Version classiqueVersion mobile

Études sur la presse au xviiie siècle

 | 
Robert Favre
, 
Michèle Gasc
, 
Claude Labrosse
, 
et al.

Stratégie et discours

Les nouvelles de Pologne dans quelques périodiques français de décembre 1734

Claude Labrosse

Texte intégral

1Parmi les diverses méthodes et les nouvelles approches que se donne l’étude ou la science du périodique, l’une consiste à étudier les stratégies du discours (narratives, argumentatives, discursives). En effet, rares sont les phénomènes culturels et les supports qui, autant que les périodiques, permettent un examen adapté des rapports entre langage et stratégie. On peut distinguer dans ce mode d’étude, trois niveaux correspondant à trois modes d’articulation du discours.

  1. Envisager, pour un secteur chronologique donné, les rapports entre la totalité des énoncés de périodiques et le sous-totalité constituée par l’ensemble des textes d’un périodique choisi. Il s’agit alors de repérer, dans les périodiques, une typologie des discours ou de situer ces discours par rapport à une forme-discours dominante (par exemple l’histoire).
  2. Étudier dans le périodique, l’organisation d’un mode de discours donné, en tentant par exemple d’analyser les relations entre l’annonce de l’événement et la réflexion sur l’histoire (P. Rétat) dans un type de périodique choisi (par exemple, les mercures politiques) à travers la mise en forme narrative et discursive de l’énoncé.
  3. Se donner pour tâche, en considérant des textes plus réduits, d’observer, dans un type choisi d’énoncé, le comportement du lexique (surtout les groupes nominaux et verbaux). Il s’agit de faire apparaître les noyaux ou centres de signification autour desquels se regroupent les termes de l’énoncé et de percevoir, dans ce dispositif, de mots et de groupes de mots, l’articulation d’un discours. Cette micro-analyse peut aider à comprendre la stratégie d’un énoncé. Elle est un moyen de prospecter les rapports qui, dans les périodiques, unissent la langue, le territoire et l’événement.
  • AMercure de France de décembre 1734, nouvelles étrangères : Pologne, pp. 2710-3713. Gazette (de F (...)

2C’est sur ce troisième secteur que porte notre très brève enquête. Il s’agit plus, en effet, d’un modeste essai de méthode que d’une problématique éprouvée et ces quelques observations ne sont qu’une courte annexe à notre travail collectif sur l’année 1734. Il nous fallait pour tenter cette approche des textes courts et limitésA, plus réduits en tout cas que ceux qui, en 1734, décrivent ou commentent la bataille de Guastalla. Nous avons donc retenu de petits textes, clos sur l’origine des dépêches : Dantzig et Varsovie, et qui ne comportent pratiquement pas de commentaire explicite. On aurait pu grossir ce corpus et compliquer l’analyse en enrichissant cet ensemble de nouvelles sur les mêmes événements mais provenant d’autres lieux — comme Koenigsberg ou Leipzig-ou même, tout bien considéré, de l’Europe entière puisque depuis 1733 l’essentiel de « l’actualité » politique et militaire tient fondamentalement au problème de la succession de Pologne. Mais nous avons préféré ne pas avoir à manipuler un lexique trop copieux pour percevoir plus aisément et peut-être trop sommairement, dans ces données, les modes d’une cohérence logico-sémantique.

3Pour retracer rapidement la situation, rappelons que la mort d’Auguste II (février 1733) ouvrait la succession de la couronne élective de Pologne, qu’Auguste III, soutenu par la Russie et par l’Autriche, et Stanislas Leczinski, détrôné depuis Poltava et appuyé par la France, la briguaient concurremment. Rappelons aussi qu’élu à une forte majorité par la noblesse polonaise (septembre 1733), Stanislas se trouva bientôt bloqué à Dantzig du fait de l’intervention des armées austro-russes qui installèrent à leur façon Auguste III sur le trône de son père. Rappelons enfin que ces événements furent la source de la guerre de succession de Pologne au cours de laquelle les armées du roi de France et celles de l’empereur d’Autriche s’affrontèrent sur les théâtres d’opération d’Italie (Guastalla).

4Tout en nous présentant en toile de fond l’état de l’opinion qui lisait les gazettes, les mercures proposent une synthèse assez cohérente de la situation :

– « La discorde porte partout la désolation et expose les peuples aux plus grands malheurs. Les Polonais ont éprouvé à réitérées fois, cette triste vérité ; et ils la ressentent encore aujourd’hui d’une manière bien sensible. La guerre est allumée dans le sein de cette république : elle est en proie aux Etrangers ; elle est ravagée par ses propres enfants ; ils se déchirent mutuellement. Chaque parti voudrait soutenir sur le trône le Roi qui a été élu, et on ne saurait prévoir de longtemps la fin de tous ces maux, qui vont en augmentant de jour en jour »
Mercure suisse, janvier 1734, p. 21.

