Version classiqueVersion mobile

Études sur la presse au xviiie siècle

 | 
Robert Favre
, 
Michèle Gasc
, 
Claude Labrosse
, 
et al.

Rhétorique de l’article de journal

Les mémoires de Trévoux 1734

Pierre Rétat

Texte intégral

  • 1 « Rhétorique et enseignement », p. 23-42.

1Le terme de « rhétorique » paraîtra peut-être excessif ou imprudent. Le discours du journal (entendons par là le « journal » au sens strict des XVIIè et XVIIIè siècles ; journal « littéraire », constitué d’extraits d’ouvrages récemment parus) n’entre dans aucune des grandes catégories de la rhétorique classique, et Marmontel dans ses Eléments de littérature, ne lui consacre que quelques commentaires rapides dans l’article « Extrait ». Nulle part nous ne trouvons d’essai de formalisation en ce domaine, pour la raison très probable qu’il s’agit d’un discours second, considéré comme le reflet ou la réduction d’un discours premier, qui seul mérite l’intérêt, et seulement dans certaines limites, puisque le vaste domaine des « sciences » se situe dans l’ensemble en dehors de l’empire rhétorique. Ce qui est regardé comme simple médiation est présumé n’avoir pas de lois propres, et obéir seulement à quelques prescriptions de bon sens qui tiennent au ton, au jugement, à l’honnêteté. Dans 1’ article « journaliste » de l’Enclyclopédie, Diderot recommande : « Qu’il soit simple, pur, clair, facile, et qu’il évite toute affectation d’éloquence et d’érudition. » L’article de journal semble devoir réaliser déjà cette exclusion du rhétorique et ce degré zéro de l’écriture qui caractérisent la dissertation à partir de la fin du XIXè siècle : la mutation du discours littéraire que G. Genette analyse dans Figures II1 se trouve ici préfigurée.

  • 2 Les premiers résultats, en coupe synchronique, de ce dépouillement mené par le Centre d’Études du (...)

2Soumis au double précepte de simple fidélité et de juste critique, l’article échappe aux tentatives de codification et de légalisation des genres et des modes d’expression. Renvoyant au livre, il est pure transitivité; en tant qu’il recueille les jugements du journaliste, il forme un ensemble parcellaire d’énoncés propres. Son contenu se répartit donc dans deux directions complémentaires, qui autorisent deux exploitations possibles, objet des dépouillements systématiques actuellement en cours : inventaire d’une production imprimée - et « thèmes » de discussion qui définissent l’intérêt, l’idéologie des journalistes ou du journal2. Traité comme documentation, ce qu’il veut être au premier chef, il est traversé, lu dans la perspective d’un sens extérieur, celui de l’ouvrage de référence ou des énoncés du journal.

  • 3 Voir P. Rétat, « Mémoires pour l’Histoire des Sciences et des beaux-arts. Signification d’un titre (...)
  • 4 Communications, 16, 1970, p.171.
  • 5 Rhétorique et littérature, Paris, 1970, p. 126.

3Toutefois, il est certain que la pratique journalistique se veut aussi, globalement, une pratique « littéraire » et qu’elle ne se réduit pas à une bibliographie ou à une série discontinue de commentaires. Les titres mêmes des journaux et leurs programmes révèlent leur prétention à s’intégrer dans la « littérature », à y jouer un rôle autonome de sommes des connaissances, de « mémoires » pour servir à l’histoire3. Le journal est un médium, mais il crée en même temps un milieu, une instance particulière. L’« extrait » est classé dans l’Encyclopédie sous la rubrique « littérature ». Discours second, il n’est pas une simple réplique abrégée du premier, une totale transparence. Il convient dès lors de se demander s’il n’obéit pas à certaines lois d’exposition, à des contraintes textuelles propres, et s’il ne forme pas une unité expressive, justiciable d’une rhétorique : entendons par là, dans un sens large, une analyse de « tous les discours », comme G. Genette y invite la recherche moderne4. La rhétorique classique n’a pas pris en charge la forme nouvelle qu’était le journalisme, pas plus qu’elle ne prenait en charge le roman. Il ne s’agit donc pas de soumettre l’article de journal aux règles de la rhétorique, de le faire entrer dans un ordre et une classification qui n’y sont pas adaptés. A.Kibédi-Varga souligne combien une telle méthode serait anachronique et déplacée, appliquée à des formes de discours littéraire dont précisément la rhétorique ne pouvait rendre compte5. Il s’agit seulement, en analysant le texte même du journal, les formes qu’il adopte, les énoncés par lesquels les journalistes définissent leur démarche, de chercher quel est l’« art » du compte rendu, sa rhétorique implicite.

  • 6 Voir Presse et histoire au XVIIIè siècle l’année 1734, en cours de publication aux éditions du CNR (...)
  • 7 Voir M. Gilot et J. Sgard, « le renouvellement des Mémoires de Trévoux en 1734 », Dix-huitième siè (...)

4Nous avons choisi, d’une façon qui n’est pas totalement arbitraire, un des grands journaux du XVIIIè siècle, les Mémoires de Trévoux (il fait l’objet des travaux de notre équipe) et une année, 1734, en rapport avec un programme de recherche récent6. Il serait tentant d’établir quelque relation entre cette étude de rhétorique et le point d’application que nous lui avons donné, le journal des jésuites, maîtres incontestés de cette technique littéraire dans le système éducatif depuis la fin du XVIè siècle. Mais ce serait très probablement une illusion. L’art journalistique des jésuites ne diffère pas de celui de leurs contemporains. Peut-être le mettent-ils plus systématiquement en œuvre, surtout en cette année 1734 où interviennent une réforme et une reprise en main du journal7. Mais la forme qu’ils donnent à l’extrait constitue un fait général de culture, dont la signification rayonne dans l’ensemble de la presse « littéraire » de l’époque, à quelques variantes près, et qui caractérise l’institution tout entière du journalisme savant.

I - FORME ET VOLUME DE L’ARTICLE

5Les journalistes laissent entendre fréquemment que l’article obéit à certaines lois, pacte implicite qui les lie à leur public. Ces lois régissent la spécificité de l’objet de l’article, sa forme, sa longueur. Dans l’Avertissement de janvier 1734, les rédacteurs annoncent qu’ils porteront à la facture une attention renouvelée : « On peut bien présumer que les continuateurs sont engagés plus que jamais à redoubler leur attention et leurs soins, pour remplir avec honneur le plan qu’ils se sont tracé d’un journal aussi intéressant par le choix et par la variété des sujets, que par la manière de les traiter (...). Ainsi, sans faire parade des divers talens qu’on a réunis en commun pour donner à ces Mémoires une forme plus parfaite, nous attendrons avec docilité le jugement des lecteurs éclairés » (p. II).

