Version classiqueVersion mobile

Quatre-vingt-treize et les Jacobins

 | 
Dominique Aubry

Deuxième partie. 93 et les Jacobins : projection mythologique

Chapitre V. L’intellectuel devant 93 : de la révolution politique a la révolution littéraire

Texte intégral

1Les auteurs du XIXe siècle portent une attention toute particulière sur les écrivains de 93. Sous leur plume, chaque figure de la Révolution devient un type particulier, une attitude originale dans le combat.

2Cette représentation trahit souvent de la part des auteurs du XIXe siècle des hésitations devant leur propre engagement : quelle est la responsabilité d’un écrivain ou d’un journaliste dans les violences révolutionnaires ? Quel rôle effectif doit-il jouer ? A partir de quel moment doit-il prendre ses distances par rapport au combat ? Ces questions sont parfois seulement latentes à travers des commentaires et des appréciations sur tel ou tel personnage historique. Mais elles se posent plus clairement à des auteurs qui, comme Vigny ou Vallès, cherchent à définir les liens qui unissent l’écrivain ou le poète à la société, à l’Histoire en train de se faire.

A. Les figures intellectuelles de la Révolution

3Faute de connaître certains textes ou peut-être à cause du caractère réellement révolutionnaire de certains d’entre eux, il a fallu attendre Jaurès et son Histoire socialiste pour mettre en valeur le talent des théoriciens de la Révolution et pour comparer de manière très méthodique leurs projets. Jaurès a su entre autres mettre à jour totalement le mérite de Lepelletier de Saint-Fargeau.

4Avant lui, Michelet avait surtout reconnu du Jacobin sa mort tragique sous le « poignard royaliste ». Mais il avait aussi remarqué, malgré le « génie médiocre » de l’homme son remarquable plan d’éducation :

  • 1 Jean Jaurès, Historie socialiste de la Révolution française, t. VIII, p. 28.

« Cet honnête homme, dans la question de l’éducation, qui est celle même du cœur, s’était élevé au-dessus de lui-même par la bonté de sa nature. Vrai représentant de la Révolution en cette chose sainte, il n’était pas indigne de mourir pour elle. »1

  • 2 Ibid., t. VIII, p. 28-29.

5Cependant, Jaurès est le premier à lui consacrer de longues pages enthousiastes et à donner de larges extraits de ses théories. Il n’hésite pas à parler à l’égard de son projet d’un «communisme passager de l’éducation »2. Mais il en notifie aussi les limites sociales : la bourgeoisie n’est jamais menacée dans son pouvoir :

  • 3 Michelet, Histoire de la Révolution française, t. II, p. 204.

« Le Pelletier, non par calcul, mais parce que lui-même n’avait pas su faire remonter son communisme « de la base au sommet », ménageait et se conciliait tous les instincts de lutte et d’indépendance combative de la bourgeoisie fabriquante et trafiquante. »3

6Le Pelletier n’est pas le seul à attirer l’attention de l’historien attaché à déceler les origines du socialisme français. Au début du tome VIII, il examine tour à tour, dans le cadre de l’éducation, les projets des Girondins et du député Jacob Dupont, avant celui de Lepelletier. En matière de propriété, il s’intéresse aux idées de Pénières, d’Harmand de la Meuse, à la pensée sociale de Billaud-Varennes, d’Anacharsis Cloots, de Babeuf, de Sylvain Maréchal et au catéchisme de Boissel.

  • 4 Cf. Première Partie, Chapitre V.

7Mais Jaurès s’intéresse plus aux théories qu’aux théoriciens, et l’Histoire socialiste n’offre pas de véritable grande figure de théoricien politique, sauf peut-être celle d’Anacharsis Cloots.4

8C’est chez les théoriciens antérieurs que se trouve exalté le génie d’un philosophe : Condorcet.

9Michelet en particulier se trouve fasciné par ce survivant des Lumières, impliqué dans l’action au côté des Girondins et condamné en même temps qu’eux. Véritable personnage de l’Histoire de la Révolution française, il a une existence physique et la dimension d’un héros de roman, brûlant d’une véritable passion pour sa femme Sophie et animé de la flamme de la liberté :

  • 5 Michelet, Histoire de la Révolution française, t. I, p. 656.