– « La vacance du trône de Pologne est bien différente de la vacance du trône dans quelque Etat que ce soit de l’Europe ; elle ouvre la porte aux factions, aux brigues, aux cabales, aux intrigues, à la corruption, par la faute qu’ont fait les Polonais, depuis l’extinction de la race de leurs anciens Rois Piastes d’admettre à solliciter leur couronne des Princes étrangers, qui se défiant de l’emporter par le mérite, tâchent de l’acheter, en sorte qu’elle a été souvent exposée au plus offrant. C’est un défaut moins de la forme du gouvernement que de l’Ambition et de l’Orgueil des Magnats, qui se jugeant tous égaux ou supérieurs les uns aux autres, ne veulent pas devenir les sujets de l’un d’entre eux en lui mettant le sceptre entre les mains.
Ainsi que la mort d’Auguste II ait été suivie de toutes les dispositions pour briguer et acheter même la couronne, ce n’était qu’une chose ordinairement d’usage, qui ne devait révolter personne »
Mercure historique et politique, janvier 1734, p. 7

NOMS et GROUPES NOMINAUX

  • B – Que l'énoncé de presse le plus répandu alors (la Gazette) puisse se lire à l’aide d'un indicateu (...)
  • C – Cf. Yves Lacoste, La géographie, ça sert d’abord à faire la guerre, Maspéro, 1974. Le « curieux (...)

5Les 3 pages de Mercure de France de décembre 1734 sur la Pologne contiennent plus de 190 occurrences de ce type, y compris celles des noms propres de lieux et de personnes. Les termes le plus souvent répétés désignent l’autorité royale (Roi + Sa Majesté (16), Couronne (4), souverain, royauté...) et les titres de la noblesse (comte (7), palatin (9), noblesse (5) gentilshommes (4)) : Les termes indiquant les fonctions et les rangs (par exemple : Roi, majesté (16), palatin (9) régimentaire (3) staroste (2), trésorier (2) etc...) font plus du tiers de l’ensemble (70). Ceux représentant des collectifs ou des groupes (confédération (8), noblesse (5), Polonais (3), gentils-hommes (4), troupes (3), ennemis (3) habitants...) constituent aussi près du tiers du lot (60). Une quinzaine de termes désignent le territoire (Palatinat (5), Pologne (5), royaume...). Les termes propres forment plus de 20 % des occurrences de l’ensemble. 60 % de cette fraction a un sens toponymique (Pologne (5), Niska (4), Dantzig (2) et 40 % sont des patronymes ou leurs équivalents (Le palatin de Poméranie, le Comte de Munich...). On voit ainsi apparaître deux grands axes de lecture : celui du répertoire des nomsB, et celui de l’organisation du territoire ou si l’on préfère de la carte des opérations militaires. A travers le réseau des noms propres, des termes de pouvoir et de fonction, le lecteur se trouve référé à l’organisation politique et bio-historique de l’aristocratie et l’ensemble des noms de lieux contribue à composer une représentation de l’espace liée à la maîtrise politique (celle d’un appareil d’Etat spécifique) et militaire du territoire. Ces termes et ces textes impliquent un mode d’analyse spatiale qui retrouve la plus ancienne des techniques géographiques, celle des états-majorsC. Ils supposent une maîtrise de l’espace et une conception des rapports du nom au territoire liés aux besoins d’une minorité dirigeante et à ses conflits internes. Ils invitent à penser, à travers l’espace et le temps et à travers ses noms propres, le « corps » politique et militaire de cette classe.

6De leur côté les nouvelles de Dantzig de la Gazette du 4 décembre 1734 font apparaître :

71) Le territoire : Palatinat (2), provinces du royaume, terres (de la plupart des gentilshommes), provinces de forêt de... défilés. Les 5 premières occurrences sont un commentaire analytique — et peut-être déjà une mise en pièces — du terme royaume. Les deux dernières ont une valeur plus proprement topographique et militaire.

82) Les acteurs du théâtre de la guerre :

9a - Comtes (2), palatins (3), Electeur (3), Primat, vassaux, seigneurs et gentilshommes, etc. Et aussi, assemblée, confédération, nous renvoient à l’oligarchie polonaise.

10b -

11Ainsi que armes (forces des), (ont pris les...). C’est la composante proprement militaire.

12c - Les habitants du palatinat de... : c’est la population d’une partie du royaume : ensemble de sujets regroupés sur un et serti dans un cadre politique et qui est à la fois le support et l’un des enjeux du conflit.

13d - Ceux qui refuseraient de payer leurs dettes ; présente l’idée d’une population qui fournit pour la guerre argent et subsides (cf. les termes : imposition, contribution, rançonner, faire payer...)

14e - Tous les polonais qui ne signeraient pas la formule du serment, évoque un lien juridique entre des personnes morales et l’acte fondateur de l’unité des sujets aristocratiques et de l’autorité politique.

15f - 6 à 7.000 paysans qui habitent la forêt d’Ostrolensko laisse entrevoir la multitude de ceux qui peuplent physiquement un territoire perçu dans son corps géographique réel (végétation et relief : défilés). Le territoire est un réservoir d’hommes et la relation qui s’établit ici entre le territoire et la communauté humaine est d’un tout autre ordre que celle qu’institue le nom aristocratique.

