Version classiqueVersion mobile

Quatre-vingt-treize et les Jacobins

 | 
Dominique Aubry

Première partie. 93 et les Jacobins : une problématique inépuisable

Chapitre II. L’« Illusion lyrique » de 1848

Texte intégral

A. Égalitarisme social et jacobinisme George Sand : de Buonarroti à Pierre Leroux

1Dans les années 1830-1840, avec le fourmillement des théories utopistes à finalité plus ou moins socialiste, le regard sur la Révolution française et sur 93 se modifie sensiblement. Les rapports entre jacobinisme et socialisme tendent à être précisés, révélant souvent une conception très progressiste de l’Histoire. C’est 93 et non plus 89 qui inspire le nouvel idéal démocratique.

2Buchez et Roux, voulant diffuser cette conviction qui leur est chère, publient un ouvrage capital, que Jaurès encore utilisera : l’Histoire parlementaire (1834-1840), constituant quarante volumes abondamment annotés et réitérant sans cesse l’idéal politique de leurs auteurs : celui d’un socialisme catholique héritier du jacobinisme. Malgré l’importance fondamentale de leurs travaux pour l’historiographie, ils incarnent à jamais dans l’esprit de beaucoup de républicains ou socialistes laïques le néo-jacobinisme et son mysticisme dangereusement proche du fanatisme.

3Encore plus enthousiaste que Robespierre, Laponneraye, communiste néo-babouviste, contribue grandement à diffuser dans les milieux populaires, par un enseignement adapté, l’image d’un Robespierre nouvel apôtre du christianisme, dont il entreprend, avec A. Carrel, de publier les œuvres.

4L’engouement pour Robespierre et le jacobinisme dépasse de loin le socialisme catholique. Il atteint toutes les classes. Sans aucun doute, comme le prouvent les ouvrages de Michelet, d’Esquiros et de Lamartine, la tradition orale et la publication des mémoires de témoins privilégiés (de Charlotte Robespierre, par exemple) y contribuent largement.

5Tandis que les prêtres et les missionnaires inondent les campagnes de mythes contre-révolutionnaires, au point même de fournir de prétendues lettres de Jésus-Christ condamnant 93 et invitant les fidèles à faire pénitence pour effacer ce péché mortel pour l’humanité, un culte jacobin se propage, venant prendre la relève de la légende napoléonienne à son apogée en 1840 avec le retour des Cendres.

6Il nous paraît intéressant de voir les différents aspects de ce culte de Robespierre chez George Sand et tous ceux qui ont pu inspirer l’écrivain, Buonarroti et Leroux en particulier.

7George Sand semble s’être intéressée à Buonarroti à l’époque de l’apogée des sociétés secrètes en France (1821-1823). Cet ancien ami de Babeuf présente une caractéristique qui le distingue des autres « Égaux » : il est sans cesse resté fidèle à Robespierre.

8En effet, dans son récit de la Conspiration des Égaux, il voit en Robespierre un précurseur de ce mouvement, dans la mesure où il a œuvré pour une meilleure répartition des biens :

  • 1 Michelangelo Buonarroti, La Conspiration pour l’Égalité dite de Babeuf, Paris, Éditions Sociales, (...)

« La sagesse avec laquelle il prépara un nouvel ordre dans la distribution des biens et des devoirs, ne saurait échapper au regard des esprits droits. Ils ne se borneront pas à voir l’expression de la reconnaissance nationale dans la distribution des terres promises aux défenseurs de la patrie, et dans le décret qui ordonnait la répartition entre les malheureux des biens des ennemis de la révolution qui devaient être expulsés du territoire français. »1

9La conspiration s’inspire d’ailleurs des mesures jacobines : taxation, réquisition des richesses, etc...

10L’admiration de Buonarroti pour Robespierre est assez grande pour qu’il excuse l’exécution des « exagérés ». Il allègue pour cela la nécessité d’abolir alors tout ferment de crise sociale, si généreux et louables que furent les auteurs de l’agitation :

  • 2 Ibid., t. I, p. 51.

« On ne comptait généralement dans le camp des hébertistes que des hommes laborieux, droits, francs, courageux, peu studieux, étrangers aux théories politiques, aimant la liberté par sentiment, enthousiastes de l’égalité et impatients d’en jouir (...) ; de tels hommes, plus disposés à trancher les difficultés par les coups de main qu’à peser mûrement l’utilité et les conséquences d’une crise politique, avaient en vue les mêmes résultats auxquels tendaient les amis sages de l’égalité. »2

11Buonarroti considère donc que Robespierre songeait à l’égalité sociale. En outre, et c’est ce qui le différencie encore des autres babouvistes plutôt athées, il voit en lui un être éminemment soucieux de morale et fidèle au culte de l’Être Suprême, comme son maître Jean-Jacques Rousseau. En cela, Buonarroti se rapproche du philosophe idéaliste Pierre Leroux.

12Dans la religion de l’humanité selon l’ancien saint-simonien Pierre Leroux, Robespierre fait encore figure d’apôtre de l’égalité et de disciple privilégié de Rousseau.

13En fait, la réalité sociale et politique des Jacobins semble avoir été laissée de côté : c’est que l’histoire proprement dite, les faits, passent au second plan, derrière l’analyse philosophique. L’attention se concentre sur le seul Robespierre, homme d’action, mais aussi héritier d’un courant de pensée humanitaire. Il se situe sur la route du progrès humain, aussi bien social, moral, que religieux ; il contribue en particulier à épurer la religion et à lui donner un caractère seulement déiste, bien que toujours très mystique.

14Le milieu dans lequel évolue George Sand considère comme sien l’héritage révolutionnaire et, très souvent, il place au premier rang Robespierre.

15Certains même ont pour ce personnage une admiration proche du fanatisme. C’est le cas de Michel de Bourges, républicain extrémiste, qui, dans ses attitudes et ses discours, calque l’incorruptible. George Sand, devenue sa maîtresse en 1836-1837, se montre à la fois fascinée et effrayée par celui qu’elle appelle « Robespierre en personne ».

16Plus tard, au moment de la Révolution de 1848, Louis Blanc confirme la romancière dans son admiration pour Robespierre.

17Il est intéressant alors de voir le prestige dont est entourée la Révolution française dans l’œuvre de George Sand. Cette période semble être un des pôles de sa création, l’autre étant bien sûr l’époque contemporaine et ses bouleversements idéologiques.

18Ainsi, l’action de Consuelo, de La Comtesse de Rudolstadt et de Mauprat se situe au XVIIIe siècle et la conclusion des deux derniers romans est une sorte d’apothéose où brillent les idées révolutionnaires et où 93 est évoqué sous forme prophétique.

19Inversement, Le Compagnon du Tour de France ou Le Meunier d’Angibault sont des œuvres dont l’action est contemporaine mais rattachée au passé révolutionnaire par de multiples allusions. Ces remarques s’étendent même aux œuvres autobiographiques. Ce n’est point un hasard si l’écrivain fait remonter aux générations précédentes L’Histoire de ma Vie : elle se complaît à évoquer les visites de Rousseau chez Madame Dupin, sa grand-mère et l’admiration de cette femme pour les conceptions de ce philosophe sur le bonheur.