« Toute sa vie avait offert une remarquable alliance entre deux facultés rarement unies, la ferme raison et la foi infinie à l’avenir. Ferme contre Voltaire même, quand il le trouva injuste, ami des économistes, sans aveuglement pour eux, il se maintint de même indépendant à l’égard de la Gironde. On lit encore avec admiration son plaidoyer pour Paris contre le préjugé des provinces, qui fut celui des Girondins. »5

Mort de Condorcet, Jaurès, Histoire Socialiste de la Révolution française.

10Son suicide rappelle le stoïcisme antique et frappe par sa générosité :

  • 6 Ibid., t. II, p. 821.

« [il] épargna à la République la honte du parricide, le crime de frapper le dernier des philosophes sans qui elle n’eût point existé. »6

11Il est enfin le prophète d’un fol espoir dans son testament : l’idée que la mort pourra enfin être vaincue. Aux yeux de Michelet, il incarne alors une transcendance de l’Histoire, l’immortalité du génie :

  • 7 Ibid., t. II, p. 819.

« La véhémente aspiration d’une grande âme immortelle pour communiquer l’immortalité emporta alors le sage jusqu’à élever son vœu à cette forme prophétique : « la science aura vaincu la mort. Et alors, on ne mourra plus. » »7

12Aux côtés du philosophe, une autre figure intellectuelle se distingue : celle du journaliste. Marat n’incarne pas seulement la violence révolutionnaire de 93 : même pour ses plus grands adversaires, il reste le journaliste à la voix puissante, qui parvient, par son langage et la clarté de ses analyses, à devenir réellement populaire et influent. Un article plutôt élogieux du Grand Dictionnaire de P. Larousse évoque le prestige sans égal de L’Ami du Peuple :

  • 8 Article « Marat », in Grand Dictionnaire Universel du XIXe siècle de Pierre Larousse.

« Sa feuille était le tocsin de la Révolution. »8

13Malgré sa répulsion pour l’homme et le tribun, Lamartine est fasciné par l’abnégation du journaliste qui oublie toute maladie et toute fatigue dans son incessant combat :

  • 9 Lamartine, Histoire des Girondins, t. II, p. 235.

« Il prodiguait sa vie comme la vie des autres. Même quand ses longues et fréquentes maladies le retenaient cloué sur son lit de douleur, il ne cessait pas d’écrire, avec la rapidité de la foudre, toutes les pensées soudaines que le bouillonnement de ses rêves faisait monter dans son imagination (...). Sa vie était un dialogue furieux et continu avec la foule. »9

14D’après l’article du Grand Dictionnaire Universel, la popularité du journaliste n’a jamais pu être égalée par la suite, affirmation d’autant plus considérable que le siècle nouveau a vu la presse s’épanouir et se démocratiser. Montrant que la violence verbale était une habitude sous la Révolution, l’auteur ajoute :

  • 10 Article « Marat », op. cit..

« Le public parisien s’en étonnait peu, car l’hyperbole était alors la note de tous les partis. Il accueillait ces feuilles enflammées avec une passion dont, à notre époque, la vogue des écrits de Rochefort ne peut nous donner qu’une faible idée. »10

15C’est donc son contact privilégié avec les foules, avec la révolution en action, qui fascine les auteurs du XIXe siècle, par delà l’horreur avec laquelle on se représente le personnage. C’est qu’il est souvent difficile à l’intellectuel d’établir ce contact. Le talent des journalistes Louvet ou Desmoulins ne parviendra pas à leur rendre leur popularité quand celle-ci se sera effacée. Pourtant, les sarcasmes de leurs articles peuvent, à l’exemple de ceux de Marat, modifier l’opinion publique, même s’il s’agit de celle de la moyenne bourgeoisie. Ainsi, chez Romain Rolland, Desmoulins se reproche amèrement d’avoir œuvré à la mort des Girondins.

16Le journalisme est donc un moyen assez efficace pour l’intellectuel de s’engager au cœur de l’Histoire. Mais c’est un moyen dangereux, parce que l’auteur d’articles peut mésestimer l’impact de ses propos : Marat, pourtant relativement modéré, est rendu en partie responsable des violences populaires, même si une émeute peut avoir bien d’autres raisons. Hébert et son Père Duchesne sont considérés comme dangereux, non seulement parce qu’ils appellent continuellement à l’émeute, mais aussi, aux yeux de Jaurès, parce que le discours tenu est militariste et trop maladroitement dans sa violence anticlérical.

