Version classiqueVersion mobile

Études sur la presse au xviiie siècle

 | 
Robert Favre
, 
Michèle Gasc
, 
Claude Labrosse
, 
et al.

Montesquieu et la presse périodique

Robert Favre

Texte intégral

1Dans les études jusqu’ici consacrées aux relations des écrivains avec la presse, l’accent est mis principalement sur l’accueil réservé à leurs œuvres par les journaux, ou encore sur leur participation à la production des périodiques. Ainsi avons-nous, dans le Montesquieu de R. Shackleton, un relevé des jugements que portèrent des journalistes français et étrangers sur les Considérations (p. 121), puis sur L’Esprit des Lois (ch. XVII) ; ainsi J. Garagnon a-t-il montré comment l’œuvre de JJ. Rousseau et en particulier l’Emile furent accueillis et en quelque sorte assimilés, banalisés par les jésuites – et par leurs successeurs – dans les Mémoires de Trévoux (Dix-huitième siècle, 8). Quant à la collaboration que Diderot, tardivement Voltaire, bon gré mal gré Rousseau accordèrent aux journaux, le Dictionnaire des Journalistes (1600-1789) assemblé sous la direction de J. Sgard nous permet désormais de la mesurer avec exactitude ; et nous sommes également bien éclairés, grâce à Fr. Deloffre et M. Gilot, à J. Sgard, à J. Wagner, sur la place que tint cette activité dans les œuvres de Marivaux, de Prévost, de Marmontel. Mais enfin, parmi les plus grands écrivains du XVIIIè siècle, Diderot est sans doute le seul à n’avoir pas marqué de mépris à l’égard des tâcherons des lettres que sont les journalistes ; lui seul ne rougissait pas d’être considéré comme un « homme de lettres ». Voltaire a dit, au chapitre XI de L’Ingénu, ce qu’il pensait des « brochures périodiques » et de leurs auteurs, « excréments de la littérature » indignes de l’intérêt des « philosophes ». Et Rousseau, tenté de s’essayer dans cette carrière en 1749 avec Diderot (O.C., Pléiade, I, 1103-1112), n’a eu plus tard que dédain pour les « barbouilleurs de papier » parmi lesquels il eût pu se perdre : « Je sentais qu’écrire pour avoir du pain eût bientôt étouffé mon génie et tué mon talent qui était moins dans ma plume que dans mon cœur ». (I, 402). Même, il déclare s’être fâché avec Marmontel, fraîchement nommé directeur du Mercure de France, qui n’avait pas compris sa « fierté de ne point envoyer [ses] ouvrages aux auteurs périodiques » (I, 502).

2Et Montesquieu ? Le président est absent du Dictionnaire des Journalistes, et nous l’imaginons volontiers confondant les journalistes dans le même mépris que manifestent les Lettres Persanes aux « nouvellistes » (lettres 130 et 132), quoique dans cet ouvrage il leur reproche seulement d’écrire pour les paresseux et de se voir eux-mêmes condamnés à « être très ennuyeux » à force de « fadeur » (l. 109). En outre, il a noté un jour dans ses Pensées que les critiques portées contre le livre des Considérations n’ont pas empêché son succès et qu’elles « sont restées ensevelies dans la nuit [1ère rédaction : l’ennui] éternelle du Mercure, avec les énigmes et les relations des gazetiers » (no 932). Pourtant, il a condescendu à publier des textes dans ces feuilles éphémères ; il a fréquenté, il a encouragé de nombreux journalistes ; et il a montré le profit qu’un lecteur attentif peut retirer des périodiques. Dans l’histoire de la presse et de son rôle au XVIIIè siècle, l’attitude de Montesquieu n’est pas sans signification.

3Ainsi nous le découvrons collaborateur occasionnel du Mercure, sinon par la publication du Voyage à Paphos en décembre 1727 – ces pages lui appartiennent-elles ? –, du moins par celle de Lysimaque en décembre 1754 ; et il avait déjà recouru au Mercure ainsi qu’au Journal des Savants pour demander dans leur numéro du 1er janvier 1719 des informations aux lecteurs aptes à soutenir son Projet d'une histoire physique de la terre ancienne et moderne. En outre la Bibliothèque française avait présenté trois textes de Montesquieu : en 1724 Le Temple de Guide (Shackleton, Μ., p. 217), puis en 1726 – sans que peut-être l’auteur en eût l’initiative, mais non sans son agrément – des extraits du Traité des Devoirs lus l’année précédente devant l’Académie de Bordeaux, et le résumé des Lettres Persanes a su exploiter au mieux l’instrument périodique afin de diffuser ses travaux, sérieux ou badins, aussi bien dans les cercles savants que chez les lecteurs jugés plus mondains du Mercure.

4Mais s’exprimer ainsi, n’est-ce pas supposer résolu un problème qu’il faut au contraire aborder avec précaution ? Sans doute le Mercure de France avait-il gardé une audience privilégiée chez les lecteurs autant ou plus attachés à leur position sociale qu’à la vie littéraire ; le temps n’est pas encore éloigné où Donneau de Visé tenait dans son journal une rubrique propice aux jeux de « la foire aux vanités » et Montesquieu en porte témoignage indirect : « J’ai ouï dire à M. de Fontenelle que M. Devise (sic), dans ses Mercures, avait coutume de mettre bien des généalogies, qu’il n’en avait jamais mis qui ne lui eût été donnée par les parties intéressées et que, cependant, une infinité de gens étaient au désespoir aujourd’hui d’y être. C’est qu’on a eu d’autres prétentions et que l’on se trouve géné pour les chimères, tandis que d’autres y ont donné tout à leur aise » (Spicilège, 627).

