Version classiqueVersion mobile

Quatre-vingt-treize et les Jacobins

 | 
Dominique Aubry

Introduction

Texte intégral

1Au XIXe siècle, la Révolution française est ancrée dans la mémoire des nouvelles générations comme une sorte de passé originel, d’irréalité glorieuse qui inonde le présent terne et figé de la Restauration et de l’Empire d’une lumière presque divine. Le Comte Mosca, observateur lucide par excellence selon Stendhal, voit dans ce phénomène l’explication du succès de la pensée libérale auprès de la jeunesse, de

  • 1 Stendhal, La Chartreuse de Parme, Romans et Nouvelles, t. II, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiad (...)

« ces âmes ardentes et qui lisent toute la journée l’histoire de la Révolution de France. »1

  • 2 Gustave Flaubert, L’Éducation Sentimentale, Paris, Le Livre de Poche, 1965, Deuxième Partie, II, p (...)

2Plus tard, dans L’Éducation sentimentale, Frédéric envisage de « mettre en drames différentes époques de la Révolution française»2 et entend au bal des Dambreuse la réflexion suivante :

  • 3 Ibid., p. 186.

« On s’occupe trop de la Révolution ; on publie là-dessus un tas d’histoires, de livres ! »3

  • 4 Jules Vallès, Le Bachelier, Œuvres Complètes, t. II, Paris, Livre Club Diderot, 1969.

3Vallès-Vingtras et ses amis, les jeunes révolutionnaires des années 50, trompent leur ennui et leurs désillusions en jouant les Danton et les Robespierre4.

4Ainsi, la Révolution et 93 occupent la mémoire affective du XIXe siècle. Cette période est surtout au centre du débat politique et idéologique. La Révolution est une sorte d’avancée dans l’Histoire et, jusqu’en 1870-1880 au moins, le siècle suivant se sent en recul par rapport à ce gigantesque progrès. Idéal certes, mais idéal palpable, réel, au milieu des utopies les plus fantaisistes et irréalistes dont ce siècle est générateur.

5Cependant, sous le coup des enthousiasmes et des répugnances, dans le gigantesque mouvement de propagande et de contrepropagande et en partie à cause de l’insuffisance des documents existants, le passé révolutionnaire devient vite représentation, fruit d’une imagination productrice ou reproductrice de mythes ou de stéréotypes véhiculés pendant tout le siècle et, nous semble-t-il, encore bien présents dans notre inconscient collectif.

6C’est le recensement de certaines de ces images et leurs conditions historiques et politiques de production qu’il nous a paru intéressant d’étudier.

7Ne pouvant nous arrêter sur la représentation de la totalité de la Révolution française, nous avons choisi 93, ou, plus largement, la période qui va de l’éviction du Roi par l’insurrection populaire le 10 août 1792 à la chute du « Grand » Comité de Salut public le 9 thermidor an II, c’est-à-dire le 27 juillet 1794.

8C’est sans aucun doute à propos de cette période que les débats ont été les plus passionnés et le restent encore. Pendant tout le XIXe siècle, on a opposé différents cycles de la Révolution entre eux, on a choisi, dans ce découpage, des années et parfois même seulement des dates auxquelles on a accordé des préférences : 1789, 1792, 1793 sont ainsi des moments-clés et détachés dans la représentation de la Révolution française. Parmi ces années, le tournant de 93 constitue un épisode unique de l’Histoire.

9Pour la première fois en France, la république est proclamée ; elle affronte les dangers les plus grands et, dans ces circonstances, s’affirme la nécessité d’un pouvoir plus concentré et plus fort : au nom du salut public, la démocratie fait place à une dictature affirmée comme temporaire, mais qui heurte les consciences à cause de la poursuite impitoyable des suspects contre-révolutionnaires. Cette période retient l’attention pour deux autres raisons au moins. Avec le développement des sociétés populaires et de la vie des sections, devant la crise croissante due aux difficultés d’approvisionnement dans les villes et à la guerre, les classes populaires manifestent leur puissance obligeant pour la première fois un gouvernement à s’appuyer sur elles pour instaurer et consolider la république. En outre, les années 93-94 sont entièrement dominées par un courant de pensée, le jacobinisme qu’un club au pouvoir croissant a progressivement développé, en étendant son influence à la France entière et dans toutes les institutions politiques.

10Pour toutes ces raisons, 93 constitue un bouleversement énorme qui heurte la conscience de plus d’un républicain du XIXe siècle, sans parler des modérés ou des conservateurs.

