Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être en couple (gay)

 | 
Jérôme Courduriès

Chapitre 4. L’égalité au cœur de la prise en charge des tâches domestiques

Texte intégral

REPRÉSENTATIONS TRADITIONNELLES

1La sociologie féministe et, dans son sillage, la sociologie de la famille ont mis en évidence combien certains aspects de la vie conjugale, tels que le travail domestique, l’usage de l’argent, la sexualité, se prêtent particulièrement à des positions inégales entre homme et femme. Les discours recueillis auprès de gays vivant en couple montrent que la vie à deux est divisée en champs de compétences et ce partage évoque celui fréquemment observé dans les couples hétérosexuels entre des responsabilités plutôt associées au masculin et d’autres au féminin. L’appartenance au même sexe physiologique n’exclut donc pas l’influence des représentations relatives au genre et aux rôles sexués sur les discours et les gestes des acteurs. L’analyse de leur témoignage sur leur propre vie de couple permet de voir comment les rôles et les tâches sont répartis et quel discours les acteurs produisent sur ces domaines de la vie amoureuse souvent marqués du sceau de l’inégalité entre homme et femme. Le sexe physiologique reste dans les représentations de nombreuses personnes une donnée importante même si nous savons qu’être né de sexe masculin ou de sexe féminin ne suffit pas pour faire d’un individu un homme ou une femme. Nos données permettent aussi d’examiner comment les individus composent avec les modèles stéréotypés à leur disposition et comment la masculinité se recompose dans un cadre relationnel bien éloigné des scripts masculins majoritaires.

2Toutes les enquêtes menées auprès de couples hétérosexuels montrent qu’en dépit de la force de la norme égalitaire, la répartition des rôles reste sexuée et inégalitaire, et ce, malgré les progrès de l’émancipation féminine et la remise en cause du lien nécessaire entre sexe biologique et rôles sociaux. Comment les couples gay perçoivent-ils la norme d’égalité conjugale ? La différence des sexes ne peut y être convoquée, mais n’existe-t-il pas pour autant des fonctionnements inégalitaires, en particulier dans les domaines du travail domestique et de la sexualité ? En quoi la gestion de la sexualité dans les couples gay se pose-t-elle de manière spécifique ? Les couples d’hommes cumulent sans doute plus souvent que les autres certains facteurs d’une possible inégalité : les différences d’âge semblent être plus importantes qu’entre hommes et femmes et elles s’accompagnent souvent de disparités sociales et de différences de revenus. 10 des 59 hommes qui ont témoigné dans le cadre de notre enquête ont moins de 2 ans de différence avec leur compagnon, 23 entre 3 et 5 ans, 17 entre 6 et 8 ans, 8 entre 9 et 15 ans. 26 couples disposent de revenus identiques ; pour les autres, la différence de revenus varie entre 300 et 2 500 €. Enfin, 21 couples sont dans des situations socioprofessionnelles très dissymétriques, qui recoupent le plus souvent les différences d’âge et de revenus. Dès lors, le souci d’égalité dans les différents champs de la vie conjugale se fait encore plus pressant, particulièrement, il faut bien le dire, pour celui qui est dans une position qu’il juge déficitaire ; et dans bien des cas, son partenaire partage le même souci.

3Des travaux nord-américains ont montré à la fin des années 1970 que 60 % des gays décrivaient leur relation de couple comme égalitaire (Harry & De Vall, 1978). Jeffrey Weeks, Brian Heaphy et Catherine Donovan ont mis en évidence des résultats similaires (2001). Je n’ai pas pour ma part cherché à demander à mes interlocuteurs quel était leur sentiment quant à la qualité de leur relation amoureuse. Ils n’étaient par ailleurs pas suffisamment nombreux pour que puisse être élaboré le moindre enseignement statistique. Cependant, ils ont été invités à raconter en détail l’organisation de leur couple et les discussions qu’ils pouvaient mener avec leur compagnon. Ainsi, au-delà du caractère égalitaire qu’ils attribuaient ou non à leur relation, ils ont donné à voir que la notion de pouvoir et les négociations quant au rôle et aux responsabilités de chacun n’étaient pas absentes des couples d’hommes. Jeffrey Weeks, Brian Heaphy et Catherine Donovan eux-mêmes ont précisé qu’aucun de leurs informateurs n’avait présenté sa relation conjugale comme une “‘power-free’ zone” (2001, p. 114). Christopher Carrington a lui aussi montré que la répartition du travail domestique était, dans les couples de même sexe comme dans les autres, un enjeu de pouvoir et qu’à cet égard, d’ailleurs, le niveau d’aisance financière des individus jouait un rôle important. Dans bien des cas, une nette différence de revenus favorise un moindre investissement dans le travail domestique pour celui qui apporte la partie la plus importante des revenus conjugaux. Ces couples n’ont pourtant de cesse, lorsqu’ils évoquent le partage du travail domestique, de mettre en avant sa dimension égalitaire (Carrington, 1999, p. 177). En outre, un niveau élevé de revenus permet au couple d’alléger le poids du travail domestique en ayant recours à des aides extérieures rémunérées.

4Durant les trente dernières années, le modèle traditionnel des responsabilités domestiques réservées aux femmes a progressivement laissé la place dans les discours à un modèle de conciliation (Kellerhals et al., 2004, p. 87). Mais les femmes continuent d’assumer la plus grande part des tâches domestiques (Anxo et al., 2002 ; Barrère-Maurisson, 2003, p. 114-115 ; Filiod 2003, p. 143 ; Welzer-Lang & Filiod, 1993), le véritable changement résidant dans le fait que les rôles domestiques, immuables jusqu’aux années 1970, deviennent plus ouverts et négociables au sein de la famille.

5Le simple fait d’habiter ensemble entraîne la constitution de l’univers ménager conjugal : des habitudes s’installent et l’organisation se complexifie... Négociables et ouvertes au moment de la constitution du couple, les habitudes domestiques tendent vite à se figer (Kaufmann, 1995). Certaines tâches domestiques, telles que le bricolage et le jardinage, sont généralement connotées comme masculines. Les enquêtes « Emploi du temps » de l’INSEE, en 1986 et 1999, tendent à le prouver ; elles ont été réalisées auprès d’individus vivant en couple, mariés ou non, avec ou sans enfant, qui ont noté tout au long d’une journée toutes leurs activités en précisant leur début et leur fin. Ces enquêtes montrent que plus de 60 % de ces tâches, bricolage et jardinage, sont réalisées par des hommes qui les considèrent dans une très grande majorité des cas comme agréables et valorisantes. Les tâches restantes, telles que la cuisine, la lessive, le repassage, la vaisselle et le ménage, sont plutôt considérées comme féminines. Elles sont assumées dans les mêmes proportions par les femmes. Enfin certaines activités, comme les courses, la gestion des papiers et de l’argent, sont considérées comme mixtes (Brousse, 2000). Pour la sociologue Annie Dussuet, qui s’appuie sur une enquête qualitative menée au début des années 1980 auprès de femmes issues de milieux populaires dans l’agglomération du Mans, « le ménage moderne idéal se définit, entre autres, par un partage des tâches domestiques plus égalitaire » (1997, p. 79). Qu’en est-il dans un couple d’hommes ?

6Chaque individu fait l’objet d’une socialisation spécifique selon son sexe. Cette socialisation sexuée revêt, selon Bernard Lahire, trois formes différentes et complémentaires. Elle peut se faire d’abord par « entraînement ou pratique directe », au sein de la famille, à l’école ; la mise en œuvre d’activités récurrentes façonne les « habitudes mentales et comportementales ». Elle prend aussi un tour plus silencieux dans ce que Bernard Lahire nomme des « répartitions tacites ou semi-explicites de territoires différenciés (les garçons “dehors” et les filles “dedans”) ». Enfin la socialisation sexuée fait aussi l’objet d’un apprentissage explicite (Lahire, 2001, p. 21-22). La tentation peut être grande de partager le monde domestique en deux parties distinctes, la première, intérieure, réservée aux femmes et la seconde, extérieure, réservée aux hommes. L’anthropologue Yvonne Verdier montre que la frontière entre ces deux parties est en réalité poreuse mais que les conséquences de son franchissement ne sont pas les mêmes pour une femme et pour un homme. À Minot, la figure d’une femme qui accomplissait des tâches d’homme dans les champs était courante. Par contre, si un homme avait pris en charge le linge, la cuisine ou la couture, il aurait été disqualifié et traité de « fanoche, homme qui fait la femme, femme-fantoche » (Verdier, 1979, p. 338-339). Cette dissymétrie dans la manière de considérer le franchissement de la barrière érigée entre masculin et féminin s’appuie sur un système complexe de représentations dans lequel Pierre Bourdieu, à la suite de quelques anthropologues, a volontiers vu une dimension universelle. Les différences entre les sexes, qui s’inscrivent dans les esprits et dans les corps, se caractérisent par un système d’oppositions binaires – et du même coup s’y cristallisent – dont le premier terme est du côté du masculin et du valorisé : « haut/bas, dessus/dessous, devant/derrière, droit/courbe [...], sec/humide, dur/mou, épicé/fade, clair/obscur, dehors (public)/dedans (privé) » (Bourdieu, 1998, p. 13). Ces oppositions soutiennent des distinctions secondaires telles que « dominant/dominé [...], actif-pénétrer/passif-être pénétré » (Bourdieu, 1998, p. 112), censées marquer également dans les corps la distinction entre masculin et féminin « par des dispositions corporelles qui s’inscrivent dans un système d’oppositions binaires (force/faiblesse, énergie/grâce...) » (Mennesson, 2000, p. 67). De nombreux travaux en ethnologie ont montré que la socialisation sexuée se fait au contact de la famille, des proches et des pairs, en particulier de celles ou ceux auxquels on s’identifie, ou par le biais d’œuvres de fiction, mais aussi par la « pratique directe » dont la récurrence façonne les « habitudes mentales et comportementales » (Lahire, 2001). Les travaux d’Yvonne Verdier (1979), d’Agnès Fine (1997 ; 2000) et de Marlène Albert-Llorca (1995) notamment, sur l’apprentissage traditionnel de la féminité et ceux de Dominique Pasquier (1999) sur les fictions télévisées à l’intention des jeunes en fournissent les plus belles analyses.

