Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Aventure dans la littérature populaire au xixe siècle

 | 
Roger Bellet

Aventure, famille et école dans Sans Famille d’Hector Malot

Lucette Czyba

Texte intégral

  • 1 Hector Malot, Sans famille, Le Livre de Poche jeunesse, texte intégral, 2 vol., 1981. C’est à cette (...)
  • 2 « Pendant que j’ai écrit ce livre, j’ai constamment pensé à toi, mon enfant »...
  • 3 De même Romain Kalbris est le récit d’une formation et un récit formateur.
  • 4 Déclaration liminaire, mise en valeur dans une phrase détachée :
    « Je suis un enfant trouvé » (Sans (...)
  • 5 Seconde partie, chap. XXI, p. 385.

1Pressenti par Hetzel pour collaborer avec l’équipe du Magasin d’Éducation et de Récréation, Hector Malot écrit en 1869 Romain Kalbris, avant de faire paraître en 1878 le livre qui, lu par des générations de (jeunes) lecteurs, est encore considéré comme son chef-d’œuvre, Sans famille1. De ces deux romans, destinés aux enfants, comme l’atteste la dédicace de Sans famille à Lucie Malot2, la conception est identique, le point de vue narratif analogue : Rémi, le héros, devenu adulte, (et fort d’une expérience d’adulte), raconte les aventures qui ont « formé » son enfance3, avant d’évoquer, dans un chapitre final, son bonheur présent, « en famille », selon le titre même de ce dernier chapitre. Devenu le « chef » de sa noble (et riche) famille retrouvée, le narrateur achève le récit de ses souvenirs d’« enfant trouvé »4, afin de l’offrir à toute sa parenté réunie à Milligan-Park, dans « le manoir de (ses) pères », à l’occasion du baptême de son premier fils. Tout se passe comme si les aventures du narrateur avaient pour finalité cette « installation »5 dans la propriété ancestrale, synonyme de promotion et de réconciliation sociales, dans une prétendue égalité de la fortune et du mérite. Caractérisées par le déplacement incessant, l’instabilité, l’insécurité, la souffrance, ces aventures ne seraient-elles justifiées que dans la mesure où elles ont été apprentissage, école du bonheur familial? Il convient donc d’étudier la nature et la fonction de l’aventure dans le roman de Malot, de préciser quelle vision du monde et quelle morale il tend finalement à promouvoir, de se demander enfin quel rôle a pu tenir la lecture de ce livre dans l’école instituée par les lois Ferry en 1882.

  • 6 Cf. le titre du chapitre IV de la première partie, p. 40, « La Maison maternelle ».
  • 7 Pour payer le procès intenté par Barberin à l’entrepreneur qui refuse de lui payer une indemnité ap (...)
  • 8 Titre du chapitre II de la première partie, p. 12.

2Les aventures qui fournissent la matière du récit sont comprises entre la neuvième et la quatorzième année du héros, c’est-à-dire entre le moment où, simultanément, il se découvre « enfant trouvé » et doit quitter sa nourrice, mère Barberin, et celui où il retrouve sa famille. Le point de départ de l’aventure est donc un sevrage. L’univers de la petite enfance du héros, résumé dans les premières pages du roman, est en effet exclusivement féminin et « maternel » : « Jusqu’à huit ans, je n’avais jamais vu d’homme dans cette maison » (1ère partie, p. 3). L’univers se réduit à l’espace clos, protégé et connu de la maison6 dont les deux métonymies récurrentes sont significatives : place de l’enfant au coin du foyer et fumée de la cheminée extérieure (fumée associée à « l’odeur des feuilles de chêne », 1ère partie, chap. IV, p. 48 ; seconde partie, chap. IX, pp. 176, 179). Le monde extérieur est limité au jardin « qui n’était pas grand » mais qui « nourrissait » mère Barberin et Rémi (1ère partie, p. 41) ; au village, comme l’indique le titre du chapitre qui ouvre le roman. « Un soir de novembre », l’arrivée inopinée d’un inconnu, « crotté » de boue pour avoir « marché depuis longtemps dans les mauvais chemins » (ibid., p. 4) et apportant de Paris la nouvelle de l’accident survenu à Barberin, provoque la rupture avec cet univers nourricier, synonyme de sécurité et de « douceur ». Car ce « malheur » n’est que le premier d’une série qu’il annonce : la vente de la vache7, grâce à qui le paysan « si pauvre qu’il puisse être (...) est assuré de ne pas souffrir de la faim » (ibid., p. 6) ; l’irruption imprévue le soir du mardi gras, de Barberin lui-même, avec son « gros bâton » de voyageur, « qui a dix lieues dans les jambes » (ibid., pp. 11, 13), son ordre de « retirer la (première) crêpe de la poêle » et son projet de confier l’enfant à l’hospice. « Estropié » et par conséquent incapable désormais de gagner de quoi se nourrir lui-même et de quoi nourrir sa femme, « le père nourricier »8 refuse de nourrir plus longtemps « un enfant qui n’est pas le sien » et « s’en débarrasse » (ibid., p. 29) en le « louant » à un montreur d’animaux, le Signor Vitalis.

