Version classiqueVersion mobile

Quatre-vingt-treize et les Jacobins

 | 
Dominique Aubry

Deuxième partie. 93 et les Jacobins : projection mythologique

Chapitre I. Mythologies sociales

Texte intégral

A. Une mythologie de la décadence : aristocratie et 93

1De Joseph Maistre à Tocqueville, en passant par Vigny ou Chateaubriand, nombreux sont les aristocrates qui se penchent sur la Révolution pour y voir s’abîmer la caste dont ils sont issus et tenter d’expliquer rationnellement un phénomène qu’ils se représentent pourtant sous des apparences apocalyptiques fort terrifiantes. Après 93, s’ouvre pour l’aristocrate l’ère de la difficulté d’être que le poète et l’écrivain expriment avec leur sensibilité propre. Le thème de l’Émigré connaît alors un certain succès littéraire ; l’œuvre de Sénac de Meilhan (L’Émigré, 1797) bien que peu célèbre, en réunit tous les leitmotive.

2Le sort de l’aristocrate est vu de toute autre façon par la littérature bourgeoise, démystificatrice et parfois triomphante devant une telle décadence.

3Il est intéressant parfois de confronter les deux regards.

  • 1 Alfred de Vigny, Stello, Paris, Éd. Simon, 1957.

493 est vécu souvent comme un cataclysme par l’aristocratie, notamment dans les premières années du XIXe siècle. Vigny ou Chateaubriand ont été, on l’a vu, lourdement affectés par la Terreur. Rien d’étonnant alors si, chez ces écrivains, 93 apparaît sous le signe de l’horreur et de l’atrocité uniquement. Pour René, ce n’est pas la seule année mise en cause : même le 14 juillet ouvre une longue période de sauvagerie et de massacres. Pour le Docteur Noir, porte-parole de Vigny dans Stello, les chefs jacobins ne sont que des « tueurs de gens ».1

5La réaction naturelle, auto-défensive, de l’écrivain aristocrate est de s’enfermer une dernière fois dans une sorte de mépris de caste, pour lapider les Jacobins dont il souligne la médiocrité :

  • 2 Ibid., p. 95-96.

« Il n’y a ni héros ni monstre (...) Ma tête me donne pour eux un profond mépris. C’est un mépris glacial, pareil à celui du passant qui écrase la limace. »2

6C’est qu’on châtie même avec médiocrité. On se trompe de condamné : on accuse un jeune aristocrate célibataire d’avoir un fils émigré combattant contre la République, on égare les listes, on condamne des sans-culottes qui, imbécilement, continuent à affirmer leur patriotisme et leur républicanisme (inscription d’Agricola-Adorable Franconville lue sur la chaise de la Maison-Lazare). Robespierre utilise les moyens les plus lâches, les plus indignes d’un homme d’honneur pour éliminer ses adversaires : il inscrit le nom du Docteur Noir sur une liste de guillotine au moment même où il bavarde avec lui. Il le confronte avec Marie-Joseph Chénier dans l’espoir de les confondre tous deux et se délecte sadiquement de la scène déchirante où Marie-Joseph Chénier veut détourner l’attention des membres du Comité de salut public des propos de son père, dans l’espoir fou de sauver son frère.

7Chateaubriand est encore plus méprisant. Robespierre et Marat se voient refuser tout piédestal, fût-ce celui de la monstruosité : ce sont de simples bourgeois, donc des êtres serviles, accablés de toute la hauteur de l’aristocrate. René rappelle que Marat est un « ancien médecin des gardes du corps du comte d’Artois » (comprenons : c’est un ex-valet de la noblesse). Robespierre a un « air commun », il !est « proprement habillé comme le régisseur d’une bonne maison » et sa première apparition publique, dont Chateaubriand est le témoin, se voit gratifiée d’une remarque cinglante :

  • 3 Chateaubriand, Mémoires d’Outre-Tombe, t. I, p. 230.

« Les gens à souliers étaient prêts à sortir des salons, et déjà les sabots heurtaient à la porte. »3

  • 4 Ibid., t. I, p. 175.

8Est-ce à dire que l’aristocratie ressort glorieuse du martyre qu’elle a subi ? Π n’en est rien. Dès avant 1789, elle est déjà anachronique dans ses usages. Le cérémonial de la Cour et le respect de l’étiquette semblent bien dérisoires au jeune chevalier René qui transgresse en toute naïveté, devançant le roi dans une chasse à courre4.

9Pourtant, très tôt, l’idée de la responsabilité de l’aristocratie se dessine : dans L’Émigré, le marquis de Saint-Alban évoque le salon d’une Maréchale dévouée à la cause de Necker, mais en même temps choquée par les libertés d’un bourgeois dans son salon :

  • 5 Sénac de Meilhan, L’Émigré, in Romanciers du XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, La Pléiade, 1980, t. (...)

« Je me suis laissé allé à ces détails parce qu’ils servent à faire voir que l’oppression du peuple n’a point été le principe des attentats auxquels il s’est livré ; que le désir de dominer et non le patriotisme a dirigé les premières entreprises contre l’autorité et que l’ascendant de quelques sociétés a exalté les esprits. La femme dont je vous parle a été fatale à la France (...) »5

  • 6 Tocqueville, L’Ancien Régime et la Révolution, p. 282 à 291.

10Plus tard, Tocqueville reprend cette idée, mais il ajoute d’autres torts à l’aristocratie. Dans L’Ancien Régime et la Révolution, il insiste sur le tort des privilégiés d’avoir dénoncé eux-mêmes la mauvaise situation du peuple, déchaînant ainsi sa colère.6 En outre, la noblesse a le tort, dans son affaiblissement économique réel sous l’Ancien Régime, de vouloir s’enfermer dans une attitude de mépris et préserver ses derniers privilèges :

  • 7 Ibid., p. 179.

« Au XVIIIe siècle, c’est le pauvre qui jouit, en Angleterre, du privilège d’impôt, en France, c’est le riche. Là, l’aristocratie a pris pour elle les charges publiques les plus lourdes, afin qu’on lui permît de gouverner ; ici, elle a retenu jusqu’à la fin l’immunité d’impôt pour se consoler d’avoir perdu le gouvernement. »7

11Sénac de Meilhan stigmatise, par la plume des jeunes nobles allemandes, l’attitude surannée des aristocrates allemands qui se bercent de titres de noblesse et de lignées, à l’image du Commandeur de Loewenstein et de son entourage. Même la littérature allemande n’accorde d’attention qu’aux aristocrates :

  • 8 Sénac de Meilhan, op. cit., p. 1564.

« Comme s’il n’y avait que des gens de qualité dans le monde ! »8

12Ainsi l’aristocratie se trouve en procès avec l’aristocratie elle-même. Par son immobilisme, son manque de dynamisme économique et social, elle est rendue responsable de sa propre déchéance.

13La Révolution ne fait qu’achever la destruction, en amoindrissant numériquement cette caste et en la dispersant dans l’émigration. La jeunesse royaliste se berce d’illusions dans son insouciance, en pensant reconquérir facilement le royaume perdu. Nulle gloire désormais n’attend plus l’aristocratie. René sait que son seul mérite est de défendre une cause perdue d’avance :

  • 9 Chateaubriand, op. cit., t. I, p. 375.

« Je ne partageais aucune des illusions de mes camarades, ni relativement à la cause qu’ils soutenaient, ni pour le triomphe dont ils se berçaient. »9

14Si bien que l’action militaire est présentée parfois de façon un peu dérisoire et grotesque, face à l’immense déploiement national, à l’image du gros cousin de René, terrassé sur le champ de bataille non par une blessure mortelle, mais par son embonpoint. René lui-même a presqu’un rôle de personnage picaresque, puisqu’au beau milieu de la tourmente, le voilà sauvé par Atala (il porte son manuscrit sur lui pendant le combat) :

  • 10 Ibid., t. I, p. 389.

« Atala en fille dévouée, se plaça entre son père et le plomb ennemi ; il lui restait à soutenir le feu de l’abbé Morellet. »10

15Aussi peu digne de gloire est la situation de la jeunesse noble sous la Restauration, attendant vainement une guerre contre l’Espagne, comme le décrit Vigny dans Servitude et Grandeur militaires. Ancêtre du héros du Désert des Tartares, le jeune lieutenant-colonel se morfond à attendre l’affrontement à la garnison de Pau :

  • 11 Alfred de Vigny, Servitude et Grandeur militaires, Livre I, Ch. I.

« Nous traînâmes et perdîmes ainsi des années précieuses, rêvant le champ de bataille dans le Champ de Mars et épuisant dans des exercices de parade et dans des querelles particulières une puissante et inutile énergie.»11

16L’aristocrate ne peut plus alors que traduire son inadéquation au monde. D’où la fortune et le prestige du thème de l’Émigré dans la littérature du XIXe siècle commençant.

17Le roman de Sénac de Meilhan met en scène un aristocrate émigré, le marquis de Saint-Alban, qui souffre à la fois des douleurs de l’exil, de la maladie et de la pauvreté. S’ajoute à cela un amour malheureux, qui allait être comblé sans la mort du héros lors d’un combat contre les patriotes. Le roman est en outre peuplé d’aristocrates exilés contraints pour survivre de travailler de leurs mains et souvent réduits à la plus noire indigence, qui les accule au suicide ou porte atteinte définitivement à leur santé.

  • 12 Sénac de Meilhan, op. cit., p. 1610.
  • 13 Ibid., p. 1623.

