Version classiqueVersion mobile

Études sur la presse au xviiie siècle

 | 
Robert Favre
, 
Michèle Gasc
, 
Claude Labrosse
, 
et al.

Les gazettes : de l’évènement à l’histoire

Pierre Rétat

Texte intégral

1Cette brève étude n’a nullement, et ne peut avoir l’ambition d’aborder le vaste problème du traitement de l’événement par les gazettes et journaux « politiques » du XVIIIè siècle. Notre équipe va tenter, dans ses prochains travaux, de le cerner et d’y apporter quelques réponses. Il ne s’agit ici que de proposer quelques remarques sur une des tendances de la presse politique, non d’en définir le processus d’information dans ses caractères spécifiques.

2Toutes nos références renvoient aux périodiques de 1734, sur lesquels nous avons, conjointement avec les équipes de Grenoble et de Chambéry, mené récemment une enquête globale. Mais un sondage sur un corpus limité n’en possède pas moins une valeur exemplaire, les énoncés retenus étant de ceux qui se retrouveraient, sous une forme identique, dans les gazettes des XVIIè et XVIIIè siècles.

  • 1 De même le Dictionnaire de l’Académie, 1762 : 1) « issue », 2) « aventure remarquable ».

3Le mot et la notion d’événement sont par eux-mêmes ambigus. Si l’on entend par là tous les faits, tout ce qui arrive dans un temps donné, on est confronté à l’infinie et incontrôlable prolifération des phénomènes. Mais l’événement se conçoit aussi, dans un sens restreint, comme le singulier, l’anormal : il se définit par la différence. Les dictionnaires lexicographiques font place à cette double acception : « Tout ce qui avaient, Tout ce qui arrive » (Richelet, Nouveau dictionnaire français, éd. 1710), « Evénement, accident, aventure, considérés dans une signification synonyme. Le terme se dit en général de tout ce qui arrive dans le monde, soit en public, soit aux particuliers, et il est le mot convenable pour les faits qui concernent l’Etat. Les révolutions d’Etats sont des événemens » (Dictionnaire de Trévoux, éd. 1771 ; sens ajouté aux précédentes éditions). Mais le Dictionnaire de Trévoux de 1721 ne connaît, outre le sens d’« issue », de « succès », que celui qui isole l’événement comme rupture d’une continuité : « se dit aussi des choses grandes, surprenantes, et singulières, qui arrivent dans le monde. Casus singularis »1. Comme l’écrit E. Morin, dans « L’événement-sphinx » (Communications, 18, 1972, p. 177) : « Premier pôle : tout ce qui advient dans le temps, c’est-à-dire tout ce qui a naissance et fin. Second pôle : tout ce qui est improbable, singulier, accidentel. Dans le premier sens, tout est événement, à commencer par le monde phénoménal tel qu’il est constitué »...

4Il serait illusoire de chercher dans les gazettes (l’équivalent ancien de nos « journaux »), l’événement dans un sens réaliste : tout ce qui réellement advient. En tant que donnée pure, il ne peut constituer qu’une limite imaginaire, qu’il est impossible d’atteindre, puisqu’il nous parvient toujours à travers un discours qui le choisit et qui le narre. A l’intérieur de ces limites dont il faut garder conscience, l’événementialité des gazettes paraît se situer dans un milieu confus où interfèrent l’exhaustivité (apparente) et la singulanté sélective, la répétition et la nouveauté. Du murmure infini du monde, elles ne retiennent que quelques échos, presque toujours les mêmes, car elles ne livrent généralement qu’un type de faits, intégrables, ceux que l’on attend et qui prennent place dans un système ou un ensemble de systèmes : l’événement, ce sont les déplacements du roi et de la cour, la communion de la reine, les naissances et les morts dans la société noble, les mouvements des troupes, des généraux ou des négociateurs, l’arrivée des navires dans un port... Une poussière de faits, mais de ceux-là seuls qui méritent d’être retenus par l’information « politique ». L’exceptionnel, l’extraordinaire (une bataille, une capitulation...), lorsqu’ils font irruption dans ce tissu à la fois homogène et lâche, ne se détachent que d’une façon sommaire, sans commune mesure avec les procédés d’orchestration et de mise en valeur que connaît la presse moderne depuis le XIXè siècle. Le temps est à peine scandé, en fonction de moyens très frustes de présentation des titres, de différenciation typographique et de distribution des rubriques. La gazette est donc, quelles que soient les limites où elle opère, le champ privilégié de l’« événementiel », de l’étalement des nouvelles, ordinaires ou extraordinaires, dans leur discontinuité et leur afflux maxima. Il est admis, au XVIIè et au XVIIIè siècles, qu’elle n’est qu’un ramas confus et inorganisé de faits bruts, qu’elle est tout juste bonne pour la vérification d’un détail. Elle se situe en deça du seuil où apparaît l’histoire, où la critique des sources s’exerce et où peut se fonder le véritable récit, la narration authentique du passé. Elle reste au contact impur et indéfiniment transitoire d’un présent qui se défait à mesure qu’il apparaît. De là une hiérarchie incontestée, ou plutôt une différence absolue de nature entre le périodique et le livre historique : entre les deux intervient un saut qualitatif dans l’ordre de l’écriture et du savoir.