20Tout se passe comme si un lien secret mais solide rattachait directement l’époque contemporaine à celle de la Révolution française dans la création littéraire de George Sand.

21Chez la romancière, comme chez beaucoup d’hommes de 48, la période-clé de la Révolution française est celle où les Jacobins détenaient la réalité du pouvoir. Les révolutionnaires représentés dans ses romans sont, de ce fait, très souvent porteurs des idées de cette période.

22Les héros de roman dont l’action se déroule au XVIIIe siècle, Mauprat, Edmée et les Invisibles de Consuelo œuvrent pour l’égalité. Edmée, dit-on dans la conclusion de Mauprat, soutiendra les Conventionnels même sous la Terreur. Cependant, Edmée et son cousin n’ont qu’un enthousiasme verbal. Ce ne sont pas des acteurs de la Révolution, ils ne sont que la représentation idéalisée de penseurs républicains ouvrant la voie au socialisme.

23Dans le roman dont l’action se situe après la Révolution, comme Le Compagnon du Tour de France, apparaissent d’anciens sans-culottes comme le père Huguenin qui dans une émeute a entaillé à la hache une porte de la chapelle des Villepreux ou le maître-serrurier qui, faute de mieux, s’affilie aux carbonari. Ce sont des vieillards respectés à cause de leur simplicité, de leur enthousiasme républicain et de leur bon sens.

24Cependant, ils apparaissent en retrait du monde nouveau et dépassés par les nouvelles générations : Pierre Huguenin l’emporte sur son père en technicité et en maturité politique.

25Toutefois, les Jacobins sont présentés comme les artisans du progrès social. Ils sont les porte-parole du peuple dans sa recherche de l’égalité :

  • 3 George Sand, Lettre 1461 à Luc Desages (1837, date présumée), in Correspondance, Paris, Gamier, co (...)

« Le peuple fut représenté dans la révolution par les Jacobins.»3

26Ce jugement est contestable et son auteur se rend bien compte que les Jacobins ne sont pas parvenus à l’égalité, notamment sociale. Grâce à eux, la puissance de la bourgeoisie s’est renforcée et lorsque la Révolution prend fin, les inégalités demeurent : Bricolin, le fermier du Meunier d’Angibault exploite en seigneur les paysans de la région, le médecin carbonaro du Compagnon du Tour de France s’affirme foncièrement anti-Jacobin et partisan d’une forte hiérarchie sociale.

27Toutefois, l’espoir d’une plus grande égalité reste vivace dans la force que le peuple a découverte en lui. Le meunier Louis remarque :

  • 4 George Sand, Le Meunier d’Angibault, Paris, Nelson, 1964.

« On dit que le monde est grandement changé depuis cinquante ans. Moi je dis qu’il n’y a rien de changé que nos idées à nous autres. Nous ne voulons plus nous soumettre. »4

28Les enfants de la Révolution ne peuvent que contester ce que celle-ci n’a pas eu le temps de détruire, en particulier la propriété. Le meunier Louis, Rose Bricolin, sa sœur devenue folle, Marcelle et Henri sont tous victimes des inégalités de fortune qui empêchent leur amour de se réaliser pleinement.

29Il n’en reste pas moins que la Révolution, avec les Jacobins, reste une étape fondamentale dans l’histoire du socialisme. Dans cette vision messianique de l’Histoire, en particulier inspirée de Pierre Leroux, les Jacobins sont presque sanctifiés, étant proclamés les grands héritiers du christianisme :

  • 5 George Sand, Histoire de ma Vie, O.C., Paris, Gallimard, col. La Pléiade, t. I, p. 57.

« A mes yeux, la révolution est une des phases actives de la vie évangélique. Vie tumultueuse, sanglante, terrible à certaines heures, pleine de convulsions, de délires et de sanglots. C’est la lutte sanglante du principe de l’égalité prêché par Jésus et passant, tantôt comme un flambeau des dieux, tantôt comme une torche ardente, de main en main, jusqu’à nos jours, contre le vieux monde païen qui n’est pas détruit, qui ne le sera pas de longtemps, malgré la mission du Christ et tant d’autres missions divines, malgré tant de bûchers, d’échafauds et de martyres. »5

30La Révolution ne peut en aucun cas avoir alors une signification purement politique ou matérielle, comme l’explique le père Alexis dans Spiridion :

  • 6 George Sand, Spiridion, Paris, Éditions d’Aujourd’hui, 1976.

« Ce travail gigantesque de la révolution française, ce n’était pas, ce ne pouvait être seulement une question de pain et d’abri pour les pauvres ; c’était beaucoup plus haut, et malgré tout ce qui s’est accompli, malgré tout ce qui a avorté en France à cet égard, c’est toujours, dans mes prévisions, beaucoup plus haut, que visait et qu’a porté, en effet, cette révolution. Elle devait, non seulement donner au peuple un bien-être légitime, elle devait, elle doit, quoi qu’il arrive, achever de donner la liberté de conscience au genre humain tout entier. »6

31La Révolution est une étape de la vie spirituelle de l’humanité. En saccageant les églises et les couvents, en tuant parfois les prêtres et les moines, elle affranchit le christianisme des sacrements : il atteint sa troisième étape : celle où il sera éclairé enfin de la seule lumière de l’Évangile éternel.

32C’est cette conviction qui permet au père Alexis d’accepter la violence, même si celle-ci le trouble. Sa propre mort, sous le fer des pillards républicains, est le symbole de la fin d’une ère chrétienne. Le sang versé ne doit ternir en rien l’héroïsme révolutionnaire :

  • 7 Ibid., p. 224.

« Tout était permis, parce que tout était nécessaire. Pour tuer le vautour, le chasseur des Alpes est obligé de percer aussi l’agneau qu’il tient dans ses serres. Des malheurs privés déchirent l’âme du spectateur, pourtant le salut général rend ces malheurs inévitables. »7

33La violence trouve une justification au nom du progrès humain. Elle est enfermée dans un passé proclamé comme révolu. Le XIXe siècle marque le début d’une ère de fraternité. Toute Terreur est désormais inutile. Pierre Huguenin ne recourra pas comme son père à la violence, la société et les individus progressent. Sans que soient bien précisés les moyens envisagés à cet effet, selon une évolution naturelle sans doute, la lutte des classes doit s’apaiser dans un immense élan fraternel.

34Spiridion et Le Compagnon du Tour de France paraissent avant 48. Ils sont le reflet des illusions de leur auteur.

35En 1848, George Sand doit se rendre à l’évidence : la révolution se fait dans la violence : les émeutes populaires se succèdent, le suffrage universel n’a pu les empêcher. La réaction s’empare du pouvoir et, le Général Cavaignac en tête, massacre le peuple. Les pontons et la déportation valent la guillotine.

