Version classiqueVersion mobile

Les Ouvriers de la région lyonnaise (1848-1914) - Volume 1

 | 
Yves Lequin

Chapitre I. Au tournant du xixe siècle : sur les chemins multiples de l’industrialisation

Texte intégral

1Michelet dit encore « le Peuple ». Multiples mais ignorées, omniprésentes mais anonymes, les masses populaires accèdent à l’identité statistique au moment même où elles font irruption dans le jeu politique légal. Car c’est au milieu du XIXe siècle que la France se préoccupe de les évaluer et de peser numériquement leur poids et leurs catégories. La Seconde République déclinante reprend et précise l’ambition de la Monarchie bourgeoise pour saisir l’ensemble des activités économiques du pays, donc les occupations de ses habitants et leur statut social. On peut dès lors prendre la mesure des « classes » populaires et, parmi elles, celle de cette classe ouvrière qui grandit avec l’industrialisation et, depuis deux décennies, inquiète. C’est une démarche prioritaire, fondamentale que ce comptage ; tant il est vrai que nommer un groupe sans le dénombrer, c’est renoncer à le confronter par ignorance de sa place exacte dans une société qui détermine largement, nolens volens, son destin, et s’inscrit comme cadre de son action.

I. DES SOURCES NOUVELLES, UNE APPROCHE GLOBALE

2Trois catégories de documents s’étirent sur un peu plus d’une décennie et attestent de la nouveauté des ambitions et des progrès de la méthode ; le souci de totalité l’emporte toujours, au-delà des différences d’intentions ; de leur confrontation sort la première image d’ensemble de la classe ouvrière.

1. A la recherche de la grande industrie : l’enquête industrielle de 1839-1844

  • 1 Statistique de la France publiée par le Ministre des Travaux Publics, de l’Agriculture et du Commer (...)
  • 2 Les instructions sont reproduites in extenso dans l’Introduction au tome I de la publication.
  • 3 Sur les intentions et les modes de l’Enquête, voir Gille (B.), Les Sources Statistiques de l’histoi (...)

3Publiée entre 1847 et 18521, elle reflète une réalité antérieure de cinq à six années. C’est en effet une circulaire du 17 septembre 1839 qui avait lancé une recherche semblable aux enquêtes agricoles périodiques2 ; la crise économique, une opération fiscale qui suscitait bien des méfiances y avaient fait renoncer, avant une relance en juillet 1843, après qu’on eût insisté sur son caractère exclusivement scientifique3. Les résultats mêlent donc ce qui a été collecté en 1839, et ce qui l’a été en 1843, sans qu’il soit possible de faire le partage.

  • 4 L’Enquête est notamment une source précieuse pour l’étude des salaires. Les établissements sont cla (...)
  • 5 Il s’agissait en fait d’étendre à l’industrie les enquêtes périodiques auxquelles on soumettait l’a (...)

4D’autre part, le but de l’Enquête était économique avant tout ; le comptage de la main-d'œuvre, décomposée par sexes et par âges, n’est qu’un élément parmi d’autres pour apprécier l’importance de chaque établissement recensé (valeurs de la matière première et de la production, équipement mécanique...)4. Il n’envisage donc pas la classe ouvrière au sens large, mais les actifs seuls, et encore, ceux qui travaillent dans des ateliers ; par là, l’Enquête ne peut pas saisir la totalité des ouvriers ; elle n’en est pas moins la première vue d’ensemble5, fort précieuse à condition de ne pas tout accepter tel quel.

  • 6 Les instructions ont d’ailleurs varié. La circulaire de septembre 1839 préconisait la prise en comp (...)
  • 7 Ainsi, l’Enquête ne donne que des chiffres globaux pour le groupe cotonnier de Thizy-Amplepuis et l (...)
  • 8 Les ajustements sont faciles quand on dispose de sources parallèles sûres, comme la Statistique de (...)

5En effet, l’examen des tableaux imprimés, qui juxtaposent à la file les données de chaque entreprise, révèle les difficultés que l’Enquête n’a pas pu surmonter et, partant, ses limites. Celles-ci tiennent d’abord à l’incertitude des critères : la « grande industrie », seule concernée, a été définie par l’importance de l’emploi exclusivement, c’est-à-dire d’une manière singulièrement restrictive ; et les corrections apportées par la suite n’ont fait qu’embrouiller6. Quant à la notion d’« établissements », elle n’a pas toujours été bien comprise ; ou bien leur multiplicité a découragé le comptage unité par unité auquel on était convié : on a donc pris au plus court par des bulletins collectifs pour telle ou telle branche et par des nombres trop ronds pour n’être pas suspects ; en corollaire, on ignore trop souvent l’implantation géographique précise7. Il n’est pas sûr non plus que le vocabulaire apparemment le plus simple n’ait pas été source d’erreurs : l’« impression » semble bien désigner, ici ou là, l’imprimerie, ailleurs le travail des étoffes. D’autre part, certains oublis surprennent par leur ampleur : la ganterie grenobloise est amputée de toute sa main-d'œuvre rurale, et si l’on ajoute foi à l’Enquête, les houillères de la Loire n’auraient alors employé que 46 mineurs...8.

6On peut donc douter de la valeur, même approximative, des récapitulations nationales, voire régionales. Car l’Enquête en négligeant tout ce que l’époque appelle les « arts et métiers », mais aussi toute la main-d'œuvre dispersée qui, pour travailler à domicile, n’en relève pas moins des « établissements » au sens où elle l’entend et participe donc de la « grande industrie », passe peut-être à côté de l’essentiel. Donc, en somme, une vue cavalière des effectifs et de la localisation exacte, tout à fait neuve, mais de valeur inégale ; la grande industrie, surtout, mais incomplètement ; par le biais des bulletins collectifs, un peu du reste, sans qu’on puisse le mesurer exactement. Il faut chercher ailleurs.

2. L’enquête sur le travail de 1848 : « industria »

  • 9 Les circonstances du décret sont d’ailleurs complexes, et les intentions plus équivoques qu’il n’y (...)
  • 10 On invite à indiquer le nombre d'ouvriers employés dans chaque espèce d’industrie en distinguant le (...)

7Décrétée par l’Assemblée Nationale le 25 mai 1848, elle diffère totalement d’intention. La préoccupation économique est absente : il s’agit de connaître la condition ouvrière pour mieux l’améliorer. Avec des moyens plus puissants et des ambitions plus larges, l’Enquête se situe dans la lancée des tableaux brossés par un certain nombre d’écrivains philanthropes de la Monarchie de Juillet, Villermé et Buret entre autres9. Le comptage des travailleurs est donc un simple préalable, dans la première (et la seule) question de l’imprimé expédié aux autorités locales10 ; il s’applique aussi bien à l’agriculture qu’à l’industrie, n’invite pas à dénombrer à part salariés et artisans, ne propose aucun critère de définition ni de classement.

  • 11 Sur les conditions générales d’exécution, voir Rigaudias-Weiss (H.), ouvr. cit., p. 192 et suiv., e (...)
  • 12 Une partie des résultats a été publiée par Levasseur (E.), ouvr. cit., t. II, p. 300-334. L’ensembl (...)
  • 13 D’après le préfet de l’Ardèche, le 8 février 1849 « ... un travail dont l’importance ne paraît pas (...)
  • 14 Dans la plupart des cantons « ...la désignation des délégués n’a pu se faire, aucun ouvrier ne s’ét (...)
  • 15 Cf. A.D.L., 92 M 7, où le commissaire de police note la passion des mineurs de Rive-de-Gier à l’ann (...)
  • 16 A.N. C 963 : la réponse du4 e canton de Lyon rend compte longuement des opérations de mise en place (...)

8On sait que les questionnaires cantonaux n’auraient rencontré qu’indifférence auprès des juges de paix chargés de mener l’Enquête, quand ils ne l’ont pas purement et simplement sabotée11. Soit que les commissions mixtes patronales et ouvrières qu’elle prévoyait n’aient pas été réunies, soit que le magistrat, incompétent ou hostile, ait rédigé lui-même les réponses. Ce scepticisme semble exagéré pour la région lyonnaise, bien qu’il soit difficile de porter un jugement général : excellente ici, médiocre ailleurs, l’Enquête a les qualités et les défauts des documents du XIXe siècle. Et si l’estimation de la classe ouvrière a pu être mal faite ou même oubliée, elle n’a pas été gauchie, de par sa nature même ; si l’on a péché, c’est par ignorance, pas par préjugé social12. Sans doute, les traces de cette négligence sont-elles, de-ci de-là, visibles : en Ardèche13, dans le Rhône14. Mais au contraire, dans la Loire15, à Lyon même16, tout porte à croire que non seulement l’Enquête a été menée correctement, mais encore qu’elle a suscité le plus vif intérêt.

  • 17 En effet, les cantons absents sont ceux d’Annonay, dans l’Ardèche, de Grenoble pour l’Isère, de Rom (...)
  • 18 A Lyon, l’Enquête avait adopté une démarche originale : plutôt que de la mener totalement dans chac (...)
  • 19 L’Enquête semble avoir été menée à Lyon avec un grand sérieux, selon les instructions gouvernementa (...)
  • 20 D’après Rigaudias-Weiss (H.), ouvr. cit. p. 219 et suiv., en mai 1849, donc un an après le début de (...)

9Aussi livre-t-elle de beaux ensembles, dans la Loire, l’Isère, l’Ardèche, la Drôme et l’arrondissement rural de Lyon, dans l’Ain aussi malgré une impression de rapidité. Mais si les lacunes sont rares, elles sont hélas ! d’importance : la plupart des centres urbains industriels sont absents17, et il n’est resté à Lyon que des réponses très fragmentaires18 rescapées d’importantes destructions19. Même dans la Loire, les comptages de Saint-Etienne sont incomplets, et le bulletin de Saint-Chamond révèle surtout les réticences du juge de paix. Enfin, l’Enquête est faite en période de marasme industriel et souffre du même étalement chronologique que celle de 1839-1843 ; pour la région lyonnaise, si le gros du travail s’est fait dans l’automne 1848, il a traîné souvent jusqu’à la fin de 184920. Et il n’est pas de domaine plus sensible à la conjoncture générale et aux variations saisonnières que le volume de la main-d'œuvre.

10En résumé, c’est un second tableau d’ensemble qu’offre l’Enquête de 1848, avec ses défauts propres, ses incertitudes, mais aussi un certain nombre de qualités qui la rendent complémentaire de celle des années 1840. Car si elle ne mord guère sur les villes industrielles, elle accorde la place qui lui revient à cette industrie dispersée des campagnes qui, survivance ou processus original d’industrialisation, demeurait si fâcheusement absente. Et par l’uniformité du cadre cantonal, l’assiette territoriale de la main-d'œuvre, masquée par les bulletins collectifs de 1839-1843, sort de l’ombre. Mais des comptages globaux seraient encore plus suspects, et le tableau resterait à l’état d’esquisse sans le dénombrement de 1851.

3. Le dénombrement de 1851 : les ouvriers au travail, à l’usine et ailleurs

  • 21 Les résultats généraux, ventilés par département, ont été publiés dans Statistique de la France pub (...)
  • 22 Et cependant le dénombrement de 1851 a peu attiré l’attention des historiens : après Simiand, il fa (...)

11Il marque une rupture avec la démarche traditionnelle des dénombrements du premier XIXe siècle qui, depuis 1801, se contentaient d’un simple comput des individus selon le sexe, l’état-civil et le lieu d’habitation. C’est précisément l’échec relatif des enquêtes industrielles comme celle de 1839-1843 qui a inspiré le projet de coupler le comptage périodique de la population et le recensement exhaustif des activités professionnelles et de la condition sociale pour tous les résidents sur le sol national, qu’ils soient Français ou étrangers21. On tient donc enfin dans ses résultats le nombre total des ouvriers d’industrie, grande ou petite, qui s’était dérobé jusque là, et confronté avec celui des autres catégories socioprofessionnelles, qu’il s’agisse des travailleurs de l’agriculture, des propriétaires ruraux, des professions libérales ou du patronat22.

  • 23 Par la circulaire du Ministre de l’Intérieur datée du 4 mars 1851, publiée dans son Bulletin Offici (...)

12Concrètement, le Ministère de l’Intérieur avait donc dressé une grille des caractères socio-professionnels. De grandes rubriques (1° Agriculture, 2° Industrie et Commerce, 3° Professions libérales, 4° Domesticité, 5° Activités diverses, 6° Individus sans profession) attestent du souci de saisir la part de chaque secteur dans l’activité nationale, et à l’intérieur de chacun d’eux, d’isoler la population réellement au travail. Les critères de distinction entre actifs et non-actifs sont précisés avec le plus grand soin23, et tous ceux qui ne participent pas directement à la production sont relégués, en théorie, dans la 6e catégorie (Infirmes et pensionnaires des hospices, femme à la charge des maris, enfants en bas âge à charge, individus sans moyens d’existence connus).

  • 24 Bien qu’il échappe à nos préoccupations directes, le statut social de la paysannerie n’est pas sans (...)

13A l’intérieur de chaque grand secteur de l’économie intervient une classification plus fine, adaptée à la réalité. Par exemple, dans l’agriculture, c’est le statut par rapport à la terre qui détermine une douzaine de catégories24 mais place est faite aussi aux groupes hybrides, comme à des ouvriers paysans qui mêlent culture et travail industriel. Quant au deuxième groupe (2° Industrie et Commerce), il se décompose en « I — Grande industrie ou manufacture », elle-même subdivisée en 7 branches (textile, extraction, métallurgie lourde et différenciée du fer et des non-ferreux, industries diverses) et « II — Petite industrie ou marchande », de 7 postes elle aussi (bâtiment, habillement, alimentation, transports, arts-lettres-sciences, luxe, autres états) auxquelles est adjoint un squelettique « III — Professions diverses relatives au commerce ». Les « professions libérales » (IV) sont plus disparates et mêlent, entre autres, rentiers et pensionnés aux charges médicales et judiciaires, aux militaires, aux étudiants et aux fonctionnaires de toutes sortes, sous une quinzaine de rubriques ; quant à la domesticité, comptée à part (V), elle constitue un bloc homogène puisque celle des campagnes est incluse dans l’agriculture. Enfin, et c’est là le point le plus important, la distinction est nette, pour les hommes, entre patrons et salariés, même dans le monde artisanal.

  • 25 C’est cette diversité des vocabulaires, et leur confusion qui rend délicate l’utilisation des liste (...)

14Le dénombrement atteste donc un effort très moderne de classification et de clarification, et d’un souci constant de dégager, jusque dans le détail, profession et statut social. Ainsi, le chapitre du « bâtiment », qui avait échappé jusque-là à toute appréciation numérique d’ensemble, énumère, sans limitation, 25 spécialités ; celui de l’alimentation, près d’une quarantaine. On impose ainsi au pays tout entier une unité du vocabulaire qui invite à se dégager d’appellations locales encore très vivantes et parfois trompeuses25. Aussi est-il enfin possible de déborder de la monographie locale pour saisir l’ensemble de l’activité économique nationale dans sa diversité, et, à plus forte raison, d’une région dont on a reconnu l’unité profonde.

  • 26 A tel point qu’en 1856, on a renoncé au comptage de la population active au profit du concept de «  (...)

15Les résultats ont cependant presqu’aussitôt suscité méfiance et critique. Car, d’une part, l’appréciation des non-actifs est globale, on ne peut y distinguer la part de chaque catégorie socio-professionnelle ; échappe donc au comptage la classe ouvrière au sens large, c’est-à-dire l’ensemble des familles, ceux qui appartiennent bien à elle, mais, selon une formule de Levasseur, « hors de l’atelier »26. D’autre part, le concept d’activité n’a pas toujours été compris, dans l’agriculture surtout : à partir de quel moment l’épouse participe-t-elle à l’activité agricole ? La majoration de la main-d'œuvre féminine y est flagrante, et fausse les résultats d’ensemble. Donc, la part relative de la main-d'œuvre industrielle subit un gauchissement, un amoindrissement certain mais difficile à calculer car très variable d’un endroit à un autre.

  • 27 C’est le maire qui devait, avec l’aide éventuelle des agents des contributions, procéder à l’interr (...)
  • 28 Il y a toujours la crainte d’arrières-pensées fiscales (cf. Gille (B.), ouvr. cit., p. 202) mais au (...)
  • 29 C’est-à-dire à la fois des récapitulations par départements et arrondissements (A.D.L., 47 M 9 ; A. (...)

16Au moins la critique est-elle, dans ce domaine, facile même s’il n’est guère possible de redresser les erreurs. Elle l’est beaucoup moins pour la qualité réelle des classifications socio-professionnelles, dans les récapitulatifs surtout. Car les autorités chargées du dénombrement, c’est-à-dire les municipalités27, déjà inexpertes au maniement de la statistique et soupçonneuses sur les intentions gouvernementales28 ont été souvent désorientées par la rigidité du cadre et du vocabulaire proposés. L’effort de précision et d’unité a eu son revers ; il s’est heurté aux contrastes d’une France encore très diverse, où il n’était pas facile de distinguer la grande de la petite industrie, voire entre travail agricole et activité industrielle et où coexistaient avec des modes de production nouveaux, à l’anglaise, les formes les plus traditionnelles de l’Ancien Régime économique. Les dossiers départementaux, quand ils ont été conservés29, portent trace des hésitations, mais aussi d’une réelle bonne volonté et d’un effort certain pour répondre à l’attente. Ici l’on tranche en ajoutant une spécialité que le cadre ne fournit pas et que l’on hésite à classer ; mais si, là, on compte comme patrons les ouvriers à domicile et on les met dans la grande industrie, ailleurs on les classe parmi les salariés et dans le secteur marchand. Seul le dépouillement minutieux des listes nominatives permet de valider les résultats, de les rétablir, car sous-préfets et préfets n’ont pas eu les mêmes scrupules quand ils ont fait les récapitulatifs ; elles ont malheureusement souvent été détruites, ou sont restées dispersées. Au niveau des grandes masses, on peut penser (et prouver) que les erreurs, contradictoires, se sont annulées. Mais pour un cadre géographique plus réduit ? et pour les villes surtout ? La question est d’importance pour une région déjà fortement urbanisée. Enfin, il faut rappeler que le dénombrement n’a pas été fait à jour fixe, mais qu’il a duré deux mois, du début de juin à la fin de juillet 1851 ; donc en une saison où la « turbulence » géographique de certaines populations rurales est particulièrement forte, et au lendemain d’une dépression économique qui a contribué à modifier la répartition de la main-d'œuvre.

17Autant de raisons supplémentaires pour faire douter de la qualité de la vendange. Mais elle est la première du genre, et d’un exceptionnel intérêt. Et qui a jamais cru à l’absolue vérité des chiffres ? Trois sources nouvelles donc, avec le même souci de totalité et une sûreté grandissante de la méthode et des résultats ; trois éclairages différents, écartelés sur une décennie de fluctuations économiques parfois brutales qui brisent les structures et bouleversent la répartition des effectifs, mais complémentaires. Ici l’on oublie, là on ajoute, ailleurs on confond. De la confrontation sortent, trop flous mais jamais encore aperçus, les contours de la classe ouvrière régionale au tournant du siècle.

II. LES MASSES OUVRIÈRES : SIGNALEMENT NUMÉRIQUE

  • 30 Dupeux (G.), ouvr. cit., p. 90 et suiv.
  • 31 Sur ces problèmes de définition, voir l’introduction générale.

18L’usage critique du dénombrement de 1851 comme source globale impose l’exemplaire démarche progressive qu’a tracée G. Dupeux pour son Loir-et-Cher30 ; à condition de la suivre à reculons, pour saisir non pas une société tout entière mais la place qu’y tient une classe sociale. Si l’on s’en tient au critère du salariat pour la borner dans les hiérarchies nouvelles qui surgissent du développement industriel31, il est relativement facile de dénombrer les ouvriers au travail, et par grands secteurs d’emploi. Mais la confusion qui gâche trop souvent les définitions, le mutisme sur l’appartenance socio-professionnelle des familles et des « gens à charge », l’imprécision du statut social féminin limitent et tracent les voies de l’analyse : ici par le simple exposé raisonné des nombres bruts, là par un essai de calcul approximatif mais préférable au silence que ne pourrait excuser l’insuffisance du document.

1. La place de la classe ouvrière

  • 32 Pour les critères de la population active, Sellier (F.) et Tiano (A.), Economie du travail, Paris 1 (...)

19C’est ainsi que l’on doit renoncer, on l’a vu, à connaître la place de la classe ouvrière dans la population active totale, à cause de la surestimation de l’élément féminin. Il faut s’en tenir aux seuls hommes, sur un terrain sûr donc, pour apprécier ce qu’elle représente numériquement dans la société régionale, par rapport aux autres groupes socioprofessionnels définis à la fois par leur secteur d’activité et leur situation (de possession ou de dépendance) vis-à-vis des moyens de production. L’originalité de la situation régionale apparaît aussitôt, par comparaison avec le cadre national32 (cf tableau no 1).

20D’emblée, la part relative des salariés de l’industrie, du commerce et des transports apparaît comme supérieure de plus d’un point à la moyenne nationale, et c’est la place de la grande industrie (6,92 % contre 5,19 %) qui explique l’écart. A l’intérieur des catégories non-possédantes, il y a presque un ouvrier ou employé pour un journalier agricole, alors que la relation est quasiment d’un pour deux dans l’ensemble du pays, et la place de la domesticité est médiocre. A l’inverse, les classes possédantes sont moins nombreuses, et particulièrement les chefs d’entreprises industrielles et commerciales, dont le pourcentage s’inscrit à plus de deux points au-dessous de la moyenne française (10,81 % contre 12,85 %). Bien sûr, la place exceptionnellement forte des propriétaires-cultivateurs peut gauchir les résultats, et la région est loin d’être uniforme, nous y reviendrons. Il n’en reste pas moins vrai qu’à travers cette première approche, elle présente tous les traits (théoriques) d’un ensemble fortement engagé dans l’industrialisation et déjà marqué par les dynamismes sociaux qu’elle provoque : redistribution des salariés au profit du secteur secondaire, appel à la réserve de main-d'œuvre agricole, accentuation des contrastes sociaux par accaparement des moyens de production au profit d’une minorité, classes populaires de plus en plus identifiées au seul prolétariat. Donc, une tendance vers un certain modèle de la société industrielle, encore esquissé, mais peut-être plus affirmé que dans toute autre région de l’espace français.

2. Les effectifs d’ensemble : un essai d’évaluation

A. Les ouvriers de la grande industrie

  • 33 La page de garde des listes nominatives précise les critères de démarcation : « On doit considérer (...)
  • 34 Puisqu’il s’agit de grands établissements, et que les patrons masculins sont déjà nettement séparés (...)

21Ils apparaissent clairement dans les récapitulatifs du dénombrement33. Si l’on en croit la publication imprimée, contrôlée par les feuilles originales, les « manufactures » emploieraient 148 023 salariés dans les six départements, dont 72 955 hommes et 75 068 femmes34 ; soit 12,23 % du prolétariat industriel national, alors que 7,64 % seulement de la population française vit dans la région en 1851. Tels quels, ces chiffres doivent être corrigés pour tenir compte du déplacement de l’« ourdissage » de la Loire vers la petite industrie, à tort, et qui a porté sur 1 788 hommes et 11 542 femmes. Plus proche de la réalité est donc sans doute le total de 74 743 hommes et 86 610 femmes, 161 353 pour l’ensemble ; donc un pourcentage rectifié de 13,36 %, soit 11,06 % de la main-d'œuvre masculine française de la grande industrie et 16,29 % du salariat féminin dans le même secteur.

  • 35 Cf. supra, notes 7 et 8 ; il n’est donc pas possible de comparer au niveau national.
  • 36 Des transferts ont aussi été opérés entre le comptage communal et celui de l’arrondissement. Ainsi (...)

22Or, ces effectifs diffèrent sensiblement de ceux tirés de l’Enquête de 1839-1843 : 216 582 personnes des deux sexes35 alors même que la démarche était loin d’être exhaustive. Les données de 1848 sont trop fragmentaires pour trancher le débat, au moins pour l’ensemble. On peut tout au plus constater la disparité et émettre des hypothèses explicatives. Les unes tiennent à l’évolution économique dans la décennie qui sépare les deux opérations et à la dépression des années 1847-1850 qui a provoqué, dans le court terme aussi, des redistributions sectorielles et géographiques encore toutes fraîches en 1851, et qu’il est malaisé d’apprécier. Les autres relèvent de la variété de méthodes : par exemple, il semble bien qu’en 1851, on ait négligé les nombreux enfants mobilisés par les manufactures, 15 505 en 1839-1843 sans compter ceux de la Fabrique lyonnaise de soieries ni du groupe cotonnier du Beaujolais. Et, surtout, des branches importantes du textile (rubannerie et broderie en Forez, toiles en Dauphiné, draps dans la Drôme) et de la métallurgie différenciée (clouterie et quincaillerie de la Loire) intégrées dans la « manufacture » par la Monarchie de Juillet36 paraissent avoir été mises dans la « petite industrie » en 1851 à cause de leur dispersion ; sans que l’on doive généraliser : dans la ganterie grenobloise, c’est la démarche inverse qui s’est produite. En somme, une raison supplémentaire de se garder du fétichisme des chiffres précis, trop précis, mais la confirmation de l’importance des masses ouvrières.

B. Les grands secteurs de l’emploi

  • 37 Cf. Statistique de la France, 2e série, t. XVII, Populations, Résultats généraux du dénombrement de (...)
  • 38 Les « transports », soustraits à la « petite industrie et marchande » ont été rectifiés de la même (...)
  • 39 En 1851, dans la « petite industrie », la population active masculine comprend 44 % de salariés ; o (...)

23La « petite industrie » est encore moins aisée à saisir. Si l’on s’en tient aux données brutes, elle emploierait 109 629 hommes en 1851 ; mais la main-d'œuvre féminine échappe à l’appréhension directe, car il n’est pas possible ici de tenir pour négligeable la part du patronat. Et la rubrique est trop composite pour s’en tenir là. Il est donc nécessaire d’en extraire les transports bien individualisés dans le cadre du dénombrement, puis de décanter par l’extraction des salariés du commerce proprement dit que les recenseurs n’ont pas distingués. Or, le recensement de 1866 qui, par ailleurs, offre toutes garanties de qualité, fait nettement le partage : la relation numérique des deux secteurs a donc été supposée constante et appliquée à 185 137. Pour les femmes, une fois les chiffres corrigés de la même façon, on a considéré que la part du patronat était la même que pour les hommes et, après calcul, on l’a soustraite pour évaluer approximativement les effectifs respectifs de la « petite industrie », du commerce et des transports38 ; seul le bâtiment a été conservé tel quel, où le patronat féminin est rarissisme39. Dès lors, on dénombre :

POPULATION SALARIÉE "PETITE INDUSTRIE" ET SERVICES EN 1851

Hommes

Femmes

Total

Petite industrie

73 263

57 695

130 958

Commerce

5 366

2 972

8 338

Transports

29 212

4 298

33 510

  • 40 Cf. Supra, note 32.

24Si l’on ajoute les employés des communes et des administrations, confondus par le dénombrement avec les professions libérales mais faciles à extraire (24 371, dont 17 609 hommes et 6 762femmes40), on obtient le total des salariés par grands secteurs d’emploi :

RÉPARTITION DES SALARIÉS PAR GRANDS SECTEURS, HORS DE L’AGRICULTURE, 1851

  • 41 L’expression ne correspond pas tout à fait à la définition classique, puisque les domestiques (55 9 (...)