  • 9 Costume « italien » qui sera aussi celui de Rémi. Voir 1ère partie, chap. III, p. 27.
  • 10 Noms étrangers traduits par Vitalis (ibid., p. 35).
  • 11 Voir ibid., chap. VIII, p. 91 : « L’Auvergne, le Velay, le Vivarais, le Quercy, le Rouergue, les Cé (...)
  • 12 En cas de malheur, la petite fille est recueillie par une tante, comme Lise dans Sans famille. Diél (...)
  • 13 Ce qui est le début de son déclin. Pour le résumé des dangers et des malheurs de « la vie errante » (...)

3Comme l’annoncent les titres des chapitres V et VIII de la première partie, « En route », « Par monts et par vaux », la vie avec Vitalis ouvre pour le narrateur l’espace illimité de l’aventure : aussitôt dépassée la crête de la montagne familière, ses yeux se perdent « dans des espaces sans bornes » (ibid., p. 51). Tout désigne le « Signor Vitalis » comme l’étranger et le voyageur : son nom (titre du chapitre III), son « costume bizarre », « jamais vu »9, la « créature (non moins) bizarre » qui l’accompagne (le singe Joli-Cœur), le nom de ses chiens savants10. Le lieu où Rémi rencontre Vitalis est le café de l’auberge, lieu masculin où l’enfant n’a jamais pénétré auparavant, lieu de passage et gîte provisoire. L’aventure est d’abord pour le narrateur qui n’était jamais « sorti de (son) village », un voyage qui lui fait découvrir une ville (Ussel), un port (Bordeaux), parcourir une partie du Midi de la France11 et qui le conduit jusqu’à Paris (1ère partie, chap. XVI). A la vie sédentaire des huit premières années s’oppose la marche à pied interminable sur « la vaste lande (...) plate et monotone à perte de vue », sans abri contre les intempéries : « Pas de maisons, pas d’arbres » (1ère partie, p. 54). L’abandon des sabots pour des souliers « à clous », dès le lendemain du départ du village, souligne l’importance de cette marche à pied. L’aventure est donc synonyme de souffrances : « marcher sans repos sous la pluie », être aussi « crotté » que l’homme qui apportait des nouvelles de Paris à mère Barberin, « coucher dans une grange » (et non plus dans un lit), « n’avoir pour souper qu’un morceau de pain sec » au lieu de la « soupe chaude » de mère Barberin (1ère partie, pp. 57, 58, 59), souvent même endurer la faim (ibid., pp. 146, 203, 274) qui, avec la mauvaise saison, figure le risque le plus dangereux de cette « existence aventureuse ». Si le premier hiver se passe bien grâce à un séjour prolongé à Pau, ville où « le vent ne souffle presque jamais » (ibid., p. 108), l’hiver suivant est fatal à la troupe de Vitalis. Elle affronte successivement une « humidité glacée », la bise et enfin la terrible tempête de neige qui constitue un des temps forts du récit : les deux chiens Zerbino et Dolce disparaissent, attaqués et dévorés par les loups, Joli-Cœur meurt d’une fluxion de poitrine. Le vieux Vitalis, enfin, meurt d’épuisement, de misère, « de faim et de froid », à Paris, dans le quartier de La Glacière (sic) (ibid., pp. 275, 283, 291), et le narrateur, également victime d’une fluxion de poitrine, ne guérit qu’au printemps. Malot ne conçoit pas de personnage de petite fille capable de supporter l’épreuve d’un tel voyage12. Le héros de roman d’aventures est un garçon et l’espace des grands chemins une exclusivité des petits mâles. En outre le statut de musicien ambulant est trop proche de celui de « mendiant » et de « vagabond » (ibid., pp. 57, 135) pour qu’il n’ait pas maille à partir avec les représentants de l’ordre. A Toulouse, Vitalis est arrêté, condamné à deux mois de prison et à cent francs d’amende13. Sans autorisation pour chanter sur la place d’un village, le narrateur est chassé par le garde champêtre. Celui qui n’a pas de domicile fixe est suspect.