163) La scène de l’information

Lettres
La nouvelle de l’avantage remporté par les troupes.
L'avis du déplacement des troupes.

17Dans la nouvelle de Gazette apparaît l’acte même d’informer et ce qui constitue l’essentiel du contenu de ce type de nouvelles :

  1. le mouvement des troupes
  2. l’action des troupes (les circonstances des opérations militaires)
  3. éventuellement, l’avantage remporté : la victoire. C’est alors la grande nouvelle (cf. Guastalla) qui se prolonge en commentaires, en annonces et en description de fêtes et de cérémonies officielles (Te Deum).

18Les deux brèves annonces de la Gazette d’Utrecht proposent le même dispositif : sur 49 occurrences, 18, soit plus du tiers, désignent les actes et les rôles de la guerre : troupes (4) général (2), forces, divisions, préparatifs.... En somme une classe d’hommes et ce qui constitue à la fois leur rôle et leur métier propres (la guerre). Les deux séries s’imbriquent d’ailleurs parfaitement dans les phrases de l’énoncé, leur conjonction constituant l’essentiel du texte de la nouvelle :

« Les généraux de l'armée russienne font des préparatifs pour dissiper les troupes du roi Stanislas, le Prince de Hesse-Hombourg s’est mis en marche... »

VERBES et GROUPES VERBAUX

19Les éléments verbaux sont susceptibles de mieux dégager la logique du discours. L’ensemble de ce que la Gazette des 4 et 11 décembre 1734 propose en provenance de Dantzig pourrait s’organiser comme suit :

201 – S’assemblerformer une confédération (se confédérer)prendre des résolutionsêtre élu maréchal d’une confédération.

21Ces mots signalent la formation d’un consensus juridique, la reconstitution d’une source de l’autorité, la légitimation du pouvoir.

222 – « Ordonner, régler (il a été réglé que..), exiger, obliger de, recommander de... Nous avons à faire ici à la mise en place d’une autorité et au développement de ses actes (force).

233 – Lever (des impositions), imposer, consentir / refuser de payer, donner des secours à... désignent la recherche et l’obtention des moyens de la guerre.

244 –

25Marcher, camper, avancer, ravager, traiter comme ennemi...

26C’est la série la plus nombreuse ; elle présente l’action, la technique, et la stratégie militaire.

27Cette suite (1, 2, 3, 4,) organise le niveau conjoncturel de l’événement en un scénario simple : au moyen du consensus oligarchique se reconstruit un pouvoir qui s’exerce sur des hommes et sur un territoire par des moyens à la fois juridiques et militaires (défense et conquête). C’est un schème fondamentalement politique (et en ce sens les gazettes sont bien des périodiques politiques) qui exprime le comportement historique et institutionnel de l’aristocratie.

28A ces quatres séries, il faudrait en ajouter au moins deux autres qui feraient apparaître, dans l’événement, les modalités structurelles de l’information.

29A) Se rendre à, arriver de, à ; venir de, sortir de, retourner à... Ces termes à valeur connotative réduite renvoient à un module permanent d’événement qui infère à la fois une carte des lieux et une table des temps. Et dans ce double réseau opère un dispositif d’occurrences réglé par des traits de localisation, de datation et de déplacement (des troupes, des nobles, des rois, de l’Electeur de Saxe).

30B) Écrire (une lettre circulaire), recevoir {des détails des circonstances), recevoir {avis que...), confirmer les lettres, (on) compte que, mander, informer. Ces termes réfèrent au dispositif général de l’information : sa provenance, sa diffusion, sa circulation, son attente. Ils installent dans l’événement la figure d’un public participant et attentif (ON).

31C’est un dispositif assez semblable que propose la série des verbes dans l’article du Mercure de France. On y retrouve une logique parallèle :

  1. L’idée d’une autorité supérieure tutélaire,
  2. liée au consensus et aux modalités de l’allégeance,
  3. et s’organisant comme puissance (force et violence : guerre).

32Les actions se regroupent autour des propositions suivantes :

  • Posséder et défendre une couronne et un territoire.
  • Soumettre des vassaux.
  • Faire la guerre.

33Soucis ancestraux de l’aristocratie que la collection des textes de la Gazette d'Utrecht affirme tout autant (idée d’une aristocratie régnante par l’hégémonie politique et la compétence militaire qui se donne des règles d’allégeance et cherche à constituer sa cohérence propre). Mais ce qui vaudrait une étude particulière, c’est, dans ce périodique, la façon dont le texte nous aide à percevoir une sorte de mise en perspective de l’acte d’informer.

34Soit la phrase : « Un des ministres du cabinet de S.M. déclara, il y a quelques jours à l’Envoyé d’une puissance étrangère que ce Prince était instruit de toutes les offres et de toutes les propositions que Mr de Lestang a faites à la Cour de Pétersbourg, de la part de celle de France ; mais que S.M. la Czarine avait de nouveau fait assurer le roi que... » Le contenu réel de l’information reste secret (quelles offres ? Quelles propositions ?) ; apparaît, en revanche, son organisation et sa propagation.