Hommes

Femmes

Total

Secondaire

148 006

1 44 305

292 311

Tertiaire41

52 187

14 302

66 489

Total

200 193

158 607

358 800

25Quelques faits se dégagent des chiffres. D’abord l’importance de la « petite industrie », c’est-à-dire en fait l’artisanat et le travail industriel dispersé dans l’ensemble du secteur secondaire : presque la moitié (44,77 %). Ensuite, la mobilisation de la main-d'œuvre féminine, qui l’emporte largement sur les hommes dans la grande industrie (53,67 % contre 46,33 %) et s’impose dans la « petite industrie » (44,05 % contre 55,95 %). Enfin, la part relativement forte des « services », qui cependant n’incluent pas les domestiques : 18,47 % des salariés, soit presque un sur cinq, plus d’un homme sur quatre (26,06 %), mais une femme sur dix seulement (8,85 %) ; très largement, c’est la place des transports qui explique cette ampleur, puisqu’ils emploient un homme sur sept à eux seuls.

C. Et les paysans ouvriers ?

26Il est vraisemblable que, pour importante qu’elle soit la « petite industrie » est encore minimisée dans les nombres précédents. Toute une part du travail rural lui a échappé ; il est en effet frappant de constater que le dénombrement, qui veut fixer la norme mais reflète aussi la réalité, fait une place à part à ces agriculteurs qui, selon sa formule, « font en même temps un autre état ». Ils sont 28 885 dans la région, dont 15 929 hommes et 12 956 femmes, ainsi répartis :

TRAVAILLEURS MIXTES DE L’AGRICULTURE, 1851

Hommes

Femmes

Total

Fermiers “ faisant un autre état ”.

5 342

4 158

9 500

Métayers “ id. ”

2 556

1 844

4 400

Journaliers “ id. ”

8 031

6 954

14 985

27et encore, n’a-t-on pas dénombré les « propriétaires-cultivateurs » qui, au gré des saisons ou de la conjoncture, peuvent tisser, broder, forger ou tourner. Il arrive que les autorités communales le fassent ; mais qu’en est-il advenu dans les récapitulatifs ?

28Donc, près de 30 000 personnes constituent une sorte de frange mouvante de la classe ouvrière, dont ils participent peu ou prou. Mais où est la limite ? Du paysan-ouvrier à l’ouvrier-paysan, quand franchit-on la barre, si tant est qu’on puisse la fixer et que le mouvement soit à sens unique ? La division tripartite de Colin Clark, devenue classique, se révèle inadaptée à une réalité sociale et économique ambiguë et mouvante. La « classe ouvrière » se dérobe à un bornage trop précis en ses cercles extérieurs.

3. La prépondérance des secteurs traditionnels

29L’analyse sectorielle du secteur industriel proprement dit éclaire en partie et l’importance de la « petite industrie » c’est-à-dire en fait des activités dispersées, et l’ampleur de la main-d'œuvre féminine. Les travailleurs se répartissent fort inégalement entre les branches suivantes :

RÉPARTITION DES SALARIÉS PAR SECTEURS INDUSTRIELS, 1851

Hommes

Femmes

Total

GRANDE INDUSTRIE

Industries textiles

49 557

83 786

133 343

Industries extractives

10 111

557

10 668

Métallurgie lourde

8 639

475

9 114

Métallurgie différenciée

1 566

187

1 753

Industries diverses

4 870

1 605

6 475

PETITE INDUSTRIE

Bâtiment

23 403

5 078

28 481

Habillement

31 563

38 223

69 786

Alimentation

7 866

11 451

19 317

Industries diverses

10 431

2 943

13 374

30Les industries textiles rassemblent donc à elles seules près de 83 % des ouvriers des manufactures, 45,6 % de ceux de l’industrie tout entière ; et encore sait-on qu’une partie du tissage a été, ici et là, déplacée vers l’habillement. A travers elles s’explique l’ampleur de l’élément féminin : leurs seules ouvrières constituent près de la moitié de toute la grande industrie, près du tiers (28,6 %) du secteur secondaire dans son ensemble, car elles sont négligeables ailleurs. Et si l’on y joint l’habillement, on voit que sept salariés sur dix, hommes et femmes, sont occupés à la préparation, à la fabrication et à la transformation des étoffes.

31Les autres branches manufacturières font relativement piètre figure : l’extraction, qui mélange houillères et carrières de toutes sortes ne s’inscrit que pour 6,61 %, la grosse métallurgie pour 5,60 % de la grande industrie ; donc 12,21 % pour les secteurs-clés de ce qu’on a convenu d’appeler la « révolution industrielle ». Et, à l’inverse, à l’intérieur de la petite industrie, un ouvrier sur cinq travaille dans le bâtiment.

32L’image première que suggéraient les nombres bruts se modifie, et certains traits se précisent. Une avance réelle dans le processus d’industrialisation, mais qui s’est coulée dans la tradition. La place du textile et de l’habillement, du bâtiment évoquent plus l’allure de l’Ancien Régime économique que l’ère de la « révolution industrielle » ; la part des transports apparaît plus survivance que nouveauté ; la mobilisation des femmes est plus le signe d’une activité de complément familial que d’un recrutement massif par une industrie avide que n’arriverait pas à satisfaire le marché du travail masculin. Et, finalement, la classe ouvrière s’est multipliée, sans doute, mais selon des modes qui ne sont pas ceux d’un bouleversement.

4. La géographie des groupes ouvriers

33Tout comme l’inégalité des secteurs, les effectifs d’ensemble masquent les contrastes de la géographie. Si l’on part du dénombrement de 1851, la part des salariés industriels dans l’ensemble de la population masculine active est très supérieure dans le Rhône (33 %) et la Loire (28 %) à la moyenne nationale (16,22 %) ; et celle des ouvriers des manufactures (respectivement 15,32 % et 12 % contre 5,19 %) révèle tout à la fois leur avance dans la voie de l’industrialisation et l’importance des masses prolétariennes ; bien que, dans l’un comme dans l’autre, les ouvriers de la « petite industrie » l’emportent en nombre et en pourcentage. l’Isère, très au-dessous du pourcentage national (13 % environ) leur fait franchement la première place puisque ses manufactures ne rassemblent que 4,27 % des hommes. Quant à l’Ardèche et à la Drôme (6,84 % et 6,34 %), leur main-d'œuvre industrielle constitue un groupe marginal et la « grande industrie » ne s’inscrit que pour 2,8 % et 1,5 % ; elle a à peine effleuré l’Ain (0,94 %) où l’ensemble atteint tout juste 7 %.

  • 42 Statistique de la France, XI Industrie, Il ouvr. cit. p. 136-137.
  • 43 Les récapitulatifs ont été conservés pour Vaise (A.M., Lyon, fonds de la mairie de Vaise, dénombrem (...)

34Si l’on calcule la part de chaque département dans l’ensemble de la main-d'œuvre industrielle régionale, les disparités se creusent (graphique no 1) car le Rhône, à lui seul, concentre presque la moitié (44,66 %) des salariés des deux sexes dans les manufactures, le tiers de ceux de la petite industrie (31,5 %) et du commerce (33,20 %) contre la moitié des petits fonctionnaires (49,69 %) et 40 % de la main-d'œuvre des transports. L’Enquête de 1839-1843 lui faisait déjà, de très loin, la première place, même si le nombre de 135 891 ouvriers42 d’usine est exagéré à cause des contours imprécis de la Fabrique de soieries. C’est, pour l’essentiel, l’agglomération lyonnaise43 qui justifie cette prépondérance même si les effectifs des cantons ruraux, de l’arrondissement de Villefranche notamment, sont eux-mêmes très forts. Lyon et les communes suburbaines, Vaise, La Croix-Rousse et La Guillotière concentrent en effet plus du quart du secteur secondaire régional (26,80 %). Fort logiquement, elles rassemblent les spécialistes liés à la demande d’un grand marché de consommation, c’est-à-dire un quart des gens du bâtiment (26,80 %), de l’alimentation (23,90 %), des activités artisanales diverses (25,39 %) et le cinquième des travailleurs de l’habillement ; mais on y trouve aussi plus du tiers des salariés de la grande industrie textile (35,32 %) et de la métallurgie différenciée.

  • 44 Statistique de la France, XI, Industrie, II, ouvr. cité, p. 148-149.
  • 45 A.N. C 956, Enquête sur le travail...1848, départ, de la Loire.
  • 46 A.D.L., 47 M 9, Dénombrement de 1851, Arrondissement de Saint-Etienne, récapitulatif par profession (...)
  • 47 A.N. C 956, Enquête sur le travail..., 1848, cantons de l’arrondissement de Saint-Etienne.

35La Loire, quant à elle, aurait rassemblé 50 702 ouvriers dans ses usines en 1839-184344 ; et l’Enquête de 1848, bien qu’incomplète, évalue leur masse, grossièrement, à une centaine de milliers, y compris les ouvriers dispersés des campagnes et des transports45. Si l’on s’en tient au dénombrement de 1851, le département fait travailler le tiers des ouvriers de la petite industrie régionale et le cinquième (22,13 %) de ceux des manufactures, outre le tiers de ceux du commerce (29,89 %) et les deux-cinquièmes de ceux des transports (41,16 %). Là, c’est la prépondérance de l’arrondissement de Saint-Etienne46 (plus de 67 000 travailleurs si on en croit l’Enquête de 184847) qui explique largement la place de la Loire ; sa part est particulièrement remarquable dans la métallurgie lourde avec les 3/4 de la main-d'œuvre régionale (74,36 %) et dans les activités extractives, avec plus de la moitié (52,74 %) ; mais celles de la métallurgie différenciée (17,63 %), des petites industries diverses (39,87 %) et du textile (9,26 %) sont loin d’être négligeables.

  • 48 Statistique de la France, XI, Industrie, II, ouvr. cit. p. 26-27.
  • 49 A.D.I., 162 M 1 et 162 M 2, Enquête sur le travail, 1848, département de l’Isère.
  • 50 Sur la physionomie de la géographie industrielle de l’Isère au milieu du XIXe siècle, voir Vigier ( (...)
  • 51 Statistique de la France, XI, Industrie, II, ouvr. cit. p. 182-183 et A.D.D., M. 1344, ou le préfet (...)
  • 52 A.N. C 951, Enquête sur le travail...1848, réponses du dép. de la Drôme ; et Vigier (P.), ouvr. cit (...)
  • 53 Statistique de la France, XI — Industrie, II, ouvr. cit. p. 170-171.
  • 54 A.N. C 945, Enquête sur le travail...1848, réponses du département de l’Ardèche.
  • 55 Statistique de la France, XI, Industrie, II, ouvr. cit. p. 16-17. Pour tous les départements, on a (...)
  • 56 A.N. C 943, Enquête sur le travail...1848, réponses du département de l’Ain.

36En somme, trois ouvriers des manufactures sur quatre travaillent et vivent dans le Rhône et la Loire, outre les deux-tiers, ou presque, de ceux de la petite industrie et du commerce, et les quatre-cinquièmes de ceux des transports. Les deux départements englobent les principales aires de concentration des masses ouvrières, avec l’agglomération lyonnaise et le bassin stéphanois, plus varié et résolument voué aux secteurs d’entraînement de la « révolution industrielle », mais aussi la zone continue du textile, à cheval sur les arrondissements de Villefranche et de Roanne. La métropole rhodanienne semble pousser un appendice vers le Bas-Dauphiné, et, c’est grâce à lui que l’Isère, largement, représente le cinquième de la petite industrie régionale (19,67 %), mais le huitième seulement de la grande industrie (13,45 %) ; de fait, les comptages de 1839-1843 (13 725 ouvriers)48 et de 1848 (35 000 ouvriers)49 révélaient déjà sa relative médiocrité ; en dehors de la zone textile en effet, les effectifs ouvriers sont dispersés en centres multiples, isolés les uns des autres, et disparates50. C’est aussi la physionomie de la Drôme (7 151 ouvriers en 1839-1843)51, 11 400 environ en 184852, qui, avec, en 1851, 4,08 % de la petite industrie et 5,92 % des manufactures, ressemble beaucoup à l’Ardèche, avec respectivement 5,5 % et 6,79 % (8 939 ouvriers en 1839-1843)53 et 10 835 en 184854. Quant à l’Ain, il n’avait que 2 324 ouvriers en 1839-184355 ; et bien que l’Enquête de 1848 en dénombre plus de 5 000, approximativement56, en 1851, la classe ouvrière y apparaît comme squelettique, avec 1,62 % seulement des effectifs manufacturiers régionaux. La carte no 1, dressée à partir de l’Enquête de 1848, corrobore les grands traits géographiques qui apparaissent au travers de données, trop brutes pour être précises, du dénombrement de 1851.

  • 57 L’histoire économique de la région tout entière reste à faire, malgré d’excellents ouvrages monogra (...)

37Les lignes qui se dégagent sont donc celles d’une architecture générale. Il faut aller plus loin, pour comprendre. En effet, le trait est grossier : le cadre départemental n’a pas de signification économique ni humaine, les secteurs d’activités restent des fourre-tout. Et, surtout, l’image est fixe, figée ; elle ne rend pas compte de la dynamique industrielle régionale qui, seule, peut éclairer la mise en place des masses ouvrières, les modes et les étapes de mobilisation de la main-d'œuvre en ce milieu du XIXe siècle57.

III. A L’IMAGE DE L’INDUSTRIALISATION RÉGIONALE : VARIÉTÉ ET AMBIGUITÉS DES GROUPES OUVRIERS

  • 58 Audiganne (A.), Les populations ouvrières et les industries de la France dans le mouvement social d (...)
  • 59 Reybaud (L.), Etudes sur le régime des manufactures Condition des ouvriers en soie, Paris, 1859 e (...)
  • 60 Ogier (T.), La France par cantons et par communes, Département de la Loire, Lyon, s.d. 3 vol. et(...)

38On conçoit que les observateurs contemporains, comme A. Audiganne58 et L. Reybaud59, ou T. Ogier60 aient été frappés par les secteurs qui avaient été emportés par l’essor le plus impétueux au cours des décennies précédentes. Toute leur attention s’est portée sur la Fabrique de soieries, que le souvenir de 1831 et de 1834 éclairait par ailleurs d’un éclat sinistre, et sur le charbon et l’acier, hérauts d’un nouvel âge industriel. En privilégiant les nouveautés, ils semblent bien ne pas saisir la réalité régionale telle qu’on a pu déjà la presssentir, au moins pour l’appréhension des masses ouvrières. Car sans doute y a-t-il le décalage bien connu entre l’économique et le social, et à telle courbe exaltante de la production ne correspond pas une parallèle de la mobilisation ouvrière. Mais, des survivances étiolées ou régénérées aux activités de pointe, l’industrie emprunte vers 1850 des chemins divers et parfois bien étranges, et reflète, derrière l’écran de la classe ouvrière, la multiplicité mouvante des groupes ouvriers. Et, pour l’heure, ce qui demeure ou se transforme l’emporte de loin sur ce qui naît.

1. Le poids des ouvriers ruraux de la tradition

  • 61 Cf. pour le bâtiment, en Dauphiné, Vigier (P.), ouvr. cit., p. 103-104.

39Car ces industries sans industrialisation rassemblent toujours un très grand nombre d’ouvriers. Liées à la fois aux ressources naturelles du milieu local et à la morte-saison de la vie agricole qui libère les bras, intégrées à un certain équilibre séculaire de l’économie rurale, elles ignorent l’innovation technique et leur organisation est restée la même. Il faudrait certainement leur rattacher le bâtiment et l’habillement, qui se sont considérablement enflés avec la demande des marchés urbains, mais sont restés immuables depuis l’Ancien Régime ; on ne peut rien apporter de plus que le dénombrement de 1851, largement exploité déjà, et l’Enquête de 1848 les trouve partout mais ne les compte pas, même dans les villes. Leur émiettement géographique ne doit pas faire oublier cette omniprésence de la couturière et du tailleur, du maçon et du charpentier61. Quant aux industries rurales, dispersées mais multiples, diminuées la plupart du temps, mais ici et là revigorées, à la veille de disparaître ou porteuses de futurs élans, elles sont bien là, et fixent, toujours, une large fraction de la classe ouvrière. Parmi elles, l’industrie textile des fibres locales, laine, lin et chanvre, subit une érosion irrémédiable mais lente.

A. Difficultés mais survie du textile traditionnel

  • 62 Bozon (P.), La vie rurale en Vivarais, Valence, 1963, p. 142 et suiv.
  • 63 Léon (P.), La naissance de la grande industrie en Dauphiné, Paris, 1954, t. II, p. 270 et Veyret-Ve (...)
  • 64 Veyret-Verner (G.), ouvr. cit. p. 81, Lebeau (R.), La vie rurale dans les montagnes du Jura méridio (...)

40A peu près partout, on continue à filer, à tisser et à broder comme autrefois. La draperie notamment avait conquis de vastes espaces au XVIIIe siècle : dans le Haut-Vivarais, où 20 000 ouvriers-paysans d’une cinquantaine de paroisses occupaient leur hiver à tisser les ratines expédiées par Annonay, Tournon et Vernoux62 ; en Vercors, autour de Saint-Jean-de-Royans ; en Dauphiné, et particulièrement dans le Diois, dont les draps et les cadis de Crest, Dieulefit, Saillans et Die faisaient la renommée63. Quant aux toiles de chanvre et de lin, elles étaient fabriquées dans les Boutières ardéchoises ; en Forez où les chénevières alimentaient les filatures de Feurs et les tissages autour de Panissières ; dans le Sud du Graisivaudan, en Oisans et en Mateysine, connus par la qualité des toiles de Mens, de La Mure et de Bourg d’Oisans ; en Bas-Dauphiné, avec l’important groupe de Voiron ; dans l’Albarine enfin, le bassin de Belley et la région de Saint-Rambert-en-Bugey64.

  • 65 Voir Leon (P.), ouvr. cit., t. II, p. 579-582 et Vigier (P.), ouvr. cit., t. I, p. 93.

41Dès 1815-1820, la draperie avait commencé à connaître de graves difficultés, et les plaintes s’étaient multipliées à partir de 1825. Les toiles ont été atteintes plus tardivement, après une phase d’extension sensible à Voiron entre 1825 et 1830, en Forez où la deuxième décennie du siècle les avait vues gagner du terrain autour de Panissières, vers Charlieu, à Cottance, Saint-Barthélémy-Lestra, Jas, Rozier-en-Donzy, bien que l’effectif de 20 000 tisserands et fileurs soit suspect. Le marasme s’est installé dans les années 1830, s’est approfondi après 1840 et vers 1846 les trois-quarts des peigneurs de chanvre du Bas-Dauphiné seraient en chômage65. La coupe du milieu du siècle se situe donc en pleine décadence ; mais amoindries et condamnées, draperies et toileries se survivent : sans travail ou sur le point de renoncer, peigneurs et tisserands pullulent encore dans certaines campagnes.

  • 66 Bozon (P.), ouvr. cit., p. 142.
  • 67 Statistique de la France, XI, Industrie, t. II, ouvr. cit. p. 12-13.
  • 68 Id., p. 14-15 et A.N., C 943, Enquête sur le travail...1848, canton de Montluel.
  • 69 A.N., C 951, Enquête sur le travail...1848, canton de Bourg-de-Péage.
  • 70 A.D.I., 162 M 1, Enquête sur le travail...1848, canton de Bourg-de-Péage.
    Les plaintes de Mens, où l (...)

42Inégalement, bien sûr. En Vivarais, on n’en trouve que quelques dizaines autour de Satillieu et de Saint-Félicien, et l’Enquête de 1848 ne prête pas garde à eux66. En Bugey, le travail du lin se borne aux 35 ouvriers d’un fabrique de Saint-Rambert et la laine aux 60 couverturiers de Condamine-la-Doye en 1839-1844, à une cinquantaine de tisserands à Brénod67. Seule subsiste la draperie de Montluel, mais elle ne bouge pas (262 en 1839-1843, en 1848, 287) et c’est en fait un appendice oriental de l’agglomération lyonnaise68. Dans la Drôme, 230 personnes continuent à fabriquer des toiles à Bourg-de-Péage69, mais les effectifs ont fondu en Graisivaudan et en Mateysine : l’Enquête de 1848 est un concert de lamentations et un constat de liquidation prochaine ; seule La Mure fait tisser à 120 hommes des toiles d’emballage que cousent 300 femmes ; et il y a tout juste 80 tisserands à Mens, quelques-uns à Allevard70.

  • 71 Statistique de la France, XI, Industrie, t. II, ouvr. cit., p. 174-175 et 178-179 ; A.N. C 951, Enq (...)
  • 72 A.D.I., 162 M 2, Enquête sur le travail...1848, arrondissements de La Tour-duPin et de Saint-Marcel (...)
  • 73 A.N. C 956, Enquête sur le travail...1848, canton de Feurs.

43Mais deux ensembles restent bien vivants et concentrent une main-d'œuvre importante. C’est d’abord le centre drômois de la draperie : sans doute, il s’essouffle, et ses effectifs se sont contractés de 2 735 vers 1818 à 1654 en 1839-1843 et 1 072 en 1848. Il résiste, pourtant, et le tissage des ratines et des limousines agglutine autour de Crest 487 ouvriers vers 1840, 419 en 1848, 499 puis 400 autour de Dieulefit et une soixantaine à Bourdeaux ; Die, moins vivace, est tombé de 575 à 200 d’une Enquête à l’autre ; d’autres métiers sont dispersés près de Romeyer, d’Aouste, au Buis et à Eygaliers71. C’est surtout la toile de Voiron, restée fortement ancrée dans les ateliers ruraux : en 1848, il n’y aurait pas moins de 14 000 personnes habituées à peigner le chanvre, à filer ou à tisser dans les arrondissements de La Tour-du-Pin (11 500 environ) et de Saint-Marcellin. Bien sûr, il est vraisemblable que beaucoup chôment au moment de l’Enquête sur le travail, mais, tels quels, les totaux sont supérieurs à ceux de 1825-1830, où ils atteignaient une douzaine de milliers, dans la seule région de Voiron il est vrai. Dans le canton de Morestel, 4 500 ouvriers se consacrent au chanvre, que filent 3 500 femmes ; à Pont-de-Beauvoisin, 500 hommes le peignent et une centaine le tissent ; à côté de masses importantes à Saint-Geoire (6 300), Rives (2 500), on trouve les toiles à Saint-Marcellin (93 ouvriers), à Saint-Etienne-de-Saint-Geoirs (51), à Tullins, avec, partout, une forte proportion de l’élément féminin72. A côté, le groupe forézien de Panissières fait piètre figure, avec 590 ouvriers, des hommes presque tous, pour l’ensemble du canton de Feurs73.

  • 74 Id. cantons de Saint-Bonnet-le-Château, Feurs, Saint-Jean-Soleymieux, et A.N. C 963, id. cantons de (...)

44Enfin, plusieurs milliers d’ouvrières s’occupent à la broderie et à la dentelle dans les Monts du Forez. Le seul canton de Saint-Bonnet-le-Château en rassemble 3 800 vers 1848, multipliées depuis le début du siècle, puisqu’il n’y en avait que 3 000 en 1818 et 1 200 à la fin du XVIIIe siècle. Elles gagnent vers le Nord-Ouest, à Feurs (2 500 femmes) et Saint-Jean-Soleymieux (360), mais on y est déjà dans l’orbite du coton roannais, qui est autre chose. Et, en Lyonnais, à Mornant, on en trouve plusieurs centaines (412)74.

B. Liés à la terre, carriers, mineurs et potiers des campagnes

45Un peu partout, l’extraction de la pierre ou des filons métalliques locaux, la cuisson des briques, des tuiles et de la poterie, occupent des hommes pour lesquels elles ne sont qu’un autre travail de la terre.

  • 75 Statistique de la France ; XI, Industrie, t. Il, ouvr. cit. cantons de Lagnieu et Lhuis ; A.D. I., (...)
  • 76 A.N., C 943, Enquête sur le travail...1848, cantons de Ferney et Gex ; A.N. C 945, id., cantons de (...)
  • 77 Sur son évolution, voir Léon. (P.), ouvr. cit., t. II, p. 559 ; Statistique de la France, XI, Indus (...)
  • 78 A.N. C 943, Enquête sur le travail,...1848, canton de Seyssel.
  • 79 A.N. C 945, id., cantons des Vans. A.D.I., 162 M 1, id., canton de Bourg d’Oisans, Sur les filons d (...)
  • 80 Léon (P.), ouvr. cit., t. II, p. 561 ; Statistique de la France, XI, Industrie, t. II, ouvr. cit., (...)

46La seule extraction emploierait 3 400 ouvriers dans la région en 1839-1843, dont 3 000 dans les carrières à chaux, à marbre et à ardoises, dans les houillères de l’Isère. La plus forte concentration est celle de Montalieu-Vercieu et Villebois, administrativement écartelée entre l’Isère et l’Ain, à cheval sur le cours supérieur du Rhône par où les pierres de taille descendent vers Lyon : plus de 500 ouvriers les y extraient en 1839-1843, avec les communes voisines de Trept et de Parmilieu, et ils sont plus de 1 400 en 1848, dont 815 sur la rive droite75. Ailleurs, tout près de Genève, 200 carriers travaillent dans le canton de Gex ; à La Chapelle-en-Vercors, dans la Drôme, une trentaine ; 250 environs dans l’Ardèche, à Saint-Péray. La fabrication de la chaux et des ciments en réunit une cinquantaine à Charlieu et 140 à Saint-Rambert, dans la Loire ; et le centre vivarois du Teil, animé depuis 1838 par les frères Pavin de Lafarge, est fort d’une centaine d’ouvriers76. Enfin, s’élèvent au-dessus du commun le gisement de lignite de La Tour-du-Pin, gratté avec régularité depuis une décennie par 200 (1839-1843) à 250 (1848) hommes77, et la centaine de mineurs d’asphalte de Seyssel, sur le Haut-Rhône78. Mais aussi les 230 qui exploitent dans le bassin des Vans, au pied des Cévennes méridionales, des filons d’antimoine, d’argent et quelques veines charbonnières, les 300 qui peinent en Oisans à la recherche de la houille, du plomb, du cuivre et des métaux précieux79. Quant à l’anthracite de la Mure, en Matheysine, il convient mal aux industries locales, et son rayon de vente reste étroit ; mais ses livraisons ont rapidement progressé, les concessions se sont multipliées autour de La Motte d’Aveillans, et l’effectif est passé de 200 vers 1840 à plus de 400 mineurs et 150 voituriers en 184880.

  • 81 Delacroix (M.), Statistique de la Drôme, 2e édit., Valence 1835, p. 378-379 ; Statistique de la Fra (...)
  • 82 A.N. C 956, Enquête sur le travail...1848, canton de Boën.
  • 83 Duplessy, Essai statistique sur le département de la Loire Montbrison, 1818, p. 369 ; A. N. C 956, (...)

47Tuileries et poteries sont de très petits établissements, dispersés, mais en 1839-1843, elles réunissent 1 217 ouvriers, dont 844 dans l’Isère et 135 dans la Drôme ; effectifs sans aucun doute sous-estimés, car Dieulefit et Poet Laval, avec leurs annexes de Saint-Vallier, Saint-Uze et Ponsas, bien qu’en perte de vitesse (ils avaient 983 ouvriers en 1833), ont à eux seuls 475 potiers en 184881, et, dans la vallée de l’Ondaine, Le Chambon-Feugerolles emploie 245 personnes à la cuisson des briques et des tuiles, en 1848, mais on ne trouve plus trace des faïenceries roannaises82. Givors, enfin, possède 7 ateliers de poterie, avec 300 ouvriers, dont l’usine des Arboras, née en 1829 et qui a substitué à la faïence la porcelaine à partir du kaolin drômois, et 10 briquetteries avec une soixantaine d’hommes83.

C. Les autres industries rurales

  • 84 Statistique de la France, XI, Industrie, t. II, ouvr. cit., ensemble des départements de la région.
  • 85 Vigier (P.), ouvr. cit., t. II, ouvr. cit., p. 20-21 ; A.D.I., 162 M 2, Enquête sur le travail...18 (...)

48Meuneries, féculeries, brasseries et huileries ne correspondent pas tout à fait à notre conception contemporaine de l’industrie ; elles sont cependant servies par 2 785 ouvriers en 1839, éclatées en une multitude d’ateliers minuscules et sans doute intermittents84. Seules les sucreries de La Tour-du-Pin ont une certaine importance numérique ; sous la pression de la concurrence étrangère et le poids des droits sur les sucres indigènes, elles se sont régulièrement amenuisées depuis 1839-1843, où 8 fabriques réunissaient 359 ouvriers ; la crise s’est approfondie en 1848, mais deux d’entre elles fonctionnent encore, avec 180 salariés85.