5A vrai dire, dans les études consacrées à la presse du XVIIIè siècle, l’inconnu demeure en large part le lecteur. Sans doute progresserait-on vers une meilleure compréhension du rôle des périodiques si, à côté des analyses de contenu ou à partir d’elles, on tentait de regrouper tant d’informations partielles que récèlent ça et là les mémoires et chroniques, les correspondances, les périodiques eux-mêmes par les lettres de leurs lecteurs. Des listes d’abonnés sinon aux journaux, du moins – plus tard dans le siècle – à des cabinets de lecture fourniraient matière à des explorations nouvelles : M. Chatellier a pu déjà présenter « les activités d’une société de lecture de journaux à Strasbourg au milieu du XVIIIè siècle » (Actes du Colloque international des Lumières, Publications de Lille III, 1976). Nous pouvons espérer que parallèlement aux enquêtes conduites pour constituer le Dictionnaire des Journalistes et bientôt le Dictionnaire des Journaux, s’accumule une « réserve » de renseignements de cette sorte : données en soi anodines ou fragmentaires comme une lettre de lecture, références finalement aptes à prendre signification sous le regard de qui tente de donner forme à cette « République des Lettres » aux frontières indistinctes, à ce « public » dont nous parlons souvent sans excès de rigueur.

6En attendant l’époque des synthèses provisoires, il convient de multiplier les explorations comme celle, certes insatisfaisante, qui est présentée ici à propos de Montesquieu dans le prolongement de remarques esquissées par L. Desgraves et par A. Masson (Introductions des Œuvres Complètes, Nagel, 1950, t. II). Mais avant d’examiner les lectures de Montesquieu parmi les journaux et gazettes, il n’est pas inutile de rappeler combien diverses et solides ont été ses relations parmi les journalistes eux-mêmes, et quel rôle éminent il a attribué à la presse dans la vie publique.

7A parcourir la correspondance de Montesquieu, nous voyons ces relations se manifester en particulier durant la période 1725-1734. Mais les recherches biographiques de R. Shackleton permettent de leur donner plus d’extension encore. En juillet 1725, lorsque Henri-Philippe de Limiers le père, rédacteur de la Gazette d’Utrecht entre 1724 et 1728, lui annonce son projet considérable d’une Histoire du temps ou Mémoires de diverses cours sur les matières les plus importantes de la politique en six volumes in-4° et qu’il lui demande sa souscription, il fait état des « bontés » que Montesquieu a déjà eues pour lui. Il ose même le considérer comme son intermédiaire pour trouver des souscripteurs, non seulement auprès de ses amis, mais même des «principaux libraires de Bordeaux » (O.C., Nagel, III, 799). Or Montesquieu a dû accepter aussitôt ce rôle, puisque Limiers lui adresse six semaines plus tard, le 23 août, ses remerciements accompagnés de programmes et de quittances. Relevons au passage que le titre de l’ouvrage projeté et la personnalité de l’auteur nous font supposer que l’entreprise se serait située dans un genre intermédiaire entre la présentation de l’événement par les gazettes et la narration historique, et que Montesquieu, avec empressement, s’en est montré un lecteur au moins potentiel. C’est à cette époque qu’il projette de prendre une connaissance directe de la Hollande : il confie à Limiers son intention de visiter ce pays, où il ne va se rendre qu’en 1729, après la mort de ce dernier.

8Autre homme de lettres connu comme journaliste qui ait entretenu d’excellentes relations avec Montesquieu, Jean-Jacques Bel est l’un des auteurs de la Bibliothèque française déjà nommée et le collaborateur du P. Desmolets à la Continuation des Mémoires de littérature et d'histoire de M. de Sallengre. R. Shackleton a dit quel rôle cet ancien condisciple du collège de Juilly a joué auprès de Montesquieu, dont il fut le « conseiller littéraire » (p. 162) ; c’est avec son appui que Bel fut élu à l’accadémie de Bordeaux en juin 1736 – et non en 1738 comme l’écrit Shackleton (p. 163) -.