11Cela signifie-t-il que 93 et la Terreur soient totalement rejetés par les historiens et les écrivains du XIXe siècle ? Ne sont-ils pas au contraire, au moins inconsciemment, totalement intégrés dans la globalité de la Révolution, dans une représentation plus ou moins mythique de l’Histoire, où enthousiasmes et haines se fondent en un tout indissociable ?

  • 5 Nous pensons en particulier aux thèses de François Furet :

12A l’heure où le débat sur 93 et la Terreur est relancé avec un siècle de retard, où l’on prétend dissocier encore la Terreur du reste de la Révolution et des circonstances qui l’ont engendrée5, nous voudrions montrer que l’an II et le jacobinisme font partie intégrante du patrimoine révolutionnaire dans l’idéologie et l’imaginaire du XIXe siècle.

***

13Avant d’entreprendre cette étude, il nous paraît important de préciser les limites de notre champ d’investigation : cette recherche ne se prétend en aucun cas exhaustive.

  • 6 Malheureusement, nous n’avons pu prendre connaissance à temps de la totalité de l’ouvrage La Révol (...)

14D’abord ayant choisi une perspective littéraire, nous nous sommes limités à l’examen des écrivains et de certains historiens ; or, l’étude de la presse, des pamphlets, de l’iconographie6, des romans populaires malheureusement très difficiles d’accès, des chansons etc..., nous paraît un complément indispensable sinon le point de départ véritable d’une telle recherche. Nous nous contenterons de quelques incursions dans ces différents domaines.

15De plus, travaillant sur un corpus considérable, il nous a paru nécessaire de limiter le nombre des auteurs étudiés. Nous avons retenu en priorité les romanciers et les auteurs de théâtre ; parmi les historiens, nous avons choisi ceux qui, par l’originalité de leur thèse ou de leur attitude ont eu une influence sur l’opinion ou sur certains auteurs étudiés. Notre seule intuition a parfois déterminé certains choix parmi des courants proches (Thiers au lieu de Mignet, Quinet au lieu de Thierry, etc...). A cause d’une critique originale et bien marquée du jacobinisme, les courants proudhoniens et blanquistes méritaient une attention particulière.

16Dans notre esprit, cette étude ne saurait s’arrêter à l’examen du XIXe siècle. Notre époque continue à véhiculer les mêmes mythes, les mêmes lieux communs, avec certaines superpositions historiques parfois acrobatiques. Le cinéma a relayé et accéléré la diffusion des stéréotypes. Si nous avons choisi de nous arrêter à 1914, c’est que la guerre et ses bouleversements de tous ordres inaugurent une période nouvelle dans la représentation de 93, comme l’explique Alice Gérard :

  • 7 Alice Gérard, La Révolution française, mythes et interprétations 1789-1970, Paris, Flammarion, col (...)

« A plusieurs égards, le cycle de guerres et de révolutions mondiales qui s’ouvre en 1914 fera plus que le siècle de paix écoulé pour actualiser et universaliser l’historiographie révolutionnaire : en dévoilant par comparaison des aspects jusque-là incompris du passé, et en donnant à penser que la Révolution française n’avait pas épuisé tous ses effets (...) »7

17Il était alors parfois difficile de choisir, parmi les auteurs à cheval sur les deux périodes, ceux qui devaient faire l’objet de notre étude. Si nous avons retenu Jaurès et France comme terme de notre examen chronologique, c’est qu’ils nous paraissent offrir à travers leurs ouvrages un aboutissement de la pensée du XIXe siècle, tout en posant les jalons d’un discours nouveau. Enfin, cette étude ne se prétend pas exhaustive dans la mesure où nous n’avons retenu que quelques thèmes de synthèse : nous avons choisi ceux qui nous semblent contenir les mythes les plus significatifs d’un siècle. Limiter cette étude à la littérature et à l’historiographie françaises est une restriction considérable également mais que nous impose l’ampleur de la seule production française.

18Pour plus de commodité et parce que les deux aspects nous paraissent extrêmement complémentaires, nous avons adopté une double perspective :

  • diachronique, en étudiant l’évolution de la représentation des Jacobins et de 93 à travers l’histoire politique du pays : avant ou après 48, avant ou après la Commune, les problèmes cruciaux de tout débat sur la démocratie ont été envisagés avec des sensibilités tout à fait différentes ;
  • synchronique, en retenant quelques leitmotive particulièrement significatifs de tout le siècle et qui acquièrent parfois des dimensions mythiques.