  • 86 Ogier (T.), ouvr. cit., département du Rhône, t. I, p. 295.

49On ne peut énumérer à l’infini. Mais il semble que, de-ci, de-là, il est des activités résiduelles, comme les tanneries, qui dépassent le stade artisanal ; outre celles qui échappent, médiocres, mais dont le nombre peut faire masse. Qu’on songe à ce montage de chaussures « à l’usage de la classe ouvrière et des maçons » dans le canton de Mornant, sur le Plateau Lyonnais, pratiqué par la totalité des habitants d’un hameau de Saint-Laurent-d’Agny : aucune enquête n’en parle86.

D. Charpentiers, portefaix et mariniers des fleuves

50Enfin, la navigation fluviale frappe par l’ampleur des effectifs qui la servent et la concentration des groupes ouvriers qu’elle crée. Car, à la veille du développement décisif des chemins de fer, le trafic par eau conserve un rôle considérable dans la région. Mieux, il a profité de l’apparition des activités nouvelles, ou de leur essor. Et, autour de lui, de l’abattage du bois pour les coques à la conduite des bateaux, une série de spécialités fixent la main-d'œuvre le long des fleuves et des rivières, aux points d’embarquement ou de transbordement.

  • 87 A.N. C 943, Enquête sur le travail...1848, canton de Seyssel et canton de Bâgéle-Châtel.
  • 88 A.N. C 963, id., cantons de Givors et de Pélussin. A.N. C 945, id., canton de Bourg-Saint-Andéol. A (...)

51Un chapelet s’égrène, en 1848, le long du Rhône et de la Saône : en amont de Lyon, à Seyssel, ou 160 charpentiers montent les bateaux que 140 mariniers convoient, chargés de bitume et de pierres de taille ; à Bagé-le-Châtel (Ain), port bressan sur la Saône que servent 80 portefaix, une centaine de bateliers et, pendant huit mois, 45 charpentiers87. Au Sud du confluent, Givors, au débouché du canal qui le relie à Rive-de-Gier, avec 70, et Pélussin avec 220 mariniers et crocheteurs fournissent les meilleurs « patrons », et ont détrôné Serrières où 150 d’entre eux se sont reconvertis à la navigation à vapeur. Au Sud, Bourg-Saint-Andéol est plus médiocre, avec 70 mariniers environ ; la rive gauche est à peu près absente, à l’exception du port de Vienne où s’affairent une centaine d’ouvriers88.

  • 89 Cf. Gras (L.J.), Le Forez et le Jarez navigables, Saint-Etienne, 1908, p. 42 et suiv. et Guillaume (...)
  • 90 Si l’on confronte les chiffres éparpillés entre Duplessy, ouvr. cil. p. 106, Leseure (E.), Historiq (...)
  • 91 Leseure (E.), ouvr. cil., p. 185. A.N. C 956, Enquêtes sur le travail...1848, cantons de Saint-Ramb (...)
  • 92 A.N. C 956, Enquête sur le travail...1848, cantons de Roanne et du Perreux.

52Mais les noyaux rhodaniens sont peu de choses à côté du cours supérieur de la Loire, où le trafic s’est enflé avec l’évacuation du charbon stéphanois, embarqué aux ports de Saint-Just-sur-Loire et d’Andrézieux. Les radeaux sont fabriquées sur place, avec du bois flotté depuis la Haute-Loire, Confolens et même Retournac ; arrivés à Roanne, ils sont déchargés, ou renforcés, pour continuer leur descente vers Paris89. La progression des envois a été constante depuis 1815, et la Monarchie de Juillet avait envisagé d’améliorer le cours du fleuve. Malgré l’amenuisement des ventes de charbon stéphanois dans le Bassin Parisien, il est parti en moyenne 2 360 bateaux par an entre 1844-1848, des ports du canton de Saint-Rambert, contre 2 450 entre 1826 et 1830, et 1 255 dans les dernières années de l’Ancien Régime, portant 78 450 tonnes de houille contre 62 680 pour chaque exercice de la décennie 1820-183090. Et de Roanne, le mouvement annuel du milieu du siècle est de 2 077 bateaux. Selon l’enquête de 1848, Saint-Rambert est le port d’attache de 720 « barquaires », et il partage avec Saint-Jean-Soleymieux la fabrication des bateaux par 1 250 scieurs de bois et charpentiers dont certains, à vrai dire, n’y consacrent que trois mois de l’année ; pour elle enfin, 250 ouvriers abattent et expédient le bois à Saint-Bonnet-le-Château. Au total donc, plus de 2 200 personnes demeurent au service du trafic sur la Loire91. Le port de Roanne et ses annexes sont plus médiocres, mais avec 280 mariniers et une centaine de charpentiers, il dépasse de loin tous les centres rhodaniens, surtout si l’on y joint les bateliers et les portefaix du Perreux, une centaine92. Vers 1850, la concurrence du chemin de fer demeure une menace théorique, et la navigation fluviale n’a jamais été aussi active sur la Loire.

2. Les industries en mutation : repli urbain et mobilisation des ruraux

53A côté des industries moribondes, ou sur le point de disparaître même si leur santé paraît bonne, d’autres s’adaptent au siècle. Aucune n’est nouvelle, toutes plongent leurs racines dans l’Ancien Régime, au XVIIIe et en deçà ; mais elles choisissent de se transformer pour durer. Géographiquement les modes d’adaptation sont cependant différents, et avec elle, la mobilisation de la main-d'œuvre. En effet, les unes, fortes des capitaux accumulés, de l’expérience commerciale et technique conduites par des entrepreneurs locaux attentifs à l’innovation se contractent dans des centres urbains limités, mais renforcés qui savent développer ce qui disparaît tout autour : c’est la laine à Vienne, la mégisserie à Annonay, la papeterie en Dauphiné, la verrerie en Forez et en Lyonnais. D’autres, plus avides de bras, s’élancent de leur cœur urbain fortifié vers des campagnes souvent grouillantes et où le déclin des activités traditionnelles libère la main-d'œuvre, que ce soit la quincaillerie de la Loire, la ganterie et la chapellerie grenobloises, la boissellerie jurassienne, et, surtout, le coton en Beaujolais. Ainsi, l’adaptation industrielle, à la fois disperse des centres limités, spécialisés, mais solides et relance la constitution de halos de main-d'œuvre rurale, de nébuleuses ouvrières en expansion autour des pôles d’animation.

A. Des pôles dispersés de concentration

54Ils sont nés, en ville, sur les ruines d’un secteur rural en voie de dépérissement, et sont en plein essor à la fin de la Monarchie de Juillet.

  • 93 Sur la tradition lainière viennoise au XVIIIe, la stagnation puis la reprise des années 1840, Léon (...)

55Vienne est l’exemple le plus clair, et sa réussite éclate alors que partout en Dauphiné, on l’a vu, la laine décline. Les premières années du XIXe siècle avaient été pourtant synonymes de médiocrité ; et quelques tentatives de spécialisation dans les articles de qualité commune avaient mal masqué son impuissance devant la concurrence des usines du Nord. C’est après la très grave crise de 1837 que l’effort de rénovation est intervenu, entraîné par la toute proche métropole lyonnaise. En plein marasme, une machine à vapeur a été construite et a ouvert l’ère de la mécanisation ; le foulon cylindrique est apparu en 1838, le métier Jacquard a été adopté en 1840. Mais le salut est venu de la reconversion hardie dans la fabrication des draps Renaissance, c’est-à-dire de tissus mêlant laines et fibres récupérées par l’effilochage des chiffons et des vêtements usagés ; sur son succès s’est opérée la reconquête des marchés93. A tel point qu’au milieu du siècle, abstraction faite de ses autres secteurs industriels multiples et prospères, Vienne est, de par sa seule main-d'œuvre lainière, la concentration ouvrière la plus forte du Dauphiné.

  • 94 Statistique de la France, t. XI, Industrie, t. II, ouvr. cit., p. 24-26.
  • 95 A.D.I., 162 M 2, Enquête sur le travail...1848, canton de Vienne.

56En 1839-1843 en effet, on dénombre 1 767 ouvriers dans 28 tissages, et 33 autres dans 5 teintureries94 ; le comptage semble partiel. L’Enquête de 1848 ne traduit pas moins la vigueur de ce second souffle : la ville aurait 318 ateliers de toutes tailles, avec 4 624 ouvriers. Parmi eux, les 250 tissages et leurs 3 550 salariés, dont 1 770 femmes, 680 enfants et 1 100 hommes adultes précèdent, de loin, le cardage (14 ateliers, et 494 ouvriers, dont 120 femmes) et l’apprêt-teinture de draps (28 ateliers, 270 ouvriers dont 134 femmes), le reste s’éparpillant — une centaine — entre le collage, le lavage et les foulons95.

  • 96 Reynier (E.), L’organisation syndicale dans l’Ardèche, Paris, 1913, p, 2-3.

57Semblable est le destin d’Annonay, à une moindre échelle. La ville était au XVIIIe déjà le centre le plus actif d’un vroupe vivarois de tannerie et de mégisserie d’une vingtaine d’établissements ; mais Privas lui disputait la primauté aux foires de Beaucaire et de Tournon, pour la fourniture des peaux de chevreaux à la ganterie grenobloise et étrangère96.

  • 97 Bozon (P.), Histoire du peuple vivarois, Valence, 1966, p. 188.
  • 98 Annuaire du département de l’Ardèche pour 1844, Privas, 1844, p. 78, et Chomel (V.), Le département (...)
  • 99 Sur l’évolution des industries de Romans, voir Bellon (M.A.), Les ouvriers de Romans et Bourg-de-Pé (...)

58Or si les premières décennies du siècle ont vu s’amenuiser et disparaître le travail des cuirs dans le reste de l’Ardèche, le centre d’Annonay, désormais spécialisé dans la mégisserie, l’a capté à son seul profit à partir des années 1830 où, semble-t-il, il n’employait guère plus d’une centaine de personnes97. L’Enquête de 1839-1844 est muette, et le canton a disparu de celle de 1848. Mais au milieu du siècle, la ville avait le monopole de la fourniture grenobloise, et il semble bien que plus de 1 200 ouvriers travaillaient le cuir sur les bords de la Cance dans les années 1840, et plus de 1 400 à la veille de la Révolution de Février98. Romans, dans la Drôme, esquissait la même démarche depuis 1830, mais avec moins de bonheur ; et ses 122 mégisseries, sa quinzaine d’ateliers vers 1848 ne faisaient pas oublier la brillante prospérité de ses tanneries au XVIIIe siècle99 ; d’autant plus que les papetiers d’Annonay avaient révélé la même faculté d’adaptation que ses patrons mégissiers.

  • 100 Cf. Léon (P.), ouvr. cit., t. II, p. 605. Statistique de la France, XI, Industrie, t. II, ouvr. cit (...)
  • 101 Statistique de la France, XI, Industrie, t, II, ouvr. cit. p. 22-23.
  • 102 Duplessy, ouvr. cit., p. 383-384 ; Ogier (T.), ouvr. cit., département de la Loire, t. Il, p. 594 e (...)
  • 103 Statistique de la France, XI, Industrie, t. II, ouvr. cit. p. 12-13.

59Même ancienneté, même reconversion, même dynamisme : le travail du papier ne se distingue que par une dispersion plus grande. Sans doute, les petits centres éparpillés demeurent, et végètent : tels ceux de la Drôme, avec leurs 150 ouvriers en 1839-1843, voués aux fabrications grossières à Aouste, Romeyer et Monségur, et où fait seule exception l’usine des frères Latune, à Mirabel et Blacons, qui passe de 89 personnes en 1840 à 140 en 1848, dont 98 femmes100 ; comme les ateliers de Gentil à Vienne, et sa cinquantaine de salariés en 1840101, de Rabourdin, à Villerest, près de Roanne, créé en 1840 avec 164 ouvriers, mais qui chôme en 1848 et qui a recueilli, avec Renaison (moins de 80 personnes) les fabrications artisanales de Boën, Rochetaillée et La Fouillouse102 ; comme la petite usine de Divonne, près de Genève, qui n’a pas plus de 24 ouvriers en 1839-1844103.

  • 104 Annuaire...1844, ouvr. cit., p. 78 ; Statistique de la France, XI, Industrie, t. II, ouvr. cit., p. (...)
  • 105 Statistique de la France, XI, Industrie, t. II, ouvr. cit., p. 160-161 et A.N. C 945, Enquête sur l (...)

60C’est donc aux centres du Vivarais et du Dauphiné surtout que profite la concentration géographique. A Annonay, encore une fois, où les grandes dynasties papetières du XVIIIe, les Montgolfier, les Canson, ont su rester très attentives aux transformations techniques. En 1839-1844, six grands établissements, dans la ville même, à Saint-Marcel et à Davezieux, rassemblent 426 ouvriers, dont 128 à la seule usine de L. Johannet et 122 chez Ch. Montgolfier ; en 1844, il y en a plus de 600, et ils seraient près de 800 au début de 1848104. Plus au sud, la région d’Aubenas est passée de 70 ouvriers à 185 en dix ans, à Pont-d’Aubenas et à La Bégude, doublant ainsi sa main-d'œuvre105.

  • 106 Léon (P.), ouvr. cit., t. Il, ouvr. cit., p. 18-21 ; A.D.L, 162 M 1 et 2, Enquête sur le travail... (...)
  • 107 Statistique de la France, XI-Industrie, t. II, ouvr. cit., p. 18-21 ; A.D.L, 162 M 1 et 2, Enquête (...)

61En Dauphiné, les créations d’usines s’étaient multipliées entre 1820 et 1840 : pour 9 en 1818, on en recensait 14 en 1829 et 28, avec 700 ouvriers en 1838, et la main-d'œuvre avait augmenté de 200 % en une décennie106. En 1839-1843, on l’estime à 912 salariés, dont 460 femmes ; la poussée a continué dans les années suivantes, mais les données de 1848 sont trop fragmentaires pour l’apprécier. A travers l’Enquête sur le travail se dessine pourtant une division en trois groupes : le Graisivaudan, avec les papeteries de Vizille, de Claix, de Domène, Grenoble et Vif ; le Bas-Dauphiné, qui entre pour le quart de l’effectif global et manifeste un vif dynamisme à Jallieu, aux Eparres, à Tignieu et à Saint-Victor-de-Cessieux (plus de 250 ouvriers) ; le seuil de Rives enfin, c’est-à-dire plus de la moitié de l’ensemble (518 ouvriers) avec Voiron, Renage, Tullins et surtout Rives, où Blanchet-Kléber est la plus forte usine de la papeterie régionale avec 300 personnes vers 1840, 315 en 1848107.

  • 108 Cf. Abeille (E.), ouvr. cit., p. 161-162 et p. 284.
  • 109 Duplessy, ouvr. cit., p. 367-368 et Chomienne (C.), Histoire de la ville de Rivede-Gier, Saint-Etie (...)
  • 110 Statistique de la France, XI, Industrie, t. II, ouvr. cit., p. 146-147.
  • 111 D’après Gras (L.J.), Histoire de la verrerie en Forez et en Jarez, 1923, p. 187, qui cite un manusc (...)
  • 112 A.N. C 956, Enquête sur le travail...1848, canton de Rive-de-Gier.

62Le développement des verreries est le fait de centres déjà bien implantés sous l’Ancien Régime. Le berceau régional avait été la « Verrerie Royale » de Givors, où le maître franc-comtois Robichon avait installé ses fours à bouteilles et ses 200 ouvriers dès 1749, au débouché du charbon de Rive-de-Gier, sur les sables du Rhône, près du vaste marché lyonnais. Après un essai, médiocre, à Pierre-Bénite, en 1768, et un autre, éphémère, à Grigny, en 1781, la concurrence était venue de Rivede-Gier où deux nouvelles usines animées par des capitaux lyonnais avaient été mises à feu en 1785-1786, tandis que Bolot-Neuvecel construisait un second établissement à Givors108 Pendant la période révolutionnaire, la conquête de la liberté industrielle avait dispersé les fours à Saint-Etienne, à La Ricamarie, au Chambon-Feugerolles et à Saint-Justsur-Loire sans entraver l’essor de Rive-de-Gier : en 1833, 1 200 ouvriers étaient occupés dans ses 20 usines, contre 657 en 1818109. Et, en 1840, l’Enquête industrielle recense une dizaine de firmes, mais 2 400 ouvriers110, et avec 2 500 en 1847, les verreries ripagériennes seraient les plus importantes du monde111, fabriquant à la fois le verre à vitre, les bouteilles et la gobeletterie. En 1848, le juge de paix en dénombre encore 1 800 malgré la crise112.

  • 113 Abeille (E.), ouvr. cit., p. 284.
  • 114 A.D. R., M., non classée, état des établissements industriels du Rhône, 1847 ; Pelletier (P.), Les (...)
  • 115 A.N. C 963, Enquête sur le travail...1848, canton de Mornant et A.D.I., 162 M 2, id., canton de Vie (...)

63Givors, dans le Rhône, fait bonne figure avec sept établissements et 420 verriers en 1839-1843, et 390 en 1848. La Société Joseph Neuvecel Fils & Cie a absorbé deux petites sociétés et l’on est, dans toute la vallée du Gier d’ailleurs, à la veille d’importantes concentrations113. Enfin, la banlieue dauphinoise de Lyon possède, à La Guillotière, les petites gobeletteries Mesmer (les « Verreries de la gare ») et « de la grosse Mouche », près de la Vitriolerie, nées autour de 1830, avec respectivement 35 et 64 ouvriers en 1847, et, surtout, l’importante cristallerie Dillaz et ses 350 salariés114. En dehors de ces trois centres, il ne subsiste guère que les petits établissements de Montant, où 66 verriers soufflent les bouteilles, et de Vienne, dont l’effectif est sensiblement équivalent115.

64A vrai dire, le destin de la verrerie est ambigu, car c’est le charbon qui l’a fixée à Rive-de-Gier et à Givors, et il s’inscrit dans le développement général du bassin stéphanois, dont les modes sont tout à fait différents. Mais, malgré son immobilisme technique relatif, elle se rattache à ce mouvement de concentration autour des entrepreneurs les plus dynamiques, tout comme la papeterie et la mégisserie.

B. L’appel à la main-d'œuvre rurale

65Ailleurs, l’essor industriel se fait par une mobilisation de la main-d'œuvre des campagnes et le gonflement des centres urbains autour et au profit desquels elle se fait. Il y a donc, au contraire de la papeterie, de la mégisserie, etc... une dilatation géographique, en auréoles, de la classe ouvrière.

  • 116 Il s’agit, bien sûr, d’industries tout à fait différentes de la clouterie des campagnes, très répan (...)

66Le groupe le plus ancien est celui de la métallurgie différenciée du bassin stéphanois, car le travail s’y est fait, dès les origines, à façon et à domicile, dans une multitude de petits ateliers familiaux urbains et ruraux sans que la séparation ville-campagne ait jamais eu de sens véritable116. Au XIXe siècle, l’innovation technique y est nulle, ou limitée, mais le gonflement de la demande a élargi l’auréole rurale et renforcé la subordination aux entrepreneurs de Saint-Etienne et de la vallée du Gier.

  • 117 Cf. Perrin (M.), ouvr. cit., p. 210.
  • 118 Les commandes piémontaises notamment expliquent la progression des fusils de guerre : 51 000 en 184 (...)
  • 119 A.N. C 956, Enquête sur le travail...1848, cantons de Saint-Etienne et de Saint-Héand.
  • 120 D’après Gras (L.J.), ouvr. cit., p. 235 et 237, qui part des estimations de la Chambre de Commerce  (...)
  • 121 Duplessy, ouvr. cit., p. 346 et suiv. ; Lévy-Leboyer (M.), ouvr. cit., p. 371, note 144.

67Au commencement, c’est-à-dire avec la fondation de la Fabrique Royale par François 1er, en 1515, était l’armurerie ; c’est d’elle que sont sortis, au XVIIe siècle, les nouveaux rameaux de la clouterie et de la quincaillerie117. La ville même de Saint-Etienne est le cœur d’une nébuleuse qui respire au rythme chaotique de la conjoncture internationale, donc de la demande d’armes à feu, avec une alternance d’eaux calmes et de fièvres, comme entre 1830 et 1835, entre 1840 et 1843, et qui se gonfle en 1848-1849, au tournant belliqueux du siècle118. Aussi les effectifs de l’Enquête sur le travail, faite d’ailleurs au début de 1849, sont-ils supérieurs à la normale : 8 140 armuriers dans les seuls cantons de Saint-Etienne, surtout des hommes (il n’y a que 450 femmes et 580 jeunes gens), auxquels s’ajoutent les 847 du canton voisin de Saint-Héand, soit près de 9 000 au total, en ville et dans les communes proches de Montaud, de Villars, Saint-Genest-Lerpt, La Fouillouse et Rochetaillée119. Il semble que l’effectif ordinaire oscille entre 4 600 et 5 000120. Tel quel, il traduit un gonflement certain depuis le début du siècle, puisqu’en 1818, le groupe comptait environ 1 500 armuriers, 3 150 en 1839, et qu’il aurait donc deux fois doublé en 15 ans121.

  • 122 Duplessy, ouvr. cit., p. 356.
  • 123 Lévy-Leboyer (M.), ouvr. cit., p. 369-371 et notamment note 143, Chomienne (C.), ouvr. cit., p. 284
  • 124 A.N. C 956, Enquête sur le travail...1848, cantons de Saint-Etienne, du Chambon-Feugerolles, de Sai (...)
  • 125 Gras (L.J.), Essai sur la quincaillerie,...Saint-Etienne, 1904, donne 5 520 quincailliers pour le s (...)
  • 126 Duplessy, ouvr. cit., p. 356 ; Gras (L.J.), ouvr. cit. p. 103 et suiv.

68La quincaillerie est un secteur plus complexe, par la variété de ses fabrications. L’aire géographique avait fixé des spécialisations locales dès le XVIIIe, avec la coutellerie autour de Saint-Etienne, à La Ricamarie et au Chambon-Feugerolle, les clous à Saint-Jean-Bonnefonds, à Firminy et dans ses environs, l’outillage à Saint-Genest-Lerpt et à Roche-la-Molière, la serrurerie à Saint-Bonnet-le-Château122. Un long marasme de deux décennies (1820-1840), où la médiocre qualité des produits rendait leur vente difficile, a provoqué à la fois un effort de renouvellement technique (la première mécanique a été appliquée à la serrurerie en 1827) et surtout de diversifications : l’ex-coutelier Palle a créé au Chambon-Feugerolles la boulonnerie en 1833, les Jackson ont installé une fabrique de faulx à La Terrasse en 1837123. De par sa dispersion même, la quincaillerie échappe à l’Enquête de 1839-1843 ; mais en 1848, les quatre cantons de Saint-Etienne y emploient 2 860 ouvriers, des hommes surtout, sans compter l’usine de La Terrasse et ses 226 salariés, et celui de Chambon-Feugerolles, 3 770, tandis que 200 cloutiers environ forgent à Saint-Héand. Un peu à l’écart, 2 400 hommes travaillent à la serrurerie à Saint-Bonnet-le-Château, à Rozier-Cotes-d’Aurec, à Estivareilles124. Au total, le groupe s’inscrit à 9 200 ouvriers, presque, et il gagne vers Saint-Galmier, surtout dans la vallée du Gier et ses abords, à Rive-de-Gier, à Saint-Martin-la-Plaine, sur lesquels malheureusement la documentation est muette125. Là aussi, la progression est certaine, sur les 3 800 ouvriers de 1818 (dont 800 cloutiers et 700 couteliers) et les 6 800 de 1828 ; et elle est surtout le fait de la couronne suburbaine et rurale, puisque Saint-Etienne même en avait 2 100 en 1824 et 2 400 en 1827126.

  • 127 Veyret-Verner (G.), ouvr. cit., p. 103-106.
  • 128 Léon (P.), ouvr. cit., p. 627-628.
  • 129 Outre Veyret-Verner (G.) ouvr. cit., p. 110-112, voir Vigier (P.), ouvr. cit., t. I, p. 102, note 1 (...)
  • 130 A.D.I., 162 M 1, Enquête sur le travail...1848, arrondissements de Grenoble.

69Industrie relique, au début du XIXe, la ganterie était devenue autour de Grenoble l’ombre d’elle-même. Née au XVIe siècle, elle avait fait travailler jusqu’à 6 000 ouvriers au long du XVIIIe siècle avant l’effondrement prolongé de l’époque révolutionnaire. En 1815, son effectif était tombé à 2 700127 et même à 1 720 en 1817128. La renaissance date de la dernière décennie de la Monarchie de Juillet, après le marasme creusé de 1835-1838. Là aussi, elle s’explique par un renouvellement technique : c’est la mécanique à l’emporte-pièce qu’avait fait breveter X. Jouvin en 1834, et qui réduisait les modèles à 32 « pointures ». Elle s’est généralisée entre 1840 et 1848, et a ainsi partagé les tâches : les peaux, coupées dans les ateliers urbains, sont assemblées et cousues à la campagne. La ganterie a donc débordé de la ville et entraîné les cantons ruraux voisins, elle mobiliserait 12 800 ouvriers dans la région grenobloise, dont 3 800 intra-muros et 8 500 femmes à l’extérieur129. Il n’y a pas trace d’elle dans l’Enquête de 1839-1843, et celle de 1848 est fragmentaire, mais à travers ses bribes se précise la géographie de sa main-d'œuvre, qu’on retrouve à Saint-Laurent-du-Pont (300 couturières de gant), à Villars-de-Lans (350), Allevard (170), à La Mure (120) et à Voreppe (une centaine)130.

  • 131 A.D.I., 162 M 1, id., cantons de Monestier-de-Clermont et de Saint-Laurent-duPont où l’on note la n (...)
  • 132 D’après Léon (P.), ouvr. cit., t. II, p. 630-632 ; voir aussi Vigier (P.), ouvr. cit., t. I, p. 102 (...)

70Dans les campagnes, la couture des gants recrute fileuses et tisseuses de toiles et de draps en chômage. La chapellerie, avec l’article paille, la lui dispute depuis 1845, à Saint-Laurent-du-Pont, avec 300 femmes, et Monestier-de-Clermont, qui en a 600, en 1848131. Mais là aussi, l’effectif réel demeure inconnu, et c’est plus de 5 000 personnes qui y seraient employées en 1851. Le même phénomène se produit autour de Romans et Bourg-de-Péage, mais on ne sait rien de son ampleur132.

  • 133 Lebeau (R.), ouvr. cit., p. 319-322 et p. 461-466.
  • 134 A.N. C 943, Enquête sur le travail...1848, cantons de Nantua et d’Oyonnax.

71On le retrouve, à une échelle plus modeste, pour le travail du bois et de la corne dans le Jura méridional. Là, ce sont les maisons de commerce d’Oyonnax qui ont canalisé et revigoré, entre 1820 et 1830, une tradition routinière, et qui, ailleurs, disparaît, comme dans le Forez des montagnes et les massifs préalpins. Des magasins urbains partent peignes, boutons et objets de buis, fabriqués dans une zone qui s’élargit à tous les villages environnants, et a chassé des alentours de Nantua la petite horlogerie et la taille des pierres précieuses133. En 1848, les peignes font la renommée d’Oyonnax, et 1 450 ouvriers, de hommes surtout (915), les taillent dans le canton, alors que la tabletterie en emploie 200 dans celui de Nantua. Si l’on y intègre les 300 bûcherons et scieurs de bois, l’ensemble du groupe représente près de 2 000 personnes134.

72Les aires d’expansion et les groupes mobilisés par l’armurerie et la quincaillerie, la ganterie, la chapellerie et la tabletterie demeurent malgré tout limités. Au contraire la force de la prolifération cotonnière atteint une dimension régionale et, avec elle, on entre dans le domaine des grandes masses, déjà.

