Version classiqueVersion mobile

Quatre-vingt-treize et les Jacobins

 | 
Dominique Aubry

Première partie. 93 et les Jacobins : une problématique inépuisable

Chapitre III. L’après-48 : le discours de la désillusion

Texte intégral

A. L’apologie des Girondins dans l’idéologie bourgeoise : l’exemple de Dumas

1Après 48, la Révolution française reste un thème à la mode qui envahit la scène et le roman populaires. Pierre Saccone (1817-1895) et Jules Rouquette écrivent plusieurs aventures se déroulant à la fin du siècle précédent, et cela jusqu’au cours de la IIIème République.

2Dans la période qui suit immédiatement les événements de 48, deux auteurs retiennent particulièrement notre attention à cause du succès, parfois surfait, dont ils jouissent auprès d’un public bourgeois : il s’agit de Ponsard, auquel nous ferons souvent référence dans la deuxième partie de notre étude et, surtout, d’Alexandre Dumas père.

3La Révolution française inspire particulièrement le romancier si l’on en juge d’après la liste des œuvres concernant cette période historique :

  • Le Chevalier de Maison-Rouge (1845-1846) adapté au théâtre en 1847.
  • Ange Pitou (1851).
  • La Comtesse de Charny (1852-1855).
  • Les Blancs et les Bleus (1867-1868), adapté pour le théâtre en 1874.
  • Création et Rédemption : I. Le Docteur mystérieux.
    II. La Fille du Marquis (1872).

4D’autres écrits (chroniques ou essais historiques) paraissent au cours de cette même période :

  • Histoire de Louis XVI et de Marie-Antoinette (1850-51).
  • Louis XVI et la Révolution (1866).
  • Le Drame de 93 (1851).

5Enfin, en collaboration avec Macquet, il écrit en 1870 un hymne national : Le Chant des Girondins. Cet intérêt pour la période n’est pas seulement sentimental (Dumas rend hommage à son père, le Général plébéien), il est aussi idéologique. La bourgeoisie modérée à la recherche de son histoire trouve dans le romancier prétendûment historique une vision tout à fait mythique mais répondant à son attente, de la Révolution française. On pourra s’en rendre compte en examinant l’image que Dumas offre des Jacobins.

6Alors que l’Histoire tend à prendre une importance de plus en plus grande dans le roman de Dumas, se confondant de plus en plus avec le roman-même, les Jacobins semblent relégués aux marges du récit. La Comtesse de Charny comme Le Chevalier de Maison-Rouge s’arrêtent à la mort de la Reine, comme si l’acte régicide marquait d’un sceau sanglant le début d’une succession de cataclysmes : devant la Terreur, le silence est préférable, comme si l’horreur était trop grande pour figurer dans un roman. Dans Le Chevalier de Maison-Rouge, les personnages principaux sont emportés par le flot destructeur en même temps que la Reine : le Chevalier se suicide, Maurice et Lorin sont bientôt guillotinés. A la fin de La Comtesse de Charny, Pitou retourne à la campagne, le Docteur Gilbert et Billot s’en vont en Amérique. Dans Le Docteur mystérieux, Jacques Mérey doit fuir la persécution des Jacobins. Sa fiancée, Eva, manque de périr guillotinée.

7Les héros ne sont jamais Jacobins. Dans Le Chevalier de Maison-Rouge, Maurice est pourtant républicain, mais au fil du roman, il exprime de plus en plus de réserves et se méfie des Jacobins :

  • 1 Alexandre Dumas, Le Chevalier de Maison-Rouge, Paris, Gautier-Languereau, Ch. XXI.

« Les Jacobins ne plaisantent pas, peste ! Vous venez de voir comment ils ont traité les Girondins. »1

8Les héros les plus attachants sont parfois royalistes, comme le Chevalier ou le Comte de Charny. Leur dévouement à une cause perdue leur confère la dimension de martyrs. La famille royale elle-même a une importance plus grande que les personnages jacobins. Les Jacobins n’apparaissent qu’au cours de la présentation de la situation historique, souvent dans des chapitres à part, parfois très mal intégrés dans la trame romanesque : ainsi, le chapitre XXIX du tome II de La Comtesse de Charny, intitulé « Le Club des Jacobins » apparaît comme une pièce rapportée.

9Quelquefois cependant, les Jacobins sont présents dans des scènes romanesques, vus par le regard critique d’un héros (Robespierre observé par le Docteur Gilbert) ou mis en scène par un narrateur omniscient non moins critique, comme dans le chapitre XIII du tome VI, où Saint-Just et Robespierre vivent des heures d’angoisse dans la nuit du 2 septembre.

10Encore ne voit-on ici que deux ou trois figures de proue, comme si elles existaient seules, manœuvrant une populace sans conviction politique. Dumas n’analyse pas un courant. Il s’intéresse à des personnages parce qu’il les perçoit hors du commun et il leur donne une dimension de personnages romanesques, les dépouillant de leur profondeur politique.

11Aussi, l’image que Dumas nous donne des Jacobins est-elle forcément déformée. Cela est d’autant plus grave que le romancier a des prétentions d’historien. La référence à Michelet et à son Histoire de la Révolution Française est constante. Dans une cinquantaine de passages au moins de La Comtesse de Charny, les emprunts sont évidents.

12A propos des Jacobins, c’est sans doute chez Michelet que Dumas a découvert que Duplay vouait un véritable culte à Robespierre ; il y a vu aussi comment l’artisan a sauvé son locataire le jour du Champ de Mars. Le rôle de Dumouriez confiant le bonnet rouge aux Jacobins a été mis en valeur également par Michelet. En outre, Dumas se réfère à Burke, à Madame de Staël et à de nombreux récits de témoins. Plusieurs fois, il s’affirme l’arbitre impartial d’un conflit. Pris dans ce piège, le lecteur croit en apprendre plus sur les personnages historiques, il ne fait plus le partage entre Histoire et création romanesque.

13Or cela est d’autant plus grave que ce que Dumas emprunte à Michelet appartient plus à la petite histoire, anecdotique et déjà presque romanesque, qu’à celle des courants de pensée et des grandes lignes d’action. D’une manière générale, l’Histoire vue par Dumas est tout entière roman.

14Malgré le désir affirmé d’un regard neuf sur l’Histoire, ce sont de vieux clichés qui servent à évoquer les grandes figures jacobines. L’imagerie animale (Danton le lion, Robespierre la vipère ou le renard, Marat le crapaud etc...) sont autant de signes de convention.

15L’accent est mis sur la violence et le désir de destruction : on s’apitoie sur le sort des belles prisonnières, dans La Fille du Marquis, mais non sur celui de Robespierre dont on assiste à la chute.

16Quant aux convictions politiques des personnages, elles ont une importance bien moindre. Robespierre, véritable opportuniste, n’a aucune conviction propre au début de la Révolution. Le romancier s’empresse de rappeler que le 13 juillet 1792, il affirme encore :

« Je ne suis ni républicain, ni monarchiste ».

17Dumas ajoute :

  • 2 Alexandre Dumas, La Comtesse de Charny, Paris, Colin-Librairie de Lagny, col. « Chefs d’œuvre de F (...)

« Si l’on eût mis Robespierre au pied du mur, il eût été, comme on voit, bien embarrassé de dire ce qu’il était. »2

18Si un peu plus tard au cours de l’année, le tribun réclame la république, c’est qu’il craint d’être dépassé par la Commune. Le désir du pouvoir et cet opportunisme pour y parvenir s’accompagnent d’une grande lâcheté : lâcheté de Robespierre devant la personnalité de Pétion, terreur des Jacobins lors de la fusillade du Champ de Mars (ils craignent d’en être rendus responsables) ; peur à nouveau le 1er août. Dumas leur refuse toute capacité d’assumer une situation.

19Et pourtant, les Jacobins ne cessent d’accroître leur pouvoir et leur influence est, dès 1790, dénoncée comme redoutable :

  • 3 Ibid., t. IV, Ch. 110.

« La royauté, impuissante par elle-même, n’a d’autre alliée que l’Assemblée Nationale. Or, il y a les Jacobins qui sont une assemblée bien autrement influente, et surtout bien autrement redoutable que l’Assemblée Nationale. »3

20L’idéal de Robespierre est dangereux. N’aurait-il pas, affirme Dumas en se référant à certains textes de Barbaroux, confié à ce dernier :

  • 4 Ibid., t. V, Ch. 147.

« Mais cette révolution, n’était-il pas temps qu’elle s’arrêtat ? N’était-il point l’heure où tous les partis devaient se réunir, choisir l’homme populaire entre tous, lui remettre cette révolution entre les mains, le charger d’en diriger le mouvement ? »4

21Dans une telle représentation de l’Histoire, c’est souvent l’esprit républicain lui-même, bien plus que le jacobinisme, qui est atteint, malgré toutes les protestations de foi républicaine du romancier. La plupart du temps, les héros ne sont pas républicains par conviction politique, tant s’en faut. Billot condamne la royauté surtout à partir du moment où sa fille attend un enfant d’Isidore de Charny. Atteint dans son honneur, n’ayant pu se venger personnellement sur le jeune noble, il s’en remet désormais à l’insurrection populaire. C’est aussi pour se venger de l’affront qu’il a subi de la part du Marquis de Chazelay que Mérey accepte d’être député. Quant à Ange Pitou, il devient républicain par imitation : il copie le modèle de l’héroïsme latin légué par le collège et suit la voie choisie par son maître Billot.

22L’attitude de ces personnages n’a rien d’exceptionnel : Dumas ne nous laisse aucune illusion :

  • 5 Ibid., t. V, Ch. 138.

« Quelques-uns agissaient par amour pour la liberté ; beaucoup, comme Billot, par vengeance d’insultes reçues ; en plus grand nombre encore, par haine, par misère, par mauvais instinct. »5

23Le choix du Jacobin ou du républicain en général n’obéit qu’à des motivations personnelles. Peut-être Dumas préserve-t-il l’idéal en montrant, à l’exemple de son inspirateur Michelet, le divorce qui s’instaure progressivement entre les Jacobins et la seule réalité républicaine, le peuple ?

24Il n’en est rien : le peuple de Dumas fait peur. Ce n’est qu’au moment de la Fête des Fédérations ou au cours des guerres patriotiques, que le peuple reçoit un hommage flatteur. Sinon, il est bien souvent désigné sous le terme de « populace » ou de « foule ». La mythologie des tricoteuses et des assassins armés de piques est abondamment reprise.