19On pourra s’étonner des va-et-vient continuels que nous faisons entre historiographie et littérature. Il est bien évident que chacun de ces types d’écrits ont leur spécificité, ne serait-ce que dans leur intention : l’historien rapporte les faits pour tâcher de les expliquer et de leur donner une signification en les replaçant à l’intérieur d’une suite d’événements. L’écrivain recherche dans l’histoire les caractères et les aventures hors du commun ou au contraire, les traces de la vie quotidienne d’un peuple. L’un classifie l’Histoire et prétend à un discours rationnel ; l’autre opte pour le pittoresque de l’Histoire comme support de son imagination.

20Mais historiographie et littérature sont toutes deux des représentations de l’Histoire. Le Danton de Michelet ou la citoyenne Roland de Lamartine sont des personnages dans un sens plus littéraire qu’historique du terme. Entre historiens et écrivains se tissent des réseaux d’influence complexes (que l’on songe par exemple à Michelet et Dumas, Louis Blanc ou Taine et Vallès, Quinet et Anatole France, etc...) et on ne sait parfois pas chez qui exactement commence la fiction.

21A une époque où beaucoup de documents précis restent encore ignorés, l’interprétation, la part de l’imagination et de la passion viennent combler les vides du savoir de l’historien, avec une souplesse et une spontanéité telles qu’il est difficile de démêler la réalité du mythe.

22Quant aux écrivains, leur œuvre a très souvent pour origine une certaine interprétation de l’Histoire. Aussi, au-delà de l’aventure individuelle, c’est à une véritable réflexion, souvent très cohérente, sur la Révolution ou 93 qu’ils invitent leurs lecteurs ou spectateurs.

23Très souvent alors, là où l’historien se trouve entravé par les limites de sa tâche (s’en tenir aux faits et à leur interprétation), l’écrivain dépasse des contradictions qui paraissaient insurmontables, grâce à la liberté que lui offre la fiction : Hugo, Vallès, France auront chacun une réponse personnelle à fournir au problème de la Terreur.

24Aussi, historiographie et littérature constituent-elles des discours très complémentaires dans leur diversité et qui se recoupent à plus d’une occasion. Images et mythes leur sont communs. De là des rapprochements nombreux qui nous ont paru riches d’enseignement.

***

LES FACETTES MULTIPLES DES MOTS « JACOBIN » ET « JACOBINISME » LEUR SIGNIFICATION AU XIXe SIECLE

25Puisque les notions de « Jacobin » et de « jacobinisme » sont au centre de notre étude, il nous paraît indispensable de les définir préalablement.

  • 8 Albert Soboul, La Civilisation et la Révolution française, t. II, Paris, Arthaud, 1982, p. 342.

26Les Jacobins sont les membres d’un club fondé dès 1789 et qui connaît plusieurs scissions jusqu’en 93. Leur tendance politique n’est pas initialement définie mais évolue au gré de l’Histoire. En 93, ils défendent un idéal républicain et patriote et mènent selon Soboul une « stratégie unitaire » visant à éviter à tout prix une division à l’intérieur du Tiers-Etat, ménageant bourgeoisie, sans-culottes et paysannerie8. Sous la Terreur, ils détiennent comme on l’a vu, la réalité du pouvoir en France.

  • 9 Voir Gérard Maintenant, Les Jacobins, Paris, P.U.F., col. « Que Sais-je ? », 1984, p. 5., et Claud (...)

27Même en nous en tenant encore prudemment à une définition et à un descriptif purement historiques, il est bien moins aisé de définir le jacobinisme sinon comme courant de pensée propre aux Jacobins. Or, nous l’avons dit, l’idéologie jacobine est mouvante ; de plus, même de nos jours, faute de certains documents disparus ou supprimés et de certaines études précises sur le contenu des revendications des clubs9, on ne peut avoir qu’une idée très partielle du courant jacobin. On peut toutefois affirmer qu’en 93, le jacobinisme constitue l’idéal politique d’une petite et moyenne bourgeoisie à l’abri des excès : le jacobinisme lutte contre tout retour en arrière sur les acquis sociaux et politiques de la Révolution mais il se montre aussi méfiant à l’égard de toute atteinte à la propriété. A titre de complément, nous pouvons nous référer à la définition qu’en donne Claude Mazauric :

  • 10 Claude Mazauric, op. cit., p. 146.

« Nous y voyons la forme la plus élaborée de la conscience révolutionnaire de la bourgeoisie dans la phase de l’histoire de France où elle fut entourée du consentement de la plus grande partie de la nation ; ce consentement des masses lui permit l’exercice de l’hégémonie culturelle et socio-politique dans la lutte victorieuse contre le féodalisme. »10

28Après cet essai de définition, il est intéressant de voir quelles significations ou connotations recouvrent ces deux mots au XIXe siècle.

