Version classiqueVersion mobile

Quatre-vingt-treize et les Jacobins

 | 
Dominique Aubry

Deuxième partie. 93 et les Jacobins : projection mythologique

Conclusion

Texte intégral

1La Révolution et surtout 93 pèsent d’une manière grandiose sur l’ensemble du XIXe siècle. Cependant, cette accélération de l’Histoire, faite de bouleversements successifs, fascine et rend perplexe à la fois. Toute explication unique du phénomène s’avère impossible, son caractère spectaculaire et ses retombées sur le présent empêchent une analyse sereine. La mythologie et la passion y suppléent, bien riches d’enseignement pour nous et bien plus révélateurs qu’un discours analytique.

2Historiens comme écrivains nous paraissent confrontés à la même difficulté. C’est pourquoi, il ne nous a jamais été gênant de juxtaposer dans nos analyses les deux approches : elles contenaient très souvent le même discours latent et l’historiographie n’est pas la dernière à véhiculer les mythes.

3Que révèle donc cette dimension mythique de la représentation de 93 commune à l’historiographie et à la littérature au XIXe siècle ?

4Nous pensons avoir établi qu’elle dévoile une peur de la réalité, celle du présent plus que du passé.

5En premier heu, la mythologie de 93 masque une certaine peur ou méfiance devant une nouvelle réalité sociale. Si l’on exalte un peuple idéal et très peu défini socialement, c’est qu’au-delà du rêve républicain, la division des classes inquiète. Quand Michelet glorifie un peuple – « populus » uni, il nie les conflits pour s’enfermer dans un rêve de paix sociale.

  • 1 Les Blouses, récit paru dans le journal de Clémenceau La Justice à partir de 1880, O.C., t. III.

6Le peuple des sans-culottes effraie par sa violence. Il est de plus très mal connu encore au XIXe siècle. Quant au peuple des campagnes, il est presque absent, sauf dans quelques romans de George Sand ou d’Eugène Le Roy, qui ont pu avoir une approche plus locale de la Révolution. Vallès évoque l’émeute paysanne de Buzançais qui rappelle la « Grande Révolution » mais qui se situe en 1847.1 Jaurès seulement commence à s’intéresser de manière plus méthodique au problème paysan sous la Révolution.

7Il en est de la femme comme du peuple : les prétentions de certaines révolutionnaires sous la Première République comme au cours du XIXe siècle effraient. L’égérie républicaine ou l’héroïne contre-révolutionnaire sont des personnages dominants, des figures exaltées mais aussitôt réduites à des critères féminins reconnaissables ou exclues de la norme acceptable. A part quelques socialistes comme Louis Blanc, Pierre Leroux ou George Sand, les prétentions politiques de la femme effarouchent plus d’un auteur, si révolutionnaire soit-il : qu’on se souvienne du jugement de Vallès sur Madame Thérèse.

8La réalité sociale effraie donc et cette peur engendre des images compensatrices dans la représentation de 93.

9En second lieu, la mythologie de 93 dissimule un certain désarroi devant l’évolution politique présente avec tous les bouleversements qu’elle connaît. On a vu, en première partie, combien ceux-ci influent directement sur la lecture de 93 et du jacobinisme et combien finalement la représentation de l’Histoire est un débat ouvert et permanent sur le présent. Plus d’un écrivain ou historien a été sensible à cette implication et ce manque de distance critique de ses contemporains ou de lui-même. Dans sa préface de 1868, Michelet revient sur son attitude de dix ans en arrière.

10Il est impossible alors de réduire l’interprétation de 93 et du jacobinisme à une dimension unique ; toutes les interprétations se multiplient, tous les problèmes sont soulevés, faute d’être résolus parce qu’ils ne sont pas totalement dominés. La question centrale est de savoir quelle place accorder à 93 et au jacobinisme non pas tant dans l’histoire de la Révolution que pour le présent et l’avenir de la République.

11C’est sans doute à propos de la Terreur que les réserves sont les plus grandes. Confrontée au spectacle de 93, la sensibilité de l’intellectuel du XIXe siècle se heurte à une expérience-limite du pouvoir démocratique qui ne correspond pas à l’image rêvée.

12Le recours à la violence est la réalité la plus difficile à surmonter : violence populaire, celle des émeutes dont le souvenir demeure comme un traumatisme (les massacres de septembre) ; violence d’État avec ses condamnations, ses visites domiciliaires, ses exécutions suivant un rituel destiné à frapper les imaginations et qui y a sans doute trop bien réussi.