18Exilé de son pays, l’Émigré n’a pas la consolation d’être accueilli avec chaleur dans les contrées où il trouve refuge. Chateaubriand évoque sa propre misère et celle de ses concitoyens à Londres. Le roman de Sénac de Meilhan apporte le témoignage de ce nouvel exil : un groupe d’émigrés doit fuir le Piémont12 ; le peuple allemand, solidaire des patriotes français, considère avec un certain mépris ces aristocrates déchus13. Les souverains semblent également les dédaigner, comme le constate la jeune Émilie de Wergentheim :

  • 14 Ibid., p. 1558.

« On dit qu’on renvoie les Français de plusieurs villes d’Allemagne ; ces pauvres Émigrés sont bien à plaindre et mon père a bien raison de dire qu’on est bien peu généreux à leur égard, et que leur fidélité et leur courage devraient leur attirer, ne fut-ce que par politique, les bienfaits, ou du moins la protection des souverains. »14

19Exclu de toutes les sociétés, soumis à tous les coups du hasard et à toutes les souffrances, l’Émigré, avant même d’être auréolé de la gloire du martyr, devient de lui-même héros d’un roman dont l’issue est obligatoirement tragique. Le marquis de Saint-Alban est sensible à cette similitude :

  • 15 Ibid., p. 1682.

« Les aventures chimériques que racontent les auteurs de roman, ne peuvent surpasser celles d’une multitude d’Émigrés. »15

20Bien plus : l’Émigré, figure même de celui qui est exclu de l’Histoire par l’Histoire elle-même, est contraint de regarder le monde avec une certaine distance. Exilé à jamais, il peut écrire le monde. Il a un accès privilégié à l’univers poétique. Aussi, chez Chateaubriand et Vigny, la destinée du poète et celle de l’Émigré se confondent-elles au sein de l’œuvre.

  • 16 Alfred de Vigny, Stello, Ch. XXXVII.

21Vigny érige en mythe son incapacité à s’intégrer en tant qu’aristocrate héritier de la chevalerie médiévale : il chante l’« ostracisme perpétuel » du Poète16, au-dessus du monde parce qu’homme de race supérieure, d’une nouvelle aristocratie. Le retour acharné de ce dernier terme dans Stello, à propos de la poésie, révèle bien l’aspect compensateur du mythe, qui trouve son incarnation parfaite dans le personnage d’André Chénier, défendant à la fois l’honneur de l’aristocratie et l’honneur de son art, continuant à protester avec toute la violence de son génie contre la cruauté du régime jacobin.

22Les romanciers bourgeois, et parmi eux, en particulier, Balzac et Stendhal, dépeignent souvent avec beaucoup moins de poésie les sévices de l’émigration. L’aristocrate n’est pas toujours présenté comme un martyr, tant s’en faut, même si le regard porté par Balzac est souvent plus nuancé que celui de Stendhal.

23Celui-ci met en scène toutes sortes d’aristocrates traumatisés par l’expérience de 93 et la violence jacobine. Dans Le Rouge et le Noir, Monsieur de Rênal voit des Jacobins partout et Monsieur de la Môle, plus discrètement peut-être, veut se tenir à l’écart du danger. Le Nancy de Lucien Leuwen est peuplé d’une aristocratie poussiéreuse, totalement sclérosée dans son légitimisme et paniquée au souvenir de la Terreur. Celui-ci est d’autant plus traumatisant que le présent apparaît comme une sorte de trêve fragile, menacée d’être brisée du jour au lendemain. Le marchand de blé Bonard, assez lucide sur les nobles de la ville qu’il connaît bien, est un bon informateur à cet égard pour Lucien :

  • 17 Stendhal, Lucien Leuwen, Paris, Livre de Poche, 1980, p. 153, Première Partie, Ch. XII.

« Les nobles de ce pays-ci (...) crèvent de peur quand le courrier de Paris retarde de quatre heures ; alors ils viennent me vendre d’avance leur récolte de blé ; ils sont à mes genoux pour avoir de l’or et, le lendemain, rassurés par le courrier qui, enfin, est arrivé, ils ne me rendent qu’à peine mon salut dans la rue. »17

  • 18 Ibid., p. 143, Première Partie, Ch. XI.
  • 19 Ibid., p. 168, Première Partie, Ch. XIV.

24Monsieur d’Hocquincourt se prépare au « martyre », persuadé que « 93 (...) va revenir si Louis-Philippe tombe »18. Monsieur de Chasteller s’est réfugié dans « le voisinage du Rhin », considérant que « c’est ce qu’il y [a] de plus sûr » en voyant le «peuple dans la rue » en juillet 183019.

25Le Prince Ranuce-Emest faisant regarder chaque nuit sous son Ut n’est qu’une caricature facilement reconnaissable de ces fantoches de l’aristocratie vaincue, traumatisée par l’emprise jacobine.

  • 20 Balzac, Ferragus.

26Moins ridicule sans doute, l’ancienne aristocratie balzacienne n’est pourtant pas toujours héroïque. Certes, plus d’un noble de La Comédie Humaine refuse l’émigration et résiste à l’esprit républicain, comme Monsieur de Hauteserre dont les deux fils ont pourtant rejoint l’armée des Princes ou la baronne de Maulincourt qui, au contraire de son époux, refuse d’émigrer20.

  • 21 Balzac, Un Caractère de Femme.
  • 22 Balzac, La Duchesse de Langeais.
  • 23 Balzac, Le Lys dans la Vallée.
  • 24 Balzac, L’Envers de l’histoire contemporaine.

27Certains de ceux qui restent bénéficient de protections, comme Monsieur d’Escalonde21 ou même servent la République, comme le marquis de Montriveau22. Cependant, dans La Comédie Humaine, des nobles conservent un certain prestige, comme Monsieur de Mortsauf, accablé de souffrances faute de vouloir capituler face à l’ennemi révolutionnaire23 ou Monsieur Du Vissard qui, en 1795, participe à tous les soulèvements vendéens24, sans parler de l’héroïsme des chefs royalistes dans Les Chouans.

28Mais, chez les deux romanciers, la fiction reflète la réalité d’une noblesse fortement empreinte du souvenir jacobin et fortement atteinte moralement autant qu’économiquement.

29Chez Stendhal, on a réellement le sentiment d’un monde clos et figé dans la contemplation d’un passé lointain et révolu : celui de la monarchie absolue : le modèle chéri et sacré du tyran de Parme n’est rien moins que Louis XIV, également seul héros de référence des jeunes nobles de Nancy. Mais l’imitation en est bien vaine, et le Prince Ranuce est particulièrement ridicule quand il se rengorge à l’idée de ressembler au Roi-Soleil.

30La littérature française du XIXe siècle a particulièrement été sensible, et très tôt, à la déchéance inévitable de cette caste, à laquelle la Révolution a au moins porté le coup de grâce. Alors que pour les écrivains d’origine noble, l’exil de l’aristocratie se mue en motif romanesque ou devient la source d’un renouvellement poétique, étroitement lié au romantisme naissant (isolement et solitude du poète, inadéquation au monde, refuge dans le souvenir...). La littérature bourgeoise fait du noble déchu un objet de satire (Stendhal) ou un type social remarquable (Balzac).

31Face à cette caste déchue, des forces nouvelles se manifestent sous la Révolution, très proches du pouvoir en 93 et 94 : les forces populaires. La littérature du XIXe siècle fait de ce peuple aux formes floues un mythe dominant : sous sa plume, il devient le défenseur des vieilles valeurs héroïques que la noblesse affaiblie et dispersée n’est plus apte à préserver.

B. Une mythologie montante : le Peuple dans 93

32A l’heure où se dessinent plusieurs théories des classes sociales, où le prolétariat se développe et commence à préoccuper les théoriciens, le peuple occupe une place de choix dans la mythologie de la Révolution. Peuple de la Bastille, Peuple de la Fête de la Fédération, Peuple au combat, autant d’images positives mais idéalisées.

33Cependant, en 93, le peuple s’affirme et menace le pouvoir constitué à plusieurs reprises ; l’idéalisme bourgeois du XIXe siècle, confronté à cet événement sans précédent dans l’histoire du mouvement populaire, demeure perplexe et réticent ; bon nombre d’écrivains deviennent anormalement imprécis et muets sur certains faits.

34Il a certes fallu attendre la deuxième moitié du XXe siècle pour qu’on étudie avec précision le rôle des sans-culottes ou le comportement des milieux ruraux sous la Révolution. Au XIXe siècle, seuls certains témoignages de survivants ou, à la limite chez Michelet ou Jaurès, certains procès-verbaux de réunion ou certaines études locales laissent entrevoir le comportement populaire.

  • 25 Viallaneix, La Voie royale, Essai sur l’idée du peuple dans l’œuvre de Michelet.

35On parle beaucoup du peuple, mais faute de le connaître ou de vouloir le connaître, que de réalités différentes range-t-on sous ce mot ! Pour reprendre la distinction de P. Viallaneix25, le lecteur moderne a parfois du mal à savoir s’il s’agit du « populus » désignant la nation française, si factice soit-elle dans son unité, ou de la « plebs », milieu populaire.

36Tantôt idéalisé, tantôt désavoué, le peuple est le héros d’un mythe à multiples facettes.

37Il est intéressant de voir quelle place les interprétations de 93 accordent au peuple, à quelle réalité celui-ci correspond et quel est son rôle exact.

38Le mot « Peuple » recouvre les réalités les plus multiples et cela prête souvent à confusion. Le cas le plus typique est celui de Michelet.