  • 135 Sur l’introduction de la mousseline dans la région de Tarare, voir Fohlen (C.), ouvr. cit., 1956, p (...)
  • 136 Cf. Déchelette (Ch.), L’industrie cotonnière à Roanne, Roanne, 1910, p. 31.

73La banlieue immédiate de Lyon avait été, au XVIIIe siècle, un des berceaux français du coton, à Neuville, à Caluire. Mais l’implantation profonde et la diffusion régionale se sont faites à partir de trois centres : Villefranche, où des tissages étaient signalés en 1735, et surtout Roanne et Tarare. Installé en 1756-1760, l’ex-soyeux G.-A. Simonnet, avait introduit, avec des fileuses et des tisseuses amenées de Saint-Gall, le tissage de la mousseline de coton ; aussitôt, il avait ouvert des écoles et distribué cardes, rouets et métiers aux femmes des campagnes voisines ; si bien qu’en 1789, 600 métiers battaient à Tarare et dans ses alentours, et on en aurait compté 2 000 vers 18001135. A Roanne, on fabriquait depuis le milieu du XVIIIe des futaines et des siamoises, et la ville avait été une des premières, avec Thizy, à filer le coton pour les marchés du Bourbonnais, de l’Auvergne, et même ceux des pays de la Méditerranée136.

  • 137 Lévy-Leboyer (M.), ouvr. cit., p. 85, note 89.
  • 138 Duplessy, ouvr. cit., p. 373-374.
  • 139 Id. p. 375-376.
  • 140 En 1835-1840, il y aurait eu 1 254 métiers à Tarare, 654 à Néronde, et 600 à Saint-Symphorien-en-La (...)

74Après un coup d’arrêt sous la Révolution, l’expansion avait repris, après 1815, sur le versant occidental des Monts du Beaujolais, où la consommation du coton avait doublé entre 1812 et 1826137. En 1818, on dénombrait six filatures et 730 ouvriers, dans l’arrondissement de Roanne, dont deux dans la ville même et deux à Régny, spécialisées dans les articles de couleur ; hors des ateliers urbains, 1 800 à 2 000 femmes filaient au petit rouet dans les cantons ruraux de Charlieu, Belmont et Saint-Symphorien-en-Lay138. Mais c’est le tissage qui était le grand bénéficiaire de l’expansion : trois grands établissements rassemblaient, en 1818, 400 ouvriers à Charlieu, Saint-Symphorien et Saint-Denis-de-Cabannes sans compter les 300 dispersés dans le canton de Roanne, les 200 de Belmont, Charlieu, à Perreux et Néronde, quelques dizaines à Panissières et à Saint-Galmier, autour de Feurs pendant la mauvaise saison139. Le centre roannais pâlissait cependant devant ceux de Tarare et d’Amplepuis, spécialisés dans les toiles fines, les mousselines et les tulles, de Cours et de Thizy, voués aux étoffes communes dites « articles du Beaujolais ». De 5 000 en 1811, les métiers s’étaient multipliés à 16 000 en 1824, 22 000 vers 1835-1840. Et, dès 1820, 20 à 22 000 personnes auraient travaillé dans 300 communes montagnardes, le coton, que brodaient une cinquantaine de milliers de femmes dispersées sur six départements140.

  • 141 Statistique de la France, XI, Industrie, t. II, ouvr. cit., p. 134-135.
  • 142 A.N. C 963, Enquête sur le travail...1848, cantons de Villefranche et de Lamure.
  • 143 Ogier (T.), ouvr. cit. département du Rhône, t. II, p. 452, qui a noté le travail du coton à Beauje (...)
  • 144 Statistique de la France, XI, Industrie, t. II, ouvr. cit., p. 144-145.
  • 145 A.N. C 956, Enquête sur le travail...1848, arrondissement de Roanne. Dumoulin (M.) En pays roannais (...)
  • 146 Sur les difficultés et les divergences des comptages globaux, voir Fohlen (C.), ouvr. cit., p. 187.

75Le recensement industriel de 1839-1844 évalue, dans le Rhône, à 28 000 personnes dont 10 000 femmes et 6 000 enfants, la main-d'œuvre du coton et de la mousseline ; mais il ne détaille pas leur implantation, quoiqu’il mette à part les 216 ouvriers des filatures de Saint-Jean-Labussière et d’Amplepuis141. L’Enquête de 1848 est quasi-muette, on le sait, mais permet de repérer un millier d’ouvriers dans le canton de Villefranche, partagés à peu près également en tisseurs, fileurs et teinturiers, et 3 000 tisserands environ dans celui de La Mure-sur-Azergues142 ; chiffres médiocres, qui rendent mal compte de l’universalité du coton dans un arrondissement où « il n’est peut-être pas de ménage qui n’ait un ou deux métiers à tisser les étoffes...connues sous le nom d’articles de Thizy et d’Amplepuis... »143. Dans la Loire, vers 1840, il y aurait 2 700 travailleurs du coton, dont 597 dans les filatures de Saint-Denis-de-Cabannes, Saint-Germain-Laval, Roanne, Régny et Riorges, et 1 909 (parmi lesquels 702 femmes et 210 enfants) dans les tissages de Roanne pour l’essentiel, les autres se dispersant entre Charlieu, Riorges et Chirassimont144. Les résultats, complets, de l’Enquête de 1848, ne sont guère différents : 1 791 en tout dans le canton de Roanne, soit 125 fileurs (mais plusieurs usines sont temporairement fermées), 1 204 tisseurs, 464 teinturiers, et une centaine à Saint-Georges-de-Couzan ; c’est là tout le groupe roannais car les autres centre de la Loire, sont, en fait, dans l’orbite de Tarare, et peut-être ont-ils été pris en compte dans le comptage global de 1839-1843. En 1848, ils sont nettement dominés par Saint-Symphorien-en-Lay qui emploie 3 600 ouvriers au tissage de la mousseline et 600 à celui de la grosse cotonne, 230 à la filature et à la teinture, outre 3 600 brodeuses ; le canton rassemble donc plus de 8 000 personnes, des hommes surtout (il n’y a que 900 femmes et 550 enfants au tissage). Il est en fait le centre principal de la « fabrique de Tarare », devant Néronde (1 200 à 1 500 tisseurs, 3 000 brodeuses), où l’usine de Saint-Cyr-de-Valorges emploie à elle seule 400 personnes, devant Charlieu (700 ouvriers au tissage, 77 à la filature), Perreux (290 tisseurs) et La Pacaudière (300 brodeuses)145. Si l’on écarte la broderie, qui emploie au total 6 900 femmes, la Loire entrerait donc pour un peu moins du tiers de l’effectif global, soit plus de 30 000 personnes, approximativement, mais la limite départementale n’a pas de signification dans un groupe unique et compact146.

76On est resté, jusque-là, dans le domaine du local, ou du régional étroit, et dans celui de la dispersion : la juxtaposition de l’exposé reflétait, en somme, le cloisonnement des secteurs, même si l’on pouvait trouver, entre certains d’entre eux, une communauté de destins. Mais, on l’a vu, deux activités s’imposent avec netteté dans l’esprit des contemporains : la Fabrique lyonnaise de soieries, le bassin charbonnier et métallurgique de la Loire. De fait, on est bien là en présence d’un phénomène nouveau : car l’une et l’autre entraînent dans leur dynamisme les activités voisines et font naître à l’industrie des aires nouvelles ; elles apparaissent ainsi comme les moteurs de la croissance industrielle de la région tout entière et esquissent une unification de la classe ouvrière.

3. Les moteurs du dynamisme industriel régional

A. La soie, partout

77Derrière la prépondérance écrasante du textile, dans le travail régional, c’est, pour une large part, l’élan conquérant de la soie qui se profile, irradié autour de Saint-Etienne, et de Lyon surtout.

  • 147 Sur la reconquête des marchés, les raisons et les fondements de la suprématie lyonnaise, l’expansio (...)
  • 148 Sources et auteurs s’accordent rarement sur leur nombre : 8 930 en 1815, d’après A.N., F 12 1583 ; (...)
  • 149 Pour 1849, Lévy-Leboyer (M.), ouvr. cit., p. 134, note 16, et, en 1853, Laferrère (M.), Lyon, ville (...)
  • 150 Laferrère (M.), ouvr. cit., p. 122-123.
  • 151 D’après les valeurs absolues données, en kg, par Pariset (E.), ouvr. cit., p. 289, note 2 : 1809-18 (...)

78La Fabrique lyonnaise en effet, connaît, depuis 1815, une phase d’expansion de longue durée. Après avoir reconstitué une main d’œuvre amoindrie par les péripéties révolutionnaires, elle avait repris très tôt la première place en Europe, donc dans le monde, reconquis et élargi ses marchés extérieurs ; en dictant la mode, elle s’était assurée ipso facto la suprématie sur ses rivales et avait imposé partout les belles étoffes de soie pure, unies et façonnées, où elle excellait147. Aussi le nombre des métiers était-il passé de 18 000 en 1810 à 29 000 environ vers 1825 et plus de 37 000 en 1830148 ; et il a presque doublé pendant l’épanouissement de la Monarchie de Juillet : vers le milieu du siècle, il oscille autour de 60 000149. Dans le même temps, l’utilisation de soie pure était passée de 1 million de kg en 1825, à 2,2 millions en 1853, et a donc plus que doublé150. La poussée se reflète encore mieux au travers du mouvements de la Condition des soies : sur la décennie précédente, l’augmentation a été de 31,6 % pour 1819-1828, 25,5 % pour 1829-1838, 110,6 % pour 1839-1848151. Au milieu du siècle, il y a donc accélération de l’expansion.

  • 152 Cf. Pouthas (Ch.), La population française pendant la première moitié du XIXe siècle, Paris, 1956, (...)
  • 153 Sur la population des communes suburbaines, qui vont être rattachées à Lyon en 1852, voir Arminjon (...)
  • 154 Statistique de la France, XI, Industrie, t. Il, ouvr. cit., p. 132-134.
  • 155 A.M. Lyon, sous le titre de « Recensements de la population », 1845 et 1847. Ils ont été conservés (...)
  • 156 Cf. Garden (M.), Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, Paris, 1970, qui évalue les ouvriers en soi (...)
  • 157 A.D.R., M, Dénombrement de 1851, La Guillotière.

79C’est l’élan de la Fabrique qui semble avoir provoqué largement, la rapide progression de la population lyonnaise depuis 50 ans : de 1801 (109 500 habitants) à 1846 (177 796) et 1851 (177 190), l’augmentation a été de 61,8 %, et depuis 1831 (133 715), de 33 %152, et elle a entraîné les communes suburbaines, le plateau de La Croix-Rousse surtout qui a doublé de 1806 à 1831, s’est enflé d’un tiers entre 1831 et 1846153. Il n’est cependant guère facile d’apprécier les effectifs ouvriers réels de la Fabrique : 90 000, d’après l’Enquête de 1839-1843, sans que l’on sache exactement dans quel cadre géographique elle s’inscrit154 et celle de 1848 ne permet pas de récapituler. Heureusement, il existe les états annuels de la cote mobilière, admirablement conservés aux Archives Municipales de Lyon jusqu’en 1847155 : à travers les comptages qu’ils permettent, on peut estimer à 20 000 environ les personnes actives de la soierie vers la fin de la Monarchie de Juillet, ce qui représente près de deux fois les effectifs de la fin du XVIIIe156. Bien sûr, il faut y joindre La Croix-Rousse, ses pentes hautes et son plateau, avec ses 14 987 salariés du textile en 1851 et les 5 961 de La Guillotière, Vaise n’ayant guère que 400 personnes dans des ateliers épars157. Au total, donc 40 000 ouvriers et ouvrières : c’est un nombre considérable, mais il est inférieur à l’opinion du temps, grevée d’une lourde tradition d’exagération.

  • 158 A.M. Lyon, recensements de la population, 1845 et 1847.
  • 159 Pariset (E.), ouvr. cit., p. 308, note 2, parle de 60 000 métiers en 1847 ; or, on verra qu’à parti (...)
  • 160 Laferrère (M.), ouvr. cit., p. 144, 149-151 et suiv.
  • 161 A.M. Lyon, « recensement de la population », 1845 et 1847.
  • 162 A.N., C 963, Enquête sur le travail...1848, 6e canton de Lyon.
  • 163 A.D.R., 12 M, Statistique industrielle, Relevé des établissements industriels, 27 février 1847.

80Le tissage proprement dit tient bien sûr la première place : à Lyon même, il occupe 13 080 travailleurs, dont 6 331 chefs d’ateliers et 6 705 compagnons, hommes et femmes, pour 13 700 métiers en activité, de soierie, mais aussi de tulle et de rubans, et 4 262 dans les secteurs qui lui sont directement liés : dévidage, ourdissage et piquage des cartons158. A La Croix-Rousse, le tissage est la seule activité, et il y aurait 15 500 métiers sur son territoire. En gros, donc, l’agglomération aurait une trentaine de milliers de tisseurs, les trois-quarts de la main-d'œuvre soyeuse159. Mais les branches annexes se multiplient, et apprêt et teinture notamment tiennent une place grandissante : les « flottes de soie », avant d’être tissées, ont trouvé la qualité et l’abondance des eaux le long de la Saône, dans le quartier de Pierre Seize, où jaillissent des collines voisines les sources pour les bains, et, pour le rinçage, sur les bords du Rhône, aux Brotteaux où sont rassemblés 25 % des ateliers160 ; parmi eux, celui de F. Gillet et des Pierron, installé en 1840, rassemblerait à lui seul 350 ouvriers à la veille de son transfert, en 1853, au quai de Serin. A Lyon même, l’estimation varie de 750161 à 800162 dans une cinquantaine d’entreprises ; il y en a à peu près autant à La Guillotière, et une centaine à Caluire tout proche163. Bien sûr, il conviendrait de prendre en considération les secteurs — constructions de métiers, cartonnerie, tirage de métaux précieux — qui gravitent autour de la soierie, mais il est parfaitement impossible de les apprécier. Et la grande nouveauté du premier XIXe siècle n’est peut-être pas dans ce renforcement du centre lyonnais mais dans l’impulsion donnée à l’ensemble de l’économie régionale.

81Car depuis plusieurs décennies déjà, la Fabrique éclate sur elle-même, et le tissage de la soie déborde sur un espace de plus en plus vaste, selon un processus bien connu. D’elle est partie cette industrialisation en nébuleuse, semblable à celle du coton en Beaujolais, mais qui atteint une ampleur sans pareille et ne correspond guère à ce que l’on définit comme la « grande industrie » au XIXe siècle ; le pôle lyonnais n’a attiré qu’en partie à lui la main-d'œuvre des régions voisines, mais il a assuré sa propre croissance économique sur l’éveil ou le réveil industriel des campagnes qu’il a suscité et dirige à son profit.

  • 164 Pariset (E.), ouvr. cit., p. 398.
  • 165 Sur ces vicissitudes, voir notamment Garden (M.), Les crises économiques de 1836 et de 1839 à Lyon,(...)
  • 166 Les grandeurs absolues varient beaucoup d’un auteur à l’autre ; le fait n’a rien d’étonnant, puisqu (...)
  • 167 C’est à peu près l’évaluation d’Audiganne (A.), ouvr. cit., 2e édit., p. 230 ; voir aussi Boisson ( (...)

82L’essaimage des métiers hors de la ville est donc la grande nouveauté. Esquissé dès le Premier Empire, il touchait 4 % d’entre eux en 1810, 10 % déjà en 1820. Il traduit, très tôt, la tentative d’abaissement des prix de la main-d'œuvre, et comme le dit Pariset, « ... le besoin de sécurité et de liberté... »164. Les crises économiques de 1825, où s’est révélée l’ampleur de la concurrence étrangère, de 1836 et de 1839165, l’explosion sociale de 1831 et de 1834 avaient amplifié le mouvement. Elles avaient eu raison des réticences à confier en des mains inexpertes un fil coûteux et fragile, de la crainte aussi qu’en quittant la ville, l’image de marque ne soit altérée et que les soieries lyonnaises ne perdissent leur renommée. Enfin, la part grandissante des tissus mélangés de coton, les « nouveautés », avait levé les dernières préventions ; la dispersion est donc allée s’accélérant depuis les années 1830. Selon les estimations, fort variables d’ailleurs, dès 1840 plus de la moitié des métiers battent dans un rayon de 80 à 100 km autour de Lyon, contre moins d’un quart vers 1828-1830166, et la proportion ne semble guère supérieure à la fin de la Monarchie de Juillet167.

  • 168 Pour le canton de Vizille, par exemple, on ne peut démêler la part des tisseurs de soie dans l’ense (...)

83La carte no 2, dressée à partir des résultats de l’Enquête de 1848 traduit, par cantons, la mobilisation de la main-d'œuvre qu’a provoquée l’essaimage168. Malgré le silence de la quasi-totalité de l’arrondissement de Villefranche, et l’insuffisance des réponses pour certains centres importants, la Fabrique emploierait, à l’intérieur de la région 16 500 ouvriers environ auxquels il faut ajouter les 950 brodeuses de tulle du canton dauphinois tout proche de Saint-Jean-de-Bournay ; ils se répartissent ainsi :

EFFECTIFS DISPERSÉS DE LA FABRIQUE DE SOIERIES, 1848 :

Hommes

Femmes

Enfants

Total

Ain

326

175

12

513

Drôme

39

471

28

538

Isère

1 364

2 440

90

3 894

Loire

1 465

2 470

730

4 665

Rhône

3 977

2 127

785

6 889

Total....

7 171

7 683

1 645

16 499

  • 169 On n’a pas repris systématiquement les références qui sont celles indiquées supra, note 12.

84Sans doute l’essaimage n’est-il pas tout entier dans ces chiffrés, puisqu’il déborde la région lyonnaise, telle qu’on l’a bornée, et sur une dizaine de départements pousse jusqu’au Puy-de-Dôme, en Saône-et-Loire, dans le Jura, les Hautes et les Basses-Alpes ; et, à l’intérieur même, les comptages restent partiels. Mais, tels quels, tableau et carte dégagent les lignes essentielles169.

85La géographie du tissage traduit l’interférence de deux directions principales : vers le Nord-Ouest, c’est-à-dire les Monts du Lyonnais et l’Ouest du département du Rhône (42 % des tisseurs), et le Nord de la Loire (29 %) d’une part, vers l’Est-Sud-Est et le Bas-Dauphiné (23 °7o) d’autre part, avec des positions avancées sur les contreforts méridionaux du Jura et le Grésivaudan, Vizille et Le Touvet, qui ne sont pas compris dans l’aire de la carte no 2.

  • 170 Lévy-Leboyer (M.), ouvr. cit., p. 142-143 et A.D.L., 81 M 4.
  • 171 Dumoulin (M.), ouvr. cit., p. 248.
  • 172 Sur l’usine Martin, voir Reybaud (L.), ouvr. cit., Conditions des ouvriers en soie, p. 205 et suiv. (...)
  • 173 Ogier (Th.) ouvr. cit., Rhône, t. III, p. 599 et 658 ; t. I, p. 443 et 527 ; t. II, p. 209 et 225.
  • 174 Ogier (Th.), ouvr. cit., id., t. III, p. 643.
  • 175 A.N., C 963, Enquête sur le travail...1848, canton de Charlieu.

86Le mouvement vers l’Ouest est le plus ancien, et c’est au début du siècle que les métiers ont remonté les vallées de la Brévenne et de l’Azergues jusqu’au Roannais à son tour pénétré. A la veille de la Révolution de Juillet, les cantons de Vaugneray, L’Arbresle et Tarare en comptaient déjà 4 200, celui de Villefranche 450 et, en aval de Lyon, 2 300 autres battaient à Saint-Genis-Laval, Mornant, Givors et même Condrieu. Après 1834, ils se sont multipliés entre Montbrison et Charlieu et ont empiété victorieusement sur la zone cotonnière170, spécialisés dans les foulards et les étoffes à bas prix171 ; à Tarare, la fabrique de peluches de J. B. Martin préfigure les couvents-usines des décennies postérieures. Au Sud-Est de la Loire, Bourg-Argental et Pélussin ont cessé, dans les années 1835, de travailler pour la rubannerie stéphanoise et se sont intégrés dans l’orbite lyonnaise172. Et au milieu du XIXe siècle, L’Arbresle et La Mure-sur-Azergue rassemblent, chacun, 3 000 à 3 500 tisseurs, à peu près également répartis entre les deux sexes ; Charlieu en a 3 070, dont 2 000 femmes, Belmont 950, Vaugneray 630 et Mornant 390 ; dans la proche banlieue, Saint-Genis-Laval (821 ouvriers) et Neuville (546) sont voués à l’impression des étoffes. Les pointes extérieures du tissage poussent à La Pacaudière (110 ouvriers) ; dans la plaine du Forez, à Feurs (450) et Saint-Symphorien-en-Lay ; sur les pentes du Pilat, où Pélussin et Givors sont cependant plus médiocres. Et l’élan est loin d’être à bout de souffle. Ogier signale l’apparition récente de la soierie à Jarnosse et dans le canton de Belmont, à Larajasse et sur tout le territoire de Saint-Symphorien-le-Château, au Bois-d’Oingt (particulièrement à Chamelet, Chatillon d’Azergues et Létra)173. A Charlieu et à Mornant174, elle paraît si pleine de promesses que l’on abandonne l’agriculture pour un travail « moins pénible que celui de la terre »175. Et, au total, vers 1848, les trois-quarts de la main-d'œuvre rurale de la Fabrique appartiennent à la rive droite du Rhône.

  • 176 Sur l’ensemble de la soierie dauphinoise, voir Jouanny (J.), Le tissage de la soie dans le Bas-Daup (...)

87Mais, sans qu’il y ait stagnation ni encore moins recul, leur part relative tend à diminuer ; depuis 1840 en effet, c’est vers l’Est que regarde de plus en plus la Fabrique ; vers le Bas-Dauphiné (environ 22 % des tisseurs ruraux) et le Bugey. Les premières installation y datent en fait de la Restauration et des années 1830 : l’usine Revel de Saint-Clair-la-Tour a été créée en 1824, celle de Montessuy, à Renage, en 1826 ; vers 1830, le Bas-Dauphiné comptait sept établissements groupant plus de 400 métiers, entourés d’une diaspora de 300 autres installés à domicile176. En Bugey, c’est le Lyonnais Claude-Joseph-Bonnet qui a construit en 1832, l’usine de Jujurieux, dans le canton de Poncin, tandis que la fabrication des velours devenait la spécialité de Montluel, que le travail domestique se répandait autour d’Oyonnax et dans le Jura du Sud. Le mouvement s’était amplifié dans les dernières années de la Monarchie de Juillet, entre Lyon et Vienne, mais surtout entre Lyon et Bourgoin où s’esquisse une allée continue du tissage qui constitue un phénomène majeur pour l’économie régionale, pousse déjà vers le seuil de Rives, les Terres Froides, vers Pont-de-Beauvoisin et le Grésivaudan où, en 1848, le tissage Durand de Vizille emploie 1 300 ouvriers, où l’impression d’étoffes Revillod fait une place grandissante à la soierie.

  • 177 Jouanny (J.), ouvr. cit., graphique hors texte, dénombre 700 métiers en 1840, 3326 en 1850.
  • 178 A.D.I., 162 M I et 162 M 2.
  • 179 Histoire de Condrieu et des environs, Vienne, 1851, p. 221.
  • 180 A.N., C 943, Enquête sur le travail...1848, canton d’Oyonnax : le canton de Poncin est absent (en p (...)

88Au total, le nombre des métiers aurait fait plus que tripler en dix ans177 : partis de l’immédiate banlieue Est de Lyon, de Villeurbanne et de Jonage, ils se sont répandus le long de la Fure, de la Morge et de la Bourbre. L’Isère rassemblerait plus de 10 % (3 600) des métiers extra-muros de la Fabrique au milieu du siècle. L’Enquête de 1848178 révèle des effectifs — incomplets — quadruples de ceux de 1843 (moins d’un millier). La concentration la plus forte est celle du seuil de Rives (1 200 tisseurs), avec ses annexes du Grand Lemps (une centaine) et de Saint-Etienne-de Saint-Geoirs (120), avant celle de Pont-de-Beauvoisin (800), tandis que Bourgoin mêle tissage (94) et impression sur étoffes (157 salariés). Quant aux effectifs du canton de Meyzieux — 1060 tisseurs —, ils traduisent en fait la dissémination en banlieue, à Villeurbanne surtout, à Vénissieux. Rappelons que 950 femmes brodent le tulle autour de Saint-Jean-de-Bournay, et il y en a 5 à 600 à Condrieu, sur la rive droite du Rhône, en face de Vienne, bien qu’elles n’apparaissent pas dans l’Enquête179. Dans l’Ain, 400 ouvriers tissent le velours à Montluel, aux portes dombistes de Lyon, et une centaine s’éparpillent autour d’Oyonnax ; à Jujurieux, l’usine C.J. Bonnet oscille entre 200 et 250 femmes180.

  • 181 Le tissage du « Thibet » (le mélange de la laine et de la schappe) était pratiqué à Saint-Rambert d (...)
  • 182 En 1839-1843 (Statistique de la France, XI, Industrie, t. II, ouvr. cit. ; p. 180-181. Sailllans av (...)
  • 183 D’après Bozon (P.), Histoire du peuple vivarois, ouvr. cit., p. 188.

89Mais le plus important centre du Bugey est Saint-Rambert, au fond de la cluse des Hôpitaux, avec les communes voisines d’Argis et de Tenay ; 595 ouvriers effilochent les déchets de soie, la « schappe » et la tissent avec la laine, dans de vastes ateliers181. Ce qui reste, ailleurs, représente peu de chose : le groupe dauphinois s’élargit légèrement au Nord de la Drôme ; mais le tissage y semble en recul, sauf à Saillans, dont les 200 ouvriers se consacrent aussi au travail de la schappe182. Quant à l’Ardèche, elle aurait en un millier d’ouvriers vers 1840, à Accons et à Annonay, mais il n’y a aucune trace d’eux en 1848183.

  • 184 Calculées d’après les chiffres de Gras (L.-J.), Histoire de la rubannerie stéphanoise. Saint-Etienn (...)

90L’autre grand pôle régional du tissage de la soie est la rubannerie de la Loire. Contiguë mais indépendante de la Fabrique lyonnaise, elle a connu le même rapide essor sous la Monarchie de Juillet. En 1846, les 520 000 kg traités à la Condition des soies de Saint-Etienne constituent un record et la moyenne quinquennale de 1845-1849 est supérieure de moitié à celle des années 1835-1849184. Mais le mode de rassemblement de la main-d'œuvre est tout à fait différent, et même parfaitement inverse pendant la première moitié du siècle.

  • 185 Sur la rubannerie sous l’Ancien Régime, ses origines et son évolution, voir Perrin (M.), ouvr. cit. (...)
  • 186 Poirier-Coutançais (F.), art. cit., p. 124-125 et Vaganay (H.), Le mouvement de la population dans (...)
  • 187 D’après Duplessy, ouvr. cit., p. 401, qui recense 5 529 métiers seulement en 1817 (1550 en ville, 3 (...)

91Venue du XVIe siècle, la rubannerie forézienne s’est réellement implantée à la fin du XVIIIe siècle, entre 1769 et 1789, en développant le travail rural dont elle avait précocement senti les avantages ; et dès la fin de l’Ancien Régime, la géographie montagnarde du tissage était fixée autour des « fabriques » de Saint-Chamond et de Saint-Etienne185. 40 000 passementiers auraient travaillé dans une quarantaine de paroisses du Forez méridional et une vingtaine du Velay, vers Dunières et Yssingeaux, avec une nette prédominance de la mouvance stéphanoise, puisqu’il y avait moins de 4 000 rubanniers dans la vallée du Gier186. La période impériale a été celle d’une très profonde récession, puisque la main-d'œuvre serait tombée à moins de 30 000 vers 1807, guère plus de 10 000 en 1817 dont 8 000 autour de Saint-Etienne, si tant est qu’on puisse accorder confiance à des nombres dont on ne sait guère comment ils ont été élaborés187.