  • 2 A. Minutoli, Lettre du 28 sept. 1674. citée par E. Labrousse, Pierre Bayle, t. II, p. 24.
  • 3 Œuvres de P. Rapin, t. II, La Haye, 1725, p. 237.

5C’est pourquoi les historiens contemporains n’ont le plus souvent que mépris pour la gazette, ils en dénoncent les erreurs, les préventions, la totale inaptitude à l’interprétation. « C’est le fléau et la peste de l’histoire » selon Bayle2, et le Père Rapin la met dans un rapport d’opposition avec l’histoire, lorsqu’il écrit dans ses Réflexions sur l’histoire : « Ce n’est pas écrire l’Histoire que de conter les actions des hommes, sans parler de leurs motifs : c’est faire le Gazetier, qui se contente de dire les événemens des choses, sans remonter à leur source »3.

  • 4 « Journalisme et histoire contemporaine à l’époque de Bayle », History and theory, 12, 1973, p. 21 (...)

6Myriam Yardeni a montré, dans un excellent article de la revue History and theory, que cette opposition est trompeuse, et que les gazettes, et surtout les Mercures, ont joué un rôle essentiel dans l’élaboration et la constitution de l’histoire contemporaine à partir de la fin du XVIIè siècle, en esquissant une narration suivie des événements, en recueillant des textes officiels (édits, traités), en incluant des dissertations historiques à valeur explicative : Bayle, Vigneul-Marville, Camusat, reconnaissent tous l’intérêt des journaux politiques comme recueils de faits historiques, et même comme tentative d’une histoire du présent4.

  • 5 Œuvres historiques, éd. R. Romeau, Pléiade, p. 1575.

7Certes il s’agit là d’une histoire événementielle, mais qui précisément ne diffère pas profondément du genre historique tel qu’il se pratique communément à l’époque, comme le suggère Voltaire dans l’avant-propos de l’Histoire de la guerre de 1741 : « Des compilations de gazettes et des journaux sous cent titres différents forment presque la seule histoire des changements arrivés de nos jours »5.

  • 6 Mars 1734, p. 253-254, à propos des « nonces »favorables à l’Électeur de Saxe et réunis à Cracovie (...)

8Les auteurs de gazettes et de mensuels politiques ont cependant conscience, parfois, de faire plus qu’une simple collecte. Certes ces périodiques ne fonctionnent guère que comme recueils de « nouvelles » : « on a appris par les lettres... », « on nous mande de... » Mais ils offrent aussi aux lecteurs des récits complets, des pièces, des documents : ils visent à construire les soubassements de l’histoire, à y opérer une première lecture, surtout les mensuels, qui tendent déjà à une vue relativement synthétique, celle des « mémoires ». L’auteur des Mémoires historiques pour le siècle courant, revendiquant une conscience supérieure des événements, allègue l’« essence de l’Histoire »6.

  • 7 Sur cette histoire de la civilisation, que promeuvent les journaux littéraires, et conque déjà par (...)

9De la gazette à l’histoire la continuité est donc plus grande qu’on ne serait tenté de le croire. La presse, qu’elle soit politique ou littéraire, a l’ambition de se poser en histoire, des états et des cours, ou de la République des Lettres, de créer une science cumulative de l’actualité. Certains périodiques, tels les Mercures, dépassant la division de compétence entre « gazette » et « journal », et unissant leur double vocation, prétendent même (quel que soit le succès de l’entreprise) mener de front une histoire politique et une histoire de la civilisation7.

  • 8 Voir Cl. Labrosse et P. Rétat, « Essai d’une typologie des périodiques », dans Presse et histoire (...)

10C'est cette continuité de la gazette à l’histoire que je voudrais tenter de déceler, dans le texte même de la gazette. Elle est perceptible dans certaines formes du récit, dans les unités narratives qui s’y instituent8, mais aussi dans la façon d’y dire l’événement et d’en faire un événement historique.

11Je voudrais donc analyser certains modes selon lesquels les gazettes et mensuels essaient de construire des unités larges de perception historique (unités de temps, d’action : structure dramatique de l’histoire), de restituer, dramatiquement encore, le discours des acteurs, enfin de créer la mémoire dans le présent : ou plutôt de créer un effet d’histoire, par la rétrovision du futur sur le présent, qui devient dès lors un passé mémorable, digne d’être célébré. Le récit s’ouvre sur un futur qui déjà le juge, le trie, l’accentue, ce qui répond encore au souci d’instaurer une continuité dramatique dans le tissu des événements.

I – LES UNITES DE PERCEPTION HISTORIQUE

1. – La scansion du temps

  • 9 Nous les désignerons dorénavant par les sigles suivants M.S., C.C.P., M.H.P.