1 - Spécificité du journal

6Elle est liée à la « République des Lettres », telle qu’on la concevait encore en 1734, c’est-à-dire au monde des savants et des érudits, les « belles lettres » ne formant qu’un des domaines, nullement privilégié, de la « littérature ». Cette vocation implique le traitement d’une matière à la fois vaste (toutes les « sciences ») et sévèrement limitée. Un « petit écrit » peut avoir l’honneur d’un extrait, à condition qu’il réponde à la nature du journal. L’analyse de l’Éloge historique de M. l’abbé Le Grand brochure in-12, commence ainsi : « Ce petit écrit intéresse trop la République des Lettres pour ne pas trouver sa place dans nos Mémoires » (mai, p.916). Mais se trouvent exclus par là même aussi bien la spiritualité que les comédies ou les romans. L’Éloge du marquis Jean Joseph Orsi se termine sur le rappel de cet impératif de pertinence littéraire : « Si c’était ici le lieu d’un autre éloge différent d’un Mémoire littéraire, nous aurions beaucoup plus à dire sur le héros chrétien, que nous n’en avons dit sur l’excellent homme de lettres » (juin, p. 1113). Le soin de rendre compte des comédies est laissé au Mercure de France, auquel « ce genre de littérature » « semble appartenir de droit » (juin, p. 1150). Quant aux « brochures » (ou il faut inclure la plupart des romans) et aux « feuilles volantes », elles sont dédaigneusement ignorées : « Il est une sorte d’écrits qui courent aujourd’hui le monde, et dont apparemment la source ne tarira pas de si-tôt. De ceux-là le public veut bien nous tenir quittes. Comme ils n’ont rien de commun avec les Lettres, ils ne sont point compris dans la sphère d’un Journal de Littérature, et on ne doit les considérer que comme des hors-d’œuvre, qui dérangeraient la symétrie d’un Ouvrage consacré à l’Histoire des Sciences et des beauxbeaux-arts » (Avertissement, p. III-IV). Les sujets politiques n’ont pas à figurer non plus, comme tels, dans le journal (qui pourtant les aborde par plus d’un biais) ; c’est pourquoi par exemple le rédacteur refuse de parler de pièces politiques inédites qui suivent l’Histoire de Thou dans l’édition anglaise de 1733 : « Comme ces écrits ne sont rien moins que Littérature, ce sont des mets réservés aux lecteurs politiques, et uniquement pour le cabinet. Ce serait sans doute les gâter, que de les servir par parcelles au Public » (sept., p. 1579).

7Le journal trace donc les frontières d’un champ du discours. Il sélectionne en même temps ses lecteurs, auxquels le lient une communauté d’intérêts, un pacte d’association. Un grand nombre d’énoncés impliquent une image du lecteur, produit de la conscience du journaliste, et instance de jugement à laquelle il se réfère. Il y a de bons et de mauvais lecteurs : d’un côté les « vrais lecteurs, qui lisent pour s’instruire » (mai, p. 806), « esprits solides » (nov., p. 2020-2021), de l’autre « ces esprits oisifs ennemis de la réflexion, et de ce qu’on appelle penser, qui préfèrent à des lectures sérieuses et utiles, celles qui sont de pur amusement » (mai, p. 957). Le partage qui s’opère entre les productions (« historiettes », « gazettes », « romans » (mai, p. 806), par opposition aux « sciences », à l’histoire..) répond à un partage des facultés humaines (« imagination » par opposition à l’« esprit » et au « cœur », mai, p. 956-p. 956-957 ; avril, p. 741).

8Cependant la pratique des Mémoires de Trévoux semble plus souple, dans l’ensemble, que celle des périodiques savants contemporains, la Bibliothèque raisonnée ou la Bibliothèque française, par exemple, dont les longs extraits érudits sont souvent bardés de notes et de références. On y trouve des articles détendus, quasiment ludiques, sur des sujets qui prêtent à la plaisanterie et à l’ironie : ainsi les comptes rendus des Dons des enfants de Latone : la musique et la chasse au cerf, poèmes didactiques qui connurent un certain succès en 1734, et dont le journaliste raille la technicité laborieuse (avril, p. 630-647 ; mai, p. 890-907).

9L’ordre des articles, au moins dans les Mémo ires de Trévoux de 1734, révèle d’ailleurs un souci de variété, d’alternance des tons, et l’étude quantitative permet de percevoir un égal souci de brièveté : si l’on compare le nombre total des signes des comptes rendus dans les périodiques littéraires de 1734, et le nombre moyen de signes par articles, on obtient le tableau suivant :

10Les Mémoires de Trevoux occupent dans ce tableau une situation remarquable : dominant largement tous les autres journaux par la masse globale, ils viennent au dernier rang pour la longueur des articles. Nous pouvons probablement déceler, dans ce contraste, l’effet d’un parti délibéré des journalistes : mettre les « sciences et les beaux-arts » à la portée des honnêtes gens, les concilier avec le monde.

2 - Forme de l’article

11Il est désigné généralement comme « extrait » (plus rarement « analyse ») : c’est le vocabulaire courant de l'époque, les mots « article » et « compte rendu » n’apparaissant dans leur sens journalistique qu’ au XIXè siècle.

12Cette unité du discours ne fait jamais l’objet d’une définition, mais ses caractères propres, ses lois se dessinent à la faveur d’un grand nombre de remarques des rédacteurs sur leur texte. Il existe un modèle idéal de l’extrait, qui ne se laisse entrevoir qu’à travers des réflexions sur l’impossibilité de l’atteindre (il faut donc supposer que sa réalisation ne se dit pas, et que la plénitude de la performance journalistique peut se conclure de l’absence des traits qui composent l’extrait inachevé) : C’est « l’extrait dans les formes », ou encore extrait « regulier » (juillet, p. 1253) ou « suivi » (mars, p. 453). Les livres ne s’y prêtent pas souvent ; ou bien le contenu en est trop sec ou trop simplifié (« voilà tout ce que la nature de nos mémoires nous permet de remarquer sur cet ouvrage qui n’étant qu’une espèce d’abrégé, ne donne aucun lieu à un extrait dans les formes », mars, p. 488), ou trop connu (« Il serait inutile de donner un extrait dans les tonnes des intrigues et des mouvemens qui sont la matière de ce livre. Quelque attention que l’on pût y apporter, on en diroit toujours trop pour les lecteurs éclairés », mars, p. 463), ou trop technique et spécialisé (« Sur ce que nous venons de dire de cet ouvrage, on conviendra qu’il est peu susceptible d’un extrait dans les formes. En effet pour donner une notion même abrégée des différens points qui y sont traités, il faudrait déduire des preuves avec quelque étendue, et les fortifier de bonnes autorités, ce qui mènerait au-delà des bornes qui nous sont prescrites », août, p. 1448-1449 ; voir mai, p. 919).