39Contrairement à ce qu’on pourrait imaginer de la part d’un écrivain démocrate, le peuple n’est en aucun cas assimilable au prolétariat. Chez Michelet, comme chez plus d’un romantique puis d’un quarante-huitard, il s’agit du « Populus », celui qui réalise une parfaite osmose sociale.

40Ce n’est pas en 93 qu’il est présent, mais bien plus tôt, au début de la Révolution. Il incarne un idéal d’unité et de liberté sous forme de spontanéité d’action : cet aspect est particulièrement frappant lors des mouvements parisiens de juillet 1789 :

  • 26 Michelet, Histoire de la Révolution française, t. I, p. 124.

« Ces mouvements furent ceux d’un peuple, vrais, sincères, immenses, unanimes ; la France y prit part, tous (chacun dans sa mesure) tous agirent, ceux-ci du bras et de la voix, ceux-là de leur pensée, de leur ardent désir, du plus profond de leur cœur. »26

  • 27 Ibid., t. I, p. 406.

41Il ne s’agit pas uniquement du peuple parisien. Au moment de la Fête de la Fédération, sorte d’âge d’or de la Révolution, de « vita nuova »27, il se constitue en Nation et devient héros épique, sous la plume enthousiaste de l’écrivain.

42L’idéal politique de ce peuple est sans aucun doute la république puisqu’il est l’acteur principal du 10 août : c’est ce que Michelet s’efforce de rappeler pour apaiser une opinion que toute violence populaire effraie ; en aucun cas, on ne peut confondre ce peuple avec la « plebs » :

  • 28 Ibid., t. I, p. 967.

« [La manifestation du 10 août] ne fut nullement exécutée, comme on l’a dit, par un ramas de populace, mais véritablement par le peuple, je veux dire par une masse mêlée d’hommes de toute classe ; militaires et non militaires, ouvriers et bourgeois, Parisiens et provinciaux.»28

43Quant à ces classes populaires, elles ne sont pas totalement refoulées par l’Histoire, mais leur représentation est déformée.

44Au milieu du siècle, le clivage entre bourgeoisie et peuple est nettement ressenti. Esquiros souligne bien que leurs intérêts divergent et cela dès 1789 :

  • 29 Esquiros, Histoire des Montagnards, t. II, Ch. VIII, p. 91.

« La bourgeoisie avait bien voulu du peuple pour prendre la Bastille et pour porter un coup mortel à la domination de la Cour ; mais, à présent que le succès était obtenu, elle refusait de partager les fruits de la victoire (...). »29

45A propos de la mort de Robespierre, il établit une très nette distinction entre les deux classes :

  • 30 Ibid., IV, Ch. XXVI, p. 352.

« La classe moyenne affichait publiquement son triomphe par les insultes et les transports de joie qu’elle faisait éclater tout au long de la route. Le peuple qui était personnifié dans Robespierre, était au contraire peu nombreux et morne. »30

  • 31 Première Partie, Chapitre II.
  • 32 Louis Blanc, Histoire de la Révolution française, t. VI, p. 99.

46Même si l’assimilation entre Robespierre et le peuple est, on l’a vu, abusive31, surtout au 9 thermidor, la distinction est claire. Selon Louis Blanc, les divergences politiques entre peuple et bourgeoisie sont considérables et rendent les conflits inévitables. 93 naît tout entier de cette incompatibilité. Contrairement à ce qu’affirme Michelet, le socialiste démontre que l’Assemblée Constituante ne défend que les intérêts de la bourgeoisie32. La souveraineté populaire est très limitée parce que le nombre des citoyens passifs reste trop important. L’abolition des privilèges et la vente des biens du clergé ne tendent à favoriser que les bourgeois jadis accablés d’un poids financier et seuls en mesure de racheter ce qui sera mis en vente.

  • 33 Ibid, t. V, p. 503.

47Contrairement à Michelet aussi, il spécifie la responsabilité de la Garde nationale bourgeoise dans les massacres du Champ de Mars, qui préparent aux vengeances du 10 août et aux émeutes des années 92 et 9333.

48Ces amorces de luttes sociales n’échappent pas à des écrivains plus modérés comme Quinet qui, à propos de 93, écrit :

  • 34 Quinet, La Révolution, XIV, I, p. 261.

« Les aristocrates ne sont plus maintenant les Montmorency et les Noailles ; ce sont les commis-marchands, les clercs de procureur et de notaire. Contre ce patriciat nouveau, il faut une révolution nouvelle. »34

49Le peuple des sections et des clubs et surtout le peuple des émeutes de 93 sont généralement considérés avec une certaine défiance. Le mot prend alors une connotation de mépris comme c’est le cas chez Taine. L’historien range sous ce nom la somme de tous les vices et de toutes les violences. D’Avignon, ville où la situation est particulièrement tendue, il écrit :

  • 35 Taine, Les Origines de la France contemporaine, t. 5, R III, p. 207.

« Il n’y a pas en France un nid de brigands pareils. »35

50Le peuple qui agit dans le Sud, des Pyrénées au Var, est tout aussi peu recommandable :

  • 36 Ibid., p. 225.

« Sous prétexte de punir les parents des émigrés et les fauteurs des insermentés, ils se font une armée propre de voleurs et d’indigents, qui, devançant les exploits de la future armée révolutionnaire, tue, incendie, pille, rançonne et travaille en pleine liberté sur le troupeau sans défense des propriétaires de toute classe et de tout degré. »36

  • 37 Ibid., p. 146.

51Le peuple du 10 août ne désire pas la république mais le pillage et on retrouverait les mêmes griefs à propos de chaque émeute37. Si l’attaque est plus particulièrement virulente chez Taine, on retrouve cependant le même comportement de méfiance chez les démocrates. Lorsque la violence éclate, on remplace « peuple » par « populace » ou par toutes sortes de synonymes tout aussi péjoratifs, dans des descriptions souvent inquiétantes comme chez Ponsard :

  • 38 François Ponsard, Charlotte Corday, Paris, Michel Lévy Frères, 1865, Acte II, p. 266.

« Quelquefois seulement on entend des bruits sombres ;
On voit paraître alors des hommes inconnus,
Sortis d’on ne sait où, sauvages, demi-nus ;
C’est l’émeute qui passe, et ses noires cohortes
Défilent dans la rue où se ferment les portes. »38

52Pour tenter de résoudre les contradictions existantes entre un peuple idéalisé en héros de la Révolution et une réalité qui l’effraie, Lamartine ne propose rien moins qu’un tableau en dyptique, d’un manichéisme naïf, dans un récit très personnel de l’épisode du Champ de Mars :

  • 39 Lamartine, Histoire des Girondins, t. I, p. 212.

« Un peuple immense suivait, par un entraînement naturel, ce courant de baïonnettes qui descendait lentement par les quais et par les rues du Gros-Caillou vers le Champ-de-Mars. Pendant cette marche, l’autre peuple réuni depuis le matin autour de l’autel de la patrie continuait à signer paisiblement la pétition. Il croyait à un développement de forces mais il ne croyait pas à la violence. Son attitude calme et légale et la longue impunité des séditions depuis deux ans lui laissaient croire à une impunité éternelle. »39

  • 40 Michelet, Histoire de la Révolution française, t. I, p. 1142.

53De telles réserves révèlent une méfiance non seulement à l’égard de la violence, mais aussi à l’égard des revendications populaires. A insister sur la souveraineté des assemblées, si bourgeoises soient-elles, Michelet entend condamner toute tentative d’immixtion du peuple dans le pouvoir. Il s’en prend par exemple aux revendications pour l’amélioration du salaire des ouvriers, amélioration risquant, selon lui, de diminuer l’ardeur au travail40.

54Ainsi, l’idéalisation du peuple dans la perspective romantique des quarante-huitards est bien fragile et a tôt fait de se heurter aux réalités sociales. Elle devient chez Flaubert un sujet d’ironie : à n’en pas douter, l’auteur de L’Education sentimentale songe à Michelet, sinon à Lamartine.

55Devant l’émeute, Frédéric se sent soudain enthousiaste :

  • 41 Flaubert, L’Éducation Sentimentale, p. 327, Troisième Partie, Ch. I,

« N’importe, dit[-il], moi, je trouve le peuple sublime ! »41.

56Mais le mécanisme de cet enthousiasme est aussitôt démonté :

  • 42 Ibid., p. 329.

« Le magnétisme des foules enthousiastes l’avait pris. Il humait voluptueusement l’air orageux, plein des senteurs de la poudre ; et cependant, il frissonnait sous les effluves d’un immense amour, d’un attendrissement suprême et universel, comme si le cœur de l’humanité toute entière avait battu dans sa poitrine. »42

57Pourtant, dans la deuxième partie du XIXe siècle, il arrive que ce soient bien les classes populaires que les écrivains exaltent avec lyrisme. Les romans de la Révolution d’Erckmann-Chatrian ne cessent de mettre en valeur l’héroïsme du peuple et ses souffrances dans les années 92-93. Romain Rolland fait du peuple le personnage principal de son théâtre-opéra. Il envahit la scène dans Le Quatorze-juillet et exprime en termes populaires sa toute-puissance. Son rôle est beaucoup plus réduit dans Danton, mais il reste un élément dramatique essentiel.

58Rejeté parce qu’inquiétant et excessif, le peuple-« plebs » de 93 révèle son pouvoir aux socialistes et républicains de la fin du siècle. Mais celui-ci a auparavant considérablement été amoindri et falsifié.