  • 14 De même quand, à la sortie de prison de Vitalis, Rémi reprend la route avec lui, il est séparé de M (...)
  • 15 Cf. la fonction du méchant oncle (avare et exploiteur d’enfant) dans le récit de Romain Kalbris.
  • 16 Le récit consacre trois chapitres à cette catastrophe : IV « L’inondation », V « Dans la remontée » (...)
  • 17 De même Mme Milligan ne conduira pas « devant les tribunaux, celui qui a été le frère de (son) mari (...)
  • 18 Voir pp. 197-198 : « ... les nouveaux ne doivent pas faire oublier les anciens... ».
  • 19 Le double mariage (Rémi-Lise ; Arthur-Cristina) permet d’unir tous les protagonistes par un lien fa (...)

4Ainsi les deux ans de « l’existence aventureuse » en compagnie de Vitalis constituent la matière essentielle de la première partie du roman, quatorze chapitres sur vingt et un, encadrés par les trois premiers, consacrés à la séparation de mère Barberin, et par les trois derniers, relatifs à la vie sédentaire de Rémi à La Glacière, chez le jardinier Acquin, jusqu’à ce que cette famille adoptive soit « dispersée » (selon le titre du chapitre XXI), après l’orage de grêle qui ruine le père et provoque son emprisonnement à la prison de Clichy. Par conséquent dans les deux cas l’aventure naît d’une séparation14 d’une famille, par suite d’un accident, ou pour reprendre les termes du narrateur, d’un « malheur » (1ère partie, chap. I, p. 4), d’une « catastrophe qui l’a rejeté (...) par des événements indépendants de sa volonté, dans (sa) vie aventureuse » (ibid., chap. XX, p. 315). Dans la seconde partie du roman, l’aventure se transforme en quête de la famille et c’est le sens du devoir familial qui provoque et justifie les aventures du narrateur. Quête quadruplement familiale : Rémi se retrouve sur les routes pour faire le lien entre les membres dispersés de sa famille adoptive, pour revoir mère Barberin, pour rencontrer à Londres sa famille prétendue (les voleurs Driscoll), pour retrouver enfin, en Suisse, sa famille véritable, sa mère, Mme Milligan, et son frère cadet, Arthur. Dans le schéma de cette quête, le rôle de l’opposant est tenu par James Milligan, l’oncle dénaturé méchant et cupide15, désireux d’éliminer un héritier gênant. D’où l’impasse du voyage de Londres et ses aventures connexes. Les adjuvants de la quête et du succès final du héros étant des amis qui, tous, se comportent « comme des frères », (Mattia, ami de Rémi, Bob, ami de Mattia, et le propre frère de Bob), cette structure du récit tendrait à montrer en. définitive les dangers de la solitude et l’importance des liens familiaux, soutien et force pour l’individu. A charge pour lui de remplir des devoirs considérés comme sacrés : assistance réciproque, soumission aveugle à l’autorité paternelle, respect inconditionnel des parents et ascendants : « Père et mère honoreras », selon le titre du chapitre XIV de la seconde partie. Pour que l’oncle Gaspard ne soit pas privé de travail, le narrateur remplace Alexis, son frère adoptif, comme « rouleur » (titre du chapitre III de la seconde partie et est victime de la catastrophe minière de Varses16. Par respect filial pour ses « parents » Driscoll, il se retrouve impliqué dans une affaire de vol, emprisonné, menacé d’être traduit devant les assises. S’il s’évade, c’est pour obéir à un devoir qui prime dans la hiérarchie des valeurs : retrouver sa famille « véritable » sans avoir encouru une condamnation infamante17, et prévenu Mme Milligan de ce que l’oncle James prépare contre Arthur (seconde partie, pp. 318, 339). Enfin le roman propose une morale qui concilie tous les devoirs familiaux, aussi bien ce qui est dû à la nourrice et à la famille adoptive qu’à la famille véritable. C’est ce que signifie la place accordée à l’épisode de « La vache du prince » et à « Mère Barberin » (chapitres VIII et IX), dans la structure de la seconde partie du roman, juste avant le chapitre X qui pose la question de « L’ancienne et (de) la nouvelle famille »18. Aussi l’aventure finale, la poursuite du Cygne, dans les deux avant-derniers chapitres, symbolise-t-elle la quête des deux familles confondues19 : la petite Lise qui a déterminé l’« adoption » de Rémi par la famille Acquin à La Glacière, a été « adoptée » à son tour par Mme Milligan et recueillie sur la « maison flottante » où le narrateur a passé les « meilleurs » jours de son enfance, pour y avoir découvert les joies de l’amour maternel(1ère partie, pp. 170, 173).

