Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Ouvriers de la région lyonnaise (1848-1914) - Volume 1

 | 
Yves Lequin

Conclusion

Texte intégral

1Au terme d’un tableau qui replace la classe ouvrière dans le mouvement des industries régionales se dégagent un certain nombre de caractères dont on peut se demander s’ils sont originaux ; ils sont marqués par une ambiguïté qu’il serait intéressant de vérifier dans d’autres aires de l’espace français. Une main-d’œuvre industrielle relativement nombreuse reflète l’avance régionale ; mais elle demeure largement celle des activités d’hier, sinon de toujours. Et son rassemblement (le terme lui-même convient-il ?) emprunte les chemins divers et apparemment contradictoires de ce qu’on n’ose nommer l’industrialisation ; il serait plus juste de parler de mobilisation. Car si là on assiste bien à la concentration des ouvriers dans des centres urbains qui captent à leur profit des industries rurales déclinantes, celles-ci conservent une place qui n’est pas négligeable ; et là, c’est l’essaimage campagnard lui-même qui connaît une seconde jeunesse et assure l’expansion des branches les plus dynamiques. La part relative de l’arrondissement de Saint-Etienne, de Lyon même ne doit pas faire illusion : villes sans frontières, elles attirent, bien sûr, mais surtout elles projettent leur dynamisme dans les villages souvent fort lointains ; et plus que les hommes vers l’industrie, c’est le travail qui va aux hommes. Dès lors, on peut prendre la mesure de la main-d’œuvre : mais est-elle synonyme de classe ouvrière ? Au travers de ces tiraillements antagonistes, et de cette confusion, quelques gros traits apparaissent avec netteté, lourds de sens.

  • 278 Ainsi, les Jackson ont multiplié leur production par douze entre leur usine de Trablaine (1815) et (...)

2C’est d’abord la médiocre capacité du drainage de main-d’œuvre par les secteurs d’entraînement de la « révolution industrielle ». On a vu que le gonflement de la région stéphanoise doit plus à la multiplication des rubanniers et des armuriers qu’à celle des mineurs et des sidérurgistes ; et les constructions métalliques cependant en plein essor, ne rassemblent qu’une minorité infime perdue dans la masse des « canuts » lyonnais. On est frappé par la faiblesse des effectifs ouvriers dans les entreprises les plus avancées sur le plan technologique ; et leur progression est sans commune mesure avec les rythmes de la production278.

  • 279 Cf. Vial (J.), ouvr. cit., p. 145 : « l’extension des besoins s’est évidemment marquée dans la mul (...)

3Particulièrement frappant est le cas des usines sidérurgiques, et il a été noté pour l’ensemble du pays279. Il est effectivement logique que l’innovation, qui tend largement à l’augmentation de la productivité, ne soit guère avide de main-d’œuvre ; et la réalité contemporaine est là pour le corroborer. Mais on l’oublie parfois pour le XIXe siècle, où le « modèle anglais » éblouit et obscurcit la perception des réalités. Or, le retard même dans l’acquisition des procédés britanniques par les sidérurgistes français, foréziens notamment, évite les balbutiements, et d’emblée sont adoptés des modes de fabrication plus complexes et plus élaborés, qui réclament une élite de spécialistes plutôt qu’une armée de manœuvres.

  • 280 Cf. Fohlen (C.), ouvr. cit., p. 190-191 et Lévy-Leboyer (M.), ouvr. cit., Mme Veyrassat-Herren a r (...)
  • 281 Voir à ce propos les problèmes de définition évoqués par Léon (P.), Points de vue sur le monde ouv (...)
  • 282 La définition des « ouvriers » par Le Play (Les ouvriers européens, Paris, 1855, p. 15) « ...perso (...)