59En effet, le rôle attribué au peuple est généralement limité, à la fois d’un point de vue politique et d’un point de vue géographique : on se soucie peu du peuple des campagnes, sinon dans les provinces révoltées.

60On lui concède cependant un certain pouvoir. Poussé par la faim, comme les 5 et 6 octobre 89, et lorsque l’Assemblée Constituante et même la Convention se montrent impuissantes à résoudre une crise, le peuple intervient généralement de manière déterminante, comme au 10 août :

  • 43 Lamartine, Histoire des Girondins, t. III, p. 270.

« Au 10 août, le peuple fut plus homme d’État que ses chefs. Une crise était inévitable, car tout périssait dans les mains de ces législateurs qui voulaient le mouvement sans secousse, la liberté sans sacrifice, la monarchie sans royauté, la république sans hésitation, la Révolution sans garantie, la force du peuple sans son intervention, le patriotisme sans cette fièvre de l’enthousiasme qui donne aux nations le délire et la force du désespoir. Un peuple ne pouvait pas laisser sans démence durer et empirer un tel état de contradictions. La France était en perdition. L’Assemblée ne prenait pas le gouvernail43 ».

  • 44 Ibid., t. IV, p. 124 sq.

61C’est le peuple qui désigne ses chefs : un tribun ne peut rien faire sans prestige populaire. Après le 10 août, c’est ainsi que Robespierre peut accroître son autorité44. Cela est encore plus évident pour Marat qui sait exprimer, selon Lamartine, ce que l’on pourrait de nos jours appeler l’inconscient populaire :

  • 45 Ibid., t. V, p. 306.

« [Il] personnifiait en lui ces rêves vagues et fiévreux de la multitude qui souffre, qui gémit, qui s’agite au fond de toutes les sociétés. »45

62Cette puissance latente du peuple est ressentie par plus d’un écrivain comme une menace. Taine dénonce à plusieurs reprises le danger, dans son style toujours très pittoresque :

  • 46 Taine, Les Origines de la France contemporaine, t. 5, R III, p. 10.

« C’est le peuple, sultan soupçonneux et féroce qui, après avoir nommé ses vizirs, garde toujours ses mains libres pour les conduire, et son sabre affilé pour leur couper le cou. »46

63Ce pouvoir est d’autant plus inquiétant qu’il ne repose sur aucune conscience politique cohérente. Le thème du peuple volage et immature revient dans la littérature de la Révolution comme un leitmotiv. Il est sans doute inspiré par la réalité historique : en 94, au 9 thermidor, le peuple semble s’être totalement détourné de l’action politique et reste, en apparence du moins, indifférent au retour de la réaction. Mais dans ce reproche, l’expression d’un conflit de classe est latente.

64On retrouve ce thème chez des écrivains de convictions aussi opposées que Taine et Rolland. Taine brosse le tableau d’un peuple satisfait tant qu’il peut s’amuser, en dépit de la gravité des événements :

  • 47 Ibid., p. 310-311.

« Le 19 août, l’Anglais Moore voit avec étonnement la foule insouciante qui remplit les Champs-Élysées, les divertissements, l’air de fête, le nombre infini des boutiques où l’on vend des rafraîchissements avec accompagnement de chansons et de musiques, la quantité de pantomimes, de marionnettes (...).
Telle est la froideur ou la tiédeur de la grosse masse égoïste, occupée ailleurs, et toujours passive sous ses gouvernements, quels qu’ils soient, vrai troupeau qui les laisse faire, pourvu qu’ils ne l’empêchent pas de brouter et de folâtrer à son aise. »47

65Malgré une attitude moins méprisante, Rolland nous montre dans Danton un peuple qui plaisante et rit au cours du procès des Cordeliers, sans percevoir la réelle gravité de l’enjeu.

  • 48 Anatole France, Les Dieux ont soif, p. 178, Ch. XVIII.
  • 49 Ibid., p. 169, Ch. XVII.
  • 50 Ibid., p. 75, Ch. VII.
  • 51 Ibid., p. 86, Ch. IX ; p. 157, Ch. XV.

66C’est que les masses populaires ont du mal à suivre les mutations politiques et idéologiques. Anatole France, dans Les Dieux ont soif, présente un peuple à la traîne de l’Histoire. La mère du Jacobin Gamelin continue de prier Dieu en pleine déchristianisation48. La vieille marchande d’objets de dévotion ne comprend pas pourquoi on l’empêche de gagner sa vie49. A l’assassinat de Marat, une autre vieille femme croit qu’il s’agit du « curé Mara, de Saint-Pol de Queyroux »50. Par ailleurs, le peuple a cessé de s’intéresser à la politique, mais se divertit de romans et de chansons51.

67Si le rôle du peuple n’est pas totalement négligé, il se trouve donc bien amoindri pour des raisons d’ordre psychologique. En fait, bien des auteurs du XIXe siècle tendent à considérer que le peuple est incapable de se diriger lui-même. S’il agit seul, il s’ensuit désordre et violence. Dans l’été 1792, selon Lamartine,

  • 52 Lamartine, Histoire des Girondins, t. III, p. 232-233.

« Le peuple qui sentait la faiblesse de ses représentants, faisait tout seul la république, comme le peuple fait tout quand il est sans gouvernement, par le désordre, par la flamme et par le sang (...). »52

  • 53 Dumas, Le Docteur mystérieux, Paris, Gerfaut, p. 458.
  • 54 T aine, Les Origines de la France contemporaine, t. 5, R III, p. 71 sq.

68Certains écrivains vont bien plus loin dans la déconsidération de l’action populaire. Même le désordre ne peut être considéré comme l’œuvre spontanée du peuple, incapable dans l’absolu d’agir seul : toute émeute est le résultat d’un obscur complot. Au début 93, l’Evêché et ses chefs, Guzman, Tallien, Varlet, etc..., désignés par Dumas comme conspirateurs, œuvrent en secret pour un coup de force contre les Jacobins et la Commune, en manœuvrant des troupes recrutées dans le peuple53. Taine va même jusqu’à prouver, en recourant à certains témoins (d’ailleurs souvent contre-révolutionnaires) que des gens sont payés pour crier au cours des émeutes54.

69Pourtant, tout pouvoir vraiment démocratique effraie : preuve que cette volonté de déconsidérer le pouvoir populaire masque une méfiance instinctive de la bourgeoisie face à tout risque de perdre ses prérogatives.

70La Commune inquiète tout particulièrement : pour Dumas, il s’agit d’un pouvoir dangereux et terrifiant ; c’est Danton qu’il charge d’exprimer cette crainte :

  • 55 Dumas, Le Docteur mystérieux, p. 202.

« Je vois encore vaguement l’avenir, si proche qu’il soit, mais j’y flaire du sang, et beaucoup. Il faut que la lutte de la Commune et de l’Assemblée cesse. Jusqu’à présent, l’Assemblée s’est laissée traîner à la suite de la Commune. Chaque fois que l’Assemblée essaie de s’en défaire, la Commune montre les dents à l’Assemblée qui recule. L’Assemblée (...) c’est la force selon la loi et avec la loi ; la Commune, c’est la force populaire sans contrôle et sans limites (...). »55

71Cela est d’autant plus dangereux qu’une fois de plus les meneurs n’appartiennent pas au peuple :

« [La Commune] a placé sa dictature entre des mains effrayantes, non pas entre les mains d’hommes du peuple, j’en aurais moins peur que de celles où elle se trouve, – des lettrés de taverne, des scribes de ruisseau, un Hébert qui a été marchand de contremarques, un Chaumette, cordonnier manqué, mais démagogue réussi (...) ».55

72Quinet va jusqu’à s’en prendre à la légitimité de la Commune. Ce pouvoir s’est établi selon lui par la violence de septembre 92 :

  • 56 Quinet, La Révolution, X, IX, p. 101.

« Le coup d’État de septembre assure l’obéissance à la Commune pour dix-huit mois. »56

73Toute prise de pouvoir par le peuple est donc inquiétante. On redoute de le voir agir de manière autonome. Qu’on recourre aux thèses de manipulation ou au contraire qu’on parle d’une parfaite osmose entre un groupe (le plus souvent les Jacobins) et les classes populaires, on trahit sa crainte devant l’initiative populaire.

74Au. XIXe siècle, il semble bien difficile de se débarrasser des préjugés de classe pour évaluer le pouvoir populaire et étudier sans passion les relations réelles entre les masses populaires et les différents partis qui se déchirent en 93-94. En ce sens, L’Histoire socialiste de Jaurès nous paraît être une ouverture fondamentale sur la recherche du XXe siècle.

75L’ouvrage de Jaurès s’intéresse avant tout au rôle joué par les classes populaires dans l’histoire de la Révolution. De 92 à 94, ce rôle est prépondérant :

  • 57 Jaurès, Histoire socialiste de la Révolution française, t. III, p. 406.

« Dès 1792, en même temps que la propriété individuelle se dépouille de tous les restes d’ancien régime qui l’opprimaient et la masquaient, s’affirme la force croissante du peuple, de ce qu’on appelle déjà les prolétaires. »57

76L’historien s’intéresse alors à toutes les forces populaires, dans leur organisation très complexe. De longs chapitres du tome VII étudient ainsi les liens qui se trament entre les sections parisiennes, la Commune, le Conseil du Département, les clubs, etc... Surtout, il insiste sur la pression des forces populaires sur les événements. Ainsi, on peut constater combien les Fédérés gagnés à la cause parisienne et les sections s’unissent pour réclamer l’arrestation des Girondins en avril 93.