25Ainsi, dans cette représentation romanesque de la Révolution française, la critique ne se limite pas au jacobinisme, elle englobe tout le mouvement républicain. L’ancien combattant des barricades de 1830, candidat malheureux en 1848, semble s’être aigri. Bien plus : s’il lui arrive de faire l’éloge de certains Girondins ou de Danton, c’est pour leurs qualités humaines plus que politiques.

26Même la monarchie absolue est loin d’être totalement condamnée. En effet, là encore, Dumas s’en prend aux personnes et non aux principes : la Reine est trop fière, elle n’est pas « bonne » comme dans la chanson évoquée dans Ange Pitou, mais trop autoritaire et dure. Le Roi est trop hésitant et trop peu distingué dans son allure. A la limite, sans ces défauts et certains hasards ou interventions malignes, tout aurait fonctionné normalement. Leur souffrance les absout, leur mort en fait des martyrs.

27L’idéal de Dumas semble parfois être celui du Docteur Gilbert : une monarchie éclairée s’appuyant sur des hommes de valeur dont le type parfait est Mirabeau. Cependant, dans La Fille du Marquis, le retour au luxe et aux divertissements après la chute de Robespierre ne satisfait pas Jacques Mérey résolu désormais à se retirer dans sa province et à vivre en autarcie dans un régime paternaliste institué par lui-même.

  • 6 Maurice Bouvier-Ajam, « Dumas au travail et dans la vie », in Europe, fév-mars 1970.

28Dans cette vision romanesque, les acteurs historiques ont un rôle moindre que certains personnages aux pouvoirs magiques ou presque, que Maurice Bouvier-Ajam appelle des « surhommes »6. Avec sa maîtrise des techniques du magnétisme, Jacques Mérey paraît devoir en être un, mais il n’a pas de pouvoir sur l’Histoire. L’exemple le plus parfait de « surhomme » est sans aucun doute Cagliostro.

29Dans La Comtesse de Charny, toute la Révolution française semble l’enjeu d’un complot à l’intérieur de la toute-puissante confrérie des Francs-Maçons dont le prêtre tout-puissant est Joseph Balsamo alias Cagliostro.

30Le roman s’ouvre sur le rappel de la malédiction faite jadis à la Reine et renvoie à des romans antérieurs (Le Collier de la Reine, Joseph Balsamo). Dès le chapitre intitulé « La fatalité », un curieux dialogue s’instaure entre Gilbert et Cagliostro ; Gilbert émet des doutes sur l’évolution politique de la France :

« La France n’a point l’esprit républicain.

  • Nous lui en ferons un, voilà-tout, dit [Cagliostro],
  • Le roi résistera.
  • C’est possible.
  • La noblesse prendra les armes.
  • C’est probable.
  • Mais, alors, que ferez-vous ?
  • Alors nous ne ferons pas une république, nous ferons une révolution. »7

31Au moment du retour de la fuite de Varennes, Cagliostro promet protection à la Reine, mais avec un aparté inquiétant :

  • 8 Ibid., t. IV, Ch. 104.

« J’ai encore besoin de toi pour pousser la Monarchie à son dernier abîme. »8

32Il se présente comme l’incarnation d’un avenir de liberté :

  • 9 Ibid., t. V, Ch. 92.

« J’ai marché, je marche, je marcherai, renversant tout ce que je trouverai devant moi et disant d’une voix calme et avec un regard serein : « Malheur à l’obstacle ! Je suis l’avenir. »9

  • 10 Ibid., t. V, Ch. 150.

33C’est enfin Cagliostro qui, critiquant la mort du Roi, prédit l’échec de la Révolution et conseille à Billot et à Gilbert de partir.10

34Malgré leurs prétentions historiques, les œuvres de Dumas sont avant tout des romans, préférant des explications occultes à des explications véritablement historiques. Les Jacobins, les républicains, le peuple sont autant d’aspects d’une fantasmagorie qui tend à la destruction d’un monde. La seule révolution acceptable est celle qui satisfait les héros : elle s’arrête en 91 environ. Le bourgeois Billot peut voter et faire valoir ses droits ; il s’enrichit dans la vente des biens nationaux ; Gilbert a vu s’effondrer avec la Bastille tout un arbitraire dangereux ; Pitou sera un riche héritier. Ils peuvent donc tous arrêter là leur conquête.

35Semblant peu se soucier de cette modération politique, Vallès voit en Dumas le premier historien véritablement populaire, qui démystifie les grands personnages :

  • 11 Jules Vallès, « La statue du père Dumas », Le Cri du Peuple, 6 nov. 1883, O.C., t. IV, p. 805.

« Il fit descendre l’Histoire de son socle austère, il amena les princes et les princesses, les maréchaux et les évêques, dans des aventures humbles et humaines et il fit faire les grandes choses des règnes par de petites gens. »11

36Mais cette nouvelle perspective du roman historique n’est-elle pas fallacieuse, dans la mesure où ce n’est pas la cause populaire qui est défendue, mais celle d’une bourgeoisie modérée et où toute une mythologie hostile au peuple ou même au jacobinisme trouve son plein essor dans le roman ?

*

37Les mêmes poncifs apparaissent dans les drames de Ponsard sur la Révolution, qui jouissent à l’époque d’un succès aussi éclatant que celui des romans de Dumas. Il s’agit d’abord de Charlotte Corday (1850) : cette pièce aux alexandrins ronflants évoque, bien sûr, l’assassinat de Marat et l’irrésistible ascension des Jacobins. Elle met en scène un personnage capital de la mythologie anti-jacobine : Charlotte Corday, la jeune fille pure et courageuse par excellence, véritable Jeanne d’Arc moderne. Le Lion Amoureux (1866) se situe après le 9 thermidor et évoque l’âge d’or, les première années révolutionnaires.

38Comme chez Dumas, mais peut-être de façon encore plus schématique, l’idéal prôné dévoile, souvent avec ingénuité, ses limites sociales : les classes populaires sont exclues de la Nation bourgeoise.

391848, ses revendications sociales et ses manifestations populaires ont effrayé une bourgeoisie qui trouve entière satisfaction dans l’image peu flatteuse du peuple et des Jacobins qu’offrent les œuvres de ces deux auteurs. Il s’agit d’une littérature qui, tout en jouant sur l’émotion et la peur, est lénifiante et apaisante par son contenu idéologique.

40Tout en étant aussi critique et méfiant à l’égard de la révolution jacobine, Flaubert refuse ces artifices littéraires faciles et son roman, L’Éducation sentimentale lance un défi à toutes les illusions.

B. Le nihilisme du roman flaubertien : l’Éducation sentimentale ou 1789-1793 à la lumière de 48

41De tous les écrivains de cette période, Flaubert est celui qui exprime le mieux peut-être le pessimisme et la lassitude ressentis par toute une génération qui a vu se succéder des régimes et des émeutes sans aucun bénéfice. Le gouvernement de Napoléon III laisse aussi peu de liberté d’expression et remplit tout autant les prisons que la Monarchie de Juillet.

42Mais l’œuvre de Flaubert occupe une place à part dans la mesure-même où ce pessimisme ne laisse aucun espoir. Le 1848 mis en scène dans L’Éducation sentimentale (1869) n’a même plus la grandeur d’un moment d’illusion : c’est un plagiat sans éclat de la Révolution française.

43La critique de Flaubert dans L’Éducation sentimentale a des antécédents : Homais est lui aussi un plagiaire. S’il n’emprunte rien aux Jacobins, il se proclame héritier de la Révolution française, exaltant à la fois la liberté et la gloire militaire, rendant hommage à l’Être Suprême et vantant les mérites de Voltaire. C’est que l’éloge de la Révolution française est une forme de snobisme, il donne bonne conscience à ceux qui, comme le digne pharmacien, agissent en pires réactionnaires à l’égard du peuple.

44Dans L’Éducation sentimentale, la Révolution est plus que jamais ressentie comme une mode. Dans les clubs politiques, les mânes de Danton, Marat, Robespierre sont sans cesse évoqués par les prêtres révolutionnaires :

  • 12 Flaubert, L’Éducation Sentimentale, Troisième Partie, Ch. I, p. 340.

« (...) chaque personnage se réglait alors sur un modèle, l’un copiant Saint-Just, l’autre Danton, l’autre Marat. »12

45Le plus grave est que cette mode, comme toute mode d’ailleurs, touche avant tout la jeunesse. Imitateur, Deslauriers l’est au même titre que Homais. Il n’est jamais qu’un futur Monsieur Prudhomme. Il ne fera pas mieux que ceux de sa classe qui l’ont précédé.

46La révolution n’en est une qu’au sens très étymologique du terme : on tourne, mais pour revenir au point de départ. Le respect de la « tradition », du « même refrain » (expressions de Flaubert) est exaspérant. Les hommes de 48 veulent bêtement recréer une situation héroïque légendaire bien que les circonstances aient totalement changé ; Flaubert écrit à George Sand, en 1871 :

  • 13 Flaubert, Lettre du 31 mars 1871, in Correspondance de Flaubert à George Sand (lettres réunies par (...)

« La Révolution doit cesser d’être un dogme et doit être inscrite au royaume de la science comme le reste des affaires humaines. »13

47Pour mortifier une telle stupidité, Flaubert démonte sans pitié les rouages de ce dogmatisme révolutionnaire. Celui-ci s’illustre surtout dans ce que nous pourrions appeler « le néo-jacobinisme » de 48.

48L’idéal égalitaire se trouve ainsi remis en cause, devenant moyen de réaliser ses ambitions et de dominer par la suite les autres. Le principe conduit à sa propre négation. Le républicain Deslauriers ne voit dans la révolution qu’une revanche individuelle contre les injustices de sa naissance. L’intérêt est sa seule motivation, avouée sans scrupule d’ailleurs. Il désire être riche, mais il veut obtenir davantage : la richesse n’est pas une fin en soi, elle est moyen de puissance sur les hommes. Si le jeune homme fait l’éloge de l’égalitarisme de 93, c’est surtout parce qu’il comble les ambitions individuelles :

  • 14 Flaubert, L’Éducation Sentimentale, Deuxième Partie, Ch. I, p. 137.

« Ah ! les hommes de 93 ! C’était plus beau, quand Camille Desmoulins, debout là-bas sur une table, poussait le peuple à la Bastille ! On vivait dans ce temps-là, on pouvait s’affirmer, prouver sa force ! De simples avocats commandaient à des généraux, des va-nu-pieds battaient les rois, tandis qu’à présent... »14

49Il ne faut pas se méfier seulement de l’idéal égalitaire : la souveraineté populaire est tout autant une illusion qui conduit au pouvoir personnel.