351) Ce Prince était instruit de...

36La cour de France a fait des propositions à celle de St Pétersbourg.

37Nous sommes placés devant les actes et les décisions des autorités politiques. A ce premier niveau, la communication se fait entre têtes couronnées qui connaissent le contenu et l’enjeu de ces messages. Le lecteur les ignore mais il est toutefois convié à voir le théâtre externe de cette communication.

382) Un des ministres déclara que (cela)...

39Il s’agit de l’amorce d’un processus de propagation et d’officialisation de l’information. Mais ce qui est déclaré ce n’est pas le teneur (secrète) de l’information, mais une sorte d’information seconde, à savoir, que le Prince sait. L’on nous fait savoir que les autorités échangent des messages, sans nous dévoiler le libellé de ces messages.

  • D - Voir M. de Certeau, La culture au pluriel, U.G.E., 1974, p. 11.

403) L’énoncé de la nouvelle relate à la fois 1) et 2) et réalise ainsi la diffusion publique de l’information : Un ministre a déclaré que les princes échangent des messages. L’on rappelle au public que les puissants communiquent entre eux. Informer, c’est déclarer le mode de l’information, c’est représenter son code, c’est la signaler comme protocole. L’objet de la communication est ici et peut-être partoutD l’échange des messages entre les pouvoirs. Dans leur contenu et dans leur forme, ces énoncés de nouvelles composent les éléments d’une même stratégie : celle des noms, du territoire, de l’action militaire et des protocoles communicationnels entre autorités reconnues.

41Si l’on voulait, pour terminer ce court exercice, souligner les termes qui reviennent dans les textes des trois périodiques choisis, on verrait se développer une machine événementielle simple.

Proposition I : Soutenir le Roi. avec cette différence que pour les deux périodiques imprimés en France le Roi s’appelle Stanislas Leczinski alors que pour la Gazette d’Utrecht il s’agit d’Auguste III, Electeur de Saxe.

Proposition II : S’assembler à (Mercure de F. et Gazette), assister à la prochaine diète de pacification (Gazette d’Utrecht). Nous sommes sur le théâtre politique de la recherche concurrente des accords et des consensus.

Proposition III : Donner du secours à (Mercure de F., Gazette de F. et Gazette d’Utrecht), promettre du secours : synthèse de I et II qui suppose l’engagement des éléments de la noblesse et des puissances extérieures dans l’un ou l’autre camp.

Proposition IV : Marcher (se mettre en marche) attaquer... C’est l’organisation des opérations militaires.

42Dans la « petite scène » du texte de nouvelles se trouve concentré ce qui pour bien des lecteurs de l’époque est au centre du théâtre de l’histoire : le litige européen du moment, dans ses aspects juridiques, politiques et militaires ; le problème politico-stratégique qui forme une part importante de la pensée et de l’action aristocratique.

43Plutôt que de prétendre à des conclusions, nous voudrions simplement donner envie d’enrichir une trop succincte analyse.

44On pourrait s’attacher à faire apparaître des écarts de stratégie dans les discours de périodiques différents et à déterminer par quels moyens ils procurent sur un même événement des points de vue différents. On pourrait même songer à étudier les différences dans la vitesse de l’information. Le 4 décembre, la Gazette de France donne une dépêche du 13 novembre, alors que celle d’Utrecht propose le 27 une dépêche du 12 décembre. Soit trois semaines pour la presse française et deux pour la presse de Hollande. Cela tient sans doute à la fois aux distances respectives qui séparent Paris de Dantzig et Utrecht de Varsovie, à l’efficacité des relais dont disposent les modes de communication et à la différence entre le périodicité hebdomadaire et bi-hebdomadaire.

45Sur la foi du corpus dont nous avons disposé, on observe que les termes qui désignent la présence et le travail de la communication sont presque absents dans le Mercure de France, alors qu’ils apparaissent dans les gazettes. Si le phénomène se vérifiait à une plus grande échelle, que pourrait-on conclure du fait que plus on se rapproche des gazettes et plus l’acte d’informer semble s’inscrire dans le texte de l’énoncé ? Pourrait-on utiliser ce phénomène comme un axe typologique pertinent ?

46Ces suggestions invitent à remonter, sinon à, du moins vers la source des énoncés de dépêches pour en examiner la technique de transmission et les modes de correction et de contrôle. On se souvient que JJ. Rousseau, secrétaire à l’Ambassade de Venise, rédigeait pour Montaigu les dépêches adressées au Roi, à Maurepas ou à Amelot (cf. Œuvres complètes, Pléiade, Tome III, pp 1045-1234) ; il serait intéressant d’examiner, pour la même période (1743-1744) les communiqués de la Gazette, pour voir ce qui de l'énoncé d’une dépêche passe dans ce périodique.