12La gazette proprement dite ne donne à percevoir l’événement qu’à travers une grille chronologique étroite, rendue nécessaire par sa périodicité (bi-hebdomadaire) : la discontinuité y est donc de règle, et l’absence de perspective historique. Il n’en est plus de même dans les mensuels, où le temps se construit déjà comme un ensemble de lignes de force orientées vers l’événement décisif, comme un champ valorisé où se dessine le relief de l’histoire ; ou plutôt ce relief tient au pré-supposé même qui commande la relation des événements : l’information politique obéit à un impératif (antérieur à toute énonciation de fait) de scansion et de différenciation du temps. La discontinuité n'est plus – du moins plus tout à fait – celle de la « nouvelle », de son origine et du temps de son émission (coupures en relation avec l’ordre simple de la réception et de la transmission des messages, sans qu’intervienne le journaliste), mais celle du concept historique (campagne, bataille, fait décisif) ; elle devient rupture signifiante, qui justifie des appels, des attentes, des prévisions. Les journaux les plus écrits, où la « lettre » et la « réflexion » sont les plus élaborées (Mercure suisse, Clef du Cabinet des Princes, Mercure historique et politique)9 abondent en énoncés de ce type : « La campagne prochaine sera des plus intéressantes » (M.S., janvier 1734, p. 38) ; « Suivant les apparences, S.M.C. aura une très grande part dans les événemens de 1734 » (ibid., p. 42, de Madrid) ; « On s’attend même que son arrivée [de la flotte de Brest] dans le Nord sera l’époque de diverses Révolutions considérables » (ibid., mars, p. 20) ; « Suivant toute apparence le mois prochain serons-nous informés de quelque plus grand événement, car on le présume des mouvemens de l’armée impériale » (C.C.P., juillet, p. 49-50) ; « Ce qui s’est présenté au siège de Pilipsbourg [...] méritoit bien, à notre avis, le narré qui en vient d’être fait ; nous le continuerons le mois prochain, et les événemens en seront vraisemblablement plus remarquables » (ibid., août, p. 127). « Ainsi l’année où nous entrons nous apprête des Evénemens de la dernière importance, que nous aurons soin de raporter avec toute la simplicité, la fidélité et l’impartialité possible » (M. H. P., janvier, p. 21).

13Le journaliste montre et dit l’événement futur, au sens de rupture, de crise, d’irruption d’une nouveauté décisive, il articule le temps et y installe d’avance la différence. Certes, il sacrifie à une rhétorique facile et à l’emphase ; il cherche à créer la sensation dont il a besoin, comme l’avoue cette « lettre » d’Italie du Mercure suisse de janvier 1734 : L’Italie ne pouvait prévoir « les surprenantes Révolutions qui sont arrivées en si peu de tems dans son enceinte [...]. On doit s’attendre à de grands événemens [...]. Quel vaste champ de gloire pour les Héros ! Que de Lauriers ils vont moissonner ! Les matériaux ne manqueront pas aux Nouvellistes » (p. 43-44). Les grands événements ne se réalisent pas toujours (ainsi la flotte française n’a jamais quitté Brest). Mais ce qui importe beaucoup plus, c’est le traitement ainsi réservé à l’événement, son intégration dans une intrigue ou un scénario prévus : l’écriture n’aura plus qu’à remplir des formes vides (les « Révolutions »...). Le temps successif que parcourra le journal réalisera seulement ces attentes et ces annonces. Il n’y a donc pas, contrairement à ce que voudrait nous faire croire le journaliste – ou les multiples voix des lettres qu’il rassemble, et qui, de tous les points de l’Europe, célèbrent la même imminence du futur – de véritable novation historique ni d’ouverture du temps, mais une simple actualisation des possibles. Le drame de l’histoire est déjà écrit : batailles, mais aussi négociations et paix que les gazettes de 1734 ne cessent d’évoquer à l'horizon, « équilibre » européen qu’aucune puissance ne peut, à terme, compromettre et qui se rétablira nécessairement (les « réflexions » de Rousset dans le Μ. H. P. rappellent incessamment cette donnée fondamentale).

14Le mouvement de l’histoire paraît donc illusoire. Mais c’est le mouvement même de l’histoire classique, cyclique et récurrente. Elle doit, dans son parcours, exécuter les figures obligées que lui prescrit la nature des choses. Le seul changement concevable consiste dans l’oscillation d’un équilibre qui doit se rétablir. Le périodique a pour finalité d’enregistrer et de mémoriser le retour dans le temps des éléments d’une structure. C’est pourquoi les événements prennent place dans l’unité large, qui les attend, d’une année ou d’un « siècle ». « L’année 1733 sera une époque très considérable et très intéressante dans l’histoire. Celle que nous commençons verra sans doute aussi éclore de très grands événemens » (M.S., janv. 1734, p. 8-4). « L’année qui vient de finir fixera donc dans l’histoire de ce siècle le commencement de divers grands événemens » (Μ. H P., 1734, Avant propos ou récapitulation de l’année 1733, p. 4). L’histoire du siècle s’écrit sous nos yeux. Une perception globalisante la considère comme déjà tracée en pointillés ; il ne s’agit pour le journaliste, et pour tous ceux qui sont supposés envoyer des messages au journal, que de « fixer » le présent dans ce champ donné, de constater des « époques ».

2 – La nomination de l’événement

15L’événement lui-même, lorsqu’il advient, doit être reconnu, consacré en tant que tel. Il ne peut entrer dans le champ qui lui préexiste, et qui le rend possible, que par l’imposition du concept et un travail de nomination.