50Tout principe jacobin masque un amour fou de l’autorité. Aussi faut-il se méfier de ceux qui affirment la nécessité de la souveraineté populaire : ils rêvent de tyrannie.

51Sénécal, le robespierriste-type, peut toujours justifier la dictature en se référant à son modèle :

  • 15 Ibid., Troisième Partie, Ch. IV, p. 416.

« Robespierre, en défendant le droit du petit nombre, amena Louis XVI devant la Convention nationale et sauva le peuple. La fin des choses les rend légitimes. La dictature est quelquefois indispensable. Vive la tyrannie pourvu que le tyran fasse le bien ! »15

52Il semble cependant qu’au cours de son évolution, il oublie cette philanthropique « fin des choses » : seuls les moyens l’intéressent. C’est qu’il éprouve un profond mépris pour le peuple. Son attitude à l’égard de la boutique Arnoux ne trompe personne :

  • 16 Ibid., Deuxième Partie, Ch. III, p. 227.

« Homme de théorie, il ne considérait que les masses et se montrait impitoyable pour les individus. »16

53L’idéal révolutionnaire fait peu à peu place à une routine réactionnaire. Pourquoi l’ex-étudiant passionné devenu sous-fifre d’Arnoux n’accepterait-il pas le rôle final de représentant de l’Ordre : qu’importe le titre, pourvu qu’on ait le pouvoir ! Les notions de « république », « socialisme », « régime en place » se confondent à partir du moment où l’on pense « autorité ».

54A travers cette démystification, nul doute que les partisans de Louis Blanc soient particulièrement visés. Sénécal l’a d’ailleurs pris pour maître. Au début du roman, on le voit « feuilleter Louis Blanc ». Les clubs ont adopté scrupuleusement le vocabulaire du socialiste :

  • 17 Ibid., Troisième Partie, Ch. I, p. 339.

« On devait, par affectation de bon sens, dénigrer toujours les avocats, et servir le plus souvent possible ces locutions : « apporter sa pierre à l’édifice », « problème social », « atelier ».17

55Ce socialisme instaure de nouveaux sectarismes. Malgré ses travers, Deslauriers a au moins le mérite de la lucidité à cet égard :

  • 18 Ibid., Deuxième Partie, Ch. III, p. 210.

« Louis Blanc incline à une religion d’État. Assez de métaphysique, plus de fantômes ! (...) Si à la place du Dieu des dominicains qui était un bourreau, vous prenez le Dieu des romantiques qui est un tapissier ; si, enfin, vous n’avez pas de l’Absolu une conception plus large que vos aïeux, la monarchie percera sous vos formes républicaines, et votre bonnet rouge ne sera jamais qu’une calotte sacerdotale. »18

56Le risque est d’autant plus grave qu’il concerne la vie du pays tout entier :

  • 19 Lettre à George Sand, fin sept. 1868, citée dans l’Histoire littéraire de la France, t. IV, p. 251

« Le néocatholicisme d’une part et le socialisme de l’autre ont abêti la France. Tout se meurt contre l’immaculée Conception et les gamelles ouvrières. »19

57Flaubert rejette donc toutes les idées reçues de la tradition jacobine. Faut-il en conclure qu’il rejette en masse toutes les idées de 89 ou de 93 ?

58Le seul personnage épargné dans cette peinture impitoyable est celui qui est totalement libéré des dogmes puisqu’il les ignore : il s’agit de Dussardier, l’homme du peuple. Sa révolte naît de l’expérience de ses propres souffrances et de celles de ses camarades, et non d’un savoir livresque :

  • 20 Flaubert, L’Éducation Sentimentale, Deuxième Partie, Ch. IV, p. 265.

« Il confondait un peu les assassins et les gendarmes ; un mouchard valait à ses yeux un parricide. Tout le mal répandu sur la terre, il l’attribuait naïvement au Pouvoir ; et il le haïssait d’une haine essentielle, permanente, qui lui tenait tout le cœur et raffinait sa sensibilité. »20

59Cependant, l’ignorance n’est pas une recette sûre : Dussardier est victime de la bourgeoisie. D’abord, certes, parce qu’il est tué ; mais aussi parce qu’il se fait manœuvrer. En février 48, il tire contre les émeutiers : il se demande alors s’il ne s’est pas trompé de camp.

  • 21 Flaubert, Lettre à George Sand, citée dans Correspondance de Flaubert à George Sand.

60Refuser la tradition révolutionnaire, réfuter toute forme de révolte équivaut rapidement à l’acceptation de l’ordre régnant. L’écrivain s’en défend cependant : si la balance penche, c’est en faveur des insurgés contre les bourgeois qui lui semblent, somme toute « plus criminels ». A George Sand, il parle des révolutionnaires de 48 comme « des gens de notre bord »21.

61Pourtant, l’ironie de Flaubert condamne par avance tout idéal républicain.

62Nul n’a été aussi impitoyable que Flaubert pour dénoncer toutes les imitations des soi-disant grands-prêtres de la révolution jacobine. Il y a pourtant chez Flaubert comme chez Baudelaire à la même époque, un certain goût d’esthète pour les élans révolutionnaires. Il dit lui-même regarder 48 « d’un point de vue artistique », mais c’est aussi sans doute en adepte de l’Art qu’il lui arrive de reprocher à tous les partis politiques de « ne [s’élever] jamais au-dessus de l’utile » et de n’apprécier le changement que parce qu’il est changement :

  • 22 Flaubert, Lettre à Mademoiselle Leroyer de Chantepie, 30 mars 1857, citée dans l’Histoire Littérai (...)

« Le meilleur [régime], pour moi, c’est celui qui agonise, puisqu’il va faire place à un autre. »22

63Par-delà la boutade et l’ironie, c’est un désir profond de liberté, auquel aucun régime ne peut satisfaire, qui s’exprime ici.

C. L’historiographie à l’heure de la démystification : Les points de vue de Tocqueville et de Quinet

64Les romanciers ne sont pas les seuls à observer la Révolution française à la lueur de 48. Sous le joug du Second Empire, on se met à rêver de liberté, aux dépens même de l’égalité, et on ressent le besoin d’en définir les conditions, à travers un examen approfondi du déroulement de l’Histoire.

65Parmi tous les historiens qui s’interrogent sur ce problème à l’époque (on pourra citer également Augustin Thierry, Renan, Peyrat, Louis Blanc, Auguste Comte, etc...), il nous a paru intéressant de retenir des points de vue très différents mais qui témoignent tous deux d’un changement net de perspective dans l’observation de 93 : celui d’un théoricien libéral, Tocqueville, et celui d’un historien toujours attaché à un idéal républicain, Edgar Quinet.

1. Tocqueville

66Tocqueville ouvre de très larges perspectives dans son analyse de la Révolution française. L’Ancien Régime et la Révolution, dont le premier volume seulement paraît du vivant de l’auteur, en 1856, forme en fait un tout avec De la Démocratie en Amérique, paru en 1835. Démocratie, liberté, égalité sont mises en balance et examinées dans leurs conséquences extrêmes. C’est que L’Ancien Régime et la Révolution ne se veut pas un ouvrage d’historien mais une réflexion sur l’Histoire, comme Tocqueville l’a affirmé à plusieurs reprises :

  • 23 Alexis de Tocqueville, Lettre à Gustave de Beaumont, 26 décembre 1850, citée par Mayer, en préface (...)

« Ce à quoi j’ai le mieux réussi jusqu’à présent, c’est à juger les faits plutôt qu’à les raconter. »23

67Comme Tocqueville n’a pas eu le temps d’achever son œuvre, on a peu de réflexions sur 93 ou les Jacobins. Seules quelques notes rassemblées dans Œuvres, Papiers et Correspondance d’Alexis de Tocqueville (tome II) nous permettent de présumer de l’originalité et de l’intérêt des ouvrages suivants s’ils avaient été achevés.

68Néanmoins, les travaux que nous possédons suffisent à montrer combien Tocqueville a pu détruire certains préjugés à propos de la démocratie et des Jacobins et combien il ouvre la voie à une réflexion moderne sur le sujet.

69Bien qu’aristocrate d’origine, Tocqueville ne s’attaque pas a priori à la démocratie : il n’en est plus temps. C’est un phénomène irréversible dans l’Histoire, même si les reculs du XIXe siècle semblent montrer le contraire.

70La Révolution n’est pas, comme ont pu le penser Michelet et tant d’autres, une réaction violente à une misère profonde : au contraire, elle arrive après des années de prospérité entrecoupées de courtes crises et alors que l’aristocratie avait déjà renoncé dans les faits à bon nombre de privilèges. Il n’y a donc pas eu de rupture fondamentale avec l’Ancien Régime.

71S’il ne remet donc pas en cause la démocratie, en revanche, Tocqueville met en garde contre certains dangers que celle-ci peut présenter, en particulier celui de la centralisation.

72Contrairement à ce que beaucoup ont pu penser, ce n’est pas aux Jacobins qu’il faut reprocher d’avoir instauré un pouvoir centralisé. Il existait sous l’Ancien Régime, avec un agent centralisateur par excellence, l’intendant cumulant des pouvoirs financiers, électoraux, policiers, etc...

  • 24 Alexis de Tocqueville, L’Ancien Régime et la Révolution, p. 110.

73De plus, on a souvent reproché également aux Jacobins d’avoir voulu, par l’intermédiaire des clubs et d’une structure administrative appropriée, renforcer le contrôle de l’État sur les villes. Or Tocqueville démontre que cela date aussi de l’Ancien Régime avec la mise en vente des offices24.

74Si la centralisation a pesé par la suite, ce n’est pas tant en période de démocratie que sous la tyrannie d’un seul homme :

  • 25 Ibid., p. 131.

« Les premiers efforts de la Révolution avaient détruit cette grande institution de la monarchie ; elle fut restaurée en 1800. Ce ne sont pas, comme on l’a dit tant de fois, les principes de 1789 en matière d’administration qui ont triomphé à cette époque et depuis, mais bien au contraire ceux de l’ancien régime qui furent tous alors remis en vigueur et y demeurèrent. »25

75Le tort des Jacobins n’est donc pas d’avoir établi la centralisation mais d’avoir perpétué les structures anciennes, autorisant ainsi le retour de la tyrannie. En outre, Tocqueville les accuse d’avoir privilégié des principes égalitaires au détriment de la liberté. Partisan farouche de la liberté, Tocqueville s’avère idéaliste à ce sujet. Selon lui seule la liberté préserve la grandeur morale des citoyens, en leur suggérant d’autres valeurs que le profit :

  • 26 Ibid., p. 52.

