faut noter la présence, outre le tissage, de 17 ateliers de teinture et d’impression.

282 A.D. Ar., 141 M 1, préfet, 12.9.1898 et M. 478, gendarmerie, 18.4.1902.

283 Ministère du Commerce..., Evaluation de la production I, p. 50 ; d’après la S.I.M., la force en chevaux-vapeurs des industries textiles ardéchoises (de la soie, en fait) serait passée de 220 en 1879-1881 à plus de 3 000 en 1910-1913.

284 Sur les difficultés permanentes de la rubannerie stéphanoise, A.N., F. 7 12767, Commiss. spéc. Saint-Etienne 7.7.1903 ; A.D.L., 10 M 102, police, 10.3 et 29.5.1894, préfet 25.4.1894 ; 10 M 107, police, 31.1. et 28.2.1895 ; 10 M 113, police, 31.7.1896 ; 10 M 114, police, 1.10.1896 ; 10 M 139, police, 12.5.1908 ; 10 M 140 préfet, mars 1909 ; 14 M 7, police, 15.9.1898 et 93 M 3, police, 20.11.1908.

285 Clerc (G.) Passementiers stéphanois en 1912, p. 115-116.

286 Cf. Enquête sur l’état de l’industrie textile, 1904, Chambre des Députés, Rapports, no 1922, t. II, p. 244 et Clerc (G.), ouvr. cit., p. 44-47. Des essais avaient été faits dans les années 1880 avec des moteurs à gaz ; ils s’étaient révélés bruyants et coûteux ; la première application expérimentale du moteur électrique est de 1893, chez J. Forest et Cie. D’après Guitton (H.), ouvr. cit., p. 30 et suiv., l’aménagement revient à 150 francs par unité, alors qu’à Lyon, un métier mécanique coûte de 1 200 à 1 300 francs au début du XXe siècle.

287 A noter qu’en 1904 encore, on estime le total des métiers stéphanois à 30 000 (réponses à l’Enquête parlementaire du Conseil des Prudhommes, de la Chambre patronale des tissus et matières textiles, et de la Chambre de Commerce) qui note pourtant « ...d’après les renseignements parvenus récemment, le nombre des métiers à Saint-Etienne serait moins important » (Chambre des Députés, ouvr. cit., t. II, p. 238, 264 et 297) ; mais si l’on en juge par les appréciations corrélatives de la main-d’oeuvre, disparates et parfois extravagantes, le nombre de 30 000 est une idée reçue et non vérifiée ; au contraire, Clerc (G.), ouvr. cit., p. 44-46, s’est livré à une enquête personnelle, dont il signale honnêtement les lacunes ; cf aussi Gras (L.-J.), Histoire de la rubannerie..., p. 639, qui pille ici et là sans grand esprit critique.

288 Les moyennes décennales de la Condition sont de : 1881-1890, 988 600 kg ; 1891-1900, 1 132 800 et 1901-1910, 1 133 000... Autre signe de ralentissement, la consommation de coton est en baisse, d’1 million de kg dans les années 1890 à 800 000 vers 1900-1902 (cf. Gras (L.-J.), Histoire de la rubannerie,... ouvr. cit., p. 658 et suiv.

289 A.D.L. 10 M 102, police, avril 1894, et Clerc (G.), ouvr. cit., p. 36-37.

290 A.D.L., 10 M 102, id., et 92 M 49, préfet, 10.1.1893, Gras (L.-J.), Histoire de la rubannerie.... ouvr. cit., p. 732-738 et Chomienne (C.), ouvr. cit., p. 355 et suiv.

291 Les premiers métiers mécaniques dataient en fait de 1860, mais étaient demeurés longtemps à titre de curiosité. En 1869, sur 700 CV de force motrice dans les usines viennoises, on en demandait encore 500 à la Gère au bord de laquelle elles s’étiraient ; au début du XXe siècle, on est à 6 500 CV, dont 5 800 sont fournis par des machines à vapeur. Dans le même temps, le nombre des broches self-acting est passé de 900 à 58 720, et la mécanisation s’est étendue à toutes les branches annexes (foulons, appareils à carder, etc.) ; cf. Blanc (P.), ouvr. cit., p. 20-22 et Chatain (C.), ouvr. cit., p. 44.

