Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Aventure dans la littérature populaire au xixe siècle

 | 
Roger Bellet

Conclusion. Roman et aventure

Propositions pour une histoire du roman d’aventures

René Guise

Texte intégral

  • 1 « C’est un genre littéraire qui a bercé nos enfances et continue à nous enchanter ». Les responsab (...)
  • 2 Jean-Yves Tadié, Le roman d’aventures, PUF Écriture, 1982.
  • 3 Jean-Yves Tadié étudie Alexandre Dumas, Jules Verne, R.L. Stevenson, Joseph Conrad. L’on cherche e (...)

1L’expression roman d’aventures est une expression reçue et qui ne pose apparemment de problème à personne. On écrit sur le roman d’aventures, on organise des colloques. Les choses paraissent claires, bien établies. Et pourtant on chercherait en vain une définition nette du roman d’aventures1. Dans l’introduction de son récent ouvrage Le roman d’aventures, Jean Yves Tadié pose bien la question : qu’est-ce que le roman d’aventures 7 et situe bien le genre par rapport à des genres voisins ; il donne en quelques pages, ce qui est, à l’heure actuelle, la plus efficace approche du problème2. Elle reste cependant insuffisante ; d’une part sans doute parce que la production du roman populaire est tenue à l’écart de l’étude3 (et c’est pourtant dans ce domaine qu’est apparue et s’est définie l’expression roman d’aventures) ; d’autre part parce qu’on a tenté une définition avant de s’interroger sur l’histoire de l’expression. Or il est toujours nécessaire de commencer par l’histoire d’un concept avant d’en faire la théorie.

  • 4 Jean-Yves Tadié observe très justement – et ce sont les premiers mots de son étude – : « L’aventur (...)
  • 5 Les tables alphabétiques des titres du Catalogue général de la librairie (Lorenz puis Jordell) don (...)

2Observons d’abord que l’expression roman d’aventures nous est devenue si familière que nous ne sommes plus sensibles à son caractère tautologique. Or l’aventure étant au sens premier ce qui advient à quelqu’un, tout roman est, par définition, un récit d’aventure4. Ce caractère fondamental du genre est nettement attesté par l’usage qu’ont, de tout temps, fait les romanciers du mot aventure, au singulier ou au pluriel, dans le titre de leurs ouvrages. Le recours à ce mot est particulièrement fréquenté semble-t-il au XIXe siècle : nous avons relevé plus de deux cents cas dans la production romanesque de 1840 à 1890 et ce nombre est sans doute assez largement inférieur à la réalité5. La question est donc de savoir quand on a éprouvé le besoin de cette expression redondante, et quelle production romanesque a été ainsi cataloguée.

3C’est toujours un exercice hasardeux que d’essayer de dater l’apparition d’une expression, car on ne peut jamais être sûr d’avoir mis la main sur sa plus ancienne attestation. Mais en fait, ce n’est pas l’usage occasionnel qui peut en avoir été fait qui importe : il est plus utile de déterminer l’époque où l’expression étudiée entre dans l’usage courant.

  • 6 Op. cit., p. 213-214.
  • 7 Nous avons dépouillé 11 volumes de 1858 à 1868 inclus.
  • 8 L’Année littéraire 1866. La rubrique est consacrée à l’examen des Drames de l’Amérique du Nord de M (...)

4Posons quelques jalons. Dans la production des romans actuellement étiquetés romans d’aventures, une bonne partie est antérieure à 1870, à peu près la moitié de la liste dressée par Jean Yves Tadié dans son étude6, une large majorité de ceux dont il a été question dans ce colloque. Or on constate d’abord que l’expression roman d’aventures n’est pas d’usage avant 1870. Quand on dépouille ces revues critiques de la production littéraire qui paraissent dans les périodiques ou en volumes de 1860 à 1870, dont le type est L’Année littéraire de Vapereau, où de nombreuses pages sont consacrées à classer et à apprécier les romans, on ne trouve pas de rubrique : romans d’aventures. Et pourtant, pour mettre un peu d’ordre dans l’abondante production dont il s’agit de rendre compte, Vapereau et ses confrères multiplient les subdivisions, les distinctions en genres et sous-genres. En dix ans, Vapereau imagine au moins une cinquantaine de rubriques différentes ; or, pas une fois il ne pense à roman d’aventures7. En 1866 pourtant, il rassemble en une rubrique des textes que nous considérons comme des romans d’aventures. Il l’intitule : romans de voyages lointains8.