77Lors du procès du Roi, lorsque le peuple encercle la Convention, le 31 mai, lorsqu’il se mobilise tout entier contre les Girondins, le Gouvernement révolutionnaire sent sa faiblesse et doit trouver des compromis pour satisfaire les revendications populaires tout en préservant une bourgeoisie possédante.

78Ce n’est pas une tâche aisée car ces revendications ont souvent, bien plus qu’une coloration politique, un caractère social :

  • 58 Ibid., t. VII, p. 11.

« Même quand ils semblent se proposer up objet exclusivement politique, même quand ils demandent à la Convention de hâter la mort du tyran, ce n’est pas surtout pour des raisons d’ordre politique, ce n’est pas pour affirmer la liberté, châtier les maîtres, épouvanter les despotes, ou du moins ce n’est pas surtout pour cela. On dirait que Louis est pour eux le symbole d’un long régime d’iniquité et de misère dont ils veulent effacer jusqu’au souvenir, et il y a dans leur parole je ne sais quel accent de colère sociale, plus profond même que le conflit de la monarchie et de la république, de la liberté et de la tyrannie. »58

  • 59 Voir Ibid., t. VII, livre VIII.

79Aussi ne peut-on plus considérer comme par le passé que le mouvement populaire est mené par quelques chefs qui le manœuvrent totalement. Jacques Roux est désavoué par l’Évêché et les sections, Hébert le sera plus tard également. En citant le récit de Marat montrant le peuple hurlant contre les Girondins dans la rue, Jaurès contredit à nouveau la thèse de Michelet qu’il a déjà réfutée et selon laquelle les 31 mai et le 2 juin, les sections et le peuple parisien étaient restés passifs59 ! Il explique aussi comment différentes sections se regroupent et s’organisent pour s’opposer aux sections contre-révolutionnaires et girondines.

80Jaurès parvient ainsi à démontrer que le peuple est arrivé à un certain degré de maturité au cours de la Révolution, ce n’est pas une force brutale et aveugle mais une conscience capable de s’organiser pour conquérir le pouvoir.

81Sous la plume des écrivains du XIXe siècle, surtout à partir de 1848, le peuple révolutionnaire est devenu héros mythique. Il incarne un idéal, celui de la multiplicité et de la diversité ramenées à l’unité ; mais aussi celui de l’élan spontané, généreux et pacifique, tel qu’il se manifeste dans cet âge d’or que représente, pour plus d’un auteur, la première Fête de la Fédération.

82Cependant, ce peuple-nation, figure de l’unité, n’est qu’un rêve qui dissimule à peine une réalité sociale dont on se méfie car elle est au contraire conflictuelle. A l’unité s’opposent alors la division (entre bourgeoisie et classes populaires) et l’incohérence (impossibilité de cerner le peuple-plebs en le rangeant en différentes catégories) ; à l’union et à la paix s’oppose la violence, soudaine et incontrôlable.

83Cette existence autonome entrevue effraie : on éprouve immédiatement le besoin de la nier, en mettant en avant des chefs, des éléments dominateurs. Seul Jaurès parvient à libérer l’Histoire de cette fausse perspective.

84Il est donc bien difficile au XIXe siècle de trouver un équilibre entre l’enthousiasme démocratique et la peur sociale, devant la révélation de la puissance populaire.

85Cette révélation n’est d’ailleurs pas la seule qui s’impose à l’homme du XIXe siècle : l’observateur de la Révolution se montre particulièrement sensible au rôle qu’y joue la femme.

86Mais là encore, la mythologie ne trahit-elle pas la méfiance ?

C. Une mythologie ambiguë : la femme dans l’épisode jacobin

87Dans la représentation de 93, la femme tient une place assez importante, même si, avec Louis Blanc, certains écrivains du siècle rappellent qu’on ne lui a pas, à cette époque, accordé de véritable rôle politique :

  • 60 Louis Blanc, Histoire de la Révolution française, t. VII, p. 451.

« Ah ! ce fut une des misères de la Révolution de n’avoir pas compris la dignité de la femme, et de ne l’avoir reconnue l’égale de l’homme que devant le bourreau. »60

88Si elle peut participer à certains clubs féminins, vite poursuivis, si elle peut suivre les débats de la Convention, elle n’est guère acceptée dans la vie politique fort masculine du club des Jacobins comme de tous les autres clubs importants.

89Et pourtant, la femme est au cœur de l’action révolutionnaire, la première à descendre dans la rue quand le pain manque. Chez Dumas comme chez Michelet ou Lamartine, les journées du 5 et 6 octobre 1789 mettent en scène surtout des mères soucieuses de nourrir leurs enfants, transformant dans leur préoccupation le Roi en boulanger et le Dauphin en petit mitron.

90Les historiens ou écrivains du XIXe siècle s’empressent de mettre en valeur ce rôle. Mais ce n’est pas par réel souci d’exactitude historique ou même par désir de réhabilitation de la femme (même si ce désir a parfois existé, chez le socialiste Louis Blanc en particulier). La femme révolutionnaire comme la contre-révolutionnaire apparaissent comme autant d’images mythiques indispensables au roman de 93.

91Aucun auteur n’a accordé autant de place aux femmes dans l’histoire de la Révolution que Michelet, même s’il leur attribue des rôles contradictoires : dans les causes les plus opposées, royalistes ou républicaines, les femmes sont les inspiratrices des hommes :

  • 61 Michelet, Histoire de la Révolution française, t. I, p. 651.

« Les femmes, moins gâtées que nous par les habitudes sophistiques et scolastiques, marchent bien loin devant les hommes, dans ces deux religions. C’est une chose noble et touchante de voir parmi elles, non seulement les pures, les irréprochables, mais les moins dignes même, suivre un noble élan vers le beau désintéressé, prendre la patrie pour amie de cœur, pour amant le droit éternel. »61

La cantinière, Madame Thérèse. Dessin de Riou, Page de garde de l’édition Hetzel de Madame Thérèse (Erckmann-Chatrian)

92Dans ce discours, idéaliste à l’extrême, on le voit, la femme est sublimée ; mais en même temps, l’origine de son engagement politique est extrêmement réductrice : il suffit de lire pour s’en convaincre ce paragraphe où Michelet explique pourquoi il situe l’apogée du rôle de la femme en 91 :

  • 62 Ibid., t. I, p. 652.

« Les femmes règnent, en 91, par le sentiment, par la passion, par la supériorité aussi, il faut le dire, de leur initiative. Jamais, ni avant ni après, elles n’eurent tant d’influence. Au XVIIIe siècle, sous les encyclopédistes, l’esprit a dominé dans la société ; plus tard, ce sera l’action, l’action meurtrière et terrible. En 91, le sentiment domine et par conséquent la femme. »62

93Ainsi l’engagement de la femme dans la Révolution n’a rien de rationnel : elle obéit à sa nature, à l’impulsion du sentiment à quoi elle se trouve réduite. Cela rend son prestige très précaire et fragile : la passion peut vite devenir fureur et aveuglement, quelle que soit la cause qu’on embrasse.

  • 63 Ibid., t. II, livre VIII, Ch. II.

94C’est ainsi qu’au plus fort de 93, la femme entre dans la lutte comme une forcenée, à moins qu’elle en soit la victime soumise. Alors son rôle devient totalement négatif, souvent dangereux, comme celui de la femme vendéenne soumise à l’influence du prêtre et verbalement au moins responsable de l’atrocité des massacres des Bleus. L’historien accorde tant d’importance à cette influence qu’il y consacre tout un chapitre au titre révélateur : « Le prêtre, la femme et la Vendée (août-septembre 92) »63.

95Femme-égérie ou femme-furie, le rôle que Michelet attribue à la femme, quel qu’il soit, trahit une idéalisation extrême bien éloignée de la réalité que l’on perçoit d’ailleurs mal : aucune information ne nous est par exemple donnée sur les organisations féminines, pourtant présentes dans la Révolution.

96Cette idéalisation apparaît chez plus d’un auteur. Elle ne concerne pas seulement la femme en général, mais aussi les différentes catégories féminines agissant en 93. L’examen des variantes s’avère fort intéressant.

97Certaines femmes du peuple restent dans la mémoire collective, même si les images qu’on en garde sont parfois très contradictoires entre elles.

98Deux personnages féminins font une apparition marquante et durable dans la littérature et l’illustration au XIXe siècle : la cantinière, vision positive de la femme, dévouée corps et biens à la cause jacobine ; la tricoteuse, représentation négative de la femme, spectatrice malveillante de l’holocauste, image diabolique, non seulement de la littérature contre-révolutionnaire mais aussi de la littérature libérale bourgeoise.

99La cantinière connaît son incarnation la plus parfaite dans Madame Thérèse, d’Erckmann-Chatrian.

  • 64 Erckmann-Chatrian, Madame Thérèse, Hachette, p. 25-26.
  • 65 Ibid., p. 134.

100La jeune femme, dont le portrait évoque une image d’Épinal64, est capable des plus grands héroïsmes sous la plus grande modestie. L’oncle Jacob a entendu raconter par plus d’un soldat de la Moselle l’acte courageux de celles qu’ils appellent « la Citoyenne» : seule, elle a défendu un pont au moment où les « plus vieux Républicains, les plus terribles d’entre ces hommes courageux reculaient »65.