  • 20 Comme le dit Vitalis à Mme Milligan pour justifier son refus de lui confier Rémi, après les deux mo (...)

5Si le bonheur familial est le but et la récompense de la vie aventureuse, c’est parce que cette dernière est présentée par le narrateur comme une école indispensable, sinon la meilleure, pour former un homme20.

« J’étais un enfant assez chétif quand je vivais avec mère Barberin (...) ; auprès de mon maître et vivant de sa vie en plein air, à la dure, mes jambes et mes bras se fortifièrent, mes poumons se développèrent, ma peau se cuirassa, et je devins capable de supporter, sans en souffrir, le froid comme le chaud, le soleil comme la pluie, la peine, les privations, les fatigues.
Et ce me fut un grand bonheur que cet apprentissage ; il me mit à même de résister aux coups qui plus d’une fois devaient s’abattre sur moi, durs et écrasants, pendant ma jeunesse
 » (ibid., pp. 89-90).

  • 21 Voir au début du récit l’image répétée de l’enfant « pris par le poignet » quand Barberin le condui (...)
  • 22 1ère partie, chap. VII, p. 80 : « ... Dans un livre que je vais te montrer quand nous nous reposero (...)
  • 23 Voir ibid., p. 86 : « ... quand vous chantez, vous faites de moi ce que vous voulez, j’ai envie de (...)

6L’importance accordée aux années passées avec Vitalis dans la première partie du roman est significative. Vitalis est le « maître » : non seulement celui qui commande, qui a autorité sur l’enfant pour l’avoir « loué » à Barberin21, celui qui marche devant, mais celui qui « l’instruit » et qui a compétence pour le faire, le « Maestro » Carlo Balzani. A plusieurs reprises le narrateur rappelle tout ce qu’il lui doit. Son maître l’a fait accéder à « la vie civilisée » : il lui a révélé l’existence du livre22, lui a appris à lire (titre du chapitre VII de la première partie), ouvert le monde de la musique, donné ses premières émotions artistiques23 :

...« Un père n’a pas plus de soins pour son enfant qu’il en avait pour moi. Il m’avait appris à lire, à chanter, à écrire, à compter. Dans nos longues marches, il avait toujours employé le temps à me donner des leçons tantôt sur une chose, tantôt sur une autre, selon que les circonstances ou le hasard lui suggéraient ces leçons »... (ibid., p. 119).

7Le narrateur estime avoir « vécu comme un véritable sauvage » avant cette rencontre avec Vitalis. Mère Barberin ne sait pas lire, elle n’est jamais sortie de son village. Le maître d’école de ce village se contente de garder les enfants en faisant son métier de sabotier :

...« Jamais il ne nous adressait la parole, si ce n’est pour nous parler de nos parents, ou bien du froid, ou bien de la pluie ; mais de lecture, de calcul, jamais un mot » (ibid., P. 81).

  • 24 Sur la demande du narrateur, sa mère a élevé une tombe avec un buste à la mémoire de Carlo Balzani. (...)
  • 25 Vitalis projette également de « faire parcourir » à son élève des pays étrangers. C’est dans cette (...)
  • 26 Géographie et Histoire telles qu’elles ont été enseignées à l’école primaire sous la Troisième Répu (...)
  • 27 Voir le développement sur la liberté, seconde partie, chap. I, pp. 1-2.
  • 28 Cf. la formule « En avant », attribut (et leitmotiv) de Vitalis dans la première partie du roman ; (...)