  • 9 Op. cit., p. 86 et p. 103. « Comme ses émules ou ses maîtres, Ponson du Terrail, Berthet, Paul Féva (...)
  • 10 L’Année littéraire 18.
  • 11 Le Salut public 1866. Texte recueilli dans les Œuvres de Zola chez Pauvert.

5Pourtant l’expression roman d’aventures apparaît parfois, rarement, dans le texte des articles. Ainsi dans cette rubrique des romans des voyages lointains de 1866, Vapereau parle de ces « sortes de romans d’aventures... » Et la même année, il utilise encore l’expression à propos de romans d’Octave Féré9. Mais ces emplois se situent dans un contexte qui leur donne une nette coloration péjorative qui apparaît encore mieux si l’on examine l’emploi du mot aventures dans les articles critiques. Deux exemples seulement. Le premier pris dans un article de Vapereau : « M. About essaie une étude de mœurs qu’il laisse s’évanouir dans un tourbillon d’aventures romanesques... » 10 Le second est emprunté à Zola. Le romancier rend hommage à un roman, L’Hermine de village de Louis Gondall, dont l’intrigue est fort simple, banale même. Alors pourquoi plaît-il ? « C’est, explique Zola, qu’une seule page vécue a plus d’empire sur nos cœurs que tous les mensonges d’une imagination lâchée dans les aventures de drames impossibles... »11

  • 12 Trésor de la langue française, article Aventures.
  • 13 A. Thibaudet, Réflexions sur la littérature, p. 235. Cité dans l’article du Trésor de la langue fr (...)

6Le mot « aventures » pris dans son sens second « ce qui advient à quelqu’un d’une manière plus ou moins imprévue ou normalement imprévisible »12 dénonce les abus auxquels leur imagination entraîne les romanciers. Les critiques l’utilisent le plus souvent pour reprocher aux romans feuilletons, aux romans populaires, où les auteurs accumulent péripéties sur péripéties, de manquer de cohérence et de vraisemblance. C’est ce qu’exprime encore Albert Thibaudet en 1936, dans ses Réflexions sur la littérature, lorsque, parlant de « l’innombrable série des romans dits d’aventures » il écrit : « Il n’existe aucune raison intérieure aux personnages pour que leur vie soit ceci plutôt que cela, pour qu’il arrive telles aventures, pour qu’ils réalisent telle chance ou tombent dans telle malchance : aucune raison intérieure précisément parce qu’ils n’ont à peu près aucun intérieur... »13. Le mot est marqué d’une nuance péjorative qui pèse sans aucun doute dans les difficultés d’adoption que rencontre l’expression roman d’aventures.

  • 14 Cet important périodique a suscité l’intérêt des chercheurs. Cf. Cl. Guillot : Le Journal des Voya (...)
  • 15 Le Pays des Serpents de Paul de Chaillu, 1880.
  • 16 Les Émotions de Polydore Marasquin de Gezlan, 1880-1881.
  • 17 Le Pirate Malais du Baron de Wogan, même époque.
  • 18 Exemple : « Le Journal des Voyages n’a reculé devant aucun sacrifice [... ! pour procurer au lecte (...)
  • 19 On la trouve le 21 octobre 1888 dans l’annonce des Aventures extraordinaires d’un homme bleu de L. (...)

