Version classiqueVersion mobile

L'Aventure dans la littérature populaire au xixe siècle

 | 
Roger Bellet

Les affiches de librairie illustrées pour le roman populaire sous le second empire

Maxime Préaud

Texte intégral

1Le Département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale possède une belle collection (entrée grâce au dépôt légal des images imprimées) d’affichettes et d’affiches de librairie, de toutes époques concernées par le phénomène. Ce sont des documents en général peu connus, parce qu’éphémères par définition, et devenus fort rares pour des raisons diverses, la meilleure étant la loi qui veut que toute pièce sans valeur vénale au moment de sa production soit vouée à une disparition rapide, surtout lorsque, comme c’est le cas ici, son support est particulièrement fragile et que ses dimensions sont importantes.

2Au XIXe siècle, le développement de la presse et la concurrence que se livrent les différents journaux entraînent ces derniers à publier en feuilletons des romans de toute nature afin d’attirer et de retenir une clientèle versatile. Le même phénomène se produira à la fin du siècle aux États-Unis d’Amérique lorsque les groupes de presse de Hearst et de Pulitzer engageront une lutte acharnée qui permettra le développement de la bande dessinée. Comme il est naturel, ces batailles s’accompagnent de campagnes publicitaires où les affiches jouent un grand rôle.

3Ces documents publicitaires illustrés de dessins d’artistes lithographes se présentent essentiellement sous deux formes :

  1. Des affichettes d’un format approximatif de 40 x 60 cm en papier de couleur très fin. L’illustration et le titre du roman sont combinés sur la même feuille avec le nom de l’auteur. Ainsi qu’il est précisé sur les documents mêmes, ces affichettes sont destinées à être placées à l’intérieur des librairies (et des cabinets de lecture ?).
  2. Des affiches d’un format plus grand, d’environ 55 x 70 cm, qui ne comportent que l’illustration lithographiée, tirée sur un papier relativement épais, et qui sont collées sur un placard typographié en papier de couleur très fin, d’environ 125 x 85 cm, portant le titre de l’ouvrage, le nom de l’auteur et celui de la publication périodique dans laquelle le livre est paru. Ces affiches étaient destinées à être collées sur les murs de la ville.
  • 1 Cela se passait en des temps anciens, et la logique de ces classements peut paraître incertaine ; (...)

4Au Département des Estampes de la Bibliothèque nationale, ces documents ont été répartis selon deux classements différents1 :

  1. Un classement thématique. Il concerne uniquement les affichettes, que leur format relativement réduit permettait autrefois de regrouper dans des portefeuilles maniables par une personne seule. Elles sont aujourd’hui regroupées2 dans des boîtes portant la cote Tb mat. 23 où elles sont classées dans l’ordre alphabétique des titres des livres qu’elles annoncent4.
  2. Un classement par artistes. C’est le régime général des oeuvres conservées au Département des Estampes, seuls les doubles et les anonymes étant en principe destinés aux séries thématiques.
    1. Œuvres des artistes reliées : pièces collées sur des feuilles insérées dans des volumes reliés. Cela concerne généralement des documents n’excédant pas un certain format.
    2. Œuvres non reliées (s.n.r. : suppléments non reliés) : pièces volantes, souvent doubles, de tous formats.
  • 5 A votre bon cœur.

5Il était hors de question pour moi d’examiner toutes les affiches de librairie conservées à la Bibliothèque nationale, et d’abord parce que le travail de repérage de ces pièces et leur catalogage reste à faire5. J’ai dû me contenter d’une sélection, fruit d’un hasard légèrement dirigé. Grâce aux affichettes classées par thèmes, j’ai pu repérer un certain nombre de dessinateurs qui m’ont paru représentatifs, à la fois par leur production et par leur talent ; j’en ai choisi trois, dont j’ai examiné l’œuvre plus en détail, y choisissant les images ayant trait de la façon la plus apparente à l’illustration du roman populaire d’aventures.

  • 6 Je remercie Françoise Jestaz, conservateur au Cabinet des Estampes, d’avoir bien voulu lire une pa (...)
  • 7 Jean-Paul Sartre, La Nausée, Gallimard (coll. Folio), p. 205-206 notamment.