8Le nom de Vitalis est sans doute symbolique : le « maître » est la figure paternelle par excellence. L’hommage rendu à sa mémoire dans les dernières pages du récit le rappelle24. Or le programme éducatif et la pédagogie que Malot prête à Vitalis reproduisent les principes fondateurs de l’école instituée par Jules Ferry. Comme le signifie l’abondance des dialogues, mieux, des tirades explicatives de Vitalis (dès la première scène à l’auberge Notre-Dame), les commentaires du maître transforment l’aventure en « leçon de choses ». L’observation directe, qui met en jeu la curiosité et la réflexion de l’enfant, se combine avec l’enseignement et la valorisation du livre. Chacune des deux parties de Sans famille peut se lire comme un Tour de France25. Aussi bien le titre initial du roman devait-il être Le Tour de France de deux enfants. On sait la fortune que le livre du même nom a connue dans l’enseignement primaire de la Troisième République. Le récit des aventures de Rémi s’entrecoupe de développements didactiques inspirés du genre, concernant la géographie et l’Histoire26. Enfin et surtout, comme le récit d’aventures lui-même, le programme éducatif de Vitalis privilégie l’enseignement moral, à savoir l’apprentissage des responsabilités de l’individu27. Les principes de base sont les suivants : s’instruire est une chance et l’intelligence consiste à le comprendre (1ère partie, chap. III, pp. 36, 37). D’autre part « la vie est trop souvent une bataille dans laquelle on ne fait pas ce qu’on veut » (ibid., chap. V, p. 53), leitmotiv du texte. En conséquence, « l’application au travail », la « bonne volonté » de l’élève, son sens de la « discipline » et de l’émulation, conditionnent l’apprentissage du savoir. La courtoisie et le calme, alliés à la fermeté, au sens du commandement28, et à l’usage judicieux des punitions et des récompenses, sont les attributs du maître et témoignent de son affection pour son élève. Car aimer quelqu’un, c’est lui communiquer ce qu’on sait soi-même. Alphabétisé par Vitalis, Rémi alphabétise à son tour Lise et Mattia, aide Arthur à « apprendre sa fable » et, devenu « chef de troupe », reproduit le modèle de son maître dans la seconde partie du roman.

  • 29 Cf. Antoine Prost, L’Enseignement en France 1800-1967, A. Colin, 1968, pp. 14, 191.
  • 30 Le texte de cette loi est cité par Jean Sandrin dans son livre, Enfants trouvés, enfants ouvriers, (...)
  • 31 Le nom de la silicose, responsable de la « dyspnée » des mineurs a été donné à la maladie par Visco (...)

9Le récit dans son ensemble concourt à cette valorisation du savoir, présenté comme l’arme la plus efficace pour maîtriser les situations les plus difficiles dans « l’existence aventureuse » du héros. C’est ce que signifient en particulier dans l’épisode de la catastrophe minière, le rôle accordé à l’autorité du magister, l’exaltation de la compétence, du dévouement et de l’efficacité de l’ingénieur. L’auteur de Sans famille reprend à son compte le credo de Jules Ferry dans son Discours sur l’égalité d’éducation, prononcé salle Molière le 10 avril 1870. Le progrès capital qui commande tous les autres est celui de l’instruction. L’école apporte un remède à l’injustice sociale comme à l’immoralité et à la délinquance29. Aux « mauvais pères », exploiteurs et corrupteurs d’enfants tels que Garofoli et Master Driscoll, s’opposent les personnages masculins qui mettent « amicalement » leur savoir au service des enfants : Espinassous, le barbier-musicien de Mende, le vétérinaire d’Ussel qui choisit la vache destinée à mère Barbelin. Le texte se fait l’écho des mesures de protection prises à l’égard des enfants prolétaires avec la loi du 19 mai 1874 limitant leur durée de travail et favorisant leur scolarisation30, mais la présentation de l’exploitation des enfants est telle qu’elle limite la portée de la critique sociale et désamorce ce que cette critique pourrait avoir de révolutionnaire et de dangereux pour l’ordre social. Les exploiteurs des enfants sont des étrangers, l’Italien Garofoli, l’Anglais Driscoll ; le premier est puni de prison, le second condamné à la déportation « au-delà des mers ». Malot fait preuve de réticences analogues quand il envisage l’accident du travail survenu à Barberin ou la ruine du jardinier Acquin. Car finalement la « malchance » est toujours invoquée et la morale de l’histoire, une invitation à se soumettre au sort. Le récit est ponctué de réflexions de ce type : « Ce qui est juste ne peut pas toujours se faire » (1ère partie, p. 29), « on ne fait pas ce qu’on veut » (seconde partie, p. 3). Aux problèmes soulevés par l’inégalité sociale sont proposées des solutions paternalistes comme la fondation finale d’une maison de secours et de refuge pour les petits musiciens des rues, par la famille Milligan. Ce paternalisme trouve sa plus parfaite expression dans les chapitres consacrés à la « ville noire » dans la seconde partie. Malot, comme Pierre Larousse, ignore l’existence de la silicose31 :

« Le métier de mineur n’est point insalubre, et, à part quelques maladies causées par la privation de l’air et de la lumière, qui à la longue appauvrit le sang, le mineur est aussi bien portant que le paysan qui habite un pays sain ; encore a-t-il sur celui-ci l’avantage d’être à l’abri des intempéries des saisons, de la pluie, du froid ou de l’excès de chaleur.
Pour lui le plus grand danger se trouve dans les éboulements, les explosions et les inondations ; puis aussi dans les accidents résultant de son travail, de son imprudence ou de sa maladresse
 » (sic) (seconde partie, chap. III, p. 48).