7Il n’est pas possible d’examiner, même rapidement, toute la production romanesque et critique des années 1870-1900. C’est à priori dans le Journal des Voyages et des aventures de terre et de mer que l’on peut espérer trouver des jalons sur l’usage de l’expression pour cette période. On sait que cet hebdomadaire illustré, qui parut de 1877 à 1929, a publié des œuvres de la plupart de ceux qui furent plus tard les grands noms des collections de romans d’aventures : Louis Boussenard, Paul d’Ivoi, Maurice Champagne, etc...14 Or si dès ses débuts le Journal des Voyages donne à ses lecteurs ce qui deviendra un classique du roman d’aventures, Le Tour du monde d’un gamin de Paris de Louis Boussenard (22 juillet 1878-4 juillet 1880), on y cherche en vain l’expression roman d’aventures. Les récits qui sont de cet ordre paraissent dans des rubriques : Chasse et aventures périlleuses15, Voyages prodigieux16, Récits de voyage17. A la table des volumes ces textes sont classés Articles divers. Le mot roman apparaît à peine dans les annonces des futures publications : on parle de récit18. Certes, à défaut d’un dépouillement exhaustif et surtout d’une lecture attentive de tous les numéros il est impossible de dire quand l’expression roman d’aventures entre dans ce périodique, mais il est possible d’affirmer qu’il n’y est pas en usage avant 190019. Il faut attendre 1910-1911 pour que la formule soit intronisée. Le Journal des Voyages divise alors nettement ses publications en deux séries : Romans d’aventures et Récits d’exploration.

  • 20 Ce texte se répète au verso de la couverture des premiers volumes de la collection.

8C’est dans ces années 1910 aussi qu’apparaît la première collection de romans dans le titre de laquelle figure le mot aventures, et que l’on peut considérer comme la première collection spécialisée dans le genre : il s’agit de la Vie d’aventures, collection mensuelle publiée par le Journal des Voyages, à partir de juin 1907 et qui offre « des romans inédits des meilleurs auteurs ». L’expression roman d’aventures n’apparaît cependant pas encore dans le texte de présentation de cette collection, texte que nous reproduisons parce qu’il nous paraît bien définir un esprit20 :

« La vie d’aventures, à travers les hasards, les accidents, les catastrophes, qui ne l’a rêvée ! qui n’a bâti dans son cerveau quelqu’une de ces épopées de la fièvre où passent comme en un tourbillon toutes les péripéties les plus étranges, les plus inattendues, les plus entraînantes !... Qui n’a désiré vivre la vie de ces héros de l’histoire réelle, en leurs luttes contre la fatalité ! Qui n’a souhaité pouvoir pénétrer le mystère des drames obscurs qui se déroulent chaque jour autour de nous ! Qui n’a frissonné au récit de ces batailles livrées pour le bien ou pour le mal par des êtres exceptionnels, dont les vertus ont des beautés magnifiques, dont les vices même ont une farouche grandeur ! Ce sont ces étonnants exploits que va faire revivre

LA VIE D’AVENTURES
recueil de récits poignants, saisissants, où l’homme apparaîtra parfois dans toute sa noblesse, parfois dans toute son infamie, où passeront les femmes dévouées jusqu’au martyre et les criminelles exaltées jusqu’à la a folie, où se multiplieront les émotions, les surprises, les coups de théâtre et aussi les coups de tonnerre.
En ces drames où la comédie se mêlera, pas un instant l’émotion du lecteur ne sera suspendue, et, dès qu’il aura commencé, il faudra qu’il aille haletant jusqu’au bout : larmes, rires ou terreurs, ce sera, présenté dans une forme entraînante, comme un raccourci de toutes les vies humaines. Rédigée par l’élite des auteurs populaires, par les plus célèbres romanciers du Journal des Voyages, la Vie d’Aventures représentera, selon le mot fameux, des tranches de vie, toutes palpitantes. »

  • 21 Citons les Batteurs de brousse de Conan Doyle, le Diable du Shah de Paul d’Ivoi. Il y a aussi du B (...)
  • 22 Pierre Versins a compté 43 volumes.