6Cette sélection de documents une fois opérée, restait le travail le plus long : lire les livres annoncés par ces affiches publicitaires6. J’avais dans l’idée de mener une étude sur le rapport entre ces images et les romans, gardant en mémoire les propos de Sartre sur les « situations privilégiées » et les « moments parfaits »7 : dans La Nausée, Anny évoque comme exemple des « situations privilégiées » les illustrations d’une ancienne édition de l’Histoire de France de Michelet ; ces illustrations, d’une part, étaient le résultat d’une sélection du sujet considéré comme le plus important ou le plus caractéristique d’un chapitre, et d’autre part elles dépassaient le texte dans la mesure où elles faisaient appel à une documentation extérieure et à l’imagination même de l’artiste ; enfin, la réalisation de l’image et sa présence même, la relation texte-image, faisaient sur le lecteur un effet particulier digne d’étude.

  • 8 Opération réussie dans une certaine mesure puisque j’ai choisi les romans en fonction de ce que l’ (...)

7En bonne logique, les images destinées à assurer la publicité d’un ouvrage devraient avoir le même but et les mêmes effets : rendre compte en une seule composition de l’esprit du livre, séduire le lecteur éventuel en excitant son imagination, et vice versa8. Il pouvait être intéressant d’examiner :

  1. Si l’affiche est un compte-rendu synoptique du roman ou bien si elle illustre simplement un épisode. Presque toutes les affiches retenues illustrent un détail du roman.
  2. Au cas où elle illustre simplement un épisode, s’il s’agit d’un épisode capital, d’un épisode secondaire, d’un épisode particulièrement facile à illustrer, ou d’un épisode secondaire mais très spectaculaire. Au bout de ma brève enquête, pas de réponse claire ni définitive, ce qui est assez normal dans la mesure où il n’est pas toujours facile de déterminer l’importance d’un épisode particulier dans un roman d’aventures, surtout s’il est riche en aventures ; les quatre cas proposés dans la question se sont présentés.
  • 9 Sujet de thèse possible, à condition que, comme je le précise plus haut, soit effectué auparavant (...)

8Dans l’ensemble, donc, le travail que j’ai mené se révèle un peu décevant. Ce n’est pas vraiment une surprise car, par manque de temps, je n’ai pas pu faire entrer dans mon enquête un nombre suffisant d’item. Il me semble cependant qu’un tel exercice mériterait d’être poursuivi et mené à bien9.

  • 10 Ces maigres informations sur ces trois artistes viennent de l’Inventaire du Fonds Français, graveu (...)

9Mon choix s’est porté sur les œuvres de trois artistes, tous trois peu connus : A. Belloguet, dont on ignore le prénom complet et les dates de naissance et de décès ; on sait qu’il est productif entre 1843 et 1872 et que son œuvre se compose essentiellement d’environ quatre-vingts affiches (et surtout d’affichettes) de librairie ; c’est le moins talentueux des trois. Auguste Belin, probablement originaire de Dijon, travaille entre 1845 et 1889, produisant environ soixante-dix affiches de librairie. Le troisième est Horace Castelli (1825-1889), dont l’œuvre est plus variée, puisqu’il a aussi publié de nombreuses illustrations, notamment pour les romans de la comtesse de Ségur dans la Bibliothèque rose10. Comme on le voit, la période d’activité de ces trois artistes est la même ; leurs images peuvent donc nous donner une idée du paysage libraire sous le Second Empire.

10J’avais choisi une cinquantaine d’exemples pour mon exposé oral, essentiellement destiné à faire connaître aux amateurs et spécialistes du roman populaire la richesse d’une source documentaire aussi spectaculaire que sous-exploitée, mais j’ai réduit ce nombre pour les besoins de la publication. Je décris les item dans l’ordre alphabétique des auteurs.

111. Affiche pour AINSWORTH (William Harrison), Jack Sheppard ou les Chevaliers du brouillard, publié à Paris, au Bureaux du Siècle, 1850-1868, 11 vol. in-4° ; lithographie au crayon et au pinceau par Castelli, Destouches imprimeur lithographe, 1857. Exemplaire sans le placard.

12Le roman, traduit de l’anglais, ne manque ni d’esprit ni de péripéties, bien qu’il ne soit guère palpitant. L’artiste a choisi d’illustrer le passage à la fois le plus dramatique et le plus spectaculaire, celui où le héros, poursuivi par une haine féroce et accablé par une effroyable tempête sur la Tamise, échappe de justesse à la mort.