9Avec le P. Desmolets lui-même Montesquieu a de fort anciennes liaisons, puisque ce correspondant reçoit sa seconde lettre connue, datée de 1716. A cet oratorien fortement teinté de jansénisme, au demeurant affable et épris de « tolérance » (Dict. des Journalistes, notice de M. Gilot), il voue « amitié » et « attachement » (O.C., III, 889). Son correspondant lui sert volontiers de factotum pour ses achats de livres ou dans ses relations avec des libraires. C’est grâce au résumé que Desmolets publie dans ses Nouvelles Littéraires en 1724 que nous avons une idée de la Dissertation sur le mouvement relatif présentée par Montesquieu aux académiciens de Bordeaux ; c’est aussi par son entremise que sont réunis les premiers éléments du Spicilège (II, Introduction). Et en 1725, lorsque, ouvrage anonyme, Le Temple de Guide paraît chez Simart qui imprime la Continuation des Mémoires du P. Desmolets, ceux qui connaissent l’amitié des deux hommes attribuent aussitôt le livre à Montesquieu. Mais si durable et confiante qu’ait été cette amitié, elle est moins remarquable que les relations bien connues de Montesquieu avec le savant P. Castel, collaborateur éminent des Mémoires de Trévoux auxquels il donna beaucoup sans se faire davantage estimer par ses confrères. La correspondance entre les deux hommes, surtout en 1734 lors de la publication laborieuse des Considérations, mais aussi au milieu des tracas suscités en 1749-1750 à l’auteur de L’Esprit des Lois, nous apporte des renseignements précieux sur la vie d’un périodique et sur les relations entre auteur, journaliste et pouvoirs. Ainsi en février 1750, alors que P. Berthier s’est chargé personnellement du compte rendu de L’Esprit des Lois, le P. Castel, déçu d’avoir été écarté, relève la précipitation tout à fait inusitée du directeur des Mémoires de Trévoux, « cette fougue d’user (ou abuser) du train courant d’un journal pour frapper un tel coup huit jours après, tandis que nos extraits sont des trois, quatre et six mois à paraître » (III, 1284). De même, trois lettres d’avril-mai 1734 (III, 962-967) nous éclairent sur les conditions dans lesquelles a été composé l’extrait des Considérations publié en juin par les Mémoires de Trévoux. La densité de l’ouvrage, qui a « enchanté » le critique, rend peut-être ardue la tâche du journaliste : « Il a bien du fond, en effet, et vous ne vous êtes guère piqué d’en étendre la surface », observe-t-il. C’est une sphère, en somme, corps parfait, contenant la matière de « 16, 18, 20 ou 30 volumes in-4° » (p. 963). Cependant le P. Castel, « plein » de cet ouvrage, espère mener bon train – en deux jours – la rédaction de l’extrait dont il veut soumettre « l’esquisse » à l’auteur (p. 964). En effet, peu après, il soumet à Montesquieu « son ébauche », « au désespoir » d’être « trop long » sans avoir « tout mis ». Et nous voyons là le journaliste astreint aux exigences matérielles de la publication : « Je compte qu’il ferait soixante pages du journal, et il faut le mettre à quarante. Encore par privilège spécial m’a-t-on permis d’aller jusque-là en votre considération, ou plutôt en considération de la bonté du livre » (p. 965). L’extrait aura 37 pages. Nous pouvons considérer qu’apparaît là un des critères objectifs les moins contestables de l’intérêt que portent les rédacteurs des Mémoires de Trévoux à un ouvrage. Cette lettre offre en somme une garantie de sérieux aux essais d’analyse quantitative des périodiques !

10Or la même lettre montre aussi quel rapport unissait la publication d’un compte rendu à l’attitude des responsables de la librairie à l’égard d’un livre ou d’un auteur marqué de quelque suspicion. On sait que Montesquieu doit prendre garde au directeur de la librairie, Rouillé, malgré l’appui offert par Madame de Tencin (p. 968-969). De son côté, le P. Castel explique : « Je crains même, je vous l’avoue, pour mon extrait, et qu’on ne fasse une défense d’autoriser par là un livre qu’ils voudront supprimer tout à fait ».

  • 1 L’édition Masson fait ici difficulté par la date supposée de cette lettre : [juillet 1734], qui ne (...)

11Aussi « l’auteur des Lettres, Persanes » doit-il l’aider à expédier au plus tôt la rédaction de l’extrait et se garder de se manifester lui-même au journal, où guette le « réviseur », théologien «méticuleux à l’excès ». « Nous réveillerions le chat qui dort. Je ne le dirais pas ici à l'ombre d’un seul jésuite ! Encore ne croirai-je cet extrait imprimé que lorsqu’il sera lâché au public. Chut ! » En revanche, il serait opportun de « parler ou faire parler à M. le garde des sceaux », Chauvelin, en faveur des Considérations, et de lui faire connaître l’intention qu’a l’auteur d’être imprimé à Paris, preuve qu’il a la conscience « tranquille ». Là est selon le P. Castel la meilleure garantie pour la publication et de l’extrait et de l’ouvrage, puisque Montesquieu ne souhaite pas voir son livre supprimé. À ce propos, le journaliste nous confirme un fait : l’interdiction favorise la vente de l’ouvrage. « Il y a tel auteur à qui je conseillerais de laisser supprimer son livre par l’autorité publique », écrit-il. Mais, éloge remarquable » il ajoute que celui-là « n’en a nul besoin » (p. 967). Quelque temps plus tard, Castel va trembler encore : une copie clandestine des Considérations circule et risque d’être imprimée, ce dont il ne veut pas être jugé responsable (p. 969)1. Pour éviter les actes de piraterie commerciale, les auteurs devaient être bien confiants dans le journaliste auquel ils adressaient avant l’impression leur ouvrage pour compte rendu ! L’avantage d’une prompte mention dans un périodique pouvait être payée de cet inconvénient, plus sensible il est vrai pour l’éditeur que pour l’auteur. Là encore, nous voyons à quel point l’histoire d’un livre peut se trouver liée aux circonstances dans lesquelles le reçoit le périodique. Et dans ce cas comme dans le coup d’éclat du P. Berthier en 1750, la vitesse d’exécution est un élément essentiel d’efficacité face aux lentes évolutions de l’appareil les pouvoirs, ou la « machine » du journal –. Ainsi est confirmé au passage l’intérêt des recherches consacrées à la vitesse de réaction de la presse à l’événement, fait ou livre nouveau, même si les problèmes de datation sèment ces démarches d’embûches (voir « Étude quantitative des périodiques de 1734» in Presse et histoire au XVIIIe siècle : l’année 1734, Lyon, éd. du C.N R.S., à paraître en 1978).