« (...) seule elle substitue de temps à autre à l’amour du bien-être des passions plus énergiques et plus hautes, fournit à l’ambition des objets plus grands que l’acquisition des richesses, et crée la lumière qui permet de voir et de juger les vices et les vertus des hommes.»26

  • 27 Ibid., p. 48.

76L’histoire de la Révolution montre que les Français ont trop souvent oublié la liberté au profit de l’égalité27. Elle a fini par leur être totalement enlevée.

  • 28 Ibid., p. 225.

77C’est que la liberté est difficile pour celui qui n’en a pas la maturité28. Sous la Révolution, le peuple français a conservé certains traits du temps de sa servitude :

  • 29 Ibid., p. 225.

« On l’a vu parfois transporter les goûts d’un esclave jusque dans l’usage même de sa liberté, aussi incapable de se conduire lui-même qu’il s’était montré dur pour ses précepteurs. »29

78C’est que cette liberté n’est chère qu’aux âmes d’élite : l’aristocrate défend ses dernières prérogatives :

  • 30 Ibid., p. 267-268.

« Ne me demandez pas d’analyser ce goût sublime, il faut l’éprouver. Il entre de lui-même dans les grands cœurs que Dieu a préparés pour le recevoir ; il les remplit, il les enflamme. On doit renoncer à le faire comprendre aux âmes médiocres qui ne l’ont jamais ressenti.»30

  • 31 Ibid., p. 252-253.

79Faute de cet amour et d’un respect de la morale dans un bouleversement des lois religieuses et civiles, la Terreur put avoir lieu. Mais ce n’est pas un phénomène unique et limité dans le temps ; il se prolonge au contraire : une race d’hommes corrompus s’est constituée, qui se perpétue désormais31. En temps de révolution, ces hommes s’emparent du pouvoir, rendant impossible la liberté de tous. La révolution n’instaure pas la démocratie, mais le pouvoir d’une minorité ; dans ses notes sur la Terreur, Tocqueville écrit :

  • 32 Tocqueville, in Œuvres, papiers et correspondance, t. II, Paris, Gallimard, 1953, p. 228.

« Ce qui est à peindre, c’est l’empire appartenant toujours dans les temps de révolution à des minorités ; ce mécanisme des révolutions est toujours le même : l’état d’esprit de la majorité qui rend cette tyrannie de la minorité possible. »32

80L’égalité permet d’assurer non la liberté mais la préservation du régime : lorsque celui-ci est égalitaire, les risques de révolution y sont moins nombreux.

81Ainsi, avec Tocqueville, l’historiographie libérale ne présente plus une condamnation passionnée de la démocratie, mais examine celle-ci d’un regard serein et critique. La Terreur et le jacobinisme sont désormais relativisés dans le temps, présentés comme une suite logique de l’Ancien Régime et le début de la civilisation contemporaine.

82L’heure de la démystification a donc sonné : c’est ce que l’on constate même chez les républicains, avec Quinet.

2. Quinet

83La Révolution publiée en 1866, est l’œuvre d’un ancien Montagnard en exil : c’est dire qu’elle ne renie pas l’idéal républicain, mais le pessimisme de l’époque rend l’historien enclin à la sévérité quand il juge l’évolution de l’Histoire et de l’Église, au point qu’il n’hésite pas à reprendre certaines analyses de Tocqueville. Cette sévérité se perçoit même dans sa façon de juger la démocratie, en tous points différente du mysticisme révolutionnaire des historiens républicains de 48.

84A l’heure de la défaite, Quinet se refuse à voir un sens de l’Histoire, un progrès rassurant en dépit des retours en arrière : son analyse des événements révolutionnaires trahit une vision cyclique de l’Histoire.

85Les événements éclatent souvent d’une manière indistincte et aveugle. Il en est ainsi de la chute de la monarchie et de l’avènement de la république. C’est encore le cas de la mort des Girondins : les Montagnards eux-mêmes ne l’avaient pas prévue :

  • 33 Edgar Quinet, La Révolution, Paris, Librairie Germer, Ballière et Cie, 1876, IV, XII, p. 164.

« Cependant à la première sommation de la foule, les Girondins seront livrés, preuve que les actes les plus décisifs n’étaient point engendrés par une pensée supérieure des chefs de parti, un calcul de génie, une véritable raison d’État, mais emportés par un transport, une ivresse, une saillie de tempérament dont on n’est plus maître et que l’on appellera plus tard nécessité. »33

86Il y a pourtant un certain ordre dans ce déroulement : il ne s’agit certainement pas d’un axe tendu vers un but unique mais d’un cercle vicieux sans cesse répété au cours des siècles. Ainsi 93 répète étrangement l’Ancien Régime, pour les raisons que Tocqueville a soulignées. 48 a répété 93 ; les Girondins ont vu leurs descendants les renier, oublier leur propre idéal de liberté. L’assassinat des Girondins n’a jamais empêché par la suite l’Histoire de commettre la même injustice à l’égard d’autres victimes :

  • 34 Ibid., XV, II, p. 278-279.

« Les Girondins furent les âmes les plus hautes de la Révolution ; avec eux a-t-on décapité l’avenir ? Assurément, il n’était pas besoin de l’immolation d’une seule de ces nobles figures, pour acquérir les choses dont nous nous sommes contentés (...) ; la vérité est que la consolation suprême a été refusée à nos plus grands morts : leur sang n’a pas été une semence de vertu et d’indépendance pour leur postérité. S’ils reparaissaient un moment, ils se sentiraient suppliciés une deuxième fois sur un pire échafaud par le reniement de leurs descendants ; ils nous jetteraient de nouveau le même adieu : « O liberté, comme on t’a jouée ! »34

  • 35 Ibid., XVII, XIV, p. 472.

87Par malheur, dans ce cercle vicieux, la liberté n’a aucune place. Il semble qu’elle finisse, dans un jeu obscur, par éliminer ceux qui se sont illustrés pour elle35, au prix de sa propre fragilité, d’où l’absurdité :

  • 36 Ibid., XVII, XIV, p. 472.

« Par là, vous pouvez la persécuter sans l’affliger, et l’extirper sans l’offenser. »36

88Cependant Quinet ne s’enfonce pas dans son pessimisme. La Révolution française a apporté des changements considérables. La dynamique de l’Histoire a été modifiée dans la mesure où « le monde laïc traîne [désormais] à sa suite le monde spirituel ». Les Jacobins se sont attaqués à une œuvre gigantesque :

  • 37 Ibid., XII, I, p. 141.

« Ce que n’a jamais soupçonné la Gironde, les Jacobins l’ont établi : qu’il s’agissait, pour fonder la liberté, de vaincre la nature des choses, de créer du néant l’âme civile d’un peuple, d’accomplir un prodige. Ils ont vu devant eux une œuvre surhumaine ; ils ont juré de l’accomplir avec gloire ou avec barbarie. C’est cette lutte entreprise avec la force des choses qui donne à la Révolution sa grandeur titanique. »37

89C’est à 93, et non à l’Empire, que l’on doit le Code Civil, régénérateur de toute la vie sociale. Quinet rappelle aussi tout le temps consacré en pleine crise par les Conventionnels au problème de l’instruction.

  • 38 Ibid., XVII, IX, p. 446.

90Robespierre a au moins eu le mérite de « marcher résolument», de chercher à dépasser l’état présent peu satisfaisant, mais c’était vers de « fausses lueurs », dans la mesure où il oubliait de garantir la liberté.38

91Quelles garanties faut-il donc offrir pour le maintien de la démocratie ? Au contraire de ce qui a été fait par les Jacobins, le pluralisme est indispensable à assurer la liberté :

  • 39 Ibid., XIII, III, p. 216.

« Robespierre, Saint-Just, les Jacobins, voulaient une République dans laquelle il ne devait y avoir aucun parti, aucun dissentiment, aucune nuance ; toute dissidence étant à leurs yeux un crime qu’il fallait punir de mort. Cette conception est l’impossibilité même ; dans cette République, il y a au moins deux pôles, deux partis, puisque c’est de leur différence que se compose la vie publique. »39

92Il ne faut pas oublier en même temps de ménager l’intérêt particulier, qui assure l’attachement des citoyens au nouveau régime. En cela, l’idéalisme et la confiance des Jacobins dans l’éducation morale n’étaient pas adaptés non plus à la situation :

  • 40 Ibid., XV, I, p. 308.

« Robespierre et Saint-Just croyaient que l’on s’attache les hommes par des idées morales plus que par des bienfaits matériels, immédiats. Cette pensée honnête a beaucoup contribué à perdre leur mémoire ; car les hommes, en peu de mois, ont oublié leur morale ; ils ont cherché quels biens ils avaient reçus, et ils n’ont plus rien vu que l’échafaud. »40

93Enfin, pour préserver totalement la liberté de l’individu dans cette république, il faut assurer la laïcité de l’État, en séparant définitivement Église et État. Le tort des Jacobins est de n’avoir pas su extirper la religion du passé. La Constitution civile du clergé laisse subsister l’ancien « absolutisme spirituel ». Assimilant philosophie et religion dans le culte de l’Etre Suprême, ils ont fini par discréditer les deux, mais sans tuer tout à fait la religion.

94Quinet ne renie donc pas l’héritage révolutionnaire et continue à parler en républicain. Cependant, sa vision assez sombre de l’Histoire, au moment où celle-ci offre le spectacle affligeant du recul de toutes les libertés, lui suggère une analyse très lucide des limites et des erreurs de l’expérience jacobine. Il ne se situe plus au simple niveau de la remise en cause du salut public mais s’interroge sur les conditions d’une véritable démocratie.

95Aussi, s’il condamne le fallacieux retour du culte jacobin en 48, c’est parce que celui-ci ne peut en aucun cas assurer le retour de la république. Ce n’est d’ailleurs pas une émanation de la masse mais des intellectuels :

  • 41 Ibid., XIX, VI, p. 96.