7Aller vers le masculin, c’est se valoriser, alors que glisser vers le féminin, c’est le contraire ; voilà qui explique que le franchissement de la frontière entre les sexes soit diversement apprécié selon que l’on est homme ou femme. Nous verrons que lorsque deux hommes vivent ensemble, rien dans leur socialisation ne semble les prédisposer à un rôle conjugal tourné vers la maison. Nos interlocuteurs sont pris dans un étau, entre deux modèles : d’un côté l’idéal d’un partage égalitaire, majoritaire dans les discours et renforcé par la mise en présence de deux hommes ; d’un autre le modèle traditionnel d’une division sexuée des tâches domestiques qui n’incite pas les hommes à prendre massivement part aux tâches ménagères. Les témoignages de femmes recueillis par Annie Dussuet montrent à quel point la responsabilité des tâches ménagères semble souvent étroitement liée dans les représentations à l’identité sexuée, et confirment les analyses, plus anciennes, d’Yvonne Verdier. Lorsque ses interlocutrices s’interrogent sur l’éventualité que leur mari prenne en charge le repassage, elles répondent qu’elles ne voient pas « un homme faire cela ». En d’autres termes, « peut-on rester un homme en faisant du repassage ? » (Dussuet, 1997, p. 85) Dans son enquête ethnographique menée dans les années 1990 à Huelma, un village d’Andalousie, Béatrice Sommier livre une analyse similaire à propos des couples de la « jeune génération ». Lorsqu’un homme aide son épouse dans l’accomplissement de certaines tâches ménagères, il n’est pas rare que celle-ci prenne plaisir à vanter ses mérites auprès de ses amies. L’effet est d’autant plus réussi si elle souligne la spontanéité de l’aide. À l’opposé, l’ethnologue observe que « les hommes eux ne se vantent pas d’aider leur épouse, et s’ils le font réellement [...], ils savent qu’en le disant ils s’exposeront à la raillerie de leurs semblables » (Sommier, 2006, p. 181-182). Ses observations l’amènent à penser qu’en somme, peu de choses ont changé dans la division sexuelle des tâches entre l’ancienne et la jeune génération.

8La question posée par l’une des interlocutrices d’Annie Dussuet à propos d’hommes hétérosexuels vivant en couple – « Peut-on rester un homme en faisant du repassage ? » – vaut-elle également pour un homme gay en couple ? Dans cette hypothèse, un homme, même s’il vit avec un autre homme, ne pourrait pas aller trop loin dans la prise en charge des tâches ménagères, sans prendre le risque de mettre en péril à ses propres yeux sa qualité d’homme. Et pourtant le quotidien impose un travail à faire, même minimal. Comment ces tâches sont-elles assumées ?

UN TRAVAIL DOMESTIQUE SANS DISCORDE

Un investissement équitable et souple

9Chez Olivier (30 ans, ingénieur) et François (30 ans, informaticien), qui sont en couple depuis quatre ans et vivent ensemble depuis deux ans, la répartition des tâches domestiques ne semble poser aucun problème particulier. Olivier dit adorer cuisiner alors que « François et la cuisine, c’est pas trop ça ». Il explique lui-même son goût pour la préparation des repas en invoquant l’exemple de sa mère. Ses parents possédaient une grande maison et avaient de nombreux frères et sœurs. Ils organisaient fréquemment des réunions de famille regroupant vingt à trente personnes autour de la table. En tant qu’aîné de la fratrie, olivier secondait sa mère, dont il était par ailleurs très proche. En cela, olivier s’écarte de la socialisation traditionnelle des garçons :

« Moi, j’étais très proche de ma mère, et mon frère, juste après moi, était plus proche de mon père. Donc moi, j’étais à la cuisine et mon frère au garage, ça me faisait chier (le garage). Donc je passais énormément de temps à cuisiner avec ma mère et j’en ai gardé, si tu veux, un attrait très fort pour la cuisine. » (Olivier, dans un courriel)

10L’apprentissage des rôles et de la spécialisation dans le travail domestique commence très tôt, et chaque individu reçoit, au fur et à mesure qu’il avance dans la vie, des éléments de définition de l’identité masculine ou féminine. Les gays qui ont témoigné dans le cadre de notre enquête ont fait l’objet d’une socialisation généralement conforme à leur sexe, de sorte qu’ils ont hérité de manières de voir et d’agir propres à celui-ci. Annie Dussuet montre que les hommes participent de plus en plus au travail domestique. Leur part dans les tâches ménagères a augmenté de 11 minutes par jour entre le milieu des années 1970 et le milieu des années 1980, et de 17 minutes entre 1986 et 1999 (Dussuet, 1997, p. 179 ; Brousse, 2000, p. 100). Mais s’ils s’investissent dans les activités domestiques à dominante féminine, c’est toujours sur le mode du choix. Lorsque leur mari participe aux tâches ménagères, les femmes interrogées par Annie Dussuet expliquent que c’est parce qu’il aime cela. Malgré ces évolutions récentes, les femmes continuent donc massivement de s’occuper du ménage, de la cuisine et du linge (Kaufmann, 1992) et les hommes constituent tout au plus une aide. À l’occasion d’une enquête qualitative menée auprès de 11 foyers composés de 2 ou 3 hommes en colocation, âgés de 18 à 33 ans, la sociologue australienne Kristin Natalier s’interroge sur la manière dont les tâches domestiques sont réparties dans des maisons où ne cohabitent que des hommes. Elle montre notamment que le seul moteur à être valorisé dans le fait d’assumer une tâche domestique, c’est de l’avoir choisie. Mais ce choix n’est pas définitif ; il n’est pas question pour les hommes qu’elle a interviewés d’en assumer durablement la responsabilité (2003, p. 260-261).

11L’inégalité de la répartition du travail domestique est parfois insupportable pour les femmes lorsqu’elles pensent être délaissées par un mari qui emploie le temps ainsi dégagé à des activités toutes personnelles (de Singly, 2001, p. 154). Jean-Claude Kaufmann nous invite également à considérer que la responsabilité des tâches domestiques n’est vécue péniblement que par certaines femmes : celles qui aspirent à une meilleure insertion professionnelle. En effet, une grande partie des femmes qu’il a interrogées « s’inscrivent dans la plénitude de l’ici et maintenant de leur être domestique, développant un plaisir et un art des gestes liés à l’univers de la famille et de la maison » (Kaufmann, 1992, 1997, p. 204). C’est ce qui explique que nombre de femmes interrogées dans le cadre de l’enquête d’Annie Dussuet ou de celle menée sur l’alimentation par Colette Sluys, Martine Chaudron et Claude Zaidman, ne laissent guère l’occasion à leur mari de participer à certains travaux ménagers (Dussuet, 1997, p. 84 ; Sluys et al., 1997, p. 92). La transmission fortement sexuée des manières de faire entretient d’une certaine façon la résistance des hommes au changement. Une répartition déséquilibrée des tâches ménagères dans un couple n’est pas toujours remise en cause par celle qui en pâtit, et qui peut attendre en retour que son compagnon, à défaut de faire le ménage, s’engage dans la relation conjugale.

12On sait par ailleurs que, pour les couples qui ont au moins deux enfants, la participation des hommes aux tâches domestiques diminue de manière significative. Les filles participent plus aux tâches ménagères que les garçons. À 15 ans, les garçons consacrent chaque jour une fois et demie à deux fois moins de temps au travail domestique que les filles. Mais, au-delà de la participation effective des enfants aux tâches domestiques qui semble tout de même très limitée, l’apprentissage en la matière passe par d’autres canaux. Il se fait surtout par la vue. Les filles voient leur mère se préoccuper du travail domestique et prendre en charge non seulement son organisation mais aussi sa mise en œuvre (Dussuet, 1997, p. 103), et lorsque la nécessité s’en fait ressentir, en particulier lorsqu’elles entrent elles-mêmes dans la vie conjugale, elles mobilisent tous ces savoir-faire hérités de leur mère. De la même manière, les garçons voient leur père se tourner davantage vers les travaux à l’extérieur de la maison et n’intervenir à l’intérieur que de manière limitée. Rien ne les pousse en général à prendre la responsabilité des tâches ménagères lorsqu’ils vivent à leur tour en couple. Cet apprentissage des rôles commence donc très tôt, malgré quelques nuances selon la catégorie sociale d’appartenance (Brousse, 2000, p. 94). Les tâches ménagères, malgré des changements encore timides, restent le plus souvent assumées par les femmes, si bien qu’un homme, même s’il vit avec un autre homme, ne peut pas aller trop loin dans la prise en charge de ce travail. Plus que la crainte du regard des autres, c’est la représentation ou plutôt, pour reprendre les analyses de robert J. Stoller (1985), le ressenti de sa propre virilité qui le conduit à en refuser l’entière responsabilité.

13En général on invoque seulement des facteurs conjoncturels pour expliquer le report du départ du foyer parental, particulièrement important pour les garçons. L’explication est sans doute davantage à chercher dans le défaut de préparation des garçons pour entrer dans « une organisation domestique indépendante sans la garantie immédiate d’une organisation conjugale de prise en charge des tâches ménagères » (Kaufmann, 1996 b, p. 106).