36Après 1848, l’amertume de la désillusion est grande. L’écrivain en vient à rejeter toute idée de révolution puisque la Terreur, blanche ou rouge, finit toujours par renaître. George Sand se réfugie alors, plus que jamais, dans un discours idéaliste : seule l’instruction populaire sera vraiment source de progrès social.

37Vis-à-vis du problème jacobin, George Sand adopte donc une attitude très nuancée et très complexe.

38D’une part, à l’exemple de Pierre Leroux, elle exalte dans ce mouvement le progrès des idées, la vertu et la religion des chefs, l’expression de la volonté populaire.

39D’autre part, face à la grande illusion lyrique qui précède 1848, face aux doctrinaires imbus de jacobinisme, l’écrivain a su tout de même conserver une certaine réserve et une certaine indépendance de jugement. Elle se rend compte que le socialisme doit aller bien au-delà du jacobinisme dans ses revendications mais aussi dans ses méthodes.

40Cependant, en intellectuelle idéaliste, elle désirerait voir l’esprit de fraternité dominer tout mouvement. A la violence des révolutions se substituerait la communion fraternelle. La réalité démontrant l’impossibilité de ce rêve, l’écrivain ne peut que se réfugier dans sa création.

B. Les multiples facettes des Jacobins dans l’historiographie quarante-huitarde : Esquiros, Lamartine, Michelet, Louis Blanc

41En 1847-1848, presque simultanément, quatre œuvres paraissent sur la Révolution française :

  • les deux premiers volumes de l’Histoire de la Révolution française de Louis Blanc, dont la suite paraîtra jusqu’en 1862.
  • les deux premiers volumes de l’Histoire de la Révolution française de Michelet, dont la suite paraîtra échelonnée sur plusieurs années également (jusqu’en 1853).
  • l’Histoire des Girondins de Lamartine.
  • l’Histoire des Montagnards d’Esquiros.

42Ces œuvres remportent un succès éclatant, en particulier celle de Lamartine. C’est bien là le signe qu’à la veille de 1848, la Révolution fascine, on la place sur un piédestal, elle illumine le monde et annonce le réveil futur du peuple.

43Ces ouvrages ne sont pas seulement des études historiques : ce sont des actes de foi politique : à part Michelet, les auteurs de ces œuvres ne sont qu’occasionnellement des historiens : ce sont des républicains, parfois même des socialistes, prêts à agir quand le moment sera favorable.

44Bien que sur le passé, ces œuvres sont étrangement le reflet de l’idéologie présente. Plusieurs rapprochements entre elles sont possibles, permettant de déterminer les caractéristiques d’un romantisme révolutionnaire et ses limites : c’est sur l’épisode 93-94, dominé par les Jacobins, qu’on peut les percevoir le plus aisément.

45Un regard général sur les quatre œuvres permet de voir combien leurs auteurs prêtent une signification assez voisine à la Révolution française et combien ils privilégient tous le même épisode : celui de la France républicaine, même s’ils adoptent des positions différentes devant les faits qui ont suivi le 10 août 92.

46C’est que tous quatre prennent parti pour la république. Pour eux, l’Histoire est un militantisme. Sous la Monarchie de Juillet, c’est une façon à peine dissimulée d’exprimer son opposition au régime et de se situer politiquement. Ainsi, faire l’éloge de la Convention équivaut à faire celui des grands principes républicains. Les étudiants qui viennent avidement écouter les cours de Michelet, comme le raconte Vallès dans Le Bachelier, ne s’y trompent pas.

47Cet esprit républicain se manifeste d’abord dans l’exaltation du peuple. C’est lui qui désormais agit, détermine le cours de la Révolution. C’est Michelet qui traduit le mieux cette toute-puissance populaire :

  • 8 Cité par Paul Viallaneix, La Voie Royale, Essai sur l’idée du peuple dans l’œuvre de Michelet, Par (...)

« La Révolution Française inaugure une nouvelle phase de l’historiographie : objectivement, on peut se rendre compte que c’est le peuple qui fait l’Histoire. »8

Une séance au Club des Jacobins Esquiros, Histoire des Montagnards.

48Il ne s’agit pourtant pas, tant s’en faut, d’une exaltation du prolétariat et de son action : loin d’être une réalité socialement déterminée, il s’agit d’un mythe de l’époque romantique, qu’on ne peut préciser historiquement sous peine de contradiction. Ce mythe est si durable au cours du XIXe siècle que nous lui consacrons tout un chapitre en deuxième partie de notre étude.

  • 9 Voir en Deuxième Partie, Chapitre II, le paragraphe intitulé «Jacobinisme et patriotisme ».

49Ce prestige du peuple est indissociable de celui de la Nation, tout autant exaltée par les historiens romantiques. La France se trouve investie d’un rôle messianique.9

50La république fait donc l’unanimité ; dans ces autre œuvres, on retrouve le même enthousiasme pour des notions aussi exaltantes qu’abstraites et ambiguës dans leur contenu : République, Peuple, Nation, Patrie, Égalité, Liberté, Fraternité sont les mots clés de ces œuvres.

51Cependant, devant l’analyse des événements, on se rend compte que chacun de ces écrivains prête à ces mots une signification qui lui est personnelle. La polémique naît de la confrontation d’un idéal et d’une réalité, des grands principes républicains et de l’Histoire. Cette confrontation se fait à la période capitale que représente l’épisode jacobin.

52Pour Esquiros, cet épisode concerne les Montagnards dans leur globalité et non pas seulement les Jacobins, même si le club a eu le grand mérite, depuis 1790, de guider la Révolution :

  • 10 Alphonse Esquiros, Histoire des Montagnards, Paris, Librairie de la Renaissance, II, Ch. IX, p. 10 (...)

« En avant de la nation et de la plupart des députés, il éclairait la marche des idées révolutionnaires. »10

53Esquiros offre une vision tout à fait nouvelle de Marat, dénuée de toutes les haines qui ont pu s’attacher au souvenir du personnage. Il démontre la complémentarité de Marat et des Jacobins, puisque le journaliste exprime les désirs populaires tandis que les Jacobins œuvrent à la réalisation des aspirations démocratiques :

  • 11 Ibid., II, Ch. IX, p. 109.

« Marat, c’était l’âme de la défiance populaire. »11

54Lamartine montre une très grande réserve à l’égard de Marat ; en revanche, il adopte à l’égard des Jacobins une attitude modérée : même si sa sympathie ne va pas d’emblée à Robespierre ou à ses compagnons, jugés tous trop ambitieux, il reconnaît l’efficacité de l’action jacobine au cœur d’une période de crise de la Révolution.

55Le débat est beaucoup plus passionné entre Michelet et Louis Blanc. Pour ce dernier, les Jacobins sont les seuls héros qui ont su œuvrer efficacement pour le triomphe des grands principes énoncés précédemment. Il désire les réhabiliter aux yeux du public, détruire tous les mythes négatifs qu’on leur a attribués jusque là : il fait des Jacobins les acteurs principaux de son Histoire.