292 D’après Urbal (d’), ouvr. cit., p. 119 et Chatain (C.), ouvr. cit., p. 45.

293 A.N., F. 7 12767, police, 28.6.1901 et 18.1.1903 ; A.D.L., 10 M 115, police, 12.2.1897 et 10 M 116, id. 28.4.97 ; 92 M 18, préfet, 5.2.1882 ; 92 M 72, Commiss. spéc. Roanne, 1.7.1896 ; 92 M 75, police, 1.9.1897 ; 92 M 126, Commiss. spéc. Roanne, 18.1.1904. Chambre des Députés, Rapports..., ouvr. cit., t. II, p. 341, 347 et 358. Déchelette (Ch.), ouvr. cit., p. 50-56 et p. 77 et suiv. ; Dumoulin (M.), ouvr. cit., p. 256-261. Allier (Ch.), La croissance du tissage roannais (1860-1914), D.E.S., Lyon, 1958, p. 18-20.

294 D’après une évaluation de l’Inspection du Travail, cit., par Chambre des Députés, Rapports..., ouvr. cit., t. II, p. 347.

295 Dumoulin (M.), ouvr. cit., p. 260-261 ; à noter aussi le développement du linge éponge à Saint-Symphorien, et tout autour de Roanne, des lainages fantaisie : il y a, en 1889, 18 ateliers à Roanne et 66 dans l’arrondissement.

296 Cf. Velu (M.-H.), Villefranche en Beaujolais..., 1938, p. 49-52 et 56-57.

297 Forrester (R.-B.), ouvr. cit., p. 6, qui retient, en 1909, 21 000 métiers mécaniques, en tout, sur les 115 000 battant en France, et 20 000 à bras sur 59 900 en 1909 et sur 27 000 en 1913. En 1910-1912, Ministère du Commerce, Evaluation de la production..., ouvr. cit., t. I, est muet sur le Rhône, mais dénombre (p. 328) 11 000 métiers mécaniques et 2 000 à bras dans la circonscription de Roanne, et 25 usines de blanchiment, teinture, apprêt, etc.

298 Bien qu’il y ait, à la veille de 1914, un essai d’imitation de la rubannerie stéphanoise pour répandre l’électricité dans les campagnes au profit des métiers à domicile (Dechelette (Ch.), ouvr. cit., p. 80). Toutes les sources restent muettes sur les difficultés des divers secteurs cotonniers, sur la mousseline notamment ; les réponses à l’Enquête parlementaire de 1904 sont particulièrement décevantes ; on se plaint, on incrimine l’absence de protection, ou en tout cas son insuffisance, la concurrence suisse : mais tout cela n’est rien, pense-t-on, à côté des conséquences catastrophiques de l’expulsion des Congrégations et surtout de l’interdiction des processions ! cf. Chambre des Députés, Rapports, ouvr. cit., t. II, p. 404 (Chambre de Commerce de Tarare) p. 414 (Chambre syndicale patronale), p. 417 (Maison Chatelard), etc.

299 Sur la ganterie, cf. Cote (L.), L’industrie gantière à Grenoble, p. 49 et suiv., et surtout Le Nest (Mme), Evolution et aspects de la ganterie à Grenoble depuis ses origines jusqu’à nos jours, M.M. Grenoble, 1971, surtout p. 29 et suiv., p. 102 et suiv.

300 A.D.I., 52 M 87, préfet, 9.2.1909 ; Ministère du Commerce..., Evaluation de la production..., ouvr. cit., t. I, p. 295 ; Lyon en 1906, t. II, p. 369.

301 Cf. Ministère du Commerce..., Evaluation de la production..., ouvr. cit., t. I, p. 57 ; Reynier (E.), L’organisation syndicale..., ouvr. cit., p. 5 et Bozon (P.), Histoire du peuple... ouvr. cit., p. 219 ; en 1905 encore, on est à 1 million (Lyon en 1906, ouvr. cit., t. II, p. 369).

302 Cf. Bassieux (F.), L’industrie de la chaussure en France, 1908, p. 192 et suiv. et surtout Bellon (M.A.), ouvr. cit., p. 6-11.

303 A.D.H.S., 11 M., grèves, 1904-1906, sous-préfet Bonneville, s.d. (1906) et 1907-1909, préfet, 23.2.1908 et 8.1.1909 ; Méjean (P.), Le bassin de Bonneville, R.G.A. XVI, 1928, p. 120 et suiv. ; Guichonnet (P.), Une originale concentration industrielle : le décolletage et l’horlogerie en Haute-Savoie, Le Globe, Genève, no 101, 1961, p. 27-34.

304 S.I.M., 1871-1913. La moyenne annuelle de production par décennie est de : 1871-1880, 3 451 000 t ; 1881-1890, 3 295 000 t ; 1891-1900, 3 680 000 t ; 1901-1910, 3 690 000 t.