14Pourtant, plus qu’un travail, la cuisine est pour olivier une activité de loisir. Passer derrière les fourneaux après une journée de travail lui permet de se détendre. Fabien (39 ans, directeur commercial) raconte la même chose à propos de son compagnon, Gérald (39 ans, artiste), qui lui aussi fait la cuisine quasiment tous les jours. Gérald travaille beaucoup mais il a la liberté d’organiser son activité comme il l’entend ; de plus, son art lui permet de travailler à la maison. Il peut donc très souvent s’adonner à la cuisine, ce qu’il présente comme un plaisir. Comme il ne veut cuisiner qu’avec les meilleurs produits, il fait lui-même les courses alimentaires, le plus souvent chez des commerçants du quartier. Fabien n’intervient dans ce domaine que de manière très ponctuelle. S’il s’occupe de leur petit jardin, met la table, la débarrasse, remplit et vide le lave-vaisselle lorsqu’ils ont des amis à dîner, Fabien reconnaît volontiers que sa part des tâches domestiques est bien moins importante que celle de Gérald. Très à l’aise sur le plan financier, ils ont toujours payé les services d’une aide-ménagère pour faire le ménage et le repassage, y compris lorsqu’ils vivaient seuls. Non seulement cela les allège d’une partie importante du travail ménager, mais ils évitent sans doute aussi un sujet qui pourrait potentiellement être source de discussions. Tous les hommes interviewés détestent le repassage. Quelques-uns (peu nombreux), comme Fabien et Gérald, font appel aux services d’une femme de ménage. Beaucoup choisissent d’acheter des vêtements qui ne nécessitent pas un repassage systématique et apportent de temps en temps leurs chemises au pressing. Outre le caractère pénible du repassage, sa connotation féminine ne fait aucun doute (Kaufmann, 1996 c).

15Alors que son métier d’ingénieur analyste programmeur le mobilise beaucoup intellectuellement, olivier classe la cuisine dans le domaine des activités manuelles. Élaborer de ses mains le repas du soir qu’il partagera avec François ou un repas de fête lui permet de se « vider la tête ». Si Olivier déclare volontiers que François n’est pas un fin cuisinier, il admet tout de même ne pas aimer partager cette activité. Olivier fait donc quasiment toujours la cuisine, excepté lorsqu’il se sent trop fatigué. Le cas échéant, François prend « naturellement » le relais. Dans les couples hétérosexuels, de même qu’elles gèrent la très grande majorité des tâches domestiques, les femmes prennent en charge la cuisine quotidienne, et parfois revendiquent même cette tâche (Sluys et al., 1997) ; elles adhèrent alors, sans toujours le faire consciemment, à « l’image de l’épouse et de la mère nourricière » (Segalen, 1981, 2006, p. 238). Les hommes qui s’investissent en cuisine ne le font que pour les occasions festives, ou pour donner à leur épouse une aide ponctuelle. Olivier et François se distinguent toutefois de cette répartition des tâches entre homme et femme par le fait que leur investissement ménager s’équilibre dans les autres domaines domestiques.

16Du point de vue du ménage, olivier raconte qu’ils sont complémentaires. Comme il aime recevoir, olivier veille à ce que leur cuisine et leur séjour restent toujours en ordre. Dans le même temps, il admet avoir des difficultés à maintenir l’ordre partout et être moins regardant quant à l’état de leur chambre. Mais à l’écouter, c’est l’inverse pour François : alors qu’il accorde peu d’importance à l’état des pièces de séjour, il ne supporte pas de dormir dans une chambre qui ne serait pas « zen ». Ils n’ont pas instauré chez eux de jour de ménage. Simplement, lorsque le besoin s’en fait ressentir, ils rangent et nettoient, chacun accordant plus d’attention à ses pièces de prédilection. La prise en charge des tâches ménagères n’a jamais constitué chez eux un sujet de discorde conjugale. C’est la raison pour laquelle, lorsque la conversation s’est engagée sur ces questions, olivier a d’abord dit : « Tu vas être hyper déçu. » Ce disant, Olivier confirme que les personnes qui témoignent tentent d’imaginer, en leur for intérieur, ce que les questions de l’ethnologue sous-entendent. Le travail domestique, largement balisé par la sociologie, est le sujet bien connu des négociations conjugales contemporaines et constitue en quelque sorte le mètre étalon de l’égalité du couple. En l’occurrence, l’ethnologue est soupçonné – parfois à raison, il faut le reconnaître – de rechercher les potentiels sujets de négociations conjugales.

Des responsabilités inégales qui ne posent pas de problèmes

17Dans ses travaux sur les femmes qui pratiquent un sport dit masculin, Christine Mennesson a mis en évidence que les footballeuses et les boxeuses témoignent souvent d’une socialisation sur le mode du « garçon manquant » dans une fratrie exclusivement féminine ou d’une socialisation par leurs frères aînés. Ces deux modes de socialisation divergent du modèle traditionnel de socialisation féminine (Mennesson, 2004, p. 75).

18Comme cela a été le cas pour olivier, certains hommes ont acquis une forme de liberté par rapport aux attentes quant au rôle des hommes dans le couple. Revenons à Loïc (30 ans, aide-soignant), en couple depuis trois ans avec Samy (35 ans, cadre). Loïc écrit d’abord que la répartition des tâches n’a pas été définie et que leur organisation est souple, une affirmation en réalité contredite lorsqu’il entre dans les détails. Lui-même assume en fait la plupart des tâches ménagères, son compagnon s’occupant ponctuellement des travaux de bricolage et des plantes. Peut-être ne permet-il pas vraiment à Samy de s’investir plus, cette répartition n’étant pas pour lui source de mécontentement. Faire la cuisine lui plaît car il ne s’agit pas simplement de préparer de quoi se nourrir, mais surtout de préparer un moment important pour l’unité du couple. S’occuper des tâches ménagères n’est pas une corvée pour Loïc car elles contribuent au bien-être conjugal. Comment rendre compte de ces dispositions divergentes face aux tâches ménagères ? Sans doute l’explication est-elle en partie à chercher dans une socialisation différente pour l’un et pour l’autre. Loïc dit que Samy, lorsqu’il était jeune, aidait son père artisan sur des chantiers. Tourné très tôt vers des activités extérieures, conformément au modèle masculin, Samy ne serait pas disposé à prendre en charge des tâches ménagères. Dès l’enfance, Loïc a quant à lui dû assumer des responsabilités : aller chercher sa sœur à la maternelle, apprendre à utiliser les appareils ménagers dès l’âge de 6 ans ; il dit avoir reçu une « éducation de type maternel ». Il tient à souligner la singularité d’une enfance pas comme les autres, de par le caractère exceptionnel des responsabilités à connotation féminine, tournées vers l’espace domestique, qui lui incombaient. Plus loin, à propos de la répartition des tâches domestiques dans son couple, Loïc fait lui-même le lien entre ses pratiques conjugales d’aujourd’hui et ce qu’il a appris dans son enfance :

« Samy mettant chemise, pantalon et cravate pour son boulot, je fais au moins deux lessives par semaine (une couleur/une blanc : classique, quoi) et éventuellement une tournée de serviettes et de draps. » (Loïc, dans courriel)

19Concernant le linge, Loïc met en œuvre une logique bien réglée qui consiste à trier le linge sale avant la lessive selon sa nature et sa couleur. En ponctuant cette description d’un « classique, quoi », il fait implicitement allusion au fait qu’à sa connaissance, tout le monde traite le linge de la même manière. Il s’agit certainement de manières de faire apprises auprès de sa mère. Quelques principes souvent qualifiés de bon sens se transmettent généralement d’une génération de femmes à l’autre concernant le traitement du linge. Ainsi en atteste l’une des habitantes de Minot interrogée par Yvonne Verdier, qui, après avoir expliqué comment on nettoyait du linge maculé de sang dans le premier quart du xxe siècle, ajoute que « ce linge, elle ne l’aurait pas trempé avec l’autre ». Des « recettes qui, comme les règles de tri du linge, se transmettent entre femmes. » (Verdier, 1979, p. 112) Jusque dans les années 1980, après s’être d’abord rebellées dans leur jeunesse contre les savoir-faire maternels, les femmes mobilisaient à nouveau ce qu’elles avaient appris, souvent à leur insu, de leur mère (Kaufmann, 1996 c, p. 43). Néanmoins, un autre mode de transmission a émergé depuis, fondé sur les images médiatisées et l’assistance technique dont on attend qu’elle permette d’allier rapidité et efficacité (Segalen & Le Wita, 1993 ; Kaufmann, 1996 c, p. 42-43). Pour ce qui concerne le repassage, Loïc déteste cela. Pourtant, lorsque le tas de linge à repasser est trop important, il le fait. Il ajoute qu’il a déjà montré à Samy comment se servir du fer à repasser mais précise que depuis qu’ils sont « installés », il n’a pas le souvenir d’avoir vu Samy « toucher une seule fois le fer ». En pratique, Loïc s’occupe donc de trier le linge sale, de le laver, de le repasser et de le ranger. S’il arrive parfois que le linge reste sur l’étendoir trois ou quatre jours, Loïc finit par l’enlever, « alors que Samy n’a pas idée de le faire ». on peut supposer que l’expérience singulière de Loïc et de quelques autres a eu une influence sur leur représentation du travail domestique : ces hommes sont plus souples et s’investissent plus volontiers dans les tâches ménagères, parfois jusqu’à en accepter la plus grande part. Ils ne se disent à aucun moment malheureux de cette répartition et semblent assumer sans problème des manières de faire traditionnellement associées aux femmes.

