Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Aventure dans la littérature populaire au xixe siècle

 | 
Roger Bellet

Le roman populaire d’aventures : une affaire d’hommes

Anne-Marie Thiesse

Texte intégral

  • 1 Voir Robert Escarpit (sous la direction de), Le Littéraire et le Social, Flammarion, 1970, collecti (...)

1Il y a une vingtaine d’années, le Centre de Sociologie des Faits Littéraires avait organisé une enquête auprès de jeunes gens rassemblés dans un centre de sélection militaire : chaque conscrit devait indiquer le nom de cinq écrivains qu’il connaissait1. Or les écrivains le plus fréquemment cités par les jeunes gens ayant eu une simple scolarité primaire étaient soit des auteurs classiques (connus à l’école), soit des auteurs de romans d’aventure ou d’espionnage (Saint-Exupéry, P. Kenny, J. Bruce). Il n’a pas été effectué d’enquête semblable auprès de jeunes filles du même âge, mais on peut supposer que Delly et Guy des Cars se seraient alors substitués à Bruce et Kenny. La division sexuelle de la lecture, et plus particulièrement de la lecture populaire, est une évidence. Mais on sait, depuis La Lettre volée, qu’une réalité n’est jamais si bien occultée que lorsqu’elle est mise en évidence. Il n’est donc pas inutile de rappeler « ce qui va de soi », et d’en interroger le fonctionnement et les conséquences. C’est ce qu’on se propose de faire ici, à propos de la division sexuelle de la lecture populaire à la Belle Époque.

« C’était plutôt pour mes frères... »

  • 2 Voir Anne-Marie Thiesse, La littérature populaire en France, 1900-1920, thèse 3ème cycle, Universit (...)

2En 1979-80, Michel Bozon et moi-même avons mené une série d’enquêtes orales auprès d’une centaine de personnes issues de milieu populaire et nées entre 1883 et 1900, qui ont été interrogées sur les pratiques de lecture dans leur famille avant 19142. Or les femmes à qui nous demandions si elles avaient lu dans leur jeunesse des romans d’aventure répondaient le plus souvent : « J’en ai lu, mais c’était plutôt pour mes frères ». Et lorsqu’on leur demandait si elles avaient lu les premiers romans policiers {Arsène Lupin, Fantômas), elles poussaient de véritables cris d’indignation :

« Les policiers ? Ah non ! J’aimais pas du tout ça ! Mais mes frères aimaient beaucoup ! ».
(Femme née en 1900 dans une petite ville de Seine-et-Oise ; père artisan).
« Mon frère lisait Fantômas et Rouletabille, tout ça ; il adorait ça. Mais pas moi, ah non ! ».
(Femme née en 1899 à Paris ; père employé).

3Inversement, toute question portant sur l’éventuelle lecture par le père ou les frères de romans-feuilletons (les feuilletons que publient les quotidiens de la Belle Époque sont à dominante sentimentale) déclenchait des fous-rires qui montraient que la chose était tenue pour incongrue.

4On pourrait croire que le lecteur populaire, surtout dans les premières années du siècle, parce qu’il est mal familiarisé avec le livre et l’institution littéraire, ne sait pas choisir ses lectures et n’est guidé que par le hasard. En fait, ses choix sont déterminés par un respect des convenances sociales selon lesquelles un certain type de sujet est correct ou incorrect pour un lecteur défini par son âge et son sexe. La distinction traditionnelle monde extérieur-masculin / monde intérieur-féminin se traduit en normes éthiques fortement intériorisées, qui déterminent les goûts : chacun se porte spontanément vers ce qui « est pour lui ». L’aventure, les poursuites haletantes pour les hommes, les drames du cœur pour les femmes :

« Mon frère aîné lisait pas mal, et puis on se prêtait des livres entre amis. J’ai eu aussi quelques livres de prix et j’en ai encore quelques-uns, pas du Jules Verne, mais Robinson Crusoë. J’ai lu dans ma jeunesse des livres de Victor Hugo, pas de Zola. Rouletabille, Arsène Lupin, oh oui ! je les ai lus, dans des livres qu’on m’avait prêtés. »
(Homme né en 1888 dans un petit bourg de l’Ardèche ; père menuisier).

« Je suis allée travailler à la fabrique de bonnetterie vers l’âge de 13 ou 14 ans ; j’échangeais des petits romans avec une amie. C’étaient des petits livres brochés à 13 sous, comme Chaste et Flétrie, Comtesse et Mendiante, Chassée le soir de ses noces... ».
(Femme née en 1899 dans une petite ville de la Somme ; père ouvrier agricole, mère ouvrière).