  • 188 Cf. Lévy-Leboyer (M.), ouvr. cit., p. 132-133.
  • 189 A.D.R., 12 M, Statistique industrielle, Tableau des métiers existant au 1er novembre 1834, arrondis (...)
  • 190 A.D.L., 81 M 20, Statistique des métiers, nov. 1834.
  • 191 Gras (L.-J.), ouvr. cit., p. 598 et suiv.
  • 192 Statistique de la France, XI, Industrie, t. II, ouvr. cit., p. 146-147.
  • 193 A.D.L., 56 M 6, préfet de la Loire, 1842.
  • 194 Gras (L.-J.), ouvr. cit., p. 614.
  • 195 A.N. C 956, Enquête sur le travail...1848, arrondissement de Saint-Etienne.

92La renaissance date donc bien de la Monarchie censitaire, et elle s’est appuyée sur l’introduction de nouvelles spécialités, comme le lacet (1807), le velours, mais surtout sur une profonde transformation technologique rendue possible et nécessaire à la fois par la reconstruction et l’expansion des marchés. Les métiers à la barre, qui permettaient de tisser 16 à 24 rubans à la fois, avaient été apportés de Bâle par Salichon en 1767 ; on en dénombrait 7 000 en 1840 contre 3 600 au début du siècle ; à partir de 1820, la mécanique Jacquard avait été appliquée à la passementerie188. Et, dès 1834, on note que jamais les métiers n’avaient été si nombreux ; l’estimation de la main-d'œuvre oscille entre 15 414189 et 14 947190. Mais vers 1840, toutes les sources concordent sur un effectif supérieur à 30 000 : 32 000 d’après Gras, qui ne cite pas l’origine de ses renseignements191, 32 500 pour l’Enquête industrielle, dont 12 500 hommes, 18 000 femmes et 2 000 enfants192, 35 000 d’après un document préfectoral de 1842, dont 32 000 dans le ruban et 3 000 pour les lacets193. Les effectifs restent stables par la suite, et, en 1848, alors que s’ébauche pour la rubannerie « la période la plus brillante de son existence »194, l’Enquête sur le travail, qui est complète, dénombre 31 000 passementiers dans l’arrondissement de Saint-Etienne195 ; et le groupe tout entier, avec la Haute-Loire, s’élèverait à 40 à 45 000 personnes. En somme, il y a eu doublement de la main-d'œuvre en deux décennies.

93Comme pour la Fabrique lyonnaise, villes et campagnes se partagent les spécialités : le taffetas et le satin tout-venant pour les métiers ruraux, le bel article façonné pour les ateliers urbains. Mais ceux-ci seuls ont bénéficié des transformations techniques, et ce sont eux qui concentrent les nouvelles mécaniques, car les « fabricants » peuvent ainsi mieux surveiller des opérations souvent délicates ; et c’est sur les seules campagnes, où subsistent les métiers à une pièce, que pèsent les fluctuations de l’emploi, par souci d’amortissement rapide de machines coûteuses. Ainsi qu’en témoigne la répartition géographique de la main-d'œuvre par cantons, le développement du travail s’est fait avant tout au profit de la ville :

EFFECTIFS DE LA RUBANNERIE STÉPHANOISE DISPERSÉE 1834-1848

EFFECTIFS DE LA RUBANNERIE STÉPHANOISE DISPERSÉE 1834-1848
  • 196 A.D.R., 12 M. Cf. note 189.
  • 197 A.N. C. 956, Cf. note 195
  • 198 Dont 8 000 dans la commune même de Saint-Etienne, si l’on en croit Gonnard (P.) Les passementiers d (...)
  • 199 D’après Bossakiewiz (S.), Histoire générale de Saint-Etienne, La Fère, 1905, 190 fabricants faisaie (...)

Note 196196
Note 197
197
Note 198198
Note 199199

94La prépondérance du centre stéphanois est écrasante : 82 % en 1834 et 76 % en 1848, où il faudrait ajouter les 535 ouvriers des ateliers de teinture et les 251 liseurs de dessins, et sa mouvance rassemble au milieu du siècle 27 090 passementiers contre 4 225 pour celle de Saint-Chamond, dans la vallée du Gier.

  • 200 A.D.L., 49 M 77 à 49 M 86 dénombrement de 1851, listes nominatives de l’arrondissement de Saint-Eti (...)
  • 201 Rappelons que le dénombrement ne prend en compte que les professions déclarées, et ne peut mesurer (...)

95Il est certain que l’essor intra-muros de la rubannerie a fortement contribué à l’augmentation générale de la population stéphanoise depuis le début du siècle, et à celle des communes suburbaines. D’après le dénombrement de 1851200, il y aurait 10 216 salariés du textile et 1 768 chefs-d’atelier dans la capitale forézienne elle-même ; 1 288 passementiers, dont 695 chefs-d’atelier, 652 tisseuses et 296 dévideuses, soit un total de 1 643 à Montaud ; 668 chefs-d’ateliers 353 compagnons et 858 femmes, donc 1 879 à Beaubrun ; et l’on trouve 2 006 fabricants de lacets, dont 1 036 femmes, à Valbenoite et 1 312 passementiers à Saint-Jean-Bonnefonds. Ce qui constitue un ensemble de 18 827. Dans le reste de l’arrondissement, les rubanniers sont nettement repérables à La Ricamarie (408 salariés), à Firminy (800), au Chambon-Feugerolles (150) et à Roche-la-Molière (500) dans la vallé de l’Ondaine ; et sous l’influence de Saint-Chamond (1 900 passementiers), à Izieux (500), Saint-Martin-en-Coailleux (210), Doizieu (433) et à La Valla (315). Mais aussi, dans le canton de Saint-Héand, à Sorbiers (250 environ), La Fouillouse (132) et Villars, dans celui de Saint-Genest-Malifaux, où le chef-lieu même rassemble plus de 600 passementiers. Donc, un peu plus de 7 000 en dehors de Saint-Etienne, et un total d’environ 26 000, pas trop différent de celui de 1848, compte-tenu des modes de comptage et des progrès de la conjoncture, et tous dans l’aire déjà fixée par la fin du XVIIIe siècle201.

  • 202 Sur les différents travaux de préparation du fil de soie « tirage », « ouvraison et moulinage », Be (...)
  • 203 Chomienne (C.) ouvr. cit., p. 366 et Vaganay (H.), art. cit., p. 48-49.

96La rubannerie stéphanoise n’a donc pas l’ampleur de la soierie lyonnaise, loin de là, ni son pouvoir d’essaimage. Mais, à ses côtés, elle contribue à la multiplication des industries qui, en amont, se consacrent à la préparation du fil dont la demande s’enfle avec l’importance du tissage.202203

  • 204 Statistique de la France, XI, Industrie, t. II, ouvr. cit., p. 146 et 147.
  • 205 A.N. C 956, Enquête sur le travail...1848, cantons de Saint-Etienne.
  • 206 A.M. Lyon, « Dénombrement » de la population, 1845 et 1846.
  • 207 A.D.R., 12 M. Statistique industrielle, relevé des établissements industriels, 27 février 1847.

97Le moulinage avait précédé le tissage, en Forez du moins. C’est en effet à La Valla que s’étaient installés, au XVIe siècle, les premiers « moulins à soie » de France, et leur part restait forte au XVIIIe dans la région de Saint-Chamond. Mais en 1839-1843, on ne trouve plus qu’un atelier et une trentaine d’ouvriers, et cinq autres à Outrefurens, dans la banlieue stéphanoise, avec 84 salariés204 ; en 1848, on évalue les effectifs à moins de 500, des femmes surtout (54 hommes, 503 femmes et 15 enfants), à Saint-Etienne205. A Lyon même, on n’en trouve trace ni en 1840, ni en 1848, et la Cote mobilière de 1847 ne dénombre pas plus d’une centaine de mouliniers206, bien qu’on puisse trouver trace de trois établissements, avec 269 ouvriers, dans les limites communales, un autre de 180 personnes à La Guillotière, un à Caluire d’une trentaine de salariés207. Donc, en somme, peu de choses : ce n’est pas le tissage qui a fixé le moulinage.

  • 208 Sur l’ensemble de la production française, voir les ouvrages de Pariset (E.), sur les industries de (...)
  • 209 1 643 000 kg en 1846, d’après Reynier (E.), La soie en Vivarais, Largentière, 1921, p. 81 et suiv.
  • 210 Voir Léon (P.), ouvr. cit., p. 588 et suiv. t. II.
  • 211 D’après Veyret-Verner (G.), ouvr. cit., p. 98-102.
  • 212 Cf Lebeau (R.), ouvr. cit., p. 451.
  • 213 A.D.L., 78 M 1, Etat des plantations de mûriers et des produits séricicoles, s.d., (vers 1850). Le (...)
  • 214 Ogier note des plantations nouvelles à Lézigneux, ouvr. cit., Loire, t. I, p. 504, à Allix et à Ver (...)

98Car malgré la part grandissante des soies étrangères c’est la rencontre de la sériciculture et des capitaux et initiatives lyonnais qui a dessiné sa géographie. En effet, les besoins de la Fabrique avaient entraîné dans toute la France du Sud-Est un véritable boom séricicole ; la production nationale avait quadruplé entre 1810 et 1849, doublé de 1831 à 1852208. De part et d’autre du Rhône moyen, la plantation des mûriers s’était effectuée dans la fièvre et l’Ardèche à elle seule fournit en 1846 le dixième des livraisons française209. 22 cantons de la Drôme s’y livraient dès 1834, et à partir de 1835, l’élevage du ver à soie avait gagné les vallées préalpines : en 1849, on le trouve dans 281 communes, avec un maximum de densité dans les bassins de Valence et de Montélimar. La zone s’était étalée largement vers l’Est et le Nord-Est, en Bas-Dauphiné, dans les Terres Froides pour l’essentiel, mais aussi dans la cluse de Voreppe, autour de Grenoble, dans le Graisivaudan et même sur les contreforts des massifs internes210 : vers 1850, il y a 5 000 sériciculteurs dans la partie montagnarde de l’Isère211. Dans le Jura méridional, les premiers arbres, plantés vers 1828, ont multiplié les magnaneries dans l’arrondissement de Belley212. Sur la rive droite, les pentes du Pilat, la vallée du Gier et même le Sud de la plaine du Forez ont été gagnées à leur tour ; en 1850, 14 communes produisent de la soie, 4 autres ont des mûriers213. La fièvre est donc loin d’être retombée au milieu du siècle, et on signale des plantations récentes dans le canton de Montbrison, dans la grande banlieue méridionale de Lyon, et près d’Anse214.

  • 215 Laferrère (M.), ouvr. cit., p. 139.
  • 216 Cf. Bozon (P.), ouvr. cit., p. 185 et suiv.
  • 217 Annuaire historique et statistique de l’Ardèche pour 1840, Aubenas, 1841, p. 378-379.
  • 218 Léon (P.), ouvr. cit., t. II p. 590 et suiv., et Veyret-Verner (G.), ouvr. cit., p. 98-102. Filatur (...)
  • 219 On a vu la médiocrité des installations foréziennes ; le corollaire de leur déclin est l’appel gran (...)

99D’emblée, tout près des magnaneries, le « tirage » des fils (c’est-à-dire la filature) et le moulinage, plus complexe et stimulé par la vogue des étoffes unies qui exigeait des trames et des chaînes résistantes, ont pris une forme industrielle. Car le chauffage des bassines à la vapeur mis au point par le Lyonnais Gensoul, en 1805, adopté à Saint-Vallier (Drôme) dès 1808 et généralisé après 1840, la diversité des dévidoirs et des moulins, imposaient l’achat et la concentration d’un matériel coûteux. Ce sont les fabricants lyonnais qui sont allés à la soie, même si les moulinages travaillent, de plus en plus, des fils transalpins ; Arlès-Dufour s’est installé dans la Drôme, à Clérieux, dès 1826, la maison Palluat-Testenoire l’a imité à Largentière et Aubenas, en Vivarais, puis à Grignan ; et il faut se souvenir que le moulinage était l’activité originelle de C.J. Bonnet, à Jujurieux, à partir de 1835215. Les usines se sont donc multipliées dans les années 1830, et se sont glissées au creux des vallons ardéchois et drômois, à l’ombre des mûriers. Le Vivarais est ainsi devenu le « royaume de la soie » ; à l’aube de la Monarchie de Juillet, 180 « fabriques » fonctionnaient dans les cantons de Privas, Chomérac, Saint-Pierre-ville et Aubenas216 ; vers 1840, Privas seul en avait 67, avec 2 000 ouvrières, et Aubenas une soixantaine, avec plus de 1 000217. Dans le Dauphiné drômois, de l’autre côté du Rhône, le nombre était passé de 46 usines et 778 ouvriers en 1811 à 77 et 1 683 en 1817, 96 en 1825. Là aussi, l’essor s’était accéléré après les crises de 1825-1826 et de 1828-1832, et à partir de 1843 avait suivi le ver à soie en Diois et dans les Baronnies, où il y aurait eu 102 « tirages » à l’approche du demi-siècle218. Et en dehors de la zone rhodanienne, filature et moulinage poussent vers le Bas-Dauphiné, dans les arrondissements de Vienne et de Saint-Marcellin, en Graisivaudan (à Crolles en 1829, au Touvet et à Domène après 1830), dans les Terres Froides depuis 1826-1827 et, bien sûr, sur les abords méridionaux du Pilat219.

  • 220 A.N. C 945, Enquête sur le travail...1848, Ardèche.
  • 221 A.N. C 951, id., Drôme.
  • 222 Statistique de la France, XI, Industrie, t. II ouvr. cit., p. 160-169 et 172-181.
  • 223 Delacroix (M.), ouvr. cit., 2e éd., p. 378.
  • 224 En 1839-1844, dans la Drôme : 1 507 aux filatures, 3 855 aux moulinages ; dans l’Ardèche, respectiv (...)

100La carte no 3 traduit la géographie de la filature et du moulinage au milieu du XIXe. Le Rhône moyen l’emporte nettement, bien sûr : 12 922 ouvriers dont 6 342 femmes et 1 858 jeunes filles dans l’Ardèche220 et 6 580 dont 5 128 femmes et 1 157 jeunes filles dans la Drôme221 sur un total (partiel, puisqu’il manque des cantons) de 19 000 environ pour l’ensemble de la région. La progression est nette, puisqu’il n’y avait en 1839-1843 que 6 362 personnes occupées à la préparation des soies en Vivarais et 4 632 dans la Drôme222. La part de la rive gauche est sans doute sous-estimée, puisqu’il manque en 1848 trois cantons, et non des moindres, sur 26 : en 1835 déjà, il y aurait eu 6 912 fileuses et moulineuses223, et d’autres sources au milieu du siècle oscillent entre 3 000 et 8 000, ce dernier nombre étant sans doute plus proche de la réalité. Quant à la part relative des deux activités, il est difficile de l’apprécier en 1848, mais si l’on se fonde sur le pourcentage de 1839-1843, on peut penser que le tissage occupe le tiers des ouvrières dans la Drôme, mais moins du cinquième dans l’Ardèche224.

  • 225 La part de chaque arrondissement est la suivante : Valence, 2 334 ; Die, 1 373 ; Nyons, 1 061 ; Mon (...)

101L’arrondissement de Privas est le cœur de cet empire de la soie : à lui seul, il rassemble le tiers des effectifs de la région lyonnaise tout entière, 6 955, dont 4 986 femmes et 1 322 jeunes filles, autour des pôles de Privas (plus de 4 000, avec Chomérac et Saint-Pierreville) et d’Aubenas (2 000 environ, avec Villeneuve-de-Berg) dans les Gras ardéchois. Les centres des vallées, au pied des Cévennes, sont plus modestes ; tels Antraigues (250 ouvrières), et dans l’arrondissement de Largentière, Burzet, Montpezat, Joyeuse, Les Vans (270), Largentière même (250) et surtout Thueyts (600) dans la haute vallée de l’Ardèche ; quant à l’arrondissement de Tournon, au Nord, il ne rassemble que 881 personnes, assez dispersées : le canton le plus important, Le Cheylard, en a 282. Les centres rhodaniens, un chapelet méridien à cheval sur les deux départements, sont relativement médiocres, Saint-Vallier (450), Tournon (200), Loriol (468), Montélimar (652) et Bourg-Saint-Andéol (469) étant les plus notables. Ceux de la Drôme n’atteignent jamais non plus l’ampleur de Privas ou d’Aubenas, que ce soient Bourg-de-Péage (570), Crest (900), Dieulefit (700), Grignan (460) et Nyons (800), et les effectifs s’amenuisent au pied des Préalpes (Saint-Jean en Royans, Die, La Motte-Chalençon, Buis-les-Baronnies)225.

102Vers le Nord-Ouest, il n’y a pas discontinuité géographique d’avec Pélussin, dans la Loire, où travaillent 800 mouliniers, dont 770 femmes, et une soixantaine de fileurs ; pas plus qu’en Dauphiné d’avec l’arrondissement de Saint-Marcellin, dans l’Isère (695, dont 590 femmes, presque tous — 505 — au chef-lieu, les autres à Vinay et Pont-en-Royans), avec celui de Vienne, plus modeste (320, au chef-lieu et à Beaurepaire), et même Bourgoin (68 ouvriers). Hors de la carte no 3, le Bugey a 300 ouvrières autour de Belley, mais il y a aussi des filatures à Nantua et à Champagne-en-Valromey, et des moulinages à Saint-Symphorien-le-Château (Rhône), à Belmont dans l’arrondissement de Roanne, où ils emploient une centaine de personnes, enfin, à Domène (87 ouvriers) et au Touvet (200) dans le Sillon Alpin.

  • 226 Sur la question, voir Laferrère (M.), ouvr. cit., p. 456-458, 476, 485 et suiv.
  • 227 A.D.R., 12 M, Relevé des établissements industriels département du Rhône, 27 février 1847.

103Enfin, les exigences de la Fabrique ont fait apparaître les prémices, encore médiocres, mais riches d’avenir, d’une grande industrie chimique. Elle est tout entière lyonnaise au milieu du siècle, et dominée par les deux noms de Coignet et de Perret. Le premier a créé son usine en 1818, pour extraire les ostéocolles nécessaires à l’apprêt des étoffes, près de l’Ile Barbe ; en 1837, il lui a ajouté un second établissement à Villeurbanne, où l’on travaille le phosphore blanc. Quant à C.M. Perret, de sa fabrique de soude artisanale des Brotteaux (1819), il est passé, à Perrache, à la production de l’eau de javel et des acides sulfurique et nitrique, a fait breveter un nouveau procédé de grillage des pyrites (1836), avant de racheter les mines de Sain-Bel en 1840, celles de Chessy en 1842226. On ne trouve cependant leur trace ni en 1839-1843, ni en 1848 ; en 1847, Coignet n’emploierait guère plus de 40 ouvriers et Perret a, semble-t-il, un personnel à peu près équivalent227. Peu de choses donc, une centaine d’ouvriers au grand maximum. On verra que c’est le lot des secteurs les plus avancés sur le plan de l’innovation.

B. Charbon, fonte, fer, acier, machines : le bassin stéphanois, cœur de la « révolution industrielle » en France ?

  • 228 Sur l’élargissement des horizons charbonniers, voir l’analyse monographique de Guillaume (P.), Les (...)
  • 229 Le travail fondamental — un fouillis de renseignements — demeure, Gras (L.-J.), Histoire économique (...)

104Séparer sidérurgie et extraction houillère est un exercice assez artificiel, l’une ne précédant pas l’autre ; le conditionnement est mutuel, encore que l’une des nouveautés essentielles soit, pour le charbon, l’attention grandissante aux marchés extérieurs à la région228. S’y résoudre n’a pas d’autre souci que la clarté de l’exposé.229

  • 230 D’après Perrin (M.), ouvr. cit., p. 84-92 et, pour le XVIIIe, p. 73-75.
  • 231 Les vicissitudes du marché charbonnier forézien, ses mutations géographiques sont décrites par Lévy (...)
  • 232 D’après Leseure (P.), ouvr. cit., p. 337-343, on peut calculer les moyennes quinquennales de la pro (...)

105On grattait le sol en Forez depuis des temps immémoriaux, et dès les années 1750 les houilles ripagériennes et surtout stéphanoises s’étaient imposées sur les marchés parisiens où elles parvenaient, on l’a vu, par la Loire ; en 1755, une route royale avait ouvert l’accès à la métropole lyonnaise, vite rapprochée par le canal de Givors, et très tôt, par les premiers tronçons ferroviaires français : dès 1836, 32 puits étaient désenclavés, et entre temps, l’extraction avait connu un essor accéléré qui ouvrait une époque nouvelle. Les deux bassins, Saint-Etienne et Rive-de-Gier produisaient environ 157 000 tonnes avant la Révolution, 240 000 en l’an III, 300 000 en 1804 ; en 1816, 371 000 tonnes mais plus de 680 000 en 1830230. La perte du marché parisien, envahi à partir de 1830 par les houilles de Belgique avait été ensuite largement comblée, et au-delà, par l’élargissement des ventes vers le couloir rhodanien, jusqu’aux abords de la Porte d’Alsace231. Vers 1836, excitée par l’expansion d’une consommation nationale qu’elle satisfaisait pour presque un tiers, la Loire représentait 45 % de la production française ; si cette part relative a baissé au cours de la décennie suivante, le rythme de développement ne s’est guère ralenti : l’extraction, qui avait doublé entre 1815 et 1835, a doublé une nouvelle fois entre 1830 et 1850 ; de 1817 à 1846 (1847, avec 1 712 000 tonnes, est une année record, tout à fait exceptionnelle), la progression a été de 310 %. En même temps, à partir des années 1840, le bassin de Saint-Etienne a pris l’avantage sur Rive-de-Gier, l’a amplifié sans discontinuer, préfigurant ainsi l’extension des centres d’activité vers l’Ouest, de la vallée du Gier vers celle de l’Ondaine232.

  • 233 Chomienne (C.), ouvr. cit., p. 221 parle de 1 080 mineurs en 1815, contre 860 pour Duplessy, ouvr. (...)
  • 234 2 000 ouvriers dans une trentaine de puits, d’après un rapport de police du 15 novembre 1849, A.D.L (...)
  • 235 743 en 1815, 731 en 1816 et 746 en 1817 d’après Duplessy, ouvr. cit., p. 331-332.
  • 236 Gras (L.-J.), ouvr. cit., t. II, Histoire économique... des mines..., p. 305, parle de 3 500. mineu (...)
  • 237 Résumé des travaux statistiques de l’administration des mines, années 1847-1852, et Guillaume (P.), (...)

106Le rassemblement de la main-d'œuvre s’est fait au même rythme, dans les premières décennies du moins. Autour de Rive-de-Gier, on dénombrait environ 400 mineurs à la fin du XVIIIe, un millier au début de la Restauration, 1 800 à la veille de 1830 et 2 400 vers 1840233 ; l’effectif ne semble guère varier par la suite, sauf en 1842 où il se serait hissé à 3 000 ; la moyenne quinquennale, calculée d’après les données de Leseure, est de 2 090 pour 1846-1850, et correspond à ce qu’on peut savoir par ailleurs234. Et, à l’Ouest, la progression de Saint-Etienne a été beaucoup plus rapide encore, de 750 vers 1815235 à plus de 1 100 en 1840, près de 4 200 en moyenne pour les années 1846-1850. Au total, donc, l’extraction de la houille occuperait dans la Loire environ 6 500 ouvriers au milieu du siècle236, et la Statistique de l’Industrie minérale en compte 7 217 en 1848, 6 953 en 1848 et 6 371 en 1849237.

  • 238 A.N., C 956, Enquête sur le travail...1848, arrondissement de Saint-Etienne.

107Les autres sources contemporaines ne s’écartent pas énormément de ces chiffres. L’Enquête sur le travail — qui ne prend pas en compte les effectifs de Saint-Chamond — dénombre par cantons, en 1848238 :

EFFECTIFS MINEURS CHARBON BASSIN LOIRE, 1848 :

Hommes

Enfants (— de 16 ans)

Total

4 cantons de Saint-Etienne

2 890

280

3 170

Le Chambon-Feugerolles

1 100

100

1 200

Saint-Héand

262

262

Total bassin de Saint-Etienne

4 252

380

4 632

Rive-de-Gier

2 800

200

3 000

  • 239 D’après l’état récapitulatif par professions, arrondissement de Saint-Etienne, dressé par le sous-p (...)

108soit un total de 7 632 mineurs, dont 580 enfants, alors que Leseure donne 6 897 pour 1848 et 7 146 pour 1847. Quant au dénombrement de 1851, il prend en compte dans les « industries extractives », qui coïncident en fait avec les houillères, 5 672 hommes pour l’arrondissement de Saint-Etienne239. Nombre suspect : la simple addition des bulletins communaux (et sans celui de Rive-de-Gier, qui a disparu), arrive à des chiffres supérieurs :

EFFECTIFS MINEURS LOIRE, 1851 :

Bassin de Saint-Etienne

Bassin de Rive-de-Gier

Saint-Etienne (4 cantons)

2 946

Canton de Rive-de-Gier (sans le chef-lieu)

1 036

Canton du Chambon-Feugerolles

1 634

Canton de Saint-Chamond

136

Canton de Saint-Héand

97

4 813

1 036

  • 240 Sur la physionomie générale du bassin, dans les années 1840-1850, voir Guillaume (P.), ouvr. cit., (...)

109soit 5 849, plus proche de Leseure (6 319 en 1851). Les principaux centres sont Outrefurens (963 mineurs), Saint-Jean-Bonnefonds (1312), La Ricamarie (408), Firminy (800), Roche-la-Molière (263), Lorette (226), Saint-Genis-Terrenoire (404) et Saint-Paul-en-Jarez (316), outre Rive-de Gier bien sûr et Saint-Etienne (477) qui n’a pas encore absorbé sa banlieue. Donc, si l’on fait abstraction des variations conjoncturelles (l’Enquête sur le travail se place au lendemain de l’exceptionnelle année 1847), le dénombrement de 1851 en plein marasme, après une chute de production de 70 000 tonnes en un an), on peut raisonnablement corroborer cet effectif, bon an mal an, de 6 500 mineurs pour l’ensemble des mines de la Loire240.

  • 241 Cf. pour le contexte national, Vial (J.), L’industrialisation de la sidérurgie française, 1814-1864 (...)
  • 242 Cf. Perrin (M.), ouvr. cit., p. 89-90.

110L’élan de la sidérurgie a été encore plus impressionnant241, bien que la métallurgie de base en Forez, stimulée par les besoins des ateliers locaux d’armurerie et de quincaillerie, se soit ouverte dès la fin du XVIIIe aux techniques modernes de chauffage à la houille : la première pompe à feu avait été allumée en 1789 à Rive-de-Gier242. C’est pourtant une mutation totale qui, à compter des premières années de la Restauration, a fait du Jarez et de ses abords, la zone sidérurgique la plus dynamique de France. Animée par des capitaux lyonnais et des techniciens venus de l’extérieur, même de l’étranger, appuyée sur une organisation industrielle et commerciale avancée, sur une attention soutenue à l’innovation surtout, elle a diversifié ses fabrications, s’est annexée les centres rhodaniens de Givors et de Vienne, voire la banlieue Sud de la métropole lyonnaise et a mobilisé à son profit des régions souvent éloignées, en Dauphiné et en Vivarais, d’où elle tire ses matières premières.

  • 243 Voir à ce propos Lévy-Leboyer (M.), ouvr. cit., p. 335.
  • 244 Gras (L.-J.), Histoire économique de la métallurgie de la Loire, 1912, p. 20 et suiv. et Vaganay (H (...)
  • 245 Gras (L.-J.), ouvr. cit., note 244, p. 27-32, et Vial (J.), ouvr. cit., p. 106 et suiv.
  • 246 Gras (J.-J.), ouvr. cit., p. 32 et suiv. ; Vial date l’installation d’un haut-fourneau à Vienne en  (...)
  • 247 La Tour Varan (J.A. de). Notice statistique industrielle sur la ville de Saint-Etienne, Saint-Etien (...)
  • 248 Perrin (M.), ouvr. cit., p. 219 et suiv.