20Le déséquilibre dans les responsabilités domestiques est d’autant moins problématique que le compagnon ne met pas le temps ainsi libéré au service de ses seules activités personnelles. François de Singly le montre bien pour les couples hétérosexuels : les femmes dont les maris participent peu aux tâches ménagères ont l’impression d’être délaissées s’ils ne les gratifient pas de leur présence pendant le temps ainsi dégagé. Lorsqu’ils l’utilisent uniquement pour des activités solitaires et loin d’elles, les femmes, et en particulier les moins diplômées, comme le précise le sociologue, peuvent éprouver la sensation désagréable d’être à leur service (de Singly, 2001, p. 154). Samy « reconnaît de lui-même » que son compagnon s’implique davantage que lui dans les tâches ménagères. Loïc trouve ici une reconnaissance de son investissement qui s’ajoute au plaisir qu’il dit éprouver à accomplir ces tâches, parce qu’il a le sentiment que cela participe au confort et au bien-être de son couple. Il évoque même sa « fierté » de constater que leur appartement « est bien tenu et propre ». Les propos de Loïc font écho à ceux de Xavier (35 ans, enseignant), en couple depuis douze ans avec Patrick (40 ans, psychiatre). Xavier, qui dit s’occuper, « sauf exception », de toutes les tâches dans la maison, a raconté, à la faveur d’une conversation informelle, son amour du linge. Sans pouvoir remonter aux origines de cette passion, il évoque son intérêt pour « les vieilles choses » depuis ses 15-16 ans : les draps de lin blancs, aux initiales brodées au fil blanc par sa mère avant son mariage, le vieux fer à repasser, rouillé, trouvé dans la cave de ses grands-parents... Xavier a déjà rapporté chez lui nombre de draps, délaissés par sa mère parce que trop étroits pour les lits contemporains, dans lesquels il adore pourtant dormir. Conscient de s’éloigner des modèles masculins traditionnels, il raconte qu’il aimerait conserver et utiliser d’autres linges de lit, comme ceux de sa grand-mère préférée qui dorment depuis des décennies dans des armoires. Les anecdotes livrées par Xavier sont intéressantes à plus d’un titre. Son intérêt pour le linge et, sans que l’on puisse le développer ici, pour les choses de la table et pour la vaisselle, témoigne d’un certain affranchissement par rapport aux stéréotypes masculins. Mais il raconte aussi combien Xavier cherche à s’inscrire dans une forme de continuité familiale qui s’appuie en particulier sur une transmission intergénérationnelle d’objets matériels, supports de la mémoire familiale, qui fait fi des lignes de partage sexuées.

21Julien (47 ans, médecin) et Paul (39 ans, écrivain) disent tous deux s’être réparti les responsabilités dans le domaine domestique, sans que cela ne soulève de discussions. Selon Julien, « la partie domestique de Paul, c’est la maintenance ». Paul, quant à lui, dit qu’il a « pris en main la logistique dans l’appartement ». Par l’usage de termes généralement réservés à la sphère professionnelle (« maintenance », « logistique »), Julien et Paul objectivent le travail d’entretien de la maisonnée. Le recours à des termes décrivant une organisation du travail rationnelle, plus proches du monde professionnel que de la sphère familiale, permet deux interprétations. D’une part, il semble attester que s’occuper de la maison, en particulier lorsqu’un enfant est présent, est une activité qui nécessite du temps, de l’organisation et des compétences ou des dispositions particulières. D’autre part, nous pouvons déceler ici la réticence, plus ou moins consciente, à concéder que s’occuper quasiment seul de la maison, pour un homme en couple avec un autre homme, n’a rien de particulier. Plus souvent à l’appartement que Julien, Paul se charge en effet de l’entretien de la maisonnée. Le linge d’abord, celui d’Adrien, comme celui de son compagnon et le sien : il le trie, le lave, le fait sécher, le plie et le range.

« Je crois avoir fait une seule lessive quand Paul était absent, une seule lessive du linge d’Adrien depuis qu’il est né. [...] Mais globalement, c’est vraiment son domaine. » (Julien, dans un entretien)

22En soulignant particulièrement dans son énonciation le fait que le linge est le domaine de Paul, Julien nous donne la principale raison pour laquelle il ne s’y investit pas davantage :

« Paul, déjà avant, adorait tout ce qui était de faire des lessives, plier le linge, ranger le linge, trier, etc. Et donc là, avec un gamin [...], il faut le voir pour le croire : la machine à laver et le sèche-linge tournent sans arrêt. C’est vrai que c’est un plaisir de mettre à un gamin des vêtements propres tous les jours, de le changer au moins une fois par jour [...]. Il y a énormément de lessives [...] donc il s’occupe énormément de ça. Il le revendique, hein... Il dit que ça lui plaît. Moi, je crois que ça ne me plairait pas beaucoup, donc... Je ne sais pas... Enfin... on ne s’est même pas posé la question parce que d’emblée ça a été lui. [...] Il le fait avec une telle énergie, une telle régularité surtout, sans jamais se plaindre, c’est parfait. » (ibid.)

23Si Paul est le seul à entretenir le linge, ce n’est pas simplement le résultat aléatoire d’une organisation conjugale, mais le fruit de sa volonté, nous explique Julien. Au cours des entretiens que nous avons eus, Paul confirme que c’est une activité qui ne le dérange pas et même qu’il s’y livre avec un certain plaisir ; il se dit « maniaque ». Et, comme pour donner la preuve que Julien et lui n’ont pas la même perception du rangement et de la propreté, il évoque le destin du linge sale de chacun :

« Paul : Mon linge va aller directement dans la corbeille à linge. [...] Les affaires sales de Julien vont également aller dans le linge sale, sauf qu’elles peuvent transiter par un fauteuil, un siège, le lit. Mais finalement elles aboutissent dans la corbeille.
Enquêteur : Comment y aboutissent-elles ?
P. : En général, je ne les y mets pas moi-même. C’est-à-dire que je fais en sorte que ce soit Julien qui le fasse. Je n’ai pas à dire tout le temps, et même finalement assez rarement : “Va mettre tes chaussettes dans la corbeille à linge.” Voilà. »

24L’explication est limpide. Paul sait ce qu’il faut faire de ses vêtements dès qu’il les retire : ou il les pose dans un endroit prévu à cet effet, s’il s’agit par exemple d’une chemise qu’il doit porter à nouveau, ou il les met dans la corbeille à linge. Julien, lui, ne sait pas. Ou plutôt, étant moins souvent à la maison, il ne lui paraît pas si important de ne pas oublier ses chaussettes sales sur le rebord d’un meuble. Mais le destin du linge sale ne s’arrête bien sûr pas là. Ayant la maîtrise totale du processus, Paul est capable de répondre sans la moindre hésitation à ma question sur le destin de ce linge :

« Donc finalement les affaires sales aboutissent dans la corbeille à linge et de temps en temps je trie le linge par couleurs, et je fais des machines. Ensuite le linge aboutit dans le sèche-linge puis dans un grand panier. Ensuite je me charge de le plier. Et cela va donner quatre tas, je dirais : le tas des affaires d’Adrien, le tas des affaires de Julien, le mien et le tas des affaires à repasser. Chaque tas va rejoindre son placard. Le tas des affaires à repasser va dans un placard particulier. La femme de ménage va venir les prendre et les repasser. »

25Paul et Julien paient les services d’une « femme de ménage » qui est là pour les seconder, ou plutôt pour seconder Paul. Elle est chargée de faire le ménage et de repasser le linge. Elle travaille sous la responsabilité directe de Paul qui l’a recrutée et la supervise. Fabien et Gérald paient également une aide-ménagère pour faire le ménage chez eux. Ayant eux aussi une assise financière confortable, ils avaient déjà cette habitude avant même de se rencontrer. Pour Fabien, les tâches ménagères dont est chargée la personne qu’ils emploient représentent la plus grosse partie du travail domestique. Il admet que même s’il met la table et la débarrasse, s’il sort le linge de la machine le matin, Gérald consacre beaucoup plus de temps aux activités domestiques puisque c’est lui qui cuisine et fait les courses. Mais Gérald semble y prendre beaucoup de plaisir. Fabien, Gérald, Julien et Paul, grâce à des revenus financiers suffisants, ont résolu les difficultés que représente le ménage quotidien en externalisant sa prise en charge. À qui profite réellement le recours à une aide externe ? Aux deux membres de ces couples qui se seraient partagé ces tâches, ou bien seulement à Gérald et à Paul qui en assument déjà davantage que leur compagnon ?

26Pour ce qui concerne les achats nécessaires à la vie quotidienne, les responsabilités sont davantage partagées. Jusque dans les couples gay, les courses restent donc parmi les tâches « intermédiaires » ou « négociables » (Ferrand, 2004, p. 24). La répartition entre Julien et Paul dépend de la nature des courses à faire. Paul se charge des « grosses courses », celles qui concernent des produits de base qu’il achète en masse :

« Il y a deux, non, trois types de courses. Il y a les courses... Comment pourrait-on appeler ça ?... Les réserves de guerre. C’est un stock de denrées non périssables qui se trouvent dans notre garage et que j’achète tous les dix mois. Il y a de quoi tenir un siège. [...] Le deuxième type de courses, ce sont aussi des courses que je fais moi-même, qui vont être des courses, alors là également, je dirais des stocks de denrées, cette fois périssables, et qui vont être les ingrédients de base... de quoi faire des repas quotidiens. »

27Rentrent dans les « réserves de guerre » : « le sucre, le sel, l’huile et tout ce qui est papier toilette, essuie-tout, matériel d’entretien, les boissons également (bières, jus de fruits). » Comme pour le linge sortant du sèche-linge, le rangement de ces provisions se fait selon une organisation définie par Paul ; de cette façon, il sait à tout instant où trouver ce dont il a besoin pour la cuisine de tous les jours et connaît l’état des stocks. Depuis quelques mois il se fait livrer tous ces produits à leur domicile ; jusque-là il allait lui-même les acheter dans une grande surface. Il continue de fréquenter les centres commerciaux pour acheter les « denrées périssables » : « des pâtes, le beurre, la crème fraîche, de la viande, du poisson... »

28Julien, quant à lui, est chargé des courses d’appoint. Il s’agit de produits manquants, nécessaires à la composition des repas, que Paul lui commande ou dont il a lui-même besoin pour cuisiner. Julien a d’emblée pris en charge les décisions relatives à la nourriture d’Adrien durant sa première année. Cela ne veut pas dire qu’il n’y avait jamais de discussions et que Paul n’avait rien à en dire, mais en définitive, c’était Julien qui emportait la décision. Très informé des théories actuelles de diversification dans l’alimentation des bébés, Julien se dit lui-même « assez directif » sur le sujet. À l’en croire, Paul s’est déchargé complètement de cette responsabilité sur lui. Cela est sans doute lié au fait que son activité de médecin a conduit Julien à acquérir ce savoir en matière d’alimentation. Aujourd’hui, ils décident tous les deux, à égalité, de la teneur des repas d’Adrien. Par ailleurs, c’est surtout Julien qui prodigue les soins à Adrien lorsqu’il est malade, même si, Julien en convient, son compagnon le fait aussi bien. C’est également Julien qui achète « tout ce qui est [...] entretien du bébé : les couches, les cotons pour nettoyer, le lait, les lotions, etc. », et qui se charge d’acheter les vêtements d’Adrien. Il commande surtout par correspondance et cite même les catalogues qu’il consulte (Vert Baudet, La redoute) :