47Au-delà de tous ces possibles, cette brève analyse montre que la connaissance de la presse d’information amène à réfléchir à la constitution de typologies et de stratégies d’événements. Nous avons eu affaire ici à une catégorie fondamentale d’événements, constituée, pour l’essentiel, de la logique conjuguée, stratégiquement et conflictuellement déployée, des territoires-institutions et des communautés humaines. L’espace de croisement de ces deux séries, c’est le plus communément le cataclysme naturel (du séisme à la famine ou à l’épidémie) et la guerre : deux radicaux essentiels de notre événementialité.

48Mais ce qui s’impose surtout à l’investigation et à la réflexion ce sont les rapports entre l’information, le territoire et l’événement. Il y a du territoire dans l’événement. L’information est un mode de l’espace et le territoire s’événementialise. C’est dans un jeu de rapports dont l’intelligence suppose les méthodes d’une « nouvelle géographie » que s’inscrit la stratégie des énoncés de nouvelles. Comment le territoire entre-t-il dans l’événement ? Comment l’annonce de l’événement conduit-elle à penser le territoire ? Ainsi, parce qu’ils informent, les périodiques politiques posent des modes de connaissance de l’espace. La comparaison avec d’autres documents (les atlas de l’époque) pourrait permettre de préciser la spécificité de ces énoncés, car il faut s’aviser que cet espace n’est pas une abstraction géométrique ou géographique innocente ; qu’il est essentiellement Faire de référence et le champ d’action d’un groupe social et qu’à la racine des représentations constitutives d’un groupe (c’est-à-dire aussi de ses discours et de son idéologie) se trouve une façon propre de penser et d’organiser l’espace, une façon de s’informer. Le processus n’est sans doute pas tout à fait le même dans les annonces marchandes des gazettes et dans les énoncés des journaux de commerce. Il s’agit là d’une autre stratégie qui compose un autre type de référence au territoire. Chaque type de périodique propose un discours qui relativise l’espace. Il spatialise les éléments d’une vision du monde et aussi les comportements et les actions humaines. Comme si, dans le texte d’information, un discours pensé de l’espace servait à inscrire les traces et les articulations d’un système de valeurs. Comme si par le discours écrit des nouvelles, une éthique parvenait à se former en une sorte de figure écologique permanente : un territoire reconnu et possédé dont il faut préserver l’équilibre et l’hygiène et qu’il s’agit de défendre contre les menaces extérieures et intérieures. Au fond ces anodins textes de dépêches sont d’une façon spécifique – différente de l’évolution du droit – pro fondement politiques. Ils montrent que Gazettes et Mercures sont des outils stratégiques essentiels dans la politique de l’information et l’économie politique des discours.

Annexes

ANNEXES

1 – GAZETTE de FRANCE, 4 décembre 1734, No 54

De Dantzick, le 13 novembre 1734.

La plus grande partie de la noblesse attachée aux intérêts du Roy s’est assemblée à Niska, tous les seigneurs et les gentilshommes qui s’y sont rendus, ont formé en faveur de sa majesté une nouvelle confédération générale dont le sieur Ozarouski a esté élu Mareschal. Il a été réglé dans cette assemblée, qu'on lèverait dans toutes les provinces du royaume pour l'entretien des troupes de sa Majesté les mêmes impositions que les habitants du Palatinat de Czersk ont consenti de payer et qu’on abandonnerait au pillage les maisons de ceux qui refuseraient de payer les taxes qu’on leur aurait imposées. La mesme assemblée a ordonné, que tous les polonais, qui ne signeraient pas la formule de serment dressée à Czersko, ou qui donneraient sans y être contraints par la force des armes, quelques secours aux troupes Moscovites et Saxonnes seraient traitéz comme ennemis de la Patrie. Plusieurs lettres confirment la nouvelle de l'avantage remporté par les troupes du staroste Jacisiski sur celles que le général Keit et le Comte de Wiesbach ont amenées de l’Ukraine mais on n’a encore reçu auncun détail des circonstances de cette action. Le Comte Potocki, palatin de Kiovie a rassemblé un corps considérable de troupes dont il a envoyé une partie vers le Dniestr et dans les Palatinats de Russie et de Cracovie, et il a marché avec l’autre du côté de Jaroslaw. La Palatin de Volhinie, après avoir ravagé les terres de la plupart des gentilshommes du. parti de l’Electeur de Saxe dans les provinces de Sator et de Sévérie, s’est avancé près de Zamosc, où il exige de fortes contributions des vassaux du Prince Sangusko, l'un des plus zélés opposants. Six ou sept mille des païsans, qui habitent la forêt d’Ostrolensko, ont pris les armes dans le dessein de s’emparer des défilez par lesquels l’Electeur de Saxe doit passer en allant à Varsovie, et d'attaquer son escorte. Le Primat est malade à Thorn depuis quelques jours, aussi bien que le Palatin de Masovie. L'Electeur de Saxe arriva le 8 de ce mois à Wurtemberg où plusieurs des seigneurs et des gentilshommes, qui soutiennent son Election se trouvèrent pour le complimenter sur son retour. On a requ avis de Nerva, que les troupes françaises, qui s’y étaient rendues de Cronstadt, s’estaient embarquées ; que les vaisseaux destinés à les transporter en France avaient mis à la voile et qu’on comptait qu’elles arriveraient le 14 ou le 15 à Copenhague.