132. Affichette pour BERTHET (Élie), La Bête du Gévaudan, Paris, L. De Potter, 1858, 5 vol. in-8° ; lith. à la plume par Belloguet, Simon Jeune impr. lith., 1858 ; sur papier beige.

14L’histoire se passe en 1764 dans la région du Gévaudan, au moment où sévit la terrible bête. Le héros, Léonce, ne connaît pas ses origines. Il a été élevé par les bénédictins de l’abbaye de Frontenac. Ceux-ci sont en procès avec le baron de Laroche-Boisseau, qui les accuse d’avoir capté l’héritage de son oncle le comte de Varinas. Le baron et Léonce sont également en compétition pour l’amour de la belle Christine de Barjac, qui a imprudemment promis sa main à qui tuerait la bête du Gévaudan. Le loup – et c’est l’explication originale que l’auteur propose des exploits de cet animal légendaire – est aidé dans ses crimes par un berger devenu lycanthrope, Jeannot-Grandes-Dents, qui périra dans sa lutte avec un garde-chasse dont la fille a été dévorée par la bête. On apprend finalement que Léonce n’est autre que le fils du comte de Varinas, lequel l’avait fait enlever dans son enfance pour le soustraire à l’influence protestante et libertine de la branche cadette de la famille. Léonce tue la bête et épouse la belle, tandis que Laroche-Boisseau est tué en duel.

15L’affichette s’inspire très exactement du texte du passage (t. 5, ch. 1er) décrivant le combat entre le garde-chasse Fargeot, Jeannot-Grandes-Dents et le loup. C’est évidemment une scène capitale et des plus spectaculaires de l’ouvrage, qui possède d’ailleurs de bonnes qualités.

163. Affiche pour BLANQUET (Albert), Le Château des spectres, publié par le Passe-Temps, vers 1864 ; lith. à la plume par Belin, Simon impr. lith., 1864 ; collée sur placard typographié jaune.

17Cette affiche impressionnante m’avait particulièrement alléché, il est aisé de comprendre pourquoi ; malheureusement la Bibliothèque nationale ne possède pas d’édition en volume de cet ouvrage, et je n’ai pas eu le loisir d’avoir recours à la collection du Passe-Temps.

184. Affiche pour BOULABERT (Jules), Le Fils du supplicié, publié par le Passe-Temps, édité en volume chez Cadot, 1865, 2 vol. in-18 ; lith. au crayon et à la plume par Belin, Simon impr. lith., 1865 ; collée sur placard typographié jaune.

19Deux contrebandiers, Francis de Mérinvol et Gasparo, assassinent un riche Anglais dans une gorge pyrénéenne. Mais Mérinvol veut le butin pour lui seul et laisse Gasparo pour mort. La police découvre le crime, en même temps qu’un pauvre hère, nommé Josépha, qui est condamné à mort pour l’assassinat de l’Anglais. Or Gasparo n’avait été que blessé par Mérinvol ; il décide de se venger et de venger en même temps la mémoire de l’innocent Josépha, dont il prend le fils à sa charge, « le fils du supplicié ». Gasparo prend le nom de Pierrebuff et répand le bien autour de lui. Or le fils du supplicié tombe amoureux d’Eve, la fille de Mérinvol, elle-même convoitée pour sa fortune par trois messieurs. Elle se promet à Josépha, mais de multiples obstacles se dressent entre les deux amoureux, Josépha étant même accusé de meurtre et emprisonné. Cependant Pierrebuff-Gasparo réussit à faire condamner Mérinvol à la guillotine, puis se suicide, sa vengeance accomplie.

20L’image évoque un des nombreux épisodes de cette aventure, la délivrance par les enfants de Pierrebuff d’Eve emprisonnée par son père et un complice dans un souterrain.

21Eve de Mérinvol sera l’héroïne de La Fille du pilote, suite du Fils du supplicié, que Boulabert publiera dans le Passe-Temps en 1866, ce qui donnera à Belin l’occasion d’une nouvelle affiche, tout aussi remarquable.