17Avec Sade, Laclos apparaît comme l’exemple-type d’une déchéance morale (liée sans doute à la déchéance aristocratique) faisant ombre à la splendeur des Lumières. Homme de plume du traître duc d’Orléans, doué de talents d’agitateur, il mène en 92 avec son Journal des Jacobins et ses intrigues de salon, une stratégie à l’image de ses romans, entendons-le dans un sens tout à fait péjoratif dans les écrits de Lamartine et de Michelet. Lamartine en fait le portrait suivant :

  • 11 Lamartine, Histoire des Girondins, « Les Mémorables », t. I, p. 362.

« Laclos, jeune officier d’artillerie, auteur d’un roman obscène capable au besoin d’élever l’intrigue romanesque jusqu’à la conjuration politique (...). »11

  • 12 Michelet, Histoire de la Révolution française, t. I, p. 475-6 ; 488 ; 537.

18Moins méprisant, Michelet se montre fasciné par l’habileté avec laquelle Laclos, au début du club des Jacobins, parvient à peupler celui-ci d’orléanistes et à s’y réserver une place de choix12. Il montre la ruse de l’écrivain au soir de la pétition pour la déchéance du Roi : bien qu’instigateur de la pétition, il s’arrange pour ne pas la rédiger tout en faisant introduire une correction qui permette au duc d’Orléans d’assurer la Régence.

19« Homme noir » à l’image de son roman, comme modelé par lui, l’auteur des Liaisons dangereuses n’a pas l’engagement sincère conforme à l’idéal républicain des écrivains de 48. Trop de manigances et de calculs indignes entrent en ligne de compte.

20L’écrivain authentique est celui qui sait se préserver des excès : mais justement, quelle place peut-il avoir dans la Terreur ?

21L’attention se porte alors sur Chénier. Il est parfois difficile de savoir de quel Chénier il est question. Seul Marie-Joseph appartient au courant républicain ou du moins libéral : auteur de chants patriotiques (« Le Chant du Départ »), partisan de la mort du Roi, simplement écarté comme suspect avant le 9 thermidor.

  • 13 Chateaubriand, Mémoires d’Outre-Tombe, t. II, p. 28.
  • 14 Michelet, Histoire de la Révolution française, t. II, p. 531.

22C’est le poète honni de Chateaubriand, qui persiste à le traiter de régicide au moment où il lui succède à l’Institut13. Michelet voit en lui une figure intelligente de la Révolution qui, en 93 comme plus tard, invite à l’union, qui en 95 prend vaillamment la défense des Girondins survivants auxquels on refuse l’accès à l’Assemblée14.

23Il semble que ce ne soit pourtant pas lui qui, des deux frères, retienne le plus l’attention au XIXe siècle.

24Par sa jeunesse, par son talent, qui ne sera révélé que bien après sa mort, par son exécution, la dernière avant le coup d’État de thermidor, André Chénier exerce un charme tout particulier. Pourtant, ses convictions royalistes sont certaines. Lamartine s’en accommode en les attribuant non à une foi véritable mais à une témérité propre à la jeunesse :

  • 15 Lamartine, Histoire des Girondins, « Les Mémorables », t. I, p. 612.

« Ces jeunes écrivains royalistes qui (...) avaient embrassé le dogme de la monarchie au moment où il semblait répudié par tout le monde, et qui, séduits par le danger même de leur rôle, prenaient la générosité de leur caractère pour une conviction de leur esprit. »15

  • 16 Michelet, Histoire de la Révolution française, t. I, p. 775 ; p. 875.

25Michelet, lui, n’est pas dupe. Chénier est un modéré dangereux pour la République car il excite la fureur par ses pamphlets d’autant plus redoutables que leur auteur ne manque pas de talent16.

26Si André Chénier éveille cependant un certain intérêt, c’est qu’il regarde les événements avec la lucidité de l’écrivain au-dessus de la mêlée, tout en entreprenant un combat courageux pour défendre sa vérité.