« Après ce long intervalle, certains esprits se sont passionnés pour Robespierre et Saint-Just, et leur ont montré d’autant plus de faveur qu’ils les ont vus plus reniés. Alors, courant à un autre extrême, c’est au Triumvirat jacobin qu’ils ont sacrifié tous les hommes de la Révolution. Nul ne s’en est trouvé pur et sans tache en comparaison des trois personnages canonisés dans la légende jacobine ; et j’ai bien tort de dire ici légende, puisque cette superstition n’a pas été entretenue par les souvenirs du peuple. Il y est resté absolument étranger ; mais elle a reparu quarante ans après les événements, refaite par la science, l’érudition, les systèmes, c’est-à-dire par ce qu’il y a de plus contraire à l’inspiration des masses. »41

D. La critique du dogmatisme jacobin dans la pensée révolutionnaire durant le Second Empire

96Au cours du Second Empire, avec la montée des oppositions, les bilans de 48 à partir de la Révolution française vont peu à peu faire place à une réflexion politique plus approfondie qui va rejeter le jacobinisme comme une voie sans issue. Vu comme un archaïsme ou comme un contre-sens historique, il continue à être un modèle de référence à partir duquel se définissent les tendances nouvelles.

97Parmi celles-ci, les critiques proudhonienne et blanquiste méritent un intérêt tout particulier à cause de l’impact qu’elles ont eu dans les milieux révolutionnaires jusqu’à la Commune.

1. L’anarchisme proudhonien et la critique du jacobinisme

98Chez Proudhon, l’analyse du jacobinisme s’intègre à une réflexion plus générale sur les notions d’autorité, de gouvernement et de représentation populaire. Dans Les Confessions d’un Révolutionnaire (1868) par exemple, il ne s’en tient pas seulement au néojacobinisme de 1848 ou au pur jacobinisme de 1793. Le mot prend une valeur absolue pour toute la période qui part de la Révolution française. Il désigne un parti reconnu généralement comme populaire et démocrate.

99Or le philosophe s’en prend à cette réputation. C’est à partir de cette critique qu’il expose sa propre théorie de la démocratie.

100Tout en considérant, comme nous l’avons dit, le jacobinisme comme une réalité permanente dans l’Histoire depuis 1789, Proudhon s’intéresse de plus près cependant aux deux périodes où le parti est devenu gouvernemental : 1793 et 1848.

101Les Jacobins au pouvoir deviennent des hommes dangereux en 93 :

  • 42 Joseph Proudhon, Les Confessions d’un Révolutionnaire, pour servir à l’histoire de la Révolution d (...)

« (...) ces hommes furent saisis d’une véritable fureur de gouvernement. Des mesures de Salut Public, affranchies des formalités légales, étaient devenues nécessaires : bientôt le bon plaisir des dictateurs fut toute leur raison, ils ne surent que proscrire et guillotiner. Ils étaient le pouvoir, ils agirent comme des rois. L’absolutisme revécut dans leurs décrets et dans leurs œuvres. »42

  • 43 Proudhon, Lettre citée dans l’Histoire de la Révolution française par Michelet, t. II, p. 1000-100 (...)

102Adressant à Michelet en 1851 une lettre enthousiaste, Proudhon ne peut qu’applaudir l’historien : tous deux éprouvent le même sentiment révoltant d’une hypocrisie dans l’exercice de cette tyrannie43.

103En effet, les Jacobins se prétendent parti populaire ; ils ne sont que des démagogues. Dénonçant les abus des absolutistes et des riches, ils attirent la sympathie du peuple, parce qu’ils parlent sans cesse de destruction :

  • 44 Proudhon, Les confessions d’un révolutionnaire, p. 19.

« Le jacobinisme va mieux à la multitude plus irritable qu’éclairée, et pour qui les révolutions ne sont guère autre chose que des destitutions. »44

104Or ils ne combattent pas pour donner le pouvoir au peuple. Les réformes sociales leur font peur ; ils finissent toujours par rétablir le pouvoir des riches. Cela se faisait déjà pressentir dans Le Contrat Social :

  • 45 Proudhon, cité par P. Bécat, L’anarchiste Proudhon.

« En deux mots, le contrat social d’après Rousseau n’est autre chose que l’alliance offensive et défensive de ceux qui possèdent contre ceux qui ne possèdent pas, et la part qu’y prend chaque citoyen c’est la police qu’il est tenu d’acquitter au prorata de sa fortune et de l’importance des risques que le paupérisme lui fait courir. »45

105D’ailleurs le peuple finit par s’apercevoir du leurre. La preuve en est qu’au 9 thermidor, il ne réagit pas pour soutenir un gouvernement qui l’avait depuis longtemps abandonné :

  • 46 Proudhon, Les Confessions d’un révolutionnaire, p. 34-35.

« Tant que le peuple avait craint pour les conquêtes de la Révolution, pour l’indépendance du territoire et l’unité de la République, il avait toléré le despotisme des comités. Le jour où la Terreur devint un système où ce provisoire de sang parut vouloir devenir définitif, où l’utopie pénétra dans les conseils, où Robespierre, l’usurpateur des vengeances plébéiennes ne fut plus décidément qu’un chef de secte, ce jour-là, une crise devint inévitable. »46

« Ecoutez, c’est la France qui parle » Erckmann-Chatrian, Histoire d’un Paysan, Bibliothèque populaire d’éducation et de récréation, Hetzel

106On retrouve cette usurpation du pouvoir et cette hypocrisie en 48. Tout se déroule parallèlement à 93 : 1830 a rétabli une monarchie qui penche à nouveau vers l’absolutisme. L’agitation populaire est à son comble.

107Cependant la réalité a changé. Ce n’est plus un simple gouvernement qu’il faut abattre, mais toute une société. La révolution appartient désormais aux socialistes. Le jacobinisme, défendant en 48 les mêmes objectifs qu’en 93, est à bout de souffle :

  • 47 Ibid., p. 320.

« Pas une idée d’avenir n’a surgi de ce milieu épuisé (...) En avril, en mai, en juin, et jusqu’en octobre, le jacobinisme se montre réactionnaire. »47

108En 48 comme en 93, les Jacobins veulent conserver la propriété. Ils s’opposent ainsi au sens nouveau que prend la Révolution par rapport à 1789 :

  • 48 Ibid., p. 274.

« Qu’était-ce donc, après tout, que la révolution de 89 ? Une assurance générale des propriétés du tiers-état contre les avanies du privilège féodal.
Qu’est-ce que la révolution de 1848 ? Une assurance générale du travail contre les abus de la propriété. »48

109Ainsi, même si, stratégiquement, les Jacobins se rapprochent des socialistes, ils ne peuvent que les contrecarrer et les entraîner dans leur chute.

110Cette condamnation du jacobinisme se conçoit tout à fait à la lumière de l’anarchisme proudhonien. Au jacobinisme qui reprend les principes absolutistes du centralisme qui permet de renforcer l’autorité gouvernementale, Proudhon oppose le principe fédéraliste. D’ailleurs, la Révolution française lui prouve que c’est la tendance naturelle d’un mouvement vraiment populaire :

  • 49 Ibid., p. 33.

« Les fédérations ou fraternisations qui se formèrent spontanément de toutes parts, mettaient sur la voie. Elles prouvaient que la souveraineté du Peuple n’est autre chose que l’harmonie des intérêts résultant d’un libre contrat, et que la centralisation des pouvoirs, telle du moins qu’elle est entendue et pratiquée par nos hommes d’État, est l’aliénation même des libertés. »49

111Pour qu’il y ait un véritable contrat social, il faut que celui-ci s’instaure dans un véritable échange, ce que Rousseau ne prévoyait pas, puisqu’il déléguait le pouvoir à une minorité :

  • 50 Cité par P. Bécat, op. cit., chapitre « Le contrat social de Rousseau et celui de Proudhon ».

« Que sera le contrat social ? Celui qui est censé relier tous les membres d’une nation dans un même intérêt. Le contrat social est l’acte suprême par lequel chaque citoyen engage à la société son amour, son intelligence, son travail, ses services, ses produits, services et biens de ses semblables, la mesure du droit pour chacun étant déterminée toujours par l’importance de ses apports et le recouvrement exigible au fur et à mesure des livraisons.»50

112C’est à partir de là que peut s’instaurer le mutuellisme. La transition vers cet état se fait par une révolution économique qui permet d’abolir progressivement l’autorité politique. Or les Jacobins ont commis la grave erreur de confondre but et moyen :

« [Pour eux], la révolution sociale est le but ; la révolution politique (c’est-à-dire le déplacement de l’autorité) est le moyen. »

113A cela la philosophie répond :

  • 51 Proudhon, Les Confessions d’un révolutionnaire, p. 24-25.

« La révolution politique, c’est-à-dire l’abolition de l’autorité parmi les hommes, est le but ; la révolution sociale est le moyen. »51

114Le point de vue de la philosophie tel que l’expose Proudhon est d’autant supérieur à celui du jacobinisme qu’une révolution économique se fait par nature sans violence selon lui. A cela les Jacobins ne peuvent opposer que la Terreur.

115On pourrait déduire de cette analyse que Proudhon s’est résolument opposé aux Jacobins en 48. Or son attitude a été plus ambiguë, au point qu’il éprouve le besoin de s’en justifier dans Les Confessions d’un Révolutionnaire. D’une façon implicite d’abord : il reconnaît à plusieurs reprises, on l’a vu, que le parti jacobin attire le peuple ; c’est donc une force avec laquelle on doit compter. D’une façon plus explicite ensuite : il n’a pas voulu abandonner le gouvernement du 13 mai au nom d’une politique du pire. De plus, les néojacobins, en s’associant aux socialistes, inaugurent une politique économique qui devait fatalement, selon la philosophie proudhonienne, conduire à une révolution politique :

  • 52 Ibid., p. 280.

« Je sais (...) qu’après avoir réuni les banques à l’État, les canaux à l’État, les mines à l’État, les assurances à l’État, les transports à l’État, une foule d’autres choses encore à l’État, suivant les principes de l’économie domestique, gouvernementaliste et communautaire, après avoir établi l’impôt progressif, aboli l’hérédité, rendu l’enseignement, y compris l’apprentissage, commun, gratuit et obligatoire, organisé la concurrence, c’est-à-dire le monopole des sociétés ouvrières contre l’industrie libre, créé des tarifs, fixé un minimum pour les salaires, un maximum pour les produits et les bénéfices, établi le papier-monnaie, etc..., etc..., je sais, dis-je, qu’il eût été impossible de s’arrêter en si beau chemin, et que, bon gré, mal gré, on serait arrivé à un transbordement général de l’industrie, du commerce, de la propriété, de tout ce qui existe enfin, en hommes et choses, sur vingt-huit mille lieues carrées de territoire. »52

116On sent que la critique du jacobinisme est chère à Proudhon parce qu’elle détruit toute une tradition politique française acceptée par le peuple.