12Notre dessein n’est pas de traiter ici au fond des relations de Montesquieu avec son ami le P. Castel, qui se poursuivirent jusqu’à son lit de mort. Notons seulement que le bon jésuite ne fit rien pour diminuer la mésestime où le philisophe tenait les Mémoires de Trévoux. Le P. Castel connaissait dès longtemps les secrets de la maison (voir ses Anecdotes, p.p. J. Sgard et Fr. Weil, Dix-huitième siècle 8. 1976, p. 193-204) ; sous la direction du P. Berthier, il s’est senti opprimé dans ce « vilain journal » et l'animosité éclate dans ses dernières lettres à Montesquieu contre « le P.B. », le « P. Be... », ce « R.P.B., votre ami et le mien » qui l’a finalement « aidé » à se « débarrasser de cet ignoble journal qui [l’] enterrait » (p. 1353). Mais à l’égard d’un périodique qui en somme ne lui à jamais été défavorable, Montesquieu a été beaucoup plus sévère lorsqu’il a noté dans ses Pensées : « je disais des Journaux de Trévoux que, si on les lisait, ils seraient le plus dangereux ouvrage qu’il y eût, dans leur projet de se rendre maîtres de la littérature : ut haberent instrumenta servitutis et éphémérides » (O.C., II, 591).

13Ne faut-il pas découvrir dans cette formule la pénétration d’esprit de l’analyste politique, qui a su comprendre quel extraordinaire pouvoir d’asservissement les feuilles éphémères offraient à leurs possesseurs ? Après sa dédaigneuse remarque sur le petit nombre des lecteurs du journal jésuite, Montesquieu met en relief le danger d’une domination par le truchement de « la littérature » en des termes qui annoncent les critiques actuelles de « l’idéologie dominante ». En revanche, il a donné à réfléchir sur le rôle bénéfique de la presse dans le gouvernement des Etats : c’est pour lui la dernière des grandes inventions modernes. Au chapitre XXI des Considérations, il fait valoir de quels progrès en étendue et en vitesse la communication du savoir et du pouvoir a bénéficié dans les derniers siècles, rendant selon lui, les complots plus difficiles et le gouvernement plus efficace grâce à « plus de facilité et plus de promptitude ». Exagérant sans doute l’extension de ces progrès, et plein d’une « libérale » confiance dans l’harmonieuse convergence des intérêts publics et privés, il écrit : « L’invention des postes fait que les nouvelles volent et arrivent de toutes parts.

14Comme les grandes entreprises ne peuvent se faire sans argent, et que, depuis l’invention des lettres de change, les négociants en sont les maîtres, leurs affaires sont très souvent liées avec les secrets de l’Etat, et ils ne négligent rien pour les pénétrer.

15Des variations dans le change, sans une cause connue, font que bien des gens la cherchent, et la trouvent à la fin.

16L’invention de l’imprimerie, qui a mis les livres dans les mains de tout le monde, celle de la gravure, qui a rendu les cartes géographiques si communes ; enfin, l’établissement des papiers politiques, font assez connaître à chacun les intérêts généraux, pour pouvoir plus aisément être éclairci sur les faits secrets ».

17Il n’y a donc pas à s’étonner des multiples liens qui ont uni Montesquieu a des journalistes, parmi lesquels nous devons compter encore Suard, La Beaumelle et Augustin Roux. Shackleton parle de « l’amicale sollicitude que Montesquieu témoignait aux jeunes penseurs non encore en place » (p. 303) ; or ces trois hommes ont joué un rôle important dans la presse périodique. Suard attira l'attention de Montesquieu dès ses débuts au Mercure que venait de prendre en mains Raynal, en 1750, et il a gardé toute sa vie le souvenir de cette bienveillante protection (p. 304). La Beaumelle, déjà lancé dans le journalisme par son passage au Mercure suisse en 1745-1746 et la création à Copenhague d’une feuille bi-hebdomadaire. Lu Spectatrice danoise, qui parut avec succès de 1748 à 1750, rencontre à cette date le président à Paris et il obtient son appui ; rien ne permet de suspecter la sincérité de l’attachement de La Beaumelle, qui composa en 1753 la Suite de la Défense de l’Esprit des Lois (voir les travaux de CL Lauriol réhabilitant cet homme de lettres calomnié par Voltaire). Quant à Augustin Roux, médecin de Bordeaux, il avait été protégé dans sa jeunesse difficile par Montesquieu qui lui procura la subsistance à Paris ; il allait, à la suite de Vandermonde, prendre en 1 762 la direction du Journal de Médecine qu’il assuma pendant quatorze ans (Shackleton, p. 304-305).

18Par d’autres voies, Montesquieu a eu ses entrées dans le milieu des journalistes. Outre ces amitiés diverses, mentionnons le rôle qu’a joué, qu’aurait voulu jouer davantage parfois la comtesse de Tencin pour aider Montesquieu de son influence, en particulier sur les plus grands journaux du temps. Lors de la publication de l’Esprit des Lois plus encore qu’en 1734, elle s’institue la protectrice de l'écrivain. Elle lui offre, en dame assurée que les journalistes n’ont rien à lui refuser, ses services, même les plus humbles à propos de la diffusion d’un feuillet d'errata : « Nous ferions annoncer dans le Mercure galant l’adresse de celui qui l’aurait imprimé, aussi bien que dans le Journal des Savants et dans celui de Trévoux. Je ferai mettre d’avance dans le Mercure qu’il y a beaucoup de fautes dans cette édition et qu’on en donnera incessamment un errata. Cette précaution préviendra les lecteurs. Je pourrais même compter les fautes et en annoncer le nom-nombre » (O.C. III, 1162). Et après l’analyse critique de l’ouvrage par le P. Berthier, elle se glorifie auprès de Montesquieu de sa semonce à un jésuite : « Je lui ai demandé s’ils avaient reçu commission du Père Eternel pour être les législateurs dans l’empire des lettres. [...] Je vous assure que je ne les ai pas épargnés sur leur démangeaison d’écrire un journal et d’y sacrifier les devoirs de l'amitié, de la raison, et de citoyen » (III, 1228).