  • 32 Eugène Buret, De la misère des classes laborieuses en Angleterre et en France : de la nature de la (...)
  • 33 « L’apathie » de Mme Driscoll, qui s’endort régulièrement sur la table, est due à l’abus du gin (se (...)

10La description de la mine est l’occasion de rappeler les précautions prises pour prévenir les accidents dus au « terrible » grisou et pour ménager la santé des mineurs (ibid., pp. 37, 38, 45). Un développement est consacré aux avantages des magasins d’approvisionnement établis par les compagnies pour leurs ouvriers : bonne qualité et bas prix des produits, prévention du crédit et des dettes..., le seul inconvénient de ces magasins étant d’encourager la paresse des femmes de mineurs qui passent la journée à bavarder en buvant du café ou du chocolat (achetés au magasin, avec la sempiternelle charcuterie) au lieu de préparer la soupe. La même ambiguité caractérise l’évocation de Bethnal-Green, ce quartier fameux de l’East-End londonien, devenu, depuis l’enquête de Buret32, en 1840, le prototype du scandale de la misère prolétarienne. Après avoir joué sur le mot green, c’est-à-dire sur la surprise d’une réalité qui ne correspond guère au vert de son nom, Malot fait de ce quartier le séjour des Driscoll, ce qui est une façon de réduire la misère au vol, à l’ivrognerie (maternelle)33, bref aux dangers et aux vices de la barbarie ; d’autant qu’à la « fange » de Bethnal-Green est opposée la mythologie prestigieuse du « confort » anglais, selon les lieux communs vulgarisés par plus d’un demi-siècle d’usage : lits moelleux, pâtisseries, parcs et manoirs.

  • 34 J. Sandrin, op. cit., p. 174.

11Aussi peut-on conclure que la lecture de Sans famille a contribué à promouvoir l’idéologie qui, après La Commune de 1871, sous-tend le programme scolaire de la République bourgeoise, désireuse d’éviter les secousses sociales par une éducation populaire bien conduite. La meilleure façon d’éduquer les classes laborieuses pour les empêcher de devenir dangereuses étant de leur enseigner l’ordre, le respect de l’autorité, de la hiérarchie, de la famille et de la propriété, l’« instruction », n’est pas seulement l’alphabétisation, mais l’espoir d’une promotion sociale et « l’apprentissage des valeurs chrétiennes et bourgeoises »34. Le récit d’aventures de Malot répond à cette exigence.

Notes

1 Hector Malot, Sans famille, Le Livre de Poche jeunesse, texte intégral, 2 vol., 1981. C’est à cette édition que nous nous référons.

2 « Pendant que j’ai écrit ce livre, j’ai constamment pensé à toi, mon enfant »...

3 De même Romain Kalbris est le récit d’une formation et un récit formateur.

4 Déclaration liminaire, mise en valeur dans une phrase détachée :
« Je suis un enfant trouvé » (Sans famille, 1ère partie, p. 1). Cf. ibid., chap. II, p. 23, le développement sur « les enfants de l’hospice » et le chapitre XIII, intitulé « Enfant trouvé ».

5 Seconde partie, chap. XXI, p. 385.

6 Cf. le titre du chapitre IV de la première partie, p. 40, « La Maison maternelle ».

7 Pour payer le procès intenté par Barberin à l’entrepreneur qui refuse de lui payer une indemnité après son accident.

8 Titre du chapitre II de la première partie, p. 12.

9 Costume « italien » qui sera aussi celui de Rémi. Voir 1ère partie, chap. III, p. 27.

10 Noms étrangers traduits par Vitalis (ibid., p. 35).

11 Voir ibid., chap. VIII, p. 91 : « L’Auvergne, le Velay, le Vivarais, le Quercy, le Rouergue, les Cévennes, le Languedoc »... puis les Landes, les Pyrénées (p. 99), la vallée du Rhône, de la Saône (pp. 189-191), la Côte-d’Or...

12 En cas de malheur, la petite fille est recueillie par une tante, comme Lise dans Sans famille. Diélette se retrouve à l’hôpital avant d’être recueillie et élevée par la mère de Romain Kalbris. Lise également finit par être recueillie et élevée par Mme Milligan.