« Comme l’enfant grandit en permanence, la garde-robe doit toujours suivre, voire anticiper et c’est vrai que ce n’est pas évident. Par exemple à la naissance d’Adrien – il est arrivé en décembre –, on n’avait acheté que des body à manches courtes alors qu’il fallait des body à manches longues. On n’y connaissait rien. Et quand il a pu mettre des manches courtes, il avait six mois et les body à la taille six mois étaient trop petits du coup. Il y a une telle croissance au début, la première année, qu’en trois mois, il faut de nouveaux vêtements. Donc moi je me suis occupé de tout ça, de faire qu’il y ait toujours les bons vêtements au bon moment, voire d’avance. Je joue un peu avec les soldes, enfin bon... Moi ça m’excite beaucoup. Et Paul, ça l’horripile... complètement. Il ne lui a jamais, je crois, acheté un seul vêtement. Même s’il est d’accord pour acheter des trucs, mais... voilà. » (Julien)

29La digression de Julien est révélatrice de la passion avec laquelle il apporte sa contribution au bon fonctionnement de son couple et surtout de sa famille. Paul lui aussi trouve dans les responsabilités qu’il assume une occasion de contribuer au bien-être commun ; mais il ajoute également qu’il prend en charge ces tâches parce que son métier lui en laisse le temps. La paternité est pour Julien, comme pour son compagnon, une responsabilité très importante. Le désir qu’ils ont exprimé d’avoir un enfant n’a d’égal que le sentiment de plénitude que leurs deux témoignages laissent entrevoir. Si bien que le partage des tâches domestiques est ici d’une nature différente de celui des couples sans enfant. Il n’est plus imposé par la vie conjugale mais conditionné par la présence d’un enfant.

30Ils ont tous les deux décidé d’engager des travaux pour réaménager leur appartement, dans le but d’accueillir leur bébé. La plus grande partie des travaux, pas tout à fait terminés, a été assurée par Julien, le gros-œuvre ayant été confié à des artisans. C’est surtout Paul qui a pensé la décoration, puis Julien s’est chargé de la réalisation. Les talents de son compagnon en matière de bricolage laissent Paul admiratif :

« Lorsqu’il entreprend quelque chose, il le fait très consciencieusement : il acquiert tous les outils nécessaires, il se documente. »

31Il le laisse donc faire mais intervient beaucoup dans les décisions concernant les aménagements. Paul fait des propositions globales qu’ils affinent ensemble. Ils décident tous les deux du choix des matériaux, des couleurs, du positionnement des meubles, etc.

32Les tâches domestiques, chez Julien et Paul, font donc l’objet d’un partage relativement serein, qui, gardons-le à l’esprit, n’a pas commencé avec l’arrivée d’Adrien ; ils vivaient en effet ensemble depuis déjà treize ans. De l’organisation à l’époque, ils n’ont rien à me dire. Seule concession à ce silence rétrospectif, Julien confie que cette organisation ne s’est pas mise en place toute seule, mais qu’elle a fait l’objet de « micro-réglages ». Sans que cela soit l’expression d’une volonté consciente, au moment où ils projettent d’avoir un deuxième enfant, ils souhaitent peut-être ne donner à voir qu’une harmonie familiale en matière domestique et minimiser tous les points de dissension. Il semblerait que, lorsqu’ils ont un enfant, les gays en couple s’affranchissent plus facilement que les pères hétérosexuels des normes masculines, assumant ainsi sans trop de difficulté des tâches domestiques tout entières tournées vers le bien-être de leur enfant et de leur famille (Stacey, 2006, p. 47-48).

La question de la négociation

33De nombreux travaux, en particulier ceux de Jean-Claude Kaufmann sur l’entretien du linge conjugal chez les couples hétérosexuels (1992), ont montré que parfois, malgré l’expression des bonnes volontés et l’idéal égalitaire, il en va bien autrement dans les faits, au détriment des femmes. Selon des enquêtes menées au cours des quinze dernières années (Dunne, 1997 ; 1998 ; Solomon et al., 2005), les couples de même sexe seraient plus égalitaires que les couples hétérosexuels. Ce serait même un critère pour mesurer la qualité de la relation conjugale (Kurdek, 1989). L’orientation sexuelle du couple serait un indice plus sûr pour observer la division des tâches domestiques que la différence de niveau de revenus. Après avoir enquêté auprès de couples hétérosexuels mariés, d’hommes et de femmes en couple avec une personne du même sexe et ayant contracté une union civile dans le Vermont, et de couples homosexuels non engagés dans une union civile, Sondra E. Solomon, Esther D. Rothblum et Kimberly F. Balsam ont publié un court article sur les conflits conjugaux portant sur l’argent, les tâches domestiques et la sexualité. On y apprend qu’être dans un couple de même sexe serait « plus déterminant pour l’égalisation du travail domestique que le fait d’avoir des revenus similaires » (2005, p. 572). C’est possible, mais rien ne nous permet ici d’accréditer cette hypothèse.

34Un partage équilibré du travail ménager ne veut pas dire que chaque partenaire participe à chacune des tâches. La répartition des tâches domestiques ne pose aucun problème si chacun s’investit à peu près dans la même mesure ; et c’est le cas dans bien des couples interrogés qui se ressemblent d’ailleurs sur un point : ils revendiquent un fonctionnement souple. Christophe (25 ans, enseignant), en couple depuis un an avec Patrick (35 ans, consultant), met la table et la débarrasse, fait la vaisselle, sort les poubelles et descend le matin chez le boulanger pour acheter pain et croissants. De son côté, Patrick prépare les repas, fait le ménage et s’occupe des lessives. Christophe explique qu’ils se sont réparti les tâches selon leurs « goûts et compétences », sans négociation spécifique. Charlotte Nyman et Lars Evertsson montrent à propos des couples hétérosexuels suédois que la négociation est plus rare que ne le disent habituellement les chercheurs (Nyman & Evertsson, 2005). Caroline Henchoz montre dans son enquête Le Couple, l’amour et l’argent que chacun dans le couple ne dispose pas des mêmes ressources que son partenaire pour négocier. Le niveau des revenus personnels, le déséquilibre des « rapports de force », le caractère spontané du don peuvent être autant d’obstacles à la mise en œuvre d’une négociation intraconjugale équilibrée (Henchoz, 2008, p. 163-169). Hommes et femmes sont supposés ne pas négocier de la même manière ni sur les mêmes questions (Henchoz, 2008, p. 172-180). En somme, l’identité de sexe des membres du couple serait un facteur tout à fait déterminant dans les usages conjugaux. Mais négocier représente aussi un danger. Pour qu’il y ait négociation, une prise de distance critique vis-à-vis du quotidien est nécessaire et les coûts de la négociation peuvent être jugés trop élevés. Celui qui initie la négociation risque de faire germer dans l’esprit de son compagnon l’idée qu’il reste cramponné à ses intérêts personnels, au détriment des intérêts communs du couple. Lorsque les hommes en couple disent avoir discuté avec leur compagnon de la prise en charge des tâches domestiques, c’était au début de leur relation. Dans les rares cas où nos interlocuteurs disent continuer de négocier après plusieurs années de vie commune, cela ressemble davantage à une confrontation de points de vue antagonistes. Il faut dire aussi que chacun est d’autant moins enclin à revoir sa propre manière de concevoir l’organisation conjugale que le partenaire apparaît peu conciliant à ses yeux.

35En réalité Christophe accomplit certaines tâches qu’il juge peu agréables dans la mesure où son compagnon fait de même. La négociation ne passe pas toujours par la parole ; elle peut se faire plus subtile, chacun adaptant son comportement en fonction des actes de son compagnon et du travail à faire. Ce témoignage soulève deux réflexions. D’abord les notions de « goûts » et de « compétences » renvoient à une identité personnelle, en partie indépendante de l’identité sexuée ; les manières de faire ne seraient pas seulement féminines ou masculines, mais d’autres facteurs détermineraient leur adoption. Ensuite, intervient la question du miraculeux hasard qui permettrait que les « goûts et compétences » de l’un et de l’autre s’accordent parfaitement.

LE POIDS DE L’INÉGALITÉ

36La nature même de l’enquête que nous avons menée ne permet absolument pas de tirer une conclusion générale à propos de la dimension égalitaire ou non de la répartition du travail domestique au sein des couples gay. Néanmoins, même si l’on admet, avec Sondra E. Solomon, Esther D. Rothblum et Kimberly F. Balsam (2005), que les couples de même sexe fonctionnent sur un mode plus égalitaire que les couples de sexe différent, cela ne veut pas dire pour autant qu’ils sont égalitaires. L’enquête qualitative de Raphaëlle Ferzli porte certes sur un petit échantillon de couples de femmes mais elle montre que, jusque dans ces couples qui revendiquent unité et concordance, la répartition prend parfois un tour inégal (Ferzli, 2001). La sociologue fait l’hypothèse que, malgré le rejet unanime de la domination masculine, des rapports de pouvoir existent bel et bien au sein des couples lesbiens, fondés sur la différence d’âge, sur la différence de revenus, sur le fait que le domicile était déjà occupé par l’une des deux femmes avant leur rencontre, sur le fait que l’une a fait découvrir à l’autre son homosexualité ou encore sur le fait que l’homosexualité soit révélée ou non à l’entourage.