  • 8 Voir Camusat, Histoire critique des journaux, t. II, p.10 : « Je sçais qu’il paraît souvent des li (...)

13Plus que le contenu, c’est le mode de discours du livre analysé qui s’oppose à la réalisation de l’extrait : discours discontinu, dispersé de l’érudition (remarques critiques, inscriptions, dissertations) ou des recueils d’actes et de correspondance, qui nécessiterait une retranscription complète pour satisfaire les lecteurs, et auquel les journalistes ne peuvent que les renvoyer8. Ils sont donc contraints d’indiquer seulement quelques points essentiels, de formuler quelques remarques : démarche qu’ils conçoivent toujours comme un pis-aller, et comme une défaillance de l’art journalistique. « On conçoit qu’il n’est guère possible de donner un extrait dans les formes de toutes ces lettres. On va s’attacher seulement à indiquer historiquement ce qu’elles contiennent de plus remarquable » (nov. p. 2024, à propos des Lettres d’Henry quatre Roi de France). « Au reste, on sent bien qu’il n’est pas possible de suivre dans un extrait le fil d’un livre, tel que celui-ci (...). Ainsi nous nous contenterons de faire quelques réflexions générales (...). Nous n’entrerons point ici dans une analyse raisonnée (...) » (nov., p. 1958, 1963, compte rendu de Cassien, Opera omnia)

14Dans l’extrait imparfait, le discours ne parvient donc pas à se lier, dans la mesure où l’ouvrage analysé, lui-même inorganique, n’offre pas le modèle de discours requis. Inversement, il existe un optimum de l’écriture du livre susceptible de produire également l’optimum de l’écriture journalistique. Cet idéal rhétorique explique probablement en partie la fortune de l’histoire dans la presse littéraire de l’époque, ou du moins va de pair avec elle : l’histoire allie à la « vérité », qui en fait une « science », tous les ornements du grand style et la plénitude expressive. Elle réalise la synthèse, transposable dans le journal, du savoir et du bien dire. L’Histoire métallique des XVII provinces des Pays-Bas de Van Loon, qui ne « donne aucun lieu à un extrait dans les formes », n’est aussi composée que de « récits abrégés », de « mémoires bien précieux » pour ceux qui traitent l’histoire « en grand » : « On comprend bien qu’un livre de cette nature n’est pas susceptible des grands ornemens de l’Histoire » (mars, p.478-479, 488). On loue Rapin-Thoyras, auteur de l’Abrégé historique du Recueil des Actes publics d’Angleterre de Rymer (dix-sept in-folio secs et inutilisables) de « dédommager le Public avec une sorte de profusion, par des extraits qui passent les bornes d’un journal, mais qui atteignent presque à la plénitude de l’Histoire » (juillet, p. 1258).

15L’extrait, conçu comme un abrégé fidèle, redouble le récit ou le discours du livre en le concentrant. Il suppose, du moins s’il veut être totalement satisfaisant, une rhétorique qu'il imite. C’est pourquoi les journalistes s’interrogent si fréquemment sur les conditions de possibilité de leur propre travail L’érudition, qu’ils apprécient tant, n'est de ce point de vue pour eux (et pour le « lecteur » dont ils anticipent le jugement) qu’une matière ingrate : l’extrait ne peut fonctionner alors que comme indice du livre, qu’il ne peut suppléer. La plupart des articles des Mémoires de Trévoux, destinés à faire connaître cette production savante, expriment cette situation de manque et d’incomplétude, ce conflit de la science et de la rhétorique.

16Aux auteurs d’ouvrages mal construits et confus, les rédacteurs donnent des leçons de style, faute de pouvoir tirer des ouvrages mêmes un bel extrait. Ils commentent ainsi une compilation politique et morale intitulée Le lecteur royal : « Mais tout cela suffit-il en même tems pour faire un livre ? Non (...). Ce ne sont donc là que des matériaux imparfaits et brutes ; si l’on veut en former un corps d’ouvrage, il faut les travailler, les distribuer dans les classes qui leur sont propres, les arranger avec choix, les étendre et les raccourcir à propos, enfin leur donner à tous une uniformité de style qui en fasse un tout parfait, et qui tende au même but (...). Après cela, que pouvons-nous dire pour faire connoître dans un plus grand détail le lecteur royal ? (...) Montrons l’ouvrage en gros (...) » (juillet, p.1291-1292).

3 - Volume de l’article

17Un sondage quantitatif nous a déjà révélé la remarquable brièveté des articles des Mémoires de Trévoux. Elle est en rapport étroit avec la forme et l’idéal rhétorique de l’« extrait ».

18Les rédacteurs évoquent souvent les limites à l’intérieur desquelles il doit se circonscrire. Ils les conçoivent tantôt comme une loi du genre (« les bornes d’un extrait », juin, p.969 ; « bornes étroites où nous resserre la nature de l’extrait », oct., p. 1737 ; « les bornes qui nous conviennent », déc., p. 2231), ou comme une loi qui tient au style propre des Mémoires de Trévoux (« les bornes qui conviennent à ces Mémoires », fév., p. 232), tantôt comme une prescription à laquelle ils doivent se plier, une contrainte qui leur est imposée (« mais les bornes qui nous sont prescrites ne nous permettent pas d’en donner le détail, pour ne pas insister trop longtemps sur le même sujet », oct., p. 1883 ; « autant que peut nous le permettre la brièveté à laquelle nous sommes assujettis dans ces Mémoires », déc., p. 226).