101Mais la gloire de Madame Thérèse ne découle pas vraiment de ces exploits dignes d’un homme. Il ne s’agit pas de renverser les rôles ou d’assimiler la femme aux soldats républicains. Au contraire, dans son courage, la cantinière reste femme, et rien ne vient heurter la conception d’un idéal féminin conventionnel.

102L’oncle Jacob éprouve le besoin de souligner les qualités spécifiquement féminines de la cantinière :

  • 66 Ibid., p. 135.

« Vous n’êtes pas seulement la femme qui lève le drapeau d’entre les morts, vous êtes encore la femme qui pleure, et voilà pourquoi je vous estime. »66

103Finalement, même si la nature de l’élan a changé, même si la religion a fait place au patriotisme, la féminité de la cantinière reste très proche de celle de n’importe quelle héroïne romanesque.

104La représentation de la cantinière n’atteint donc en rien l’image de la femme prônée par la bourgeoisie intellectuelle du XIXe siècle. Jules Vallès, fort séduit par le personnage, ne s’y est pas trompé et s’en trouve même rassuré, l’avouant avec humour :

  • 67 Jules Vallès, Le Progrès de Lyon, 28 février 1864, O.C., t. IV, p. 543.

« J’ai craint un instant, en entendant au fond de l’alcôve un cri de Vive la République ! et, durant la convalescence, des théories sur l’égalité, que nous ne tombassions dans George Sand ; mais je suis revenu assez vite de ma frayeur, et en voyant cette femme pâle et simple repriser les draps de l’oncle Jacob, je n’ai pu me la figurer hurlant avec les tricoteuses des tribunes. »67

  • 68 Jules Vallès, L’Insurgé, O.C., t. II, Ch. XXXIII.

105A cette image de la cantinière, se superpose donc très vite celle de la tricoteuse, même s’il y a opposition reconnue entre les deux personnages. Chez Vallès, la cantinière participe de la violence révolutionnaire et, en cela, elle éveille sa méfiance. A la fin de L’Insurgé68, il rapporte que c’est une cantinière qui a été responsable d’une horrible boucherie sur des prêtres. Après la « mégère » qui « glapit » pour appeler les gens de la Commune au massacre, c’est la voix de la vivandière qui crie « à mort ». L’écrivain revient même sur les motifs d’action de cette femme :

  • 69 Ibid., p. 582.

« Cette vivandière est la fille d’un homme qui a été arrêté à la fin de l’Empire sur une dénonciation d’agent provocateur, et qui est mort en prison.
Quand elle a entendu dire qu’il y avait des mouchards dans le tas, et qu’on allait les saigner, elle a suivi, puis commandé l’escorte.
C’est elle qui a envoyé la première balle à Largillière. »69

106La cantinière a de nobles raisons d’agir, mais gare à sa violence ! Le spectre de la tricoteuse n’est pas loin, même pour cet auteur de la fin du siècle. C’est dire combien l’impact du deuxième mythe populaire féminin a pu être fort pendant tout le XIXe siècle.

107C’est un personnage beaucoup plus anonyme. Donner une réelle consistance romanesque à un personnage, c’est évidemment lui donner une certaine humanité. Ces femmes apparaissent au contraire au centre d’une foule qui ressemble plus à une horde de bêtes sauvages qu’à une assemblée d’hommes et de femmes. Aucun trait humain ne se reconnaît en elles, comme dans cette phrase d’Anatole France :

  • 70 Anatole France, Les Autels de la Peur, Ch. IV, p. 273.

« Cependant, les cris de mort redoublaient ; les femelles couvraient de leurs glapissements aigus les grognements rauques des mâles avinés. »70

108Parfois, elles oublient leurs tendances sanguinaires, à cause de leur instinct maternel, tout aussi animal d’ailleurs. Dans Les Autels de la Peur, Fanny doit la vie sauve à un geste de tendresse qu’elle a eu à l’égard d’un enfant du peuple. Plus d’un écrivain s’attarde sur le spectacle de l’attendrissement des tricoteuses devant la beauté sublime et virginale de Charlotte Corday.

109Néanmoins, le plus souvent, le spectacle du sang semble seul attirer ces femmes. Dans cet élan, les amies d’hier deviennent vite l’objet de cruautés monstrueuses. C’est le cas de Théroigne de Méricourt, dont Lamartine évoque les tortures, malgré son peu de sympathie pour elle :

  • 71 Lamartine, Histoire des Girondins, Paris, Plon, col. « Les Mémorables », 1984, t. I, p. 484.

« Mais il y avait des femmes encore au-dessous d’elle. Ces femmes, qu’on appelait les furies de la guillotine, dépouillèrent de ses vêtements la belle Liégeoise et la fouettèrent en public sur la terrasse des Tuileries, le 31 Mai. »71

110Incarnation de la foi républicaine (la cantinière) ou de la haine du vulgaire (la tricoteuse), la femme du peuple marque de façon durable la littérature de son empreinte mythique. C’est aussi le cas de certains personnages féminins qui ont laissé leur nom dans l’Histoire ou qui ont pris une part active dans le conflit de 93.

111Bien peu nombreuses et bien pâles sont les figures féminines de l’entourage de Robespierre. On en sait de toute façon trop peu sur elles et, le personnage ne s’y prêtant guère par sa personnalité, on passe assez rapidement sur les citoyennes Duplay, celles-ci n’ayant en outre aucun rôle politique.

112En revanche, nombreuses sont les femmes gravitant autour de cet univers politique et dont le rôle, exalté très souvent et porté à des dimensions héroïques, met en valeur, par contraste, la rigueur jacobine.

113En donne-t-on pour autant une image valorisante de la femme ? Rien n’est moins sûr.

114Parmi les femmes « anti-jacobines », Marie-Antoinette est la première figure intéressante dans l’imagerie de la Révolution. Les défenseurs de la cause jacobine, ou même Michelet, la présentent seulement comme une espionne au service de l’étranger, n’ayant rien de Français à part son alliance, et trop imbue de ses privilèges et d’absolutisme royal pour pouvoir jamais s’accommoder d’une monarchie parlementaire. En revanche les orléanistes ou certains romanciers ne peuvent s’empêcher de la présenter parfois sous les traits d’une victime.

115Dumas lui prête par deux fois le charme de l’amour : dans Le Chevalier de Maison-Rouge, où son amant se suicide après avoir tout tenté pour la sauver ; dans La Comtesse de Charny, où sa liaison avec le Comte de Charny est une des trames du roman.

116Ensuite, faute de pouvoir excuser les trahisons effectives, c’est la martyre du Temple et de l’échafaud que l’on exalte, grande et noble dans sa douleur de mère et d’épouse, ferme et héroïque devant la mort.

117Cependant, la Reine ne peut servir totalement la cause antijacobine. Ses responsabilités sont trop évidentes.

118En revanche, par sa sincérité républicaine (du moins soutenue par la plupart des écrivains du XIXe siècle), un personnage peut réunir les sympathies et renforcer les convictions hostiles à l’égard de ceux qui l’ont condamnée : il s’agit de Charlotte Corday. C’est une figure extrêmement populaire et fondamentale dans la mémoire collective, au point qu’à la fin du Second Empire, le Grand Dictionnaire Universel de Larousse lui consacre un très long article, relatant même les détails de sa biographie, pourtant sans grand intérêt historique, du moins dans un ouvrage encyclopédique. Il rappelle dans les menus détails les principales œuvres consacrées au personnage.

119Reprenant certains traits de la Charlotte Corday de Michelet, Ponsard offre une des plus riches et des plus significatives représentations de l’héroïne. Nul ne peut résister au plaisir de rappeler l’origine prestigieuse de la jeune fille et de voir en elle une incarnation composite des héroïnes de son aïeul Corneille. Michelet se plaît à émailler l’histoire de la jeune fille de citations cornéliennes. Ponsard en fait une vierge salvatrice, combattant courageusement l’hydre du Mal dont les têtes sont celles, bien sûr, de Marat, de Robespierre et de Danton.

120Cette « humble villageoise » (Ponsard) renonce à son rôle de femme au nom de la liberté de son pays :

  • 72 Ponsard, Charlotte Corday, Acte III, p. 289.

« Pour moi, mon pays seul a droit de m’enflammer. J’ai concentré sur lui ma puissance d’aimer. »72

121L’image de Jeanne d’Arc vient alors immédiatement à l’esprit du lecteur. Ce parallèle est explicite chez Michelet, qui écrit à propos de la voix étrangement enfantine de Charlotte :

  • 73 Michelet, Histoire de la Révolution française, t. II, p. 497.

« Cette prolongation d’enfance fut une singularité de Jeanne d’Arc, qui resta une petite fille et ne fut jamais une femme. »73

122Même grandie à la taille d’une héroïne classique, Charlotte Corday garde toute la fragilité, la faiblesse de la femme-enfant. En aucun cas, il ne s’agit de revaloriser la femme en la montrant capable d’actes politiques. Celui de Charlotte Corday est plutôt personnel, conséquence d’une analyse de la situation présentée comme naïve par Michelet :

  • 74 Ibid., p. 495.

« Les hommes faisant si peu, elle entra en cette pensée qu’il fallait la main d’une femme. »74

123Il s’agit d’un acte de foi. Comme Jeanne d’Arc, Charlotte Corday est une sainte tout entière dévouée à la cause patriotique. La politique est une affaire d’hommes, même s’il est question de démocratie. Au cas où on en douterait encore, Humbert, dans Le Lion amoureux de Ponsard, nous détrompe en évoquant

  • 75 François Ponsard, Le Lion Amoureux, O.C., Paris, Calmann-Lévy, 1877, Acte I, p. 7.