117Π remet en cause le jacobinisme à la fois au nom de l’Histoire — c’est une attitude politique désormais dépassée — et au nom d’une logique — le jacobinisme est une anti-philosophie —. Il repose sur de faux principes, ne remettant absolument pas en cause ce qui est à l’origine du mal social selon Proudhon : le principe gouvernemental.

2. Le point de vue blanquiste

118Comme tout groupe révolutionnaire du XIXe siècle, les blanquistes sont amenés à se situer par rapport à 1793. Quand ils le font, par l’intermédiaire de Gustave Tridon, c’est à une date charnière de l’histoire socialiste et révolutionnaire : 1864. C’est le moment eh effet où l’on peut juger pleinement des conséquences fâcheuses du coup d’État du 2 décembre. C’est le moment aussi où, à la faveur d’une libéralisation progressive du régime impérial, les socialistes resserrent leurs rangs et s’organisent pour combattre le pouvoir en place.

119Les Hébertistes portent les marques de cette évolution. Dans sa critique historique, Tridon adopte une attitude inédite. Jusque-là, Hébert avait été méprisé par les historiens de la Révolution. Louis Blanc le haïssait, Michelet le considérait comme un ambitieux, alors qu’il estimait Cloots et Chaumette. Pour la première fois dans l’historiographie révolutionnaire, Tridon voit dans Hébert l’initiateur d’une politique d’essence populaire. Il va même plus loin, il l’érige en modèle pour l’avenir.

120Cet éloge des Hébertistes s’accompagne d’une remise en cause totale du jacobinisme. Comme chez Michelet, les Jacobins sont avant tout condamnables comme les grands conservateurs d’un ordre religieux. Robespierre est présenté comme le prophète ridicule d’une secte dangereuse parce que fanatique :

  • 53 Gustave Tridon, Les Hébertistes, Plaintes contre une calomnie de l’Histoire, chez l’auteur et chez (...)

« Il triomphait à son aise, le continuateur de Saint-Dominique et de Loyola, drappé dans son habit brossé, divinisé dans l’Etre Suprême, frappant à droite et à gauche (...). Châtré par la vertu de l’incorruptible, catéchisé par la morale de Saint-Just, voué pour tout avenir aux joies de l’ascétisme, le génie de la Révolution râlait, et Catherine Théot, devançant Buchez, annonçait au monde le nouveau messie. »53

121Ce goût pour la religion aboutit fatalement à une sanctification du pouvoir qui autorise une tyrannie sans limites.

122A cela, Tridon oppose les Hébertistes, initiateurs selon lui d’un véritable mouvement populaire. Il s’acharne à montrer combien les réformes proposées par ces hommes pouvaient constituer un programme cohérent pour établir l’égalité sociale. Il rappelle en particulier leur volonté de développer l’instruction publique. Surtout, ils ont eu le mérite de vouloir libérer le peuple de toute superstition pour parvenir enfin au règne de la raison démocratisée :

  • 54 Ibid., p. 16-17.

« L’avènement des Hébertistes fut l’avènement de la science et de la raison sous la forme la plus énergique, la plus populaire, mais aussi sous la forme qui pouvait seule en assurer le triomphe définitif. La science que les Girondins, les doctrinaires d’alors, avaient voulu cloîtrer dans une oligarchie lettrée, fut tirée du boudoir et jetée sur la place publique. Les Hébertistes s’adressèrent au peuple et lui dirent : « La science est ta conquête, la science appartient à tous, viens et prends. »54

123Les Hébertistes ont pu jouer ce rôle grâce à leur journal, Le Père Duchesne. Dans son Appendice, Tridon défend la qualité de ses articles, répondant ainsi aux critiques des historiens, qui condamnent le langage ordurier de ce journal :

  • 55 Ibid., p. 39 et sq.

« [L’]œuvre[de Hébert] renferme tant de richesses inexplorées, d’idées neuves vivement rendues, que j’ai dû citer au hasard. »55

124La violence verbale n’est pas la seule critique que l’on a pu faire à l’égard des Hébertistes : on leur reproche aussi la violence de leurs actes. Les historiens leur font porter en grande partie la responsabilité de la Terreur. Tridon ne cherche pas à les blanchir : la violence est rendue nécessaire par le comportement de la réaction : la Terreur n’est condamnable que lorsqu’elle se retourne contre les sans-culottes, mais alors elle est dirigée par le tyran Robespierre.

125Cet éloge des Hébertistes ne va pas sans une certaine idéalisation. Tridon ne fait pas œuvre d’historien, il ne respecte pas la chronologie des faits, il ne cherche pas toujours à les expliquer ou à en mesurer les conséquences. En fait il écrit sous l’effet de la passion, passant du ton du pamphlet à celui du panégyrique. Le prestige des Hébertistes est considérablement accru. Avec les autres Cordeliers, ils deviennent l’élément dynamique de la Révolution face à la froide rigidité des Jacobins :

  • 56 Ibid., p. 30.

« A côté du sombre cloître des Jacobins, Sinaï bâtard où détonne la sèche parole de Robespierre, retentissent les grands Cordeliers, pleins de vie, de sève, débordants d’enthousiasme, centre des cerveaux bouillonnants. A chacun sa tâche. Les Jacobins furent l’organisation républicaine, dure, froide, négative, fille de la fatalité et des circonstances. Mais les Cordeliers, c’est l’élan et l’initiative. Toujours ils se trouvent en tête des grands mouvements de la Révolution. »56

126Cette interprétation toute romantique de l’hébertisme comme mouvement, comme dynamique populaire, face à la rigidité de la légalité selon Robespierre ne coïncide pas toujours avec la réalité : Hébert était en fait un bourgeois ambitieux presqu’autant que Robespierre. Il a reculé devant toute remise en cause de la propriété privée : Tridon semble l’ignorer. Il parle de la communion parfaite entre action hébertiste et mouvement populaire, or il ne retient comme symbole de ce peuple que la Commune, qui est déjà un pouvoir constitué, aux mains de quelques hommes, alors que le véritable dynamisme de la Révolution se situe ailleurs : dans les sections, dans les différents comités et clubs qui s’improvisent. Bien plus, Tridon ne semble regarder de la Commune et de Paris que quelques personnalités marquantes : Hébert, Ronsin, Chaumette, Cloots. Sa vision du mouvement populaire se rétrécit donc au point de devenir, comme chez les historiens qu’il a précédemment condamnés, le récit des exploits de quelques héros : Hébert, surtout, apparaît comme l’homme providentiel :

  • 57 Ibid., p. 23.

« Tous les obstacles qui enrayaient la Révolution : le roi, la reine, les Girondins, Robespierre, la Convention elle-même, découronnée de sa première énergie, il les attaqua sans relâche, sans ménagement. »57

127Tridon va même jusqu’à en faire un martyr, évoquant la magnanimité et la simplicité du personnage jusque dans sa vie privée.

128Ainsi, même si Tridon a une attitude très critique vis-à-vis des Jacobins, il ne s’enferme pas moins dans une série d’idées préconçues, neuves certes, mais qui n’ont que de très lointains rapports avec la réalité historique.

129En fait, Tridon fait de l’hébertisme une attitude politique quasi universelle. Cela est d’autant plus contestable qu’il n’y a pas, parmi les proches de Hébert, de doctrine cohérente, au point même qu’il est dangereux de ranger sous une même étiquette des hommes aussi différents que Hébert, Chaumette et Cloots.

130Or, pour Tridon, l’Hébertiste est une sorte de personnage emblématique :

  • 58 Ibid., p. 11.

« Hébertiste, c’est le supplicié qui, s’échappant de la question, se rue sur le bourreau avec ses ongles et ses dents, le déchire et le met en pièces. C’est le brigand qui arrête le despotisme au détour de la route et lui crie, le pistolet sur la gorge : « l’égalité ou la mort ! » C’est l’âme enfiévrée de la soif de la justice, ulcérée de haine contre la race des immolateurs, se lançant au but presqu’en aveugle, sans souci de l’obstacle et du péril (...) Que d’Hébertistes dans l’Histoire ! Les habiles les tuent, puis les déshonorent. »58

131A partir de là, le mot « jacobin » prend une signification beaucoup plus large et contemporaine. Il désigne non seulement les partisans de Louis Blanc mais aussi toute bourgeoisie. Robespierre revit ainsi depuis 1830 :

  • 59 Ibid., p. 16.

« Il vit dans le cœur de l’ambitieux vulgaire, de l’homme qui veut dominer à tout prix, du dandy qui roule entre deux maîtresses et trois chevaux de course sa morale puritaine ; il vit dans l’âme puritaine et jalouse, l’esprit bas et méchant. Son ombre, qui ne peut plus tuer, insulte et souille. Basile à longue barbe et à chapeau pointu sort du club ou de l’estaminet et adresse à son compère clérical le sourire de l’augure. »59

132L’Hébertiste est par opposition le socialiste tel que le conçoit Tridon. Celui-ci projette sur l’Histoire la lumière de ses convictions blanquistes.

133C’est ce qui explique en grande partie ce que nous remarquions précédemment : si Tridon ne fait pas une Histoire vraiment populaire, s’il attribue les mérites de la Révolution à une poignée d’hommes, c’est que les blanquistes sont convaincus que le bon fonctionnement de tout mouvement révolutionnaire dépend d’une élite d’hommes spécialement préparés à cet effet.

134Le pouvoir doit rester très concentré. C’est pourquoi Tridon ne remet absolument pas en cause dans ses critiques la centralisation jacobine, même s’il dénonce la tyrannie de Robespierre. Pour lui, Hébert a le grand mérite d’avoir consolidé le pouvoir de la Commune. Il admire le fait que toutes les décisions partent de là, Paris dirigeant alors toute la France et parvenant à surmonter toutes les difficultés que connaît le pays :

  • 60 Ibid., p. 21.

« La Commune fut héroïque au milieu de ce déchaînement des intérêts. Sans se détourner un seul moment de son œuvre de réforme sociale, elle fit face de tous côtés à l’orage. Comme Rome autrefois, elle leva et équipa des armées qu’on dirigeait immédiatement sur les points menacés. Elle avait décrété qu’il appartenait une fois encore à Paris de sauver la France. »60

135Ce désir d’une révolution où la centralisation et la dictature seraient poussés à l’extrême est caractéristique des blanquistes. Ils adopteront la même attitude en 1871, faisant naître ainsi toutes sortes de divisions parmi les révolutionnaires.