19Quoi qu’ait pensé Montesquieu de cette sorte d’appui – et il semble n’en avoir guère usé ni en 1748-1749 ni en 1734 –, nous découvrons à travers Mme de Tencin un autre type de relation possible entre l’auteur et les journalistes : les intrications complexes des relations personnelles et des influences politiques et mondaines dans le cas de journaux si profondément enracinés dans la tradition qu’ils étaient devenus de véritables institutions.

20Or il est évident que Montesquieu lecteur n’a pas fait un grand cas de tels journaux, alors qu’il a tiré une nourriture plus substantielle des gazettes : c’est même la principale conclusion à laquelle l’étude précédente peut nous conduire.

21Vouloir estimer avec précision ces lectures dans les périodiques reste à vrai dire une entreprise doublement décevante, parce que les recherches risquent d’entraîner très loin sans cesser d’être nécessairement partielles, et parce que les découvertes en cette matière ne sauraient modifier de façon radicale la connaissance que nous avons de l’écrivain. Pourtant l’effort, même incomplet, n’est pas tout à fait vain à condition qu’on en déterminer clairement les limites. Ainsi convient-il de ne prendre en compte que les dossiers de travail que furent le Spicilège et Mes Pensées. Cela n’exclut pas l’hypothèse que des articles et des informations recueillis dans la presse aient figuré dans d’autres dossiers aujourd’hui perdus comme les Geographica, Politica, Juridica, Anatomica, (Shackleton, p. 321-323) ; toutefois la partie des Geographica qui nous est parvenue ne contient aucun élément puisé dans des périodiques : ce sont des extraits de livres, ou encore des Lettres édifiantes et curieuses, collection qu’on n’assimile ordinairement pas à un périodique. D’autre part, quelques informations qui figurent sans indication d’origine dans les deux recueils subsistants, le Spicilège et Mes Pensées, semblent provenir de la lecture de la presse ; ainsi, dans le Spicilège surtout, une recherche minutieuse permettrait-elle sans doute à un familier des gazettes de localiser avec exactitude l’origine de telle statistique sur les naissances et les décès à Paris ou à Londres (Spicilège, no 468, 486), de telle information sur la loterie de Paris (no 487) qu’on est tenté d’attribuer à la Gazette de France, de tel « extrait » de livre, de discours ou de pièces officielles (no 288, 289), voire d’une recette sur la « Manière de sécher les plantes pour les conserver » (no 616) ; il doit même être aisé de vérifier un jour si les informations sur la dette publique anglaise (no 573, 696) proviennent toutes de la Gazette d’Amsterdam comme celle du 6 avril 1742 (no 683). Mais on voudra bien comparer l’ampleur de la recherche possible aux résultats escomptés, et accepter que désormais ne soient pris en considération que les fragments des deux recueils dont Montesquieu a précisé la provenance. Encore verra-t-on que son souci de précision reste insuffisant sur un point important : selon la coutume, il appelle parfois « Gazette de Hollande » ce qui pourrait être aussi bien la Gazette d'Utrecht, de Leyde, de Rotterdam ou de La Haye. Il a fallu admettre cette autre incertitude.

22Les références aux journaux littéraires ne sont pas nombreuses, et la correspondance de Montesquieu tend à confirmer cette médiocre attention. En 1742, alerté par un tiers, lui-même signale au président Barbot, un texte des Mémoires de Trévoux qu’« on [...] a promis de lui envoyer » (O.C., III, 1022) ; et en 1749 le président Barbot lui annonce de Bordeaux le 7 avril que les Mémoires datés d’avril contiennent la critique de L’Esprit des Lois par Berthier ; il ajoute : « J’ai emprunté ce journal, pour vous l’envoyer, à M. de Tourny [l’intendant] qui le reçoit chaque mois » (p. 1216). De même, c’est un négociant bordelais établi à Amsterdam qui envoie à Montesquieu la copie d’un « extrait » de L’Esprit des Lois publié dans la Bibliothèque raisonnée des ouvrages des savants : son numéro de juillet-août-septembre 1749 est « sorti » la veille, soit le 7 octobre, « de sous la presse » (p. 1260).

23Dans le Spicilège et Mes Pensées, on trouve au total 24 références à des journaux de ce type. Selon l’ordre chronologique des dates des extraits, il est aisé d’y repérer deux groupes égaux ou presque :

241. Des références inactuelles, comme à des ouvrages de base consultés dans une bibliothèque (11)

- Nouvelles de la République des Lettres

3

(1684)

- Journal des Savants *

4

(1685-1690)

- Histoire des ouvrages des savants

3

(1688-1691)

- Bibliothèque universelle

1

(1693)

252. Des références susceptibles d’avoir été recueillies par Montesquieu à une époque voisine de leur date explicite (13)

- Journal des Savants **

4

(1704, 1712, 1720)

- Mémoires de Trévoux (dont une date indéterminée)

4

(1704, 1736, 1749)

- Journal littéraire de la Haye

1

(1714)

- Mercure de France (dont une date indéterminée)

4

(1733-1734)

26Si l’on veut bien admettre qu’à la date de 1704, Montesquieu âgé de quinze ans n’a sans doute pas encore entrepris des investigations de telle sorte, les deux groupes seraient déséquilibrés au profit du premier type de lecture : 13 et 10, ce qui accentue encore la marque du faible intérêt qu’il a accordé aux journaux littéraires contemporains. En fait, entre 1720 et 1749, cinq références seulement révèlent une lecture de ces périodiques dans un temps proche de leur publication, et deux dates indéterminées correspondent à des réflexions fort générales – déjà mentionnées plus haut – sur le rôle des généalogies dans le Mercure et sur l’influence pernicieuse mais très limitée du journal des jésuites.

