Version classiqueVersion mobile

Quatre-vingt-treize et les Jacobins

 | 
Dominique Aubry

Première partie. 93 et les Jacobins : une problématique inépuisable

Conclusion

Texte intégral

1Avec la multiplication des mesures terroristes, les années 93 et surtout 94 effraient et impressionnent, attirant des critiques très virulentes. Au centre de ces années, les Jacobins sont particulièrement visés. Comme le fait remarquer George Sand, Robespierre et, avec lui, tout le mouvement qu’il dirige, sont des boucs-émissaires chargés de tous les crimes et de tous les abus possibles.

2Pourtant, le refus de 93 n’est pas aussi net que la violence verbale le ferait croire : d’une part, la critique des républicains ou des socialistes doit se démarquer de celle des conservateurs et souligner les résultats positifs de 93 ; d’autre part et surtout, il n’est pas simple de refuser le régime qui a permis un moment le maintien de la République, bien qu’il soit difficile d’en assumer toutes les conséquences.

3Certes, tout au long du siècle, la critique contre-révolutionnaire et conservatrice prospère, en partie grâce au talent de ses écrivains et théoriciens. Contrairement aux libéraux et à certains républicains, ceux-ci ont au moins le mérite de replacer 93 dans une globalité, considérant la période comme le point culminant d’un mouvement depuis longtemps amorcé. Malgré les images d’horreur que ces auteurs multiplient, de Maistre comme Chateaubriand ont le sentiment aigu que la situation d’Ancien Régime ne pouvait durer et 93 marque l’achèvement de la destruction. Tous ces auteurs rejettent l’idée démocratique, refusant toute égalité. Seul Chateaubriand voit dans la démocratie l’aboutissement nécessaire d’une évolution historique et politique. L’écrivain a perçu plus intensément que les théoriciens cette évolution, par une sorte d’intrusion de l’Histoire dans sa propre sensibilité.

4Contrairement à la plupart de ces auteurs ultras ou conservateurs, la pensée libérale contribue grandement à la dissociation des années révolutionnaires dont 89 constitue le plus souvent l’apogée. Cette année inaugure, pour ces auteurs, le règne d’une aristocratie au visage nouveau sur une France modernisée dont la grandeur ne sera assurée que par l’usage d’une très grande liberté dans tous les domaines. D’égalité, il est bien sûr fort peu question.

5Cependant, le discours libéral évolue au cours du siècle : avec Tocqueville, 93 perd son visage terrifiant et l’analyse devient sereine.

  • 1 Voir Lamartine, Critique de l’Histoire des Girondins (1861).

6Le débat le plus passionnant se situe au sein de la pensée républicaine et socialiste. C’est là que se dévoile la plus grande perplexité devant les Jacobins et 93, qui font alors l’objet des polémiques les plus passionnées : tous ces défenseurs d’un idéal démocratique se répondent entre eux bien plus encore qu’ils ne répondent aux attaques contre-révolutionnaires. Ils dialoguent aussi avec eux-mêmes : Michelet ne cesse de corriger et de nuancer sa critique des Jacobins. Lamartine éprouve le besoin d’écrire une critique de son propre ouvrage pour accentuer sa remise en cause des Girondins1.

7Quand le jacobinisme est critiqué, c’est que dans sa démarche égalitaire, au nom d’un pragmatisme politique, il finit par faire passer la liberté au second plan. On a accusé les Jacobins d’avoir instauré un régime dirigiste et centralisé ; puis on s’est aperçu (avec Quinet et Tocqueville) qu’il n’avait fait que perpétuer certaines structures d’Ancien Régime. On a pourtant assez bien évalué les risques et les conséquences d’une dictature : même si celle-ci est instaurée au nom de la raison d’État, elle ouvre la voie à un régime impérial. Si Quinet critique avec autant de virulence les Jacobins, c’est qu’il leur reproche en quelque sorte, plutôt naïvement, de n’avoir pas su détruire toute possibilité de retour de la tyrannie dont il est lui-même alors victime.

8Cette dictature finit par bafouer la justice au même titre que la liberté et par tuer aveuglément, au mépris de toute la philosophie des Lumières.

9Pourtant, cette remise en cause de la politique jacobine de 93 est très ambiguë ; on s’en rend compte surtout à travers le débat entre Girondins et Jacobins.

10Les Girondins jouissent d’un prestige presque permanent au cours du siècle. Face à la froideur jacobine, ils incarnent la passion, l’enthousiasme, l’amour de la liberté. Ce sont des héros dignes de figurer dans les fictions littéraires : ils envahissent l’univers romanesque de Dumas ou les pièces de Ponsard. Jaurès semble encore séduit par certains orateurs girondins comme Vergniaud.