19Faut-il supposer qu'ils obéissent à une consigne, à une politique et à une rhétorique qui doubleraient la reprise en main administrative de 1734 ? Leurs déclarations réitérées, ponctuées de regrets et de plaintes, révèlent en tout cas un malaise, une sourde discordance entre leurs aspirations spontanées et les lois qui doivent régir leur discours. « Malheureusement nous sommes forcés d’abréger dans ces mémoires. Peut-être en dirons-nous assez pour engager d’habiles gens à s’exercer sur un sujet aussi intéressant (mai, p. 864) ; « C’est à regret que nous omettons quantité de particularités curieuses (...), mais nous sommes obligés de nous contenter d’avertir les lecteurs (...) (avril, p. 711) ; « Nous l’avons extrêmement abrégée (une dissertation), parce que nous ne pouvons pas faire autrement ; mais ceux qui la liront dans son entier (...) » (oct., p. 1892) ; « nous regrettons que les bornes qui nous conviennent ne nous permettent pas de développer (...) (déc., p. 2231). Le plaisir de la lecture exhaustive, la tentation de tout dire, la curiosité du détail, entrent ici en conflit avec la nécessité impérieuse d’être bref et allusif. « On lira avec plaisir toute la dissertation, et on y trouvera l’élégance et les agrémens du style, joints à une grande érudition » (oct., p. 1894) ;et, à propos d’une dissertation sur les monnaies romaines du Thesaurus morellianus, « trop étendue » pour un extrait : « il vaut mieux renvoyer les amateurs de l’antiquité aux pages (...). Il y a beaucoup d’autres articles, qui méritent encore la curiosité des lecteurs » (nov., p. 1987). A l’étalement du savoir, à la libido sciendi humaniste, au loisir érudit s’opposent brutalement l’efficacité du journal, sa destination de moyen d’information.

  • 9 Comparer par exemple le compte rendu des Galliae antiquitates quaedam selectae de Maffei dans la B (...)
  • 10 Voir août, p. 1444. ; sept., p. 1635-1636 ; nov., p. 2094-2095. ; déc., p.. 2166.

20Il semble donc que la spécificité du discours journalistique soit conquise sur le désir antérieur et permanent de tout connaître et de tout embrasser, sur le discours érudit de la « dissertation ». Il y a une sorte de malheur de l’abréviation. Il vaudrait la peine d’étudier dans cette perspective, l’évolution du genre journalistique et les diverses formes qu’il a prises depuis son institution au XVIIè siècle : on y constaterait la persistance de la dissertation érudite et savante, avec son apparat de citations et de références, par exemple dans les Bibliothèques de Le Clerc, dans les Mémoires de littérature de Sallengre et, en 1734 et encore après, dans la Bibliothèque raisonnée et dans la Bibliothèque française9. Camusat, dans l’Histoire critique des journaux (1734), ne distingue pas encore aussi nettement les mémoires des académies des journaux littéraires (t. II, p. 165 et suiv.) que le fera l’article « Journal » de l’Encyclopédie : « Les Mémoires et l’Histoire de l’Académie des Sciences (...) ne sont point des Journaux dans lesquels on rende compte des ouvrages nouveaux ». Même si les Mémoires de Trévoux ont prétendu, dès leur fondation, tenir lieu de collection savante, leurs rédacteurs paraissent, même de mauvais gré, avoir pris une nette conscience des contraintes du journalisme littéraire. Ils savent que l’évolution du goût des lecteurs les leur impose, que l’érudition tend à n'être plus de mode et que certains ouvrages n’intéressent plus que quelques spécialistes : « Nous ne nous étendrons pas sur le détail des preuves que l’on employé parce qu’elles nous engageroient dans une érudition trop éloignée du goût de la plupart des lecteurs » (oct., p. 1867)10. C’est pourquoi le journaliste s’excuse parfois aussi d’avoir été trop long : la « précision » de l’auteur des Leçons de physique « ne nous a pas permis d’être courts dans cet extrait, puisqu’il s’agissoit d’exposer tout, ou de manquer le plan et l’idée de M. de Molières » (nov., p. 2080).

21On peut se demander finalement quelle est la mesure du « grand extrait » (« un de nos plus grands extraits » lit-on, avril, p. 714) et à quelle catégorie bibliographique il est réservé. Les maxima (en nombre de signes) des articles dans les journaux littéraires de 1734 attestent encore la position originale des Mémoires de Trévoux :

1. B.R.

85 200

2. B.G.

78 300

3. JS.

77 000

4. B.F.

72 900

5. B.B.

69 500

6. J.L.

61 300

7. M.T

42 900

22Les plus longs articles concernent des ouvrages de droit civil (42 900), d’histoire ancienne et moderne (38 400 et 36 600). Toutefois ce critère n’est pas significatif, puisque les maxima en théologie et dans les sciences et les arts sont respectivement de 35 600 et 35 800 signes. Le « grand extrait » reste relativement court, les journalistes le maîtrisent toujours, en surveillent les dimensions, comme en témoignent ces remarques : « Les deux poèmes sur la Musique ont conduit notre extrait, par la nouveauté du sujet et des choses qu’ils renferment, plus loin que nous n’aurions cru... » (avril, p. 647) ; « Quelques personnes ayant paru souhaiter que nous marquassions des traits particuliers du 4è et 5è volume de cet ouvrage (...), nous avons préféré leur goût aux bornes que nous nous étions proposées » (sept., p. 1684).

II - LES STYLES DU DISCOURS

23L’« extrait » est donc le résultat d’une pratique difficile ; le journaliste doit construire son propre discours à partir de celui du livre. Son intervention (critique, abréviation) lui paraît généralement une triste nécessité : son rêve (du moins dans les meilleurs des cas) serait de renvoyer au lecteur une image quasi immédiate du texte qu’il est chargé de lui présenter, de lui donner l’illusion de cette immédiateté. Dans l’extrait parfait, l’acte médiateur du journaliste tend à s’effacer. Mais, dans la plupart des articles, il est tout aussi manifeste que le journaliste prend plaisir à diriger et à dominer son texte, à imposer sa voix. Les nombreux énoncés que nous avons cités, qui le mettent en scène, et où s’expriment ses hésitations et ses regrets, le prouvent assez.

24Deux discours se mêlent et se croisent dans le journal : celui du journaliste, celui de l’auteur du livre analysé, ce dernier pouvant prendre deux formes : discours indirect (où se marque donc encore l’énonciation du journaliste) ou discours direct. Tout « extrait » résulte de la combinaison de ces instances et de ces styles du discours, et c’est elle qui en détermine la forme.

1 - Le discours du journaliste

  • 11 C’est un sujet sur lequel reviennent volontiers les Mémoires, par ex. en sept., p. 1705-1706, à pr (...)