27Cependant la part des journaux se trouve fortement accrue si l’on y joint les « papiers » anglais que Montesquieu a pratiqués assidûment durant son séjour en Angleterre entre 1729 et 1732 : neuf références en proviennent dont une est sans date (Mes Pensées, no 1132) et les huit autres, recueillies dans le Spicilège qu’il avait emporté durant ses voyages, sont datées de 1730 :

- The Craftsman (dont une date indéterminée)

8

(1730)

- Whitehall Evening Post

1

(1730)

28Toutefois, si l’on retient la distinction de Shackleton entre le Spicilège, ensemble de notes et d’informations « au jour le jour », et Mes Pensées, « réservoir d’idées en transit » (p. 177), les journaux littéraires français et hollandais figurent quinze fois dans le réceptacle des réflexions élaborées pour neuf fois dans le Spicilège ; en revanche, les journaux politiques anglais sont visiblement lus et exploités comme une mine d’informations, ce qui tend à les rapprocher des gazettes.

29Ces gazettes nous offrent à coup sûr une moisson beaucoup plus abondante, et cela grâce, massivement, au Spicilège. Des deux seules références aux Pensées, l’une se retrouve encore dans le Spicilège (O.C., 11, 232 et 865). Au total – sauf omission –, voici 91 références aux gazettes sur un ensemble de 124. Là encore, la correspondance de Montesquieu confirme cette observation en diverses circonstances. Lorsque le maréchal de Berwick lui écrit en 1728 alors qu’il en est à l’étape autrichienne de son périple, son correspondant abrège la lettre en déclarant ne savoir « autre chose que ce que les gazettes et gazetins nous disent » : cela implique qu’il suppose Montesquieu aussi assidu que lui dans cette lecture (III, 902). De Gênes, écrivant à Mme de Lambert en 1729, le président s’exprime de même par allusion au fonds de savoir commun : « J’ai lu dans les gazettes des choses admirables de Mme de Beuvron » (III, 922). Que ce soit à Utrecht en 1729 ou sur ses terres en 1741, il se montre aussi attentif à « la Gazette de Hollande » (III, 936, 1004) ; et en 1751 son ami Bulkeley sait qu’il lira la Gazette de France dont « les articles de Versailles et de Paris sont curieux » (III, 1389). Et il faut mentionner aussi cette autre « Gazette » que furent les Nouvelles Ecclésiastiques : l’auteur de L'Esprit des Lois ne les mentionne qu’à propos de la polémique autour de son ouvrage (III, 1 278, etc.), mais il n’est pas excessif de supposer qu’il en ait été le lecteur au moins occasionnel avant cette agression. Tant d’autres l’étaient parmi les parlementaires !

30Dans le Spicilège et Mes Pensées, les références se répartissent ainsi :

– « Gazette de Hollande »

28

(1684, 1717-1728, 1735-1741)

– Gazette d’Amsterdam

20

(1721, 1726-27, 1734-49)

– Gazette d’Utrecht

19

(1729, 1747-1750)

– Gazette de France

23

(1719-1738)

– Gazette de Londres

1

(1741)

31Une analyse année par année serait fastidieuse. L’étude des fréquences selon la chronologie permet pourtant quelques remarques simples. Sur l’ensemble, une seule référence n’est pas actuelle : elle concerne la « Gazette de Hollande » qui, en 1684, critique la politique somptuaire de Louis XIV s’endettant pour embellir Versailles (Spicilège, no 215). C’est l’une des premières notes personnelles que Montesquieu ait ajoutées au recueil que lui avait procuré le P. Desmolets.

TABLEAU 1

TABLEAU 1

Tableau 1 - Nombre de références aux gazettes selon leurs dates.

32Quelques pages plus loin, ses références sont datées de janvier 1718 (no 238, 239), et elles vont se multipliant. Désormais, Montesquieu apparaît comme un utilisateur avisé des gazettes (Voir tableau 1) Si nous admettons qu’il en fait la lecture à peu d’intervalle après la date de leur publication, des périodes d'utilisation plus ou moins intense sont aisées à distinguer. Entre 1717 et 1750, aucune référence ne concerne les années 1730 à 1733, 1739 et 1740, 1743 et 1745 : la première et la troisième périodes correspondent à des années de travail plus intense pour les Considérations, puis pour L’Esprit des Lois : les années aux références très rares (une ou deux), élargissent d’ailleurs ces temps de retraite à l’écart des périodiques. Et si l’on tient compte des références aux journaux, la constatation n’est pas modifiée pour l’essentiel.

33Au contraire, les années les plus fructueuses sont 1721, 1727, 1738 et surtout 1749 grâce à la Gazette d’Utrecht. On remarquera que c’est dans la période qui suit immédiatement l’achèvement d’une œuvre que la lecture active est la plus dense : 1721-1727 avec 30 références, soit en 14 ans 83 % du total réparti sur 34 années (1717-1750). Il semble que l’achèvement du grand œuvre et la cécité aient mis fin à la lecture active et annotée des gazettes comme d’ailleurs des journaux après 1750. Mais une lettre d’Helvétius envoyée de Genève sans doute en 1752 suppose que le président continuait du moins à se « faire lire les gazettes d’Hollande » (III, 1419).