13 Ce qui est le début de son déclin. Pour le résumé des dangers et des malheurs de « la vie errante », voir seconde partie, chap. I, p. 5 : « ...Quand on avait passé des nuits comme celle où nos chiens avaient été dévorés par les loups, ou bien encore celle des carrières de Gentilly ; quand on avait souffert du froid et de la faim comme j’en avais souffert ; quand on s’était vu chassé de village en village, sans pouvoir gagner un sou, comme cela m’était arrivé pendant que Vitalis était en prison, on savait quels étaient les dangers et quelles étaient les misères de cette existence vagabonde, où ce n’est pas seulement le lendemain qui n’est jamais assuré, mais où c’est même l’heure présente qui est incertaine et précaire. »

14 De même quand, à la sortie de prison de Vitalis, Rémi reprend la route avec lui, il est séparé de Mme Milligan qui l’a recueilli pendant ce temps.

15 Cf. la fonction du méchant oncle (avare et exploiteur d’enfant) dans le récit de Romain Kalbris.

16 Le récit consacre trois chapitres à cette catastrophe : IV « L’inondation », V « Dans la remontée », VI « Sauvetage ».

17 De même Mme Milligan ne conduira pas « devant les tribunaux, celui qui a été le frère de (son) mari » (seconde partie, chap. XX, p. 382).

18 Voir pp. 197-198 : « ... les nouveaux ne doivent pas faire oublier les anciens... ».

19 Le double mariage (Rémi-Lise ; Arthur-Cristina) permet d’unir tous les protagonistes par un lien familial, et de réconcilier toutes les classes sociales dans une prétendue égalité du mérite et de la fortune.

20 Comme le dit Vitalis à Mme Milligan pour justifier son refus de lui confier Rémi, après les deux mois passés sur Le Cygne : « ... le rude apprentissage de la vie que je lui fais faire près de moi lui sera plus utile que l’état de domesticité déguisée dans lequel vous le feriez vivre malgré vous. Vous lui donneriez de l’instruction, de l’éducation, c’est vrai ; vous formeriez son esprit, c’est vrai, mais non son caractère (...) Moi aussi je l’instruirai » (1ère partie, pp. 183-184).

21 Voir au début du récit l’image répétée de l’enfant « pris par le poignet » quand Barberin le conduit au village, « tenu par le poignet » quand, avec Vitalis, il s’éloigne de la maison de mère Barberin.

22 1ère partie, chap. VII, p. 80 : « ... Dans un livre que je vais te montrer quand nous nous reposerons, nous trouverons les noms et l’histoire des pays que nous traversons. Des hommes qui ont habité ou parcouru ces pays ont mis dans mon livre ce qu’ils avaient vu ou appris ; si bien que je n’ai qu’à ouvrir ce livre et à le lire pour connaître ces pays ; je les vois comme si je les regardais avec mes propres yeux ; j’apprends leur histoire comme si on me la racontait. »
La valorisation du livre est une constante dans Sans famille. Sur le Cygne, Mme Milligan montre à Rémi et à Arthur des livres « choisis pour ce voyage ». Elle leur raconte « les légendes, les faits historiques » se rapportant aux pays qu’ils viennent de traverser (ibid., chap. XII, p. 172). Les personnages du père Acquin et du Magister de Varses permettent à Malot de valoriser la culture populaire. Pour avoir travaillé aux pépinières du Jardin des Plantes, le premier « s’était trouvé en contact avec des gens de science et d’étude dont le frottement lui avait donné la curiosité de lire et d’apprendre. Pendant plusieurs années il avait employé ses économies à acheter des livres et ses quelques heures de loisir à lire ces livres (...) C’étaient pour la plupart des ouvrages sur la botanique et l’histoire des plantes avec quelques récits de voyages ». Peu importe si les livres achetés par le père Acquin à l’intention de Rémi sont choisis au hasard : « Toute lecture profite » (ibid., chap. XX, pp. 313-314). De même le Magister en sait plus long que les autres mineurs parce qu’il a « fait causer les ingénieurs quand ils voulaient bien (lui) répondre » et parce qu’il a lu (seconde partie, chap. III, p. 56). Il consacre aussi son dimanche, jour de repos, à expliquer à Rémi la formation du charbon en lui montrant sa « collection ». Autre exemple de leçon de choses ; (ibid., pp. 56-61).

23 Voir ibid., p. 86 : « ... quand vous chantez, vous faites de moi ce que vous voulez, j’ai envie de pleurer ou bien j’ai envie de rire »...

