Version classiqueVersion mobile

Quatre-vingt-treize et les Jacobins

 | 
Dominique Aubry

Deuxième partie. 93 et les Jacobins : projection mythologique

Introduction

Texte intégral

1Il n’existe pas de « légende révolutionnaire » au sens où l’on parle de « légende napoléonienne ». Beaucoup de raisons qui dépassent l’objet de notre étude pourraient être avancées pour expliquer cette absence. Il nous semble en tout cas qu’une légende se crée plus facilement autour d’un personnage ; il est difficile dans l’histoire d’une révolution aux multiples acteurs de concentrer l’attention sur un simple personnage. En outre, dorée ou noire, la légende a un sens univoque ; or, nous avons vu que la représentation de 93, qui n’est qu’un fragment de la Révolution, est d’une complexité telle qu’elle ne peut jamais être simplifiée, réduite à un trait unique.

2En revanche, certaines images, certaines figures réapparaissent de façon durable au cours du XIXe siècle, dans des domaines multiples : dans la chanson, l’illustration, autant que dans la littérature et l’historiographie. Elles offrent de 93 un reflet déformé, tantôt idéalisé, tantôt entaché d’horreur, au point que l’on peut parler de véritable représentation mythique de l’Histoire : issus de l’Histoire, ces mythes exercent une influence certaine sur l’histoire du XIXe siècle et de ses révolutions.

  • 1 Voir en Deuxième Partie, le Chapitre II (paragraphe intitulé « Religion et État ») et le Chapitre (...)

3Parfois, certaines de ces images associées forment un tout cohérent et acquièrent une autre dimension ; on songe alors aux mythes antiques, mais cela est beaucoup plus rare. Parfois aussi la représentation perd de son caractère illusoire et artificiel : c’est qu’elle naît de convictions profondes qui modifient un peu l’éclairage que nous avons porté sur certains mythes1.

4Ce cheminement parfois complexe va nous donner l’occasion d’évaluer pleinement la puissance de l’impact de 93 et des Jacobins sur l’imaginaire et la conscience du XIXe siècle. Il peut aussi nous permettre d’attribuer un sens aux contradictions précédemment observées, dans la mesure où la mythologie de 93 et des Jacobins est étrangement révélatrice de la manière dont l’écrivain perçoit le monde qui l’entoure, avec ses valeurs nouvelles.

Notes

1 Voir en Deuxième Partie, le Chapitre II (paragraphe intitulé « Religion et État ») et le Chapitre V.

© Presses universitaires de Lyon, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search