225. Affichette pour CAPENDU (Ernest), Le Capitaine La Chesnay, chez Cadot, 1860, 11 vol. in-8° ; lith. à la plume et au crayon par Belloguet, Simon Jeune impr. lith., 1860 ; sur papier gris.

23Excellent roman, très documenté, très complexe, avec de nombreux personnages, influencé par les théories alors très à la mode sur le magnétisme animal. L’histoire se passe en 1605. Le capitaine La Chesnaye est un bandit d’autant plus insaisissable qu’il est en réalité représenté par trois frères, qui sont des triplés et se ressemblent comme trois gouttes d’eau. Ils agissent sur les ordres de leur père, vieux magicien à la recherche de l’éternité. Mais ils sont combattus par un magicien plus puissant, Van Helmont, qui a pris sous sa protection un jeune homme, Marc de Grandair (peut-être l’ancêtre de la patronne de Bécassine), dont La Chesnaye a autrefois assassiné le père et usurpé le titre et les richesses. Force restera aux honnêtes gens, mais après de multiples péripéties.

24La scène représentée sur l’affichette est une des toutes dernières du livre, mais pas nécessairement la plus représentative. Le vilain magicien, maître Eudes, est assailli par son propre lion apprivoisé que le sang rend fou. Après avoir vainement tenté de détourner sur son dernier fils survivant la colère de l’animal, Eudes fait tomber une torche enflammée sur les barils de poudre entreposés là, et les grottes mystérieuses creusées dans la falaise d’Étretat explosent, ensevelissant les méchants.

256. Affiche pour DUPLESSIS (Paul), L’Aventurier mexicain ou le Batteur d’estrade, publié par le Conteur en 1862 ; lith. à la plume et au crayon par Belin, Simon Jeune impr. lith., 1862 ; collée sur placard typographié jaune. Le roman avait d’abord été, semble-t-il, publié par Cadot (Le Batteur d’estrade suivi de La Fille de la Vierge, 1856, 3 et 5 vol. in-8°).

26L’histoire se passe dans le sud de San Francisco, la Sonora, vers 1850. Cette région est tenue par les Apaches. De nombreux personnages entrent en scène. Le héros de l’histoire, Joaquin Dick, dit le « batteur d’estrade » (on dirait un « scout » ou un éclaireur, guide de caravanes, aujourd’hui), est un grand d’Espagne en exil, immensément riche car il possède le trésor des Aztèques. Il découvre progressivement qu’il est le père d’une nommée Antonia dont il croyait que la mère l’avait odieusement trompé dans sa jeunesse. Antonia est partagée entre l’amour d’un gentilhomme français, le comte d’Ambrun, qu’elle épousera, et la haine d’un autre, le marquis de Hallay, personnage peu sympathique qui lui voue une passion malhonnête. Au cours d’une expédition qu’il a montée pour récupérer l’or des Aztèques, Hallay enlève la jeune femme. Mal lui en prendra. Ce résumé n’indique que peu la complexité du scénario et les revirements de situations. Malgré les sentiments excessifs des personnages, la description du caractère des Américains, des Mexicains, la présence de seconds rôles assez élaborés font de ce livre un bon roman et un intéressant document.

27L’affiche décrit le moment où le batteur d’estrade, dans la tente d’Antonia au milieu du campement des aventuriers à la solde du marquis de Hallay, cherche à la convaincre de s’enfuir ; mais il n’ose lui avouer qu’elle est sa fille et, se méprenant sur ses intentions, elle se refuse à le suivre ; il est alors trop tard, et les aventuriers empêchent l’évasion de la jeune femme, sans pouvoir toutefois retenir l’insaisissable Joaquin Dick.

287. Affiche pour FÉRÉ (Octave), La Bergère d’Ivry, publié par le Conteur en 1865 ; lith. à la plume et au crayon par Belin, Simon Jeune impr. lith., 1865 ; collée sur placard typographié jaune. Republié chez Cadot en 1866, 3 vol. in-4°.