111Les vallées du Gier et de l’Ondaine ont été en effet les principales bénéficiaires du mouvement général, qui a ramené les usines à fer sur le charbon. En quelques années, le départ avait été donné par une cascade de procédés nouveaux : en 1817, c’est J. Jackson, qui, le premier en France, a coulé un acier au creuset dans son usine de Trablaine, au Chambon-Feugerolles, avant de s’installer à Monthieux (1819), puis dans le quartier du Soleil, à Saint-Etienne (1820)243 ; en 1817 aussi, Beaunier a réalisé le premier acier fondu à l’usine de la Bérardière, à Outrefurens244 ; en 1818-1820, c’est Louis Frèrejean qui, près de Vienne, sur la rive gauche du Rhône, a construit le second haut fourneau au coke du pays, au carrefour du charbon ripagérien et du fer ardéchois245, et la Compagnie des Mines de fer de Saint-Etienne de l’ingénieur De Gallois en a allumé deux autres au Janon, près de Terrenoire, en 1822. Enfin, Ardaillon et Bessy ont créé en 1820, à Saint-Julien-en-Jarez, la première forge à l’anglaise, bientôt imités par les frères Neyrand et Thiollière, à Lorette, sur la commune de Saint-Genis-Terrenoire, et dès 1823, le procédé de chauffage à la houille était utilisé par sept établissements entre Rive-de-Gier et Saint-Chamond, avec une capacité de production annuelle de 11 000 tonnes de fer246. A la suite de ces opérations pionnières, de nouveaux hauts fourneaux ont été allumés à Lhorme (1827) par Ardaillon-Bessy, à Pont-Evêque près de Vienne, en 1828 ; à Chavanay, dans le canton de Pélussin, sur le Rhône, mais pour une courte période seulement ; les Holtzer ont installé leurs aciériés de Cotatay (1825) et d’Unieux (1829), et en 1830, les Jackson ont créé l’usine d’Assailly, entre Grand-Croix et Lorette, qui a connu tout de suite une grande prospérité247. A l’aube de la Monarchie de Juillet, on dénombrait entre Firminy et Rive-de-Gier quatre hauts fourneaux en activité, six aciéries, sept forges à l’anglaise, avec un millier d’ouvriers, dont plus de 800 dans les usines de Terrenoire, Saint-Julien et Lorette, et un peu plus d’une centaine dans les aciéries248.

  • 249 Sur le mouvement de concentration, voir Gille (B.), La sidérurgie française au XIXe siècle, Genève, (...)
  • 250 Gras (L.-J.), ouvr. cit., p. 61-64 et 28 ; Lévy-Leboyer (M.), ouvr. cit., p. 368, note 130. Ces chi (...)

112Après 1830, la croissance s’est poursuivie sous le double signe de l’innovation et de la concentration des entreprises, de l’intégration. Dès 1829, Terrenoire avait inauguré le soufflage à air chaud et réalisé une économie de combustible de 50 à 60 % ; les Jackson prenaient en 1837 le contrôle de la Bérardière ; Frèrejean et sa « Compagnie anonyme des fonderies et forges de la Loire et de l’Ardèche (1839) rachetaient en 1840 les hauts fourneaux de l’ancienne société De Gallois, qu’ils exploitaient d’ailleurs depuis plusieurs années ; et en 1847, Ardaillon et Bessy s’associent à Girardet pour créer la « Société anonyme des fonderies et forges de l’Horme et de la Buire »249. Si l’on en croit Gras, la métallurgie de la Loire livre, en 1847, 40 000 tonnes de fonte (contre 6 000 en 1836), 4 000 tonnes d’acier (en 1831, 665), 26 000 tonnes de fer (pour 13 500 en 1831-1832, 19 800 en 1836250.

  • 251 Cf. Léon (P.), ouvr. cit., t. II, p. 610 et suiv.
  • 252 Abeille (A.), ouvr. cit., p. 296 et suiv. Un centenaire, Compagnie des hautsfourneaux et fonderies (...)
  • 253 Léon (P.), ouvr. cit., t. II, p. 565-566 et 612 ; Esmonin et coll. ouvr. cit., p. 218-219.
  • 254 Gras (L.-J.), ouvr. cit., p. 43 et suiv.
  • 255 Reynier (E.), Histoire de Privas, t. III, Privas, 1951, p. 137-140 et Reynier (E.), Mines, métallur (...)
  • 256 Bozon (P.), Histoire...ouvr. cit., p. 189-190.

113Mais, surtout, le groupe a étendu son aire géographique : un troisième haut fourneau est né en 1845 à Pont-Evêque (Isère)251 et un nouveau centre est apparu, en face, à Givors. Sous l’impulsion du fondeur local E. Prenat, associé en 1841 à une entreprise viennoise, la Société « Victorin Genissieux et Prenat » a allumé son premier haut fourneau en 1843, un second en 1847 ; entre temps, deux autres avaient été érigés par une éphémère « Compagnie des hauts fourneaux et fonderies de la Loire et du Rhône »252. Et, au-delà, ont été entraînées dans le mouvement les régions où le groupe cherche ses matières premières : le Bas-Dauphiné autour de La Verpillière où l’extraction des minerais oolithiques, repérés dans les années 1820, a pris une grande extension à partir de 1835-1840, au profit de Pont-Evêque où deux hauts fourneaux sont mis à feu, sur place, à Saint-Quentin, en 1847253. En Ardèche, surtout, où Frèrejean avait obtenu dès 1812, la concession des gisements d’hématite rouge de La Voulte254, où quatre hauts fourneaux coulaient la fonte depuis 1835-1836 et deux autres depuis 1845-1846. L’ensemble vivarois est en plein essor à la fin de la Monarchie de Juillet255, alors même qu’une nouvelle exploitation apparaît près de Privas, où la « Compagnie de l’Horme » vient de s’installer256.

  • 257 Léon (P.), ouvr. cit., t. II, p. 613, et Lévy-Leboyer (M.), ouvr. cit., p. 335 et suiv. Sur Allevar (...)

114Seule demeure en dehors une grosse métallurgie alpine en voie d’adaptation difficile, de destin variable, restée dispersée : hauts fourneaux au bois du massif de Belledone, autour d’Allevard, avec les installations (1824) de Pinsot, très animées vers 1846-1847 par les commandes de la marine et des chemins de fer ; de Rioupéroux, allumé en 1824, et de Saint-Vincent-de-Mercuze en Graisivaudan ; aciéries de Domène, Pontcharra et Tullins-Fures qui tentent, avec beaucoup de mal d’améliorer leur technique pour contenir la concurrence des aciers de cémentation257.

  • 258 Lévy-Leboyer (M.), ouvr. cit., p. 369 et Laferrère (M.), ouvr. cit., p. 272 et suiv. ; pour le cent (...)
  • 259 Chomienne (C.), ouvr. cit., p. 295 et p. 340-348 et Gras (L.-J.), ouvr. cit., p. 387 et suiv. En 18 (...)
  • 260 Laferrère (M.), ouvr. cit., p. 285-288.
  • 261 Léon (P.), ouvr. cit., t. II, p. 620-621 et art. cit., p. 215-258.

115Enfin, il faut rattacher à la sidérurgie, en aval, le dynamisme des constructions métalliques et mécaniques, pour la fourniture des chaudières à vapeur et du matériel ferroviaire. Leur géographie ne coïncide pas tout à fait avec la sienne, à cause de l’importance du centre lyonnais : elle s’inscrit, en gros, dans un triangle dont les pointes seraient Vienne, Saint-Etienne et Lyon, qui, dès 1825, avaient des ateliers de montage pour les machines à vapeur non négligeables. C’est Louis Seguin qui avait implanté à Perrache, en 1829, le premier établissement français de locomotives pour sa « Compagnie du chemin de fer de Saint-Etienne à Lyon », et il y avait multiplié les fabrications : chaudières tubulaires, ponts suspendus, etc. A Vienne, Louis Frèrejean, lamineur de cuivre sous l’Empire, s’était adonné à partir de 1820 à la fonderie de deuxième fusion, avant de livrer, vers 1830, chaudières, cylindres à laminer, etc. tandis que se multipliaient le long de la Gère les ateliers de machines textiles, cardes, mull-jennies. Et, en 1844, les ateliers de constructions et forges d’Oullins, alimentés par les fonderies et le haut fourneau de La Mulatière, aux portes de Lyon, s’étaient spécialisés dans le matériel ferroviaire, avant de reprendre l’usine de Seguin258. Dans la Loire, Verpilleux avait créé en 1820, à Rive-de-Gier, un atelier de réparations des appareils à vapeur d’origine britannique et obtenu l’entretien (1825-1822) des machines Watt des forges de Terrenoire, avant de construire lui-même et de multiplier les brevets d’invention ; il a été imité par de nombreux mécaniciens locaux, sur place ou à Saint-Etienne, tels Rivollier259. Enfin, les besoins de la construction navale avaient fait naître à Lyon, dans le quartier de la Boucle, à Vaise, à Perrache, des ateliers semi-artisanaux de mécaniciens-charpentiers d’où sortaient machines à moulins et à bateaux, coques de navires et métiers textiles260. En ce domaine aussi, seules restent à part Allevard, qui fabrique depuis 1843 des essieux de locomotive et Fourvoirie-en-Chartreuse, équipée dès 1834 de laminoirs et de fours à réverbère et qui livre des tôles de fer depuis 1838-1840261.

  • 262 Sans qu’il soit même possible de voir très clair parmi elles : où sont les armuriers ? D’après le c (...)
  • 263 Cf Léon (P.), ouvr. cit., t. II, p. 793 et suiv., qui montre le décalage chronologique entre la cri (...)
  • 264 Statistique de la France, XI, Industrie, t. II, ouvr. cit., p. 146-147, A.N. C 956, Enquête sur le (...)

116Les effectifs de la grande métallurgie, sidérurgie et constructions mécaniques sont cependant beaucoup plus difficiles à saisir que ceux des houillères. Il faut en effet rejeter à peu près totalement les données globales du dénombrement de 1851, trop imprécises qui, ici mêlent toutes les activités métallurgiques262, là reflètent les lendemains d’une crise qui a vu s’effondrer production et emploi263. Dans la Loire, on peut tenter de les approcher, par comparaison des trois sources fondamentales, par cantons264 :

EFFECTIFS GROSSE MÉTALLURGIE LOIRE, 1839-1851

EFFECTIFS GROSSE MÉTALLURGIE LOIRE, 1839-1851
  • 265 A.D.L., 47 M 9, Dénombrement de 1851, arrondissement de Saint-Etienne, récapitulatif par profession (...)
  • 266 En 1818, Duplessy, ouvr. cit., p. 380, ne dénombrait guère plus de 150 ouvriers dans la grosse méta (...)

117soit des totaux respectifs de 1 339 en 1839-1843, 1 335 en 1848 (mais les données sont fragmentaires) et 1 951 en 1851 (mais il manque les communes de Rive-de-Gier et Terrenoire !) La progression est cependant évidente en dix ans, et il est vraisemblable qu’au milieu du siècle, la grosse métallurgie emploie dans la Loire, bon an mal an, des effectifs très supérieurs ; est-il possible en effet de suivre le sous-préfet qui a compté (sur quelles bases ? on arrive à un total trop différent, malgré les lacunes, des bulletins communaux) 5 201 ouvriers dans la « fabrication de la fonte et de l’acier »265. Quel que soit le nombre retenu (rien ne permet de trancher), la multiplication des effectifs depuis le début de la Restauration est considérable, sans équivalent dans aucun autre secteur, et d’au moins quinze fois dans l’hypothèse la plus défavorable266.

118Quant à la géographie, elle traduit la suprématie persistante de la vallée du Gier, et la présence des grandes usines, dont on a suivi les débuts, transparaît au travers de l’enquête de 1839-1843 et du dénombrement de 1851, bien que celui-ci ne prenne en compte que les ouvriers domiciliés :

EFFECTIFS SIDÉRURGIE LOIRE, 1838-1851

  • 267 La « Compagnie... de la Loire et de l’Ardèche » est alors la première société sidérurgique français (...)
  • 268 Ogier (Th.) parle de 2 000 personnes autour de Terrenoire, sans préciser s’il s’agit des actifs seu (...)

1839-1843

1851

Saint-Genis-Terrenoire

290

 ?

Saint-Jean-Bonnefonds

500

302267

Compagnie des hauts-fourneaux de la Loire et de l’Ardèche

Saint-Julien-en-Jarez

288

343

Saint-Paul-en-Jarez

70

158

Jackson, à Assailly

Lorette

411

268

Le Chambon-Feugerolles

187

Unieux

112

  • 269 Statistique de la France, XI, Industrie, t. II, ouvr. cit., p. 22-23 et p. 132-133 ; A.D.I., 162 M (...)

119Pour le carrefour rhodanien de Vienne et de Givors, la comparaison des mêmes sources est franchement déconcertante269 :

1839-1843

1848

1851

Canton de Vienne

602

936

 ?

Canton de Givors

39

380

96 ( ?)

  • 270 A.D.I., 162 M 2, Rapport pour l’exposition industrielle de 1849 ; la répartition est la suivante, p (...)
  • 271 A.D.I., 162 M. 2. Enquête sur le travail...1848, canton de la Verpillière ; le dénombrement de 1851 (...)
  • 272 Statistique de la France, XI, Industrie, t. II, ouvr. cit., p. 160-161 et A.N. C 945, Enquête sur l (...)
  • 273 Reynier (E.), Mines et métallurgie..., ouvr. cit., p. 22 et suiv.

120Si l’on s’en tient aux deux Enquêtes, l’expansion du centre givordin, qui regroupe, en 1848, trois fonderies de fer et cinq hauts fourneaux en activité, se traduit par un décuplement de la main-d'œuvre en moins d’une décennie. A Vienne, la progression a été plus modeste (+30 %), mais à partir d’effectifs plus importants, et les usines de Victor Frèrejean (225 ouvriers vers 1840, 381 en 1843, 420 en 1848) et de Génissieux-Prenat (passées de 30 à 200) font de la ville un « modèle d’ordre, de progrès immense »270. De leur côté, l’extraction et la fonderie du minerai de fer à La Verpillère rassembleraient 5 à 600 personnes en temps ordinaire vers 1848271. Enfin, l’annexe ardéchoise de La Voulte a progressé de 450 ouvriers en 1839-1843 à plus de 600 six aps plus tard272, et le centre naissant de Veyras, dans la banlieue privadoise, a doublé en cinq ans (74 en 1843, 140 en 1847)273.

121Dans tous les cas donc, il y a eu progrès rapide, absolu et relatif, de la main-d'œuvre ; et les centres du Dauphiné intérieur n’échappent pas à la règle malgré leurs difficultés à quelques exceptions près :

EFFECTIFS SIDÉRURGIE DAUPHINÉ, 1839-1848

  • 274 Statistique de la France, XI, Industrie, t. II, ouvr. cit., p. 18-23.
  • 275 A.D.I., 162 M 1, Enquête sur le travail...1848, cantons d’Allevard, du Touvet, de Domène et Bourg d (...)

1839-1843274

1848275

Le Grand-Lemps

20

92

Tullins

232

Rives

70

200

Le Touvet (Saint-Vincent-de-Mercuze)

17

70

Domène

250

“ quelques-uns ”

Bourg-d’Oisans (Rioupéroux)

9 ( ?)

230

Allevard

250

700

  • 276 Si l’on effectue le calcul pour 1851, il y aurait 613 ouvriers de la grosse métallurgie dans l’aggl (...)
  • 277 Statistique de la France, XI, Industrie, t. II, ouvr. cit., p. 132-133, qui relève l’existence de 1 (...)

122Enfin, le groupe lyonnais reste franchement inconnu en 1848 et en 185 1276. Il faut s’en tenir à l’Enquête industrielle de 1839-1843 : une trentaine d’établissements y rassemblent alors 1 397 ouvriers, dont 855 dans des ateliers de fabrication de machines à vapeur, de chaudières et de locomotives ; 326 seraient occupés aux pièces de fonderie et de moulage277 ; et l’on ne sait rien des progrès de la décennie suivante.

Notes

1 Statistique de la France publiée par le Ministre des Travaux Publics, de l’Agriculture et du Commerce. Industrie, Paris, Imprimerie royale, 1847-1852, 4 vol. in-4°. La région lyonnaise est tout entière contenue dans le tome III paru en 1848.

2 Les instructions sont reproduites in extenso dans l’Introduction au tome I de la publication.

3 Sur les intentions et les modes de l’Enquête, voir Gille (B.), Les Sources Statistiques de l’histoire de France. Des enquêtes du XVIIe siècle à 1870, Genève-Paris, 1964, p. 200-203 ; chaque établissement remplissait un bulletin individuel, contrôlé après coup par l’administration. L’Enquête est notamment une source précieuse pour l’étude des salaires. Les établissements sont classés selon la matière première utilisée (produits minéraux, animaux, végétaux) et identifiés par le lieu d’implantation et le nom du propriétaire, à l’intérieur de chaque arrondissement. Des tableaux récapitulatifs additionnent les résultats par circonscriptions administratives et par produits.

4 L’Enquête est notamment une source précieuse pour l’étude des salaires. Les établissements sont classés selon la matière première utilisée (produits minéraux, animaux, végétaux) et identifiés par le lieu d’implantation et le nom du propriétaire, à l’intérieur de chaque arrondissement. Des tableaux récapitulatifs additionnent les résultats par circonscriptions administratives et par produits.

5 Il s’agissait en fait d’étendre à l’industrie les enquêtes périodiques auxquelles on soumettait l’agriculture ; le projet n’était pas totalement neuf et reprenait des idées du1er Empire (cf. Crebouw (Y.), Recherches sur l’évolution numérique de la main-d’oeuvre industrielle depuis un siècle, 1886-1962, thèse de3e cycle, Paris, 1967, t. 1, p. 39 et suiv.), déjà reprises en 1828-1829. L’échec avait momentanément fait conclure à l’impossibilité de telles enquêtes, et Moreau de Jonnès, directeur du bureau de Statistique du Ministère de l’Intérieur, écrivait en 1837 encore « ... Il faut surtout renoncer à provoquer à la fois des recherches sur plusieurs branches... » (cité par Gille (B.), ouvr. cité, p. 200.

6 Les instructions ont d’ailleurs varié. La circulaire de septembre 1839 préconisait la prise en compte des établisssements de plus de 20 ouvriers ; mais dès 1840, on invitait à considérer aussi ceux qui, sans atteindre cet effectif, étaient « dignes d’être mentionnés ».

7 Ainsi, l’Enquête ne donne que des chiffres globaux pour le groupe cotonnier de Thizy-Amplepuis et la Fabrique lyonnaise de soieries. Pour celle-ci, la distinction par sexes n’est même pas faite, et on ne sait pas si les effectifs s’appliquent à la seule ville de Lyon, s’ils incluent les communes urbaines, voire l’ensemble de l’essaimage rural. Il semble qu’on ait reculé devant les difficultés d’un comptage précis toutes les fois qu’on s’est trouvé devant un ensemble trop important et que, d’autre part, les établissements ruraux, plus isolés et plus faciles à repérer, aient été plus souvent pris en compte que ceux des villes (cf. les critiques de Crebouw (Y.), ouvr. cité, p. 54 et suiv.). De même dans l’Isère, on n’a pas localisé exactement les carrières de pierres autour de Montalieu : on donne un effectif global pour un certain nombre de communes qui ne sont pas nommées ; et pas plus que dans l’Ardèche on n’a distingué la main-d’oeuvre de mines de fer de celle de la sidérurgie.

8 Les ajustements sont faciles quand on dispose de sources parallèles sûres, comme la Statistique de l’Industrie Minérale, qui comble les lacunes pour les activités extractives et valide, au plan national du moins, les chiffres de la métallurgie. Mais il serait fallacieux d’accepter pour justes les comptages nationaux de l’Enquête industrielle ; les résultats n’ont d’ailleurs été publiés que pour 63 départements (cf. Levasseur (E.), Histoire des classes ouvrières et de l’industrie en France de 1789 à 1870, 2e édition, Paris, 1904, t. II, p. 210) et Moreau de Jonnès estimait que le tiers seulement de la classe ouvrière française avait été atteint, ne retenait guère comme exacts que les effectifs du coton et de la soie (cité par Crebouw (Y.), ouvr. cité p. 54 et suiv.).

9 Les circonstances du décret sont d’ailleurs complexes, et les intentions plus équivoques qu’il n’y paraît, comme le montre Rigaudias-Weiss (H.), Les enquêtes ouvrières en France entre 1830 et 1848, Paris, 1936, p. 192 et suiv.

10 On invite à indiquer le nombre d'ouvriers employés dans chaque espèce d’industrie en distinguant les ouvriers des deux sexes, les ouvriers appartenant au pays et ceux qui n’y ont qu’une résidence temporaire, et les enfants au-dessous de 16 ans ; l’ensemble du questionnaire est reproduit par Gille (B.), ouvr. cit., p. 214-215.

11 Sur les conditions générales d’exécution, voir Rigaudias-Weiss (H.), ouvr. cit., p. 192 et suiv., et Gille (B.) ouvr. cit., p. 215 et suiv.

12 Une partie des résultats a été publiée par Levasseur (E.), ouvr. cit., t. II, p. 300-334. L’ensemble est réuni aux Archives Nationales, sous les cotes C. 943 (Ain, C.945 (Ardèche), C.951 (Drôme), C.956 (Loire) et C.963 (Rhône), à l’exception des réponses de l’Isère conservées par les Archives départementales (A.D. Isère, 162 M 1 et 2). La très grande richesse des documents réside, pour l’essentiel, dans les réponses aux 18 autres questions et dans les rapports qui y sont annexés ; rien de ce qui touche à la classe ouvrière ne leur est étranger, et nous les utiliserons largement par la suite, sans revenir sur leur présentation critique. C’est à partir d’eux qu’ont été élaborés, pour l’essentiel quelques travaux fondamentaux dans le cadre régional, notamment Chomel (V.), Le département de l’Ardèche à la veille de la Révolution de 1848, Revue du Vivarais, t. 111, 1848, p. 31-52 et p. 69-97, et t. III, 1949, p. 33-51 ; Reynier (E.), La Seconde République dans l’Ardèche (1848-1852), Privas, 1952 ; Rude (F.), L’arrondissement de Vienne en 1848, dans La Révolution de 1848 dans le département de l’Isère, Grenoble, 1949 p. 211-434 ; Guillaume (P.), La situation économique et sociale du département de la Loire, d’après l’Enquête sur le travail agricole et industriel du 25 mai 1848, Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. X, 1963, p. 5-34.

13 D’après le préfet de l’Ardèche, le 8 février 1849 « ... un travail dont l’importance ne paraît pas avoir été appréciée par les commissions locales chargées d’en préparer les éléments ». (A.N., F 12 4476 C) ; et voir Reynier (E.), ouvr. cit., p. 20.

14 Dans la plupart des cantons « ...la désignation des délégués n’a pu se faire, aucun ouvrier ne s’étant rendu à la convocation du juge de paix... dans plusieurs localités, l’Enquête a été abandonnée ». (A.N., C 963, préfet Rhône, 30 novembre 1849).

15 Cf. A.D.L., 92 M 7, où le commissaire de police note la passion des mineurs de Rive-de-Gier à l’annonce de la réunion des commissions, le 25 septembre 1848.

16 A.N. C 963 : la réponse du4 e canton de Lyon rend compte longuement des opérations de mise en place des commissions et de recherche des renseignements.

17 En effet, les cantons absents sont ceux d’Annonay, dans l’Ardèche, de Grenoble pour l’Isère, de Romans, Tain, Pierrelatte, Saint-Paul-Trois-Châteaux pour la Drôme, Poncin, Villars-les-Dombes, Hauteville dans l’Ain. Quant à l’arrondissement de Villefranche, son dossier est squelettique : sept cantons manquent, sur neuf, dont Thizy et Tarare, c’est-à-dire les territoires du coton.

18 A Lyon, l’Enquête avait adopté une démarche originale : plutôt que de la mener totalement dans chacun des 6 cantons, les juges de paix s’étaient partagé les grands secteurs d’activité pour la ville tout entière. La disparition d’une partie des documents rend donc difficile l’utilisation de ceux qui ont été sauvés pour un comptage de la classe ouvirère, d’autant plus qu’ils ne concernent pas les branches essentielles de l’industrie lyonnaise.

19 L’Enquête semble avoir été menée à Lyon avec un grand sérieux, selon les instructions gouvernementales ; et, comme le note le juge de paix du 4e arrondissement, on avait même reçu telles quelles « ... les excentricités de pensée et de langage, reflet des utopies socialistes du moment... » (A.N., C 963). C’est la qualité même peut-être de ces réponses, très abondantes, qui a conduit à leur destruction : plusieurs cantons lyonnais ont été délibérément supprimés, d’après Rigaudias-Weiss (H.), ouvr. cit. p. 219 et suiv.

20 D’après Rigaudias-Weiss (H.), ouvr. cit. p. 219 et suiv., en mai 1849, donc un an après le début des opérations, 44 départements sur 84 étaient en retard dans leurs envois et 16 étaient restés muets. En décembre 1850, 2 177 cantons sur 2 847 avaient répondu. Dans le Rhône, les questionnaires ont été remplis d’octobre à décembre 1848, dans l’Isère de la fin d’août au début de novembre 1848, mais dans la Loire de janvier à décembre 1849 seulement.

21 Les résultats généraux, ventilés par département, ont été publiés dans Statistique de la France publiée par le Ministre de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux Publics, 2e Série, t. II, Territoire et population, Paris 1855, avec ceux des dénombrements de 1841 et 1846.

22 Et cependant le dénombrement de 1851 a peu attiré l’attention des historiens : après Simiand, il faut attendre Dupeux et Vigier pour en voir utiliser la richesse.

23 Par la circulaire du Ministre de l’Intérieur datée du 4 mars 1851, publiée dans son Bulletin Officiel, reprise sur la page de garde des listes nominatives : « On ne doit donner aux femmes qui n’ont pas de profession particulière celle de leur mari que lorsqu’elles concourent à l’exercice de cette profession. Ainsi, dans le commerce... Toutes les fois au contraire que la femme reste étrangère à l’état du mari, et n’a pas de profession distincte, elle doit être classée à la colonne 8, sous cette dénimination : vivant du travail et des revenus du mari.
L’observation qui précède s’applique aux enfants quand ils sont en bas âge et ne peuvent, par conséquent, ni exercer un état distinct ni aider les parents. Dans le cas contraire ils ont la profession des parents, à moins qu’ils n’en exercent une autre... ».

24 Bien qu’il échappe à nos préoccupations directes, le statut social de la paysannerie n’est pas sans intérêt, malgré les multiples erreurs de détail qu’y a remarqué Garder (G.) dans sa thèse sur Les campagnes de l’Ouest lyonnais et du Beaujolais à l’époque contemporaine. Car les masses rurales constituent une réserve de main-d’oeuvre à peine entamée en 1851, mais où va puiser l’industrialisation des années postérieures ; on se priverait d’un précieux élément d’information pour apprécier les mutations de la psychologie collective qu’implique la venue à l’usine et à la ville si on ignorait le statut antérieur de ces recrues nouvelles.

25 C’est cette diversité des vocabulaires, et leur confusion qui rend délicate l’utilisation des listes électorales, quand elles existent (cf. leur emploi parallèle à celui du dénombrement de 1851 dans Dupeux (G.), Aspects de l’histoire sociale et politique du Loir-etCher, 1848-1914, Paris 1962, p. 94). L’initiative de la mention professionnelle (absente d’ailleurs à Lyon en 1848, et le reste du département a disparu) y est en effet laissée à l’autorité locale ; et dans certaines communes du Dauphiné et du Vivarais, on a parfois l’impression d’une réalité socio-économique tout à fait étrangère à celle que suggère le code du dénombrement.