56Michelet adopte une position radicalement opposée : bien loin de servir le Peuple et la Nation, les Jacobins agissent comme une force négative. Ce sont les destructeurs de la dynamique révolutionnaire.

57Leurs positions réciproques sont d’autant plus claires que dans les parutions postérieures à 1848, ils se critiquent mutuellement. Louis Blanc ajoute des notes à chaque chapitre important pour reprendre Michelet. Celui-ci répond beaucoup plus globalement, dans la préface de 1868. Mais d’ores et déjà, l’attention particulière qu’il porte à réduire le rôle des Jacobins et de Robespierre pendant tout son ouvrage montre qu’il répond à une conception qu’il juge fausse.

58Dans ce débat, les historiens tentent de juger les Jacobins en fonction du respect (ou de la trahison) des grands principes républicains.

59Pour tous ceux qui, comme Louis Blanc, s’acharnent à défendre les Jacobins, ceux-ci sont les porte-parole privilégiés du peuple, œuvrant sans cesse pour le succès de la Révolution. Ainsi, dépeignant l’activité du club en 93, Louis Blanc écrit :

  • 12 Louis Blanc, Histoire de la Révolution française, t. IX, p. 252.

« Un club infatigable, celui des Jacobins, animait Paris de son souffle. »12

60Beaucoup plus critique, Lamartine voit dans ce rôle prépondérant un aspect négatif :

  • 13 Alphonse de Lamartine, Histoire des Girondins, Paris, Furne et Cie, t. I, p. 56.

« De toutes les passions du Peuple, celle qu’on y flattait le plus, c’était la haine (...). »13

61Franchement hostile, Michelet voit dans les Jacobins des policiers et des indicateurs :

  • 14 Jules Michelet, Histoire de la Révolution française, Paris, Gallimard, col. La Pléiade, 1976, t. I (...)

« Les Jacobins ne sont pas la Révolution, mais l’œil de la Révolution, l’œil pour surveiller, la voix pour accuser, le bras pour frapper. »14

62Pour lui, la toute-puissance des Jacobins sur le Peuple a été négative. Ils ont constitué une élite qui a désiré dominer le cours de la Révolution. S’ils s’appuient sur le peuple, c’est par pure ambition du pouvoir :

  • 15 Ibid., t. I, p. 300.

« Les Jacobins portèrent l’orgueil à la seconde puissance, ils adorèrent leur sagesse. Ils firent de fréquents appels à la violence du peuple, à la force de ses bras, ils le soldèrent, le poussèrent, mais ne le consultèrent point. »15

63Si Michelet refuse de voir dans les Jacobins les représentants de la force populaire, c’est que la dictature que Robespierre exerce sur le Comité de salut public et sur les clubs lui paraît proche d’un pouvoir monarchique. L’ordre ne se trouve maintenu qu’à une condition : le pouvoir unique :

  • 16 Ibid., t. II, p. 774.

« Ils étaient généralement le parti de l’ordre, et mêlant bizarrement, la plupart à leur insu, leurs secrets instincts monarchiques à leurs idées républicaines, ils plaçaient l’ordre en l’unité, l’unité en Robespierre. Deux reines des abeilles, c’est trop, disaient-ils, pour la ruche ou la république ; la dictature veut l’unité. »16

64Lamartine voit au contraire en Robespierre un initiateur, un modérateur, dans un gouvernement réellement populaire :

  • 17 Lamartine, Histoire des Girondins, t. VI, p. 297.

« Ils n’aspirait point à être le maître, mais le guide et le modérateur de ce gouvernement du peuple. Fonder ce gouvernement, éprouver ses rouages, régulariser ses oscillations, assister à ses premiers mouvements, le vivifier de ses principes et lui laisser son âme, c’était le rêve et l’aspiration de Robespierre. »17

65A l’intérieur même du Comité de salut public, il existe un réel souci démocratique :

  • 18 Ibid., t. VI, p. 311.

« Chose merveilleuse, il n’y avait point de président. »18

66A la limite, le tort de Robespierre est de n’être pas allé assez loin dans le pouvoir personnel. Lors de la Fête de l’Etre Suprême, il était en mesure de jouer le rôle de l’homme providentiel :

  • 19 Ibid., t. VIII, p. 209.

« Jamais un peuple ne parut mieux disposé à recevoir un sauveur et des lois humaines. »19

67En réponse à Michelet, Louis Blanc tient le même type de discours. Ce sont les adversaires de Robespierre qui font tout pour l’encenser et pouvoir l’accuser ensuite de tyrannie. En fait, au début de 94, le pouvoir lui échappe de plus en plus ; il n’est puissant qu’aux Jacobins et à la Convention

  • 20 Louis Blanc, Histoire de la Révolution française, t. XI, p. 53.

« sur laquelle il n’exerçait, après tout, d’autre empire que celui de l’éloquence unie à un grand caractère. En réalité, il n’avait que les apparences d’un pouvoir dont les ressorts étaient entre les mains de ses ennemis. »20

68Louis Blanc fait de Robespierre une victime qui finit par être submergée par le flot contre-révolutionnaire, mais il reste solidaire des Jacobins et du peuple qu’il souffre de voir victime de la Terreur. En aucun cas il n’est un tyran : il reste pour l’historien socialiste le type-même du héros populaire.

69Esquiros va dans le même sens, affirmant même, au mépris de toute vérité historique, que si Robespierre a échoué au 9 thermidor, c’est qu’il a refusé de recourir à la force populaire :

  • 21 Esquiros, Histoire des Montagnards, IV, Ch. XXVI, p. 531.

« Vaincu dans la Convention, il ne l’était pas dans l’opinion publique. S’il se fût alors emparé du lieu des séances, s’il eût fait tomber dans la nuit une douzaine de têtes, s’il eût encouragé le peuple qui venait en foule pour le délivrer et pour le soutenir, il se fût relevé plus terrible et plus puissant que jamais. »21

70Sans aller jusqu’à nier ainsi l’abandon de Robespierre par le peuple, beaucoup d’hommes de 48 justifient pleinement sa dictature et l’acceptent ; Michelet a en cela une position assez originale pour un républicain de l’époque. Pourtant même cet historien reconnaît en Robespierre le personnage le plus prestigieux de la Révolution ; avec Couthon et Saint-Just, il a le mérite d’avoir tenté d’en assurer le salut :

  • 22 Michelet, Histoire de la Révolution française, t. II, p. 991.

« L’auteur, dans sa trop minutieuse anatomie des personnes et des caractères, n’a-t-il pas trop souvent réduit la grandeur des hommes héroïques qui, en 93 et 94, soutinrent de leur indomptable personnalité la Révolution défaillante. »22

71Curieusement, le tyran ardemment critiqué devient un être de chair terriblement proche de l’auteur lui-même lorsque celui-ci fait le bilan de son étude :

  • 23 Ibid., t. II, p. 995.