  • 3 La presse féminine et les romans-photo ont un important public masculin ; cela ne modifie en rien l (...)

5Certes, la règle qui définit les lectures de l’un et l’autre sexe est sans doute régulièrement transgressée : elle n’en est pas moins connue et reconnue3. Les annonces de romans-feuilletons publiées dans les journaux, qui sont à la fois des textes publicitaires attractifs et des « modes d’emploi » des romans vantés, en font d’ailleurs parfois état. Ainsi, l’annonce de Sang Maudit, paru dans Le Petit Journal en 1905, précise-t-elle que le roman est plus particulièrement destiné aux femmes :

  • 4 Souligné par nous.

« Nous n’avons pas besoin de présenter à nos lecteurs l’éminent auteur de tant de romans populaires à succès : Paulette et Renée, La Grotte au Trésor, La Main mystérieuse, Le Chemin des larmes qu’a publiés Le Petit Journal. Sang Maudit, plus encore que les œuvres dont nous venons de rappeler les titres captivera nos lecteurs et surtout nos fidèles et aimables lectrices4. C’est un roman d’amour et de haine, un récit passionné et plein de charme, où l’attrait et la puissance des situations s’allient à la grâce des images et au charme du style. Deux exquises figures de jeunes filles sont les héroïnes de Sang Maudit, la noble Denise et la touchante Marie-Thérèse. »

6Et L’Humanité, dans son numéro du 1er février 1911, indique que son nouveau feuilleton offre deux niveaux de lecture, l’un pour les hommes (les combats entre Communards et Versaillais), l’autre pour les femmes (le drame amoureux) :

« Nous commençons aujourd’hui Les amours d’un Communard, roman historique inédit par Gaston Villeval. Les amours tragiques de Gaston Laurent, le jeune officier de la Commune, et de Rose Delaunay, sa douce et énergique fiancée, ne manqueront pas d’intéresser vivement nos lecteurs et nos lectrices.
Nos lecteurs (4) y trouveront le récit, sous une forme toujours vivante, des héroïques journées de la Commune.
Nos lectrices (4) y goûteront le charme douloureux de l’idylle qui, traversée par la haine jalouse du Versaillais Henri de Montichella, a son terme tragique au poteau d’exécution pour Gaston Laurent. »

  • 5 Voir l’article d’Anne Sauvy publié dans cet ouvrage qui montre l’importance des romans d’aventure d (...)

7Le développement de la littérature populaire va d’ailleurs de pair avec sa différenciation sexuelle. Le périodique et le roman populaires du XIXe siècle s’adressaient à un public encore imparfaitement gagné à la lecture : ils devaient donc plaire à tous et présentaient un mélange savamment dosé d’aventures et d’idylles5. Au début du XXe siècle, ce public est largement conquis et il devient possible, au sein d’une même famille, d’acheter plusieurs périodiques et des livres variés. « Omnibus » dans sa période héroïque, le roman populaire se spécialise lorsqu’il n’a plus qu’à conforter une position acquise. A partir du tronc commun initial croissent des rameaux distincts : romans de la quête amoureuse et du drame familial pour les femmes, récits d’aventure, de guerre ou de police pour les hommes. Des collections féminines ou masculines (souvent issues de périodiques) se créent peu avant 1914 et la tendance s’accentuera dans l’entre-deux-guerres ; les noms sont évocateurs : « La Bibliothèque Femina » (Juven), « Les romans célèbres de drame et d’amour » (Tallandier), « Les jolis romans » (Tallandier), « La collection Stella » (Éditions du Petit Écho de la Mode) s’adressent sans équivoque aux femmes tandis que « Les collections militaires » (Librairie des romans populaires), « Le roman d’aventure » (Ollendorff), « La Bibliothèque des grandes aventures » (Tallandier), « Patrie » (Rouff) visent clairement un public d’hommes ou d’adolescents.