16Les gazettes révèlent ce processus et ce travail par leurs hésitations, leurs approches successives dans un temps court, où l’événement se donne d’abord comme bruit, rumeur indéterminée, qui n’est pas susceptible d’une audition claire. Une « action » a eu lieu, mais l’« importance » qu’elle revêt échappe encore à l’appréciation. La formalisation n’intervient qu’ultérieurement, mais on remarquera qu’elle se fait alors par un saut qualitatif : du bruit on passe sans transition au récit constitué, à la « relation » qui cristallise l’événement en fait historique, en unité signifiante. Le Courrier d’Avignon du 9 juillet 1734 (« de l’année d’Italie les 28, 29 et 30 juin ») consacre à la bataille de Parme un récit déjà circonstancié, d’après des « lettres particulières » et des « nouvelles générales » (p. 3) ; il s’agit bien d’une « action » importante, mais elle passe dans l’ensemble des nouvelles d’Italie, et ce qui deviendra « la bataille de Parme » n’est pas encore ainsi nommé, et reste indécis : « On ne sait pas encore bien le détail de toutes choses ; et on ne pourra le savoir que par le premier Ordinaire » (ibid). Le numéro suivant (13 juillet) ne parle plus de l’événement, et c’est seulement le 16 juillet qu’apparaît la « Relation de la Bataille de Parme donnée entre l’armée française et Piémontaise commandée par M. le Maréchal Comte de Coigni ; et l'armée Impériale commandée par le Velt-Maréchal Comte de Merci, le 29 juin 1734, depuis onze heures du matin jusques à neuf heures du soir » (p. 2-3) : relation officielle (celle même de la Gazette de France, reprise dans tous les journaux), où les temps sont fixés, et les acteurs confrontés.

17La première nouvelle de la bataille de Guastalla, dans le Courrier d'Avignon du 28 septembre est encore plus inorganique et indéterminée : elle présente le degré primitif de l’information, qui ne se réfère encore à aucune action ni à aucun lieu précis : « Si l’on en croit quelques Lettres de Lyon venues dans notre ville d’Avignon par la poste de Dimanche passé 26 septembre, il y a eu une affaire très sérieuse » (...). « Une action aussi importante mérite bien une confirmation et un détail circonstancié. C’est à quoi l’on pourvoiera l’ordinaire prochain, en attendant on ne me blâmera peut-être pas d’annoncer la nouvelle telle qu’elle se débite ici » (28 sept., p.(2)). Toute le contexte nie d’ailleurs cet événement, puisqu’il fait mention du calme qui règne sur le front : « Par les Lettres qu’on écrit le même jour de l’Armée d’Italie, il ne paraissoit pas qu’il dût y avoir d’action [...]. L’inaction des deux Armées avoit apprivoisé les troupes, si l’on en croit les nouvelles que l’on en mande, on se parloit d’un bord de la Sechia à l’autre. Les dames Allemandes épouses des Officiers avaient même commencé à prendre l’habitude de venir se promener en carosse sur la chaussée tout le long de la rivière du côté du camp des Impériaux ; les carosses étoient quelquefois au nombre de dix à douze, et souvent les Dames mettant pied à terre venoient s’asseoir au bord de l’eau dans un endroit où la Sechia n’avait pas plus de 30 pieds de large ; et les Officiers Français qui étoient de l’autre côté s’entretenoient avec elles » (ibid). Ce pittorresque aperçu d’une guerre galante vient brouiller (à cause du système même de la gazette qui collecte et accumule l’information à partir de lettres de provenances et de dates diverses) la cohérence de ce qui pourrait être, et qui deviendra bientôt, la « relation » de la bataille. On voit donc la gazette passer d’une phase informative (dominée par la discontinuité des messages, leur contradiction éventuelle, et l’intervention des énonciateurs) à une phase narrative, où se met en place et s’écrit un récit « objectif » et unifié.

  • 10 Texte repris dans C. C. P., août 1734.
  • 11 Le Μ. H. P. (nov. 1734, p. 489) évoque ironiquement cette guerre des récits : « L'Ambassadeur de l (...)

18Ce récit même n’est pas dissociable d’une formulation officielle de l’événement, de son intégration dans le dispositif du pouvoir politique et religieux. Les « relations » issues des cours interessées ou de personnages autorisés (par exemple l'« Extrait de la lettre écrite le 30 juin par le Maréchal de Coigny, à M. d’Angervilliers ministre d’Etat » sur la bataille de Parme, Mercure de France, juillet 1734, p. 1639-164010) arrêtent l’événement, le définissent et le délimitent. Ce type de textes remplit les gazettes et mensuels ; ceux de Hollande, qui prétendent à l’impartialité, collectionnent des récits disparates, et parfois opposés11. Mais dans cette guerre d'écriture qui prolonge celle des armes, la fonction du texte est toujours identique. Le dispositif politique dans lequel l’événement se clôt et s’énonce est particulièrement visible dans le Mercure de France. La rubrique « Armée d’Italie » du volume de juillet 1734 (p. 1636 et suiv.) ne mentionne pas encore la « bataille » de Parme, bien qu'elle en relate, dans une suite chronologique qui la déborde, les principales circonstances. La « bataille » n’accède au statut d'unité distincte que dans la lettre du Maréchal de Coigny citée plus haut, et surtout sous la rubrique « France, Nouvelle de la Cour, de Paris... », dans les textes qui prescrivent et organisent la célébration publique de la victoire : Te Deum chantés à Versailles et à Paris, lettre du Roi à l’archevêque de Paris, mandements de l’archevêque et du Cardinal de Bissy (Te Deum à Saint-Germain-des-Prés) (p. 1670-1674). On peut suivre la trace de l’événement dans les mois suivants : « Plan du combat de Parme » présenté au Roi par le RP. Placide, géographe du Roi (sept., p. 2032), médailles gravées pour célébrer la bataille de Parme et la prise de Philipsbourg (oct. 1734, p. 2267-2268).