25L’énonciation est en général clairement signalée par le sujet pluriel « nous » : nous de majesté savante, mais qui peut aussi représenter l’équipe des rédacteurs, sans qu’il soit possible de distinguer les deux nuances dans un journal qui se veut toujours une œuvre collective. La seconde semble l’emporter cependant dans certains cas, par exemple lorsque, à propos d’anciennes éditions de la Mer des histoires, dont les érudits ont beaucoup parlé, nous lisons ; « Nous en avons une de même titre Lubeci 1475 » (avril, p. 657), ce « nous » renvoyant ici aux utilisateurs de la bibliothèque du collège Louis-le-Grand De même dans le compte rendu d’une réfutation de Woolston : « Il est douloureux pour nous d’avoir à rendre compte au Public d’erreurs aussi monstrueuses que celles du sieur Woolston »... (juin, p. 981-982). « Nous » peut aussi réunir, en une même personne, les journalistes et leur public lorsque, dans des réflexions générales de caractère moral, il désigne le sujet d’une expérience commune, et fonde la complicité avec le bon et sérieux lecteur, qui partage les valeurs des journalistes. Ainsi cette remarque sur l’oisiveté dangereuse de la noblesse : « N’est-ce pas un préjugé bien triste que celui que nous voïons assez généralement établi ? La portion la plus noble de l’Etat regarde comme indigne d'elle tout autre métier que celui de la Guerre. Elle languit pendant la Paix, ou pour charmer son ennui, elle raffine éternellement sur les plaisirs... » (fév., p. 246)11, ou cette remarque sur la situation présente de l’Europe : « Les révolutions que nous voions depuis un an... » (mai, p. 873).

26Le sujet singulier « je » apparaît beaucoup plus rarement, dans des articles plus détendus ou plus légers, tels que celui sur les Dons des enfants de Latone, de Serré de Rieux (avril, p. 635, 647), ou vivement engagés comme le compte rendu polémique des Intérêts présents des puissances de l’Europe de Rousset (mai, p.868). Dans la détente ironique ou au contraire dans l’engagement direct, le « je » tranche sur la généralité savante de l’énonciation normale.

  • 12 Voir les citations de Le Gras et Crevier dans A. Kibédi-Varga, Rhétorique et littérature, p. 15, 2 (...)

27Selon quels modes les interventions des journalistes se présentent-elles ? L’extrait se construit très souvent à partir d’un « préambule », de « réflexions » liminaires. L’éclat rhétorique de l’article se concentre dans cette attaque et ces morceaux obéissent précisément à une des prescriptions de la rhétorique, qui consiste à « généraliser » le sujet, à mettre tout fait, toute « hypothèse » particulière en rapport avec une ou plusieurs thèses qui lui conviennent12. Le journaliste ne parle pas immédiatement du livre, il en classe le sujet dans un lieu, dans une catégorie englobante : c’est là une pratique concertée, qui se désigne elle-même lorsqu’on retourne au particulier, c’est-à-dire à l’ouvrage introduit par ce détour. « Après ce préambule que nous avons cru nécessaire pour donner au public une idée de cet ouvrage... » (mai, p.859) ; « quoi qu’il en soit de ces réflexions... » (avril, p. 579).

  • 13 Voir aussi la longue introduction sur les maux de la réforme et du libre arbitre au début de l’ana (...)

28Ces préambules, qui ouvrent des articles particulièrement soignés et écrits, sont assez nombreux. Ils répondent à une intention souvent polémique, en installant une instance morale ou religieuse qui surplombe le discours, et en régit d’avance tout le développement. Ainsi l’attaque virulente du compte rendu de l’Usage des romans de Lenglet-Dufresnoy. « S’il est nécessaire qu’il arrive des scandales dans la Religion même, comment n’en arriveroit-il pas dans la République des Lettres ? Il en résulte toujours un fruit qui est de faire éclater le mérite et la vertu par le contraste du vice (...) » (avril, p. 673), ou la dénonciation des « petits-maîtres » libertins à propos des Témoins de la résurrection de Jésus-Christ de Sherlock : « Il n’est point étonnant qu’un petit-maître, pour se donner un je ne sçais quel air d’esprit fort, qui tient lieu de mérite dans certaines compagnies, traite d’erreur populaire la Religion (...) » (juin, p. 966-967)13. L’ouverture peut être aussi le prétexte d’une petite dissertation métaphysique sur les merveilles de la nature (à propos des « vers à tuyau » qui rongent les digues hollandaises, mars, p. 491-492), ou de considérations sur l’art d’écrire un bon catéchisme (mai, p. 919), sur les bons et les mauvais livres (août, p. 1350-1351), sur l’intérêt des histoires des guerres passées pour « raisonner » des guerres présentes (juillet, p. 1178), sur le succès des livres pernicieux (août, p. 1 398).

  • 14 Voir également l’introduction du compte rendu de l’Histoire critique de Du Bos, oct., p. 1828-1829

29Les journalistes y déploient toutes les ressources de la comparaison et de la métaphore, de l’amplification ornée, dramatique ou oratoire, de la subtilité plaisante ou pédante. Bornons-nous ici à donner quelques exemples, en abrégeant des textes qu’il faudrait lire, pour les apprécier, en leur entier : « La science de l’Antiquité ressemble à un pais immense et peu connu, où il y a toujours quelques nouvelles découvertes à faire ; mais pour suivre cette comparaison, comme les voyageurs qui donnent des relations des païs étrangers ne sont pas toujours d’accord entr’eux, il arrive aussi fort souvent que les sçavans s’accordent mal ensemble(..) » (déc., p.2155, compte rendu d’un tome des Mémoires de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres). « Si l’art de gouverner les hommes suppose dans ceux qui l’exercent des talens extraordinaires, celui d’annoncer les événemens politiques (...) demande dans l’Ecrivain qui s’y livre beaucoup de génie, une étude pénible, et une confiance encore plus grande. On compareroit volontiers cette dernière profession à l’Astrologie. Dans l’une et dans l’autre (...). Le labyrinthe de la Fable n’est qu’une légère ébauche de celui où l’on se jette (...) » (mai, p. 854-855)14.

30A ces ouvertures d’apparat répondent parfois (mais elles sont plus rares) des clausules, en forme de réflexion générale encore, ou de pointes. « Les révolutions du Portugal occasionnèrent celles des Indes : mais la grande raison en est qu’il n’y a rien de stable dans ce monde, et qu’un Empire n’est jamais monté que pour descendre, d’autant plus bas qu’il s’est élevé plus haut » (mars, p. 521). « Finissons en appliquant à ce fameux traité du Baron Allemand (Pufendorf) la pensée d’un homme d’esprit. Il comparait les nombreux volumes d’un Écrivain célèbre à une vaste forest. On y trouve des routes charmantes, des solitudes délicieuses, de très beaux arbres ; mais on v est arrêté par des forts épais (...) » (août, p. 1373). Trait final ; « Il nous en coûterait trop, si du moins en finissant, nous ne traitions tout cela de blasphème, de folie et de fureur » (oct. p. 1770). « Au reste cette collection est le morceau le plus précieux et le plus pur sans comparaison de l’Ouvrage de M. Rousset, aussi a-t-il eu l’attention de n’y rien mettre de lui, et nous l’en remercions » (juin, p. 1102). « S’il est vrai, comme dit l’Auteur a la fin de sa Préface, que Genève, par les soins de ses Magistrats et le zèle de ses Pasteurs, devient une seconde Athènes, il n’y a plus qu’à désirer un second saint Paul pour prêcher dans le nouvel Aréopage » (mai, p. 931).