29Le marquis de Nizy, homme sans scrupules, veut hériter de la fortune de sa femme, d’abord en exigeant le mariage de sa fille Clémence avec un de ses sordides partenaires de jeu avec qui il partagerait la dot, puis en empoisonnant la marquise. Il peut faire pression sur son épouse par le moyen d’une fille naturelle que celle-ci conçut alors qu’elle était déjà mariée et que le marquis lui enleva dès sa naissance sous prétexte de cacher cette faute. La jeune Aimée vit recluse chez une brave femme à la barrière d’Ivry, où elle garde quelques chèvres. Mais presque tous les mauvais coups du marquis seront déjoués par un jeune médecin qui sauvera la marquise de la tentative d’empoisonnement et évitera à Clémence le mariage qu’elle redoutait.

30Seule Aimée, la « bergère d’ivry », mourra sous les coups d’un des sicaires du marquis, car, amoureux de la jeune fille, il n’aura pas supporté son refus. C’est l’épisode dramatique illustré par Belin.

318. Affiche pour FÉVAL (Paul), Le Fils du diable, chez Michel Lévy Frères, 1854 ; litho. au crayon et au pinceau par Castelli, Destouches impr. lith., 1854 ; épreuve sans le placard.

32Cet excellent roman, d’abord destiné à l’Époque, fut publié pour la première fois à Bruxelles, en 1846-1847, 9 tomes en 3 vol. in-16. Il fut lancé avec un grand luxe de publicité pour l’époque, ce qui est d’autant plus remarquable que le roman contient déjà des critiques contre l’invasion de la publicité.

33L’histoire est contemporaine de l’écriture. Le début du roman, avec l’assassinat de Gunther de Bluthaupt et de sa femme en couches, est digne de la caméra de Dreyer. Le livre contient également une fort belle description du carreau du Temple. Le comte Ulrich de Bluthaupt est assassiné par six complices, qui assassinent également son frère et l’épouse de ce dernier. Mais les trois bâtards du comte Ulrich les empêchent de tuer l’enfant que vient de mettre au monde la jeune femme. Vingt ans après, on retrouve tout le monde. Les assassins ont largement exploité l’héritage. Ils menacent la vie du jeune Franz qu’ils ont repéré. Mais les trois bâtards s’évadent un moment de la prison où ils sont détenus pour raisons politiques, défendent l’enfant et le remettent dans ses droits. Les trois bâtards se ressemblent étonnamment physiquement et, comme dans le Capitaine La Chesnaye, c’est un des ressorts du roman.

34L’affiche de Castelli représente une des dernières scènes. Les trois bâtards de Bluthaupt, enveloppés dans leur manteau rouge, sont devant le lit de Franz, l’héritier, pour le défendre contre les assassins, au premier rang desquels on reconnaît le magyar Yanos et, à gauche, D Sara. Il faut noter que Rouchon, le célèbre affichiste de cette époque, a traité exactement le même passage, quoique dans une composition différente, et en couleurs.

359. Affichette pour FÉVAL (Paul), Le Roi des Gueux, chez L. De Potter, 1860 (suivi de La Maison de Pilate), 6 et 7 vol. in-8° ; lith. à la plume et au crayon par Belloguet, Proust impr. lith., 1859 ; sur papier orange.

36Histoire très complexe au milieu des intrigues de la cour espagnole de Philippe IV. Le duc de Medina-Celi a été emprisonné pendant quinze ans. Un de ses anciens serviteurs, Pedro Gil, passé au service de tout le monde dont le comte-duc Olivarès, favori du Roi, croit l’avoir fait assassiner. Il le remplace par Esteban, le roi des Gueux, qui ressemble au duc de Medina-Celi comme un frère jumeau. Mais le duc s’est échappé, grâce à l’aide d’un jeune seigneur amoureux de sa fille, Ramire de Mendoze. La ressemblance du vrai duc avec Esteban lui permet de se faire passer à son tour pour le roi des Gueux lui-même.

37La scène représentée sur l’affichette est celle où le vrai duc, faux roi des Gueux, arrive à échapper aux alguazils mandés pour l’arrêter, à la faveur du trouble qu’il a lui-même provoqué en jetant à terre l’écriteau ordonnant (sur décision d’Olivarès) que tous les Gueux seraient chassés de Séville (t. IV, ch. 1er). Ce n’est certainement pas la scène la plus spectaculaire du livre mais une des plus importantes dans la mesure où elle permet la substitution des personnages.

3810. Affiche pour KOCK (Henry de), La Grande empoisonneuse, publié par le Passe-Temps ; lith. à la plume par Belin, Si¬ mon Jeune impr. lith., s.d. ; collée sur placard typographié jaune.