136Les blanquistes ne remettent donc pas en cause le principe centralisateur que les Jacobins conservent de l’Ancien Régime.

137Ce qu’ils critiquent chez les Jacobins, ce sont surtout leurs convictions bourgeoises, fort peu égalitaristes sur le plan social, et leur volonté de restaurer une religion d’État.

138Tridon propose comme valeur de référence l’hébertisme, mais là, il falsifie l’Histoire : le socialisme n’existe pas en 93-94, le blanquiste désire à tout prix l’y voir.

139En fait, Les Hébertistes ne peuvent être lus que comme un manifeste politique de 1864. Les Jacobins dont il est question sont autant les futurs Versaillais que les hommes de 1792.

140Proudhon et le blanquiste Tridon attaquent tous deux avec virulence toute forme de jacobinisme. Ils s’e rejoignent pour insister sur l’insuffisance de la politique sociale des Jacobins. Ils dévoilent avec la même âpreté l’ambiguïté du caractère populaire de ce parti.

141Mais leurs critiques sont pour l’essentiel bien différentes, voire opposées.

142Tandis que Proudhon remet en question, avec le jacobinisme, le principe même de gouvernement et de centralisation, les blanquistes le conservent. Proudhon condamne l’utilisation de la violence, Tridon la justifie et la juge nécessaire dans toute révolution.

143L’incompatibilité de ces théories ne fait que s’accentuer au cours du Second Empire, pour s’avérer irréductible au cours de la Commune.

144La critique du jacobinisme a servi de catalyseur dans l’expression de ces contradictions.

E. La renaissance romanesque de la foi républicaine : Erckmann-Chatrian

145Avec Proudhon et Tridon, la critique du jacobinisme prend donc une direction nouvelle dans la pensée révolutionnaire. Ce renouveau se perçoit aussi dans les romans d’Erckmann-Chatrian. Profondément attaché à l’Alsace, l’écrivain se souvient que c’est sous la Révolution que la région devint française et rejoignit avec un enthousiasme extraordinaire la nouvelle République.

146Les romans consacrés à cette période historique témoignent des bouleversements provoqués dans la région par cet événement unique dans l’Histoire. Il s’agit d’abord de Madame Thérèse (1863), roman à la gloire des troupes jacobines de 92 menant un combat idéologique autant que militaire contre les soldats de l’Alliance monarchique. Couvrant une période beaucoup plus longue, des États Généraux à l’Empire, l’Histoire de la Révolution française vécue par un Paysan ou Histoire d’un Paysan (1868-1870) offre une somme de réflexions et une perspective romanesque neuve et riche d’intérêt sur les Jacobins des années 92-94.

147Destinée à un public populaire, l’Histoire telle que la conçoit Erckmann-Chatrian dans sa perspective romanesque est, en outre, et à la différence des représentations historiques de Dumas, vécue uniquement à travers des gens du peuple.

148Ces personnages témoignent de leur propre vie, évoquée dans ses moindres détails (culinaires, vestimentaires, etc...) : le roman devient un document sur l’existence des soldats et des paysans, sur l’âpreté de l’hiver alsacien, le parler local, etc...

149Ces histoires s’adressent de manière privilégiée à un public populaire. A Paris, Chatrian s’efforce d’obtenir la publication de romans à cinq centimes, conformément à la volonté des deux auteurs de toucher les classes les plus défavorisées. D’où la simplicité d’accès des œuvres : l’intrigue est souvent linéaire ; même si les faits s’enchaînent assez rapidement, ils sont souvent éclairés de commentaires historiques ou moraux ; les personnages n’ont aucune complexité psychologique ; le vocabulaire, bien que précis et descriptif, n’est pas savant.

150Cette simplicité tend d’ailleurs au didactisme. La démarche de Madame Thérèse en témoigne : des hommes du peuple jusque-là assez méfiants à l’égard de la Révolution adoptent, à travers les récits exaltés d’une vertueuse cantinière, les convictions de 92 et deviennent les plus fermes défenseurs de la foi révolutionnaire. Les longues pages consacrées à l’Histoire ou, plutôt, au commentaire de l’Histoire ressemblent à une leçon d’école républicaine.

151Œuvres à la limite de la propagande, ces romans expriment une immense confiance dans le mouvement populaire.

152Avant la Révolution, le peuple paraît reclus dans la léthargie de sa misère. Seule l’introduction de la pomme de terre par le colporteur Chauvel permet aux paysans d’échapper à la famine.

153S’ils combattent au service de la cause révolutionnaire, c’est d’abord pour une question de vie et de mort. Leur cause ne peut être que juste :

  • 61 Erckmann-Chatrian, Madame Thérèse, Contes et Romans nationaux et populaires, Paris, J.-J. Pauvert, (...)

« Nous ne sommes pas cent mille hommes, ni deux cent mille : nous sommes six millions de paysans qui voulons manger nous-mêmes le pain que nous avons gagné péniblement par notre travail. C’est juste et Dieu est avec nous. »61

154Si le peuple commet une violence, elle est dénoncée, mais la responsabilité rejaillit toujours sur la situation antérieure et la réaction présente des ennemis de la Révolution. Chez Michelet et Dumas, le peuple auteur de violence perd son titre de noblesse et n’est plus que « populace ». Au contraire, chez Erckmann-Chatrian, cette distance n’existe aucunement et toute violence a son explication, même si elle n’est pas blanchie. Le peuple patriote ne voit jamais son image héroïque ternie.

155Ce mouvement populaire voit-il son aboutissement logique dans le gouvernement jacobin de 93 ?

156Si l’on juge d’un point de vue purement historique la vision du conflit Girondins-Jacobins en 93 qu’offrent les romans d’Erckmann-Chatrian, on ne peut parler vraiment d’originalité. Sans que l’on puisse discerner l’historien le plus influent, la représentation de la Révolution française semble être une synthèse de l’historiographie de 48.

157Comme Esquiros ou Louis Blanc ont pu le montrer, les Girondins mettent en danger la cause populaire confondue en 93 avec la cause républicaine. Marguerite, qui incarne la sagesse et le bon sens dans l’Histoire d’un paysan, explique la nécessité de leur élimination :

  • 62 Erckmann-Chatrian, Histoire d’un Paysan, t. II, p. 149.

« Perdus ! fit-elle les lèvres serrées et ses petits poings fermés sur la table, oui, si les Girondins étaient restés à la Convention pour arrêter et empêcher toutes les mesures de Salut Public, nous serions perdus. »62

  • 63 Ibid., t. II, p. 322.

158N’en déplaise aux Girondins, toute monarchie est réactionnaire. De plus la France ne peut être dirigée que par des gens proches du peuple, qui ne peuvent trahir les aspirations d’un milieu dont ils sont issus : la sympathie de l’écrivain va tout naturellement à Danton.63

159Quant à la critique des Jacobins elle emprunte bien des traits à celle qu’en fait Michelet. Seul le regard plein de bon sens de l’homme du peuple qui les juge introduit une note critique supplémentaire : le lecteur est de plus en plus convaincu de la différence qui existe entre le peuple et les Jacobins. Saint-Just est « très beau de figure et bien habillé », mais raide et orgueilleux. Quant à Robespierre, il a l’air d’un « mirliflore » :

  • 64 Ibid., t. II, p. 312.

« On voyait que cet homme se soignait et se regardait au miroir comme une jeune fille. »64

160La prétendue vertu de ces assoiffés de pouvoir paraît artificielle et inhumaine. Michel Bastien, témoin tout à fait étranger à la vie politique parisienne, s’en détourne avec dégoût :

  • 65 Ibid., t. II, p. 312 à 322.

« J’étais las de ces vertus extraordinaires de gens qui veulent avoir tout sous la main : représentants, généraux, soldats, comités et clubs : qui vous arrangent tout, et font guillotiner sans pitié les hommes de cœur qui veulent un peu de miséricorde et de liberté. »65

161La critique ne s’arrête pas aux chefs jacobins : les membres du club, quelle que soit leur sincérité, sont présentés comme des fantoches contrôlés et manipulés par des agioteurs qui font fortune sur leur dos et qui discréditent la cause révolutionnaire. Ils sont rendus responsables des exécutions inutiles et des excès de violence que l’on a connus en 93. Ils sont dénoncés avec une grande virulence :

  • 66 Ibid., t. II, p. 235.

« J’appelle canaille cette quantité de fainéants, d’ivrognes, de braillards, d’ambitieux sans talent, de dénonciateurs, toute cette race de gens qui vivent aux dépens des autres et que les plus grands ennemis du peuple appellent des républicains, pour faire croire que les paysans, les ouvriers courageux, les travailleurs économes sont de la même espèce. Ces gens-là, malheureusement, avaient une grande influence par leurs cris et leurs dénonciations dans les clubs. »66

162Le peuple n’est d’ailleurs pas totalement dupe : s’il se tait, c’est que, à l’image des personnages de l’Histoire d’un Paysan, il ressent un profond malaise dans le climat de délation et de conflits d’ambition dans lequel il vit bien malgré lui. Cela ne signifie pas qu’il est dupe. L’originalité de l’écrivain réside dans cette confiance infinie dans la clairvoyance et le bon sens populaires. Jamais la violence ne pourra convaincre le peuple :

  • 67 Ibid., t. II, p. 302.

« Ce n’est pas en coupant le cou aux gens qu’on prouve au peuple qu’ils avaient tort. »67

163Cependant, la République se consume dans cette folie destructrice. Même des mouvements plus favorables à l’égalité sociale participent de cet égarement politique : les hébertistes sont vus de très loin, comme un mouvement parmi tant d’autres au milieu de cette accélération de l’Histoire connue en 1793. Quant à la tentative babouviste, c’est une folie et non l’expression d’une aspiration populaire ; elle sert uniquement à éliminer les patriotes, ceux qui sont attachés à l’idéal républicain :

  • 68 Ibid, t. II, p. 410.

« Ils profitaient de la conspiration d’un fou comme Babeuf qui voulait partager les terres pour exterminer des centaines encore de patriotes, en soutenant qu’ils étaient de la bande. »68

164Si Chauvel parle de la nécessité du progrès social, il renvoie à un avenir hypothétique et les moyens d’atteindre celui-ci ne sont ni dans l’Histoire ni même, a-t-on l’impression, dans la pensée des auteurs.