8Cette différenciation va permettre, conséquence notable, une première réhabilitation du roman populaire. Alors que le roman pour femmes s’enlise dans la sempiternelle évocation des souffrances maternelles et des amours contrariées, avec un ton pathétique de plus en plus mièvre, le roman pour hommes se dégage des drames larmoyants pour se fonder sur l’accumulation de péripéties renouvelées et devenir presque purement conventionnel. Le héros protéiforme et désincarné du roman d’aventures policières (Fantômas, Arsène Lupin) n’est plus que le prétexte permettant l’enchaînement rapide de situations ahurissantes, hautement « poétiques » selon le jugement de l’avant-garde littéraire. Les surréalistes y verront une préfiguration de l’écriture automatique, mais Apollinaire notait déjà dans les Anecdotiques :

« La lecture de romans populaires d’imagination et d’aventures est une opération poétique du plus haut intérêt. Pour ma part, je m’y suis toujours livré par à-coups, mais complètement, huit ou dix jours de suite. Ce sont même, je crois, à peu près les seuls livres que j’aie bien lus et j’ai eu le plaisir de rencontrer de bons esprits qui partageaient ce goût avec moi. »

9Le roman d’aventures maritimes ou d’anticipation bénéficie, quant à lui, et grâce à la semi-consécration de Jules Verne, d’un certain prestige : il instruirait tout en développant les vertus viriles. Tel est le thème développé dans les notices nécrologiques des auteurs de romans d’aventure. De Paul d’Ivoi, qui écrivit la série des « Voyages excentriques », Le Larousse Mensuel Illustré déclare :

« Il ne se sépara jamais d’un souci moral : stimuler dans l’esprit des enfants le goût du courage et de l’activité. S’il montrait des héros aventureux et intrépides, c’était pour glorifier la volonté, l’énergie, la persévérance, toutes les solides vertus qui font l’homme fort et maître de ses destinées.»

10De même, l’Anthologie des Écrivains morts à la Guerre (1914-1918) note, à propos du capitaine Driant (auteur, sous le pseudonyme de Danrit de nombreux romans d’anticipation guerrière) que :

« Ses livres furent surtout des livres d’action. Le premier, il traça le récit d’une guerre moderne, avec une précision de technicien et une imagination divinatoire. Il appliqua dans le domaine de la guerre (prévue, certaine, fatale) le même art que Jules Verne appliquait aux conquêtes de la science, prolongées par une imagination positive. (...) Émile Driant n’avait aucune vaine ambition de littérateur. L’influence exercée par ses livres fut considérable. Ses livres ont suscité des vocations de soldats. Ils ont sauvegardé de l’antimilitarisme des générations de jeunes Français qui reçurent d’eux la saine notion du devoir militaire, le sentiment de la fierté nationale. Ce rôle est comparable à celui d’un Déroulède qui maintenait chez nous la revendication de l’Alsace-Lorraine, le sens national et l’esprit de sacrifice. »

11Driant n’écrivait pas pour apprendre aux jeunes filles les nouvelles techniques de la guerre moderne : les adolescents cultivèrent peut-être par ses livres les vertus viriles qui devaient leur permettre de partir reconquérir l’Alsace-Lorraine mais leurs sœurs n’avaient que leurs cœurs de Françaises pour pleurer au logis la mort héroïque des petits soldats...

Des romans doublement masculins

  • 6 Dans sa thèse sur Le champ littéraire en France de 1865 à 1905 (E.H. E.S.S., 1977, 390 p., dactylog (...)

12Le roman d’aventures n’est pas pour elles : lectrices, mais aussi romancières. Sa production est aussi l’apanage des hommes. Étudiant un ensemble d’une centaine de romanciers populaires de la Belle Époque, j’ai trouvé parmi eux 17 femmes. La plupart, à vrai dire, s’abritaient derrière un pseudonyme masculin ou asexué. Elles sont minoritaires, certes, mais la proportion n’est pas négligeable ; elle est même considérable si on la compare au pourcentage de femmes parmi les écrivains reconnus6. Très dévalorisé, situé au bas de l’échelle des valeurs littéraires, le roman populaire est relativement ouvert aux femmes écrivains. Mais pas tous ses sous-groupes. Dans cette centaine d’écrivains, 19 individus étaient peu ou prou spécialistes du roman d’aventure : 18 hommes, 1 femme.

13Madame Stanislas Meunier (elle signe ses ouvrages en faisant précéder le nom de son mari de l’appellation Madame) est fille d’institutrice ; par son mariage, elle est entrée dans une célèbre famille de publicistes républicains. Son beau-père a collaboré à La Phalange et à La Démocratie pacifique ; avec sa femme, il a fondé La Presse des Enfants. Il a également écrit des ouvrages de vulgarisation scientifique. Stanislas Meunier, quant à lui, est chimiste et géologue ; il a pour frère Louis-Victor Meunier, journaliste et écrivain. Léonie Levallois, en épousant Stanislas Meunier, a donc acquis un nom auquel est associé un solide prestige scientifique et culturel. C’est probablement ce qui lui permet d’aborder la littérature en rédigeant, selon ses propres termes, « des romans pédagogiques à la Jules Verne pour les enfants ». La référence au projet pédagogique sert sans doute à donner une caution de légitimité à l’œuvre de Madame Stanislas Meunier et la place dans la lignée des ouvrages éducatifs rédigés par les bourgeoises progressistes de la Troisième République.