305 Cf. S.I.M., 1901, p. 7 ; et Comité des forges, ouvr. cit., p. 9-13.

306 Leseure (J.), ouvr. cit., p. 337-343.

307 D’après la S.I.M., 1891-1910. Par moyenne décennale, les prix sur le carreau de la mine sont les suivants, à la tonne en francs :

Loire

France

Blanzy

Alès

1891-1900

14,47

11,96

12,25

12,78

1901-1910

17,77

14,46

14,63

14,78


Ainsi, le bassin est nettement défavorisé vis-à-vis des prix nationaux, mais même à l’égard de celui des vieux gisements du pourtour du Massif Central.

308 Sur le bassin de La Mure, outre la S.I.M., Angelier (Ch.), Le bassin houiller de La Mure, R.G.A., XXVIII, 1940, p. 282 et suiv. ; Veyret-Verner (G.), ouvr. cit., p. 136-139 et Barrai (P.), ouvr. cit., p. 152.

309 Les moyennes décennales sont à, selon la S.I.M., 1880-1910, 119 570 t (1881-1890) ; 185 000 t (1891-1900) ; 288 950 t (1901-1910).

310 Le tonnage maximum est atteint en 1900, avec près de 62 800 t, après une progression rapide depuis 1889 (40 900 t) ; par an, la moyenne est de 51 500 t pour 1891-1900, contre 37 000 t de 1881 à 1890, et demeure à 50 000 t entre 1901 et 1910 ; cf, outre S.I.M., 1880-1913, A.D.Ar, M. 477, police, 22.10.1901 ; Joanne (A.), ouvr. cit., p. 40-41 ; Bourdin (L.), ouvr. cit., p. 227 et suiv.

311 S.I.M., 1880-1913 ; pour l’ensemble du paragraphe sur la métallurgie de la Loire, cf Gras (L.-J.), Histoire de la métallurgie..., ouvr. cit., p. 359 et suiv., et surtout art. cit., Revue de l’industrie minérale, 1944, p. 78-87, 89-90 et 150.

312 A.N., F. 7, 12 764, police, 5.6.1908 et Comité des Forges, ouvr. cit., p. 116, carte h.t.

313 Par an les moyennes décennales sont, en tonnes :

1881-1890

1891-1900

1901-1910

Minerai de fer

116 060

47 800

22 870

Fonte

55 070

20 900

9 250


Les points minima de la courbe correspondent, pour le minerai, à 1895 (18 880 t), 1903 (6 740 t) et 1910 (2 715), et à 1894 (9 870 t) 1905 (1 440 t) pour la fonte, outre 1910 où il n’y a pas de coulée ; les maxima à 1899 (54 920 t), 1908 (31 150 t) et 1913 (26 780 t pour le minerai, et pour la fonte (24 310 t), 1907 (15 180 t) et 1913 (13 250 t) ; la décroissance est donc régulière, pour les uns comme pour les autres.

314 Comité des Forges, ouvr. cit., tableau h.t., p. 232 et art. cit., Revue de l’industrie minérale, 1944, p. 74, 86-87, 91 et 150-151. Les hauts-fourneaux de Pont-Evêque se sont éteints en 1888

315 Devenue, en 1903, les « Aciéries de la Marine et d’Homécourt ».

316 A.N., F. 7, 12 531, police, 24.4.1906 ; Abeille (E.), ouvr. cit., p. 296 et suiv. ; Un centenaire..., E. Prénat..., ouvr. cit., p. 14 : l’entreprise a pris l’appellation, en 1909, de « Compagnie des hauts-fourneaux et fonderies de Givors » – E. Prénat et Cie.

317 A.D.L., 10 M. 102, préfet, 30.8.1894 et 10 M. 107, police Rive-de-Gier, 25.2.1895.

318 A.D.L. 10 M. 133, police, 18.1.1903 et 92 M. 92, 4.1.1900.

319 A.N., F. 7. 12 765, préfet Loire, 29.9.1909 et A.D.L., 14 M. 8, id. (s.d.).

320 Cf. supra, note 314.

321 Art. cit., Revue de l’Industrie minérale, 1944, p. 78-84 : la Loire vend pour 63 millions de francs de produits finis en acier sur un total de 394 millions (Nord = 56 ; Meurthe-et-Moselle : 49).

322 S.I.M., 1913, p. 192-199 : la production des bandages de roues représente 25 640 t sur 69 680 et celle des plaques de blindage 17 280 sur 29 730.