39Elena Tofana, dite « la grande empoisonneuse », obligée de quitter l’Italie où ses méfaits innombrables l’empêchent de vivre en paix, vient s’installer à Paris, sollicitée par Catherine de Médicis. Mais elle est poursuivie par la haine de deux gentilshommes qui veulent venger les membres de leur famille qu’elle a empoisonnés. A cette vengeance vient s’ajouter celle de Philippe de Gastines qui a vu toute sa famille et ses amis assassinés par le sinistre baron des Adrets le jour de son mariage. La vengeance sera terrible et Elena Tofana mourra après avoir elle-même empoisonné ses enfants.

40L’image dépeint la scène horrible où la mère découvre ses jumeaux morts par ses soins.

4111. Affiche pour KOCK (Henry de), L’Auberge des treize pendus, publié par le Conteur, vers 1868 ; lith. à la plume et au crayon par Belin, Simon Jeune impr. lith., vers 1868 ; collée sur placard typographié jaune. Publié chez Cadot en 1866, 2 vol. in-18.

42Roman se passant au XVIIe siècle et racontant à sa manière la conspiration de Chalais contre Richelieu. Les treize pendus sont treize habitants de La Rochelle décidés à en finir avec le cardinal, et qui se cachent dans une auberge pour y tuer en duel les Raffinés d’Isaac de Laffemas à la solde de Richelieu. Leur complot échouera et ils seront pendus dans cette auberge. Mais d’autres personnages entrent en scène, et notamment un certain Pascal Siméonis, qui se dit « chasseur de lâches » et qui cherche à protéger le comte de Chalais condamné par sa passion pour la conspiratrice duchesse de Chevreuse.

43L’affichiste n’a certainement pas choisi un des épisodes les plus spectaculaires du roman, qui comporte pourtant plusieurs scènes de bagarres assez intéressantes, dont l’attaque d’une diligence par des Nus-pieds dès le premier chapitre. Le dessin représente la visite que Siméonis fait au Cardinal à la demande de Laffémas, pourtant son ennemi juré (car il l’a ridiculisé en duel) pour le faire engager dans ses gardes, ce que Siméonis ne veut d’ailleurs pas. Entre le Cardinal et Siméonis s’établit cependant une sorte de sympathie, sans la moindre incidence sur le déroulement du roman.

4412. Affichette pour REID (Mayne), Le Corps franc des Rifles, chez Cadot, 1854, 4 vol. in-8° (publié aussi sous le titre : Les Tirailleurs au Mexique) ; lith. à la plume et au crayon par Castelli, Simon Jeune impr. lith., 1854 ; sur papier jaune.

45Aventures d’un corps franc de volontaires américains lors de la guerre contre le Mexique. Rencontres avec guerilleros et autres bandits ; conflit avec un créole qui espérait avoir le poste de capitaine pour mieux trahir ; descriptions très documentées. Il se passe beaucoup de choses, mais il n’y a quasiment aucune émotion dans cet ouvrage.

46L’image représente un épisode secondaire du début de l’aventure, lorsque Dubrosc, le créole, cherche à tuer le héros Henry Haller ; Dubrosc est accompagné d’une femme déguisée en homme, qui aura par la suite un rôle important par l’aide qu’elle apportera au héros, et qui connaîtra une fin tragique.

4713. Affichette pour PLËE (Léon), La Châtelaine de Leurtal, chez Chappe, 1859, 2 vol. in-8° ; lith. à la plume et au pinceau par Belloguet, Simon Jeune impr. lith., 1859 ; sur papier beige.

48Raymond de Madareuil aime désespérément Camille, épouse du comte de Leurtal qu’elle déteste ; Camille, lors d’une entrevue qu’elle veut être la dernière, avoue à Raymond qu’elle partage son sentiment mais qu’elle restera fidèle. Alors que Raymond décide de partir pour oublier, il est blessé par le comte de Leurtal qui s’enfuit en Amérique en croyant l’avoir tué ; mais Raymond s’en tire, grâce à l’aide d’une guérisseuse. Dix ans plus tard, court le bruit de la mort du comte, mais c’est un faux espoir pour Camille et Raymond qui s’aiment toujours. Cependant, après diverses péripéties, le comte de Leurtal périt dans un naufrage et les deux amants peuvent se marier.