9Ce texte trace magnifiquement ce que pourrait être ce « roman d’aventures », roman populaire qui se refuserait à se placer dans la lignée des romans de mœurs qui font le succès des feuilletonistes à la mode, de Jules Mary à Émile Richebourg, roman qui voudrait aussi faire passer l’invraisemblable rocambolesque dont abusent certains romanciers pour du vrai exceptionnel. Mais le temps n’est pas encore venu pour le succès d’une telle formule, et, en dépit de son prix modique, de la qualité des illustrations de ses couvertures et de l’intérêt de ses textes21 la collection ne connaît pas le succès escompté. En 1908, on tenta une série policière avec Toto Fouinard, le petit détective parisien ; mais Jules Lermina, en douze épisodes, ne réussit pas à imposer son personnage. On retiendra pourtant cette orientation, cette tentation du roman d’aventures de se situer comme le récit d’aventures policières. La Vie d’aventures survit jusque vers 1913, sous la forme de suppléments mensuels gratuits du Journal des Voyages22.

10Il faudrait étudier de près, en se fondant sur des dépouillements complets des écrits romanesques et des textes sur le roman, le mouvement qui se fait dans ces années 1905-1915 autour de ce qui apparaît comme une voie de renouvellement possible du roman, sous cette étiquette qui séduit sans qu’on sache exactement comment définir ce qui pourrait y entrer. C’est en mai, juin et juillet 1913 que paraît dans la Nouvelle Revue Française le grand et beau texte de Jacques Rivière : Le Roman d’aventure.

  • 23 Article recueilli dans Nouvelles Études, Gallimard, p. 235.

« Nous sommes à un de ces moments où l’on s’aperçoit tout à coup que quelque chose a bougé. [...] Le mouvement est commencé depuis quelques années déjà [...] le moment est venu de nous recueillir, d’écouter et de comprendre ce qui se passe. »23

  • 24 Op. cit., p. 273-276.

11Et ce qui se passe, c’est la naissance du roman d’aventures. Jacques Rivière en trace un tableau qu’il serait trop long de reproduire mais qui est un texte capital. Il distingue deux « grandes espèces » possibles et l’on peut y voir, assez nettement, ce qui deviendra le roman d’aventures populaire, si l’on veut, et ce qui deviendra le roman moderne « littéraire » que Rivière place dans la lignée de Dostoïewsky24.

  • 25 Cette collection est due à une filiale française de la maison allemande Offenstadt qui publiait en (...)
  • 26 Sur ces collections, voir l’étude de Maurice Dubourg : les Tallandier bleus dans le Chasseur d’ill (...)
  • 27 Hector Santillac, Les exploits du policier Jim Jackson, Collection d’aventures no 1 ; Le Mot qui t (...)
  • 28 José Moselli publ a dans cette collection une bonne part de son œuvre...
  • 29 Il faudrait étudier le rajeunissement des héros de romans d’aventures (Jules Verne en a donné des (...)

12En 1916, paraissent les premiers volumes d’une nouvelle collection : la Collection d’aventures25. L’étude de cette collection – et des volumes que publie à la même époque la maison Tallandier26 – permet de voir la permanence de la tentation du récit policier27, le glissement vers le récit d’espionnage, et enfin le récit d’aventures géographiques28. Très lié dès son origine au récit de voyage le roman d’aventures se place comme l’héritier, le prolongement des voyages extraordinaires, prodigieux, excentriques, etc., qui se sont développés en marge de la très sérieuse production des récits de voyages réels. Il hérite aussi de ses intentions (prétentions ?) éducatives. Dans la lignée des textes que publiait le Magasin de récréation et d’éducation, ces récits veulent faire connaître le monde et ses mystères géographiques, historiques, etc... Ceci lui permet de récupérer des précurseurs, Cooper, Ferry, Aimard, mais l’oriente aussi vers le public jeune, et plus spécialement le public des jeunes garçons. Le roman d’aventures – maintes collections l’attesteront plus tard – sera très attiré par ce créneau commercial29. Il appartiendra aux collections de la série bleue des éditions Tallandier d’étendre ce public au monde des adultes.

  • 30 Formules extraites de l’annonce de la collection Le Livre d’aventures de Tallandier.
  • 31 J. Rivière, Nouvelles études, p. 272.