Une répartition inégale des responsabilités domestiques : insatisfaction et malaise

37Hervé (34 ans, graphiste) qui vit, souvenons-nous, depuis dix ans avec André (37 ans, animateur), témoigne d’une organisation qui ne le satisfait pas. Au quotidien, il s’occupe plutôt du travail à l’intérieur de la maison, et André, du travail à l’extérieur. Le soir, c’est certes André qui fait la cuisine, mais c’est Hervé qui prépare et dessert la table. Hervé intervient dans le jardin, mais plutôt en tant qu’aide :

« Pour le jardinage, nous l’apprécions tous les deux. André a davantage le regard technique (quel type de plante, quelle orientation, quelle terre, etc.) Donc il pose les grandes lignes, moi je donne mon avis et nous jardinons en général ensemble. Il va faire ce qui est semis de son côté, moi je m’occupe de déraciner et de couper. » (Hervé, dans un courriel)

38Pour les travaux d’envergure (ils transforment une dépendance pour en faire un gîte d’hébergement), après discussion et préparation des plans par André, ils travaillent tous les deux à la réalisation. L’investissement d’Hervé dans le bricolage, qui ne relève pas de ses compétences, est tout à fait ponctuel. Comment Hervé explique-t-il ce partage ? Il écrit d’abord que « l’organisation s’est faite en fonction de [leurs] tendances naturelles ». Mais il précise ensuite qu’il provoque parfois des discussions au sujet de la négligence d’André en ce qui concerne le ménage ou la vaisselle. Alors on lève le voile sur une contradiction : l’organisation des travaux domestiques n’a pas été définie en fonction des goûts et des dégoûts de chacun mais en fonction de ceux d’André. Comme il aime cuisiner, c’est lui qui prépare les repas ; comme il déteste faire le ménage et le repassage, c’est Hervé qui s’en charge.

39Lorsque Jean-Baptiste (38 ans, conseiller social) et Marc (29 ans, professeur des écoles) se sont installés à Paris dans le même appartement, comme le premier détestait faire la vaisselle, Marc s’en chargeait tandis qu’il faisait la cuisine. Cependant, ses horaires de travail ont contraint Jean-Baptiste à opter pour des plats surgelés, ce qui lui convenait d’ailleurs bien, compte tenu de l’intérêt modéré qu’il accorde à la cuisine. Marc s’est donc mis peu à peu à préparer lui-même les repas du soir avant l’arrivée de son compagnon, si bien qu’après huit mois de vie commune, les rôles se sont inversés : Marc faisait la cuisine et Jean-Baptiste la vaisselle. La négociation au sujet de la cuisine et de la vaisselle a été tacite et n’a pris que rarement le tour d’une discussion.

40Le plus problématique dans le quotidien de Jean-Baptiste et de Marc relevait alors du rangement et du ménage, qu’aucun des deux ne voulait assumer. Mais, à l’occasion d’une invitation ou tout simplement quand la poussière s’amoncelait, ils devaient impérativement s’y atteler. En général Jean-Baptiste finissait par se dévouer, mais ce n’était pas véritablement un acte gratuit. Il rappelait à son compagnon, à de multiples reprises et pendant plusieurs jours, qu’il avait dû nettoyer le sol et les sanitaires, et l’invitait donc à faire un peu plus attention... Parfois l’insistance de ces rappels donnait lieu à des échanges vifs, voire à des disputes. Pour Jean-Baptiste, qui se sentait obligé de nettoyer l’appartement, alors que Marc ne le faisait pas suffisamment à son goût, il était important que son travail soit reconnu et apprécié. Jean-Baptiste, qui affectionne les intérieurs rangés, s’est beaucoup plaint de la tendance de Marc à ne jamais ranger ses affaires : livres, revues, vêtements, effets personnels... Il se sentait donc souvent obligé de ranger un peu les affaires de Marc. Et, comme pour le ménage, il n’oubliait jamais de le lui faire remarquer, ainsi qu’aux amis qui fréquentaient l’appartement. Là encore, il s’agissait pour lui d’obtenir une reconnaissance pour les efforts qu’il fournissait dans l’entretien de leur lieu de vie.

41Au fil de la cohabitation, la vie quotidienne sous le même toit n’a pas toujours été facile, malgré la force de leurs sentiments. Outre le problème lié à la géographie de lieux trop étroits pour la juxtaposition de deux mondes personnels, chacun a dû composer avec les petits défauts de l’autre, qui au départ ont fait l’objet de petites moqueries sans conséquence devant les amis, mais qui ont peu à peu beaucoup agacé.

42Lorsque des reproches étaient formulés, ils l’étaient souvent par Jean-Baptiste. S’il avait pu, quant à lui, entreposer une partie de ses affaires dans la maison de ses parents, Marc avait rassemblé la plupart de ses nombreux effets personnels dans leur deux-pièces parisien. Pour Jean-Baptiste, qui affectionne les intérieurs dépouillés, les attentes en matière de rangement étaient importantes. Lors de leur installation dans le Sud, l’expérience parisienne n’avait fait que renforcer le souhait de Jean-Baptiste d’avoir un appartement suffisamment spacieux pour que chacun dispose d’un espace personnel. Faute de moyens financiers, ils ont opté pour un trois-pièces : une chambre, un bureau – attribué essentiellement à Marc, son ordinateur, ses cours, ses livres, ses DVD, ses CD, etc. – et un salon dont il a été décidé que ce serait Jean-Baptiste qui l’aménagerait, avec ses tableaux et ses photos. Cette pièce à vivre devait également accueillir quelques objets appartenant à Marc, dans la mesure où ils plaisaient également à Jean-Baptiste. Malgré ces résolutions de départ, exigées essentiellement par Jean-Baptiste alors en manque de repères personnels dans leur chez-eux, l’investissement du séjour s’est en réalité fait autrement. Jean-Baptiste a finalement cédé devant le souhait de son compagnon, qu’il comprenait bien d’ailleurs, que cette pièce soit le reflet de leur couple et pas seulement celui de l’un d’entre eux. Dans le deux-pièces qu’ils ont loué un an plus tard, le problème de la répartition de l’espace s’est posé avec une nouvelle acuité, renforcé par l’expérience d’une cohabitation qui, tant du point de vue de l’occupation des lieux que de la répartition des tâches domestiques, s’était quelquefois avérée houleuse.

43À Paris ou dans le Sud, Jean-Baptiste s’est toujours plaint du manque d’entrain de son compagnon à s’investir dans les tâches ménagères. Sans doute a-t-il eu parfois l’impression que ses demandes n’étaient pas prises en considération. À Paris, tous les deux avaient un emploi à temps complet. Jean-Baptiste acceptait cependant de s’investir davantage dans le travail domestique, malgré les reproches qu’il formulait parfois à voix haute. Mais cette organisation a été remise à plat à l’occasion du déménagement dans la région montpelliéraine. Dès le moment où Marc a appris sa mutation, ils ont commencé à imaginer quelle serait leur vie dans le Sud. Jean-Baptiste avait envie de s’accorder quelques mois de repos pour préparer une réorientation professionnelle ; cela supposait donc qu’il allait avoir plus de temps libre. Très vite, il a été évident pour Marc que l’organisation domestique devait être revue. Il lui semblait normal que, Jean-Baptiste ne travaillant pas, il accomplisse plus de tâches ménagères. Pour ce dernier, qui avait bataillé pendant plus d’un an pour que Marc s’investisse dans le ménage et le rangement, il était hors de question de revenir sur cet acquis. D’où, pendant des semaines, des conversations interminables. Ces conflits à l’occasion d’une situation d’inactivité professionnelle ont également été rapportés à Jeffrey Weeks, Brian Heaphy et Catherine Donovan (2001, p. 116). Au cours d’un entretien que j’avais avec lui, Marc me dressait le détail de ses arguments – au premier rang desquels le fait qu’il travaillait alors que Jean-Baptiste était au chômage –, lorsqu’un dernier lui vint à l’esprit : dans la mesure où il participait davantage financièrement aux frais de la vie commune, il n’était pas incohérent, après tout, que Jean-Baptiste assume la majeure partie des tâches domestiques. Une participation financière plus importante à la vie commune pouvait le dispenser d’une participation égalitaire à la réalisation des tâches. Marc n’a sans doute pas asséné de vive voix à Jean-Baptiste cet argument si peu compatible avec l’idéal égalitaire de la vie amoureuse. Mais gageons qu’il est peut-être apparu entre les lignes au fil des innombrables débats qu’ils ont eus à ce sujet.

44Devant la difficulté à trouver une organisation satisfaisante à ses yeux, Jean-Baptiste souhaita établir une répartition explicite des tâches. Il prit un tableau blanc et traça deux colonnes : à gauche les tâches attribuées à Jean-Baptiste (courses, pain, cuisine, vaisselle, WC, aspirateur, serpillère), à droite celles dévolues à Marc (mettre et débarrasser le couvert, salle de bains, rangement du salon et du bureau, nettoyage de l’intérieur et de l’extérieur de l’automobile, laver et étendre le linge), avec un astérisque précisant les changements pendant les week-ends et les vacances de Marc (le week-end, Marc devait en plus participer à la cuisine et pendant les vacances, il devait passer l’aspirateur). Au bas du tableau, comme ils l’auraient fait dans un contrat, Jean-Baptiste et Marc notèrent “Planning every day and holidays, ok” et signèrent.

45Jean-Baptiste a finalement accepté de s’investir un peu plus que Marc, du moins tant qu’il ne travaillait pas et que Marc n’était pas lui-même en vacances. Pourtant les conflits n’ont pas disparu... Car il semble que, malgré son caractère contractuel (attesté par la signature de chacun des deux hommes au bas du tableau), cette répartition explicite des tâches n’ait pas tout résolu. Surtout, Jean-Baptiste ne voulait pas du rôle de manager domestique, même si c’était souvent lui qui donnait le la en la matière. C’est ce qu’il a verbalisé un soir, à l’occasion d’une nouvelle passe d’armes.