« La liberté superbe et l’égalité mâle. »75

  • 76 Jules Barbey d’Aurevilly, Le Chevalier des Touches, Paris, Gallimard, col. « Folio », 1976, p. 79.

124Aux côtés de ces figures prestigieuses, la femme aristocrate participe à la lutte contre les Jacobins. Bien plus, la lutte contre la Révolution est un but pour la femme aristocrate, ainsi que l’affirment, au cours de leur rencontre, les Touffedelys et les Fierdrap dans Le Chevalier des Touches : le temps n’est plus pour les jeunes filles nobles de se contenter de filer au coin du feu76.

125Il s’agit pour elles d’opérer dans la clandestinité et de faire ce que les hommes, toujours surveillés par la République ou déjà émigrés ne peuvent pas tenter : sauver leurs biens ou même, lever une armée. D’où le prestige romanesque de ces héroïnes. Dans Une Ténébreuse Affaire de Balzac, Laurence de Cinq-Cygne, bien qu’agissant sous le Consulat, en est le plus bel exemple. Méprisante pour ceux qui, comme Malin, ont fait leur fortune en 93, elle met tout en œuvre pour dissimuler et sauver les jumeaux Saint-Simeuse ses cousins. Dans Les Chouans, la princesse du Gua exerce un certain pouvoir de fascination mais sa cruauté et sa jalousie finissent par la rendre odieuse.

126Fière, chevaleresque, cette femme semble seule détentrice des valeurs déchues de l’aristocratie. Dans Une Ténébreuse Affaire, les frères Simeuse restent très passifs en comparaison de l’activité fébrile que déploie leur cousine.

127Ce caractère héroïque de la femme contre-révolutionnaire s’estompe à la fin du siècle. Dans Les Dieux ont soif, la citoyenne Rochemaure a pactisé avec les gouvernements révolutionnaires successifs. Elle continue pourtant à agir avec les contre-révolutionnaires, mais surtout pour tester son habileté ou par coquetterie :

  • 77 Anatole France, Les Dieux ont soif, p. 68.

« Curieuse, agissante, brouillonne, frivole, connaissant les hommes, ignorant les foules, ne comprenant absolument rien à ce qui se passait en France, elle se montrait entreprenante, hardie et toute pleine d’audace par ignorance du danger et par une confiance illimitée dans le pouvoir de ses charmes. »77

128Face à ces femmes qui interviennent dans l’Histoire d’une manière très individuelle et spécifique, il existe un certain nombre de figures qui jouent un rôle politique plus original sinon plus important, agissant comme de véritables égéries révolutionnaires. Bien qu’on ait insisté sur le lien entre Charlotte Corday et les Girondins réfugiés à Caen, l’assassinat de Marat apparaît comme une entreprise passionnée mais solitaire, sans grande signification politique. Pourtant, d’autres femmes semblent avoir joué un rôle politique effectif dans l’Histoire révolutionnaire, diversement valorisé par les écrivains du XIXe siècle. Le premier exemple est celui de Madame Roland.

129Alors que d’autres écrivains lui prêtent les traits de la Julie de Rousseau, Michelet insiste sur le côté humain, sur l’origine populaire de l’inspiratrice des Girondins :

  • 78 Michelet, Histoire de la Révolution française, t. I, p. 663.

« [Ce] n’était pas une noble demoiselle. Manon Philipon, c’était son nom de jeune fille (j’en suis fâché pour ceux qui n’aiment pas les noms plébéiens), eut un graveur pour père, et elle gravait elle-même dans la maison paternelle. »78

130Mais tout ce qui émane du peuple est sanctifié par Michelet, et Madame Roland, après toutes les protestations d’idéalisation, est placée, telle une déesse, sur le piédestal de la vertu et du courage. Elle tire sa gloire de son travail. Inutile de rechercher en elle la faiblesse de l’amour : elle sut y résister avec la plus grande fermeté. Toutefois, le personnage est dangereux à force de grandeur, dans la mesure où sa présence entraîne une perversion de l’ordre établi : d’où une certaine méfiance, presqu’inconsciente, de l’historien :

  • 79 Ibid., t. I, p. 667.

« La grâce était bien d’une femme, mais son mâle esprit, son cœur stoïque était d’un homme. On dirait plutôt à regarder ses amis, que, près d’elle, ce sont eux qui sont femmes (...). Et le plus femme de tous par le cœur peut-être, le plus faible (...) c’est l’austère Roland. »79

  • 80 Ibid., t. I, p. 1269.

131La vertu de l’héroïne girondine devient suspecte de fanatisme et, à propos de sa haine pour Danton et Robespierre, surgit l’image du très « haineux parti janséniste »80.

  • 81 Antoine Court, « Lamartine et Madame Roland », in La femme au XIXe siècle, Littérature et idéologi (...)

132Même retournement, même défiance vis-à-vis de l’anormalité sociale que représente Madame Roland en tant que femme politique chez Lamartine. Antoine Court a remarquablement bien analysé cet aspect81. L’écrivain, au mépris de tout réalisme historique, l’assimile à la source d’un rayonnement sublime :

  • 82 Cité par A. Court, op. cit., p. 61.

« L’âme brûlante et pure d’une femme était digne de devenir le centre où convergeraient tous les rayons de la vérité nouvelle pour s’y féconder à la chaleur de son cœur et pour y allumer le bûcher des vieilles institutions. »82

133Or, elle présente en même temps toutes les faiblesses de la femme. Son amour-passion pour son pays semble parfois l’entraîner au-delà de sa volonté. Elle se montre tout aussi incapable de se contrôler dans sa haine pour les Jacobins.

134Achevant, en 1861, sa réflexion critique sur le personnage, Lamartine trahit son attachement étroit à l’idéologie anti-féministe de son siècle :

  • 83 Lamartine, Critique de l’Histoire des Girondins, cité par A. Court, op. cit., p. 71.

« Ce stoïcisme ostentatoire de l’implacabilité tue, à mes yeux, la femme dans ce tribun des femmes. Le cœur manque à ce buste de femme politique, comme il manque à presque toutes les femmes qui affectent une passion métaphysique et populaire, faute d’une passion individuelle et tendre qui nourrisse leur âme au lieu de nourrir leur vanité. »83

135Figures moins éclatantes dans la littérature et l’historiographie Théroigne de Méricourt, Olympe de Gouges et Rose Lacombe incarnent à des degrés divers l’héroïsme révolutionnaire au féminin.

136La représentation de ces trois égéries dans l’historiographie du XIXe siècle illustre bien les limites assignées au rôle politique d’une femme, même dans une période aussi exceptionnelle que l’ère jacobine.

137Le sort de Théroigne de Méricourt et d’Olympe de Gouges, rappelle la fragilité de la femme dans l’action révolutionnaire, entendons sans doute par là : la nécessaire limite de son action. Théroigne est violée, Olympe reniée par son fils. Leur chute donne la preuve de leur fragilité psychologique : Théroigne perd la raison devant l’outrage ; Olympe se réfugie dans une grossesse tardive pour tenter d’échapper à la mort.

138Michelet condamne les violences dont elles sont victimes au nom du souffle révolutionnaire dont la femme, éternelle inspiratrice de l’homme, est porteuse :

  • 84 Michelet, Histoire de la Révolution française, t. II, p. 119-120.

« C’était un odieux machiavélisme des hommes de ce temps de mettre la main sur celles dont l’héroïsme pouvait exciter l’enthousiasme, de les rendre ridicules par ces outrages que la brutalité inflige aisément à un sexe faible. »84

139Cependant, qu’on ne s’y trompe pas : cette inspiration doit être celle d’un certain idéalisme politique. Toute influence dans la Terreur ne peut être que condamnable. Michelet ne cesse de faire allusion à la responsabilité de Rose Lacombe dans les «furies du Lyonnais Leclerc ».

140Tandis que ces femmes éveillent la méfiance par leur influence inquiétante, d’autres attirent sans réserve toutes les sympathies : il s’agit des amoureuses de la Révolution.

141Dans cette époque aussi intense en passions qu’est 1793, il n’est pas étonnant qu’historiens et écrivains aient été séduits par les histoires d’amour très souvent tragiques qu’ont pu connaître les chefs politiques du moment. C’est aussi, pour eux, le moyen de mettre en valeur l’humanité du personnage. Ceux qui échappent à la passion amoureuse en paraissent d’autant plus monstrueux. Il n’est pas étonnant alors qu’Esquiros, voulant offrir à ses lecteurs une vision nouvelle de Marat, le montre l’objet de l’amour attentif et inquiet de Simone Évrard.

142Bien d’autres couples apparaissent sous l’éclairage historique et romanesque du XIXe siècle. Leur amour désespéré et funèbre projette, bien mieux que n’importe quel fait historique, l’image sanglante de la Terreur. D’où l’insistance à publier les lettres d’amour déchirantes de Fabre d’Églantine à sa femme ; d’où les allusions fréquentes chez Michelet à la tendresse attentive de Madame Condorcet ; d’où les récits émus de la passion de Louvet pour la belle Lodoïska devenue l’héroïne de son roman ; d’où encore l’étonnante fascination qu’exerce le couple Desmoulins jusqu’à notre siècle. Tragiquement unis dans la mort, ils sont une nouvelle incarnation des héros shakespeariens ; Romain Rolland y est particulièrement sensible : dans Le Quatorze-Juillet, les deux amants eux-mêmes, héros de la pièce, font allusion au drame anglais.