  • 17 Alfred de Vigny, Stello, p. 139 sq.

27Dans Stello, Vigny en fait le symbole de l’écrivain persécuté par la démocratie. Mais jusqu’au bout, Chénier a le courage de ses opinions, criant sa haine et son mépris pour les «barbouilleurs de loi » du régime de la Terreur, dans les prisons pourtant truffées d’espions17. Tout à fait dans le même sens, Lamartine le dépeint comme le Poète, donc au-dessus de la mort et presqu’indifférent à elle. A propos du poète et de son compagnon de charrette Roucher, autre poète, il écrit :

  • 18 Lamartine, Histoire des Girondins, « Les Mémorables », t. II, p. 902.

« Ils s’entretenaient avec calme d’un autre monde, avec dédain de celui qu’ils quittaient ; ils détournaient les yeux de ce troupeau d’esclaves, et récitaient des vers immortels comme leur mémoire. Ils montrèrent la fermeté de Socrate. Seulement André Chénier, déjà sur l’échafaud, se frappant le front contre un poteau de la guillotine : « C’est dommage, dit-il, j’avais quelque chose là ! ». Seul et touchant reproche à la destinée qui se plaint non de la vie mais du génie tranché avant le temps. »18

28Dans cette représentation du poète de 93, on reconnaît certains motifs romantiques : l’écrivain, à moins d’être un intrigant, est obligatoirement un marginal : philosophe poussé par l’enthousiasme des Lumières mais bientôt exclu de l’action politique ou poète condamné à mort.

29Vigny va plus loin dans l’analyse : c’est le pouvoir lui-même, quelle que soit sa nature, qui exclut le poète parce qu’il refuse de se plier au moule et reste indépendant dans ses idées. Robespierre, dans Stello, confie avec cynisme à Marie-Joseph Chénier :

  • 19 Alfred de Vigny, Stello, p. 178-179.

« Tu sais, citoyen Chénier, mon opinion sur les écrivains. Je t’excepte, parce que je connais tes vertus républicaines ; mais, en général, je les regarde comme les plus dangereux ennemis de la patrie. Il faut une volonté UNE. Nous en sommes là. Il la faut républicaine, et pour cela, il ne faut que des écrivains républicains ; le reste corrompt le peuple. Il faut rallier ce peuple et vaincre ces bourgeois, de qui viennent nos dangers intérieurs. »19

30Saint-Just est encore plus explicite que son maître sur le rôle du poète : celui-ci doit se borner à des hymnes de commande ; le génie est dangereux :

  • 20 Ibid., p. 182.

« Nulle race n’est plus dangereuse pour la liberté, plus ennemie de l’égalité, que celle des aristocrates de l’intelligence, dont les réputations isolées exercent une influence partielle, dangereuse et contraire à l’unité qui doit tout régir. »20

B. Le triomphe de la Révolution littéraire selon Hugo

31A moins d’accepter ce rôle de chantre politique, il est bien difficile à l’écrivain de participer au combat révolutionnaire : c’est du moins la constatation à laquelle parviennent certains auteurs du XIXe siècle. Le poète, l’écrivain doivent-ils alors se contenter de se retrancher dans un éternel mutisme ? En 93, ce simple rôle est d’ailleurs dangereux : dans Les Dieux ont soif, Brotteaux finit par être inclus dans un complot illusoire par le Tribunal révolutionnaire qui le soupçonne parce qu’il est resté en marge de la vie politique.

32Toutefois, l’engagement de l’intellectuel ne peut être que limité. Dans les romans de Dumas, Mérey et Gilbert s’engagent dans la lutte pour des motivations parfois confuses : Mérey désire par exemple se venger de l’affront fait par le Marquis de Chazelay. Mais ces deux hommes sont exclus du mouvement révolutionnaire en 93 : après avoir refusé en tant que médecin de voter la mort du Roi, devenu suspect, Mérey fuit lorsque les Girondins auxquels il est associé sont poursuivis ; Gilbert se réfugie en Amérique. Ils sont définitivement en marge de l’action politique : après thermidor, Mérey est décrit comme un « homme de 93 » (c’est d’ailleurs un titre de La Fille du Marquis) et juge en critique totalement extérieur le bouleversement des mœurs.