« Le croira-t-on ? Le plus grand vide à cette table de bois blanc, d’où mon livre s’en va maintenant et où je reste seul, c’est de n’y plus voir mon pâle compagnon, le plus fidèle de tous, qui, de 89 en thermidor, ne m’avait point quitté ; l’homme de grande volonté, laborieux comme moi et pauvre comme moi, avec qui, chaque matin, j’eus tant d’âpres discussions. Le plus grand fruit de mon étude morale, physiologique, c’est justement cette dispute, c’est d’avoir sérieusement anatomisé Robespierre. »23

72Les passions républicaines se déchaînent donc autour du personnage de Robespierre. Elles donnent aussi une ampleur et une signification considérables au conflit qui oppose les Girondins aux Jacobins. A la simple rivalité politique, l’historiographie quarante-huitarde a voulu prêter une signification sociologique et idéologique bien plus profonde. Lamartine, Louis Blanc, Esquiros multiplient les critiques les plus diverses à leur égard, tandis que Michelet, sous le charme des Girondins, cherche à atténuer leur critique et à les défendre contre les Jacobins.

73Lamartine soutient la thèse de la différence sociologique. Les Girondins représentent une bourgeoisie en quelque sorte d’élite, intellectuelle, dont ils veulent faire une véritable aristocratie « de l’intelligence, des lettres et de la fortune », à laquelle ils entendent donner le pouvoir :

  • 24 Lamartine, Histoire des Girondins, t. IV, p. 90.

« Ils voulaient la république à condition de la gouverner seuls, dans les idées et les intérêts de la classe moyenne et lettrée à laquelle ils appartenaient. »24

74Ils ne peuvent en aucun cas représenter la cause du peuple ; Louis Blanc écrit à propos de Madame Roland :

  • 25 Louis Blanc, Histoire de la Révolution française, t. VI, p. 152.

« Le sort de la classe la plus nombreuse et la plus pauvre ne paraît pas occuper beaucoup de place dans ses préoccupations. »25

75Les Girondins se font les partisans de la liberté, au détriment souvent de l’égalité. Curieusement, ce sont les Jacobins qui sont, selon ces historiens (à part Michelet) les seuls aptes à défendre celle-ci. Louis Blanc affirme :

  • 26 Ibid., t. VII, p. 253.

« Mais leur vrai tort, celui dont la Montagne put s’armer contre eux avec autorité, ce fut d’avoir eu pour doctrine sociale la liberté sans l’égalité et d’avoir adopté pour politique le fédéralisme. »26

  • 27 Ibid., t. VIII, p. 259 à 272.

76Il met même une certaine rigueur dans cette opposition, comparant terme à terme les projets de constitution des deux partis.27

77En matière économique, ils défendent le libéralisme. C’est ce sur quoi Michelet se fonde pour les valoriser. Tout en reprochant aux Girondins de ne pas se soucier d’égalité, Lamartine se montre séduit par leur libéralisme :

  • 28 Lamartine, Histoire des Girondins, t. V, p. 323.

« La spéculation est l’âme du commerce. »28

78Par ailleurs, la liberté politique qu’ils réclament au moment où la crise est la plus aiguë, à l’extérieur comme à l’intérieur, est dangereuse. D’ailleurs les mesures de salut public qu’ils condamnent tant, ne les ont-ils pas eux-mêmes réclamées naguère ? Esquiros rappelle qu’en 91, Isnard en appelle au pouvoir de la loi et aux châtiments des coupables lorsque le régime est menacé :

  • 29 Esquiros, Histoire des Montagnards, III, Ch. II, p. 199.

« Qu’invoquaient pourtant Brissot, Vergniaud, Isnard pour justifier ces mesures de rigueur ? La raison d’État. N’est-ce point au nom du même sophisme que les Montagnards s’armèrent plus tard de l’échafaud ? Les uns et les autres n’ont donc rien à se reprocher. Le système de la Terreur a même été inventé par les Girondins. »29

79Ce que les historiens reprochent surtout aux Girondins, c’est d’avoir sans cesse manœuvré en mettant en danger la République. Tous sauf Michelet leur reprochent d’avoir poussé à la guerre. Bien plus, par la suite, ils ont eu des alliances douteuses, par pure haine des Jacobins et par ambition politique. Même s’ils ne sont pas réellement royalistes en 93, ils aident la contre-révolution :

  • 30 Ibid., IV, Ch. XX, p. 482.

« La pente est glissante du modérantisme au royalisme, et plus tard, lancés sur cette pente, entraînés par des alliances funestes, quelques Girondins avaient roulé jusqu’à l’appel aux armes, jusqu’à la trahison, jusqu’à la révolte contre la souveraineté du peuple. »30

  • 31 Michelet, Histoire de la Révolution française, t. II, p. 399.

80Bien que défenseur très souvent des Girondins, Michelet reconnaît le danger de leur politique de 93 « impuissante et aveugle.»31

81Malgré les attaques politiques dont ils font l’objet, les Girondins jouissent pourtant d’un certain prestige auprès des historiens de 48 : les personnages de Madame Roland et de Vergniaud ont la dimension de héros romanesques. C’est qu’il existe une sorte d’attirance de l’écrivain de 48 pour ces brillants manipulateurs des idées et du langage qui ont su, mieux que quiconque, parler de la liberté et de son charme, faute d’en voir assuré vraiment la défense.

82Dans sa critique des Jacobins, Michelet est donc un peu à l’écart des autres historiens ; ceux-ci en font les défenseurs honnêtes de l’égalité même si elle est limitée. Cela signifie-t-il qu’il s’agit pour l’avenir de se contenter de reproduire le modèle jacobin ?

83L’examen de 93 et de 94 débouche nécessairement sur une réflexion sur le présent. C’est pour cela d’ailleurs que la polémique est si enflammée entre Michelet et Louis Blanc : le jacobinisme pose les questions fondamentales du pouvoir démocratique.

84Louis Blanc en fait un modèle de politique incarné dans le personnage de Robespierre et qui consiste à la fois à cultiver les qualités d’un homme d’État et à se comporter selon les lois de la vertu et de la religion. Il n’y a plus de contradiction ainsi entre morale et politique.

85Cependant, le socialiste voit les limites de l’ère jacobine. Robespierre, en se bornant à l’égalité politique reste l’homme de son temps :

  • 32 Louis Blanc, Histoire de la Révolution française, t. V, p. 299.

« Qu’on ne s’étonne donc pas si Robespierre se tut, quand la voix des salariés ne faisait que proférer encore des sons inarticulés. Dans la Révolution, Robespierre ne fut jamais que l’homme de l’heure présente, mais cela, du moins, il le fut toujours. »32

86Michelet en fait un grief contre Robespierre. Il rappelle à juste titre que. le tribun s’appuie sur les propriétaires des biens nationaux sous la Terreur et qu’il gouverne sans tenir compte de la misère :

  • 33 Michelet, Histoire de la Révolution française, t. II, p. 408.