49L’affichette représente l’attentat perpétré contre Raymond par le comte de Leurtal sous les yeux de la guérisseuse.

5014. Affichette pour PONSON DU TERRAIL, La Dame au gant noir (t. 3 de Le Paris mystérieux), chez De Potter, 1859 ; lith. au crayon par Belloguet, Proust impr. lith., 1859 ; sur papier jaune.

51A l’instigation du colonel Léon s’est formée une association de sept hommes qui ont tous besoin les uns des autres pour se sortir de situations difficiles ou crapuleuses. Mais l’un des associés, le comte de Lacy, refuse de tremper plus longtemps dans cette criminelle entreprise ; il est assassiné le soir même de ses noces par un de ses anciens complices. Sa veuve, décidée à le venger cruellement, fait mourir de façon raffinée tous ces « compagnons de l’épée », en terminant par le colonel Léon qu’elle frappe dans la personne de son fils.

  • 11 Toutes les illustrations de cet article sont regroupées p. 117 à 124.

52L’image fait allusion (de manière erronée, car il y a trop de personnages) au duel qui entraînera la mort d’Hector Lamblin sur la plateforme du château de Ruvigny11.

ILLUSTRATIONS

Les illustrations suivantes sont présentées dans l’ordre du texte (1 à 14). La 7 et la 10 ont, de plus, une illustration reprenant un agrandissement d’une partie de la scène.

Les illustrations suivantes sont présentées dans l’ordre du texte (1 à 14). La 7 et la 10 ont, de plus, une illustration reprenant un agrandissement d’une partie de la scène.

Notes

1 Cela se passait en des temps anciens, et la logique de ces classements peut paraître incertaine ; elle s’appuyait en grande partie sur des considérations de format.

2 Du moins un certain nombre d’entre elles, car beaucoup d’autres, dont des doubles, se retrouvent classées sous le nom de l’artiste qui les a composées.

3 Dans notre jargon, « mat. » signifie « matière », c’est-à-dire qu’il s’agit de documents volants, non collés sur des feuilles à onglets insérés dans des volumes reliés ; la « matière » ne concerne que des séries thématiques.

4 Ce système de classement n’est pas mauvais en soi, mais il perd considérablement de son intérêt quand il ne concerne pas la totalité des documents considérés.

5 A votre bon cœur.

6 Je remercie Françoise Jestaz, conservateur au Cabinet des Estampes, d’avoir bien voulu lire une partie de ces livres et m’en communiquer les résumés.

7 Jean-Paul Sartre, La Nausée, Gallimard (coll. Folio), p. 205-206 notamment.

8 Opération réussie dans une certaine mesure puisque j’ai choisi les romans en fonction de ce que l’affiche me laissait supposer de leur contenu ; sur la totalité de ceux que j’avais sélectionnés, peu de déchets (c’est-à-dire de romans qui ne sont pas des romans d’aventures – au sens le plus évident et non analysable du terme, c’est une autre question –) ; mais il est vrai que le titre même de ces ouvrages joue un rôle non négligeable ; pour ce qui est des auteurs, n’étant pas moi-même un spécialiste du roman populaire, il y en a un bon nombre que j’ai découverts à cette heureuse occasion.

9 Sujet de thèse possible, à condition que, comme je le précise plus haut, soit effectué auparavant le travail de repérage et de cataloguage des documents. Le même genre d’exercice pourrait être mené à propos des illustrations proprement dites des romans populaires ; la communication d’Anne Sauvy laisse entrevoir de passionnantes perspectives.

10 Ces maigres informations sur ces trois artistes viennent de l’Inventaire du Fonds Français, graveurs après 1800, publié par le Cabinet des Estampes de la Bibliothèque nationale.

11 Toutes les illustrations de cet article sont regroupées p. 117 à 124.

Table des illustrations

Titre Les illustrations suivantes sont présentées dans l’ordre du texte (1 à 14). La 7 et la 10 ont, de plus, une illustration reprenant un agrandissement d’une partie de la scène.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1208/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1208/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1208/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1208/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1208/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1208/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1208/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1208/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1208/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1208/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1208/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1208/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1208/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1208/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1208/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1208/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 138k

© Presses universitaires de Lyon, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search