29Dès la Révolution, « Jacobin » a un emploi péjoratif. Robespierre lui-même le repousse ; en février 92, il propose de changer le nom du club et

  • 11 Cité par Gérard Maintenant, op. cit., p. 59.

« d’éviter d’adopter uniquement une dénomination qui fait naître sur le champ l’idée de corporation et même de faction grâce aux calomnies dont nos ennemis ne cessent de nous honorer. »11

30En Angleterre, premier foyer de la contre-révolution, Mason définit au même moment le Jacobin comme un

  • 12 Ferdinand Brunot, Histoire de la Langue française, Paris, Armand Colin, 1937, t. IX, p. 2.

« membre de cette faction dont la maxime diabolique est qu’il est méritoire de tuer quiconque ne pense pas comme nous en politique. »12

31Les néologismes pleuvent pour désigner tout ce qui rapporte à la tendance jacobine : « jacobiniser », « jacobinière », « jacobinade », etc... Un peu plus tard, sur les scènes de l’époque thermidorienne, les mots « jacobinisme », « terrorisme », « cannibalisme » et «vandalisme» se multiplient, renvoyant tous à la même réalité politique que l’on dénigre par tous les moyens. Le mot désigne n’importe quelle tendance républicaine ; dans l’Histoire d’un paysan d’Erckmann-Chatrian, Michel Bastien remarque l’évolution :

  • 13 Erckmann-Chatrian, Histoire d’un Paysan sous la Révolution, in Contes et Romans nationaux et popul (...)

« On appelait jacobins, non seulement les partisans de Robespierre, mais encore les dantonistes, les hébertistes, tous les républicains ensemble. »13

  • 14 Victor Hugo, Les Misérables, Paris, Garnier, 1957, Troisième Partie, III, Ch. I, p. 726-727.

32Sous la Restauration, le mot reste synonyme des pires violences et des pires crapuleries, comme dans l’Essai sur les Révolutions ou Les Mémoires d’Outre-Tombe de Chateaubriand. Dans la bouche des légitimistes, le mot a des accents de suspicion : il s’emploie à tout propos pour désigner n’importe quel autre parti. Dans le salon que fréquente le grand-père de Marius de Pontmercy, la Chambre des Pairs est qualifiée d’« abominablement jacobine » et l’on parle même du « jacobinisme de Louis XVIII ».14

33Les ultras de Stendhal parlent de jacobins et de jacobinisme à tout propos, jusqu’à l’absurdité : Monsieur de Rênal, qui surveille si scrupuleusement les opinions de sa domesticité s’en voit lui-même accusé :

  • 15 Stendhal, Le Rouge et le Noir, Paris, Garnier-Flammarion, 1964, Livre II, Ch. VII.

« Julien rit bien, intérieurement, quand M. de Valenod lui fit entendre qu’on venait de découvrir que Monsieur de Rênal était un jacobin. Le fait est que, dans une réélection qui se préparait, le nouveau baron était le candidat du ministère, et au grand collège du département à la vérité fort ultra, c’était M. de Rênal qui était porté par les libéraux ».15

  • 16 Stendhal, La Chartreuse de Parme, p. 41,48, 135, 138.

34Le mot « jacobin » désigne alors n’importe quel libéral16. Bien pis, toute forme d’ouverture d’esprit est qualifiée de « jacobine ». Le Marquis del Dongo hait le Comte Pietranera qui

  • 17 Ibid., I, Ch. II, p. 42.

« avait l’insolence de prôner cet esprit de justice sans acception de personnes, que le marquis appelait un jacobinisme infâme ».17

35En ce début du XIXe siècle, l’emploi du mot obéit à une mode qui véhicule toutes sortes de préjugés conservateurs et, comme dans toute mode, il se trouve bientôt dépassé :

  • 18 Victor Hugo, Les Misérables, Cinquième Partie, III, Ch. II, p. 1507.

« En 1832, le mot bousingot faisait l’intérim entre le mot jacobin qui était éculé, et le mot démagogue alors presque inusité et qui a fait depuis un si excellent service. »18

36L’usure n’est sans doute pas la seule explication des limites de l’emploi du mot : dans les années quarante, beaucoup de théoriciens se réclament du jacobinisme et le mot désigne plus précisément une tendance politique. Il n’empêche que les emplois abusifs restent nombreux, comme le constate Louis Blanc :

  • 19 Louis Blanc, Histoire de la Révolution française, Paris, Langlois et Leclercq, 1847 à 1862, t. V, (...)