34Au sujet de la chronologie des références, une autre remarque nous conduit à un problème de méthode. On est tenté de situer tel ou tel fragment du Spicilège ou des Pensées par rapport aux fragments voisins qui portent une date précise. Cela est pourtant dangereux, car en mainte occasion Montesquieu a opéré des retours, parfois surprenants. Ainsi, dans la suite des références à la « Gazette de Hollande », des informations extraites de numéros de 1723 succèdent à deux fragments de 1724, et elles sont elles-mêmes en série discontinue puisque s’y intercalent un fragment daté de 1720, puis un autre de 1717. La série concernant la Gazette d’Amsterdam est beaucoup moins perturbée donc plus sûre, mais celle de la Gazette de France présente plusieurs anomalies, par exemple une suite 1721-1724-1719-1721 et une suite 1721-1723-1722-1726 un peu plus loin. Ce n'est qu’en ayant conscience de tels risques qu’on peut user de cette méthode de datation, çà et là mieux fondée grâce à une meilleure cohérence des suites partielles.

35Enfin, à propos de la prétendue « Gazette de Hollande » une hypothèse mérite d’être avancée. On a remarqué que c’est d’Utrecht que Montesquieu écrit en 1729 une lettre mentionnant cette gazette au nom équivoque. Or, si nous reprenons les dates de références de la Gazette d’Utrecht, celles de la « Gazette de Hollande » s’y trouvent aisément intercalées sans aucune superposition de date :

1717-1728 : G.H.

1729 : G.U.

1735-1741 : G.H.

1747-50 : G.U.

36Seul demeurerait un point inexpliqué : en 1684, la Gazette d’Utrecht n’existe pas encore ! Mais un autre élément est fourni en faveur de cette hypothèse par les excellentes relations de Montesquieu avec Limiers le père, en particulier autour de 1725 : entre 1724 et 1728 ce dernier est rédacteur de la G.U. et pourtant aucune référence ne concerne ces années-là, alors que les mentions : « Gazette de Hollande » sont au nombre de huit. Tout cela n'offre que des présomptions, mais si un jour cette tâche d’identification inspire un chercheur, peut-être conviendra-t-il d’essayer en priorité cette voie.

37Il reste à déterminer les principaux centres d’intérêt qui ont retenu l’attention de Montesquieu lecteur de périodiques. Sur les 124 références aux divers journaux et gazettes, certaines concernent des objets différents sous une même information. Ainsi peut-on dénombrer 131 objets qui ont été répartis selon la classification en usage pour analyser le contenu des périodiques. N’en retenons que les rubriques utiles ; les tendances générales apparaîtront aisément dans les tableaux ci-dessous, où les gazettes ont été présentées séparément (Voir Tableaux 2, 3 et 4 pages suivantes).

38La présentation graphique permet de mieux concevoir l’écrasante prédominance d’une part de l’histoire, d’autre part et surtout des sciences et des arts, tandis que les journaux évitent l’effacement des belles-lettres. En fait, c’est l’histoire moderne, l’économie et à un moindre degré la politique qui constituent les ensembles les plus riches. Mais on doit remarquer le soin pris par Montesquieu à recueillir des informations statistiques (IV B 2c, IV C) que nous avons fait apparaître séparément alors que l’on retrouve leurs objets à la rubrique « Economie politique » : ce sont des statistiques démographiques, pour la plupart : mais on y voit aussi figurer par exemple une invention permettant de mieux mesurer la vitesse des navires (voir IV F). D’ailleurs Montesquieu s’intéresse vivement aux inventions et découvertes de toutes sortes : ainsi (Spicilège, no 707) la « Gazette de Hollande » du 4 mars 1738 lui a fait connaître un « essai de navigation sous-marine, depuis Westminster jusqu’à Battersea » – soit sur deux ou trois miles sans doute, en amont de Londres –. Mais dans la rubrique la mieux fournie : « Économie et politique », il faut encore prendre garde que l’économie – c’est-à-dire les finances, le commerce maritime et les nouvelles des compagnies et des établissements coloniaux – représente à elle seule 31 références contre 14 seulement pour la politique intérieure des États.

TABLEAU 2

I. Théologie et Religion (3)

Total des objets tous périodiques

Total partiel pour les gazettes

D. Liturgie et dévotion

3

2

II. Droit et Jurisprudence (4)

A. Droit canon et ecclésiastique

2

B. Droit civil

2. Droit naturel et public

2

1

III. Histoire (43)

A. Histoire ecclésiastique

2

B. Histoire profane

1. Ancienne

1

2. Moderne

33

29

3. Sciences auxiliaires

3

2

C. Géographie, voyages, cartographie

4

3

IV. Sciences et Arts (75)

A. Philosophie

3. Morale

2

1

B. Sciences

1. Physique

1

1

2. Mathématiques

c. Math, appliquées

13*

13*

3. Naturelles

b. Minérologie

1

c. Zoologie

2

1

d. Chimie, alchimie

1

1

4. Médecine

3

2

C. Economie, politique

45**

45*

D. Agriculture et agronomie

1

1

E. Arts libéraux (architecture)

2

1

F. Arts mécaniques

4

4

V. Belles- Lettres (6)

B. Grammaire et philologie

1

D. Orateurs

1

F. Journaux et périodiques

4

1

131

108

TABLEAU 3

TABLEAU 3

Tableau 3 - Contenu des références (total des périodiques)

TABLEAU 4

TABLEAU 4

Tableau 4 - Contenu des références (gazettes seules)

39Certes, dans cette rubrique l’Angleterre occupe une place de choix, mais y figurent aussi la Russie, la Turquie et la Perse, notamment en raison des guerres qui les opposent. Au demeurant, sur l’ensemble des rubriques, les localisations géographiques ou politiques des références se présentent ainsi :

TABLEAU 5. Localisations (total des périodiques)

TABLEAU 5. Localisations (total des périodiques)