4Au contraire, les textiles ont choisi délibérément de fonder leur développement sur la main-d’œuvre, de l’inscrire dans les vieux cadres régénérés de la « Fabrique », urbaine ou rurale. Ce n’est pas par refus ou ignorance des nouveautés, ni par attachement aveugle à la tradition, et il y aurait beaucoup à dire sur la soi-disant sclérose intellectuelle des soyeux lyonnais. Ils sont tout à fait capables d’innover, et ne reculent pas devant l’usine quand elle s’avère nécessaire : on l’a vu pour le moulinage. Leur choix tend en fait à assurer et l’ampleur et la sécurité du profit. Bien sûr, on va chercher à la campagne les bas salaires et une prétendue docilité, la souplesse d’une main-d’œuvre aisée à débaucher en cas de crise dont le poids retombe sur elle seule. Mais ce serait limiter par trop la stratégie économique des entrepreneurs : le système de la « fabrique » permet de laisser à l’ouvrier la majeure partie des frais d’équipements (métiers, local) et d’entretien du matériel, et de transférer sur lui les frais d’amortissement280. Une telle organisation est particulièrement intéressante dans les secteurs soumis aux aléas d’une matière première exotique, comme le coton, ou aux caprices d’une clientèle de luxe tels le tissage de soie et la ganterie. Le foyer de l’ouvrier fait alors figure de petite entreprise familiale, avec spécialisation de la femme et des enfants dans les opérations annexes ; et on sait qu’en ville, à Lyon et à Saint-Etienne notamment, l’ouvrier peut être à son tour employeur de quelques compagnons. On songe inévitablement à l’Ancien Régime : mais alors, prolétariat à deux niveaux ou artisanat dépendant ?281. Car le travailleur est bel et bien soumis, et très rudement, aux lois du marché international et de la conjoncture générale, à la contrainte patronale aussi : ce n’est donc pas un artisan. Mais il est propriétaire, partiellement au moins, des moyens de production : peut-on parler de prolétaire ? La classe ouvrière se distingue donc souvent mal de l’ensemble des classes populaires que définit toujours la précarité de condition ; et Le Play282, quelques années plus tard, fait écho aux analystes du XVIIIe siècle. Or, en 1848, ces ouvriers là ne sont pas en voie de liquidation ; bien mieux, ils prolifèrent avec l’essaimage du coton et de la soie, de la ganterie et de la chapellerie, de la tournerie et de la petite métallurgie.

  • 283 Cf. Lebeau (R.), ouvr. cit., p. 451 ; Léon (P.), ouvr. cit., t. II, p. 597 et suiv., et Vigier (P. (...)

5Enfin, en corollaire, les pesanteurs géographiques paraissent s’alourdir pour perpétuer la répartition de la main-d’œuvre, en dehors des centres urbains. Car s’il y a reconversion récente, ou en cours, elle se fait sur place. C’est en effet très largement sur la libération des bras par le déclin des vieilles activités rurales de complément que s’appuie l’essaimage si caractéristique de la région : dans le Jura méridional, c’est la densité des ex-peigneurs de chanvre qui fixe les premiers métiers à soie ; en Dauphiné, ceux-ci calquent leur géographie sur celle de la toilerie ou de la draperie mourantes. Le phénomène de substitution se produit même entre fibres nouvelles, ou à l’intérieur du même secteur ; c’est sur le déclin de la toile que le coton s’était installé au début du siècle dans les cantons de Néronde et de Charlieu : vers 1850, il recule à son tour devant la soie dans mainte commune du Beaujolais ; et autour de Pélus sin, on l’a vu, on délaisse le ruban pour les étoffes. Le fait a été souvent noté pour les industries textiles où la permanence géographique repose sur la qualité technique de la main-d’œuvre, et il est certain qu’il y avait là un argument de poids pour les soyeux lyonnais, si mal disposés à remettre leur fil et leur tissu en des mains inexpertes. Mais on le retrouve dans la chapellerie, dans la ganterie en Dauphiné, et ailleurs c’est sur leur propre déclin que naît le tissage283. Ici et là, on peut saisir plusieurs reconversions en cascades, sur place. Il n’y a donc pas, derrière l’élan des « Fabriques », une accession de masses toujours plus nombreuses à la condition ouvrière, mais souvent un simple changement de spécialité... ; et, dans la longue distance, un retour périodique plus qu’un bouleversement.

  • 284 Cf. Fohlen (C.), ouvr. cit., p. 186 et suiv., notamment : sur le travail mixte, voir les graphique (...)
  • 285 Cf. Duveau (G.), La vie ouvrière en France sous le Second Empire, Paris, 4e éd. 1946, p. 225-228.

6Au milieu du XIXe siècle, c’est donc la continuité qui vient compléter l’image d’une classe ouvrière déjà fortement marquée par la diversité. Sans doute y retrouverait-on, en gros, les catégories que Georges Duveau284 propose pour la décennie suivante : mais il faudrait forcer le trait, la réalité résiste aux catégories et aux classifications ; elle est avant tout variété. Comme la France de l’Ancien Régime ? On pourrait privilégier la place des ouvriers ruraux. Mais en fait, rien ne ressort avec netteté : le choix n’est pas fait entre travail agricole et travail industriel285, avec toutes les situations intermédiaires ; l’ouvrier participe, ici ou là, de la possession des moyens de production ; le changement d’activité ne correspond pas toujours à un déplacement géographique, et l’industrie va à la main-d’œuvre au moins autant que le paysan vers l’usine ; les centres urbains eux-mêmes enracinent leur développement industriel dans les campagnes : peut-on parler de « Quatrième Etat » ? Ou bien est-il, à l’image du Tiers de 1789, un fourre-tout de la société industrielle naissante ? Et si 1848 est une date commode, marque-t-elle la fin d’une époque, ou constitue-t-elle un simple repère sur une évolution qui serait loin d’être épuisée ?