31Il est plus difficile d’analyser ce qui constitue pourtant la plus grande part des articles : Les réflexions et commentaires mêlés à la description du livre, sorte de dialogue avec l’auteur ou le journaliste introduit ses « observations » (mars, p. 447) à titre de complément ou de critique. Remarquons seulement que ce type de discours en contrepoint (qui peut s’enfler jusqu’à former de véritables dissertations : celle par exemple sur la loi salique, dirigée contre la grande charte anglaise, juillet, p. 1278 et suiv.) ne prend sa signification que par opposition avec l’autre type que nous étudierons plus loin, le discours direct de l’auteur retranscrit dans le journal. 11 caractérise les articles polémiques, où les thèses de l’adversaire sont mises en doute ou combattues pied à pied. Il signale un champ de forte tension idéologique : roman (Lenglet-Dufresnoy, avril, p. 672-695), politique (Rousset, mai, p. 853-890 ; juin, p. 1068-1102 ; Rapin-Thoyras, juillet, p. 1252-1286 ; août, p. 1495-1523), philosophie et théologie païennes (fev., p. 266-294 ; mars, p. 424-p. 424-452 ; avril, p. 695-719), controverse religieuse et apologétique (Crousaz, mai, p. 932-950 ; Gordon, sept., p. 1543-1 565 ; Chubb, p. 1735-1770). Certes les commentaires érudits, littéraires ou plaisants donnent lieu au même type de discours. Mais c’est dans ces textes de combat que la parole propre des jésuites se fait entendre en toute clarté : « Nous ne les blâmons pas de parler comme Anglois ; et ils ne peuvent nous savoir mauvais gré de parler en vrais François et en Catholiques » (août, p. 1411, à propos des éditeurs de l’Histoire de de Thou).

2 - Le discours de l’auteur

32Il est en revanche des discours permis, qui ont droit d’entrée dans le journal, de s’y transporter tels ou à peu près tels qu’ils se sont proférés dans le livre, sans interruption ou sans réaction de la part du journaliste (l’analyse simplifie nécessairement une situation souvent complexe et fluctuante) qui peut cependant se réserver encore une fonction médiatrice. Il semble qu’au discours indirect correspond de préférence tout ce qui est conjectural : la responsabilité de l’assertion ou du récit est laissée à l’auteur. En marquant la trace de l’acte par lequel ce dernier les énonce, le journaliste garde ses distances et invite le lecteur à les garder. « L’auteur dit que »..., « selon notre auteur »..., « on y voit comment..., pourquoi... ». De prudentes incises ponctuent les comptes rendus des Opera varia du P. Hardouin, dont les journalistes sont contraints d’évoquer avec une « extrême douleur », le « monstrueux système » : « dit toujours le P.H », « c’est le P.H. qui parle » (fév., p. 306 et suiv.), ou de l’Histoire critique de Du Bos : « selon M. l’abbé Dubos », « c’est toujours notre Auteur qui parle », etc. (oct., p.1832 et suiv. ; nov., p. 2000 et suiv.). Des conjectures sur la fin du monde (mars, p.522 et suiv.), l’histoire obscure des civilisations anciennes (juin, p. 982-999), reçoivent le même traitement, mais aussi l’extrême diversité des sciences physiques, les curiosités naturelles et médicales exposées par le P. Regnault dans ses Entretiens physiques d’Ariste et d’Eudoxe (juin, p. 999-1019), ou le Traité physique et historique de l’Aurore Boréale de Mairan (oct., p. 1787-1818).

33Les journalistes des Mémoires semblent assumer beaucoup moins que ceux d’autres journaux savants le discours des sciences et de l’érudition. Même si se mêlent dans leurs articles discours direct et discours indirect (par exemple pour le livre de Mairan qu’on vient de citer, ou pour les Mémoires de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, oct., p.1863 et suiv.), jamais ne s’y déploie, dans toute sa profusion, le plaisir savant de l’épigraphie, de la numismatique, ou des observations d’histoire naturelle, comme dans la Bibliothèque raisonnée ou dans la Bibliothèque française. C’est là un autre aspect du phénomène dont nous avons donné plus haut la raison : les nécessités de l’écriture journalistique exigent la médiation qui va de pair avec l’abréviation, et certains domaines du savoir, par leur discontinuité et leur technicité (sciences auxiliaires de l’histoire, histoire naturelle, physique), se prêtent moins que d’autres à une rhétorique du récit ou de l’exposition, dont le modèle domine l’idéal de l’« extrait ».

34Cette rhétorique met précisément en œuvre le discours direct, celui de l’ouvrage même, pris totalement en charge par le journaliste qui s’efface (ou tend à s’effacer) comme sujet propre d’énonciation. Ainsi se crée l’illusion d’une immédiateté de l’œuvre, le journal ne servant plus que de milieu transparent d’approche, de révélation ou de diffusion du message.

  • 15 Sur le rôle du P. Castel avant la publication, voir R. Shackleton, Montesquieu, a critical biograp (...)

35L’histoire donne par excellence lieu a ce type de discours. Le compte rendu des Considérations de Montesquieu par le P. Castel15. s’annonce comme l’« Extrait d’un livre qui n’est lui-même qu’un Extrait, quoique plein et complet, de l’Histoire Romaine » (juin, p. 1030-1031). Réduction ou sublimation au second degré, il s’agit bien d’un « extrait dans les formes », et le journaliste s’empresse d’ajouter : « Nous nous hâtons de commencer, après avoir averti que notre analyse sera presque toute composée du propre discours de l’Auteur » (p. 1031).

36En effet, à part deux incises (« dit à cette occasion notre illustre Auteur », p. 1046 ; « dit M.D.M », p. 1051), c’est bien toujours le discours de Montesquieu (réécrit certes), ou plutôt celui de l’histoire que nous entendons. Car l’immédiateté de l’œuvre se confond ici avec celle du référent, la révélation du message avec celle de la réalité. La perfection rhétorique de l’extrait peut redoubler celle de l’œuvre : « Ce petit livre contient dans son énergie le corps entier de l’édifice dont on trouve quelques matériaux ébauchés dans Saint Evremont et dans d’autres auteurs estimés » (p. 1031). Rappelons-nous les réflexions citées plus haut sur ce qui fait un « livre », un « corps d’ouvrage ». Le genre historique permet de joindre, à la « vérité » de son propos, tous les ornements de la composition et du style : il est l’achèvement rhétorique de la science, la synthèse idéale transposable dans le journal.