13La puissance du traumatisme se mesure à la fécondité de la production d’images ou de mythes qui en découlent, permettant tous les registres littéraires : fantastique, réalisme, mysticisme peuvent avoir libre cours. Innocence persécutée, prisonniers sans espoir, amours brisées par la mort : le romanesque et la violence révolutionnaire font là un mariage si réussi qu’il oblitère notre propre perception de l’Histoire au XXe siècle. Les souvenirs mythiques s’y superposent : les figures d’Oreste, de Prométhée ou de Caïn tendent à prouver l’impuissance de l’être humain devant un tel phénomène... ou la difficulté de l’intellectuel à intégrer cette violence dans son propre engagement révolutionnaire. Profondément séduit par la puissance verbale de la Révolution, il est souvent effrayé par l’action ou par l’idée de sa propre implication qu’il vit comme une compromission. La représentation de la violence en 93, au-delà du discours mythique ou à travers celui-ci, traduit la perplexité de l’écrivain ou de l’historien quant à son rôle face à l’action.

14Cependant ces appréhensions n’ont pas empêché une explication de la Terreur. La « théorie des circonstances » justifiant ou éclairant les mesures de salut public a été extrêmement importante depuis Thiers. Même si le traumatisme ne s’efface pas, le climat d’une République menacée est particulièrement bien senti : la guerre, les manœuvres de la contre-Révolution, les rébellions de l’Ouest, les difficultés d’approvisionnement, les débordements extrémistes sont une réalité pleinement évaluée et reconnue : seule la mauvaise foi éclatante de Taine la passe totalement sous silence.

15Cependant, devant cette violence et la suppression des libertés à laquelle l’intellectuel du XIXe siècle est particulièrement sensible pour en être très souvent sevré, cette « théorie des circonstances» n’empêche pas une mise en cause du système même et de l’idéologie jacobine. Le thème du Jacobin impitoyable et sanguinaire par nature a fait fortune.

16Plus intéressante est la théorie qui consiste à montrer le développement d’un club dans tout le pays et son impact idéologique (Taine l’a bien analysé, après Michelet), en même temps que son influence sur le pouvoir en place, dans les Comités et dans l’Assemblée. Dans un pouvoir fort, centralisé et qui n’apporte pas ce qui est espéré (suppression de la religion ou plus grande démocratie), devant un système aussi qui laisse peu de possibilité à l’écrivain de s’exprimer librement, l’intellectuel proclame son indépendance et rejette le jacobinisme. Il lui est pourtant difficile de se reconnaître dans un autre parti de la Révolution. Alors que la figure du Girondin brillant orateur et défenseur d’un idéal généreux s’impose dans la littérature (même Jaurès est fidèle à cette image), beaucoup, même parmi les adversaires des Jacobins comme Michelet, reconnaissent leur incompétence à surmonter la crise que traverse le pays ; on les trouve même dangereux. Quant à Danton, il a le charme d’un tribun populaire mais il n’incarne aucune doctrine politique, même aux yeux de ses plus fervents admirateurs : il est l’homme de l’instant. A de rares expressions près, on ne distingue rien de très populaire dans les factions minoritaires (Hébertistes, Enragés, etc...).

17Il est donc très malaisé pour l’intellectuel, écrivain ou historien, de trouver une identité politique à l’intérieur de 93. Pourtant, confusément, il sent que c’est là, et non plus tôt dans la Révolution, que se trouve le cœur du problème. Il perçoit l’importance et en même temps le poids de l’État en cas de crise grave, le jeu difficile et subtil qu’il faut mener pour préserver les acquis d’une égalité au moins civile et la liberté.

18En cela, la littérature et l’historiographie du XIXe siècle n’ont pas renié 93, ni l’expérience jacobine, puisqu’elle leur servait de base de réflexion pour la république à venir.

19Les répressions successives rétablissent d’ailleurs assez souvent une certaine union entre les partisans des Jacobins et leurs détracteurs. Dès le Directoire ou le Consulat, Michel Bastien, le héros d’Erckmann-Chatrian avoue regretter même Robespierre et les Jacobins. En 1868, Michelet relativise les dissensions qui l’opposaient à Louis Blanc ou à Esquiros dix ans plus tôt :

  • 2 Michelet, Histoire de la Révolution française, t. I, p. 10., (Préface de 1868).

« Nous gardons aujourd’hui nos sympathies sans doute à tel ou tel héros de la Révolution. Mais nous les jugeons mieux. Nous les voyons d’ensemble, nullement opposés et se donnant la main. »2

20Ce qu’il ajoute en s’adressant implicitement à Louis Blanc qui semble ne retenir de l’Histoire que les Jacobins, tout en négligeant la totalité des Montagnards qui ont œuvré à la Convention, concerne aussi n’importe quel lecteur refusant de considérer la Révolution dans sa globalité :

  • 3 Ibid., t. I, p. 11.