19Ainsi un même numéro du périodique juxtapose le message brut et la reconnaissance de sa signification à travers tout un complexe de prescriptions et de conduites. Le récit lui-même n’apparaît (avec ses inscriptions secondaires, géographiques et numismatiques) que comme un des éléments d’un travail de nomination efficace. Toutes ces traces d’une écriture de l’histoire servent à faire l’histoire, à l’inscrire dans les institutions et les mémoires.

3 – La continuité du récit

20La transmission des nouvelles, dans les mensuels, malgré une discontinuité dominante, que ne surmonte pas une périodicité plus large que celle des gazettes, tend à des règles d’enchaînement. Le journaliste (ou les émetteurs plus ou moins fictifs des messages dans le Mercure Suisse), essaie de donner au moins l’illusion d’une continuité, d’établir des sutures d’une livraison à l’autre. Il réitère un récit déjà commencé, avant d’en aborder les nouveaux développements, pour instaurer l’unité d’une séquence : « Les deux Armées de Lombardie [...] ne nous montrent qu’une suite de leurs mouvemens [...]. Avant d’entrer dans le détail de ces mouvemens, il est nécessaire de reprendre l’action même de Colorno... » (C. C. P., août 1734, p. 95). Les narrateurs du Mercure Suisse tentent de créer une émotion de l’événement, en convertissant la coupure périodique du journal en suspens : la nouvelle devient un rebondissement qui remplit une attente. Le lecteur, conduit par la main, est invité à suivre une intrigue, ou une série d’intrigues. « Nous laissâmes le Mois dernier les Assiégeons dans l’attente de l’Escadre Russienne et de l’Artillerie, nécessaire pour pousser le siège, et les Assiégés dans l’extrême impatience de voir arriver le secours de France [...]. La curiosité de nos lecteurs ne seroit par satisfaite, si nous restions à un endroit si intéressant »... (M.S., juin 1734, p. 11). « Nous avions laissé dans notre précédent Journal l’Armée du Maréchal de Berwick [...]. En reprenant notre Narration où nous l’avions finie, nous reporterons les Evénemens les plus intéressans qui sont arrivés dès lors »... (ibid., p. 18). « C’étoit avec bien de la raison que nous laissions nos lecteurs le mois passé dans l’attente d’une Action importante entre l’Armée Impériale et celle des Alliez » (ibid., juillet, p. 25). Ces mots introduisent le récit de la bataille de Parme : l’événement est intégré dans une économie narrative qui le prépare, et qui dispose et régit un temps à la fois continu et scandé.

  • 12 Sur la combinaison du discours narratif et du discours logique dans l’histoire, voir Michel de Cer (...)

21Le mensuel opère donc jusqu’à un certain point, sur la matière que lui fournissent les « nouvelles », un travail déjà historiographique de liaison logique et chronologique12. Parcourant, comme nous l’avons vu, les diverses figures du drame historique, il les relie et les articule. Le procédé répétitif qu’adopte le journaliste du Mercure Suisse est certes parfaitement artificiel, d’autant qu’il amplifie très souvent les moindres circonstances, en créant imaginairement le théâtre de l’histoire : « Toute l’Europe a les yeux ouverts sur les démarches des Deux Rois de Pologne [...]. Le Voïage du Roi Auguste et de la Reine son Epouse en Pologne, que nous avons annoncé le Mois dernier, est donc très intéressant dans ses circonstances. Suivons ce Prince dans la route où nous l'avons laissé... » (ibid., déc. 1734, p. 11). Cette rhétorique de l’amplification et de la transition signale du moins une volonté narrative, en rapport avec la perception et la construction d’unités larges.

II – LA PAROLE HISTORIQUE

  • 13 Voir Michel de Certeau, ouvr. cité, p. 111.