« La Révolution politique pouvait-elle subsister sans devenir une révolution sociale et religieuse ? La Révolution classique de Rousseau et Robespierre vivra-t-elle en sûreté dans la sombre salle de la rue Saint-Honoré, sans tenir compte de l’autre, la Révolution romantique qui mugit, confuse, hors des murs, comme une voix de l’océan. »33

87Ne se distinguant guère de tout un groupe d’intellectuels de 48, parmi lesquels nous avons déjà vu Roux, Buchez, etc... Lamartine et Louis Blanc répondent aux critiques de Michelet en situant 93 dans un devenir révolutionnaire éclairé par le christianisme.

88Selon eux, les Jacobins ont su rattacher la Révolution au christianisme primitif, celui qui prônait un idéal égalitaire. Louis Blanc voit dans 93 l’avènement de la fraternité, jamais atteinte par une société chrétienne jusque-là. Lamartine établit une filiation directe entre le christianisme, Jean-Jacques Rousseau et la démocratie :

  • 34 Lamartine, Histoire des Girondins, t. IV, p. 262.

« En remontant plus haut [que l’idéal de Jean-Jacques], on en retrouve le germe dans le christianisme. Idéal divin mille fois trahi par l’imperfection des instruments et des institutions qui tentèrent de le réaliser, mille fois noyé dans le sang des martyrs du perfectionnement social mais qui traverse néanmoins toutes les déceptions, toutes les tyrannies, toutes les époques, tous les rêves, et que l’humanité revoit sans cesse briller devant elle sinon comme un port, du moins comme un but ! ».34

89Contre cette thèse pourtant très répandue, Esquiros défend un idéal démocratique laïc, seul apte à éloigner tout fanatisme :

  • 35 Esquiros, Histoire des Montagnards, I, Ch. I, p. 11.

« L’alliance du sentiment religieux et des aspirations révolutionnaires peut être séduisante ; elle flatte les entraînements de l’esprit et du cœur, elle convient à la jeunesse ; mais nous trouvons cette théorie à la fois excessive et incomplète. Le Christianisme a été une grande chose ; la démocratie en est une autre ; gardons-nous bien de mêler ces deux courants, si nous tenons à ne point tomber dans une confusion d’idées. »35

90La défense de l’esprit laïc chez Michelet va beaucoup plus loin. Non seulement il faut extraire la Révolution et la démocratie de ce contexte chrétien, mais il faut de plus extirper le catholicisme de la Révolution : en le ménageant trop, les Jacobins ont commis une lourde faute.

91Qu’ils prêtent ou non un sens chrétien à la Révolution, les historiens de 48 ont confiance en l’avenir, qui ne saurait apporter que le progrès social et politique, auquel 93 a déjà contribué.

92Esquiros exprime avec brio cette confiance et cet enthousiasme dans l’avenir, au terme de son ouvrage :

  • 36 Ibid., IV, Ch. XXVII, p. 536.

« Soyez donc tranquilles et fiers dans vos tombeaux, ossements épars ; l’heure de la résurrection politique du globe avance. Vous serez enfin jugés ! Mais aujourd’hui que l’arme de la terreur est tombée de leurs mains et que le regard peut les considérer sans effroi, ces hommes nous apparaissent déjà comme des géants. L’ébauche de démocratie qu’ils nous ont laissée ressemble, toute noircie qu’elle est par la foudre, à une de ces pierres druidiques qu’on rencontre dans les champs de la vieille Bretagne. Jeunes gens, oublions les pertes et les blessures de nos familles pour ne plus voir que le résultat acquis à la cause du peuple ; n’imitons pas leurs excès, car les excès font reculer la liberté. Vous-mêmes, ombres des victimes de la Révolution, maintenant que, dégagées des liens du corps et des intérêts de la vie, vous jugez plus sainement les questions humaines, reconnaissez que votre mort a été utile au progrès des générations futures, et réjouissez-vous par-delà le tombeau ! »36

93A travers cette analyse, on se rend compte que l’Histoire glisse très vite vers un discours sur l’Histoire, quelle que soit d’ailleurs la qualité de l’historien. Le jacobinisme n’est pas tant examiné à la loupe des faits et de leurs causes que présenté comme un objet de haine ou d’admiration. Transfigurée par le langage de la passion, l’histoire de 93 et 94 s’érige en mythe ou en roman. Chaque écrivain révèle alors sa personnalité.

94Louis Blanc réécrit le mythe de Prométhée avec Robespierre pour héros. Les autres personnages jacobins se fondent dans une masse anonyme, obéissant sans contestation à un maître choisi, semble-t-il, unanimement. Ce sont surtout les décisions et les discours du chef qui envahissent l’ouvrage du socialiste.

95Robespierre apparaît alors comme l’homme providentiel, celui qui attend imperturbablement son heure et voit clair dans l’avenir. C’est celui qui, pur et vertueux, est incapable de dissimulation. L’écrivain en perd même tout esprit critique : ainsi pour défendre Robespierre d’éventuels reproches d’ambitions personnelles, il va chercher les preuves de l’honnêteté du tribun... dans ses propres protestations de désintéressement... ce qui n’est pas particulièrement irréfutable !

96Mais, ainsi, rien ne porte atteinte à la grande vertu de Robespierre. Il est sous la Révolution le grand libérateur de l’humanité, comme le Christ en son temps.

97Esquiros écrit le roman non d’un seul homme mais de plusieurs, tous animés d’un même idéal : les Montagnards. Incursion d’auteur ou recours aux dialogues de théâtre donnent une vie particulière aux héros de 93. Ceux-ci sont sans cesse auréolés de gloire et brandissent le flambeau de l’avenir ; par leurs lois et même dans leurs conflits internes, ils préparent l’ère de la plus brillante démocratie.

98Tandis que Louis Blanc et Esquiros prétendent à un travail réel d’historien, Lamartine, en toute honnêteté, s’en défend : il a choisi une forme hybride, conforme à son imagination :

  • 37 Lamartine, Histoire des Girondins, t. I, Avertissement, p. 11.

« C’est une œuvre intermédiaire entre l’histoire et les mémoires. Les événements y tiennent moins de place que les hommes et les idées... Les détails intimes y abondent. »37

99En fait, son œuvre pourrait s’intituler Histoire de la Grandeur morale sous la Révolution : cet aspect l’emporte souvent sur les enthousiasmes politiques. La vie privée des personnages compte peut-être plus que leur position publique. C’est à propos des Jacobins que cela apparaît le plus clairement. Lamartine ne nie pas, au contraire, la supériorité politique des Jacobins sur les Girondins, mais aucune personnalité jacobine ne l’attire vraiment par ses mérites. Son imagination romantique est séduite en revanche par des caractères passionnés ou prêts au sacrifice, sans aucune distinction politique : Marie-Antoinette, comme Madame Roland ou Vergniaud font ainsi l’objet de longues digressions romanesques.

  • 38 Voir en Deuxième Partie, Chapitre I, le paragraphe intitulé : « Une mythologie montante : le Peupl (...)