143Peu importent alors les convictions politiques de la femme. L’influence de Lucile sur Camille est négligeable. La femme amoureuse n’est pas un personnage historique, c’est une héroïne de roman, conforme à la tradition par ses qualités : féminité, mais aussi sensibilité et intuition dans l’amour. A la limite, les convictions politiques de l’amant ou du mari sont un obstacle, bien souvent fatal, à l’amour ou à l’héroïne elle-même. Dans Le Docteur mystérieux de Dumas, la femme de Danton se sent mourir quand elle apprend que son mari demande des mesures de salut public. A sa dernière heure, elle éprouve le besoin d’un confesseur, si possible même non-assermenté.

144La femme est extrêmement présente dans la représentation de 93 au XIXe siècle. Les écrivains et historiens entrevoient dans le grand creuset révolutionnaire quelques signes annonciateurs de l’éveil politique de la femme, même s’ils ne savent (ou ne veulent) pas toujours les interpréter.

145Cependant, même lorsqu’il s’agit des femmes agissant réellement sur l’Histoire, contre-révolutionnaires ou républicaines, celles-ci retrouvent la plupart du temps des traits féminins de convention et la faiblesse de leur sexe est désignée avec insistance, comme si l’impact politique d’une femme ne pouvait être qu’éphémère et fatal à celle-ci.

146Héroïne de roman plus que personnage historique, la femme est surtout présente pour accroître le pouvoir émotionnel de la tragédie racontée : elle est l’élément indispensable d’un bon livre d’histoire comme d’un bon roman, l’héroïne souvent victime de la cruauté jacobine.

147Il n’empêche que même dans la mythologie populaire, la femme reste étroitement associée à la Révolution. L’art et la chanson ne font que renforcer ce lien, diffusant l’image d’une femme triomphante incarnant la République ou, comme dans « La Curée » d’Auguste Barbier, la Liberté :

  • 85 Auguste Barbier, « La Curée », in La Lyre d’airain, poésie populaire et démocratique (1815-1918), (...)

« C’est une forte femme aux puissantes mamelles,
A la voix rauque, aux durs appâts,
Qui du brun sur la peau, du feu dans les prunelles,
Agile et marchant à grands pas,
Se plaît aux cris du peuple, aux sanglantes mêlées,
Aux longs roulements de tambours (...). »85

148A travers cette chanson, on voit combien la femme, le peuple et la Révolution sont associés au sein d’une même idéalisation. Peu importe qu’il s’agisse d’une idéalisation : la femme détient avec le peuple la promesse d’un avenir meilleur.

149Au XIXe siècle, que l’on parle du peuple ou de la femme, derrière les mythes parfois falsificateurs de la bourgeoisie intellectuelle, se dissimule une force de progrès inquiétante mais indéniable.

***

150Les mutations sociales entraînées par la Révolution et 93 ont donc engendré une abondante production d’images et de mythes. Mais ce n’est pas le seul élément générateur : le XIXe siècle est fasciné par le grand bouleversement idéologique et politique de la Révolution et de 93. Croyances anciennes et croyances nouvelles rivalisent, se confondent et se déchirent : cette mouvance perpétuelle suscite à la fois la réflexion et la création de l’écrivain.

Notes

1 Alfred de Vigny, Stello, Paris, Éd. Simon, 1957.

2 Ibid., p. 95-96.

3 Chateaubriand, Mémoires d’Outre-Tombe, t. I, p. 230.

4 Ibid., t. I, p. 175.

5 Sénac de Meilhan, L’Émigré, in Romanciers du XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, La Pléiade, 1980, t. II, p. 1581.

6 Tocqueville, L’Ancien Régime et la Révolution, p. 282 à 291.

7 Ibid., p. 179.

8 Sénac de Meilhan, op. cit., p. 1564.

9 Chateaubriand, op. cit., t. I, p. 375.

10 Ibid., t. I, p. 389.

11 Alfred de Vigny, Servitude et Grandeur militaires, Livre I, Ch. I.

12 Sénac de Meilhan, op. cit., p. 1610.

13 Ibid., p. 1623.

14 Ibid., p. 1558.

15 Ibid., p. 1682.

16 Alfred de Vigny, Stello, Ch. XXXVII.

17 Stendhal, Lucien Leuwen, Paris, Livre de Poche, 1980, p. 153, Première Partie, Ch. XII.

18 Ibid., p. 143, Première Partie, Ch. XI.

19 Ibid., p. 168, Première Partie, Ch. XIV.

20 Balzac, Ferragus.

21 Balzac, Un Caractère de Femme.

22 Balzac, La Duchesse de Langeais.

23 Balzac, Le Lys dans la Vallée.

24 Balzac, L’Envers de l’histoire contemporaine.

25 Viallaneix, La Voie royale, Essai sur l’idée du peuple dans l’œuvre de Michelet.

26 Michelet, Histoire de la Révolution française, t. I, p. 124.

27 Ibid., t. I, p. 406.

28 Ibid., t. I, p. 967.

29 Esquiros, Histoire des Montagnards, t. II, Ch. VIII, p. 91.

30 Ibid., IV, Ch. XXVI, p. 352.

31 Première Partie, Chapitre II.

32 Louis Blanc, Histoire de la Révolution française, t. VI, p. 99.

33 Ibid, t. V, p. 503.

34 Quinet, La Révolution, XIV, I, p. 261.

35 Taine, Les Origines de la France contemporaine, t. 5, R III, p. 207.

36 Ibid., p. 225.

37 Ibid., p. 146.

38 François Ponsard, Charlotte Corday, Paris, Michel Lévy Frères, 1865, Acte II, p. 266.

39 Lamartine, Histoire des Girondins, t. I, p. 212.

40 Michelet, Histoire de la Révolution française, t. I, p. 1142.

41 Flaubert, L’Éducation Sentimentale, p. 327, Troisième Partie, Ch. I,

42 Ibid., p. 329.

43 Lamartine, Histoire des Girondins, t. III, p. 270.

44 Ibid., t. IV, p. 124 sq.

45 Ibid., t. V, p. 306.

46 Taine, Les Origines de la France contemporaine, t. 5, R III, p. 10.

47 Ibid., p. 310-311.

48 Anatole France, Les Dieux ont soif, p. 178, Ch. XVIII.

49 Ibid., p. 169, Ch. XVII.

50 Ibid., p. 75, Ch. VII.

51 Ibid., p. 86, Ch. IX ; p. 157, Ch. XV.

52 Lamartine, Histoire des Girondins, t. III, p. 232-233.

53 Dumas, Le Docteur mystérieux, Paris, Gerfaut, p. 458.

54 T aine, Les Origines de la France contemporaine, t. 5, R III, p. 71 sq.

55 Dumas, Le Docteur mystérieux, p. 202.

56 Quinet, La Révolution, X, IX, p. 101.

57 Jaurès, Histoire socialiste de la Révolution française, t. III, p. 406.

58 Ibid., t. VII, p. 11.

59 Voir Ibid., t. VII, livre VIII.

60 Louis Blanc, Histoire de la Révolution française, t. VII, p. 451.

61 Michelet, Histoire de la Révolution française, t. I, p. 651.

62 Ibid., t. I, p. 652.

63 Ibid., t. II, livre VIII, Ch. II.

64 Erckmann-Chatrian, Madame Thérèse, Hachette, p. 25-26.

65 Ibid., p. 134.

66 Ibid., p. 135.

67 Jules Vallès, Le Progrès de Lyon, 28 février 1864, O.C., t. IV, p. 543.

68 Jules Vallès, L’Insurgé, O.C., t. II, Ch. XXXIII.

69 Ibid., p. 582.

70 Anatole France, Les Autels de la Peur, Ch. IV, p. 273.

71 Lamartine, Histoire des Girondins, Paris, Plon, col. « Les Mémorables », 1984, t. I, p. 484.

72 Ponsard, Charlotte Corday, Acte III, p. 289.

73 Michelet, Histoire de la Révolution française, t. II, p. 497.

74 Ibid., p. 495.

75 François Ponsard, Le Lion Amoureux, O.C., Paris, Calmann-Lévy, 1877, Acte I, p. 7.

76 Jules Barbey d’Aurevilly, Le Chevalier des Touches, Paris, Gallimard, col. « Folio », 1976, p. 79.

77 Anatole France, Les Dieux ont soif, p. 68.

78 Michelet, Histoire de la Révolution française, t. I, p. 663.

79 Ibid., t. I, p. 667.

80 Ibid., t. I, p. 1269.

81 Antoine Court, « Lamartine et Madame Roland », in La femme au XIXe siècle, Littérature et idéologie, Lyon, P.U.L., 1985.

82 Cité par A. Court, op. cit., p. 61.

83 Lamartine, Critique de l’Histoire des Girondins, cité par A. Court, op. cit., p. 71.

84 Michelet, Histoire de la Révolution française, t. II, p. 119-120.

85 Auguste Barbier, « La Curée », in La Lyre d’airain, poésie populaire et démocratique (1815-1918), Paris, Éditions Sociales, col. « Les Classiques du Peuple », 1964, p. 47-48.

Table des illustrations

Légende La cantinière, Madame Thérèse. Dessin de Riou, Page de garde de l’édition Hetzel de Madame Thérèse (Erckmann-Chatrian)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/12188/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 603k

© Presses universitaires de Lyon, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search