22On connaît la place essentielle qu’occupent, dans l’historiographie antique et classique, le discours des acteurs, leurs déclarations avant ou après la bataille, les « mots historiques » qui accompagnent et commentent des faits décisifs. La parole autorise l’action : elle l’explique, la prépare, la définit, en concentre la signification. Comme toute citation, elle accrédite le récit et produit un effet de réel13. Nous avons déjà vu le rôle que joue dans le périodique, de ce point de vue, la citation des actes officiels : lettres du roi, mandements, qui ne suivent pas seulement l’événement, n’en sont pas seulement les conséquences ou les annexes, mais servent à le constituer en tant que tel, à l'énoncer. On peut repérer encore dans le périodique d’autres paroles, qui ont l’apparent caractère de la spontanéité au contact direct de l’événement, mais qui portent en fait la plus haute exemplarité historique. Elles disent, en un temps de guerre, le courage, la détermination des troupes, elles concrétisent le type de conduite que l’on attend, la naïveté des braves. Lorsque le prince Eugène passe sur le front de l’armée impériale, les soldats crient : « Notre cher Père, quand nous conduire :-vous donc contre les François ? tant ces troupes ont d’ardeur à combattre » (Μ. H. P. juin 1734, p. 651). Et les Français, lors de l’attaque de l’« Ouvrage à corne » de Philipsbourg : « Les grenadiers ont fait leur décharge et se sont mis à crier : Vive le Roi, l'ouvrage est à nous » (Courrier d'Avignon, 9 juillet, p. [1]). De toute la rumeur de la piétaille ne pénètrent dans le journal que ces fragments édifiants où se crie l’amour du père. Le récit des victoires ne suffit pas ; il faut encore les symboliser dans l’énonciation fulgurante des acteurs. Le roi y participe aussi, de Versailles, par sa puissance de création et de nomination : « Lorsqu’on vint lui annoncer la naissance d’une Princesse, j’en suis charmé, répondit-t-il, et puisqu'elle est née dans un tems de triomphe, elle sera nommée Victoire » (C.C.P., sept, p. 196).

23L’exemplarité, qui fixe un modèle, se réfère elle-même à un modèle, le plus souvent antique : les actions héroïques en répètent d’autres, et le mot n’est là que pour signaler la permanence de ce modèle. Le Courrier d’Avignon publie la lettre « d’un officier à sa mère » qui exalte le courage extraordinaire des soldats devant Philipsbourg : « ... pas même la moindre plainte, si parmi le silence on entend quelque· propos lâché de loin en loin, c’est une sentence digne des premiers Romains : Pourquoi nous plaindrions-nous, disent-ils, nos Officiers en font autant que nous ». On a vu des soldats mutilés, noyés dans leur sang, « expirans ou emportez sur des brancards, n’ayant pas la force d’ouvrir les yeux, avoir bien celle de dire, ce n’est rien que cela, nous leur en avons fait d’autres, et à leurs Officiers qui les plaignoient, Bagatelle, pourvu que nos gens ne perdent pas courage, pour nous nous n’avons rien à nous reprocher » (10 août 1734, p. [2-3]). Les mourants n’ont plus de force que pour exprimer leur mépris de la mort, et le total oubli d’eux-mêmes : la « sentence » est un ultime acte d’héroïsme, elle concentre la puissance signifiante des conduites et des actes.

24Voltaire, toujours en quête de l’événement, et fuyant la capitale où éclate le scandale des Lettres philosophiques, trouve la formule idéale - et paradoxale - de cette référence antique : « Monsieur de Voltaire, qui après avoir quitté le Royaume est allé faire un tour à l’Armée d’Allemagne, écrivant à un de ses Amis à Paris, lui marque en quatre Vers qu’il avoit vû une Armée d’Alexandres et de Césars à quatre sols par jour. La valeur des Troupes Françoises [...] rend cette comparaison assez recevable. Un homme d’esprit, parlant de la situation où elles se sont trouvées pendant le siège de Philipsbourg [...] dit que dans 100 ans d’ici la prise de cette importante Place paraîtra une fable » (Courrier d’Avignon, 30 juillet 1734, p. [1]). Le modèle confond les temps : la vérité extraordinaire de l’Antiquité se répète dans le présent (les Alexandres et les Césars) qui est destiné à devenir lui-même fabuleux aux yeux de la postérité. La surhumanité peut se traduire dans un autre registre, de signification semblable : des officiers ennemis prisonniers disent, après une attaque des Français à la baïonnette : « Ce ne sont point des hommes contre qui nous combattons, ce sont des Lions ou des Diables » (ibid., 10 août, p. [3]).

25La parole, par son irruption dans le récit, fixe les grands moments de l’histoire. Elle répond elle aussi, dans les journaux, à la volonté d’une dramatisation et d’une sémantisation supérieure de l’événement, en le situant dans un contexte quasi légendaire. Mais les références que fournit la culture antique de l’époque, les modes d’expression qu’elle suggère, ne sont nullement ressentis comme mythiques ; la citation révèle la vérité la plus prégnante de l’événement.

III – LA CELEBRATION DEL’HISTOIRE. LE MEMORABLE

  • 14 M. de Certeau ouvr. cité, p. 114.

26Le présent se constitue donc déjà en modèle pour un futur : il acquiert le statut du passé le plus autorisé. Dans ce jeu d’interférence et de pénétration des temps, l’événement s’autorise et se valorise. Appelons si l’on veut effet d’histoire ce processus par lequel il devient, d'emblée, mémorable, et se célèbre déjà comme fait historique. Cet effet est inséparable de la scansion et de l’exemplarité déjà étudiées. Il consiste dans la sémantisation qui caractérise la conversion de l’événement, simple découpe du temps, en fait historique, c’est-à-dire en « ce qui remplit pour qu’il y ait énoncés de sens »14. Mais le principal sens du fait ainsi élaboré, c’est précisément d’être historique, de désigner son appartenance au champ de l’histoire.