« C’est une chose dont on devrait fort se défier et dont on ne se défie jamais, que l’histoire des vaincus écrite par les vainqueurs ; grâce aux écrits répandus sur le jacobinisme, après sa chute, le mot jacobin est resté comme l’expression de tous les désordres et de toutes les aberrations que peut traîner à sa suite une démagogie en délire. Il est cependant certain que l’esprit de cette société fameuse – du moins pendant une longue partie de son existence – répondait à une idée entièrement et même diamétralement contraire à celle qu’on a coutume aujourd’hui de s’en faire. »19

37Sous l’Empire, le mot « jacobin » garde la trace de ces dénigrements. En 1864, après avoir défini le substantif dans son sens ecclésiastique et dans le strict sens historique, le Grand Dictionnaire Universel de Pierre Larousse donne une définition extensive du terme :

« Démocrate ardent, qui cherche à réaliser ses idées par l’emploi de la force. »

38Même si, dans la suite de son article, l’auteur cherche à détruire un grand nombre de préjugés sur la question, jacobinisme et violence restent étroitement associés.

39A l’approche de la Commune, ces mots connaissent d’autres emplois péjoratifs : dans les écrits de l’extrême-gauche blanquiste et surtout proudhonienne, ils stigmatisent le modérantisme bourgeois et, chez les anarchistes, son autoritarisme.

40Pourtant, malgré toutes ces connotations hostiles que peut contenir le mot, « jacobin » a aussi une valeur positive : souvent synonyme de « patriote » chez les républicains, il a longtemps désigné un esprit ardent à défendre la république en danger.

41On peut donc conclure à une immense variation de registres au XIXe siècle dans l’emploi de ces mots, correspondant à une grande confusion de concepts qui dure jusqu’à nos jours. C’est que 93 et les Jacobins sont, depuis les origines, au centre d’un débat crucial sur la démocratie, où théories et préjugés s’affrontent souvent au mépris de l’Histoire.

42C’est ce que nous allons nous efforcer de montrer dans la première partie de notre étude.

Notes

1 Stendhal, La Chartreuse de Parme, Romans et Nouvelles, t. II, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, Première Partie, Ch. X, p. 184.

2 Gustave Flaubert, L’Éducation Sentimentale, Paris, Le Livre de Poche, 1965, Deuxième Partie, II, p. 73.

3 Ibid., p. 186.

4 Jules Vallès, Le Bachelier, Œuvres Complètes, t. II, Paris, Livre Club Diderot, 1969.

5 Nous pensons en particulier aux thèses de François Furet :

  • Penser la Révolution française, (1979).
  • La Gauche et la Révolution au milieu du XIXe siècle, (1986).

6 Malheureusement, nous n’avons pu prendre connaissance à temps de la totalité de l’ouvrage La Révolution française. Images et Récit de Michel Vovelle, qui nous aurait permis un rapprochement intéressant entre iconographie et mythes romanesques.

7 Alice Gérard, La Révolution française, mythes et interprétations 1789-1970, Paris, Flammarion, col. « Questions d’histoire », 1970, p. 79.

8 Albert Soboul, La Civilisation et la Révolution française, t. II, Paris, Arthaud, 1982, p. 342.

9 Voir Gérard Maintenant, Les Jacobins, Paris, P.U.F., col. « Que Sais-je ? », 1984, p. 5., et Claude Mazauric, Jacobinisme et Révolution, Paris, Éditions Sociales, Messidor, col. « Problèmes-histoire », 1984, p. 90-91.

10 Claude Mazauric, op. cit., p. 146.

11 Cité par Gérard Maintenant, op. cit., p. 59.

12 Ferdinand Brunot, Histoire de la Langue française, Paris, Armand Colin, 1937, t. IX, p. 2.

13 Erckmann-Chatrian, Histoire d’un Paysan sous la Révolution, in Contes et Romans nationaux et populaires, Paris, Jean-Jacques Pauvert, 1962, t. II, p. 348.

14 Victor Hugo, Les Misérables, Paris, Garnier, 1957, Troisième Partie, III, Ch. I, p. 726-727.

15 Stendhal, Le Rouge et le Noir, Paris, Garnier-Flammarion, 1964, Livre II, Ch. VII.

16 Stendhal, La Chartreuse de Parme, p. 41,48, 135, 138.

17 Ibid., I, Ch. II, p. 42.

18 Victor Hugo, Les Misérables, Cinquième Partie, III, Ch. II, p. 1507.

19 Louis Blanc, Histoire de la Révolution française, Paris, Langlois et Leclercq, 1847 à 1862, t. V, Ch. 5, p. 115.

© Presses universitaires de Lyon, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search