33L’Histoire est avant tout le fait d’hommes d’action : l’écrivain ou, plus généralement l’intellectuel, risquent trop de voir leur idéal compromis devant les nécessités de l’événement. Ce n’est sans doute pas un hasard si, dans Quatrevingt-treize, Hugo n’a pas mis en scène des hommes de lettres ou même des scientifiques : les héros Cimourdain et Gauvain tirent en grande partie leur philosophie de l’action même et cette philosophie les incite à l’action. Le livre, l’étude ont pourtant leur importance, mais ils semblent appartenir au passé. Le Massacre de Saint-Barthélémy paraît un objet dérisoire, un jouet démantelé, avant de disparaître dans l’incendie de la Tourgue, avec toute une riche bibliothèque de l’Ancien Régime. Gauvain a étudié sous la conduite de Cimourdain, mais tous deux ont désormais choisi l’action. Si, dans sa nuit d’agonie, Gauvain voit se dessiner en lettres de feu un avenir brillant d’égalité et de fraternité, il n’en laisse, à la différence d’un Condorcet, aucune trace écrite. C’est que l’action se suffit à elle-même. Bien plus, elle est écriture et pensée dans le grand livre de l’Histoire. Cependant,

  • 21 Victor Hugo, Quatrevingt-treize, Deuxième Partie, III, Ch. I, p. 197.

« Le rédacteur énorme et sinistre de ces grandes pages a un nom, Dieu et un masque, Destin. »21

34Les hommes ne sont que des « greffiers ». On comprend que dans cette « épopée », selon le mot même de Hugo, l’écrivain ne puisse avoir de rôle spécifique, sinon celui de raconter, après coup, et d’expliquer.

35L’écrivain, le poète, ne se détournent pas de l’Histoire : ils en sont les observateurs attentifs ; telle est la leçon du Docteur Noir dans Stello. Ce n’est que grâce à cette distance salutaire que le poète sera bon juge :

  • 22 Alfred de Vigny, Stello, Ch. XV, p. 231-238.

« La Neutralité du penseur solitaire est une neutralité armée qui s’éveille au besoin (...).
Tantôt il presse, tantôt il arrête l’esprit des nations ; il inspire les actions publiques ou proteste contre elles, selon qu’il lui est révélé de le faire par la conscience qu’il a de l’avenir. Que lui importe si sa tête est exposée en se jetant en avant ou en arrière ! »22

36Dans l’optique de Vigny, l’expérience de 93 prouve une fois de plus que le poète doit se résigner à être un mal-aimé et un exilé. Il semble que la confrontation avec la Révolution ait confirmé (... ou fait naître ?) cette conviction propre aux sensibilités romantiques. Il en est de même chez Chateaubriand : René, émigré, mal intégré dans le combat contre-révolutionnaire, trouve un salut dans la littérature ce qui ne l’empêche pas d’être un observateur, en attendant de s’engager à nouveau à une époque plus favorable politiquement pour lui.

37En effet, l’écrivain se tourne plutôt vers l’avenir qu’il regarde avec confiance : pour lui, civilisation, progrès et justice sociale vont de pair. Pour Hugo, cette confiance repose sur le développement du livre et de l’instruction. A la fin de Quatrevingt-treize, Gauvain en fait la prophétie. C’est là une conviction ancienne de Hugo, qui apparaît très clairement dans William Shakespeare :

  • 23 Victor Hugo, William Shakespeare, Lausanne, Éditions Rencontre, 1968, p. 74.

« Le livre est l’outil de cette transformation. Une alimentation de lumière, voilà ce qu’il faut à l’humanité. La lecture, c’est la nourriture. De là, l’importance de l’école, partout adéquate à la civilisation. Le genre humain va enfin ouvrir le livre tout grand. L’immense bible humaine, composée de tous les prophètes, de tous les poètes, de tous les philosophes, va resplendir et flamboyer sous le foyer de cette énorme lentille lumineuse, l’enseignement obligatoire. »23

38Exclu ou exilé de la vie politique, le poète ou l’écrivain prend sa revanche dans le devenir humain. Mage ou génie, «promontoire de l’infini », il permet à l’Humanité de « pénétrer l’impénétrable».