323 Comités des forges, ouvr. cit., p. 307.

324 Sur l’ensemble de la verrerie, A.N., F. 7 12531, police Givors, 24.4.1906 ; Gras (L.-J.), Histoire des eaux... ouvr. cit., p. 203-207 et 210-220 ; Abeille (E.), ouvr. cit., p. 292.

325 A.N., id., police Oullins, 24.4.1906 ; A.D.R., M., grèves 1886-1888, police, 2.2.1886 et 11.1887 ; A.D.L., 92 M. 52, Commiss. spéc. Saint-Etienne, 24.3.1894 ; Gras (L.-J.), ouvr. cit., p. 196 et suiv., p. 214 ; Pelletier (P.), ouvr. cit., p. 246 et suiv.

326 Ministère du Commerce, Evaluation de la production, ouvr. cit., t. I, p. 328-329 et p. 550.

327 Cf. Fisch (R.), Les industries chimiques de la région lyonnaise, 1923, p. 82 et suiv., et Laferrère (M.), ouvr. cit., p. 149 et suiv., p. 153-158.

328 A.D.R., 9 M. Situations industrielles, 3e trimestre 1884 cf aussi A.N., F. 12 4532, id., 1874-1886 et Bouvier (J.), ouvr. cit., p. 250-256.

329 A.D.R., 9 M, Situations industrielles, 1881 et 1888-1892 et Fisch (R.), ouvr. cit., p. 82 et suiv.

330 S.I.M., 1847-1913. Les moyennes décennales égalent : 1851-1860, 9 700 t ; 1861-1870, 64 000 t ; 1871-1880, 99 000 t ; 1881-1890, 156 800 t ; 1891-1900, 267 000.

331 Outre Fisch (R.), ouvr. cit., p. 14 et suiv., p. 75 et suiv., et Laferrère (M.), ouvr. cit., p. 476-485, Abeille (E.), ouvr. cit., p. 302 et suiv. A noter que la moyenne décennale d’extraction de pyrite demeure supérieure pour 1901-1910 (277 000 t) à celle de 1891-1900, malgré le renversement de la tendance à partir de 1900, modeste d’ailleurs (–15 % jusqu’en 1909).

332 Outre Laferrère (M.), ouvr. cit., p. 462 et suiv., Lyon en 1906, ouvr. cit., t. II, p. 381-383 et Cambon (V.), ouvr. cit., p. 108 ; Ministère du Commerce, Evaluation de la production..., t. I, pp. 549-550.

333 Dominjon-Bombard (B.), Essai monographique sur Oyonnax, 1935, p. 40 et suiv., et Lebeau (R.), ouvr. cit., p. 470-472.

334 Les nombres d'armes soumises au « banc d’épreuve » reflètent la marche de la production : 1891, 42 000 ; 1892, 55 000 ; 1893-1900, 54 000 à 63 000 ; 1902, 100 000 ; 1903, 90 000 ; 1905, moins de 70 000 ; 1908, 107 000 ; 1909, 90 000 ; 1911, 65 000 ; 1912, 75 000 ; 1913, 86 000. Cf Arbogast (M.), ouvr. cit., p. 84-85 et 110-111.

335 Sur la « quincaillerie », A.D.L., 92 M. 26, maire Saint-Etienne, 22.5.1889 et gendarmerie 1.6.1889 ; Gras (L.-J.), Histoire de la quincaillerie,...ouvr. cit., p. 146 et suiv., Chomienne (C.), ouvr. cit., p. 288.

336 Gras (L.-J.), Histoire de la métallurgie.... ouvr. cit., p. 427 et suiv. et Chambon (V.), ouvr. cit., p. 138-140.

337 A.N., F. 7 12 531, police, 24.4.1906 et A.D.R., 9 M. Situations industrielles, 1888-1892 ; Laferrère (M.), ouvr. cit., p. 288-294.

338 Lyon en 1906, ouvr. cit., t. II ; p. 513 et suiv. ; Laferrère (M.), ouvr. cit., p. 361 et suiv.

339 Lyon en 1906, id., p. 489 et suiv., et Laferrère (M.), id., p. 312-318 ; art. cit.. Revue de l’industrie minérale 1944, p. 80 et suiv. ; Câbles de Lyon, Commémoration du centenaire, p. 14 et suiv.

340 Gras (L.-J.) Histoire de la rubannerie... ouvr. cit., p. 365 et suiv., et Histoire de la métallurgie, ouvr. cit., p. 411 et suiv.