2 – GAZETTE de FRANCE, 11 décembre 1734, No 55

De Dantzick le 20 novembre 1734.

Le sieur Ozarouski, mareschal de la Nouvelle Confédération générale faite en faveur du Roy, a écrit une lettre circulaire aux Palatins et aux Starostes qui n’ont pû se trouver à l’assemblée tenue à Niska pour les informer des résolutions qui y ont été prises, et pour leur recommander de faire payer exactement dans toutes les provinces du Royaume les impositions qu’on a ordonné de lever pour l’entretien des troupes et pour les autres dépenses de la guerre. La plupart des Seigneurs et des gentilshommes, qui se sont conféderez, s’estant déterminez à prendre les armes pour soutenir les droits du Roy et de la Nation, le sieur Ozarouski s’est mis à leur tête et il a marché du côté de Zamosc, dans le dessein de joindre le palatin de Volhinie, qui continue d’exiger des contributions de tous les vassaux du Prince Sangusko. La noblesse du Palatinat de Belsk a formé une confédération particulière, dont le Comte Potocki, palatin de Kiovie, et régimentaire de la Couronne, a esté élu Mareschal, et par laquelle elle s’est engagée non seulement à ne fournir aucun secours aux Saxons et aux Moscovites, mais encore à les attaquer toutes les fois qu’il importera au service du Roy et à traiter comme ennemis de la Patrie tous les Polonais qui ne se conformeront pas à ce qui a été prescrit par les assemblées de Niska et de Czersko. Le régimentaire de la Couronne, qui était allé camper à Jaroslow avec une partie des troupes qu’il a rassemblées a rejoint celles qu’il avait fait marcher vers les Palatinats de Russie et de Cracovie, et il a pris le route de Comarno. Le Comte Pocei ayant été informé que les troupes commandées par le Prince Wienovieski avaient été renforcées par quelques régiments Moscivites, a jugé à propos de sortir de la Lithuanie, mais on compte qu'il y retournera aussitôt après qu’il aura reçu le secours qu’il attend. Les Païsans qui habitent les forêts de Lonza, de Prosnik et d’Oztrosga, s’estant assemblés pour empêcher les moscovites d’y pénétrer, le général Lesci les a engagés à quitter les armes en leur promettant de n’exiger d'eux aucune contribution et en leur donnant des otages pour leur répondre de l’éxécution de cette promesse. L’un des corps de troupes Moscovites venus de l’Ukraine a été obligé par celle du staroste Jacisiski de quitter les environs de Zsaraza et de se retirer du côté de Berestesko. L’Electeur et l’Electrice de Saxe qu’on attendait à Warsovie le 14 ou le 15 de ce mois n’y arriveront que le 24 ou le 25 à cause des différents obstacles qui ont retardé leur marche. On mande de Dannemark que deux vaisseaux sur lesquels les troupes françaises qui étaient en Moscovie, se sont embarquées à Nerva, étaient arrivez le 15 à Copenhague.

3 – MERCURE de FRANCE, Décembre 1734

Nouvelles étrangères, p. 2710-2713.

On a appris par les lettres de la fin du mois dernier, que la plus grande partie de la Noblesse attachée aux intérêts du Roi s'est assemblée à Niska, et que tous les Seigneurs et les Gentilshommes qui s’y sont rendus, ont formé en faveur de S.M. une nouvelle Confédération générale, dont M. Ozarouski a été élu Maréchal. Il a été réglé dans cette assemblée qu’on leveroit dans toutes les Provinces du Royaume pour l’entretien des troupes de S.M. les mêmes impositions que les habitants du Palatinat de Czersk ont consenti de payer, et qu’on abandonneroit au pillage les maisons de ceux qui refuseroient de payer les taxes qu’on leur auroit imposé.

La même assemblée a ordonné que tous les Polonais qui ne signeroient pas la Formule de serment dressée à Czersko, ou qui donneraient, sans y être contraints par la force des armes, quelques secours aux troupes Moscovites et Saxones, seraient traitez comme ennemis de la Patrie.

La plupart des Seigneurs et des Gentilshommes qui se sont confédérés, s’étant déterminés à prendre les armes pour soutenir les droits du Roy et de la Nation, M. Ozarouski s’est mis à leur tête, et il a marché du côté de Zamosc, dans le dessein de joindre le Palatin de Volhinie, qui continue d’exiger des contributions de tous les Vassaux du Prince Sangusko.

La Noblesse du Palatinat de Belsk a aussi formé une confédération particulière, dont le Comte Potocki, Palatin de Kiovie, et Régimentaire de la Couronne, a été élû Maréchal, et par laquelle elle s’est engagée, non-seulement à ne fournir aucun secours aux Saxons et aux Moscovites, mais encore à les attaquer toutes les fois qu’il importera au service du Roi, et à traiter comme ennemis de la Patrie tous les Polonais qui ne se conformeront pas à ce qui a été prescrit par les assemblées de Niska et de Czersko.

