Version classiqueVersion mobile

Quatre-vingt-treize et les Jacobins

 | 
Dominique Aubry

Première partie. 93 et les Jacobins : une problématique inépuisable

Introduction

Texte intégral

1La représentation des Jacobins et de 93 est révélatrice à plus d’un titre d’une attitude et d’un choix politiques. Même pour un historien, il est difficile de s’en tenir au simple examen des faits et des idées de l’époque d’autant plus que ceux-ci sont fort mal connus. Seuls la publication des documents parlementaires par Buchez et Roux, les journaux d’époque, certains comptes-rendus de société permettent au siècle dernier une approche directe des événements et des mentalités. Les mémoires et les témoignages des survivants, avec toute l’inexactitude et la partialité que cela suppose, constituent encore une part énorme de la documentation de l’historien.

2Si l’on a un aperçu de l’organisation du club jacobin de Paris et de son lien avec la province, on possède à l’époque fort peu de connaissances sur le contenu des débats et sur les sociétés affiliées.

3D’une manière plus générale, la situation politique et économique en province est seulement entrevue, à l’exception de quelques grandes villes (Marseille, Lyon, Bordeaux) et l’Ouest en guerre. Quant aux campagnes, leur vie politique est souvent laissée dans l’ombre, sauf parfois chez Michelet. Jaurès innove en étudiant certains aspects de la contestation paysanne et les mesures du Gouvernement révolutionnaire.

4Devenus points de mire de leurs détracteurs comme de leurs admirateurs, les Jacobins font parfois oublier le rôle politique réel des différents tenants du pouvoir. L’action réelle de la Convention et du Comité de Salut public échappent très souvent. On assimile parfois abusivement Comité de Salut public et Jacobins.

5Cette vision très fragmentaire du passé ne semble guère gêner l’historien, encore moins le romancier ou l’homme de théâtre. Leur passion vient combler les vides, et à travers ces discours débridés sur l’Histoire se détachent les questions fondamentales d’un débat politique sur la république et la démocratie : elles portent essentiellement sur les rapports entre égalité et liberté ; «fraternité» est surtout le mot-clé de l’idéologie socialiste (particulièrement employé chez Louis Blanc, Leroux et George Sand).

693 est, on l’a vu, l’année où s’affirme le pouvoir populaire, notamment dans les villes. A la différence des Girondins, les Jacobins décident de s’appuyer sur le peuple pour consolider leur propre pouvoir et, aussi, celui de la République. Leur point de vue est fort bien illustré par cette adresse de Jean Bon Saint-André aux Girondins :

« Il faut très impérieusement faire vivre le pauvre, si vous voulez qu’il vous aide à achever la révolution. »(1)

7Ils ont en cela l’assentiment de tous les Montagnards puisque le 26 juin 93 la Convention place, dans son article 122 de l’Acte Constitutionnel, l’égalité au premier rang, avant la liberté, la sûreté et la propriété.

8Confrontés à la crise des subsistances, au malaise social de l’an II, écrivains et historiens se sont posé la question des conditions et des limites d’une plus grande justice sociale. Il est intéressant de voir le rôle attribué sur ce point aux Jacobins.

9L’égalité des « jouissances » (selon l’expression des sans-culottes), passe par une plus grande égalité politique. Par les pressions que le peuple exerce en 93, à travers les activités de l’Evêché, de la Commune, des sections, des sociétés de tous ordres, le peuple parisien affirme sa puissance. Or celle-ci n’est pas toujours bien perçue par les hommes du XIXe siècle. Il est important de caractériser cette attitude et de l’expliquer.

10Cette égalité prônée par les Jacobins et si essentielle en 93 ne fait-elle pas négliger l’autre assise de la démocratie, la liberté ? Rousseau fondait cette liberté sur le respect de la loi. Or 93 montre les limites de la liberté, même quand la loi est toute-puissante : en matière économique d’abord, puisque le libéralisme aboutit à l’accaparement des biens ; en matière politique et sociale ensuite, puisque le pouvoir se concentre de plus en plus dans les mains d’un seul organe, le Comité de Salut public. Les libertés d’opinion et de réunion sont réduites à néant. Les délits politiques sont sévèrement réprimés. La pression idéologique des Jacobins sur le pouvoir peut être aussi considérée comme une atteinte à la liberté. C’est peut-être sur ce point que l’écrivain du XIXe siècle va se montrer particulièrement sensible, venant se heurter en particulier au problème de la dictature au nom de la raison d’État. Un peuple peut-il sans danger se démettre provisoirement de ses fonctions ? L’atteinte portée à la démocratie n’est-elle définitive ?

11Parmi ces questions, plusieurs faisaient déjà l’objet d’une polémique chez les Lumières et la plupart d’entre elles trouvaient une réponse dans Le Contrat social de Rousseau. Mais la pratique fait éclater les contradictions de la théorie et montre les limites d’un discours qui se prétendait pourtant fondateur. Aussi le débat est-il relancé, renouvelé à travers l’Histoire.

12Ainsi, le Gouvernement révolutionnaire de l’an II et la lutte passionnée et désespérée que se livrent les différents groupes politiques en 93-94 font naître une foule d’interrogations que vont formuler ceux qui se penchent sur l’épisode. L’enjeu du débat est d’autant plus important que les bouleversements politiques du siècle ne cessent de le réactualiser.

13Cependant, dans quelle mesure l’étude de 93 peut-elle apporter des réponses à une situation sociale et politique sensiblement différente : l’enfermement sur 93 n’est-il pas un danger mortel pour le débat du siècle suivant ?

14Tels sont en général les problèmes auxquels se confrontent ceux qui se penchent sur l’étude du moment et des Jacobins.

15Mais la façon dont nous les posons préalablement pour plus de commodité dans la compréhension de notre démarche peut prêter à confusion. Le lecteur ne se trouve presque jamais en présence de discours théoriques ennuyeux, de débats sur la philosophie politique. Chez les historiens, chez les auteurs de pamphlets comme de fiction, il est tout d’abord frappé par la vie intense du texte, happé par la puissance de l’enthousiasme ou la passion de la diatribe. C’est à travers une représentation souvent insolite, reflet intense d’une sensibilité originale, que se dessine le débat politique et que se posent les questions cruciales. A la manière d’un kaléidoscope, d’une œuvre à l’autre, les mêmes données du passé se recomposent et s’associent en des figures nouvelles toujours différentes et toujours surprenantes. C’est que chez les historiens autant que chez les écrivains, l’Histoire de 93 est création : c’est le roman de 93.

16Il nous incombe de déceler, à travers une étude chronologique, l’évolution d’un discours idéologique au fil d’un siècle riche en bouleversements politiques et grand générateur de philosophies nouvelles, tout en restant sensible à l’originalité propre de chaque re-création historique.

© Presses universitaires de Lyon, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search