39Mais son rôle n’est pas seulement prophétique : il n’est pas seulement celui qui parle de liberté et de progrès. En révolutionnant la littérature, il fait acte de liberté. Faute de pouvoir se faire au grand jour, la Révolution s’insinue dans le langage avec les écrivains romantiques. Hugo peut clamer :

  • 24 Victor Hugo, « Réponse à un acte d’accusation », in Les Contemplations, Livre Premier, VII.

« La poésie était la monarchie ; un mot
Était un duc et pair, ou n’était qu’un grimaud
(...)
La langue était l’état avant quatrevingt-neuf ;
Les mots, bien ou mal nés, vivaient parqués en castes
(...)
Je fis souffler un vent révolutionnaire.
Je mis un bonnet rouge au vieux dictionnaire.
Plus de mot sénateur ! plus de mot roturier ! »24

40L’écrivain a découvert la fonction sociale du langage et son importance. Il en fait un instrument de la Révolution littéraire. En cela, les romantiques se sentent héritiers de la Révolution française. Ils en ont pris le flambeau. Mais cette nouvelle révolution marque bien un progrès par rapport à la précédente : sublimée en acte littéraire, elle a balayé la violence, réunissant enfin, dans une même paternité, 93 et toute la Révolution française :

  • 25 Victor Hugo, William Shakespeare, p. 249.

« La Révolution, toute la Révolution, voilà la source de la littérature du dix-neuvième siècle.
(...) la démocratie est dans cette littérature.
La Révolution a forgé le clairon ; le dix-neuvième siècle le sonne. »25

41C’est là une éclatante revanche de la littérature sur l’action, de l’écrivain sur le révolutionnaire. L’écrivain peut désormais s’inscrire dans l’Histoire à travers des combats dont il maîtrise les armes toutes métaphoriques. Plus d’un écrivain de l’époque se sent investi d’une mission : celle de rendre populaire le savoir et, en particulier, l’héritage révolutionnaire. Populaire, parce que le peuple est au centre de la représentation. Populaire aussi parce que le peuple devient un public possible grâce à une plus large diffusion du livre et un langage accessible. Michelet, George Sand, plus tard Erckmann-Chatrian sont les exemples brillants d’une telle démarche littéraire.

42L’intellectuel semble avoir ainsi surmonté les contradictions qui rendaient son action impossible au sein de la Révolution. Mais ne s’est-il pas enfermé là dans un nouveau mythe qui, le plaçant au-dessus des foules finit par le rendre totalement impuissant et inutile lors d’une nouvelle Révolution ?

43C’est à cette difficulté que se heurte Jules Vallès. Avant 69, comme la plupart de ses contemporains hommes de lettres, il ne voit de refuge que dans le combat littéraire :

  • 26 Jules Vallès, Le Progrès de Lyon, 14 nov. 1864, O.C., t. IV, p. 592.

« J’aime mieux, après tout, la littérature "qui refait les mœurs que la politique qui fait les lois. »26

44Mais lors de la Commune, la volonté de se confronter directement avec l’expérience l’emporte sur la haine de la violence : il doit à tout prix participer. Il le fait d’abord par l’intermédiaire du journalisme : le tirage du Cri du Peuple révèle son succès dans les milieux populaires. Cependant, cela ne suffit pas et l’intellectuel devient insurgé, mais les anciennes réticences resurgissent au moment crucial : semblant se rappeler les guillotinades et les massacres de septembre, Vallès-Vingtras répugne à l’exécution des otages. Après la Commune, l’évolution de l’écrivain est nette : le héros du livre se fait admonester par un vieux fédéré :

  • 27 Jules Vallès, L’Insurgé, O.C., t. II, p. 561, Ch. XXXI.

« Vous auriez peut-être voté l’acquittement, vous !
Ah ! vingt dieux ! ne pas comprendre que casser la tête d’un Judas, c’est sauver la tête de mille des siens ! »
Un autre arrive :
« Vous voulez garder vos pattes nettes pour quand vous serez devant le tribunal ou devant la postérité ! Et c’est nous, c’est le peuple, l’ouvrier, qui doit toujours faire la sale besogne... Pour qu’on lui crache dessus après, n’est-ce pas ? »27

45La confrontation avec l’Histoire et non plus avec le livre conduit l’écrivain à accepter la violence et à s’engager activement, même si son idéalisme est parfois heurté par la réalité.