26 A tel point qu’en 1856, on a renoncé au comptage de la population active au profit du concept de « population vivant de » telle ou telle activité ; le sens du problème en a simplement été renversé, sans apporter la moindre esquisse de solution.

27 C’est le maire qui devait, avec l’aide éventuelle des agents des contributions, procéder à l’interrogatoire de chaque habitant, puis dresser des listes communales, ellesmêmes rassemblées par arrondissement, puis par départements, pour l’ensemble du pays enfin ; trois comptages successifs triplent donc les risques d’erreur... C’est en 1881 seulement qu’apparaîtra le bulletin individuel, et les récapitulations ne seront faites directement à Paris qu’à compter de 1896. Sur ces méthodes, voir Cahen, Evolution de la population active en France depuis cent ans, d’après les dénombrements quinquennaux, Etudes et conjoncture, mai-juin 1953, p. 230-232, et Chatelain (A), Valeur des recensements de la population française au XIXe siècle, R.G.L., t. XXIX, 1954, p. 273-280. Il est certain que même dans le cadre communal, les récapitulations par professions ne coïncident pas avec celles qu’on peut faire soi-même à partir de la liste nominative mais les différences peuvent être tenues pour négligeables après vérification dans une douzaine de cas.

28 Il y a toujours la crainte d’arrières-pensées fiscales (cf. Gille (B.), ouvr. cit., p. 202) mais aussi, en province, la vieille inquiétude devant le « dénombrement impie » ? (cf. Chevalier (L.), Classes laborieuses et Classes dangereuses, Paris, 1958, p. 32).

29 C’est-à-dire à la fois des récapitulations par départements et arrondissements (A.D.L., 47 M 9 ; A.D.I., 123 M 25 ; 5 M, non classé, dans A.D.R.) et surtout les listes nominatives et leurs comptages communaux. Dans la Drôme, elles ont été longtemps regroupées sous les cotes 35 M 26 à 35 M 40. Elles sont devenues à peu près inutilisables depuis leur dispersion en plus de 200 dossiers, et dont il est difficile de voir la raison. Grâce à Monsieur Chomel, Directeur des Archives départementales de l’Isère, on a pu rassembler une centaine de listes de l’Isère, conservées dans les dépôts communaux quelques sondages rapides révèlent la possibilité de retrouver, de la même manière, celles de l’Ain et de l’Ardèche.

30 Dupeux (G.), ouvr. cit., p. 90 et suiv.

31 Sur ces problèmes de définition, voir l’introduction générale.

32 Pour les critères de la population active, Sellier (F.) et Tiano (A.), Economie du travail, Paris 1962, p. 13 et suiv. et sur les regroupements socio-professionnels à partir des données de 1851, Dupeux (G.), ouvr. cit, p. 93. On a pris le parti d’éliminer les militaires, qui pour l’essentiel, sont ceux du contingent, quitte à ne pas inclure dans les actifs les soldats et officiers de carrière, et on a extrait les petits fonctionnaires des professions libérales pour les regrouper avec les salariés.

33 La page de garde des listes nominatives précise les critères de démarcation : « On doit considérer comme manufacturiers les propriétaires d’établissements qui réunissent tout ou partie des conditions suivantes :
1°) emploi d’un nombre d’ouvriers considérable...
2°) usage de moteurs mécaniques, comme machines hydrauliques, atmosphériques, à vapeur.
3°) vente des produits en gros à des marchands ou à la fois en gros et en détail, par l’intermédiaire de consignataires et dépositaires. Les autres établissements de même nature qui ne se trouvent dans aucune de ces trois conditions ne sont que des fabriques ou des métiers et doivent figurer dans la petite industrie... » Le progrès est net par rapport à la définition de 1839.

34 Puisqu’il s’agit de grands établissements, et que les patrons masculins sont déjà nettement séparés, on a considéré comme négligeable le patronat féminin.

35 Cf. supra, notes 7 et 8 ; il n’est donc pas possible de comparer au niveau national.

36 Des transferts ont aussi été opérés entre le comptage communal et celui de l’arrondissement. Ainsi pour la Loire, qui n’emploierait que 547 femmes dans les industries textiles de l’arrondissement de Saint-Etienne, alors que la feuille de la ville seule (A.D.L., 47 M 9 et 49 M 81 et 82) en compte 6808, celle de Firminy 1885 (A.D.L., 49 M 73), celle du Chambon-Feugerolles 510 (A.D.L., 49 M 73), celle de Saint-Chamond 1336 (A.D.L., 49 M 76), etc. Le total de 9 990 femmes dans l’industrie textile du département correspond à l’addition (fausse d’ailleurs) de ces 547 et des 9 453 de l’arrondissement de Roanne. Il y a donc, au total, une nette sous-estimation de la grande industrie ; il est facile de corriger pour la Loire, car le préfet a regroupé ces femmes (et un certain nombre d’hommes) dans les « divers » de la « petite industrie et marchande » sous le vocable d’« ourdissage ». Mais en l’absence de la majorité des bulletins communaux dans les autres départements, il faut s’en tenir aux nombres récapitulatifs sans trop se leurrer sur leur exactitude.

37 Cf. Statistique de la France, 2e série, t. XVII, Populations, Résultats généraux du dénombrement de 1866, Strasbourg, 1869, p. 10-17. En 1866, les salariés du commerce représentent, en France, 4,52 % de l’ensemble commerce-industrie. C’est ce coefficient qui est appliqué aux résultats de 1851.

38 Les « transports », soustraits à la « petite industrie et marchande » ont été rectifiés de la même manière ; mais le calcul ne peut éviter une certaine surestimation, les transports proprement dits et la fabrication des moyens de transport ne peuvent pas être démêlés. Quant aux effectifs du « commerce », ils résultent de l’addition des extraits de la « petite industrie » et de la rubrique III, qui englobe la banque, le courtage, etc.

39 En 1851, dans la « petite industrie », la population active masculine comprend 44 % de salariés ; on a convenu d’appliquer le même taux aux femmes, bien qu’il soit vraisemblablement trop élevé.

40 Cf. Supra, note 32.

41 L’expression ne correspond pas tout à fait à la définition classique, puisque les domestiques (55 931, dont 15 529 hommes et 40 402 femmes) n’y sont pas inclus.

42 Statistique de la France, XI Industrie, Il ouvr. cit. p. 136-137.

43 Les récapitulatifs ont été conservés pour Vaise (A.M., Lyon, fonds de la mairie de Vaise, dénombrement de 1851, listes nominatives), pour la Croix-Rousse et la Guillotière, mais pour seulement 4 cantons de Lyon sur 6 (A.D.R., 5, M, Population, non classée, listes nominatives de 1851, 8 registres) ; il faut donc calculer les résultats pour Lyon grâce à l’existence de toutes les autres communes du Rhône et du comptage départemental.

44 Statistique de la France, XI, Industrie, II, ouvr. cité, p. 148-149.

45 A.N. C 956, Enquête sur le travail...1848, départ, de la Loire.

46 A.D.L., 47 M 9, Dénombrement de 1851, Arrondissement de Saint-Etienne, récapitulatif par professions.

47 A.N. C 956, Enquête sur le travail..., 1848, cantons de l’arrondissement de Saint-Etienne.

48 Statistique de la France, XI, Industrie, II, ouvr. cit. p. 26-27.

49 A.D.I., 162 M 1 et 162 M 2, Enquête sur le travail, 1848, département de l’Isère.

50 Sur la physionomie de la géographie industrielle de l’Isère au milieu du XIXe siècle, voir Vigier (P.), La Seconde République dans la région alpine, Paris, 1963, t. II, p. 110-113.

51 Statistique de la France, XI, Industrie, II, ouvr. cit. p. 182-183 et A.D.D., M. 1344, ou le préfet (21. XII. 1849) note que le département « n’est pas manufacturier » et qu’il n’y a que trois centres ouvriers isolés, Romans, Crest et Dieulefit.

52 A.N. C 951, Enquête sur le travail...1848, réponses du dép. de la Drôme ; et Vigier (P.), ouvr. cit., t. II, p. 107-109.

53 Statistique de la France, XI — Industrie, II, ouvr. cit. p. 170-171.

54 A.N. C 945, Enquête sur le travail...1848, réponses du département de l’Ardèche.

55 Statistique de la France, XI, Industrie, II, ouvr. cit. p. 16-17. Pour tous les départements, on a pris en 1839-1843 les nombres bruts, c’est-à-dire y compris les ouvriers de quelques activités liées à l’agriculutre (comme les minoteries) et qui n’entrent guère dans notre définition contemporaine de l’industrie ; quelques centaines d’individus tout au plus.

56 A.N. C 943, Enquête sur le travail...1848, réponses du département de l’Ain.

57 L’histoire économique de la région tout entière reste à faire, malgré d’excellents ouvrages monographiques de régions ou de secteurs, cités en cours de route. Cette lacune sera comblée dans les années à venir, mais manque cruellement pour l’heure à toute recherche d’histoire sociale (cf. Léon (P.), Un projet : l’étude quantitative de la croissance dans une région dominante de l’ensemble économique français : la région lyonnaise, 1815-1967), Bulletin du Centre d’histoire économique et sociale de la région lyonnaise, mai 1969, p. 21-39.

58 Audiganne (A.), Les populations ouvrières et les industries de la France dans le mouvement social du XIXe siècle, Paris 1954, 2 vol. et 2e édit., Paris, 1860.

59 Reybaud (L.), Etudes sur le régime des manufactures Condition des ouvriers en soie, Paris, 1859 et Le fer et la houille, Paris, 1864.

60 Ogier (T.), La France par cantons et par communes, Département de la Loire, Lyon, s.d. 3 vol. et Département du Rhône, Lyon, s.d., 3 vol.

61 Cf. pour le bâtiment, en Dauphiné, Vigier (P.), ouvr. cit., p. 103-104.

62 Bozon (P.), La vie rurale en Vivarais, Valence, 1963, p. 142 et suiv.

63 Léon (P.), La naissance de la grande industrie en Dauphiné, Paris, 1954, t. II, p. 270 et Veyret-Verner (G.), L’industrie des Alpes françaises, Grenoble — Paris, 1947, p. 85 et suiv.

64 Veyret-Verner (G.), ouvr. cit. p. 81, Lebeau (R.), La vie rurale dans les montagnes du Jura méridional, Lyon, 1955, p. 315.

65 Voir Leon (P.), ouvr. cit., t. II, p. 579-582 et Vigier (P.), ouvr. cit., t. I, p. 93.

66 Bozon (P.), ouvr. cit., p. 142.

67 Statistique de la France, XI, Industrie, t. II, ouvr. cit. p. 12-13.

68 Id., p. 14-15 et A.N., C 943, Enquête sur le travail...1848, canton de Montluel.

69 A.N., C 951, Enquête sur le travail...1848, canton de Bourg-de-Péage.

70 A.D.I., 162 M 1, Enquête sur le travail...1848, canton de Bourg-de-Péage.
Les plaintes de Mens, où la toilerie est « sur le point de s’évanouir », de Virieu où elle est « ...presque complètement tombée... depuis le tissage à la mécanique et l’emploi des toiles coton » font écho à celles du Haut-Bugey... « la filature du fil avait autrefois une extension qu'elle perd chaque jour depuis les progrès de la filature mécanique du lin et du chanvre... Aujourd’hui, cette industrie est presque tombée, et les filandières ne travaillent que pour les besoins de leur ménage (A.N., C 948, id., canton d'Ambérieu). Quant à la draperie de Saint-Jean-de-Royans, elle disparaît « pour n’avoir pas suivi les perfectionnements apportés par les machines et les progrès de la fabrication... ».

71 Statistique de la France, XI, Industrie, t. II, ouvr. cit., p. 174-175 et 178-179 ; A.N. C 951, Enquête sur le travail...1848, Cantons de Dieulefit, Die, Crest et Bourdeaux ; Léon (P.), ouvr. cit., t. II, p. 570 et suiv. ; Vigier (P.), ouvr. cit., t. I, p. 96-97.

72 A.D.I., 162 M 2, Enquête sur le travail...1848, arrondissements de La Tour-duPin et de Saint-Marcellin.

73 A.N. C 956, Enquête sur le travail...1848, canton de Feurs.

74 Id. cantons de Saint-Bonnet-le-Château, Feurs, Saint-Jean-Soleymieux, et A.N. C 963, id. cantons de Mornant ; Poirier-Coutançais (F.), Analyse d’un rapport sur la situation industrielle du département de la Loire au début du Consulat, Colloque franco-suisse d’histoire économique, Genève, 1969, p. 127 ; Duplessy, ouvr. cit., p. 379-380.

75 Statistique de la France ; XI, Industrie, t. Il, ouvr. cit. cantons de Lagnieu et Lhuis ; A.D. I., 162 M 2, id. canton de Morestel.

76 A.N., C 943, Enquête sur le travail...1848, cantons de Ferney et Gex ; A.N. C 945, id., cantons de Viviers et de Saint-Péray ; Chaux hydrauliques et ciments Portland, de Lafarge et du Teil, Paris, 1900, p. 15-16 ; A.N. C 956, id. cantons de Saint-Rambert et de Charlieu, et C 951, id., canton de La Chapelle-en-Vercors.

77 Sur son évolution, voir Léon. (P.), ouvr. cit., t. II, p. 559 ; Statistique de la France, XI, Industrie, t. II, ouvr. cit., p. 20-21 ; et A.D. I., 162 M 2, Enquête sur le travail...1848, canton de La Tour-du-Pin.

78 A.N. C 943, Enquête sur le travail,...1848, canton de Seyssel.

79 A.N. C 945, id., cantons des Vans. A.D.I., 162 M 1, id., canton de Bourg d’Oisans, Sur les filons dauphinois et la fièvre de prospection en Mateysine et en Oisans, Léon (P.), ouvr. cit., t. II, p. 564 et suiv.

80 Léon (P.), ouvr. cit., t. II, p. 561 ; Statistique de la France, XI, Industrie, t. II, ouvr. cit., p. 18-19 et A.D.I., 162 M 1, Enquête sur le travail...1848, canton de La Mure.

81 Delacroix (M.), Statistique de la Drôme, 2e édit., Valence 1835, p. 378-379 ; Statistique de la France, XI, Industrie, t. II, ouvr. cit., p. 172-177 ; A.N. C 951, Enquête sur le travail,...1848, canton de Dieulefit ; Léon (P.), ouvr. cit., t. II, p. 577-578.

82 A.N. C 956, Enquête sur le travail...1848, canton de Boën.

83 Duplessy, Essai statistique sur le département de la Loire Montbrison, 1818, p. 369 ; A. N. C 956, Enquête sur le travail...1848, canton du Chambon-Feugerolles et A.N. C 963, id., canton de Givors ; Abeille (E.), Histoire de Givors, Lyon, 1912, p. 299 et suiv.

84 Statistique de la France, XI, Industrie, t. II, ouvr. cit., ensemble des départements de la région.

85 Vigier (P.), ouvr. cit., t. II, ouvr. cit., p. 20-21 ; A.D.I., 162 M 2, Enquête sur le travail...1848, canton de La Tour du Pin.

86 Ogier (T.), ouvr. cit., département du Rhône, t. I, p. 295.

87 A.N. C 943, Enquête sur le travail...1848, canton de Seyssel et canton de Bâgéle-Châtel.

88 A.N. C 963, id., cantons de Givors et de Pélussin. A.N. C 945, id., canton de Bourg-Saint-Andéol. A.D.I., 162 M 2, id., canton de Vienne. Sur le destin de la navigation rhodanienne, voir Rivet (F.), La navigation à vapeur sur le Rhône et la Saône, 1743-1863, Paris, 1962, qui est malheureusement une histoire de la batellerie sans bateliers.

89 Cf. Gras (L.J.), Le Forez et le Jarez navigables, Saint-Etienne, 1908, p. 42 et suiv. et Guillaume (P.), La Compagnie des Mines de la Loire. 1846-1854, Paris, 1966, p. 89-90

90 Si l’on confronte les chiffres éparpillés entre Duplessy, ouvr. cil. p. 106, Leseure (E.), Historique des mines de la Loire, 1903, p. 185, et surtout A.D.L., 56 M 11, Contributions indirectes, états périodiques du trafic sur la Loire, 1839-1851

91 Leseure (E.), ouvr. cil., p. 185. A.N. C 956, Enquêtes sur le travail...1848, cantons de Saint-Rambert, Saint-Jean-Soleymieux et Saint-Bonnet-le-Château ; Ogier (T.), ouvr. cit., département de la Loire, t. 1, p. 142-143 et p. 192.

92 A.N. C 956, Enquête sur le travail...1848, cantons de Roanne et du Perreux.

93 Sur la tradition lainière viennoise au XVIIIe, la stagnation puis la reprise des années 1840, Léon (P.), ouvr. cit., t. Il, p. 625 ; Lévy-Leboyer (M.), Les banques européennes et l’industrialisation internationale dans la première moitié du XIXe siècle, Paris, 1964, p. 101-102 ; Fohlen (C.), L’Industrie textile au temps du Second Empire, Paris, 1956, p. 184-186 ; Vigier (P.), ouvr. cit., t. I, p. 96-97, et Esmonin et collaborateurs, ouvr. cit., p. 216.

94 Statistique de la France, t. XI, Industrie, t. II, ouvr. cit., p. 24-26.

95 A.D.I., 162 M 2, Enquête sur le travail...1848, canton de Vienne.

96 Reynier (E.), L’organisation syndicale dans l’Ardèche, Paris, 1913, p, 2-3.

97 Bozon (P.), Histoire du peuple vivarois, Valence, 1966, p. 188.

98 Annuaire du département de l’Ardèche pour 1844, Privas, 1844, p. 78, et Chomel (V.), Le département de l’Ardèche à la veille de la Révolution de 1848, Revue du Vivarais, 1948, p. 33.

99 Sur l’évolution des industries de Romans, voir Bellon (M.A.), Les ouvriers de Romans et Bourg-de-Péage (Drôme), 1870-1914 D.E.S. Lyon, 1966, dactylographié, inédit, (introduction p. IV-VI) et Léon (P.), ouvr. cit., t. II, p. 576.

100 Cf. Léon (P.), ouvr. cit., t. II, p. 605. Statistique de la France, XI, Industrie, t. II, ouvr. cit., p. 174-175, 178-179, et A.N. C 951, Enquête sur le travail...1848, cantons de Crest.

101 Statistique de la France, XI, Industrie, t, II, ouvr. cit. p. 22-23.

102 Duplessy, ouvr. cit., p. 383-384 ; Ogier (T.), ouvr. cit., département de la Loire, t. Il, p. 594 et Statistique de la France, XI, Industrie, t. Il, ouvr. cit., p. 144-145.

103 Statistique de la France, XI, Industrie, t. II, ouvr. cit. p. 12-13.

104 Annuaire...1844, ouvr. cit., p. 78 ; Statistique de la France, XI, Industrie, t. II, ouvr. cit., p. 168-169 ; Bozon (P.), ouvr. cit., p. 189 et Chomel (V.), ouvr. cit., p. 33.

105 Statistique de la France, XI, Industrie, t. II, ouvr. cit., p. 160-161 et A.N. C 945, Enquête sur le travail...1848, canton d’Aubenas.

106 Léon (P.), ouvr. cit., t. Il, ouvr. cit., p. 18-21 ; A.D.L, 162 M 1 et 2, Enquête sur le travail...1848, arrondissements de Grenoble et de La Tour-du-Pin ; Vigier (P.), ouvr. cit., t. I, p. 99.

107 Statistique de la France, XI-Industrie, t. II, ouvr. cit., p. 18-21 ; A.D.L, 162 M 1 et 2, Enquête sur le travail...1848, arrondissements de Grenoble et de La Tour-du-Pin ; Vigier (P.), ouvr. cit., t. I, p. 99.

108 Cf. Abeille (E.), ouvr. cit., p. 161-162 et p. 284.

109 Duplessy, ouvr. cit., p. 367-368 et Chomienne (C.), Histoire de la ville de Rivede-Gier, Saint-Etienne, 1912, p. 263.

110 Statistique de la France, XI, Industrie, t. II, ouvr. cit., p. 146-147.

111 D’après Gras (L.J.), Histoire de la verrerie en Forez et en Jarez, 1923, p. 187, qui cite un manuscrit de Descreux ; voir aussi Perrin (M.), Saint-Etienne et sa région économique, Tours, 1937, p. 326 et suiv.

112 A.N. C 956, Enquête sur le travail...1848, canton de Rive-de-Gier.

113 Abeille (E.), ouvr. cit., p. 284.

114 A.D. R., M., non classée, état des établissements industriels du Rhône, 1847 ; Pelletier (P.), Les verriers dans le Lyonnais et le Forez, Paris, 1887, p. 246-248, et Laferrère (M.), Les industries chimiques de la région lyonnaise, R.G.L., t. XXVII, p. 222.

115 A.N. C 963, Enquête sur le travail...1848, canton de Mornant et A.D.I., 162 M 2, id., canton de Vienne.

116 Il s’agit, bien sûr, d’industries tout à fait différentes de la clouterie des campagnes, très répandues dans les zones montagneuses, et qui n’est que survivance vouée à la liquidation vers 1850. Elle a, de fait, disparu dans la région de Nantua, où elle avait été longtemps active (cf. Lebeau (R.), ouvr. 315-319), et ne subsiste qu’en Mateysine, où l’on compte encore 600 cloutiers à la Mure en 1848 (A.D.I., 162 M 1, Enquête sur le travail, 1848, canton de La Mure).

117 Cf. Perrin (M.), ouvr. cit., p. 210.

118 Les commandes piémontaises notamment expliquent la progression des fusils de guerre : 51 000 en 1848, 77 000 en 1849, sans que l’affaissement, éphémère, des armes de chasse libère suffisamment de main-d’oeuvre ; cf. Gras (L.J.), Historique de l’armurerie stéphanoise, Saint-Etienne, 1905, p. 237.

119 A.N. C 956, Enquête sur le travail...1848, cantons de Saint-Etienne et de Saint-Héand.

120 D’après Gras (L.J.), ouvr. cit., p. 235 et 237, qui part des estimations de la Chambre de Commerce ; quelques années plus tard, Ogier (T.), ouvr. cit., département de la Loire, t. II, p. 122, reprend le nombre de 8 000.

121 Duplessy, ouvr. cit., p. 346 et suiv. ; Lévy-Leboyer (M.), ouvr. cit., p. 371, note 144.

122 Duplessy, ouvr. cit., p. 356.

123 Lévy-Leboyer (M.), ouvr. cit., p. 369-371 et notamment note 143, Chomienne (C.), ouvr. cit., p. 284.

124 A.N. C 956, Enquête sur le travail...1848, cantons de Saint-Etienne, du Chambon-Feugerolles, de Saint-Héand et de Saint-Bonnet-le-Château ; Ogier (T.), ouvr. cit., département de la Loire, t. II, p. 119, 192 et 216.

125 Gras (L.J.), Essai sur la quincaillerie,...Saint-Etienne, 1904, donne 5 520 quincailliers pour le seul arrondissement de Saint-Etienne, et s’écarte donc peu des chiffres de l’Enquête sur le travail ; il distingue 700 couteliers, 1 000 taillandiers, 900 cloutiers, 120 tailleurs de limes et note la multiplication rapide des fabricants de faux et d’outils agricoles (1 500) et surtout des serruriers (1 300, contre 800 seulement en 1834).

126 Duplessy, ouvr. cit., p. 356 ; Gras (L.J.), ouvr. cit. p. 103 et suiv.

127 Veyret-Verner (G.), ouvr. cit., p. 103-106.

128 Léon (P.), ouvr. cit., p. 627-628.

129 Outre Veyret-Verner (G.) ouvr. cit., p. 110-112, voir Vigier (P.), ouvr. cit., t. I, p. 102, note 167.

130 A.D.I., 162 M 1, Enquête sur le travail...1848, arrondissements de Grenoble.

131 A.D.I., 162 M 1, id., cantons de Monestier-de-Clermont et de Saint-Laurent-duPont où l’on note la nouveauté de la chapellerie, mais son impuissance à combler le vide laissé par la disparition des textiles traditionnels.

132 D’après Léon (P.), ouvr. cit., t. II, p. 630-632 ; voir aussi Vigier (P.), ouvr. cit., t. I, p. 102. A l’autre bout de la région, la chapellerie de Chazelles-sur-Lyon semble sur le point de s’éteindre, et alors qu’elle employait 450 personnes sous le Consulat (PoirierCoutançais (F.), art. cit., p. 127), elle n’en a plus que 275 en 1848 (A.N., C 956, Enquête sur le travail).

133 Lebeau (R.), ouvr. cit., p. 319-322 et p. 461-466.

134 A.N. C 943, Enquête sur le travail...1848, cantons de Nantua et d’Oyonnax.

135 Sur l’introduction de la mousseline dans la région de Tarare, voir Fohlen (C.), ouvr. cit., 1956, p. 184 ; Lévy-Leboyer (M.), ouvr. cit., p. 73-74 et Gras (L.J.), Notices historiques...Les origines de l’industrie des cotonnades en Forez, Saint-Etienne, 1924, p. 48-49.

136 Cf. Déchelette (Ch.), L’industrie cotonnière à Roanne, Roanne, 1910, p. 31.

137 Lévy-Leboyer (M.), ouvr. cit., p. 85, note 89.

138 Duplessy, ouvr. cit., p. 373-374.

139 Id. p. 375-376.

140 En 1835-1840, il y aurait eu 1 254 métiers à Tarare, 654 à Néronde, et 600 à Saint-Symphorien-en-Lay, tous les autres étant dispersés à la campagne, dont 1 653 dans l’arrondissement de Roanne (d’après Lévy-Leboyer (M.) ouvr. cit., p. 73-74).

141 Statistique de la France, XI, Industrie, t. II, ouvr. cit., p. 134-135.

142 A.N. C 963, Enquête sur le travail...1848, cantons de Villefranche et de Lamure.

143 Ogier (T.), ouvr. cit. département du Rhône, t. II, p. 452, qui a noté le travail du coton à Beaujeu, Belleville, Saint-Georges-de-Reneins, Saint-Jean-d’Ardières, Taponas ; au Breuil, à Chamelet, Saint-Just-d’Avray ; dans le canton du Bois-d’Oingt, à Lamure, Saint-Bonnet-le-Troncy, Chambost-Allières, Grandris, Meaux, Thel et Saint-Vincent-de-Rheins qui a deux grandes filatures ; Monsols, Saint-Igny-de-Vers, Propières ; à Affoux, SaintAppolinaire, Saint-Clément-de-Valsonne, Daveizé, Dième, Saint-Forgeux, Joux, SaintMarcel-l’Eclairé, Saint-Clément-de-Valsonne, Mornant, Mardore et Saint-Jean-Labussière, outre les grandes centres bien sûr.

144 Statistique de la France, XI, Industrie, t. II, ouvr. cit., p. 144-145.

145 A.N. C 956, Enquête sur le travail...1848, arrondissement de Roanne. Dumoulin (M.) En pays roannais, Roanne, 1892, p. 216 a, pour 1848, des estimations nettement inférieures (896 tisseurs, dont 597 en ateliers et 299 à domicile) de la cotonnade à Roanne ; mais il ne cite pas ses sources, et il n’est donc pas possible d’en apprécier la qualité.

146 Sur les difficultés et les divergences des comptages globaux, voir Fohlen (C.), ouvr. cit., p. 187.

147 Sur la reconquête des marchés, les raisons et les fondements de la suprématie lyonnaise, l’expansion de la fabrication, la source essentielle demeure. Pariset (E.), Histoire de la Fabrique lyonnaise de soierie, Lyon, 1901, p. 259-318, reprise dans une perspective d’analyse économique globale par Lévy-Leboyer (M.), ouvr. cit., p. 137-138 notamment.

148 Sources et auteurs s’accordent rarement sur leur nombre : 8 930 en 1815, d’après A.N., F 12 1583 ; Lévy-Leboyer (M.), ouvr. cit., p. 143, citant une Statistique industrielle de A.D.R., 12 M, en relève 18 216 en 1810, 25 268 en 1820, 37 543 en 1830 et 57 400 dès 1840.

