Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être en couple (gay)

 | 
Jérôme Courduriès

Remerciements

Texte intégral

1Ces remerciements ont été écrits une fois le point final du livre posé. Le risque est grand alors d’oublier des personnes qui ont eu part, de près ou de loin, à ma formation et à la réalisation de mes enquêtes. Si tel était le cas, qu’elles veuillent bien m’en excuser.

2Ce livre est issu en grande partie de ma thèse de doctorat en anthropologie dirigée par Agnès Fine qui est à l’origine de ma découverte de l’anthropologie des sexes et de la parenté et qui m’a accompagné dans la réalisation d’une enquête sur un sujet si familier et en même temps si complexe à appréhender. Elle m’a aussi fait l’honneur d’écrire une préface à ce livre. Pour toutes ces raisons, je lui adresse mes premiers remerciements et toute mon amitié.

3Je remercie Rommel Mendès-Leite, directeur de cette nouvelle collection « Sexualités », qui m’a suggéré des lectures en cours de thèse, ainsi que Philippe-Jean Catinchi, directeur des Presses universitaires de Lyon, pour l’intérêt qu’ils ont porté à mon travail et pour leur confiance. Je remercie chaleureusement les éditrices, Delphine Hautois et Sandy Rémy, pour leur lecture vigilante et exigeante.

4Je remercie Michel Bozon qui, dès mes premiers tâtonnements scientifiques, a soutenu mon entreprise, Irène Théry pour avoir accueilli mon projet de post-doctorat et pour l’intérêt qu’elle porte à mon travail, Miriam Pillar Grossi qui a contribué à ma découverte de la littérature sociologique et anthropologique brésilienne et m’a si bien accueilli dans son université, et Agnès Martial pour ses conseils et encouragements, innombrables.

5J’ai bénéficié, tout au long de ma formation doctorale et jusqu’à aujourd’hui, de nombreux conseils de la part des membres de l’équipe du Centre d’anthropologie sociale du Laboratoire interdisciplinaire solidarités sociétés territoires. Je pense notamment à Yves Pourcher, Jean-Pierre Albert, Dominique Blanc, Marlène Albert-Llorca, Josiane Bru. Je remercie aussi les membres du Centre Norbert Elias qui accueillent mes travaux depuis bientôt deux ans, en particulier Jean Boutier et Suzanne de Cheveigné. D’autres chercheurs, issus d’autres équipes, m’ont également suggéré de nombreuses lectures et pistes de réflexion ou m’ont simplement encouragé, parmi lesquels Françoise-romaine Ouellette, Baptiste Coulmont, Philippe Adam, Maks Banens, Martine Gross, Sylvie Sagnes, David Berliner et Laurence Hérault.

6Quelques aspects de mon travail ont été publiés dans des ouvrages collectifs qui ne portaient pas spécifiquement sur l’homosexualité. À cet égard, je remercie en particulier Hélène Belleau, Caroline Henchoz et Didier Le Gall pour leur confiance et leurs conseils.

7La recherche que je présente dans cet ouvrage s’est aussi nourrie de rencontres, de discussions et d’échanges avec d’autres jeunes chercheurs avec la plupart desquels je continue de cheminer. Je pense notamment à David Michels, Flavio Luiz Tarnovski, Cathy Herbrand, Céline Costechareire, Nicolas Adell, Sandrine Fournier, Serge Escots, Leandro Castro Oltramari, Claudia Regina Nichnig.

8Je remercie l’Agence nationale de recherches sur le sida et les hépatites virales et Sidaction qui ont soutenu mes projets de recherche et m’ont respectivement accordé une bourse doctorale pendant la thèse et un financement jeune chercheur pour mon post-doctorat. Sans leur soutien, je n’aurais certainement pas pu mener à leur terme mes recherches. Je remercie en particulier Véronique Doré, Véronica Noseda et Vincent Douris pour leur bienveillance.

9Cette recherche a été un travail de longue haleine. Elle n’aurait pas vu le jour sans le soutien indéfectible de mes proches : mes parents et ma sœur qui m’ont toujours soutenu, avec beaucoup d’amour, dans mes projets, mais aussi Jean-Luc, Françoise, Florence et Antoine, Valérie, Céline, Magalie, Christophe, Jean-Philippe, Natacha, Mathieu et Leslie. Et Laurent, toujours. Au fil des ans, ils ont certainement acquis une familiarité avec le sujet de ce livre presque aussi grande que la mienne.

10Pour terminer, je remercie chaleureusement les hommes qui ont un jour répondu à mes appels à témoignages et m’ont confié leur histoire. Ce livre essaie de leur rester fidèle.

11Je dédie ce livre à mes filleules, Mina et Colline, à Anna, Thaïs, Arthur, Iara et Alaïs, à l’enfant de ma sœur qui naîtra bientôt et à la mémoire de ma grand-mère Hélène à qui je n’ai jamais vraiment parlé de mon travail et qui me manque terriblement.

© Presses universitaires de Lyon, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540