13L’inventaire de toutes les collections d’aventures reste à faire ; ce travail est indispensable pour aller plus loin dans un essai d’histoire d’un genre qui se donne comme la forme jeune, moderne du roman, comme le roman de l’avenir. La formule nouvelle est riche en potentialités. Elle veut être « au courant de tous les progrès de la vie actuelle », traiter « sous une forme romanesque, trépidante d’action »30, les sujets qui passionnent les nouvelles générations. Elle témoigne de ce que Jacques Rivière appelait « l’orientation vers l’avenir, l’ouverture sur les choses inconnues»31

Notes

1 « C’est un genre littéraire qui a bercé nos enfances et continue à nous enchanter ». Les responsables du dossier Le roman d’aventures qu’a publié en juillet-août 1976 Le Magazine littéraire n’ont pas éprouvé le besoin de définir davantage. Ce dossier n’en est pas moins du plus grand intérêt. Les pages les plus éclairantes sur l’aventure sont celles que Vladimir Jankélévitch a écrites dans L’Aventure, l’Ennnui, le Sérieux, Collection Présence et Pensées, Aubier, 1963.

2 Jean-Yves Tadié, Le roman d’aventures, PUF Écriture, 1982.

3 Jean-Yves Tadié étudie Alexandre Dumas, Jules Verne, R.L. Stevenson, Joseph Conrad. L’on cherche en vain à la table des matières les noms des grands romanciers d’aventures et leur place est des plus réduites à l’Index.

4 Jean-Yves Tadié observe très justement – et ce sont les premiers mots de son étude – : « L’aventure est l’essence de la fiction », (op. cit., p. 5).

5 Les tables alphabétiques des titres du Catalogue général de la librairie (Lorenz puis Jordell) donnent à peu près ce nombre, compte tenu des rééditions. Il faudrait y ajouter tous les romans dont le titre antépose un adjectif au mot aventure : L’incroyable aventure, La merveilleuse aventure, etc... ; tous ceux qui ont recours à un substitut du mot aventures : tribulations (plus de dix titres à commencer par Les Tribulations d’un Chinois en Chine), etc...

6 Op. cit., p. 213-214.

7 Nous avons dépouillé 11 volumes de 1858 à 1868 inclus.

8 L’Année littéraire 1866. La rubrique est consacrée à l’examen des Drames de l’Amérique du Nord de M.E. Chevalier. Notons au passage que Vapereau ne rend compte d’aucun des romans de G. Aimard publiés dans ces onze années.

9 Op. cit., p. 86 et p. 103. « Comme ses émules ou ses maîtres, Ponson du Terrail, Berthet, Paul Féval, etc., il (Octave Féré) a presque exclusivement produit des romans d’aventure i...] Chaque année grossit ce catalogue d’œuvres plus dramatiques et populaires que délicates et étudiées... ». Autre exemple, d’une tonalité différente : à propos de Chambrion de Ponson du Terrail, Vapereau apprécie « une étude de passion et de caractère, où les événements ne se heurtent plus les uns aux autres avec cet imprévu et ce mépris de la vraisemblance qui sont les charmes du roman d’aventures ». (Année littéraire 1865, p. 97).

10 L’Année littéraire 18.

11 Le Salut public 1866. Texte recueilli dans les Œuvres de Zola chez Pauvert.

12 Trésor de la langue française, article Aventures.

13 A. Thibaudet, Réflexions sur la littérature, p. 235. Cité dans l’article du Trésor de la langue française. La suite du texte, moins négative, montre que Thibaudet a lu l’article de J. Rivière dont nous parlons plus loin.

14 Cet important périodique a suscité l’intérêt des chercheurs. Cf. Cl. Guillot : Le Journal des Voyages 1ère et 2ème séries (Désiré 1ère série n 8) ; J. Leclerc : Voyage autour d’un journal (1ère série no 13) ; G. Fonval : Le Journal des Voyages, in Phénix no 3 ; Pierre Versins : Le Journal des Voyages et ses 5 séries in Ailleurs no 7. L’essentiel se retrouve dans l’article Journal des Voyages de l’Encyclopédie de l’Utopie, des voyages extraordinaires et de la Science-Fiction de Pierre Versins (p. 477479), Lausanne, L’Age d’homme, 1972.