27Revenons au siège de Philipsbourg déjà évoqué. Sa signification héroïque se révèle comme réplique d’une histoire antérieure qu’il réactualise, méritant par là toute l’admiration qui s’attache au modèle antique. Il faut citer un peu longuement la lettre de l’officier à sa mère : « Vous qui êtes remplie de l’Héroïsme de tous les anciens Romains, vous ne pouvés rien voir dans leur Histoire même de ce qui paroît le plus fabuleux en grandeur d’ame, que nos soldats François ne fassent revivre tous les jours dans les tranchées de Philipsbourg [...]. Que pensez-vous à présent, ma très chère mère, des anciens Romains, étaient-ce de (sic) gens si extraordinaires et si supérieurs aux autres Nations que celle-ci ne les égale, au moins par toutes les qualitez de l’ame, et ne puissent un jour hériter de toute leur gloire, puisqu’après vingt ans de paix, la Nation Française se réveille plus guerrière et plus formidable que jamais [...]. L’hyperbole n’entre point dans mes expressions, et les bruits publiés doivent vérifier la vérité de mon récit ; j’ai vû le tems où je regrettois de n’avoir pas vécu dans ces siècles fameux dont nous conservons toujours un précieux souvenir, mais que je me trouve heureux aujourd'hui ! qu’on peut donner à ma Nation le second Tome de ces fait glorieux dont les anciennes Histoires sont remplies » (ibid, 10 août, p. [2-3]). Ce document offre un étonnant témoignage de l’imprégnation de l’imaginaire collectif par la culture antique. Il nous renseigne aussi sur la façon dont est conçue l’histoire : un fait d’armes ne peut remplir qu’un « second Tome » de l’histoire romaine. Mais c’est celà même qui le rend mémorable : une nouvelle mémoire se trace à l’image d’une plus ancienne, et dans son sillon.

28Mais plus souvent, par un effet de projection inverse, c’est la mémoire du futur dont l’événement se crédite déjà. Dès à présent, il mérite d’être inscrit dans l’histoire : sa signification se mesure à sa conservation et à son inscription. « Les 15 et 19 septembre nous présentent deux actions mémorables, dignes par conséquent d’être mises dans les monumens publics » (C. C. P., nov. 1734, p. 324 - 325). N’ayant rien passé des événemens arrivés à la ville de Dantzich depuis le commencement des troubles de Pologne [...], cette capitulation, comme un monument pour l’histoire, n’a pas dû non plus nous échapper » (ibid, sept., p. 216). « Voilà ce que nous devions au public, et ce qui paroît le plus plausible de la Bataille de Guastalla, dont les circonstances ne manqueront pas d’être insérées dans les fastes des trois Nations » (ibid, nov., p. 337). « Voici le journal de ce siège qui sera mémorable » (Μ. H. P., juillet, p. 41).

29Les « grands événements », les concepts de « révolution », d’« époque », de « siècle » dont la fonction a déjà été indiquée, sont l’effet de cette rétrovision du futur sur le présent : le jugement anticipé de l’histoire commande l’accentuation du temps. C’est pourquoi les mensuels qui, en début d’année, dressent un bilan de l’année écoulée multiplient les ruptures décisives, les tableaux globalisants. « L’année 1733 sera une Époque très – considérable et très-intéressante dans l’Histoire » (M.S., janv. 1734, p. 8 - 9). « Des faits aussi importants ne seront pas oubliés dans l’Histoire » (ibid, p. 31). « Tous ces faits seront des anecdotes remarquables et glorieuses dans l’Histoire de Louis XV » (ibid, p. 43). « L’année 1734 sera mémorable dans l’Histoire de France. Les Armes de S.M.T.C. triomphantes en Allemagne et en Italie fourniront des matériaux en abondance aux Historiens [...]. Tous ces faits remarquables, que l’année passée nous a produits, ne manqueront pas d’être recueillis avec soin et de faire un des grands Omemens du Règne de Louis XV » (ibid, janv. 1735, p. 25).

30L’Histoire est un tableau dont les masses et les traits saillants se dévoilent peu à peu, et que le journal présente et fait voir : « Cette année a fourni à l’Histoire plus d’Evénemens qu’il ne s’en trouve dans six autres années d’une guerre plus opiniâtre [...]. Trois sièges considérables, trois batailles sanglantes, la conquête de deux Roïaumes [...]. Voilà en racourci le tableau que nous devons copier [...]. Il suffit d’avoir indiqué les différentes parties du Tableau sur lesquelles le lecteur peut à loisir promener son imagination » (Μ. H. P. janv. 1735, p. 3, 22).

  • 15 « Notes pour une typologie des événements », Communications 18, p. 91,96. Malgré de profonds chang (...)