Notes

278 Ainsi, les Jackson ont multiplié leur production par douze entre leur usine de Trablaine (1815) et celle d’Assailly (1840) ; dans le même temps, leur main-d’œuvre a simplement quadruplé, passant de 70 en 1818 à 250 en 1849 ; à Lorette, Neyrand-Thiollière avait 70 ouvriers en 1818, il n’en a qu’une centaine vers 1850. D’une manière générale, les grandes usines sidérurgiques foréziennes, pour être les plus importantes de la région (à l’exception des houillères), dépassent rarement la centaine en 1849 : 50 ouvriers chez Jackson à la Bérardière, 80 à Rive-de-Gier, et 60 à Saint-Chamond chez Petin-Gaudet, 80 chez Jacob Holtzer à Firminy, 150 aux aciéries Bouvier et fils, au Chambon-Feugerolles. Cf A.D.L., 75 M 5, Exposition industrielle de Paris, 1851, et Ogier (Th.), ouvr. cit., Loire, t. II, p. 144.

279 Cf. Vial (J.), ouvr. cit., p. 145 : « l’extension des besoins s’est évidemment marquée dans la multiplication ou la croissance des entreprises plus que dans l’accroissement du nombre d’ouvriers nécessité par chaque appareil ».

280 Cf. Fohlen (C.), ouvr. cit., p. 190-191 et Lévy-Leboyer (M.), ouvr. cit., Mme Veyrassat-Herren a récemment dégagé les mêmes traits dans l’essor de la cotonnade helvétique (Les centres de l’Industrialisation en Suisse au XIXe siècle, Le rôle du coton), Colloque international du C.N.R.S. sur l’industrialisation européenne au XIXe siècle, Lyon, octobre 1970.

281 Voir à ce propos les problèmes de définition évoqués par Léon (P.), Points de vue sur le monde ouvrier dans la France du XVIIIe siècle, 3e Conférence internationale d’Histoire économique, Münich, 1965, p. 182-183.

282 La définition des « ouvriers » par Le Play (Les ouvriers européens, Paris, 1855, p. 15) « ...personnes exerçant un travail manuel (autre que le service personnel du maître), participant plus ou moins de la condition du propriétaire ou de chef d’industrie, ayant pour principal moyen d’existence la rétribution accordée à ce travail », est même en retrait sur celle de Linguet (cit. par Furet (F.), Pour une analyse des classes inférieures à l’époque moderne, Annales E.S.C., mai-juin 1963, p. 460-461) pour qui le « peuple » « renferme tous les hommes sans propriétés et sans revenus, sans rentes et sans gages ; qui vivent avec des salaires quand ils sont suffisants, qui souffrent quand ils sont trop faibles... » ; F. Furet note avec justesse que la formule est simplificatrice, puisque les classes populaires sont souvent aussi proprétaires dans les sociétés préindustrielles.

283 Cf. Lebeau (R.), ouvr. cit., p. 451 ; Léon (P.), ouvr. cit., t. II, p. 597 et suiv., et Vigier (P.), ouvr. cit., t. I, p. 100 et suiv., après Jouanny (J.), ouvr. cit., p. 23-25. A Mornant, « la chapellerie a décliné depuis... l’établissement des tisseurs veloutiers... (A.N., C 963, Enquête sur le travail...1848) ; à Saint-Laurent-du-Pont, la chapellerie »...remplace la filature de chanvre et le tissage des toiles (A.D.I., 162 M, I, id.), etc.

284 Cf. Fohlen (C.), ouvr. cit., p. 186 et suiv., notamment : sur le travail mixte, voir les graphiques de Garrier (G.), Sources privées et comptabilité agricole, Bulletin du Centre d’Histoire économique et sociale de la région lyonnaise, 1970, 2, p. 14 et A.D.I., 162 M. pour la chapellerie de Clelles et la ganterie d’Allevard ; autour de Roanne au contraire, les tisseurs ruraux de cotonnade sont constamment pourvus de travail. (A.N., F. 1, CIII, Loire, 6, préfet, 2 juillet 1855).

285 Cf. Duveau (G.), La vie ouvrière en France sous le Second Empire, Paris, 4e éd. 1946, p. 225-228.

© Presses universitaires de Lyon, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site