37C’est pourquoi les extraits les plus pleins, tenus le plus continuement dans le discours direct de l’auteur, sont narratifs : ceux de l’Histoire des conquêtes et découvertes des Portugais du P. Lafitau (fév., p. 197-225 ; mars, p. 505-521), des Mémoires secrets de la cour de France (mars, p. 461-474), des Lettres d’Henri quatre (nov., p. 2039-2044). Mais on trouvera aussi quelques extraits du même type pour des livres de morale et d’éducation (An Essay upon Solitude, juin, p. 1019-1030 ; Vantaggi della scuola publica, mars, p. 413-424) ou d’apologétique (ouvrages de Sherlock contre Woolston et les déistes : juin, p. 969-981 ; déc., p. 2223-2245). Malgré quelques hésitations ou quelques corrections, les journalistes acceptent alors de reprendre à leur compte une défense des dogmes essentiels du christianisme qui vient d’un prélat anglican : en ces temps où s’intensifie la lutte avec le déisme, une bonne apologie peut passer, même incomplète, dans le discours du journal.

38Tenter de définir la rhétorique du journal littéraire, c’est donc définir d’abord le statut de l’« extrait », puisque ce mot résume au XVIIIè siècle l’opération qui s’y poursuit.

  • 16 Dictionnaire de l’Académie, 1762 ; définition semblable dans le Dictionnaire de Trévoux, 1721 et é (...)

39Les dictionnaires de la langue ne lui confèrent aucune signification journalistique précise : « Il signifie aussi (outre le sens physique : extrait de rose) ce qu’on extrait de quelque livre, de quelque registre (...). Il signifie encore l’abrégé, le sommaire d’un procès, d’un livre, etc. »16. (Mais le premier article « Extrait » de l’Encyclopédie, dû à l’abbé Mallet, distingue nettement l’« exposition abrégée » ou « épitome d’un plus grand ouvrage », et l’unité d’exposition du journal : « les journaux et autres ouvrages périodiques qui paroissent tous les mois et où l’on rend compte des livres nouveaux, contiennent ou doivent contenir des extraits des matières les plus importantes ou des morceaux les plus frappants de ces livres. Voyez Journal. » Il s’agit donc d’un simple choix de ce que le livre recensé contient de plus utile. L’article « Journal » insiste plus encore, dans un sens dévalorisant, sur cette fonction subsidiaire de l’extrait : « Le premier journal de cette espèce qui ait paru en France est celui qu’on appelle le Journal des savants, qui a été inventé pour le soulagement de ceux qui sont ou trop occupés ou trop paresseux pour lire les livres entiers. C’est un moyen de satisfaire sa curiosité et de devenir savant à peu de frais. » Il est vrai que Diderot, dans l’article qu’il lui consacre, donne du « journaliste » une idée plus haute : « On voit qu’un homme de cette espèce ne seroit jamais rien, si les autres se reposoient. Il ne seroit pourtant pas sans mérite, s’il avoit les talents nécessaires pour la tâche qu’il s’est imposée. Il auroit à cœur les progrès de l’esprit humain, il aimeroit la vérité, et rapporteroit tout à ces deux objets. » Toutefois Diderot évoque plus les tons qui conviennent au journaliste (sérieux, enjouement au besoin), ses qualités de jugement (« sagacité », « critique »), d'impartialité, que l’art même de composer ou de rédiger un article.

  • 17 Encylopédie, art. « Extrait » ; voir Eléments de littérature. Œuvres complètes, Paris, 1787, t. VI (...)
  • 18 Eléments de littérature, ibid.
  • 19 Ibid., p. 354-356.

40Le second article « Extrait » de l’Encyclopédie, dû à Marmontel (et qui, avec des modifications tenant presque uniquement à l’ordre des matières, a passé dans les Éléments de littérature) n’éclaircit guère la question. Marmontel n’exige du journaliste rien de plus que Diderot : « L’extrait d’un ouvrage philosophique, historique, etc., n’exige, pour être exact, que de la justesse et de la netteté dans l’esprit de celui qui le fait ; exprimer la substance de l’ouvrage, en présenter les raisonnements ou les faits capitaux dans leur ordre et dans leur jour, c’est à quoi tout l’art se réduit : mais pour un Extrait discuté, combien ne faut-il pas réunir de talents et de lumières »17. ! Caractérisé par la fidélité aux grandes idées du texte, ou par l’exercice supérieur de la « critique », l’extrait ne met jamais en jeu que des facultés intellectuelles, netteté et logique. Ces principes brièvement posés, Marmontel passe au seul type d’extrait qui l’intéresse vraiment et dont il analyse longuement les difficultés : celui qui rend compte d’une ouvre de « littérature », en particulier dans le genre dramatique. « Il n’en est pas des belles-lettres comme des sciences : l’extrait d’un ouvrage d’esprit s’il n’est que froidement exact, n’en donnera qu’une fausse idée »18. Incapable de faire saisir les « nuances », les mérites de l’« exécution », l’« art », l’analyse dénature le plus souvent l’« ouvrage d’agrément et de goût » et le trahit19.

  • 20 Œuvres complètes, t. VIII, p. 310.

41On voit que les perspectives dans lesquelles se situe Marmontel sont très différentes de celles où se situe un journal « littéraire » tel que les Mémoires de Trévoux. La « littérature » cesse de couvrir le domaine entier du savoir, de se confondre pour une large part avec les « sciences » comme l’atteste l’article que lui consacrent les Éléments : « Entre l’érudition et la Littérature il y a une différence. La Littérature est la connoissance des belles-lettres ; l’érudition est la connoissance des faits, des lieux, des temps »20. La réflexion sur l’art journalistique se fixe dès lors sur l’« extrait littéraire » dans un sens étroit, conformément à la mutation des catégories et du langage de la littérature en ce milieu du XVIIIè siècle.

42Pour comprendre à quelles règles le discours de nos journaux obéit, au-delà des préceptes sommaires que nous venons de voir, la seule méthode possible consiste donc à interroger les énoncés qui les suggèrent ou les sous-entendent, et nous croyons en avoir rassemblé assez, dans cette coupe d’une année, pour définir le code discursif de l’extrait.