341 Cambon (V.), ouvr. cit., p. 162 et Laferrère (M.), ouvr. cit., p. 318 et suiv.

342 Laferrère (M.), ouvr. cit., p. 304 et 318 ; Cambon (V.), ouvr. cit., p. 162. Bien sûr, un peu partout, on retrouve de petits ateliers de constructions mécaniques dispersés, à Bourgoin (Diederich), à Villefranche, où l’on travaille à la fois pour le textile local et la viticulture (Velu (M.-H.), ouvr. cit., p. 58), à Barberaz, en Savoie (A.D.S., 33 M. VI, 5, police, 18.3.1910), etc.

343 Cf Ministère du Commerce, Evaluation de la production... ouvr. cit., t. I, p. 294 et Barrai (P.) ouvr. cit., p. 152.

344 Pour l’ensemble du paragraphe, cf Morsel (H.), article cité, Colloque... sur l'industrialisation..., et Comité des forges, ouvr. cit., p. 148-149 et 291 ; art. cit., Revue de l’industrie minérale, 1944 p. 90 et suiv.

345 La fabrication des carbures de calcium est à l’origine de la synthèse de l’ammoniaque et des engrais azotés ; quant aux chlorates de soude et de potasse, ils sont utilisés pour la préparation des explosifs (cheddite) et des allumettes.

346 Cf. Léon (P.), art. cit., Cahiers d'Histoire, VIII, 1963, p. 23 et suiv., p. 142-151. L’extraction de minerai, par contre, retombe très vite dans les années 1890, et oscille entre 6 000 et 8 000 t par an à la veille de la guerre contre 55 000 à 60 000 vers 1878-1880 (cf. graphique no 10).

347 Cf. A.D.S., 33 M I/3, sous-préfet Moûtiers, 31.10.1884, et 33 M VI/2, sous-préfet Albertville, 18.1.1895 qui décrit : « ...l’augmentation qui s’est produite ici ces dernières années dans le nombre des établissements industriels... »

348 A.N., F 7, 12 734, police Moûtiers, 29.8.1902 et 1908.

349 S.I.M., 1892-1913.

350 Comité des forges, ouvr. cit., p. 307.

351 En 1910, la papeterie absorbe 6,3 %, l'électrochimie 12,7 % et la métallurgie 44,4 % de l’électrictié alpine cf. Morsel (H.), art. cit.. Colloque...sur l’industrialisation, tableau 3), pour le reste, cf. S.I.M., 1913, p. 184 et suiv. ; la répartition de la production est la suivante (en tonnes) :
Image

352 Cf. Reynier (H.), L'organisation syndicale... ouvr. cit., p. 5 et Bozon (P.), Histoire du peuple.... ouvr. cit, p. 219 ; Bellon (M.A.), ouvr. cit., p. 35 ; Lyon en 1906, ouvr. cit.. t. II, p. 369 ; Guichonnet (P.), art. cit., Le Globe, p. 27 et suiv. ; Bourne (H.) ; ouvr. cit., p. 512-513 ; A.D.H.S., 15 M, divers.

353 Ministère du Commerce, Evaluation de la production.... ouvr. cit., t. I, p. 289 et Blanchard (R.), L’industrie des chaux et ciments dans le Sud-Est de la France, R.G.A., 1928, p. 352 et suiv.

354 Ministère du Commerce, id.. p. 47 ; Bourdin (L.), ouvr. cit., p. 234 et suiv. ; Chaux hydrauliques et ciments Portland, 1900, p. 15-16 ; Serret (G.), ouvr. cit., p. 13, outre quelques renseignements épars dans les Situations industrielles des années 1880-1890 (A.N., F. 12 4882).

355 Le Bassin du Rhône, 1/1911, p. 113.

356 Cf. Braudel (F.), La Méditerranée au temps de Philippe II, 2e éd., 1966, t. I, p. 25-26.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/12629/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre MOYENNES DÉCENNALES DE LA CONSOMMATION CHARBONNIÈRE, EN MILLIERS DE TONNES
Légende Note 77
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/12629/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/12629/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre CONSOMMATION DE CHARBON PAR HABITANT (EN TONNES)9
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/12629/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre PART DANS LA CONSOMMATION HOUILLÈRE RÉGIONALE :
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/12629/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/12629/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre MÉTIERS AU SERVICE DE LA FABRIQUE LYONNAISE
Légende Note241Note242
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/12629/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/12629/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Note252
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/12629/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/12629/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 51k

© Presses universitaires de Lyon, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site