40Ce tableau fait éclater la prédominance de l’intérêt que Montesquieu porte à l’Angleterre, mais il montre aussi une attention beaucoup plus vive pour la Russie et la Turquie que pour les Etats allemands et pour une Prusse qui n’a pas encore réussi en 1750 à imposer son influence sur les affaires européennes. Remarquons aussi combien le pays qui apporte l’essentiel des nouvelles : la Hollande, est mal considéré ! Alors que ses gazettes et ses journaux fournissent 75 références sur 131, soit plus de 57 %, il n’est mentionné ici que deux fois sur 125. Au contraire, l’Angleterre qui ne fournit que 10 références obtient 35 mentions au total. En ce qui concerne l’Empire, l’Espagne et l’Italie, mais aussi le Portugal, ils apparaissent, de même que la Russie et la Turquie, comme des objets d’information et non pas comme des sources d’information, au rebours de la Hollande. L’Autriche avait pourtant ses journaux en langue française qu’un chercheur lyonnais, Ph. Teissier, est en train d’inventorier ; il ne paraît pas qu’ils aient intéressé Montesquieu. Il a, il est vrai, peu séjourné à Vienne ; mais il y a beaucoup fréquenté la Cour et la Ville où il a constaté la grande expansion de notre langue « chez les honnêtes gens » (lettre à l’abbé d’Olivet, 19 mai 1728 : O.C., III, 891). Les grands périodiques européens restent les hollandais, les anglais et les français Si Montesquieu n’a pas beaucoup usé de nos journaux littéraires – du moins comme lecteur actif –, il a trouvé dans notre Gazette une ample provision d’informations sur les pays les plus divers.

41Remarquons que les papiers anglais apportent surtout des informations et des réflexions politiques, tandis que les gazettes hollandaises et françaises pourvoient Montesquieu en une multitude de connaissances appartenant à des rubriques très variées, depuis les faits divers sur la longévité d’un héron (Sp., no 301) ou d’une anglaise (S p., no 314), jusqu’à la nouvelle d’un complot à Berne où il trouve confirmation d’une thèse de L’Esprit des Lois (Sp., no 716). Ainsi la Gazette française fournit-elle matière à dix rubriques différentes, allant de la religion (I D) à une remarque sur les conventions d’écriture en usage dans ce périodique (V F) : « Dans la Gazette de France, la règle est qu’aucun article ne doit commencer par le mot on ; la seconde règle, qu’il ne doit jamais y avoir d’alinéa que dans l’article de Versailles » (Sp., no 624).

42De même la « Gazette de Hollande » fournit matière à neuf rubriques et parmi les journaux, le Journal des Savants se distingue avec sept rubriques pour sept références, ce qui montre assez bien l’amplitude de la curiosité de Montesquieu. Cependant la faible représentation totale des ensembles I (Théologie et Religion). II (Droit et Jurisprudence) et V (Belles Lettres) correspond moins à un manque d'intérêt qu’au fait que dans ces domaines Montesquieu a pu préférer le recours direct aux œuvres. En somme, on voit s'opérer là une sorte de division du travail d’information et de réflexion : le périodique s’impose dès lors qu'il apporte des nouvelles sur l’histoire en train de se faire, des matériaux bruts pour nourrir la recherche en sciences, en politique ou en histoire. Au début de ses lectures dans la presse, Montesquieu encore dispersé recueillait entre autres des faits divers de toute sorte, des « singularités de la nature ». Après 1723, il cesse totalement de s’y intéresser, comme si auparavant il n'avait pas encore trouvé sa voie et que désormais l'essentiel de ses préoccupations se soit concentré sur les problèmes de société : histoire, politique, économie surtout.

43Mais si Montesquieu a fait grand usage de l’instrument périodique et a éprouvé le sérieux de cette lecture, nous remarquerons pour finir une sorte d’hésitation chez lui ou chez ses éditeurs de 1757 devant la qualité de telles références. En effet quelques passages de L’Esprit des Lois ont leur source dans des périodiques, et l’édition de 1748 les précise : des notes mentionnent ainsi des textes de la Bibliothèque anglaise de la Roche (livre XV, ch. 3), du Journal des Savants (XXII, 13), du Spectateur anglais (XXVIII, 45),de plus, une note sur le droit politique et civil de Gênes (X, 8) renvoie in fine à une information parue dans la Gazette d’Amsterdam du 23 décembre 1738. Cette référence – qui d’ailleurs est absente du Spicilège – a été supprimée dans l'édition posthume de 1757. Repentir tardif de l’écrivain ? simple rejet d'une référence qui taisait double emploi exclusion arbitraire des éditeurs ? cette minutie n’importe guère. Mais l’important concerne les éditions de 1748. En introduisant dans son grand œuvre des journaux et même une gazette parmi ses garants à l'égal des références érudites qui font autorité, Montesquieu avait rendu à la presse périodique un hommage précieux. Voltaire historien n’a pas eu cette hardiesse. En cela, c’est du côté de Montesquieu qu’apparait la modernité.

Notes

1 L’édition Masson fait ici difficulté par la date supposée de cette lettre : [juillet 1734], qui ne s’accorde pas avec ces mots du P. Castel : « L’extrait est presque fait. J’irai vous le communiquer ». Comme il a été publié dans la livraison de juin 1734 ou bien il faut avancer la date à juin ou mai, ou bien on se demandera si la livraison a été retardée, ce qui reste à prouver.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 1
Légende Tableau 1 - Nombre de références aux gazettes selon leurs dates.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/12120/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre TABLEAU 3
Légende Tableau 3 - Contenu des références (total des périodiques)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/12120/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Titre TABLEAU 4
Légende Tableau 4 - Contenu des références (gazettes seules)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/12120/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Titre TABLEAU 5. Localisations (total des périodiques)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/12120/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k

© Presses universitaires de Lyon, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search