« Au détour de la conversation, j’apprends que Marc, et c’est nouveau, mangera désormais deux fois par semaine le midi avec Jean-Baptiste, à l’appartement. Visiblement Jean-Baptiste ne s’en réjouit pas. Je comprends qu’au cours des jours précédents, Jean-Baptiste aurait cité un couple d’amies qui aurait dit : “C’est horrible de cuisiner deux fois par jour.” Il reprend cette observation à son compte et insiste. Marc répond alors, non sans ironie, qu’il est touché de constater combien Jean-Baptiste est content de manger avec lui. Visiblement, ils sont sur des longueurs d’onde différentes... Marc est heureux de rentrer chez eux, de passer du temps avec Jean-Baptiste qui, lui, n’est pas ravi du tout à l’idée de préparer ce deuxième repas. Il évoque le problème des courses, des menus et propose, sur un ton sarcastique, de préparer les menus une semaine à l’avance. » (Notes personnelles issues d’un entretien)

46Au cours de cette conversation, Jean-Baptiste, qui a en charge, selon le tableau de répartition, les courses et la cuisine, essaie de faire entendre à son compagnon son point de vue. Préparer le repas deux fois par jour représente pour lui un investissement trop important. En manifestant son hostilité à la nécessaire programmation que requiert le fait de cuisiner, il ne dit pas seulement son désamour avéré de la cuisine ; il rejette aussi le modèle de l’épouse mère de famille qui prévoit l’approvisionnement de la semaine (Sluys et al., 1997, p. 88). Colette Sluys, Martine Chaudron et Claude Zaidman distinguent trois types de comportement féminin en matière de cuisine quotidienne. Les « recrues », qui forment le plus gros du contingent, « acceptent passivement » ce rôle qui leur échoit. Les « guerrières », « fières de leur savoir-faire » et qui se définissent volontiers comme étant « vieux jeu », s’emparent avec volontarisme des tâches ménagères. Enfin les « objectrices », en petit nombre, rejettent le partage traditionnel des rôles et, si elles assument elles aussi la cuisine quotidienne, elles ne le font jamais avec plaisir ni fierté. Jean-Baptiste me confia un jour que, comme il ne travaillait pas, il avait l’impression de ne s’occuper que des tâches domestiques et que cela lui est insupportable. Peut-être ce rôle était-il trop proche de celui joué par sa mère, qui jardine, cuisine et nettoie sans compter. Au caractère quotidien d’une partie des tâches qui incombaient à Jean-Baptiste s’ajoutait le management du travail domestique qui trouva son expression la plus poussée dans le tableau dont il eut l’initiative. La connotation féminine des responsabilités qui lui revenaient dans l’espace domestique se conjuguait avec un fort désir d’indépendance, lisible dans ses velléités d’avoir un espace bien à lui, et qui pourrait expliquer ses réticences à endosser ce rôle de manager.

47Le soir où des invités du couple découvrirent le tableau accroché dans la cuisine, ils n’eurent de cesse de le commenter. Une ou deux amies ont même, devant leur compagnon, émis l’hypothèse, certes sur le ton de la plaisanterie (mais on sait bien que l’humour permet parfois de rendre les reproches plus acceptables), qu’elles pourraient bien s’inspirer de ce fonctionnement. Elles semblaient surprises que la mésentente domestique mène à un fonctionnement aussi rigide, mais elles étaient aussi, dans une certaine mesure, admiratives. À la différence, peut-être, de leur propre couple, ces hommes pouvaient pousser loin l’exigence d’égalité mais également donner à leurs débats conjugaux une relative transparence.

48L’inégalité dans la prise en charge des tâches domestiques se cumule quelquefois avec d’autres formes de déséquilibre dans le couple. C’est sans doute le cumul de positions ressenties par l’individu comme inégalitaires, en rupture de la chaîne conjugale de la réciprocité, qui rend la situation difficilement supportable. Pierre (31 ans, sans emploi) est en couple depuis trois ans avec Gilles (38 ans, cadre). Ils vivent ensemble depuis deux ans et demi et sont installés, au moment où Pierre témoigne, dans une maison qu’ils ont achetée dans un petit village des Hautes-Pyrénées. À la maison, c’est Pierre qui se charge de tout. Il est séropositif au VIH. En raison de son état de santé, il a dû renoncer à travailler. Lorsque nous nous rencontrons, Pierre bénéficie d’une trithérapie efficace et sa charge virale est quasiment indétectable. Il qualifie lui-même sa santé de « relativement bonne ». Mais il n’a pas d’activité professionnelle. Il a cependant la responsabilité de l’ensemble des tâches ménagères. C’est donc lui qui fait le ménage et qui s’occupe du linge ; il range, prépare la plupart des repas, fait les courses. Gilles, lorsqu’il est présent, s’occupe plutôt du jardin et des travaux de réfection de la maison. Cette division des tâches domestiques n’est pas étonnante au regard des enquêtes qui ont été menées auprès de couples hétérosexuels et qui montrent une relation évidente entre argent et pouvoir. Les hommes, qui perçoivent souvent des revenus plus élevés que les femmes, s’engagent moins dans le travail ménager (Blumstein & Schwartz, 1983). À en croire Pierre, cette répartition des responsabilités domestiques n’a pas véritablement fait l’objet d’une discussion. Il dit que cela « s’est fait tout seul » et que cela est « normal » puisqu’il ne travaille pas.

49La question du travail domestique se pose généralement durant les premiers jours de la vie sous le même toit, qui débute souvent rapidement après la rencontre. Or discuter à ce moment-là des tâches domestiques n’est pas une priorité, chacun étant tout occupé à faire la connaissance de l’autre. Selon François (39 ans, cadre), qui vit avec Sylvain (34 ans, cadre de la fonction publique) depuis plus d’un an, les répartitions se sont faites « naturellement », sans discussion. « Cela s’est fait tout seul », « naturellement ». Que signifient ces expressions, déjà relevées par Jean-Claude Kaufmann au cours de son enquête sur l’entretien du linge (1992, 1997, p. 155) ? Quelle est leur portée ? Est-ce une façon d’éluder la question, de nier qu’il puisse y avoir un problème ? Qu’ils témoignent par message électronique, en face-à-face ou par téléphone, nombre de nos interlocuteurs déclarent que le partage a été « équitable ». Ces réponses systématiques montrent le poids de l’exigence d’équité en ce domaine, que les travaux de Kaufmann notamment ont mis en évidence pour les couples hétérosexuels. Si les bonnes volontés entrent en action, au moins au début de l’histoire conjugale, les habitudes reprennent vite le dessus. Pourtant les individus croient à cette idée d’égalité entre les sexes ; ils y croient tellement qu’ils ne voient pas l’échec et continuent d’avoir un discours égalitaire, en désaccord avec la réalité des faits (Kaufmann, 1992, 1997, p. 231-234). La sociologue Annie Dussuet va dans le même sens en parlant de « pression normative moderniste prônant l’égalité des sexes » (Dussuet, 1997, p. 80). Jean-Claude Kaufmann a souvent obtenu, dans sa propre enquête, ce type de réponse. L’illusion du tout naturellement permet d’ignorer et de taire la part de calcul dans les échanges entre conjoints, dont ils n’ont d’ailleurs peut-être pas conscience (Kaufmann, 1992). Ce discours dominant sur l’égalité, les gays en couple le reprennent à leur compte, mais qu’en est-il vraiment ?

50Selon Kristin Natalier, dont nous avons évoqué précédemment les travaux, le modèle masculin traditionnel ne favorise pas la négociation, puisque l’engagement masculin dans le travail domestique ne peut se faire que sur la base du choix (2003, p. 266). Les hommes ne voient pas et ne souhaitent pas voir les modalités concrètes de l’organisation de la vie conjugale (Kaufmann, 1992, 1997, p. 155). La plupart de nos interlocuteurs n’ignorent pas les arrangements domestiques, ne serait-ce que parce qu’ils vivent, précisément, avec un autre homme. Mais ils ne souhaitent pas dévoiler l’organisation matérielle du lien conjugal car cela les amènerait à objectiver leurs pratiques. Ceux qui éprouvent quelques difficultés avec la gestion du quotidien conjugal y voient quant à eux un danger : le fait même de dire ces difficultés à un tiers revient à leur donner corps en dehors du couple, ce qui peut être vécu comme une trahison de l’unité conjugale et peut expliquer les hésitations de nos interlocuteurs à s’exprimer sur cet aspect de leur vie à deux.

51Lorsque nous en parlons pour la première fois, Pierre dit que l’organisation avec Gilles lui convient. Mais il reconnaît lors d’un entretien ultérieur qu’ils se disputent parfois :

« Des fois, j’en ai marre d’être tout le temps à la maison, de faire le ménage, les courses, etc., pendant que Gilles est au travail et qu’il voit du monde. » (Pierre)

52En laissant entendre que la répartition et l’accomplissement du travail domestique ne posent aucun problème, les personnes interrogées veulent dire à l’enquêteur qu’aucun des deux protagonistes ne se plaint de l’organisation conjugale. En déclarant qu’il n’y a pas eu de négociation, elles veulent dire que le partage est équitable. Mais, dans le cas de Pierre, cette tentative de dissimulation n’a pas résisté à la durée de nos échanges. Nous nous sommes en effet rencontrés pendant plusieurs mois, d’abord pour des entretiens relativement formels puis pour des discussions à bâtons rompus. Lorsque Pierre venait à Toulouse pour son suivi médical ou tout simplement pour profiter de la vie citadine, nous nous rencontrions à la terrasse d’un café, nous arpentions les rues de la ville ou nous visitions les librairies. Ces moments passés ensemble, devenus informels et amicaux, ont probablement favorisé l’installation d’une estime et d’une confiance réciproques qui ont permis à Pierre de s’exprimer sur ce point de discorde conjugale. Pierre se trouve dans une position qui cumule un certain nombre de déséquilibres. Il est de sept ans le cadet de Gilles. La différence d’âge a été identifiée depuis longtemps comme un facteur d’inégalité au sein des couples gay : Joseph Harry a montré, il y a près de trente ans, non seulement que la différence d’âge moyenne était plus importante au sein des couples gay qu’au sein des couples hétérosexuels, mais aussi que le membre le plus âgé du couple reconnaissait être celui qui prenait le plus souvent les décisions (Harry, 1982, p. 209). De plus, Pierre est séropositif alors que Gilles ne l’est pas ; et enfin, comme Pierre ne travaille pas, c’est Gilles qui fait vivre le ménage. Dans le schéma amoureux idéal, un couple égalitaire fonctionne sur la base du don de soi. Lorsqu’un individu perçoit sa position comme inégalitaire, il ressent la rupture potentielle de la chaîne du don/contre-don.