149 Pour 1849, Lévy-Leboyer (M.), ouvr. cit., p. 134, note 16, et, en 1853, Laferrère (M.), Lyon, ville industrielle Paris, 1960, p. 122-123 s’accordent sur ce total de 60 000.

150 Laferrère (M.), ouvr. cit., p. 122-123.

151 D’après les valeurs absolues données, en kg, par Pariset (E.), ouvr. cit., p. 289, note 2 : 1809-1818 = 392 150 ; 1819-1828 = 519 958 ; 1829-1838 = 649 209 ; 1839-1848 = 1 367 260 ; 1849-1858 = 2 498 534 ; le mouvement ne se ralentit donc guère à partir de 1849 (1849-1858 = + 82 %).

152 Cf. Pouthas (Ch.), La population française pendant la première moitié du XIXe siècle, Paris, 1956, p. 98-101.

153 Sur la population des communes suburbaines, qui vont être rattachées à Lyon en 1852, voir Arminjon (J.), La population du département du Rhône, Lyon, 1940, qui propose :

Image 10000000000002560000006751371B72.jpg

De la Croix-Rousse, il faut cependant retirer la population comptée en bloc, donc réduire à 27 972 personnes (A.D.R., M, Dénombrement de 1851, Listes nominatives Croix-Rousse) ; au contraire, A.D.R., M., id., La Guillotière et A.M. Lyon, id., fonds de la Mairie de Vaise confirment les chiffres d’Arminjon.

154 Statistique de la France, XI, Industrie, t. Il, ouvr. cit., p. 132-134.

155 A.M. Lyon, sous le titre de « Recensements de la population », 1845 et 1847. Ils ont été conservés pour toute la première moitié du XIXe siècle ; ils divisent la ville en « arrondissements » et « sections », avant de considérer chaque chef de famille, par rues et par maison, pour le calcul de l’impôt sur les loyers. Ils notent profession, âge, lieu de naissance, nombre d’employés éventuel, des femmes et des enfants. Il s’agit donc d’une source de qualité exceptionnelle : on a utilisé les chiffres de 1847, à l’exception du 1er arrondissement (les basses pentes de La Croix-Rousse) où l’on dispose de la seule année 1845. Le récapitulatif donne exactement 18 612 personnes, mais il manque une section du 5e.

156 Cf. Garden (M.), Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, Paris, 1970, qui évalue les ouvriers en soie, toutes catégories données, à une douzaine de milliers (p. 275 et suiv.) alors qu’un Mémoire de 1846 n’hésite pas à parler des 150 000 travailleurs de la Fabrique ! Et il est difficile d’accepter les estimations d’Audiganne en 1854 : le rapport même du nombre des métiers (35 000) et des ouvriers (87 000) les rend suspectes.

157 A.D.R., M, Dénombrement de 1851, La Guillotière.

158 A.M. Lyon, recensements de la population, 1845 et 1847.

159 Pariset (E.), ouvr. cit., p. 308, note 2, parle de 60 000 métiers en 1847 ; or, on verra qu’à partir des années 1840, l’agglomération n’en regroupe plus que la moitié.

160 Laferrère (M.), ouvr. cit., p. 144, 149-151 et suiv.

161 A.M. Lyon, « recensement de la population », 1845 et 1847.

162 A.N., C 963, Enquête sur le travail...1848, 6e canton de Lyon.

163 A.D.R., 12 M, Statistique industrielle, Relevé des établissements industriels, 27 février 1847.

164 Pariset (E.), ouvr. cit., p. 398.

165 Sur ces vicissitudes, voir notamment Garden (M.), Les crises économiques de 1836 et de 1839 à Lyon, D.E.S., Lyon, 1957, dactylographié.

166 Les grandeurs absolues varient beaucoup d’un auteur à l’autre ; le fait n’a rien d’étonnant, puisque le nombre de métiers au travail peut considérablement osciller avec la conjoncture et la saison, et que c’est précisément cette souplesse que les fabricants sont allés chercher à la campagne. Selon A.D.R., 12 M, Statistique industrielle, repris par Lévy-Leboyer (M.), ouvr. cit., p. 143, l’évolution aurait été la suivante :

Image 10000000000002A9000000A771F0E08D.jpg

D’après Beauquis (A.), Histoire économique de la soie, Grenoble, 1910, p. 244-245, on aurait compté hors de Lyon 7 000 métiers en 1830, 15 000 en 1833, 21 000 en 1840 et 25 000 en 1848. Ces deux derniers nombres sont repris par Lapierre (J.) et Leroudier (E.), Historique de la Fabrique lyonnaise de soierie, Lyon, 1923, p. 116, qui retient par ailleurs 19 000 en 1834. Laferrère (M.), ouvr. cit., p. 131 en compte 18 000 au moins en 1840 sur un total de 40 000, alors qu’un relevé de 1827 (Archives historiques et statistiques du département du Rhône, t. VII, 1828, p. 191) parle d’un ensemble de 30 000 métiers, dont 5 000 dans les « villages », 50 000 dans les faubourgs et 20 000 à Lyon.

167 C’est à peu près l’évaluation d’Audiganne (A.), ouvr. cit., 2e édit., p. 230 ; voir aussi Boisson (J.), La Fabrique lyonnaise de Soieries, aperçu économique et social, 1850-1873, D.E.S., Lyon, 1955, dactylographié, p. 31.

168 Pour le canton de Vizille, par exemple, on ne peut démêler la part des tisseurs de soie dans l’ensemble des salariés industriels (A.D.I., 162 M 1, Enquête sur le travail...1848, canton de Vizille) ; à La Mure d’Azergues, on a considéré sur la foi d’Ogier (Th.), ouvr. cit., Rhône, t. II, p. 255, que la moitié des 6 000 tisseurs travaillaient la soie.

169 On n’a pas repris systématiquement les références qui sont celles indiquées supra, note 12.

170 Lévy-Leboyer (M.), ouvr. cit., p. 142-143 et A.D.L., 81 M 4.

171 Dumoulin (M.), ouvr. cit., p. 248.

172 Sur l’usine Martin, voir Reybaud (L.), ouvr. cit., Conditions des ouvriers en soie, p. 205 et suiv. ; sur Bourg-Argental, Duplessy, ouvr. cit., p. 394.

173 Ogier (Th.) ouvr. cit., Rhône, t. III, p. 599 et 658 ; t. I, p. 443 et 527 ; t. II, p. 209 et 225.

174 Ogier (Th.), ouvr. cit., id., t. III, p. 643.

175 A.N., C 963, Enquête sur le travail...1848, canton de Charlieu.

176 Sur l’ensemble de la soierie dauphinoise, voir Jouanny (J.), Le tissage de la soie dans le Bas-Dauphiné, Grenoble, 1931 ; Léon (P.), ouvr. cit., t. II, p. 597 et suiv. ; P. Vigier, ouvr. cit., t. 1, p. 101, p. 111 et suiv.

177 Jouanny (J.), ouvr. cit., graphique hors texte, dénombre 700 métiers en 1840, 3326 en 1850.

178 A.D.I., 162 M I et 162 M 2.

179 Histoire de Condrieu et des environs, Vienne, 1851, p. 221.

180 A.N., C 943, Enquête sur le travail...1848, canton d’Oyonnax : le canton de Poncin est absent (en partie), mais en 1839-1843, l’usine de Jujurieux employait 230 femmes (Statistique de la France, XI, Industrie, t. I, ouvr. cit., p. 12-13) ; les autres chiffres nous ont été indiqués par M. Henri Pansu, qui prépare une thèse sur Claude-Joseph Bonnet.

181 Le tissage du « Thibet » (le mélange de la laine et de la schappe) était pratiqué à Saint-Rambert dès 1820, et à celui des châles en cachemire à Tenay. C’est en 1829 qu’une seconde usine avait associé filature et tissage (Cf. R. Lebeau, ouvr. cit., p. 451 et suiv.).

182 En 1839-1843 (Statistique de la France, XI, Industrie, t. II, ouvr. cit. ; p. 180-181. Sailllans avait 3 ateliers et 232 ouvriers ; le recul est patent. Voir aussi Léon (P.), ouvr. cit., t. II, p. 601 et suiv. ; les métiers de Romans avaient cessé de battre dès 1830.

183 D’après Bozon (P.), Histoire du peuple vivarois, ouvr. cit., p. 188.

184 Calculées d’après les chiffres de Gras (L.-J.), Histoire de la rubannerie stéphanoise. Saint-Etienne, 1906, p. 600-606, soit 1835-1839 : 330 000 kg ; 1840-1844 : 393 200 ; 1845-1849 : 503 000.

185 Sur la rubannerie sous l’Ancien Régime, ses origines et son évolution, voir Perrin (M.), ouvr. cit., p. 264 et Lévy-Leboyer (M.), ouvr. cit., p. 131-133.

186 Poirier-Coutançais (F.), art. cit., p. 124-125 et Vaganay (H.), Le mouvement de la population dans le bassin du Gier au XIXe siècle et au XXe siècles, Etudes Rhodaniennes, V, 1929, p. 48-49.

187 D’après Duplessy, ouvr. cit., p. 401, qui recense 5 529 métiers seulement en 1817 (1550 en ville, 3 979 à la campagne) et 10 736 ouvriers sans, il est vrai, prendre en compte la Haute-Loire.

188 Cf. Lévy-Leboyer (M.), ouvr. cit., p. 132-133.

189 A.D.R., 12 M, Statistique industrielle, Tableau des métiers existant au 1er novembre 1834, arrondissement de Saint-Etienne.

190 A.D.L., 81 M 20, Statistique des métiers, nov. 1834.

191 Gras (L.-J.), ouvr. cit., p. 598 et suiv.

192 Statistique de la France, XI, Industrie, t. II, ouvr. cit., p. 146-147.

193 A.D.L., 56 M 6, préfet de la Loire, 1842.

194 Gras (L.-J.), ouvr. cit., p. 614.

195 A.N. C 956, Enquête sur le travail...1848, arrondissement de Saint-Etienne.

196 A.D.R., 12 M. Cf. note 189.

197 A.N. C. 956, Cf. note 195

198 Dont 8 000 dans la commune même de Saint-Etienne, si l’on en croit Gonnard (P.) Les passementiers de Saint-Etienne en 1833, Revue d’histoire de Lyon, VI, 1907, p. 88.

199 D’après Bossakiewiz (S.), Histoire générale de Saint-Etienne, La Fère, 1905, 190 fabricants faisaient travailler 11 065 hommes, 12 450 femmes et 985 enfants de moins de 16 ans, donc 24 500 salariés dans l’agglomération stéphanoise.

200 A.D.L., 49 M 77 à 49 M 86 dénombrement de 1851, listes nominatives de l’arrondissement de Saint-Etienne.

201 Rappelons que le dénombrement ne prend en compte que les professions déclarées, et ne peut mesurer l’emploi réel ; or, plus qu’ailleurs, la présence d’industries multiples à Saint-Etienne favorise la mobilité professionnelle, de la passementerie vers l’armurerie et la mine, et vice versa ; dès lors, combien de « passementiers », d’« armuriers », de « mineurs » ? C’est ainsi qu’un état inclus dans l’Enquête de 1848 (A.N. C. 956, et A.D.L., 84 M 7 mais dressé en période de chômage, donc un reflet du seul emploi, réduit le nombre des passementiers dans la ville à 7 628 individus, dont 1 980 chefs-d’atelier, 1 572 compagnons, 917 filles et femmes tisseuses, 2 633 canetteuses et 559 enfants de moins de 16 ans.

202 Sur les différents travaux de préparation du fil de soie « tirage », « ouvraison et moulinage », Beauquis (A.), ouvr. cit., p. 136 et suiv., et Pariset (E.), Les industries de la soie, Lyon, 1890, p. 77 et suiv.

203 Chomienne (C.) ouvr. cit., p. 366 et Vaganay (H.), art. cit., p. 48-49.

204 Statistique de la France, XI, Industrie, t. II, ouvr. cit., p. 146 et 147.

205 A.N. C 956, Enquête sur le travail...1848, cantons de Saint-Etienne.

206 A.M. Lyon, « Dénombrement » de la population, 1845 et 1846.

207 A.D.R., 12 M. Statistique industrielle, relevé des établissements industriels, 27 février 1847.

208 Sur l’ensemble de la production française, voir les ouvrages de Pariset (E.), sur les industries de la soie, ouvr. cit., p. 168, et la Fabrique lyonnaise, ouvr. cit., p. 337, note 1 (moyennes annuelles, 1821-1830 : 10 800 000 kg ; 1831-1840 : 11537 000 kg ; 1841-1845 : 17 500 000 kg ; 1845-1852 : 24 254 000 kg, contre 5 000 000 kg au début du siècle.

209 1 643 000 kg en 1846, d’après Reynier (E.), La soie en Vivarais, Largentière, 1921, p. 81 et suiv.

210 Voir Léon (P.), ouvr. cit., p. 588 et suiv. t. II.

211 D’après Veyret-Verner (G.), ouvr. cit., p. 98-102.

212 Cf Lebeau (R.), ouvr. cit., p. 451.

213 A.D.L., 78 M 1, Etat des plantations de mûriers et des produits séricicoles, s.d., (vers 1850). Le Pilat (Pélussin, Saint-Pierre-de-Boeuf) l’emportent nettement, mais Izieux, Rive-de-Gier, Saint-Genis-Terrenoire produisent aussi de la soie, et il y a des mûriers en plein pays minier, à Roche-la-Molière et à Sorbiers.

214 Ogier note des plantations nouvelles à Lézigneux, ouvr. cit., Loire, t. I, p. 504, à Allix et à Vernaison, ouvr. cit., Rhône, t. I, p. 49 et t. II, p. 11.

215 Laferrère (M.), ouvr. cit., p. 139.

216 Cf. Bozon (P.), ouvr. cit., p. 185 et suiv.

217 Annuaire historique et statistique de l’Ardèche pour 1840, Aubenas, 1841, p. 378-379.

218 Léon (P.), ouvr. cit., t. II p. 590 et suiv., et Veyret-Verner (G.), ouvr. cit., p. 98-102. Filature et moulinage s’étalent vers le Sud largement hors de la région, dans les Basses-Alpes et le Vaucluse.

219 On a vu la médiocrité des installations foréziennes ; le corollaire de leur déclin est l’appel grandissant aux fils cévenols et dauphinois, et le Pilat cesse d’être une barrière : il y a continuité de la zone soyeuse. Cf. Duplessy, ouvr. cit., p. 395.

220 A.N. C 945, Enquête sur le travail...1848, Ardèche.

221 A.N. C 951, id., Drôme.

222 Statistique de la France, XI, Industrie, t. II ouvr. cit., p. 160-169 et 172-181.

223 Delacroix (M.), ouvr. cit., 2e éd., p. 378.

224 En 1839-1844, dans la Drôme : 1 507 aux filatures, 3 855 aux moulinages ; dans l’Ardèche, respectivement 1 018 et 5 354.

225 La part de chaque arrondissement est la suivante : Valence, 2 334 ; Die, 1 373 ; Nyons, 1 061 ; Montélimar, 1 812 ; mais aucun d’eux n’a d’unité géograhique, et cette répartition n’a qu’un intérêt relatif.

226 Sur la question, voir Laferrère (M.), ouvr. cit., p. 456-458, 476, 485 et suiv.

227 A.D.R., 12 M, Relevé des établissements industriels département du Rhône, 27 février 1847.

228 Sur l’élargissement des horizons charbonniers, voir l’analyse monographique de Guillaume (P.), Les débuts de la grande industrie houillère dans la Loire : les mines de Roche-la-Molière et de Firminy sous la Restauration, Cahiers d’Histoire, IV, 1959, p. 147-166, et sa conclusion surtout.

229 Le travail fondamental — un fouillis de renseignements — demeure, Gras (L.-J.), Histoire économique générale des Mines de la Loire, Saint-Etienne, 1922, 2 vol. ; Leseure (E.), ouvr. cit., est précieux pour les séries statistiques.

230 D’après Perrin (M.), ouvr. cit., p. 84-92 et, pour le XVIIIe, p. 73-75.

231 Les vicissitudes du marché charbonnier forézien, ses mutations géographiques sont décrites par Lévy-Leboyer (M.), ouvr. cit., p. 313 et suiv. et p. 318 et suiv.

232 D’après Leseure (P.), ouvr. cit., p. 337-343, on peut calculer les moyennes quinquennales de la production (en tonnes) :

Image 10000000000002580000009247D9F4D3.jpg

233 Chomienne (C.), ouvr. cit., p. 221 parle de 1 080 mineurs en 1815, contre 860 pour Duplessy, ouvr. cit., p. 331-332, qui en compte 1 079 en 1817. Pour les effectifs postérieurs, voir Leseure (E.), ouvr. cit., p. 337-343.

234 2 000 ouvriers dans une trentaine de puits, d’après un rapport de police du 15 novembre 1849, A.D.L., 21 M 22.

235 743 en 1815, 731 en 1816 et 746 en 1817 d’après Duplessy, ouvr. cit., p. 331-332.

236 Gras (L.-J.), ouvr. cit., t. II, Histoire économique... des mines..., p. 305, parle de 3 500. mineurs à Saint-Etienne et alentours, et de 2 300 à Rive-de-Gier en 1845 soit 5 800 en tout.

237 Résumé des travaux statistiques de l’administration des mines, années 1847-1852, et Guillaume (P.), La compagnie des mines de la Loire, ouvr. cit. ...p. 138.

238 A.N., C 956, Enquête sur le travail...1848, arrondissement de Saint-Etienne.

239 D’après l’état récapitulatif par professions, arrondissement de Saint-Etienne, dressé par le sous-préfet, dans A.D.L., 47 M 9.

240 Sur la physionomie générale du bassin, dans les années 1840-1850, voir Guillaume (P.), ouvr. cit., p. 16 et suiv. et p. 48-50. Pour la production et les effectifs, on a préféré les chiffres plus précis de Leseure (E.), ouvr. cit., p. 337 et suiv., à ceux de la Statistique de l’industrie minérale, et notamment du volume du Centenaire (1934), calculés sur une définition géographique plus large du bassin de la Loire et qui ne font pas la distinction entre Rive-de-Gier et Saint-Etienne.

241 Cf. pour le contexte national, Vial (J.), L’industrialisation de la sidérurgie française, 1814-1864, Paris, 1967, p. 29-202, qui s’en tient malheureusement aux très contestables divisions géographiques des publications statistiques du temps et fait peu de place aux réalités régionales.

242 Cf. Perrin (M.), ouvr. cit., p. 89-90.

243 Voir à ce propos Lévy-Leboyer (M.), ouvr. cit., p. 335.

244 Gras (L.-J.), Histoire économique de la métallurgie de la Loire, 1912, p. 20 et suiv. et Vaganay (H.), ouvr. cit., p. 46 et suiv.

245 Gras (L.-J.), ouvr. cit., note 244, p. 27-32, et Vial (J.), ouvr. cit., p. 106 et suiv.

246 Gras (J.-J.), ouvr. cit., p. 32 et suiv. ; Vial date l’installation d’un haut-fourneau à Vienne en 1818 ; il semble qu’il y ait eu confusion entre la date du démarrage des travaux et celle de la première coulée, qui est de février 1820, d’après Léon (P.), ouvr. cit., t. II p. 612 et Lévy-Leboyer (M.), ouvr. cit., p. 335 et suiv. Sur les usines de la région stéphanoise, notamment Ardaillon-Bessy et Neyrand-Thiollière, les Frèrejean à Terrenoire, Morel et Dugas à Saint-Chamond, cf. Gras (L.-J.), ouvr. cit., p. 32 et 51 ; Vaganay (H.), ouvr. cit., p. 46 ; et Bonnefons (E.), Histoire de la ville de Saint-Etienne et de ses environs, Saint-Etienne, 1851, p. 369.

247 La Tour Varan (J.A. de). Notice statistique industrielle sur la ville de Saint-Etienne, Saint-Etienne, 1851, p. 91 ; Gras (L.-J.), ouvr. cit., p. 52 et suiv. ; Léon (P.), ouvr. cit., t. II, p. 610 et suiv.

248 Perrin (M.), ouvr. cit., p. 219 et suiv.

249 Sur le mouvement de concentration, voir Gille (B.), La sidérurgie française au XIXe siècle, Genève, 1968, p. 55 après Gille (B.), Recherches sur la formation de la grande entreprise capitaliste, 1815-1848, Paris, 1959, p. 79-80 et 84, sur les tentatives d’intégration.

250 Gras (L.-J.), ouvr. cit., p. 61-64 et 28 ; Lévy-Leboyer (M.), ouvr. cit., p. 368, note 130. Ces chiffres sont d’ailleurs sujets à caution, et la comparaison d’une année à l’autre reste hasardeuse à cause de la diversité des productions et de leurs appellations. Si on compare avec la production française d'acier, 12 670 en 1847 d’après Statistique de l’Industrie Minérale, 1860, p. XCI, la Loire représenterait un peu moins d’un quart.

251 Cf. Léon (P.), ouvr. cit., t. II, p. 610 et suiv.

252 Abeille (A.), ouvr. cit., p. 296 et suiv. Un centenaire, Compagnie des hautsfourneaux et fonderies de Givors, Etablissements Prénat, Mulhouse, 1949, p. 9-11.

253 Léon (P.), ouvr. cit., t. II, p. 565-566 et 612 ; Esmonin et coll. ouvr. cit., p. 218-219.

254 Gras (L.-J.), ouvr. cit., p. 43 et suiv.

255 Reynier (E.), Histoire de Privas, t. III, Privas, 1951, p. 137-140 et Reynier (E.), Mines, métallurgie et voies ferrées de la région privadoise, Aubenas, 1943.

256 Bozon (P.), Histoire...ouvr. cit., p. 189-190.

257 Léon (P.), ouvr. cit., t. II, p. 613, et Lévy-Leboyer (M.), ouvr. cit., p. 335 et suiv. Sur Allevard, Léon (P.), Deux siècles d’activité minière et métallurgique en Dauphiné, l’usine d’Allevard, 1675-1870, R.G.A., XXXVI, 1948, p. 244 et suiv.

258 Lévy-Leboyer (M.), ouvr. cit., p. 369 et Laferrère (M.), ouvr. cit., p. 272 et suiv. ; pour le centre viennois, Léon (P.), ouvr. cit., t. II, p. 618-622. Dès 1804, Lyon possédait un atelier de machines à vapeur ; en 1825, il y en avait trois, plus un à Vienne (Frèrejean) et un à Saint-Etienne.

259 Chomienne (C.), ouvr. cit., p. 295 et p. 340-348 et Gras (L.-J.), ouvr. cit., p. 387 et suiv. En 1841, l’installation d’un marteau-pilon chez Petin et Gaudet, à Rive-de-Gier, avait par ailleurs ouvert une ère nouvelle dans la fabrication des grosses pièces. D’après Perrin (M.), ouvr. cit., p. 185-188, il y avait en 1835 dans l’arrondissement de Saint-Etienne 162 machines à vapeur de 4 800 CV, soit le quinzième de la puissance installée française : toutes avaient été construites sur place.

260 Laferrère (M.), ouvr. cit., p. 285-288.

261 Léon (P.), ouvr. cit., t. II, p. 620-621 et art. cit., p. 215-258.

262 Sans qu’il soit même possible de voir très clair parmi elles : où sont les armuriers ? D’après le code professionnel de 1851, ils devraient être dans l’alimentation... !

263 Cf Léon (P.), ouvr. cit., t. II, p. 793 et suiv., qui montre le décalage chronologique entre la crise de la métallurgie et celle des industries extractives.

264 Statistique de la France, XI, Industrie, t. II, ouvr. cit., p. 146-147, A.N. C 956, Enquête sur le travail...1848, arrondissement de Saint-Etienne ; et A.D.L., 49 M 72 à 49 M 86, dénombrement de 1851, listes nominatives, arrondissement de Saint-Etienne.

265 A.D.L., 47 M 9, Dénombrement de 1851, arrondissement de Saint-Etienne, récapitulatif par professions.

266 En 1818, Duplessy, ouvr. cit., p. 380, ne dénombrait guère plus de 150 ouvriers dans la grosse métallurgie en y intégrant une douzaine de fonderies pour la quincaillerie et l’armurerie.

267 La « Compagnie... de la Loire et de l’Ardèche » est alors la première société sidérurgique française par sa production et emploie au total 950 personnes. Gille (B.), La sidérurgie française... ouvr. cit., p. 158 et suiv.

268 Ogier (Th.) parle de 2 000 personnes autour de Terrenoire, sans préciser s’il s’agit des actifs seuls ou de leurs familles (ouvr. cit., Loire, t. Il, p. 89), quelques années plus tard. Il cite comme grandes entreprises une fonderie à Montaud, l’aciérie Bouvier au Chambon (150 ouvriers), la fonderie Holtzer (90 ouvriers) à Unieux ; il s’émerveille devant les installations de Saint-Paul-en-Jarret et relève dans le seul canton de Rive-de-Gier (ouvr. cit., p. 448 et suiv.) quatre hauts-fourneaux, six forges à l’anglaise, douze aciéries ; mais ses notations restent ponctuelles et dépassent rarement la description qualitative.

269 Statistique de la France, XI, Industrie, t. II, ouvr. cit., p. 22-23 et p. 132-133 ; A.D.I., 162 M 2, Enquête sur le travail...1848, cantons de Vienne, et A.N. C 963, id. canton de Givors ; A.D.R., M, dénombrement de 1851, listes nominatives, Givors.

270 A.D.I., 162 M 2, Rapport pour l’exposition industrielle de 1849 ; la répartition est la suivante, par spécialités :

fonte, fer397620fonte, cuivre, zinc91220constructions mécaniques,ajustage, machines11494

271 A.D.I., 162 M. 2. Enquête sur le travail...1848, canton de la Verpillière ; le dénombrement de 1851, A.D.I., 123 M. 25, arrondissement de Vienne, récapitulatif des professions, compte 414 ouvriers pour la fabrication du fer et de la fonte et 430 dans les constructions mécaniques : le total (844) est inférieur aux chiffres de 1848 pour les seuls cantons de Vienne et de La Verpillière.

272 Statistique de la France, XI, Industrie, t. II, ouvr. cit., p. 160-161 et A.N. C 945, Enquête sur le travail... 1848, cantons de l’arrondissement de Privas ; l'Annuaire du département de l’Ardèche pour 1841, Privas, 1841, p. 211, ventile en 150 mineurs et 170 fondeurs.

273 Reynier (E.), Mines et métallurgie..., ouvr. cit., p. 22 et suiv.

274 Statistique de la France, XI, Industrie, t. II, ouvr. cit., p. 18-23.

275 A.D.I., 162 M 1, Enquête sur le travail...1848, cantons d’Allevard, du Touvet, de Domène et Bourg d'Oisans ; A.D.I., 162 M 2, id. cantons du Grand Lemps, de Tullins et de Rives.

276 Si l’on effectue le calcul pour 1851, il y aurait 613 ouvriers de la grosse métallurgie dans l’agglomération lyonnaise, chiffre qui correspond, à peu près, à l’addition des listes nominatives pour lesquelles on dispose des récapitulatifs (Vaise, La Guillotière, La Croix-Rousse, quatre cantons de Lyon : au total, 609) ; il est vraisemblable que beaucoup de métallurgistes sont dans la « petite industrie ».

277 Statistique de la France, XI, Industrie, t. II, ouvr. cit., p. 132-133, qui relève l’existence de 14 ateliers de moulage pour pièces de machines et 13 de montage ; le plus important est celui de Seguin à Perrache, avec 200 ouvriers.

Table des illustrations

Titre EFFECTIFS DE LA RUBANNERIE STÉPHANOISE DISPERSÉE 1834-1848
Légende Note 196196Note 197197Note 198198Note 199199
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/12623/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre EFFECTIFS GROSSE MÉTALLURGIE LOIRE, 1839-1851
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/12623/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k

© Presses universitaires de Lyon, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search