46L’expérience de 93 montre l’exclusion de l’intellectuel au cours de la Révolution : Condorcet ou Chénier meurent sous la Terreur, pour avoir affirmé leur indépendance de pensée.

47S’il n’est pas exclu, l’écrivain ou le journaliste finit par se compromettre : Laclos et Marat sont des criminels à des titres divers aux yeux des hommes du XIXe siècle : Laclos par sa corruption, Marat par son incitation au meurtre et malgré sa popularité.

48Persécuté ou compromis, l’intellectuel ne peut s’épanouir librement sous la Révolution. Sans doute en partie inspirée par cette situation, la littérature romantique développe une mythologie compensatrice : celle du poète, mage ou guide de l’Humanité. Révolutionnaires dans leur propre domaine, les écrivains romantiques se proclament héritiers directs de la Révolution française, résolvant ainsi les contradictions apportées par l’action.

49Impliqué dans l’action lors de la Commune, Vallès seul se rend compte des limites d’un engagement purement littéraire.

  • 28 Ce rapprochement entre la politique de Jules Ferry et le traumatisme de 93 nous paraît d’autant pl (...)

50Après 1871, la foi dans une mutation sociale sans violence triomphe avec la consolidation de la république et surtout l’avènement de l’instruction gratuite et obligatoire, sous Jules Ferry, effet à retardement, selon nous, du choc de 9328.

Notes

1 Jean Jaurès, Historie socialiste de la Révolution française, t. VIII, p. 28.

2 Ibid., t. VIII, p. 28-29.

3 Michelet, Histoire de la Révolution française, t. II, p. 204.

4 Cf. Première Partie, Chapitre V.

5 Michelet, Histoire de la Révolution française, t. I, p. 656.

6 Ibid., t. II, p. 821.

7 Ibid., t. II, p. 819.

8 Article « Marat », in Grand Dictionnaire Universel du XIXe siècle de Pierre Larousse.

9 Lamartine, Histoire des Girondins, t. II, p. 235.

10 Article « Marat », op. cit..

11 Lamartine, Histoire des Girondins, « Les Mémorables », t. I, p. 362.

12 Michelet, Histoire de la Révolution française, t. I, p. 475-6 ; 488 ; 537.

13 Chateaubriand, Mémoires d’Outre-Tombe, t. II, p. 28.

14 Michelet, Histoire de la Révolution française, t. II, p. 531.

15 Lamartine, Histoire des Girondins, « Les Mémorables », t. I, p. 612.

16 Michelet, Histoire de la Révolution française, t. I, p. 775 ; p. 875.

17 Alfred de Vigny, Stello, p. 139 sq.

18 Lamartine, Histoire des Girondins, « Les Mémorables », t. II, p. 902.

19 Alfred de Vigny, Stello, p. 178-179.

20 Ibid., p. 182.

21 Victor Hugo, Quatrevingt-treize, Deuxième Partie, III, Ch. I, p. 197.

22 Alfred de Vigny, Stello, Ch. XV, p. 231-238.

23 Victor Hugo, William Shakespeare, Lausanne, Éditions Rencontre, 1968, p. 74.

24 Victor Hugo, « Réponse à un acte d’accusation », in Les Contemplations, Livre Premier, VII.

25 Victor Hugo, William Shakespeare, p. 249.

26 Jules Vallès, Le Progrès de Lyon, 14 nov. 1864, O.C., t. IV, p. 592.

27 Jules Vallès, L’Insurgé, O.C., t. II, p. 561, Ch. XXXI.

28 Ce rapprochement entre la politique de Jules Ferry et le traumatisme de 93 nous paraît d’autant plus fondé que Jules Ferry a condamné très explicitement la Terreur et sa justification :
« Celui qui aura démontré que la Terreur n’était pas nécessaire, celui qui aura débarrassé la démocratie de ce rêve de dictature (...) aura bien mérité de l’avenir ». (Discours et opinions, 1893).

Table des illustrations

Légende Mort de Condorcet, Jaurès, Histoire Socialiste de la Révolution française.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/12200/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 551k

© Presses universitaires de Lyon, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search