11Or la conscience de leurs torts est permanente. En 93, ils ont contribué grandement à mettre la République en danger. Mêmes les adversaires des Jacobins comme Michelet ou Erckmann-Chatrian le reconnaissent. La démarche de Lamartine illustre cette contradiction de manière flagrante : avec l’intention à l’origine de faire l’éloge des Girondins, il en vient à les critiquer, pour finalement mettre en valeur l’efficacité des Jacobins.

12Entre ces deux attitudes face à une crise aiguë dont tous les observateurs de l’Histoire ont conscience, il est presque impossible de trouver un moyen terme. Esquiros peut se consacrer à une Histoire de la Montagne, il finit par concentrer son attention sur les Jacobins. Hugo chante la gloire de la Convention, mais celle-ci est hors de l’Histoire et du Temps, expression d’un destin qu’elle ne domine pas.

13Le personnage de Danton cristallise toutes les sympathies. Mais, même si, d’après Michelet, il est la voix populaire par excellence, il reste un individu, sans doctrine politique claire. Dans Le Docteur mystérieux, Dumas le montre de plus en solitaire, isolé du courant de l’Histoire.

14Chez les historiens parfois plus que chez les écrivains, la dualité est permanente : le langage de la passion et des sympathies ne masque pas la conviction intime que l’idéal de liberté et d’égalité sans conflit est impossible.

15Cette duplicité devient explicite chez Hugo : le révolutionnaire se dédouble en deux personnages partageant le même idéal : Gauvain incarne le Progrès pur de toute souillure tandis que Cimourdain porte la malédiction des bourreaux.

16Malgré la peur et la répugnance que peut susciter le spectacle de la Terreur, tout au long de l’histoire du XIXe siècle, on en revient à 93, notamment lorsque les espoirs démocratiques reprennent un certain élan : autour de 48 et de 71. Pourquoi s’attache-t-on d’aussi près au souvenir jacobin, jusqu’à fonder de nouveaux clubs à ce nom ? C’est qu’on y voit un principe organisateur permettant de franchir l’obstacle des divisions et, entre les revendications débordantes d’un prolétariat très actif et les conservateurs, la perspective d’une voie moyenne qui rassure.

  • 2 Erckmann-Chatrian, Histoire d’un Paysan, t. II, p. 406.

17Cependant, malgré les critiques acerbes de Haubert ou de Vallès, ceux qui s’inscrivent dans la lignée jacobine tâchent de s’en démarquer en affirmant la nécessité d’une plus grande égalité sociale. La dimension bourgeoise de la Révolution jacobine et ses limites ont été assez bien perçues. Les bourgeois bénéficiaires de 93 abondent chez Balzac (le père Goriot en est le plus illustre exemple) au point qu’ils sont devenus un type conventionnel ; dans l’Histoire d’un Paysan d’Erckmann-Chatrian, Michel Bastien sent ses convictions s’attiédir à présent qu’il a acquis des biens nationaux ; le citoyen Jean Biaise prospère sous la Terreur, dans Les Dieux ont soif.2

  • 3 Anatole France, Les Dieux ont soif.

18Même pour leurs plus ardents défenseurs, les Jacobins ne représentent qu’une étape de la marche vers le progrès. Certains révolutionnaires, au nom même de cette égalité sociale, rejettent 93 : pour Vallès, Arnould, Lissagaray, la révolution ne peut se faire qu’en dehors de l’autoritarisme de l’État, dont 93 a démontré les aboutissements fâcheux. Mais au cours de la Commune, c’est le peuple lui-même, dont ils veulent défendre la cause, qui vient reparler d’autorité et de mesures répressives à l’égard des ennemis.3

19La représentation de 93 et des Jacobins dans la littérature et l’historiographie ne peut avoir que la forme d’un débat permanent, multipliant les contradictions et sans réponse unique. Au moment même où la Terreur abat des têtes, un phénomène sans pareil de régénération politique, culturelle et sociale se produit ; cela est toujours, confusément au moins, présent à la conscience de l’écrivain ou de l’historien : d’où ce langage double où rivalisent sensibilité, générosité et réalisme politique, qui traduit une insatisfaction profonde devant une réalité qu’on ne parvient pas à cerner et à dominer totalement.

20Aussi sera-t-il plus révélateur pour nous d’observer le retour de certains leitmotive, de dessiner à grands traits une mythologie de 93 et des Jacobins, afin de déceler la signification profonde de ce déchirement.

Notes

1 Voir Lamartine, Critique de l’Histoire des Girondins (1861).

2 Erckmann-Chatrian, Histoire d’un Paysan, t. II, p. 406.

3 Anatole France, Les Dieux ont soif.

© Presses universitaires de Lyon, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search