53Pierre raconte qu’il s’est quelquefois disputé avec Gilles parce qu’il lui reprochait de ne pas s’engager davantage dans la prise en charge des tâches ménagères. Une fois l’orage passé, Gilles s’investissait un peu plus, en allant faire les courses par exemple ou en secondant Pierre dans le ménage. Mais au bout de quelques jours, les choses reprenaient leur cours habituel et Pierre prenait de nouveau en charge tout le travail dans la maison. Même si nous ne pouvons en faire un trait caractéristique des couples gay, il n’est pas surprenant de les voir discuter lorsqu’ils rencontrent une tension dans leur relation. L’enquête, déjà évoquée, de Sondra E. Solomon, Esther D. Rothblum et Kimberly F. Balsam montre en effet que les couples de même sexe engageraient plus souvent la discussion sur les sujets de tension que les couples hétérosexuels, dans lesquels les hommes disent garder leurs impressions pour eux-mêmes (2005, p. 573).

De la saleté et du désordre

54Les tâches ménagères liées au traitement du sale et du désordonné sont systématiquement présentées comme étant à l’origine de discussions. Pourquoi ? On peut d’abord penser que s’occuper de la saleté correspond à un souci d’hygiène. Certes, mais comme nous y invite Mary Douglas, essayons de nous défaire de cette notion récente. D’abord « la saleté absolue n’existe pas » : elle n’est que relative par rapport à la perception que chacun a d’un certain ordre (Douglas, 1966, 2005, p. 55). Le premier malentendu dans les couples gay comme dans les autres vient de là : chacun n’a pas la même perception que son compagnon de ce qui est sale ou en désordre, et n’agit donc pas toujours comme son compagnon l’attendrait. Ainsi Jean (41 ans, chef d’entreprise) ne range jamais sa tasse à café qui reste sur la table basse jusqu’au retour de son compagnon, Jérémy (31 ans, aide-soignant), qui le lui a reproché « au moins cent fois ». De ce point de vue, la vie sous le même toit est un paradoxe : deux individus cohabitent et, avec eux, deux perceptions de l’ordre et du désordre, du propre et du sale, deux volontés de rendre le décor « conforme à leur idée » (Douglas, 1966, 2005, p. 24).

55Chez Stéphane (28 ans, cadre) et Noël (30 ans, architecte), l’organisation domestique n’est pas d’une inégalité aussi criante. C’est Stéphane qui fait la cuisine puisque, selon lui, Noël ne sait pas et n’a pas vraiment envie d’apprendre. Concernant la vaisselle et les lessives, les responsabilités sont partagées. Mais de l’aveu de Stéphane, « le point de discorde est le ménage » :

« En ce qui concerne l’aspirateur, le nettoyage de la salle de bains, bref toutes ces tâches qu’on rêverait de pouvoir éliminer d’office, j’ai tendance à “réagir” moins vite que lui. » (par chat)

56Il fait allusion au fait que cette partie des tâches domestiques est, chez de nombreux couples, l’objet de discussions et évoque, non sans humour, « la malédiction du Solcarlus ». Malgré les efforts que Stéphane dit faire en matière de rangement et d’élimination de la saleté, Noël continue de déplorer son manque d’initiative. Stéphane retranscrit la scène-type d’une de leurs discussions à propos du ménage :

« Stéphane : Ben en fait, Noël commence à faire la gueule, à me regarder de travers en tenant le manche de l’aspirateur. Et là, le plus souvent je m’approche pour participer. Et généralement, c’est : “oui mais non, ne te mets pas dans mes pattes, va laver la salle de bains, nettoie la douche, je ne sais pas”, etc.
Enquêteur : Et toi, tu ne dis rien ?
S. : Ben, genre : “Ah ben je voulais t’aider”, mais bon, il faut dire que je me sens un chouia coupable sur le sujet. Mais bon, si le ton est trop élevé, généralement je me mets à gueuler aussi. Sur le thème : “Mais tu n’as qu’à me le demander gentiment.” Il répond alors : “Tu n’as qu’à prendre des initiatives”, et je rétorque : “oh, ça pouvait attendre jusqu’à samedi”, ou : “on n’est pas obligé de faire ça là, maintenant”, etc. » (ibid.)

57Aux premières questions sur les tâches domestiques, Jérémy répond que « Jean se laisse vivre », et ajoute, usant d’un terme péjoratif, qu’il est « sa Conchita », avant d’émettre un petit rire. Aussitôt après, il précise qu’il s’occupe de tout à la maison et qu’il préfère que ce soit comme cela. Sans doute le rire lui permet-il de relativiser cette dernière remarque, de minimiser ce que lui coûte cet investissement et de couper court à nos interrogations éventuelles sur l’équité d’un tel partage des responsabilités. Le recours à une image stéréotypée et très polémique est d’ailleurs destiné à rendre palpable la dissymétrie dont Jérémy se sent victime quant à la prise en charge du travail domestique. Les discussions qu’il provoque régulièrement avec Jean concernent systématiquement la vaisselle et le linge sale. Pendant les quatre premières années de leur relation, ils n’avaient pas de machine à laver et confiaient leur linge sale à leurs mères respectives qui le prenaient en charge, depuis le lavage jusqu’au repassage. Aujourd’hui la mère de Jérémy repasse son linge et celui de Jean, mais ils ont fait l’achat d’une machine à laver, il y a deux ans. Jérémy explique que c’est lui qui l’a voulu, parce qu’il trouvait gênant et même « un peu ridicule » de faire laver leur linge par leurs mères respectives. Puisque Jérémy était à l’origine de cette initiative, Jean a pu penser qu’il s’occuperait de tout leur linge. Voilà qui explique en partie que Jérémy ait le linge à sa charge. Mais il donne une seconde explication :

« On a de super fringues. Moi j’aime bien... Je suis très mode, donc pour tout ce qui est de mes belles fringues, je les lave séparément. Je n’ai pas envie de prendre de risque avec des t-shirts à 900, 1 000, 1 500 balles, tu vois. Jean, il peut faire une lessive... ça lui arrive parfois, mais elle peut rester deux jours dans le tambour. Donc je ne préfère pas qu’il le fasse. » (ibid.)

58Autrement dit, Jean ne saurait pas s’occuper du linge : il mélangerait les vêtements de couleurs différentes, il ne lirait pas les recommandations sur les étiquettes, il oublierait le linge dans la machine à laver. Comment expliquer que Jérémy sache tout cela et y prête une attention particulière ? A-t-il aidé sa mère à le faire lorsqu’il habitait chez ses parents ? Lui a-t-on expliqué ? Il ne s’exprime pas à ce sujet. Mais d’autres interviewés qui expriment le même genre de connaissances sur le linge racontent qu’ils ont beaucoup secondé leur mère pendant leur jeunesse. La lecture des travaux d’Yvonne Verdier, d’Agnès Fine, de Marlène Albert-Llorca et de Jean-Claude Kaufmann montre que le linge est porteur d’une mémoire féminine. Nous pouvons supposer que cette mémoire s’étend à l’ensemble du rapport à la propreté et que l’ensemble de ces savoir-faire se transmet plutôt par les femmes. Bien sûr, cela ne favorise pas la prise en charge par les hommes des tâches liées à l’effacement de la saleté, point récurrent des difficultés rencontrées par les hommes en matière de travail domestique. Dans les couples hétérosexuels, « la participation ménagère de l’homme dépend de la situation matrimoniale du couple » (Ferrand, 2004, p. 26). Plus indépendants par rapport aux normes traditionnelles, les hommes qui ne se marient pas seraient donc ceux qui s’investissent le plus. Ce raisonnement ne peut bien sûr pas s’appliquer à la lettre aux couples gay. S’engager dans un Pacte civil de solidarité ne constitue pas une norme traditionnelle. Cependant, l’analyse des différents champs de la conjugalité, tels que le travail domestique, la gestion des ressources financières et des dépenses, et même la sexualité, permet de mesurer l’attachement des gays aux représentations traditionnelles de la conjugalité mais aussi de la masculinité. Les hommes les moins dépendants d’une vision classique de ce qui fait un homme seraient plus enclins à considérer que les tâches domestiques relèvent de leur responsabilité.

59Marilyn Strathern (1988), puis Catherine Alès et Cécile Barraud (2001) rappellent que le statut d’homme ou de femme n’existe pas en tant que tel mais est « fondamentalement relatif et relationnel » (Théry, 2007, p. 36). Dans les couples d’hommes, les enjeux et les questions liés au genre ne sont pas absents, au contraire. Les hommes en couple avec un autre homme cumulent aussi des expériences relationnelles qui questionnent les représentations de leur propre masculinité et du genre en général, jusque-là profondément déterminées par les normes masculines environnantes.

60Comme la répartition des tâches domestiques, la sexualité oblige à bien des ajustements, tacites ou explicites, au sein d’un couple. Chez les couples gay également, le masculin et le féminin se rencontrent, ou du moins l’idée que chacun s’en fait. Les observations recueillies vont tout à fait dans le sens de celles de la Britannique Gillian Dunne qui montrait, en 1999, que les relations homosexuelles n’échappaient pas au système de genre mais se formaient dans des contextes de genre différents de ceux des hétérosexuels. Ce sont en réalité quatre de nos enquêtés qui, formulant les choses à voix haute et à peu près dans les mêmes termes, nous ont mis sur la voie. Après avoir expliqué qu’ils prenaient sous leur responsabilité l’essentiel des tâches domestiques liées au rangement, au ménage et au linge, ils ont déclaré occuper le plus souvent avec leur compagnon une position réceptive lors de la pénétration anale. C’est alors qu’ils semblent avoir établi un lien entre ces deux faits et nous ont mis en garde : « N’imaginez pas que c’est moi qui fais la femme ! ». Cette exclamation fait écho à une phrase prononcée par de jeunes australiens colocataires répondant à une question de la sociologue Kristin Natalier sur la part qu’ils prenaient au travail domestique, et dont elle a fait le titre de son article : “I’m not his wife” (2003). S’exprime ici en quelques mots une vision traditionnelle et stéréotypée de ce qui relève des compétences féminines à la maison et de ce qu’un homme n’a pas à prendre en charge.

© Presses universitaires de Lyon, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540