Les Seigneurs et les Gentilshommes assemblez à Niska, ont établi avant que de se séparer, un Tribunal qui tiendra ses séances à Kolbusow, et qui counoitra de toutes les affaires ayant rapport à la nouvelle Confédération générale faite en faveur du Roi. Ce Tribunal sera composé de deux Députez de chaque Palatinat, et le Staroste Fasielski, qui a été élû Vice-Maréchal de la Confédération, y présidera en l’absence de M. Ozarouski, lequel est allé à la tête d’une partie de la Noblesse confédérée joindre le Palatin de Volhinie.

Il a été résolu dans l'assemblée tenue par la Noblesse du Palatinat de Belsk, de lever un Régiment qui sera entretenu aux dépens de la Province, et dont les Officiers seront nommés par le Comte Potocki, Palatin de Kiovie, et Régimentaire de la Couronne, qui est toujours avec ses troupes dans les environs de Comarno, et à qui le Palatin de Belsk a envoyé des Députés pour le prier d'accepter la place de Maréchal de la Confédération particulière formée depuis peu à Belsko.

La Noblesse confederée en faveur du Roi, et assemblée à Niska, a envoyé à S.M. l’Acte de la nouvelle Conféderation, lequel poste que le Roi peut seul être regardé comme légitime Souverain de la Pologne et de la Lithuanie, et que S.M. ayant été couronnée en 1704 n'a pas besoin d’être couronnée une seconde fois pour exercer les fonctions de la Royauté ; qu'ainsi les Conféderés la supplient de vouloir bien pourvoir à l’administration de la Justice, et de nommer aux Bénéfices et aux Charges qui vacqueront dans la Pologne ; qu’ils prient aussi le Roi d’envoyer des Ambassadeurs dans plusieurs Cours de l’Europe, et qu’ils se réposent sur S.M. du soin de donner à ses Ministres les instructions qu’elle croira nécessaires ; qu'ils renouvellent au nom de tous les Palatinats les engagements qu’ils ont pris dans la Diette générale de convocation, dans celle d’élection, et dans les conféderations particulières, par lesquelles ils se sont obligés de maintenir, aux dépens de leurs biens et de leur vie, les droits du Roi et de la Nation ; qu’ils invitent tous les Polonais, qui par crainte ou par quelqu’autre motif ont violé les serments qu'ils avoient faits dans les deux dernières Diettes, à se soumettre à S.M. et qu’on poursuivra avec la dernière rigueur ceux qui persisteront dans leur révolte.

Par le même Acte de conféderation, tout Prince Etranger, ou tout Seigneur Polonais, qui disputera la Couronne au Roi, est déclaré ennemi de la Patrie, et il sera exclus pour jamais, ainsi que ses descendans, du Trône de Pologne.

Les Palatins de Livonie et de Pomerelie, M. Ossalinski. Grand Trésorier de la Couronne, et plusieurs autres Seigneurs, qui étoient restez à Dantzick depuis qu’ils avoient été obligés par les Moscovites de se soumettre à l’Electeur de Saxe, sont allez joindre le Roi.

Le Primat est toujours malade à Thorn, dont le Gouverneur continue de le faire garder à vûe.

Le Comte Potocki, le Palatin de Belsk, M. Czapski Palatin de Pomeranie, M. Zaba Palatin de Minsko ; M. Sottohufs Grande Trésorier de Lithuanie ; le Comte Pocci, Vice-Trésorier de la même Province, et frere du Comte Pocci qui en est Grand Régimentaire ; les Starostes de Mecreszki et de Bralacerkiow, les Evêques de Smolensko et de Vilda ; le Comte Sapieha Prévôt du Chapitre de l’Eglise Cathédrale de cette dernière Ville, et plus de cent cinquante Gentilshommes, tant de Pologne que de Lithuanie, se sont rendus depuis peu à Konigsberg auprès de S.M. Ceux d’entr’eux, qui s’étant trouvez à Dantzick pendant le siège, ont été obligez, après que les Moscovites s’en sont rendus maîtres, de se soumettre à l’Electeur de Saxe, ont fait publier un Mémoire dans lequel ils prouvent la nullité des Actes que le Comte de Munich leur a fait signer.

4 – GAZETTE d’UTRECHT, 27 décembre 1734

De Varsovie le 12, décembre.

Les Généraux de l’Armée Russienne font des préparatifs, pour dissiper les troupes du Roi Stanislas. Le Prince de Hesse Hombourg, s’est mis en marche, pour attaquer celles que commande le Palatin de Kiovie, & et qui font campées près de Podgorz en Volhinie Le Général Sagresky marche, avec sa division, contre celle du Comte de Tarlo, Palatin de Lublin. Le corps de troupes, sous les ordres de ce Palatin, occupe un poste avantageux à quatorze lieues de Rawd, dans la Grande Pologne. L'Impératrice de Russie vient de faire publier en ce Royaume, un Manifeste, dans lequel S.M. Cz. renouvelle les assurances et les bonnes intentions, & promet de retirer les troupes de la Pologne, dès que la tranquilité publique y sera rétablie.