100Bien que, à la différence de Lamartine, on reconnaisse à Michelet la rigueur d’un historien moderne, sans cesse à l’affût de sources incontestables, son Histoire de la Révolution française n’en est pas moins sous-tendue par tout un réseau de mythes qui tendent à amplifier le discours polémique. Le héros de son roman de la Révolution n’est ni un homme providentiel, ni une victime auréolée de gloire mais le peuple. Michelet en fait la trame de son Histoire. Sous sa plume, le peuple est sans cesse unité, héros unique, de ce qui devient l’épopée révolutionnaire.38

101Reflets d’une même idéologie, ces quatre œuvres ont pourtant une appréhension bien différente de la même réalité historique et en particulier du problème jacobin. L’impact sur les générations à venir en sera tout aussi différent.

102Esquiros revendique l’héritage jacobin, dans un enthousiasme démesuré qui enferme son Histoire dans l’étroite limite de 48 dont il exprime si bien l’idéal.

103Lamartine propose de 93-94 une version sentimentale tout en définissant un idéal politique qu’il ne tardera pas à défendre au cœur de l’action : celui d’une démocratie modérée, défiante à l’égard du pouvoir populaire, se reconnaissant davantage dans un régime présidentiel. Cette démocratie défend peut-être un idéal égalitaire mais en matière économique, elle préfère le libéralisme protecteur de la bourgeoisie. Son succès, pourtant immense, s’éteint après le brutal retour à la réalité que représente la Révolution de 48.

104Louis Blanc défend des convictions socialistes, mais son admiration pour Robespierre et pour le pouvoir qu’il incarne rend son idéal suspect de compromission et d’autoritarisme. Sa vision de l’Histoire est discréditée après son propre échec politique.

105Seul, Michelet garde un prestige incontestable sur les jeunes révolutionnaires d’après 48, dans des courants aussi divers que l’anarchisme proudhonien et le blanquisme. Ce prestige n’est pas dû seulement à ses qualités d’écrivain et d’historien : abordant 93 et la question jacobine, il adopte une attitude véritablement critique à l’égard d’un pouvoir dont il dénonce les apparences populaires.

C. 1848 : l’erreur d’une seconde révolution jacobine ?

106L’étude de George Sand et de ses inspirateurs socialistes, puis celle des quatre historiens, nous ont montré combien l’image de la République s’est peu à peu libérée des mythes contre-révolutionnaires. Désormais, 93 apparaît comme une suite logique de 89 ; 92, année de la fondation, s’auréole d’une gloire qui rejaillit très souvent sur 93.

107Cette évolution est générale et s’étend à tous les domaines. La sculpture de Rude sur l’Arc de Triomphe, Le départ des Volontaires, significativement rebaptisée La Marseillaise connaît un succès immense sous le règne de Louis-Philippe. Le Marat de David est redécouvert peu de temps avant 48, et l’admiration de Baudelaire pour ce tableau exprimée dans les Curiosités esthétiques témoigne d’un regard nouveau sur l’Histoire plus que sur l’Art.

108La Seconde République s’inscrit sans honte dans la lignée de la Première. On lui a par la suite reproché de s’être voulue un plagiat de 93. Qu’en est-il au juste ?

109Grâce au retour des libertés totales d’expression et de réunion, l’effervescence politique est à son comble dans les premiers mois de 48. L’hommage à la Révolution est permanent comme en témoigne le vocabulaire de la vie quotidienne : « clubs », «suffrage universel », « citoyens », « garde nationale » et « représentant du peuple », toutes ces expressions ressuscitent le passé. Les opposants de gauche aux partis de l’Ordre se rangent sous la bannière de la Montagne. On va même jusqu’à conserver à la Constituante un nombre impressionnant de représentants en hommage aux assemblées de la Révolution française.

110La vie quotidienne est une constante référence à 92 ou 93 : on plante des arbres de la Liberté ; on fréquente des clubs aux noms prestigieux comme ceux des journaux qui se multiplient : L’Ami du Peuple, Le Père Duchêne, Le Journal des Sans-Culottes, Le Robespierre, Le Salut Public, etc... Ces quotidiens entretiennent le souvenir révolutionnaire jusque dans leurs feuilletons : Le Salut Public du 19 mars 1848 offre à ses lecteurs un « Épisode de 1789 » intitulé « Serf et Seigneur ». Les théâtres font revivre les grandes heures de la Première République. Très tôt, l’extrême-gauche dénonce cette dangereuse fascination exercée par la Révolution française. Des hommes beaucoup plus modérés, comme Tocqueville reprochent déjà aux quarante-huitards de se préoccuper davantage de rendre hommage à la Révolution que de la faire. Marx et Proudhon s’accordent à pourfendre cette attitude qu’ils jugent passéiste, anachronique et contraire au progrès. Proudhon est particulièrement virulent :

  • 39 Cité dans l’Histoire Littéraire de la France, t. IV, p. 422.

« Les Lamartine, les Quinet, Michelet, Considérant, les Montagnards, etc., etc., tout le mysticisme, le robespierrisme et le chauvinisme sont au pouvoir. On a fait une révolution sans une idée »39.

111Comme il s’agit d’une idée tenace, il nous paraît important de faire le point rapidement sur cette question d’Histoire.

112Malgré une référence constante à la Révolution et en particulier à 92 et 93, il est certain pourtant que les hommes de 48 cherchent, à des degrés divers suivant leur tendance, à se démarquer de l’expérience passée.

113La Seconde République veut à tout prix effacer le souvenir de la guillotine et de la Terreur. Le monde marche vers le Progrès. Dans leur optimisme, à l’image de George Sand et de tant de socialistes utopistes, les révolutionnaires du début de 48 espèrent que désormais, la vie politique pourra se passer de violence. Les garants seront la Loi et le Droit, émanant d’Assemblées élues au suffrage universel.

114Pour rassurer une bourgeoisie vite effrayée, le mot « réforme » est accolé sans cesse à celui de « révolution ». Lamartine emploie tous ses talents de concertation à dissuader la foule d’adopter en février 48 le drapeau rouge :

  • 40 Lamartine, Discours du 25 février 1848, Lamartine, Monaco, Éditions Hemera, col. « Les Grands Orat (...)

« Je repousserai jusqu’à la mort ce drapeau de sang, et vous devez le répudier plus que moi, car le drapeau rouge que vous rapportez n’a jamais fait que le tour du Champ de Mars, traîné dans le sang du peuple en 91 et en 93, et le drapeau tricolore a fait le tour du monde, avec le nom, la gloire et la liberté de la patrie. »40

115Pour écarter le spectre de la Terreur, la première mesure de cette République est l’abolition de la peine de mort.

116Ce désir de paix s’étend à la politique extérieure, malgré l’accusation de « chauvinisme » de Proudhon. Le gouvernement de Lamartine entend renoncer à toute guerre de conquête.

  • 41 Maurice Agulhon, 1848 ou l’apprentissage de la république, Paris, Le Seuil, col. « Points-Histoire (...)