« (...) il m’a été donné d’embrasser l’infini de la Révolution, de la refaire dans la variété de ses âges, de ses points de vue. C’eût été lui faire tort que d’en adopter un, de dénigrer le reste. Les opposés y concordent au fond. La grande âme commune, en chaque partie qui la révèle, est sentie, est comprise par des peuples divers et le sera par d’autres générations dans l’avenir. Ce sont autant de langues que la Révolution, ce grand prophète, a parlées pour toute la terre. Chacun avait son droit, et devait être reproduit. »3

21Hugo, Jaurès, puis Aulard et Mathiez, si opposés soient-ils ne nieront pas l’importance de considérer la Révolution dans sa globalité même si certaines sympathies entraînent à la partialité par la suite.

  • 4 Seul Michelet leur reproche d’avoir atermoyé.

2293 et l’épisode de la Terreur sont quoi qu’il en soit intégrés dans l’héritage révolutionnaire à travers le grand consensus qui s’affirme autour de la grandeur de la France en guerre. Les Jacobins ne sont généralement pas exclus de ce mouvement patriotique. On leur reconnaît même le grand mérite d’avoir dénoncé les dangers d’une guerre pour une démocratie balbutiante, preuve selon nous qu’ils n’ont pas recherché a priori la dictature4.

23Malgré la levée en masse et une certaine répression dans l’armée, 93 n’a guère terni l’image de 92. Cette année est l’exemple au contraire de la ténacité de la France, assaillie de toutes parts et qui fait face à toutes les difficultés pour promouvoir son idéal.

  • 5 Jacques Crétine au-Joly - Louis Blanc, La Contre-Révolution, partisans, Vendéens, Chouans, émigrés (...)

24Dans ce contexte, même la guerre de Vendée, si dure et si atroce soit-elle, est acceptée comme guerre civile. On dénonce certes les abus de Carrier ou de Turreau. Mais les Chouans de Balzac ou de Hugo apparaissent comme des êtres frustres, complètement marginaux et fermés à l’idéal républicain. Hugo ou Michelet par exemple mettent bien en valeur l’impact considérable de la religion dans cette région, qui ne leur laisse pas de véritable liberté de choix. De plus, même chez Balzac, cette lutte n’apparaît jamais comme une répression absurde et sanglante (certains diront au XXe siècle un « génocide ») mais comme une véritable guerre civile où le savoir-faire des autochtones fait courir le plus grand danger à la République. Crétineau-Joly peut dénoncer les méfaits commis par les Bleus5, son récit montre bien qu’il s’agit d’une vraie guerre.

25La guerre de Vendée n’entache donc pas vraiment le spectacle grandiose de la France combattante de 93. 93 a, quoi qu’il en soit, sa face glorieuse et, ne serait-ce qu’à ce titre, reste aux yeux du XIXe siècle un témoignage de la gloire de la Révolution.

  • 6 Roger Bellet, Jules Vallès journaliste, p. 130 sq. ; p. 369 sq.

26Toute la difficulté consiste à définir l’action révolutionnaire (ou tout simplement politique) à venir, tout en intégrant le enseignements de 93. Or l’impact de 93 est si fort qu’il est difficile bien souvent de se libérer de sa paternité. Défenseurs comme détracteurs du jacobinisme y reviennent sans cesse : c’est bien la preuve que 93 a pénétré profondément dans l’idéologie du XIXe siècle. Rappelons-nous avec Roger Bellet6 les efforts de Vallès pour condamner le jacobinisme au moment-même où son vocabulaire en est le plus imprégné.

27L’imitation des modèles est un thème auquel est sensible toute la littérature du XIXe siècle, surtout à propos de 48 et même encore sous la Commune : le souvenir des Jacobins et des luttes de 93 est extrêmement présent. Cela est d’autant plus figeant et paralysant que, on l’a vu, ce modèle se dessine lui-même en référence au modèle antique, ce qui éloigne de plus en plus les révolutionnaires de la réalité nouvelle. Mais c’est le plus souvent après coup qu’on dénonce cette imitation (sauf chez Vallès) comme cause de l’échec ; on a parfois tendance à l’exagérer : Maurice Agulhon a montré par exemple comment la Montagne de 48 était plus tournée vers le socialisme que vers 93.

  • 7 Edgar Quinet, La Révolution, cité dans le chapitre qui est consacré à cet historien, p. 89-92.

28A la limite, on s’en prend à 93 comme cause originelle des échecs successifs des tentatives républicaines et du retour de la tyrannie. Quinet est l’exemple parfait de cette attitude : lorsqu’il condamne la Terreur, lorsqu’il va jusqu’à remettre en cause le fonctionnement de la démocratie et son avenir7, il porte en lui toute l’amertume de l’exilé, déçu de voir sans cesse, après la République, la tyrannie et ses supports idéologiques (le cléricalisme en particulier) restaurer leur puissance dans un pays qu’il souhaiterait sincèrement voir libre.