5 – Supplément à la GAZETTE D’UTRECHT du 31 décembre 1734

De Varsovie le 15 décembre.

Il continuë d’arriver ici, beaucoup de Seigneurs Polonois & Lithuaniens, qui. pour éviter d’avoir leurs terres occupées par les troupes Moscovites ou Saxones, prennent le parti de venir faire leurs soumissions au roi. Tous ces Seigneurs doivent demeurer en cette ville, pour assister à la prochaine Diète de pacification. Un des Ministres du Cabinet de S.M. declara, il y a quelques jours, à l’Envoyé d’une Puissance étrangère, que ce Prince étoit instruit de tous les offres & de toutes les propositions que Mr. de Lestang a faites à la Cour de Petersbourg, de la part de celle de France ; mais que S.M. Cz. avoit de nouveau fait assurer le Roi, qu’Elle ne se relacheroit point du secours qu’Elle lui a promis, & qu’Elle continueroit de le soutenir de toutes les forces.

Notes

AMercure de France de décembre 1734, nouvelles étrangères : Pologne, pp. 2710-3713. Gazette (de France) du 4/12/1734 : nouvelles de Dantzig du 13 novembre 1 734 et la même du 11/12/1734 : nouvelles de même origine du 20 novembre de la même année. Gazette d'Utrecht, feuille du 27 décembre 1734 (de Varsovie. 12 décembre) et supplément à la Gazette du 31 décembre (de Varsovie le 15 décembre). Soit 5 énoncés extraits de 3 périodiques : la relation d’événements qui s’étalent sur 4 à 6 semaines (du début de novembre à la mi-décembre). Voir ces textes en annexes.

B – Que l'énoncé de presse le plus répandu alors (la Gazette) puisse se lire à l’aide d'un indicateur général des noms propres, c’est ce que prouve la table du Marquis de Grange de Surgères (Répertoire historique et biographique de la gazette de France depuis l'origine jusqu’à la révolution, 4 volumes. Paris, 1902), qui permet le repérage des articles de la Gazette à l'aide d'un index nominatif.

C – Cf. Yves Lacoste, La géographie, ça sert d’abord à faire la guerre, Maspéro, 1974. Le « curieux de nouvelles », lecteur de Gazettes et de Mercures, pouvait disposer à l’époque d'atlas appropriés. Vers la fin de la guerre de Sept Ans. les périodiques français annoncent la parution d’un Allas géographique et militaire, ou théâtre de la guerre présente en Allemagne, où sont marquées les marches et campements des Armées, depuis l’entrée des troupes prussiennes en Saxe, en Août 1756 jusqu'au commencement de 1761. Par M. Rizzi Zannom, de la société cosmographique de Gottingue, professeur de géographie. A Paris chez Ballard... relié en maroquin 6 livres et en veau 5 livres. Présentant cet ouvrage, les Mémoires de Trévoux, (Avril 1761, 2ème tome, pp 11 23-1124) écrivent : « nous désirons fort que ce petit atlas ne serve pas longtemps aux curieux de nouvelles. A la Paix, il sera gardé dans le cabinet comme une curiosité : la gravure en est exquise et la propreté de l'exécution parfaite. Jusqu’à la paix il servira de nomenclateur. Les gazettes nous articulent des noms mal-nés pour les oreilles, comme dirait Boileau, et le petit Atlas de M. Zannoni remet sous les yeux tout ce théâtre de la guerre, toute cette Allemagne arrosée de tant de sang, témoin de tant de valeur, et couverte de tant de doublons. Il y a ici 20 cartes ou morceaux de géographie ou topographie par rapport à l’Allemagne. On y a marqué les batailles, les rencontres et toutes ces actions meurtrières qui font la gloire des héros militaires, et le profit des auteurs de relation, de campement etc... On donne aussi un état des lieues, des milles et une combinaison de toutes ces distances selon divers pays ».
Le 13 avril de la même année les Annonces, Affiches et Avis divers de l'Abbé Aubert annoncent : « la nouvelle édition de la carte de M. Carlet de la Rozière, ayde de camp de MR le Maréchal de Broglie contenant le Landgraviat de Hesse et ses frontières depuis Giessen jusqu'à Lippstadt, Paderbon et Eimbeck. En deux feuilles de grand aigle. Le prix est de 8 livres et de 12 livres découpée et collée sur toile ».
Sans doute pourrait-on reconnaître sur les cartes et dans les Atlas militaires de ce type les lieux que l’on ne retrouve pas toujours sur les nôtres ; par exemple pour la Pologne : Niska, Czersko, Sator, Sévérie et la forêt d’Ostrolensko.

D - Voir M. de Certeau, La culture au pluriel, U.G.E., 1974, p. 11.

© Presses universitaires de Lyon, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search