117Les hommes de 48 veulent donc offrir de la révolution une image épurée. Cela est d’autant plus important que la bourgeoisie conservatrice nourrit son imagination du souvenir du sang et de la Terreur et brode, selon l’expression de M. Agulhon, le « roman noir de la peur sociale »41. En juin, les bruits circulent annonçant d’atroces boucheries commises par des insurgés qui se seraient mués en éventreurs ou en violeurs. Une fois au pouvoir, après Juin, cette même bourgeoisie se propose d’interdire l’abattage du bétail en plein Paris, pour détourner la foule du spectacle du sang !

118Or, alors même que les souvenirs de la guillotine la terrifient, c’est elle-même qui s’en sert contre deux insurgés accusés d’avoir assassiné le général Bréa.

119On est bien loin déjà de ce bel idéal des premiers hommes de 48 qu’exprime si bien une chanson célèbre de Pierre Dupont :

« L’amour est plus fort que la haine ».

120L’imitation de 93 est, en cela déjà, très relative.

121Comme beaucoup de révolutionnaires sous le Second Empire, Proudhon reproche aux quarante-huitards d’avoir voulu copier les principes jacobins. Si elle devait être ici examinée en détail, cette question occuperait des pages entières et nous détournerait de notre perspective littéraire. Cependant, en nous appuyant surtout sur l’étude de M. Agulhon nous pouvons affirmer qu’il est difficile d’accuser ces hommes, globalement du moins, de « robespierrisme». Si certains, comme Louis Blanc ou Michel de Bourges s’inspirent du tribun jacobin, beaucoup s’en démarquent. Quant à l’attachement au pouvoir de l’État, il est plus que relatif, beaucoup des hommes de la Montagne proclamant des principes libéraux. En outre, plus d’un utopiste, s’inspirant de Fourier ou de Leroux, envisage un éclatement de la société en microcosmes ou petites communautés, c’est-à-dire le contraire-même d’un État centralisé.

122Quant au « mysticisme » que Proudhon reproche aux néojacobins, il correspond sans doute à une volonté d’associer catholicisme et humanitarisme ; cette intention n’est d’ailleurs pas générale, certains Montagnards profondément laïcs désirant dépouiller la révolution de toute signification religieuse.

123Enfin, et c’est peut-être le plus important, 93 est dépassé par les aspirations socialistes : le principe associationniste est devenu une revendication ; beaucoup d’idées nouvelles en matière sociale surgissent et s’affirment.

1241848 consacre la réhabilitation de la Première République. 92 et 93 exercent une réelle fascination et constituent la référence essentielle de tout républicain du moment.

125On ne peut dire pourtant que cette paternité a été aliénante ou appauvrissante, malgré les multiples reproches qui ont pu être faits. La Seconde République à ses débuts a réellement voulu se démarquer de la première en refusant la violence et en adoptant une perspective beaucoup plus sociale. Cet élan nouveau manquait de cohérence et, surtout, la bourgeoisie possédante n’y voyait pas son intérêt, redoutant même le suffrage universel comme un premier pas vers le socialisme. Aux yeux de la génération suivante de révolutionnaires, la Montagne est accusée de n’être pas allée assez loin dans ses revendications. Les hommes de février se sont montrés trop timides, ne voulant guère de grand bouleversement social. Bien que ce reproche soit en partie fondé, il semble que l’échec rende cette génération peu indulgente envers les précurseurs balbutiants de son idéal.

Notes

1 Michelangelo Buonarroti, La Conspiration pour l’Égalité dite de Babeuf, Paris, Éditions Sociales, col. « Les Classiques du Peuple », t. I, p. 49.

2 Ibid., t. I, p. 51.

3 George Sand, Lettre 1461 à Luc Desages (1837, date présumée), in Correspondance, Paris, Gamier, col. « Classiques ».

4 George Sand, Le Meunier d’Angibault, Paris, Nelson, 1964.

5 George Sand, Histoire de ma Vie, O.C., Paris, Gallimard, col. La Pléiade, t. I, p. 57.

6 George Sand, Spiridion, Paris, Éditions d’Aujourd’hui, 1976.

7 Ibid., p. 224.

8 Cité par Paul Viallaneix, La Voie Royale, Essai sur l’idée du peuple dans l’œuvre de Michelet, Paris, Flammarion, 1971.

9 Voir en Deuxième Partie, Chapitre II, le paragraphe intitulé «Jacobinisme et patriotisme ».

10 Alphonse Esquiros, Histoire des Montagnards, Paris, Librairie de la Renaissance, II, Ch. IX, p. 100.

11 Ibid., II, Ch. IX, p. 109.

12 Louis Blanc, Histoire de la Révolution française, t. IX, p. 252.

13 Alphonse de Lamartine, Histoire des Girondins, Paris, Furne et Cie, t. I, p. 56.

14 Jules Michelet, Histoire de la Révolution française, Paris, Gallimard, col. La Pléiade, 1976, t. I, p. 461.

15 Ibid., t. I, p. 300.

16 Ibid., t. II, p. 774.

17 Lamartine, Histoire des Girondins, t. VI, p. 297.

18 Ibid., t. VI, p. 311.

19 Ibid., t. VIII, p. 209.

20 Louis Blanc, Histoire de la Révolution française, t. XI, p. 53.

21 Esquiros, Histoire des Montagnards, IV, Ch. XXVI, p. 531.

22 Michelet, Histoire de la Révolution française, t. II, p. 991.

23 Ibid., t. II, p. 995.

24 Lamartine, Histoire des Girondins, t. IV, p. 90.

25 Louis Blanc, Histoire de la Révolution française, t. VI, p. 152.

26 Ibid., t. VII, p. 253.

27 Ibid., t. VIII, p. 259 à 272.

28 Lamartine, Histoire des Girondins, t. V, p. 323.

29 Esquiros, Histoire des Montagnards, III, Ch. II, p. 199.

30 Ibid., IV, Ch. XX, p. 482.

31 Michelet, Histoire de la Révolution française, t. II, p. 399.

32 Louis Blanc, Histoire de la Révolution française, t. V, p. 299.

33 Michelet, Histoire de la Révolution française, t. II, p. 408.

34 Lamartine, Histoire des Girondins, t. IV, p. 262.

35 Esquiros, Histoire des Montagnards, I, Ch. I, p. 11.

36 Ibid., IV, Ch. XXVII, p. 536.

37 Lamartine, Histoire des Girondins, t. I, Avertissement, p. 11.

38 Voir en Deuxième Partie, Chapitre I, le paragraphe intitulé : « Une mythologie montante : le Peuple dans 93 ».

39 Cité dans l’Histoire Littéraire de la France, t. IV, p. 422.

40 Lamartine, Discours du 25 février 1848, Lamartine, Monaco, Éditions Hemera, col. « Les Grands Orateurs Républicains », 1950, p. 172.

41 Maurice Agulhon, 1848 ou l’apprentissage de la république, Paris, Le Seuil, col. « Points-Histoire », 1973, p. 114.

Table des illustrations

Légende Une séance au Club des Jacobins Esquiros, Histoire des Montagnards.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/12167/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 573k

© Presses universitaires de Lyon, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search