24 Sur la demande du narrateur, sa mère a élevé une tombe avec un buste à la mémoire de Carlo Balzani. Voir seconde partie, chap. XXI, p. 387 : « Je ne vous ai point oublié, je ne vous oublierai jamais (...) ; si, dans cette existence périlleuse d’enfant perdu, je n’ai pas trébuché, je ne suis pas tombé, c’est à vous que je le dois, à vos leçons, à vos exemples, ô mon vieux maître ! ».

25 Vitalis projette également de « faire parcourir » à son élève des pays étrangers. C’est dans cette perspective qu’il a commencé à lui apprendre l’italien et l’anglais (1ère partie, chap. XVI, p. 246).

26 Géographie et Histoire telles qu’elles ont été enseignées à l’école primaire sous la Troisième République. Le ton est donné dès les premières pages avec le développement sur le village de Chavanon. Voir aussi l’histoire anecdotique de Murat (1ère partie, p. 94).

27 Voir le développement sur la liberté, seconde partie, chap. I, pp. 1-2.

28 Cf. la formule « En avant », attribut (et leitmotiv) de Vitalis dans la première partie du roman ; formule reprise par Rémi, devenu « chef de troupe », dans la seconde.

29 Cf. Antoine Prost, L’Enseignement en France 1800-1967, A. Colin, 1968, pp. 14, 191.

30 Le texte de cette loi est cité par Jean Sandrin dans son livre, Enfants trouvés, enfants ouvriers, XVIIe-XIXe siècle, Aubier-Montaigne, 1982, p. 243. Cette loi marque un progrès sensible par rapport à la loi de 1841 : âge minimum relevé à douze ans (au lieu de huit). Mais la grande innovation est la création d’un corps d’inspecteurs du Travail, exclusivement chargés de surveiller l’application de la loi (ibid., p. 241). J. Sandrin dégage le sens de cette politique sociale dans la conclusion de son ouvrage : « La politique suivie fut de préserver la capacité de travail de la main-d’œuvre et de modeler celle-ci en fonction des nouvelles conditions économiques et techniques. En cela l’État se montra un gestionnaire avisé des intérêts des patrons. Ce qui fut visé, ce fut le maintien à long terme de la domination économique et politique de la bourgeoisie face à un prolétariat s’accroissant en nombre. Pour cela il fallait « prendre soin » de l’enfant. Celui-ci fut donc l’heureux bénéficiaire (...) de l’intérêt bien compris du patronat et de l’État (ibid., p. 252). Cf. Sans famille, 1ère partie, chap. III, p. 32 (Vitalis à Barberin) : « ... Ce n’est pas pour l’argent de leur pension qu’on prend les enfants de l’hospice, c’est pour leur travail ; on en fait des domestiques qui paient et ne sont pas payés. Encore un coup, si celui-là était en état de vous rendre des services, vous le garderiez »...

31 Le nom de la silicose, responsable de la « dyspnée » des mineurs a été donné à la maladie par Visconti en 1870, l’identification des particules de dioxyde de silicium dans les lésions a été faite en 1867 par Kussmaul (Encyclopaedia Universalis, vol. 14, 1972, p. 160). Le nom de silicose n’apparaît pas dans le Grand Dictionnaire Universel du XIXe siècle de Pierre Larousse, ni dans les Suppléments. Sans doute la question paraissait-elle résolue par l’article Anthracosis (tome 1er, 1865) qui résume le débat entre Laennec et Natalis Guillot. Pour le second, le charbon pulmonaire est un produit morbide formé dans l’organisme, conséquence des progrès de l’âge (sic). Pour le premier, la maladie est due « au transport mécanique, dans les organes respiratoires, de particules charbonneuses répandues dans l’air par la fumée des lampes et des corps combustibles dont nous nous servons journellement ».

32 Eugène Buret, De la misère des classes laborieuses en Angleterre et en France : de la nature de la misère, de son existence, de ses effets, de ses causes et de l’insuffisance des remèdes qu’on lui a opposés jusqu’ici avec les moyens propres à en affranchir les sociétés, Paulin, 1840, 2 vol., t. I, pp. 316-318.

33 « L’apathie » de Mme Driscoll, qui s’endort régulièrement sur la table, est due à l’abus du gin (seconde partie, p. 273). Aussi est-elle « morte brûlée un jour qu’elle s’est couchée dans le feu au lieu de se coucher sur la table » (ibid., p. 396).

34 J. Sandrin, op. cit., p. 174.

© Presses universitaires de Lyon, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site