29Aller au-delà de 93 est une attitude chère même aux plus grands défenseurs du jacobinisme : Louis Blanc et George Sand ont montré les limites de l’expérience jacobine.

30Cependant, le dépassement de 93 n’est jamais complètement défini dans ses modalités. Il renvoie à un idéal aux formes floues bien que généreuses, dont l’expression la plus réussie se trouve dans les derniers chapitres de Quatrevingt-treize. Pour nous, ce texte est une synthèse éclatante de toutes les répulsions surmontées et de tous les espoirs les plus fous du XIXe siècle. La violence y apparaît dans son horreur, mais elle est sciemment acceptée parce qu’intimement liée à l’élan révolutionnaire, dans une figure qui a enfin réuni les contraires, même si elle est purement littéraire : la dualité. Cette dualité est riche de promesse puisqu’elle renferme un idéal de liberté et d’égalité sociale à la fois :

  • 8 Jean Jaurès, Histoire socialiste de la Révolution française, t. VIII, p. 415.

« Sous un échafaudage de barbarie se construit un temple de civilisation. »8

31C’est avec Jaurès et la pensée socialiste d’inspiration marxiste que se dessine le sens réel du dépassement de 93, avec la définition du rôle du prolétariat :

  • 9 Victor Hugo, Quatrevingt-treize, Troisième Partie, VII, Ch V, p. 441.

« Nous sommes, en un grand sens, au sens où l’entendait Babeuf évoquant Robespierre, le parti de la démocratie et de la Révolution. Mais nous n’avons pas immobilisé et glacé celle-ci. Nous ne prétendons pas figer la société humaine dans les formules économiques et sociales qui prévalurent de 1789 à 1795 et qui répondaient à des conditions de vie et de production aujourd’hui abolies. Trop souvent les partis démocratiques bourgeois se bornent à recueillir, au pied du volcan, quelques fragments de lave refroidie, à ramasser un peu de cendre éteinte autour de la fournaise. C’est dans des moules nouveaux que doit être coulé l’ardent métal. »9

32Cependant, si 93 se trouve remis en question encore de nos jours, c’est que la polémique des modèles s’est poursuivie et des assimilations abusives selon nous sont venues fausser à nouveau la lecture de 93. Justifier la Terreur chronique de l’ère stalinienne par la Terreur occasionnelle de 93 nous paraît inacceptable d’un point de vue historique comme d’un point de vue idéologique.

33Au XIXe siècle, même si la Terreur et ceux qui y sont liés, les Jacobins, effraient dans leurs abus et constituent un traumatisme durable, 93 et même le jacobinisme font partie de l’héritage révolutionnaire et sont ressentis comme tels par les écrivains et les historiens. Même les adversaires de la Révolution dans sa globalité y voient l’achèvement de celle-ci : qu’il s’agisse de l’apogée de l’apocalypse pour Maistre ou de l’achèvement de l’ancien monde pour Chateaubriand.

34Par le foisonnement des mythes et des interprétations, par la passion de leurs discours, les écrivains et les historiens apportent la preuve qu’un phénomène sans précédent s’est produit, qui a brusquement projeté leur génération en avant dans un mouvement irréversible à long terme. Chez les républicains de toutes tendances, l’émotion, l’horreur éprouvées devant la Terreur n’ont pas conduit à un reniement de cette phase de la Révolution. Le vrai retour en arrière est Thermidor et non 93.

35Au-delà des douleurs d’une guerre et des violences inhérentes à un état d’urgence, 93 était une promesse à l’Histoire. La promesse était difficile et longue à tenir, mais elle a été la lumière d’espoir de tout le XIXe siècle républicain.

Notes

1 Les Blouses, récit paru dans le journal de Clémenceau La Justice à partir de 1880, O.C., t. III.

2 Michelet, Histoire de la Révolution française, t. I, p. 10., (Préface de 1868).

3 Ibid., t. I, p. 11.

4 Seul Michelet leur reproche d’avoir atermoyé.

5 Jacques Crétine au-Joly - Louis Blanc, La Contre-Révolution, partisans, Vendéens, Chouans, émigrés, (extraits des œuvres des deux écrivains), Paris, Hachette, 1961.

6 Roger Bellet, Jules Vallès journaliste, p. 130 sq. ; p. 369 sq.

7 Edgar Quinet, La Révolution, cité dans le chapitre qui est consacré à cet historien, p. 89-92.

8 Jean Jaurès, Histoire socialiste de la Révolution française, t. VIII, p. 415.

9 Victor Hugo, Quatrevingt-treize, Troisième Partie, VII, Ch V, p. 441.

© Presses universitaires de Lyon, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search