15 Le Pays des Serpents de Paul de Chaillu, 1880.

16 Les Émotions de Polydore Marasquin de Gezlan, 1880-1881.

17 Le Pirate Malais du Baron de Wogan, même époque.

18 Exemple : « Le Journal des Voyages n’a reculé devant aucun sacrifice [... ! pour procurer au lecteur le récit poignant d’aventures dramatiques ». Annonces des Robinsons de la Guyane de L. Boussenard, 20 mars 1881.

19 On la trouve le 21 octobre 1888 dans l’annonce des Aventures extraordinaires d’un homme bleu de L. Boussenard, mais l’œuvre figure à la table sous la rubrique Articles divers.
Il serait utile pour l’enquête que nous esquissons d’analyser les annonces des textes qui seront plus tard catalogués « romans d’aventures » – ceux de Gabriel Ferry, de Gustave Aimard, de Louis Boussenard, etc..., au moment de leur publication. Il nous semble qu’elles ont en commun l’affirmation du caractère authentique, non-romanesque du texte annoncé. « Ce ne sont donc pas des romans que M. Aimard écrit... » (Le Voleur illustré, 23 avril 1858). « Ce drame très réel, dont les personnages ne sont pas, comme on pourrait le croire, inventés par un romancier...» (Année des Aventures extraordinaires d’un homme bleu de Boussenard, Journal des Voyages, 21 octobre 1888).

20 Ce texte se répète au verso de la couverture des premiers volumes de la collection.

21 Citons les Batteurs de brousse de Conan Doyle, le Diable du Shah de Paul d’Ivoi. Il y a aussi du Boussenard, du Lermina, du G. Le Faure, etc...

22 Pierre Versins a compté 43 volumes.

23 Article recueilli dans Nouvelles Études, Gallimard, p. 235.

24 Op. cit., p. 273-276.

25 Cette collection est due à une filiale française de la maison allemande Offenstadt qui publiait encore d’autres collections populaires (Collection Trianon, Collection Chrysanthème). Avec la guerre, la mention de l’éditeur se réduit à l’adresse.
La Collection d’Aventures (à l’origine volumes de 22 x 16 cm de 94 p. pour 25 cts, puis volumes de 18 x 14 cm de 48 p., le prix montant progressivement jusqu’à 45 cts) comporte près de 500 numéros. Elle fut un moment doublée par la Mignonne Collection plus spécialement destinée à la jeunesse (volumes de 13,5 x 9 cm de 96 p. pour 20 cts) qui publia 50 fascicules avant de fusionner avec la Collection d’Aventures.

26 Sur ces collections, voir l’étude de Maurice Dubourg : les Tallandier bleus dans le Chasseur d’illustrés, no 14 et 15. Il s’agit de collections très importantes pour l’histoire du genre.

27 Hector Santillac, Les exploits du policier Jim Jackson, Collection d’aventures no 1 ; Le Mot qui tue (no 2) ; La Bande de l’auto rouge (no 4). Jim Jackson est un détective prétentieux et maladroit... en dépit de ses succès. H. Santillac a-t-il voulu faire une parodie du détective anglo-saxon ? Ce n’est guère réussi. Alain Darcel, Les Mystères du Métro (no 3). Le personnage de Simon Léonard mériterait de figurer dans une étude du type du détective.

28 José Moselli publ a dans cette collection une bonne part de son œuvre...

29 Il faudrait étudier le rajeunissement des héros de romans d’aventures (Jules Verne en a donné des exemples) et plus spécialement la vogue du boy-scout après l’introduction en France du mouvement en 1910-1911. Le Journal des Voyages joue là aussi un grand rôle.

30 Formules extraites de l’annonce de la collection Le Livre d’aventures de Tallandier.

31 J. Rivière, Nouvelles études, p. 272.

Auteur

Centre de Recherches sur le roman populaire, Nancy

© Presses universitaires de Lyon, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site