14On pourrait penser que le roman d’aventures n’est pas accessible aux femmes parce qu’elles n’ont pu elles-mêmes vivre l’aventure (« aventurière » n’est pas le féminin « d’aventurier » !). C’est vrai qu’elles n’ont guère eu la faculté de participer à des expéditions coloniales ou maritimes, alors que certains hommes reconvertissent dans l’écriture des expériences personnelles : Charles Causse, qui rédige avec Charles Vincent, sous le pseudonyme commun de Pierre Maël, des romans maritimes est justement un ancien officier de marine ; Driant écrit ses romans d’anticipation guerrière après avoir quitté l’armée à la suite de l’échec du boulangisme (il était le gendre de Boulanger). Mais un romancier de l’aventure peut tout aussi bien être un explorateur en chambre qui sait tirer partie de récits de voyage et de documentations scientifiques. Ce qui semble ici encore déterminant, c’est la définition sociale des domaines d’intérêts assignés aux hommes et aux femmes (il faut noter d’ailleurs que les « 4 grands » du roman de police à l’époque : Allain, Leblanc, Leroux et Souvestre, sont quatre hommes, d’origine sociale élevée). Les femmes, réputées inaptes à la science et déplacées dans un voyage aventureux (dans les romans, elles n’ont généralement d’autre fonction que d’entraver la marche du héros), n’arriveront donc pas à prendre place dans la seule catégorie de romans populaires qui aie joui de quelque prestige. Écrivains en dépit de leur sexe, elles seront pour l’essentiel cantonnées dans le roman pour leurs congénères ; leur collègues masculins de l’aventure pourront se flatter d’instruire en distrayant, on ne leur accordera d’autre justification que de faire pleurer en divertissant. C’est ce qu’énonce le rapporteur du dossier de candidature d’une romancière populaire à la Société des Gens de Lettres :

« J’imagine que Madame d’Anjou se complaît à faire évoluer ses personnages sans se soucier de l’Académie où n’entrent pas toujours ceux qui le méritent le mieux (...) qu’elle n’a pas d’autre ambition que de faire tomber une larme des yeux d’une brave femme bien simple, mais de haute santé morale et physique... Ce qui n’est pas banal, quoi qu’on die,... et ce qui est au moins aussi utile que d’augmenter le délire hystérique des perruches, duchesses déséquilibrées ou bourgeoises pourries qui se coiffent à la Botticelli et qui pour la plupart n’ont pas plus de ventre que d’oreilles, de hanche ni de gorge que de cervelle ! ».

15Ajoutons que l’exclusion ne joue que dans un sens : les romanciers populaires, et même les spécialistes du roman d’aventures hésiteront rarement à écrire des histoires purement sentimentales. Le roman populaire des drames du cœur était bien dévalorisé ; mais sa production était une trop bonne affaire pour qu’on l’abandonnât aux femmes...

Notes

1 Voir Robert Escarpit (sous la direction de), Le Littéraire et le Social, Flammarion, 1970, collection Champs, p. 297.

2 Voir Anne-Marie Thiesse, La littérature populaire en France, 1900-1920, thèse 3ème cycle, Université Paris 3, 1981, 370 p., dactylographiée.

3 La presse féminine et les romans-photo ont un important public masculin ; cela ne modifie en rien leur image sociale.

4 Souligné par nous.

5 Voir l’article d’Anne Sauvy publié dans cet ouvrage qui montre l’importance des romans d’aventure dans les premières années de La Veillée des chaumières. Au début du XXe siècle, ce périodique s’adresse plus particulièrement aux femmes et aux jeunes filles et l’on n’y trouve plus de romans d’aventures.

6 Dans sa thèse sur Le champ littéraire en France de 1865 à 1905 (E.H. E.S.S., 1977, 390 p., dactylographiée), Rémy Ponton étudie un ensemble de 360 écrivains figurant sur diverses listes de célébrités et de notabilités de l’époque. Parmi ces 360 écrivains plus ou moins reconnus, il n’y a que 2 % de femmes.

© Presses universitaires de Lyon, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540