43Dans la mesure où ce dernier se veut « mémoire », il cherche son autonomie, sa place propre en tant que genre dans la « littérature » au sens large qu’elle a encore vers 1730. Il ne peut prétendre à la dignité des discours constitués (exposé scientifique, narration historique...), mais il se situe à leur limite inférieure, et recherche avec eux plusieurs points de tangence : le « mémoire » n’est pas l’« histoire », mais il y prépare, et, malgré sa discontinuité et son absence d’apprêt formel, il revendique une valeur originale d’exposition critique. Les journaux, loin de se réduire à une simple accumulation de nouvelles, de matériaux et d’informations transitoires, visent à constituer une collection, une somme, et cette ambition, souvent réaffirmée, retentit sur la forme et la signification de l’unité d’exposition qu’est l’« extrait ». De là des normes textuelles qui tendent à créer un modèle de présentation rhétorique (préambules), à instaurer une instance critique par le mélange des discours (dialogue savant avec l’ouvre) ou, à la limite, à imiter les modes d’exposition du livre (narration historique, discours didactique).

44Mais, par sa fonction même de médiation, le journal ne parvient pas, ou parvient rarement, par l’« extrait dans les formes », à réaliser le modèle qu’il poursuit. Le texte de l'article se caractérise par un état ambigu de plénitude et de manque : plénitude de ce qui, dans le texte du livre, peut ou mérite d’être répété et condensé - manque de ce qui défie cette répétition par sa richesse ou sa complexité. C’est pourquoi le journaliste signale si fréquemment son intervention et ses limites (« bornes » de l’extrait). L’extrait devient simple indication du texte, allusion qui y renvoie : mais cette situation est vécue comme un malaise. Le journal dit sans cesse l’obsession d’une totalité de la science et d’une perfection de l’écriture qui lui échappent et qu’il voudrait récupérer.

45Il affirme ainsi sa vocation scientifique et sa vocation rhétorique : vocation secondaire et dépendante qui s’exprime par le dialogue critique ou la réécriture. Lorsque cette réécriture efface ou dissémine ses propres indices de médiatisation et d’énonciation, le journaliste a conscience d’atteindre la plénitude rêvée ; mais il ne s’agit là que d’une limite.

46La rhétorique de l’extrait ne peut donc se formuler, et l’on comprend qu’elle ne l’ait jamais été : elle ne se révèle qu’à travers une tension et une lutte entre un idéal de savoir et d’écriture, et l’impossibilité de le réaliser dans le message abrégé et critique de l’information journalistique.

Notes

1 « Rhétorique et enseignement », p. 23-42.

2 Les premiers résultats, en coupe synchronique, de ce dépouillement mené par le Centre d’Études du XVIIè siècle de Paris-Sorbonne, L.A.96, ont commencé à paraître : L’année 1768 à travers la presse traitée par ordinateur, Listings présentés par Paule Jansen, I, Auteurs, Université Paris-Sorbonne, CNRS, (1977), 547 p.

3 Voir P. Rétat, « Mémoires pour l’Histoire des Sciences et des beaux-arts. Signification d’un titre et d’une entreprise journalistique », Dis-huitième siècle, no 8, p. 169-174.

4 Communications, 16, 1970, p.171.

5 Rhétorique et littérature, Paris, 1970, p. 126.

6 Voir Presse et histoire au XVIIIè siècle l’année 1734, en cours de publication aux éditions du CNRS.

7 Voir M. Gilot et J. Sgard, « le renouvellement des Mémoires de Trévoux en 1734 », Dix-huitième siècle, no 8, 1976, p. 205-212.

8 Voir Camusat, Histoire critique des journaux, t. II, p.10 : « Je sçais qu’il paraît souvent des livres qui ne semblent pas susceptibles d’une analyse suivie, ce qui arrive parce que l’Auteur n’a point eu d’objet fixe, ou bien à cause de son peu d’adresse à disposer sa matière. Dans le premier cas un Journaliste ne peut effectivement qu’indiquer les divers morceaux... »

9 Comparer par exemple le compte rendu des Galliae antiquitates quaedam selectae de Maffei dans la Bibliothèque raisonnée, avril-juin 1734, p.321-357 et celui des Mémoires de Trévoux, mars, p. 452-460, rapide et dégagé de tout détail érudit : « Ces sortes de pièces exigeraient un trop long extrait », p. 457.

10 Voir août, p. 1444. ; sept., p. 1635-1636 ; nov., p. 2094-2095. ; déc., p.. 2166.

11 C’est un sujet sur lequel reviennent volontiers les Mémoires, par ex. en sept., p. 1705-1706, à propos de la fusion de la petite noblesse et de la bourgeoisie en Angleterre : « Quelques-uns de la grande Noblesse font aussi le commerce comme la Bourgeoisie ; il serait peut-être à souhaiter qu’il en fût de même ailleurs, pour éviter la gueuserie où tombent certaines branches des meilleures Maisons. » Sur ce dynamisme socio-économique de la pensée des jésuites, voir Etudes sur la presse au XVIIIè siècle, fasc. 2, 1975, p. 122-123.

12 Voir les citations de Le Gras et Crevier dans A. Kibédi-Varga, Rhétorique et littérature, p. 15, 23, et R. Barthes, sur l’« Exemplum », « L’ancienne rhétorique », Communications, 16, 1970, p. 200

13 Voir aussi la longue introduction sur les maux de la réforme et du libre arbitre au début de l’analyse des Lettres pastorales de Sherlock, déc., p. 2218-2220. La mise en perspective générale répond au désir d’insinuer une leçon, de rappeler des vérités religieuses, politiques... Le site rhétorique est un site idéologique.

14 Voir également l’introduction du compte rendu de l’Histoire critique de Du Bos, oct., p. 1828-1829.

15 Sur le rôle du P. Castel avant la publication, voir R. Shackleton, Montesquieu, a critical biography, 1961, p.154-155 ; sur le compte rendu des Mémoires Je Trévoux, voir plus haut l’article de R. Favre.

16 Dictionnaire de l’Académie, 1762 ; définition semblable dans le Dictionnaire de Trévoux, 1721 et éd. suiv.

17 Encylopédie, art. « Extrait » ; voir Eléments de littérature. Œuvres complètes, Paris, 1787, t. VII, p. 353. Sur les qualités propres au journaliste, voir également Camusat, Histoire critique des journaux, t. I, p. 215-217 ; t. II, p. 10.

18 Eléments de littérature, ibid.

19 Ibid., p. 354-356.

20 Œuvres complètes, t. VIII, p. 310.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/12126/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 135k

© Presses universitaires de Lyon, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search