165L’originalité du romancier ne tient donc pas tant à l’interprétation de la Révolution qu’à la passion avec laquelle est défendu l’idéal républicain uniquement par l’intermédiaire des gens du peuple. L’efficacité d’un régime ou d’un parti n’est jugée qu’en fonction de leur intérêt, même s’il n’est jamais question de socialisme. Alors que Dumas se désolidarisait de la cause populaire en 93, Erckmann-Chatrian y reste fidèle. Même si les Jacobins ont eu des torts, ils ont tâché de remédier à la pauvreté et aux souffrances entraînées par la guerre. Thermidor, loin d’être une période d’apaisement fait réapparaître la misère :

  • 69 Ibid., t. II, p.349.

« Jamais on ne vit de plus grande confusion dans le pays, de plus grande inquiétude et de plus profonde misère qu’après la mort de Robespierre. »69

166Michel Bastien affirme :

  • 70 Ibid., t. II, p. 360.

« (...) Moi j’aurais donné mon sang pour ressusciter Robespierre ou Saint-Just, que je haïssais, et Collin [Jacobin convaincu dans le roman] aurait donné sa tête pour ravoir Danton et Camille Desmoulins, qu’il avait appelés corrompus. »70

167Contre toute une idéologie conservatrice, le romancier entend détruire certains mythes sur 93. Il accuse les régimes suivants d’avoir amplifié les horreurs de la Terreur et d’en avoir fait un phénomène inouï :

  • 71 Ibid., t. II, p. 406.

« Ceux qui, depuis soixante-dix ans, nous reprochent les guillotinades, devraient bien se rappeler qu’ils n’ont jamais eu de ménagement pour le genre humain quand ils étaient les plus forts. »71

168On a voulu ainsi ternir l’image de 93 et de la République. On a prétendu éclipser même la grandeur des guerres révolutionnaires. On a présenté Bonaparte comme le héros de ces guerres : or c’est lui-même qui, par une habile utilisation de la Gazette a fabriqué ce mythe qui le rendait prestigieux auprès du peuple. Erckmann-Chatrian dénonce le mensonge avec une virulence d’autant plus grande que le gouvernement du Second Empire bénéficie de ces fausses images.

169Le refus de ces mythes révèle la lucidité du romancier. Cependant la réflexion sur la Révolution ne va guère plus loin. Pourtant, quelques valeurs sûres, prônées tout au long du roman, semblent devoir éclairer l’avenir. Le meilleur porte-parole de ces valeurs est Chauvel. Son origine calviniste est peut-être un garant contre toute forme d’obscurantisme en matière religieuse, scientifique ou économique. Apôtre de l’égalité et de la justice, il place comme condition essentielle à tout progrès l’instruction : en cela Michel Bastien ou Madame Thérèse lui font écho, si bien que cette instruction paraît le fondement même d’une révolution. A travers Chauvel, nous sont donnés aussi les moyens de diffusion possible de cette instruction : colportage et bibliothèque en particulier. L’instruction ne doit pas s’arrêter aux idées nouvelles, mais aussi contribuer à diffuser des méthodes qui vont révolutionner le fondement d’une société : ainsi, Chauvel introduit la pomme de terre permettant la survie de toute une région, le vaccin faisant reculer une maladie mortelle. A la fin du roman, c’est encore lui qui pense à promouvoir l’affaire Chauvel-Bastien par l’usage de la publicité.

170Erckmann-Chatrian avive l’imagerie populaire de la Révolution française, en magnifiant tout particulièrement l’image du peuple patriote, combattant à la fois pour le salut de son pays et pour la République. Cependant, à la différence d’un Michelet ou d’un Dumas, le peuple correspond à une réalité sociale et non à une entité idéale.

  • 72 Jules Vallès, « Critique jacobine : Madame Thérèse », Le Progrès de Lyon, 28 février 1868, O.C., t (...)

171Même si le didactisme de l’œuvre est évident et certains effets faciles (Vallès se moque de l’abondance des mots en « âtre » et de la grisaille de ce style72), le regard sur l’Histoire est souvent très lucide et permet de mettre fin à certains mythes antérieurs. Ce ne sont plus les exécutions de la Terreur qui restent gravées dans l’imagination du lecteur, mais le gigantesque effort des patriotes. La leçon de la Révolution n’est pas tant la méfiance à l’égard de la violence jacobine, encore moins la méfiance à l’égard des masses populaires, mais la nécessité de l’instruction pour tout progrès social et politique.

172En cela, annonçant l’Histoire de Lavisse, les romans d’Erckmann-Chatrian apparaîtront comme les ouvrages indispensables à la formation de l’esprit républicain des jeunes élèves de la nouvelle école laïque et obligatoire, auxquels Madame Thérèse, elle-même fille d’un instituteur républicain, semble s’adresser d’une manière privilégiée.

Notes

1 Alexandre Dumas, Le Chevalier de Maison-Rouge, Paris, Gautier-Languereau, Ch. XXI.

2 Alexandre Dumas, La Comtesse de Charny, Paris, Colin-Librairie de Lagny, col. « Chefs d’œuvre de France », t. IV, Ch. 109.

3 Ibid., t. IV, Ch. 110.

4 Ibid., t. V, Ch. 147.

5 Ibid., t. V, Ch. 138.

6 Maurice Bouvier-Ajam, « Dumas au travail et dans la vie », in Europe, fév-mars 1970.

7 Alexandre Dumas, La Comtesse de Charny, t. I, Ch. 4.

8 Ibid., t. IV, Ch. 104.

9 Ibid., t. V, Ch. 92.

10 Ibid., t. V, Ch. 150.

11 Jules Vallès, « La statue du père Dumas », Le Cri du Peuple, 6 nov. 1883, O.C., t. IV, p. 805.

12 Flaubert, L’Éducation Sentimentale, Troisième Partie, Ch. I, p. 340.

13 Flaubert, Lettre du 31 mars 1871, in Correspondance de Flaubert à George Sand (lettres réunies par A. Jacobs), Paris, Flammarion, p. 347.

14 Flaubert, L’Éducation Sentimentale, Deuxième Partie, Ch. I, p. 137.

15 Ibid., Troisième Partie, Ch. IV, p. 416.

16 Ibid., Deuxième Partie, Ch. III, p. 227.

17 Ibid., Troisième Partie, Ch. I, p. 339.

18 Ibid., Deuxième Partie, Ch. III, p. 210.

19 Lettre à George Sand, fin sept. 1868, citée dans l’Histoire littéraire de la France, t. IV, p. 251.

20 Flaubert, L’Éducation Sentimentale, Deuxième Partie, Ch. IV, p. 265.

21 Flaubert, Lettre à George Sand, citée dans Correspondance de Flaubert à George Sand.

22 Flaubert, Lettre à Mademoiselle Leroyer de Chantepie, 30 mars 1857, citée dans l’Histoire Littéraire de la France, t. IX, p. 251.

23 Alexis de Tocqueville, Lettre à Gustave de Beaumont, 26 décembre 1850, citée par Mayer, en préface à L’Ancien Régime et la Révolution, Paris, NRF-Gallimard, coll. « Idées », p. 13.

24 Alexis de Tocqueville, L’Ancien Régime et la Révolution, p. 110.

25 Ibid., p. 131.

26 Ibid., p. 52.

27 Ibid., p. 48.

28 Ibid., p. 225.

29 Ibid., p. 225.

30 Ibid., p. 267-268.

31 Ibid., p. 252-253.

32 Tocqueville, in Œuvres, papiers et correspondance, t. II, Paris, Gallimard, 1953, p. 228.

33 Edgar Quinet, La Révolution, Paris, Librairie Germer, Ballière et Cie, 1876, IV, XII, p. 164.

34 Ibid., XV, II, p. 278-279.

35 Ibid., XVII, XIV, p. 472.

36 Ibid., XVII, XIV, p. 472.

37 Ibid., XII, I, p. 141.

38 Ibid., XVII, IX, p. 446.

39 Ibid., XIII, III, p. 216.

40 Ibid., XV, I, p. 308.

41 Ibid., XIX, VI, p. 96.

42 Joseph Proudhon, Les Confessions d’un Révolutionnaire, pour servir à l’histoire de la Révolution de février, Paris, Librairie Internationale, p. 34.

43 Proudhon, Lettre citée dans l’Histoire de la Révolution française par Michelet, t. II, p. 1000-1004.

44 Proudhon, Les confessions d’un révolutionnaire, p. 19.

45 Proudhon, cité par P. Bécat, L’anarchiste Proudhon.

46 Proudhon, Les Confessions d’un révolutionnaire, p. 34-35.

47 Ibid., p. 320.

48 Ibid., p. 274.

49 Ibid., p. 33.

50 Cité par P. Bécat, op. cit., chapitre « Le contrat social de Rousseau et celui de Proudhon ».

51 Proudhon, Les Confessions d’un révolutionnaire, p. 24-25.

52 Ibid., p. 280.

53 Gustave Tridon, Les Hébertistes, Plaintes contre une calomnie de l’Histoire, chez l’auteur et chez les libraires, Paris, rue des Mathurins, 1864 p. 16.

54 Ibid., p. 16-17.

55 Ibid., p. 39 et sq.

56 Ibid., p. 30.

57 Ibid., p. 23.

58 Ibid., p. 11.

59 Ibid., p. 16.

60 Ibid., p. 21.

61 Erckmann-Chatrian, Madame Thérèse, Contes et Romans nationaux et populaires, Paris, J.-J. Pauvert, 1962, p. 103-104.

62 Erckmann-Chatrian, Histoire d’un Paysan, t. II, p. 149.

63 Ibid., t. II, p. 322.

64 Ibid., t. II, p. 312.

65 Ibid., t. II, p. 312 à 322.

66 Ibid., t. II, p. 235.

67 Ibid., t. II, p. 302.

68 Ibid, t. II, p. 410.

69 Ibid., t. II, p.349.

70 Ibid., t. II, p. 360.

71 Ibid., t. II, p. 406.

72 Jules Vallès, « Critique jacobine : Madame Thérèse », Le Progrès de Lyon, 28 février 1868, O.C., t. IV, p. 543-545 ; voir aussi Roger Bellet : « Erckmann-Chatrian lu par Vallès », in Europe, janv-fév. 1975.

Table des illustrations

Légende « Ecoutez, c’est la France qui parle » Erckmann-Chatrian, Histoire d’un Paysan, Bibliothèque populaire d’éducation et de récréation, Hetzel
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/12170/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 357k

© Presses universitaires de Lyon, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search