31L’événement semble donc subir un double traitement, en rapport avec l’ambiguïté de la notion. Il est isolé, il tend à l’exceptionnel, au surprenant, il prend une allure dramatique, par l’attente, par les effets amplifiants de la parole et de la célébration. Mais il est, d’un autre côté, intégré dans un temps, dans une intrigue, dans un ensemble de valeurs (il mérite d’être narré, U est mémorable, digne de subsister), dans un système social et politique (par ses prolongements institutionnels, religieux, culturels). En lui-même singulier (telle bataille, tel siège...) il devient par là répétitif et tautologique : les « nouvelles » reproduisent le même scénario de la vie de cour, des guerres et des paix, des « époques » prévues, de tout ce que la mémoire s’attend à emmagasiner. Toutes les catégories de l’histoire, du souvenir signifiant, sont déjà là, disponibles et prêtes à l’emploi. Comme l’écrit A. Moles, certains événements passent « du privé au social selon des règles du remarquable [...]. Les journalistes ou les émissaires du social qui vont à la rencontre des événements, équipés d’une série de critères d’appréciation pour les transformer en messages appelés « nouvelles », jouent un rôle considérable dans la définition de ce qu’on appelle un événement ». Se caractérisant d’abord par son imprévisibilité, l’événement « frappe à la porte des mass media pour avoir droit à la documentalité de la nouvelle, et par là s’inscrire dans l’histoire quotidienne et aspirer à l’histoire permanente »15.

  • 16 « L’événement monstre », Communications, 18, p. 164. « Il lui donnait sa place et sa valeur et nul (...)

32De ces deux points de vue concommitants, celui du singulier et celui du répétitif, les gazettes et mensuels politiques écrivent une sorte d’histoire première, qui mime, jusqu’à un certain point, l’histoire constituée en récit et en science du passé, imitation d’autant plus facile que l’historiographie est elle-même largement « événementielle » et dominée par une vision cyclique des « révolutions ». L’événement n’est donc que partiellement, dans le système traditionnel, le « privilège de la fonction » de l’historien, selon l’expression de P. Nora16. Car les gazettes proposent déjà, non seulement un matériau brut et informe de l’histoire, mais, esquissée, la tentative d’une mise en série et d’une interprétation des événements dans un temps valorisé, dans la trajectoire d’un devenir, ou dans les catégories permanentes d’un système. Elles lui donnent déjà, ou voudraient lui donner, la figure de l’histoire.

Notes

1 De même le Dictionnaire de l’Académie, 1762 : 1) « issue », 2) « aventure remarquable ».

2 A. Minutoli, Lettre du 28 sept. 1674. citée par E. Labrousse, Pierre Bayle, t. II, p. 24.

3 Œuvres de P. Rapin, t. II, La Haye, 1725, p. 237.

4 « Journalisme et histoire contemporaine à l’époque de Bayle », History and theory, 12, 1973, p. 215-221.

5 Œuvres historiques, éd. R. Romeau, Pléiade, p. 1575.

6 Mars 1734, p. 253-254, à propos des « nonces »favorables à l’Électeur de Saxe et réunis à Cracovie : « Je ne laisserai pas de continuer à donner la suite du journal de la Diète qu’ils ont tenue. Les démarches irrégulières ne sont pas moins de l’essence de l’Histoire que celles qui se font selon les Loix et les coutumes».

7 Sur cette histoire de la civilisation, que promeuvent les journaux littéraires, et conque déjà par Mézeray. voir M. Yardeni, art. cité, p. 221 - 228.

8 Voir Cl. Labrosse et P. Rétat, « Essai d’une typologie des périodiques », dans Presse et histoire au XVIIIè siècle : l'année 1734, à paraître en 1978, Lyon, Ed.au CNRS.

9 Nous les désignerons dorénavant par les sigles suivants M.S., C.C.P., M.H.P.

10 Texte repris dans C. C. P., août 1734.

11 Le Μ. H. P. (nov. 1734, p. 489) évoque ironiquement cette guerre des récits : « L'Ambassadeur de l’Empereur aïant fait imprimer [à Rome] la relation du passage de la Secchia, l’Ambassadeur de France n’a pas tardé à publier celle du combat de Guastalla, et l’on n’étoit occupé dans tous les cercles et assemblées qu'à peser les avantages des deux partis, quand tout à coup les Savoïards ont paru sur la scène, et ont commencé à disputer aux François l'honneur de la victoire de Guastalla ».

12 Sur la combinaison du discours narratif et du discours logique dans l’histoire, voir Michel de Certeau, L’écriture de l’histoire, 1975, p. 110.

13 Voir Michel de Certeau, ouvr. cité, p. 111.

14 M. de Certeau ouvr. cité, p. 114.

15 « Notes pour une typologie des événements », Communications 18, p. 91,96. Malgré de profonds changements intervenus, du XVIIIè siècle à nos jours, dans le rôle des journalistes, dans la transmission et la collecte des nouvelles, ces lignes de Moles paraissent dans l’ensemble conserver ici leur pertinence.

16 « L’événement monstre », Communications, 18, p. 164. « Il lui donnait sa place et sa valeur et nul ne pénétrait en histoire sans son estampille. L’événement s’offre à lui désormais de l’extérieur, de tout le poids d’un donné... ».

© Presses universitaires de Lyon, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search